mardi 12 août 2008

Les médias américains occupés par Israël

August 12, 2008
America's Israeli-Occupied Media

Philip Giraldi
Ex-CIA officer


There should be little doubt that the Israeli government is making every effort to jump-start a war against Iran sooner rather than later. Many Israelis not surprisingly believe it is in their interest to convince the United States to attack Iran so that Israel will not have to do it, and they are hell-bent on bringing that about. Unfortunately, their efforts are being aided and abetted by a U.S. mainstream media that is unwilling to ask any hard questions or challenge the assumptions of the Israeli government.

Israeli intellectuals such as Benny Morris have been provided a platform to argue implausibly that a little war is necessary right now to prevent a larger nuclear conflict. The repeated visits to Washington by Israeli Minister of Defense Ehud Barak and Chief of Staff Gabi Ashkenazi to pressure Washington to commit to a military option are generally unreported in the U.S. media, and no one is asking why the United States should be involved in what is clearly a "wag the dog" scenario.

For once, however, some officials in Washington appear to have developed a backbone and are pushing back. A flurry of visits to Israel by Defense Secretary Robert Gates, Chairman of the Joint Chiefs of Staff Adm. Michael Mullen, and intelligence chiefs Mike McConnell and Michael Hayden have made clear that there is considerable opposition at the Pentagon and in intelligence circles to starting a third war at this time. Israel says that Iran is about to obtain a nuclear weapon while the Pentagon and American intelligence services are providing a more cautious assessment, putting forward the U.S. view that Iran is still far removed from having nuclear capability. Mullen went so far as to tell the Israelis flatly that Washington does not want another war. He even brought up the subject of the USS Liberty, a not-so subtle hint that Washington knows that Israel might try to engineer a Gulf of Tonkin-type surprise to force American involvement. Mullen may have been implying that any incident in the Persian Gulf that might lead to armed conflict will be scrutinized carefully to determine if it is a false flag operation initiated by Tel Aviv.

On the home front there is also some additional good news for those who prefer diplomacy to warfare: Congress is in recess and won't be able to do anything truly stupid, at least not until next month. House Resolution 362 has 261 co-sponsors, but it is still in committee and the word is that it will be rewritten because of concerns about some of its language. Though not binding, it would have recommended a blockade of Iranian ports to stop the import of petroleum products, which many have rightly seen as an act of war. Senate Resolution 580, which has 49 senators as co-sponsors, is also reportedly being redrafted. The antiwar movement has claimed some credit for stopping the two resolutions in their original versions because of a mobilization that produced thousands of calls to congressmen, but AIPAC has been lobbying heavily for the approval of both resolutions. I expect that the Israel lobby will prevail. Both resolutions should pass with overwhelming majorities when Congress reconvenes after Labor Day.

The principal problem in attempting to derail the rush to war has been the mainstream media, which provides a bully pulpit for those who want war. The media also accepts the framework of the Iran "problem" as defined by Washington and Tel Aviv, refusing to enter into any kind of serious, adult discussion of how the outstanding issues between the U.S. and Iran might be resolved. A good example of how it all works was provided on Aug. 3, when Israeli Foreign Minister Tzipi Livni was interviewed on CNN's Late Edition by Wolf Blitzer, who himself once worked for AIPAC.

Livni has an interesting resume. Her father was one of the Irgun terrorists who blew up the King David hotel in 1946 and later massacred Arab villagers in Deir Yassin. As a teenager, Livni participated in demonstrations on behalf of the nationalist extremist group Greater Israel, which advocated expelling all Arabs and extending Israeli domination over all of historic Palestine to include the West Bank, parts of Jordan, up to the Litani River in Lebanon to the north, and down to include Sinai and the Suez Canal in the south and west. She is reported to have mellowed somewhat since that time. She was close to Ariel Sharon, became justice minister, switched over to Kadima with Sharon, and was elected to the Knesset. She was rewarded with the Foreign Ministry by Sharon and now serves Prime Minister Ehud Olmert. She is a former intelligence officer, a lawyer by training, bright and articulate, and generally regarded as a "realist" vis-à-vis the Palestinians and the Muslim world, meaning that she supported the Sharon policy of "disengagement" and seeks a negotiated solution and normalization rather than continuing armed conflict. She appears to be the leading candidate to replace Ehud Olmert when he steps down later this year due to his acceptance of gifts from an American businessman.

Livni has been reported as having said privately in October 2007 that Iran poses no existential threat to Israel and was highly critical of attempts to hype the danger, but her private views have not in any way influenced her public pronouncements. In her interview with CNN she made a number of statements that are inaccurate or at best speculative, but predictably, she was not challenged in any way by Blitzer. Most viewers probably came away from the interview convinced that Iran is seeking nuclear weapons, is unwilling to negotiate over its nuclear enrichment program, and is a danger to the entire world.

Following a lead-in by Blitzer affirming that Iran is "showing absolutely no indication they're going to stop enriching uranium," Livni – representing a country that has ignored more UN resolutions than any other, engaged in ethnic cleansing, and attacked all of its neighbors without warning – asserted that "It is clear that Iran doesn't pay attention to talks … Iran is a threat, not only to Israel, but this is a global threat."

Blitzer then obligingly provided another softball, referring to Ehud Barak's assessment that there is only a window of 15 to 36 months before Iran crosses the "line of no return." While it is not clear what the expression "line of no return" means, Livni jumped on it, saying that "any kind of hesitation … is being perceived by the Iranians as weakness. … Iran is a threat to its neighbors, as well. … We shouldn't wait for what we call 'point of no return.'" Blitzer then asked, "You don't even give them 15 months necessarily. You think it's a more urgent matter?" "Yes," Livni answered.

Blitzer then suggested that the U.S. might not ready for a "third front" in the Middle East at the present time, to which Livni replied, "[T]he world cannot afford a nuclear Iran and weapons of mass destruction everywhere in this region, in the hands not only of states, but also of terrorist organizations." Livni clearly believes that it is all right for Israel to have a secret nuclear arsenal but unacceptable for any of Israel's neighbors, because they cannot be trusted to behave responsibly. The allegation that Tehran would give nuclear weapons to terrorists surfaces frequently from Israeli and neocon sources. It is speculative and in all likelihood a complete fantasy, given the apocalyptic consequences of such an action for Iran, but Blitzer failed to contest the point. The terrorist argument is an essential line in the script for those who want the U.S. to engage in a war with Iran.

Tzipi Livni should not be blamed for reciting her lines in spite of her personal misgivings, because she is, after all, the government official responsible for explaining Tel Aviv's foreign policy. It is the American media that continues to play the patsy. If interviewers like Wolf Blitzer are the best that the U.S. mainstream media can come up with, then we are in serious trouble. The interview format itself is a travesty, particularly as it suggests that some rational process is being applied to either critique or validate what the interviewee is saying. As the Livni interview demonstrates, if the subject is the Middle East and the interviewer is Wolf Blitzer, that is not likely to be the case.

mercredi 6 août 2008

DERRIÈRE LA TRAGÉDIE DU 11 SEPTEMBRE ET LA GUERRE AU TERRORISME

Nombreux sont ceux qui ont pu constater que l’histoire « officielle », celle que nous racontent les média et les livres d’histoire, peut être déformée pour servir les intérêts de groupes particuliers. « L’histoire est écrite par les vainqueurs », dit la sagesse populaire. Puis, quand la rigueur scientifique et le bon sens l’emportent sur la propagande de guerre, on découvre parfois que les acteurs réels de l’histoire n’étaient pas ceux qu’on croyait.


Cet article tâche de démontrer que le 11 septembre fut une opération de terrorisme sous une fausse bannière (« false flag »), où la responsabilité de l’attaque est attribuée à un bouc émissaire innocent, afin d’en tirer avantage. Les nombreuses incohérences de la version officielle des événements du 11 septembre 2001 indiquent que des éléments criminels du gouvernement américain sont complices du crime et que les vrais responsables du « terrorisme international » (incluant le 11 septembre) ne sont ni Ben Laden ni « Al-Qaida » mais bien les services secrets américains, britanniques et israéliens. Dans un deuxième temps, nous examinerons en quoi cette « guerre au terrorisme » sert à justifier des guerres au Moyen-Orient et à solidifier l’alliance entre l’Occident et Israël.



Ce que révèle l’effondrement des trois tours du WTC

Nous avons tous vu et revu à satiété les images traumatisantes des effondrements des tours jumelles du World Trade Center (WTC). L’histoire officielle nous dit que leur effondrement est dû à l’affaiblissement de la structure, causé par le choc des avions et la chaleur du carburant (kerozene) en feu. Plusieurs personnes questionnent cette théorie, qui semble aller de soi pour la plupart d’entre nous. En fait, les puissantes explosions observées au début de l’effondrement des tours jumelles ne peuvent être redevables au carburant, car celui-ci avait cessé de brûler depuis longtemps. Des photos montrent des survivants dans les cavités creusées par les avions, or comment auraient-ils pu se tenir là si, comme le veut la thèse officielle, la chaleur du feu était suffisamment intense pour faire fondre la structure en acier?


Les images vidéo des effondrements montrent des signes évidents de démolition contrôlée : des explosions synchronisées, l’effondrement parfaitement symétrique des deux tours à la vitesse de chute libre, et enfin du métal en fusion s’écoulant par le côté d’une des tours, métal qu’on retrouva toujours en fusion sous les décombres six jours plus tard. Le professeur Steven E. Jones a découvert que la composition chimique de ce métal présentait des traces de thermite, un puissant explosif pouvant atteindre des températures assez élevées pour couper l’acier comme du beurre. Autre indice: l’effondrement a créé un nuage ‘pyroclastique’ de poussière, comme ceux que produisent les volcans.


Fait peu connu, de petits incendies ont été observés dans un troisième bâtiment, la tour 7 du WTC, avant que celui-ci s’écroule subitement sans raison en fin d’après-midi, soit quelques heures après l’effondrement des deux tours. Le propriétaire du WTC, Larry Silverstein, un riche J-f proche du magnat médiatique sioniste Rupert Murdoch et des ex-présidents d’Israël Ariel Sharon et Benjamin Netanyahu, récoltera 4.68 milliards de dollars des assurances suite aux attentats (Insurance Journal). Il a même admis en entrevue (PBS) avoir donné l’ordre de faire démolir (‘pull it’) la tour 7.


Qu’en est-il du vol 93, dans lequel de vaillants passagers auraient lutté contre les terroristes avant de s’écraser en Pennsylvanie? Ce scénario hollywoodien ne repose que sur des appels cellulaires de passagers dont l’authenticité est plus que douteuse. Statistiquement, les chances qu’un téléphone cellulaire fonctionne à plus d’une dizaine de kilomètres d’altitude et à haute vitesse sont infimes. Les débris de cet avion ont été récupérés dans un rayon de plusieurs kilomètres, loin du cratère vide du supposé site d’écrasement. De plus, si l’on se fie aux lapsus (?) de Cheney et Rumsfeld en entrevue, l’avion aurait été descendu (« shot down ») par un chasseur de l’US Air Force.



L’avion fantôme du Pentagone

La version officielle soutient que le vol 77 a percuté le Pentagone. Toutefois, le FBI refuse de montrer les bandes vidéo des caméras de surveillance des commerces voisins. Les quelques images révélées dans les médias permettent-elles de discerner un Boeing 757 percuter le Pentagone? On voit plutôt une traînée de fumée, identique à celle d’un missile, raser le sol, percuter le côté du bâtiment et exploser dans un flash. Par chance (?), la partie atteinte du bâtiment était presque vide, en rénovation. Le trou est minuscule, il n’y a aucune égratignure sur le gazon et les seuls débris trouvés sont des petits fragments de tôle légère ainsi qu’un minuscule réacteur. Les chiens n’ont flairé aucun reste humain. Une chose est certaine : aucun Boeing ne s’est écrasé sur le Pentagone. L’hypothèse la plus vraisemblable concorde avec les descriptions de nombreux témoins: il ne peut s’agir que d’un missile ou d’un drone militaire téléguidé, peint aux couleurs d’un avion de ligne. Mais la question demeure: qu’est-il arrivé au vol 77?


Le Pentagone est sans conteste le bâtiment le plus protégé d’Amérique du Nord. Si les procédures normales avaient été suivies, les chasseurs de la défense aérienne auraient intercepté et abattu tous les avions détournés. L’enquête révèle que le NORAD n’est pas intervenu parce que les ordres, remontant jusqu’au vice-président Dick Cheney, répétaient avec insistance que le détournement d’avion n’était qu’un exercice de simulation d’attaque terroriste. Dans le cas des avions du WTC, des chasseurs ont fini par prendre en chasse le second avion, mais seulement à très faible vitesse et en direction opposée, vers la mer! Étrange manœuvre d’interception…



Les activités cachées du Mossad en territoire américain

Un reportage de Fox News a révélé qu’un réseau d’agents du Mossad aux États-Unis se faisant passer pour des étudiants en Arts a été démasqué. À ce reportage s’ajoute une somme importante d’enquêtes journalistiques indépendantes démontrant le rôle du Mossad, du MI6 et de la CIA dans la construction du mythe de l’organisation terroriste internationale d’Al Qaida (1) et dans les attaques revendiquées par le Hamas ou le Fatah en Palestine.

Par quel curieux hasard Mohamed Atta et d’autres présumés pirates de l'air ont-ils pu être aperçus, quelques jours avant l'attaque du 11 septembre, sur les bateaux-casinos du Jack Abramoff, du lobby juif AIPAC? Comment expliquer que le fameux « manuel d’entraînement d’Al-Qaida » fut trouvé en la possession d’Ahmad Ajaj, un agent double au service du Mossad qui avait été un informateur-clé lors de l’attentat à la bombe de 1993 au WTC? Est-ce une simple coïncidence que les aéroports dont les avions furent détournés ce matin-là étaient tous sécurisés par ICTS, une compagnie israélienne? (2) Comment expliquer que des pilotes aussi médiocres puissent exécuter de telles prouesses aériennes? Et comment se fait-il que sept des prétendus terroristes soient toujours en vie (BBC). En effet, le présumé pirate de l'air Mohammed Atta, toujours vivant, clame son innocence et soutient qu’il y a erreur sur la personne (BBC). Même l'avis de recherche de Ben Laden sur le site web du FBI (3) ne fait aucune mention de sa responsabilité dans les attentats du 11 septembre ni de ses liens supposés avec « Al-Qaïda ». De plus, les vidéos qui l’incriminent sont d’origine douteuse et il a même été démontré que nombre d’entre eux sont truqués (plusieurs Ben Laden sont identifiables).


Le journal israélien Haaretz a rapporté le fait que de nombreux Juifs travaillant au WTC ont reçu un appel par messagerie Odigo (propriété de la compagnie israélienne de surveillance Comverse Infosys, maintenant connue sous le nom de Verint) leur informant de ne pas se rendre au travail ce jour-là.


Cinq Israéliens ont été aperçus sautant de joie à la vue de l’effondrement du WTC. Les policiers qui les ont interceptés ont trouvé dans leur camion de déménagement (de la compagnie Urban Moving System, une façade du Mossad) des passeports israéliens, des habits musulmans et des explosifs. Ces agents du Mossad prétendirent avoir été envoyés là pour « documenter l’événement », ce qui implique une connaissance préalable. Selon Fox News, un réseau d’agents du Mossad utilisant la technologie Comverse opérait aussi sous le couvert de compagnies de déménagement et de kiosque à jouets dans les aéroports. Les quelque mille kiosques ont tous fermé dans les jours qui ont suivi la tragédie et les agents qui les opéraient sont retournés en Israël. Avant et après le 11 septembre, indique Fox News, une centaine d’Israéliens ont été arrêtés en sol américain, interrogés puis relâchés grâce au Juif sioniste Michael Chertoff (Homeland Security), mais le sujet est classé ‘secret défense’.



Le terrorisme sioniste montre la tête

Ce n’est pas la première fois que des Israéliens font des attaques terroristes sous une fausse bannière pour ensuite faire porter le blâme sur les Arabes : il y a eu les attentats de l’Hotel King David en 1946 (plus de 91 morts et 45 blessés), l’attaque contre l’Égypte en 1954, et le bombardement du navire américain USS Liberty en 1967 (plus de 35 marins étasuniens morts et 171 blessés). Il est intéressant de noter que les attentats de l’Hotel King David ont été commis par le mouvement terroriste juif sioniste Irgun, sous la direction de son fondateur Menachem Begin, qui devint rien de moins que président d’Israël. C’est du militant sioniste Vladimir Jabotinsky - le fasciste fondateur du Bétar, la toujours très active milice de défense juive - que se réclamait l’Irgun de Menachem Begin. Suite au massacre de centaines d’Arabes à Der Yassin par l’Irgun et Stern en avril 1948, qui finalisa la partition de la Palestine et inaugura la fondation d’Israël (le premier État à être reconnu sans frontière fixe), Begin affirma: « nous avons créé le terrorisme chez les Arabes » (Counterpunch, 2004). L’Irgun se transforma ensuite en parti politique de droite : le Likud. C’est ce même parti qui, sous Ariel Sharon, érigera le Mur (une idée de Jabotinsky: « Le Rideau de Fer ») entourant la Palestine.



Des documents prophétiques

En 1986, Netanyahu publie "Terrorism: How the West Can Win", dans lequel il prédit la guerre au terrorisme en Irak et en Afghanistan et appelle l’Occident à combattre les ennemis d'Israël, les Palestiniens et les Arabes, qui ne sont pour lui que des terroristes. Le lendemain du 11 septembre, Netanyahu déclare que cet événement est « très bon pour les relations entre les États-Unis et Israël » (Jerusalem Post).

En 1998, trois Juifs sionistes, Ashton Carter, John Deutch et Philip Zelikow, font une autre incroyable prédiction dans un article intitulé « The Catastrophic Terrorism: Imagining the Transforming Event » (« Le terrorisme catastrophique : Imaginer l’événement transformateur »), paru dans la revue Foreign Affairs (traduction libre):
« Un tel acte de terrorisme serait un événement catastrophique, une ligne de démarcation dans l'histoire américaine. Il impliquerait des pertes de vie et de propriété d’une ampleur sans précédent en temps de paix et minerait la signification de la sécurité en Amérique. Comme Pearl Harbor, cet événement diviserait notre passé et notre futur en un ‘avant’ et un ‘après’. »

Étonnamment, cette vision se trouve également dans le manifeste du think tank néoconservateur Plan for A New American Century (PNAC, 1997). Dans ce document,les "faucons" de la guerre en Irak - les "néocons" - révèlent qu’ils ont besoin d’un « nouveau Pearl Harbor » pour catalyser l’expansion hégémonique américaine. Heureusement pour eux, ce « nouveau Pearl Habor » advint le 11 septembre 2001. L’analogie est d’autant plus pertinente que Roosevelt savait que le Japon allait attaquer Pearl Harbor, mais il n’a rien fait car le but était d’entraîner le peuple américain dans la guerre, poussé par le désir de vengeance.


Sous la direction de Robert Kagan et William Kristol (4), le PNAC compte parmi ses membres : Paul Wolfowitz (ancien président de la banque mondiale), Dick Cheney, Donald Rumsfeld (tous trois ont servi sous les administrations Reagan et Bush père), Richard Perle (5), le rabbin Dov Zakheim, Lewis ‘Scooter’ Libby (ancien directeur du bureau du vice-président Cheney), Eliot Cohen, Robert Kagan, Donald Kagan, Jeb Bush, Steve Rosen, Daniel Pipes (protégé de Perle et fils du théoricien anti-Soviet Richard Pipes), Robert Zoellick (nouveau président de la banque mondiale), etc., tous sionistes (6) et co-responsables (sous l’égide de Wolfowitz, Feith et Libby) de la guerre en Irak, une guerre qui se révèle comme étant en fait conçue par et pour les intérêts d’Israël.


Revenons à l’article The Catastrophic Terrorism. Qui sont les auteurs? Carter est à la tête de MITRE corp., une importante organisation israélienne de contractants pour la Défense américaine, dont les systèmes de communication et de commande ont clairement échoué lors des attentats du 11 septembre. Deutch est un associé principal de GTP, une filiale nord-américaine de Rothschild corp., spécialisée dans la vente de technologie militaire. Zelikow a été le directeur exécutif de cette parodie qu’est la Commission d’enquête du 11 septembre, en plus de siéger auprès du groupe de recherche qui a feint d’étudier ce désastre honteux qu’est la guerre en Irak. Fait intéressant à noter, dans le même numéro de la revue Foreign Affairs se trouve un article de Daniel Pipes sur Ben Laden intitulé « License to Kill ». Cet ancien propagandiste anticommuniste a popularisé le mythe islamophobe du « terrorisme djihadique international », proclamant que « tous les musulmans ne sont pas terroristes mais tous les terroristes sont musulmans ». Il qualifie l’anti-sionisme de « théorie proche-orientale du complot » et l’identifie à un « nouvel antisémitisme ». Il a conçu la stratégie militaire contre le Liban et la Syrie en 2000 au nom des sionistes chrétiens et des néo-conservateurs, et est devenu le plus influent commentateur du conflit au Moyen-Orient.



Le faux entrechoquement des civilisations et le sionisme chrétien

Le 11 septembre et la guerre au terrorisme ont permis aux néo-conservateurs de s’emparer des ressources énergétiques du Moyen-Orient et de neutraliser les États qu’Israël jugeait trop puissants. Certains intégristes y voient la réalisation de prophéties bibliques. D’après le courant sioniste chrétien appelé dispensationaliste, qui représente plus de 60 millions d’évangéliques Américains, l’antéchrist doit signer un traité de paix de sept ans avec Israël et rebâtir le Temple. Mais dès que les Juifs auront été réunis en Israël, Israël sera détruit dans un Armageddon nucléaire et, toujours selon les dispensationalistes, c’est à ce moment que le Christ reviendra. C’est dans cette optique que ces chrétiens favorisent le retour des Juifs en Israël, car pour eux la fondation de l’État d’Israël est la réalisation d’une prophétie de la Fin des Temps. C’est la raison principale pour laquelle les médias rivent leur attention sur le Moyen-Orient (où se situe justement la fameuse vallée de Meggido, d’où origine le terme Armageddon désignant le combat final entre le Bien et le Mal) et pas seulement à cause du conflit israélo-palestinien ou du pétrole. Le monde bipolaire du ‘Choc des civilisations’ (le titre d’un article du très influent Samuel Huntington), opposant l’Occident à un ‘Axe du Mal’ ‘anti-démocratique’ musulman ou communiste, est le cadre de référence géopolitique des sionistes chrétiens de la Maison Blanche orchestrant cette campagne de peur eschatologique. Menaçant d’éclater en conflit nucléaire opposant l’axe États-Unis--Israël et l’Iran, l’escalade des tensions entre ‘l’Ouest et le Reste’ enthousiasme les sionistes chrétiens qui voient venir l’Armageddon, et donc leur Messie. Mais d’après certains analystes néo-cons comme Robert Kaplan, la guerre contre l’Iran débouchera vite dans des affrontements titanesques avec la Chine, car en fait, le pays que les États-Unis surveillent comme leur ennemi ultime n’est pas l’Iran ni le bloc islamique mais bien la Chine en premier lieu, et la Russie en second lieu. La Chine est déterminée à adopter l’« American Way of Life » et elle est déjà la plus grande puissance économique mondiale. Or, suivant la « Doctrine Wolfowitz », les États-Unis considèrent toute rivalité hégémonique comme une déclaration de guerre méritant des « frappes préventives ».


Suivant le littéralisme biblique du British-Israël (7) et de son prophète Garner Ted Armstrong, les hordes légendaires de Gog et Magog attaquant Israël en venant « de l’Est et du Nord » (Livre de Daniel) seraient la Chine et la Russie, alliées au monde islamique. Cette vision recoupe la division géopolitique de Mackinder, répandue dans les plus grands magazines d’affaires financées par les Rothschild (The Economist) et les Rockefeller (Foreign Affairs), qui conçoit une aire eurasienne englobant la Russie et la Chine. Les think tanks et les penseurs du nouvel ordre mondial tels Brzezinski ou The Economist veulent constituer différents blocs géo-politiques économiques, qui ressemblent drôlement à la division Oceania-Eurasia-Estasia décrite par George Orwell dans 1984 : un bloc euro-américain, un bloc islamique, un bloc eurasiatique, de façon à marginaliser l’Inde et la Chine. C’est à cette fin que sont promues les grandes unions supranationales continentales qui se constituent actuellement: Union nordaméricaine (et bientôt, selon la vision de Bush père, une Union des Amériques), Union européenne, Union africaine, Union extrême-orientale, etc. La ségrégation des Musulmans menant à la consolidation d’un bloc islamique, que The Economist appelle à la blague « Islamistan », fut favorisée par les guerres de l’après 11 septembre : la guerre au terrorisme, la guerre en Irak et en Afghanistan. Quant à l’Eurasie, celle-ci se consolide du fait que la Chine et la Russie savent qu’ils sont les prochains à être attaqués après l’Iran. Ils sont ainsi en train de constituer, au travers d’alliances économiques et d’alliances militaires comme l'Organisation de coopération de Shanghai, un bloc eurasiatique fondé sur la résistance nationaliste anti-Occident. À cette Eurasie en formation se rattacherait le bloc islamiques, réalisant ainsi, sous la pression étatsunienne, les « prophéties » du British-Israel et de la revue The Economist qui prédisaient que le monde musulman allait s’allier à la Chine et à la Russie. Les pays qui ont le malheur de se trouver au centre des pôles opposés, surtout en Europe de l’Est, en Russie occidentale et en Europe centrale, seront écartelés sous la tension. Israël, qui se trouve justement au Centre, au Moyen-Orient, détient plus de 400 bombes nucléaires (8) et menace constamment des États du monde entier, courant ainsi le risque d’être anéanti dans l’une des guerres qu’il aura lui-même déclenchées. En fait, un Choc nucléaire des civilisations à une échelle mondiale signifierait la fin catastrophique de la civilisation actuelle.



La résistance anti-sioniste diabolisée

Des voix dissidentes s’élèvent : Jimmy Carter dénonce l’apartheid en Palestine; Fidel Castro (Cuba), Hugo Chavez (Venezuela) et Mahmoud Ahmadinejad (Iran) soutiennent que le 11 septembre est l’oeuvre du gouvernement américain. Mais le président iranien va encore plus loin en niant la légitimité de l’État d’Israël, tenant même, le 11 décembre 2006, une conférence internationale sur l’Holocauste, à laquelle furent invités des révisionnistes (« négationnistes ») et des anti-sionistes de tout acabit, incluant des rabbins ultra-orthodoxes, ironiquement taxés d’« antisémites » par la communauté sioniste internationale! Si seulement les médias Ahmadinejad ne répétaient constamment qu’Ahmadinejad a supposément menacé de « rayer Israël de la carte » (9), celui-ci ne passerait pas comme le « nouveau Hitler » aux yeux de l’Occident (10). Ainsi les chefs d’État anglo-américains parlent d’« islamofascisme » et diabolisent le monde musulman, en plus de réclamer le bombardement de l’Iran et la poursuite de la guerre en Irak, suivant la volonté d’Israël.



Nous avons vu ce qui nous permet de croire que les attentats du 11 septembre seraient en fait l’oeuvre des services secrets américano-sionistes, et que les prétendus « attentats terroristes d’Al-Qaida » servent en fait à diaboliser le monde Arabo-Musulman. Dans l'imaginaire collectif, le « terrorisme djihadique international » a tout simplement remplacé la menace de « l’internationale communiste », et comme nous l’avons vu, les propagandistes de cette nouvelle menace sont les mêmes qui excitaient autrefois la paranoïa anti-communiste. En plus de justifier des politiques liberticides, de même que la guerre en Afghanistan, en Irak et bientôt en Iran, la guerre au terrorisme a uni les États-Unis et Israël contre les Arabes et l’Islam, légitimant les politiques israéliennes d’apartheid et de génocide des Palestiniens d’une part, et dressant les États-Unis contre les ennemis d’Israël, d’autre part. L’histoire est remplie d’exemples de manipulations politiques utilisant une fausse opposition, comme le croque-mitaine Ben Laden qui ressurgit immanquablement en période électorale américaine. Les dirigeants au pouvoir vont jusqu’à réécrire l’histoire, ou la remplacent carrément par un mensonge, afin de garder leur emprise sur les masses manipulées. Il importe donc plus que jamais de reconnaître les plans machiavéliques derrière ces manipulations historiques, car à l’ère du Faux, rien n’importe plus que la recherche de la vérité.




NOTES:

(1) Dans son ouvrage The Other Side of Deception (1994), l’ex-agent du Mossad Victor Ostrovsky a révélé que les moudjahidins ont toujours été sous la tutuelle du Mossad.

(2) http://www.whatreallyhappened.com/ICTS.html

(3) http://www.fbi.gov/wanted/terrorists/terbinladen.htm

(4) Éditeur du Weekly Standard de Rupert Murdoch et cerveau du PNAC, William Kristol est le fils du trotskiste et propagandiste anti-Soviet Irving Kristol.

(5) Les membres du CFR et du PNAC Richard Perle et Dick Cheney ont été tour à tour directeur du Jewish Institue for National Security Affairs (JINSA), un puissant lobby sioniste similaire à l’AIPAC et tout aussi partisan de la guerre au terrorisme, de la guerre en Irak et de la prochaine guerre contre l’Iran. Perle est très proche des Juifs sionistes Michael Ledeen, le théoricien de la « destruction créative » du Moyen-Orient, et Eliott Abrams, le gendre du gourou belliciste néo-con Norman Podhoretz. Les liens étroits de Perle avec Israël lui ont valu, en 1970, d’être investigué pour avoir passé des secrets à Israël, tout comme Wolfowitz l’a été plus tard en 1978 (Piper, 2007).

(6) Notez que sur le cette, seuls Cheney, Rumsfeld et Bush ne sont pas juifs.

(7) Né en 1919, le British-Israël est une organisation politico-religieuse liée à l’empire britannique et fondée sur une vieille idée voulant que les Anglo-Américains seraient une ‘tribu perdue d’Israël’ (ou, comme le révèlerait l’origine étymologique de ‘british’, le « Peuple de l’Alliance » ; puisque B’rith = alliance, et ish = homme ou peuple). Suivant cette logique, l’Amérique est la « Nouvelle Jérusalem » et il revient au monde anglo-américain d’étendre son Saint Empire sur toute la planète.

(8) Dans son best seller « underground » Final Judgment, Michael Collins Piper démontre que le président J.F. Kennedy a été assassiné par le Mossad israélien pour avoir catégoriquement refusé de financer le projet "sacré" de Ben-Gurion de doter Israël du plus important arsenal nucléaire après celui des États-Unis.

(9) En fait, Ahmadinejad a simplement cité Khomeini disant que : « Le régime qui aujourd’hui occupe Jérusalem disparaîtra un jour des pages de l’histoire ».

(10) « On est en 1938 et l’Iran est l’Allemagne. Et l’Iran est dans la course à la bombe atomique », discours public de Benjamin Netanyahu, 14 nov. 2006.





Bibliographie:


BOLLYN, C., 2007, Exposer le réseau Criminel Sioniste derrière le 9-11
http://www.iamthewitness.com/Bollyn/Bollyn-ExposeThem-F.html

HUDON, J. 2007, La mission canadienne en Afghanistan et le 11 Septembre, http://www.vigile.net/La-mission-canadienne-en

KNIGHT-JADCZYK, L. 2006, 9/11: The Ultimate Truth
http://www.redpillpress.com/retail
___, 2005, Le culte le plus dangereux du monde
http://quantumfuture.net/fr/article-lkj-culte_dangereuse-fr.htm

MEARSHEIMER, J. J. & S. WALT. 2006, “The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy”, Harvard Un.,
http://ksgnotes1.harvard.edu/Research/wpaper.nsf/rwp/RWP06-011

MEYSSAN, T., 2007, L’Effroyable Imposture 2: mensonges et désinformation. Éditions Alphée www.voltairenet.o rg/article148693.html

PASTORE, P.D., PhD, 2003, An Independent Investigation of 9-11 and the war on terror, http://www.apfn.org/apfn/WTC_STF.htm

PETRAS, J., 2006, The Power of Israel in the United States, Clarity Press, Inc., Fernwood Books
http://www.amazon.com/Power-Israel-United-States/dp/0932863515

PIPER, M. C., 2007, The Golem: Israel's Nuclear Hell Bomb and the Road to Global Armageddon, American Free Press
_, 2006, The New Jerusalem – Zionist Power in America, American Free Press
_, 2004, The High Priests of War, American Free Press, gratuit ici: http://users.skynet.be/boekanier/High_Priests_of_War.pdf
_, 1994, Final Judgment – The Missing Link in the JFK Assassination Conspiracy, American Free Press

REOPEN 9-11: www.reopen911.info/videos

mardi 5 août 2008

Attentats du 11 Septembre : implications des Israéliens, une enquête indépendante est nécessaire




De lourds soupçons basés sur des faits et preuves irréfutables pèsent sur des groupes d'Israéliens espionnant sur le sol américain dans les mois précédant les attentats. Si la version officielle US des faits concernant le 11 Septembre est, à juste titre, de plus en plus contestée, l'implication israélienne - mentir par omission, donc leur complicité - n'a pas reçu toute l'attention qu'elle requiert. Un Mémorandum extrêmement détaillé pose les bonnes questions en exigeant une enquête publique indépendante.



Attentats Du 11 Septembre : Implications Des Israéliens, Une Enquête Indépendante Est Nécessaire

Note d'introduction de la rédactrice, traductrice

Les attentats du 11 Septembre ont permis d'établir des systèmes de surveillance et de violation des droits élémentaires des citoyens aux US et dans les pays occidentaux, une évolution politique dangereuse, au nom de la « guerre contre le terrorisme », vers des méthodes de gouvernance totalitaires au détriment de la démocratie, et qui nous concerne TOUS. Pour lutter efficacement contre ces dérives, il importe de comprendre tout ce qui s'est passé le 11 septembre. Ces évènements dramatiques ont permis à l'impérialisme américano sioniste d'imposer son dictat en violation du Droit International, des chartes et règles régissant les institutions internationales, notamment sur la torture, les poursuites des crimes de guerre et crimes contre l'humanité dont les américains et les sionistes se sont rendus coupables.

Après le démantèlement de l'Union Soviétique, et avant le 11 septembre, les Etats-Unis et leur puissant complexe militaire industriel et financier, se cherchaient un « ennemi » afin de poursuivre leur course hégémonique impérialiste mondiale. Le mouvement sioniste, à bout de souffle, et son puissant lobby AIPAC aux US, cherchaient un moyen de continuer à justifier sa colonisation de la Palestine, en faisant notamment, auprès des décideurs politiques de Washington, la promotion de « la guerre contre le terrorisme », marque déposée du régime sioniste qui se définissait à l'avant-garde de cette guerre, par son combat contre la résistance palestinienne à l'occupation colonisation, et contre la résistance libanaise du Hezbollah. Ce Mémorandum a été rédigé en 2004 par un juriste international, Mr Gerald Shea, et adressé à la Commission Nationale pour les Attaques Terroristes contre les Etats-Unis et au Comité du Sénat sur le Renseignement.

Publié sous l'intitulé :

« Surveillance Israélienne des Futurs Pirates de l'Air et Suspects du FBI des Attaques du 11 Septembre et leur Echec (des israéliens ndlt) à Nous Fournir une Mise en Garde Adéquate : le Besoin d'une Enquête Publique »,

ce Mémorendum – qui se trouve en pièce jointe dans son intégralité avec annotations bibliographiques et documents annexes dont carte et tableaux en anglais, - livre de précieuses informations et preuves de l'implication dans ces attentats du Mossad israélien, dont la devise est « par la tromperie » et, dans le cas précis des attentats du 11 Septembre, on peut préciser par « le mensonge par omission », qui a coûté la vie à 3000 américains, et depuis à des centaines de milliers voir millions de personnes en Afghanistan, en Irak, au Liban, en Palestine.

Bien sûr, ceux qui sont contre la recherche, la découverte et la publication de la vérité n'auront de cesse de cataloguer toute tentative rationnelle d'expliquer ces tragiques évènements de « théorie de la conspiration » et lorsque cette recherche implique des juifs ou ceux qui se revendiquent comme tels, « d'antisémitisme ». A ceux là nous répondons par un enseignement majeur du Talmud : « le monde repose sur trois pieds, la Vérité, la Justice, la Paix «. Point final.

Le document

L'auteur dans son introduction regrette que son Mémorendum n'ait pu être délivré à la commission d'enquête avant que cette dernière ait publiée son rapport final – qui, comme chacun le sait désormais, comporte des zones d'ombres qui ne satisfont pas au besoin de vérité notamment des familles des victimes du 11 Septembre, dont certaines l'ont remis en question- notant également que ce rapport de la commission ne saurait être considéré comme une fin de non recevoir pour certaines questions restées en suspend, et demandant qu'elles soient examinées par un autre comité d'enquête indépendant qui aura pour tâche de déterminer les responsabilités de chacun, aux vues de toutes les preuves accumulées dont certaines sont classées top secret. Il précise que ce n'est pas le but de son Mémorendum, lui se contentant de fournir des informations relatant des faits précis et documentés et en tirant des conclusions préliminaires qui demandent à être étudiées scrupuleusement par ce comité, réfutées ou confirmées, preuves à l'appui.

12. Synthèse détaillée (traduction)

Présentée ci-dessous, on trouve une synthèse détaillée de conclusions provisoires tirées dans ce Mémorandum, qui illustre amplement le besoin urgent d'une enquête publique sur les activités des groupes israéliens DEA et du groupe israélien du New Jersey. L'enquête doit inclure, sans limitation, l'examen des membres de groupes israéliens et des personnes en liens avec ; des responsables du gouvernement israélien et certaines de ses agences, dont le Mossad ; des suspects du FBI, des agents de la DEA, de l'INS et du FBI ; certains responsables de la police locale ; des agents de la CIA (sous vidéo si nécessaire) ; d'autres source de renseignements citées par la presse autant que possible : les boîtes de documents et disques durs d'ordinateurs (dont il est question en page 29) saisis par le FBI du groupe israélien du New Jersey ; et de tous les autres documents, rapports, communiqués et informations pertinents.

1.Les groupes israélien DEA espionnaient la Drug Enforcement Agency et par conséquent les Etats-Unis. La DEA elle –même a conclu qu'ils s'étaient probablement livrés à la collecte organisée de renseignements sur notre territoire.

2.Un journal américain de renom expert en matière d'affaires israéliennes, a conclu

(a) sur la base de ses propres sources, que les groupes israéliens DEA espionnaient des réseaux islamiques radicaux suspectés d'être en lien avec le terrorisme du Moyen Orient, et

(b) sur la base d'interprétations d'un ancien officier des services de renseignements américains régulièrement tenu au courant de ces questions par des fonctionnaires de la DEA que

(i) au moins deux membres du groupe israélien du New Jersey étaient des agents du Mossad

(ii) Que Urban Moving, * la société utilisée par le groupe du New Jersey, était une société écran pour le Mossad et ses agents, et

(iii) Le groupe israélien du New Jersey espionnait les arabes locaux

3.les sources au sein du renseignement US d'une Cie de TV américaine rapporte que les groupes israéliens DEA auraient collecté des renseignements sur les attaques du 11 septembre à l'avance, sans les partager avec les US. L'un des enquêteurs a dit que la preuve liant les groupes israéliens DEA à une telle collecte de renseignements était classée secret et ne pouvait être révélée.

4.Les groupes israéliens DEA comprenaient 125 israéliens ou plus opérant sur notre territoire. Leurs dirigeants et ceux visiblement associés comprenaient des commandants militaires et des experts avec des antécédents militaires dans les renseignements, les interceptions électroniques et télécommunications.

5.La mise sur écoute et l'expertise en matière de renseignement des membres des deux groupes israéliens (du New Jersey et de la Floride ndlt), et l'utilisation de camionnettes dans le voisinage d'où les futurs pirates de l'air planifiaient leurs attaques, et l'utilisation massive par les pirates de l'air de téléphones portables et de lignes fixes, a fait que les groupes israéliens étaient idéalement aptes à collecter des informations concernant les plans des pirates de l'air.

6.La principale opération des groupes israéliens DEA était localisée dans et aux alentours d'Hollywood en Floride, la zone d'entraînement et de mise en scène du détournement des avions des tours nord et sud et de l'avion de Pennsylvanie. Les adresses et lieux de résidence des membres des groupes israéliens DEA dans Holywood même se trouvaient à quelques dizaines de mètres de ceux des futurs pirates de l'air.

7.Les opérations à la fois du groupe israélien du New Jersey et des pirates de l'air de l'avion du Pentagone se trouvaient concentrées dans les districts d'Hudson et Bergen dans le New Jersey, dans un périmètre commun d'environ 10km.

8.Les 5 membres du groupe israélien du New Jersey qui ont célébré l'attaque et ont été arrêté le 11 septembre savaient, quand l'avion a percuté la tour nord du World Trade Center, sur la base de leur réaction immédiate et des informations qu'on dit avoir été trouvées dans leur camionnette, que l'attaque avait été planifiée et menée par des terroristes arabes.

9.Après avoir été questionnés par le FBI le 11 septembre, le dirigeant du groupe israélien du New Jersey a immédiatement quitté les Etats-Unis pour se réfugier en Israël. Son nom et ses faux noms apparaissaient, en même temps que ceux des pirates de l'air et d'autres suspects du FBI, sur la liste de suspects du FBI de mai 2002.

10.Des officiers des renseignements israéliens ont rapporté que deux hauts responsables du Mossad avaient mis en garde les Etats Unis en août 2001 que jusqu'à 200 terroristes sur le territoire américain planifiaient une attaque de grande envergure imminente sur le territoire américain contre des cibles de haute visibilité sur le continent américain. Un article de presse déclare qu'en août le Mossad a fourni à la CIA les noms des futurs pirates de l'air, Khaled al Mihdhar et Nawaf al Hazmi.

11.L'explication fournie par la CIA sur comment les noms de Midhdhar et Hazmi ont été placés sur la liste de surveillance par des initiatives spontanées d'agents de la CIA et du FBI n'est pas seulement difficile à comprendre, mais, difficilement crédible, étant donné l'importance de cette liste de surveillance.

12.Les propres informations du Mossad semblent avoir été fournies par ses propres sources à l'intérieur des Etats-Unis. Tous les faits et circonstances relatés dans ce Mémorandum semblent montrer que les deux sources probables d'information du Mossad étaient :

(a)les groupes israéliens DEA, comparables en nombre à ceux des suspects arabes et qui semblent avoir suivi à la trace les futurs pirates de l'air dans leurs lieux centraux d'opération et dans d'autres états, et

(b)le groupe israélien du New Jersey, opérant par le biais de la société écran du Mossad dans un autre lieu central des opérations des futurs pirates de l'air, comprenait deux agents du Mossad, et il apparaît que parmi les membres de ce groupe, 5 d'entre eux ont manifesté une connaissance immédiate de l'origine des attaques le 11 septembre.

13.Tandis qu'il existe peu de preuves directes appuyant l'hypothèse que la CIA savait ou tolérait la surveillance par les groupes israéliens des groupes terroristes arabes aux Etats-Unis avant le 11 septembre, la pression exercée par la CIA pour l'expulsion des membres des groupes israéliens DEA détenus avant le 11 septembre, son échec à coopérer avec le FBI, son explication alambiquée de la façon dont les noms des deux pirates de l'air cités ci-dessus avaient été placés sur la liste de surveillance, et d'autres considérations pertinentes nécessitent que ce problème soit examiné dans le cadre de l'enquête publique sur ces événements douloureux.

* Information complémentaire tirée du Mémorendum sur le groupe israélien du New Jersey, et sur Urban Moving la société écran du Mossad et sur ceux qui y « travaillaient.

« Le groupe israélien du New Jersey semble ne pas avoir été connus de la police fédérale et de celle de l'état jusqu'au 11 septembre 2001. Ce jour là, immédiatement après que le premier avion, l'avion dit de la tour nord, se soit écrasé sur le World Trade Center, une habitante du district de Bergen, New Jersey, juste de l'autre côté de la rivière Hudson dans le bas de Manhattan, s'est inquiétée quand elle a vu un groupe d'hommes se réjouir i[« sur le toit d'une camionnette blanche sur le parking de son immeuble. » elle a noté le numéro d'immatriculation de la camionnette, et appelé la police. Elle a dit à la police que les hommes « prenaient des poses, dansaient et riaient avec en toile de fond » la catastrophe, qu'on pouvait complètement voir de ce côté de la rivière. Les hommes « souriaient et se faisaient des signes de victoire ». Une alerte du FBI a été lancée :

« Véhicule possiblement lié à l'attaque terroriste de New York. Une camionnette Chevrolet blanche, portant une plaque d'immatriculation du New Jersey avec une signalisation « Urban Moving Systems » visible derrière… Lors du premier impact de l'avion de ligne sur le World Trade Center. Trois individus avec la camionnette ont été vus célébrant après l'attaque initiale et l'explosion qui a suivi. Le bureau Neward Field du FBI demande que, si la camionnette est localisée, de l'immobiliser pour empreintes et de détenir les individus. »

Les hommes étaient cinq citoyens israéliens, Sivan Kurzberg (le chauffeur de la camionnette) Paul Kurzberg, Yaron Shmuel, Oded Ellner, et Omer Marmazi. La camionnette a finalement été stoppée dans East Rutherford, New Jersey, à 3.56 pm. Le chauffeur et les passagers ont été arrêtés par le sergent Rivelli et les officiers DeCarlo et Yannacome du commissariat de police de East Rutherford. La police locale a vite été rejointe par d'autres membres des forces de l'ordre. On a demandé à plusieurs reprises à Sivan Kurzberg de sortir du véhicule mais, il a refusé, occupé à fouiller dans un sac en cuir noir. Les agents du FBI qui sont arrivés sur place ou ont été d'une autre manière impliqués inclus Kevin Donovan, Daniel O'Brien et robert F. Taylor, Jr. Finalement les individus sont passés sous le contrôle du FBI, de même que les preuves contenues dans la camionnette, et l'enquête.

Des sources proches de l'enquête ont dit qu'ils avaient trouvé dans la camionnette « des cartes de la ville… avec certains endroits marqués » ajoutant que « cela semblait comme… s'ils savaient ce qui allait arriver ».

Yaron Shmuel a menti à la police concernant l'endroit où les hommes se trouvaient lors des attaques sur le World Trade Center, disant qu'ils étaient sur l'autoroute ouest de New York (et non pas célébrant de l'autre côté de la rivière Hudson). Il a donné son adresse au 1345 Drexel Avenue à Miami Beach, Floride (pas très loin de Hollywood). Mr Ellner avait dans une bourse en forme de soquette, 4 700 $. Au moment de l'arrestation, Sivan Kurzberg a dit à la police :

«Nous sommes israéliens. Nous ne sommes pas le problème. Nos problèmes sont (maintenant) vos problèmes. Les Palestiniens sont le problème. »

Tous les hommes ont été menottés, placés sur la pelouse et on leur a lu leurs droits. Un sixième membre du groupe, Dominik Suter de Fair Lawn New Jersey lui aussi un citoyen israélien et propriétaire de Urban Moving, a été questionné plus tard par le FBI aux bureaux de la société à Weehawken. Le FBI a perquisitionné pendant plusieurs heures les locaux d'Urban Moving, et emmené des boîtes de documents ainsi que des douzaines de disques durs. Quand le FBI a voulu interrogé Mr Suter, quelques jours plus tard, il s'était enfui accompagné de sa famille des Etats-Unis et s'était réfugié en Israël… Dominik Suter est inclus dans la liste de suspects de mai 2002 du FBI, aux côtés de Mohammed Atta et d'autres pirates de l'air et suspects, sous ce nom et deux autres noms qu'il avait semble-t-il utilisé, Omit Suter et Omit Levinson…

Les conclusions du FBI : le groupe israélien du New Jersey était des agents des renseignements du Mossad espionnant des arabes locaux des districts d'Hudson et de Bergen… Urban Moving a servi comme société écran du Mossad… »

Note finale de la rédactrice

Ce Mémorendum, dont les passages traduits ci-dessus, ne donnent qu'un aperçu succinct, contient de nombreux détails accablants contre les israéliens, qui, s'ils n'ont pas, semble-t-il, à proprement parlé organisé les attentats, en connaissaient très certainement, du fait de leurs réseaux rapprochés de surveillance (écoutes des communications) des futurs pirates de l'air, d'importants détails qu'ils n'ont pas transmis aux services de sécurité américains. Leur responsabilité est écrasante et ils devront en répondre un jour ou l'autre, quand les américains finiront par comprendre l'immense tort que leur causent les israéliens et comment, poursuivant leurs propres intérêts au détriment de ceux des US, ils contribuent à l'effondrement programmé de la plus grande puissance mondiale actuelle, à l'image des tours du World Trade Center s'effondrant et à la vue desquelles les israéliens ont applaudi.


Jeudi 31 Juillet 2008
Myriam Abraham
http://www.antiwar.com/rep2/MemorandumtotheCommissionandSelectCommitteesbold.pdf

lundi 4 août 2008

La mort du scientifique de l'anthrax : une autre mise en scène du Mossad ?

‘Suicide’ of Anthrax Scientist–Another Mossad Frame Up?
August 4, 2008
by Mark Glenn — crescentandcross


The last week of July, all across America could be heard an almost audible sigh of relief as headlines blared the news on the hour every hour that ‘he’ had finally been caught, the ‘he’ in this case being the infamous bioterrorist (unknown and unnamed up to this point) who sent deadly anthrax through the US mail system a mere week after the attacks of 9/11, leading to the deaths of 5.

What should have been heard across America however was a disquieting ‘hmmmm,’ as Americans scratched their heads and pondered the likelihood that the story being fed them concerning the ‘suicide’ of Ft. Dietrich bioweapons lab scientist Bruce E. Ivins was just another in a long string of lies, that it was not a suicide at all, but rather just one more cog in a Zionist-organized cover-up that has continued now for almost 7 years, beginning with 9/11.

There are good reasons for Americans to be skeptical about the recent news concerning the ‘suicide’ of bioweapons researcher Bruce Ivins (undoubtedly destined to be dubbed ‘Dr. Anthrax’ now that he is not here to defend his name) not the least of which is the timing of this event. In the first case, the news of his death arrived only a month after the US government was forced to pony up almost 6 million dollars to Steven Hatfill, the bioweapons researcher whose good name and reputation were destroyed as a result of the US Justice Department naming him a ‘person of interest’ shortly after the attacks when the only ‘evidence’ linking him to the infamous crimes came from a mouthy disinformation agent named Barbra Rosenberg. Secondly, it is a mere month before the anniversary of 9/11, and the fact that for the last 7 years the largest criminal investigation in US history (codenamed ‘Amerithrax’ for maximum effect) has turned up a big goose egg does not help things at a time when Uncle Sam is suffering from a serious credibility problem, both at home and abroad.

Those not recognizing the relevance of the aforementioned case involving Hatfill should keep in mind that the US DoJ losing a civil case against him (despite the scant news coverage it received) is like the town crier announcing to all within earshot that the case involving the anthrax attacks is not closed, and that the killer (or killers) is still on the loose. Obviously, given that the FBI always ‘gets its man’ this is gravely embarrassing, to say the least.

But more importantly, as any good cop will testify, a case not closed means a case still open, which means going back to square one and reviewing the evidence all over again in the hopes of finding something possibly missed. Obviously this means looking at information certain entities (and particularly those interested in dragging the US into Israel’s dirty wars) can’t afford to have exposed to public scrutiny, and in particular the evidence revolving around a certain Lt. Col. Phillip Zack.

For those who bought into the made-in-Israel storyline following the 2001 anthrax attacks that ‘the Ay-rabs did it,’ Zack was a researcher at the same Ft. Dietrich bio-weapons lab where the now ‘suicided’ Bruce Ivins worked. Along with Zack and Ivins was also one Ayyaad Assaad, an Egyptian-born scientist who became the butt of a concerted anti-Arab, anti-Islamic campaign organized and executed by Zack and some of his cohorts at the lab who collectively called themselves ‘the Camel Club’. A few days after 9/11 an anonymous letter turned up at a Marine base in Quantico Virginia accusing Assaad of being a terrorist planning biological attacks against America. According to Assaad’s testimony to the FBI agents who interviewed him, the personal information contained in the letter could only have been written by a co-worker at the lab, and surprise, surprise, a few days later, anthrax turns up in the mail. Furthermore, a security film caught Zack entering the Ft. Dietrich facility after hours at a time he no longer worked there, and more importantly, caught him on tape entering a secure section of the facility where the very same strain of anthrax used in the attacks later turned up missing. Given that the anthrax attacks amounted to the use of a weapon of mass destruction against the United States, naturally investigative eyes were on all persons considered relevant to the case, and–almost as if on cue–just about the time Zack and his anti-Arab bigotry started to circulate as clues in the case, the previously-mentioned Barbara Hatch Rosenberg floated the idea that Steven Hatfill should be put under the microscope, which he was, while all investigation of Zack slipped out the proverbial back door, never to be mentioned again.

In sum, Hatfill being exonerated means all bets are off and that more-likely culprits stand a good chance of being reconsidered for their possible (or probable) roles in the anthrax attacks following 9/11. More importantly though, it also means possible public exposure of the fact that the anthrax attacks were part of a carefully-coordinated false flag operation cooked up in the petri dish called Mossad headquarters aimed at inflaming Americans into going to war against Israel’s enemies, specifically Iraq.

And then, like a bolt out of the blue comes the ‘suicide’ of one Bruce Ivins who worked at the facility, and along with this a truck load of ‘evidence’ to suggest he was the culprit. Court testimony from a social worker claiming he was a dangerous psychopath planning on killing scores of people given a mere week before his ‘suicide’, along with the supportive testimony of psychiatrists who supposedly examined him.

Those who think it really is an open and shut case of suicide on the part of a guilty culprit should ask a few questions. If he really was ‘the guy’, why was he allowed to keep his security clearance at the weapons lab where he worked and (more importantly) where other infectious diseases that could have been used in additional attacks on America were stored? If he truly was about to be indicted for the anthrax attacks, why was he not scooped up by the FBI immediately, lest he flee the country, or worse, ‘go out in a blaze of glory’ as the previously-mentioned social worker claimed he swore he would do? Was Ivins about to go public with information he had concerning the real person (s) behind the attacks? And more importantly, where is Lt. Col Phillip Zack, the anti-Arab bigot filmed going into a secure area of Ft. Deitrich where the Ames strain of anthrax used in the attack was stored, after hours, where few (if any) witnesses could be found? Can rational persons assume he is sitting on a beach somewhere in Israel, far away from this discussion and–more importantly–from this investigation that the US DoJ is now saying will be closed as early as this week?

To anyone who recognizes the proclivity towards lying, frame-ups and cover-ups that exist on the part of Israel’s friends in Washington DC, the case involving Ivins wreaks of yet another in a long line of similar crimes. Just as Iraq was framed for 9/11 when not a microbe of evidence existed tying the two together, so too does it appear Bruce Ivins been framed for the anthrax attacks in order to protect the identity of the real perpetrators, the emphasis falling on the synonym of the second half of that word–‘traitors’.

Sadly–and despite the fact that the present made-in-Israel wars in Iraq and Afghanistan have cost them dearly–Americans will no doubt assume (as planned) that the suicide of the bioweapons scientist indicates his guilt. Just like Israel’s assassination of JFK (blamed on Lee Harvey Oswald) to Israel’s attack on the USS Liberty (that both the Jewish state and John McCain Sr ruled was an accident) to Israel’s role in 9/11, Americans will move on with their lives like dutiful little sheep, not realizing that the death of Ivins, the war, and the rising cost of fuel, food and just about every other necessary commodity are all directly related to each other.

Meanwhile, in places like New York, Tel Aviv and Washington DC, the persons responsible for all the aforementioned planned chaos will get together, and amidst smiles, snickers and handshakes and plot the next event designed to shyster American parents into sending their beloved sons and daughters off to fight and die for the Jewish state.

© 2008 Mark Glenn, Correspondent, American Free Press Newspaper

www.americanfreepress.net

www.crescentandcross.com




Controlled Media Suppresses Scientist’s ‘Big Secret’


By Michael Collins Piper

Although we are not likely to ever know whether accused anthrax terrorist Bruce Ivins really committed suicide, one particularly interesting aspect of the case has been buried by the mass media in America.

Although page after page of excruciatingly detailed information about Ivins’ personal life and career appeared in the major newspapers, the “big secret” about Ivins has been blacked out: he was a virulent Muslim-bashing supporter of Israel, a Christian by faith who trumpeted the mantra that the Jews are “God’s Chosen People.”

The Jewish Telegraph Agency acknowledged candidly on August 4 that these facts about Ivins were, in its words, “significant” because the notes accompanying the anthrax sent to various locales were designed to appear as though they were written by “a radical Islamist,” featuring such rhetoric as “Death to America, Death to Israel, Allah is Great.”

The JTA article, which was published in Jewish community newspapers across America, revealed that the Frederick (Maryland) News Post had recently republished several letters that Ivins had written to that newspaper over the last several years, including one in which Ivins praised a rabbi for refusing to engage in dialogue with a Muslim cleric. Ivins wrote:

“By blood and faith, Jews are God’s chosen, and have no need for ‘dialogue’ with any gentile.” (The term “gentile” is a term of derision often openly used by Jews to refer to non-Jews, essentially meaning that non-Jews are akin to insensate beasts.)

But no major media in America took note of these revelations regarding Ivins’ ideology. And it has hardly even been noted on the Internet. A Google search of the Internet on August 17 of the terms “Ivins” and “God’s chosen” indicated only 564 references. A similar search of Google’s “news” section on the Internet indicated only four references to this story—and none of those references were in the pages of The Washington Post, The Washington Times, The New York Times, The Los Angeles Times or any other “mainstream” daily newspaper.

Clearly, the masters of the media determined that American newspaper readers had the right to know the most personal details of Ivins’ life, but chose not to permit those readers to know of the pro-Israel ideological fervor that drove Ivins to mask his murderous attacks as the work of Muslim terrorists.

After all, this might cause Americans to raise questions as to whether other acts of terrorism—ascribed to “Muslim terrorists”—were really the work of Muslims at all, but instead “false flag” measures by Israel and its adherents to turn Americans against the Muslim world.

And if Ivins was involved in the mailing of anthrax-laden letters after 9-11, was he acting alone or at the behest of others?

Both Mark Glenn and Victor Thorn have written authoritative articles for AFP regarding the Ivins case. Among other things, they noted data suggesting Ivins was murdered and and evidence pointing toward involvement in the anthrax affair by yet another pro-Israel scientist, Philip Zack. Zack is accused of trying to frame a Muslim colleague for the crime.

So the entirety of the scenario remains a mystery. What we do know is that the controlled media is not telling us everything we need to know.

(Issue # 35, September 1, 2008)

dimanche 3 août 2008

Les US avertissent Israël: un autre USS Liberty ? n'y pensez même pas !

US Warns Israel –There Will Be No ‘USS Liberty Pt II’
July 28, 2008 — by Mark Glenn

For the last 41 years, Israel’s attack on the USS Liberty has been a taboo topic about which neither the Jewish state nor the US has allowed free and open discussion. Like a paid-off judge in the service of organized crime interests pounding his gavel on the bench, for the last 4 decades Israel and her supporters in the US government have bellowed ‘case closed’ and have raked over the coals anyone–including the survivors of the attack themselves–from arguing otherwise. Realizing the tidal wave of outrage that would occur if the American people were to come of age and lose their innocence in realizing what Israel did in murdering 34 American servicemen 4 decades ago in a premeditated act of war (to say nothing of the cover-up perpetrated by the US government) it has been on the list of forbidden topics……until recently.

Cutting short his trip in Europe the first week of July, recently-appointed Chairman of the Joint Chiefs Adm. Mike Mullen flew to Tel Aviv along with an entourage of high-ranking US military personnel and, upon his arrival, rushed to meet with the highest-ranking members of Israel’s military establishment. While this is not unusual (as many such meetings have been taking place as of late) what was unusual was the topic discussed–Israel’s attack on the USS Liberty 41 years ago during the 6 day war and how ‘important’ it was that ‘history not repeat itself,’ given the present tensions existing between Israel and Iran. Considering the subject of that meeting and the well-known cover-up that has taken place these last 41 years, the meeting should have made headline news all over America. Sadly, however, it did not, just another testimony to the fact that America is now officially ‘occupied territory’ every bit as much as Arab Palestine.

The fact that the meeting took place at all is news enough, but what is of even more importance is what can be inferred from the meeting. Given the fact that this brazen 2 hour attack upon the United States has been hushed up these last 41 years, there can be little else to conclude by Mullen’s meeting other than the obvious–That someone from within the intelligence or military apparatus of the United States has looked towards the horizon and concluded that Israel is planning a ‘USS Liberty Pt II,’ meaning an attack on a US ship, most likely in the Persian Gulf, leading to a massive loss of life to be then blamed on Iran. As was intended in 1967 when Israel attacked the Liberty, Americans would be incensed into such a war frenzy that they would demand the ‘obliteration’ (a la Hillary Clinton) of the guilty party, the false identity of which the Jewish media establishment in America would be all too glad to provide. And while all players involved have been tight-lipped about the particulars of this story, what can be concluded nevertheless is that Mullen’s impromptu trip to Israel and subsequent discussion was in effect a stern warning to Israel of ‘Don’t even think about it bubba’.

Those who suspect that Mullen (a company man not cut from the same cloth as the recently ‘retired’ Adm. William Fallon) has been afflicted with a sudden case of patriotic fever should consider this recent news against the more likely backdrop of sheer pragmatism. The sad fact is, patriotism more than likely had little to do with it. The US is having its rear end handed to it in Iraq and Afghanistan and now some in Washington are beginning to realize that they‘ve just put their foot into something nasty with regards to Israel’s dirty wars in the Middle East that will never be finished as long as she exists. With oil and virtually all consumer products skyrocketing in price simultaneous to the US economy going down the drain, some now understand that by signing on as Israel’s pit bull in the Muslim world that America will wind up paying the ultimate price for her devotion to the Jewish state, meaning the complete destruction of her economy and her position as a world power.

It is no secret Mullen is very friendly when it comes to the great experiment in Jewish self rule in the Middle East as well as his willingness to tow the line with regards to the sworn enemies of that great experiment. Immediately after the release of the National Intelligence Estimate in early December of 2007 stating that Iran had no nuclear weapons program America’s highest ranking military officer high-tailed it to Israel (the first Chairman of the Joint Chiefs to do so in a decade) to reassure her of America’s support that would last ‘1,000 years’.

As of late however, America’s top general officer seems to be singing a different tune with regards to widening the present debacle to include war with Iran that stands the very real chance of bringing into the fray nuclear-armed nations such as Russia and China. Out of necessity therefore he has now joined with saner voices both inside and outside the Bush administration who are trying to prevent an otherwise apocalyptic end to America. In discussing an attack on Iran Mullen recently stated that opening a third front would be ‘extremely stressful’ on the US military and added that it would lead to consequences ‘difficult to predict’, adding that “There is need for better clarity, even dialogue at some level.”

And this, added to all the other things taking place these days (not excluding of course the talk of withdrawing US troops from Iraq) is what is making Israel jittery to the point she would contemplate pulling off another ‘USS Liberty’. For the sake of her own survival she simply cannot afford to have her ‘fixer’ in the Middle East walk away from a ‘hit’ to which he has been assigned, and it is for this reason that forward-thinking people in the US are beginning to sense Israel may soon pull a few surprises out of her infamous black bag of dirty tricks.

Once the stomping grounds solely of ‘anti-Semitic conspiracy theorists’ that the Jewish state might pull a fast one in order to get the US involved in a war for her own interests, now ‘respectable’ people have begun to voice such thoughts openly as well. In a recent piece appearing in an issue of American Conservative Magazine entitled ‘If Iran is Attacking, It Might Really Be Israel’, ex-CIA officer Phillip Giraldi writes as follows–
‘Some intel types are beginning to express concerns that the Israelis might do something completely crazy to get the US involved. There are a number of possible “false flag” scenarios in which the Israelis could stage an incident that they will make to look Iranian, either by employing Iranian weapons or by leaving a communications footprint that points to Tehran’s involvement. Those who argue Israel would never do such a thing should think again. Israel is willing to behave with complete ruthlessness towards the US if they feel that the stakes are high enough. Witness the attack on the USS Liberty and the bombing of the US Consulate in Alexandria in the 1950s. If they now believe that Iran is a threat that must be eliminated it is not implausible to assume they will stop at nothing to get the United States to do it for them, particularly as their air force is only able to damage the Iranian nuclear program, not destroy it…’

Joined alongside Giraldi is former long-time CIA analyst Ray McGovern who in his most recent piece ‘Israel Planning a September/October Surprise?’ writes the following with regards to the US pulling out of the Middle East and what Israel might do as a result–
‘My guess is the Israeli leaders are apoplectic…This dramatic change — or even just the specter of it — greatly increases Israel’s incentive to ensure US involvement in the area that would endure for several years. The Israelis need to create “facts on the ground” — something to guarantee Washington will stand by “our ally.” The legislation drafted by AIPAC calls for a blockade of Iran. That would be one way to entangle; there are many others. The point is that the growing danger the Israelis perceive will probably prompt them to find a way to get the US involved in hostilities with Iran. All Israel has to do is to arrange to be attacked. Not a problem. There are endless possibilities among which Israel can choose to catalyze such a confrontation. Viewed from Tel Aviv it appears an increasingly threatening situation, with more urgent need to “embed” (so to speak) the United States even more deeply in the region — in a confrontation involving both countries with Iran. A perfect storm is brewing…In sum, Israel is likely to be preparing a September/October surprise designed to keep the US bogged down in Iraq and in the wider region by provoking hostilities with Iran. And don’t be surprised if it starts as early as August…

Readers will recall that American Free Press newspaper predicted in the aftermath of the National Intelligence Estimate being released that the prospect of war with Iran being cancelled (or delayed) would likely result in Israel resorting to desperate measures in getting her way. AFP further speculated that the timing of the release of the NIE was suspicious, coming just a few days before Dec 7, the day Americans remember the attack on Pearl Harbor and that possibly the release of the report was timed to prevent a sneak attack by an Israeli sub on a US ship stationed in the Persian Gulf.

For her part, Israel is attempting to play the role of the innocent, cooperative and concerned ally in the wake of Mullen’s meeting by summoning Judge Jay Cristol, a federal bankruptcy judge in Miami and devoted Zionist who wrote a book in 2002 exculpating Israel of any wrongdoing in the Liberty attack. He is lecturing at military academies in Haifa and Ashdod on how to avoid the ‘mistakes’ that led to the attack on the Liberty.

One thing is for certain. Out of all the topics to be discussed with his Israeli counterparts, Chairman of the Joint Chiefs Mullen picked the topic of the USS Liberty, and not because he felt nostalgic, sentimental or even–Heaven forbid–guilty over the way the Liberty survivors have been treated these last 41 years. He, like many within the military and intelligence establishment, no doubt realizes that America sits at the precipice of destruction and is no doubt trying to pull her back before that proverbial ‘point of no return’ is reached, if in fact it has not been reached already.

And as sobering a theme as all this may be, the fact is that it may turn out to be much worse. What Israel wants, Israel gets, and the fact that an attack on a US ship has been thwarted does not mean that the fat lady has sung, as now the likelihood of a false flag attack on the American mainland has been made all the more probable. This time however, just for good measure and for spite, it might not be a city building coming down after being struck by an airliner, but rather an entire city being consumed in a mushroom cloud, courtesy of a place called Dimona and a criminal organization known as Mossad.

2008 by Mark Glenn

Correspondent, American Free Press Newspaper

www.americanfreepress.net

www.crescentandcross.com

If Iran is Attacking It Might Really be Israel, July 24th 2008, Philip Giraldi
Israel Planning a September/October Surprise ? 17/07/08, By Ray McGovern