jeudi 30 juillet 2009

Allemagne: Israël intente des poursuites contre le distributeur "Amazon" et exige le bannissement des livres jugés antisémites

Amazon poursuivi en Allemagne pour vente de livres révisionnistes

Samedi 25 juillet 2009
L'association juive American Jewish Committee a déposé plainte contre le site allemand d'Amazon pour incitation à la haine raciale. L'organisation reproche au portail de commercialiser des livres révisionnistes et antisémites.


Samedi 25 juillet 2009
Par Dépêche (texte)

AFP - L'organisation juive américaine American Jewish Committee (AJC) a porté plainte contre la filiale allemande du groupe de commerce électronique américain Amazon pour incitation à la haine raciale, a-t-il annoncé vendredi.

L'AJC reproche à +Amazon.de+ de vendre sur son site des livres à caractère antisémite, révisionniste ou relativisant la période nazie.

"Il est inacceptable qu'+Amazon.de+ propose des livres que l'on ne trouve normalement que dans les magasins liés aux groupuscules d'extrême droite", a souligné Deidre Berger, directrice de l'antenne berlinoise de l'AJC.

"Amazon.de" propose notamment, dans sa version allemande, "Le Mythe d'Auschwitz" de Wilhelm Stäglich, ainsi que des ouvrages d'Erich Glagau, qui affirme que l'holocauste "est un conte", a constaté l'AFP. D'autres auteurs considérés comme révisionnistes sont également référencés.

Des ouvrages imprimés par "Deutsche Stimme", la maison d'édition du parti néo-nazi allemand NPD, sont aussi en vente sur le site de commerce en ligne.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole d'Amazon Allemagne a indiqué qu'"évidemment" le site ne vendait pas de livres interdits ou représentants un danger pour les enfants. Mais, a-t-elle ajouté, Amazon s'en tient au principe de la liberté d'expression et de ce fait n'est pas enclin à retirer certains ouvrages de son site.

"Nous pensons que la meilleure réponse à une littérature contestable n'est pas de la retirer mais d'en débattre davantage", a-t-elle souligné.

"Nous exigeons qu'+Amazon.de+ agisse à partir de maintenant et enlève de son catalogue tous les ouvrages délictueux", a précisé Deidre Berger.

En Allemagne, les saluts hitlériens, les croix gammées, ainsi que d'autres signes distinctifs nazis sont interdits depuis la Seconde Guerre mondiale.

La vente de certains ouvrages, notamment "Mein Kampf" d'Hitler, est également interdite même à des fins de documentation historique.



Monday, July 27, 2009

"Jewish" Committee Demands Censorship of Books and Jailing of Freethinkers

Editor's Note: The main engine of censorship in the western world and the most insidious force behind the criminal prosecution of freethinkers today, is not the Catholic Church or the right wing, it is Zionism and Judaism, ever seeking to protect its most cherished myths from scientific and historiographic scrutiny.

If this blog was authored in Germany, the American 'Jewish' Committee would attempt to have this writer jailed for producing it.

The tyranny is compounded by the extent to which Zionist journalists, editors and media executives in the United States ignore the kosher dictatorship over the mind of man. The Inquisition is alive and well in Germany and other "Jewish" Committee satraps, but you'd never know it if you relied exclusively on NPR and the establishment media for your news.

By the way, AP's description of two revisionist volumes as "far-right" is a lie in the case of at least one author. Books by Germar Rudolf, a former PhD. candidate in chemistry at the Max Planck Institute, are scientific studies without political content. But it is important to the Associated Press to stigmatize such research as "far right." (The term "far Zionist" is not one we have seen from AP).

Jewish group files complaint against German Amazon

Associated Press via Haaretz | July 24, 2009

The American Jewish Committee (AJC) in Berlin filed a complaint Friday (July 24) asking prosecutors to investigate Amazon.de to see if it has broken German laws against Holocaust denial by selling far-right books.

"We must not allow the laws against denying the Holocaust and hate against minorities in Germany to be eroded through the proliferation of online companies," said AJC-Berlin director Deidre Berger in a statement.

Christine Hoeger, a spokeswoman for Amazon.de, said in an e-mailed response to AP that the company would check the list of books outlined by the AJC once it receives it, to see if the books conflict with Amazon's eligibility requirements. She said, for example, Amazon does not sell books on a federal list of material considered harmful to minors, or books that courts have banned.

"Should Amazon - or any other dealer - decide which books German readers should be able to read?" she wrote in the e-mail.

"Amazon is a dealer, not a regulatory institution, and we are of the opinion that the content of media can and should not be evaluated by private businesses that have no expertise or competence in this area."

Amazon.de is the German arm of Seattle-based online retailer Amazon.com Inc.

The books cited by the AJC, such as The Auschwitz Myth by Wilhelm Staeglich and a volume by convicted Holocaust denier Germar Rudolf, were available for sale on Amazon.de Friday afternoon.

Denial of the Nazi Holocaust is a crime in Germany, punishable by a possible five years in prison.

AJC member Benjamin Schoeler, reached by telephone, said the goal of the complaint, however, is to get Amazon.de to evaluate the books they sell, and pull ones that promote Holocaust denial or anti-Semitism.

Though the books cited by the AJC are all available via second-party sellers through Amazon.de's Marketplace, Schoeler said buyers order and pay for the books through Amazon.de. "We see the firm as responsible for what they are selling," he said.

Hoeger said the company had refused to sell some books that did not fit its content criteria for their views on Nazism, but said they used the highest degree of caution and wanted to ensure that other titles that are worthy of discussion were available.

"We see it as one of our most important tasks as a bookseller to offer our customers access to the widest choice possible," she said. "Therefore our customers will also find titles in the future in which troublesome content regarding the Nazis is found - as they will find an extensive selection of titles in which the Nazis are sharply criticized and condemned."

Schoeler also conceded that even if banned on the German site, the books could be purchased elsewhere - like in the U.S. via Amazon.com - but said nothing could be done to stop that. It is legal to purchase such books in the U.S., but it is not here, he maintained.

The complaint was faxed Friday to prosecutors in Munich, where Amazon-Germany is based.

There was nobody available at the prosecutors' office to comment on the case, but such complaints usually take at least weeks to be evaluated before a decision is made whether to open an investigation.

(Emphasis supplied)


CENSORSHIP~Amazon Sued By Israel

(...) If people don't like the books, then they don't have to buy the books, but to ban books is the first step in creating an Israeli totalitarian worldwide censorship police state.Only Israel does this in order to stop any and all discussion in opposition to Israel's version of ALL worldwide events including 9-11. Forget about the "Holocaust" books, because I can easily see this transforming into a book about the Nakba being on that list for instance. Why? Because it does not match Israel's version of history. Just last week I wrote about a new law HERE which could be adopted in Europe that would make it illegal to imply that Israel could have been involved in 9-11, or any other theories involving Israel or Zionism. Moreover, this law would also make it illegal to criticize "Zionism" itself! And now we see today they are suing Amazon online for selling books that Israel does not like. This lawsuit, if successful, will impact European book sales including books in the UK. Look out America, you're next! More after this:

The German branch of the American Jewish Committee announced it was launching a lawsuit on Friday against the country's Amazon website, accusing the online book retailer of selling 50 books which revise or deny the Holocaust.

According to research conducted by the AJC, about 50 books, including Wilhelm Staglich's The Auschwitz Myth - Legend or Reality, are currently for sale on Amazon.de, the German branch of the site. Staglich's book, along with works cited by the AJC written by Germar Rudolf, Udo Walendy, Jurgen Graf and Carlo Mattogno, are also available for sale on the UK's branch of the retailer, Amazon.com.uk. source

=============

MUST READ~CRITICIZING ISRAEL TO BE ILLEGAL


(...)A Zionist “think tank” in England that has US ties is submitting a report to re-define the term “Anti-Semitism” and make those “new terms” illegal. Sit down, take a deep breath and get ready to be stunned. I came across this recent 38 page PDF publication which is being submitted to the British Government from the European Institute for the Study of Contemporary Antisemitism (EISCA) the Zionist think-tank which sets out to “monitor” Anti-Semitism in the “World.” This will be used against the Government, the Media, Universities and hundreds of Pro-Palestinian organisations, not to mention blogs and any protests the public decide to hold against the Zionist state Military actions in Palestine.

This group has influential power within the British Government, indeed, one Rt Hon Denis MacShane, MP, is the Chairman of the group.

They have just delivered a “new” report In which they are “re-defining” Anti-Semitism to include just about anything one may say to criticize Israel. Such as Anti-Zionism; Holocaust denial and Holocaust related abuse; conspiracy theories; dual loyalty and the blood libel. More importantly, they take this one step further and are now including “Zionism” in this definition.

The report calls for the adoption of this new definition into law, which would then make it a “crime” to discuss or use any of the phrases, terms, arguments, theories or cases covered this new “definition.” They want the UK to adopt the EUMC (now the European Agency for Fundamental Rights [FRA]) definition of “anti-Semitism” so as to outlaw the use of the word “Nazi” when referring to Israel, its government, and Zionists. But that is NOT all they are after, there are many more “demands” which are quite shocking indeed, such as any conspiracy theories about Israel and 9-11, Zionism, or the Israeli Lobby in American Politics control in Washington. Additionally they want your Children to be “re-educated when they attend University (... read the rest)



La censure du futur modélisée par Amazon

24 juillet 2009


La semaine dernière, quelques possesseurs de Kindle (le lecteur électronique d'Amazon) se sont levés un beau matin pour découvrir que la société s'était introduite dans leurs appareils pour y supprimer deux œuvres de George Orwell: «1984» et «La Ferme des animaux». Laissons à Amazon le bénéfice du doute: la société s'est excusée, en expliquant que les livres avaient été mis en vente par erreur, et qu'elle avait intégralement remboursé les clients concernés. Ces œuvres ne sont pas les seules à avoir finit dans ce «trou de mémoire» orwellien: en Juin, Amazon a également supprimé «La Révolte d'Atlas», «La Source vive», et «La Vertu d'égoïsme» de l'auteure américaine Ayn Rand; la société a déclaré qu'elle avait «récemment découvert» que ces titres «posaient problème». Certains clients se sont également plaints de la disparition de leurs livres «Harry Potter». Explication d'Amazon: les versions Kindle de ces œuvres étaient illégales.

Quelqu'un avait mis en vente des versions pirates à l'aide du service de publication d'œuvres personnelles; la société ne faisait donc que défendre la propriété intellectuelle des éditeurs. Soit. L'indicent Orwell, en revanche, est d'un autre ordre. Supprimer arbitrairement les livres d'un auteur dénonçant le totalitarisme: la situation était trop ironique pour échapper à la critique. Amazon a été obligé de promettre qu'il n'effacerait plus les livres de ses clients. Mais ne vous fiez pas trop à ces belles paroles.

Amazon tout puissant

Le plus grave, dans cette histoire, ce n'est pas qu'Amazon se soit mal conduit, mais plutôt qu'Amazon soit en mesure de se conduire de la sorte. Nous savons désormais que cette société peut détruire ce qu'elle veut, quand elle veut sur nos lecteurs électroniques. Elle dispose donc d'un pouvoir incroyable; un pouvoir dont il faut justifier l'utilisation. Le problème, c'est que pour le moment, les arguments avancés par la société sont tous hors-sujet. Posons donc la vraie question : dans un monde qui numérise de plus en plus ses produits culturels, ne risquons-nous pas, dans un futur proche, de perdre un droit jusqu'ici considéré comme élémentaire : la pleine possession de nos livres, de notre musique et de nos films?

De nos jours, la plupart des e-books, des vidéos, des jeux vidéo et des applications pour téléphones portables que nous achetons ne nous appartiennent pas vraiment. Ces produits culturels restent à présent numériquement liés à leur vendeur ou à leur créateur (Amazon, Apple, Microsoft et les autres). Steve Jobs l'a confirmé: tous les iPhones subissent des contrôles de routines menés par Apple, qui vérifie ainsi la «propreté» de nos applications; Apple se réserve le droit de supprimer n'importe quelle application, à n'importe quel moment et pour n'importe quelle raison.

Mais pourquoi s'arrêter en si «bon» chemin? Si Apple ou Amazon peut décider d'effacer nos achats, qu'est-ce qui empêcherait une cour de justice (ou, pour reprendre Orwell, un régime totalitaire) de leur ordonner de le faire? Je l'ai déjà écrit (et je suis loin d'être le premier à le penser): pour moi, le Kindle est le futur de l'édition. A présent, nous savons également à quoi ressemble le futur de la censure.

Des règles insupportables

Comparons l'achat d'un livre réel et l'achat d'un livre électronique pour Kindle au regard de la loi. Lorsque vous entrez dans la librairie du coin pour acheter «La Ferme des animaux» en édition poche, le magasin ne vous force pas à signer un contrat pour limiter vos droits. Si la librairie apprend par la suite qu'elle vous a vendu une version illégale de l'œuvre, elle ne peut pas vous forcer à rendre le livre: après tout, il vous appartient. En ligne, les règles changent du tout au tout.

Quand vous achetez un livre pour votre Kindle, vous acceptez implicitement les conditions d'utilisation du service Kindle d'Amazon. Le contrat donne à la société «le droit de modifier, de suspendre, ou d'interrompre le service à n'importe quel moment; Amazon ne sera passible d'aucune poursuite de votre part si il est choisi d'exercer ce droit». Selon Amazon, les livres que vous achetez ne vous appartiennent pas: les œuvres acquises font simplement partie d'un «service», et la société jouit d'un contrôle total sur ce service. Les conditions d'utilisation sont les mêmes pour les téléchargements de films et de séries sur Amazon; idem pour Apple et son iTunes.

La censure a toujours existé...

Dans son livre «L'Internet de demain: comment y échapper» («The Future of the Internet - And How to Stop It»), Jonathan Zittran, professeur de droit à Harvard, soutient que les appareils «reliés» au vendeur (comme le Kindle) donnent au gouvernement un pouvoir sans précédent: celui de s'introduire dans nos foyers et de trafiquer nos machines. En 2004, TiVo a fait un procès à Echostar, fournisseur de télévision par satellite (qui possède Dish Network): le fournisseur avait distribué à ses clients des enregistreurs vidéo numériques qui, selon TiVo, contrefaisaient les brevets de son logiciel. Un juge fédéral de district donna raison au plaignant. Résultat: la vente de ces appareils fut interdite. Mais le juge décida d'aller plus loin; il ordonna également à Dish Network de désactiver les 192.000 appareils déjà mis en service. (Une cour d'appel a depuis infirmé cette décision; la bataille juridique se poursuit encore aujourd'hui). En 2001, une société du nom de Playmedia a trainé AOL en justice: AOL avait inclut une version de leur lecteur MP3 dans son logiciel. Une cour fédérale donna raison à Playmedia, et ordonna à AOL de supprimer le logiciel de Playmedia via une «live update» (mise à jour automatique).

Numérisation des médias n'est pas synonyme d'interdiction de livres. Tous les pays du monde censurent certaines œuvres d'art, et ce pour un nombre incalculable de raisons. Aux Etats-Unis, la violation des droits d'auteurs est la justification la plus courante. Au début du mois de juillet, par exemple, un juge a ordonné l'interdiction d'un livre suédois, suite non-autorisée de «L'Attrape-Cœurs» de J.D. Salinger. La collection d'«art illégal» du magazine Stay Free! regorge de ce type d'exemples. Florilège: le film «Superstar: The Karen Carpenter Story», film de Tod Haynes (1987), qui fut projeté dans quelques festivals; toutes les bobines furent rappelées et détruites (Haynes n'avait pas obtenu l'autorisation pour l'une des chansons du film). Un CD plein de chansons interdites pour cause d'allégations de sampling non-autorisé. Et beaucoup de parodies de comics («Family Circus», Mickey Mouse...), bien évidemment toutes interdites.

...mais elle devient de plus en plus facile

La différence entre les suppressions sur Kindle et les interdictions d'autrefois est de taille: la censure classique, elle, n'était pas facile à faire respecter. Au mieux, les éditeurs pouvaient essayer de rappeler tous les exemplaires en circulation. En 2007, Cambridge University Press a été trainé en justice pour diffamation par le banquier saoudien Khalid Bin Mahfouz; un livre publié par l'éditeur prétendait qu'il avait financé des groupes terroristes. Les parties se sont mises d'accord sur un compromis: Cambridge a accepté de demander aux bibliothèques de retirer ces livres de leurs rayonnages. Mais les bibliothèques étaient libres de refuser.

Si la plainte de Bin Mahfouz avait concerné un livre électronique du Kindle, en revanche, la cour aurait pu décider (en plus de l'arrêt des ventes) d'ordonner la destruction de chaque exemplaire vendu. Comme le fait remarquer Zittrain, la justice pourrait à l'avenir considérer que ce genre de mesures permet tout simplement de s'assurer qu'une interdiction est respectée. Si un juge peut obliger Dish Network à déconnecter votre enregistreur vidéo numérique, il pourrait également obliger Amazon ou Apple à supprimer vos livres, vos films et vos chansons.

Cette pratique établit un précédent très inquiétant. En effet, les livres effacés par Amazon étaient déjà disponibles en librairies; ceux du futur, en revanche, ne seront plus que des fichiers stockés sur des serveurs. Dans un monde sans papier, la justice aurait le pouvoir d'exiger la destruction de tous les exemplaires d'une œuvre. Citons Zittrain à nouveau: «Imaginez un monde où tous les exemplaires de «Candide», de «L'Appel de la forêt» et d'«Ulysse» ont été détruits par la censure; même si un pouvoir plus conciliant décide de lever l'interdiction par la suite, il est tout simplement trop tard: ces œuvres ont disparues à tout jamais.» Cela peut paraître exagéré; après tout, il y aura toujours les réseaux «Peer-to-Peer» et autres dépôts en ligne pour retrouver une œuvre décrétée illégale. Mais il serait utopique de penser que BitTorrent peut à lui seul sauver l'art illégal. Les mouvements underground anonymes qui ont toujours soutenu les œuvres censurées ne pourront pas survivre éternellement dans le monde du Kindle et de l'iPhone.

N'achetez pas le Kindle

Personne ne devrait pouvoir supprimer vos livres, vos films et votre musique à distance. Mais comment s'y opposer? Voici une solution possible: n'achetez pas le Kindle tant qu'Amazon n'aura pas révisé ses conditions d'utilisation pour mettre un terme aux suppressions de ce type. Mieux encore: Amazon devrait renoncer à cette capacité technique une fois pour toute, ce qui rendrait tout suppression massive impossible (et ce même si le gouvernement l'exigeait). J'ai demandé à Sony et Interread, autres constructeurs de lecteurs de livres électroniques, si ce genre de pratique était possible sur leurs appareils. Je n'ai pas encore reçu de réponse, mais si l'on en croit leurs conditions d'utilisation, contrairement à Amazon, ces sociétés ne s'octroient pas le droit de faire ce qui leur chante en matière de service.

Attention: ces problèmes ne se limitent pas à quelques sociétés en particulier. Comme le dit Zittrain, ils surviennent parce que la justice ne sait pas comment traiter la technologie «reliée», ces appareils qui sont à vous sans être à vous; entre vos mains, mais aux ordres de lointaines sociétés. Amazon a beau jurer qu'il fera mieux la prochaine fois, il est difficile de le croire. La société assure qu'elle ne supprimera plus de livres, mais si quelqu'un l'accuse d'avoir publié une œuvre à caractère diffamant ou en violation d'un droit d'auteur, il n'est pas dit qu'elle respecte cet engagement. Ce cas de figure se présentera tôt ou tard, et la suppression de livres reprendra alors sans doute. Il faudra plus que des vœux pieux pour régler ce problème. Nous avons besoin de lois nouvelles.




Criminaliser la critique de l'entité sinistre


France, Europe: Bientôt, critiquer Israël pourrait vous conduire en prison…

Canada: Internet, un champ de bataille: la critique de l'entité sioniste bientôt criminalisée