samedi 8 décembre 2012

Le devoir de mémoire: source de motivation pour Alex Jones dans son combat, fondement du nouvel ordre mondial pour le B'nai Brith



Quand Michael Jackson est mort, Alex Jones nous suppliait d'arrêter d'en parler, car selon lui, si l'on veut se souvenir du passé, on devrait plutôt se souvenir de l'Holocauste! (“If you want to remember the past, remember the Holocaust, not Jackson's death, you idiots!”)

Alex Jones prétend combattre le nouvel ordre mondial... Pourtant son combat est motivé, comme le B'nai Brith (ces promoteurs de premier plan du nouvel ordre mondial), par la mémoire de l'Holocauste!



Sunday, 11 September 2011

The Holocaust and the "new world order"



photo found in a 1986 Montreal newspaper here

Ian J. Kagendan, of the Canadian Jewish Congress, and B'nai B'rith Canada
(an institution founded in NYC in 1843 by Jewish Freemasons), told us back in 1991

"Memory of the Holocaust is central to the new world order..."

"Achieving our quest of a "new world order" depends on our learning the Holocaust's lessons."

click image to enlarge

Thanks to ZionCrimeFactory for finding this article 

http://destroyzionism.com/wp-content/uploads/2013/01/1330334342893.gif

B’nai Brith issued a statement welcoming the official handover ceremony today in Berlin, whereby Canada has assumed the chairmanship of the International Holocaust...
~~~~~~\/\/\/\/\/~~~~~~



 NEW WORLD ORDER PLEDGED TO JEWS
  

In the first public declaration on the Jewish question since the end of the war, Arthur Greenwood, member without porfolio of the British War Cabinet, assured the Jews of the United States that when victory was achieved an effort would be made to found a new world order based on the ideals of "jusice and peace".

Publicité "V pour victoire" pour le site d'Alex Jones, en référence à la campagne pour l'effort de guerre contre les nazis

AUDIO - The Piper Report - Jan 24, 2011  Alex Jones launches "V for Victory Resistance Campaign"

Critiqué pour cette symbolique douteuse, Infowars se justifie en rappelant qu'il faut battre les méchants nazis et, le plus drôle, en retombant dans la délirante théorie des diaboliques "swastikas inversés" (sic), théorie absolument fausse.

Un peu d'histoire sur les arrières-plans officiels de ce signe "V pour victoire" lié à l'administration Churchill:
British Open 'V' Nerve War; Churchill Spurs Resistance By James MacDonald
Churchill, tueur à gages des Rothschild


Historians as Tools  of the Global Elite
 Court Historians Regurgitate New Versions of Prewar and Wartime Propaganda Dressed Up as History

“TO THE VICTOR BELONG THE SPOILS,” the old saying goes. It might be amended to say, “To the victor belongs the privilege of writing history.” Julius Caesar certainly recognized that when he wrote in Commentaries on the Gallic War, Book I, that “It is the law of war for conquerors to deal with the conquered at their pleasure”—and that, of course, included the writing of “court” history. Another writer, a diplomat and scientist, Benjamin Franklin, had his own twist on the subject, declaring in Poor Richard’s Almanac that, “Historians relate, not so much what is done, as what they would have believed [by the people].” This distortion of history is what Revisionists are fighting against.

BY MICHAEL COLLINS PIPER

In the years following both World War I and World War II when real historians such as Dr. Harry Elmer Barnes and his colleague dared to suggest that the postwar histories, written by the victors, were hardly more than the product of “court historians” essentially regurgitating new versions of prewar and wartime propaganda dressed up as “history,” Barnes and his fellow Revisionists were defamed as “conspiracy theorists” and worse.

However, with even the most cursory review of the role that many eminent and “respected” American postwar historians played as top-level intelligence officers during World War II, for example, one cannot help but wonder how reliable their academic accounts of the history of that period were.

In 1987 Yale University professor Robin W. Winks (now deceased) published his award-winning 607-page book, Cloak and Gown: Scholars in the Secret War, 1939-1961 (New Haven: Yale University Press) outlining the very substantial (but until then largely little-known) details surrounding the involvement of American academics in the activities of the CIA and its World War II predecessor, the Office of Strategic Services (OSS).

“Each government accuses the other
of perfidy, intrigue and ambition, as a
means of heating the imagination of
their respective nations, and incensing
them to hostilities”
—THOMAS PAINE

In his book, Winks provided readers with an eye-opening list of the names of some—but far from all—American academics (largely historians) who served in the OSS during World War II and were therefore part of (and directing) America’s official covert intelligence operations against the enemy. The list is remarkable and demonstrates that there is reason to suggest the ties between academia and the U.S. government propaganda apparatus are even more profound than Harry Elmer Barnes may have suspected.
Many of the names will be immediately familiar. The names constitute a veritable laundry list of those whom Barnes quite correctly called “the court historians” and whom—by virtue of their wartime roles in the propaganda operations of the OSS—revolutionary statesman Thomas Paine might have been foreshadowing. He wrote of war-time propagandists in The Rights of Man declaring: “Each government accuses the other of perfidy intrigue and ambition, as a means of heating the imagination of their respective nations, and incensing them to hostilities”—not only during wartime but afterward as well. And that is why there is the need for Revisionist scholars to continue fighting to bring history into accord with the facts, wartime and postwar propaganda notwithstanding.

Spies Turned ‘Court Historians’

The World War II-era Office of Strategic Services (OSS) was the forerunner of the modern CIA, and also the spawning ground for a host of American academics who rose to prominence in postwar years. Most of these ex-spies—with little deviation—touted the “official” U.S.-British-Zionist intelligence propaganda version of the events that led up to the war, accounts of the war’s conduct and the twists of history that followed. Not for nothing did such independent historians as Dr. Harry Elmer Barnes refer to these characters as the “court historians.”

http://www.marcuse.org/herbert/images/herbohlbfinger250pxw.jpg
Above, Herbert Marcuse: It wasn’t “Hanoi Jane” Fonda or Huey Newton and the Black Panthers who invented the ideas and slogans that came to be identified with the “drop out” generation. It was Marcuse, drawing on Hegel, Marx and Sigmund Freud, who introduced the theory of “the great refusal,” meaning that individuals should reject and subvert the existing social order as repressive and conformist without waiting for a revolution. Marcuse left Germany one step ahead of the Gestapo to bring his “enlightenment” to America. He taught philosophy at various U.S. universities until his death in 1979.

Among the ex-OSS spies who became influential postwar arbiters of “official” history included (1) Arthur Schlesinger Jr., (2) Carl William Blegen and (3) James Phinney Baxter. 
What follows is the list of OSS-spawned academics taken from Winks’s book, including the sometimes-glowing descriptions that Winks provided:
  • James Phinney Baxter III, president of Williams College;
  • Carl Blegen, professor of history, University of Cincinnati, and a leading authority on American immigration and ethnic history;
  • Crane Brinton, professor of history, Harvard University, perhaps the leading historian of ideas on the European front;
  • Dr. Frederick Burkhardt, director of the American Council of Learned Societies;
  • John Christopher, professor of history, University of Rochester, who with Brinton and Robert Lee Wolff wrote an extremely influential (and extremely successful) textbook, History of Civilization, immediately after the war, a text that became one of two that dominated the market for the immediate postwar generation of undergraduate students. “Brinton, Christopher and Wolff,” as the text was known, reflected the synoptic view the authors developed while in the OSS, and it would not be totally revised until 1983;
  • Dr. Ray Cline, who wrote a first-rate volume in the official history of World War II and then returned to the intelligence profession. He became the CIA’s deputy director for intelligence from 1962 to 1966;
  • John Clive, professor of history, Harvard University, a major figure in 19th century British studies;
  • Gordon Craig, professor of history, Princeton and later Stanford universities, author of the leading books on the role of the military in German history;
  • John Curtiss, professor of history, Duke University, an authority on France;
  • Harold C. Deutsch, professor of history, University of Minnesota, also an important figure in the development of modern German history in the United States;
  • Donald M. Dozer, professor of history, University of California, Santa Barbara, a Latin Americanist;
  • Dr. Allan Evans, a medievalist from Yale who remained with the Department of State at the end of the war;
  • John K. Fairbank, professor of Chinese history at Harvard University, the leading sinologist of his generation;
  • Franklin L. Ford, professor of history, Harvard University, and the dean of Harvard College during the student disorders of the late 1960s;
  • Felix Gilbert, historian at the Institute for Advanced Study in Princeton, New Jersey, an elegant diplomatist;
  • S. Everett Gleason, who worked with William Langer in the OSS and after, and returned to become the State Department’s historian;
  • Moses Hadas, professor of classics, Columbia University, who wrote on the expansion of the Roman empire;
  • Samuel W. Halperin, professor of history, University of Chicago, and after the war editor of The Journal of Modern History;
  • Henry B. Hill, professor of history, University of Kansas, who developed British history there and later at Wisconsin;
  • Hajo Holborn, Sterling professor of history, Yale University, who worked on occupation policy for Germany at the end of the war and wrote on the history of military occupation, becoming a dominant figure in the training of postwar Germanists;
  • H. Stuart Hughes, professor of history, Harvard University, who moved on from where Crane Brinton had left off in European intellectual (and especially Italian) history, and unsuccessfully ran for the House of Representatives in Massachusetts;
  • Sherman Kent, who left Yale to preside over ONE, the Office of National Estimates, at the CIA;
  • Clinton Knox, who also left the historical profession, becoming ambassador to Guinea;
  • Leonard Krieger, who returned from the OSS to become a professor at Yale and then of German intellectual history at the University of Chicago;
  • William L. Langer, the outstanding European diplomatic historian of his generation;
  • Val Lorwin, professor of history, University of Oregon, and the nation’s leading authority on the Low Countries;
  • Herbert Marcuse, who moved from history to philosophy at Brandeis and the University of California, and from the contemplative life to that of guru to the student revolt during the war in Vietnam;
  • Henry Cord Meyer, professor of history, Pomona College, another leading Germanist who left Yale for the West Coast;
  • Saul K. Padover, professor at the New School for Social Research, authority on Jefferson and democratic thought, and a pioneer lecturer on American history at a wide range of universities overseas;
  • Michael B. Petrovich, professor of history, University of Wisconsin, who developed Russian studies there;
  • David H. Pinckney, professor of history, first at the University of Missouri and then the University of Washington, a major force in French history and, like Brinton, Craig, Fairbank, Holborn, Langer, and Arthur M. Schlesinger Jr., a president of the American Historical Association, perhaps the highest honor the discipline can bestow on one of its own;
  • David M. Potter, professor of history, Yale University (and later at Stanford), who with Ralph Gabriel and Norman Holmes Pearson firmly established American studies at Yale;
  • Conyers Read, professor of history, University of Pennsylvania, an authority on Elizabethan England and the prime mover behind the Council on Foreign Relations in Philadelphia;
  • Henry L. Roberts, professor of history, Columbia University, who followed Geroid Robinson in developing a front-rank Russian studies program at that institution;
  • Elspeth D. Rostow, University of Texas, who with her husband,
  • Walt Whitman Rostow, worked out major interpretations on American foreign policy;
  • John E. Sawyer, economic historian who left Yale to become president of Williams College and then of the Mellon Foundation;
  • Arthur M. Schlesinger Jr., professor of history, Harvard University, polymath, adviser to and historian for the Kennedys before his transition to a Schweitzer chair at the City University of New York;
  • Bernadotte E. Schmitt, who after the war lived in retirement, lauded as the leading historian of the causes of WWI;
  • Carl E. Schorske, professor of history at Wesleyan and then Princeton University, an authority on European intellectual history;
  • Raymond Sontag, professor of history, University of California at Berkeley, the first of the old OSS team to publicly remind the student generation of the 1960s of his service and of why academics had felt it appropriate to engage in intelligence work, which he had
  • Wayne S. Vucinich, professor of history, continued to do as a consultant to ONE;
  • L.S. Stavrianos, professor of history, Northwestern University, who carried the idea of global history further than any other scholar, in a series of notable texts;
  • Richard P. Stebbins, a man Sherman Kent felt could turn out more work of high quality than anyone else in his shop, who became director of the Council on Foreign Relations;
  • Paul R. Sweet, who also remained with the State Department, in change of its official histories and archives.
  • Alexander Vucinich, professor of history, San Jose State University, a leading authority on Eastern Europe; Stanford University, who covered the same waterfront;
  • Paul L. Ward, who became the executive director of the American Historical Association;
  • Albert Weinberg, technically a political scientist, although the author of a fine historical analysis of American imperial expansion, who remained in government work after the war;
  • Robert Lee Wolff, professor of history, Harvard University, that institution’s outstanding authority on Eastern Europe;
  • John H. Wuorinen, professor of history, Columbia University, who covered Scandinavia and in particular Finland;
  • T. Cuyler Young, professor of archeology, Princeton University, who, with Richard Frye at Harvard (who also was in the OSS), pioneered Iranian studies in the United States.
This list, needless to say, is highly revealing, if only because it demonstrates how closely American academics have been linked to the intelligence community, and in this case, during wartime. The truth is that—despite the passing of decades—nothing has changed. The American academic community has consistently been influenced by—and in many respects, has been a part of—the high-level policy-makers, war-planners, and other elements of the high level ruling elite.




Sur ce blog:

Un saboteur à la tête du mouvement pour la vérité: Alex Jones

Wikileaks révèle que Bilderberg voit le nationalisme comme étant "dangereux"... mais Infowars prétend que Bilderberg a été fondé par des nazis!

La secte de Jonestown

Mise au point sur la désinfo qui circule sur Hitler, les nazis, le nouvel ordre mondial, Bilderberg, etc.

Le mafieux juif Sam Bronfman a financé l'Anthrax voulu par Churchill pour exterminer des millions d'Allemands

mardi 4 décembre 2012

Après JFK et Obama, au tour de l'Onu de demander à Israël d'ouvrir ses installations nucléaires aux inspections




Le Point.fr - Publié le

L'Assemblée générale a voté une résolution par 174 voix pour, six contre et six abstentions.

L'Assemblée générale de l'ONU a approuvé à une large majorité une résolution appelant Israël à ouvrir rapidement ses installations nucléaires pour qu'elles soient inspectées.    

La résolution, approuvée lundi par 174 voix pour, six contre et six abstentions, appelle l'État hébreu à adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) "sans délai" et à ouvrir ses installations nucléaires aux inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Israël, les États-Unis, le Canada, les îles Marshall, la Micronésie et Palau ont voté "non".  

Les résolutions adoptées par l'Assemblée générale de l'ONU, qui compte 193 membres, ne sont pas légalement contraignantes, mais elles reflètent l'opinion internationale et ont un poids moral et politique. Israël a toujours refusé de rejoindre le TNP, tout comme l'Inde, le Pakistan et la Corée du Nord, trois États possédant des armes nucléaires.



Israel rejects UN call for nuclear transparency



 
 On May 7 the Philadelphia Bulletin carried a report headlined
“Obama Follows JFK Example and Pressures Israel to Limit
Nuclear Capability.”  The Bulletin stated: “For the first time
since the Kennedy administration, a senior American official
has commented explicitly and negatively about Israel’s nuclear
capability.”(AFP, 2009)

VIDEO - Le secret qui n'en est pas un (Arnon Milchan and Bibi Netanyahu)


VIDEO - The NUMEC Cover-Up: The Diversion of U.S. Weapons Grade Uranium from NUMEC to Israel

The Nuclear Materials and Equipment Corporation (NUMEC) and the diversion of US government weapons-grade uranium to Israel

AMAZON.COM - Divert!: NUMEC, Zalman Shapiro and the diversion of US weapons grade uranium into the Israeli nuclear weapons program [Paperback]

Canada exits UN meeting in protest after Iran levels 'genocide' barb on Israel









Le Mossad et l'assassinat de JFK

Paul Findley
Alter Info
"Israël ne doit pas s'excuser pour l'assassinat de ceux qui cherchent à la détruire. Le premier ordre du jour pour tous les pays est la protection de son peuple. " Washington Jewish Week, October 9, 1997 !

En Mars 1992, le Représentant de l'Illinois Paul Findley disait dans le rapport de Washington sur les affaires du Moyen-Orient, "Il est intéressant - mais pas surprenant - de noter que dans tout ce qui fut écrit et prononcé au sujet de l'assassinat de Kennedy, l'agence de renseignement israélien, le Mossad, n'a jamais été mentionnée."

Considérant que le Mossad est sans doute l'agence de renseignement la plus efficace et cruelle dans le monde, il est plutôt singulier qu'il n'ait jamais été investigué en relation avec l'assassinat de Kennedy, surtout quand pratiquement toutes les autres entités dans le monde (à court d'imitateurs d'Elvis) ont été mis en cause.

Mais tout cela a changé en Janvier 1994 avec la sortie du livre de Michael Collins Piper: Final Judgment. Dans ce livre, Piper dit, "le Mossad israélien a été un joueur de première importance (et critique) dans les coulisses de la conspiration d'assassinat de JFK. Grâce à ses ressources très vastes et à ses contacts internationaux dans la communauté du renseignement et du crime organisé, Israël avait les moyens, il avait l'opportunité, et il avait le motif de jouer un rôle de premier plan dans l'un des plus grands crimes du siècle - et il l'a fait ".

Leur motivation? Le renommé Premier ministre israélien David Ben-Gourion, qui a gouverné ce pays depuis sa création en 1948 jusqu'à sa démission le 16 Juin 1963, était tellement furieux que John F. Kennedy n'ait pas permis à Israël de devenir une puissance nucléaire que dans ses derniers jours au pouvoir, affirme Piper, il a commandé le Mossad d'élaborer un complot pour assassiner le président américain

Ben Gourion était tellement convaincu que la survie même d'Israël était menacée qu'il a dit que dans une de ses dernières lettres à JFK: "Monsieur le Président, mon peuple a le droit d'exister, et cette existence est en danger."

Dans les jours qui ont précédé la démission de Ben-Gourion, lui et JFK s'étaient embarqués dans un discret mais controversé débat sur la possibilité d'Israel d'obtenir des capacités nucléaires. Leur désaccord a finalement dégénéré en une véritable guerre de mots qui a été pratiquement ignorée par la presse. Ethan Bronner a écrit sur cette bataille secrète entre JFK et Ben Gourion des années plus tard, dans un article du New York Times du 31 octobre 1998, le qualifiant de "secret farouchement gardé". En fait, les conversations entre Kennedy / Ben Gourion sont toujours classées par le Gouvernement des États-Unis. Peut-être que c'est le cas parce la rage et la frustration de Ben Gourion est devenue si intense - et sa puissance si grande en Israël - que Piper soutient qu'il a été au centre de la conspiration pour tuer John Kennedy. Cette position est soutenue par banquier newyorkais Abe Feinberg, qui décrit la situation ainsi: "Ben-Gourion pouvait être vicieux, et il avait une telle haine du vieux [Joe Kennedy, Sr., le père de JFK]. Ben Gourion méprisait Joe Kennedy parce qu'il sentait qu'il était non seulement un antisémite, mais qu'il avait également favorisé Hitler dans les années 1930 et 40. [Nous allons aborder cet aspect de l'histoire dans un prochain article intitulé La CIA et le crime organisé: les deux faces de la même médaille].

Quoi qu'il en soit, Ben Gourion était convaincu qu'Israël avait besoin d'armes nucléaires pour assurer sa survie, alors que Kennedy était résolument contre. Cette incapacité à parvenir à un accord a entraîné des problèmes évidents. L'un de ces problèmes a découlé de la décision de Kennedy de faire de l'Amérique sa priorité en matière de politique étrangère, et non pas Israël! Kennedy prévoyait honorer la Déclaration tripartite de 1950 qui dit que les États-Unis useraient de représailles contre tout pays au Moyen-Orient qui en attaquerait un autre. Ben Gourion, d'autre part, voulait que l'administration Kennedy leur vende des armes offensives, en particulier des missiles Hawk.

Les deux dirigeants se sont ainsi engagés dans un échange épistolaire brutale, mais Kennedy ne voulait pas bouger. Ben-Gourion, obsédé par cette question, a glissé dans la paranoïa totale, pressentant que l'obstination de Kennedy était une menace flagrante à l'existence même d'Israël en tant que nation. Piper écrit: "Ben-Gourion avait consacré toute sa vie la création d'un Etat juif et à le guider dans l'arène mondiale. Et, dans les yeux de Ben Gourion, John F. Kennedy était un ennemi du peuple juif et de son Etat d'Israël bien-aimé. Il poursuit: « L'option nucléaire » était non seulement au cœur même de la vision personnelle du monde de Ben-Gourion, mais le fondement même de la politique de sécurité nationale d'Israël."

Ben Gourion était tellement préoccupé par l'obtention d'armes nucléaires que le 27 juin 1963, onze jours après avoir démissionné de ses fonctions, il a annoncé: «Je ne connais aucune autre nation dont les voisins déclarent qu'ils souhaitent la détruire, et ne le déclarent pas seulement, mais s'y préparent par tous les moyens à leur disposition. Nous devons avoir aucune illusion que ce qui est déclaré tous les jours au Caire, à Damas, et l'Irak sont que des mots. C'est la pensée qui guide les dirigeants arabes ... Je suis convaincu que la science ... est en mesure de nous fournir les armes qui serviront la paix et dissuaderont nos ennemis. "

Avner Cohen, dans son livre Israel and the Bomb (Israël et la bombe), publié par Columbia University Press, renforce ce sentiment d'urgence en écrivant: «Imprégné des leçons de l'Holocauste, Ben Gourion était consumé par des craintes pour la sécurité ... L'angoisse de l'Holocauste a dépassé Ben Gourion pour insuffler la pensée militaire d'Israël." Il ajoute de la substance à ce point en soulignant, "Ben-Gourion n'a aucun scrupule quant à la nécessité pour Israël d'obtenir des armes de destruction massive", et "la vision du monde de Ben-Gourion et son style de gouvernance est ce qui a donné forme à son rôle crucial dans le déclenchement nucléaires de progression Israël."

Kennedy, d'autre part, a été catégorique dans son refus de promouvoir l'accession d'Israël sur la scène nucléaire. Avner Cohen souligne, dans "Israel and the Bomb: «Aucun président américain n'a été plus préoccupé par le danger de la prolifération nucléaire que John Fitzgerald Kennedy. Il était convaincu que la prolifération des armes nucléaire rend le monde plus dangereux et mine les intérêts des États-Unis". Cohen continue à la fin de ce passage, "Le seul exemple que Kennedy a invoqué sur ce point était Israël."

Réalisant que Kennedy ne changerait pas d'avis, Ben Gourion a décidé de joindre ses forces avec la Chine communiste. Les deux pays se sont montrés très intéressés dans la création d'un programme nucléaire, et c'est ainsi que commencèrent leur relations secrètes conjointes. Travaillant à l'unisson par l'intermédiaire de Shaul Eisenberg, qui a été partenaire du trafiquant d'armes et comptable du Mossad Tibor Rosenbaum, Israël et la Chine procédèrent donc à développer leurs propres capacités nucléaires à l'insu des États-Unis.

Si vous trouvez ce scénario improbable, je vous encourage vivement à lire l'excellent livre de Thomas Gordon, Seeds of Fire (Graines de feu), dans lequel il expose comment le Mossad et le CSIS (les services secrets chinois) ont conspiré à de multiples occasions, non seulement pour voler des secrets militaires américains, mais également pour espionner le programmes de renseignement américains par le biais du logiciel PROMIS du Département de la Justice. Cet exemple, j'en ai bien peur, n'est qu'un premier exemple dans lequel l'écho de l'assassinat de JFK résonne encore aujourd'hui dans notre monde post- 11 septembre. Le danger que représentait la course d'Israël et la Chine en vue d'obtenir la Bombe est devenue une situation très volatile, et a été étroitement surveillé par la CIA.

Dans l'intention de poursuivre sur cette voie, les Israéliens ont construit l'installation nucléaire de Dimona. Quand Kennedy a demandé que les États-Unis inspectent ces installations, Ben Gourion était si furieux qu'il a construit un autre FAUX établissement qui ne présentait aucune preuve de recherche et de développement nucléaire. (Ce scénario ne sonne-t-il pas étrangement familier dans le contexte de ce qui se passe actuellement concernant l'Irak de Saddam Hussein?) Pleinement conscients de leurs manigances, JFK a dit à Charles Bartlett, "Les fils de pute me mentaient constamment sur leurs capacités nucléaires. "

Avner Cohen, dans "Israel and the Bomb", réitère cette déclaration en disant que Ben-Gourion prenait la question nucléaire tellement à cœur qu'il en "a conclu qu'il ne pouvait pas dire la vérité sur Dimona aux dirigeants américains, pas même en privé. "

Dr. Gerald M. Steinberg, professeur de sciences politiques à l'Université Bar-Ilan de BESA Center for Strategic Studies à Tel Aviv, insiste en disant: "Entre 1961 et 1963, l'administration Kennedy a exercé de grandes pression sur Ben-Gourion afin qu'il accepte l'inspection internationale de Dimona et qu'Israël abdique leurs armes nucléaires. Cette pression ne semble pas avoir modifié la politique israélienne, mais elle a été un facteur contribuant à la démission de Ben-Gourion en 1963."

Pour exprimer en termes modernes à quel point la situation était rendue grave, regardez ce qui se passe en Irak avec l'inspection par les équipes de sécurité des Nations Unies des palais royaux et des bunkers cherchant des armes et des matériaux nucléaires. Cette question est si urgente que notre pays est sur le bord de la guerre. Quarante ans plus tôt, la pression que JFK a exercée sur Ben-Gourion était aussi forte que celle que George Bush impose à Saddam Hussein aujourd'hui.

Dans "Israel and the Bomb", Avner Cohen renforce ce point. Pour forcer Ben-Gourion à accepter les conditions, Kennedy a utilisé le levier le plus efficace à la disposition d'un président américain face à Israël: la menace qu'une solution insatisfaisante compromettrait l'engagement et le soutient du gouvernement des États-Unis envers Israël."

La pression sur Ben-Gourion était si intense qu'il a fini par quitter son poste. Mais Kennedy, dans un vrai style pit-bull, n'épargna pas le successeur de Ben-Gourion, Levi Eshkol, selon ce que rapporte Avner Cohen. "Kennedy dit à Eshkol que l'engagement et le soutien des États-Unis envers Israël 'pourrait être sérieusement compromis' si Israël ne laissait pas les États-Unis obtenir des 'informations fiables' au sujet de ses efforts dans le domaine nucléaire. Les demandes de Kennedy étaient sans précédent. Elles conduisent, en effet, à un ultimatum." Cohen conclut cette pensée en affirmant: "La lettre de Kennedy a précipité une situation proche de la crise dans le bureau d'Eshkol."

En fin de compte, comme nous le savons tous, Kennedy a été assassiné en novembre 1963, mais le fait que la Chine a effectué son premier test nucléaire en Octobre 1964 est certainement beaucoup moins connu. Ce qui rend cet événement plus profond est la déclaration de Piper qui dit que même si Israël a déclaré que ses premiers essais nucléaires ont eu lieu en 1979, en fait ils ont réellement eu lieu en octobre 1964 en collaboration avec les Chinois! Si cela est vrai, alors en plus du mois d'août 1945, lorsque les États-Unis ont largué des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, le mois d'octobre 1964 pourrait avoir été le mois le plus dangereux dans l'histoire du 20e siècle.

Revenons à l'assassinat de JFK et à ses résultats directs en ce qui concerne le lobby juif, la politique étrangère américaine et la militarisation d'Israël. Pour estimer la puissance considérable du lobby israélien dans ce pays, le vénérable sénateur J. William Fulbright a déclaré à l'émission Face the Nation (CBS) le 15 avril 1973, "Israël contrôle le Sénat des États-Unis". Le Sénat est subordonnée, mais beaucoup trop; nous devrions être plus concernés par les intérêts des États-Unis plutôt que de suivre les ordres d'Israël. La grande majorité du Sénat des États-Unis - autour de 80% - appuie complètement Israël; tout ce qu'Israël veut, Israël l'obtient. Cela a été démontré maintes et maintes fois, et cela a rendu [la politique étrangère] difficile pour notre gouvernement. "

Vous avez entendu ce que le sénateur Fulbright a dit? Ce n'est pas un théoricien de la conspiration, un fou ou un antisémite du KKK. C'est un sénateur américain très respecté qui dit qu'environ 80% du Sénat est dans la poche d'Israël. Ajoutant du poids à cet argument, le Rep. Paul Findley a dit, qui était cité dans le rapport de Washington sur les affaires du Moyen-Orient en mars 1992: "Durant la campagne de John Kennedy à la présidence, un groupe juif de New York avait proposé en privé de couvrir ses frais de campagne s'il voulait les laisser mener sa politique au Moyen Orient. Il n'était pas d'accord ... En tant que président, il a fourni un soutien limité à Israël."

Pour comprendre l'importance des décisions de Kennedy lors de sa présidence de courte durée, nous devons nous pencher sur la question du financement des campagnes électorales. Considérant l'influence que le lobby israélien exerce dans le Sénat des États-Unis (répercutant les paroles du sénateur Fulbright), il a dû être tellement furieux lorsque le président Kennedy a décidé de vraiment couper court aux pratiques en vigueur de financement des campagnes, car cette méthode rendait tant de politiciens dépendants de l'énorme source de financement de la part de groupes d'intérêts particuliers ("lobbyistes"). Malheureusement, Kennedy n'a pas eu le temps de mettre en œuvre ce programme, et à ce jour notre système politique est toujours monopolisé par les lobbyistes des mêmes groupes d'intérêts spéciaux. On peut seulement imaginer quels changements auraient pu se produire dans notre politique étrangère si Kennedy avait éradiqué ces vipères et suceurs de sang des salles de congrès.

Tragiquement, les idées Kennedy ne se sont jamais réalisées, et sa dure bataille avec le Premier ministre Ben Gourion à savoir si Israël devrait être autorisée à développer un programme nucléaire a été finalement perdue. La raison en est que Lyndon Baines Johnson, que Kennedy voulait rejeter de son ticket de 1964 en raison de son aversion extrême à son égard, fut à l'origine d'un renversement complet de la politique étrangère. Comme vous le verrez, non seulement le programme d'armes nucléaires d'Israël allait se poursuivre loin de toute supervision, mais Israël est également devenu le principal bénéficiaire de notre aide étrangère.

Mais ce revirement absolu ne serait pas arrivé si Kennedy n'avait pas été assassiné. Jusqu'à ce que LBJ devienne président, Kennedy avait traité avec le Moyen-Orient d'une manière qui bénéficiait le plus aux États-Unis. Son objectif principal - et qui serait le plus apte à maintenir la paix - était un équilibre des forces au Moyen-Orient afin que chaque pays soit en sécurité. Cette décision adhérait à la Déclaration tripartite que les États-Unis ont signé en 1950. Mais sous l'administration Johnson, ce fragile équilibre a été rompu, et en 1967 - soit quatre ans seulement après l'assassinat de Kennedy - les États-Unis étaient devenus le principal fournisseur d'armes d'Israël, alors que NOS intérêts étaient relégués loin derrière ceux d'Israël!

Michael Collins Piper l'écrit: « Le bilan est le suivante: JFK était fermement déterminé à empêcher Israël de fabriquer la bombe nucléaire. LBJ a simplement détourné le regard dans la direction opposée. La mort de JFK s'est en effet avérée bénéfique pour les ambitions nucléaires d'Israël comme les preuves l'indiquent."

Reuven Pedatzer écrivait, dans un compte-rendu critique du livre d'Avner Cohen "Israel and the Bomb" paru dans le quotidien israélien Ha'aretz du 5 février 1999: «L'assassinat du président américain John F. Kennedy a mis brutalement fin aux pressions massives exercées par l'administration américaine sur le gouvernement d'Israël en vue que ce dernier mette un terme à son programme nucléaire." Il poursuit, "Kennedy a dit très clairement au Premier ministre israélien qu'il n'accepterait en aucun cas qu'Israël devienne un État nucléaire". Pedatzer poursuit: «Si Kennedy était resté en vie, il est douteux qu'Israël détienne aujourd'hui l'option nucléaire», et que "la décision de Ben Gourion de démissionner en 1963 a été prise dans une large mesure dans le contexte de l'énorme pression que Kennedy exerçait sur lui concernant la question nucléaire."

Si vous n'êtes toujours pas convaincu; que diriez-vous de quelques chiffres? Dans le dernier budget de Kennedy pour l'année 1964, l'aide israélienne était de 40 millions de dollars. Dans le premier budget de LBJ pour 1965, cette aide a grimpé à 71 millions de dollars, et en 1966 elle a plus que triplé par rapport aux deux années antérieures jusqu'à atteindre 130 millions de dollars! De plus, sous l'administration Kennedy, presque aucune aide américaine à Israël n'était de nature militaire. Au lieu de cela, elle était répartie également entre les prêts au développement et l'aide alimentaire en vertu du Programme PL480. Pourtant, en 1965 sous l'administration Johnson, 20% de notre aide à Israël était pour l'armée, tandis qu'en 1966, 71% a été utilisé pour du matériel de guerre.

Poursuivant dans cette même veine, en 1963, l'administration Kennedy a vendu 5 missiles Hawk à Israël dans le cadre d'un système de défense aérienne. En 1965-66, cependant, LBJ a concédé 250 chars sur Israël, 48 avions d'attaque Skyhawk, plus des fusils et de l'artillerie qui étaient tous de nature offensive. Si vous vous demandiez quand la machine de guerre israélienne a été créée, eh bien voilà! LBJ en a été le père.

Selon Stephen Green, dans son livre Taking Sides: America's Secret Relations with a Militant Israel: "Les 92 millions de dollars d'aide militaire fournie durant l'année fiscale 1966 dépassaient le total de toute l'aide militaire officielle fournie à Israël cumulativement pendant toutes les années depuis la fondation de cette nation en 1948."

Green poursuit: «70% de toute l'aide officielle des États-Unis à Israël a été militaire. Les États-Unis ont donné à Israël plus de 17 milliards $ d'aide militaire depuis 1946, dont la quasi-totalité - plus de 99% - ont été fournis depuis 1965."

Pouvez-vous voir ce qui se passe ici? Moins de deux ans après l'assassinat de JFK, Israël est passé d'un pays faible membre de la volatile communauté moyen-orientale qui n'était pas été autorisé à développer des armes nucléaires, à celui d'un pays en bonne voie de devenir une force militaire indéniable sur la scène mondiale. John Kennedy a mis catégoriquement son poing sur la table et a refusé de permettre à Israël de développer un programme nucléaire, alors que LBJ a fait exactement le contraire en l'aidant et en le soutenant. «En 1968, le président n'avait pas l'intention de faire quoi que ce soit pour arrêter la bombe israélienne."

Le résultat de ce changement de cap entre les administrations Kennedy et Johnson est, à mon avis, la raison principale derrière nos problèmes actuels au Moyen-Orient qui ont abouti aux attaques du 11 septembre et à notre prochaine guerre contre l'Irak (et au-delà). J'ai une grande confiance en cette déclaration, car tel que Michael Collins Piper le souligne, voici les résultats de l'assassinat de john F. Kennedy:

1) Notre aide étrangère et militaire à Israël a augmenté de façon spectaculaire après que LBJ soit devenu président.

2) Plutôt que d'essayer de maintenir un équilibre au Moyen-Orient, Israël a soudainement émergé comme la force dominante.

3) Depuis l'administration LBJ, Israël a toujours eu des armes de loin supérieures à ses voisins directs.

4) En raison de cette évident et indéniable accroissement de la machine de guerre israélienne, le Moyen-Orient est dans la tourmente constante.

5) LBJ a également permis à Israël de poursuivre son développement nucléaire, ce qui lui permit de devenir la sixième plus grande force nucléaire au monde.

6) Enfin, nos énormes dépenses en aide étrangère à Israël (qui représente au bout du compte environ 10 milliards $ / an) a créé une situation de belligérance et de représailles sans fin au Moyen-Orient, plus un mépris et une hostilité envers les États-Unis pour leur rôle favorisant l'armée d'Israël. En Israël, et surtout aux yeux de David Ben-Gourion à l'époque, quelles étaient leurs alternatives -- rester affaibli (ou au moins équilibré) par rapport à leurs voisins et les mains liées par le refus de JFK de se plier à leur volonté, ou encore TUER l'homme qui les empêche de devenir la force dominante au Moyen-Orient, le bénéficiaire d'énormes quantités d'aide militaire, et l'une des forces nucléaires de première importance dans le monde? C'est quelque chose à penser. Aussi, tandis que ces pensées se bousculent dans votre tête, posez-vous cette question. Si Kennedy, Lyndon B. Johnson, et toutes les administrations ultérieures avaient adhéré à la Déclaration tripartite de 1950 et fait tout en leur pouvoir pour maintenir l'équilibre au Moyen-Orient au lieu de pousser Israël à l'avant-garde, nos tours jumelles auraient-elles été attaquées le 11 septembre 2001, et serions-nous aujourd'hui au bord d'une guerre potentiellement catastrophique? C'est certainement quelque chose à méditer. 



... [John F.] Kennedy placed the limitation of the nuclear arms race at the center of American foreign policy. . . . Israel's nuclear enterprise was in direct contradiction with the principles of his policy.... The correspondent for Ha'aretz in Washington during the Kennedy and Johnson presidencies, Amos Elon, filed a report saying that in a background talk with James Reston of The New York Times, Kennedy had said that in nuclear matters [Israeli Prime Minister David] Ben-Gurion was a "wild man." 
—Israeli historian Michael Karpin The Bomb in the Basement: How Israel Went Nuclear and What That Means for the World 

The murder of American President John F. Kennedy-brought to an abrupt end the massive pressure being applied by the U.S. administration on the government of Israel to discontinue the nuclear program. [In Israel and the Bomb, Avner] Cohen demonstrates at length the pressures applied by Kennedy on Ben-Gurion ... in which Kennedy makes it quite clear to the Israeli prime minister that he will under no circumstances agree to Israel becoming a nuclear state. The book implied that, had Kennedy remained alive, it is doubtful whether Israel would today have a nuclear option.
 —Reuven Pedatzer in Israel's Ha'aretz, Feb. 5, 1999, reviewing Avner Cohen's Israel and the Bomb.

"Israel, everyone agrees, is an established nuclear weapon state. It was the sixth nation in the world—and the first in the Middle East—to develop and acquire nuclear weapons. Indeed, while exact figures are speculative, Israel's nuclear forces are believed to be (in qualitative terms at least) more like those of France and the United Kingdom than India's and Pakistan's. 
Yet Israel's code of conduct and discourse in the nuclear field differs distinctly from the other established nuclear weapon states. Unlike the seven acknowledged nuclear nations—the five de jure nuclear weapon states under the nuclear Non-Proliferation Treaty (NPT) (the United States, Russia, United Kingdom, France, and China) and the two de facto nuclear weapon states outside the NPT (India and Pakistan)—Israel has never advertised or even admitted its nuclear status __ 
Nobody—in or out of Israel—cares to ask Israeli leaders uncomfortable questions about the nation's nuclear status... In Washington, and subsequently in other Western capitals, the Israeli bomb has become a most sensitive issue, almost untouchable ... under which the United States treats Israel as a special (and unique) nuclear case. Under this policy, the United States has exercised its diplomatic influence and power to ignore and shield the Israeli case. Israel is treated as an exception, somehow exempt from the nonproliferation regime that applies to everyone else. 
Friends and foes of Israel (and of the United States) have to reckon with this aura of exceptionalism. For friends it is a matter of political embarrassment; for foes it highlights the double standard and inequality of America's unevenhanded approach to non-proliferation."
 —Israeli historian Avner Cohen "The Last Taboo: Israel's Bomb Revisited" Current History - April 2005






Pour une courte introduction en français, visionner cet extrait en français (@2:33) d'un important reportage de la BBC "Israel, Vanunu and the Bomb" (à voir en entier en version française).





KILL JFK = 'OPERATION HAMAN'

Voir: Haman et les assassinats politiques (HUSSEIN, STALINE, HITLER, LE TSAR, etc.)
Haman associé à la Croix du Christ (symbole de la croix: une "abomination" associée au Christ et à Haman pendu à un gibet en croix.)
Operation Haman comme nom de l'opération visant à tuer JFK... C'est pas prouvé mais vraisemblable. Ce nom illustre bien ce que représentait l'opération consistant à tuer Kennedy, quels intérêts ça servait. Pour comprendre le personnage maudit de Haman dans le drame du peuple juif devant-toujours-se-battre-pour-sa-survie, il faut relire le livre d'Esther. 
Voyez ce que le livre de Michael Collins Piper sur l'assassinat de JFK intitulé "FINAL JUDGMENT" révèle concernant cette habitude juive consistant à identifier ses ennemis à Haman pour les faire assassiner. Piper intitule même sa conclusion "Operation Haman? The Theory That Works":

(...)However, the primary reason behind Ben-Gurion's departure was the Israeli leader's inability to pressure JFK into accepting Israel's demands. According to Hersh: "There was no way for the Israeli public . . . to suspect that there was yet another factor in Ben-Gurion's demise: his increasingly bitter impasse with Kennedy over a nuclear-armed Israel." (143) Ben-Gurion had failed. The battle had been lost, but the war between the two men was still to be won.
A MODERN-DAY HAMAN?
What was on Ben-Gurion's mind as he turned over the reins of government to his successor? What was David Ben-Gurion's final act as Prime Minister of the Jewish State? In light of Ben-Gurion's explicit comment to John F. Kennedy that "my people have the right to exist . . and this existence is in danger," we can certainly make a good presumption.
In Ben-Gurion's eyes, John F. Kennedy was clearly a modern-day Haman—an enemy of the Jewish people. In Jewish folklore, Haman was a descendant of the Amalekites who served as prime minister to King Ahasueros of Persia. It was Haman who sought to convince the king that all of the Jews of his empire should be exterminated forever.
However, according to legend, a beautiful Jewish temptress named Esther used her feminine wiles on Ahasueros and, in the end, it was Haman who was instead put to death. The important Jewish holiday of Purim celebrates the deliverance of the Jews from Haman's intended holocaust.
In the Bible—Deut 25:19, I Sam. 15:8—the ancient Hebrews were urged to "blot out the memory of the Amalekites" from whom Haman descended.
In Israel—in 1963—David Ben-Gurion certainly looked upon John F. Kennedy as a modern-day Haman, a son of the Amalekites. As he pondered the brutal conflict with JFK, Ben-Gurion no doubt remembered the meditation that is read on Purim:
"A wicked man, an arrogant offshoot of the seed of Amalek, rose up against us. Insolent in his riches, he digged himself a pit, and his own greatness laid him a snare. In his mind he thought to entrap, but was himself entrapped; he sought to destroy, but was himself speedily destroyed . . . he made him a gallows, and was himself hanged thereon."
(...)
THE COMING OF THE MESSIAH
With John F. Kennedy lying in a grave in Arlington National Cemetery, Israel was safe—for the time being at least. The modern-day heir of Haman's legacy had been destroyed. That Lyndon Johnson—a man with a steadfast history of loyalty to Israel and its American lobby—was in line to assume the American presidency was a fact not gone unnoticed. Israel's messiah had come.
(...)"CONCLUSION: Operation Haman? The Theory That Works"(...)
Was there a code name for the conspiracy against President Kennedy? More than likely. But we, of course, will surely never know its name. Did the Mossad, perhaps, call it "Operation Haman"—naming the conspiracy to kill the American president after Haman, the ancient Amalekite conspirator who desired the destruction of the Jewish people? That code name would be as reasonable as any, considering Ben-Gurion's hatred for Kennedy—a modern-day Haman in his eyes.
(...)
In 1979 when Connally launched a well-financed bid for the 1980 Republican presidential nomination, he publicly challenged the power of the Israeli lobby in a highly controversial speech that, by all accounts, led to the end of Connally's presidential ambitions once and for all.
But what is interesting is that Connally' s speech was considered so inflammatory by the Israelis and their Americans supporters that a prominent Israeli educator and philosopher, Emmanuel Rackman, president of Bal Ilan University, actually called for Connally's assassination.
Comparing Connally to Haman, the ancient enemy of the Jewish people, Rackman—a rabbi—issued his call for Connally's assassination in the November 18, 1979 issue of The Jewish Week-American Examiner, the publication of the Israeli-government owned Jewish Telegraph Agency, a subdivision of the worldwide Jewish Agency.
Rackman's vicious attack on Connally was headlined: "John Connally Campaign Seen as Dire Threat to Israel and U.S. Jewry." Rackman quoted New York Times columnist William Safire as having said that for "the first time, a candidate for President has delivered a major address which he knew would disturb and dismay every American supporter of Israel."(986)
Rackman commented: "This is true. But does not this observation signify more than it says? Does it not mean that in Connally we have, for the first time, a candidate who in no uncertain terms is telling the American people that he does not want the support of Jews and that he wants to prove that one can be elected president without Jewish support.
"Furthermore, does it not mean that at long last we have a candidate who hopes to get elected by mobilizing support from all who share his total disregard of how Jews feel about him and is this not an invitation to all anti-Semites to rally behind him? I am generally not an alarmist but nothing in American politics in recent years so disturbed me as Connally's subtle communication to Jews that they can `go to the devil.' Even the Nixon tapes were not so upsetting.
"The American Jewish community must be alerted. If only we had stopped Hitler early enough, millions of Jews would still be alive. And Connally must be stopped at all costs. He must not even get near the nomination! He must be destroyed, at least politically, as soon as possible.
It is sufficiently early to make Connally look ridiculous and destroy him politically without bloodshed.
"Perhaps I am overreacting," said Rackman. "But if I have learned anything especially from the rabbinic view of Biblical history it is that we are less fearful and more forgiving of enemies who at least accord us a modicum of respect than we are of enemies who treat us with disdain, with contempt. That makes Arafat more acceptable than Connally." (987)
Rackman compared Connally with Amalek, another foe of the Jewish people: "'Remember Amalek,' we are told. 'Don't forget.' Eradicate him from the face of the earth. Simply because Amalek had no respect for us. He encountered us in his path and casually sought to exterminate us as vermin.
It is my fervent prayer," said this Jewish religious leader, "that American Jewry will not minimize the importance of the challenge they have been given and will act speedily and with devastating effectiveness."(988)
John Connally was not eradicated as Rackman urged. But his political career came to a halt after the major media began a campaign against him.
However, when John Connally died in 1993, the doctors said that Connally's fatal lung condition was a direct outgrowth of the chest wounds that he had received in the shooting in Dallas on November 22, 1963. So ultimately, in the end, John Connally did prove to be yet another victim of Israel—as much as if he had died on the same day as John F. Kennedy.

Patriots: LBJ Killed JFK 
• Ignored are Mossad’s numerous connections to assassination
by Michael Collins Piper

Patriots seem to have reached a “consensus” and decided Lyndon Johnson was the mastermind of the JFK assassination: LBJ launched the conspiracy and covered it up, utilizing renegades in the CIA, the military, the FBI and the Secret Service.
Under no circumstances—so patriots say—was there involvement by Israel’s intelligence service, the Mossad. The fact of numerous intimate Mossad connections (at multiple levels) to the conpiracy—not to mention JFK’s bitter dispute with Israel over its nuclear weapons program—is not considered relevant (or ever even referenced).
Now that my book, Final Judgment—documenting Israeli involvement (alongside the CIA) in the crime—is out of print, I am able to reflect candidly upon all of this, since no one can now accuse me of “hawking” my book.
A forceful proponent of the theme that “LBJ Killed JFK” is Alex Jones, who loudly touted Barr McClellan’s book Blood, Money and Power, which actually claims Lee Oswald was one of the gunmen who killed JFK.
(An AFP reader once called Jones’s radio program and mentioned Final Judgment, but Jones shouted him down, and Jones’s guest slammed the book as “anti-Semitic” and to be ignored.)
The response to Final Judgment has been complex and interesting.
A top Council on Foreign Relations figure—Christopher LeFleur (then U.S. ambassador to Malaysia)—tried to bribe booksellers in Malaysia not to distribute Final Judgment (or my other books), but they wouldn’t be compromised.
A lot of self-described “white nationalists” rejected the book since they didn’t like JFK’s racial policies. Others were angry a black nationalist wrote the introduction to the book.
Some critics of Israel wouldn’t endorse the book because they were afraid of being called “conspiracy theorists.”
A pro-Arab magazine (quite hostile to Israel) refused to accept advertising for Final Judgment because, the editor said, it might upset “those [expletive deleted] defamation groups,” referring to the Anti-Defamation League (ADL), an intelligence and propaganda arm of the Mossad.
For its part, the ADL orchestrated energetic campaigns to suppress the book and deployed violent thugs from the Jewish Defense League to disrupt my speaking engagements and threaten my life.
The ADL actually said college students were not mature enough to hear my thesis, although, of course, the ADL did consider those kids old enough to join the U.S. military and die in wars to ensure Israel’s survival.
JFK “research” groups denounced me or refused to even mention Final Judgment, despite the fact it sold far better than some more widely publicized JFK assassination books.
Deb Conway from the assassination information group known as JFK Lancer vowed to join pro-Israel groups in picketing one of my lectures.
Probe’s Jim DiEugenio—who claims a “WASP plot” was behind JFK’s death—maliciously misrepresents Final Judgment (perhaps because his publishers were funded by a family who bankrolled Israel’s nuclear arsenal).
But I did get some good endorsements from historian Eustace Mullins, ex-Pentagon official Col. Donn de Grand Pre, author William Gill, researcher Brian Quig, Hollywood screenwriter Bill Norton and a powerful nod from former high-rankng State Department official Herbert L. Calhoun.
But don’t forget: “LBJ Killed JFK.”
——
Michael Collins Piper is a world-renowned author, journalist, lecturer and radio show host. He has spoken in Russia, Malaysia, Iran, Abu Dhabi, Japan, Canada and, of course, the United States. He is the author of Final Judgment, The New Jerusalem, The High Priests of War, Dirty Secrets, My First Days in the White House, The New Babylon, Share theWealth: Huey Long vs Wall Street, The Judas Goats: The Enemy Within, Target: Traficant and The Golem: Israel’s Nuclear Hell Bomb. You can order any of these books with a credit card by calling AFP/FAB toll free at 1-888-699-6397 or calling FAB direct at 202-547-5585 to inquire about pricing and S and H fees.


Sur ce blog:

Yitzhak Shamir, le terroriste devenu président d'Israël qui joua un rôle central dans la conspiration contre JFK

Israël admet que le producteur du JFK d'Oliver Stone, Arnon Milchan, était un agent du Mossad

Flashback: Khadafi dénonce le rôle central d'Israël dans l'assassinat de JFK

John F. Kennedy - In Memoriam

La connexion israélienne: la seule à réunir toutes les pièces du puzzle de l'assassinat de JFK
 
Assassinat de JFK: c'était pas des "WASP" sudistes du pétrole

Pour le Lobby, Obama menace la survie d'Israël

Les massmédias anti-juifs? Ils disent où va l'argent




 



De tels montants sont ridicules quand on pense aux milliards que les Bronfman évitent de payer en impôt au Canada avec leurs fiducies et grâce aux lois qu'ils édictent eux-mêmes.

Sur Bronfman:
Golem contre Gollum, par René-Louis Berclaz

dimanche 2 décembre 2012

La Palestine à l'ONU: sanctions, diplomates rapatriés, 3000 colonies illégales de plus et Israël menacé de comparaître à La Haye



 

Au moment d'écrire ces lignes, nous cherchons toujours la différence entre la position du Likoud et de l'AIPAC, d'une part, et celle du gouvernement canadien, d'autre part!

Plus que jamais, le Canada semble déterminé à prendre la place privilégiée, autrefois réservée aux USA, aux côtés d'Israël en démontrant sans cesse au reste du monde son amitié indéfectible pour Israël et les juifs. Le vent tourne, certains commencent à sentir la soupe chaude... (L'administration Obama vient de se débarrasser du traître général Petraus (Betray Us) qui menait sans cesse les USA en guerre pour Israël: c'est un signe qui ne ment pas. Israël doit se faire de nouveaux amis et diversifier ses investissements.)




Hormis les Etats-Unis et Israël, le Canada, la République tchèque (le seul pays de l'Union européenne), Panama, les îles Marshall, la Micronésie, Nauru et les Palau ont voté contre l'admission de la Palestine comme État observateur...
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/palestine-une-resolution-contre-productive-pour-les-etats-unis_1193500.html


http://i88.photobucket.com/albums/k188/ArthurTopham/harperandIsrael-4.jpg 

 LE CANADA SUR LA MEME LIGNE QU'ISRAËL ET L'AIPAC


“More settler than the settlers”: Canada’s UN policy and Israel
During the visit, Israel Hayom, Israel’s largest circulation daily newspaper, said: “When he discusses the Palestinian issue, Baird sounds like he could have voted in this week’s Likud primaries.”




'Canada will not let the Jews or Israel stand alone'  Canadian foreign minister says Abbas should have used the support he received to reach out to Israel for peace talks.


VIDEO - CTV National News: Canada's peace reputation

VIDEO - Canada recalling diplomats from Israel, West Bank and UN over Palestinian vote

Apologies from Canada - Congratulations Palestine Once again Canada has assumed its sycophantic role of supporting the U.S. and Israel in their determination to ethnically cleanse the Palestinian territories.


VIVE le QUEBEC // VIVE la PALESTINE LIBRE
Canadians for Justice and Peace in the Middle East (CJPME) hails the motion to recognize Palestinians’ right to self-determination and to establish a state, adopted without opposition yesterday by Quebec’s National Assembly. Presented jointly by Foreign Affairs Minister Jean-François Lizée (Parti Quebecois) and MNA Amir Khadir (Quebec Solidaire), the National Assembly motion is significant, the result of fruitful negotiations between the political parties that generated a unanimous decision on the question.


CJPMO applaudit la motion du Québec sur le statut de la Palestine




(JTA) -- The Anti-Defamation League accused European countries of “capitulating to Arab intimidation” in voting to recognize Palestine as a non-member state at the United Nations.
“They have acted without courage and capitulated to Arab intimidation and pressure,” ADL National Director Abraham H. Foxman said in a statement. 
http://www.jta.org/news/article/2012/11/30/3113211/adl-says-europe-capitulated-in-palestine-un-vote


28 novembre 2012 
OTTAWA – Le Canada a réitéré mercredi qu’il maintenait sa position de voter contre un statut d’État observateur pour la Palestine aux Nations unies (ONU), en alléguant que ce geste n’accélérerait pas le processus de paix avec Israël.
Le premier ministre Stephen Harper a confirmé la décision du gouvernement avec son ministre des Affaires étrangères John Baird avant son départ pour New York où il doit participer au vote et faire connaître la déception du Canada face au choix de l’ONU d’accorder à la Palestine un statut d’État observateur.
Le soutien absolu du gouvernement Harper à Israël n’a pas été affecté par la position de la Grande-Bretagne, pourtant une alliée internationale du Canada, qui a offert de s’abstenir de voter, demandant en retour à l’Autorité palestinienne de reprendre les pourparlers avec les Israéliens.
http://journalmetro.com/actualites/national/198757/le-canada-rejette-toujours-la-palestine-a-lonu/




1 décembre 2012 
OTTAWA - Le ministre des Affaires étrangères John Baird a annoncé, vendredi matin, le rappel temporaire à Ottawa de ses chefs de mission en Israël et à Ramallah, en Palestine, dans le but «d'évaluer les répercussions du vote tenu hier (jeudi) à l'Assemblée générale des Nations Unies».
La Palestine est devenue, jeudi, un État observateur non membre aux Nations unies, un vote qui ne réjouit pas le gouvernement canadien.
«Le Canada est profondément déçu, mais non surpris du résultat du vote tenu à l'Assemblée générale des Nations Unies», peut-on lire dans un communiqué de presse diffusé vendredi.
«La position de notre gouvernement est claire : seule la négociation mènera à une paix juste et durable, et non les mesures unilatérales. La mesure unilatérale prise n'apporte rien pour faire progresser le processus de paix au Moyen-Orient. Elle ne changera pas la réalité dans les rues de la Cisjordanie ou de Gaza. Cette démarche unilatérale constitue un obstacle à la paix», a déclaré le ministre Baird.
En plus de ses chefs de mission en Israël et en Palestine, le Canada rappelle également ses représentants à l'ONU à New York et à Genève.
«Le Canada réévaluera maintenant tous les aspects de ses relations bilatérales avec l'Autorité palestinienne», ajoute-t-on dans le communiqué.
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2012/11/20121130-080109.html




http://theuglytruth.files.wordpress.com/2012/12/netanyahumugshot1.jpg?w=620

But Mr Regev, a spokesman for Prime Minister Benjamin Netanyahu, denounced Mr Abbas’ bid as “litany of libellous charges against Israel”.
“This is negative political theatre that takes us out of a negotiating process. It’s going to hurt peace,” Mr Regev told the BBC.
http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-20552170




L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Ron Prosor, a quant à lui affirmé que les Palestiniens tournaient le dos à la paix avec cette résolution. Il a estimé que la paix ne pourrait se négocier qu’entre les deux parties, pas à l’ONU.
Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a critiqué l’Assemblée générale pour sa «décision regrettable» de permettre un vote sur le statut de la Palestine. Le Canada a voté contre la résolution, tout comme les États-Unis et Israël.
Le vote favorable à la reconnaissance de la Palestine n’est pas une surprise, puisque la majorité des 193 pays membres de l’Assemblée générale sont sympathiques à la cause palestinienne.
http://journalmetro.com/monde/199137/la-palestine-reconnue-comme-un-etat-par-lonu/





Je sais qu’ils font la fête ce soir à Ramallah mais la vérité c’est qu’après cette nuit, les gens vont se rendre compte que rien n’a changé”, constate Mark Regev, porte-parole du Premier ministre israélien. “La situation sur le terrain restera la même. Pour avancer, il ne faut compter sur le théâtre sans intérêt des Nations Unies. Pour avancer, il faut de réelles négociations de paix”.
http://fr.euronews.com/2012/11/30/pour-israel-les-palestiniens-ne-devraient-pas-se-rejouir-trop-vite/




Anticipating a stinging diplomatic defeat at the United Nations, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu said Thursday that a vote there to upgrade the Palestinians' status to a non-member state would "change nothing," insisting that only negotiations with Israel could bring about Palestinian statehood.

With an overwhelming majority of U.N. General Assembly members expected to endorse the status change Thursday afternoon, and key European nations saying they would either vote yes or abstain, Israeli officials tried to play down the significance of the step, which is opposed by Washington.
Officials here have scaled back threats of tough responses against the Palestinians in the event of a U.N. vote, reflecting concern that such a reaction could leave Israel even more isolated internationally.
"The decision at the U.N. today will change nothing on the ground," Netanyahu said. "It will not advance the establishment of a Palestinian state; it will push it off."
http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/israels-netanyahu-palestinian-victories-at-un-change-nothing-8371188.html




« Le Canada est fier du soutien qu'il a fourni pour accroître la stabilité et la sécurité de la société palestinienne. La mesure unilatérale prise hier n'apporte rien pour faire progresser le processus de paix au Moyen-Orient. Elle ne changera pas la réalité dans les rues de la Cisjordanie ou de Gaza. Cette démarche unilatérale constitue un obstacle à la paix », explique le ministre John Baird, faisant écho aux propos du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, prononcés jeudi.
www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/11/30/004-canada-reax-palestine.shtml


netanyahuposter

Ce que ça change: Israël pourrait se retrouver à la cour de "justice" internationale et pour une première fois sur le banc des accusés...
 

Un statut d'État observateur à l'ONU pour les Palestiniens ne changera rien, prévient Israël
(...)Les conséquences de ce statut pour les Palestiniens
Plusieurs pays européens redoutent, en cas d'accession des Palestiniens à un nouveau statut aux Nations unies, que les États-Unis exercent des représailles en coupant leur financement aux agences de l'ONU auxquelles les Palestiniens pourront accéder grâce à leur nouveau statut.
Ce fut notamment le cas en octobre 2011, lorsque les Palestiniens ont rejoint les rangs de l'UNESCO. Washington avait alors immédiatement mis fin à son financement de l'organisme, qui représentait 22 % de son budget.
De leur côté, les opposants à l'accession au statut d'État observateur pour les Palestiniens craignent que ces derniers n'utilisent leur nouveau statut pour poursuivre Israël devant la Cour pénale internationale (CPI).
Le statut d'État observateur non membre, que demande l'Autorité palestinienne, donne accès à la Cour pénale internationale.
« Certains États sont très inquiets de notre possible recours à la CPI et nous ont donc pressés de nous engager à ne pas emprunter une telle voie, mais nous avons refusé », a déclaré M. Al-Malki à la radio officielle Voix de la Palestine.
« Si Israël n'est pas coupable de crimes de guerre ni de crimes contre l'humanité, il n'a aucune raison de redouter la CPI [Cour pénale internationale] ou la CIJ [Cour internationale de justice]. » — Hanane Achraoui, membre de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP)
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/11/29/005-vote-palestine-statut.shtml

PALESTINE:SUE ISRAEL FOR GENOCIDE BEFORE THE INTERNATIONAL COURT OF JUSTICE! by Francis A. Boyle Professor of International Law

UN Human Rights Body Decrees Israel Must Totally Withdraw Settlers or Face Criminal Court! 

With UN report, will Israeli settlers be prosecuted for ‘war crimes’?


UN: Israeli settlements 'violate Palestinian rights'


Canada exits UN meeting in protest after Iran levels 'genocide' barb on Israel

You’ll face ‘consequences’ from Canada if you take Israel to International Criminal Court: Baird to Palestinians




 


VENGEANCE JUIVE ÉTERNELLE: DES SANCTIONS





L'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) a appelé à un « examen complet » de la relation des États-Unis auprès de l'Organisation de la libération de la Palestine, y compris la fermeture de son bureau à Washington, dans le sillage de son statut d'un état non membre de l'organisation des Nations Unies. "En demandant cette action, le Président de l'OLP Mahmoud Abbas a effectivement tourné le dos à des négociations avec Israël et a détruit sa crédibilité en tant que personne intéressée par un processus de paix sérieux", selon l'AIPAC dans un communiqué auprès de l'Assemblée générale  des Nations Unies ce jeudi lors du vote massif de 138 pays contre à 9 et 41 abstentions. Un certain nombre de projets de loi actuellement sont à l'étude et pourrait toutefois étendre ces sanctions à l'Autorité palestinienne et à l'Organisation des Nations Unies."
http://alyaexpress-news.com/2012/12/laipac-appelle-a-une-reevaluation-des-relations-americaines-avec-le-palestiniens/





"Congress has specifically linked continued aid and the operation of the PLO office in Washington to the Palestinians not seeking statehood status at the United Nation," it said. "AIPAC applauds this congressional leadership and urges a full review of America’s relations with the PLO, including closure of the PLO’s office in Washington."
In fact, laws passed by Congress to date impose penalties for full U.N. membership, not the non-member status obtained Thursday.
A number of proposed laws now under consideration would, however, extend those penalties to the Palestinian Authority and to the United Nations for obtaining non-member statehood recognition.  
The likeliest to pass, proposed Thursday by Sens. Chuck Schumer (D-N.Y.), Lindsey Graham (R-S.C.) and John Barrasso (R-Wy.), is conditional: It would cut foreign assistance to the Palestinians in the event they used their new U.N. status to press charges against Israel in the U.N. court system, and would shut the Washington office only if the Palestinian do not return to meaningful talks with Israel."
http://www.jewishjournal.com/nation/article/aipac_calls_for_review_of_u.s._palestinian_ties




Israël et les États-Unis ont brandi la menace de sanctions en cas de vote positif. Le Congrès pourrait ainsi refuser de verser 200 millions de dollars d'aide promis aux Palestiniens. Israël pourrait bloquer les taxes qu'il perçoit pour le compte de l'Autorité palestinienne, réduire le nombre de permis de travail pour les Palestiniens, voire abroger les accords de paix d'Oslo de 1993.
Hanane Achraoui, membre de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a dénoncé un « chantage à l'argent ».
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/11/29/009-onu-palestine-demande-etat-observateur-jeudi.shtml




Après l'annonce de la construction de milliers de logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, voilà qu'Israël suspend le transfert des taxes qu'il collecte au profit de l'Autorité palestinienne.
Le gouvernement a fait cette annonce dimanche en représailles à l'octroi du statut d'État observateur à l'ONU à la Palestine.
Les transferts dus pour décembre sont donc bloqués. Il s'agit d'une somme de quelque 120 millions de dollars canadiens. Après avoir annoncé cette mesure au conseil des ministres, dimanche, le ministre israélien des Finances, Youval Steinitz, a rappelé que son pays avait prévenu que le nouveau statut de la Palestine provoquerait une réaction.
Cette décision relève « de la piraterie et du vol », a dénoncé pour sa part Yasser Abed Rabbo, un haut responsable de l'Autorité palestinienne.
Israël dit que les taxes seront utilisées pour rembourser des dettes dues par l'Autorité palestinienne à la compagnie nationale d'électricité israélienne.
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/12/02/004-israel-taxes-palestine.shtml



 
 


VENGEANCE JUIVE ÉTERNELLE: ENCORE PLUS DE COLONISATION


Dans ce qui ressemble à un geste de représailles, le gouvernement israélien a indiqué hier son intention de construire 3000 logements supplémentaires dans des colonies à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.
Ce projet, gelé depuis des années sous la pression américaine, vise à rattacher la colonie de Maalé Adoumim (35 000 habitants), en Cisjordanie, à des quartiers de colonisation de Jérusalem-Est, occupé et annexé depuis 1967. Ce projet est vivement dénoncé par les Palestiniens, car il couperait pratiquement en deux la Cisjordanie, ce qui compromettrait la viabilité d'un État palestinien.
En novembre 2011, après l'accession de la Palestine au statut de membre à part entière de l'UNESCO, Israël avait également accéléré la construction dans les colonies.
http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201212/01/01-4599672-la-palestine-a-lonu-place-aux-represailles-du-canada-et-disrael.php




"Welcome to Betar Checkpoint This checkpoint is for the passage of Israelis only. It is forbidden to pass and/or drive a person through this checkpoint, who is not Israeli!!
"Israeli" - a resident of Israel, a person who lives in the area and is a citizen of Israel, or a person entitled to make Aliyah to Israel according to the [JEWISH] Law of Return, 1950, as valid in Israel."


 
Olmert: Settlement construction in Area E-1 is 'slap in the face' of Obama Former PM says Palestinian President Mahmoud Abbas is the best partner Israel has had for peace, yet failed to accept the 'most far-reaching and daring plan ever proposed.'

US: Israeli settlement plan 'counterproductive

Netanyahu brushes off world condemnation of settlement plans


'U.S. angered by claim that new building at E-1 aimed at Obama, not Palestinians' Former U.S. Ambassador to Israel Dan Kurtzer says Washington miffed by background briefing by Israeli official that tied E-1 announcement to Obama’s refusal to confirm 2004 Bush-Sharon letter.

White House: U.S. calls on Israel to reconsider settlement plan in E-1  

U.K. and France summon Israeli envoys over settler plan

Germany condemns Israeli settlement plans

UK says economic sanctions over Israel settlements "not option"

Ignoring the International Court of Justice

Why Israeli Settlements Are The Real Threat to Peace

Israel’s Doomsday E-1 Settlement. Diabolical Encroachment to Prospective Palestinian State

Netanyahu: Critics of New Settlement Want to Wipe Israel Off the Map 

Israel accuses US of backing European settlement backlash

EU to consider sanctions on Israel over settlement expansion


Selon le ministre canadien des affaires étrangères John Baird, le plan de colonisation n'aide pas

Netanyahu: I will ignore UN censure over J'lem construction:Prime minister says Israel will continue to build in east Jerusalem despite condemnation from UN, international community, adds: "The capital of the Jewish state, for 3,000 years, has been Jerusalem. I want to say it clearly."


Netanyahu’s top security adviser: Settlements impede Western support of Israel




 

VENGEANCE JUIVE ÉTERNELLE: IL N'Y A JAMAIS EU DE CESSER LE FEU


Brzezinski : Israel,‘you’re not going to be making national decision for us.’


Brzezinski : "Rien n’oblige les États-Unis à suivre Israël comme un âne stupide"

Obama: Netanyahu doesn't understand Israel's best interests, driving it into international isolation On the Palestinian issue, Goldberg notes, Obama believes Netanyahu is “a political coward, an essentially unchallenged leader who nevertheless is unwilling to lead or spend political capital to advance the cause of compromise.”

Les propos "gênants" d’Obama sur Israël  "Les palestiniens ont le droit de vivre dans la sécurité et la dignité et dans un État indépendant à eux."




Ce que les assassins sionistes interdisent à la télé sur Gaza

Le grand silence des médias
La mission secrète des médias dominants
Que se passe-t-il dans la Bande de Gaza depuis huit jours ? Rien, à en juger par le silence de la presse et des télévisions occidentales sur les conséquences tragiques des bombardements aéronavals…




Israeli reporter admits suppressing images of ‘piles of bodies of civilians’ when Israel went ‘crazy’ in Gaza



Sur ce blog:

Un sinistre canadien dénonce le complot onusien-médiatique contre Israël

ENCORE UNE FOIS ~ Comme après l'élection d'Obama en 2008, Israël s'en va-t-en-guerre. C'est lui le patron après tout


Harper et le prix "humanitaire" du World Statesman of the Year, son nouveau prétexte pour justifier son boycott de l'ONU
 
Tout pour défendre les intérêts d'Israël: le Canada ouvre la voie à une intervention militaire en Syrie
Un appel de son maître Netanyahou et Harper obéit 

Inversion accusatoire : l'empire israélo-canaanadien accuse l'Iran d'être "la plus grave menace pour la paix dans le monde" 

Le Canada, meilleur ami d'Israël dans le monde entier, serait un terrain idéal pour un autre 11 septembre 

La loi omnibus sur le crime C-10 (reprenant le contenu des lois c-50, c-51 et c-52) a été adoptée sous bâillon ce soir par le parlement canadien à majorité conservatrice du gouvernement philosémite de Stephen Harper.

Poster un lien, anonyme, vers un site "haineux": bientôt un crime selon le nouveau projet de loi du PM canadien Stephen Harper 

Une ministre canadienne prise en flagrant délit de mensonge au service du lobby sioniste

Le Canada, nouvel ambassadeur d'Israël et de la lutte contre l'antisémitisme à travers le monde

Le Canada sous influence... ou plutôt sous la botte du sioniste Harper

Droits et Démocratie sous la botte du régime pro-sioniste de Harper
 
Harper se recueille auprès de sa secte