dimanche 30 septembre 2012

Un lobbyiste pro-israélien appelle à provoquer un nouveau Pearl Harbor pour déclencher une guerre contre l'Iran



VIDEO - Israel Lobbyist - We Need a False Flag to Start War with Iran!


Israel lobbyist hints that ‘Pearl Harbor’ may be needed to get US into war with Iran

By Maidhc Ó Cathail
The Passionate Attachment
September 25, 2012
Last Friday, during question time at the Washington Institute for Near East Policy policy forum luncheon on “How to Build US-Israeli Coordination on Preventing an Iranian Nuclear Breakout,” the director of research at the pro-Israel think tank hinted that a Pearl Harbor-type attack might be necessary to get the United States to go to war against the Islamic Republic.
“I frankly think that crisis initiation is really tough,” said Patrick Clawson, who also heads the Washington Institute’s Iran Security Initiative, in response to a question about what would happen if negotiations with Tehran fail. “And it’s very hard for me to see how the United States … uh … President can get us to war with Iran.”
As a consequence, Clawson said he was led to conclude that “the traditional way [that] America gets to war is what would be best for US interests.”
Intriguingly, he went on to recount a series of controversial incidents in American history — the attack on Pearl Harbor, the sinking of the Lusitania, the Gulf of Tonkin incident, and the blowing up of the USS Maine — that US presidents “had to wait for” before taking America to war.
“And may I point out that Mr. Lincoln did not feel he could call out the federal army until Fort Sumter was attacked,” Clawson continued, “which is why he ordered the commander at Fort Sumter to do exactly that thing which the South Carolinians had said would cause an attack.”
“So, if in fact the Iranians aren’t going to compromise,” the Israel lobbyist concluded with a smirk on his face, “it would be best if somebody else started the war.”


VIDEO - How to Build U.S.-Israeli Coordination on Preventing an Iranian Nuclear Breakout

Note: Clawson begins his answer around the 1 hour 15 minute mark.
Update: It’s worth noting that op-ed in the Jerusalem Post magazine earlier this year raised the possibility of just such an attack. In a piece entitled “The looming war with Iran,” Avi Perry, who served as an intelligence expert for the Israeli government, confidently predicted:
Iran, just like Nazi Germany in the 1940s, will take the initiative and “help” the US president and the American public make up their mind by making the first move, by attacking a US aircraft carrier in the Persian Gulf.
The Iranian attack on an American military vessel will serve as a justification and a pretext for a retaliatory move by the US military against the Iranian regime. The target would not be Iran’s nuclear facilities. The US would retaliate by attacking Iran’s navy, their military installations, missile silos, airfields. The US would target Iran’s ability to retaliate, to close down the Strait of Hormuz. The US would then follow by targeting the regime itself.
Elimination of Iran’s nuclear facilities? Yes. This part would turn out to be the final act, the grand finale. It might have been the major target, had the US initiated the attack. However, under this “Pearl Harbor” scenario, in which Iran had launched a “surprise” attack on the US navy, the US would have the perfect rationalization to finish them off, to put an end to this ugly game.
Unlike the latest attempt at an Iranian revolution, this time the US would not shy away, rather, it would go public, openly calling for the Iranian people to join in with the US in working to overthrow the corrupt Islamic fundamentalist regime. The Iranian people would respond in numbers.
Spring would reemerge, and the Iranian people would join the rest of the Middle East – this time with the direct support of the US.
The greatest irony behind this most significant episode in 2012 is that the Iranian regime would affect their own demise. Attacking the US navy in the open seas is equivalent to carrying out a suicide bombing.



When the Bush-Cheney administration was in power, Dick Cheney tried hard to find an excuse for military attacks on Iran. After all, according to Gen. Wesley Clark, the former Supreme Allied Commander of NATO from 1997 to 2000, Cheney and other hawks had plans for attacking and destroying seven countries in the Middle East and North Africa over five years in order to transform them into U.S. client states, and he wanted to “accomplish” as much as possible before leaving office. Various options were considered. As reported by Seymour Hersh, in late 2007 the Bush-Cheney administration received congressional approval for its request for $400 million to launch major covert operations against Iran, and a presidential finding signed by Bush authorized a secret program for destabilizing Iran by supporting puppet groups purporting to represent the Iranian Arabs living in the oil province of Khuzestan, the Baluchi people, and other separatist “organizations.” Aside from terrorist operations that killed many innocent Iranians, the program failed. Other venues were also tried, ranging from fabrications about Iran’s alleged interference in Iraq to huge shows of force in the Persian Gulf and a campaign of lies and exaggerations.
Another option that was considered was provoking the Iranians to attack the U.S. forces, hence justifying counterattacks by the U.S. Given the long history of the attacks by the U.S. Navy on Iranian ships and offshore oil installations in the Persian Gulf, and the destruction by the U.S. Navy of the Iranian passenger jet in July 1988 that killed 290 people, creating an “incident” in the Persian Gulf to justify the attacks seemed only “natural.” Then, in January 2008 five Iranian patrol boats supposedly made aggressive moves toward three U.S. warships in the Strait of Hormuz. Bush called the incident “provocative” and “dangerous,” and it appeared momentarily that Cheney’s wish had been realized. But less than a week later the Pentagon acknowledged that it could not positively identify the Iranian boats as the source of the threatening radio transmission that the press had initially reported coming from the boats. In fact, it had come from a prankster.
Hersh also revealed that in 2008 some administration officials met in Cheney’s office to discuss ways to provoke a war with Iran. As Hersh explained, “There was a dozen ideas proffered about how to trigger a war. The one that interested me the most was why don’t we build — we in our shipyard — build four or five boats that look like Iranian PT [patrol] boats. Put Navy SEALs on them with a lot of arms. And next time one of our boats goes to the Strait of Hormuz, start a shoot-up …. It was rejected because you can’t have Americans killing Americans.” But, the War Party learned a lesson: To gain public support for attacking Iran, create the “right” incident.
Four years later, the idea is surfacing again, with the War Party and the Israel lobby calling for an “Iran Pearl Harbor.” Although under Yukiya Amano, the politicized International Atomic Energy Agency has been highly critical of Iran, it still reports consistently that it has found no evidence that Iran has diverted its enriched uranium to a non-peaceful purpose and, in fact, Iran has recently diverted it to peaceful purposes — fabricating fuel rods for the Tehran Research Reactor that produces medical isotopes for 850,000 Iranian patients annually. Senior Obama administration officials have also emphasized over the past several months that Iran is not making nuclear weapons and has not even made the political decision to move forward toward building them. Over the past several years there have been several analyses arguing that the U.S. can live with an Iran armed with nuclear weapons, and that such an Iran will even be a stabilizing factor in the Middle East.
Thus, the War Party’s hope for “justification” for war with Iran based on its nuclear program has been quashed, at least for now. It has therefore revived the idea of creating the “right incident” for provoking a war with Iran and gaining the public’s support for it too.
One leading advocate of this has been Patrick Clawson, deputy director of research at the Washington Institute for Near East Policy (WINEP), the research arm of AIPAC. Although his recent suggestion for provoking a war with Iran (see below) attracted wide attention, he has been virulently anti-Iran for at least a decade, and he has never shied away from promoting attacks or provocative acts against Iran. In a conference on Iran’s nuclear program in November 2004 at the Woodrow Wilson International Center in Washington, Clawson declared,
Look, if we could find a way in which we could introduce computer viruses which caused the complete shutdown of the Bushehr system before it became operational, that would be delightful.
If we could find ways in which these very complicated centrifuges, which are spinning at such high speeds, could develop stability problems and fly apart, and the cascade [of the centrifuges] could be destroyed, I think that would be delightful.
And, indeed, if we could find a way to create an industrial accident of the scale of the Three Mile Island which did not cause a single fatality, which would prevent Bushehr from becoming operational, I think that would also be very helpful.
If we could find ways to bring about industrial accidents, that offer good prospects of not endangering human life, but may unfortunately cause some collateral damage, then that’s a plan that we have to consider.
Note the outrageous claim that the Three Mile Island nuclear accident did not cause any fatality, a claim that, as I pointed out then, had already been totally discredited. A recent study indicated that an attack on four of Iran’s nuclear sites would kill up to 85,000 Iranians. But Clawson is oblivious to such facts.
Several months ago in a debate on al-Jazeera TV regarding the assassination of Iranian nuclear scientists, Clawson supported targeted assassination — a “polite” name for state-sponsored terrorism — which both Israel and the U.S. have been using, calling it “a valid instrument of war” and declaring,
If we were going to say that everyone that is involved in targeted assassination is responsible as a terrorist, then Mr. Obama would quickly be thrown in jail, because the United States has killed over 1000 people with its targeted assassination program with its drones, targeted assassinations that have included American citizens. So, the idea that targeted assassination is an instrument of war is something that the U.S. has well accepted. So, the idea that Israel might use targeted assassination as an instrument of war — we may not like it, we may disapprove of it, we may think that it is a bad idea for Israel to do that — but it is a valid instrument of war.
Clawson did not explain why, if his claim is true, the War Party constantly moans about Iran committing terrorism, calls for “holding Iran accountable,” and refers to Iran as the “leading sponsor of terror.” Terrorism is a valid instrument of war only for one side?
Then Avi Perry, a former Israeli intelligence officer, opined that a “Pearl Harbor-style Iranian attack” on an American warship in the Persian Gulf would provide the pretext for the U.S. to launch all-out warfare against Iran. He did not explain why Iran would want to stage such an attack, expecting a fierce counterattack by the U.S. Perry was implicitly suggesting staging such an attack on behalf of Iranians, the way Cheney wanted it.
Clawson got Perry’s message. In September in a WINEP policy forum luncheon on “How to Build U.S.-Israeli Coordination on Preventing an Iranian Nuclear Breakout,” Clawson lamented, “I frankly think that crisis initiation [with Iran] is really tough,” and that, “It’s very hard for me to see how the United States — [the] president can get us to war with Iran.” After reciting a number of historical incidents that U.S. was able to use to justify going to war, such as the Pearl Harbor attack and the Gulf of Tonkin incident, Clawson said, “So, if in fact the Iranians aren’t going to compromise, it would be best if somebody else started the war [for them],” and, “Look people, Iranian submarines periodically go down. Then, one day one of them might not come up. Who would know why? We could do a variety of things [to provoke Iranians], if we wish to increase the pressure,” and, “We are in the game of using covert means against the Iranians, we could get nastier at that.” In effect, Clawson, who should be forced to register as a lobbyist for Israel, is calling for fabricating a reason to attack Iran.
The War Party and its Israeli allies will do what they can to provoke a war with Iran over its nonexistent nuclear weapons program. Only public vigilance can prevent them from taking us to such an unjustified and criminal war.



http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTgLH1he7hL-ECZ7VxxQJ4ufTumOa6-6LT0m_kP3SK4wdoBsbYCTg


Prominent Pro-Israel Policy Think Tank Advocates ‘Crisis Initiation’ Against Iran

Prominent Pro-Israel Policy Think Tank Advocates ‘Crisis Initiation’ Against Iran
• Dr. Patrick Clawson admits ‘false-flag’ operations have become the American way
By Mark Anderson
A recent speech by a prominent think-tank warmonger strongly suggests the restless foreign policy community disdains peace with Iran and is angling for a “false-flag” event to provoke a war with a nation that has done nothing to the United States.
On the Internet, policy expert Dr. Patrick Clawson casts aside the dry narrative that characterizes typical meetings of major foreign policy “advisory” organizations. As if to throw cold water on his stuffy listeners at a meeting of the stridently pro-Israel Washington Institute for Near East Policy (WINEP), Clawson openly argues for false-flag tactics to spark a war with Iran—which fits neatly into the “clash of civilizations” world crusade that most well-connected policy planners endlessly promote.
“We can do a variety of things if we wish to increase the pressure. I’m not advocating that,” Clawson said—not “advocating” but still “suggesting” an illegal false-flag strategy, while speaking in a hurried, almost hyper tone. “But I’m just suggesting that this is not an either-or proposition—that . . . sanctions have to succeed or other things [have to succeed]. We are in the game of using covert means against the Iranians. We could get nastier at that.”
While also saying, “I frankly think that crisis-initiation is really tough”—note the words “crisis initiation”—Clawson added, “and it’s very hard for me to see how the U.S. president can get us to war with Iran—which leads me to conclude that if in fact compromise is not coming, then the traditional way America gets to war is what would be best for U.S. interests.” That “traditional way,” he said in a barely cryptic manner, is on the basis of terrible “incidents” that catapult a reluctant nation into all-out war.
“Some people might think that Mr. Roosevelt wanted to get us into World War II . . . and you may recall we had to wait for Pearl Harbor,” Clawson said. “Some people might think Woodrow Wilson wanted to get us into WWI, [and] you might recall he had to wait for the Lusitania episode.  Some people might think Mr. [Lyndon] Johnson wanted to send troops to Vietnam; you may recall he had to wait for the Gulf of Tonkin episode.”
Clawson added: “We didn’t go to war with Spain until the Maine exploded.” He even suggested the alleged Southern attack on Fort Sumter to spark the Civil War was engineered by the North and blamed on the Confederates.
Especially notable was his comment: “So if in fact the Iranians aren’t going to compromise, it would be best if somebody else started the war . . . . [W]e could step up the pressure. I mean, look, people, Iranian submarines periodically go down. Someday one of them might not come up. Who would know why?”
And this comes as a presidential election nears which, by the time some read this, could have put a GOP warmonger in the White House, while the corporate media continue alleging Iran is hell bent to build “the bomb” and that Iran can only “negotiate” by ending its nuclear energy program altogether, even if it’s for peaceful purposes. Anything less than that, most U.S. pundits intone, is belligerence deserving of a U.S. and Israeli military strike. That was the exact framework of CNN’s intermittent analysis during the last debate between President Barack Obama and Mitt Romney, when foreign policy was the main topic.
Especially notable was that Clawson spoke of these past events as if it’s self-evident that they were all false-flag, or trumped up, catastrophes to intentionally bring about American involvement in war. Largely gone was the conventional pretense—pushed for countless decades in schools, colleges and the media—that such events were more or less randomized acts of violence carried out only by the culprits named in mainstream history books.
The real, little-known history of intrigue, deception and conspiracy—where, for example, a nation like the U.S. provoked Japan into attacking Pearl Harbor and helped ensure the tragic, deadly event had maximum impact—including the needless murder of 2,459 men, women and children, as well as the loss of two battleships and 169 aircraft.
Clawson’s background suggests his words carry tragic weight. He directs the Iran Security Initiative. Moreover, he is “widely consulted as an analyst and media commentator [and] . . . is the author or editor of 18 books or studies on Iran,” WINEP’s website notes. “He has also testified before congressional committees more than 20 times and has served as an expert witness in more than 30 federal cases against Iran. Prior to joining [WINEP] he was a senior research professor at the National Defense University’s Institute for National Strategic Studies, a senior economist at the International Monetary Fund and the World Bank, and a research scholar at the Foreign Policy Research Institute.”

Mark Anderson is AFP’s roving editor. Listen to Mark’s weekly radio show and email him at truthhound2@yahoo.com.


Spy Crisis Launched AIPAC’s Think Tank


“Crisis initiation” fears led to WINEP grandparent’s destruction
Many who have now seen creepy event video clips featuring Washington Institute for Near East Policy (WINEP) Research Director Patrick Clawson listing “crisis initiation” pretexts such as the Gulf of Tonkin phantom torpedo attacks, or false blame for the sinking of the USS Maine, felt it was a subtle call for false flag attacks that would drag a reluctant United States into war with Iran. The full video of the think tank’s event is well worth watching. Dennis Ross struggles mightily to answer reporter Barbara Slavin’s simple question into how WINEP will move beyond diplomatic “red lines” against Iran when polls reveal the majority of Americans have now grown tired of costly elective wars in the Middle East. At one point former American Israel Public Affairs Committee lobbyist Steven J. Rosen’s seemingly disembodied head eerily floats across the screen.
Those seeking background information about WINEP on its official website are informed that WINEP was founded in 1985 by a small group of visionary Americans committed to advancing U. S. interests in the Middle East. Like much of the website’s content, this information isn’t actually true. WINEP was actually incorporated during an espionage investigation crisis that enveloped AIPAC in 1984. The spin-off is eerily reminiscent of AIPAC’s own crisis-driven formation two decades earlier as the Senate struck back against the same types of false flag incitement now emanating from WINEP.
Between 1982 and 1985 English/Australian immigrant to America Martin Indyk busily served as deputy research director at AIPAC. Under Indyk’s reign, AIPAC pumped out a steady flow of lobbying booklets arguing for ever greater U.S. military support to Israel such as “The Strategic Value of Israel” (1982), “Israel and the U.S. Air Force” (1983), “Israel and the U.S. Navy” (1983), “Israeli Medical Support for U.S. Armed Forces” (1983) and “U.S. Procurement of Israeli Defense Goods and Services” (1984). Securing duty-free Israeli access to the entire U.S. economy was the AIPAC research division’s most important project in 1984. But trade negotiations were going badly at the beginning of 1984. Undercutting the arguments of today’s pundits who opine that U.S. industry is the eager driver of ever more dangerously entangling economic and military ties, the majority of U.S. companies providing formal inputdidn’t want any special trade preferences granted to Israel, an economy then dominated by state-run industries. Monsanto even suggested that if the U.S was even going to bother with trade negotiations to boost volumes through comparative advantage, it should do so with a worthwhile economic partner such as Taiwan, Hong Kong or Japan.
Help soon arrived in the form of Israeli Minister of Economics Dan Halpern. Halpern provided AIPAC a stolen copy (PDF) of a secret International Trade Commission report outlining the precise objections supported by arguments using internal industry and secret market data provided in confidence to the US government by American companies opposed to Israeli concessions. It was an indispensible resource for AIPAC’s counter-lobbying and public relations. Unfortunately, by August 3, 1984 theWashington Post broke the news that the FBI was investigating how AIPAC “obtained a copy of a classified document that spells out the American negotiating strategy in trade talks with Israel…” By November 1, 1984 the U.S. Bromine Alliance was in urgent talks with the International Trade Commission Chairwoman, publicly demanding to know how much of their industry’s secret trade and market data had been leaked to AIPAC and Israel’s state-run producer. Perhaps ominously for Indyk and other staffers, an August 13, 1984 FBI report stated “files contain an unsubstantiated allegation that a member of the Israeli Intelligence Service was a staff member of AIPAC…”
The very same month – on November 14, 1984 – the Washington Institute for Near East Policy was incorporated in Washington D.C. (PDF) WINEP was formed not by “prominent individuals” but Martin Indyk’s wife Jill along with Marilyn Edeson and Elizabeth Chotin according to original articles of incorporation obtained from the D.C. Department of Consumer and Regulatory Affairs. As the FBI’s espionage and theft-of-government-policy dragnet tightened around AIPAC during the “Year of the Spy” spurred by revelations of Jonathan Pollard’s espionage bonanza against the Defense Intelligence Agency, Martin Indyk jumped the burning AIPAC ship and quietly regrouped research production within WINEP. By 1986 WINEP was doing public relations work for the disastrous Lavi jet fighter program while providing a Washington perch for a visiting Shimon Peres to chastise Soviet immigration policy. Thwarted by Israeli diplomatic immunity claims, the FBI quietly shut down its investigation in 1987 after learning much about AIPAC and Israeli officials’ various roles in duplicating and handling classified economic documents – all to the detriment of democratic process in the US.
Although WINEP’s founding myth is that its “scholars” simply wanted to do serious research independent of AIPAC (while funded by AIPAC’s major donors), history indicates that survivability is a more compelling reason for its quiet launch in November of 1984. In a worse-case scenario, espionage or theft of government property indictments would have likely destroyed either AIPAC or WINEP – but not both. Splitting up was the same survivalist strategy that led to the spinoff of AIPAC just six weeks after its parent organization, the American Zionist Council, was ordered to register as an Israeli foreign agent in 1962 – which brings this latest Israel lobbying and covert action saga full-circle.
AIPAC’s parent was ordered to register as a foreign agent (destroying it, though it took a few years) as a result of a Senate Foreign Relations Committee investigation into the activities of foreign agents in the U.S. and abroad. The key reason given for the investigation was the Senate’s fear of foreign agents calling out for Israeli false flag attacks to goad the U.S. into action against the broader national interest. According to a declassified 1961 memo chartering the Senate investigation “In recent years there has been an increasing number of incidents involving attempts by foreign governments, or their agents, to influence the conduct of American foreign policy by techniques outside normal diplomatic channels…..there have been occasions when representatives of other governments have been privately accused of engaging in covert activities within the United States and elsewhere, for the purpose of influencing United States Policy (the Lavon Affair).” The “Lavon Affair”, mentioned twice in the memo, refers to Israel’s “Operation Susannah” terror attacks on U.S. targets – not to goad America into attacking Iran – but to keep a U.S. presence in a neutral Suez Canal zone. No other country is mentioned as a false flag “crisis initiator” in the declassified memo.
WINEP’s sordid history and current calls for “crisis initiation” means it is once again time for Americans to be extra vigilant and ready for action against the movements and machinations of Israel’s most deceptive and dangerous foreign agent duo.



Provoking the Enemy: Seeking a Pretext to Wage War on Iran





Ahmadinejad défend le révisionnisme à l’ONU: Israël sort, les États-Unis restent
Et le Canada a suivi Israël plutôt que de rester avec les États-Unis

Ottawa rompt avec Téhéran : la propagande impérialiste contre l’Iran et la Syrie

What Nutty Yahoo Really Meant and What He Should Have Said
http://buelahman.files.wordpress.com/2012/09/yahoodpromisedland.jpg


Isolé, Nétanyahou va plaider contre l'Iran à New York
Cette crise n'est pas la première à survenir entre Israël et son puissant ­allié, mais la tactique de Nétanyahou consistant à passer par-dessus le président américain en misant sur sa non-réélection, ou en en appelant directement au Congrès ou à l'opinion américaine, est vue comme contre-productive par beaucoup de responsables israéliens. Le chef du parti centriste Kadima, Shaul Mofaz, a critiqué le premier ministre pour son ingérence dans les affaires intérieures américaines, lui demandant s'il cherchait à remplacer Obama plutôt qu'Ahmadinejad.



Netanyahu’s cartoon bomb wasn’t meant for world leaders, and not even for Obama
Instead, Netanyahu was speaking over Obama’s head, directly to the president’s employer and boss: the American voter.



Bibi Boom: Netanyahu’s UN Bomb Cartoon Triggers Internet Mockery [SLIDESHOW]

http://www.sott.net/image/image/s5/116016/full/Netanyahu_UN_Bomb.jpg
Netanyahu — The Voice of Modernity?

Netanyahou à l'ONU, ou les foutaises monumentales d'un fauteur de guerre

VIDEO - Benjamin Netanyahu: Qu'est ce que le monde attend?

Iranian defense minister: Israel should set red lines for itself
In response to PM’s UN address, Vahidi says Jerusalem has ‘dozens of nuclear warheads’ and must be ‘stopped’


Les Fils de la Liberté a partagé une photo de Freedom Messenger - Ghasedane Azadi.
L'UANI ("United Against Nuclear Iran") est un paravent pour une clique interventionniste israëlo-américainne. Les co-fondateurs de l'UANI: Richard Holbrooke et Dennis Ross. Le PDG actuel: Mark Wallace. Le président: Kristen Silverberg. Pas très perse comme noms... encore de la propagande. La guerre approche.




VIDEO - The Bibi Who Cries WMD — No Question Whatsoever Netanyahu was wrong about Iraq having nuclear weapons



VIDEO - MSNBC: Israel is trying to push US into war with Iran

VIDEO - Caller Warns: Mitt Romney is a Neocon Republican Risking World War Three

VIDEO - War Propaganda Exposed Part 1 Mass Media Warmongering Against Iran

U.S. refuses entry to 20 Iran officials ahead of UN meet in New York

Flashback: Mossad training terrorists to kill Iran's nuclear scientists, U.S. officials claim... but is Israel's real target Obama?

New York Times a “Propaganda Megaphone” for War, Says Former Reporter

Washington retire un groupe iranien de la liste des organisations terroristes

Iran says Obama administration’s removal of group from US terror list shows ‘double standards’





Says Obama was right to avoid fighting Iran
Sept 15, 2012 Lewistown Sentinel

To the editor:  

God bless President Barack Obama for standing up against Israel and the Jewish lobby and refusing to engage the United States in a foolish and unnecessary war against Iran. Americans are tired of fighting Israel's wars.

Michael Collins Piper




Michael Collins Piper, The Golem
Chapter Twenty-Three 
"New York Money People": 
Jewish-Born American General
Points the Finger at the Warmongers

New York money is not only playing a big part in 2008 presidential campaign politics, but it's also a driving force behind the ongoing push by pro-Israel fanatics at the highest levels of U.S. policy-making to force the United States into a senseless war against Iran. 
That's the only conclusion that can be reached based on a survey of multiple and wide-ranging news reports—circulating largely within publications in Israel and in the American Jewish community—that have not been brought to the attention of most Americans through the aegis of the so-called "mainstream media." 
It's almost as if the major media in America is simply determined to prevent average Americans from knowing that there are some people who believe that Israel and its well-heeled backers in the United States are the primary advocates for U.S. military action against Iran. 
Perhaps the most explosive comments in this regard came from Gen. Wesley Clark (ret.), who was a candidate for the Democratic presidential nomination in 2004 and who—until then, at least—was considered a likely candidate for the Democratic nod in 2008. In an interview with columnist Arianna Huffington, Clark said that he believed that the Bush administration is determined to wage war against Iran. When asked why he believed this, Clark said: 
You just have to read what's in the Israeli press. The Jewish community is divided but there is so much pressure being channeled from the New York money people to the office seekers. 
In short, Clark was saying that powerful New York-based financial interests (those whom he called "the New York money people") are putting pressure on political candidates and incumbent politicians to support a war against Iran. 
In fact, Clark was correct. Jewish community newspapers have indeed noted, time and again over the past several years, that many in the American Jewish community and in Israel are urging U.S. military action against Iran. And in Israel, of course, the bellicose talk of Israel itself attacking Iran is commonly and publicly discussed with free abandon. All of this is little known to the American public. 
Despite this, Clark came under fire and was accused of "anti- Semitism" or otherwise charged with lending credence to what are dismissed as "anti-Israel and anti- Jewish conspiracy theories," which—Clark's angry critics said—suggest that Israel and its supporters are prime movers behind the drive for war. 
Because Clark is the son of a Jewish father (although he didn't know that until several years ago, having been raised by a Christian mother and a Christian step-father who never told Clark of his Jewish heritage), some Jewish leaders were pulling their punches, recognizing that it sounded somewhat outlandish to call Clark "anti-Jewish." But the word is definitely out in the Jewish community: "Clark can't be trusted."
On Jan. 12,2007, the New York-based Jewish newspaper, Forward, carried a front-page story zinging Clark for his remarks, noting that,"The phrase New York money people' struck unpleasant chords with many pro- Israel activists. They interpreted it as referring to the Jewish community, which is known for its significant financial donations to political candidates." 
The fact that Jewish leaders and publications were attacking Clark for using the term "New York money people" was ironic, inasmuch as just the week before the furor over Clark's comments, the same Forward, in its own Jan. 5, 2007 issue, had a front-page story announcing that pro-Israel stalwart U.S. Sen. John McCain (R-Ariz.) had lined up significant financial support for his own 2008 presidential campaign from those whom—in its own headline—Forward called "New York money men." 
In that revealing article, describing McCain's "heavily Jewish finance committee," Forward announced that, in recent weeks, "McCain has been signaling that an attention to Jewish issues will remain on his agenda as his campaign moves forward." The Jewish newspaper did not mention whether McCain will direct any attention to Christian, Muslim, Buddhist or Hindu issues—or any other issues of concern to other religious groups. 
The article in Forward made it clear that support from these "New York money men" is critical in the forthcoming presidential campaign and that it could be pivotal, whether that money stays in McCain's camp or ultimately goes elsewhere. 
This information could prove a surprise to grass-roots Republicans all over America who think (apparently incorrectly) that they are the ones who actually pick their party's presidential nominee. 
In addition, in light of the fact that Jewish groups attacked Clark for suggesting that "New York money people" were pressuring political candidates to push for war against Iran, it is interesting to note that Forward pointed out that one of the key "New York money men" supporting McCain cited the issue of Iran as one of the reasons why he was boosting the Arizona senator.
Dr. Ben Chouake, who is president of the pro-Israel NORPAC, a political action committee, and a member of McCain's finance committee, was cited as having remarked that Iran is "an immense threat to the United States, and this is an immense threat to Israel," and that "the person that is the most capable, most experienced, most courageous to defend our country, would be John McCain." 
Clearly, the "New York money people" are playing a major part in the American political arena, throwing their weight behind who gets elected— and who doesn't—and whether or not America goes to war. 
That's something that Americans need to know about, but they had better not count on the mass media to tell them about it.







Harper et le prix "humanitaire" du World Statesman of the Year, son nouveau prétexte pour justifier son boycott de l'ONU


Un prix qu'on ne saurait pourtant qualifier d'humanitaire puisqu'il représente les intérêts d'un petit groupe d'intérêt qui domine la politique, les médias et la finance par le biais de ses ressortissants internationaux!



 














Stephen Harper chooses the Waldorf over the UN in New York
Published on Friday September 28, 2012
Sean Kilpatrick/THE CANADIAN PRESS Prime Minister Stephen Harper is presented with the World Statesman of the Year Award by Rabbi Arthur Schneider, president and founder of the Appeal of Conscience Foundation, at the Waldorf Astoria Hotel in New York. (Sept. 27, 2012)

Canadian Premier Harper skips UN General Assembly to get Jewish award

Netanyahu heaps praise on Canada

Stephen Harper accepts his reward for being an Israeli bootlick.

Canadians critical of Harper 'World Statesman of the Year Award'

Ottawa rompt avec Téhéran : la propagande impérialiste contre l’Iran et la Syrie
 
Pourquoi Israël se réjouit tant des tensions entre le Canada et l’Iran…

Canada-Iran: Who’s demonizing who?
 
Harper furious over aboriginals visit to Iran: Terry Nelson

Canada, Israel Call for UN Investigator’s Resignation

Canada says UN official who called for Israel boycott should quit

Withdraw UN BDS report, Canada demands



VIDEO - Stephen Harper et Israël

Le PM prononce une allocution au souper d'honneur annuel de la fondation Appeal of Conscience

28 septembre 2012
New York (New York)
Le Premier ministre Stephen Harper a fait aujourd’hui le discours suivant lors du souper d’honneur annuel de la fondation Appeal of Conscience :
« Merci beaucoup. Rabbin Schneier, président Chenevert, Louis; mes collègues ministres Baird, Kent, Fantino, Ablonczy; secrétaire parlementaire Obhrai; sénatrice Wallin; ambassadeurs Doer et Rishchynski; haut commissaire Campbell; consul général Prado; les autres lauréats Vikram Pandit et Virginia Rometty; invités honorés qui partagent notre table d’honneur et distingués invités; mesdames et messieurs.
« Je veux d’abord commencer par remercier Henry Kissinger de cette généreuse présentation.
« Je dois dire, M. Kissinger, que je suis, bien sûr, conscient non seulement de votre contribution immense à votre pays et aux relations internationales, mais je suis votre admirateur depuis longtemps.
« Je dois vous dire que je fais partie de vos admirateurs depuis l’époque où je n’étais pas encore en âge de voter.
« C’est pourquoi le fait de me trouver sur cette scène avec vous et que vous me présentiez signifie vraiment beaucoup pour moi.
« Je suis, bien sûr, honoré, et veux remercier le rabbin Schneier, du fait que nous sommes tous ici ce soir.
« Je ne parle pas uniquement de cette nombreuse et impressionnante assemblée, mais plus particulièrement de la cause pour laquelle vous nous avez réunis, comme vous le faites depuis tellement d’années.
« Dans un univers rempli d’intérêts contradictoires et complexes qui entrent en concurrence les uns avec les autres, il est trop facile de faire la sourde oreille à la voix douce et subtile de notre conscience.
« Mais si nous le faisons, le monde est perdu.
« Vous avez choisi de consacrer votre vie à prendre les horreurs que vous avez vécues et à vous en servir pour nous rappeler une dimension réellement porteuse d’espoir : la liberté et la dignité humaine de chaque personne.
« C’est pourquoi vous avez toute notre admiration et notre estime!
« Mesdames et messieurs, c’est sur ces fondations de liberté et de dignité humaine que le Canada cherche, dans un monde incertain, à élaborer une politique étrangère qui repose sur des principes certains.
« Ces principes sont enracinés dans le patrimoine de notre propre pays et dans le respect qu’on y nourrit depuis longtemps pour la liberté, la démocratie, les droits de la personne et la primauté du droit.
« Mais ils vont plus loin que cela.
« En ce qui a trait aux affaires étrangères, il existe un vaste consensus parmi les Canadiens et les Canadiennes; un esprit de générosité que l’on pourrait décrire comme un simple désir de jouer franc jeu.
« Par exemple, nous, les Canadiens, sommes très conscients de notre propre souveraineté, et nous attendons de nos gouvernements qu’ils prennent des décisions pragmatiques dans l’intérêt national du Canada.
« Mais nous voulons également que ces gouvernements soient de bons citoyens du monde, qui essaient de comprendre le point de vue des autres, et qui tâchent d’agir de concert avec nos partenaires, dans l’intérêt supérieur de l’humanité.
« Bien sûr, cela ne revient pas, mes amis, à essayer de séduire tous les dictateurs à l’aide d’un vote aux Nations Unies ou à simplement accepter tous les consensus internationaux qui émergent, même lorsqu’il s’agit d’aberrations évidentes.
« Lorsque nous devons faire face au mal, nous adoptons dans nos affaires des positions fortes, fondées sur nos principes, qu’elles soient populaires ou non.
« Et c’est ce à quoi le monde s’est attendu du Canada – et a obtenu de lui – lors des deux guerres mondiales, en Corée, au cours de nombreuses opérations de maintien de la paix, lors de la première guerre du Golfe et, bien sûr, plus récemment, en Afghanistan et aussi en Libye.
« Enfin, je suis venu vous dire que les Canadiens sont fiers, immensément fiers, d’être réputés pour avoir mis sur pied à la fois une économie concurrentielle et une société compatissante, et de la combinaison sans pareille de diversité culturelle et d’harmonie qui attire chez nous des gens de tous les pays.
« En un mot, mesdames et messieurs, je me présente ici ce soir pour accepter votre prix, non en raison de mes qualités personnelles, mais au nom du pays unique et magnifique que j’ai le privilège de diriger.
« Parmi les atouts dont dispose le Canada figure son voisinage.
« Il faut dire que le Canada n’a réellement qu’un seul voisin, et c’est le meilleur voisin qu’un pays puisse souhaiter.
« Maintenant, cher rabbin, nous nous souvenons qu’il y a 200 ans, cette année, débutait la dernière guerre survenue entre nos deux pays; la guerre qui a réellement établi notre indépendance.
« Le fait que notre pays, relativement petit en comparaison au vôtre, ait pu vivre en sécurité et prospérer durant près de deux siècles témoigne de la force constante et de la bienveillance qui constituent l’essence des États Unis d’Amérique.
« Alors, merci de ce formidable partenariat et de votre amitié inébranlable.
« Et, mes amis, permettez moi de poursuivre en vous disant que …
« Nous condamnons sans équivoque les récentes émeutes antiaméricaines survenues devant vos ambassades et nous exprimons nos sincères condoléances à ceux et celles qui ont perdu des amis et des proches à la suite de l’attaque meurtrière dont votre consulat en Libye a été la cible.
« Cela, mesdames et messieurs, m’amène à faire ce que je veux faire ce soir, qui consiste à vous faire part d’une brève réflexion quant à l’état du monde dans lequel nous vivons et de l’état de nos valeurs au sein du monde dans lequel nous vivons.
« Il y a quelques instants, je parlais d’un monde incertain.
« De quelles incertitudes s’agit il, et quelles sont leurs conséquences?
« Les années que nous traversons actuellement nous apparaissent comme une époque de changements extraordinaires, comme si une main gigantesque faisait tourner la roue de l’histoire.
« Certains pays ayant toujours partagé les mêmes valeurs que nous, comme un bon nombre de nos amis européens, sont écrasés par des dettes qu’ils ne semblent pas parvenir à endiguer, par des dépenses obligatoires qu’ils ne peuvent plus se permettre et par des économies chancelantes qui montrent peu de signes de croissance.
« Pendant ce temps, nous assistons à l’émergence de nouvelles puissances dont l’adhésion à nos idéaux n’est souvent ni ferme, ni claire.
« Ce que certains ont perçu comme un printemps rempli d’espoir pour la démocratie se transforme rapidement en été de colère et de populisme.
« Les vieilles rancœurs semblent ressusciter et stimuler les groupes qui prônent la terreur, et certains États dangereux et voyous cherchent à obtenir des armes nucléaires.
« Bien entendu, ces grands changements mondiaux s’accompagnent souvent de possibilités d’envergure mondiales.
« Lorsque je le regarde, le monde est probablement plus libre et plus démocratique aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été depuis ma naissance.
« Pourtant, paradoxalement, l’avenir du monde libre et démocratique a rarement été aussi menacé.
« Comme je l’ai déjà dit, certaines nouvelles puissances ne sont ni des amis sûrs, ni des ennemis implacables.
« Parce qu’elles sont peut-être plus compliquées, plus difficile à évaluer, je n’élaborerai pas davantage à ce sujet si ce n’est pour dire qu’il est très important, lorsque nous interagissons avec de telles puissances, de comprendre clairement et de ne jamais oublier à qui nous avons affaire.
« Certains autres pays, toutefois, constituent sans ambiguïté un danger clair et actuel, qui ne nécessite aucune évaluation approfondie.
« Parmi ceux ci, vient en premier lieu le gouvernement de l’Iran.
« Je ne parle pas seulement, mes amis, de son bilan désastreux en matière de droits de la personne, ou de l’aide active qu’il apporte au régime brutal de la Syrie, ou de son soutien indéniable aux entités terroristes, ou de sa négation constante des droits diplomatiques, ou de sa quête de l’arme nucléaire; mais c’est plutôt la combinaison de tous ces éléments avec une idéologie réellement malveillante qui devrait nous inquiéter.
« Je crois que la voix de notre conscience nous oblige à dénoncer ce que le régime iranien défend et représente.
« De la même façon qu’elle nous oblige à exprimer notre soutien à l’égard du pays le plus directement visé par la haine que nourrit ce régime, soit l’État d’Israël.
« Cependant, mes amis, notre appui à Israël ne signifie pas que nous sanctionnons chacune des politiques de son gouvernement.
« Cependant, lorsqu’il s’agit du pays de la communauté mondiale dont l’existence même est menacée, notre gouvernement refuse de se servir de tribunes internationales pour montrer du doigt et critiquer Israël.
« Et il est important de déclarer que, peu importe les lacunes d’Israël, ni l’existence, ni les politiques de ce pays ne sont responsables des pathologies présentes dans cette partie du monde.
« Et nous sommes également conscients d’une leçon que l’histoire nous a enseigné selon laquelle ceux qui prennent le peuple juif comme cible de leur intolérance raciale ou religieuse deviendront inévitablement une menace pour chacun de nous.
« Et, de fait, ceux qui ciblent Israël de cette manière aujourd’hui sont également, par leurs paroles et leurs actes, une menace pour toutes les sociétés libres et démocratiques.
« Maintenant, mes amis, je dis cela non pour encourager quelque mesure particulière, ni pour souhaiter plus de misère à la population iranienne qui souffre depuis longtemps, mais plutôt pour que nous n’hésitions pas à reconnaître le mal dans le monde lorsqu’il le faut.
« Notre gouvernement soutient simplement que la communauté internationale doit en faire plus, doit tout mettre en œuvre pour accentuer la pression et isoler ce régime.
« Mesdames et messieurs, laissez moi seulement terminer en vous disant ceci.
« Nous ne devrions jamais considérer les autres comme étant du côté du mal simplement parce qu’ils sont en désaccord avec nous ou nous font concurrence.
« Mais là où se trouve le mal se trouveront invariablement des divergences irréconciliables avec les idéaux qui animent le Canada, les États Unis et les pays aux vues similaires.
« Les idéaux selon lesquels toutes les personnes sont investies de la dignité humaine et devraient se voir accorder les mêmes droits.
« Le rôle du Canada n’est pas de faire la leçon aux autres, mais notre gouvernement se doit de faire les choix que les circonstances nous imposent, et nous ferons ces choix.
« Premièrement, nous choisirons nos amis avec soin.
« Et nos véritables amis sont ceux qui, de par leur essence, respectent à la fois la volonté de leur majorité et les droits de leur minorité.
« Deuxièmement, nous négocierons ouvertement et équitablement avec ceux qui pourraient ne pas être nos amis, mais nous ne nous laisserons pas leurrer quant à ces relations.
« Et nous ne sacrifierons pas les principes qui nous guident pour obtenir quelque avantage éphémère.
« Troisièmement, nous ferons en sorte de reconnaître les menaces claires et sans équivoque, et nous en dénoncerons les auteurs lorsqu’ils seront devant nous.
« Et finalement, cette fois pour nous mêmes, nous viserons à gérer nos propres affaires, notre économie et nos finances, de manière à ne jamais compromettre notre liberté d’action.
« Car nous devons nous souvenir que les idéaux que nous défendons ont peut être une valeur inestimable, mais ils ne sont pas invincibles.
« Ils exigent de nos pays une forte vigilance et une bonne gouvernance.
« Et nous devons avoir la capacité de rendre les générations qui viendront conscientes que ces idéaux constituent des privilèges.
« Nous devons, par conséquent, les respecter nous mêmes et les enseigner à nos enfants.
« Nous devons parler de démocratie dans nos écoles.
« Nous devons faire l’éloge de la liberté et de la justice.
« Nous devons valoriser nos institutions et leur longévité.
« Et nous devons chérir les droits individuels pour lesquels nos ancêtres ont versé leur sang, et inscrire en nos cœurs la vision de citoyens qui savent ce que signifie le fait de vivre sans connaître la crainte.
« Parce qu’au bout du compte, là est la marque de la liberté.
« Mes amis, si nous faisons ces choses, nos pays sauront résister et continuer d’inspirer les autres.
« Et ceux d’entre nous qui ont été choisis pour diriger auront accompli tout ce que l’on pouvait attendre d’eux.
« Merci encore de m’avoir invité, de l’honneur que vous m’avez fait en m’invitant ce soir. »




Des Israéliens contre la guerre face à l’Iran. Quoi dire des allégations du gouvernement Harper ?

Global Research, octobre 16, 2012


Iran Israel
Préambule
Dans un article précédent [1], nous avons pris en critique le deuxième point de l’annonce d’Ottawa, accusant le régime iranien de fournir une aide militaire au régime Assad ; nous avons démontré, comment Ottawa, en rompant avec Téhéran, s’impliquait de plus en plus dans la Sainte-Alliance contre la Syrie et l’Iran. Dans l’article présent, nous prenons en critique le premier point indiquant que « le Canada considère le gouvernement de l’Iran comme étant la menace la plus importante à la paix et à la sécurité mondiales à l’heure actuelle [2] » ; et cela en critiquant les allégations d’une telle annonce, et en désignant l’implication du gouvernement Harper dans la Sainte-Alliance contre l’Iran et la Syrie.
Généralités
Malgré les annonces « pacifistes » d’Ottawa qui firent évoquer l’Iliade d’Homère et la Guerre de Troie, nous, dès le premier instant, prîmes parti pour la vraie cause de la paix ; en Syrie pour les Syriens, en Iran pour les Iraniens, au Proche-Orient pour les Juifs et les Arabes, et dans le monde pour les peuples de tous les pays. En effet, dès le premier instant, nous percions à jour l’annonce du ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, qui, commençant à psalmodier la cause de la paix mondiale, cherchait à débroussailler l’opinion publique pour une guerre à venir contre l’Iran ; à canaliser le choc des Canadiens – en adoptant un discours « pacifiste », mais basé malheureusement sur une vision manichéenne – ; à forger leur opposition en suscitant une menace imminente pour la paix mondiale, en provenance d’un État voyou – ici l’Iran –, une menace qui sert en effet à détourner l’attention loin de la folie de la coalition politique actuelle à Tel-Aviv qui sollicite la guerre ; à détourner l’attention loin des jérémiades de Ménélas Benyamin Netanyahu [3], qui suppliait son « frère » Agamemnon Stephen Harper [4] à chevaucher avec lui dans une nouvelle Iliade, cette fois-ci contre l’Iran, en dépit de l’opposition et des hurlements d’Arès Barack Obama [5] ; à former enfin une opinion publique en faveur d’une nouvelle Iliade ; pour sacquer Troie et prendre en captivité son roi Priamos ; pour établir la démocratie démocratique en Syrie, en la tournant en un émirat islamiste jihadiste, tel qu’il fut indiqué dans moult reportages de première classe ; pour lever une nouvelle Iliade comme la guerre de Troie n’a pu jamais en produire ; pour hurler enfin avec Zeus Cronide [6] :
Va, songe menteur, vers les nefs rapides des Achéens. Entre dans la tente de l’Atréide Agamemnon et porte-lui très fidèlement mon ordre. Qu’il arme la foule des Achéens chevelus, car voici qu’il va s’emparer de la ville aux larges rues des Troyens. Les immortels qui habitent les demeures Olympiennes ne sont plus divisés, car Hèrè les a tous fléchis par ses supplications, et les calamités sont suspendues sur les Troyens [7].
Israël prend part à la danse de guerre
Au moment même où le gouvernement Harper appela à l’établissement de la démocratie démocratique en Syrie, il laissa entreprendre, sous le commandement de la Sainte-Alliance, une Iliade contre la Syrie qui, depuis dix-neuf mois, s’engageait dans une confrontation sanglante contre les jihadistes d’al-Qaïda et les islamistes wahhabites, premiers ennemis de toute démocratie démocratique. En plus, au moment même où l’on accusa l’Iran d’être « la menace la plus importante à la paix et à la sécurité mondiales à l’heure actuelle », on s’aveugla sur les menaces que proférait la coalition actuelle en Israël à ses voisins.
Quels calculs profonds ! Quel paradoxe historique !
Dire que la coalition actuelle à Tel-Aviv n’appelle pas à la destruction de ses voisins ne manque pas assez de souplesse que de naïveté à la Palin [8], et cela pour deux raisons :
premièrement, dans la réalité concrète des choses, la division manichéenne du monde en deux camps, celui du bien et celui du mal, ne reflète en effet qu’une vision enfantine de la réalité, et seuls ceux qui ne s’élèvent pas, par leur méthode de penser, à un stade plus avancé, croient à telle division, et agissent par conséquent comme s’ils étaient élus par Zeus Cronide pour guerroyer contre Hadès et déraciner le mal de notre monde ;
deuxièmement, les médias monopoles font encore témoins de dizaines de menaces de destruction proférées ostensiblement aux pays voisins par les rois de la coalition actuelle à Tel-Aviv. À titre d’exemple, le 7 avril 2008, le ministre israélien des Infrastructures, Benyamin Ben Eliezer, menaça de détruire l’Iran : « Israël adoptera “une riposte dure” et détruira l’Iran si Téhéran lance une attaque contre l’État hébreu [9] ». Il ajouta : « une attaque iranienne contre Israël déclenchera une riposte dure qui provoquera la destruction de la nation iranienne [10] ». M. Ben Eliezer fit ces déclarations, d’une rare virulence, à l’occasion d’une réunion à son ministère organisée dans le cadre du plus grand exercice militaire de l’histoire d’Israël.
Dans une déclaration plus récente, le 2 février 2012, le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, menaça, lors d’une conférence sur la sécurité, d’attaquer l’Iran : « si les sanctions échouent, l’Iran devra faire face à des attaques aériennes [11] ». Un peu plus tôt, le vice-Premier ministre Moshe Yaalon eut déclaré que l’Iran devait être stoppé « un jour ou l’autre ». À plus forte raison, MM. Netanyahu et Barak estimèrent, dans ces conditions, qu’Israël devait attaquer pour éviter une « nouvelle Shoah[12] ».
En plus, le 11 septembre 2012, M. Netanyahu menaça à nouveau d’attaquer l’Iran : « si la communauté internationale refuse de fixer une ligne rouge à Téhéran en matière nucléaire elle ne peut demander à Israël de rester sans réaction [13] ». Ajoutons à toutes ces danses de guerre la caricature de M. Netanyahu à l’ONU, le 27 septembre, où il brandit le dessin d’une bombe prête à exploser sur lequel il traça, au feutre, une ligne rouge située juste en-dessous de l’« étape finale » [14].
Ces mises en garde brutales de responsables israéliens, ces menaces continues de rayer la nation iranienne, ces comportements de type hystérique de la part de la coalition actuelle à Tel-Aviv, viennent conforter Yedioth Ahronoth, qui affirma dans un éditorial qu’Israël pourrait « renvoyer l’Iran à l’âge de la pierre [15] ». Il eût suffi ici de retourner aux archives des médias monopoles pour récupérer des données pertinentes sur le sujet ; ce que M. John Baird n’eût pas fait, le jour où il rendit public son Iliade du Sept-Septembre. Il eût fallu encore lui rappeler que servir la cause de la paix mondiale nécessite la condamnation des cris et des hurlements de guerre en provenance de tous les camps ; car on ne peut pas psalmodier la paix le matin et apaiser Arès le soir, en lui chantant un péan [16]. Pourtant, M. Baird insista que le régime iranien « menaçait régulièrement l’existence d’Israël et tenait des propos antisémites racistes en plus d’inciter au génocide [17] ».
Les menaces iraniennes entre le futur simple et le conditionnel présent
Au lieu de laisser entreprendre dans l’Iliade de Ménélas Benyamin Netanyahu contre l’Iran, le gouvernement Harper eût pu tout simplement, et sans recours à la Nouvelle grammaire française de Grevisse [18], vérifier le temps dans lequel les menaces iraniennes furent conjuguées ; fût-ce le futur simple, qui appartient au mode indicatif et s’emploie principalement pour exprimer une action à venir, ou le conditionnel présent, qui s’emploie principalement pour exprimer un événement ou un état soumis à une pré-condition ?
Autrement dit, en proférant des menaces à rayer l’État hébreu, les responsables iraniens utilisaient toujours le conditionnel présent et non le futur simple, comme l’indiquaient les archives des médias iraniens, arabes et occidentaux alternatifs – nous exclûmes ici les médias monopoles qui faisaient clairement partie de la propagande de guerre contre l’Iran – : « Si et seulement si Israël attaque l’Iran, il sera rayé », ce fut précisément ce que les dirigeants iraniens déclaraient à plusieurs reprises. À plus forte raison, les dirigeants iraniens n’appelaient pas à la destruction de l’État hébreu sans avoir mis leurs menaces dans ce contexte précis, qui fut celui d’une attaque israélienne possible contre l’Iran. Ce qui mit les déclarations iraniennes et celles israéliennes abordées ci-devant au même niveau de danger et de menace à la paix mondiale ; et les déclarations des rois de Tel-Aviv devinrent ainsi aussi dangereuses et menaçantes que celles des dirigeants iraniens.
Hélas ! Le gouvernement Harper eût pu condamné et dénoncé les cris et les hurlements de guerre en provenance des deux camps, du Royaume d’Israël et de l’Empire perse, voire d’Israël et de l’Iran, au lieu de frapper seulement l’Iran par la foudre de Jupiter, car ce fut dans ce contexte précis qu’il fallait aborder les menaces proférées des deux camps, et non pas, certainement, dans le contexte de la bonhomie du gouvernement Harper.
Or, en pleine crise économique mondiale qui frappe depuis presque cinq ans, l’impérialisme trouve un exutoire dans une campagne contre la Syrie, dans une guerre d’expansion au Moyen-Orient, dans une nouvelle Iliade contre l’Iran. Plus les dirigeants occidentaux et les médias monopoles accusent l’Iran d’être « la menace la plus importante à la paix et à la sécurité mondiales à l’heure actuelle », plus les faits confirment qu’il s’agit bien, comme nous le pensons, de préparations de la part des centres de pouvoir impérialistes pour une agression contre l’Iran, où les Canadiens, sous le règne du gouvernement Harper,  joueraient un rôle important, non comme des agent de la paix, mais comme « des acteurs crédibles des rapports de force entre les puissances internationales [19] ».
Ce que les Israéliens disent d’une guerre face à l’Iran
En lisant les allégations d’Ottawa contre l’Iran, nous crûmes, pour quelques instants, que le prophète Élia eut abandonné le robuste de genièvre, dans le désert, pour assister au besoin de son peuple Israël, après qu’il eut entendu la voix de l’ange du Seigneur lui disant : « Lève-toi et mange, car tu as un long chemin devant toi ! [20] ».
Or, une série de questions se pose ici : est-ce que tous les Israéliens appuient une guerre d’agression contre l’Iran ? Applaudissent-ils, tous, les hurlements de guerre de Ménélas Benyamin Netanyahu et de son ministre de la Défense, Ehud Barak surnommé Ajax le Grand [21] ? Et ces déclarations de M. Baird, qui s’adressa aux Gentils [22] comme un « inspirés parlant à des inspirés », est-ce que tous les Israéliens les reçurent comme Daniel eut reçu le repas de Habacuc, en s’exclamant : « Vous Vous êtes souvenu de moi, ô Dieu, et Vous n’avez pas abandonné ceux qui Vous aiment [23] » ?
Certainement pas ! En Israël comme en Iran, à l’Est comme à l’Ouest, des voix s’élèvent contre la guerre, contre l’agression et contre la destruction d’autres nations. À titre d’exemples, des milliers d’Israéliens ont protesté, durant le mois d’août, afin de mettre des bâtons dans les roues de la machine de propagande de guerre possible face à l’Iran.
Selon Yedioth Ahronoth, environ 200 personnes ont protesté devant la résidence du ministre de la Défense à Tel-Aviv. Parmi les manifestants, il y avait des figures distinguées de la Gauche telles que Dov Khenin (membre du Knesset), Eldad Yaniv et Doron Tsabari qui exprima son choc :
[I was] shocked after reading all the Friday newspapers. What I read was that a decision to go to war has been made against the position of the entire security echelon. We are approaching an abyss. This will be a crazed war. I can’t predict the future and I don’t know whether (Prime Minister) Netanyahu plans to attack or not, but if he says he is going to war I believe him. That’s why I am here, because I’m concerned [24].
J’ai lu dans les journaux que la décision d’aller en guerre a été prise sans prendre en considération l’échelon de la sécurité. Nous approchons de l’abîme. Ce sera une guerre folle. Je ne peux pas prédire l’avenir et je ne sais pas si Netanyahu prévoit attaquer ou non, mais s’il dit qu’il va à la guerre, je le crois. C’est pourquoi je suis ici, parce que je m’inquiète [25]. (t.d.a.).
Dans un article publié dans Haaretz, le journaliste israélien Amir Oren fait appel à des manifestations anti-guerre plus organisées et plus déterminées par leur objectif :
… the opponents of war must organize a protest that is loud and clear, sober and not defeatist, whose reasons are rooted in concern over damage to Israel’s security. This protest should be led by moderate and centrist forces such as the Council for Peace and Security [26].
… les opposants à la guerre doivent organiser une manifestation qui serait forte, claire, sobre et non défaitiste, et elle devait être motivée par de soucis concernant les dégâts [qu’une telle guerre pourrait créer] à la sécurité d’Israël. Une telle manifestation devrait être dirigée par des mouvements modérés et centristes, tels que le Conseil pour la paix et la sécurité. (t.d.a.).
Le 16 août, environ 400 Israéliens ont signé une pétition sollicitant le ministère de la Défense de ne pas obéir aux ordres hypothétiques concernant le bombardement de l’Iran [27]. Selon Chaim Gans, un professeur de droit à l’Université de Tel-Aviv, une guerre contre l’Iran serait illégale et les conséquences d’une telle action seraient totalement dévastatrices [28].
Le 23 août, Trois cent militants ont manifesté et élevé leur voix contre une guerre face à l’Iran. Ils ont manifesté devant le ministère de la Défense et le siège militaire situés à Tel-Aviv. Ils ont invité tous ceux qu’ils pouvaient, mêmes les membres du Knesset (le parlement israélien), et ont distribué des dossiers de presse à tous les organes de presse qu’ils connaissaient [29]. Le même jour, des centaines de militants du Bloc de la paix (Gush Shalom), une organisation pacifiste israélienne, ont manifesté devant le ministère de la Défense à Tel-Aviv, devant merkaz hakarmel à Haïfa et devant la résidence du premier ministre à Jérusalem [30]. Le Bloc a déclaré aussi que :
Netanyahu and Barak are leading the people of Israel and the peoples of the entire region to a war whose hazards and severity might prove utterly unprecedented.
Netanyahu and Barak break all records of political and military adventurism, placing Israeli citizens, Jews and Arabs alike, at risk of destruction [31].
Netanyahu et Barak entrainent le peuple d’Israël et les peuples de toute la région en une guerre dont les risques et l’atrocité pourraient se révéler tout à fait sans précédent. À plus forte raison, ils ont battu tous les records avec leur aventurisme politique et militaire, et cela en risquant la destruction des citoyens israéliens, Juifs et Arabes (t.d.a).
Tous ces cris anti-guerres dans les rues de Jérusalem, de Tel-Aviv et de Haïfa, toutes ces voix israéliennes refusant la guerre contre l’Iran et opposant à la folie du premier ministre israélien Netanyahu et de son ministre de la Défense Barak, toutes ces manifestations, peu importe le nombre des participants, contrecarrent les allégations d’Ottawa contre Téhéran.
Non à la guerre contre l’Iran !
Nous le répétons : après les mesures d’Ottawa contre Téhéran qui étaient tout à fait incompréhensibles, après les concentrations de navires de guerre atlantiques dans le golfe Persique, après le déploiement de systèmes anti-missiles autour de l’Iran qui se confirment tous les jours par des reportages de première classe, après que l’Union européenne et les États-Unis, si hostiles envers l’Iran, aient imposé de nouvelles sanctions économiques pour affamer le peuple iranien, nous ne pouvons plus douter que l’impérialisme ne prépare une grande offensive contre l’Iran.
Peuples de tous les pays, activistes et militants pour la paix, surtout aux États-Unis, en Europe de l’Ouest, en Israël, en Turquie, élever la voix, opposer-vous aux fous qui nous entraînent vers une nouvelle Shoah, cette fois-ci contre toute l’humanité, car une guerre contre l’Iran déclenchera certainement une troisième guerre mondiale ; élever la voix encore une fois en criant : Non à la guerre contre l’Iran !
Fida Dakroub, Ph.D
Page officielle de l’auteur : www.fidadakroub.net
Notes
[1] Dakroub, Fida. (28 septembre 2012). « Ottawa rompt avec Téhéran : la propagande impérialiste contre l’Iran et la Syrie ». Publié sur Mondialisation.ca. Récupéré le 4 octobre 2012 de
http://www.mondialisation.ca/ottawa-rompt-avec-teheran-la-propagande-imperialiste-contre-liran-et-la-syrie/
[2] L’Express. (7 septembre 2012). « Le Canada rompt ses relations avec l’Iran ». Récupéré le 12 septembre 2012 de
http://www.lexpress.to/archives/9433/
[3] Ménélas est un roi de Sparte. Mari d’Hélène et frère d’Agamemnon, il est l’un des héros achéens de la guerre de Troie.
[4] Agamemnon est le roi d’Argos et de Mycènes, fils d’Atrée. Chef des Grecs pendant la guerre de Troie, retenu avec sa flotte par des vents contraires, il dut sacrifier sa fille Iphigénie à Artémis. Après la victoire, il rentra à Mycènes avec la princesse troyenne Cassandre.
[5] Arès est le dieu de la guerre et de la destruction dans la mythologie grecque. Fils de Zeus et de Héra, il est assimilé à Mars chez les Romains.
[6] Cronide est le nom donné à tous les descendants du dieu Cronos, tel que Zeus, Hadès et Poséidon.
[7] Homère, L’Iliade, chant II.
[8] Allusion au film « Game Change » qui traite la campagne Républicaine menée par John McCain et Sarah Palin. Le film parle avant tout d’un comportement trop personnel du Gouverneur Sarah Palin durant les semaines précédant l’élection.
[9] Le nouvel Observateur. (7 avril 2008). « Israël menace de détruire l’Iran en cas d’attaque ». Récupéré le 18 septembre 2012 de
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20080407.OBS8572/israel-menace-de-detruire-l-iran-en-cas-d-attaque.html
[10] loc. cit.
[11] Courrier International. (3 février 2012). « Tel-Aviv menace d’attaquer l’Iran ». Récupéré le 18 septembre 2012 de
http://www.courrierinternational.com/breve/2012/02/03/tel-aviv-menace-d-attaquer-l-iran
[12] Le Figaro. (14 février 2012). « Israël : l’option d’une attaque contre l’Iran se précise ». Récupéré le 18 septembre 2012 de
http://www.lefigaro.fr/international/2012/02/14/01003-20120214ARTFIG00303-israel-l-option-d-une-attaque-contre-l-iran-se-precise.php
[13] Le Figaro. « Nétanyahou menace d’attaquer l’Iran ». loc.cit.
[14] Reuters. (27 septembre 2012). « Benyamin Netanyahu appelle à fixer une “ligne rouge” à l’Iran ». Récupéré le 7 octobre de
http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE88Q08620120927
[15] Yedioth Ahronoth. (9 septembre 2012). “Experts: Israel could send Iran back to Stone Age”. Récupéré le 18 septembre 2012 de
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4278765,00.html
[16] Chez les Grecs archaïques, Péan ou Péon est d’abord un dieu guérisseur. Dès Homère, le péan est également un chant solennel et collectif à Apollon, en imploration ou en action de grâce. Par la suite, le péan peut être chanté en l’honneur d’autres dieux, comme Arès, dieu de la guerre. Il est traditionnellement chanté avant une bataille, au départ d’une flotte, après une victoire.
[17] L’Express. « Le Canada rompt ses relations avec l’Iran ». loc. cit.
[18] Grevisse, Maurice ; André Goosse. (1995). Nouvelle grammaire française. De Boeck et Duculot : Paris, 1995.
[19] Nadeau, Christian. (3 juin 2010). « Stephen Harper est-il vraiment l’ami d’Israël ? ». Publié dans Le Devoir. Récupéré le 8 octobre 2012 de
http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/290095/stephen-harper-est-il-vraiment-l-ami-d-israel
[20] Élia, (19 : 5).
[21] Dans la mythologie grecque, Ajax, fils de Télamon (roi de Salamine) et de Péribée, est un héros de la guerre de Troie. Il ne doit pas être confondu avec son homonyme Ajax fils d’Oïlée. On le surnomme « Ajax le grand » à cause de sa haute stature, mais aussi pour le distinguer de son homonyme, dit « Ajax le petit ». Priam, l’apercevant du haut des remparts de Troie, le décrit ainsi comme un « guerrier achéen, noble et grand, qui dépasse les Argiens de la tête et de ses nobles épaules » (Iliade, III, 226-227).
[22] Gentils, du latin Gentiles ou les « nations », est la traduction habituelle de l’hébreu Goyim, « nations », qui finit par désigner les non-Juifs. Les auteurs chrétiens ont aussi employé ce mot pour désigner les païens. Nous l’utilisons ici dans sa dénotation latine, les « nations ».
[23] Dans le Livre de Daniel, l’Ange du Seigneur prit Habacuc par le haut de la tête, le porta par les cheveux, et il le déposa à Babylone, au-dessus de la fosse aux lions dans laquelle le roi perse Darius emprisonnait Daniel. Et Daniel dit: « Vous Vous êtes souvenu de moi, ô Dieu, et Vous n’avez pas abandonné ceux qui Vous aiment », Daniel (14 :37).
[24] Morad, Gilad. (12 août 2012). “Protesters say ‘no to war in Iran”. Publié dans Yedioth Ahronot. Récupéré le 13 octobre 2012 de
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4267700,00.html
[25] loc.cit.
[26] Oren, Amir. (12 août 2012). “Obama must speak out against war with Iran”. Publié dans Haaretz. Récupéré le 13 octobre 2012 de
http://www.haaretz.com/opinion/obama-must-speak-out-against-war-with-iran-1.457522
[27] Russia Today. (17 août 2012). “Israelis oppose war with Iran despite govt’s hawkish stance”. Récupéré le 11 octobre 2012 de
http://rt.com/news/israelis-oppose-iran-war-936/
[28] loc, cit.
[29] MIR. (s.d). « Les Israéliens protestent contre une guerre face à l’Iran ». Récupéré le 11 octobre 2012 de
[30] Gush Shalom. (s.d). “Stop the war against Iran”. Récupéré le 11 octobre 2012 de
http://zope.gush-shalom.org/home/en/events/1345723261
[31] loc. cit.

Docteur en Études françaises (The University of Western Ontario, 2010), Fida Dakroub est écrivain et chercheur en théorie bakhtinienne. Elle est  aussi militante pour la paix et les droits civiques.









Canada exits UN meeting in protest after Iran levels 'genocide' barb on Israel

AIPAC conference highlights Canada-Israel ties

You’ll face ‘consequences’ from Canada if you take Israel to International Criminal Court: Baird to Palestinians
Baird, ton intimidation tu penses pas qu'elle aussi elle va entraîner des conséquences pour le pays au nom duquel tu prétends pouvoir parler?

Baird receives Wiesenthal Center’s Award of Valour

Canadian union criticized for using newsletter to attack Israel

Lobby: Canada Postal Union is antisemitic!
Stephen Harper’s government has asked country’s Postal Workers Union (CUPW) to apologize for insulting Canada’s closest ally and the only democracy in the Middle East, Israel.

Canada world leader in promoting Holocaust remembrance
B’nai Brith issued a statement welcoming the official handover ceremony today in Berlin, whereby Canada has assumed the chairmanship of the International Holocaust...

Explaining Canada’s unconditional support of Israel

Why does Canada support Israel right or wrong?

Harper’s love affair with Zionism

Canada has “moral obligation” to support Israel, stop anti-Semitism: Jason Kenney

Nétanyahou louange Harper, en visite en Israël

Netanyahu lauds Harper’s ‘moral leadership’ upon arrival to Israel

Canadian PM arrives in Israel Stephen Harper lands in Israel for four-day visit, meets with Prime Minister Benjamin Netanyahu

Harper s'apprête à s'envoler en Israël

Canadian gov’t urged to line up policy on Israel with public support TORONTO — A former Israeli ambassador to Canada is among a group condemning an apparent discrepancy between Ottawa’s fervid public...








Israel’s deathly nukes and Canada’s deafening silence 
 by Brandon Martinez

With all of the recent chatter about the murder of JFK, I am tempted to delve into the subject. In my view, one cannot credibly comment on the matter without reading Michael Collins Piper’s book “Final Judgment”. Piper’s book unravels an encyclopedic array of evidence showcasing Israel’s bloody fingerprints all over the JFK assassination. Israel’s motive for murder, Piper determined, was the president’s staunch opposition to the nuclear arms ambitions of the Zionist state. Kevin Barrett recently noted in a column for Press TV: “Ben Gurion haughtily refused to answer JFK’s letter demanding that Israel abandon its nuclear aspirations. Instead, he resigned. Six months later, JFK was publicly executed. A few years after that, Ben Gurion got his nuclear weapons… and his longed-for war of aggression to steal Jerusalem.”


VIDEO - Harper govt. silent on Israel's maltreatment of Canadian citizen

VIDEO - Canada's pro-Israel journalists seek to suppress anti-colonial discourse 

VIDEO - ZCF - Canadian PM a Sockpuppet of Zionism




VIDEO - Le Canada sous influence: le poids du lobby pro-Israël à Ottawa - Pt 1


VIDEO - Le Canada sous influence du lobby pro-Israël à Ottawa - Pt 2


VIDEO - Retour sur le Grand Reportage

Flashback: "Quand le Canada représente les intérêts d'Israël"


Sur ce blog:

Le gouvernement canadien sait comment plaire à son maître

Tout pour défendre les intérêts d'Israël: le Canada ouvre la voie à une intervention militaire en Syrie

Déménagement de ce blog en raison des nouvelles lois contre la haine sur internet

Poster un lien (même anonyme) vers un site "haineux": bientôt un crime selon le nouveau projet de loi du PM canadien Stephen Harper 

Un appel de son maître Netanyahou et Harper obéit

Le Canada sous influence... ou plutôt sous la botte du sioniste Harper 

Le lobby juif poursuit une organisation musulmane shiite canadienne pour avoir posté un vidéo de David Duke

Le racisme permis est israélien

Le sionisme contre l'ONU

L'anti-Durban II

Une ministre canadienne prise en flagrant délit de mensonge au service du lobby sioniste

Le PM canadien défendra Israël coûte que coûte

Harper récompensé successivement par B'nai Brith Canada, le Congrès juif canadien et la conférence des présidents d'organisations juives majeures