lundi 3 octobre 2016

Avant les Protocoles des sages de Sion, avant les nazis... la victoire juive sur les nations était déjà un fait accompli. Jamais dans l'histoire un si petit groupe n'a eu autant de pouvoir à l'échelle mondiale—et la tendance n'est pas près de s'inverser.


Une citation qui n'est apparemment pas de Voltaire... peu importe qui l'a dit.
Socialisme des imbéciles? ou plutôt "cri de l'opprimé"?


Jamais dans l'histoire un si petit groupe n'a eu autant de pouvoir à l'échelle mondiale que, par exemple, la famille Rothschild.

Et jamais dans toute leur histoire les juifs n'ont eu autant de pouvoir qu'aujourd'hui.

Le pouvoir juif est inégalé, au plein sens du terme, et ce ne sont pas que de vils antijufs qui le disent, ce sont aussi des auteurs juifs tels Norman Cantor, cités notamment par Michael Collins Piper dans The New Jerusalem: Zionist [Jewish] Power in America (2005):
Jews in the four decades after 1940 came home in American society to suburban comfort, to penetration of academia and the privileged bastions of the learned professions, to corporate business, to politics and government and controlling levels of the media. Jews were over represented in the learned professions by a factor of five or six.
In 1994 Jews were only three percent of the American population but their impact was equivalent to an ethnic group comprising twenty percent of the population.
Nothing in Jewish history equaled this degree of Jewish accession to power, wealth and prominence.
Not in Muslim Spain, not in early 20th century Germany, not in Israel itself, because there were no comparable levels of wealth and power on a world-class scale in that small country to attain. (Norman Cantor, The Sacred Chain, The History of the Jews, 1994).


Alors? Socialisme des imbéciles ou "cri de l'opprimé"?

Feu Michael Collins Piper référait particulièrement à un des textes fondamentaux de la dénonciation du pouvoir juif—plus fondamental encore que les Protocoles, ou que la propagande antisémite nazie ou anti-communiste. Il s'agit du plus célèbre pamphlet de Wilhelm Marr—fondateur de la première "Ligue antisémite" qui fit entrer dans l'usage courant le concept d'antisémitisme—un bestseller paru en 1879 et réédité plusieurs fois intitulé La victoire du judaïsme sur le germanisme (aussi disponible en allemand et en anglais):

 
Préface

Par cette brochure, je cherche moins à polémiquer contre le judaïsme qu’à exposer des faits d’histoire culturelle.

Chaque fois que les circonstances m’amèneront à tenir des propos peut-être choquants, cela peut et doit être compris comme un « cri de douleur » de l’opprimé. Un pessimisme résigné s’écoule de ma plume.

D'aucuns diront: « il y aura toujours des gens bizarres comme celui-là ». Mais soyez assurés que nul ne serait plus heureux que moi si les faits que je vais aborder étaient prouvés faux. Les juifs et le judaïsme ont été attaqués dans la littérature d’innombrables fois. Toutefois, cela a presque toujours été du point de vue de notre opinion non-juive, gonflée de nous-mêmes ou si je puis dire, dans le style vaniteux de retrait à la Gambetta. Notre orgueil ne nous a pas encore permis d’admettre qu'Israël est devenu une puissance mondiale de tout premier rang. Nous avons réussi à comprendre les Juifs, mais avons échoué à nous comprendre nous-mêmes.

En tous les cas, cette brochure est à même de revendiquer son originalité. Libre de toute attache et de tout parti pris religieux, elle permet de plonger le regard dans le miroir des faits historiques et culturels. Et ce n'est pas la faute du « pessimiste » si ce que ce que vous voyez dans le miroir ce sontdes esclaves.

Je ne souhaite que deux choses concernant cette brochure :

1 - que les critiques juifs n’étouffent pas l’affaire ;

2 - qu’elle ne soit pas mise au rebut avec le commentaire béat habituel.

J'annonce haut et fort, et sans aucune tentative d’ironie, le triomphe du judaïsme sur une base historique mondiale. J'apporte la nouvelle d’une guerre perdue et de la victoire ennemie.

Et tout cela, je le ferai sans trouver d'excuses à l’armée vaincue. Je pense qu'une telle franchise mérite en retour le privilège d’être traité autrement que par le babillage journalistique zélé habituel.

Michael Collins Piper cite ce pamphlet dans son livre The New Babylon: Those Who Reign Supreme—A Panoramic Overview of the Historical, Religious And Economic Origins of The New World Order (2009):



The New Babylon, p.37:

Writing, as he was, from a German perspective in 1879, at a time when Germany was consolidating as a nation, Wilhelm Marr — who loudly dared to challenge Jewish financial power (and who is often credited with coining the term “anti-Semitism”) — predicted Jewish finance would reign supreme in his native land, but at great cost.
Yes, Jewry shall raise Germany to a world power and make it the new Palestine of Europe. It won’t come about by violent revolution but by the voice of the people itself, as soon as German society has reached that highest level of social bankruptcy and perplexity toward which we are rushing headlong.
Don’t blame Jewry for this . . . Our Germanic element has shown itself culturally and historically powerless, incapable of achievement, before alien domination.

This is a fact, a raw, pitiless fact.
Marr charged that the Jewish-controlled media in Germany impacted upon all aspects of society: “State, church, Catholicism, Protestantism, credo, and dogma must bow before the Jewish Areopagus, the daily press,” he said. (And it is indeed interesting that even then — as Marr noted — there was a growing concern with Jewish influence over “the daily press.”)

And just as Marr predicted, there did indeed arise a state of bankruptcy and decay within Germany in the years following World War I, and Jewry did rise to a preeminent position in Germany, more so than ever before.

However, of course, there was, in 1933, a popular revolution in Germany, through the ballot box, that led to the rise of Adolf Hitler and the National Socialist German Workers Party and this resulted in the diminution of Jewish influence in Germany where the Jewish powers had reigned supreme. Germany was no longer, as Marr had said, “the new Palestine.”

In truth, of course, we now see the situation in America today being akin to the situation in Germany prior to the German Revolution of 1933. America’s economy is in a shambles, with Wall Street pirates — many of them, even perhaps most of them, Jewish — having brought the nation to the brink of bankruptcy, even as an American president — George W. Bush — decimated the nation’s treasure (and the blood of its youth) in pursuit of wars demanded by the Jewish lobby. Yet, the Jewish power interests — all acting in the sphere of influence of the Rothschild Empire — do continue to hold sway over the course of American affairs. (…)

The New Babylon, p.85: 

Germany's outspoken critic of Jewish Power, Wilhelm Marr, said that he was convinced that he had spoken aloud what millions of Jews secretly thought: "To Semitism belongs World Mastery." And to the Jews, he urged:
Be open and truthful with your thoughts. You certainly have the power to do it. We shall not compain any longer, but let us put an end to the hypocrisy between [Jews and Jews]...

Perhaps your realistic views of the world and life are correct. Perhaps destiny intends us to be your helots. We are well on the way to that end. Perhaps the spirit that brought you into the West and that high and low worship today is the only true one...

The "Twilight of the Gods" has begun for us. You are the masters, we the slaves. What is there left to say?

A voice in the wilderness has been sounded and has only confirmeed the facts, incontrovertible facts. Let us then reconcile ourselves to the inevitable since we are unable to alter it.
Let us pray that Marr was wrong. We must work to alter "the inevitable." By confronting the truth about the New World Order, we can prevail. (…) 

The New Babylon, p.115:

For the record, Krefetz added, that, in his opinion, there is no real evidence of an international conspiracy of Jewish bankers, but that “some Jews in banking have conspired.”

The money game, he said, “holds a fascination for Jews that some might say is equivalent to sex to the French, food to the Chinese, and power to the politician. And since the Diaspora [the scattering of Jewish communities], their financial concerns have always had an international flavor.”

As early as 1879, the anti-Jewish German essayist Wilhelm Marr said candidly that Jewish Money Power had assembled a predominant influence, in Germany in particular, but he recognized that this money power was international in scope. Marr described his own writings as “less a polemic against Jewry than confirmation of a cultural and historical fact.” He said that any intemperate language he may have used “must be understood as no more than a cry of pain from one of the oppressed.”

By the “oppressed,” Marr was referring to the rest of the many Europeans and peoples worldwide who were, as one English writer put it, some years later, “under the heel of the Jew,”—referring, indeed, to the Jewish Money Power.

Pointing out that many people had written unpleasant things about Jews and the organized Jewish community, Marr noted that, nonetheless, “our self conceit still keeps us from the open and honest admission that Israel has become a world power of the very first rank.”

He emphasized that there was no religious prejudice in his writings. He was, he noted, simply enabling his readers to peer into what he called “the mirror” of cultural and historical facts. He advised readers of his pessimistic works to not blame him if that mirror showed those readers to be slaves.

“Without a shred of irony,” he wrote, “I publicly proclaim the world-historical triumph of Jewry, the news of a lost battle, the victory of the enemy without a single excuse for the stricken army.” He referred to his stark (and dark) conclusions as nothing more than “candor.”

Marr noted that “throughout history the Jews have been hated by all peoples without exception.” He emphasized that much of this hatred and enmity did not come as a consequence of the Jewish religion and its teachings (particularly its disdain for non-Jews)—although he acknowledged this did play some part—but rather, Marr said, the Jewish people had been able to adapt themselves to what Marr called the “idolatry of other peoples.”

Of the historical conflict between Rome and Jerusalem, Marr noted that “When one people subjugates another, one of two situations usually [occurs]: either the conquerer merges into the culture of the conquered and loses its special nature or the conquerer succeeds in impressing his special nature on the conquered.” Marr cited the Mongols who conquered China under Genghis Khan and then became Chinese. He wrote:
As imposing as these two possible phenomena might be, they lose significance when confronted by the cultural history of Jewry, for in this case a wholly new force enters. A completely Semitic race has been torn loose from its homeland in Palestine, led into captivity, and finally scattered.

As far as the Babylonian captivity is concerned,it seems that the Babylonians soon wearied of their Jewish captives, for they were let loose again. The bulk of the Jews returned to Palestine, but the bankers and the wealthy stayed in Babylon, despite the angry thundering of the ancient Jewish prophets.
In some respects, Marr showed great sympathy toward the Jewish situation. He pointed out that “the Jews let themselves be used by the great ones of the land so that they [could] conduct their money transactions at the cost of the common people.” Marr added: “Highly gifted, highly talented in this direction, the Jews dominated the wholesale trade and the retail trade in the Middle Ages. They soon outstripped those who earned their bread by the sweat of their brow.”

What was interesting, said Marr, were the dynamics of the situation. Although the common people saw that because of religious differences the Jews did not share the ethical considerations of the non-Jews, the Jews, so long as they made money, tolerated anything: “Oppressed from above according to official policy, the Jews could carry on below with impunity. The people,” however, he said, “were not permitted to grumble about their exploitation by the powerful and their agents—the Jews.”

As a consequence of this, Marr pointed out, there was an introduction of religion into the equation by those who were angry at being exploited by the Jews and those for whom the Jews acted as agents. And so there were occasional pogroms. However, amazingly, the Jews did not demand their own emancipation since they feared that it might interfere with their money dealings. Although the Jews “were ridiculed by the educated, mishandled by the mob, persecuted by the zealots of the medieval church,” the Jews nonetheless “conquered the world with [their] Jewish spirit,” Marr said. (…)

The New Babylon, p.255:

In the United States today, we are witness to the Rothschild Dynasty’s overwhelming force. What has been the most powerful nation on the planet is in the grip of this evil dynasty, acting as the mechanism by which the New World Order is being brought from a dream to reality.

The record and the facts speak for themselves.

The question that remains is whether Americans of today should adjust to the realities that Wilhelm Marr urged his German countrymen of the 19th Century to face in no uncertain terms. He told his people:
I implore you. Do not berate the Jews. You elect the alien masters to your parliaments. You make them legislators and judges. You make them the dictators of the state finance system. You deliver up your press to them because flashy frivolity is more to your taste than moral seriousness.

What do you expect after all of this?

The Jewish race prospers mightily on the basis of its talent. You were beaten and you have deserved this a thousand times over.

Don’t complain about how Jews bring down prices in business or how they grab up the overproduction of big business swindlers and sell at rock-bottom prices and make money and invest it usuriously.

Isn’t that all according to the dogma of the abstract individualism that you have enthusiastically accepted from Jewry?

You can no longer impede the great mission of Semitism. Jewish Caesarism is only a question of time.

Of this, I am certain.

Only after this Caesarism has reached its apex will we perhaps be helped by that “unknown God” to whom altars were built in Imperial Rome.

We must once more admit it, so let’s face it squarely: We are the vanquished. We are the subjugated.




Netchvolodow A. - L'Empereur Nicolas II et les Juifs p.381-386 (Plagié par R.-G. Dommergue P. de Menasce dans Vérité et Synthèse, p.39) :

Vers la même époque, aux environs de 1880, alors que T. M. Dostoïevski écrivait ces lignes, Wilhelm Marr, un compatriote de Nietzsche, exprimait les mêmes opinions, tant vis-à-vis de l'Allemagne que de tous les autres États chrétiens. Wilhelm Marr est connu pour sa participation, en tant que publiciste, à la préparation de la révolution de 1848, et pendant de longues années il fut membre de diverses sociétés secrètes (voir note) de ce temps, dans lesquelles les Juifs jouaient le premier rôle. Peut-être plus encore que Nietzsche, il était en proie à une haine violente et presque sadique contre le Christianisme, et il mena une propagande effrénée en vue de sa destruction.
(Note: Voy. Crétineau Joly : Histoire du Sonderbund. Paris 1850, I, p. 198.)
Dans ses « Feuilles de la future vie sociale », éditées vers cette époque, il exprimait entre autres ce qui suit :
« On doit montrer au peuple quelle position indigne de l'homme il accepte. On doit lui faire voir que notre ordre social ne vaut absolument rien dans ses bases. On ne cannait encore rien de l'homme sociétaire, on ne connaît qu'une bête sociétaire. On se laisse apprivoiser et dresser, et l'on perd presque toutes dispositions au libre arbitre. L'homme doit devenir sauvage auprès du lion du désert, afin qu'il devienne quelque chose. Qu'il brise la cage de sa ménagerie dans laquelle on le conduit ça et là comme un prodige d'apprivoisement. Les orgueilleux dompteurs d'animaux mettent encore tranquillement la tête dans la gueule du lion, car ils savent qu'il ne mordra pas encore. Mais quand un jour il mordra ! — Oh! puissé-je voir de grands vices! Le crime sanglant, colossal, et non pas toujours cette vertu rassasiante...
Vous tous, vous tous, jeunes gens de l'Allemagne au cœur noble et élevé qui ruminez les exhortations de vos bonnes et de vos prêtres, et qui laissez détruire votre force et votre courage par le fantôme d'une providence qui doit conduire ça et là les hommes comme les mannequins d'un théâtre de marionnettes, pensez qu'en vous réside la force pour donner à cet ordre social une autre tendance, et que vous pouvez détruire tout cet échafaudage mensonger de notre société moderne.
Et vous, vous pauvres et affamés, vous prolétaires chargés de peines, pourquoi vos éternelles hésitations, vos éternelles plaintes, vos prières et votre confiance.
Comment ne vous est-il pas encore venu à l'idée que, dès que vous le voudrez, vous serez les puissants, que vous êtes l'immense majorité, les masses ? Le résumé de toute dégradation de l'homme, la dégradation de l'homme même est la soi-disante religion, chez nous appelée Christianisme. » (Voir note)
(Note: Idem, pp. 198-200.)
Voilà ce que disait Wilhelm Marr avant la révolution de 1848.
Mais quand elle fut accomplie, il commença à voir qu'elle avait profité au seul Israël, et au début des années 1860 parut de lui un ouvrage intitulé Le miroir du Judaïsme, qui provoqua une violente indignation parmi les Juifs d'Allemagne. Malgré les succès de la politique de Bismarck, couronnée en 1866 par la défaite de l'Autriche et en 1871, par la victoire sur la France et la fondation de l'empire allemand, — ce qui donna lieu à l'épanouissement du pangermanisme et des aspirations au messianisme et à l'hégémonie allemandes — malgré cela, Wilhelm Marr considérait l'avenir de l'Allemagne et de tous les États chrétiens avec le plus grand pessimisme, et les thèses exposées dans son livre La conquête du Judaïsme sur le Germanisme paru en 1879, acquièrent à notre époque le caractère de prophétie en partie accomplies, en partie en voie d'accomplissement total.
Voici ce que disait Wilhelm Marr en 1879 :
« Je déclare à haute voix, sans la moindre intention ironique, le triomphe du Judaïsme dans l'histoire mondiale ; je publie le bulletin de la bataille perdue, de la victoire de l'ennemi sans aucun quartier pour l'armée vaincue.
Dans ce pays de penseurs et de philosophes l'émancipation des Juifs eut lieu en 1848. Depuis cette époque commença la guerre de Trente ans, que le Judaïsme nous fait maintenant ouvertement...
Nous autres, Allemands, nous avons prononcé en 1848 notre renonciation officielle au profit du Judaïsme.
Dès le moment de leur émancipation, le Judaïsme est devenu pour nous, Allemands, un objet auquel il est interdit de toucher...
Il ne me convient pas — et la place aussi me manque pour cela — de soumettre à la critique la politique intérieure du prince de Bismarck depuis l'année 1866. Je me contenterai de constater un fait : que depuis cette époque, Son Altesse Sérénissime est considéré par le Judaïsme comme l'Empereur Constantin (par les chrétiens)...
Qui a eu un réel profit de la guerre entre l'Allemagne et la France ? Le Judaïsme, en la personne d'une poignée de banquiers juifs, et les courtiers sémitiques. Nous autres, Allemands, nous avons obtenu un résultat abstrait, idéal — de pouvoir nous considérer comme des impériaux, et de nous contenter de l'Empire des Songes...
...Et eux, les Juifs,— je le dis sans vouloir nullement plaisanter — ils sont les meilleurs et les plus précieux Amis de l'Empire, en Allemagne, car cet empire a été entièrement créé pour leur offrir les plus belles situations dans l'État...
Si, comme Allemand, donc comme un des vaincus, j'entreprenais de faire la critique de la politique intérieure du prince de Bismarck, je prononcerais les paroles suivantes, qui pourraient aussi bien émaner d'un juif : Le prince a compris son époque mieux qu'aucun des hommes d'État qui l'ont précédé. II possède un clair coup d'œil culturo-historique, et il a compris que le germanisme en est aux derniers soubresauts de sa banqueroute, c'est pourquoi il a jeté les yeux vers les éléments qui ont plus de vitalité que lui... »
Traçant un aperçu de la victoire du Judaïsme sur les autres peuples de l'Europe, Wilhelm Marr dit :
« ...L'avènement du Césarisme juif — je base cette affirmation sur une profonde conviction — n'est qu'une question de temps...
Au Judaïsme appartient la domination mondiale. Le crépuscule des Dieux est déjà arrivé pour nous.
Vous êtes les Seigneurs, nous les esclaves...
Vae Victis — Malheur aux vaincus !
S'il m'est permis d'adresser une prière à mes lecteurs, voici en quoi elle consistera : qu'ils conservent le présent ouvrage et le transmettent en héritage à leurs enfants, en leur demandant de le léguer également à leurs descendants. Je n'ai pas la prétention de me considérer comme un prophète, mais je suis profondément pénétré de l'opinion exposée ici, qu'avant quatre générations il n'y aura absolument plus une seule jonction dans l'État, sans en excepter les plus élevées, qui ne soient en la possession des Juifs...
A l'heure actuelle, seule parmi tous les États d'Europe, la Russie oppose encore de la résistance à la reconnaissance officielle de l'invasion des étrangers. C'est le dernier rempart contre lequel les Juifs ont édifié leur dernière tranchée et à en juger d'après la marche des affaires, la capitulation de la Russie n'est qu'une question de temps.
...Dans cet énorme Empire... le Judaïsme trouvera ce « point d'appui d'Archimède » qui lui permettra d'arracher définitivement de ses charnières tout le monde de l'Europe Occidentale.
L'esprit d'intrigue élastique des Juifs plongera la Russie dans une révolution telle, que le monde, vraisemblablement, n'en a pas encore vu de semblable.
En Russie, le Judaïsme occupe une situation telle, qu'il doit encore redouter de s'en voir rejeter. Quand il jettera la Russie à terre, il n'aura plus à craindre d'atteintes de personne ; quand il prendra possession, en Russie, de toutes les fonctions d'État, de même que chez nous, alors les Juifs entreprendront officiellement la destruction de la société de l'Europe Occidentale, et cette dernière heure de l'Europe condamnée sonnera au plus tard dans 100-150 ans, vu qu'actuellement les événements se développent plus vite qu'aux siècles précédents.
Ce que la Russie doit attendre des Juifs — c'est bien clair. »(Voir note)
(Note: Wilhelm Marr : Der Sieg des Judenthums _über das Germanenthum. Yon nicht confessionnellen Standpunk aus. betrachlet. Zweite Aufiage, Bern. Rudolphe Gostenohle. 1879, pp. 4, 24, 26, 29, 31, 37, 38, 34-35.)



Léon Poliakov, Histoire de l’antisémitisme, 2. L’âge de la science, 1981:
Si le catholique Rohling, épigone de l'antijudaïsme chré­tien sous sa forme la plus sanguinaire, représente le passé, l'ex-socialiste Wilhelm Marr, qui transposa le débat sur le terrain racial, annonce l'avenir. On lui attribue l'invention du terme « antisémitisme », qui s'imposa inter­nationalement en quelques années ; il sut aussi faire vibrer la note apocalyptique qu'on décèle déjà chez Gobineau ou chez Wagner ; mais son écrit à lui paraissait à une heure plus propice. 
Son petit livre, intitulé La Victoire du judaïsme sur le germanisme, venait d'autant mieux à son heure que le boum spéculatif déclenché par l'unification de l'Allema­gne fut suivi en 1873 par une débâcle qui ruina nombre de petits spéculateurs. Les nouvelles mœurs financières étaient donc sans conteste des mœurs juives ; et les Juifs, expliquait Marr, venaient de gagner la partie, grâce à leurs « qualités raciales », qui leur avaient permis de résister à toutes les persécutions. « Ils ne méritent aucun repro­che. Ils ont lutté dix-huit siècles durant contre le monde occidental. Ils ont vaincu ce monde, ils l'ont assujetti. Nous sommes les perdants, et il est naturel que le vain­queur clame Vae victis... Nous sommes tellement enjuivés que rien ne peut plus nous sauver, et qu'une brutale explosion antijuive ne peut que retarder l'effondrement de la société enjuivée, sans pouvoir l'empêcher. » (Aucun antisémite ne s'est soucié d'expliquer pourquoi les Aryens se laissaient si facilement enjuiver, tandis que les Juifs étaient hors d'état de s'aryaniser.) « Vous n'arrêterez plus la grande mission du sémitisme. Le césarisme juif — je le répète avec la plus intime conviction — n'est plus qu'une question de temps, et ce n'est qu'après que ce césarisme aura atteint son point culminant qu'un « dieu inconnu » viendra peut-être nous aider... » 
II y a à la fois du Gobineau et du Marx dans une telle vision (rappelons que le dernier nommé annonçait lui aussi en 1844 que le judaïsme, qu'il identifiait à la bour­geoisie, avait atteint « la domination universelle »). « C'est la détresse d'un peuple subjugué qui parle par ma plume, concluait Wilhelm Marr, en affectant de s'adresser aux Juifs ; d'un peuple qui gémit aujourd'hui sous votre joug, comme vous avez gémi sous le nôtre, mais qu'avec le (p.274) cours du temps vous avez réussi à mettre sur vos deux épaules. Le crépuscule des dieux a commencé pour nous. Vous êtes les maîtres, nous sommes les serfs... Finis Germaniae. » En quelques années, le funèbre écrit connut une douzaine d'éditions ; dans les faits, son auteur fit preuve d'un certain optimisme, puisqu'il fondait en 1879 une « Ligue antisémite ».


Sémites et antisémites:
Le mot «antisémitisme» a émergé en Allemagne de la publication de La Victoire du judaïsme sur le germanisme, publié à Berlin en 1879 par Wilhem Marr, année où le même homme fonde la Ligue antisémite. L’intention de Marr était d’offrir un nouveau cadre au signe antijuif, voulant le sortir du contexte religieux, de l’antijudaïsme (péjoration religieuse) pour en faire un élément objectif, scientifique, reposant sur des données historiques.
Sa pensée s’inspire des découvertes sur la parenté des langues indo-européennes qui ont donné naissance au mythe de la race aryenne depuis 1819. Ici, ce sont les langues du Moyen-Orient qui sont regroupées en un ensemble sémitique dont est dérivé le terme «sémite» pour dégager et ensuite fustiger une «race juive». Dans les faits, il existera toujours un jeu de permutations, la législation antisémite de Vichy définissant ainsi l’appartenance à la «race» juive par la pratique confessionnelle des ascendants.
En quelques mois, la brochure de Marr connut dix éditions. Étonné de ce succès, le journaliste français Jean Bourdeau en dressa la première recension faite en France en novembre 1879.


L'antijudaïsme philosophique (Blog La Question):
W. Marr, dans un pamphlet qui eut un certain retentissement, même en France, La victoire du Judaïsme sur le Germanisme, déclarait : « l'Allemagne était la proie d'une race conquérante, celle des Juifs, race possédant tout et voulant judaïser l'Allemagne, comme la France d'ailleurs », il concluait en disant « la Germanie est perdue »


L'oeuvre de Friedrich Gorenstein, K. Amacher:



Forum de coordination pour la lute contre l'antisémitisme:

Wilhelm Marr (1819-1904) était un polémiste et un théoricien allemand qui a inventé le terme d’« antisémitisme » par euphémisme à German Judenhass, ou la « Haine du Juif ». Marr était un journaliste au chômage qui prétendait avoir perdu son travail à cause de l’ingérence juive. Conservateur politique, il a été influencé par le mouvement conservateur panallemand, tel qu’exposé par Johann Gottfried von Herder, qui a développé le concept du Volk (le peuple) et du Burschenschaft, mouvement étudiant du début du 19e siècle, formé en réaction à l'échec du Congrès de Vienne sur la création d’un état unifié à l’extérieur de des territoires peuplés par le Volk. Ce dernier a rejeté l’adhésion des minorités juives et non allemandes, « à moins qu’elles ne prouvent qu’elles souhaitent développer un esprit allemand chrétien » (une décision du « Congrès de Burschenschaft de 1818 »). Tout en s’opposant à ce que les Juifs adhèrent à leur mouvement comme, plus tard, Heinrich von Treitschke, ils envisageaient la possibilité que les minorités juives (et autres) fassent partie de l’Etat allemand si elles abandonnaient tous signes distinctifs ethniques et religieux et s’assimilaient complètement au peuple allemand. Marr est allé plus loin dans ses raisonnements en rejetant la prémisse de l’assimilation comme moyen pour les Juifs de devenir Allemand. Dans son pamphlet Der Weg zum Siege des Germanentums über das Judentum (Le Chemin de la Victoire du Germanisme sur le Judaïsme, 1879), il a exposé l’idée que les Allemands et les Juifs étaient enfermés dans un conflit de longue durée, dont il attribue les origines à la race – et dont les Juifs étaient vainqueurs. Il affirme que l'émancipation des Juifs résultant du libéralisme allemand leur a permis de contrôler l'industrie et l'économie allemandes. De plus, le conflit étant fondé sur la différence entre les caractéristiques des races allemande et juive, il ne pouvait même pas être résolu par l’assimilation totale de la population juive. D’après lui, le conflit entre les Juifs et les Allemands ne serait résolu que par la victoire des uns et la mort définitive des autres. La victoire juive, conclut-il, provoquera la mort du peuple allemand (finis Germaniae). Pour éviter que cela ne se produise, Marr a créé, en 1879, la Ligue des Antisémites (Antisemiten-Liga), première organisation allemande destinée tout particulièrement à combattre la présumée menace des Juifs sur l’Allemagne et qui prêche leur expulsion nécessaire du pays. Bien qu’il ait introduit la composante raciale pseudo scientifique dans le débat des Juifs en Allemagne, il est peu probable qu'il ait été influencé par les théories antérieures de Arthur de Gobineau (auteur d’« Un essai sur l’Inégalité des Races Humaines », 1853), qui n’a été traduit en allemand qu’en 1898, soit un quart de siècle après la publication du pamphlet de Marr. En outre, Marr lui-même était très vague sur les caractéristiques d'une race et, alternativement, sur les différences raciales entre Juifs et Allemands, même si c’est devenu une particularité de la science raciale nazie. Les penseurs raciaux postérieurs n’avaient plus qu’à poser comme postulat les différences spécifiques, comme Eugen Dühring, qui a suggéré le sang et Houston Stewart Chamberlain, théoricien racial influent et mari d’Eva Wagner, fille de Richard Wagner, qui a suggéré la phrénologie comme moyen de distinguer les races. D’autre part, il est possible que Marr ait été influencé par Ernst Haeckel, un professeur qui a popularisé la notion sociale de darwinisme dans les classes cultivées allemandes. Malgré son influence, les idées de Marr n’ont pas été immédiatement adoptées par les nationalistes allemands. La ligue panallemande, créée en 1891, acceptait à l'origine l'adhésion des Juifs à condition qu'ils soient entièrement assimilés à la culture allemande. Ce n’est qu'en 1912, soit huit ans après la mort de Marr, que la ligue a déclaré le racisme comme principe inhérent. Néanmoins, Marr était le principal lien dans la chaîne de l'évolution du racisme allemand qui s’est transformé en génocide à l’ère nazie.


Antisémitisme (Wikipédia):
Pour Alex Bein, le terme fut utilisé pour la première fois en 1860 par l'intellectuel juif autrichien Moritz Steinschneider dans l'expression « préjugés antisémites » (« antisemitische Vorurteile »), afin de railler les idées d'Ernest Renan qui affuble les « peuples sémites » de tares culturelles et spirituelles (la désignation des peuples du Levant sous ce terme remontait à 1781).
Mais Gilles Karmasyn estime que c'est le journaliste allemand Wilhelm Marr qui invente véritablement le terme « Antisemitismus » dans le sens « d'hostilité aux Juifs », à l'occasion de la fondation d'une « ligue antisémite » en 1879 et non, comme il est communément admis, dans son pamphlet anti-juif « Victoire du judaïsme sur la germanité considérée d'un point de vue non confessionnel », publié la même année mais où l'expression n'apparaît pas. La traduction française d’Antisemitismus par « antisémitisme » apparaît selon le dictionnaire Robert en 1886, suivi de l’épithète antisémite trois ans plus tard. Jules Isaac précise que le terme « antisémitisme » est par lui-même équivoque alors que « son contenu […] est essentiellement anti-juif ». Marr utilise en effet le mot « Semitismus » comme synonyme de « Judentum », lequel désigne indifféremment le judaïsme, la communauté juive et la judaïté. Le mot « antisémitisme » abandonne donc la signification spécifiquement religieuse de l'hostilité anti-juive pour se prêter au concept de « race juive » par lequel on a commencé par désigner des Juifs baptisés, justifiant la poursuite des discriminations à leur égard alors qu’ils ont apostasié. Des théories pseudo-scientifiques sur la conception de « race » se sont répandues en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle, particulièrement chez l'historien prussien Heinrich von Treitschke dont les idées seront reprises dans les théories nazies.
Une confusion naît de ce mot, qui n'a jamais visé les autres populations de langue sémitique, telles que les Arabes. (...)
L'historien Edward Flannery distingue lui aussi plusieurs variétés d'antisémitisme :
  • « l'antisémitisme économique et politique », donnant comme exemples Cicéron ou Charles Lindbergh;
  • « l'antisémitisme religieux », ou antijudaïsme;
  • « l'antisémitisme nationaliste », citant Voltaire et d'autres penseurs des Lumières qui attaquèrent les Juifs sur leur supposées arrogance et avarice;
  • « l'antisémitisme racial », exprimé par le nazisme.

Les mythes fondateurs de l'antisémitisme — De l'antiquité à nos jours:
Dans les dernières décennies du 19e siècle, l'antisémitisme prend de nouvelles orientations. L'anticapitalisme socialiste est représenté en Allemagne par Ludwig Feuerbach, Bruno Bauer, Karl Marx et en France, par Charles Fourrier, Alphonse Toussenel et Pierre Proudhon. Chacun, à sa manière, s'attaque aux banquiers juifs et ignore les masses juives pauvres de son pays comme celles d'Europe orientale, victimes de pogroms. À partir du milieu du 19e siècle paraissent des publications sur les inégalités des races. La race indo-européenne serait supérieure à la race sémite. Parmi les précurseurs des théories raciales, C. Iancu cite en France le comte Arthur de Gobineau, Ernest Renan. Edouard Drumont diffuse le mythe de l'antagonisme Aryen/Sémite. En Allemagne, ces théories sont amplifiées. En 1879, Wilhelm Marr, auteur du pamphlet La victoire du judaïsme sur le germanisme aurait inventé le mot « antisémitisme ».



De l'antijudaïsme à l'antisémitisme:
Le mot antisémitisme a, quant à lui, été inventé tardivement par un journaliste allemand, Wilhelm Marr, pour désigner la haine des Juifs (avec une majuscule), considérés par les antisémites comme un groupe ethnique ou racial.
Invention de l'antisémitisme
Wilhelm Marr publie en mars 1879 un pamphlet intitulé : La victoire du judaïsme sur la germanité considérée d'un point de vue non confessionnel. Dans la foulée, il participe le 26 septembre 1879 à une réunion en vue de la création d'une « Ligue des antisémites » (Antisemiten-Liga).
Dès le 2 septembre 1879, le journal juif Allgemeine Zeitung des Judenthums révèle le projet de Wilhelm Marr de créer aussi un hebdomadaire antisémite («antisemitische Wochenblatt»). C'est ainsi qu'apparaît pour la première fois ce mot appelé à une sinistre diffusion.



Wilhelm Marr (Wikipedia):
Marr's speeches and articles showed first indications of antisemitism in 1848. He was influenced by the Burschenschaft movement of the early nineteenth century, which developed out of frustration among German students with the failure of the Congress of Vienna to create a unified state out of all the territories inhabited by the German people. The latter rejected the participation of Jewish and other non-German minorities as members, "unless they prove that they are anxious to develop within themselves a Christian-German spirit" (a decision of the "Burschenschaft Congress of 1818"). While they were opposed to the participation of Jews in their movement, like Heinrich von Treitschke later, they did allow the possibility of the Jewish (and other) minorities to participate in the German state if they were to abandon all signs of ethnic and religious distinctiveness and assimilate into the German Volk. Theories Cover page of Der Weg zum Siege des Germanenthums über das Judenthum  Marr took these philosophies one step further by rejecting the premise of assimilation as a means for Jews to become Germans. In his pamphlet Der Weg zum Siege des Germanenthums über das Judenthum (The Way to Victory of Germanism over Judaism, 1879) he introduced the idea that Germans and Jews were locked in a longstanding conflict, the origins of which he attributed to race—and that the Jews were winning. He argued that Jewish emancipation resulting from German liberalism had allowed the Jews to control German finance and industry. Furthermore, since this conflict was based on the different qualities of the Jewish and German races, it could not be resolved even by the total assimilation of the Jewish population. According to him, the struggle between Jews and Germans would only be resolved by the victory of one and the ultimate death of the other. A Jewish victory, he concluded, would result in finis Germaniae (the end of the German people). To prevent this from happening, in 1879 Marr founded the League of Antisemites (Antisemiten-Liga), the first German organization committed specifically to combating the alleged threat to Germany posed by the Jews and advocating their forced removal from the country.


Theodor Fritsch (Wikipédia):
Disciple de Wilhelm Marr (à qui l'on doit la création du terme "antisémitisme"), il publia en 1887, le Antisemiten-Katechismus (Catéchisme des antisémites). Il fut le premier traducteur allemand des Protocoles des Sages de Sion, un faux document antisémite attribué à Mathieu Golovinski. Il était membre de la Ligue allemande.  
Nietzsche écrivit à son propos : « Il n'est vraiment pas en Allemagne de clique plus effrontée et plus stupide que ces antisémites. Cette racaille ose avoir dans la bouche le nom Zarathoustra. Dégoût ! Dégoût ! Dégoût ! »


Theodor Fritsch (Wikipedia):
In 1890, Fritsch became, along with Otto Böckel, one of the first deputies of the "Antisemitic People's Party," founded by Böckel and Oswald Zimmermann, to the Reichstag. The party was renamed the Reform party in 1893, achieving sixteen seats. The party failed, however, to achieve significant public recognition. One of Fritsch's major goals was to unite all anti-semitic political parties under a single banner; he wished for anti-semitism to permeate the agenda of every German social and political organization. This effort proved largely to be a failure, as by 1890 there were over 190 various anti-semitic parties in Germany. He also had a powerful rival for the leadership of the anti-semites in Otto Böckel, with whom he had a strong personal rivalry.  
Fritsch founded the Reichshammerbund (Reich's Hammer League) in 1912, one of the first political groups to adopt the swastika. He also founded the secret Germanenorden in that year. Members of these groups formed the Thule Society in 1918, which eventually sponsored the creation of the Nazi party. The Reichhammerbund was eventually folded into the Deutschvölkischer Schutz und Trutzbund, on whose advisory board Fritsch sat. He later became a member of the German Völkisch Freedom Party. In the general election of May, 1924, Fritsch was elected to serve as a member of the National Socialist Freedom Movement, a party formed in alliance with the Völkisch Freedom Party by the Nazis as a legal means to election after the Nazi party had been banned in the aftermath of the Munich Putsch. He only served until the next election in December, 1924.
















Or, selon les médias juifs, le cri de l'opprimé est celui du juif, pas du non-juif! Selon eux les antijuifs font de la projection en inversant le rôle de l'oppresseur et de l'opprimé!

Les antisémites jouent de plus en plus les victimes dans la rhétorique classique de l’inversion “agresseur-agressé,” selon une spécialiste Si vous pensiez avoir remarqué une haine anti-juive grandissante sur la Toile et auprès des grands médias européens, vous aviez raison — Et la Professeure Monika Schwarz-Friesel peut le quantifier scientifiquement.
European anti-Semites increasingly playing victim in classic ‘perpetrator inversion,’ says expert







Un autre cri de l'opprimé... celui-là du Québec:



Nègres blancs d'Amérique est un livre autobiographique de Pierre Vallières publié en 1968 aux éditions Parti pris. Ce récit, écrit par Vallières alors qu'il était emprisonné aux États-Unis, est à la fois un essai et une autobiographie qui dresse un portrait de la société québécoise des années 1950 et 1960, encore sous l'emprise économique des conglomérats anglo-américains et incapable de se définir clairement par rapport aux différentes formes de pouvoirs qui s'exerçaient alors.  Pour Vallières, le Québec francophone de l'époque est la patrie d'un peuple encore grandement colonisé que seule une révolution pourra libérer.  Ce livre sera un temps considéré comme le principal manifeste du mouvement de libération nationale québécois. Nègres blancs d'Amérique reste, selon Louis Hamelin, le meilleur document québécois sur le bouillonnement de ces années-là.
Avertissement. Il est important de conserver à l'esprit, en lisant ce livre, les faits suivants. 1 - Ce livre a été écrit en prison, immédiatement après une grève de la faim de 29 jours, dans des conditions de détention particulièrement pénibles. ...


 



Sur ce blog: