dimanche 27 août 2017

De colombes libérales pour la justice sociale et contre la guerre du Vietnam à faucons néocons pro-guerre sans fin pour Israël : le mythe de la guerre de Six Jours, à la base de l'insécurité et de la droitisation chez les juifs

Bibi Netanyahou décrivait, en mars 2015, dans un discours au Congrès états-unien (qui lui vaudra 26 ovations debout) sa vision du monde, un monde hostile et barbare comparable, à cause des menaces de Daech et de l'Iran, à un grand "Game of Thrones" mortel.
D'où vient ce mélange d'insécurité, de méfiance maladive et de crainte survivaliste permanente --- "ils sont tous contre nous" --- qui semble avoir pris possession de l'establishment juif et d'une grande partie de sa base ?
Comment les juifs ont-ils pu changer aussi radicalement, au cours du 20e siècle, passant d'un idéal libéral progressiste, invoquant "l'égalité, la tolérance, la justice sociale", à un idéal aussi contraire et rétrograde que  "la loyauté envers Israel, l'engagement pour sa survie et la lutte contre ses ennemis".
Selon le respecté auteur J.J. Goldberg, dans Jewish Power: Inside the American Jewish Establishment, le début de l'insécurité et du virage à droite des juifs remonte à la guerre de Six Jours. Non pas aux faits de la guerre comme tels, mais à la leçon (totalement fausse) qu'ils en ont tirée: "le monde est contre nous, pour survivre il faut être pro-guerre". En réalité, confirme l'auteur, à aucun moment et d'aucune manière dans toute son histoire l'existence d'Israel n'a réellement été menacée par ses voisins...
Voilà qui expliquerait, grosso modo, selon cet auteur et bien d'autres examinés sur ce blog, que les juifs aient pu être si nombreux à une certaine époque, à être simultanément des colombes antiguerre du Vietnam et des faucons de la défense militaire illimitée d'Israel. Voilà qui expliquerait également pourquoi l'empire des États-Unis devint ensuite pour eux la seule force capable de les soutenir, l'empire états-unien libéral-capitaliste étant l'unique rempart à l'empire communiste soviétique, cet "empire du mal" pour reprendre l'expression reaganienne, semblable au nazisme...


"The Triumph of Jewish Insecurity", chapter 6 of Jewish Power: Inside the American Jewish Establishment, by J.J. Goldberg (Addison-Wesley Publishing Company, 1996)

 






























Ivan Rioufol: Les vraies menaces pour la société française émanent de l’islam radical et de l’extrême gauche | Europe Israël news

VIDEO : Kelly Betesh, l’égérie juive du Front National – LDJ



Sur ce blog:

"Netanyahou m'a personnellement confirmé que ça marche". Le président Trump cite le président israélien Benjamin Netanyahou pour défendre son idée de mur auprès du président mexicain.

Guerre de six jours, 50 ans après: l'arsenal nucléaire israélien était un enjeu central selon un rapport de recherche d'Avner Cohen

Israël pour la guerre sans fin? La trève conclue entre la Russie et les États-Unis en Syrie vertement dénoncée par Israël.

De l'incohérence d'attribuer à Adolf Hitler et à l'Holocauste la paternité de l'État juif en Palestine: la "mémoire de l'Holocauste" n'a pris d'assaut la psyché américaine que dans les années 1960-70, dans la foulée du procès Eichmann et des guerres israéliennes. Les Sionistes les plus influents de l'époque ont eu grand peur que l'extermination des juifs d'Europe sonne le glas du sionisme. Quel intérêt peut-il y avoir à systématiquement assimiler le sionisme aux nazis? À faire croire que c'est toujours la faute aux nazis? Et à qui cela profite-t-il?

La "dissidence" à la Maison-Blanche ? (Retour au bercail?) L'antisémitisme du faux fasciste Trump: un leurre au service d'Israël et des intérêts Rothschild qui l'ont sorti de sa banqueroute (comme pour Churchill)

Vote du Conseil de sécurité de l'Onu sur l'illégalité de la colonisation israélienne: Trump et Israël condamnent Obama comme étant un désastre pour Israël. Obama n'a pas apposé son veto, réitérant que la politique officielle du gouvernement américain est de condamner la colonisation illégale israélienne. Israël se trouve de plus en plus irrésistiblement exposé à des poursuites devant la cour internationale de justice de La Haye.

Du mythe de l'appui inconditionnel des juifs pour le communisme et les droits civiques des noirs... Quand la branche américaine de la LDJ travallait avec le FBI pour traquer et attaquer les groupes noirs, les diplomates soviétiques et des arabes

Un peu de pub bien méritée pour l'intellectuel intègre Pascal Boniface, antidote aux "cerveaux malades" de la "dissidence"

Rapport censuré et démission au Conseil des droits l'homme de l'Onu : preuve qu'Israël réussit à grand-peine à garder l'Onu sous son contrôle

Israël accuse l'UNESCO de négationnisme, plus précisément de "fausse histoire", pour avoir reconnu que d'autres religions que le judaïsme sont également reliées à Jérusalem

En Israël, la pègre juive dite "russe" favorise le sionisme le plus extrémiste, représenté par Avigdor Li(e)berman, leader du daech judaïque ("Jewish ISIL")

Documentaire ZERO DAYS (Eng Sub 2016): Le virus informatique Stuxnet ("Olympic Games") a-t-il déclenché une guerre cybernétique mondiale? L'opération "Nitro Zeus" contre l'Iran comme acte de guerre.

Les politiciens se taisent et les médias n'osent pas trop lever la voix quand Colin Powell mentionne les "200 bombes nucléaires" qu'Israël garde "pointées vers l'Iran".

Les milliardaires juifs et magnats des médias Haim Saban (Démocrate) et Sheldon Adelson (Républicain) en compétition pour le titre du plus grand juif fauteur de guerres mondiales, insistent qu'il faut bombarder l'Iran

L'avant-garde juifiste opère-t-elle un virage stratégique? Des néoconservateurs révolutionnaires, plus Français que les Français, suggèrent de délaisser la culpabilisation shoatique en espérant gagner les non-juifs à leur cause anti-Islam et anti-Arabe. Pour récupérer le discours complotiste et nationaliste, faire des nationalistes et des complotistes des alliés, il suffit de leur dire ce qu'ils veulent entendre et de cesser de les considérer comme la menace prioritaire, ainsi sera assurée la victoire sur le complot musulman contre l'Occident, seule véritable menace et source unique du "nouvel antisémitisme". Est-ce le début d'une petite révolution néoconservatrice en France? Guerre de survie juive oblige?

Médias juifs antijuifs? Le Jerusalem Post confirme qu'Israël savait que le USS Liberty était américain

RAPPEL: Vendeurs de guerre | Un laboratoire de guerre à ciel ouvert (v.f. de "The Lab", Yotam Feldman, 2013), film documentaire sur l'industrie militaire israélienne, révèle entre autre l'hypocrisie de l'Occident qui s'en prend de plus en plus vertement à Israël pour ses violations incessantes des droits de l'homme, mais continue à acheter les armes israéliennes garanties "testées sur les Palestiniens".

Le dernier jour d'Yitzhak Rabin (RABIN, THE LAST DAY. Amos Gitai, 2015): "Tu ne tueras point"? 10 commandements à géométrie variable: la mise à mort des "mosers" selon la loi juive...

Palestine: Peace Not Apartheid (2007), New York Times Bestseller. Le livre "négationniste" de Jimmy Carter a soulevé l'ire des organisations juives sionistes et mémorielles

Médias européens antijuifs? Selon un nouveau documentaire de Arte, si le projet impérial du Grand Israël se réalise et qu'Israël devient une puissance mondiale, ce sera grâce aux colons juifs israéliens.

Les nouveaux "nationalistes": néo-FN, Finkielkraut, Zemmour, Taguieff et... Murdoch! Guillaume Weill-Raynal avait sonné l'alarme dès 2005. Ils sont la preuve que si le sionisme a longtemps préféré la gauche libérale antiraciste, elle préfère aujourd'hui la droite ostensiblement "nationaliste"! C'est l'essence même de la révolution néoconservatrice. Fox News, le 11 septembre et la mouvance anti-islam: cooptation, canalisation et récupération du nationalisme par le sionisme international sous couvert de lutte nationaliste contre des armées d'envahisseurs et infiltrateurs musulmans.

Les nouveaux "nationalistes" vont tomber en amour avec le projet de Bibi: entourer Israël de hautes clôtures pour protéger la cité et sa haute culture contre les hordes barbares d'animaux sauvages. Comme disait Zemmour, "ça ne me gêne pas". Bibi pourra citer l'exemple de Calais pour se justifier et narguer l'Europe.

Avant de parler de boycott anti-Israël, une mise au point s'impose concernant le boycott des non-juifs par Israël

Pourquoi vous ne verrez jamais Goldnadel, Finkielkraut et Elisabeth Lévy s'offusquer des propos de Zemmour... même lorsque celui-ci flirte avec le révisionnisme.

La désinformation en marche: Pourquoi il faut rompre avec l'anticommunisme dépassé. (Aurait-on oublié que le concept de "nouvel ordre mondial" célèbre expressément la fin du communisme?) Contre le droitisme retardataire des milieux conspirationnistes.

Pendant que Corbyn le socialiste pro-palestinien nouvellement élu à la tête du Parti Travailliste anglais se fait trucider dans les grands médias anti-antisémites néolibéraux bien-pensants, de plus en plus de dissidents nationalistes américains (même les antijuifs) tombent dans le piège de la nouvelle droite sioniste et deviennent leurs idiots utiles les plus efficaces: le pitre John Friend endosse Donald Trump et Ann Coulter, deux chèvres de Judas qui mènent le peuple américain à l'abattoir en s'attaquant en apparence à la rectitude politique antiraciste, alors qu'ils servent en fait à rendre respectable le racisme israélien. Car Israël a depuis longtemps rejoint le camp de l'ultra-droite de Jabotinski et Kahane...

Les médias européens antijuifs? Un reportage d'Arte lève le voile sur le combat politique et terroriste du messianisme juif extrémiste

Dans la série des terroristes juifs dont vous n'avez jamais entendu parler: un terroriste juif, fervent supporteur de la campagne de Ted Cruz à la présidence US, ne suscite aucune controverse en félicitant les extrémistes juifs responsables de l'incendie qui tua un bébé palestinien. Comme ce fut le cas pour l'assassin d'Yitzhak Rabin ou pour le meurtrier de masse Baruch Goldstein, les proches d'un des individus inculpés pour le meurtre du bébé palestinien clament son innocence et en font même un martyr héroïque...

L'ONU: antijuif et anti-américain? Une nouvelle résolution onusienne contre la militarisation de l'espace rejetée exclusivement par Israël et les États-Unis

Pendant que les internationalistes du Congrès juif mondial attaquent les partis d'extrême-droite européens, Israel n'a aucune crainte de s'allier à eux pour combattre ensemble un prétendu péril musulman... La Palestine n'étant qu'une "cause islamiste à peine voilée"!

L'antisionisme de gauche plus menaçant que la vieille école antisémite?

Un politicien israélien: "Si on n'avait pas Glenn Beck, il faudrait en inventer un"

Un rabbin sioniste conservateur, Daniel Lapin, au rally de Glenn Beck (Tea Party) Au Rally de Glenn Beck (Tea Party), était invité un rabbin conservateur ultra-sioniste (parce que les valeurs juives orthodoxes seraient proches des valeurs républicaines...) Fait intéressant à noter: l'associé juif "Khazar" autoproclamé de Chris Bollyn, Jerry Myers, avait déjà essayé de promouvoir ce rabbin Lapin auprès du journal hebdomadaire patriote The Spotlight (aujourd'hui American Free Press).

Un sinistre canadien dénonce le complot onusien-médiatique contre Israël

Médias juifs antijuifs? Selon Enderlin (France 2 à Jérusalem), cible favorite des extrémistes juifs, Israël tombe aux mains d'extrémistes juifs religieux alliés à la droite radicale pendant que la gauche plie bagage... Israël veut devenir une superpuissance pour conquérir le monde. Le documentaire de Charles Enderlin "Au nom du Temple", basé sur son livre, maintenant disponible sur youtube

Le sionisme contre l'ONU

Israël rejette en bloc l'ONU comme étant "antisémite"

vendredi 25 août 2017

Un petit détail de l'histoire plutôt gênant : les lois raciales de Nuremberg (1936) fortement inspirées de celles... des États-Unis !





À vrai dire, force est de constater que les lois raciales n'étaient pas suivies aussi rigoureusement dans le Reich qu'aux États-Unis, où Jesse Owens se plaignit du traitement indigne qui lui fut réservé malgré sa glorieuse performance aux Jeux Olympiques.


C'est confirmé: ce sont les lois américaines sur la ségrégation des Noirs ("Jim Crow"), qui ont inspiré les lois raciales établies en 1936 à Nuremberg par le Troisième Reich...

Alors, les États-Unis étaient-ils vraiment si bien placés pour jouer les moralisateurs et aller leur péter la gueule ?

La page Wikipedia en anglais sur les "Jim Crow Laws" ignore complètement ce fait : la page francophone y réfère une seule fois dans les "articles connexes" tout au bas de la page. Sur la page wikipedia anglaise sur les "Nuremberg Laws", il en est uniquement question au passage, dans les références pour aller plus loin" - "for further reading"; la page francophone l'esquive complètement. La découverte est-elle à ce point trop récente?

Fait intéressant à noter: le livre de James Whitman à ce sujet (voir la page de l'Un. Princeton) a été qualifié de vulgaire "reductio ad hitlerom" par le néoconservateur sioniste Joshua Muravchik. La dissidence et les néocons se retrouvent encore une fois sur la même ligne... tiens donc! Faut-il s'en étonner ?

How US Race Laws Inspired Nazism

Racism Comes Full Circle: America as the Harbinger of the Nazis’ Race Laws

Les lois américaines contre les “personnes de couleur” ont influencé les idéologues nazis

American laws against ‘coloreds’ influenced Nazi racial planners

In the Color of Law: How Our Government Segregated America w/Richard Rothstein - MR Live - 08/30/17


Hitler's American Model: The United States and the Making of Nazi Race Law James Q. Whitman | Reviews | Table of Contents | Introduction[PDF]
How American race law provided a blueprint for Nazi Germany
Nazism triumphed in Germany during the high era of Jim Crow laws in the United States. Did the American regime of racial oppression in any way inspire the Nazis? The unsettling answer is yes. In Hitler's American Model, James Whitman presents a detailed investigation of the American impact on the notorious Nuremberg Laws, the centerpiece anti-Jewish legislation of the Nazi regime. Contrary to those who have insisted that there was no meaningful connection between American and German racial repression, Whitman demonstrates that the Nazis took a real, sustained, significant, and revealing interest in American race policies.
As Whitman shows, the Nuremberg Laws were crafted in an atmosphere of considerable attention to the precedents American race laws had to offer. German praise for American practices, already found in Hitler's Mein Kampf, was continuous throughout the early 1930s, and the most radical Nazi lawyers were eager advocates of the use of American models. But while Jim Crow segregation was one aspect of American law that appealed to Nazi radicals, it was not the most consequential one. Rather, both American citizenship and antimiscegenation laws proved directly relevant to the two principal Nuremberg Laws—the Citizenship Law and the Blood Law. Whitman looks at the ultimate, ugly irony that when Nazis rejected American practices, it was sometimes not because they found them too enlightened, but too harsh.
Indelibly linking American race laws to the shaping of Nazi policies in Germany, Hitler's American Model upends understandings of America's influence on racist practices in the wider world.
James Q. Whitman is the Ford Foundation Professor of Comparative and Foreign Law at Yale Law School. His books include Harsh Justice, The Origins of Reasonable Doubt, and The Verdict of Battle. He lives in New York City.


American 'One Drop' Law Deemed Too Racist by Nazi Germany!!!

What The Nazis Learned From Racism In America




Sur ce blog:


Le Nouveau Monde, Sion en Amérique ? La Maison blanche plus que jamais sous influence de la secte dominioniste. Ce puissant mouvement religieux et politique de droite voit en Trump le prophète devant accomplir le glorieux destin de l'exceptionnalisme états-unien

Avant les Protocoles des sages de Sion, avant les nazis... la victoire juive sur les nations était déjà un fait accompli. Jamais dans l'histoire un si petit groupe n'a eu autant de pouvoir à l'échelle mondiale—et la tendance n'est pas près de s'inverser.

Pour Stephen Bannon et l'Alt-Lite de Breitbart et co., "anti-Israël" rime avec "contrôlé par les juifs". Infowars (Alex Jones) en renfort pour nous convaincre que Bannon a raison...

"Netanyahou m'a personnellement confirmé que ça marche". Le président Trump cite le président israélien Benjamin Netanyahou pour défendre son idée de mur auprès du président mexicain.

Rapport censuré et démission au Conseil des droits l'homme de l'Onu : preuve qu'Israël réussit à grand-peine à garder l'Onu sous son contrôle

Israël accuse l'UNESCO de négationnisme, plus précisément de "fausse histoire", pour avoir reconnu que d'autres religions que le judaïsme sont également reliées à Jérusalem

Les nouveaux "nationalistes" vont tomber en amour avec le projet de Bibi: entourer Israël de hautes clôtures pour protéger la cité et sa haute culture contre les hordes barbares d'animaux sauvages. Comme disait Zemmour, "ça ne me gêne pas". Bibi pourra citer l'exemple de Calais pour se justifier et narguer l'Europe.

Les nouveaux "nationalistes": néo-FN, Finkielkraut, Zemmour, Taguieff et... Murdoch! Guillaume Weill-Raynal avait sonné l'alarme dès 2005. Ils sont la preuve que si le sionisme a longtemps préféré la gauche libérale antiraciste, elle préfère aujourd'hui la droite ostensiblement "nationaliste"! C'est l'essence même de la révolution néoconservatrice. Fox News, le 11 septembre et la mouvance anti-islam: cooptation, canalisation et récupération du nationalisme par le sionisme international sous couvert de lutte nationaliste contre des armées d'envahisseurs et infiltrateurs musulmans.

Que signifie le rapprochement obscène de l'Inde avec Israël, qu'elle voyait pourtant jusqu'ici comme un simple suppôt du colonialisme?

La "dissidence" à la Maison-Blanche ? (Retour au bercail?) L'antisémitisme du faux fasciste Trump: un leurre au service d'Israël et des intérêts Rothschild qui l'ont sorti de sa banqueroute (comme pour Churchill)

Waffen SS: la diversité positive

L'Europe et surtout la Suède antijuives? L'Union européenne condamne les colonies illégales israéliennes, permet l'étiquetage obligatoire de leurs produits. Tout est en place pour le faux Armageddon prophétisé par le sionisme chrétien, prédisant l'avènement d'une Europe antijuive faisant la guerre à Israël.

Rappel: Non, le grand-père de George W. Bush n'a jamais été "banquier d'Hitler". Et non, les Bush ne sont pas nazis, contrairement à ce qu'affirment George Soros et les larouchistes.

51 Documents : Zionist Collaboration with the Nazis (L. Brenner, 1983). Un des rares livres sérieux pour comprendre de manière juste l'histoire réelle des relations entre sionistes et nazis, selon Michael Collins Piper. Relations qui ont pris fin dès 1936, rappelons-le.

Vers une collaboration entre Occidentaux et peuples colonisés basée sur l'antiracisme et l'anti-impérialisme, solution finale à l'emprise des loges et leur démocratie de marché

De l'incohérence d'attribuer à Adolf Hitler et l'Holocauste la paternité de l'État juif en Palestine: la "mémoire de l'Holocauste" n'a pris d'assaut la psyché américaine que dans les années 1960-70, dans la foulée du procès Eichmann et des guerres israéliennes. Les Sionistes les plus influents de l'époque ont eu grand peur que l'extermination des juifs d'Europe sonne le glas du sionisme. Quel intérêt peut-il y avoir à systématiquement assimiler le sionisme aux nazis? À faire croire que c'est toujours la faute aux nazis? Et à qui cela profite-t-il?