mercredi 5 décembre 2007

L'homme derrière le rideau et les "holocaustes" cachés


Je suis le Grand et le Puissant Oz

Par Laura Knight-
Jadczyk, le 1er décembre 2007

​​​​Je dois admettre que je me sentais diaboliquement joyeuse quand sont sortis les reportages sur Hugo Chavez qui exposait le petit jeu de déstabilisation politique de la CIA au Venezuela. Il avait mis la main sur le mémorandum de l'« Opération Tenailles » et il le divulguait ! Quelle huée ! C'était simplement TROP impayable qu'à la place du « Grand et Puissant Oz, » l'Homme Derrière le Rideau qui était mis à nu n'était rien de moins qu'une petite bande d'escrocs détenant des postes de pouvoir, essayant encore de manipuler l'opinion publique pour lui faire gober ses mensonges.



​​​​​​Tout en contemplant ces questions et reportant toute action jusqu'à ce qu'une autre affaire soit résolue, je suis tombé sur le livre de Mark Curtis Unpeople: Britain's Secret Human Rights Abuses (Dépeuplement : Abus des Droits de l'Homme des Britanniques), dans lequel j'ai lu ce passage totalement fascinant, qui expose la méthodologie de notre « Homme Derrière le Rideau » mondial (même si Curtis parle en particulier de la politique britannique) :
Les principales victimes de la politique britannique sont les gens visés par le dépeuplement, ceux dont la vie est considérée sans valeur, que l'on peut sacrifier dans la poursuite du pouvoir et du profit commercial. Ils sont l'équivalent moderne des « sauvages » de l'époque coloniale, qui pouvaient être fauchés par les armes britanniques en quasi secret ou autrement, dans des circonstances où les auteurs de ces crimes étaient acclamés en défenseurs de la civilisation.

Le concept de dépopulation est au centre de chaque politique britannique passée et actuelle étudiée dans ce livre. À travers son propre interventionnisme, et son soutien de ses principaux alliés, tels que les États-Unis et divers régimes répressifs, la Grande-Bretagne a été, et continue d'être, le persécuteur systématique et préoccupant des droits de l'homme. J'ai calculé que la Grande-Bretagne porte la grave responsabilité d'environ 10 millions de morts depuis 1945, notamment Nigérians, Indonésiens, Arabes, Ougandais, Chiliens, Vietnamiens, et de nombreux autres. Souvent, les responsables politiques sont inconnus du public, et ils restent à l'abri des recherches des journalistes et des universitaires.

Dans ce livre, je vise à documenter pour la première fois le dossier secret de certains épisodes de la planification gouvernementale. Les dossiers libérés du sceau du secret auxquels je me réfère sont instructifs, pas seulement pour la lumière qu'ils jettent sur le passé. Ils sont aussi franchement pertinents dans la politique étrangère britannique actuelle entourant l'Irak, l'intervention militaire et la « guerre contre le terrorisme. » Les intérêts et les priorités britanniques ont très peu changé au fil du temps ; pour l'essentiel, la seule évolution a été dans la tactique utilisée pour les atteindre.

Parmi les principes fondamentaux qui ont guidé les décisions prises dans ces dossiers, il y en a trois qui semblent particulièrement utiles à l'étude de l'actualité.

Le premier est que mentir à la population est systématique et normal pour les ministres britanniques. Beaucoup de gens ont été choqués par l'étendue des mensonges de Tony Blair sur l'Irak ; certains sont toujours incapables de croire qu'il l'ait fait. Mais dans chaque cas de politique extérieure britannique passée sur lequel je me suis déjà documenté, les dossiers montrent que les ministres et les fonctionnaires trompaient systématiquement le public. La culture du mensonge et de la tromperie de l'électorat est profondément ancrée dans la politique britannique.

Le second principe apparenté, est que les décideurs sont en général sincères sur leurs véritables buts dans les dossiers secrets. Cela fait que les dossiers levés du sceau du secret sont une bonne base pour comprendre leurs objectifs réels. Cet écart, entre objectif des déclarations privées et publiques, n'est habituellement pas le résultat, à mon sens, d'une conspiration consciente. Certes, la propagande d'État planifiée a été un élément clef de la politique étrangère britannique, mais la stratégie de tromperie de l'opinion publique sous-jacente provient du mépris endémique moins conscient envers la population en général. Le système décisionnel de la politique étrangère est si secret, élitiste et inexplicable, que les décideurs savent qu'ils peuvent s'en tirer avec pratiquement rien, et ils déploieront tout les arguments dont ils ont besoin pour ce faire.

Le troisième principe de base est que les préoccupations humanitaires n'apparaissent pas du tout derrière la logique de la politique étrangère britannique. Dans les milliers de dossiers gouvernementaux que j'ai parcouru, et dans d'autres livres, je n'ai guère vu de référence aux droits de l'homme. Quand ce genre de préoccupation est invoqué, il l'est seulement à des fins de relation publique.

​​​​Quand Curtis fait remarquer que les membres du gouvernement britannique ont un « mépris endémique moins conscient envers la population en général, » je ne pense pas qu'il réalise qu'il est en train de décrire l'attitude des déviants pathologiques dans la population envers l'être humain normal, ainsi que leur tendance à se regrouper en raison de leur nature semblable. En d'autres termes, les gens visés par le dépeuplement sont vous, moi, et le reste de la masse de l'humanité sous le gouvernement de déviants pathologiques qui, comme l'écume, remontent toujours au-dessus.

​​​​Pour avoir juste un petit exemple du genre de choses dont ces gens parlent quand ils combinent leur propagande et leurs manipulations contre Nous, Le Peuple, jetez un coup d'œil sur cette citation tirée du livre The London Bombings: An Independent Inquiry (Les attentats à la bombe de Londres : Une enquête indépendante), de Nafeez Mosaddeq Ahmed :
En ayant affaire avec l'extrémisme de l'Islam, les données sont plus complexes, les électeurs que nous viserions auraient plus de difficultés à nous identifier, et de plus grands dommages pourraient être faits à l'ensemble de nos efforts si des liens vers des sources britanniques ou étasuniennes étaient révélés. (William Ehrman, directeur général, Défense et Renseignement, Foreign & Commonwealth Office, Londres, avril 2004)

​​​​Pas possible ? Vous voulez dire que vos types s'inquiètent que le peuple puisse découvrir qu'ils sont réellement son écume ?

​​​​Cette citation est très révélatrices sur le fond du mémorandum de l'« Opération Tenailles. » De ce qui précède, nous apprenons que la CIA et ses potes mondialistes sont très intéressés à faire leur sale besogne au Venezuela sans être découverts, comme ils l'ont récemment été. Nous pouvons aussi conjecturer, à partir des observations de Mark Curtis, qu'il n'y a rien d'humanitaire dans les activités de la CIA, et que la totalité de l'opposition contre Hugo Chavez est fabriquée. Nous pouvons aussi deviner que le même type d'opération est mené au nom de Nicolas Sarkozy en France, un pays qui a, pendant des années, bénéficié des nombreux avantages que Hugo Chavez cherche à accorder aux Vénézuéliens. Avantages que, bien évidemment, Sarkozy tente de retirer.

​​​​Comme d'autres commentateurs l'ont fait remarquer, le référendum du 2 décembre au Venezuela n'était pas un simple vote mais un tournant historique. On pourrait en dire autant de la réaction des Français contre la tentative de Sarkozy de démolir furtivement le système socialiste français. J'espère que cette petite révélation de l'Homme Derrière le Rideau au Venezuela n'est pas perdue pour les Français. Derrière la propagande de droite et le contrôle des médias, la situation en France et au Venezuela représente la lutte du peuple, de la majorité des 96% d'êtres humains de cette planète à n'être pas des déviants pathologiques, contre la minorité des 4% de psychopathes déviants qui nous considèrent tous comme « non indispensables. » Tant que l'être humain normal continuera à rechercher un gouvernement Du peuple, Par le peuple et POUR le peuple, les Oligarques du monde entier se sentiront menacés. Le référendum au Venezuela et les grèves en France coupent directement les racines de la peur du Désastre Capitaliste. Quand un gouvernement humain, socialiste, existe quelque part, il joue le rôle d'un phare d'espérance pour le reste de l'humanité, et les déviants savent qu'ils ne seront jamais en sécurité tant qu'un humain normal et un gouvernement humain existeront sur la planète.

​​​​Au Venezuela, nous savons que les changements constitutionnels en cours de vote avec ce référendum n'ont rien à voir avec la « durée présidentielle illimitée » dont la CIA fait la propagande. Comme James Petras l'a écrit :

Pour la majorité populaire, la raison se trouve dans un petit nombre de modifications clefs : Un article accélère l'expropriation des terres en facilitant leur redistribution aux paysans sans terre et aux petits producteurs. Chavez a déjà installé plus de 150.000 paysans sans terre sur 2 millions d'acres de terres (800 mille hectares).

Une autre modification prévoit une couverture de sécurité sociale universelle pour l'ensemble du secteur non officiel (vendeurs ambulants, travailleurs domestiques, travailleurs indépendants) qui totalise 40% de la population active.

Pour les travailleurs syndiqués ou non, le travail pourra être réduit de 40 à 36 heures par semaine (du lundi au vendredi midi), sans réduction de salaire.

L'admission libre à l'enseignement supérieur et sa gratuité universelle déboucheront sur de plus grandes possibilités d'éducation pour les étudiants des classes inférieures.

Des modifications permettront au gouvernement de court-circuiter l'actuel blocage bureaucratique à la socialisation des industries stratégiques, de façon à créer plus d'emplois et à réduire le coût des services.

Plus important encore, un amendement va accroître le pouvoir des conseils de quartier et leur budget pour qu'ils puissent légiférer et investir dans leur communauté.

L'électorat, qui soutient les amendements de la Constitution, vote en faveur de ses intérêts socio-économiques et de classe ; la question de la réélection prolongée du Président n'est pas en tête de ses priorités : Et c'est la question focalisée par la Droite, qui a traité Chavez de dictateur, et le référendum de coup d'État.


​​(...)
​​​​C'est, dans le fond, un véritable choc des civilisations, mais pas exactement le genre de choc que proclament les propagandistes de Droite. Il s'agit d'une lutte entre les idéaux de l'humanité et du gouvernement humain et ceux du fascisme flagrant. C'est une lutte pour empêcher un holocauste comme le monde n'en a jamais vu, et pour démasquer l'Holocauste Caché qui fait partie intégrante du fascisme voilé.
Cette expression [Holocauste Caché] évoque la réalité d'une campagne mondiale d'homicides, de meurtres, dont l'ampleur et l'énormité sont telles que l'on sent que le mot « holocauste » est certainement capable de l'exprimer que vaguement. Il est « caché, » dans le sens que, bien que vécu par des millions de gens dans le monde, historiquement et aujourd'hui, il reste invisible, non reconnu officiellement.

Cet « holocauste caché » s'intensifie, s'accélère, augmente, selon tous toutes les projections des experts en sciences sociales et physiques. Il peut aboutir à l'extinction de l'espèce humaine, à moins de prendre tout de suite de drastiques mesures d'urgence. [...]

Au début de 2007, Tony Blair, alors Premier Ministre, a décrit la Guerre Contre le Terrorisme comme « un conflit, non pas entre civilisations, » mais plutôt « au sujet de la civilisation. » La Guerre Contre le Terrorisme, a-t-il proclamé, est la poursuite de « la vieille lutte entre progrès et réaction, entre ceux qui embrassent le monde moderne et ceux qui rejettent son existence. » [A Battle for Global Values (Bataille pour les valeurs mondiales), Foreign Affairs (janvier/février 2007)]

Mais l'« holocauste caché » n'est pas une aberration de notre civilisation avancée, l'apogée du développement humain, qui ne nécessiterait que quelques réformes. L'« holocauste caché » fait plutôt partie intégrante de la structure même de notre civilisation, de ses valeurs et de ses activités. Il fait partie intégrante des « valeurs universelles » de l'ordre politique et économique international qui soutient la civilisation industrielle. Et, à moins que nous tentions de transformer la nature de notre civilisation, nous périrons tous dans un holocauste du fait de notre propre responsabilité. (The Hidden Holocauste - Our Civilization Crisis)(L'Holocauste caché, la crise de notre civilisation)

​​​​La peur des impérialistes US-Sionistes, est ce que le référendum vénézuélien et les grèves françaises donnent du cœur aux gens du monde entier quand ils réaliseront que la majorité des citoyens vénézuéliens et français apportent leur soutien à un vrai gouvernement. Les Oligarques ont l'intention de faire des exemples de la France et de Hugo Chavez.

​​​​Les impérialistes US-Sionistes craignent qu'une véritable démocratie poursuive son développement au Venezuela, et que les principes démocratiques français survivront à l'assaut de la droite propagandistes et aux instigateurs qui travaillent en coulisses à leurs diverses « Opérations Tenailles » qui ont infiltré les syndicats français et les universités.

​​​​Que l'on ne s'y trompe pas à son sujet : le Gouvernement des Élitistes Mondiaux est déterminé à écraser l'humanité, à rendre tout le monde esclave, et il utilisera à cette fin tout mensonge, toute fraude, toute action ténébreuse et malfaisante. N'oubliez jamais que, pour le Pathocrate, l'élitiste mondialiste pathologique, la destruction biologique, psychologique, morale, et économique de la majorité de l'humanité est une nécessité « biologique. » Tous les moyens servant cette finalité, notamment l'instigation de luttes de classes entre gens normaux, afin que cette guerre de destruction réciproque dévaste et affaiblisse le pouvoir même de compromettre l'autorité des Pathocrates : les masses d'êtres humains normaux.

​​​​Ce qui est en jeu au Venezuela est soit la création d'un gouvernement socialiste centrée sur l'humanité, soit un renversement Fasciste. Ce qui est en jeu en France est soit la préservation et l'amélioration d'un État socialiste bien établi avec très peu de problèmes, soit une prise de pouvoir fasciste.

​​​​Pour les Vénézuéliens et les Français, il ne peut y avoir aucune hésitation. La connaissance des stratégies malveillantes du genre de celle de la CIA et d'autres services secrets mondialistes est nécessaire. Le renforcement des organisations populaires, la communication et le travail en réseau sont essentiels dans les deux pays. Car vous pouvez être sûrs que ce mémorandum de l'« Opération Tenailles » n'est que la partie émergée de l'iceberg, et que ce n'est pas seulement en cours au Venezuela. (Des dizaines de millions de dollars ont été et sont consacrés à la propagande, au COINTELPRO, aux agents provocateur, partout où des êtres humains normaux cherchent à affermir leurs droits.)

​​​​Et enfin, à présent que nous avons une vue plus claire grâce au mémorandum de l'Opération Tenailles, passez le message et remerciez Hugo Chavez d'avoir démasqué l'Homme Derrière le Rideau.

Original: http://www.sott.net/articles/show/144631-The-Man-Behind-the-Curtain
Traduit au mieux par Pétrus Lombard pour Alter Info

Site en français de SOTT:
http://quantumfuture.net/fr