lundi 15 février 2016

Encore un coup des médias antijuifs? Le grand complot antijuif est partout, jusque dans le journal télé de France2 et son reportage sur BDS selon Roger Cukierman, même jusque dans les scandales de Dominique Strauss-Kahn et de Laurent Fabius (sang contaminé) selon Bernard-Henri Lévy



"Celui qui ne fait rien pour défendre l’image d’Israël contribue nécessairement à la ternir" (Jürgen Bühler)
Qui n’a pas entendu dire que le « lobby juif » contrôle les médias?  Heureusement qu’il en est ainsi. Que serait-ce s’il ne les contrôlait pas? (Source: Les « héros » israéliens vus par Radio-Canada. 14 Février, 2016)



VIDEO - Extrait du journal de 20h de France2 (Journal télé complet sur France2, @ 22 min.)




VIDEO - Pour le CRIF, David Pujadas commet des "Attaques Antisémites"


Jeudi 11 février, Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France, a adressé une lettre à la direction de France Télévisions {http://panamza.com/bfx}.
Le motif : le courroux du président du Crif à l'encontre d'un reportage diffusé le 10 février dans le journal télévisé de France 2 et consacré au mouvement "Boycott Désinvestissement Sanction" {http://dai.ly/x3riol1}.
En dépit du ton plutôt factuel -voire tiède- du reportage, le Crif l'accuse de faire "l'apologie du BDS".
Depuis 48 heures, plusieurs associations et personnalités ultra-sionistes sont déjà passées à l'offensive. Le CSA a ainsi été saisi par le BNVCA dirigé par l'extrémiste pro-israélien Sammy Ghozlan {http://panamza.com/bfy}.
Même réaction indignée de la part de l'association Europe-Israël qui compare -sans rire- le reportage à "la promotion du viol" {http://panamza.com/bfz}.
Gil Taïeb, figure emblématique de la communauté juive, vice-président du Crif, ex-militant du Bétar, proche de la LDJ, fondateur de "l'association du bien-être des soldats israéliens" et époux de l'élue PS Karen Taïeb, a également fustigé David Pujadas, accusé d'avoir "participé à cet acte illégal" : "l’appel au boycott d'Israël" {http://panamza.com/bga; http://panamza.com/ahq; http://panamza.com/ahr; http://panamza.com/ahs; http://panamza.com/aht; http://panamza.com/1866}.
Dans sa lettre, le président du Crif reproche également à David Pujadas d'avoir "donné très longuement la parole à une activiste patentée dans un débat contre M. Alain Finkielkraut". Selon Roger Cukierman, "M. Pujadas se distingue encore une fois par des comportements perçus par de nombreux Français juifs comme des attaques antisionistes, voire antisémites" {http://panamza.com/bfx}.(...)
Europe-Israel: Pujadas et France 2 font la promotion du mouvement antisémite BDS qui prône le boycott d'Israël ce qui constitue un délit. A quand la promotion du djihadisme ?

Lemondejuif.info: Haine d’Israël sur France 2 : la réponse "géniale" en vidéo d’un internaute

Le BNVCA saisit le CSA pour promotion de Boycott d'Israël par France2

Lundi 14 mars, Michel Field, patron de l'info à France Télévisions, a annoncé la fin de l'émission "Des paroles et des actes" animée par David Pujadas. Ce dernier était dans le collimateur de la mouvance sioniste depuis le 11 février. Décryptage.  Le 14.03.2016 à 20h08  
Souvenez-vous.  Le 12 février, Panamza révélait une information abondamment reprise (voire plagiée) sur les réseaux sociaux et totalement passée sous silence dans la presse classique.      DÉLIRANT : LE CRIF ACCUSE DAVID PUJADAS DE COMMETTRE DES "ATTAQUES ANTISÉMITES". (Lire la suite...)

Le Crif contre Pujadas : le Csa donne raison au lobby sioniste

Des paroles et des actes : le CSA interpelle David Pujadas et France Télévisions

Europe-Israel: Une activiste islamiste avait attaqué Finkielkraut dans l'émission DPDA : le CSA épingle France 2 et David Pujadas



Rappel également de la récente affaire Finkie à l'émission de Pujadas.

VIDEO - Media mag France 5 décortique Finkie, sa propagande anti-islam et de victimisation
Wiam Berhouma face à Alain Finkielkraut sur France 2 : une polémique qui dure
Coup monté de France 2 ? Finkielkraut revient l’émission DPDA « L’antisémitisme à la télévision en première partie de soirée, voilà le monde dans lequel nous devons évoluer »
Pleurniche: Finkielkraut et le nouveau « Statut des Juifs » à la télévision française Il s'est fait critiquer publiquement... "Antisémitisme!"
Clash : Finkielkraut ridiculisé sur France 2 - Des paroles et des actes
VIDEO - Europe-Israel: L'imposture d'une "militante pro Hamas" qui a interpellé Alain Finkielkraut dans Des Paroles et des actes Vous vous doutez c'est probablement pas une "militante pro Hamas"... C'est comme ça que les sionistes qualifient tout défenseur des arabes et/ou des musulmans et/ou des Palestiniens.
VIDEO - Finkielkraut réplique à l'émission d'Elizabeth Levy, pour lui la jeune dame qui l'a interpellé est une antisémite

(Écouter l'émission complète d'Elizabeth Levy incluant la réponse de Finkie: L’esprit d’escalier /24 janvier 2016/Alain Finkielkraut & Elisabeth Levy sur RCJ)  
Alain Finkielkraut règle ses comptes « Nous sommes sortis de la période post-Hitlérienne de notre histoire, l’antisémitisme a pignon sur rue, il est le paquet cadeau du multiculturalisme, » s’est insurgé le philosophe à RCJ.




On n'est pas couché : BHL fait polémique en liant le scandale DSK à de l'antisémitisme

Les polémiques Par Allyson Jouin-Claude Mis à jour le 14/02/2016 à 19:02
Le Figaro | LE SCAN TÉLÉ / VIDÉO - Invité sur le plateau de France 2 pour la promotion de son livre L'esprit du judaïsme, le philosophe a provoqué quelques tensions en associant le racisme anti-Juifs à deux scandales médiatiques. 
La France est touchée par l'antisémitisme. Cette réalité, le philosophe a voulu la décrypter dans son nouvel ouvrage qu'il est venu promouvoir dans le talk-show de France 2. Mais en souhaitant mettre en avant ce constat, Bernard-Henri Lévy, dit BHL, s'est embourbé dans des explications qui ont dérangé autant Léa Salamé que Laurent Ruquier. 
Comparant Laurent Fabius et Benjamin Disrali (ancien premier ministre britannique, décédé à la fin du XIXe siècle), BHL a souhaité mettre en avant la différence de considération entre le Royaume-Uni et la France: le premier ayant porté aux nues son homme politique juif, quand la France ne cesse, selon le philosophe, d'associer Laurent Fabius à l'affaire du sang contaminé datant des années 80. «La manière dont on a ressorti, à l'époque pour l'ancien premier ministre français, une histoire de sang contaminé - c'est-à-dire de crime rituel - disait quelque chose, hélas, d'une tendance dans ce pays» a déploré BHL pointant ainsi du doigt l'antisémitisme en France. 

«On ne peut pas voir de l'antisémitisme, partout !»
Laurent Ruquier à BHL 

Un discours auquel l'animateur n'a absolument pas adhéré et qu'il a souhaité nuancer: «Cette affaire du sang contaminé qui a collé à la peau de Laurent Fabius un long moment, on n'est pas obligé d'y voir de l'antisémitisme. Ça a été un vrai scandale… […] Depuis, Laurent Fabius a été, je le rappelle, président de l'Assemblée nationale, à nouveau ministre et même maintenant président du Conseil constitutionnel. Si c'est ça de l'antisémitisme, il s'en sort plutôt pas mal!».

Agacée par le sous-entendu de Bernard-Henri Lévy, Léa Salamé a ajouté: «Il aurait été premier ministre, juif ou pas, que ce scandale aurait été immense et l'aurait éclaboussé».

Si BHL s'est refusé de parler de «complot», ses propos abondaient pourtant dans ce sens. Et quand Léa Salamé lui a demandé si le scandale DSK était un complot antisémite, le philosophe a répondu:

«Oui… on peut se poser la question. Dans certains portraits de lui que j'ai lus dans la presse française, il y avait quelque chose qui ne sentait pas bon! […] Je ne me suis jamais posé la question de savoir s'il y entrait de l'antisémitisme, mais si vous me posez la question, il y entrait probablement une part.»

Désaccord courtois, mais désaccord tout de même sur le plateau. Et Léa Salamé de conclure: «C'est là la faiblesse de votre texte: il faut dénoncer la montée de l'antisémitisme, et elle est réelle mais vous l'affaiblissez en voyant de l'antisémitisme partout». (...)
 

Sang contaminé, scandale DSK... Des affaires au relent antisémite, selon BHL
Bernard-Henri Lévy a suscité une vive polémique en estimant ce samedi, sur le plateau de l'émission On n'est pas couché, que Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn, entre autres, ont été victimes de "crimes rituels" dans le cadre des affaires du sang contaminé et du Sofitel.
Prenant appui sur une phrase de son ouvrage ("Cette France où je suis né et qui ne sacre un juif roi de l'époque ou roi du système que pour mieux le honnir et, quand elle peut, l'abattre", 45e minute de la vidéo ci-dessus), Léa Salamé interpelle Bernard-Henri Lévy sur sa vision de la France. Un point de vue dont s'explique l'auteur en prenant appui sur l'affaire du sang contaminé dans laquelle a été impliqué Laurent Fabius dans les années 1990. "La manière dont on a ressorti à l'époque pour l'ancien Premier ministre français une histoire de sang contaminé, c'est-à-dire de crime rituel, disait quelque chose, hélas, d'une tendance (antisémite, ndlr) dans notre pays" estime BHL.
"Une part d'antisémitisme" dans l'affaire DSK

Attaqué par Laurent Ruquier, qui lui reproche de voir de l'antisémitisme dans ce qui est, pour l'animateur, "un vrai scandale", Bernard-Henri Lévy persiste et signe. "Je crois toute de même que j'ai pointé là quelque chose", explique-t-il, ajoutant: "Il y a une longue tradition dans notre antisémitisme national du crime rituel". Une argumentation qu'il applique également à Dominique Strauss-Kahn et l'affaire du Sofitel en 2011, lorsque Léa Salamé lui demande s'il s'agit, aussi, selon lui, d'un "complot antisémite".
BHL récuse le terme de "complot", mais estime qu'il "y avait quelque chose qui n'était pas sain", dans la manière "dont une partie de la presse s'est emparée de cette histoire" et dont "certains politiques de droite ou de gauche devenaient littéralement fous" en 2011. "Je ne me suis jamais posé la question de savoir s'il entrait ou non de l'antisémitisme, mais si vous me le demandez, il y entrait probablement une part d'antisémitisme", maintient BHL.
Une position qu'il défend encore et toujours quelques minutes plus tard, lorsque Léa Salamé l'accuse de minimiser l'affaire de sang contaminé qu'il taxe "d'obscure affaire" dans L'esprit judaïsme. "Je crois très franchement que je suis en dessous de la réalité" concernant le nombre d'affaires entachées par l'antisémitisme en France, considère Bernard-Henri Lévy, pour qui "l'actualité n'est pas avare d'exemples qui illustreront la grille de lecture que je donne".
Sur les réseaux sociaux, l'intervention de BHL a suscité de vives réactions.

Léa Salamé attaque BHL : « En voyant de l’antisémitisme partout on provoque des réflexes antisémites »
Salamé à BHL: « Il faut dénoncer la montée de l’antisémitisme mais vous l’affaiblissez en voyant de l’antisémitisme partout », a accusé l’animatrice en évoquant un passage du philosophe français sur « l’affaire du sang contaminé » qui a entaché la carrière politique de Laurent Fabius.  « En voyant dans l’affaire du sang contaminé, de l’antisémitisme, un complot antisémite contre Laurent Fabius. Crime rituel ??? Non, non, M. Bernard-Henri Lévy. En voyant de l’antisémitisme partout on provoque des réflexes antisémites »(...)

BHL accusé de "voir partout de l'antisémitisme" par Léa Salamé et Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché"

ONPC: pour Léa Salamé , bien sûr BHL exagère l’antisémitisme Les complotistes aiment à s’imaginer un « complot Juif mondial ». Bernard Henri-Levy, lui, ne mange pas de ce pain-là. Au contraire : il y aurait un complot anti-juif mondial ! La preuve : Laurent Fabius a été poursuivi dans les années 1990 dans l’affaire du sang contaminé et Dominique Strauss-Kahn a été impliqué dans une affaire de viol dans un hôtel new-yorkais.

La phrase du jour est de l’inénarrable Bernard-Henri Lévy
Si je résume bien, pour BHL si DSK a violé une femme de ménage au Sofitel c'est parce qu'il y avait un antisémite dans l'étage où il était.
— Prince Funeste (@TacusselVictor) February 15, 2016

Nuance ! https://t.co/ItvvyFSFO3
— Philippe Pastorino (@PhilPastorino) February 15, 2016

Après Finkielkraut, c’est BHL qui est mis à mal à la télé – Wikistrike https://t.co/YSUYW55GfA https://t.co/TmA0NkK3A9
— franck idéfix! (@Franck74240) February 15, 2016

Quand tu dénonces un con et que le con est juif, cela ne fait pas de toi un antisémite.. Hein #BHL #DSK etc…. https://t.co/WSy4WuV4fL
— Я_Careme (@dugbs78) February 15, 2016

Complot? Quand BHL fait le « jeu des antisémites » …  « Servir la soupe aux antisémites »? C’est ce qu’a fait Bernard Henri Levy hier soir sur le plateau de Ruquier in « On n’est pas couché ». Pour BHL, les poursuites judiciaires dans les années 90 contre Laurent Fabius – affaire du sang contaminé – et récemment contre DSK – affaire du Sofitel – c’est de l’antisémitisme et ces faits s’inscrivent – selon lui –  dans une « longue tradition dans notre antisémitisme national, du crime rituel », rien que ça…

ONPC – Bernard-Henri Lévy : L’affaire DSK entachée d’antisémitisme ? Sa surprenante théorie (vidéo) (...) Désireux de démontrer la montée de l’antisémitisme en France, il prend dans son livre l’exemple de Laurent Fabius et de l’affaire du sang contaminé remontant à l’époque où il était premier ministre. Et affirme voir dans la façon donc cette affaire a été traitée des traces d’antisémitisme. Ce que Léa Salamé et Laurent Ruquier ont visiblement eu du mal à attendre… mais pas autant que la réponse de BHL à la question de savoir si l’affaire Dominique Strauss-Kahn était, elle aussi, un exemple de l’antisémitisme français : "Oui, on peut se poser la question" a-t-il d’abord assuré, "il y a eu à certains moments, dans certains portraits de lui, que j’ai lu dans la presse française, il y avait quelque chose qui ne sentait pas bon, quelles qu’aient été ses fautes éventuelles". Le compagnon d’Arielle Dombasle a tout de même refusé de parler de ‘complot contre le juif Dominique Strauss Kahn’ mais "dans la façon dont une partie de la presse s’est emparée de cette histoire (…) il y avait quelque chose qui n’était pas sain. Alors est-ce qu’il y entrait ou non de l’antisémitisme, si vous me le demandez, probablement".

BHL : DSK et Laurent Fabius, victimes de l’antisémitisme ?
 
Après Finkielkraut, c’est BHL qui est mis à mal à la télé

Cher Bernard-Henry, merci de prendre connaissance du fait que Fabius… n’est pas juif !

BHL - L'agent israélien Bernard-Henri Lévy se paye Ruquier et toute sa cour le samedi soir 13 février 2016 (vidéos)

ONPC : BHL voit de l'antisémitisme dans les affaires qui ont touché Fabius et DSK
Qu'en dira Conspiracy Watch, qui est hébergé par la plateforme de BHL ayant pour nom "La Règle du Jeu"?

VIDEO - BHL DECRYPTAGE VERSION AUDIO NON CENSUREE
VIDEO - SCADY: "JE SUIS CENSURÉ": BHL ET LA PROPAGANDE

Attention, BHL pense : le mouvement BDS est “organisé par d’anciens nazis” (Julien Salingue)
BHL se déchaîne contre BDS: « un mouvement fasciste », « organisé à partir d'anciens nazis »
BHL : le mouvement BDS est “organisé par d’anciens nazis” Pour mémoire : 1) Le mouvement BDS est “né” d’un appel signé par plus de 170 organisations de la société civile palestinienne le 9 juillet 2005, un an après l’avis de la Cour internationale de justice exigeant d’Israël qu’il détruise le mur construit en Cisjordanie. Soit 60 ans après la chute du nazisme. 2) La liste des membres de l’instance dirigeante de BDS, le Boycott National Committee (BNC), est publique, et il ne figure en son sein aucun “ancien nazi”. 3) “Au moment du fascisme”, l’État d’Israël n’existait pas, et il aurait donc été malaisé d’appeler à le boycotter. 4) Le mouvement BDS n’a jamais tué personne. Contrairement au fascisme. Et à l’État d’Israël. Il est de notoriété publique que BHL est un énergumène malfaisant, et d’aucuns pensent que relever ses outrances est une perte de temps. Mais BHL continue d’être un invité récurrent des plateaux de télévision et des antennes de radio, où l’on s’acharne à le présenter comme un “intellectuel”, un “philosophe”, un “penseur”.

Conspiracy Watch (relié à "La Règle du Jeu", plateforme de propagande de BHL) nous fait de la pub!

L’affaire Umberto Eco Par Marcelle Padovani "Le Cimetière de Prague", le nouveau roman d’Umberto Eco, lui a valu d’être accusé d’"antisémitisme involontaire". Marcelle Padovani, notre correspondante à Rome, revient sur un débat qui a soulevé les passions en Italie. Bien sûr, personne ne l’a accusé d’être «anti-juif». Mais, lors de la virulente polémique que son roman «le Cimetière de Prague» a suscité en Italie, les détecteurs d’antisémitisme ont diagnostiqué chez Umberto Eco une nouvelle et subtile variété d’infamie: l’«antisémitisme involontaire».
31 oct 2010: Umberto Eco accusé d'antisémitisme involontaire
Umberto Eco: départager le faux du vrai Dans son roman il dit comme il se doit que les Protocoles sont faux, mais il donne en plus pleins de détails péjoratifs au sujets des f-m, des jésuites et des juifs qui permettent de comprendre pourquoi les gens auraient tendance à croire les Protocoles. C'est que, consciemment ou non, les juifs font tout pour qu'on croit à un complot juif mondial! Ils essaient toujours de tout contrôler ; à partir de là il est très facile de commencer à croire à un gigantestque complot multimillénaire...
Taguieff dit en entrevue au Figaro (dans «Eco peut-il écrire ce qu'il veut ?»): Eco a déclaré avoir voulu se «confronter longuement et ouvertement avec les clichés antisémites, pour les démonter». L'ennui, c'est qu'il les expose en long et en large avec un grain de complicité ironique, installé dans la zone d'ambiguïté où il mélange avec jubilation le vrai et le faux, le vraisemblable et le certain, les faits et les rumeurs, les légendes, les récits mythiques. Son roman ressemble à une compilation de textes antijuifs qui font oublier les intrigues. Et la fascination d'Eco pour la préhistoire des Protocoles est contagieuse. On peut dès lors craindre que son roman fonctionne, pour les lecteurs naïfs, comme un manuel d'initiation au conspirationnisme antijuif et antimaçonnique, et, pour les adeptes de la pensée conspirationniste, comme un aide-mémoire. «Le mélange du vrai et du faux est plus faux que le faux», disait Valéry. Eco, en virtuose, jouant lui-même les faussaires et les plagiaires, conduit le lecteur à imaginer le grand complot juif et le laisse seul juge de sa réalité. Plutôt qu'à un décryptage et un démontage des accusations mensongères et des stéréotypes antijuifs, c'est à un renforcement des préjugés qu'il risque d'avoir contribué, du moins pour une partie de son lectorat.