mardi 28 avril 2015

Hormis les médias juifs ou pro-palestiniens, personne ne parle du rapport américain déclassifié confirmant l'existence du programme nucléaire israélien





http://coolamnews.com/incroyable-la-maison-blanche-revele-le-programme-nucleaire-israelien
Obama se venge du discours au Congrès de Netanyahou ? En 1987 paraît un rapport sur le programme nucléaire israélien gardé secret pendant des années et publié ces jours-ci en réponse aux protestations légitimes du gouvernement de l’Etat juif et de son Premier ministre, Binyamin Netanyahou, d’un possible accord entre les puissances mondiales et l’Iran.
Au début du mois de février dernier, le Pentagone, a déclassifié un document top-secret du ministère de la Défense détaillant le programme nucléaire israélien, un programme qu’Israël n’a jamais annoncé officiellement pour éviter une course régionale aux armements nucléaires. Jusqu’à maintenant, les États-Unis avaient scrupuleusement respecté le secret en taisant la teneur du programme.
dimona 
Le réacteur nucléaire de Dimona
Mais en publiant le document déclassifié de 1987, les États-Unis violent l’accord tacite entre les deux alliés : garder le silence sur la puissance nucléaire d’Israël. Pour la première fois, ils détaillent le programme nucléaire en grande profondeur. Le moment de la révélation est très suspect, étant donné qu’elle vient comme une réponse aux tensions entre le Premier ministre Binyamin Netanyahou et le président américain Barack Obama.
bibi au congres 
Le discours de Netanyahou au Congrès
Le discours de Netanyahou au Congrès la 3 mars mettait en garde le monde contre les dangers du programme nucléaire de l’Iran. Il expliquait comment l’accord prenait forme et précisait avec maints arguments que le projet d’entente laissait la capacité au régime islamique de préparer des armements nucléaires.
Un autre aspect très suspect du document est que, tandis que le Pentagone a jugé bon de déclassifier des sections importantes du programme nucléaire sensible d’Israël, il a gardé secrètes des sections sur l’Italie, la France, l’Allemagne de l’Ouest et d’autres pays de l’OTAN, alors que les informations étaient bloquées sur le même document.

bombe
Le rapport de 386 pages intitulé “Critique de l’évaluation technologique en Israël, de l’OTAN et des Nations” donne une description détaillée de la façon dont Israël a avancé sa technologie militaire et a développé son infrastructure nucléaire de recherche dans les années 1970 et 1980. Israël “développe des codes qui leur permettent de faire des bombes à hydrogène. Ces codes détaillent la fission et les processus de fusion à un niveau microscopique et macroscopique,” révèle le rapport, indiquant que dans les années 1980, les Israéliens ont atteint la capacité de créer des bombes considérées mille fois plus puissantes que les bombes atomiques.
La révélation est une première dans l’histoire des alliances : les Etats-Unis publient un document décrivant la façon dont Israël a atteint la technologie indispensable pour fabriquer des bombes à hydrogène. Le rapport note également que les laboratoires de recherche en Israël “sont équivalents à Los Alamos, Lawrence Livermore et Oak Ridge National Laboratories,” les laboratoires clés dans le développement de l’arsenal nucléaire de l’Amérique.
los alamos
L’infrastructure nucléaire d’Israël est “un parallèle presque exacte de la capacité qui existe actuellement dans nos laboratoires nationaux. Pour autant que la technologie nucléaire a préoccupé les Israéliens, ils sont à peu près là où les États-Unis se trouvaient dans le domaine de l’arme de fission dans les années 1955 à 1960,” révèle le rapport. C”est “l’Institute for Defense Analysis”, un organisme financé par le gouvernement fédéral opérant sous le Pentagone, qui a écrit le rapport en 1987.
pentagone
Mis à part les capacités nucléaires, le rapport révèle qu’Israël à l’époque avait fait “un effort énorme dans le développement des systèmes dans tout le pays,” comprenant le combat électronique, tout en un “seul système intégré, qui n’est pas séparé de l’Armée, de la Marine et de la Force aérienne.” Le rapport a même reconnu que, dans certains cas, la technologie militaire israélienne “est plus avancé que celle des Etats-Unis.”
La déclassification du rapport arrive à un moment délicat comme indiqué ci-dessus, et étant donné que le processus de sa publication a été lancé il y a trois ans, le moment de sa publication est considéré comme ayant été le choix du gouvernement américain. Car là est la vraie question. La Constitution américaine accorde au président des États-Unis le statut de Commandant en chef des armées. Malgré les demandes répétées de la Cour suprême qui n’ont été suivies que partiellement, seul Obama pouvait permettre la déclassification d’un tel document dont des parties entières, qui concernent les puissances nucléaires européennes, sont restées secrètes.
maison blanche
Un journaliste américain, Grant Smith, a déposé des requêtes pour que le rapport soit publié sur la base du “Freedom of Information Act.” Le Pentagone a pris son temps pour répondre, mais Smith a poursuivi, et un juge de la Cour du district de Washington a commandé au Pentagone de répondre à sa demande. Smith, qui dirige un Institut de recherche sur la politique au Moyen-Orient, aurait dit qu’il pense que c’est la première fois que le gouvernement américain a officiellement confirmé qu’Israël est une puissance nucléaire, un statut qui a été caché pendant des années mais est depuis longtemps largement connu.
Le vrai problème qui est posé aujourd’hui n’est pas celui de son statut, officiel ou non, mais celui de la publication des détails de sa puissance de dissuasion. Le combat pour le dévoilement de précisions, qui étaient depuis des décennies dissimulées aux ennemies d’Israël, est un combat récent, trois ans tout au plus. Et qui était président des États-Unis il y a trois ans ?








Le Blog de Mordehai!
26 mars 2015
Le Pentagone vient de révéler une quantité étonnante d'informations sur certains secrets d'Israël, les plus jalousement gardés , y compris les détails de son programme nucléaire.
Par  Hana Levi Julian
http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/us-declassifies-report-exposes-details-on-israels-nuclear-program/2015/03/25/
Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

Dimona nuclear reactor, photographed in 1968 by the American KH-4 CORONA reconnaissance satellite.
Réacteur nucléaire de Dimona, photographié en 1968 par le satellite de reconnaissance américain KH-4 CORONA.(Crédit photo : KH-4 CORONA / GlobalSecurity.org (domaine public)

Les États-Unis viennent de révéler une quantité étonnante d'information sur certains secrets d'Israël que ce dernier gardait le plus jalousement: informations sur sa coopération militaire avec l'Amérique et la valeur de 20 ans de détails sur le développement de technologie nucléaire d'Israël, jusqu'aux années 1980.

Le rapport de 386 pages, composé en 1987 par l'Institut fédéral pour l'analyse de la défense, (une ONG qui opère sous administration du le Pentagone), est intitulé « Évaluation technologique critique en Israël et les pays de l'OTAN. »

Il a été déclassifié par le Pentagone au début de février – mais bizarrement, le rapport a été expurgé afin de black out ou de retenir tout ce que l'Institut a écrit sur les alliés de l'OTAN de l'Amérique – mais uniquement pour révéler tout ce que les experts Americains ont rassemblé sur Israël.

Les nouvelles de la trahison commencent à peine à filtrer dans les médias israéliens et en fait n'ont pas défrayé du tout les marchés des nouvelles aux États-Unis, où les réseaux semblent en grande partie inconscients du tsunami qui peut suivre lorsque les nouvelles coulent à la maison.

Étant donné le calendrier de la déclassification et la rédaction sélective du rapport, il faut s'interroger sur les choix qui ont été faits par le haut commandement. Mais une demande de publier le rapport a été déposée en vertu de la Loi - liberté de l'Information - il y a trois ans par le journaliste américain Grant Smith.

Une des parties la plus révélatrice du rapport stipule que les Israéliens ont "développé un genre de codes* qui leur permettront de faire des bombes à hydrogène .(* codes c'est-à-dire des processus de fission et de fusion de détail à un niveau microscopique et macroscopique.) »

Le rapport a également comparé les laboratoires d'Israël à ceux de Los Alamos, Lawrence Livermore et Oak Ridge des Laboratoires Nationaux .Les Installations israéliennes, que le rapport, a révélé « font un parallèle presque exact de la capacité existante actuellement dans nos laboratoires nationaux ».

Enfin, dans certains domaines, les scientifiques israéliens étaient apparemment en avance sur les américains; le rapport note avec admiration que les physiciens israéliens de chez "Rafael" (laboratoire de recherche et de développement en Israël) avaient trouvé « habilement et intelligement » des solutions aux problèmes difficiles. Néanmoins, le rapport a maintenu que les scientifiques israéliens n'avaient pas encore pas atteint le niveau de « partenaires », dans la mesure où ils avaient obtenu des technologies nucléaires « basées sur des extrapolations de nos équipements et idées » produites aux États-Unis.

Toutefois, il a été constaté après une enquête plus approfondie sur le site que l'Etat juif avait créé « un effort entièrement intégré dans le développement de systèmes dans l'ensemble de la nation ». Toutes les formes de combat électronique exploité au sein d'un « système intégré, pas séparés des systèmes pour l'armée, de la marine et de l'armée de l'Air. » La technologie dans certains cas « est plus avancée qu'aux Etats-Unis, » a déclaré l'expert.

* Une bombe à hydrogène est beaucoup plus puissante que la bombe atomique qui a anéanti Hiroshima dans les années 1940.
reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com




http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/us-declassifies-report-exposes-details-on-israels-nuclear-program/2015/03/25/

The Pentagon has just revealed a stunning amount of information on some of Israel's the most closely guarded secrets, including details of its nuclear program.
Dimona nuclear reactor, photographed in 1968 by the American KH-4 CORONA reconnaissance satellite.
Dimona nuclear reactor, photographed in 1968 by the American KH-4 CORONA reconnaissance satellite. Photo Credit: KH-4 CORONA / GlobalSecurity.org (public domain)
The United States has just revealed a stunning amount of information on some of Israel’s the most closely guarded secrets: information about its military cooperation with America and 20 years’ worth of details on Israel’s nuclear technology development, up to the 1980s.
The 386-page report, composed in 1987 by the federally funded Institute for Defense Analysis, (an NGO that operates under the Pentagon), is titled “Critical Technological Assessment in Israel and NATO Nations.”
It was declassified by the Pentagon in early February – but oddly, the report has been redacted so as to black out or withhold everything the Institute wrote on America’s NATO allies – but to reveal all that American experts assembled in Israel.
The news of the betrayal is only just now beginning to filter in to Israeli media and in fact has made no headlines at all in the U.S. news markets, where networks seem largely unaware of the tsunami that may follow when the news sinks in at home.
Given the timing of the declassification and the selective redaction of the report, one has to wonder about the choices that were made from the top. But a request to publish the report was filed under the Freedom of Information Act three years ago by American journalist Grant Smith.
One of the most revealing parts of the report states the Israelis are “developing the kind of codes which will enable them to make hydrogen bombs.* That is, codes which detail fission and fusion processes on a microscopic and macroscopic level.”
The report also compared Israel’s laboratories to those at Los Alamos, Lawrence Livermore and Oak Ridge National Laboratories. Israeli facilities, the report stated, are “an almost exact parallel of the capability currently existing at our National Laboratories.”
Finally, in some areas, Israeli scientists were apparently ahead of the Americans; the report noted with admiration that Israeli physicists at Rafael (research and development laboratory in Israel) had found “ingeniously clever” solutions to difficult issues. Nevertheless, the report maintained that Israeli scientists had not yet reached the level of “partners”, inasmuch as they had obtained nuclear technologies “based on extrapolations of US equipment and ideas” and that were being produced in the United States.
However, it was found upon further investigation on site that the Jewish State had created “a totally integrated effort in systems development throughout the nation.” All forms of electronic combat operated within an “integrated system, not separated systems for the Army, Navy and Air Force.” The technology in some instances “is more advanced than in the U.S.,” the expert reported.
*A hydrogen bomb is much more powerful than the atomic bomb that wiped out Hiroshima in the 1940s.
About the Author: Hana Levi Julian is a Middle East news analyst with a degree in Mass Communication and Journalism from Southern Connecticut State University. A past columnist with The Jewish Press and senior editor at Arutz 7, Ms. Julian has written for Babble.com, Chabad.org and other media outlets, in addition to her years working in broadcast journalism.





http://www.mondialisation.ca/et-si-lon-parlait-de-larsenal-nucleaire-israelien/5441016?print=1
Et si l’on parlait de l’arsenal nucléaire israélien?
Global Research, avril 06, 2015
israel-nuke
Les médias israéliens ont repris un document déclassé et rendu public par le Pentagone, détaillant le programme nucléaire secret d’Israël.
Le rapport en date de 1987 et intitulé « Évaluation technologique critique en Israël et dans les nations de l’OTAN », décrit le développement de l’infrastructure et de la recherche dans le nucléaire en Israël tout au long des années 1970 et 80.
Selon les Israel National News, l’état [sioniste] s’était abstenu de rendre public son programme nucléaire « pour éviter une course régionale aux armements nucléaires », et il considère que les États-Unis « ont ouvert une brèche dans l’accord tacite de ne pas parler de la puissance nucléaire d’Israël ».
Cependant, ce n’est pas la première fois que les États-Unis font une révélation de ce genre. Le 27 octobre 1989, le New York Times avait publié un article concernant la coopération d’Israël avec le régime d’apartheid de l’Afrique du Sud pour développer un missile [équipé d’une tête nucléaire] à moyenne portée.
L’article inclut également des références au rapport de 1987, discuté aujourd’hui comme si c’était une nouvelle révélation – ce qu’il n’est en rien. Malgré tout, le document [de 1987] est le seul connu jusqu’ici pour avoir établi le statut d’Israël comme puissance nucléaire, et il a été la source de beaucoup de discussions. Il affirme que les laboratoires de recherche nucléaire en Israël pendant les années 1970 et 80 étaient « équivalents à [nos] laboratoires nationaux de Los Alamos, Lawrence Livermore et Oak Ridge. »
La discussion actuelle porte principalement sur le moment choisi pour la publication du rapport, les médias israéliens critiquant cette initiative comme étant une réplique au discours du Premier Ministre Benjamin Netanyahu devant le Congrès des États-Unis où il a critiqué l’accord sur le nucléaire en cours de négociation avec l’Iran. De plus, les médias sont exaspérés du fait que des sections [du rapport] concernant l’Italie, la Rép. Féd. d’Allemagne, la France et d’autres pays de l’OTAN ont été laissés de côté, mettant en avant uniquement Israël.
Alors que l’ambiguïté voulue par Israël concernant ses capacités nucléaires s’effondre grâce à la publicité donnée à ce rapport à présent déclassé, le Traité de Non-prolifération Nucléaire devrait de nouveau être l’objet d’un examen minutieux, comme devrait l’être l’exagération constante répandue par les médias dominants à propos du programme nucléaire iranien.
La prétendue crainte occidentale « d’une bombe iranienne » a placé l’Iran sous un régime de sanctions et a mené à de multiples initiatives diplomatiques pour limiter sa recherche et son développement dans le domaine nucléaire, en dépit de l’insistance de Téhéran que son programme n’a que des buts pacifiques.
Et pourtant, l’Occident n’a pas du tout montré la même paranoïa en ce qui concerne Israël, en dépit des preuves évidentes et connues qui prouvent que l’essence de cet état colonial est de semer la discorde dans la région, d’aller vers le déclenchement d’une guerre avec l’Iran et de continuer à élargir ses frontières – jamais identifiées – aux dépends de la terre palestinienne.
Le rapport publié aux États-Unis a au minimum pour effet de mettre en évidence cette paranoïa et les doubles standards qui sont ceux de l’Occident sur de tels sujets.
Selon Netanyahu, cité dans le Times of Israel, « L’accord en cours de formalisation [entre les États-Unis et l’Iran]… envoie un message qu’il n’y a aucun prix [à payer] pour l’agression et, au contraire, que l’agression de l’Iran doit être récompensée. » À la différence d’Israël, l’Iran jusqu’ici n’a jamais manifesté aucune ambition agressive. Mais le refus de Téhéran de reconnaître l’état israélien – une position que d’autres pays devraient imiter – suffit apparemment pour que Netanyahu parle d’hypothétiques menaces.
Dans son approche tordue de la situation au Moyen-Orient, le premier ministre israélien parle d’Israël comme d’un « des pays modérés et responsables » qui devront faire face aux répercussions d’un éventuel accord avec l’Iran. Toutefois, même si les mentions précédentes des capacités nucléaires israéliennes ont été effacées de la mémoire collective grâce à la propagande officielle, aucune quantité de mensonges et de harangues à propos de l’Iran ne pourra aujourd’hui masquer les ambitions, intentions et capacités nucléaires d’Israël.
Ramona Wadi





http://www.palestine-solidarite.org/analyses.samer_r.zoughaib.140215.htm
L'Amérique a aidé Israël à fabriquer la bombe H, selon un rapport US
Samer Zoughaib

Photo: D.R.
Samedi 14 février 2015
La justice américaine a ordonné la déclassification d'un rapport du Pentagone prouvant que les Etats-Unis ont aidé «Israël» à fabriquer la bombe H, en violation des législations américaines et des conventions internationales. 
Le timing de la publication de ce document compromettent est significatif. Il intervient à trois semaines du discours que doit prononcer le Premier ministre «israélien», Benjamin Netanyahu, le 3 mars, devant le Congrès américain, dans le cadre de sa campagne de lobbying visant à empêcher la conclusion d'un accord entre les grandes puissances et l'Iran autour du programme nucléaire pacifique de Téhéran.
La divulgation de ce document de 386 pages affaiblit la position de Netanyahu, qui ressasse sans relâche une propagande anti-iranienne, alors que son pays a bénéficié de l'aide américaine pour fabriquer l'arme de destruction massive la plus puissante de l'histoire.
La bombe H (appelée aussi bombe à hydrogène, bombe à fusion ou bombe thermonucléaire), fonctionne selon le principe de fusion de noyaux légers. Elle dégage théoriquement une énergie mille fois supérieure à la bombe A classique, qui fonctionne selon le principe de la fission nucléaire. 
Ce document datant de 1987, intitulé «Evaluation des technologies critiques en 'Israël' et dans les pays de l'Otan», compare les principales installations nucléaires israéliennes à celles de Los Alamos et Oak Ridge National Laboratories, qui constituent la clé de voute du développement de l'arsenal nucléaire américain.
«Les Israéliens développent les codes détaillent la fission et les processus de fusion au niveau microscopique et macroscopique, qui leur permettront de fabriquer des bombes à hydrogène», révèle le document.
Commentant le rapport devant une cour fédérale, Roger Mattson, ancien technicien de la Commission de l'énergie atomique, a déclaré: «Je suis frappé par le degré de coopération entre Israël et les Etats-Unis dans la fabrication de dispositifs pour la guerre spécialisée». 
La déclassification de ce document intervient dans le cadre de la loi sur la liberté d'information (Freedom of Information Act), suite à une requête déposée devant la justice fédérale, il y a trois ans, par Grant Smith, directeur de l'Institut de Washington pour la recherche: politiques moyen-orientale. En septembre 2014, M. Smith a déposé un recours en justice pour contraindre le Pentagone à répondre positivement à sa demande. La décision de déclassification a finalement été donnée la semaine dernière.

86 milliards de dollars

Dans sa déposition, fin 2014, devant la juge Tanya Chutkan du District de Columbia, M. Smith a affirmé que le Pentagone a couvert pendant 25 ans le programme nucléaire israélien, en violation des lois Symington et Glenn. Selon lui, ces agissement ont coûté aux contribuables américains quelque 86 milliards de dollars. La loi Symington interdit toute aide extérieure américaine à des pays qui useraient de la technologie d'enrichissement nucléaire en violation des lois et des conventions internationales. La loi Glenn, datant de 1977, exige, de son côté, la fin de l'aide des États-Unis aux pays qui importent la technologie de retraitement nucléaire.
Le rapport, rédigé par l'Institut d'analyse du Pentagone, précise que les installations nucléaires israéliennes de Soreq et Dimona-Beer Sheva ont des capacités pratiquement similaires aux meilleurs laboratoires américains, notamment ceux de Los Alamos, Lawrence Livermore et Oak Ridge National Laboratories. «Les sites israéliens possèdent les technologies nécessaires pour la conception et la fabrication d'armes nucléaires.»
Les auteurs du rapport, Edwin Townsley et Clarence Robinson, ont constaté qu'Israël a des capacités de catégorie 1 contre les missiles balistiques tactiques et au niveau de son programme de «Guerre des étoiles» (Star Wars). «Il convient de noter que les Israéliens développent les types de codes qui leur permettront de fabriquer des bombes à hydrogène», ajoutent les experts américains.
La divulgation de ce rapport est embarrassante pour les lobbys pro-israéliens qui réclament le renforcement des sanctions contre l'Iran, bien que le programme nucléaire de la République islamique est parfaitement légal et répond aux termes du Traité de non-prolifération nucléaire, signé par Téhéran. «Israël», lui, est l'un des rares membres des Nations unies à ne pas avoir signé cette convention. Et pourtant, il n'est soumis à aucune sanction américaine ou internationale. Au contraire, c'est la France qui l'a aidé à fabriquer sa première bombe A et les Etats-Unis sa première bombe H.
Source : French.alahednews




http://davidduke.com/us-blows-lid-off-israels-nuclear-weapons-hydrogen-bombs-program-and-nobody-cares/
US “blows lid off” Israel’s nuclear weapons, hydrogen bombs program — and nobody cares!
Commentary – Back in February the Defense Department finally granted a three-year-old request under the Freedom of Information Act to release a 1987 report discussing Israel’s nuclear technology. Grant Smith of the Institute for Research: Middle Eastern Policy filed the request in 2012. As can be seen from the two articles below, the release of the report was covered in a variety of outlets, yet the story never gained any traction.
Meanwhile, the Zio media has reported 24/7 on Iran’s nuclear program, which has never produced a single explosive and is monitored above and beyond the requirements of the Nuclear Non-Proliferation Treaty. Even with Netanyahu crashing Washington with the help of Congressional Republicans and the possibility of a new nuclear deal with Iran the talk of the town, this most fundamental bit of relevant information — Israel’s decades old acquisition of nuclear and hydrogen weapons, is conveniently left out of the discussion.

US blows lid off Israel’s nuclear weapons, hydrogen bombs program
PressTV : Sat Mar 28, 2015 11:38PM
Israel’s Soreq nuclear plant is seen in this July 5, 2004 photo. © AP
Israel’s Soreq nuclear plant is seen in this July 5, 2004 photo. © AP
The US government blows the lid off Israel’s nuclear weapons program by declassifying a top secret document, a report says.
Last month the United States released documentation from its 1987 assessment of Israel’s nuclear weapons capabilities, following a Freedom of Information Act (FOIA) request, the Jerusalem Post reported on Saturday.
The 386-page document, formally titled Critical Technological Assessment in Israel and NATO Nations, was commissioned by the Department of Defense and complied by Leading Technologies Incorporated.
According to the report, the document gives a detailed breakdown of Israel’s nuclear weapons development in the 1970s and 1980s.
Israel is “developing the kind of codes which will enable them to make hydrogen bombs. That is, codes which detail fission and fusion processes on a microscopic and macroscopic level,” reads the declassified document.
It goes on to say that in the 1980s Israel was “reaching the ability to create bombs considered a thousand times more powerful than atom bombs.”
It also parallels Israel’s nuclear research laboratories to US nuclear facilities known to carry out weapons research.








Israel’s Dimona nuclear plant, pictured in 2004 (Getty Images)

The Soreq and Dimona nuclear facilities “are the equivalent of our Los Alamos, Lawrence Livermore and Oak Ridge National Laboratories,” it reads.
“The Soreq center runs the full nuclear gamut of activities from engineering, administration, and non-destructive testing to electro-optics, pulsed power, process engineering and chemistry and nuclear research and safety,” the paper goes on to say. “This is the technology base required for nuclear weapons design and fabrication.”








The Dimona Nuclear Research Center as viewed from satellite (Photographed by American reconnaissance satellite KH-4 CORONA, from Wikipedia)

In accordance to FOIA regulations, the United States informs the relevant partner giving them the option of formal objection.
The Jerusalem Post quoted US Army Col. Steven Warren, the director of Pentagon press operations, as saying that Israel was informed of “our planned release of the documents and they did not object.”
The release of the document is thought to be the first time the United States has publicly acknowledged Israel’s possession of nuclear weapons.
The Israeli regime, widely believed to possess between 200 to 400 nuclear warheads in its arsenals, refuses to either allow inspections of its nuclear facilities or join the Non-Proliferation Treaty (NPT).
SRK/HSN/AS

——————————————–
By MICHAEL WILNER 
03/28/2015

Document summarizes in detail Washington’s understanding of the nature and purpose of Israel’s nuclear program as it stood in the 1980s.
LAUSANNE, Switzerland – Last month, the US released documentation from 1987 of its assessment of Israel’s nuclear weapons capabilities, required to do so by law after receiving a request filed under the Freedom of Information Act.The document, “Critical Technological Assessment in Israel and NATO Nations,” was written by Leading Technologies Inc. for the Institute for Defense Analyses, and commissioned by the US Department of Defense. Its contents are based on visits by US experts, in coordination with the embassy in Tel Aviv and with the guidance of the Pentagon, to facilities and laboratories across Israel.While Israel has never publicly acknowledged having nuclear weapons, foreign sources say it does. Israel is not a signatory of the Nuclear Non-Proliferation Treaty.This document summarizes in detail Washington’s understanding of the nature and purpose of that program as it stood in the 1980s.
Two of Israel’s nuclear facilities at the time, the Soreq Nuclear Research Center near Yavne and the Negev Nuclear Research Center in Dimona, “are the equivalent of our Los Alamos, Lawrence Livermore and Oak Ridge National Laboratories,” the US document reads.
“The Soreq center runs the full nuclear gamut of activities from engineering, administration, and nondestructive testing to electro-optics, pulsed power, process engineering and chemistry and nuclear research and safety,” the paper continues.
“This is the technology base required for nuclear weapons design and fabrication.”
The report goes on to detail Israel’s experimentation with various nuclear fuels, laserbased nuclear weapons detonation devices and the effects of radiation propagation.
While the assessment concluded that, at the time, Israel’s weapons design was “extremely conservative,” it said the Jewish state was experimenting with coding “which will enable them to make hydrogen bombs.”
The document appears to have been categorized as “declassified” upon its submission, suggesting an assessment within the US government that its findings would be low-impact if made public.
That, too, must have been the assessment of the Israeli government in 2014, as it had the opportunity to keep the document secret but declined.
“We did inform the Israeli government of our planned release of the documents and they did not object,” US Army Col. Steven Warren, director of Pentagon press operations, confirmed to The Jerusalem Post.
Upon receiving a Freedom of Information Act request concerning information sensitive to foreign governments, the US informs the relevant partner, giving it the opportunity to formally object.
“The US government was by law required to release the report upon such a FOIA request unless we had a written request from the relevant foreign government – Israel – that the information continue to be withheld,” one senior administration official told the Post on Friday. “Israel did not object to the release of this information.”
Israeli officials declined to comment for this report, neither confirming nor denying concerns over the document, the contents of its assessment or the politics surrounding its release.
While the Freedom of Information Act request was made years ago, the release of the document was first discussed in recent months – in the shadow of debate over Iran’s nuclear weapons work.
Iranian President Hassan Rouhani has called at the United Nations for a nuclear-free zone in the Middle East, suggesting that his country’s nuclear program may be in response to Israel’s own.
Prime Minister Benjamin Netanyahu adamantly opposes a working proposal under discussion here in Switzerland that would aim to cap, restrict, monitor and roll back much of Tehran’s nuclear program for a limited period. The deadline for a framework agreement in those negotiations falls on Tuesday.
Privately, those who acknowledge Israel’s nuclear weapons program tout its effect as a deterrent. Israel’s program is understood to have been developed in the late 1960s, after the young country had already been at war with the forces of eight Arab nations.
The Israeli government fears that Iran’s program serves a different purpose: Not deterrence, but embodiment of aggressive behavior and the protection of a regime that calls for the destruction of the Jewish state.
The Iranian government says its right to develop homegrown nuclear technology – guaranteed by the United Nations – is a point of national pride.
Conservative Israeli and American media, including Fox News, the Drudge Report and The Washington Examiner, have suggested that the timing of the document’s release was an intentional move by the Obama administration to undermine Netanyahu.
The document was indeed released when Israel’s concerns over an Iran deal were first raised at high pitch. The White House considers Netanyahu’s behavior, including his March 3 speech to a joint meeting of Congress attacking Obama’s Iran policy, as disrespectful of the presidency and a politicization of the US-Israel relationship.
US President Barack Obama does not review Freedom of Information Act requests, nor does any president, for unclassified documents.
While Israel has not discussed the document or its release, one official did acknowledge that discussion over the matter began in 2014.






http://www.globalresearch.ca/pentagon-recognizes-officially-that-israel-is-a-nuclear-power-declassified-document/5442948
The Institute for Defense Analyses (IDA), an entity on contract to the US Department of Defense has released a previously classified military document which confirms Israel’s nuclear weapons program. 
This is considered to be a landmark decision, widely interpreted as constituting a semi-official recognition by the US Department of Defense that Israel is a bona fide nuclear power.  While the document confirms what is already known regarding Israel’s nuclear arsenal, the political implications are potentially far-reaching, particularly in relation to the ongoing negotiations pertaining to Iran’s alleged nuclear program.”
Who Threatens Whom in the Middle East: 
  • A de facto acknowledgement by the US that Israel is  a nuclear power threatening the Middle East in contrast to Iran’s non-existant nuclear weapons program  
Moreover, as detailed below, the IDA report tacitly portrays Israel’s nuclear weapons program as an extension of that of the United States. 
This 386-page 1987 report entitled “Critical Technological Assessment in Israel and NATO Nations” provides details regarding Israel’s weapons systems including the development of the hydrogen bomb.
Click image to access  the complete 387 page 1987 report

While the report was written 28 years ago, it confirms Israel’s capabilities to develop nuclear weapons, with an explosive capacity equivalent to 1000 times a (Hiroshima) atomic bomb:
 that in the 1980s Israelis were reaching the ability to create bombs considered a thousand times more powerful than atom bombs.
The report also states that:  
“[Israel is] developing the kind of codes which will enable them to make hydrogen bombs. [1980s] That is, codes which detail fission and fusion processes on a microscopic and macroscopic level,”.
The report also notes that research laboratories in Israel “are equivalent to our Los Alamos, Lawrence Livermore and Oak Ridge National Laboratories,” the key labs in developing America’s nuclear arsenal. (quoted in Israel National News,  March 25, 2015)
Israel’s nuclear infrastructure is ”an almost exact parallel of the capability currently existing at our National Laboratories,”
The report intimates that Israel’s weapons industry including its nuclear program is essentially an extension of that of the US, developed with the active support and collaboration of US military research labs and US “defense contractors”.


In this regard it also dispels the notion that the US was not made privy to Israeli classified information concerning its nuclear program, which in the earlier period was developed with the support of France.
The report also reveals that the Pentagon was fully informed regarding the intimate details of the Israeli program, which also suggests that it was developed in active collaboration with the US.
The complete report can be consulted at http://cryptome.org/2015/03/ida-ctaiiann.pdf




http://www.globalresearch.ca/pentagon-admits-that-israel-is-a-nuclear-power/5439938
Pentagon Admits that Israel is a Nuclear Power
In early February, the Pentagon declassified reports on Israel’s nuclear weapons program which was carried out until 1987. According to these documents, Israeli scientists were capable of producing a hydrogen bomb by that time. Although these facts were largely ignored by the Western media, some analysts have noticed that the declassification of these secret reports suspiciously coincided with the recent, rapidly deteriorating relationship between the US and Israel. As Tel Aviv started a massive campaign of criticism aimed at the Obama administration, both in the US media and worldwide, the Pentagon’s revelations were quick to follow. It is also noteworthy that only the facts on the Israeli nuclear weapons program were declassified, while information regarding similar activities of NATO allies (in particular Italy, France, and West Germany) remained locked up.
The 386 pages report “Сritical technology assessment in Israel and Nato nations,” was prepared in 1987 by the Institute for Defense Analyses (IDA) and examined the capabilities Israel had already had at that time to produce nuclear weapons. In particular, the study underlines the fact that Israel’s secret laboratories, engaged in the development of an atomic bomb, were on par with the key research nuclear arsenals of the US: Los Alamos, Lawrence Livermore and Oak Ridge National Laboratory.
According to this report, by the mid-80s Israeli experts were at the same stage of research and development of various nuclear weapons the hydrogen bomb in particular, reached by American scientists between 1955-1960. IDA experts were courageous enough to recognize that in certain areas the Israelis have even surpassed their American colleagues of the time, in particular those working in the “Raphael” Israeli secret lab, who had managed to propose unconventional ways of achieving nuclear fission that would have allowed them to create their own version of the hydrogen bomb.
Under these conditions, one should revisit The Sunday Times article “Revealed: The Secrets of Israel’s Nuclear Arsenal” that was published on October 5, 1986. This article was based on the revelations of an Israeli nuclear scientist – Mordechai Vanunu – who disclosed the secrets of the Israeli nuclear program.
This 31 year-old Israeli expert on nuclear weapons had, by 1986, already been working for 10 years in a secret atomic center, Machon 2, that was built under the Negev desert and from the mid-60s had already been producing nuclear weapons. Then, facts and pictures that were presented by Mordechai to international experts caught them by surprise. They had to admit that by the mid-80s Israel became the sixth nuclear power after the United States, Soviet Union, Britain, France and China, although it did its best to conceal this information. Even by that time the Israeli nuclear potential was much higher than that of India, Pakistan and South Africa, which were also suspected of developing nuclear weapons.
According to this whistle-blowing Israeli scientist, by the mid-80s the Jewish state had secret capabilities of plutonium production for more than 20 years, which would eventually reach over the years to the level of 40 kilograms annually, which is enough to produce 10 nuclear bombs. During the 80s, Israel also came into possession of equipment necessary for the production of thermonuclear devices. In particular, a French built reactor with a capacity of 26 megawatts was upgraded by Israeli scientists to reach a capacity of 150 megawatts, which allowed Israel to engage in the production of plutonium.
Nuclear specialists, which were commenting on this article in the The Sunday Times, confirmed that by 1986 Israel could have had 100-200 nuclear bombs.
This information provides a reasonable understanding of Israel’s commitment to maintaining a nuclear monopoly in the Middle East at whatever cost by blocking their potential adversaries from acquiring nuclear weapons. In particular, Tel Aviv recklessly launched air strikes on the Osirak nuclear reactor in Iraq on June 7, 1981, and is now followed by a likewise negative approach toward the Iranian nuclear program.
In light of these publications and official US recognition of Israel as a nuclear power that has been in possession of nuclear devices for more than half a century, it is imperative for international players to begin a discussion of this issue in the UN, forcing Israel to sign the Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons and taking the shipment of such weapons in and out Tel Aviv under rigid international control.
Vladimir Platov, an expert on the Middle East, exclusively for the online magazine “New Eastern Outlook”.



US ‘helped Israel build hydrogen bomb’: declassified report

Israels Nuke Status Is Official And Now Unclassified

USA and Israel Hypocrisy Behind the Iran Nuclear Agreement

Zio-media lied about Iran while burying Pentagon report revealing Israels nukes!

Why is the U.S. okay with Israel having nuclear weapons but not Iran?

Neutralising the Threat of Israel’s Undeclared Nuclear Arsenal Would Immediately Solve the Iranian Issue

C’est Israël, la vraie menace nucléaire au Proche-Orient!

“Time has come for international efforts to eliminate the Israeli arsenal of WMD”. Syria Foreign Ministry




Sur ce blog:
 




























































La guerre en Irak était une célébration de Pourim!

Pourim: notre ennemi traditionnel a gagné la Seconde Guerre mondiale

La Judée déclare la guerre à l'Allemagne

The Jewish War of Survival

L'Option Samson comme "justice ultime"

Guerres sionistes: vers la délivrance finale

dimanche 19 avril 2015

Médias antijuifs? Sur les ondes de C-Span2, l'ex-agent du Mossad Victor Ostrovsky lève le voile sur l'influence du Mossad dans la politique étatsunienne

Ostrovsky a révélé avant tout le monde dans The Other Side of Deception que les moudjahidines (d'où provient Al-Qaïda) ont été entraînés en Afghanistan par le Mossad, avec le financement de la CIA. Ce fut selon lui, "la seconde plus grande opération" de toute l'histoire de la CIA (voir Michael Collins Piper - Mossad Link Found to One of Key 9-11 Hijacker).



VIDEO - Mossad Influence on U.S. Policy. Former Mossad Agent Victor Ostrovsky on C-Span, September 1st, 1995 (Début @11min50sec) Mr. Ostrovsky spoke about the how the Israeli intelligence agency, Mossad, has influenced U.S. policy since 1948. He argued that the agency is damaging Jewish interests in the United States by abusing the long and cordial relations between the U.S. and Israel. After his remarks, he took questions from the audience.

Victor John Ostrovsky is an author and self proclaimed former case officer for the Israeli Mossad (foreign intelligence service). He authored two alleged non-fiction books about his service with the Mossad: By Way of Deception (a New York Times No. 1 bestseller in 1990), and The Other Side of Deception several years later.


Former Mossad Agent Victor Ostrovsky: The Influence of Intelligence on Politics


Ex-Mossad Agent Ostrovksy: "There's no dual loyalty! You're either loyal to your country or not"


Ex-Mossad Agent Ostrovksy: the "anti-Semite" label


Ex-Mossad Agent Ostrovsky: how the media is controlled


Ex-Mossad Agent Ostrovsky: Mossad is "little God" - All Drug Money in the U.S. Goes to Mossad



Sur ce blog:

2012: Vingt ans avant le VP iranien, l'ancien agent du Mossad Victor Ostrovsky accusait le Mossad de se financer grâce au trafic de la drogue

Secrets du Mossad, par Victor Ostrovsky


Victor Ostrovsky, Mordecaï Vanunu: héros Israéliens

Médias juifs antijuifs? Selon Enderlin (France 2 à Jérusalem), cible favorite des extrémistes juifs, Israël tombe aux mains d'extrémistes juifs religieux alliés à la droite radicale pendant que la gauche plie bagage... Israël veut devenir une superpuissance pour conquérir le monde. Le documentaire de Charles Enderlin "Au nom du Temple", basé sur son livre, maintenant disponible sur youtube

Le groupe Stern (Lehi) a tenté d'assassiner le président Truman; selon Victor Ostrovsky le Mossad a déjà tenté de tuer le président George Bush, qui disait "Je ne suis qu'un petit homme isolé qui se bat contre la puissance politique d'un millier de lobbyistes du Capitole"

"There Will Be A Hot Time In The Old Town Tonight!" Un projet de film de Michael Collins Piper, en réponse à l'abject "Inglourious Basterds" de Tarantino

Médiats juifs antijuifs? Le milliardaire juif ultrasioniste Sheldon Adelson est "tout droit sorti des pages des Protocoles des sages de Sion" selon Uri Avnery, ancien membre de la Knesset et correspondant dans de nombreux médiats israéliens

Dans ses mémoires intitulées "Diary of a Foreign Minister", l'ancien ministre australien des affaires étrangères, Bob Carr, dénonce la domination malsaine du lobby juif sioniste international sur les affaires étrangères

ENCORE UNE FOIS... Pire qu'en 2012, la dépopulation de la Palestine va bon train... Châtiments collectifs contre les Palestiniens: conséquence de la culture de haine en Israël et de sa dissimulation par le puissant lobby pro-israélien international. Israel sera-t-il récompensé du Nobel de la paix? Le parrain Netanyahou "prévient" les Français que les terroristes vont frapper chez eux s'ils continuent à tolérer les manifestations "pro-Hamas"... Jimmy Carter, considéré antijuif pour son livre PALESTINE--PEACE NOT APARTHEID (qui a scandalisé la communauté juive pour avoir omis d'y mentionner la divine Shoah!!), accuse Israël de ne pas reconnaître le Hamas comme un acteur politique légitime.

Sterling vante sa communauté en dévoilant un secret de leur succès: les institutions communautaires juives de prêt sans intérêt


Médiats juifs antijuifs? La chaîne CBS rapporte que l'administration Obama a demandé à Israël de bien vouloir cesser d'assassiner les scientifiques iraniens

Médias juifs anti-juifs? La chaîne NBC révèle qu'un Israélien sur deux souhaiterait qu'une lettre contenant le virus Ebola soit envoyée au président Obama pour son anniversaire

Le chaos en Ukraine coordonné sur le terrain par des agents israéliens...

La télé antijuive? Des organisations juives condamnent et tentent de faire interdire une série télé d'un réalisateur juif britannique des plus respecté, qui se demande comment Israël a pu réussir en si peu de temps à s'aliéner le monde entier. Rien n'avait préparé le réalisateur aux attaques vitrioliques du "lobby sioniste" qui allaient déferler sur lui... Toujours pas vu à la télé états-unienne.

Médias antijuifs? En 2010, un ancien directeur de la CIA à Paris, Charles G. Cogan, professeur à l'université Harvard et pro-gaulliste, dénonçait sur les ondes de France24 la forte campagne de propagande anti-arabe et anti-islam menée par l'état d'Israël et relayée par la communauté juive aux États-Unis

Légalisation de la torture: la CIA a une dette envers Israël

Médias juifs antijuifs? Le Jerusalem Post confirme qu'Israël savait que le USS Liberty était américain

11 septembre 2014, l'Islam à nouveau diabolisé, la victime toujours blâmée... Indignation sélective et interventionnisme à géométrie variable: tous ces politiciens qui crient au meurtre maintenant sont restés muets cet été lors du carnage israélien à Gaza. Les crimes de guerre occidentaux sont la cause réelle de la formation de l'État islamique; nos médias leur ont fait une pub du tonnerre, rien de mieux pour accroître les rangs de l'EI! Al-Qaida ne faisait plus peur, il fallait donc qu'un nouveau méchant de service prenne sa place... Serons-nous bernés encore une fois?

Médiats juifs antijuifs? Pour l'Anti-Defamation League of B'nai Brith, même les médiats Rothschild doivent des excuses à Israël pour avoir attiré l'attention sur le lobby juif et son rôle dans l'impasse des relations irano-américaines

À quand une purge mondiale des individus considérés anti-juifs? Assassinats extrajudiciaires et menaces de mort d'Israël contre ses ennemis perçus ; l'Iran dit avoir reçu une enveloppe portant le sceau d'Israël contenant des insectes morts accompagnés d'une lettre menaçant les "ennemis d'Israël" d'extermination au moyen d'armes biologiques (virus)

"Rothschild du Nouveau Monde": gibier de potence talmudiste, Edgar Bronfman Sr. en enfer. Son rôle dans la guerre en Irak et quelques autres de ses crimes moins connus

Médiats juifs antijuifs? Trop de "complots juifs" dans les séries télé états-uniennes, selon l'ambassade d'Israël aux États-Unis

Le jeu des devinettes: à qui donc aurait bien pu profiter la mort d'Arafat?

Inversion accusatoire: Israël furieux que les États-Unis n'aient pas étouffé la nouvelle concernant les bombardements israéliens en Syrie

Médiats juifs anti-juifs? CNN et le NY Times mentionnent l'arsenal nucléaire d'Israël, qui explique pourquoi ses voisins se sont dotés d'armes chimiques

Le rôle de Kissinger et du Mossad dans l'assassinat du bras droit de Allende, Orlando Letelier

Madoff = Silverstein = Mossad

La CIA voit le Mossad comme sa pire menace en matière de contre-espionnage

Netanyahou ira-t-il derrière les barreaux pour l'assassinat du commandant militaire du Hamas par le Mossad?

L'ambassadeur israélien en Grande-Bretagne expulsé pour ses liens avec les passeports forgés de citoyens britanniques

Quelle justice? Le seul assassin inculpé pour l'assassinat du chef militaire du Hamas à Dubaï vient d'être libéré

2010: Alors que le Mossad échoue à assassiner Erdogan, le "superman" Meir Dagan s'apprête à quitter la direction du Mossad à cause de l'assassinat de Dubaï

Le Mossad a contrefait les passeports des assassins de Dubaï

2010: La pression monte sur Israël pour qu'elle s'explique sur le rôle du Mossad dans l'assassinat du chef militaire du Hamas à Dubaï

Israel FM Livni, Mossad agent, daughter of "romantic" radical jewish terrorist parents 

Al-Qaida ou Al-Mossad?

L'affaire INSLAW: comment le Mossad a volé le logiciel d'espionnage téléphonique et électronique PROMIS

VERINT, ALIAS COMVERSE INFOSYS, PARAVENT DU MOSSAD

Élucidation complète de la responsabilité d'Israël et ses services secrets dans l'orchestration du 11 septembre et sa récupération géopolitico-médiatique

Résumé des preuves liant le Mossad aux coupables du 11 septembre

Le 11 septembre est l'oeuvre du Mossad, selon un ancien correspondant de la BBC 


11 septembre et tout le reste: c'était pas les musulmans! 

Surprise durant la semaine de l'anniversaire de l'assassinat de JFK: Arnon Milchan, producteur juif d'Hollywood, a confirmé ce que nous savions en avouant publiquement avoir été à l'emploi du Mossad dans le cadre du développement du programme nucléaire d'Israël...

La piste israélienne n'est plus ignorée dans les ouvrages de référence sur JFK, panique des néocons dans les médias (National Review, Washington Free Beacon) - Extrait de la fin du livre "The Letters of John F. Kennedy"

Rothschild et JFK: les liens de l'avocat "montréalais" Bloomfield (à la tête de Permindex) avec le clan Rothschild documentés par un auteur québécois

La connexion israélienne: la seule à réunir toutes les pièces du puzzle de l'assassinat de JFK

Décès du légendaire journaliste télé Walter Cronkite: "Je ne peux penser à aucun groupe -- à l'exception des renseignements israéliens -- qui aient pu garder sous silence la conspiration pour l'assassinat de JFK pendant si longtemps."

Assassinat de JFK: c'était pas des "WASP"

Assassinat de JFK: c'était pas des nazis!

L'assassinat de JFK: une décision de l'administration Ben-Gourion

Kadhafi réitère ses propos sur l'assassinat de JFK par le Mossad

Kadhafi: "le Mossad a assassiné JFK"

Pourquoi ils ont tenté de tuer DeGaulle

Wiesenthal n'était pas qu'un escroc juif, c'était un agent du Mossad