vendredi 26 mars 2010

Torture supervisée: le gouvernement canadien remet plus de 2500 documents censurés

Transfert de détenus afghans : Le gouvernement remet des documents censurés

Détenus afghans: le gouvernement dépose 2500 pages de documents censurés
«C'est du mépris envers cette chambre, envers les élus et surtout envers les Canadiens»

Afghanistan: les États-Unis voudraient contourner la motion du Parlement canadien

Le Canada dit non aux États-Unis

Flou autour de la fin de la mission en Afghanistan‎

Plus de troupes en Afghanistan après 2011, assure Cannon

Détenus afghans: le Bloc veut une décision rapide sur les documents.

Ottawa nie avoir fermé les yeux‎

Allégations non fondées, dit Cannon‎


«Les Afghans torturent leurs femmes»
L'homme considéré comme le mentor politique de Stephen Harper, Tom Flanagan, ne s'émeut pas des allégations de torture des détenus transférés aux autorités afghanes par les soldats canadiens. Il croit que la torture est commune dans ce pays. «En Afghanistan, les maris torturent leurs femmes. C'est commun. On ne peut pas contrôler (la torture)», a dit Tom Flanagan en entrevue à La Presse.


Crimes de guerre et torture par le gouvernement canadien en Afghanistan

Les loyalistes de Bush s'attaquent à plus de 400 avocats qui ont poursuivi l'administration Bush pour crimes de guerre et torture à Guantanamo




Nouvelles révélations sur les crimes canadiens en Afghanistan


16 avril 2010

La Commission parlementaire canadienne sur la mission en Afghanistan a auditionné le Canadien Malgarai Ahmadshah, dit Pasha, le 14 avril 2010.

M. Ahmadshah, fut traducteur des forces armées canadienne à Kandahar de juin 2007 à juin 2008. Il a témoigné de ce que les militaires canadiens avaient maquillé, arrêtaient n’importe qui, et transféraient leurs prisonniers au NDS afghan pour qu’il les torture.

Malgarai Ahmadshah a admis ne pas avoir été témoin oculaire de ce qu’il rapportait, mais se fonder sur les séances d’interrogatoire au cours des quelles il officiait. Il a déclarer avoir dénoncer plusieurs fois cette situation à ses supérieurs et avoir été sanctionné en retour (sa véritable identité aurait été révélée aux insurgés de sorte qu’ils se vengent sur sa famille).

Selon M. Ahmadshah, le ministre canadien de la Défense ne pouvait ignorer ce qui se passait sur le terrain, tant ces tortures étaient systématiques et connues de tous. Le Canada ne transférait pas ces prisonniers à des tortionnaires sans savoir ce qui adviendrait, mais précisément pour que cela advienne.

Le transfert de prisonniers à des tiers en sachant qu’ils peuvent être torturés constitue un crime de guerre en vertu de la Convention de Genève.




Richard Colvin maintient son témoignage sur les tortures en Afghanistan


15 avril 2010

La Commission canadienne d’examen des plaintes contre la police militaire (CEPPM) a en définitive auditionné Richard Colvin, six heures durant, le 13 avril 2010. Le Parti conservateur a vainement multiplié les embuches pour empêcher le diplomate de sortir de la réserve exigée par son statut.

M. Colvin, qui fut 18 mois en poste à Kandahar en 2006-07, a confirmé le témoignage qu’il avait livré à la Commission parlementaire sur la mission en Afghanistan, le 5 octobre 2009. Selon lui, tous les prisonniers remis par les forces canadiennes aux autorités afghanes ont été torturées par ces dernières. Le transfert de prisonniers à des tiers en sachant qu’ils peuvent être torturés constitue un crime de guerre en vertu de la Convention de Genève.

Durant son service en Afghanistan, Richard Colvin avait adressé 17 rapports circonstanciés à sa hiérarchie à Ottawa, n’hésitant pas à distribuer jusqu’à 75 copies à des responsables divers aussi bien au ministère des Affaires étrangères qu’à celui de la Défense.

M. Colvin s’était précédemment illustré lors de sa mission à Ramallah après la mort du président Yasser Arafat en alertant sa hiérarchie sur les circonstances de l’empoisonnement et l’évolution interne du Fatah. Il est aujourd’hui Premier secrétaire de l’ambassade du Canada à Washington et officier de liaison pour le Renseignement.

La Commission a également eu connaissance des rapports d’un autre diplomate canadien Chris Alexander, quant à lui détaché auprès de l’ONU. Selon ce haut responsable, l’ancien gouverneur de Kandahar, Asadullah Khalil, aurait commandité l’assassinat de cinq employés des Nations Unies et disposerait d’une prison cachée sous sa résidence privée. Toujours selon M. Alexander, la plupart des attentats commis contre des étrangers ne seraient pas le fait des insurgés, mais des narco-trafiquants liés au gouvernement afghan, qui ont intérêt à prolonger l’insécurité.



Torture de détenus afghans: une enquête publique est le seul moyen de réagir aux preuves de plus en plus nombreuses de dissimulation

The Guergis and Afghan message: Loose lips still sink ships

Dure journée pour le gouvernement Harper

Suicides dans l'armée canadienne: plus meurtriers que les combats

Plus de soldats tués au pays qu'au combat

Mission en Afghanistan: 178 millions en médicaments

Torture: Peter MacKay réfute les propos d'un interprète

Détenus afghans torturés: Colvin en remet

Détenus afghans - Colvin persiste et signe dans le moindre détail

Afghanistan: tortures de mineurs détenus

Torture en Afghanistan: il ne revient pas à la police militaire d'enquêter, dit un officier L'Etat-major de la Défense s'est penché sur les allégations de mauvais traitements...

Détenus afghans torturés: Colvin en remet

Détenus afghans: le gouverneur de Kandahar montré du doigt

Les civils canadiens quitteront-ils Kandahar en même temps que les troupes?

Accès à l'information: le Canada de moins en moins transparent

Le Canada en Afghanistan: De nouvelles allégations explosives Arrestations sommaires, transferts d'innocents aux autorités afghanes, tentative de camouflage...

Afghanistan : un 142e soldat canadien tué

Accès à l'information - Un F pour le gouvernement Harper

VIDEO -06 - Afghanistan - De nouvelles victimes innocentes dans une nouvelle bavure
VIDEO -07 - Afghanistan - Le pantin Hamid Karzai prêt à couper les fils qui le relient aux USA
VIDEO -08 - Afghanistan - Obama et la CIA entre mensonges et manipulations
VIDEO -05 - Afghanistan - Retrait des troupes canadiennes
VIDEO -04 - Afghanistan - La Russie victime du trafic
VIDEO -08 - Afghanistan - Indémnisation des victimes collatérales - Les 2500 dollars de la honte

A U.S. marine walks through a poppy field during a patrol in Helmand province yesterday.
A U.S. marine walks through a poppy field during a patrol in Helmand province yesterday.
Photograph by: ASMAA WAGUIH, REUTERS, Canwest News Service
25000 hired guns in Afghanistan Prolific use of private security personnel is raising questions about lack of accountability and criminal activities


Afghanistan: après l'opium, le haschisch

Project Humanbeingsfirst.org
Wed, 07 Apr 2010 13:33 EDT
Zahir Ebrahim
machiavelli
Machiavelli

Once the hectoring hegemons have created a core-lie and got people to believe or accept it, namely, that 'war on terror' is real and "our war", then many truths within the core-lie can be fabricated, and also are created due to their own natural dynamics with proper black-ops channeling to mobilize insurgency and then officially fighting it as "counter-insurgency". A cook-book recipe for fabricating "revolutionary times", for indeed, "what is inconceivable in normal times is possible in revolutionary times"! A self-sustaining system dynamics comes into existence which is closely managed and continually harvested to sustain "imperial mobilization"

These dynamics are the puppetshows of harvest that Rafia Zakaria is commenting on in her DAWN article of April 07, 2010: "Reinventing the Taliban", while she is strategically silent on the core lie itself: (Comments) Read More...