mercredi 28 juillet 2010

Le PM britannique David Cameron soutient que le blocus israélien a fait de Gaza "un camp de prisonniers à ciel ouvert"


VIDEO - PM Cameron calls Gaza a Prison Camp

Malgré ses lointaines racines juives, le PM britannique ne semble pas soumis à la dictature de la pensée des sionistes.

British Prime Minister David Cameron called on Israel to end its blockade of Gaza, calling it a "prison camp"

Cameron critiqué par les siens…En parlant de Gaza comme d'un “camps de prisonnier géant à ciel ouvert”, David Cameron, l’homme fort de la politique extérieur britannique, a officiellement succombé à la propagande du Hamas. Si les mots de Camerons ont fait plaisir à certains conservateurs anglais, la plupart sont furieux!


"Gaza est un Camp de Prisonniers"

et

"l'Islam une Religion Pacifique",


Version Française


Thérèse Zrihen-Dvir


Le premier ministre anglais David Cameron, exhortait hier Israel à lever le siège de la bande de Gaza, comparant l'état actuel des palestiniens dans l'enclave de Gaza, similaire à celui d'un "camp de prisonniers."


"Permettez-moi d'être concis, la situation à Gaza doit changer… Gaza ne peut pas et ne doit pas rester un camp de prisonniers," déclarait-il dans un discours à une association d'affaires, pendant sa visite en Turquie.


Prenant la parole plus tard, après son entretien avec le premier ministre turc Tayyip Erdogan, Cameron perpétua ses descriptions stridentes,


"Même si certains progrès ont été décrochés jusque là, nous restons toujours devant l'impossibilité d'entrer ou de sortir de Gaza… Nous avons de tous temps supporté la levée du blocus sur Gaza," insistait-il.


Cameron toutefois, dut reconnaître les soucis sécuritaires d'Israel, visant les attaques de roquettes de Gaza, menées par le groupe radical palestinien, Hamas, sur Israel.


"Nous savons tous les deux que des discussions directes entre Israel et les palestiniens sont une excellente réplique," ajouta-t-il, se référant à Erdogan, qui devait bien rire sous cape.


Mais là ne se s'arrêtent pas les prérogatives de Cameron envers la Turquie : Seuls les mauvais interpréteurs de la religion pacifique (Islam) s'opposent à l'adhésion de la Turquie à l'Union Européenne!


L'argument entier de Cameron repose sur l'hypothèse que l'Islam, une religion pacifique, a été déformée par une minorité infime d'extrémistes.


S'il est dans l'erreur, il se lance dans une voie qui l'entraînerait vers un gouffre sans fond.


"La Turquie doit joindre l'Union Européenne," déclarait Cameron : "Tous ceux qui s'y opposent jouent sur leurs appréhensions de l'Islam," reportait le Daily Mail le mardi dernier, 27 Juillet, 2010.


- David Cameron accusait hier les réticents à l'adhésion de la Turquie à l'Union Européenne, blâmant leurs craintes de l'Islam, tout en pavant la route d'Ankara à Bruxelles.


Dans un discours à la capitale turque, le premier ministre promettait de 'lutter" pour aider l'état islamique à achever son objectif d'adhésion à l'Union Européenne de 50 ans, en ajoutant :

"En adoptant une nation islamique modérée, l'Union Européenne pourra améliorer ses relations avec le restant du monde islamique."


Puis se tournant vers ceux qui "comprenaient mal l'Islam intentionnellement" pour enfreindre à l'adhésion de la Turquie, il déclarait :


"Ils ne voient aucune différence entre le vrai Islam et la version déformée diffusée par les extrémistes. Ils pensent que les valeurs de l'Islam ne pourront jamais être compatibles avec celles des autres religions, sociétés et cultures. Tous ces arguments sont simplement erronés. Je nous veux tous en première ligne dans un effort international pour les défaire….


Décidément, nous vivons actuellement dans le grand siècle des rêveurs….


Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/





D’Ankara, le Premier ministre britannique qualifie Gaza de prison à ciel ouvert 27/07/2010

27/07/2010 En visite à Ankara ou il tente de persuader les Turcs à se réconcilier avec l’entité sioniste, le Premier ministre britannique David Cameron a appelé mardi Israël à lever le blocus qu'il impose à la bande de Gaza, qualifiant l'enclave palestinienne de "prison à ciel ouvert".

"Soyons clairs : la situation à Gaza doit changer (...) On ne peut et ne doit pas permettre que Gaza reste une prison à ciel ouvert", a déclaré M. Cameron à Ankara, au cours d'un discours devant un parterre d'hommes d'affaires.
S'exprimant un peu plus tard, après s'être entretenu avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, M. Cameron a défendu sa vision de la situation à Gaza, estimant que "même si des progrès ont été faits, nous sommes encore dans une situation où il est très difficile de rentrer et très difficile de sortir."
"Cela fait longtemps que nous soutenons une levée du blocus de Gaza", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre britannique a néanmoins tenu à rappeler que la sécurité d'Israël était aussi en jeu avec les attaques à la roquette perpétrées depuis Gaza contre son territoire par le groupe palestinien radical Hamas.
"Nous partageons tous deux l'opinion que des pourparlers directs (entre Israéliens et Palestiniens) sont la bonne réponse", a-t-il affirmé, parlant au côté de M. Erdogan.

M. Cameron a également appelé la Turquie à se réconcilier avec Israël après le raid meurtrier de commandos israéliens, le 31 mai, contre une flottille d'aide humanitaire pour Gaza, au cours duquel avaient péri neuf pacifistes turcs.
"La Turquie a été une bonne amie d'Israël dans le passé. J'espère vraiment que la Turquie peut continuer d'être une amie d'Israël parce que (...), en tant qu'amie d'Israël, elle va maximiser son influence sur ce qui doit se produire concernant ces pourparlers directs", a-t-il dit.
Le raid sanglant d'Israël contre la flottille a provoqué une crise sans précédent dans les relations déjà tendues entre la Turquie et Israël, naguère alliés dans la région, après l'offensive de l'armée israélienne à Gaza fin 2008.
"Les relations de la Turquie dans la région, aussi bien avec Israël qu'avec le monde arabe, sont d'une valeur incalculable", a commenté M. Cameron. "Et j'appelle la Turquie et Israël à ne pas renoncer à leur amitié".
http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=148069&language=fr




Calling Gaza a prison camp is an understatement





VIDEO - Israel suspend le dialogue avec le Royaume-Uni en raison d'une loi britannique permettant de poursuivre en justice de présumés criminels de guerre...



Le Premier Ministre britannique démissionne du Fonds National Juif

BRITISH PM RESIGNS AS PATRON OF THE JEWISH NATIONAL FUND

British PM removes his name from list of Jewish National Fund patrons

A pro-Palestinian group is claiming responsibility for British Prime Minister David Cameron's stepping down as a patron of the Jewish National Fund.