lundi 16 février 2009

Pourquoi Hollywood aime-t-il tant l'Holocauste?





club-acacia.over-blog.com
* Kate Winslet fait du porno nazi

Derrière polémique ciné en date, le film The Reader, dans lequel l'actrice incarne une criminelle de guerre nazie illettrée ayant enfermé 300 juifs dans une église en feu, avant de devenir gardienne à Auschwitz, et de trouver sa rédemption en apprenant à lire pendant son procès après la guerre... Kate Winslet est en compétition aux Oscars, et le lobby juif http://www.theage.com.au/news/entertainment/film/winslet-oscar-in-doubt/2009/02/15/1234632646389.html se déchaîne en accusant le film de présenter les Nazis comme des gens humains et sympathiques... Le titre du fil est racoleur, certes, mais il ne fait que traduire littéralement l'expression "nazi porn" employée par les critiques du film
Le film est basé sur le roman de Bernard Schlink ; son réalisateur est Stephen Daldry (ci-dessous en photo avec Alen Yentob) ; parmi les producteurs on note Sydney Pollack. Le film est distribué aux Etats-Unis par la Weinstein Cie.

autre source: http://www.telegraph.co.uk/culture/film/oscars/4624573/Kate-Winslets-Oscar-chances-hit-by-The-Reader-Nazi-accusation.html

Did Harvey Weinstein cost Kate the Oscar?
For all his marketing and campaigning genius, Harvey Weinstein’s tactics have become — well, have been — a bit thuggish.
http://blogs.artvoice.com/film/wp-content/uploads/2009/12/Harvey-needs-a-shave.jpg

Priorité à l'éducation à l'Holocauste






http://moncinema.cyberpresse.ca/nouvelles-et-critiques/nouvelles/nouvelle-cinema/7597-Hollywood-exploite-t-il-la-Shoah-pour-attirer-les-votes-des-Oscars.html

mardi 17 février 2009

Hollywood exploite-t-il la Shoah pour attirer les votes des Oscars?


PHOTO: AFP
Agence France-Presse

Les Oscars ont souvent distingué des films traitant de la Shoah et certains observateurs se demandent si des studios hollywoodiens ne misent pas sur des films décrivant les horreurs de la Seconde Guerre mondiale pour augmenter leurs chances de recevoir une statuette.
Un nombre inhabituel d'oeuvres consacrées de près ou de loin à la barbarie nazie sont sortis sur les écrans nord-américains à l'automne, saison préférée pour les films candidats aux Oscars: The Boy in the Striped Pajamas, Good, Valkyrie, Adam Resurrected, Les insurgés et The Reader.
Cette dernière oeuvre a obtenu cinq nominations, dont dans les catégories du film, du réalisateur et de l'actrice pour Kate Winslet, qui joue une ancienne gardienne de camp de concentration.
Mais le journaliste new-yorkais Ron Rosenbaum, auteur d'un livre sur Hitler, a qualifié The Reader de «pire film jamais tourné sur l'Holocauste».
«Il s'agit d'un film dont le ressort métaphorique principal consiste à disculper les Allemands ayant vécu à l'époque nazie de leur complicité pour avoir été au courant de la solution finale», a affirmé M. Rosenbaum sur le site Slate.com.
«Le fait qu'il ait été récemment nommé pour l'Oscar du film prouve que Hollywood semble penser que si c'est un film «sur l'Holocauste», il doit être honoré, un point c'est tout», a-t-il ajouté.
Andrew Wallenstein, rédacteur en chef adjoint du journal The Hollywood Reporter, est allé jusqu'à accuser les studios d'«exploiter une tragédie pour obtenir la gravité (cinématographique) conférée par l'Holocauste», dans un entretien à la radio publique NPR.
«Il faut le dire: la raison pour laquelle il y a tellement de films comme cela est qu'ils sont des appâts pour obtenir des récompenses», a-t-il ajouté. (lire la suite...)



http://www.haaretz.com/hasen/spages/1063345.html

11/02/2009
Why does Hollywood love the Holocaust?
By Rebecca Spence, The Forward


With "The Reader" garnering five Oscar nominations, and just as many Holocaust-related films playing this winter, Hollywood?s long-simmering romance with one of the greatest tragedies in human history is reaching a fever pitch. Even a former official of the United States Holocaust Memorial Museum has a certain fatigue.

"I find myself wanting to take my wife out to a non-Holocaust film, and everything is touching on the Holocaust," said Michael Berenbaum, who now teaches in Los Angeles at the American Jewish University.

Indeed, "The Reader," "Defiance," "Valkyrie," "Adam Resurrected" and the "The Boy in the Striped Pajamas" all touch in some way - while not necessarily directly - on the slaughter of the 6 million. In view of this recent spate of films, how to explain Hollywood's continuing fascination with the Holocaust?
Advertisement
The answer is not a simple one. In interviews with the Forward, film directors and scholars offered a wide range of views on what compels the movie business to grapple with the myriad facets of Holocaust history, and the myriad lives shaped by the Holocaust's indignities. Are the reasons primarily commercial? Artistic? Moral?

"Part of it has to do with the fact that the Holocaust is about ultimate issues," explained Berenbaum, who served as senior consultant on the 2004 documentary "Imaginary Witness: Hollywood and the Holocaust." "People face life and death challenges once or twice in their existence, and Holocaust survivors and victims faced it as an everyday issue."

In an industry long transfixed by matters of good and evil - think Westerns, where cowboys and Indians were depicted simply as respective good guys and bad guys - the Holocaust provides fertile ground for a host of such narratives. And in keeping with Hollywood conventions, including the imperative of a happy ending, even Holocaust movies often include some element of redemption.

"The Reader," directed by Stephen Daldry and based on the novel by Bernhard Schlink, is yet another example of this phenomenon. The film centers on an erotic affair between a former concentration camp guard and an adolescent German boy who initially knows nothing of his lover's past. And while the film attempts to explore questions of human complicity in a nuanced and complex way, the same conventions of redemption inevitably play out. In a final act, the former guard - played by Kate Winslet, whose performance earned her a best actress nomination - leaves her money to a Jewish survivor.

In a January 9 opinion piece in the pages of this newspaper, historian Deborah Lipstadt warned of the dangers of romanticizing the Holocaust. Parsing the case of the recently debunked Holocaust memoir "Angel at the Fence," which turned out to be fiction, Lipstadt mused on what led publishers and film producers to ignore the warning signs that Herman Rosenblat's story was utterly implausible. "They all seemingly wanted a story that made the Holocaust heartwarming, even though, as Waltzer aptly put it, the 'Holocaust experience is not heartwarming, it is heart rending,'" Lipstadt wrote, referring to historian Ken Waltzer.

Mark Jonathan Harris, director of two Academy Award winning Holocaust documentaries, traced the abundance of Holocaust films to the idea that people are fascinated by how they themselves might have behaved. "These are deeply emotional subjects," Harris said. "The fascination and why people keep returning to it is because they keep returning to the question of 'how would they have acted?'"

In "The Reader," which is also up for best picture, the question revolves around how the hero of the story - the former concentration camp guard?s lover, played as an adult by Ralph Fiennes ? is later compromised by the feelings he had for someone who participated in the brutality. That, Harris said, implicates all the Germans who stood by and allowed the horrors to occur. This sort of existential dilemma is also raised in "Defiance," a tale about Jewish partisans directed by Edward Zwick." In that film, the question is whether one would have resisted or gone passively to the death camps.

Others view Hollywood's fascination with the topic in more pragmatic terms. Steven Ross, a University of Southern California historian, said that commercial concerns trump all else.

"The Holocaust is a great drama, and the bottom line is that Hollywood is ultimately in the profit-making business, not in the consciousness-raising business," Ross said. "They make films that audiences want to see, and what audiences want to see are compelling dramas and melodramas, and Holocaust films offer that."

But while seminal films such as "Schindler's List" (1993) - which many credit with paving the way for other Holocaust films ? grossed more than $300 million worldwide and about $96 million domestically, there are plenty of examples of Holocaust films that proved unlucrative. Even "The Reader," with its cache of Academy Award nominations, has grossed just under $13 million domestically so far. The film, which has seen almost no box office bump from the Oscars race, cost some $32 million to make.

Aside from this cultural moment, at least one filmmaker argues that Hollywood's so-called obsession with the Holocaust is vastly overrated.

"I find it to be an antisemitic sentiment, because there are not a lot of films about the Holocaust," said Daniel Anker, the director of "Imaginary Witness." "There's a degree of antisemitism when someone says, 'Another Holocaust movie,' and rolls their eyes, because there?s an implication that another Holocaust movie is one too many. No one rolls their eyes about Vietnam War movies, or other World War II movies.





















Do Jews dominate American media?

La Judée déclare la guerre

Les chasseurs de nazis

L'Argentine et la LICRA poursuivent Mgr Williamson

Les rapports s'enveniment entre le Vatican et les sionistes

L'origine des crimes des sionistes

La secte

Le congrès juif mondial

La libération de Dresde

Un homme et son péché



Les catholiques protestent contre une émission israélienne insultant le ChristLes évêques catholiques en Terre sainte ont vivement protesté ce vendredi contre une émission israélienne insultant le Christ et la Vierge.

Dans un communiqué, l'Assemblée des évêques catholiques en Terre sainte "déplore et condamne avec consternation les attaques répugnantes contre notre
Seigneur Jésus et sa Mère la Vierge Marie proférées à la chaîne 10 de la télévision israélienne".

Dans une émission humoristique diffusée en début de semaine, de courts sketchs sarcastiques ont été diffusés dans lesquels un speaker affirme pêle-mêle que "Jésus est mort à l'âge de 40 ans parce qu'il était gros", qu'en conséquence il "n'a jamais pu marcher sur l'eau à Tibériade" et que la Vierge Marie a été "mise enceinte à l'âge de 15 ans par un copain de classe".
Selon son producteur, l'humoriste israélien Leor Shlein, comme les Chrétiens "nient l'Holocauste, alors moi je veux nier le christianisme. Il faut que quelqu'un leur donne une leçon".

Pour les évêques, ces attaques "s'inscrivent dans un contexte plus large d'attaques continues contre les chrétiens en Israël durant des années". "Il y a
quelques mois seulement, des copies du Nouveau Testament ont été brûlées publiquement dans la cour d'une synagogue à Or Yehuda" près de Tel-Aviv,rappellent-ils.

"Depuis des années, la chrétienté déploie beaucoup d'efforts pour faire cesser certaines manifestations d'antisémitisme mais ce sont à présent les
chrétiens en Israël qui sont victimes d'un antichristianisme latent", affirment-ils.

Rappelons que le pape Benoît XVI doit effectuer une visite en "Israël" en mai.




jeudi 26 février 2009

Auschwitz, siège social du fonds de commerce juif, en péril.

Une inscription sur une dalle noire se détache sur l'épais tapis de neige. "Que ce lieu où les nazis ont assassiné un million et demi d'hommes, de femmes et d'enfants, en majorité des juifs de divers pays d'Europe, soit à jamais pour l'humanité un cri de désespoir et un avertissement." Cette résolution, écrite dans vingt et une langues, est gravée au pied du mémorial sur le site d'Auschwitz-II-Birkenau.

Bientôt, la neige fondra et la terre dégèlera. Les ruines des baraques en bois et des chambres à gaz et crématoires seront alors, une fois de plus, soumises aux mouvements du sol. Il faut les protéger pour éviter, à terme, qu'elles ne s'effondrent.

Ce n'est qu'un des nombreux travaux indispensables à la préservation de l'ancien camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. En janvier, le Musée d'Etat Auschwitz-Birkenau, qui gère les anciens camps, les visites et les expositions, a rendu publics ses besoins : 60 millions d'euros pour parer au plus urgent, 120 millions pour le financement total de la conservation. Si rien n'est fait, le site est tout simplement menacé de disparition.

Or le budget du musée s'élevait en 2008 à 6,8 millions d'euros. C'est juste assez pour des "rafistolages", comme l'explique Jacek Kastelianec, responsable de la collecte des fonds. De cette somme, seuls 400 000 euros arrivent de l'étranger. Le reste provient pour moitié des revenus du musée (livres, publications - l'entrée du site est gratuite) et pour moitié du gouvernement polonais.

Car le musée est une institution d'Etat, financée depuis sa création, en 1947, par le ministère de la culture. Ce n'est qu'après l'ère communiste, dans les années 1990, qu'il a bénéficié d'aides étrangères ponctuelles pour sa restauration.

Le musée vient donc de créer une fondation chargée d'accueillir un fonds doté, dans l'idéal, de 120 millions d'euros à récolter, et dont les dividendes annuels (entre 3 et 5 millions) permettraient de subvenir aux besoins de restauration.

Pourquoi avoir attendu si longtemps ? "Peut-être en raison de l'imprévoyance de l'ancienne direction", avance Serge Klarsfeld, vice-président de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et nouveau membre du conseil de la Fondation Auschwitz-Birkenau. "Mais aussi du manque d'intérêt des gouvernements polonais. Ils ont pris conscience de cette nécessité récemment, avec l'augmentation du nombre de gens qui viennent." Wladyslaw Bartoszewski, ancien déporté, secrétaire d'Etat chargé du dialogue international et directeur du Conseil international pour Auschwitz (IAC), conseil consultatif qui veille sur le devenir du site, offre une réponse complémentaire. "La génération des déportés arrive à la fin de sa vie. Il faut protéger cet endroit, le seul des camps inscrit au Patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco. C'est une obligation pour ceux qui partent."

Dans l'atelier de conservation du site, financé par la Fondation Lauder, une équipe de dix personnes veille depuis 2003 à préserver objets et lieux.

Sur une table, deux piles de feuilles jaunies attendent. Ce sont les rapports de l'institut d'hygiène SS, dans lesquels sont consignées les expériences médicales pratiquées sur les déportés. La restauration de ces feuilles, payée par le Land allemand de Rhénanie-du-Nord- Westphalie, coûte 600 000 euros et prendra trois ans. Le travail des conservateurs est difficile. Il ne s'agit pas de rendre beau, comme dans un musée d'art. Il s'agit de "conserver en l'état", explique l'une d'eux. "Le but n'est évidemment pas de construire Disneyland, résume M. Bartoszewski. On veut garder le lieu authentique." C'est aussi le travail du spécialiste chargé de la conservation végétale : sur la base d'archives, il fait en sorte que le paysage ressemble autant que possible à ce qu'il était à l'époque.

Dans une autre salle, des blocs rouges et blancs sont numérotés. Ce sont des essais pour reproduire à l'identique les sols de certains bâtiments. Car dans les baraques en brique aux murs décolorés, le sol est abîmé. Il y a des trous. Il faut donc recréer les matériaux utilisés dans les années 1940. Parfois, il faut aussi remplacer des planches de bois gonflées d'humidité ou usées par le temps.

Ailleurs encore, on tombe sur une reproduction du portail "Arbeit macht frei", qui remplaçait l'original pendant sa restauration ; ou sur une grande fresque qui se trouvait, à l'origine, dans l'ancienne cantine des SS.

Parmi les premières tâches à effectuer, le conservateur Rafal Pirio cite la sauvegarde des baraques en bois et en brique de Birkenau et des onze bâtiments d'Auschwitz-I qui abritent l'exposition principale. Cette dernière, qui conduit les visiteurs à travers onze baraques, doit aussi être rénovée. Car elle est inchangée depuis... 1947. Dans ces salles, où l'affluence est grande, sont montrées, derrière des vitres, des tonnes de cheveux de déportés et des chaussures d'enfants. Les chaussures seront restaurées, mais le musée a choisi de laisser les cheveux tomber en poussière.

Le site comprend 155 bâtiments et 300 ruines sur près de 200 hectares. En arrivant à Birkenau, le visiteur reste sidéré par l'étendue des lieux. Les vestiges des baraques-dortoirs, encadrés de fils barbelés qui rouillent et de leurs poteaux en béton qui s'érodent, s'étendent à perte de vue. Les ruines des baraques en bois ponctuent le long quai où arrivaient les trains.

La préservation d'un lieu de mort n'est bien sûr pas dénuée d'ambivalence.

"J'ai souvent eu un sentiment un peu mitigé devant l'idée qu'il fallait restaurer un lieu comme celui-ci, dit Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et membre du Conseil international pour Auschwitz. D'un autre côté, si l'on ne restaure pas, cela disparaîtra. Auschwitz est un signal pour l'Europe et pour le monde. Il ne peut pas disparaître physiquement."

Au fil des ans, le statut d'Auschwitz a changé. Il est devenu le symbole par excellence de la folie nazie. Les chiffres de fréquentation le confirment : jusqu'en 2003, le nombre annuel de visiteurs tournait autour du demi-million. Ils étaient en 2008 1,3 million. Piotr Cywinski, le directeur du musée, relate une anecdote qui illustre cette évolution. "Fin avril 2008, un homme est venu, un juif qui, enfant, avait survécu aux camps. Son père était mort. Il m'a dit : "Je devais venir à Auschwitz, parce que mon père a été tué à Bergen-Belsen." Pour lui, Bergen-Belsen était symboliquement inscrit à Auschwitz."

Il paraît impensable que la communauté internationale refuse de participer à la conservation d'Auschwitz-Birkenau. Pourtant, Piotr Cywinski reste prudent. "En général, je dis que ce qui arrive de l'étranger, ce sont surtout des bons conseils", plaisante-t-il. Pour Richard Prasquier, il n'est pas normal que ce soit la Pologne qui finance le site : "Je trouverais tout à fait choquant que l'ensemble des pays d'Europe ne paient pas."

Le site vient d'obtenir 4 millions d'euros de fonds européens, pour la conservation de deux baraques d'Auschwitz-I. Les Allemands se sont déjà manifestés auprès de la Fondation.

Wladyslaw Bartoszewski est optimiste. "Quand j'étais au collège, dans l'entre-deux-guerres, il me semblait que Verdun, c'était une histoire fermée, qui n'intéresserait rapidement plus personne. Il s'est écoulé exactement soixante-dix ans depuis mon bac. Les gens s'intéressent toujours à Verdun."

Le-Monde, 25-02-09