mardi 6 juillet 2010

Le problème



VIDEO - La Fameuse Parabole du Juif Errant : "15 expulsions forcées tous les 33 ans", selon le rabbin...

VIDEO - Attali: C'est Tikoun Olam! même pour ceux qui veulent pas entendre...



Extraits de la brochure:

LA
http://www.nccrimecontrol.org/imgs/LatchKey.jpg
DU MYSTÈRE

par A.A., 1936






LES 300 DESPOTES

WALTER RATHENAU, Juif, ministre en Allemagne dans la «Wiener Press » du 24 décembre 1921 :

« Trois cents hommes seulement, dont chacun connaît tous les autres, gouvernent les destinées de l'Europe. »

(...)

Si les Allemands veulent être jugés par des juges allemands et soignés par des médecins allemands; si les étudiants polonais veulent être éduqués par des maîtres polonais; si les paysans roumains veulent trafiquer avec des marchands roumains; si les jeunes Canadiens veulent que le Canada soit développé avant tout par les Canadiens, les Juifs écartés des fromages crient à la persécution dans le monde entier, ils hurlent au massacre, aux pogromes.

Pourtant, les Juifs ne parlent pas des plus cruels pogromes de l'histoire, si les victimes sont des non-juifs, Pourquoi? Repassons rapidement l'histoire et nous comprendrons.

Dans l'antiquité, sous Assuérus, 70 000 non-Juifs sont massacrés à l'instigation des Juifs, le jour que les youpins célèbrent chaque année sous le nom de Pourim, La veille de la sortie d'Egypte, massacre de tous les premiers nés des familles égyptiennes.

A la naissance de Jésus-Christ, massacre général des Saints Innocents dans toute la Palestine, dans l'espoir de tuer l'Enfant-Dieu.

Ils arrachent à Pilate la condamnation à mort du Sauveur. Ils lapident Saint Etienne. Ils poursuivent et font massacrer les apôtres.

Néron avait pour conseiller en chef le Juif Attilius et pour favorite la Juive Poppée, qui l'incitèrent à massacrer des centaines de mille chrétiens.

Le livre juif « Sepher Juchasin » (Amsterdam 1717) rapporte qu'au temps du pape Clément (91-100), les Juifs mirent à mort, à Rome et a u dehors, « une foule de chrétiens innombrables comme les sables de la mer ».

Dion Cassius, le grand historien, dans son « Histoire romaine traduction Anthoine de Bandole, 1660), écrit: « Durant ce temps, les Juifs qui habitaient le long de Cyrène, ayant pour capitaine un certain Andréas, tuèrent tous les Grecs et les Romains, mangèrent leurs chairs et leurs entrailles, se baignèrent dans leur sang et se vêtirent de leurs peaux. Ils en firent mourir certains fort cruellement, en les sciant depuis le sommet de la tête tout à travers le milieu du corps ; ils les jetèrent aux bêtes et contraignirent les autres à combattre l'un contre l'autre ; tellement qu'ils en firent mourir 220 000. Une semblable et pareille cruauté exercèrent-ils en Egypte et dans l'île de Chypre, ayant pour chef et conducteur de leurs cruautés un certain Artémion. En l'île de Chypre, ils massacrèrent 240 000 personnes, à cause de quoi il n'est plus permis à aucun Juif d'y descendre» .

Une note de Guizot, dans « Le déclin et la chute de l'empire romain », de Gibbon, dit aussi: « Dans Cyrène, ils massacrèrent 220 000 Grecs, 240.000 dans l'île de Chypre, et en Egypte un e très grande multitude d'habitants. La plupart de ces malheureuses victimes furent sciées en deux, conformément à l'exemple que David avait autorisé par sa conduite» .

Le livre juif « Sepher Hadoroth » nous apprend que Rabbenu Jehouda possédait la faveur de l'empereur Antonin le Pieux. « II lui désigne la malice des Nazaréens comme cause d'une maladie pestilentielle et obtint la mort de tous les Nazaréens qui se trouvaient à Rome en l'a n 3915 (a.d. 155). Le même livre nous indique que ce fut par l'influence des Juifs que Marc-Aurèle fit massacrer « tous les Nazaréens qu'il put », en l'an 177. (De ces nazaréens furent Saint Pothin et 47 de ses fidèles, dont Sainte Blandine avec les chrétiens Macturus et Sanctus).

Le même Juif nous dit comment les Juifs purent s'en donner à cœur joie sous le monstre Caracalla, « la bête féroce d'Ansonie». Le « Sepher HadorOU1» dit qu'en l'an 3.974 (a.d. 214) « les Juifs tuèrent 200.000 chrétiens à Rome et tous les chrétiens de Chypre».

Le « Sepher Juchasin », livre juif, dit aussi à la page 108 : « Sur le désir des juifs, Dioclétien tua un grand nombre de chrétiens, parmi lesquels les papes Caïus et Marcellinus, de même que le frère de Caïus et sa sœur Rosa ».

Mahomet fut assassiné par une Juive, de même que le tsar Nicolas II et sa famille le furent par des Juifs, Alexandre de Yougoslavie et Barthou par le Juif Peter Kalmen, Huey Long par le Juif Weiss, l'archiduc Rodolphe par une Juive ; il Y eut les nombreux assassinats judéo-maçonniques du tsar Alexandre, de Gustave III, Louis XVI et sa famille, Rossi (ministre de Pie IX), Garcia Moreno, le roi Carlos, Doumer, de Lambrecht, Morès, le juge Prince, Félix-Faure, Abraham Lincoln, Stolipyne, le comte Tisza.

(...)

Toutes les banques du Canada réunies, représentant les économies de millions de Canadiens, n'avaient pas la moitié de la fortune de cette banque juive, représentant la fortune de cinq personnes. Si les grands agitateurs juifs nous demandent de détruire nos banques nationales, dépositaires des économies des Canadiens, ils ne parlent jamais de détruire ces monstrueuses banques internationales qui financent le communisme, comme la preuve en a été faite.

L'Encyclopédie Juive nous apprend aussi que la maison Sassoon (les Rothschild de l'Orient) a le monopole de l'opium dans le monde, con trôle en Asie de vastes monopoles de textiles, filatures, teintureries (soie, coton, etc.) de puissantes organisations de banque, assurances, courtage, commerce. Succursales à Calcutta, Sha ughai, Canton, Hong Kong, Yokohama, Nagacsaki, Bagdad, etc.

La famille juive Péreire, de France, d'après l'Encyclopédie Juive, est ramifiée en Espagne et a de puissants intérêts dans de nombreux pays. Voici quelques entreprises qu'elle a fondées, ou dont elle a le monopole, ou dont elle détient de grands intérêts: Crédit-Foncier de France, Société Générale du Crédit Mobilier, Chemin de fer du Midi, Chemin de fer du Nord de l'Espagne, Gaz de Paris, Omnibus de Paris, Compagnie Générale Transatlantique, Eclairage de Paris, Assurance Union et Assurance Phénix d'Espagne, quais et usines de Saint-Nazaire, le Crédit Mobilier d'Espagne, Banque de Tunis, Banque Transatlantique, chemin de fer: Paris-Argenteuil, Auteuil; Cie des Quais de Marseille, Gaz de Madrid, Banque Ottomane Impériale, des chemins de fer en Suisse, en Russie, en Autriche, au Portugal, etc.,etc.

La famille Bischoffsheim, de Paris et Bruelles: Société Générale de la Banque des Pays-Bas, Crédit- Foncier Colonial, Société du Prince Impérial, Banque Franco-Egyptienne, Union du Crédit (Bruxelles), Comptoir des Prêts sur Marchandiscs (Anvers), Union du Crédit (Liège), Banque Nationale, etc. etc ... (Encyclopédie Juive).

La famille Strauss, de New-York: contrôle plusieurs banques et institutions financières, les magasins R. H. Macy, la poterie, la verroterie, (Encyclopédie Juive).

Seligman Brothers, de New-York, agents financiers de la Secrétairie d'Etat et de la Marine de Guerre des Etats-Unis depuis 1876, a été intéressé à tous les emprunts d'Etat américains, dirigea le syndicat qui distribua les bons du Canal de Panama aux Etats-Unis. En 1879, les Rothschild et Jesse Seligman absorbèrent à eux seuls l'emprunt de 150 000 000 $ du gouvernement américain. A géré DANS UNE LARGE MESURE la finance de la guerre civile américaine. (En 1877, le juge Hilton refusa de recevoir Seligman et sa famille, pour raison raciale, dans son Hôtel Grand Union de Saratoga. On estime que cet incident causa la ruine du magasin A. T. Stewart, alors géré par Hilton, et qui par la suite devint la propriété de John Wanamaker, de Philadelphie» . (Encyclopédie Juive).

Il en est de même pour tous les pays, qu'il s'agisse des Rothschild fabuleusement riches, capables de détruire n'importe quel gouvernement anglais ou français qui oserait les défier, qu'il s'agisse des richissimes banquiers internationaux Camondo, Fould, Montague, Stern, B1eichroder, Warschauer, Mendelssohn, Gunzbourg, Japhet, Lazard, etc., à côté desquels les Ford, les Carnegie, les Dupont, les Mellon, les Rockefeller sont comme des nains.

La presse juive ne nous parle que des financiers chrétiens mais cache soigneusement la puissance formidable des grands maîtres-chanteurs internationaux, puissance hors de proportion avec la population juive et surtout avec la production des Juifs.

Les culbutes de quelques petits Juifs, tels les frères Insull ($ 5.000 millions), Stavisky (450 millions de francs), Lévy (120 millions de francs), dans la catastrophe française de Panama, etc., nous font mieux voir la grosseur des autres. Les Juifs sont vraiment les maitres incontestés de la finance mondiale, qui leur permet d'affermir leur contrôle sur les prix des denrées, les organismes internationaux de toutes sortes, la propagande mondiale et les Gouvernements. Il est immoral qu'une seule race détienne ainsi tant de puissance sur toutes les autres races de la terre. Les temps sont révolus, le moment est venu de détruire cette pieuvre colossale qui suce l'humanité et se nourrit de tous les peuples en travail. Les contrôles locaux de la juiverie dans notre pays (alcools, fourrures, viandes, abattoirs, meubles, confection, tavernes, or, nickel, papier, etc.) ne représentent qu'une infime partie de sa puissance. La plus grande et pire puissance est celle qu'on ne voit pas mais qui est plus effective, celle de l'organisme international à cent têtes. Il faut travailler à la délivrance, chacun dans son pays dans sa province, dans sa ville .

« CANADIAN JEWISH CHRONICLE », 7 septembre 1935 (The Czar in Rothschild's Castle) :
« La résidence palatiale de Rothschild fut toujours dans un état de splendeur salomonienne, telle qu'aucun Kalife n'aurait pu soutenir sans réduire son royaume à la pauvreté. Oc fait, au moins la moi lié des trésors de la terre sont préservés dans les voûtes de Rothschild ... Rothschild exerce sa puissance sur des agences inaccessibles à d'autres mortels. Les rois le craignent, et la forteresse de Sébastopol ne serait jamais tombée s'il avait prit fait et cause pour la Russie ... Cet homme contrôle la destinée des nations... c'est le Seigneur d'Israël.

« TAG », journal juif, New-York, 9 avril 1936 :
« Les Juifs d'Amérique, à cause de leur nombre, de leurs intérêts et de leur habileté, constituent UNE GRANDE FORCE POLITIQUE. Elle leur appartient de droit. Ils vont s'en servir comme ils l'entendront. Que ferez-vous à ce sujet ? »


DES OPINIONS ANTIQUES

Prophète Jérémie :

« Les Juifs m'ont méprisé, dit Jéhova. C'est pourquoi je donnerai leurs femmes à d'autres et leurs champs à de nouveau propriétaires, car du petit au grand tous sont avides de gain: du prophète au sacrificateur, tous commettent des fautes; ils seront confondus, car ils font des abominations, mais ils ne rougissent point et ils ne connaissent pas la honte ; ils tomberont, au jour des châtiments, ils seront renversés. Je les détruirai ». - VIII, 10-13 .
« Les Juifs épient comme l'oiseleur qui se baisse, ils tendent des pièges et y prennent des hommes. Comme une cage remplie d'appâts, leurs maisons sont remplies de fraude; c'est ainsi qu'ils croissent et s'enrichissent; ils ont un embonpoint brillant, ils outrepassent le mal même». - V. 26-29.

Prophète Isaïe :

« Vos mains sont souillées de sang et vos doigts de crimes, vos lèvres profèrent le mensonge et votre langue tient des discours pervers. Nul de vous n'assigne avec le bon droit et nul ne plaide avec droiture. PORTANT LA MALICE DANS LEUR SEIN, LES JUIFS ENFANTENT LE CRIME. Ils couvent des œufs d'aspics et ourdissent des toiles d'araignées: QUICONQUE MANGE DE LEURS ŒUFS MEURT, ET EN PRESSE-T- ON UN IL EN SORT UNE VIPÈRE. Leurs trames ne servent pas à vêtir et de leur ouvrage ils ne peuvent se faire un manteau: leurs œuvres sont des œuvres de malice et la violence est dans leurs mains. Leurs pieds courent au mal et se hâtent pour verser le sang innocent.
« Malheur à ceux qui ajoutent maison à maison, joignent terrain à terrain, jusqu'à ne plus en laisser, et il être seuls établis dans le pays... Malheur à ceux qui tirent à eux le crime avec les cordes du vice, et le péché comme avec les traits d'un chariot.. Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui changent l'obscurité en lumière et la lumière en obscurité, qui change l'amertume en douceur et la douceur en amertume ! " - V. 8-21.

« Jewish World », 15 mars 1923 : « LE JUDAISME EST FONDAMENTALEMENT ANTI-CHRETIEN ».

UN GOUFFRE INFRANCHISSABLE

Dans son livre « You Gentiles » (Vous les Gentils), publié en 1924, le Juif et chef sioniste, Maurice SAMUELS, a écrit :

« Entre les Gentils et les Juifs il y a un infranchissable abime. Votre vie est une chose, notre vie en est une autre. Cette première différence ne peut avoir de conciliation. Elle tient du gouffre.(...)

Nous, les Juifs, les destructeurs, resterons toujours des destructeurs. Rien de ce que vous ferez ne satisfera à nos besoins et nos demandes. Nous détruirons toujours parce que nous voulons un monde à nous seuls ».


COMMENT S'EXPLIQUENT LES
HORREURS EXPOSEES
DANS TOUT CE QUI PRECEDE

FUNESTE FORMATION QUI ENTRETIENT UNE
MENTALITE DANGEREUSE ET UNIQUE... AU MONDE

Il y a quelques années, l'abbé Auguste Rohling, docteur et savant hébraïsant, traduisit de nombreux passages du Talmud, en offrant une récompense de 10 000 francs à quiconque pourrait prouver qu'un seul mot de sa traduction était inexact (En vente à nos bureaux, 10 francs). La traduction avait été révisée par un autre savant docteur, l'abbé Lamaque. Cette traduction a été reproduite dans de nombreux livres et journaux d'Europe, dans toutes les langues, sans que jamais les Juifs aient osé y répondre. Voici quelques passages de ce « catéchisme» des Juifs, traduction Rohling, reproduits du livre « Juste solution de la question juive» par M. l'abbé Charles, docteur en théologie, ancien professeur de philosophie, curé de Saint-Augustin, France :

« La Bible, c'est de l'eau ». Mais (le Talmud) la Mischna c'est du vin, et Gémarra, un vin arômatique». - Maseeh Sopharim,13 b.

« Celui qui méprise les paroles des rabbins est digne de mort ». - T. Chag, Gol 10-b.

« Il faut savoir que les paroles des rabbins sont plus suaves que celles des prophètes». Midras Misie, Fol. 1.

« Les paroles des rabbins sont les paroles du Dieu Vivant », Bochai ad Pent., Fol. 201, Cab. 4.

« La crainte du rabbin est la crainte de Dieu». Yad chaz hileh Talmud Thora, pereq. 5-l.

« Les rabbins ont la souveraineté sur Dieu ». Traité 5 Madkatan, 16.

« Tout ce que les rabbins disent sur la terre est une loi pour Dieu ». Tr. Rosch-Hasha.

« Ceux qui étudient la loi des rabbins sont libres de tout dans le monde» . Sahar l, 132a.

« Celui qui étudie le Talmùd ne tombera jamais dans le besoin; mais il y puisera l'art de tromper ». TI'. 19. Sota 216.

« Si le Juif passe des sentences et des doctrines du Talmud à la Bible, il n'aura plus de bonheur ». Tr. chag. Fol. 10-b.

« Si les Juifs suivent le Talmud, ils mangeront pendant que les non-Juifs travailleront. Sinon ils travailleront eux-mêmes». -Tr. Beras chot 35l-b.

« Celui qui lit la Bible sans la Mischa et sans la Gémarra (c'est le Talmud) est semblable à quelqu'un qui n'a p as de Dieu ». -Sepher, Safare Zedeq. Fol. 9.

Voici ce qu'Israël pense de lui-même :

« Dieu d'abord pleure tous les jours la faute qu'il a commise en envoyant son peuple en exil ». Traité Bera, chot. Fol. 3-a.

« Les âmes des Juifs sont des parties de Dieu, de la substance de Dieu, de même qu'un fils est de la substance de son père ». - Traité Sela, 262 a.

« Aussi une âme juive est-elle plus chère, plus agréable à Dieu que Ioules les âmes des autres peuples de la telle. - Sela I.C. et Sefra, Fol. 4.

« Les âmes des autres peuples descende du démon et ressemblent à celle des animaux. Le non-juif est une semence de bétail ». -- Traité Sefa et Sela id. Sepher Hanecham a. Fol. 221, col. 4. Jalqût chad. Fol. 154 b. Traité Jebammoth.

«Tous les non-juifs vont en enfer ».T. Sepher Zerov Hamor, Fol. 27 b et Bacha, 34; Masmia Jesua, Fol. 19, Col. 4.

« Les Juifs auront l'empire temporel sur le monde entier». Perus Hea-misma, Ad Tr. Sah. 1 c.

« Tous les chrétiens seront exterminés ». -Sepher Zerov Ha-mol, Fol. 125 b.

« Tous les trésors des peuples passeront entre leurs mains ». - Sanhédrin, Fol. 110 b.

« Car tous les peuples les serviront, et tous les royaumes leur seront soumis». Sanhédrin, Fol. 88 b et Kethuboth, Fol. 111b
.
«Dieu a mesuré la terre et il a livré les lion-Juifs aux Juifs ». - Baba Quammma, Fol. 37 b.

« Les non-Juifs ont été créés pour servir le Juif jour et nuit. Dieu les créa sous forme d'hommes en l'honneur du Juif; car il ne peut convenir à un prince (et tout compatriote de Juda, le pendu, est prince) d'être servi par un animal sous la forme d'un quadrupède ». - Sepher Nedrash Talpoth. L'édition de Varsovie de 1875, p. 225.

« Les biens des non-Juifs sont des choses sans maitre. Elles appartiennent au premier Juif qui passe ». - Pfefferkorn. Dissert. Philos, p. 11 .

«Un enfant de Noé (un non-Juif) qui vole à un Juif même moins qu'un liard doit être mis à mort». -Jebammoth, Fol. 47 b.

« Mais il est très permis à un Juif de voler un non,Juif. - Babattez, Fol. 111 b.

« Car la propriété d'un non-Juif équivaut à une chose abandonnée (puisque nous sommes des animaux). Le vrai possesseur est celui des Juifs qui la prend le premier» .' Baba Bathra, Fol. 54 b. «Si un Juif a un procès contre un non-Juif (dit le Talmud au magistrat juif) vous donnerez gain de cause à votre frère, et vous direz à l'étranger: c'est ainsi que le veut notre loi» .

« Si la colonie juive a pu imposer quelques-unes de ses lois (comme le divorce, les écoles sans Dieu, le vol des biens des congrégations) vous donnerez encore gain de cause à votre frère, et vous direz à l'étranger: c'est ainsi que le veut votre loi. Mais si Israël n'est pas puissant dans le pays, ou si le juge n'est pas Juif, il faudra tourmenter l'étranger par des intrigues jusqu'à ce que le Juif ait gagné sa cause ». - T. Baba Gamma, Fol. 113 a.

« Celui qui rend au non-Juif l'objet qu'il a perdu ne trouvera pas grâce auprès de Dieu; car il fortifie la puissance des non-Juifs ».- Sanhédrin, Fol. 76 b.

« Dieu a ordonné de pratiquer l'usure envers un non-Juif; car nous devons lui faire tort, même quand il nous est utile. Si un goy (non-Juif) a besoin d'argent, le Juif saura le tromper en maitre. Il ajoutera intérêt usuraire, jusqu'à ce que la somme soit si élevée, que le goy ne puisse plus la payer sans vendre ses biens ou que le Juif commence à faire un procès, et obtienne des juges le droit de prendre possession des biens du goy ». - Seph. Mizv., Fol. 73.4.

« Il faut tuer le plus honnête parmi le non-Juifs». - Tosaphoth a. 1.

« Celui qui fait couler le sang des non-Juifs offre un sacrifice à Dieu». - Nidras Bamidehar rabha, p.21.

« Trois Juifs réunis suffisent pour délier leurs compatriotes de tout serment». T. Rosch-Haschana.

Le célèbre Juif Jacob Frank dit que: sans la Kabbale, il est impossible d'expliquer les nombreux textes de la Mischna et du Talmud». Or, la Kabbale enseigne ce qui suit: « Le Juif est donc Dieu vivant, Dieu incarné; c'est l'homme céleste, Adam Kadmon. Les autres hommes sont terrestres, de race inférieure. Ils n'existent que pour servir le Juif. Ce sont des petits d'animaux». - Ad Pent., Fol. 97-3.


Conséquences de cette formation

JACOB BRAFMANN, ex-rabbin, dans ses deux volumes « Les Fraternités Juives », Vilna 1868, et « Livre dn Kahal ", Vilna, 1869:
« Les Juifs doivent obéir aux instructions du Kahal et du beth-din, en contradiction avec la loi du pays».

MARCUS EL RAVAGE, Juif, dans le « Century Magazine», janvier 1928 :
« Nous sommes des intrus. Nous sommes des trouble-fête. Nous sommes des subversifs ... Nous avons semé la discorde et la confusion dans votre vie personnelle autant que publique »...

DARMESTETER, le grand historien juif:
« Le Juif est le docteur de l'incrédule, tous les révoltés de l'esprit viennent à lui dans l'ombre ou à ciel ouvert. Il est l'œuvre dans l'immense atelier de blasphèmes du grand empereur Frédéric et des princes de Souabe et d'Aragon; c'est lui qui forge tout cet arsenal meurtrier de raisonnement et d'ironie qu'il lèguera aux sceptiques de la Renaissance aux libertins du grand siècle, et le sarcasme de Voltaire n'est que le dernier écho d'un mot murmuré dix siècles auparavant dans l'ombre du Ghetto et, plus tôt encore, au temps de Celse et d'Origène, au berceau mêm e de la religion du Christ ».

OITO WEININGER, Juif, dans son livre « Sexe et Caractère » :
«Ce qui distingue le Juif dans la révolution française, c'est qu'il est un ELEMENT DE DÉCOMPOSITION ».

BERNARD LAZARE, Juif, dans « L'Antisémitisme et ses causes» :
« Le Juif ne se contente pas de déchristianiser, il judaïse; il détruit la foi catholique et protestante, il provoque à l'indifférence, il impose son idée du monde, de la morale et de la vie à ceux dont il ruine la foi; il travaille à son œuvre séculaire: l'anéantissement de la religion du Christ».

RENE GROOS, Juif, dans « Le Nouveau Mercure », mai 1937 :
« Il y a une conspiration juive contre toutes les nations».

M.-J. OLGIN, Juif, dans le journal de New-York, « Freiheit », 10 janvier 1937 :
« Conformément à la religion juive, le Pape est un ennemi du peuple juif par le seul fait qu'il est le chef de l'Eglise catholique. LA RELIGION JUIVE, rappelons-le, EST OPPOSÉE au CHRISTIANISME EN GENERAL, A L'EGLISE CATHOLIQUE EN PARTICULIER ».

« Medina Ivrit» (L'Etat Juif), Prague, no 33, date du 27 septembre 1935 :
« Dans nos cœurs ne règne qu'un 'sentiment: la vengeance! Nous commandons à nos cœurs de bannir toutes autres émotions et de ne nous laisser diriger que par ce sentiment unique: celui de la vengeance. Notre peuple, à qui le monde doit les conceptions les plus hautes, n'a plus aujourd'hui qu'un seul désir: RAVAGER, DETRUIRE, BOYCOTTER» !

CERFBEER DE MEDELSHEIM, Juif, dans « Les Juifs Il, Paris 1857, page 39 :
. « L'usure a procuré aux Juifs la moitié de l'Alsace ; c'est la grande plaie de notre époque. L'usure se commet dans nos campagnes avec autant d'impudence que d'impunité ; la petite propriété est dévorée par ce chancre qui ronge tout. Il faudrait un volume pour énumérer les moyens honteux et perfides employés par les Juifs pour attirer à eux toutes les parcelles de terrain qui excitent leur convoitise ; et nous ignorons s'il pourra se trouver dans l'esprit de nos lois modernes quelques dispositions assez fortes pour arrêter les progrès de ce mal, lorsqu'on sera obligé d'en référer à la Législature. Ce ne sont plus les Juifs qui se recouvrent du sac de douleur, ce sont les paysans de nos campagnes qui portent le deuil des iniquités d'Israël ».

OSCAR FRANKE, Juif, dans son livre « Les Juifs », Leipzig, 1905, p. 84 :
« De tout temps, cette occupation des Juifs (l'usure) avait été stigmatisée par les poètes. Dans une époque aussi reculée que le XVIe siècle, l'usurier juif était un personnage bien connu ».
« Dans les jeux du carnaval, le Juif comme usurier et escroc était le rôle spécialement goûté du public. Et, dans ce cas, les écrivains l 'avaient aucune difficulté pour lui prêter des traits pris sur le vif ». (Page 98).
« ... un homme qui, d'une façon générale, trompe le milieu chrétien dans lequel il se trouve et partout s'inspire du désir de s'enrichir. Pour cette raison, presque partout, l'opinion prévaut que le Juif est l'exploiteur du peuple chrétien ».

GRAETZ, le grand historien du peuple juif, cité par le philo-sémite Bonsirven (« Sur les ruines du Temple », p. 324) :
« Les défauts de la méthode d'enseignement talmudique, la subtilité, la manière d'ergoter, la finasserie pénétrèrent dans la vie pratique et dégénérèrent en duplicité, en esprit retors, en déloyauté. Il était difficile aux Juifs de se tromper entre eux parce qu'ils avaient reçu une éducation à peu près identique, et, par conséquent, ils pouvaient se servir des mêmes armes. Mais ils usaient souvent de ruse et de moyens déloyaux à l'égard des non-Juifs ».


LE MESSIE C'EST LEUR TRIBU

Rabbin KAUFMAN KOHLER, dans son livre « Théologie systématique du Judaïsme», page 290 :
« Tous les porte-parole du judaïsme réformé ont UNANIMEMENT protesté contre le maintien dans la liturgie et dans la doctrine des passages relatifs à la croyance en un Messie personnel. Ils n'en insistent que plus sur la croyance en une époque messianique d'universelle connaissance de Dieu et d'amour embrassant toute l'humanité, idée qui se trouve en étroit rapport avec la mission du peuple juif. Conformément aux belles paroles que le second Isaïe consacre au douloureux serviteur de Dieu, le titre de Messie est désormais conféré au peuple d'Israël, le Messie souffrant, qui deviendra, à la fin des temps, vainqueur et couronné».


LEUR MATÉRIALISME

Rabbin LEONARD LEVY, sermon du 7 novembre 1909, Paris, reproduit dans les journaux juifs:
« Autrefois, on croyait que chaque mot de la Bible était de la vérité absolue. Il n'en est plus ainsi. Le travail des chercheurs a établi que la Bible est un produit de l'intelligence humaine du commencement à la fin, contenant certaines erreurs, certaines vues inexactes, dues à la faillibilité de ses auteurs, qui étaient des hommes. C'est un résultat des plus précieux». (On comprend toujours mieux le matérialisme juif !)

Nous étions prévenus depuis dix-neuf siècles!

Dans la Sainte Bible (traduction Ang. Crampon), on peut lire ce que Notre-Seigneur Jésus-Christ a dit des Juifs.

« Discussion entre Jésus et les Juifs; ceux-ci sont fils du démon (30-51) ».

« Vous (les Juifs), vous faites ce que vous avez vu chez VOTRE père ... vous faites les œuvres de votre père ... Le père dont vous êtes issus, c'est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été HOMICIDE dès le commencement.." il n'y a point de vérité en lui..., il est MENTEUR et le père du mensonge ... , vous n'êtes pas de Dieu ... , vous ne connaissez pas Dieu». (Alors les Juifs essayèrent de lapider le Sauveur).

Guerres, révolutions, émeutes, soulèvements, dont tant de Juifs ont admis la responsabilité dans les pages précédentes, sont des œuvres d'HOMICIDE, des œuvres du diable.

Schismes, hérésies, propagande subversive, fausses doctrines, représentation erronée des faits et des événements, dont tant de Juifs ont admis la responsabilité dans les pages précédentes, sont des œuvres de MENSONGE, des œuvres du diable.

L'histoire de tous les malheurs contemporains se résume à ces deux choses: MENSONGES qui égarent les individus et les peuples, HOMICIDES des guerres et des révolutions qui jaillissent de l'égarement.

.'.

Saint Paul l'apôtre des Gentils, nous dit aussi dans sa première épître aux Thessaloniciens (14-16) que les Juifs «ne plaisent point à Dieu et sont ENNEMIS DU GENRE HUMAIN ».

Les textes juifs reproduits dans cette brochure prouvent abondamment la vérité des paroles de Saint Paul, qui fut poursuivi par sa race avec tant de haine et d'acharnement.(...)







Extraits de "Le mystère du sang" (A. Arcand):

(...) Non seulement nous devons éviter de détruire l’Ancien Testament, mais nous devons le conserver soigneusement comme une preuve de l’ingratitude juive à l’égard de Dieu et de ses bienfaits; et nous devons prendre soin d’expliquer ce qu’il veut dire exactement. L’Ancien Testament est la preuve la plus foudroyante de la dégénérescence incurable des Juifs considérés en accord avec le problème juif. L’Ancien Testament ne fut jamais comme notre ``loi``. Il fut fait exclusivement pour la race juive, pour sa survivance, pour raconter son parfait matérialisme, pour une race qui peut produire des choses tel que Sodome et Gomorrhe, pour une race pour laquelle tout peut être à vendre, même l’intangible droit d’aînesse –Esau...son frère Joseph; son mari...Samson; sa femme...Abraham; son maître...Judas Iscariote. (...)

Quand les Juifs révoltés contre la personne du Christ l’assassinèrent, Dieu leur enleva leur spiritualité, et les laissa retourner à leur maître, le diable. Au moment exact de la crucifixion, il déchira le voile du Temple et exposa le Saint des Saints à la populace. Il fit détruire le Temple par les hommes de Rome. Il détruisit leur sanhédrin, et jeta loin leurs sacrifices, que les rabbins modernes essaient de symboliser avec leur cruel shechitah (massacre d’animaux pour rituel), ce qui n’a aucune relation dans la pureté des vivants, mais est simplement une continuation des rites sanglants.

FILS DU DIABLE
Sachant que sa mission ne les sauverait pas, le Christ passa sur eux un jugement définitif, (Saint-Jean 8-44) : ``Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été homicide dès le commencement et il ne s’est pas tenu dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et père du mensonge``.(...)

L’Ancien Testament est le plus précieux des documents. Nous devons le conserver avec attention. Il accuse les Juifs plus que les temps présents. Mais nous devons extirper complètement la croyance que ...c’est notre loi.(...)

Les Juifs ont des livres sacrés, qui sont leurs lois civiles et de tribus, aussi bien que pour des lois religieuses et criminelles. La seule conception de l’autorité qui leur est donné dans ces livres, est la terreur. Leur Jéhova est un Dieu de revanche et de terreur, agissant toujours par les plaies, l’ange de l’extermination, les épidémies, parlant avec les massacres et le tonnerre.(...)

N’ayant d’autre conception de l’autorité et d’un mode de gouvernement que la terreur, les Juifs ne peuvent pas imaginer autre chose que la terreur comme principe d’autorité quand ils prennent le pouvoir dans un pays. Exemple : l’Espagne, la Russie, la Hongrie, etc.
Le marxisme, né du Talmud, transporte partout et en lui-même cette seule et unique conception de l’autorité.

Les Juifs ne croient pas et ne comprennent pas le code de pardon du Nouveau Testament et ils ne peuvent pas imaginer une loi, ni aucun système d’autorité qui rencontrerait à peine ses idéaux et imposerait le respect pour leurs beautés morales. Ils veulent gouverner le monde comme Dieu fut obligé de les gouverner par la revanche, le massacre et la terreur.

Les Juifs voulurent tuer Jésus. Ils réussirent. Et ils transportent dans leur sang la même inimitié pour la spiritualité; ils ont toujours essayé de détruire son œuvre. Aujourd’hui, ils crucifient la chrétienté sur une croix d’or, tout comme ils ont crucifié leur Maître sur une croix de bois.

Par un Gentil, Pilate, les Juifs reçurent toutes les chances possibles d’admettre l’innocence de Jésus et de Le sauver; mais ils refusèrent. Et ainsi, pour leur plus grande culpabilité et pour écarter les Gentils de toute culpabilité, ils crièrent au ciel:

``Que son sang retombe sur nous et nos enfants``.

Aujourd’hui, la chrétienté est trop spiritualiste pour les adorateurs du matérialisme. À travers les siècles, le culte des Juifs fut toujours un culte sanglant. Le massacre sous toutes formes accompagne leurs pérégrinations dans l’Ancien Testament : circoncision = sang; sacrifice dans le temple = du sang; massacre de soixante-dix mille Assyriens de différentes tribus en marche vers la Palestine = du sang; massacre de tous les premiers-nés des familles égyptiennes = du sang; massacre de millions d’êtres humains dans les guerres et les révolutions marxistes = du sang !...Encore du sang ! Toujours du sang !...(...)

``Les Juifs ne plaisent pas à Dieu, et sont les ennemis du genre humain``. (St-Paul, Thess. 2-15)

A.A.