lundi 11 janvier 2010

La connexion israélienne: la seule à réunir toutes les pièces du puzzle de l'assassinat de JFK


Pour une courte introduction en français, visionner cet extrait en français (@2:33) d'un important reportage de la BBC "Israel, Vanunu and the Bomb" (à voir en entier en version française).










VIDEO - Conférence de Piper sur les liens avec le Mossad de tous les acteurs du complot contre JFK


Extrait de l'introduction du livre de Michael Collins Piper

Final Judgment: The Missing Link in the JFK Assassination Conspiracy (Jugement définitif: le chaînon manquant dans le complot d'assassinat de JFK), Wolfe Press, 1995

Le rôle central d'Israël dans l'assassinat de JFK

"Qui est qui" dans l'assassinat de JFK?
 

PRÉFACE 

LA VÉRITÉ NON-DITE: LE ROLE CENTRAL D'ISRAËL DANS L'ASSASSINAT DE JFK 

Mais d'où viendrait donc l'idée que le Mossad ait participé à l'assassinat de John F. Kennedy? Eh bien, il y a bien plus derrière cette histoire que ce qu'il y paraît au premier abord. Les informations qui, mises ensemble, prouvent cette affirmation ont déjà été publiées. Ce livre, Final Judgment, réunis ces faits pour la première fois dans un scénario terrifiant qui fait sens.Compte tenu de toutes les théories sur l'assassinat de John F. Kennedy qui ont circulé pendant des années, comment pourrait-on suggérer jamais que le Mossad soit impliqué?Telle était la réaction de plusieurs personnes lorsqu'elles ont pris connaissance de la thèse présentée dans les pages de ce livre. Pourtant, je crois, que lorsque vous lisez ce volume, vous arriverez à la même conclusion: Israël et son agence d'espionnage, le Mossad, ont joué effectivement un rôle essentiel dans le complot d'assassinat de JFK et sa dissimulation. La preuve, vous verrez, est là. 

C'était il y a plusieurs années que je suis tombé sur un soupçon que ce fut effectivement le cas. Je suis tombé sur une référence étrange dans les pages d'un ouvrage controversé sur l'assassinat de JFK, qui prétendait que des agents rebelles de la CIA étaient derrière l'assassinat du président, le livre de AJ Weberman Michael Canfield Coup d'Etat in America, publié en 1975. La référence, toute simple, figurait à la page 41, allant comme suit:«Après l'assassinat, un informateur des services secrets et du FBI qui avait infiltré un groupe d'exilés cubains et était en train de leur vendre des mitrailleuses, aurait révélé qu'on lui aurait dit le 21 novembre 1963: "Nous avons maintenant beaucoup d'argent -nos nouveaux bailleurs de fonds sont les Juifs -- dès qu'ils se seront débarrassés de JFK." Cet homme avait fourni des informations fiables dans le passé. »
 
J'avais à peine remarqué la référence, mais elle m'intriguait. À qui cette source faisait-elle référence quand elle a évoqué «les Juifs»? C'est la question à laquelle il me fallait une réponse. Ma conclusion immédiate était la suivante: la source voulait parler des gangsters juifs tels que Meyer Lansky, qui avaient intérêt à raviver leurs intérêts cubains dans le casino, qu'ils ont perdu lorsque Fidel Castro est entré au pouvoir. C'était la réponse logique.Franchement, j'ai laissé la référence de côté. C'était juste une remarque sur peut-être des millions de mots écrits sur l'assassinat de JFK. Ce fut près d'un an plus tard que je suis tombé à nouveau sur la citation, en relisant le même livre. J'ai réfléchi à la citation un moment, pensant: "C'est intéressant."Cependant, j'ai à nouveau laissé de côté cette pensée. J'avais déjà atteint mes propres conclusions sur l'assassinat de JFK, bien avant: La CIA était principalement responsable, travaillant main dans la main avec certains éléments de
«la mafia» et du mouvement anti-castriste cubain.Toutefois, dans l'année qui suivit, j'ai commencé à tomber sur des informations intéressantes. 

Dans le livre de David Scheim, Contract for America, qui soutient que «la mafia» est le seul responsable de l'assassinat de JFK, j'ai trouvé une variation de la même citation référencée dans le livre de Weberman Canfield.Mais la restitution par Scheim de la citation a supprimé la référence aux présumés bailleurs de fonds juifs des conspirateurs cubains. J'ai commencé à penser qu'il pourrait y avoir quelque chose de plus derrière cette histoire après tout, quelle que soit la précision de l'histoire racontée aux autorités fédérales. 

LA CONNEXION LANSKY 

C'est vers cette époque que j'ai appris qu'une nouvelle biographie de la personnalité célèbre du crime organisé Meyer Lansky venait d'être publiée. Elle était intitulée Little Man: Meyer Lansky and Gangster Life. Le livre - préparé en collaboration avec la famille de Lansky - était à peine plus qu'une belle publicité pour le défunt malfrat. Bavard, plein d'informations privilégiées, et même divertissant par moments, le livre semble quand même incomplet.C'est alors que je suis retourné à ma bibliothèque et que j'ai tiré un livre de l'étagère que je n'avais pas relu depuis peut-être quinze ans. C'était une biographie de Lansky par Hank Messick. En relisant ce livre important, j'ai commencé à réaliser que Meyer Lansky n'a pas été un gangster. Il était « le président du conseil d'administration » du crime organisé. 

Tous les personnalités de la mafia qui avait à plusieurs reprises été impliquées dans l'assassinat de JFK étaient, en fait, des hommes de main de Lansky, ses subordonnés, ses sous-fifres. Bref, si «la mafia» a participé à l'assassinat de JFK, alors Lansky doit avoir été l'un des acteurs clés. 

Pourtant, comme je me suis rapidement rendu compte en examinant de nombreuses œuvres qui affirment que "la mafia a tué JFK", le rôle prééminent de Lansky était ignoré ou sous-estimé.J'étais conscient des liens étroits de Lansky avec Israël. Après tout, Lansky a fui vers Israël quand les choses ont commencé à mal tourner pour lui aux États-Unis. Mais jusqu'où la connexion Lansky-Israel mène-t-elle?Mes recherches sur cette question ont commencé à révéler quelques faits intéressants concernant le lien entre Israël et l'assassinat de John F. Kennedy. 

LA CONNEXION ISRAÉLIENNE

 Quel intérêt Israël pouvait-il avoir à participer au complot d'assassinat de JFK? Telle était la question brûlante.C'était à peu près à ce moment que j'ai commencé à examiner à nouveau la connexion Lansky à l'assassinat de Kennedy que de nombreux nouveaux ouvrages sur les relations secrètes entre les États-Unis et Israël ont mis de l'avant en révélant des informations inédites. 

Ces livres, abondamment cités dans Final Judgment, n'ont révélé que trop clairement que John F. Kennedy, avant sa mort, se battait contre Israël. En fait, Kennedy était en guerre. 

C'était quelque chose que bien des chercheurs de l'assassinat de JFK n'avaient aucun moyen de connaître. Une grande partie de ce matériel a longtemps été classé secret. C'était un secret, un sombre et profond secret.Certaines des communications de JFK avec le premier ministre israélien d'alors David Ben-Gourion sont encore classifiées. Pas même les responsables du renseignement de haut niveau avec l'autorisation de sécurité spéciale n'ont été autorisés à accéder à ces documents potentiellement explosifs. 

Cette découverte m'a fait réaliser qu'il y a beaucoup plus dans la relation Kennedy avec Israël et beaucoup plus sur l'assassinat de JFK que ce qu'on nous a dit. 

ISRAEL, LANSKY ET LA CIA 

La longue et étroite relation de collaboration entre Israël et les ennemis de JFK au sein de la CIA est quelque chose qui devient de plus en plus connu du grand public. La guerre de JFK contre la CIA est de notoriété publique. 

Toutefois, au moment de l'assassinat du président, l'intimité et l'étendue des liens de la CIA avec le Mossad israélien n'étaient pas généralement connues. 

De plus, comme j'ai commencé à le découvrir, les alliés d'Israël dans le Syndicat Lansky avaient des relations beaucoup plus intimes avec la CIA que la plupart des chercheurs ont réalisé. 

Et tandis que les histoires de complots de la CIA et du crime organisé pour assassiner Castro ont été répétés maintes et maintes fois, la preuve j'ai commencé à découvrir racontait une histoire beaucoup plus importante.

 Les pièces du puzzle étaient toutes là. Elles avaient simplement besoin d'être réunies. Comme les recherches ont continué, je me suis surpris à tomber à plusieurs reprises sur des faits nouveaux et des informations qui ont continué à confirmer ce qui n'était initialement dans mon esprit qu'une simple théorie, mais que je crois maintenant être la vérité. 

LA CONNEXION PERMINDEX

 C'est la connexion peu discutée de Permindex dans l'assassinat de JFK qui est le lien unissant tout- la preuve définitive que le Mossad israélien est au centre du complot d'assassinat. 

Dans la connexion Permindex nous retrouvons tous les éléments essentiels qui lient ensemble le Mossad, la CIA et le crime organisé dans un seul et même complot directement lié à l'assassinat du président Kennedy.

 Bien que les chercheurs ont, au fil des ans, consacré beaucoup de temps et d'énergie à la poursuite d'une grande variété de questions reliées à la controverse de l'assassinat de JFK (en se concentrant sur les controverses qui ne seront jamais résolues), ils ont pu éviter la connexion Permindex. 

Ceux qui ont seulement mentionné Permindex l'ont décrit comme une sorte d'entité "néo-nazie" -même un vestige des SS d'Hitler- mais, comme nous allons le voir, rien ne saurait être plus éloigné de la vérité. 

Comprendre les forces derrière la connexion Permindex, que nous examinons en détail dans cet ouvrage, c'est comprendre la réponse au plus grand mystère de ce siècle: la question de savoir qui a tué John F. Kennedy. 

LES INITIÉS SONT D'ACCORD 

Juste avant de commencer le livre, j'ai parlé de ma théorie à un ancien membre très connu du Congrès des États-Unis. Il m'a surpris quand il dit: «Je pense que vous êtes sur la piste de quelque chose. J'ai cru pendant des années que le Mossad a participé à l'assassinat de Kennedy, mais je n'ai jamais vraiment pris le temps de m'en occuper. Je suis content que tu le fasses, cependant. Il s'agira d'un livre important. C'est un livre que j'aurais aimé avoir moi-même écrit. "Puis, tout de suite après avoir fini le livre, j'ai envoyé une copie du manuscrit à un autre ancien membre du Congrès des États-Unis, pensant qu'il pourrait avoir quelque intérêt dans le sujet. Sa réponse fut peut-être un peu étonnante. 

Après que l'ancien congressiste ait reçu le manuscrit, il m'a écrit une lettre surprenante dans laquelle il disait: «Je vais vous dire ceci. Un diplomate à la retraite et officier du renseignement d'Europe occidentale avec qui j'ai été en correspondance (et qui a eu des expériences désastreuses avec Israël et le Mossad) m'a pressé durant les quatre dernières années d'écrire le livre que vous venez d'écrire. "Il passa le manuscrit au Français qui à son tour, m'a écrit une lettre fascinante fournissant plus d'informations pour confirmer ma thèse. 

UNE IMAGE COMPLÈTE

 Les fruits de mon travail apparaissent dans ce livre. Je dois beaucoup à tous ces chercheurs de l'assassinat de JFK, qui ont fait en sorte que ce livre soit possible. Leurs efforts de pionniers ont jeté les bases pour la construction d'un cadre qui, je le crois fermement, prouve la complicité du Mossad dans l'assassinat de John F. Kennedy.Tous ceux qui cherchent la vérité, et parfois au péril de leur réputation (et peut-être même leur vie) - ont ouvert la voie à un jugement définitif: Israël a été effectivement la force motrice derrière la conspiration qui a conduit à l'assassinat de John F. Kennedy. C'est la connexion israélienne qui réunit toutes les pièces du puzzle en une seule image complète. Le rôle du Mossad dans l'assassinat de JFK est, en effet, le "chaînon manquant " qu'il fallait trouver.
 
QUI EST IMPLIQUÉ DANS LA CONSPIRATION D'ASSASSINAT DE JFK ET SA DISSIMULATION 

Alors que la sélection suivante de noms dans cette liste spéciale indiquant "qui est qui" est loin d'être complète, elle fournit au lecteur de Final Judgment un bref aperçu des faits relatifs à l'implication des individus en question dans les circonstances entourant non seulement l'assassinat en soi de JFK, mais aussi les efforts non seulement pour découvrir la vérité sur l'assassinat -- mais également pour la dissimuler.

À la suite de chaque nom et description se trouvent les références aux chapitres particuliers de Final Judgment dans lesquels on retrouve les détails pertinents concernant cette personne. L'inclusion d'un nom en particulier n'est en aucun cas destiné à suggérer que l'individu, sauf mention spécifique contraire, avait la connaissance préalable que l'assassinat du président Kennedy était prévu. 

Comme nous le mentionnons dans ces pages, il y a beaucoup de gens qui ont été impliqués dans le complot d'assassinat de JFK et la dissimulation qui a suivi, et qui n'avaient en fait aucune idée du rôle réel qu'ils jouaient. 

La liste des personnalités centrales qui suit - si elle est lue dans un tel contexte - fournit au lecteur un bref aperçu sur les principales personnes qui se révèlent d'une importance centrale si l'on veut saisir l'intégralité de la conspiration qui a abouti à l'assassinat du président Kennedy. 

DANS PERMINDEX 

Clay Shaw - Si le District Attorney de la Nouvelle-Orléans Jim Garrison avait été autorisé à mener une enquête et à faire passer devant les tribunaux Shaw, un agent à contrat de la CIA et ancien directeur du Trade Mart International à la Nouvelle-Orléans impliqué dans des rapports avec Lee Harvey Oswald, David Ferrie, Guy Banister et d'autres figures centrales de la conspiration d'assassinat de JFK, Garrison aurait deviné les connexions de Shaw - par le biais d'une société connue sous le nom de façade Permindex - non seulement avec le Mossad israélien, mais aussi le syndicat du crime international de l'ami d'Israël Meyer Lansky. 

Louis M. Bloomfield - Basé à Montréal, Bloomfield a été un agent de longue date des services de renseignement et une façade pour les intérêts de la puissante famille Bronfman. Les Bronfman ont été non seulement des bailleurs de fonds internationaux essentiels d'Israël, mais aussi des personnalités importantes de longue date du syndicat du crime Lansky. Bloomfield, l'une des figures de proue du lobby israélien au Canada et un leader des agents internationaux d'Israël, a non seulement servi de principal actionnaire de la corporation Permindex dont Clay Shaw a siégé au conseil d'administration, mais avait aussi des liens intimes avec les renseignements américains. 

Tibor Rosenbaum - L'un des «parrains» de l'État d'Israël et le premier directeur des finances et de l'approvisionnement pour l'agence de renseignement d'Israël, le Mossad, Rosenbaum était un ange financier derrière la corporation Permindex. Ses atouts bancaires suisses, la Banque de crédit international, a également servi comme chef européen du blanchiment d'argent pour le syndicat du crime mondial du chef du crime basé à Miami, Meyer Lansky. 

John King - Un associé d'affaires très proche du protégé -et quelque fois façade- de Tibor Rosenbaum, Bernard Cornfeld, King s'est présenté à la Nouvelle Orléans dans les premiers stades de l'enquête de Jim Garrison - avant que le nom de Clay Shaw n'émerge - et a tenté de persuader Garrison (par une tentative de corruption) de renoncer à l'enquête. Heureusement, il n'a pas réussi.

LA CONNEXION DU MOSSAD 

David Ben Gourion - Le Premier ministre d'Israël, a démissionné de son poste en avril 1963 par dégoût de la position de JFK envers Israël; ladite position de JFK menaçait la survie même d'Israël. 

Yitzhak Shamir - Un agent de longue date du Mossad (basé en grande partie au bureau chef européen du Mossad, à Paris), Shamir dirigeait l'unité d'assassinat du Mossad au moment de l'assassinat de JFK. Un ancien officier de renseignement français a accusé Shamir lui-même d'avoir organisé l'embauche des assassins de JFK grâce à un proche allié au sein des renseignements français. 

Menachem Begin - En 1963, le ministre Begin (plus tard Premier Ministre d'Israël) était un diplomate israélien constamment en voyage; avant l'assassinat de JFK, il fut entendu en train de conspirer avec l'homme de main de Meyer Lansky en Californie, Mickey Cohen, dans une conversation qui suggérait des intentions hostiles d'Israël vis-à-vis le président américain. 

Luis Kutner - Bien que connu surtout comme un "avocat de la mafia" (qui fut pendant longtemps étroitement associé à Jack Ruby, un client occasionnel) Kutner a aussi doublé comme agent international de renseignement et a travaillé comme conseiller dans un groupe ad hoc de lobbying pro-israélien aux États-Unis. 

AL Botnick - Chef du bureau de la Nouvelle-Orléans de l'Anti-Defamation League (ADL) du B'nai B'rith, un organisme de renseignement et de propagande pour le Mossad israélien - était un proche associé de l'agent à contrat de la CIA basé en Nouvelle-Orléans Guy Banister qui a aidé à créer le profil "pré-assassinat" de Lee Harvey Oswald faisant de lui un "agitateur pro-Castro". Les faits montrent que la manipulation d'Oswald par Banister pourrait avoir été effectuée sous le couvert d'une opération de "cueillette de faits" de l'ADL".

Arnon Milchan - le plus grand revendeur d'armes d'Israël, Milchan était "producteur exécutif" (l'ange financier en chef) de la fantaisie hollywoodienne d'Oliver Stone sur l'assassinat de JFK, un fait qui pourrait expliquer l'aversion que Stone a manifesté vis-à-vis la connexion israélienne.

Maurice Tempeisman - Le marchant international de diamants et agent du Mossad qui devint l'amant de Jacqueline Kennedy Onassis et a utilisé ses connexions pour doubler, peut-être même tripler sa fortune considérable, cooptant ainsi la famille Kennedy pour toujours. 

LA CONNEXION DE LA CIA 

Rudolph Hecht - Le propriétaire des avoirs de la CIA liés à Standard Fruit, Hecht était une figure de premier plan de la communauté juive de la Nouvelle-Orléans et, en tant que président du conseil d'administration de l'International Trade Mart, il était le commanditaire principal du membre de Permindex Clay Shaw. 

James Jesus Angleton - Angleton, chef du contre-espionnage de longue date pour la CIA, était le principal conspirateur de haut niveau de la CIA dans l'assassinat du président Kennedy et la dissimulation qui a suivi. Angleton, qui avait été coopté et était totalement loyal envers le Mossad israélien, a joué un rôle majeur dans l'effort pour encadrer Lee Harvey Oswald. Final Jugement est la première étude sur l'assassinat de JFK à s'attarder sur le rôle d'Angleton dans le complot. 

David Atlee Phillips - Un responsable de longue date des haut niveau de la CIA, Phillips a été chef de la CIA à Mexico, au moment où un effort étrange était en cours pour impliquer Lee Harvey Oswald comme collaborateur du KGB soviétique. Si quelqu'un de la CIA savait la vérité sur Oswald, c'était bien Phillips. Il a avoué publiquement que l'histoire d'Oswald à Mexico n'était pas précisément ce que la CIA avait soutenu depuis longtemps. 

E. Howard Hunt - Un officier de longue date de la CIA et liaison auprès des exilés cubains anti-castristes. Un témoignage de l'ex-agent à contrat de la CIA Marita Lorenz situait Hunt à Dallas, au Texas, le jour avant l'assassinat du président. L'entière vérité sur l'implication réelle de Hunt dans l'affaire pourrait n'être jamais connue, mais il n'y a aucun doute que Hunt a été profondément impliqué dans le complot entourant l'assassinat du président. Des preuves indiquent en effet qu'il y a eu un effort conscient pour incriminer Hunt et l'accuser d'implication dans le crime. 

Guy Banister - L'ancien agent du FBI devenu agent à contrat pour la CIA dont le bureau de New-Orléans a été un point central d'un complot internationale impliquant la CIA, les exilés cubains anti-Castro et les forces anti-De Gaulle au sein de l'Organisation Armée Secrète (OAS). Sous la direction de Banister, Lee Harvey Oswald s'est fait un profil public comme agitateur "pro-Castro" dans les rues de la Nouvelle-Orléans.

David Ferrie - Un aventurier énigmatique et agent à contrat pour la CIA, Ferrie a été étroitement associé à Lee Harvey Oswald pendant le séjour d'Oswald à la Nouvelle Orléans à l'été de 1963, travaillant aux côtés d'Oswald sous la tutelle de l'administration centrale de Banister. L'enquête de Ferrie par le District Attorney de la Nouvelle-Orléans Jim Garrison a finalement conduit Garrison à découvrir les liens du dirigeant de Permindex Clay Shaw tant avec Ferrie que Oswald. 

Marita Lorenz - Une ancienne agente à contrat pour la CIA, elle a témoigné sous serment qu'un jour avant l'assassinat du président Kennedy, elle est arrivée à Dallas dans une caravane armée d'exilés cubains supportés par la CIA qui ont été accueillis non seulement par Jack Ruby, qui plus tard a tué Lee Harvey Oswald, mais également par le fonctionnaire de la CIA E. Howard Hunt.

Guillermo et Ignacio Novo - Deux frères, des vétérans des guerres des exilés cubains supportés par la CIA contre Fidel Castro. Selon Marita Lorenz, les frères Novo ont fait partie de la caravane armée qui est arrivée à Dallas le jour avant l'assassinat du président Kennedy. Plusieurs années après les événements de Dallas, les Novo ont plus tard été reconnus coupable d'avoir participé à l'assassinat d'un dissident chilien collaboration avec l'aventurier international Michael Townley, qui était lui-même lié à des personnalités de haut niveau impliquées dans le complot contre JFK. 

John Tower - En 1963, Tower était un sénateur républicain du Texas nouvellement élu ayant des liens étroits avec la CIA. Peu de temps après l'assassinat, il a parlé à des associés de ses propres connaissances personnelles concernant l'histoire bizarre de ce qui s'est réellement passé à Dealey Plaza. L'histoire racontée par Tower suggère fortement qu'il existe de nombreuses forces invisibles à l'oeuvre, manipulant un grand nombre des acteurs clés dans le complot d'assassinat de JFK. Il a fallu attendre la publication de Final Judgment que le nom de Tower était toujours relié au mystère entourant l'assassinat de JFK. 

Victor Marchetti - un haut fonctionnaire de la CIA qui a quitté l'agence par dégoût, Marchetti plus tard a fait une carrière d'écrivain de la CIA. Dans un article de 1978, il a dénoncé que la CIA était sur le point d'incriminer son agent de longue date, E. Howard Hunt, d'avoir été impliqué dans l'assassinat de JFK. Un procès en diffamation intenté à la suite de l'article Marchetti a abouti à une conclusion fracassante par un jury que la CIA avait été impliquée dans l'assassinat du président. 

Robin Moor - Un journaliste de longue date ayant des liens étroits avec la CIA, Moore, coauteur de livre de l'ancien agent de la CIA Hugh McDonald LBJ, JFK and the Conspiracy qui a promu la fausse allégation inventée par James Jesus Angleton selon laquelle le KGB était derrière l'assassinat du président, une autre intox (désinformation) qui a émergé après l'assassinat.

LA PÈGRE LANSKY

Meyer Lansky - PDG et "trésorier" de facto du syndicat du crime international; actif dans le trafic d'armes pour le compte de l'underground israélien; a collaboré étroitement avec les services secrets américains sur un certain nombre de fronts; s'installera plus tard en Israël. Les chercheurs qui ont fait valoir que "la mafia a tué JFK" ont ostensiblement refusé de reconnaître le positionnement prééminent de Lansky dans le monde interlope. 

Carlos Marcello - Le chef de la mafia à la Nouvelle-Orléans, Marcello devait son statut à Meyer Lansky qui était son commanditaire en chef dans le crime organisé. Marcello n'aurait pu orchestrer l'assassinat de JFK, comme certains le suggèrent, sans l'approbation explicite de Lansky.

Seymour Weiss - argentier (courtier) en chef et liaison avec l'establishment politique de Louisiane au service de Meyer Lansky, il a ensuite servi comme directeur de la compagnie liée à la CIA Standard Fruit et pourrait en fait avoir été un agent de haut rang à contrat pour la CIA en Nouvelle-Orléans au moment de l'assassinat de JFK. 

Sam Giancana - Le parrain de la mafia de Chicago, Giancana était un acteur dans les complots de la CIA-mafia contre Castro, plus tard assassiné, probablement à l'instigation de Santo Trafficante Jr. Sa famille affirme que Giancana a admis avoir été impliqué dans la planification de l'assassinat de JFK. 

Santo Trafficante Jr. - Bien que surtout connu comme le chef de la mafia de Tampa, Trafficante a en fait fonctionné comme principal lieutenant de Meyer Lansky dans le crime organisé et comme liaison de Lansky avec la CIA dans les plans d'assassinat de Castro. 

Johnny Rosselli - un "ambassadeur" itinérant de la mafia, Rosselli fut le principal intermédiaire entre la CIA et la mafia dans les complots contre Fidel Castro; a peut-être avoir arrangé les assassinats de Sam Giancana pour Trafficante et a plus tard été assassiné. 

Mickey Cohen - homme de main de Meyer Lansky sur la côte Ouest; idole de Jack Ruby et trafiquant d'armes pour l'underground israélien, M. Cohen a collaboré étroitement avec un diplomate israélien Menachem Begin avant l'assassinat de JFK. Cohen a arrangé la fréquentation entre John F. Kennedy et l'actrice Marilyn Monroe à qui avait été assignée la tâche de découvrir le point de vue privé de JFK concernant ses intentions envers Israël. 

Jack Ruby - Un fonctionnaire de longue date pour le syndicat de Lansky, Ruby était l'homme de main de Lansky à Dallas et a mené également le trafic d'armes de la CIA aux exilés cubains anti-castristes. Les faits montrent qu'il y a plus derrière la « mort soudaine de Ruby » que ce qui paraît. 

Jim Braden - Un courrier personnel vétéran de Meyer Lansky, Braden a presque assurément été en contact avec Jack Ruby à Dallas avant l'assassinat de JFK. Il a été brièvement détenu en quelques minutes après l'assassinat du président à Dealey Plaza, mais les chercheurs de l'assassinat de JFK qui ont parlé de Braden préfèrent faire de lui une personnalité de la "mafia" plutôt que l'homme de main de Lansky à Dallas.

Al Gruber - Un homme de main de l'agent de Lansky pour la côte Ouest, Mickey Cohen, Gruber et Ruby se sont entretenus par téléphone peu de temps avant que Ruby ne tue Lee Harvey Oswald. On croit que Gruber a donné à Ruby le contrat sur Oswald au nom de ses supérieurs. 

LA CONNEXION FRANÇAISE 

Charles De Gaulle - visé à plusieurs reprises par des tentatives d'assassinat par Israël et ses forces alliées au sein des services de renseignements et de l'Organisation Armée Secrète (OAS) qui étaient en colère que De Gaulle ait accordé l'indépendance à l'Algérie arabe. L'opération de Permindex commanditée par le Mossad qui avait aussi un rôle dans l'assassinat de JFK, blanchissait de l'argent utilisé dans les tentatives d'assassinat de De Gaulle. 

Georges DeLannurien - Haut-fonctionnaire du SDECE, les services secrets français; révélé par un ancien officier de renseignement français comme étant l'individu qui (au service du chef de l'unité d'assassins du Mossad Yitzhak Shamir) a engagé les tireurs qui ont tué JFK à Dallas. 

Michael Mertz - Un ancien officier du SDECE français et la connexion parisienne pour le trafic d'héroïne de Lansky-Trafficante; aurait présumément été l'un des tireurs présents à Dallas le 22 novembre 1963. Considéré par certains comme étant le légendaire tueur à gages de la CIA: QJ/WIN. 

Jean Soutre - Une liaison de l'OAS français avec E. Howard Hunt de la CIA, Soutre maintenait le contact avec Guy Banister de la CIA et trafic d'armes de la pègre basé à la Nouvelle-Orléans. Soutre était peut-être à Dallas au moment de l'assassinat de JFK. Il existe des preuves liant Soutre au complot de James Jesus Angleton à l'intérieur de la CIA qui a affecté de renseignements français d'une manière dramatique. 

Thomas Eli Davis III - Un mercenaire international ayant des liens évidents avec Jack Ruby et Lee Harvey Oswald, Davis a été placé en détention par le gouvernement algérien pour ses activités subversives aux côtés des agents israéliens qui livrent des armes à l'OAS français, juste avant l'assassinat de JFK. Il est considéré que l'agent de la CIA QJ/WIN (peut-être Michael Mertz, l'un des assassins présumés du Président Kennedy) a contribué à obtenir que Davis soit libéré de prison.

Geoffrey Bocca - un ancien propagandiste pour l'OAS, Bocca a plus tard co-écrit un livre avec l'ancien agent contractuel de la CIA Hugh McDonald Appointment in Dallas, qui attribue la responsabilité de l'assassinat de JFK à d'autres que les vrais responsables, le premier de deux livres suspects publiés par McDonald.

Christian David - Un criminel corse français associé au réputé assassin de JFK Michael Mertz, David a revendiqué la connaissance d'une équipe de tireurs français impliqués dans l'assassinat de JFK. David lui-même était le principal suspect de l'assassinat d'un dissident marocain Mehdi Ben Barka, dont le meurtre a été orchestré par le Mossad israélien par le biais des forces anti-De Gaulle au sein du renseignement français.

CHERCHEURS DE VÉRITÉ

Mark Lane - choisi par la mère de Lee Harvey Oswald pour qu'il représente les intérêts de son fils devant la Commission Warren, le livre de Lane Rush to Judgment a été la première critique importante du rapport de la Commission Warren. Dans un procès en diffamation intenté contre le journal Spotlight par l'ancien agent de la CIA E. Howard Hunt, Lane a prouvé à la satisfaction d'un jury que la CIA avait en effet été impliquée dans l'assassinat de JFK. Son best-seller Plausible Denial décrit les circonstances de ce procès en diffamation et sa conclusion ultime. 

Gary Wean - un ancien détective du secteur d'Hollywood de la police de Los Angeles, Wean a découvert comment l'homme de main de la côte Ouest de Meyer Lansky, Mickey Cohen, a conspiré contre John F. Kennedy au service des Israéliens. Dans une rencontre avec le shérif de l'ancien comté de Dallas, Bill Decker, Wean a appris une partie de la vérité sur ce qui s'est réellement passé à Dallas.
(...)




Commentaire: 
John Newman, dans Oswald and the CIA (2008), donne raison à Piper, mais sans indiquer que Piper l'avait déjà dit ("faut pas parler de Piper car c'est un méchant antisémite et un négationniste").
http://www.spartacus.schoolnet.co.uk/JFKnewmanJ.htm
A new edition of Oswald and the CIA was published in 2008. Newman argues that James Angleton was probably the key figure in the assassination of John F. Kennedy: "In my view, whoever Oswald's direct handler or handlers were, we must now seriously consider the possibility that Angleton was probably their general manager. No one else in the Agency had the access, the authority, and the diabolically ingenious mind to manage this sophisticated plot. No one else had the means necessary to plant the WWIII virus in Oswald's files and keep it dormant for six weeks until the president's assassination. Whoever those who were ultimately responsible for the decision to kill Kennedy were, their reach extended into the national intelligence apparatus to such a degree that they could call upon a person who knew its inner secrets and workings so well that he could design a failsafe mechanism into the fabric of the plot. The only person who could ensure that a national security cover-up of an apparent counterintelligence nightmare was the head of counterintelligence." (...)

Oswald and the CIA (2008):
"The person who designed this plot had the authority to instigate a counterintelligence operation in the Cuban affairs staff (SAS) at CIA HQS. In my view, there is only one person whose hands fit into these gloves: James Jesus Angleton, Chief of CIA's Counterintelligence Staff.Angleton and his molehunters had always held Oswald's files very close to the vest - from the time of the young Marine's defection in October 1959 and his offer to provide classified radar information to the Soviets. That offer had lit up the counterintelligence circuits in Washington, D.C. like a Christmas tree. Angleton was the only person who knew - except for perhaps one of his direct subordinates - both the Cuban and Soviet parts of Oswald's story. He was the only one in the Counterintelligence Staff with enough authority to instigate a counterintelligence operation in the SAS against the FPCC.
In my view, whoever Oswald's direct handler or handlers were, we must now seriously consider the possibility that Angleton was probably their general manager. No one else in the Agency had the access, the authority, and the diabolically ingenious mind to manage this sophisticated plot. No one else had the means necessary to plant the WWIII virus in Oswald's files and keep it dormant for six weeks until the president's assassination. Whoever those who were ultimately responsible for the decision to kill Kennedy were, their reach extended into the national intelligence apparatus to such a degree that they could call upon a person who knew its inner secrets and workings so well that he could design a failsafe mechanism into the fabric of the plot. The only person who could ensure that a national security cover-up of an apparent counterintelligence nightmare was the head of counterintelligence."






Le Mossad et l'assassinat de JFK

Paul Findley
Alter Info
"Israël ne doit pas s'excuser pour l'assassinat de ceux qui cherchent à la détruire. Le premier ordre du jour pour tous les pays est la protection de son peuple. " Washington Jewish Week, October 9, 1997 !

En Mars 1992, le Représentant de l'Illinois Paul Findley disait dans le rapport de Washington sur les affaires du Moyen-Orient, "Il est intéressant - mais pas surprenant - de noter que dans tout ce qui fut écrit et prononcé au sujet de l'assassinat de Kennedy, l'agence de renseignement israélien, le Mossad, n'a jamais été mentionnée."

Considérant que le Mossad est sans doute l'agence de renseignement la plus efficace et cruelle dans le monde, il est plutôt singulier qu'il n'ait jamais été investigué en relation avec l'assassinat de Kennedy, surtout quand pratiquement toutes les autres entités dans le monde (à court d'imitateurs d'Elvis) ont été mis en cause.

Mais tout cela a changé en Janvier 1994 avec la sortie du livre de Michael Collins Piper: Final Judgment. Dans ce livre, Piper dit, "le Mossad israélien a été un joueur de première importance (et critique) dans les coulisses de la conspiration d'assassinat de JFK. Grâce à ses ressources très vastes et à ses contacts internationaux dans la communauté du renseignement et du crime organisé, Israël avait les moyens, il avait l'opportunité, et il avait le motif de jouer un rôle de premier plan dans l'un des plus grands crimes du siècle - et il l'a fait ".

Leur motivation? Le renommé Premier ministre israélien David Ben-Gourion, qui a gouverné ce pays depuis sa création en 1948 jusqu'à sa démission le 16 Juin 1963, était tellement furieux que John F. Kennedy n'ait pas permis à Israël de devenir une puissance nucléaire que dans ses derniers jours au pouvoir, affirme Piper, il a commandé le Mossad d'élaborer un complot pour assassiner le président américain

Ben Gourion était tellement convaincu que la survie même d'Israël était menacée qu'il a dit que dans une de ses dernières lettres à JFK: "Monsieur le Président, mon peuple a le droit d'exister, et cette existence est en danger."

Dans les jours qui ont précédé la démission de Ben-Gourion, lui et JFK s'étaient embarqués dans un discret mais controversé débat sur la possibilité d'Israel d'obtenir des capacités nucléaires. Leur désaccord a finalement dégénéré en une véritable guerre de mots qui a été pratiquement ignorée par la presse. Ethan Bronner a écrit sur cette bataille secrète entre JFK et Ben Gourion des années plus tard, dans un article du New York Times du 31 octobre 1998, le qualifiant de "secret farouchement gardé". En fait, les conversations entre Kennedy / Ben Gourion sont toujours classées par le Gouvernement des États-Unis. Peut-être que c'est le cas parce la rage et la frustration de Ben Gourion est devenue si intense - et sa puissance si grande en Israël - que Piper soutient qu'il a été au centre de la conspiration pour tuer John Kennedy. Cette position est soutenue par banquier newyorkais Abe Feinberg, qui décrit la situation ainsi: "Ben-Gourion pouvait être vicieux, et il avait une telle haine du vieux [Joe Kennedy, Sr., le père de JFK]. Ben Gourion méprisait Joe Kennedy parce qu'il sentait qu'il était non seulement un antisémite, mais qu'il avait également favorisé Hitler dans les années 1930 et 40. [Nous allons aborder cet aspect de l'histoire dans un prochain article intitulé La CIA et le crime organisé: les deux faces de la même médaille].

Quoi qu'il en soit, Ben Gourion était convaincu qu'Israël avait besoin d'armes nucléaires pour assurer sa survie, alors que Kennedy était résolument contre. Cette incapacité à parvenir à un accord a entraîné des problèmes évidents. L'un de ces problèmes a découlé de la décision de Kennedy de faire de l'Amérique sa priorité en matière de politique étrangère, et non pas Israël! Kennedy prévoyait honorer la Déclaration tripartite de 1950 qui dit que les États-Unis useraient de représailles contre tout pays au Moyen-Orient qui en attaquerait un autre. Ben Gourion, d'autre part, voulait que l'administration Kennedy leur vende des armes offensives, en particulier des missiles Hawk.

Les deux dirigeants se sont ainsi engagés dans un échange épistolaire brutale, mais Kennedy ne voulait pas bouger. Ben-Gourion, obsédé par cette question, a glissé dans la paranoïa totale, pressentant que l'obstination de Kennedy était une menace flagrante à l'existence même d'Israël en tant que nation. Piper écrit: "Ben-Gourion avait consacré toute sa vie la création d'un Etat juif et à le guider dans l'arène mondiale. Et, dans les yeux de Ben Gourion, John F. Kennedy était un ennemi du peuple juif et de son Etat d'Israël bien-aimé. Il poursuit: « L'option nucléaire » était non seulement au cœur même de la vision personnelle du monde de Ben-Gourion, mais le fondement même de la politique de sécurité nationale d'Israël."

Ben Gourion était tellement préoccupé par l'obtention d'armes nucléaires que le 27 juin 1963, onze jours après avoir démissionné de ses fonctions, il a annoncé: «Je ne connais aucune autre nation dont les voisins déclarent qu'ils souhaitent la détruire, et ne le déclarent pas seulement, mais s'y préparent par tous les moyens à leur disposition. Nous devons avoir aucune illusion que ce qui est déclaré tous les jours au Caire, à Damas, et l'Irak sont que des mots. C'est la pensée qui guide les dirigeants arabes ... Je suis convaincu que la science ... est en mesure de nous fournir les armes qui serviront la paix et dissuaderont nos ennemis. "

Avner Cohen, dans son livre Israel and the Bomb (Israël et la bombe), publié par Columbia University Press, renforce ce sentiment d'urgence en écrivant: «Imprégné des leçons de l'Holocauste, Ben Gourion était consumé par des craintes pour la sécurité ... L'angoisse de l'Holocauste a dépassé Ben Gourion pour insuffler la pensée militaire d'Israël." Il ajoute de la substance à ce point en soulignant, "Ben-Gourion n'a aucun scrupule quant à la nécessité pour Israël d'obtenir des armes de destruction massive", et "la vision du monde de Ben-Gourion et son style de gouvernance est ce qui a donné forme à son rôle crucial dans le déclenchement nucléaires de progression Israël."

Kennedy, d'autre part, a été catégorique dans son refus de promouvoir l'accession d'Israël sur la scène nucléaire. Avner Cohen souligne, dans "Israel and the Bomb: «Aucun président américain n'a été plus préoccupé par le danger de la prolifération nucléaire que John Fitzgerald Kennedy. Il était convaincu que la prolifération des armes nucléaire rend le monde plus dangereux et mine les intérêts des États-Unis". Cohen continue à la fin de ce passage, "Le seul exemple que Kennedy a invoqué sur ce point était Israël."

Réalisant que Kennedy ne changerait pas d'avis, Ben Gourion a décidé de joindre ses forces avec la Chine communiste. Les deux pays se sont montrés très intéressés dans la création d'un programme nucléaire, et c'est ainsi que commencèrent leur relations secrètes conjointes. Travaillant à l'unisson par l'intermédiaire de Shaul Eisenberg, qui a été partenaire du trafiquant d'armes et comptable du Mossad Tibor Rosenbaum, Israël et la Chine procédèrent donc à développer leurs propres capacités nucléaires à l'insu des États-Unis.

Si vous trouvez ce scénario improbable, je vous encourage vivement à lire l'excellent livre de Thomas Gordon, Seeds of Fire (Graines de feu), dans lequel il expose comment le Mossad et le CSIS (les services secrets chinois) ont conspiré à de multiples occasions, non seulement pour voler des secrets militaires américains, mais également pour espionner le programmes de renseignement américains par le biais du logiciel PROMIS du Département de la Justice. Cet exemple, j'en ai bien peur, n'est qu'un premier exemple dans lequel l'écho de l'assassinat de JFK résonne encore aujourd'hui dans notre monde post- 11 septembre. Le danger que représentait la course d'Israël et la Chine en vue d'obtenir la Bombe est devenue une situation très volatile, et a été étroitement surveillé par la CIA.

Dans l'intention de poursuivre sur cette voie, les Israéliens ont construit l'installation nucléaire de Dimona. Quand Kennedy a demandé que les États-Unis inspectent ces installations, Ben Gourion était si furieux qu'il a construit un autre FAUX établissement qui ne présentait aucune preuve de recherche et de développement nucléaire. (Ce scénario ne sonne-t-il pas étrangement familier dans le contexte de ce qui se passe actuellement concernant l'Irak de Saddam Hussein?) Pleinement conscients de leurs manigances, JFK a dit à Charles Bartlett, "Les fils de pute me mentaient constamment sur leurs capacités nucléaires. "

Avner Cohen, dans "Israel and the Bomb", réitère cette déclaration en disant que Ben-Gourion prenait la question nucléaire tellement à cœur qu'il en "a conclu qu'il ne pouvait pas dire la vérité sur Dimona aux dirigeants américains, pas même en privé. "

Dr. Gerald M. Steinberg, professeur de sciences politiques à l'Université Bar-Ilan de BESA Center for Strategic Studies à Tel Aviv, insiste en disant: "Entre 1961 et 1963, l'administration Kennedy a exercé de grandes pression sur Ben-Gourion afin qu'il accepte l'inspection internationale de Dimona et qu'Israël abdique leurs armes nucléaires. Cette pression ne semble pas avoir modifié la politique israélienne, mais elle a été un facteur contribuant à la démission de Ben-Gourion en 1963."

Pour exprimer en termes modernes à quel point la situation était rendue grave, regardez ce qui se passe en Irak avec l'inspection par les équipes de sécurité des Nations Unies des palais royaux et des bunkers cherchant des armes et des matériaux nucléaires. Cette question est si urgente que notre pays est sur le bord de la guerre. Quarante ans plus tôt, la pression que JFK a exercée sur Ben-Gourion était aussi forte que celle que George Bush impose à Saddam Hussein aujourd'hui.

Dans "Israel and the Bomb", Avner Cohen renforce ce point. Pour forcer Ben-Gourion à accepter les conditions, Kennedy a utilisé le levier le plus efficace à la disposition d'un président américain face à Israël: la menace qu'une solution insatisfaisante compromettrait l'engagement et le soutient du gouvernement des États-Unis envers Israël."

La pression sur Ben-Gourion était si intense qu'il a fini par quitter son poste. Mais Kennedy, dans un vrai style pit-bull, n'épargna pas le successeur de Ben-Gourion, Levi Eshkol, selon ce que rapporte Avner Cohen. "Kennedy dit à Eshkol que l'engagement et le soutien des États-Unis envers Israël 'pourrait être sérieusement compromis' si Israël ne laissait pas les États-Unis obtenir des 'informations fiables' au sujet de ses efforts dans le domaine nucléaire. Les demandes de Kennedy étaient sans précédent. Elles conduisent, en effet, à un ultimatum." Cohen conclut cette pensée en affirmant: "La lettre de Kennedy a précipité une situation proche de la crise dans le bureau d'Eshkol."

En fin de compte, comme nous le savons tous, Kennedy a été assassiné en novembre 1963, mais le fait que la Chine a effectué son premier test nucléaire en Octobre 1964 est certainement beaucoup moins connu. Ce qui rend cet événement plus profond est la déclaration de Piper qui dit que même si Israël a déclaré que ses premiers essais nucléaires ont eu lieu en 1979, en fait ils ont réellement eu lieu en octobre 1964 en collaboration avec les Chinois! Si cela est vrai, alors en plus du mois d'août 1945, lorsque les États-Unis ont largué des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, le mois d'octobre 1964 pourrait avoir été le mois le plus dangereux dans l'histoire du 20e siècle.

Revenons à l'assassinat de JFK et à ses résultats directs en ce qui concerne le lobby juif, la politique étrangère américaine et la militarisation d'Israël. Pour estimer la puissance considérable du lobby israélien dans ce pays, le vénérable sénateur J. William Fulbright a déclaré à l'émission Face the Nation (CBS) le 15 avril 1973, "Israël contrôle le Sénat des États-Unis". Le Sénat est subordonnée, mais beaucoup trop; nous devrions être plus concernés par les intérêts des États-Unis plutôt que de suivre les ordres d'Israël. La grande majorité du Sénat des États-Unis - autour de 80% - appuie complètement Israël; tout ce qu'Israël veut, Israël l'obtient. Cela a été démontré maintes et maintes fois, et cela a rendu [la politique étrangère] difficile pour notre gouvernement. "

Vous avez entendu ce que le sénateur Fulbright a dit? Ce n'est pas un théoricien de la conspiration, un fou ou un antisémite du KKK. C'est un sénateur américain très respecté qui dit qu'environ 80% du Sénat est dans la poche d'Israël. Ajoutant du poids à cet argument, le Rep. Paul Findley a dit, qui était cité dans le rapport de Washington sur les affaires du Moyen-Orient en mars 1992: "Durant la campagne de John Kennedy à la présidence, un groupe juif de New York avait proposé en privé de couvrir ses frais de campagne s'il voulait les laisser mener sa politique au Moyen Orient. Il n'était pas d'accord ... En tant que président, il a fourni un soutien limité à Israël."

Pour comprendre l'importance des décisions de Kennedy lors de sa présidence de courte durée, nous devons nous pencher sur la question du financement des campagnes électorales. Considérant l'influence que le lobby israélien exerce dans le Sénat des États-Unis (répercutant les paroles du sénateur Fulbright), il a dû être tellement furieux lorsque le président Kennedy a décidé de vraiment couper court aux pratiques en vigueur de financement des campagnes, car cette méthode rendait tant de politiciens dépendants de l'énorme source de financement de la part de groupes d'intérêts particuliers ("lobbyistes"). Malheureusement, Kennedy n'a pas eu le temps de mettre en œuvre ce programme, et à ce jour notre système politique est toujours monopolisé par les lobbyistes des mêmes groupes d'intérêts spéciaux. On peut seulement imaginer quels changements auraient pu se produire dans notre politique étrangère si Kennedy avait éradiqué ces vipères et suceurs de sang des salles de congrès.

Tragiquement, les idées Kennedy ne se sont jamais réalisées, et sa dure bataille avec le Premier ministre Ben Gourion à savoir si Israël devrait être autorisée à développer un programme nucléaire a été finalement perdue. La raison en est que Lyndon Baines Johnson, que Kennedy voulait rejeter de son ticket de 1964 en raison de son aversion extrême à son égard, fut à l'origine d'un renversement complet de la politique étrangère. Comme vous le verrez, non seulement le programme d'armes nucléaires d'Israël allait se poursuivre loin de toute supervision, mais Israël est également devenu le principal bénéficiaire de notre aide étrangère.

Mais ce revirement absolu ne serait pas arrivé si Kennedy n'avait pas été assassiné. Jusqu'à ce que LBJ devienne président, Kennedy avait traité avec le Moyen-Orient d'une manière qui bénéficiait le plus aux États-Unis. Son objectif principal - et qui serait le plus apte à maintenir la paix - était un équilibre des forces au Moyen-Orient afin que chaque pays soit en sécurité. Cette décision adhérait à la Déclaration tripartite que les États-Unis ont signé en 1950. Mais sous l'administration Johnson, ce fragile équilibre a été rompu, et en 1967 - soit quatre ans seulement après l'assassinat de Kennedy - les États-Unis étaient devenus le principal fournisseur d'armes d'Israël, alors que NOS intérêts étaient relégués loin derrière ceux d'Israël!

Michael Collins Piper l'écrit: « Le bilan est le suivante: JFK était fermement déterminé à empêcher Israël de fabriquer la bombe nucléaire. LBJ a simplement détourné le regard dans la direction opposée. La mort de JFK s'est en effet avérée bénéfique pour les ambitions nucléaires d'Israël comme les preuves l'indiquent."

Reuven Pedatzer écrivait, dans un compte-rendu critique du livre d'Avner Cohen "Israel and the Bomb" paru dans le quotidien israélien Ha'aretz du 5 février 1999: «L'assassinat du président américain John F. Kennedy a mis brutalement fin aux pressions massives exercées par l'administration américaine sur le gouvernement d'Israël en vue que ce dernier mette un terme à son programme nucléaire." Il poursuit, "Kennedy a dit très clairement au Premier ministre israélien qu'il n'accepterait en aucun cas qu'Israël devienne un État nucléaire". Pedatzer poursuit: «Si Kennedy était resté en vie, il est douteux qu'Israël détienne aujourd'hui l'option nucléaire», et que "la décision de Ben Gourion de démissionner en 1963 a été prise dans une large mesure dans le contexte de l'énorme pression que Kennedy exerçait sur lui concernant la question nucléaire."

Si vous n'êtes toujours pas convaincu; que diriez-vous de quelques chiffres? Dans le dernier budget de Kennedy pour l'année 1964, l'aide israélienne était de 40 millions de dollars. Dans le premier budget de LBJ pour 1965, cette aide a grimpé à 71 millions de dollars, et en 1966 elle a plus que triplé par rapport aux deux années antérieures jusqu'à atteindre 130 millions de dollars! De plus, sous l'administration Kennedy, presque aucune aide américaine à Israël n'était de nature militaire. Au lieu de cela, elle était répartie également entre les prêts au développement et l'aide alimentaire en vertu du Programme PL480. Pourtant, en 1965 sous l'administration Johnson, 20% de notre aide à Israël était pour l'armée, tandis qu'en 1966, 71% a été utilisé pour du matériel de guerre.

Poursuivant dans cette même veine, en 1963, l'administration Kennedy a vendu 5 missiles Hawk à Israël dans le cadre d'un système de défense aérienne. En 1965-66, cependant, LBJ a concédé 250 chars sur Israël, 48 avions d'attaque Skyhawk, plus des fusils et de l'artillerie qui étaient tous de nature offensive. Si vous vous demandiez quand la machine de guerre israélienne a été créée, eh bien voilà! LBJ en a été le père.

Selon Stephen Green, dans son livre Taking Sides: America's Secret Relations with a Militant Israel: "Les 92 millions de dollars d'aide militaire fournie durant l'année fiscale 1966 dépassaient le total de toute l'aide militaire officielle fournie à Israël cumulativement pendant toutes les années depuis la fondation de cette nation en 1948."

Green poursuit: «70% de toute l'aide officielle des États-Unis à Israël a été militaire. Les États-Unis ont donné à Israël plus de 17 milliards $ d'aide militaire depuis 1946, dont la quasi-totalité - plus de 99% - ont été fournis depuis 1965."

Pouvez-vous voir ce qui se passe ici? Moins de deux ans après l'assassinat de JFK, Israël est passé d'un pays faible membre de la volatile communauté moyen-orientale qui n'était pas été autorisé à développer des armes nucléaires, à celui d'un pays en bonne voie de devenir une force militaire indéniable sur la scène mondiale. John Kennedy a mis catégoriquement son poing sur la table et a refusé de permettre à Israël de développer un programme nucléaire, alors que LBJ a fait exactement le contraire en l'aidant et en le soutenant. «En 1968, le président n'avait pas l'intention de faire quoi que ce soit pour arrêter la bombe israélienne."

Le résultat de ce changement de cap entre les administrations Kennedy et Johnson est, à mon avis, la raison principale derrière nos problèmes actuels au Moyen-Orient qui ont abouti aux attaques du 11 septembre et à notre prochaine guerre contre l'Irak (et au-delà). J'ai une grande confiance en cette déclaration, car tel que Michael Collins Piper le souligne, voici les résultats de l'assassinat de john F. Kennedy:

1) Notre aide étrangère et militaire à Israël a augmenté de façon spectaculaire après que LBJ soit devenu président.

2) Plutôt que d'essayer de maintenir un équilibre au Moyen-Orient, Israël a soudainement émergé comme la force dominante.

3) Depuis l'administration LBJ, Israël a toujours eu des armes de loin supérieures à ses voisins directs.

4) En raison de cette évident et indéniable accroissement de la machine de guerre israélienne, le Moyen-Orient est dans la tourmente constante.

5) LBJ a également permis à Israël de poursuivre son développement nucléaire, ce qui lui permit de devenir la sixième plus grande force nucléaire au monde.

6) Enfin, nos énormes dépenses en aide étrangère à Israël (qui représente au bout du compte environ 10 milliards $ / an) a créé une situation de belligérance et de représailles sans fin au Moyen-Orient, plus un mépris et une hostilité envers les États-Unis pour leur rôle favorisant l'armée d'Israël. En Israël, et surtout aux yeux de David Ben-Gourion à l'époque, quelles étaient leurs alternatives -- rester affaibli (ou au moins équilibré) par rapport à leurs voisins et les mains liées par le refus de JFK de se plier à leur volonté, ou encore TUER l'homme qui les empêche de devenir la force dominante au Moyen-Orient, le bénéficiaire d'énormes quantités d'aide militaire, et l'une des forces nucléaires de première importance dans le monde? C'est quelque chose à penser. Aussi, tandis que ces pensées se bousculent dans votre tête, posez-vous cette question. Si Kennedy, Lyndon B. Johnson, et toutes les administrations ultérieures avaient adhéré à la Déclaration tripartite de 1950 et fait tout en leur pouvoir pour maintenir l'équilibre au Moyen-Orient au lieu de pousser Israël à l'avant-garde, nos tours jumelles auraient-elles été attaquées le 11 septembre 2001, et serions-nous aujourd'hui au bord d'une guerre potentiellement catastrophique? C'est certainement quelque chose à méditer. 



... [John F.] Kennedy placed the limitation of the nuclear arms race at the center of American foreign policy. . . . Israel's nuclear enterprise was in direct contradiction with the principles of his policy.... The correspondent for Ha'aretz in Washington during the Kennedy and Johnson presidencies, Amos Elon, filed a report saying that in a background talk with James Reston of The New York Times, Kennedy had said that in nuclear matters [Israeli Prime Minister David] Ben-Gurion was a "wild man." 
—Israeli historian Michael Karpin The Bomb in the Basement: How Israel Went Nuclear and What That Means for the World 

The murder of American President John F. Kennedy-brought to an abrupt end the massive pressure being applied by the U.S. administration on the government of Israel to discontinue the nuclear program. [In Israel and the Bomb, Avner] Cohen demonstrates at length the pressures applied by Kennedy on Ben-Gurion ... in which Kennedy makes it quite clear to the Israeli prime minister that he will under no circumstances agree to Israel becoming a nuclear state. The book implied that, had Kennedy remained alive, it is doubtful whether Israel would today have a nuclear option.
 —Reuven Pedatzer in Israel's Ha'aretz, Feb. 5, 1999, reviewing Avner Cohen's Israel and the Bomb.

"Israel, everyone agrees, is an established nuclear weapon state. It was the sixth nation in the world—and the first in the Middle East—to develop and acquire nuclear weapons. Indeed, while exact figures are speculative, Israel's nuclear forces are believed to be (in qualitative terms at least) more like those of France and the United Kingdom than India's and Pakistan's. 
Yet Israel's code of conduct and discourse in the nuclear field differs distinctly from the other established nuclear weapon states. Unlike the seven acknowledged nuclear nations—the five de jure nuclear weapon states under the nuclear Non-Proliferation Treaty (NPT) (the United States, Russia, United Kingdom, France, and China) and the two de facto nuclear weapon states outside the NPT (India and Pakistan)—Israel has never advertised or even admitted its nuclear status __ 
Nobody—in or out of Israel—cares to ask Israeli leaders uncomfortable questions about the nation's nuclear status... In Washington, and subsequently in other Western capitals, the Israeli bomb has become a most sensitive issue, almost untouchable ... under which the United States treats Israel as a special (and unique) nuclear case. Under this policy, the United States has exercised its diplomatic influence and power to ignore and shield the Israeli case. Israel is treated as an exception, somehow exempt from the nonproliferation regime that applies to everyone else. 
Friends and foes of Israel (and of the United States) have to reckon with this aura of exceptionalism. For friends it is a matter of political embarrassment; for foes it highlights the double standard and inequality of America's unevenhanded approach to non-proliferation."
 —Israeli historian Avner Cohen "The Last Taboo: Israel's Bomb Revisited" Current History - April 2005


Lettre de JFK à Levi Eskhol, président par intérim d'Israël suite à la démission avec facas du président Ben-Gourion.
















Voir également les autres ouvrages de Michael Collins Piper:

'The New Babylon - Those Who Reign Supreme : A Panoramic Overview of the Historical, Religous and Economic Origins of the New World Order. Inside the Rothschild Empire - The New Pharisees', by Michael Collins Piper (2009)

The Judas Goats -- The Enemy Within: The Shocking Story of the Infiltration and Subversion of the American Nationalist Movement (2005), by Michael Collins Piper

Final Judgment: The Missing Link in the JFK Assassination Conspiracy - (extrait traduit en fr.), by M. C. Piper (Autres livres de Piper)

L'assassinat de JFK, une décision de l'administration Ben-Gourion

Assassinat de JFK: c'étaient pas des "WASP"!

Le vrai "parrain" s'appelle Bronfman

L'arsenal nucléaire israélien au centre de la guerre secrète entre Israël et JFK



JFK: un autre mythe s'écroule

Video - MURDER INC [THE BRONXVILLE BOYS] [FR] - [V.O.A.]

Video - MEYER LANSKY - THE JEWISH MOBSTERS [FR] - [V.O.A.]

Bronfman Dynasty Biography

Histoire de Mickey Cohen (The Jewish Mobsters - Mickey Cohen)

Murder Inc. (v.f.) - (v.o.a.)

Pacte avec la Mafia - Lucky Luciano, Capone, Meyer Lansky

La mafia à Cuba - Meyer Lansky

Michael Collins Piper - Final Judgment - JFK Assassination Israeli Connection

The Jewish Mobsters - Louis Lepke

The Jewish Mobsters - Benjamin "Bugsy" Siegel

La Mafia Juive - par Céline Drumont