Tuesday, June 4, 2024

Les super-riches alliés de Trump: contre l’impôt, contre le gouvernement et contre la démocratie. Les promesses de Trump de baisses d'impôts aux super-riches ajouteraient au moins 4600 milliards (4.6 billions) au déficit de l'État américain

 
 
Lire ici le rapport de Americans4TaxFairness



@4taxfairness • BREAKING: Just 50 billionaire families have already spent more than $600 MILLION on the 2024 election

The Billionaire Family Business: 50 Billionaire Clans Have Already Spent Over $600 Million on the 2024 Elections, Mostly to Preserve Their Fortunes - Americans For Tax Fairness
(...) That pronounced GOP tilt is a sign that the political spending of billionaire families is largely an investment in preserving familial wealth and power. That’s because it is Democrats, including President Biden, who are pushing for more effective taxation of great wealth, the income generated by that wealth, and the transfer of wealth between generations. Republicans advocate for just the opposite: lower taxes on the rich, on the corporations they control and on the great inheritances that perpetuate and exacerbate wealth inequality. 
 We need more effective taxation of billionaires and on intergenerational wealth transfers, as well as tighter campaign-finance laws, to curb this power grab by America’s economic dynasties.
 
Le prix à payer (2014) -1/2 - Le prix à payer (2014) 2/2
 
Le Prix à payer – Brigitte Alepin
Making Rich People Pay Their Taxes Is A Huge Success

IRS COMING FOR THE RICH

GOOD SOCIAL SECURITY NEWS!

 
Le mouvement Trump avec les super-riches contre l’impôt, contre le gouvernement et contre la démocratie

Le mouvement MAGA est stupidement convaincu que les milliardaires et les élites super-riches ont peur de Trump, or rien n'est plus loin de la réalité. Le fait est qu’ils ont surtout peur de perdre de l'argent, à cause des mesures gouvernementales d’imposition sur le revenu. De telles mesures ont été adoptées par le président Obama et les super-riches ont grand peur que Biden fasse pareil en 2025. En 2017, le président Trump a fait la même chose que son prédécesseur, le président républicain George W. Bush, il a fait adopter une loi pour baisser les impôts des super-riches. En 2025, cette loi arrive à échéance mais Biden a clairement stipulé qu'il n'était pas question de la renouveler. Trump au contraire promet de renouveler ces baisses d'impôt. Voilà en gros ce qui motive les super-riches à prendre parti pour Trump, peu importe leurs excuses ("à cause de l'antisémitisme du milieu académique", "à cause de l'abandon d'Israël par l'administration Biden", "pour défendre une pauvre victime de la gauche qui instrumentalise la justice contre ses ennemis politiques", etc.).
 
Project 2025 Calls For Raising Taxes On Working Class Americans By 25% (Imaginez le désastre, tout le monde qui va perdre sa maison... Ça va être une crise des sans-abris, mais le pire est qu'une nouvelle loi a rendu illégal le fait d'être sans-abri aux USA. Il y a va y avoir du monde dans les camps-prisons privées, et justement ces milliardaires liés au CNP qui possèdent les prisons-privées appuient Trump.) 
 
Les baisses d’impôt promises par Trump aux super-riches seront accompagnées de hausse d’impôt aux pauvres (15% obligatoire pour tous!), alors qu'ils ne payaient normalement presque rien en impôt. Les pauvres incapables de payer leurs impôts et leur loyer seront évincés et jetés à la rue, alors même que les sans-abris viennent d’être criminalisés par les Républicains au Congrès. Plusieurs tenteront de fuir le pays, traverser les frontières et trouver refuge au Canada par exemple, mais le contrôle des frontières sera tellement resserré qu’il deviendra de plus en plus impossible de demander asile dans un autre pays, étant donné que le monde sera en quelque sorte forcé de suivre l’exemple des USA et de resserrer le contrôle de leurs frontières, qu’ils le veuillent ou non. Les camps d’internement de la FEMA seront débordés avec tous les millions de nouveaux sans-abri et les millions immigrants légaux et illégaux, qu’il faudra les déporter massivement. L’incitation au crime sera plus grande qu’auparavant, il vaudra mieux commettre un crime pour payer ses factures étant donné la gravité des conséquences d’un non-paiement : risque d’éviction, emprisonnement, camps de la Fema, déportation, etc. Les criminels n’auront rien è perdre, ce qui les rendra encore plus dangereux. Le système « démocratique » sera vraiment cassé et il apparaîtra nécessaire aux yeux de tous qu’il faut le remplacer par autre chose…  On sera sur la voie express de l’autoroute menant vers la destruction totale de la société. Au nom de la théocratie nationaliste chrétienne, on forcera les femmes à porter un bébé et à ne plus pouvoir contrôler leur propre corps, et leur hystérie n’en sera que plus grande du fait qu’on leur a déjà montré dans des romans comme The Handmaid’s Tale à quoi ressemblerait une dictature théocratique. Imaginez un peu l’état d’esprit apocalyptique qui se répandra alors… Voyez ce qui se passe en Argentine avec Javier Milei qui vient du privé tout comme Trump, la situation est catastrophique, apocalyptique. Milei a appliqué des « réformes » draconiennes d’amincissement de l’État, tout comme ce que le Project 2025 promet de faire.  C’est ce qui se produit lorsque le privé réussit à prendre le contrôle du gouvernement.

Les tenants du Project 2025 appuient ouvertement Trump mais on peut supposer qu’ils aimeraient bien pouvoir rester cachés derrière Biden tout en appliquant quand même leur programme à travers lui. Biden leur offre leur avantage : il en vient quand même à appliquer certains éléments de leur plan, tout en laissant leur faisant écran, en les laissant confortablement cachés dans l’ombre, où ils préfèrent rester. Trump les oblige à se montrer publiquement, ce qui est assez risqué. Agir à travers Biden, qui rejette le plan du Project 2025, permet de garder cachées des choses qui feraient inévitablement surface si c’était Trump qui l’appliquait fièrement. Une présidence Trump attirerait une attention indésirable sur le Project 2025 et ses commanditaires, comme Heritage. Comme les milliardaires qu’ils représentent, les think tank préfèrent généralement parasiter le pouvoir qu’être eux-mêmes au pouvoir et devoir assumer la responsabilité et essuyer les critiques qui fusent contre le président et ses commanditaires. Les think tank comme Heritage finissent de toute façon par avoir ce qu’ils veulent, ils réussissent à imposer leurs volontés aux présidents, peu importe qui est au pouvoir, républicain ou démocrate.

La mise en danger de la république révolutionnaire fait partie de la restauration (contre-révolution). L’héritage humaniste libéral des Lumières est rejeté au profit du fascisme, élitisme  (royauté, aristocratie, synarchie en France) et de la théocratie (églises, new age, conspiritualité, etc.) et de la réaction de droite raciste.
EXPOSED: Trump Billionaire Quid Pro Quo REVEALED

Trump Promises Megadonors Tax Cuts in Exchange For Donations
 
Trump Promises Billionaires He'll Cut Their Taxes
 
Trump Laughs It Up With His ‘Rich As Hell’ Friends And Promises Them More Tax Cuts
Trump makes sweeping promises to donors on audacious fundraising tour

Trump Begging For Campaign Donations By Personally Promising Rich Megadonors Tax Cuts
Earlier in May, the Post also reported that Trump huddled with executives from many of the country’s largest oil companies and told them they need to donate $1 billion to his campaign. In exchange for the massive donation, Trump promised to make sure they got whatever environmental regulations that required from the government to maximize their businesses. (…)
“Trump’s offer of a blatant quid pro quo to oil executives is practically an invitation to ask questions about Big Oil’s political corruption and manipulation,” Sen. Sheldon Whitehouse (D-RI) later said in a statement as he raised the prospect of a Senate investigation into the meeting. House Democrats have asked the oil executives at the meeting to detail in written statements specifically what Trump offered them.
 
The 2017 Trump Tax Law Was Skewed to the Rich, Expensive, and Failed to Deliver on Its Promises | Center on Budget and Policy Priorities

Billionaires Are $2.2 Trillion Richer Since 2017 Trump-GOP Tax Law - Americans For Tax Fairness
 
Extending Trump Tax Cuts Would Add $4.6 Trillion to the Deficit, CBO Finds
“Republicans are awfully eager to shield their megadonors from paying taxes,” said Budget Chairman Whitehouse. “Remember when Republicans held our entire economy hostage demanding cuts to IRS enforcement so they couldn’t go after wealthy tax cheats.  Remember the Trump tax scam cutting taxes for billionaires and big corporations.  Now they’re set on extending those tax cuts, even though it would blow up the deficit. The Trump tax cuts were a gift to the ultrarich and a rotten deal for American families and small businesses. With their impending expiration, we have a chance to undo the damage, fix our corrupted tax code, and have big corporations and the ultra-wealthy begin to pay their fair share.”
“The Republican tax plan is to double down on Trump's handouts to corporations and the wealthy, run the deficit into the stratosphere, and make it impossible to save Medicare and Social Security or help families with the cost of living in America,” said Finance Committee Chairman Wyden. “Republicans have planned all along on making Trump's tax handouts to the rich permanent, but they hid the true cost with timing gimmicks and a 2025 deadline that threatens the middle class with an automatic tax hike if they don't get what they want. In short, they're focused on helping the rich get richer, and everybody else can go pound sand. Democrats are going to stand by our commitment to protect the middle class while ensuring that corporations and the wealthy pay a fair share.”
According to the Institute on Taxation and Economic Policy, extending the Trump tax cuts would create a $112.6 billion windfall for the top five percent of income earners in the first year alone.  The richest five percent of Americans would reap 40 percent of the benefits from the law’s extension in the first year alone—more than the bottom 80 percent—making this legislation one of the most regressive and expensive tax giveaways in history.
 
 REVEALED: Secret Billionaire Deal To Bail Out Trump For $500m
 
Cable News Refused to Report Trump's Bombshell Quid Pro Quo Offer to Big Oil Execs | "The most under-covered Trump story is his complete selling-out of the American people on issues they care about most," one political insider said.

Trump’s $1bn pitch to oil bosses ‘the definition of corruption’, top Democrat says | Senator Sheldon Whitehouse tells Guardian ‘quid pro quo is very evident’ amid investigation into Mar-a-Lago meeting in April

Editorial: Trump promises tax cuts and fewer rules. CEOs shouldn’t fall for it.

Trump’s Tariff Is a Scheme to Shift Tax Burden to Non-Rich

Trump Stuns CEOs with $1 Billion Quid Pro Quo
 
Lawrence: Donald Trump is proposing the ‘worst economic policy in U.S. history’

Trump Tax Ideas Could Cause 'Economic Warfare,' Summers Says
 
Bernie shreds billionaires backing Trump: ‘So greedy’ they’ll do anything to keep power
 
New Studies Expose How Bad CEO Greed Has Surpassed Inflation (La hausse sans fin des prix n'est pas due à l'inflation mais à la soif de profits des corporations, qui veulent continuer à battre des records de profits chaque année, comme ce fut le cas durant la crise covidique.)
 
Si Trump renouvelle ses réductions d’impôts aux super-riches, il endettera le pays de plus de 4.6 billions (4600 milliards !) pour enrichir ses plus importants donateurs, une ribambelle de milliardaires cités dans les Paradise Papers. Rappelons que les Paradise Papers ont révélé, en 2017, les noms de riches et de super-riches qui ont caché de l'argent dans des paradis fiscaux.
 
Comme G.W. Bush, Trump vend ses baises d'impôts aux super-riches en référant au mythe de l'économie de ruissellement, une théorie d'économistes intégristes amis des milliardaires, remontant à l'ère de Ronald Reagan et depuis longtemps discréditée.
 
Obsédés par les juifs et le wokisme, les fans de Trump restent complètement ignorants des véritables enjeux politiques et économiques, ce qui les rend parfaitement manipulables entre les mains des démagogues, influenceurs ou politiciens. Rien d’étonnant ensuite à ce que le mouvement Trump attaque surtout Obama et Biden ("soumis à la gauche radicale", "communistes", "marxistes"), puisque ce sont eux qui ont tenté de faire en sorte que les super-riches soient imposés comme il se doit par le gouvernement.  Cette frange radicale opposée aux excès criminels d'Israël et aux changements de régime (ex: Vénézuela vs Eliott Abrams) est celle que Trump attaque le plus durement. Elle est appelée "The Squad" et regroupe trois femmes issues de l'immigration et que RFK Jr attaque toutes comme antisémites : Rashida Tlaib, Alexandra Ocasio-Cortez et Ilhan Omar
 
Rashida Tlaib Rips Into House Members For Covering Up Palestinian Genocide In Gaza
AIPAC Vs The Squad The Squad c'est aussi celles que Trump identifie comme la frange radicale de gauche la plus problématique. Attaquer ceux ou celles qui critiquent le plus vertement le complexe militaro-industriel et la guerre israélienne, c'est pas différent de défendre les intérêts d'Israel et du complexe militaro industriel.

Rappel: "Propaganda Machine": NY Congressmember Jamaal Bowman on AIPAC's $25 Million Campaign to Unseat Him

Rappel: Jamaal Bowman vs. AIPAC: How the New York Democrat became the lobby group's top target in 2024

'My Opponent Supports Genocide!': Jamaal Bowman Blasts AIPAC, Slams U.S. Support For Israel

Trump Donors Are FLOODING Jamaal Bowman's Opponent With Cash (Comme l'AIPAC, le lobby israélo-américain, qui finance lui aussi les opposants politiques de Bowman!)

AIPAC vs. Jamaal Bowman: Rep. Ayanna Pressley on Pro-Israel Lobby Challenge to "The Squad"
 
 
Pour l'un de ces milliardaires, Steven Schwarzman, PDG d'un des plus importants groupes financiers au monde (Blackstone), ce sont les baisses d'impôt promises par Trump qui font toute la différence. Cité dans les Paradise Papers, Schwarzman est connu pour ses positions radicales anti-impôt sur le revenu: il a même comparé les msures adoptées par Obama pour l'imposition des super-riches à l'invasion de la Pologne par Hitler, avant de reconnaître la grossièreté de sa comparaison, pourtant très révélatrice de son état d'esprit de milliardaire crapuleux.
 
L'acteur Trump** joue le rôle d'un populiste anti-establishment, soi-disant « pas achetable puisque déjà riche ». Mais il adore être le préféré des milliardaires de Wall Street, comme Hillary Clinton qu'il enviait. Il aime prendre l’argent d’Adelson, comme Elon Musk soi-disant "le plus riche du monde" adore prendre l’argent des Saoudiens (de qui Jared Kushner a reçu 2 milliards alors qu'il travaillait pour l'administration Trump, une évidente situation de conflit d'intérêt). Similairement, Elon Musk le milliardaire anti-gouvernement aime prendre l'argent du gouvernement...
 
**  Fait des plus intriguant : les leaders et les influenceurs de l'Alt-Right, la droite MAGA, est remplie de gens du spectacle qui ont échoué à devenir des acteurs: James O'Keefe, Steve Bannon, Trump, Stephen Crowder, Ben Shapiro, on pourrait ajouter Steve Mnuchin nommé au Trésor par le président Trump. En France il y a Dieudonné et Soral... Il y a de quoi soupçonner qu'ils travaillent en fait pour des agences de désinformation gouvernementale ou des firmes privées, s'ils ne sont pas tout simplement des escrocs charismatiques qui, à défaut d'avoir pu percer dans le monde du spectacle, se trouvent à divertir le public en faisant leur petit spectacle dans l'arène politique. Voir pour plus de détails When Theater Kids go Bad Leur activité politique leur assure une visibilité médiatique, à défaut d’avoir un public à divertir dans le monde du spectacle. Les sectes l’ont compris depuis longtemps, comme les Moonies Moonies ou Falun Gong qui possèdent également des grands médias en plus de leur activisme politique. Voir par exemple les liens des Moonies avec des partis et des mouvements d’extrême-droite, qui n’est pas sans rappeler les liens des Raéliens avec Dieudonné et Elon Musk, ou Soral qui a pu maîtriser son art de la manipulation dans la secte Iso Zen (très sexuelle comme les Raéliens). C’est à se demander si ces sectes ne sont pas le déguisement des thinks tank de droite politique. Mélanger ainsi la politique et la religion est généralement à l’extrême-droite. Cela porte un éclairage différent sur la fameuse phrase de Frank Zappa : « la politique est la branche divertissement du complexe militaro-industriel ». Cette extrême-droite ne valorise plus la guerre mais elle vénère toujours cette idée des militaires et des généraux qui seraient notre seul espoir contre la classe dominante des ploutocrates, idée ridicule basée sur le mythe de « la révolte des généraux ». Un pur fantasme, qui reflète néanmoins un fait réel de l’histoire récente : au début de la guerre en Irak, quelques généraux américains ont dû être évincés par les fauteurs de guerre et par leurs laquais, comme Stephen Herbits, payé par Bronfman (voir M.C.Piper The High Priests of War). Ces escrocs intellectuels, cette fausse dissidence contre-productive, semble servir de faire-valoir aux anticonspi, à donner raison aux anticonspis, comme s’ils roulaient pour les anticonspis. Leur influence sur les réseaux sociaux permet à ces réseaux sociaux de subvertir et pourrir la véritable démocratie, la parole du peuple, qui ne s’exprime pas que par le vote électoral et qui réussissait jusqu’ici à se faire valoir auprès des médias. Les réseaux sociaux sont encore plus contrôlés que les médias, grâce aux influenceurs qui exercent désormais une influence politique bien plus grande et plus profonde, souvent sectaire, sur le psychisme du peuple que les médias traditionnels pouvaient rêver d’avoir. Les réseaux sociaux pourrissent tout, leur influence sur les théories du complot en est un des pires exemples, car il y a un monde de différences entre les théories du complot avant et après l’avènement des réseaux sociaux. Les médias sociaux ont accompli ce que les ennemis de la démocratie ne pouvaient que rêver : un tour de passe-passe magistral faisant croire que pour défendre la voix du peuple et la démocratie, il faut apporter son appui à des politiciens ouvertement profascistes, illibéraux, qui se vantent de faire reculer la démocratie, les droits civiques, les droits fondamentaux, le droit du travail et les syndicats, les normes environnementales, la régulation économique, l’imposition des riches, l’égalité homme-femme, le droit d’asile des réfugiés politiques, la liberté d’expression, de conscience, de religion, etc. Les soi-disant dissidents sont connectés à l’extrême-droite juive du likoud : ils ne débattront jamais avec un gauchiste, mais seulement avec des propagandistes de la super-droite israélienne (Elizabeth Lévi, etc.). Ça rappelle autrefois, lorsqu’il était clair que les antisémites et les juifs sionistes partageaient, malgré leur opposition frontale, exactement les mêmes vues sur l’importance fondamentale et primordiale de la race. De même le KKK et l'ADL communient dans leur détestation des quotas raciaux, de même les néocons (alignés sur les likudniks, la droite dure israélienne) détestent le wokisme universitaire au moins depuis mai 68, parce que celui-ci justifie le propalestinisme et la critique de la droite dure israélienne. Des rumeurs circulent depuis longtemps à l’effet que Soral serait tenu par la LDJ, l’extrême-droite juive sioniste… D’autres rumeurs disent qu’il avait été averti d’avance de l’attaque de la LDJ contre une librairie où il tenait une séance de signatures. La dissidence est un mouvement messianique qui prend ses leaders, ses héros, pour l'incarnation du messie sauveur.  En son sein, on ne défend pas la liberté d’expression de tous mais uniquement celle du leader de secte qui parle en notre nom. C’est plutôt un mouvement de soumission à l’autorité du leader intimidateur (bully), notre héros Soral, Dieudonné, Trump, etc., comme un général de guerre qui enjoint ses troupes de la boucler pendant qu’il parle (« ferme-la! » disait Dieudo) pour qu’on le laisse parler à notre place. De façon à intimider et faire taire ceux qui font vraiment le travail de dissidence et qui ne sont pas que des poseurs qui collectent de l'argent, contrairement aux héroïques leaders du mouvement. Pire qu'un crime de lèse-majesté, c'est rien de moins qu'un blasphème que de critiquer ces hommes providentiels qui dirigent la dissidence, c'est prendre le parti du mal contre le bien aux yeux des disidents décérébrés (ils se comportent en moutons en étant convaincus, ironiquement, que tout le monde est un mouton sauf eux!). On aime le leader intimidateur (bully) pour diriger notre camp même s’il est clairement un sociopathe et une ordure, car on se dit qu’il nous en faut un pour gagner : tout comme l’ennemi a sa Choutzpah, notre leader et héros doit être fort en gueule et n’avoir peur de rien ni personne, même pas de mentir, même pas de faire taire son propre camp et d’étouffer la liberté d’expression de tous ceux qui ne sont pas les leaders comme lui. Pas grave que notre leader retourne la « culture de l’annulation » contre nous, il fait le boulot à notre place !  Le leadership de la dissidence met en scène une guerre de la fin des temps du bien contre le mal, ce dernier étant incarné par le wokisme alors que le bien n'est rien que la liberté d’expression du leader providentiel, petit général de guerre équivalent du sauveur (comme les Jésuites font de Jésus un généralissime roi du monde). Le wokisme n’étant ici qu’un épouvantail pour mettre en valeur la liberté d’expression du leader en danger d'être baillonné, détruisant tous nos espoirs révolutionnaires. C’est un feuilleton et comme dans les feuilletons, les scénaristes et les acteurs vedettes nous manipulent à leur gré, parce qu’ils savent comment manipuler nos émotions et susciter les réactions voulues, mais surtout ils savent comment nous rendre accros, dépendants d'eux, qu'on les suive inlassablement. Ils ont tous des liens avec l’extrême-droite même s’ils se disent au-delà de la gauche et de la droite. Ces partis d’extrême-droite visent peut-être le pouvoir mais ils ne l’obtiendront jamais, pas bientôt en tout cas. Comme ces partis, la dissidence sert surtout à parasiter le pouvoir et pas seulement en faisant élire ses poulains, mais plutôt en faisant pression indirectement sur les politiques et les gouvernements, et ce grâce au poids politique que représente leur base de suiveux, un mouvement hyperactif sur les réseaux sociaux. Un peu à la manière des think tanks, sauf que ces derniers exercent leurs pressions sur les milieux intellectuels et le débat d’idées médiatique.  La dissidence liée à l’extrême-droite sert surtout dans le cadre de la guerre culturelle, une vieille stratégie de la droite mêlant les enjeux culturels et politiques, afin d’exciter et agiter le peuple et justifier l’anti-populisme des élites. Cela sert à mieux cacher les enjeux politiques et économiques réels, et surtout cacher la nocivité de leur influence droitière fascisante, une influence qui sert clairement davantage l’oligarchie que le peuple. La classe possédante dirigeante est dans l’ombre elle ne veut pas être dans le feu des projecteurs. Elle ne veut pas être elle-même au pouvoir, elle veut parasiter le pouvoir en place, l’influencer dans l’ombre, faire pression sur lui dans un sens ou dans l’autre, porter au-devant de la scène certains enjeux et en écarter d’autres. Comme les médias, ils font et défont les carrières politiques. Frank Zappa disait : la politique est la branche divertissement du complexe militaro-industriel. Ceux qui sont dans le feu des projecteurs sont les politiciens au pouvoir et les agents du spectacle, au service de la classe possédante qui veut parasiter le pouvoir. La dissidence fait partie du spectacle, comme les politiciens.
 
 
Has US Liberal Democracy Reached The End? (C'est ce qu'on tente apparemment de nous faire croire, pour nous faire enter dans une nouvelle phase du nouvel ordre mondial...)

SCOTUS Obliterates Government's Ability To Regulate Corporations
 
 Les baisses d’impôt offertes par Trump aux super-riches seront accompagnées de hausse d’impôt aux pauvres qui normalement ne payaient rien en impôt. Les pauvres incapables de payer leurs impôts et leur loyer seront évincés et jetés à la rue, alors même que les sans-abris viennent d’être criminalisés par les Républicains au Congrès. Plusieurs tenteront de fuir le pays, traverser les frontières et trouver refuge au Canada par exemple, mais le contrôle des frontières sera tellement resserré qu’il deviendra de plus en plus impossible de demander asile dans un autre pays, étant donné que le monde sera en quelque sorte forcé de suivre l’exemple des USA et de resserrer le contrôle de leurs frontières, qu’ils le veuillent ou non. Les camps d’internement de la FEMA seront débordés avec tous les millions de nouveaux sans-abri et les millions immigrants légaux et illégaux, qu’il faudra les déporter massivement. L’incitation au crime sera plus grande qu’auparavant, il vaudra mieux commettre un crime pour payer ses factures étant donné la gravité des conséquences d’un non-paiement : risque d’éviction, emprisonnement, camps de la Fema, déportation, etc. Les criminels n’auront rien à perdre, ce qui les rendra encore plus dangereux. Le système « démocratique » sera vraiment cassé et il apparaîtra nécessaire aux yeux de tous qu’il faut le remplacer par autre chose…  On sera sur la voie express de l’autoroute menant vers la destruction totale de la société. Au nom de la théocratie nationaliste chrétienne, on forcera les femmes à porter un bébé et à ne plus pouvoir contrôler leur propre corps, et leur hystérie n’en sera que plus grande du fait qu’on leur a déjà montré dans des romans comme The Handmaid’s Tale à quoi ressemblerait une dictature théocratique. Imaginez un peu l’état d’esprit apocalyptique qui se répandra alors… Voyez ce qui se passe en Argentine avec Javier Milei qui vient du privé tout comme Trump, la situation est catastrophique, apocalyptique. Milei a appliqué des « réformes » draconiennes d’amincissement de l’État, tout comme ce que le Project 2025 promet de faire.  C’est ce qui se produit lorsque le privé réussit à prendre le contrôle du gouvernement.




Joe: Blackstone CEO Schwarzman supporting a guy who says he can execute his political opponents

Blackstone (finance) — Wikipédia 
(...) Blackstone est fondé en 1985 par deux anciens de Lehman Brothers, Peter George Peterson et Stephen A. Schwarzman (...) 
Liens offshore (avec 12 autres conseillers, donateurs et membres du cabinet Trump) 
Stephen Schwarzman, le PDG et cofondateur du Groupe Blackstone fait partie des conseillers, donateurs et membres du cabinet de Donald Trump, repéré par l'International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) comme hommes d'affaires proches alliés de Trump à Wall Street, et comme bénéficiant des réseaux de paradis fiscaux. Les autres conseillers et/ou donateurs auxquels Donald Trump est également redevable, et qu'il a souvent appelé voire nommé près de lui durant son mandat de président, et étant dans ce cas sont Rex Tillerson, Wilbur Ross, les frères Koch, Paul E. Singer, Sheldon G. Adelson, Steve Wynn, Thomas J. Barrack Jr., Gary Cohn, Robert Mercer, Carl Icahn, Geoffrey Harrison Palmer, Randal Quarles. Très opposé à la taxation des riches, Schwarzman a comparé le plan de l’administration Obama visant à augmenter les taxes dues par les dirigeants de Hedge funds à l‘« invasion de la Pologne par Hitler » (s’excusant ensuite de cette analogie qu'il a reconnue inappropriée).

FLASHBACK : Des proches de Trump dans les paradis fiscaux
 
Rappel sur Carl Icahn: 
 
Le magnat juif milliardaire Carl Icahn empoche des millions de dollars grâce à sa position dans l'administration Trump, démissionne juste à temps pour éviter des accusations de corruption (2017)
 
Détails sur Paul Singer le vautour et ses hedge funds qui détruisent des nations.
 
Paul Singer: The Vulture Chewing Argentina’s Living Corpse

Inside Justice Samuel Alito's Relationship to Hedge Fund Billionaire

Argentina: Vultures Come Home to Roost
 
The Vulture: How Billionaire Rubio Backer Paul Singer Made Billions off Argentina Debt Crisis

How one hedge fund made $2 billion from Argentina’s economic collapse - A woman walks by a mural in Buenes Aires that reads in Spanish “vultures” in reference to the dispute in between the Argentine government and U.S. hedge funds, known locally as “vulture funds.”

Paul Singer (businessman) - Wikipedia Singer and The Paul E. Singer Family Foundation are behind The Philos Project, a pro-Israel Christian organization.[69] In 2016 Singer partnered with the Museum of the Bible to fund Passages Israel, a program to take college students to Israel.[70] He is a "longtime supporter of hawkish pro-Israel causes" and a major funder of the conservative think tank Foundation for Defense of Democracies.(C'est le nouveau PNAC! avec à sa tête le papa de Tucker Carlson, un ancien patron de la branche médias de la CIA) According to The New York Times, he supports "like-minded candidates who often share his distaste for what they view as governmental over-meddling in the financial industry".[76] Singer has contributed more than $1 million to the political efforts of the Koch brothers.[77][78] In 2014, Singer led a group of major Republican donors to form the American Opportunity Alliance, a group that brings together wealthy Republican donors who share Singer's support for LGBTQ rights, immigration reform and Israel.[79] During the 2016 U.S. presidential election campaign, Singer supported Marco Rubio and donated a million dollars in March to the Our Principles PAC, a Stop Trump movement PAC attempting to derail Donald Trump's election campaign.[80][81][82][83] He also started the American Unity PAC.[84] He supported Trump's inaugural committee with $1 million together with 25 other billionaires.[85] Singer was a major contributor to George W. Bush's presidential campaigns. (...) He has also donated millions of dollars to organizations that advocate for a strong military and for supporting Israel.(...)


For Wall Street Billionaires, This Election Is About One Thing -  Plutocrats like Jamie Dimon would have you believe they’re leaning toward Trump because of inflation or immigration or antisemitism, but they’re all full of it (...) But inflation isn’t what this election is about—not for the billionaire donor class, anyway. It’s about keeping rich people’s taxes low. That’s the largely unspoken reason why respectable CNBC talking heads like JPMorgan Chase chief executive Jamie Dimon, billionaire investor Nelson Peltz, private equity macher Stephen Schwarzman, and hedge fund tycoon Kenneth Griffin are holding their noses and rallying around Trump. (…)Dimon, Peltz, Schwarzman, Griffin, and others like them are drifting back to Trump for only one reason: They want to keep the tax cuts that Trump gave them in 2017, which are all due to expire in December 2025.(…) In fact, Biden intends to keep the tax cuts for people earning less than $400,000, which will increase the budget deficit by $1.5 to $2.5 trillion over 10 years. Trump intends to keep the tax cuts for everybody, which will increase the budget deficit by $4 trillion over the same period. If the donor class were really concerned about inflation, it would oppose Trump’s plan on the grounds that a $4 trillion deficit increase is much more inflationary than a $2.5 trillion deficit increase. But they’re silent on this point. Biden would likely seek to reduce the cost of keeping some of Trump’s tax cuts by imposing new taxes on inherited wealth, by increasing the Medicare tax on high incomes, and by taxing carried interest. But don’t expect these gentlemen to thank Biden for such budget-mindedness. (...)
 
 
Les milliardaires droitistes Nelson Peltz et le technofasciste Elon Musk
 
Trump Considering an Advisory Role for Musk If He Wins a Second Term (...) In April, Musk co-hosted a secret dinner of around a dozen business leaders in Los Angeles. The guests included Peltz; venture capitalist Peter Thiel; former Treasury Secretary Steven Mnuchin; and media mogul Rupert Murdoch, chairman emeritus of News Corp, which owns The Wall Street Journal, according to people familiar with the matter. The gathering was earlier reported by the news outlet Puck. (...) Musk, along with the billionaire investor Nelson Peltz, has also briefed Trump on a plan they have developed to invest in a data-driven project to prevent voter fraud, according to some of the people. (...) During the Trump presidency, Perlmutter was positioned at the Department of Veterans Affairs in an advisory capacity, along with two other members of Trump’s Mar-a-Lago compound in Florida: a Palm Beach doctor and an attorney. (...) Musk served on White House business advisory groups during Trump’s term as president but resigned from them in 2017 after disagreeing with Trump’s decision to pull the U.S. out of the Paris climate accord. Trump made billionaire investor Carl Icahn, an old business acquaintance, a special adviser to the president on overhauling federal regulations in 2016. When he was named to the post, Icahn had already been helping Trump vet candidates for top posts at the Securities and Exchange Commission and Environmental Protection Agency. The position wasn’t an official government job, meaning Icahn didn’t get paid but also didn’t have to give up his business dealings. Icahn resigned from the post less than a year later after drawing criticism for potential conflicts of interest with his investments.
 
WSJ's Emily Glazer on the growing Elon Musk-Donald Trump alliance
Trump Guilty Verdict Fires up Republican Donors, Who Pledge Millions

There’s a new dark money group supporting Trump (...) Securing American Greatness, which is being run by Trump ally Taylor Budowich, is one of several pro-Trump outside groups working to boost a campaign that is running at a financial disadvantage to Biden’s. As a so-called dark money group, the nonprofit can support and oppose candidates — as long as electioneering isn’t its primary activity — and can raise unlimited funds without disclosing its donors. Another super PAC, Right for America, is being funded by Trump friend and former Marvel Entertainment executive Ike Perlmutter, and is receiving additional fundraising help from Florida Gov. Ron DeSantis. And on Thursday, a third pro-Trump super PAC emerged: Preserve America, which is being bankrolled by casino billionaire Miriam Adelson.(...)
Billionaire Ackman Could Endorse Trump, Report Says (...)Ackman, the founder of hedge fund Pershing Square Capital Management, could make the endorsement on billionaire Elon Musk’s social media platform X, an unnamed source familiar with Ackman told The Financial Times. That endorsement would add to a growing list of Wall Street executives throwing their weight behind Trump, along with billionaire Dallas Mavericks owner Miriam Adelson, Blackstone CEO Steve Schwarzman and hotel magnate Robert Bigelow. It would also mark a reversal for Ackman, who earlier this year supported longshot Democratic challenger (...) Forbes evaluation :We estimate Ackman has a net worth of roughly $4.3 billion, making him the 743rd richest person in the world as of Thursday. Ackman founded Pershing Square in 2004, with a consolidated stock portfolio of less than a dozen companies, including Google parent Alphabet, Chipotle and hotel chain Hilton.(...)

Trump’s rich backers normalize criminal behavior (...)Last week, Schwarzman told Axios, opens new tab he would vote for Trump, after repeatedly calling on the GOP to find another candidate. A group associated with casino billionaire Miriam Adelson also said this week it would spend around $100 million on Trump’s campaign. Hedge fund manager Bill Ackman is considering throwing his support behind Trump, too, Reuters reported on Thursday before the verdict was announced.(...)

How Trump Gets Away With Promising to Make the Rich Richer (...)When describing their reasoning, several of the donors have offered up the peculiar rationale that left-wing protesters have gone so far in their attacks against Biden’s support for Israel that they somehow feel compelled to also oppose the president. “Due to a dramatic change in circumstances,” said financier Eric Levine in March, describing progressive protests against Biden, “I have decided I will vote for Trump in November.” Recently, Blackstone CEO Stephen Schwarzman explained his reversal in similar terms: “The dramatic rise of antisemitism has led me to focus on the consequences of upcoming elections with greater urgency.” (...) Trump’s billionaire surge has several causes. First, and most predictably, the end of the Republican primary terminated hopes wealthy Republicans harbored that they could return their party to power without sullying themselves with an attachment to a post-insurrection Trump. Second, Trump's strong showing in the polls and his penchant for graft increased the incentive to make nice. Trump’s first term made it clear that he has no compunction about favoring business leaders who support him and ruthlessly punishing those who don't. Third, apart from the obvious self-interest at play, wealthy conservatives hold moral beliefs about taxation that are difficult for most Americans to fathom. The American right has long regarded the fact that a majority of normal Americans can vote to tax money from a small minority of very rich ones for whatever purpose they see fit as the most outrageous feature of a democratic system. Schwarzman himself once said plans by President Obama to raise taxes on private-equity firms were “like when Hitler invaded Poland in 1939.” (...) That billionaires would throw their support behind a would-be authoritarian who is promising to line their pockets may seem like simple corruption. But in the mind of the wealthy conservative, the election is a choice between two offenses against liberty: one candidate who might abuse power or disregard election results against another who will unleash unruly mobs to stick grubby hands in their pockets and tax them, Hitler style.(...)

Donald Trump Recently Met With Elon Musk And Wealthy Republican Donors (May 5, 2024)

Trump Earns Backing of Wall Street Billionaires - Bloomberg

Why is a group of billionaires working to re-elect Trump? (...) Elon Musk and the entrepreneur and investor David Sacks reportedly held a secret dinner party of billionaires and millionaires in Hollywood last month. Its purpose: to defeat Joe Biden and re-install Donald Trump in the White House. The guest list included Peter Thiel, Rupert Murdoch, Michael Milken, Travis Kalanick, and Steven Mnuchin, Trump’s treasury secretary. (...) 
No other leader of a social media firm has gone as far as Musk in supporting authoritarian leaders around the world. In addition to Trump, Musk has used his platform in support of India’s Narendra Modi, Argentina’s Javier Milei and Brazil’s Jair Bolsonaro. (...) But something deeper is going on. Musk, Thiel, Murdoch and their cronies are leading a movement against democracy. Peter Thiel, the billionaire tech financier, once wrote: “I no longer believe that freedom and democracy are compatible.” (...) 
Billionaire money is now gushing into the 2024 election. Just 50 families have already injected more than $600m into the 2024 election cycle, according to a new report from Americans for Tax Fairness. Most of this is going to the Trump Republican party. In 2021, Stephen A Schwarzman, the billionaire chairman and chief executive of the Blackstone Group, called the January 6 attack on the US Capitol an “insurrection” and “an affront to the democratic values we hold dear”. Now he’s backing Trump because, Schwarzman says, “our economic, immigration and foreign policies are taking the country in the wrong direction.” (...) 
A former generation of wealthy US conservatives backed candidates like Barry Goldwater because they wanted to conserve American institutions. Musk, Thiel, Schwarzman, Murdoch and their fellow billionaires in the anti-democracy movement don’t want to conserve much of anything – at least not anything that occurred after the 1920s, including Social Security, civil rights, and even women’s right to vote.(...)

The billionaires rallying behind Trump after his conviction (...) In the hours following the verdict last week, a number of wealthy billionaires posted messages of support for Mr Trump. Among them was Silicon Valley investor David Sacks, who posted on X, formerly Twitter, that there "is now only one issue in this election: whether the American people will stand for the USA becoming a Banana Republic". On 6 June, Mr Sacks and fellow investor Chamath Palihapitiya, are planning to host a fundraiser for Mr Trump in San Francisco. Attendees are reportedly being asked to contribute as much as $300,000. Another potential donor, hedge fund manager Bill Ackman, is expected to make an announcement on X in the coming days about supporting Mr Trump. While three years ago Mr Ackman said that Mr Trump "should apologise to all Americans" in the wake of the US Capitol riot, the financier has since softened his tone and offered words of support to the former president online. Blackstone Group CEO Steve Schwarzman - one of the most prominent billionaires on Wall Street - has already announced he will support Mr Trump in the election. (...)
Other prominent billionaires who have thrown their support behind Mr Trump so far include hedge fund founders John Paulson and Robert Mercer, as well as fracking pioneer Harold Hamm and casino mogul Steve Wynn. Billionaire investor Nelson Peltz - who said after the US Capitol riot that he regretted voting for Trump in 2020 - has had a change of heart and hosted the former president at his oceanfront Florida mansion in March. Elon Musk, on the other hand, has previously said he will not be donating to either candidate this electoral cycle, although he does plan to host a livestreamed town-hall style event with Mr Trump.(...)

Factbox-Who are the mega-rich donors backing Trump? (...) Here are five of the top donors, including one couple, that are backing Trump, based on a Reuters analysis of campaign finance disclosures to the Federal Election Commission:
TIMOTHY MELLON
Timothy Mellon, an 81-year-old heir of the Pittsburgh-based Mellon banking family, has given the pro-Trump super PAC known as MAGA Inc at least $16.5 million since 2022. He also gave at least $20 million to a pro-Trump super PAC called America First Action Inc during the 2020 presidential election.
The hyper-private Mellon, who lives in Wyoming and is rarely photographed, is an amateur pilot who has invested in and led transport-related companies. Forbes estimates that the Mellon family is worth some $14.1 billion.
Mellon is also the biggest donor supporting independent presidential candidate Robert F. Kennedy Jr., giving the pro-Kennedy super PAC American Values at least $20 million.(...)
ISAAC AND LAURA PERLMUTTER
Isaac "Ike" Perlmutter, the former chairman of Marvel Entertainment, and his wife Laura Perlmutter have donated more than $10 million in this election cycle to a new pro-Trump fundraising super PAC called Right for America. Perlmutter has been a regular at Trump's Mar-a-Lago residence in Florida and has been a longtime contributor to Trump's campaigns. The Perlmutters gave at least $21 million to America First Action Inc in 2020. (...)
LINDA MCMAHON
Former professional wrestling entrepreneur, Linda McMahon, a longtime Trump donor who headed the Small Business Administration during the Trump administration, has donated more than $10 million to MAGA Inc in this cycle. McMahon gave more than $15 million in 2019 and 2020 to America First Action Inc, which she chaired ahead of the 2020 election. (...)
ROBERT BIGELOW
Nevada budget hotel tycoon Robert Bigelow, 79, has given MAGA Inc over $9 million in this cycle. Bigelow told Reuters in January he had pledged to give the pro-Trump group a total of $20 million. (...)
PATRICIA DUGGAN
Patricia Duggan, a major donor to the Church of Scientology, has given MAGA Inc more than $5 million this election cycle. (...)

 
Trump is winning back his mega-donors (...) Hedge fund billionaire Bill Ackman, who has crusaded against DEI policies and  antisemitism on college campuses, is likely to endorse Trump as well, the Financial Times reported Thursday.
•    Blackstone CEO Steve Schwarzman told Axios last week that he would support and donate to Trump after previously calling for "a new generation of leaders."
•    Activist investor Nelson Peltz, who said he regretted voting for Trump after the Capitol attack, hosted the former president at his Florida mansion in March.
•    Elon Musk, who met with Trump at Peltz's home, now speaks to the former president multiple times per month and is organizing dinner parties to whip elite opposition against Biden.
•    David Sacks and Chamath Palihapitiya, tech investors and hosts of the popular "All In" podcast, are hosting a Silicon Valley fundraiser for Trump on June 6.(...)
 
Une écrasante majorité des donateurs super-riches de Trump sont juifs: Adelson, Schwarzman, Ackman, Milken, Mnuchin, Kalanick, Perlmutter, Peltz, Wynn, Paulson, Sacks, (Charles) Kushner. Parmi les donateurs non-juifs on trouve les Mercer, Koch, Budowich, Bigelow, Hamm, Mellon.
 

Mercer a une très forte emprise sur les médias alternatifs soi-disant libres.

50 familles ont déjà investi plus de 600 milliards dans les élections de 2024. La plupart des 600 milliards investis par ces 50 familles sont allés à Trump, malgré son verdict de culpabilité et sa peine de prison. C'est dire que "la loi et l'ordre" n'est pas une priorité pour les super-riches! Plus des 2/3 de cet argent va aux candidats Républicains et moins de 1/4 des Démocrates. Il va sans dire que le président actuel, Biden, a déjà des coffres bien remplis, davantage que ce que la campagne de Trump a pu accumuler jusqu'à présent, mais rien ne dit que la situation ne va pas changer.

Le couple Sheldon et Miriam Adelson a donné plus de 218 millions à des causes républicaines en 2020, incluant plus de 90 millions à un superPAC pro-Trump.  Sheldon est mort mais la veuve Miriam continue ses activités. Elle soutient qu'elle peut amasser plus de 100 millions pour Trump, à la condition qu'il permette l'annexion israélienne de la Cisjordanie ("West Bank" en anglais). 
 
Trump used the debate to court a major Israeli-American donor. Palestinians will pay the price  The former president wants Miriam Adelson to make good on a promised donation — and he made sure the whole country knows


After hesitating, Miriam Adelson commits more than $100 million to Trump’s campaign(...) Some speculate that it may explain a recent shift in the former president’s more favorable stance towards Israel and Prime Minister Benjamin Netanyahu. At a recent fundraiser, Trump told donors he supports Israel’s right to continue “its war on terror” and vowed to crush the pro-Palestinian protests across campuses and deport foreign demonstrators.(...)
Republican mega donor Adelson to back major pro-Trump spending group (...) "Our goal is to raise more than we did last time, which was about $100 million," [Dave Carney] told Reuters on Thursday. He declined to specify how much Adelson would donate to the effort. (…)Adelson, an Israeli-born physician whose family Forbes estimates has a net worth of around $29.5 billion, is one of the biggest donor prizes for a Republican candidate. She chose to sit out the Republican primary but now appears committed to helping Trump regain the White House in the November election.
After starting out with a significant fundraising disadvantage against Biden, Trump for the first time in April outraised his Democratic rival, aided by a flurry of major fundraising events across the country. (...)
Miriam Adelson parmi des donateurs majeurs à soutenir Trump après sa condamnation pénale (...) Ce couple pro-israélien avait donné au super PAC près de 90 millions de dollars pendant la campagne présidentielle de 2020 – ils avaient figuré parmi les plus importants donateurs de Trump. Ils avaient aussi soutenu ce dernier pendant le scrutin de 2016 et ils avaient défendu avec force le déplacement de l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem – une mission qui était jusque-là installée à Tel Aviv. (...) Wall Street fait également preuve de plus de chaleur à l’égard de Trump, avec Bill Ackman, milliardaire et gestionnaire d’un fonds de capital-risque, qui a déclaré réfléchir à soutenir Trump, a indiqué une source dans la journée de jeudi.(...)

Trump Is Desperate for Miriam Adelson's Cash. Her Condition: West Bank Annexation (...) The former president and convicted felon is holding a fire sale on future presidential authority. Miriam Adelson wants to be his biggest donor, but in return she wants Israeli sovereignty over the West Bank (...)

Le méga-donateur républicain Adelson soutient un important groupe de dépenses pro-Trump (...) Mme Adelson et son défunt mari sont ceux qui ont donné le plus - plus de 218 millions de dollars - à des causes républicaines et conservatrices au cours du cycle électoral américain de 2020. (...)

After hesitating, why did Miriam Adelson just back Trump?

GOP megadonor Miriam Adelson to fund colossal super PAC Preserve America for Trump

Après avoir été très critique envers Bibi, à cause de la guerre qui heurte l'image d'Israël à travers le monde, Trump a récemment fait un revirement pro-Bibi, se prononçant pour l'interdiction radicale et définitive de toutes les manifestations propalestiniennes, allant jusqu'à prôner la déportation de certains manifestants. 
Trump Calls Student Protesters Nazis (Mot à mot ce que disait Netanyahou!)
Trump Promises MORE Israeli Apartheid
Google News search for "Hannibal" July 10 vs July 18 (Assez clair qu'il sert Israel en faisant cela, comme Bannon a fait avec le mot "Apartheid". Le mot apartheid devenait à la mode sur les réseaux sociaux à cause de la guerre à Gaza, alors Bannon  en a délibérément DÉTOURNÉ LE SENS POUR LE DÉVOYER ET LE VIDER DE SON SENS, de sorte que le terme ne pointe plus vers Israel mais plutôt vers sa vision mensongère d'un prétendu "Apartheid contre les sympathisants MAGA".)
@FluorescentGrey  - I have to say that the theory @samhusseini speculated about, Trump mentioning Hannibal Lecter twice for no reason in a speech seems like a direct action to help Israel cover up the Hannibal directive is looking more and more real

 
 
Il a réitéré son soutien à la guerre au terrorisme, dont on connaît bien l'importance pour Israël. Trump prétend que le Hamas n'aurait pas attaqué Israël s'il avait été président, ce qui est impossible à vérifier et reste hautement improbable.
 
 
 
Trump Spews UNHINGED Antisemitic Claims About Jewish Democrats
Trump Accuses American Jews of Disloyalty

Baker: Trump’s attacks on Jewish voters are ‘remarkable but not surprising’ given previous rhetoric

Trump claims Jews voting for Democrats hate 'their religion,' 'should be ashamed'

'THEY SHOULD BE ASHAMED': Trump RAILS Against Jewish Dems

'VERY BAD FOR ISRAEL': Trump Says Biden ABANDONED Israel
 
Trump FINALLY Comments On Gaza & It's Bad "FINISH THE JOB"
 
'He dumped Israel': Donald Trump accuses Biden of abandoning support.C'est exactement la désinfo de Bibi, ce que Bibi essaie de faire c'est pousser Biden à abandonner Israel, mais Biden est trop intelligent pour tomber dans le piège. "Biden abandonne Israel" : Trump réussit encore une fois à être encore plus débile que Biden, ce qui est tout un exploit. Si Trump était pas là, on parlerait plus de la débilité de Biden, mais à côté de Trump même Biden a l'air normal. Au fond Biden profite d'être comparé à Trump, il en sort toujours gagnant et l'air moins débile.
Republic Jewish Coalition Goes All in for Trump, Cites Biden-Israel Tensions, Antisemitism Il dénonce les Juifs (surtout Américains) qui osent critiquer Israël et cela lui garantit l'appui des milliardaires les plus sionistes !

Les milliardaires semblent blâmer Biden pour les manifs pro-palestiniennes qu'il n'a pas fait interdire, mais qu'il a condamnées en paroles. Malgré tout ce que Biden a fait pour Israël, malgré tout l’argent et l’armement offert depuis le 7 octobre, ils tiennent Biden responsable de la situation, spécialement de la baisse de popularité d'Israël dans le monde, et préfèrent apporter leur appui à un criminel sur le point d'être emprisonné. Malgré son rôle de leader insurrectionnel du 6 janvier au Capitole et malgré la réalité du complot des trumpistes au gouvernement pour voler l'élection remportée par Biden, les milliardaires n'ont plus aucun scrupule à endosser Trump, car depuis son verdict de culpabilité, toute l'histoire est maintenant révisée et vue à travers le prisme d'une prétendue "chasse aux sorcières", d'une prétendue "instrumentalisation de la justice pour des fins politiques par les Démocrates radicaux".
Fox Hosts Go Full ACAB...When Trump Is The 'Victim' La loi et l'ordre mais seulement contre leurs ennemis politiques.
 
 
Les fans de Trump sont convaincus que celui-ci fait paniquer Israël, qu'il fait dérailler le "nouvel ordre mondial". Israël est en voie de prendre son indépendance (voir le document néocon du gouvernement israélien de 1995, A Clean Break), il saura bien se passer de l’argent et des armes américaines, puisque de toute façon les États-Unis tomberont en banqueroute avec les baisses d’impôts promises par Trump, qui coûteront plus de 4.6 billions (4600 milliards) à l'État. 
 
 
The Great Oligarchs Escape: ‘The Ground Is Trembling. They Will Stream Into Israel' As Ukraine war rages and the West tightens the screws on Russian oligarchs, many of them look to Israel to escape. Some hold Israeli citizenship, exactly for these kinds of circumstances. Billionaires will benefit from Israeli law, allowing them to hide sources of income for a 10-year period.
 
 
Israël fera probablement avec ses oligarques comme Poutine avec ses propres oligarques (il laisse leur liberté aux oligarques pro-Russie orthodoxe), en les laissant profiter des paradis fiscaux créés par l'Ouest.

Parmi les appuis de Trump mais qui ne sont pas donateurs, on retrouve les indécrottables droitistes Elon Musk, Peter Thiel, Rupert Murdoch. Ils appuient ouvertement des autocrates anti-démocratiques, ils sont même parfois ouvertement anti-démocratie.  Le nationalisme chrétien prôné par les milliardaires est une façon de faire reculer la démocratie libérale pour faire revenir la société à une soumission à la nouvelle classe aristocratique: les super-riches. Contrairement à la droite traditionnelle conservatrice, ils ne conservent rien des acquis récents:  non à la sécurité sociale, aux dépenses sociales, aux droits civiques, au droit de vote des femmes, etc. Pour Thiel, il apparaît de plus en plus clair que la démocratie fait obstruction à la liberté, les deux sont pour lui incompatibles et c'est pourquoi il faut choisir entre les deux. C’est rien de nouveau : la droite réussit, surtout depuis Reagan, à convaincre les électeurs de voter pour ce qui est rigoureusement contraire à leurs intérêts, comme les baisses d’impôts aux super-riches et la destruction de l’État administratif et régulateur, porteur des services sociaux, la sécurité sociale, les droits civiques, le droit de vote, etc.

The Diversity Myth: Multiculturalism and Political Intolerance on Campus: Sacks, David O., Thiel, Peter A., Fox-Genovese, Elizabeth Preuve absolue que dans le premier livre "anti-woke", il est d'abord et avant tout question de la question palestinienne, puisque le "problème" du wokisme est intimement lié au monde universitaire, qui a pris depuis longtemps position en faveur des peuples en lutte pour leur auto-détermination. Davis Sacks est un néocon, Thiel est un milliardaire de Big Tech, avec Elon Musk et sa gang de contrariens, on a facilement la preuve que c'est pas vrai que Silicon Valey et Big Tech est "woke". Les wokes et les marxistes sont ceux qui ont littéralement détruit la propagande juive sioniste faisant croire que les juifs sont des opprimés comme les Amérindiens. Les wokes sont ceux qui ont révélé au monde la vérité sur le fait que les juifs américains sont du côté des privilégiés. Les wokes sont ceux qui attirent l’attention sur la réalité des privilèges et de l’oppression basés sur le racisme présent et passé, du fait que les super-riches sont plus blancs que noirs et qu’ils profitent clairement de la suprématie blanche sur le reste du monde. Le pire ennemi des Mega Group et autres liés au chantage d’Epstein, c’est #MeToo. Avec la dissidence masculiniste-natio débile, ils fuckent #MeToo en galvanisant un mouvement populaire fascistoïde misogyne qui va lui faire barrage.


Info on David O. Sacks - Wikipedia -- (...) On May 24, 2023, Sacks was the moderator when Ron DeSantis announced his 2024 presidential campaign on Twitter Spaces. He praised DeSantis and donated $50,000 to his campaign.[61] Later in June 2023, Sacks hosted a $10,000/plate fundraiser for Robert F. Kennedy Jr.[62]

FLASHBACK: @FluorescentGrey · No matter how many people want to move the goal posts on what a ‘neocon’ is, two of the most influential neocons in history, Don Kagan and Irving Kristol sound identical to @DavidSacks talking about ‘wokeness’ and that paradigm was a huge part of neoconservatism

FLASHBACK: @FluorescentGrey · Peter Thiel used to be a speech writer for PNAC's WIlliam Bennett, the book Thiel & @DavidSacks wrote together, 'The Diversity Myth' has a book jacket pull-quote from PNAC's Bill Kristol
 


La "dissidence" fascisante attaque le wokisme, exactement comme les sionistes attaquent le wokisme, même résultat mais pour des raisons en apparence bien différentes. 
 
 
Qanon renvoie au mythe des Kennedy pour faire passer la famille Trump pour la nouvelle dynastie politique, héritière des Kennedy. Ce la contribue à lui donner une aura de prestige aux yeux de la "dissidence" qui se croit à la fine pointe de la lutte contre les élites super-riches et la classe dominante. en réalité, à travers son appui à Trump, cette dissidence sert les intérêts de cette classe dominante super-riche qu'elle croit combattre. Ce genre de tour de passe passe est une spécialité des désinformateurs patentés come Steve Bannon, un autre qui vient de Wall Street (Goldman Sachs), à qui on peut autant faire confiance qu'à un "ex agent de la CIA", pour ceux qui ont un peu d'humour et de connaissance réelle des méthodes de désinformation.
 
 
 
Trump's Enemies List
Justices GRILL Trump Lawyer For Arguing He Can Legally Murder Political Opponents
 
Trump Just Suggested Jailing His Political Opponents – and MAGA Has a Plan in Place. Donald Trump once again is threatening to jail his political opponents, including President Joe Biden. And unlike his 2016 presidential debate remark to Hillary Clinton, this time there’s an actual plan in place to do just that. 
 
Steve Bannon Reveals Top Names On Trump's Retribution List

CONFIRMED: Trump Floated EXECUTING Whistleblowers As President
 
Trump talked about executing people in multiple meetings, says former WH official

Former Aide Again Says Trump REPEATEDLY Talked About Executing People While President

Steve Bannon Lays Out How Trump Will Prosecute His Political Enemies

Trump Isn't Bluffing About Throwing His Enemies In Jail (Si on croit que c'est impossible, il faut se souvenir de Ron DeSantis qui a fait cela en tant que gouverneur de la Floride. il a fait par exemple obliger les bloggeurs qui parlent de lui à s'enregistrer comme membre des médias-en tant que bloggeur-ou être emprisonné)

Trump’s ‘secretary of retribution’ has a ‘target list’ of 350 people he wants arrested Trump’s loyal surrogates have duly embraced the project — perhaps no one more zealously than Ivan Raiklin, a retired Army Reserve lieutenant colonel and former U.S. Defense Intelligence Agency employee, who bills himself as the former and would-be president’s “future secretary of retribution.”

SHOCKING Trump Ally Makes Clear Threat To The Left, ‘We're Going To Come After You’ (Trump est en grande partie responsable car c'est lui qui a démarré ce petit manège des menaces à peine voilée, c'est du terrorisme stochastique et tous els fous de la droite vont embarquer et contribuer à l'esclalade de la violence verbale, conduisant certains fous à agir physiquement, mortellement.)

Donald Trump accuses the Biden Administration of something Trump has threatened to do
Trump Allies Planning To Turn The FBI Into His Personal Revenge Agency (S'il accuse les autres de faire ça contre lui c'est pour se donner un semblant de légitimité quand il va le faire lui-même. "Si les autres le font contre moi, alors j'ai le droit de le faire contre eux". Immaturité narcissique et projection criminelle.)
 
Trump on 'Getting Even' (1998 BBC Interview) (Monsieur Oeil pour oeil, monsieur veut introduire les 10 commandements dans les écoles... Oeil pour oeil est trop souvent mal compris: cela signifie tout simplement la proportionnalité du châtiment, autrement dit "tu ne prends jamais plus qu'un oeil si on t'as pris un oeil". On ne tue pas en rétribution d'un oeil crevé. Ce fut un progrès dans l'évolution de la pensée morale: ça commence à mettre une limite morale à la vengeance légitime, aller plus loin que ça dans la vengeance est jugé illégitime et péché contre Dieu et pas seulement contre les autres. Trump prend l'idée d'oeil pour oeil pour la légitimation divine de sa soif de vengeance psychotique.)

Trump Allies Say They Aren't Bluffing And Will 'Burn It All Down' If He Wins The Election (Bannon dit qu'il est "léniniste", il veut "faire péter le gouvernement")

Trump’s Not ‘Bluffing’: Inside the MAGA Efforts To Make a Second Term Even More Extreme “Yes, we do really want to burn it all down,” a Republican close to Trump tells Rolling Stone “OF COURSE WE aren’t fucking bluffing.” That’s the message one close Trump adviser and former administration official — who requested anonymity to speak candidly — wants to get across to the press and public, when asked about Donald Trump’s 2024 campaign vows of “retribution,” unprecedented force, and militaristic action.

A Heritage Backed Group Is Making A List Of Federal Workers Who Might Oppose Trump

SHOCKING Conservative Group 'Spying' On Government Workers To Identify Anti-Trumpers (Farron Cousins parle de Project 2025, de la fondation Heritage, qui propage l'idée fausse que "la gauche utilise la justice pour des fins politiques", pour se justifier de faire exactement cela. Trump fait tout le temps ça: accuser les autres de faire ce qu'il fait ou ce qu'il veut faire. Et en plus, Heritage le fait fièrement, ouvertement. On peut être sûrs qu'ils vont le faire, car c'était ça le but lorsqu'ils accusaient faussement la gauche de faire ce genre de chose.)
 
Trump-Aligned Group May Start Attacking Government Workers By Name (C'est l'AAF, qui est en partie financé par Heritage Foundation, l'organisation derrière Project 2025.)

Trump Plots FULL PURGE Of All Non-MAGA Government Workers

Conservative-backed group creates a list of federal workers suspected of being hostile to Trump plans | AP News
 
MAGA Candidate Says 'Some Folks Need Killing' In INSANE Church Rant

Trump Accidentally Sparks MAGA Civil War

Alerte maximale : le Canada se prépare à une guerre civile aux États-Unis (Et Trump est au centre de tout cela! Les news de MSN rapportent cela à tout le monde, indépendamment de nos algorithmes personnels. Ils rapportent aussi "quels sont les signes du retour du Christ" WTF??)
 
 
 
 
 
Trump's Legal Fees Are Bankrupting Republican Parties At The State Level
 
Lara Trump TRASHED For Insane Plan That Will Cripple Republican Party
 
Republicans Flee GOP After Trump's Family Takes Over
 
Matt Gaetz Has Been Crowned As The Heir To The MAGA Movement

Matt Gaetz Is Causing Republican Lawmakers To Retire Because They Hate Being Around Him -- "Now, I blame a lot of that on the **Crazy Eight** led by Matt Gaetz."

Right-Wing Wrecking Ball Incoming

House Republican Says He's Retiring So He Doesn't Have To Lie On Behalf Of Trump And GOP Anymore
 
Republican Lawmaker Accuses Fellow House Republicans Of Trying To ‘Cripple Themselves’ C'est ce que je dis: on assiste au sabotage systématique à vitesse grand V du parti Républicain par tous les moyens, avec principalement le culte de l'obéissance au leader. Dans cet agenda de destruction, Trump n'est qu'un moyen, pas une fin.

This is what a cult looks like. Lara Trump: Trump's Most Delusional Cult Member?

RNC (Lara Trump) Finds Sneaky Way To Pay Trump's Legal Bills Biden Crime Family: Hunter & Joe Biden. Full stop. Trump Crime Family: Donald Trump, Donald Trump Jr, Eric Trump, Lara Trump, Ivanka Trump-Kushner, Jared Kushner, etc.
 
RNC Members Furious After Trump Hijacks Party's Platform
 
RNC Was CRAWLING With Republican Criminals
 
Sen. Whitehouse: Justice Thomas has ‘direct conflict of interest’ in Trump immunity case
 
Michael Ledeen will be getting a lot more attention in the future as well. And so will his wife Barbara who, along with Clarence Thomas’ wife, was making lists for Trump’s loyalty purges in the US Government. En réponse à @mrspanstreppon Barbara Ledeen and Ginni Thomas (SC Justice Clarence's wife) are major figures behind the 2020 purges. See "Groundswell." https://salon.com/2020/02/24/gin
 
FLASHBACK: Groundswell (group) - Groundswell is a coalition of prominent American conservative activists, including Virginia Thomas, who began meeting in 2013 in order to fight progressivism in the United States and the Republican Party (GOP) establishment.[1][2][3] Groundswell went on to be influential in the White House of former president Donald Trump, conducting an effort to rid the White House and other government agencies of so-called "deep state" opponents of Trump.[4][5][3]  According to leaked documents in 2013, the group had started staging "a 30 front war seeking to fundamentally transform the nation",[1] by such goals as undermining the power of former GOP strategist and Fox News analyst Karl Rove,[6] along with the 2012 Benghazi attack and the Operation Fast and Furious's gun-running issue,[7] repealing the Affordable Care Act, working behind the scenes to enact voter ID laws, and blocking Obama administration nominees.[1]  In 2021, Barbara Ledeen was named as a member of Groundswell in connection with her involvement in an undercover campaign by Project Veritas to discredit H. R. McMaster when he served as Trump's national security adviser in 2017 and 2018. Ledeen, longtime staffer for Senator Chuck Grassley on the Senate Judiciary Committee and wife of neoconservative foreign policy analyst Michael Ledeen, said she passed on information about McMaster's social calendar to Project Veritas which then used the information to plan an operation to secretly record McMaster making comments that would cause him to resign or be fired. Ledeen admitted passing on the information but said "I am not part of a plot."[4]

FLASHBACK (FDD is the new PNAC) Ginni Thomas recently spoke with FDD's Michael Ledeen about America’s reputation in the world, the Benghazi terrorist attack, the threat of a nuclear Iran, whether there is a war on Christians and Jews, and our recent gun policy debate.
 
Trump ADMITS He'll Cut Social Security And Medicare

RNC Gets To Work Purging People Who Aren't Loyal To Trump

BLOODBATH: RNC PURGED By Trump Loyalists

Trump's Economic Plan Would Raise Prices On Everything For Americans
 
Minority Rule: The Right Wing Attack On The Will Of The People

How Republicans Went From The Tea Party, To ‘Stop The Steal,’ To The Next Big Election Conspiracy. Activist Jenny Beth Martin’s involvement in Speaker Mike Johnson’s ‘non-citizen’ voting push shows how it’s rooted in the effort to keep Donald Trump in power.

Steve Bannon on Trump arresting his political opponents: “The criminals and traitors around Biden, you should be very worried”. “Hillary, understand something, President Trump is actually very kind-hearted, he’s a good man, he’s a decent man, he’s a very kind man, but there are people in this movement that are not kind, okay? I consider myself one of them. You’re a target.” Les loyalistes trumpiens formulent des menaces, comme les mafieux menacent les autres au nom du Parrain de la mafia. Ainsi on ne peut inculper le Parrain pour "menaces" car c'est pas lui qui les fait...
Is President Trump a Pilgrim's Society Operative?
 
John Brisson - The Assange Paradox - The CNP, Casinos, Sex Slavery, Islands, and More! C'est aux iles Marianne qu'Assange a fait son plaidoyer de négociation de libération en échange de son aveu de culpabilité. Cet endroit est infesté de blanchiment d'argent et traite sexuelle, camouflés par l'industrie très rentable des casinos. Le Council for National Policy est derrière ça (voir Jack Abramoff), comme ils sont aussi derrière Biden même s'ils disent préférer Trump.
Trump Aides Go Where Jack Abramoff and Tom DeLay Went Before Les aides de Trump contrôle les casinos des iles Marianne du nord. Il y a eu un scandale impliquant Abramoff et autres dans un réseau de traite d'esclaves sexuels et blanchiment d'argent dans les casinons des iles Marianne, territoire américain au large des côtes australiennes. Ces  casinos sont sous contrôle de deux aides de Trump et un ancien gérant de campagne de Trump.

Trumpers Triggered When Asked "When Was America Great" (Était-ce durant l'esclavage? Avant la guerre civile? Durant la ségrégation? quand??)

‘HIS FAULT!’: Trump Blames BIDEN For His FRAUD Convictions

[Potential Trump's VP] J.D. Vance Gets BRUTALLY Fact Checked To His Face

Trump Accused Of Scamming His Supporters Out Of Hundreds Of Millions Of Dollars
 
Former Trump Official Makes Chilling Promise During Far Right Convention

GROSS Republican Governor Candidate Suggests Killing People To Save The Country From ‘Evil’

‘Some folks need killing’: North Carolina GOP nominee endorses political violence in a church (Encore du terrorisme stochastique, comme Bibi et son clan ont fait avant que Yitzah Rabin soit assassiné par un fou d'extrême-droite, ou comme Trump a fait globalement vis-à-vis des Démocrates, contre Hillary ou contre Pelosi qui a reçu la visite d'un fou d'extrême-droite qui les a agressés elle et son mari avec un marteau)

How Mar-a-Lago Became the Center of Gravity for the Hard Right Since Mr. Trump left office in 2021, Mar-a-Lago has transformed into a White House in exile and the nerve center for some of the most extreme elements of the party’s MAGA wing. This includes a nearly steady stream of promoters of conspiracy theories that include lies that the 2020 election was stolen and that the Capitol riot on Jan. 6, 2021, was a federal setup.

 

 

Derrière QAnon se trouvent des experts en psyops comme Paul E. Vallely, confrère et coauteur de Michael Aquino dans "From Psyops to Mindwar". 
 

Impliqué dans les mensonges et les psyops de la guerre en Irak, Abu Graib et Guantanamo


Jack Posobiec un dissident américain MAGA, vient du milieu militaire des tortionnaires de Guantanamo....
 
 
Il y a de quoi poser la question: À quoi sert réellement la "dissidence", qui sert-elle vraiment ? Sert-elle à attaquer furtivement, de façon masquée, la véritable opposition au sionisme, aux milliardaires et à la classe dominante ? Attirer ceux qui seraient enclins à s'opposer à la classe dominante et les retourner pour en faire les idiots utiles de cette même classe dominante ? Le meilleur moyen de désinformer, de nos jours, consiste à donner l'impression de "dénoncer la désinformation et dire la vérité cachée", comme le rappelait Guillaume Weill-Raynal dans "Les nouveaux désinformateurs" (2005).
Contrairement à ce qu’on peut entendre au sujet des étudiants manifestants qui prendraient l’argent de milliardaires, on peut prouver facilement, grâce à un article du Washington Post (16 mai 2024), que des milliardaires ont conspiré pour que le maire de NY demande à la police de NY faire cesser les manifs pour de bon.

L’équipe des milliardaires s’était réunie sur Zoom pour faire pression sur le maire de NY, invitée par un employé de l’investisseur en immobilier, le juif Barry Sternlicht. L’objectif était de « gagner la guerre » pour le contrôle de l’opinion publique américaine. Il fut question de payer directement le maire, ce qui ressemble à une tentative de corruption.

Étaient présents : le gestionnaire de fonds spéculatifs Daniel Loeb, le milliardaire Len Blavatnik; et le magnat de l’immobilier Joseph Sitt. Leur héritage juif n’était pas mentionné dans l’article du WP. Également présents: le gestionnaire de fonds spéculatifs Bill Ackman (fervent détracteurs des positions officielles adoptées par les Universités américaines depuis le 7 octobre), le PDG de l’American Jewish Committee Ted Deutch, l’ancien PDG de Starbucks Howard Schult, le fondateur et PDG de Dell Michael Dell, et l’investisseur… et frère de Jared Kushner, Joshua Kushner !
 
Les médias de grand chemin et les médias alternatifs se ressemblent beaucoup plus qu’on croit : tous deux relaient cette pseudo-nouvelle d'un possible pardon de Julian Asange par Trump, alors que ce n'est même pas une promesse électorale. Nul ne dit mot, à part une petite poignée de médias pro-Palestine, de la promesse de Trump de non seulement interdire les manifs pro-Palestine mais de "faire reculer ce mouvement de 25-30 ans". Les médias de grand chemin et les médias alternatifs préfèrent nous remonter contre Biden et éviter la critique sérieuse de Trump. Biden a de quoi être détesté par les sionistes: il n’a pas osé aller aussi loin que Trump dans ses propos condamnant les manifs propalestiniennes. Les médias sont subtilement bien plus pro-Trump qu'ils en ont l'air et cela a bien plus à voir avec la politique étrangère que ce qu'on pourrait croire...
 
 
 

On a raison de se méfier de ses promesses antiguerres: c'est sous son mandat que la colère palestinienne fut déclenchée d'une part par les "accords d'Abraham" du pourri Jared Kushner, et d'autre part par le déplacement de l'ambassade des USA à Jérusalem. À savoir: quand Bibi visitait NY, il dormait dans la chambre du jeune Kushner, qui allait dormir au sous-sol. Les Kushner sont une famille mafieuse intimement liée à Israël. Les Saoudiens se vantent d’avoir « dans leur poche » Jared Kushner, à qui ils ont donné 2 milliards de dollars. Il a obtenu un poste officiel au gouvernement du fait qu’il est beau-fils du Président (Hunter Biden, quant à lui, n’a pas eu de poste officiel gouvernemental), ce qui est contraire à la loi et devrait nous inquiéter dans le cas où Trump serait réélu. 
 
Bibi a présenté devant l’Onu, quelques semaines avant les attentats du 7 octobre, une carte du Moyen-Orient dans laquelle se trouve uniquement Israel, au lieu des territoires de Palestine, Gaza et la Cisjordanie qui devraient s’y trouver. C’est une véritable provocation, qui a certainement joué un rôle dans  la révolte du Hamas du 7 octobre. De plus, la preuve est faite et de plus en plus claire que le gouvernement israélien savait plusieurs semaines d’avance que les attentats du Hamas allaient se produire, ce qui porte un rude coup à toute leur propagande et à leur image aux yeux du reste du monde.
BOMBSHELL: MASSIVE ISRAELI DISINFORMATION CAMPAIGN EXPOSED
 
Hasbarists Invert Reality, Israel Knew About Oct 7 - MediaRootsRadio
 
Visitant Gaza en ruines, Kushner a dit y voir de "grandes opportunités de développement immobilier", exactement comme le gouvernement israélien.
Kushner Wants Palestinians Out Of Gaza So He Can Develop Its "Valuable Waterfront"

Jared Kushner Sees Israel “Cleaning” Gaza And Developing Its Beachfront Property
Les suprématistes blancs voient en Israël une cause commune, l'idéal d'un ethno-état suprématiste. Trump s’adresse à eux indirectement en s'inspirant sans cesse d'Israël dans sa politique intérieure, et malgré sa politique étrangère "antiguerre". Il copie Israël et l'applique aux USA, que ce soit son Mur contre les « infiltrateurs » (concept israélien) ou son Dôme de Fer (« on va avoir le meilleur dôme de fer », une impossibilité pratique). Il répand maintenant l’idée que les immigrants forment des armées pour nous envahir et nous tuer, ce qui copie mot à mot la ligne israélienne. Les israéliens menacent de mort les enfants des membres de la CJI. Les fans de Trump font pareil aux juges et au jury des procès de Trump. 
 
 
En reflet-miroir des nombreux attentats et meurtres kahanistes commis par des fanatiques juifs extrémistes, il y a aux USA les tueurs de masse aux idées d’extrême-droite, qui publient même parfois des manifestes originaux se revendiquant du mouvement MAGA. C’est quand le pays (Israël, les USA ou autre) menace d'aller un peu à gauche et de ne plus aller seulement de plus en plus à droite que les kahanistes sont les plus dangereux. C'est encore et toujours la même  stratégie de la tension qu'utilise l’extrême-droite pour terroriser les gens et manipuler les politiques. Les soraliens vont parler des terroristes juifs mais jamais de ceux d’extrême-droite, pro-MAGA, haineux masculinistes, sauf pour inventer une théorie du complot à leur sujet, soit pour minimiser le problème, soit pour accuser les juifs. Les soraliens prétendent être anti-communautaristes, anti-tribalistes, mais le mouvement MAGA marine littéralement dans le tribalisme… Leur système intellectuel anti-communautaire est un mécanisme de défense, du déni, de la rationalisation pour se cacher à eux-mêmes leur propre tribalisme. Si on les accuse de tribalisme ils vont dire « non c’est les autres qui le sont, pas nous, puisque notre système intellectuel est bâti sur le rejet du communautarisme ». La meilleure façon de défendre le tribalisme est d’avoir un mouvement tout prêt à déballer son déni, se déclinant en autant de points de propagande crue aveuglément et en parfaite contradiction avec leur propre comportement, leurs propres prises de position (pour Trump, De Santis, etc.).

 
Israël et les USA travaillent à détruire l’ordre international basé sur le droit international. Ces organisations fondées sur la mémoire de l’holocauste sont maintenant détruites principalement par Israel, au nom des juifs.
 
 
La guerre se prolonge, c'est un euphémisme de dire comme Biden que c'est pour des fins politiques. C'est plutôt une occasion à saisir pour envahir les États voisins et s'accaparer leur territoire, pour la réalisation du rêve messianique du Grand Israël. Le plus vite possible, pendant que le monde ne veut pas voir ce qui se passe, que nul ne puisse réagir à temps pour les en empêcher. 
 
Israel prétend en ce moment faire face à une menace existentielle au Liban à cause du Hezbollah, mais il est question en réalité, pour les Israéliens messianiques de droite, de conquérir davantage de territoires par tous les moyens possible, pour la réalisation du Grand Israel, la vraie "terre promise" qui va bien au-delà de la Palestine...
 
Les nouvelles guerres de conquête israéliennes post-7 octobre 2023 sont motivées par le rêve de « Grand Israel ». Mais c’est probablement davantage de la fuite en avant qu’un projet réalisable et raisonnable... 
 
Israel's Messianic Right Wing Targets New Territory: Lebanon 'Lebanon, Part of the Promised Land' Before you dismiss the religious messianists who held a small online conference on Monday with their eyes set on reclaiming 'God's Promised Land,' remember that their plans for West Bank settlement seemed equally outlandish 50 years ago

Un monde multipolaire ne signifie pas que le droit international règne nécessairement... C'est évidemment un raisonnement fallacieux, partisan.
 
Le document néocon "A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm" de l'ancien gouvernement Netanyahou (1995) montre qu'Israël ne compte pas dépendre de l'Otan et des USA pour toujours: il a sa vision d'un monde multipolaire dans lequel le Grand Israël constitue un de ces grands pôles, une grande puissance régionale, voire à terme une superpuissance mondiale.
 
Pour y arriver, pour devenir une puissance dans un monde futur multipolaire, Israël ne peut respecter le droit international. Il doit faire fi du droit international, comme l'ont fait les États-Unis en devenant une puissance hégémonique mondiale.
 
Le droit international protège la souveraineté nationale. Le monde multipolaire est encore une façon de supplanter la souveraineté des États-nations en les intégrant dans une forme de gouvernance globale régionale conduisant à l’effacement de la souveraineté nationale. Le monde multipolaire recourt à la même rhétorique que la gouvernance globale mondiale, soulignant la prétendue obsolescence de la souveraineté nationale.
 
La vraie opposition est entre l’État nation souverain et les diverses tentatives de le supplanter, soit par une puissance hégémonique, soit par la gouvernance mondiale, soit par la gouvernance régionale appelée « monde mulltipolaire ». Le monde multipolaire est la fausse opposition à l’hégémonie : tous deux servent de tremplin, ou d’étape intermédiaire, conduisant vers un gouvernement mondial par l’intégration de l’État-nation et l’élimination de la souveraineté nationale.
 
Et où Trump se trouve-t-il dans ce débat? Est-il du côté de l’hégémonie ou du droit international? Il est clairement contre le droit international, aux côtés d’Israël. Même s’il parle de « Amérique d'abord » et de mettre fin aux guerres sans fin, en réalité il fait tout pour détruire les organisations internationales et démanteler l’ordre international basé sur le droit international. 

Au contraire du droit international, Trump et Biden détruisent le droit d’alise aux immigrants tentant de passer les frontières. Et au contraire du droit international, Trump va ramener les persécutions politiques. Il fait croire qu’il en est victime pour donner à ses fans envie de faire pareil, et c’est ainsi que les persécutions politiques seront justifiées aux yeux de nombre de gens, comme « rétribution » envers ceux qui auraient commis supposément la même faute envers eux. 
  
 
C’est clairement un cas de projection, comme quand Israël dit qu’il doit tuer ses ennemis avant qu'eux les tuent les premiers ou quand les sionistes disent que le monde devient antisémite alors que c’est Israel et les sionistes qui ont très peur que les conséquences de leurs crimes leur retombent dessus, ce qu’ils ne peuvent interpréter que comme une injustice et de la haine, et non comme la nécessaire conséquence de leurs actes. Ils se justifient ainsi d’éliminer les antisémites désignés par eux comme une menace existentielle.
 
On peut promettre qu'il n'y aura plus de nouvelles guerres en se réclamant du monde multipolaire ou même de Trump (qui rejette ouvertement les organisations internationales et le droit international). Plus besoin de guerre quand un gouvernement comme celui des USA a les moyens de placer à la tête des autres pays un gouvernement fantoche, dirigé par un clown libertarien incompétent comme en Argentine (un exemple parmi tant d’autres!), qui va faire crasher l’économie de sorte que le pays tout entier, avec ses richesses, soit racheté par de grandes multinationales américaines, et que la population révoltée soit réprimée avec l'aide de paramilitaires amis des USA ou formés par les USA.

'IT'LL BE CHANGED': Trump Supports REGIME CHANGE In Cuba (Mais c'est sans faire la guerre donc c'est ok du point de vue MAGA)
 
Derrière l'idée de monde multipolaire se cache souvent l'idée d'un retour à la guerre froide entre l'Est (Russie-Chine) et l'Ouest. or la seule chose qui peut advenir d'un monde duopolaire c'est l'écrasement et l'écartèlement des États se trouvant entre les deux pôles, les États entre les deux se trouvant obligés de choisir leur camp ou sinon d'être écrasés, dans des guerres impitoyables opposant les deux blocs de l'Est et de l'Ouest. C'est dans cette optique que le retour à une guere froide est recherché par certains.
 
Le mouvement de la dissidence MAGA, Qanonienne, soralienne ou autre, a clairement pour fin de ralentir la compréhension et le mouvement contre le sionisme, pour la défense de l’environnement, des droits de l’homme, des organisations du droit international, etc. (ex : Greta Thunberg diabolisée par les conspirationnistes alors qu'elle milite activement pour qu'Israël soit jugé pour ses crimes).
 
Durant la pandémie, on a pu remarquer que les influenceurs antivax et anti-tyrannie covidique étaient presque totalement des sionistes convaincus et crasseux, derrière leur libertarisme se cachaient un sionisme souvent extrême.  On dirait que certains ont tenté de nous conditionner durant les heures sombres de la pandémie, pour qu’on associe liberté et sionisme. Comme quoi si on appuie Israel notre liberté est protégée, incluant notre liberté de s’opposer au vax et à la tyrannie covidique... C’est évidement faux, c’était une manip pour redorer l’image du sionisme, faire passer le sionisme pour quelque chose de rebelle, très cool, edgy. C’est en partie vrai que les influenceurs sionistes fervents d’Israël profitent d’une grande liberté de parole, on leur permet au nom du respect de la liberté d’expression de répandre même les idées jugées les plus condamnables et irrecevables par le public, les médias et le gouvernement (incluant également la mise à mort des sans-abri, ou encore la peine de mort pour trahison des ennemis de Trump, etc.). Ils contribuent en même temps à faire passer le sionisme pour un acte de résistance à l’empire et à la tyrannie de la pensée unique. Comme si faire fi du droit international, comme le fait Israel, était un acte de résistance à l’empire!
 
La preuve est faite maintenant que Qanon a servi simplement à rehausser la popularité déclinante de Trump en 2017, et réactualisé au besoin chaque fois où sa popularité décline, parfois avec l'aide des sectes comme les Mormons (voir Tim Ballard et le film inspiré de ses mensonges Sound of Freedom, véritable infopub pour Trump).
 



 
Quand Bibi était en visite à NY, il dormait chez les Kushner et prenait la chambre du jeune Jared. Les Kushner sont une famille mafieuse intimenent liée à Israël. Kushner est un cas de conflit d’intérêt évident car il a obtenu un poste officiel au gouvernement du fait qu’il est beau-fils du POTUS Trump Hunter Biden, quant à lui, n’a pas eu de poste officiel gouvernemental. 
 
 
L'indignation autour du népotisme de Hunter Biden est clairement un exemple de projection de la part des trumpistes, camouflant le fait réel et prouvé du conflit d’intérêt évident, complètement illégal, de Jared Kushner vis-à-vis l’administration Trump. Les Saoudiens se vantent d’avoir « dans leur poche » Jared Kushner, à qui ils ont donné 2 milliards de dollars.
BREAKING: Jared Kushner suddenly in legal jeopardy

Kushner's $2 BILLION In Saudi Money Under Investigation
 
Gauche à droite : Steve Bannon, Elon Musk, Donald Trump et Jared Kushner
 
 
 
Jared Kushner Is Doing All The Things Republicans Thought Hunter Biden Did Encore de la projection ! Le GOP a demandé une enquête sur les Biden pour détourner l'attention et aider à cacher les crimes réels de Jared Kushner qui sont évident et jamais dénoncés par qui que ce soit. Les Dems devraient demander une enquête sur Kushner mais personne ne va la demander, vous pouvez en être sûr.

Les bonnes idées de politique intérieure sont à gauche chez les Démocrates, mais les pires idées de politique étrangère viennent des Démocrates (mis à part la frange de gauche plus radicale qui critique Israël et la classe dominante des milliardaires anti-impôts et anti-démocratiques). Les bonnes idées de politique étrangère sont présentement à droite, avec son anti-interventionnisme, mais les pires idées sur la politique intérieure viennent des Républicains (guerre culturelle, lutte contre les mouvements sociaux, baisse d’impôt aux riches, anti-syndicats, dérégulation environnementale, etc.). 

La guerre à Gaza ressemble à une situation artificielle, inorganique, sorte de cadeau sous forme de quid pro quo de Bibi à Poutine et Trump. Elle aide la Russie à vaincre l’Ukraine pendant que tout le monde regarde ailleurs et se désintéresse de la situation ukrainienne. Elle nuit à Biden qui se retrouve avec les problèmes de devoir tenter de sortir du marasme, situation insoluble qui va lui coûter l’appui et l’argent des milliardaires les plus sionistes. Car peu importe comment Biden répond à la situation, il est foutu, il est piégé par la situation elle-même (voir le concept du "bébé de goudron", "tar baby"). Trump va profiter de la baisse de popularité de Biden, qui va perdre l’argent sioniste et probablement l’élection aussi. C’est toujours celui qui a le plus d'argent qui l'emporte et les donateurs sionistes sont la plus importante source de financement des deux partis Dem et Rep.
 
Le récit de Qanon, mettant Trump en vedette dans le rôle du héros messianique luttant contre les forces du mal déchaînées contre lui, risquant sa vie jusqu'à frôler la mort pour sauver le monde, reproduit très exactement la structure du mythe du héros. On jurerait que le grand récit pro-Trump qanonien n’est qu’une pâle copie du récit héroïque entourant Poutine, selon lequel la Russie qui se serait enfin « réveillée » sur la question juive (d’où le prétendu « Grand réveil » associé à MAGA et Qanon) grâce à Poutine et ses purges contre les oligarques et les Rothschild (d’où les purges contre "l'État profond" promises par Qanon). Voir : « Putin : Russia’s Awakening and Subsequent Purge ». Cela afin de présenter le président Trump comme l’homme providentiel créé par Dieu selon le même modèle que Poutine, envoyé pour sauver la chrétienté, l’Occident, voire le monde entier. La théorie du contrôle pédo-satanique de l’Occident est un point de propagande russe connu depuis longtemps, Poutine lui-même l’a souvent répétée. Qanon est de ce point de vue de la propagande russe à peine déguisée, destinée à mettre en valeur Trump comme le semblable de Poutine. 
 


Trump Admits He's Putin's Useful Idiot ("I talked to him about it [2 years before the invasion], it was his dream to take over Ukraine")
 

L'État profond selon la droite Qanon-MAGA, un épouvantail servant à diaboliser la gauche, réduisant l'État profond à un fantasme caricatural.
 
La Russie semble jouer sur les deux tableaux de la guerre froide entre l’Est et l’Ouest (la Chine vs les USA) : elle pousse l'un contre l'autre et s'arrange pour se montrer militairement alliée avec la Chine, pour que l'Ouest ait peur autant de la Russie que de la Chine. Et de l'autre côté, la Russie fait exprès de pousser la Chine à se sentir menacée par l'Ouest pour qu'elle se sente obligée de s'allier à elle. On a de quoi se méfier bien davantage de la Russie que de la Chine... La Russie pousse l’Est et l’Ouest en confrontation l’un contre l’autre, et la Russie seule réussira à tirer son épingle du jeu de ce qui en résultera. Pour moi la menace chinoise est surtout une menace de tyrannie technologique, que l'Ouest en fait voudrait bien pouvoir imiter un peu, avec l'aide des grandes corporations américaines, autrement dit l'État profond. Aussi la menace d'une spiritualité anti-Occident vient de l'Est : la Russie poutinienne tente en effet de se faire passer pour le chevalier blanc devant rétablir les valeurs chrétiennes et sauver le monde. On dirait que les BHL font exprès de s'associer à la critique de la Russie poutinienne pour que les lecteurs croient le contraire, qu'ils aient envie par effet de psychologie inversée de prendre parti pour la Russie, « étant donné que le con de BHL est contre ». À noter que BHL ne rechigne pas à débattre avec un Dougine...
 
Ce qu'on voit se développer en Ukraine prend racine dans le grand conflit à venir entre l'Est et l'Ouest, la Chine et l'Ouest surtout. La Russie est déjà alliée à la Chine militairement et philosophiquement, ces deux puissances se tiennent comme forces impériales alliées adverse de l'Ouest, en rivalité avec lui. Il ne faut pas oublier le "reste" du monde là-dedans, car c'est pour écraser ces autres nations, entre le marteau et l'enclume, que sert cette grande division en deux pôles (ou davantage dans un monde multipolaire mettant en rivalité plusieurs vastes empires).  La tension entre l'Ouest et la Russie+Chine va créer une forte tension dans les pays du Centre, tiraillés entre les deux, pas seulement pour qu'ils prennent partie pourun camp contre l'autre, mais surtout dans le but de les écarteler et leur enlever toute agencéité, toute mainmise sur leur avenir, pour que le monde ne soit plus découpé qu'en grands blocs continentaux comme dans 1984. La guerre est juste un moyen pour y arriver. 
 
Suivant le littéralisme biblique du British-Israël et de son prophète Garner Ted Armstrong, les hordes légendaires de Gog et Magog attaquant Israël en venant « de l’Est et du Nord » (Livre de Daniel) seraient la Chine et la Russie, alliées au monde islamique. Cette vision recoupe la division géopolitique de Mackinder, répandue dans les plus grands magazines d’affaires financées par les Rothschild (The Economist) et les Rockefeller (Foreign Affairs), qui conçoit une aire eurasienne englobant la Russie et la Chine. Les think tanks et les penseurs du nouvel ordre mondial tels Brzezinski ou The Economist veulent constituer différents blocs géo-politiques économiques, qui ressemblent drôlement à la division Oceania-Eurasia-Estasia décrite par George Orwell dans 1984 : un bloc euro-américain, un bloc islamique, un bloc eurasiatique, de façon à marginaliser l’Inde et la Chine. C’est à cette fin que sont promues les grandes unions supranationales continentales qui se constituent actuellement: Union nordaméricaine (et bientôt, selon la vision de Bush père, une Union des Amériques), Union européenne, Union africaine, Union extrême-orientale, etc. La ségrégation des Musulmans menant à la consolidation d’un bloc islamique, que The Economist appelle à la blague « Islamistan », fut favorisée par les guerres de l’après 11 septembre : la guerre au terrorisme, la guerre en Irak et en Afghanistan. Quant à l’Eurasie, celle-ci se consolide du fait que la Chine et la Russie savent qu’ils sont les prochains à être attaqués après l’Iran. Ils sont ainsi en train de constituer, au travers d’alliances économiques et d’alliances militaires comme l'Organisation de coopération de Shanghai, un bloc eurasiatique fondé sur la résistance nationaliste anti-Occident. À cette Eurasie en formation se rattacherait le bloc islamiques, réalisant ainsi, sous la pression étatsunienne, les « prophéties » du British-Israel et de la revue The Economist qui prédisaient que le monde musulman allait s’allier à la Chine et à la Russie. Les pays qui ont le malheur de se trouver au centre des pôles opposés, surtout en Europe de l’Est, en Russie occidentale et en Europe centrale, seront écartelés sous la tension. Israël, qui se trouve justement au Centre, au Moyen-Orient, détient plus de 400 bombes nucléaires et menace constamment des États du monde entier, courant ainsi le risque d’être anéanti dans l’une des guerres qu’il aura lui-même déclenchées. En fait, un Choc nucléaire des civilisations à une échelle mondiale signifierait la fin catastrophique de la civilisation actuelle. 
 
Selon le courant sioniste chrétien appelé dispensationaliste, qui représente plus de 60 millions d’évangéliques Américains, l’antéchrist va signer un traité de paix de sept ans avec Israël et rebâtir le Temple. Mais dès que les Juifs auront été réunis en Israël, il les détruira dans un Armageddon nucléaire et c’est à ce moment que le Christ reviendra. C’est dans cette optique que ces chrétiens favorisent le retour des Juifs en Israël, car pour eux la fondation de l’État d’Israël est la réalisation d’une prophétie. C’est la raison principale pour laquelle les médias rivent leur attention sur le Moyen-Orient (où se situe justement la fameuse vallée de Meggido, d’où origine le terme Armageddon désignant le combat final entre le Bien et le Mal) et pas seulement à cause du conflit israélo-palestinien ou du pétrole. Le monde bipolaire du "Clash des civilisations", opposant l’Occident à un ‘Axe du Mal’ ‘anti-démocratique’ musulman ou communiste, est le cadre de référence géopolitique des sionistes chrétiens de la Maison Blanche orchestrant cette campagne de peur eschatologique. Menaçant d’éclater en conflit nucléaire opposant l’axe Etats-Unis-Israël et l’Iran, l’escalade des tensions entre ‘l’Ouest et le Reste’ enthousiasme les sionistes chrétiens qui voient venir l’Armageddon, et donc leur Messie. Or l’ennemi réel des États-Unis est la superpuissance économique mondiale, la Chine. En effet, les États-Unis considèrent toute rivalité hégémonique comme une déclaration de guerre. Et si la Chine est déterminée à adopter l’« American Way of Life », elle menace de rallier la Russie, l’Iran et la Corée dans un bloc nationaliste anti-occident et fermement opposé à l’hystérie du prétendu « réchauffement planétaire ». Dans tous les cas, la crise obligera à une refonte mondiale en différents blocs géo-politiques économiques, suivant le modèle Oceania-Eurasia-Estasia prédit par Orwell dans 1984.
 
Les mesures pour punir la propagande russe qui s'ajouteraient aux mesures anti-antisémites bientôt mises en place, cela constitue un bon moyen indirect pour mettre un paquet de "dissidents" hors d'état de nuire. Ça fait déjà un grand ménage pour empêcher les bons éléments de la jeune génération de prendre le pouvoir et changer les choses dans le futur. Pas besoin de Terminators venus du futur, il y a déjà plein de pièges qui ont été semés comme des graines et qui porteront fruit dans le futur, comme le palestinisme ou le pro-russisme;  je crois que les anglais appellent ce genre de piège un "tar baby". ("The term tar baby has come to refer to a problem that is exacerbated by attempts to struggle with it, or by extension to a situation in which mere contact can lead to becoming inextricably involved." wikipedia) Autant le gouvernement russe que nos gouvernements à nous profitent du fait que toute la dissidence est canalisée dans une voie de traîtrise pro-russe: la dissidence est embarquée dans un engrenage auquel elle ne peut résister. Du même coup, les Russes gagnent en influence dans les mentalités à l'ouest (surtout à droite) et les autorités de l'Ouest ont un prétexte en or pour rentrer dedans et écraser la dissidence en toute légitimité, car la dissidence représentera alors une véritable menace à la nation et non plus seulement un obstacle à la lutte contre l'antisémitisme, aux idéaux de la République, etc. Le peuple sera d'accord pour que ces dissidents traîtres et les conspis retournés à la solde de la Russie soient mis hors d'état de nuire, un accord qui aurait été beaucoup plus difficile à obtenir en d'autres circonstances. Les leaders illégitimes escrocs de la droite populiste ou "dissidente" peuvent s'en mettre plein les poches et arnaquer leur public sans fin pendant que les autorités ferment les yeux, en échange de quoi ces leaders doivent collaborer avec les agents du renseignement pour tendre un piège à ce vaste auditoire de disciples, pour mener toutes ces moutons à l'abattoir, par exemple ici en faisant de leurs disciples des traîtres à leur nation, qui en temps de guerre peuvent être déchus de leur citoyenneté et littéralement traîtés comme combattants ennemis.

Il y a clairement une connexion sataniste dans le monde militaire y compris dans le mouvement pour le "Grand Réveil" pro-MAGA, mais ce satanisme réel se cache derrière un masque de droite chrétienne fondamentaliste pseudo-libertarienne. Ex : Michael Aquino expert en psyop et sataniste, était truther du 9/11, il blâmait le Mossad et la CIA. Le site d’Alex Jones était d’abord hébergé par Disinfo,com, un site sataniste, prisonplanet est un concept scientologique.  Les satanistes veulent répandre la peur (non-confiance) et la haine, ils y arrivent en propageant des théories du complot et en insistant que « tout est mensonge » qui tiennent le monde dans la peur et alimente leur haine et leur volonté de détruire « le système », l’ordre en place, sous prétexte qu'il est corrompu. En fait ce sont eux qui répandent des mensonges et leurs théories du complot alimentent la haine et la volonté de détruire. Haine des LGBTQ, des immigrants, des non-blancs, des femmes, etc. désignés comme boucs émissaires pour nous pousser à déchaîner sur eux notre « rage contre la machine ». Ils propagent l’idée que la violence, les exécutions publiques, est l’unique solution pour sauver le christianisme, mais ils n’ont que faire du vrai christianisme, ça n’est qu’un prétexte, un masque pour cacher leur laideur morale et leur projet de destruction. 
 
 
 Les boucs émissaires de la dissidence... pour engendrer la haine et la peur et la volonté de détruire le "monde corrompu".
 

Le PM indien et la haine meurtrière envers les arabes-musulmans, que Tulsi Gabard essaie de nous faire avaler...
L'ironie de l'anti-immigrationnisme trumpien!

 
Ils peuvent aussi se cacher derrière la Russie pour répandre chez nous la haine de l’Occident, la haine contre nos proches et notre prochain littéralement. Nabe ne disait-il pas que le complotisme de Soral et Dieudo est véritablement satanique dans le sens où il nous coupe nos liens avec la réalité, nous perdons notre ancrage dans le monde réel, dans une réalité commune, créant davantage de divisons entre sa réalité et celle des autres. Une guerre contre notre lien avec la réalité, une guerre contre la vérité, au nom de la vérité. Sans lien avec la vérité, il n'y a plus de liberté possible.
 

 
"Faits alternatifs" pour ne pas dire mensonges.

Peut-être Trump avait-il pour mission de transformer les conspirationnistes en sionistes, de les conduire de l’antisionisme vers le sionisme.
 


Quelques exemples de satanisme d'un des grands "héros" de la dissidence et de sa mère

Son costume de "Devil's Champion" (champion du diable)
L'inscription sur le dos de sa veste indique Novus Ordo Seclorum.




 
 
Trump antichrist (ou faux antichrist), voulant être adoré à la place du Christ, ou se prenant lui-même pour le retour du Christ... 




 




 
Bientôt, l’antichrist Trump pourra livrer les antisionistes entre les mains d’Israel, qui va tenir des tribunaux militaires pour trahison, pour les juger et les punir, comme durant la traque des nazis après la guerre*. 
*  Ce que fait en ce moment Bukele au El Salvador (Sauveur!), c’est exactement les tribunaux militaires de Qanon, la monnaie numérique CBD à l'essai similaires au "Quantum System"... on entrevoit là tout ce que promet le "Grand réveil".
 
C’est ce qui est reflété et déformé dans les fantasmes Qanoniens d’arrestations massives et d’envoi à Guantanamo des ennemis politiques de Trump. Les USA ont de tels plans, comme Maincore (voir Iran-Contra et ses révélations), mais ils ont pas nécessairement besoin de s’en servir, Qanon brode autour de ça, pour nous habituer à ce qui vient. C’est un spectacle avec les juifs dans le rôle de l’antéchrist. Trump faux antéchrist ami du très satanique Israel livre les antisionistes comme martyrs. C’est conforme au grand récit du « Grand réveil », que les juifs et jérusalem sont montrés et mis à nu dans leur caractère « antichristique » fabriqué, comme une « révélation » qui nous initie en fait dans le courant occulte dévié de la contre-initiation. De fausses forces du « bien » vont probablement intervenir peu après, après une Troisième Guerre mondiale et/ou la destruction d'Israël, conformément au délire sioniste chrétien (Trump lui-même a souvent suggéré étrangement qu’Israël va être détruit!). Ce n’est pas un phénomène organique, les juifs ne sont pas intrinsèquement inhumains, c’est un récit venant des milieux occultistes déviés, tout comme l’antisionisme de l’antichristique Alice Bailey, ou comme l’antichristianisme et anti-jéhovisme de Blavatsky. Les théories du complot assimilant les juifs à des êtres diaboliques ou lié à de mauvaises extraterrestres (comme dans la Scientologie) sont du même acabit. Des messages médiumniques connus, comme les Pléïadiens sont très portés sur la haine des juifs et sur les explications par la génétique, le lignage, la race, prophétisant et célébrant l'extermination à venir des races "inférieures".
 
Extrait de René Guénon sur la "Grande Parodie", fausse restauration spirituelle par laquelle les saints de Satan sont élevés au rang de martyrs et prophètes, et sur le "monarque universel à rebours" (antichrist) qui doit couronner cette fausse restauration spirituelle en instaurant le "règne de la contre-tradition" :
« Ce règne de la « contre-tradition » est en effet, très exactement, ce qui est désigné comme le « règne de l'Antéchrist » : celui-ci, quelque idée qu'on s'en fasse d'ailleurs, est en tout cas ce qui concentrera et synthétisera en soi, pour cette œuvre finale, toutes les puissances de la « contre-initiation », qu'on le conçoive comme un individu ou comme une collectivité ; ce peut même, en un certain sens, être à la fois l'un et l'autre, car il devra y avoir une collectivité qui sera comme l'« extériorisation » de l'organisation « contre-initiatique » elle-même apparaissant enfin au jour, et aussi un personnage qui, placé la tête de cette collectivité, sera l'expression la plus complète et comme l'« incarnation » même de ce qu'elle représentera, ne serait-ce qu'à titre de « support » de toutes les influences maléfiques que, après les avoir concentrées en lui-même, il devra projeter sur le monde. Ce sera évidemment un « imposteur » (c'est le sens du mot dajjâl par lequel on le désigne habituellement en arabe), puisque son règne ne sera pas autre chose que la « grande parodie » par excellence, l'imitation caricaturale et « satanique » de tout ce qui est vraiment traditionnel et spirituel ; mais pourtant il sera fait de telle sorte, si l'on peut dire, qu'il lui serait véritablement impossible de ne pas jouer ce rôle. Ce ne sera certes plus le « règne de la quantité », qui n'était en somme que l'aboutissement de l'« anti-tradition » ; ce sera au contraire, sous le prétexte d'une fausse « restauration spirituelle », une sorte de réintroduction de la qualité en toutes choses, mais d'une qualité prise au rebours de sa valeur légitime et normale ; après l' « égalitarisme » de nos jours, il y aura de nouveau une hiérarchie affirmée visiblement, mais une hiérarchie inversée, c'est-à-dire proprement une « contre-hiérarchie », dont le sommet sera occupé par l'être qui, en réalité, touchera de plus près que tout autre au fond même des « abîmes infernaux ».
Cet être, même s'il apparaît sous la forme d'un personnage déterminé, sera réellement moins un individu qu'un symbole, et comme la synthèse même de tout le symbolisme inversé à l'usage de la « contre-initiation », qu'il manifestera d'autant plus complètement en lui-même qu'il n'aura dans ce rôle ni prédécesseur ni successeur ; pour exprimer ainsi le faux à son plus extrême degré, il devra, pourrait-on dire, être entièrement « faussé » à tous les points de vue, et être comme une incarnation de la fausseté même. »


Depuis 2017, Qanon a pris racine dans l'ensemble du mouvement new age zozotérique (alias « woo-woo », qui désigne les bizarreries du "paranormal": ovnis, bigfoot, double vue, occultismes divers). Rien d’étonnant, lorsqu’on sait le rôle héroïque qui est dévolu aux militaires dans le mythe Qanon, et surtout quand on sait que les militaires tiennent depuis longtemps entre leurs mains l’ensemble de mouvances « woo-woo »: zozotérique, chamanique, médiumnique, new age, etc. Rien d'étonnant à ce que l'armée soit omniprésente dans le monde des sectes: l'armée, avec son culte de l'obéissance à l'autorité, est la plus grande secte qui soit. Cela tient du fait qu’ils considèrent ce domaine comme le leur, puisque traditionnellement, c’étaient les ksatriyas, la caste des rois-chevaliers guerriers qui détenaient les clés de l’occultisme et de l’initiation hermétiste. À cette caste, proche de la caste des prêtres, revenait la fonction de la guerre sacrée en tant que meurtre rituel sanctionné par les dieux. Cela s'actualise aujourd'hui du fait que l'armée américaine, avec quantité de firmes privées, s'est retrouvée à poursuivre et prolonger les travaux de MK-Ultra jusque dans le monde des communautés, modes de vie et modes de penser dits "alternatifs", aussi appelé sectaires, surtout dans ses rapports avec le radicalisme politique, le nationalisme et la défense. À voir la quantité de tireurs fous aux USA qui s'inspirent des idées du "nationalisme chrétien" (pratiquement synonyme de l'Alt-Right), il y a lieu de soupçonner que c'est sur ce genre de choses que débouchent les recherches reliées à MK-Ultra. L'Armée fait désormais presque tout ce que la CIA faisait elle-même avant que la commission Church ne vienne dévoiler sa criminalité et sa corruption endémique, comme sa participation à des coup d'État politiques, des assassinats et la formation d'escadrons de la mort. La CIA se trouva forcée de se déléguer à l'Armée ses activités les plus douteuses et criminelles, afin de redorer son blason et améliorer son image ternie. Les réseaux militaires secrets anti-communistes "Stay Behind" (équivalents européens des Contras) étaient par exemple reliés à l'Armée et à l'Otan, pas directement à la CIA. L'Armée a l'avantage, par rapport à la CIA, de jouir d'une plus grande opacité, avec sa quasi-impunité et son absence totale de reddition de comptes auprès du gouvernement et du public. Les firmes privées comme celles développées par Israël ou Erik Prince offrent pareil avantage dans les guerres de l'avenir, permettant une plus grande opacité, de sorte que les crimes de guerre perpétrés restent pour toujours cachés. 


Les truthers sont fortement influencés par la théosophie et par le futurisme de Barbara Marx Hubbard
 
Le « satanisme » des grands spectacles européens, come eurovision, Marina Abramovic, c’est ce qu'on appelle du "rage farming", destiné à cultiver le pseudo Grand Réveil ("Great Awakening"). Cela fait passer les conservateurs pour des caricatures effrayantes, ça suscite dans le public le désir de voir les conservateurs être mis hors d’état de nuire. Face à cette caricature de conservatisme (qui n'en est pas réellement) le monde devient en réaction anti-conservateur, encore plus woke et antichrétien. En même temps que le vrai conservatisme est saboté, il est reconverti en MAGA débile et effrayant. Il y a lieu de suspecter que le mouvement MAGA sert à transformer la résistance aux élites dominantes illégitimes pour faire entrer cette résistance dans les rangs, voire la détruire en la conduisant comme une chèvre de Judas à l'abattoir. 
 
 
Le messianisme apocalyptique se trouve chez les catholiques comme l'archevêque "Qanon" Vigano. Tous les acteurs du "Grand Réveil" ont une connexion catholique évidente. Même Trump a passé deux ans chez les Jésuites. L'idée évangélique débile du Ravissement ("Rapture") vient en réalité de trois jésuites (voir RAPTURE READY? Hugo Talks).  Même si cela reste une pâle copie de l'évangélisme conspirationniste d'antan, à la Pat Robertson:

 

 
Certains courants messianiques s'affairent en secret à créer un véritable état d’esprit apocalyptique, pour détruire le monde actuel et remodeler la société de demain. Pour ce faire, il leur faut évidemment détruire le filet social ainsi que le système qui protège nos droits. D’où la nécessité d’un pion comme Trump pour leur servir de boulet de démolition. La droite chrétienne est fébrile et excitée : la guerre au Moyen-orient opposant Israël aux « antisémites » (arabes et autres) est pour eux le signal du début de la Fin des Temps. Une raison de célébrer, puisque cela signifie pour eux le retour imminent du Messie qui fera triompher les bons sur les méchants...
 
 
What Evangelical Leaders Really Want Christian Nationalism, i.e. POWER for themselves, as a minority ruling over the majority
A New Guide to the Theology That Drives Trump’s Dominionist Prophets and Apostles

MAGA Messaging: Alex Jones, Michael Flynn, Roger Stone Warn of Anti-Trump ‘Racial Uprising’ and ‘Subversion’
 
'A certain kind of religion': Trump's MAGA movement hijacks evangelicalism; leaves gospel behind

The Silent Civil War: The Radicalization of the Evangelical Right

QAnon 2.0: "Sound of Freedom" and the rise of MAGA vigilantism

What are the true goals of QAnon? It's the 21st century's ultimate catfish scheme
 
Religious-right activists insist that former President Donald Trump has a deep Christian faith, yet whenever he is asked about it, he inevitably responds by talking about how much evangelicals love him and rambling on incessantly.
 
Pro-Trump event in Michigan will feature numerous speakers with histories of anti-Muslim rhetoric. The Trump-backed ReAwaken America tour is holding an event in Michigan this week that will feature numerous speakers with histories of anti-Muslim rhetoric. Those commentators have said that “Fear of Muslims is RATIONAL,” bragged about helping Trump with his “Muslim ban,” and claimed that “Muslims are stockpiling weapons in Islamic centers.” They have claimed that “Islam is a terrorist organization,” that “Islam has been and remains the GREATEST threat to the Western Civilization,” and that ”Islam IS NOT our friend.”
 
Les sionistes chrétiens, les évangéliques, les Qanoniens (très proches de l’évangélisme) croient à une grande guerre de la fin des temps opposant les forces du bien contre les forces du mal. C’est aussi ce que croient les kahanistes, des juifs extrémistes proches du pouvoir en Israël sous Netanyahou. Ça n’est pas un hasard si Netanyahou se trouve relié chacun de ces trois grandes mouvances fanatiques apocalyptiques. Les firmes de mercenaires privés (Blackwater et autres moins connus) sont également alignés sur une sorte de droite chrétienne ultra-fondamentaliste, du style Templier, fortement anti-communiste et raciste suprématiste, camouflant à peine un satanisme qui ne se cache même pas.
 
À l’opposé du judaïsme post-2e guerre mondiale qui voit naître Israël dans la foulée de la reconnaissance de l’Holocauste et du statut des juifs en tant qu’ethnie persécutée nécessitant la protection d’une puissance étatique, les kahanistes voient l’Israélien juif un peu comme le nouvel homme, la bête blonde nietzschéenne, équivalent d’un mâle chauvin blanc fort et dominateur, écrasant les faibles et exterminant ses ennemis, complètement à l’opposé du vieux Juif faible victime de l’Holocauste. 
 
 
Pour les kahanistes, Hitler ne s’est trompé que sur une seule chose : il s’en est pris aux juifs, pour le reste il faut suivre son modèle si l’on veut survivre, en étant encore plus excessivement raciste, brutal et génocidaire, plus impitoyable que les nazis l’ont été. Pour exorciser l’image du juif faible qui les hante, ils tentent de l’objectiver en faisant jouer ce rôle aux Palestiniens, en le projetant sur eux.  Contrairement au judaïsmec contemporain post-holocauste, l’Israélien juif issu du kahanisme n’a pas de problème à endosser des antisémites comme Trump ou Orban, il préfère de loin le raciste assumé, le fasciste avec ses fantasmes de violence, et déteste l’antiraciste universaliste apôtre de la paix, même si ce dernier est juif. L’Israélien juif issu de l’esprit kahaniste n’aura pas de scrupules à endosser le rôle d’anti-Christ, de démons massacrant des bébés, laissant les femmes, enfants et vieillards blessés et estropiés, pour terroriser psychologiquement le monde européen chrétien universaliste sensible aux droits de l’homme, un peu comme les tortionnaires de Guantanamo et Abu Graib faisaient exprès d’enfreindre les tabous de la religion musulmane lorsqu’ils torturaient les détenus musulmans, afin de susciter en eux une horreur indicible, propre à fragmenter leur esprit et les faire basculer dans la folie.  Cette dynamique hautement pathologique, psychopathique, fait en sorte que le juif israélien servira de bouc émissaire idéal à la vindicte mondiale lorsque cela plaira aux forces des ténèbres de nous livrer des coupables et d’accélérer la destruction du monde comme on le connaît, pour nous faire entrer dans son « Nouvel âge » (la spiritualité du Verseau-Aquarius n’est que la pointe émergée du glacier).  Même la spiritualité dite du Verseau (Aquarius) est basée sur des traductions jésuites faussées reprises par des jésuitisants comme Robert Amadou (proche de leaders maçonniques, ce qui n'est pas du tout rare), et promue par des cercles occultes new age catholiques douteux mais très influents comme le Hiéron du Val d'Or, qui influença Paul Le Cour, l'auteur qui porta ce thème dans la francophonie.
 
L’histoire des camps de la mort israéliens où les Palestiniens sont entassés et torturés va forcer les USA à voir la révélation du mal commis et les crimes contre l’humanité commis par Israel. Cette révélation, cette mise à nu des crimes d’Israel sous les yeux des USA fait partie du « Grand réveil » factice auquel on nous prépare, notamment à travers Qanon, qui disait qu’Israel est réservé pour « la finale » de son récit. Dans cette parodie d’apocalypse qui nous est imposée, Jérusalem sera vue comme la Grande Prostituée, ivre du sang des saints, dans le livre de l’Apocalypse de Jean.
 
America’s Politics Of Paranoia (Une des raisons pour laquelle la franc-maçonnerie est tellement haie du point de vue religieux fanatique, c'est que ce point de vue voit comme un blasphème le sécularisme et la perfectibilité.)
 
Et si c’étaient les vrais illuminati qui préparent en ce moment une grande seconde révolution américaine, voire internationale, grâce au mouvement MAGA et au « Grand réveil », comme ils ont préparé la Révolution française et la révolution russe d’autrefois ? (Les illuminés de Bavière ont été constitués par les jésuites trois ans après la dissolution des jésuites par le Pape. Les jésuites n'auraient pas pu facilement infiltrer la franc-maçonnerie sans l'intermédiaire des illuminés. Interdits en 1783, les illuminés ont ensuite rejoint la franc-maçonnerie, instituant ses "degrés supérieurs" qui ont fait d'elle un instrument de manipulation sociale et politique.) Le rôle de la franc-maçonnerie dans la "mission divine des États-Unis" est mis de l'avant par Manly P. Hall, une autorité franc-maçonnique occultiste américaine aussi importante qu'Albert Pike. Le président Ronald Reagan était un fervent lecteur de Manly P. Hall (à ce sujet, lire L'ère messianique reaganienne). C'est à la lecture du livre de Manly P. Hall "The Secret Destiny of America", qu'il relisait régulièrment, que Reagan attribuait son éternel optimisme et sa foi infaillible en la "mission divine" (lire maçonnico-déiste) des États-Unis d'Amérique. C'est Henry Wallace (sous la présidence FDR) qui est responsable du logo novus ordo seclorum avec la pyramide tronquée et l'oeil qui voit tout sur le dollar américain. Le gourou de Wallace était Nicolas Roerich, qui faisant une sorte de yoga à prétention graalique mais totalement orientalisant, pro-Lucifer, pro-Bouddha, pro-marxiste et bolchévique ("Bouddha Lénine").Malgré ses liens occultistes orientalisants, Henry Wallace écrivait en 1934 une prophétie similaire à celle de Manly P. Hall sur le destin mondial des USA franc-maçonniques: "It will take a more definite recognition of the Grand Architect of the Universe before the apex stone [the capstone of the pyramid on the US Great Seal] is finally fitted into place and this nation in the full strength of its power is in position to assume leadership among the nations in inaugurating ‘the new order of the ages’."  
 
Pour en savoir plus: "The Stargate Conspiracy" (Picknett & Prince, 1999) Le voyant très douteux Edgar Cayce (favorisé par la Maison blanche de Woodrow Wilson) annonçait comme lui que la démocratie franc-maçonnique à l'américaine est le nouvel ordre qui libérera le monde:
"With the changes that will be wrought, true Americanism, the universal thought that is expressed and manifested in the brotherhood of man, as in the Masonic order, will be the eventual rule in the settlement of affairs in the world." (Source: Robinson: "Edgar Cayce’s Story of the Origin and Destiny of Man", p.159. Aussi dans Robinson: "Is It True What They Say About Edgar Cayce?" p160 et suivantes) Pour en savoir plus: "The Stargate Conspiracy" (Picknett & Prince, 1999)
Voir aussi Woodrow Wilson: président du "nouvel ordre mondial" (Woodrow Wilson and the Quest for a New World Order).
 
 
Alice Bailey sur la photo.
 
 

Trump et son mouvement nous remonte contre l’État de droit, contre la justice « corrompue », mais ils ne veulent pas améliorer la justice et l'État de droit, ils veulent leur destruction. Cela participe au coup d’État des multinationales. Trump prétend être le seul obstacle aux élites corrompues et corruptrices, mais en fait il aime être acheté par leur argent. Le seul obstacle réel à la classe dominante des milliardaires crapuleux est l’État de droit. Le mouvement MAGA redirige les foules vers une grande révolte contre l’État de droit d’une part, et conduit à soumettre l'État au culte de l'obéissance à l'autorité de l’empereur Trump, d’autre part. 
 
 
 
 
Les trumpiens répètent sans cesse que le "Christ est roi", exactement comme les jésuites présentent un Jésus tyran, régnant sur le monde temporel comme "Roi du Monde", général de guerre de l'armée divine face à l'armée de Lucifer (en contradiction avec Ses paroles: "Mon royaume n'est PAS de ce monde"). La culture et l'esprit doivent être basés sur la liberté et l'amour de la vérité ; rien n'est plus mortel pour la culture et pour l'esprit que le mensonge et la soumission à l'autorité. Entre parenthèse: on peut présumer que Trump a appris chez les Jésuites l’art de manipuler des foules avec ses discours amplement imagés, parfaitement construits et brillamment rendus. Une définition courante du jésuitisme est "culte de l'obéissance et de la soumission à l'autorité", ce qui décrit parfaitement la secte Trump. Dans l'histoire des derniers siècles, les jésuites sont devenus surtout synonymes de menteurs patentés, d'arracheurs de dents, en tant que troupes de choc pour la défense de la suprématie du Vatican, menant une lutte déterminée contre toute autonomie, toute liberté et indépendance sur le chemin vers la vérité et l'esprit. 
 
Le général Flynn a appelé à l'imposition d'une religion unique par l'État américain: "One nation under God, one religion under God". C'est en contradiction directe avec la séparation de l'Église et de l'État qui caractérise la constitution des USA. Son nationalisme chrétien est une façon de saborder la Constitution, comme disait Ilhan Omar: "ces gens détestent la Constitution". Trump aussi a déjà déclaré que la Constitution n'est pas importante. Une chose est sûre, ramener la religion dans les affaires de l'État et imposer le christianisme comme religion d'État est une des choses que les jésuites recherchent depuis Saint Ignace de Loyla et la Contre-Réforme, une sorte de communisme spirituel.  Le monde a besoin de liberté et d'autonomie dans la sphère culturelle spirituelle, c'est à cela que les jésuites font consciemment la guerre en se faisant les promoteurs de la dépendance à l'autorité en matière de religion, en faisant en sorte que la religion organise la société à une époque où il faudrait au contraire laisser une plus grande liberté de religion entre les mains de l'individu, pour un individualisme éthique. La liberté et l'indépendance sur le chemin vers l'esprit est précisément ce que les jésuites combattent le plus durement.  

Trump ally Michael Flynn condemned over call for ‘one religion’ in US | Michael Flynn | The Guardian

Michael Flynn, Trump and America's Christian nationalism threat

Les catholiques tradis sont en ce moment en train de gagner en influence sur la droite politique grâce à la nouvelle mode de l'anti-wokisme remplaçant l'anti-Islam, mais c'est oublier que les mouvements sociaux et libéraux des années soixante qui sont à l'origine du prétendu wokisme viennent en grande partie des gens d'Église. Steiner indiquait à propos des jésuites que ce n'est pas un problème pour les jésuites de critiquer quelque chose qu’ils ont secrètement créé eux-mêmes, comme un épouvantail ou comme l’argument de l’homme de paille. Quand on est de mauvaise foi et qu’on veut gagner à tout coup, on s’en prend non pas à l’argument réel de notre adversaire mais à un argument qu’on a monté soi-même et qu’on attribue faussement à notre adversaire, un argument faible et facile à démolir. On pourrait dire de même que l'Église, anglicane ou catholique, a conjuré elle-même le wokisme pour l'attaquer ensuite comme une chose lui étant en apparence étrangère. Sur les mouvements sociaux des Sixties et l'ouverture de l'Église aux juifs:
PDF - Brewitt-Taylor, Sam - Christian Radicalism in the Church of England and the Invention of the British Sixties, 1957-1970: The Hope of a World Transformed  This study provides the first postsecular account of the moral revolution that Britain experienced in the 1960s. Beginning from the groundbreaking premise that secularity is not a mere absence, but an invented culture, it argues that a new form of British secularity achieved cultural dominance during an abrupt cultural revolution which occurred in the late 1950s and early 1960s. This moral revolution had little to do with affluence or technology, but was most centrally a cultural response to the terrors of the Cold War, which pitted Christian Britain against the secular Soviet Union. By exploring contemporary prophecies of the inevitable arrival of "the secular society," Sam Brewitt-Taylor shows that, ironically, British secularity was given decisive initial momentum by theologically radical Christians, who destigmatized the idea of "modern secularity" and made it available for appropriation by a wide range of Sixties actors. Further than this, radical Christians played a significant contributory role in deciding what kind of secularity Britain's Sixties would adopt, by narrating Britain's moral revolution as globalist, individualist, anti-authoritarian, sexually libertarian, and politically egalitarian. In all these ways, radical Christians played a highly significant role in the early stages of Britain's Sixties.

PDF - Connelly, John - From Enemy to Brother: The Revolution in Catholic Teaching on the Jews, 1933-1965 In 1965 the Second Vatican Council declared that God loves the Jews. Before that, the Church had taught for centuries that Jews were cursed by God and, in the 1940s, mostly kept silent as Jews were slaughtered by the Nazis. How did an institution whose wisdom is said to be unchanging undertake one of the most enormous, yet undiscussed, ideological swings in modern history?    The radical shift of Vatican II grew out of a buried history, a theological struggle in Central Europe in the years just before the Holocaust, when a small group of Catholic converts (especially former Jew Johannes Oesterreicher and former Protestant Karl Thieme) fought to keep Nazi racism from entering their newfound church. Through decades of engagement, extending from debates in academic journals, to popular education, to lobbying in the corridors of the Vatican, this unlikely duo overcame the most problematic aspect of Catholic history. Their success came not through appeals to morality but rather from a rediscovery of neglected portions of scripture.    From Enemy to Brother illuminates the baffling silence of the Catholic Church during the Holocaust, showing how the ancient teaching of deicide-according to which the Jews were condemned to suffer until they turned to Christ-constituted the Church's only language to talk about the Jews. As he explores the process of theological change, John Connelly moves from the speechless Vatican to those Catholics who endeavored to find a new language to speak to the Jews on the eve of, and in the shadow of, the Holocaust.
 
Les catholiques ont plus d'influence qu'on le croit en politique et au gouvernement américain. Voici quelques exemples, Le général Michael Flynn et son frère qui dirige actuellement la garde nationale sur la côte ouest, le général Paul E Vallely (expert en psyops et co-auteur de l'expert en psyop et droitiste sataniste notoire Michael Aquino), le dirty trickster Roger Stone,  Jack Posobiec (dissident américain proche de Roger Stone), Jair Bolsonaro (né catho converti à l’évangélisme), l'archevêque Vigano (Qanonien notoire), Dr Fauci, Donald Trump (deux ans dans une université jésuites), Joe Biden (second président catholique après JFK), Bill Barr (né juif),  Mike Pence (né catho), Robert Mueller, Stephen Bannon (aussi lié à l'Opus Dei) , Ralph Nader, Dennis Kucinich (zélateur de la new age Barbara Marx Hubard), Mike Gravel, Bill Clinton (université jésuite de Georgetown), Madeleine Albright, George Tenet, Carroll Quigley (prof. de Clinton à l’Un. de Georgetown), Mel Gibson, les Kennedy, Staline, le Collège de Baghdad (les candidats présidentiels en sont tous diplômés), John F McManus (leader de la John Birch Society), l'Université catholique des Chicago Boys au Chili, Adam Weishaupt, l'abbé Augustin Barruel, Leo Taxil,  Theilard de Chardin (forte influence sur la pensée new age, ex : Barbara Marx Hubbard), du côté new age St-Yves d’Alveydre, Louis Jacolliot (repris par le Polonais Ossendovsky et Saint-Yves d'Alveydre mais vu comme anti-catho). Les catholiques sont surreprésentés dans les mouvements politiques américain et au gouvernement américain, bien que le pays ait été fondé sur des idées d'inspiration maçonnique. Le "In God We Trust" vient de l'époque où le gouvernement américain faisait de la propagande de lutte au communisme, il servait à affirmer l'identité chrétienne du pays face aux athées communistes, en contradiction avec la réalité de la séparation Église-État et de l'importance de la franc-maçonnerie déiste. La religion unique voulue par le général Flynn avec son "One Nation under God, one religion under God" semble renvoyer davantage au déisme maçonnique qu'à un dieu judéo-chrétien.  
 
Mais malgré ces liens catholiques, le vrai dénominateur commun est le mouvement politique et culturel ouvertement théocratique autoritarien anti-démocratique nommé NEW APOSTOLIC REFORMATION. Relié religieusement aux charismatiques (fondés par un jésuite) et politiquement au Council for National Policy, le NAR est extrêmement militant politiquement et culturellement et prône le dominionisme. Son projet est la prise de contrôle des sphères politique, gouvernementales, culturelles, médiatiques, etc. C'est en droite ligne avec le nationalisme chrétien, en opposition frontale et directe avec la démocratie et le libéralisme. Le nationalisme chrétien prôné par les milliardaires est une façon de faire reculer la démocratie libérale pour faire revenir la société à une soumission à la nouvelle classe aristocratique: les super-riches.

 La prise de contrôle des églises américaines par le mouvement MAGA d’adoration de Trump est une aberration, une récupération abusive de la religion pour des fins politiques. Ce n’est pas différent des anciens programmes du Pentagone visant à transformer les pasteurs, ainsi que les leaders de congrégations et sectes chrétiennes diverses, en missionnaires au service de l’américanisme et du capitalisme (anticommunisme), comme cela a été fait en Amérique latine. Le Pentagone a littéralement financé et formé dans plusieurs pays d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud les pasteurs évangéliques pentecôtistes et charismatiques dans le cadre de sa lutte au communisme, couverture pour la défense des intérêts des corporations américaines reliées au gouvernement américain (la CIA). Les pasteurs américains étaient souvent escortés par des paramilitaires (les "Contras", pour "contre-révolutionnaires") formés par les USA  (à "l’école des Amériques", une école pour assassins et dictateurs), au service des dictateurs amis de Washington.  Washington coopérait avec les dictatures dans leurs opérations d’escadrons de la mort contre les guerrillas révolutionnaires, mais aussi contre de simples citoyens et travailleurs ayant plus ou moins des "sympathies de gauche". Ils furent souvent jetés à la mer du haut d’un hélicoptère en plein vol.  Il s’agissait à l’époque, en Amérique latine spécialement, d’enrayer l’influence du mouvement de la théologie de la libération, sorte de marxisme catholique par lequel les missionnaires se mettaient à prendre parti des opprimés et à soutenir leur lutte armée révolutionnaire (guerrillas) contre les paramilitaires et contre les gouvernements corrompus à la solde des USA. Les histoires de purges qanoniennes réfèrent explicitement à ce genre de purges contre les sympathisants de gauche en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Et les histoires qanoniennes d’enfants enlevés pour servir d’esclaves à l’élite ne sont pas sans rappeler les kidnappings systématiques des enfants des sympathisants de gauche, qui se retrouvaient parfois à être adoptés par des familles de l’élite proches du pouvoir dictarorial pro-américain... (Plus de détails dans The Shock Doctrine de Naomi Klein)

New Apostolic Reformation - Wikipedia
 
Kari Lake's Campaign Chairman, Floyd Brown, Is A Seven Mountains Dominionist

Mike Johnson Is the Christian Nationalist We Should Have Seen Coming (...) If you want an example of all this, look to Johnson’s membership in the Council for National Policy, an influential conservative group regarded as a kingmaker. Members of CNP are forbidden from telling anyone outside the group that they are a member. Their executive director recently told The Washington Post that the group doesn’t “do anything.” Its aim, as laid out in its vision statement, is to create a “united conservative movement” that can “[restore] religious and economic freedom, a strong national defense, and Judeo-Christian values under the Constitution.” Journalist Anne Nelson, author of the book on the Council for National Policy, Shadow Network, has described them as “the secret hub of the radical right.” She has also described Johnson as their “creation.”

The End Will Come for the Cult of MAGA (...) the movement has gained strength through de facto alliances with other “authoritarian cults” such as QAnon, as well as with groups like the Council for National Policy, a secretive networking organization of powerful conservatives, and the New Apostolic Reformation, a theological movement calling for Christian dominion over politics.

For Christ’s Sake -Leonard Leo’s network is trying to reshape the world into the Kingdom of God (...) . The rally that preceded it was organized by members of the Council for National Policy, a dominionist Christian group on whose board of governors Leo serves. The New Apostolic Reformation envisions the violent overthrow of democracies for a worldwide theocracy, or “Kingdom of God,” over which apostles will rule until the return of Christ. In the meantime, they’re preparing a debauched version of the Kingdom by targeting the LGBTQ+ community. As City University of New York sociologist Dominic Wetzel writes, pastors and missionaries from the New Apostolic Reformation are “widely credited with inspiring the infamous Uganda Anti-Homosexuality Act, known informally as the ‘Kill the Gays’ bill.’” They’re likewise busy instating a stealth theocracy via the Seven Mountain Mandate, under which Christians are to take dominion over seven spheres of life, including government and law. You might recognize some of these Seven Mountain dominionists in the GOP (though they have not identified publicly as apostles): Texas Senator Ted Cruz and Trump lawyer Jay Sekulow; former Energy Secretary Rick Perry and former Arkansas Governor Mike Huckabee; retired three-star general and former Deputy Undersecretary of Defense for Intelligence Jerry Boykin.

Happy Hour With the Christian Right at ‘Angelic’ Trump Hotel (...) Wallnau, like other representatives of the New Apostolic Reformation, maintains that “true” Christians should seek to control what they often call the “seven mountains” of culture, or seven areas of human civilization, which typically include government, business, media, education, arts and entertainment, family, and religion. They have been and remain all in for Trump, who they see as the essential leader on the path to dominion. (...) Pryor’s name appeared on a leaked 2014 membership directory of the Council for National Policy, a networking organization for social conservative activists that focuses on mobilizing right-wing voters in key districts, and which The New York Times once referred to as a “little known group of a few hundred of the most powerful conservatives in the country.”

Samuel Alito's flags tell us a lot about who he's been talking to (...) There are these right-wing groups like the Family Research Council. You have networking organizations like the Council for National Policy, which gets much of the movement’s leadership cadre on the same page, and brings them together with these very deep-pocketed funders. There are think tanks such as the Heritage Foundation. And there’s a vast right-wing legal advocacy ecosystem that includes groups like the Alliance Defending Freedom, with its $100-plus-million-per-year budget; also, the Becket Fund, Liberty Counsel, First Liberty Institute, Pacific Justice Institute—and they align with the aims of the Federalist Society and related organizations that mobilize enormous sums of money to shape the courts. (...) But the calls for dominion, the calls for total domination, have become louder and more explicit. And part of that is a consequence of the rise of a spirit-warrior style of religion, embodied in movements like the New Apostolic Reformation, which is a sort of charismatic Christian evangelical movement. It’s a relational network, rather than a formal denomination, and it’s grown enormously in recent years. It has deep roots in Christian Reconstructionism and Calvinism, but it didn’t really get going until Loren Cunningham and Bill Bright, these two Christian-right leaders, both said they had a dream. They both seemed to have the same dream that God told them that they needed to take over the seven “mountains,” or spheres, of culture, which they identified as things like government, education, business, media, and the like. They shared these ideas with some figures like Lance Wallnau and Peter Wagner. Wagner was a key figure in the “church planting” movement—a movement of establishing or planting new churches. Wagner ran with the idea of taking over the seven mountains as taking back dominion from Satan. That notion of “Seven Mountains” dominionism has spread very quickly—not just among networks like the New Apostolic Reformation and other charismatic networks, but the language and style of “Seven Mountains Dominion” and this sort of spirit-warrior religion has spread to other sectors of the movement that are not remotely identified with the NAR or charismatic Christianity. So you have people like Mike Flynn or Roger Stone, who identify as Catholic, talking about demonic portals and spiritual warfare, or talking about the seven mountains of culture, using the terminology and imagery of charismatic Christianity.

Documented | Inside the Secret Right-Wing Plan to “Take Down the Education System as We Know It"… (...) From 2017 to 2019, Ginni Thomas, the spouse of Justice Clarence Thomas, worked with UIP to run an annual “impact awards” luncheon at the Trump International Hotel. Ginni Thomas handed out awards to conservative luminaries including Leonard Leo, Mark Meadows and James O’Keefe. 
A PLAN HATCHED AT THE COUNCIL FOR NATIONAL POLICY The strategy to dismantle public education came together following a speech by Trump’s former attorney general at a secretive gathering of far-right leaders. On May 20, 2021, former Trump Attorney General Bill Barr spoke at a Council for National Policy (CNP) meeting in Naples, Florida. Barr was there to receive the ADF Edwin Meese III Award for Originalism and Religious Liberty from ADF’s President, Farris, but also came prepared to deliver a major policy speech. CNP has been described by the New York Times as "a little-known club of a few hundred of the most powerful conservatives in the country."(...)
Plusieurs ont reconnu les idées paléoconservatrices de Pat Buchanan dans les idées conspi défendues par Trump: antisémitisme, Amérique d’abord, contre les néocons juifs et l’interventionnisme guerrier, dénonçant l’action des juifs dans la culture, le milieu académique, en lien avec la gauche en général, etc. Pat Buchanan est catholique et membre de l’Ordre de Malte, sorte de franc-maçonnerie catholique. Il est aussi membre du CNP, l’équivalent conservateur de droite chrétienne nationaliste du CFR (internationaliste) mais en plus secret et, de ce fait, beaucoup plus insidieusement influent que le CFR.

En faisant tout pour passer pour le "grand roi d'Israël", adoré par les Israéliens comme un roi, assurant la paix mondiale, Trump se met lui-même en scène comme le "grand roi" que les prétendus "sages de Sion" voudraient imposer en faisant en sorte que le peuple le demande. La soumission à l'autorité, à la ligne dure d'un leader fort et imposant doit être exigée par le  peuple, convaincu qu'il s'agit du seul moyen de remédier au chaos général qui menace de détruire la civilisation : 
"La reconnaissance de notre autocratie peut arriver avant la suppression de la Constitution, si les peuples, fatigués par les désordres et la frivolité de leurs gouvernants s’écrient : « Chassez-les et donnez-nous un roi universel qui puisse nous réunir et détruire les causes de nos discordes : les frontières des nations, les religions, les calculs des États ; un roi qui nous donne cette paix et ce repos, que nous ne pouvons obtenir avec nos gouvernants et nos représentants. »"

Parenthèse: les jésuites sont probablement les vrais auteurs des Protocoles, puisqu'ils les mettent en valeur comme l’unique menace aux Sages de Sion, les seuls capables de les faire tomber et de ruiner leurs plans. Les Protocoles sont en tout cas écrits d’un point de vue ouvertement fasciste, autoritaire et théocratique, qui ne croit pas en la liberté, la démocratie, l’égalité, la fraternité, mais dans le droit de la force (might is right), la soumission au leader choisi par Dieu, soumission à l’Église chrétienne, expression de la volonté divine, dont les jésuites sont en quelque sorte les troupes de choc. L’Église a l’habitude de révéler des complots dont elles fait elle-même partie, pour ensuite présenter le complot au public scandalisé, de façon à faire mousser sa crédibilité tout en évitant soigneusement de révéler sa propre implication dans ces mêmes complots, nous lançant plutôt sur des fausses pistes, et en rejetant le blâme, pour expliquer tout ce qui va mal dans l’Église, sur de fantasmatiques « sages de sion ».La version officielle de l’origine des Protocoles met en lumière une dynamique de forces théocratiques et protofascistes autoritariennes (illibérales) voulant pousser le tsar à combattre toute libéralisation, ne jamais céder aux demandes de réforme venant du peuple qui ne tolère plus les excès de sa tyrannie. Toute libéralisation, toute concession aux demandes du peuple était présentée, à la lumière des Protocoles et de ses agitateurs, comme un grand complot juif communiste contre la civilisation et la chrétienté. En fait, dans le contexte de l’époque, empêcher toute réforme contribuait à la mise en place des conditions d’une révolution, de la destruction du tsarisme. Les défenseurs de la ligne dure du tsar faisant la promotion des Protocoles étaient donc de faux frères du tsarisme, qui voulaient pousser la tyrannie tsariste jusqu’au point où il finirait par être détruite par le peuple en colère, son durcissement le poussant à la cassure à défaut de faire preuve de flexibilité et de se réformer. Cet exemple illustre bien la réalité actuelle, du fait que les théories du complot servent trop souvent non pas à assurer l’avenir de la civilisation, mais plutôt à la mettre en péril en la mettant dans une situation de durcissement théocratique anti-libéral, autocratique autoritaire, bref de refus de toute réforme, une situation de hubris intenable menant inévitablement au chaos.
 
 « J’ai été séduit (par le trumpisme, la gnose) mais je me suis réveillé, j’ai compris que j’avais été dupé.» C’est la petite leçon subliminale, totalement jésuitique, rappelant les procès publics soviétiques, de même que les conversions religieuses, que la psyop trumpienne sert à nous inculquer de force. On dirait que Qanon et les anti-Qanon fondamentalistes chrétiens sont pilotés par la même bande, comme les discours conspis semblent faits exprès pour donner raison aux anticonspis, pour que les anticonspis puissent les démonter facilement et convaincre la masse que les conspis sont des gens dangereux qu’il faut faire taire. C’est une leçon qui mène ultimement à l’érosion de la liberté d’expression et de pensée, conformément à la volonté des réactionnaires religieux et fascistes.  

Cela semble également donner raison à la politognosie (scientifiquement discréditée) inventée par un fondamentaliste catholique (Eric Vogelin), expliquant par l’influence de la pensée gnostique la montée des régimes autoritariens comme le nazisme. Théorie complètement discréditée de nos jours. Le trumpisme est un phénomène artificiel qui semble fait exprès pour donner raison à cette théorie discréditée inventée par un catholique antignostique.  Wolfgang G. Vögele écrit : « Un petit courant, très influent cependant d’historiens de la culture à la suite du politologue et fondamentaliste catholique Eric Vogelin et sa théorie de la « politognosie » suit il est vrai une trace du « mal », passant du romantisme allemand par Richard Wagner et Rudolf Steiner jusqu’à Hitler (selon Harald Strohm). En conséquence de quoi des « idéologies gnostiques » mèneraient à des systèmes politiques totalitaires. Que de telles simplifications de la vérité historique ne satisfont point, c’est ce dont on commence à prendre conscience  peu à peu aujourd’hui.  Avec cela est apparenté le mythe de la « voie particulière allemande », du développement culturel  allemand, lequel fut lancé d’une manière stéréotypique par Theodor W. Adorno. »
 
Pour en revenir aux "prophéties" utilisées pour manipuler l'humanité, dénoncées par Guénon en tant que "grande parodie", et en lien avec les pseudo "Protocoles de Sion" : n'oublions pas que la structure narrative du récit de l'Apocalypse exige que le règne de l'antichrist précède le retour du Christ. Donc si l'antichrist doit passer aux yeux du monde pour le retour parousique du Christ lui-même, il faut nécessairement, pour respecter la structure du récit de l'Apocalypse, qu'il soit précédé par l'avènement d'un antichrist (ou d'un être paraissant comme tel) qui devra être terrassé par lui, prouvant ainsi au monde entier qu'il est la véritable incarnation du Sauveur en personne. Il faut donc que le véritable antichrist, le faux Christ à venir, terrasse un faux antichrist que le monde aura pris pour l'antichrist. Le fait que Trump incarne presque mot à mot "l'homme de péché" tel que décrit dans la Bible devrait nous mettre la puce à l'oreille à l'effet qu'il pourrait s'agir d'une manipulation, une sorte de scénario de film ; peut-être Trump l'acteur doit-il jouer le rôle de l'antichrist, un antichrist d'Hollywood, afin de mettre en valeur celui qui veut apparaître aux yeux du monde pour le Christ en personne. Trump est peut-être une grande distraction, mais une distraction destinée à manipuler l'humanité, en servant de faire-valoir au faux Christ qui vient, pour aider plus que quiconque à mettre en valeur le véritable antichrist qui devra passer aux yeux de tous pour le Christ Sauveur. Un faux antichrist terrifiant peut être montré au monde afin de mieux cacher le véritable antichrist, qui supplantera son règne et sera pris à tort pour le Christ en personne... Il n'est pas difficile de concevoir qu'à côté du faux messie Trump, le vrai antichrist ressemblera au Christ à s'y méprendre. D'un autre point de vue, peut-être cette manipulation nous renvoie-t-elle également à une parodie des deux messies du judaïsme: d'abord un premier messie chef des armées mène la lutte pour le bien (Trump), suivi d'un second messie porteur de paix, équilibrant le coeur et la raison (l'antichrist)? Il faut en tout cas compter sur le fait que tous les courants spirituels doivent être interpellés et intégrées, chacune des traditions doit y trouver son compte et succomber à la grande séduction.
 
C’est un feuilleton et comme dans les feuilletons, les scénaristes et les acteurs nous manipulent à leur gré, parce qu’ils savent comment manipuler nos émotions et susciter les réactions voulues.
 
Dans ce grand scénario apocalyptique auquel on nous prépare, le rôle de la résistance héroïque aux Sages de Sion sera de toute évidence dévolu à l’Église catholique, qui roue depuis longtemps sur ce grand récit, selon lequel Israel devient un État paria, les juifs incarnent le mal absolu, alors que l’Église représenterait le bien absolu. Ce qui remonte bien sûr à la légendaire opposition traditionnelle entre l’Égypte et les Hébreux, de même qu’entre Rome et les juifs. L’Église catholique renferme en elle-même les restes décadents du culte égyptien et du pouvoir romain. Les jésuites incarnent la puissance de Rome dans toute sa volonté de suprématie et de destruction. Tandis que l’occultisme gnostique, bien plus proche du catholicisme des origines qu’on pourrait le croire, a conservé les pires restes de la magie noire d’ancienne Égypte, où la population était tenue en soumission et en esclavage par des moyens occultes, comme les dévots aujourd’hui sont sujets à l’influence suggestive du rituel catholique, un rituel dont les racines sont immémoriales et dont l’efficacité occulte est sans pareille, qui n’a rien à envier à la puissance des symboles et du culte franc-maçon. À travers Qanon et le conspirationnisme antijuif influencé par le catholicisme, l’humanité vit une initiation de nature contre-initiatique en masse, caractéristique de l’antichrist qui vient et dont il s’agit de paver la voie pour son avènement prochain.
 
Le plus célèbre faux messie de l'histoire fut Sabbatai Zevi, qui ébranla toute la juiverie européenne en 1666, prêchant le salut par le péché supposé ramener l'humanité à l'Age d'or perdu. Ce courant souterrain perdura durant des siècles et ne semble pas encore éteint. Les historiens reconnaissent maintenant que des millions de juifs furent secrètement disciples de Sabbatai Zevi et ce durant des générations. Imaginez ce que ce serait aujourd'hui avec les moyens de communication disponibles...  Trump pourrait être un nouveau Sabbatai Zevi. De ce point de vue, Trump est probablement un piège spirituel plus grave encore que le nouvel ordre mondial qu’il prétend combattre.  
 

 

Le mentor de Trump: Roy Cohn, un menteur crapuleux, mafieux de haut niveau, extrêment puissant, lié aux têtes des médias, de la CIA et de la présidence Reagan. Un être absolument démoniaque sous tous rapports.

Certains croient que les médias sont tous sous contrôle des sionistes et qu'ils sont tous contre Trump. En réalité, nombre de médias sionistes l'appuient, dont les plus connus sont FOX et Newsmax, sans compter les médias contrôlés par des sectes de la CIA comme Epoch Times (NTD, un favori de RFK Jr), qui sont très suivis du fait que la plupart des gens aujourd'hui prennent leurs infos sur internet. Il jouit de l'appui de nombreux conseillers et/ou donateurs sionistes dont : Rex Tillerson, Wilbur Ross, les frères Koch, Paul E. Singer, Sheldon G. Adelson, Steve Wynn, Thomas J. Barrack Jr., Gary Cohn, Robert Mercer, Carl Icahn, Geoffrey Harrison Palmer, Randal Quarles, Timothy Mellon et Stephen Schwarzman (selon wikip.). Ce dernier est PDG et cofondateur du Groupe Blackstone, l'un des plus grands groupes financiers au monde, connu comme bénéficiant des réseaux de paradis fiscaux. Lui et son cofondateur sont issus de Lehman Bros (une célèbre faillite liée à la crise de 2008). Trump a promis une baisse d'impôt aux riches, ce qui coûterait plus de 4.6 billions à l'État US. Schwarzman est content, lui qui se dit allergique à toute imposition.

Trump n'a pas mis fin à la guerre (en cours durant son mandat) ni en Irak ni en Afghanistan, c'est Biden qui l'a fait et il a été durement critiqué pour cela dans les médias. Trump veut privatiser la guerre en permettant à des Erik Prince de "faire avec le militaire ce que FedEx a fait avec la poste" (citation vérifiée de Prince). Trump a financé et armé l'Arabie saoudite pour sa guerre d'agression contre le Yémen. Biden a financé la défense de l'Ukraine suite à l'invasion russe.
 
Soral comme Dieudonné autrefois et Trump aujourd’hui, détourne et revire le débat sur la liberté d’expression de tous en débat sur la liberté d’expression de tel ou tel influenceur ou politicien influent, liberté qui serait en danger du fait supposément qu’ils tenteraient de défendre la liberté d’expression de tous. Leur travail de provoc et agitation est très suspect et hautement contre-productif, en ce qu'il favorise en fait les ennemis de la liberté d’expression, que ce soit au gouvernement (justifiant des « lois Soral » et autres mesures liberticides) ou du côté du Vatican, des ayatollahs ou des rabbins, qui veulent y mettre des limites (ex : caricatures de Mahomet et autres tabous à ne pas enfreindre au nom du respect, Bible et dogmes à ne pas contester par respect pour la religion). Et leur défense contre-productive de la Russie, l’Iran et la Chine nous fait questionner la réalité de leur loyauté envers ces entités tant détestées par les sionistes.

Bibi pourrait ressortir plus fort d'une tentative d'arrestation qui renforcerait sa crédibilité auprès des Israéliens qui le perçoivent comme le nouveau Moïse, le seul dirigeant israélien capable de défendre le pays et toute la civilisation face à ses ennemis, les barbares, les sauvages. La CPI ayant rarement incriminé des groupes islamistes comme le Hamas, Bibi peut facilement la décrédibiliser en la présentant comme l'instrument des islamistes et des ennemis d'Israël. 

Trump en passant fait exactement la même chose et c’est ce qui le rend si fort auprès de sa base: en bon criminel il enfreint toutes les lois (Lawless one), conjurant ainsi une opposition très forte contre lui de la part de l’État et des défenseurs de l’État de droit. Il se la joue populiste ensuite en répétant que ses ennemis sont en fait « les méchant », notre ennemi à nous, l’ennemi du peuple, le système corrompu qui monte la population contre ses fans. Ses fans sont convaincus d’être les seuls à avoir compris ce qui se passe, que toute forme d’opposition au mouvement MAGA est la manifestation du complot contre les peuples. L'immense Houtzpah de Trump, héritée de son mentor Roy Cohn (un menteur crapuleux, mafieux de haut niveau, extrêment puissant, lié aux têtes des médias, de la CIA et de la présidence Reagan), dépasse même amplement la Houtzpah des sionistes et d'Israël ; c'est même ce qui a convaincu ses fans qu'il est l'homme fort providentiel qui vaincra les ennemis de la nation. Grâce à l’hypermédiatisation et à sa maîtrise de la politique spectacle, il devient de plus en plus aux yeux des foules « l’Ennemi numéro un du système », le superhéros providentiel, seul contre tous à combattre le mal qui nous menace tous. Il jouit ainsi d’une grande crédibilité dans son rôle de martyr, sa base est convaincue qu’il est le seul à pouvoir stopper l’ennemi, l’élu de Dieu dans la lutte finale apocalyptique contre les forces du mal. 
 
 
 
 
 
The American Antichrist

Trump Curses in 'Church'
 
The Cult of the Strong Delusion (Le puissant leurre... Si tous les politiciens ne sont pas sous son emprise, ils ont tous au minimum très peur de Trump, peur des conséquences pour eux-mêmes et leur carrière s'ils s'opposent à lui.)

Trump Brags About Creepy New Song Declaring That God 'Chose Him'
 
 
 
 
 
 
La prophétie de l'oreille écorchée de Trump! Cette pseudo prophétie vient des évangéliques liés à Trump, Flynn, etc. L'attentat survient alors que la popularité de Trump était à son plus bas dans la campagne, après les révélations médiatiques sur le Project 2025, Trump se cachait, de peur d'être confronté à ce sujet. QAnon est apparu à l'automne 2017 pour redorer le blason de Trump, juste au moment où il battait des records d'impopularité. D'autre part, pratiquement tout ce qui sort de la clique de Trump, les technofascistoïdes et les théocrates qui s'y rallient, vise à menacer et faire capoter la gauche. On dirait qu'un des buts du tumpisme est de pousser les antifas au terrorisme, un peu comme la haine anti-islam devait pousser les musulmans à devenir terroristes ou sympathisants pro-terroristes, confirmant les stéréotypes véhiculés par la propagande. Des provocations générent les réactions voulues pour valider et confirmer le discours de propagande "anti-woke", comme il fut autrefois anti-Islam alors que Trump était dans le Tea Party avec les birthers accusant Obama d'être musulman. Une fois rendus au pouvoir, Trump pourrait lancer une purge contre les gauchistes assimilés à antifa, en les listant comme groupe terroriste, en étiquetant tout discours critique de la droite dure t du clan Trump comme du "terrorisme stochastique". Ce qui a mené à assassiner le président israélien Yitzhak Rabin, c'est du terrorisme stochastique du clan de Bibi. Le terrorisme stochastique peut aussi être un prétexte pour faire taire des critiques, en disant que ces critiques ("discours haineux") vont conduire des marginaux et des fous à des tentatives d'assassinat, comme on a vu avec le cas Trump. Comme Alex Jones est reconnu coupable d'avoir poussé des hordes de fanatiques à harceler et menacer les familles des victimes et de survivants de Sandy Hook.
 
La tentative ratée contre Trump fait penser à celle de cet autre acteur président américain, Ronald Reagan: la tentative d'assassinat ratée contre lui a boosté sa popularité dans une période où celle-ci faisait défaut, le faisant passer de zéro à héros. Il y avait de quoi suspecter une mise en scène théâtrale, avec ou pas la complicité du fameux cowboy de cinéma médiocre. Il est tout à fait envisageable que cet attentat soit mis en scène par Hollywood, comme le 11 septembre et d'autres mises en scènes, pour donner à Trump « la dimension d’un Kennedy ». Avec ou sans la complicité de l'acteur Trump, qui est habitué de se mettre en scène, notamment dans des scènes de violence dans la lutte professionnelle américaine télévisée. Il y a de quoi se poser des questions dans ce cas-ci, contrairement à Sandy Hook où l’on a pu prouver que la tuerie et les victimes étaient bien réelles malgré le déni systématique et les théories délirantes.  Le vrai héros ici, c'est l'homme qui a été tué, paix à son âme, en tentant de protéger sa famille, ainsi que les deux blessés graves. Trump n'a même pas la décence d’offrir ses condoléances à la famille du défunt, il n'a jamais mentionné son nom... Mais en bonne ordure sociopathe, il tire profit et monétise amplement les photos sanglantes de l'attentat. Ces gens ont été sacrifiés, et ça profite à qui ? Trump. Il en profite mais pour l’instant ça ne change pas les sondages d’intentions de vote… Mais ça réussit à pousser ses supporteurs aux appels à la violence et leur donner soif de vengeance. On prépare de ce côté-là la guerre civile.

Trump Suffers Head Wound Il est arrivé à Trump ce qui est arrivé à Reagan avec sa tentative d'assassinat qui a radicalement changé la perception que le monde avait de lui, de zéro à héros.
 
Blood on Trump's Right Ear (La bible parle de l'onction de l'oreille droite... Elle parle aussi dans l'Apocalypse de Jean, de miracles accomplis par les démons. Malheureusement les chrétiens croient que tout miracle est divin, jamais démoniaque.) 
Amos Harel: 'Netanyahu's Using the Trump Shooting to Vilify Israel's Protesters'
Trump Is a Changed Man (or is he?)
 
Extremist White Christian Nationalists Prepping For War

CNN DEVOLVES Into HEATED Debate On Trump Shooting (une petite liste non-exhaustive des appels de Trump à la violence, pendant que les trumpiens accusent tous les critiques de Trump d'être complices de l'attentat raté contre lui.)

Trump Campaign Begs Conservatives To Tone Down Violent Rhetoric

You Won't Believe Who The Right BLAMES For Trump's Brush With Death

Deranged Marjorie Taylor Greene Says ‘The Left Wants A Civil War’

Right-Wing Extremists Call For Violence And War Following Trump Shooting

Trump’s Rhetoric Accelerated A Violent And Conspiratorial Right-Wing

Trump Calls For Violence After Assassination Attempt

Qui veut tuer Donald Trump ? Ce combat qui se joue dans les coulisses de l'histoire - Rav Ron Chaya (Soral est clairement un équivalent antisémite de ce qu'est le Rav RonChaya chez les fanatiques juifs, surtout loubavitchs politiques)
‘PLEASE KILL HIM’: Alex Jones BEGGED For Trump Assassination (Alex Jones a dit "tuez Trump, il n'y a rien de mieux pour nous, s'il se fait tuer on gagne sur toute la ligne." il croit que toute attaque rend son camp plus fort. Parce qu'il croit que la rétribution sera plus grande et ça donnera une plus grande marge de manoeuvre aux pro-Trump pour écraser ses ennemis. Pensée magique ?) 

Rhétorique incendiaire, narcissisme extrême, appels à la violence, soif inextinguible de revanche… Yahvé ne vous fait-il pas penser un peu à Trump?
 
Israël se plaint d'être victime d'exclusion et d'indignation sélective, mais au fond c'est lui qui tient à être jugé selon d'autres critères que le reste de l'humanité, niant le droit international et se revendiquant plutôt de la prétendue pérennité de la loi hébraïque. En réalité, les juifs américains (sauf les sionistes ultra) n'ignorent pas que la rationalité éthique juive du Moyen-âge est censée avoir remplacé, au sein du judaïsme contemporain, la morale antique de soumission aveugle à la volonté de vengeance et de puissance du dieu des Hébreux.
 
Trump fait exactement la même chose, il se plaint d'être victime d'exclusion et d'indignation sélective, mais à la différence des juifs contemporains, il le fait (comme les sionistes ultras) en omettant la rationalité éthique, en remontant à la volonté de puissance et de vengeance du dieu de l'ancien testament... (C'est lui "l'Élu"! à la fois au sens politique et religieux, comme le fut Cyrus.)

Les étudiants qui manifestent contre l’extermination des Palestiniens sont antisémites, pro-Hamas, il faut les interdire et Biden est anti-Israël : ce discours est au centre de la campagne de Trump.
 
On entend toujours la même chose à droite aux USA: "les activistes antiguerres Code Pink sont financés par la Chine".  C’est du même ordre quand Morning Joe accuse sans preuve les manifestants d’être financés par le Qatar ou d’être pro-Hamas, ou quand on laisse entendre que les étudiants manifestants prennent l’argent de Soros, BlackRock ou pourquoi pas la Chine.
 
Ces manifs étudiantes ne sont pas « pour la Palestine » ni « contre Israël », elles critiquent le financement, l’aide militaire et l’appui inconditionnel octroyés à Israël par le gouvernement des USA et les universités américaines, alors même qu’Israël est en train de commettre un génocide évident sous nos yeux.
 
Trump tape encore plus fort sur les étudiants qui manifestent légitimement contre la guerre d'extermination des Palestiniens. Il en fait un élément-clé de sa campagne ("Trump Ramps Up Campus Protests Over Israel-Palestine as Key Campaign Issue Against Biden"). Il soutient que les manifs suprématistes blanches de 2017 n'étaient rien à comparer aux manifs étudiantes. Pour lui, Israël doit finir le travail, Biden est « anti-Israël » et il faut interdire les manifs étudiantes "antisémites", "pro-Hamas", "terroristes". En réalité, elles se composent d'une immense proportion de juifs. Quand Trump attaque les juifs américains, c'est toujours pour les pires raisons: pour critiquer leur gauchisme et leur faible soutien envers lui et envers Israël. 
 
Trump a recours à des diversions pour dévier notre attention vers des boucs émissaires immigrants, musulmans, terroristes, Soros, etc., protégeant ainsi les vrais dominants, la surclasse des ploutocrates. Mais ses fans sont convaincus que son mouvement s'en prend réellement à cette surclasse et tout le problème est là... Ils se trouvent même à appuyer la surclasse des Thiel, Musk et autres milliardaires sionistes de Big Tech dès lors qu’ils se manifestent pour l’ "anti-wokisme". En fait Big Tech, loin d'être woke, fait constamment la promotion de matériel de droite et/ou chrétien, en particulier sur Youtube: YouTube Is DRIVING Users To Right Wing Content; Says Study YouTube has a pattern of recommending right-leaning and Christian videos, even to users who haven’t previously interacted with that kind of content, according to a recent study of the platform’s suggestions to users.
 
Les droitistes milliardaires Peter Thiel et Elon Musk, avant ses rallonges de cheveux artificiels.
 


Trump accuse non seulement les manifestants d'être antisémites, il soutient qu'il faut les interdire, voire les déporter et il promet de le faire s'il est réélu. Beaucoup de partisans de Trump se sentent solidaires des pauvres gens accusés injustement d'antisémitisme pour avoir simplement énoncé une lapalissade, mais combien parmi eux s'inquiètent également du fait que la plateforme électorale du parti républicain (Trump) promet de faire déporter les manifestants propalestiniens en les accusant d'être "pro-Hamas", autrement dit pro-terroristes ? Etre accusé d'antisémitisme injustement serait une chose absolument horrible mais accuser injustement des milliers de citoyens américains en bloc d'appuyer le terrorisme et les faire déporter pour cela, aucun problème ? Leur appui s'explique-t-il par leur ignorance de la plateforme électorale républicaine ? Ou est-ce plutôt le mot "antisémitisme" qui les terrifie ?
 
Pour Trump, Israël doit finir le travail. Il faut selon lui interdire les manifs étudiantes jugées antisémites, pro-Hamas, terroristes. En réalité, elles se composent d'une immense proportion de juifs. Il laisse entendre qu’il y aura des déportations. On peut imaginer les manifestants propalestiniens être menacés de déportation, déchus de leur nationalité au même titre que des terroristes, si Trump obtient ce qu’il veut. Il a constamment recours à des diversions pour dévier notre attention vers des boucs émissaires immigrants, musulmans, terroristes, Soros, etc., protégeant ainsi les vrais dominants, la surclasse des ploutocrates. Mais ses fans sont convaincus que son mouvement s'en prend réellement à cette surclasse et tout le problème est là... Ils se trouvent même à appuyer la surclasse des Thiel, Musk et autres milliardaires sionistes de Big Tech dès lors qu’ils se manifestent pour l’« anti-wokisme ». Le wokisme était pour eux rien de plus qu'un épouvantail pour mettre en valeur le fascisme qu'ils prônent avec l'adoubement pseudo spirituel d'une théocratie suprématiste pseudochrétienne.
 

Trump Hires 136 Foreign Workers As He Promises Mass Deportations

L'influence sioniste disproportionnée sur les médias n'est plus à démontrer, mais le traitement médiatique actuel de la guerre d’extermination des Palestiniens indique que ce contrôle n’est pas complet, un coin de la chape de plomb a été levé dernièrement. Les médias alternatifs sont de moins en moins seuls à dire la vérité sur la puissante voyoucratie israélienne. Même si partout on continue de cacher le fait que les manifestations étudiantes pro-Palestine aux USA sont composées de juifs de manière disproportionnée, fait indéniable qui anéantit à lui seul toute la propagande sioniste israélienne.
C’est un sophisme de dire que les médias attaquent Trump parce qu’ils sont aux mains d’Israël, ou pour défendre Israël. On constate généralement que les médias ne le critiquent ni pour les bonnes raisons, ni de la bonne façon. Leurs attaques sont pour la plupart contre-productives, du spectacle : elles lui donnent la pub gratuite qu’il réussit génialement à leur soutirer. Dans l'ombre reste un paquet d’informations d'une importance clé qui ne vont pas dans le sens du grand récit à diffuser. S’ils attaquent quelqu’un sans relâche, cela ne signifie pas que celui-ci est nécessairement digne de confiance (par ex. Ben Laden), car pour la presse il s'agit avant tout de nous empêcher de porter attention aux réalités, nous enfumer. Ensevelie sous une montagne de critiques gratuites et de demi-vérités, la laide réalité est mieux camouflée que par de purs mensonges trop faciles à découvrir.
 

L'entrevue du TIME a démontré que Trump collabore avec les plans de guerre israéliens pouvant facilement déboucher sur une Troisième Guerre mondiale. Ce n'est pas grâce à lui que la guerre a été finalement évitée, au contraire. Il a admis avoir fait tuer le général Soleimani et accuse Bibi de s'être retiré de ce projet à la dernière minute. C'est ça, sa "mauvaise expérience" avec Bibi ! Soleimani est celui qui a mené une guerre sans merci et porté un coup fatal à Isis-Daesh. 
 
 
On l'associe au discours antiguerre mais sa promotion des tests d'armes nucléaires est en complète contradiction avec ce "talking point" antiguerre, qui vient directement de Cambridge Analytica. Cambridge Analytica permet, en espionnant les usagers des réseaux sociaux, de cibler certaines populations d'électeurs en leur disant exactement ce qu'ils veulent entendre, comme le slogan "mettre fin aux guerres sans fin". 

Les socialistes soulignent depuis longtemps (voir J. Pauwels) que la guerre est vu par la classe dominante comme un moyen d'éviter la révolution anti-capitaliste, or il advient généralement une guerre suivie d'une révolution ou vice versa. Lorsqu'un gouvernement occidental commence à incliner vers les dépenses sociales, le complexe militaro-industriel réagit négativement et s'arrange pour déclencher une grande guerre, empêchant ainsi toute dépense sociale, engouffrant l'argent de l'État dans l'industrie militaire, aux mains des milliardaires pro-génocide. À ne pas oublier quand Trump prétend qu'il n'y aura pas de "nouvelle" guerre sous son mandat. C'est Biden et non Trump qui a mis fin à la guerre en Afghanistan, rappelons-le. Si aucune nouvelle guerre fut déclenchée sous Trump c'est probablement la conséquence du fait qu'il est allié aux grands think tank antisociaux en voulant réduire les dépenses sociales et la taille de l'État (voir son programme Project 2025, conçu par les néocons de Heritage Foundation, qui souhaitent depuis longtemps éliminer pratiquement l'État et les dépenses sociales).  Il s'agit d'après le mouvement "nationalisme chrétien", de transforme les USA pour en faire pratiquement une version chrétienne de l’Arabie saoudite. Le Project 2025 fait ouvertement la promotion du nationalisme chrétien, mais le nationalisme chrétien prôné par les milliardaires est différent de celui du petit peuple américain: c'est avant tout une façon de redonner le pouvoir à une petite clique, une minorité prétendant devoir régner sur les autres, pour faire reculer la démocratie libérale et faire revenir la société à la soumission à une classe aristocratique, comme dans l'Ancien régime. Mais cette fois-ci la classe aristocratique est celle des super-riches amis des théocrates et des racistes, comme par exemple Israël. 
 
Netanyahu Carries Around a Book on the Fall of Ancient Greek Democracy. How Much Should We Read Into It? (...) But there is zero chance that Netanyahu will internalize this text at this time. At most, he will use it for his propaganda: Many autocratic leaders before Netanyahu have used Athens' story to point out the failures of democracy.
 
Has US Liberal Democracy Reached The End? (C'est ce qu'on tente apparemment de nous faire croire, pour nous faire enter dans une nouvelle phase du nouvel ordre mondial...) 
 
C'est là que le sionisme, la puissance israélienne y trouve son compte: il valorise comme les nationalistes chrétiens: la théocratie, le racisme, le génocide, dévalorise la démocratie et le libéralisme.
 
 
 
 
 
Right-Wing Goon Threatens Liberals With Bloodshed (Kevin Roberts, president of the Heritage Foundation: "We're in the process of the Second American Revolution... which will remain bloodless if the Left allows it to be") 
 
 
 
Alert: MAGA ringleader says quiet part out loud in chilling 'accidental confession' on Project 2025 (Ce traitement alarmiste est totalement justifié, mais Heritage Foundation a intégré l'hystérie de la gauche à leur discours de propagande, ce qui semble confirmer la position de Heritage aux yeux des gens impressionnables, qui n'ont pas réfléchi au fait que les MAGA se nourrissent sadiquement des réactions de leurs victimes, ici victimes de menaces directes, des menaces de meurtre, de "faire couler le sang". Bcp de ce qui sort de la droite est destiné à simplement faire capoter la gauche, ils ont une soif sadique des réactions de douleur, de gémissements et de lamentation de leurs victimes! Et ils en sont fiers, sans nécessairement comprendre à quel point c'est une preuve de SADISME, un trait de personnalité gravement irresponsable, immoral, malsain et honteux, digne de la psychopathie. Bref, la droite actuelle cultive fièrement la Psychopathie, c'est un terrain de culture psychopathique! Serait-ce encore une expérience de la CIA sur l'obéissance à l'autorité et la sociopathie des suiveux autoritariens?)
  
 
 
MSNBC Project 2025 Debate Debrief | Heritage President Dr. Kevin Roberts on Steve Bannon's WarRoom (Une entrevue de Kevin Roberts à l'émission de Steve Bannon, diffusée par la chaîne youtube de Heritage Foundation!!) 
 
Trump allies at Heritage declare 2024 election illegitimate in advance A “war game” presented at the right-wing foundation imagined far-fetched scenarios for election interference to justify preemptive measures.
Project 2025's Leader Is Ripping Off Lonely MAGA Men

Project 2025: inside Trump’s ties to the rightwing policy playbook Donald Trump’s attempt to distance himself from Project 2025 after extreme comments from one of its leaders falls flat given the extensive Trump ties and similarities between the project’s policy ideas and the former president’s platform.

Trump Is Running Scared From Toxic Project 2025

Former President Donald Trump has tried to distance himself from Project 2025. President Joe Biden is calling it "Trump's plan." What American Jews should know about Project 2025 and its connection to Christian Nationalism Christian Nationalists say they’re advancing 'Judeo-Christian values.' Jewish leaders are sounding the alarm. (Les trumpiens vont se faire valoir en se servant du fait que les Juifs n'aiment pas le nationalisme chrétien de Project 2025, ils vont récupérer ça dans leur propagande afin de se faire passer pour de grands résistants à l'État profond.)

Panicked Trump Again LIES About His Connections To Project 2025
 
Project 2025 ‘bursts into public view' as Trump tries to distance himself from it’s toxic agenda

Project 2025: The Radical Conservative Plan to Reshape America Under Trump

Lordy There Are Tapes! Trump Caught On Video Praising Project 2025
 
Trump Claims He Rejects Project 2025 (Il défend certainement "Agenda 47" en tout cas. Il dit qu'il ne sait pas qui est derrière Project 2025... Il feint l'ignorance mais Project 2025 est appuyé par la totalité du mouvement conservateur qui vote pour lui, même que cela regroupe des anciens membres officiels de son administration !) 
 
'The Guardrails are Gone': Troye on Project 2025 and a possible second Trump term

‘He will have unlimited power’: Michael Cohen on the threat of a Trump second term and Project 2025

Trump SPRINTS Away From Project 2025

What exactly is Project 2025 and is Donald Trump involved?

What is Project 2025 and why is Trump distancing himself from it?

Trump tries to distance himself from Project 2025 after voters learn how ‘terrifying’ its agenda is

Trump distancing himself from Project 2025 built by his former staffers

Trump Advisor [Jew Stephen Miller] Denies Knowledge Of Project 2025 In Spite Of Appearing In Their Ads

Trump Team Lies About Project 2025 Reveal its Potential to Cost Him the Election

Alex Jones FUMES After Trump Denounces Project 2025
 
Trump advisor calls Project 2025 connections ‘a pain’ even with shadow influence at GOP convention
The Trump movement is turning America fascist w/Jeff Sharlet
Russell Brand Goes FULL MAGA Brisson parle de Project 2025, le plan de bataille du think tank Heritage Foundation si Trump est élu.

A Heritage Backed Group Is Making A List Of Federal Workers Who Might Oppose Trump

SHOCKING Conservative Group 'Spying' On Government Workers To Identify Anti-Trumpers (Farron Cousins parle de Project 2025, de la fondation Heritage, qui propage l'idée fausse que "la gauche utilise la justice pour des fins politiques", pour se justifier de faire exactement cela. Trump fait tout le temps ça: accuser les autres de faire ce qu'il fait ou ce qu'il veut faire. Et en plus, Heritage le fait fièrement, ouvertement. On peut être sûrs qu'ils vont le faire, car c'était ça le but lorsqu'ils accusaient faussement la gauche de faire ce genre de chose.)
 
Trump V.P. Pick J.D. Vance Wrote Intro to New Book by Heritage President Kevin Roberts Vance is a close ally of the Heritage Foundation, Project 2025’s primary sponsor. Vance he was “thrilled” to write the introduction to Heritage President Kevin Roberts’ new book, “Dawn’s Early Light: Burning Down Washington to Save America.” (On dirait un appel néo-bolchévique à la rébellion et la destruction des institutions démocratiques.)

Trump's VP pick JD Vance was created in a political petri dish by billionaire oligarch Peter Thiel. "PayPal Mafia Don" Thiel founded CIA/Pentagon-backed mass surveillance corporation Palantir. He was an FBI informant and got his start at CIA-linked law firm Sullivan and Cromwell. https://t.co/1vb5T1DnyO" / X

In First Remarks as Trump's VP Pick, J.D. Vance Urges Israel to Finish Gaza War 'As Quick as Possible'

Tech Bro Fascists (Thiel) Pick Trump's VP

J.D. Vance, Trump's VP pick, explained

JD VANCE ON HIS TIME WORKING IN THE CIA: “In my time with the CIA, I saw firsthand how vital intelligence work is to national security, but also how critical it is to question and verify the information you receive.” “Working with the CIA gave me a unique perspective on the..."

When J.D. Vance was running for Senate he got money from former CIA director Mike Pompeo, die-hard pro-Israel Sheldon Adelson's wife Miriam Adelson, and Mark Kvamme, who sits on the Board of Trustees for the Wexner Center for the Arts. That's Leslie Wexner, who gave Jeffrey https://t.co/yMKYW3c6K6" / X

The American Right’s 'Anti-grooming' Crusade Smells Like Fascism Trump-endorsed Ohio Senate candidate J.D. Vance has gone so far to call for a great presidential-led anti-woke "cleansing," a "de- Baathification program," of U.S. institutions that sounds as sweeping and paranoid as Pol Pot’s rampage against anyone wearing glasses.

Vance voted for CIA agent Evan McMullen. He was only seated in the Senate in 2023 after his mentor, CIA contractor Peter Thiel, put up +$10 million and Trump endorsed him. Now he is Trump’s VP and a heartbeat from the presidency.

“He’s a Fake”: Robert Kuttner on How J.D. Vance Disguises His Anti-Worker Views as Economic Populism
 
 
Project 2025 is 'already underway': Rep. Jasmine Crockett (Vance est manifestement plus proche que Trump du Project 2025. À côté de Vance Trump a l'air modéré, même s'il a quand même l'air fou dangereux)
Trump Allies Try To Bully Media To Stop Talking About His Dangerous Plans For America

Trump Allies Bully Dems, Media to Shut Up About His Fascist Plans
 
 

J.D. Vance Criticizes Biden's Support for Iraq War in 2003 But Pushes Hawkish Policy on China & Iran

Tara Setmayer on JD Vance: ‘You have a full mega-MAGA-misogynist ticket’

@FluorescentGrey - I'm still blown away by how many celebrity ladder climber sick fucks in left alt media helped promote this fraudulent neocon monster, all of you will be remembered, none is forgotten || @TulsiGabbard · 16 juil. We need leaders back in the White House who are committed to the Constitution, defending our God-given freedoms, and towards a peaceful and prosperous future. Donald Trump and JD Vance are such leaders, and I look forward to doing all I can to get them elected in November.

David Sacks @DavidSacks · 15 juil. When the Twin Towers came down, JD Vance enlisted in the Marine Corps, gung-ho to exact justice on America’s enemies. Subsequently he came to believe the Forever Wars were a mistake. This is who I want by Trump’s side: an American patriot, with the courage to fight America’s wars (David Sacks est coauteur de Peter Thiel dans le plus vieux livre des néocons contre le politiquement correct et le wokisme universitaire propalestinien et pro-quotas raciaux, même si ça n'était pas appelé wokisme à l'époque c'était exactement la même chose. Aujourd'hui plus personne ne comprend le mot néocon, ce qui fait que des gens néocons peuvent se dire antinéocons. Comme le KKK, les néocons et l'ADL détestent les quotas raciaux.)

"More Radical Than MAGA"? Politico's Ian Ward on J.D. Vance & the Future of the Republican Party

@FluorescentGrey : "Trump's open overtures to the libertarian party and the picking of JD Vance as VP clearly indicate an attempt to fully coopt the entire libertarian party for good as a Thiel paypal mafia faction controlled operation ,this is not to say the libertarian party isn't already 95%..."

@FluorescentGrey - I've been doing a political podcast for 11 years, if youre actually serious you'll realize in a few years how duped you were ,the Trump movement has essentially figured out how to coopt alternative media and 'anti establishment' political rhetoric down to a science, Obama wasn't as sophistiated even though he also ran as a pretend anti-war candidate
JD Vance Is Actually Much Worse Than You Realize | Sarah Jones | TMR (Trump est l'appéritif, le vrai plat de résistance c'est VANCE.) 
 
Le VP de Trump, J.D. Vance s’est enrôlé dans les Marines après le 11 septembre, pour combattre le terrorisme… avant de se rendre compte de son erreur plusieurs années plus tard, supposément. C’est un ancien anti-Trump repenti. Il incarne ce qui plait le plus à la propagande trumpienne comme à la propagande droitiste en général: il est l’exemple type du sceptique repenti qui a « vu la lumière », reconnu son erreur, et qui en vient à rallier Trump, à lui demander pardon. La droite adore nous montrer de prétendus anciens gauchistes repentis qui ont changé d'idée et viré à droite (« I Left the Left » disaient Tulsi Gabbard, ou RFK Jr).

Vance, diplômé de Yale, ancien de la CIA, catholique converti, est encore plus radical que la base de Trump (MAGA) en matière de guerre culturelle (par ex., sur l'avortement). Le choix de Vance comme VP vient sceller l’alliance des MAGA, plus axés sur le conspirationnisme, avec le parti républicain ordinaire, axé sur la guerre culturelle. Les conspi ont été cooptés par le trumpisme en 2015 grâce à Bannon, le chef d’orchestre du mouvement MAGA. Maintenant le choix de Vance comme VP vient sceller l’alliance électorale du mouvement MAGA avec la droite républicaine ordinaire, pour assurer la victoire de Trump en allant chercher le vote évangélique. Sans cette alliance, les évangéliques ne seraient pas autant intéressés à aller voter, et la victoire de Trump dépend essentiellement de la mobilisation du vote évangélique et fondamentaliste chrétien divers (protestant, charismatique, catholique, etc.). Autre point de divergence entre les républicains ordinaires et les MAGA : alors que les MAGA veulent la fin des guerres sans fin, les républicains ordinaires, comme JD Vance, ont l’écume à la bouche lorsqu’ils appellent à la guerre contre la Chine et l’Iran. Il s’en prend à la classe dirigeante en suggérant que celle-ci correspond à la classe politique de Washington, alors qu’en réalité les vrais dirigeants sont cachés et détiennent le capital, la classe possédante. Ce sont des gens comme son ancien patron, le milliardaire de Big Tech Peter Thiel, qui constituent la vraie classe dirigeante! Viser la classe politique est pas juste une erreur de sa part, c’est aussi la justification du Project 2025 qui vise entre autre chose à éliminer la majeure partie du gouvernement, qu’ils accusent d’être de gauche, bref mettre le libertarisme directement au service de la classe possédante. Pour eux on vit sous un gouvernement communiste autoritaire alors qu’en réalité on vit sous la domination d’une classe d’oligarques extrêmement anti-gauche, qui s’affiche de plus en plus amie des théocrates fascistes et des suprématistes en se ralliant à Trump.

 
Trump est passé de faux populiste ploutocrate (en 2016) à plouto-autocrate fasciste (en 2024). Contrairement à son premier mandat (2016-2020), une fois réélu il sera entouré de fervents supporteurs soumis à son autorité, et il aura un plan bien défini et efficace, le Project 2025 conçu par Heritage Foundation. Grâce au contrôle républicain de droite religieuse sur la cour suprême, il a déjà le judiciaire de son côté. Il pourra compléter un coup d'État du législatif (politique) sur l'exécutif (le gouvernement) et le judiciaire (Cour suprême), tout comme l'a fait Bibi Netanyahou en Israël lorsqu'il a tenté, à l'été 2023, quelques mois avant l'attentat du 7 octobre, de prendre le contrôle (par la classe politique, le législatif) de l'exécutif et du judiciaire. 
 
 
 
 
 
  
Appeals Court BLOCKS Biden's Newest Student Debt Relief Plan (C'est toujours la Cour suprême qui fait tout dérailler, elle est tenue par la droite débile et le pays est foutu à cause de ça.)

Legal Expert Accuses Judge Cannon Of ‘Quid Pro Quo’ In Trump Case (Elle fait ce qu'elle doit faire pour que Trump lui donne le poste de juge en chef de la Cour suprême!)
 
La montée en force du "nationalisme chrétien" auc USA ou en Hongrie avec Viktor Orban, fait partie d'une montée internationale d'extrême-droite, d'un penchant prononcé des populistes plus à droite, visible jusque dans la communauté juive après le 11 septembre, et qui s'est acentué avec la crise covidique, une crise qui a été habilement instrumentalisée par des influenceurs droitiers pour conquérir les mentalités, pousser le peuple influençable un peu plus à droite. 
 
 
 
 
 
 
 
EXCLUSIVE 'Mélenchon is threat to Jews:' French Jewish leader calls for moderates to form government (Ils n'ont jamais des mots aussi durs envers l'extrême-droite malgré tout l'antisémitisme haineux qui y est associé ! Il y a littéralement des tueries de masse commises par des gens de l'extrême-droite motivés par la théorie du complot juif du grand remplacement! Aucune par la gauche ou l'extrême-gauche. Mais on veut nous faire croire que la gauche fait pire que l'extrême-droite parce qu'elle appuie le Hamas, on dit que le propalestinisme "tue en masse" les Israéliens en "appuyant le terrorisme"...)

 
Pour les nouveaux juifs pro-israéliens d’aujourd’hui, le fait que les nations non-juives se tournent vers l’extrême-droite est réconfortant : on leur dit de toute façon depuis qu’ils sont tout jeunes que "le monde entier hait les juifs, que les goyim sont intrinsèquement anti-juifs". Ça les conforte dans leur vision du monde, ça confirme que leurs autorités avaient raison, ils ressentiront moins de culpabilité et se sentiront justifiés de vouloir l’extermination des Palestiniens et des « terroristes ».
 

 
The Supreme Court Anoints the King
The Supreme Court has said Ten Commandments displays in public schools are unconstitutional. Louisiana Republicans passed a new law on this anyway.

Louisiana’s Ten Commandments Law is Supreme Court Bait. But will the high court follow long-standing precedent or its more recent trends? A new Louisiana law will require its public schools to display copies of the Ten Commandments in classrooms. Most Americans might reasonably assume that such a law violates the establishment clause and a few Supreme Court precedents. They would be correct—and that is precisely the point.

Antichrist 45 - Trump Loves the Ten Commandments (Et les 10 lois de Noé aussi!!)

‘Desperately Needed’: Trump Wants ‘Revival’ of Religion and Ten Commandments in Classrooms (Les enfants de Trump sont juifs...)

MAGA Pastor: Loyalty to Trump Is Loyalty to God
 
The Key to a Trump Victory in 2024: The Noahide Laws
 
La sphère Trump et la séduction du traditionalisme pour imposer un nouvel ordre mondial multipolaire et une religion mondiale

Trudeau et Poilièvre signent un parchemin en l'honneur du rabbi de Loubavitch

Le président Trump a financé l'Arabie saoudite qui bombardait au Yémen. "Antiguerre", vous dites?
Les politiques de Trump ont clairement provoqué la révolte palestinienne récente, en mettant le feu aux poudres avec les "accords d’Abraham" négociés par Jared Kushner (qui a reçu 2 milliards de l'Arabie Saoudite), un accord qui les a exclus d’entrée de jeu, sans oublier le transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël, pour lequel Trump fut payé plus de 40 millions par le milliardaire mafieux feu Sheldon Adelson. 
 
La famille Trump est avec les Chabad Loubavitch, Ivanka et Jared spécialement. Ivanka a été vue en train de rendre hommage au Rebbe Loubavitch à son tombeau. Les sabbatéens sont probablement derrière le mouvement loubavitch, qui appuie l’homme de péché hors-la-loi Donald Trump et son mouvement d’ultra-droite. La secte Chabad loubavitch est internationale politiquement de droite, très active dans le mouvement anti-woke (voir par exemple la militante anti-woke responsable de LibsofTikTok, Chaya Raichik, qui a aidé à créer la mode du harcèlement contre les bibliothèques ou les commissions scolaires qui invitent des "drag queens"). Mais plus significatif est le mouvement kahaniste, qui tient l'État israélien à tous les niveaux mais qui est généralement relégué dans l'ombre par les antisémites qui adorent plutôt pointer du doigt les Loubavitch. Le rapport politique des Loubavitch vis-à-vis des kahanistes n'est certainement pas un rapport gauche/droite, mais plutôt international/national, ou encore: ségrégationnisme théocratique diasporique (international) / suprémacisme génocidaire israélien (national).

Trump était ou bien au centre ou bien dans le mauvais camp dans les crises qui ont entraîné le plus grand recul de la liberté d’expression ces dernières années: le Russiagate a entraîné de plus sévères restrictions sur la liberté d'expression. Idem avec QAnon. Idem avec la crise covidique et son vaccin. Idem avec la guerre d'extermination menée par Israël contre la Palestine (Trump veut qu'Israël "finisse le travail"), sauf que cela mène maintenant certains en prison, comme les lois anti-BDS dans certains États américains (Trump veut l'interdiction des manifs jugées "pro-Hamas"). Trump laisse même entendre, et ses fans reprennent le refrain, qu’il y aura des déportations. On imagine facilement les manifestants pro-Palestiniens être déportés et déchus de leur nationalité, au même titre que des terroristes, si Trump obtient ce qu’il veut comme pouvoir de déportation.

Certains sont convaincus que seul Trump peut éviter une Troisième Guerre mondiale, or Trump a admis récemment en entrevue avec le TIME (avril 2024) ne pas avoir pardonné à Bibi de s'être retiré à la dernière minute et d'avoir laissé les USA agir seul lors de la frappe militaire prévue par son administration US conjointement avec Israël contre le général iranien Soleimani. De son propre aveu, voilà sa "mauvaise expérience avec Bibi" ! Ce genre d'opération militaire est-il propre à "éviter une Troisième Guerre mondiale" ? Ou plutôt à la déclencher ? Pour la paix mondiale, on repassera. Le mensonge est trop gros, mais certains disent que plus c'est gros mieux ça passe.

Trump était de la partie, et dans le mauvais camp, dans les situations et les événements qui ont entraîné le plus grand recul de la liberté d’expression au cours des dernières années. Il est au centre du Russiagate, qui a servi à justifier un plus grand contrôle de l’information sur les réseaux sociaux au nom de la lutte contre la désinformation. Idem avec le phénomène QAnon qui a justifié de resserrer encore plus le contrôle de la liberté d’expression sur les réseaux sociaux, au nom de la lutte contre la désinformation. Il a introduit le vaccin anti-covid, qui a entraîné une vague de dissidence justifiant un plus grand contrôle de l’information ainsi que la censure systématique sur les réseaux sociaux, de même que des renvois et des démissions dans les domaines déjà fragilisés de l’éducation et de la santé. Et maintenant, suite à ses erreurs diplomatiques concernant Israël, provoquant la révolte palestinienne, il se tient dans le camp intégriste pro-Israël à 100%, condamnant les manifs et appelant à les interdire, accusant les manifestants d’être antisémites. Il accuse même le président américain Biden d’être antisémite pour avoir osé parler de possibles conditions à l’aide militaire à Israël dans le contexte actuel de sa guerre d’extermination contre la Palestine. Il prétend que s’il avait été président rien de tout cela ne serait arrivé. Peut-être que quelque chose de pire serait arrivé, en fait, si on se souvient de sa responsabilité dans la révolte palestinienne qui a conduit aux événements du 7 octobre. On peut aisément prouver le fait que c’est en grande partie à cause de Trump si les Palestiniens se sont révoltés : leur révolte fait suite à ses « accords d’Abraham » qui les a exclus d’entrée de jeu, et elle fait suite tout spécialement à son transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël. Et maintenant il accuse tout le monde d’être anti-Israel et antisémites, même les juifs qui ont une conscience et qui condamnent les actes criminels d’Israël. Et maintenant le gouvernement des USA et d’autres gouvernements à sa suite sont en train de voter des lois interdisant la critique d’Israël au nom de la lutte contre l’antisémitisme. Des étudiants et des profs sont emprisonnés et perdent leur emploi. Des journalistes sont convoqués par la police pour leurs articles sur Israël. L’effet glaçant de ces nouvelles lois anti-liberté d’expression auront un effet durable car elles ne sont pas près de disparaître. Bref, Trump est au centre de toutes les controverses récentes qui ont servi à justifier plus de contrôle, des limites plus strictes, toujours un plus grand recul de la liberté d’expression.
Donald Trump réclame la peine de mort pour les antisémites et pour toutes catégories d'individus qui s'affichent en défaveur de l'Etat d'Israël, qui commettent des crimes haineux. Dans ses discours, Trump a appelé à la peine de mort pour les "crimes antisémites". Plus précisément, il veut la peine de mort pour les "crimes haineux"' et les "tueries de masse". Certains croient qu'il entend par là défendre la peine de mort seulement pour les meurtres motivés par la haine, mais il a clairement fait la distinction entre "meurtre de masse" (comme les tueries dans des synagogues) et "crime haineux" en général, ce qui inclut l'antisémitisme, en tant que tel, compris comme un crime en soi (crime par la pensée, selon Orwell).  Quant aux criminels qui commettent des tueries de masse, ou des assassinats tout court, il faut se rappeler que les vrais responsables procèdent généralement, voire systématiquement, à l'élimination du tireur (ou patsie), afin de protéger les vrais commanditaires de l'attaque. Un homme mort ne peut plus parler... À qui ça profite de le mettre à mort ? Si l'on a affaire à un tireur sous contrôle mental, il est clair que les commanditaires de ces assassinats préfèrent le voir mort le plus tôt possible et éviter qu'une enquête puisse lever le voile sur le recrutement de jeunes impressionnables et désaxés et de possibles opérations de manipulations mentales opérées sur ceux-ci.

 
Trump doit être vu comme une sorte d'agent provocateur affairé à fermer préventivement toutes les issues, toutes les avenues de la liberté d’expression. Ses supporteurs qui en appellent à la liberté d’expression ne se rendent pas compte que le mouvement Trump est en réalité le pire ennemi de la liberté d’expression, tout comme un agent provocateur de la police en action dans une manifestation est le pire ennemi d’un groupe de manifestants désireux d’exprimer leurs griefs en toute liberté.

C'est mal encadrer la question que de réduire le problème de la guerre israélienne d'extermination et des manifs qu'elle suscite à une opposition "conservateurs sionistes versus propalestiniens Lgbtq+". On assiste ici plutôt à une opposition entre le droit et le non-droit. Ces sionistes ne sont pas conservateurs, ils défendent un État voyou hors la loi, alors que les propalestiniens défendent le droit, le droit international, et les droits de la personne, ce qui inclut les Lgbtq+, par solidarité avec les personnes qui luttent pour leurs droits. Droits qu'Israel prétend défendre alors que dans les faits on trouve aux divers paliers de gouvernement israélien les pires haineux suprémacistes, racistes, misogynes, nativistes et anti-Lgbtq+. Le gouvernement israélien ne cautionne pas les mariages mixtes (juif et non-juif), alors vous croyez vraiment qu'il cautionne les unions Lgbtq+ ? C'est pas le cas, au cas où vous l'ignoreriez.
 
Biden a essayé de ne pas tomber dans le piège du clan de Bibi, qui voulait le peinturer dans le coin des "antisémites" "anti-Israël", le faire passer pour le président qui a laissé tomber Israël. Trump ne fait que répéter la ligne de Bibi et ses amis d'ultra-droite, en accusant Biden de lâcher Israël, d'être "antisémite" "anti-Israël". C'est malheureusement la ligne du GOP. Sur le sujet d'Israël, Trump, est du côté de ce qu'il y a de pire au GOP: il dit qu'il ne faut jamais imposer de condition à l'aide financière et militaire à Israël. Contrairement à Biden, il enverrait encore plus d'armes et d'argent...

Les wokes ne sont pas du côté de la censure pour protéger des sentiments mais de la dénonciation de choses inacceptables comme le racisme, ce racisme qui fait qu’on se fout du sort des Palestiniens et autres arabes, et qu’on se préoccupe plus du malaise ressenti par les étudiants israéliens sur les campus américains.
 
Malgré les évacuations de manifestants jugés "antisémites dangereux" et "terroristes", malgré le traitement visiblement ultra-violent des étudiants manifestants états-uniens par les autorités policières, à la demande des autorités universitaires, et par les contre-manifestants sionistes agissant en toute impunité, on entendra encore dire, surtout à droite, y compris du côté des conspirationnistes, qu'on n'a plus à prouver que les universités sont effectivement sous la direction de cadres idéologiquement wokes, anticolonialistes, anti-impérialistes, antiracistes, et par conséquent antisionistes, voire pro-Intifada ou pro-Hamas.

Le traitement des manifestants woke par la police à la demande des dirigeants universitaires démontre que le wokisme ne contrôle pas les universités et que les universités sont tenues par des gens qui protègent les intérêts corporatistes et font appel à la police et à leurs méthodes fascistes, au détriment du droit démocratique et de la longue tradition de manifs qui règne dans le milieu universitaire américain (droits civiques, Vietnam, etc.).
 
Le wokisme n’existe pas, pas plus que l’islamo-gauchisme, c’est une étiquette utile aux hypocrites pour discréditer et condamner une attitude saine et éthique qui défend le droit et la loi, tout en permettant aux anti-wokes de projeter hypocritement leurs propres tares sur ceux qui voient clair et qui dénoncent leurs tares. Car ce sont en réalité les anti-wokes qui veulent censurer les wokes, pour se protéger de toute critique de racisme. Israel a besoin de ce genre d’idiots utiles qui voient le wokisme comme une grande menace, surtout quand Israel commet des massacres et autres actions condamnables au regard de la loi et du droit international. Les anti-woke croient qu’on ne devrait pas tolérer la critique woke du racisme et des rapports de domination impérialiste et colonialiste, par exemple. Les anti-wokes essaient de se faire passer pour les défenseurs de la liberté d’expression mais c’est le contraire qui est vrai : ils sont les idiots utiles et les provocateurs qui permettront aux autorités d’imposer un plus grand contrôle sur la liberté d’expression. Ils constituent un contre-exemple parfait démontrant que certains abusent de leur liberté, ils servent d’exemples illustrant la nécessité d’un plus grand contrôle de la liberté d’expression par les autorités. Les anti-wokes sont bien content quand les wokes perdent leur liberté d’expression pour avoir dit des vérités sur le racisme et sur les rapports de domination, les anti-wokes sont les promoteurs réels de la censure contre les wokes, les wokes sont les promoteurs réels de la critique (ex : CRT) et de la liberté d’expression. Il apparaît de plus en plus évident que le wokisme est le coupable désigné par les sionistes et leurs idiots utiles pour expliquer la « montée de l’antisémitisme ». Car pour les sionistes et leurs idiots utiles, la critique d’Israël n’est rien d’autre que de l’antisémitisme, le wokisme est vu comme la cause première et le fondement de l’antisémitisme actuel.

De même, la guerre au terrorisme c’est pas pour imposer plus de loi, c’est pour justifier d’être totalement hors la loi dans tous les domaines. 

L’antisémitisme sera le prétexte qui permettra d’interdire la critique d’Israel, de la rendre illégale et passible de prison (camps de rééducation). Ce sont les « wokes » qui vont être les plus pénalisés par ces lois contre la liberté d’expression, l’extrême-droite idéalise l’ethno-state israélien.
 
Si la loi contre l’antisémitisme fait mettre en prison ou en camp de concentration tous ceux qui tiennent des propos ou qui militent dans le sens de la critique d’Israël, alors on aura des tonnes de « wokes » dans les camps de concentration ! Et pratiquement pas d’extrême-droite raciste…

On accuse souvent la gauche, le socialisme, d'être le grand ennemi de la liberté en particulier de la liberté d'expression. Le scandale du logiciel d'espionnage israélien Pegasus est un autre exemple illustrant la réalité de la droite anti-liberté d’expression qui ignore les droits et libertés espionne et mène des purges contre les éléments politiques de gauche. Le fait est que ce sont des gouvernementde droite autoritaire, autocratique et anti-démocratiques, illibéraux, qui ont utilisé le plus le logiciel Pegasus.
 
Il se passe un peu la même chose qu'avec Pegasus dans le cas des manifestants propalestiniens: le multimillionnaire et escroc condamné Adam Milstein finance l'opération Canary Mission, dotée d'un site web qui doxxe et incite à la violence contre les étudiants et militants antisionistes états-uniens. Milstein est un associé du couple de richissimes juifs ultra-sionistes des médias et des casinos, Sheldon et Myriam Adelson.

Des commentateurs non-antisémites ont dit de Sheldon Adelson, célébré en tant que "juif le plus riche du monde", qu'il "donne tragiquement raison aux Protocoles de Sion"*, par son contrôle sur les médias et la politique. Son contrôle des médias fit de lui le plus important soutien de la carrière politique de Bibi Netanyahou. Sheldon est mort, mais son épouse Myriam continue ses activités.

Sheldon Adelson donna plus de 90 millions de dollars au Président Trump, vraisemblablement pour qu'il déclare Jérusalem capitale d'Israël et qu'il déplace l'ambassade américaine à Jérusalem. Quant à Trump, il traite lui aussi de nazis les étudiants manifestants contre le génocide…

Aux USA, les politiciens et les influenceurs de droite conservatrice, y compris les partisans du "nationalisme chrétien", jouent habituellement aux grands martyrs de la tyrannie woke ennemie de la liberté d’expression. On constate toutefois qu'ils changent complètement de discours lorsqu'il est question d'Israël: ils accusent les étudiants manifestants d’antisémitisme et prônent la ligne dure, zéro liberté d'expression pour toute critique d’Israel, jugée à priori intolérable. Le jupon néocon déborde... "C'est la fin de la récré" pour les étudiants trop "wokes", les nouveaux "islamo-gauchistes", qui "font gagner du terrain à l'antisémitisme".

Mais la ligne israélienne, aux dernières nouvelles, c'est de dénoncer les manifestants non pas seulement comme antisémites mais comme "terroristes". Globalement par voie de communiqués officiels du gouvernement, et individuellement, à travers des opérations ciblées en sol américain visant des militants avec des accusations bidon, du doxxing et des incitations publiques à "agir pour mettre les terroristes hors d'état de nuire". C'est tout comme Canary Mission (financé par le multimillionnaire Adam Milstein, qui était associé au puissant milliardaire Sheldon Adelson, important allié politique de Bibi Netanyahou) mais cette fois à plus grande échelle, en mode hyperactif, et faisant maintenant ouvertement dans l'incitation à la violence.

Ignorons le fait que Bibi vient de traiter de nazis l'ensemble des milliers d'étudiants états-uniens qui manifestent sur les campus à travers le pays contre le génocide des Palestiniens. Ne réfléchissons pas à ce que signifie son appel à "faire plus" que des condamnations officielles afin de faire cesser cette situation inacceptable ; il ne faudrait quand même pas laisser entendre qu'Israël est prêt à envoyer des commandos kidnapper quelques-uns des étudiants les plus impliqués du mouvement contre le génocide des Palestiniens. Bibi les traite de nazis alors qu'aucun incident, aucune violence n'a été rapportée, mis à part un coup de petit drapeau dans l'oeil, qui s'est avéré être une exagération évidente par une fabulatrice notoire (son oeil va parfaitement bien). Des incidents réels de brutalité policière ont été rapportés, cependant, contre les étudiants manifestants. Un étudiant a été électrocuté au Taser à répétition par un policier un peu trop violent, pendant qu'il était retenu par terre par d'autres policiers. Les traiter d'antisémites est ironique car une grande partie de ces étudiants sont liés à des organisations de juifs consciencieux qui condamnent Israël. Pendant ce temps les politiciens de droite, qui adhèrent plus ou moins à la théorie antisémite du grand remplacement, jouent aux grands défenseurs des droits de l'homme dans la lutte contre l'antisémitisme et recommandent de limiter strictement la liberté d'expression, voire tout simplement de l'anéantir sur les campus...

Pendant qu'Israël détruit par démolition contrôlée toutes les universités de Palestine, des étudiants pro-israéliens aux USA se disent "gênés" par l'existence de manifestations anti-génocide sur leur campus ? Etre du côté de ceux qui pratiquent ouvertement le génocide, un génocide en cours, en direct, au nom d'idées théocratiques et racistes fièrement affichées, et dont les leaders sont en bonne voie d'être jugés devant la cour de justice internationale pour génocide, on comprend aisément que ça peut être difficile, c'est très gênant en effet...

Le conflit israélo-palestinien n'est pas un problème qui affecte directement les étudiants américains, peu importe leurs allégeances politiques. C'est un problème au niveau du financement de l'État: car l'argent des payeurs de taxes est détourné pour financer le génocide commis par Israël et cela implique une coresponsabilité de tous les payeurs de taxes. Ça n'est pas un problème immédiat pour les étudiants, mais c'est un point de litige, une pomme de discorde idéale, très efficace pour marginaliser les éléments dotés d'une conscience humaine normale, que le pouvoir, aux mains des possédants, veut garder à la marge par tous les moyens. Puisque le monde de demain sera entre les mains de ces jeunes, la cause palestinienne peut servir à les écarter d'avance. Pour se maintenir, le pouvoir en place doit façonner dès maintenant un avenir sans conscience humaine morale normale. 

C'est également un moyen détourné d'assurer qu'aucun musulman ne puisse accéder à un poste de pouvoir dans l'ouest anglo-saxon, puisque les musulmans pro-Israêl sont difficiles à trouver, pour la même raison mentionnée plus tôt: les musulmans qui ont immigré à l'Ouest, s'ils ont une conscience morale normale, ne cautionnent pas les guerres du Moyen-Orient, y compris les guerres du pays-même qu'ils ont quitté pour venir s'installer ici et vivre en paix.  Bref, prendre parti pour la Palestine comporte le risque de se peinturer une cible sur le visage, aidant ainsi le pouvoir en place à nous éliminer et nous jeter en prison, comme les pro-communistes et les pro-soviets durant le macccarthyisme. Le gouvernement américain vient de reconnaître l'antisionisme comme une forme d'antisémitisme criminel. L'université Columbia a annulé les cours en présentiel pour freiner les manifestations pro-Palestine, soi-disant pour assurer la sécurité des étudiants juifs. Une nouvelle loi promet de permettre la surveillance policière sans mandat. Pas besoin d'une grande d'imagination ou d'être "conspirationniste" pour savoir ce qui doit venir ensuite inévitablement...

Au final, la guerre anti-Palestine et les manifs antisionistes seront un excellent révélateur, un moyen parfait pour le système de restreindre les limites de la liberté d’expression, faire le ménage et mettre hors d’état de nuire les gens de gauche, ou tout simplement qui ont une conscience, qui condamnent le génocide et le racisme.

Pour garder les musulmans loin du pouvoir, cela paraît mieux politiquement d'exiger la soumission obligatoire au sionisme plutôt que de les attaquer directement en tant que musulmans. L'attaque indirecte est de mise. L’islamophobie est un discours xénophobe d’extrême droite alors que le sionisme passe pour un projet national de défense des juifs. Pour défendre l’État ethnique fanatique religieux et génocidaire israélien auprès du public conspirationniste, pour retourner le public conspirationniste contre les antisionistes, il vaut mieux dénoncer le wokisme, dépeindre l’antiracisme comme un mouvement fanatique, plutôt que de les accuser d’antisémitisme ou de terrorisme pro-Hamas. 

La création d'Israël est plus qu'un messianisme politique intimement lié à la place centrale qu'occupe Jérusalem dans l'imaginaire chrétien occidental, c'est aussi une idée de génie géopolitique pour polariser le monde entier et combattre indirectement la gauche et les humanistes-humanitaires en tout genre dans le monde entier, en les choquant brutalement, les poussant à se braquer "contre l'État voyou israélien" , ce qui revient à se peindre une cible sur le visage. De sorte que des purges systématiques puissent être justifiées par la voie judiciaire dans tous les pays du monde contre ses détracteurs de gauche ou humanistes-humanitaires en tout genre, au nom de la lutte supposée "contre l'antisémitisme". Vu ainsi, Israël est l'équivalent d'un 11 septembre planétaire, comme le 11 septembre 1973---date fatidique du coup d'État de la junte militaire de Pinochet et du début des disparitions systématiques de dissidents, choc brutal préparant le pays au pillage du capitalisme sauvage fétiche de l'Oncle Sam...

Ce que Bibi recherche avant tout, comme l'indique le document Clean Break des néocons (Perle, Feith, etc.) de son ancienne administration en 1995, c'est qu'Israël devienne indépendant afin de pouvoir devenir un empire régional, une puissance mondiale. Bibi s'arrange pour que les USA (Biden) aient le triste devoir de leur imposer des ultimatums, afin de pouvoir dire aux Israéliens : "les USA font pression sur nous et veulent nous lâcher, je suis le seul à pouvoir leur tenir tête". Bibi et ses alliés travaillent à diviser les juifs américains et les juifs israéliens en deux camps distincts. Cette division est claire depuis longtemps pour le courant d'ultra-droite kahaniste, pour qui les juifs assimilés, "hellénisés" c'est-à-dire universalistes, certains diront mondialistes, ou simplement de gauche, sont de moindre valeur à côté du nouvel homme juif, l'Israélien. De ce point de vue, les juifs israéliens doivent être protégés beaucoup plus que les juifs assimilés. Ces derniers constituent un surplus pouvant même être visé par des attentats terroristes comme le 11 septembre, ou des tueries de masse comme on en voit régulièrement survenir aux USA, alors qu'un attentat contre Israël serait la chose la plus épouvantable qui puisse arriver.

Plusieurs acteurs politiques et médiatiques reconnus comme alliés et amis d'Israël (Trump, Musk, Orban, etc.) tiennent souvent un discours ouvertement antisémite et anti-gauche (ou anti-woke), ce qui n'est pas contradictoire lorsqu'on comprend le raisonnement qui consiste à diviser davantage les juifs américains, qui condamnent leurs propos antisémites, des juifs israéliens, qui passent volontiers l'éponge au nom d'une coalition d'ultra-droite contre la menace gauchiste mondialiste.

Trump accuse toujours ses ennemis de corruption, il lance constamment des « they’re corrupt », mais qui a fait son programme présidentiel pour 2024 ? Les friedmanistes Project 2025 de Heritage ! Trump (à la fois corrompu-vendu et corrupteur) pointe du doigt sans cesse la prétendue « corruption » de tout le monde, tout en laissant les friedmanistes de Heritage/Project 2025 faire son programme pour sa future présidence. Il est tout à la fois corrompu, corrupteur et avec les Friedmanistes! Le jackpot. C’est un parfait exemple de ce contre quoi Naomi Klein nous met en garde dans La Doctrine du choc : l’idée de « corruption » sert trop souvent à rejeter le blâme sur des boucs émissaires (parfois victimes de chantage et menaces), pendant ce temps plein de choses d’une importance cruciale restent dans l’ombre, on ne parle pas de l’influence des think tanks et des économistes friedmanistes et de leur programme de destruction du gouvernement pour le compte du privé, du « libre-marché ».  On ne parle pas du fait que le friedmanisme travaille fort à influencer le gouvernement, on parle d’individus corrompus, de pommes pourries qu’il suffirait d’écarter, de pratiques douteuses de corruption qu’il faudrait mieux surveiller. Les médias contribuent fortement à garder tout cela dans l’ombre, ils parlent des frasques de Trump et de ses scandales mais ne parlent jamais de l’influence des friedmanistes sur qui ou quoi que ce soit.  Klein ne nie pas la corruption (son livre comporte plusieurs dizaines de pages sur la corruption massive en lien avec la Doctrine du choc) mais dit qu’il faut aller au-delà de la « fausse impression » que nous laissent cette « corruption » et ces « portes tournantes ».

L’indirect Rule britannique fait un peu la même chose au niveau de la responsabilité des dirigeants locaux : l’empire colonial commande confortablement à distance à travers des dirigeants locaux, qui prendront le blâme si les choses tournent mal. Même l’empire pourra dire que cet élu est « corrompu » et que c’est très mal. 

Orban était présent dans un événement des "artisans de paix" avec le milliardaire Vivek Ramaswamy et le président du think tank capitaliste sauvage Heritage Foundation. À la fin tous se sont rassemblés à Mar-A-Lago.  Russ Vought, associé au Project 2025 de Heritage Foundation, disait récemment qu'il faut injecter le nationalisme chrétien dans le gouvernement des USA. 

On voit que les représentants du capitalisme sauvage n'ont pas de problème avec le discours "contre les guerres sans fin", tant que cela permet de diaboliser la gauche. Il s'agit maintenant de retourner la guerre vers l'intérieur de la nation, aux frontières, et surtout contre les éléments jugés déviants au sein du peuple, comme la gauche. Le colonialisme n'a plus la cote, il s'agit maintenant de le retourner vers l'intérieur en rétablissant la hiérarchie et l' "ordre moral d'antan", fondé sur la masculinité (domination masculine), la famille (natalisme et racisme assumé), la morale traditionnelle et Dieu. La "menace migratoire", surtout arabo-musulmane, ainsi que la "'menace juive", incarnée par Soros, servent à s'unifier contre un ennemi commun, alors que cela revient concrètement à faire équipe avec cet État voyou et fasciste qu'est Israël ; Orban est en effet très proche de Bibi Netanyahou.

De ce point de vue, la gauche devient des fauteurs de guerre, avec sa promotion de la "lutte des classes". Connaissant le concept de "violence structurelle", la gauche est bien placée pour critiquer le fascisme en tant que colonialisme tourné vers l'intérieur, d'où l'intérêt de la diaboliser en l'associant à la guerre et à la déviance. Au lieu que les classes opprimées s'unissent contre la classe des oppresseurs, ce sont les classes proches du pouvoir qui mènent la lutte contre les déviants et les indésirables, avec l'aval des think tanks du capitalisme sauvage américain. C'est une tentative de faire reculer et renverser systématiquement toutes les avancées sociales de l'après Deuxième Guerre mondiale. Un grand recul, comme lors de l'emblématique 11 septembre 1973 au Chili avec l'assassinat d'Allende remplacé par un dictateur du Pentagone, ou comme le discours du 11 septembre 1990 de Bush père à l'ONU, célébrant le "New World Order", soit la défaite du communisme et victoire incontestée du capitalisme américain.
Ce mouvement néofasciste est le fer de lance d'un grand recul antisocial désiré par les think tanks du capitalisme sauvage américain, tels que Heritage, un grand recul présenté par ses amis dictateurs comme un retour à "la goire d'antan", redonnant au pays sa "grandeur perdue".  Prétendre que les grandes banques d'aiment pas le nationalisme chrétien américain et le traditionalisme moral des néofascistes comme Orban, c'est ignorer le fait que les think tanks du capitalime sauvage comme Heritage les appuie concrètement.

On entendait récemment Tucker Carlson dire la même chose: "Soudainement, l’ingérence étrangère dans les élections d’un autre pays est devenue acceptable !" Tout d'abord, Israël est un État voyou (qui ne respecte pas le droit international) et une force occupante (qui en tant que tel n'a pas le "droit de se défendre"). Le sioniste Schumer n'intervient pas dans une élection, il souligne le fait que le gouvernement de Bibi n'a cessé, longtemps avant la "guerre", de faire avancer son coup d'État contre les institutions démocratiques du pays, poussant la majorité de la population israélienne à exiger sa destitution et à lancer de nouvelles élections. Schumer dénonce les excès criminels du gouvernement de Bibi Netanyahou en soulignant que le soutien des USA à Israël n'a en rien changé, évitant ainsi de jouer le jeu de la propagande de Bibi et Trump qui voudraient faire croire que Biden abandonne salement Israël. Qui plus est, Bibi devrait déjà être en prison pour corruption, donc inéligible. Il est certainement drôlement ironique d'entendre Tucker Carlson critiquer ici une "intervention dans les élections d'un autre pays qui serait devenue acceptable", puisque durant son règne à FOX news, il n'a jamais vu un changement de régime qu'il n'aimait pas : ce soi-disant "opposant aux guerres sans fin" n'a cessé de promouvoir des guerres de changement de régime contre Cuba, le Vénézuela, l'Iran, la Corée du Nord, la Chine... et même le Nicaragua, où il se trouvait justement dans sa jeunesse alors que la CIA y menait ses opérations de changement de régime contre les Sandinistas !  Carlson est également un appui important de Viktor Orban ; son père à la tête de la branche média de la CIA était même lobbyiste pour Orban. Or, Orban est un allié important d'Israël et spécialement du clan de Bibi Netanyahou, soit dit en passant...

Dans sa récente critique sur l'appui financier et militaire à Israël de la part des États-Unis, Carlson n'a même pas dévié un tant soit peu de la ligne de "A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm", un document écrit par les pires néocons juifs sionistes comme Richard Perle et Douglas Feith pour le gouvernement Netanyahou de l'époque, en 1996. Ce document appelait à ce qu'Israël s'émancipe de l'aide financière, de la tutelle morale et du contrôle américain qui l'empêchent de se déployer pleinement, c'est-à-dire de conquérir du territoire, par des guerres et des changements de régime, pour qu'Israël puisse enfin devenir un véritable empire, une superpuissance.

Tucker semblait aussi récemment critiquer les errements de la politique étrangère américaine des dernières décennies qui a détruit la Syrie, la Libye et l'Irak, mais il le fait sans jamais faire le lien avec Israël qui est pourtant au centre de ces guerres, utilisant la force militaire état-unienne comme proxy, comme police mondiale. 

À la question à savoir si Bush fils (son ami personnel de longue date, tout comme Dick Cheney !) est à blâmer pour quelque mensonge que ce soit en lien avec la guerre en Irak; il répond plutôt en retournant la question: "pourquoi aurait-il menti?"

Tucker Carlson: fervent soutien des Contras et d'Oliver North. Ce qui ne dérangera pas la dissidence qui n'y connaît strictement rien de toute façon...
Le crime organisé financait la lutte de la CIA contre le communisme, les Contras, Gladio : une vérité qui dérange les dissidents, en raison de ses liens avec le Catholicisme...



 

Sur ce blog:

Mondialement, 100 millions tombés dans la pauvreté, 15 millions de morts: bilan dix ans plus tard de la crise financière de 2008 aux États-Unis. Rien n'a été fait contre les responsables. (2018)

Le magnat juif milliardaire Carl Icahn empoche des millions de dollars grâce à sa position dans l'administration Trump, démissionne juste à temps pour éviter des accusations de corruption (2017)

Israël prépare-t-il une surprise pour Biden, comme en 2008, la guerre de Gaza qui devait tester le "radical" Obama? Quelque chose comme une nouvelle guerre... peut-être pire encore. La nièce de Ben Laden soutient, tout comme l'ancien directeur de l'unité de traque de Ben Laden à la CIA, que "seul un président Trump peut prévenir un nouveau 11 septembre!" (2021)

Réminiscences du 11 septembre (et des premières démolitions contrôlées en Palestine dix minutes après le début des attentats), alors que l'armée israélienne fait démolir par surprise à Gaza des bâtiments de médias étrangers (2021)

Qui est assez dupe pour croire la mise en scène de l'opposition de Trump à l'État profond et la CIA? Alors qu'aucun président américain n'avait jusqu'ici permis à la CIA d'échapper à toute forme de contrôle gouvernemental? (2020)

L'influence des extrémistes de droite religieuse à l'origine des récents troubles politiques et meurtriers au Moyen-Orient. Leur ferveur eschatologique les pousse à concrétiser eux-mêmes leurs folles prophéties concernant la "guerre finale d'Armageddon", qu'ils voient se réaliser en direct dans la situation politique actuelle opposant Israël et ses voisins. Au lieu de voir partout des signes de guerre apocalyptique du bien contre le mal, la blogosphère doit insister sur le danger de manipulation lié à l'hystérie des attentes relatives à la Fin des Temps (ne dit-on pas qu'il faut agiter le peuple avant de pouvoir l'utiliser?).(2018)

Thomas Frank sur la stratégie perdante du parti Démocrate américain, son rejet des travailleurs, sa complaisante adoration des élites, alors que les Républicains l'emportent en récupérant les forces vives du populisme liées au mécontentement populaire (2018)

De Reagan à Sanders (2018)

"Our Crowd" ("notre bande"): Les cent familles juives qui régnèrent sur New York au 19e siècle

SUPERMOB: How Sidney Korshak And His Criminal Associates Became America's Hidden Power Brokers

Derrière les candidatures présidentielles des spooks Ron de Santis et RFK Jr., le "rebranding" des néocons ziomaniaques en prétendus "anti-néocons" avec l'aide de la Paypal Mafia (Musk, Thiel, David Sacks) et de son contrôle sur les médias alternatifs (2023)

L' "antisémite" docteur Kissinger et l'impunité : mépris du droit international, armes illégales, châtiment collectif, génocide... Israël a appris la leçon du maître incontesté. (2023)

Soros comme bouc émissaire pour distraire et enrôler les populistes, les nationalistes et les chrétiens au service du clan illibéral d'extrême-droite Netanyahou et Orban (2023)

Les monarchistes génocidaires de Kach, parti interdit en Israël, maintenant aux commandes de plusieurs paliers de gouvernement israélien, lavés par les médias, fournissant même l'aide juridique aux extrémistes (2022)

Les médias alternatifs et dissidents soi-disant antisionistes mais amis de FOX News gardent le silence sur la plus importante enquête des dernières années sur l'interférence israéliennes dans des élections à travers le monde et aux États-Unis lors de l'élection de 2016 (2023)

Le pratiquement inconnu Council for National Policy (équivalent droitiste du CFR) intronisé à la Maison Blanche grâce à Trump: consécration de l'Establishment de droite et de son nouveau mouvement religieux apocalyptique millénariste d'adoration de la puissance --- MAGA & QAnon

Le Nouveau Monde, Nouvel Israël? Sion en Amérique : la Maison blanche plus que jamais sous influence de la secte dominioniste. Ce puissant mouvement religieux et politique de droite voit en Trump le prophète devant accomplir le glorieux destin de l'exceptionnalisme états-unien

Woodrow Wilson, président du "nouvel ordre mondial" 

Les réseaux impliqués dans quelques-unes des principales opérations secrètes de notre temps

Noam Chomsky: peu importe ce que la Russie a pu faire pour influencer les élections américaines, cette influence est sans commune mesure avec l'influence israélienne, une influence immense, connue de tous et qui ne se cache même pas. (2018)

Kushner a dissimulé ses conflits d'intérêts impliquant Israël, Flynn ses pressions en faveur d'Israël... (2017)

La pensée antisociale et ultralibérale d'Ayn Rand illumine les gouvernements Netanyahou et Trump (2017)

Trump et Netanyahou sur la même ligne anti-Iran, anti-Onu et anti-Unesco

Netanyahou en mode messianique (David Sheen, Zurich, 5 novembre 2019)

La firme israélienne NSO, startup du Mossad : un outil de répression au service des États en guerre contre leur propre population (2020)

Israël, la nouvelle terre promise des géants technologiques de Silicon Valley, qui contrôle déjà l'infrastructure de cybersécurité étatsunienne, derrière les "villes intelligentes" d'Eric "Goolag" Schmidt prévues pour bientôt aux États-Unis (2020)

Ces riches qui ne paient pas d'impôts

Enquêter sur Goldman Sachs serait antisémite