vendredi 10 décembre 2010

La connexion Chris Bollyn - Eric Hufschmid - Rupert Murdoch

AUDIO - Entrevue avec Eustace Mullins à l'émission de Michael Collins Piper, 8 janvier 2007
En 2007, Mullins et Piper dénoncent les menteurs Chris Bollyn, Eric Hufschmid et D.B.Smith. Mullins affirme que Smith s'est servi de lui et de sa notoriété pour attaquer des chercheurs sincères. Plus tard Smith a dit regretter avoir été ainsi manipulé par Hufschmid.



LA CONNEXION CHRIS BOLLYN - ERIC HUFSCHMID - RUPERT MURDOCH

par takeourworldback.com

The Bollyn - Hufschmid - Murdoch "Coincidence" Two suspected Zionist infiltrators come on to the anti-Zionist 9/11 truth scene within a year of 9/11, both collaborate for years after 9/11 - from 2002 to 2007 at least, and both are using a standard COINTELPRO tactic from the 1960s of smearing genuine activists as "agents". Both of them are proven liars who promote disinformation and are a liability to the truth movement. And it turns out that both of these Judas Goats are connected to billionaire Zionist media mogul Rupert Murdoch.


La "Coïncidence" Bollyn - Hufschmid - Murdoch

Sommaire exécutif
Eric Hufschmid
Christopher Bollyn
Le milieu de la partie - la tactique post hoc ergo propter hoc de Bollyn
Les efforts de Bollyn pour saboter la vérité du 11 septembre avec de la désinformation
Les intrigues de Bollyn
Conclusion
Index



SOMMAIRE EXÉCUTIF

Deux individus suspectés d'être des agents d'infiltration sionistes sont entrés sur la scène du mouvement de vérité anti-sioniste du 11 septembre (11.09) moins d'un an après le 11.09, ont collaboré pendant des années après le 11.09 -- de 2002 à 2007 au moins -- et les deux utilisent une tactique COINTELPRO standard remontant à 1960 consistant à salir d'authentiques militants en les accusant d'être des «agents». Les deux sont des menteurs avérés qui propagent de la désinformation et constituent un handicap pour le mouvement pour la vérité. Et il s'avère que ces deux boucs de Judas sont connectés au milliardaire sioniste magnat des médias Rupert Murdoch.

Selon l'avocat Brian Glick, le FBI a utilisé quatre méthodes de base pour leur opération COINTELPRO dans les années 1960: infiltration par des agents et des informateurs, guerre psychologique de l'extérieur, harcèlement par le biais du système juridique, force extra-légale et violence. Son livre War At Home: Covert Action Against US Activists And What We Can Do About It donne la description suivante de l'infiltration (page 10):

1. Infiltration: Les agents et les informateurs ne se contentent pas d'espionner des activistes politiques. Leur principal objectif était de discréditer et de les perturber. Leur présence a permis de saper la confiance et effrayer les électeurs potentiels. Le FBI et la police a exploité cette peur en salissant les authentiques militants en les accusant d'être des agents.


Glick souligne comment les agents accusent des authentiques militants de faire précisément les mêmes tromperies dont les agents sont eux-mêmes coupables.

Manipulation couverte pour faire passer un activiste légitime pour un agent: Un agent réel pointera souvent du doigt un membre d'un groupe authentique, de grande valeur et qui ne collabore pas, l'accusant d'être l'agent d'infiltration.




Eric Hufschmid:


* Est le demi-frère de Kathryn Murdoch née Hufschmid, responsable des relations publiques et Directrice de la Stratégie & Communications à la fondation de Clinton "Clinton Climate Initiative", épouse depuis juin 2000 de James Murdoch, le fils de Rupert Murdoch et héritier présumé qui a rejoint News Corporation en 1996 pour s'occuper de ses activités internet.

* Affirme que 99% des chercheurs de vérité du 11.09 sont sans valeur et font partie du "réseau criminel", prétextant que beaucoup d'entre eux sont des agents ou des agents d'infiltration.

* Accuse Germar Rudolf, Ernst Zundel, Fredrick Toben, Mark Glenn, Mark Farrell, David Irving, David Duke, Mike Piper, Jack Blood, Mike Berger, Phil Berg, Victor Thorn aka Scott Makufka, Wayne Madsen, Kurt Nimmo, Webster Tarpley, Frank Whalen, John Stadtmiller, Alex Jones, Jeff Rense, Andrew Hitchcock, William Rodriguez, Mike Rivero, Ellen Mariani, Willis Carto, Rebecca Cerese, Frank Weltner, Pat Owen, Steven Jones, Kevin Ryan, Jim Hoffman, Ingrid Rimland, Chris Jon Bjerknes, Hesham Tillawi, Rick Adams, Ted Pike, Carlos Porter, Edgar Steele, Laura Knight-Jadczyk, Jim Marrs, Fred Burks, Lisa Pease, Jenna Orkin, Marsha McClelland, William Lewis, Peter Kawaja, Peter Shank, Leuren Moret, Daryl Bradford Smith, David Ray Griffin, Bob Bowman, Mark Fuhrman, Gerald Posner, Vincent Bugliosi, Paul Watson, Mark Dice, Ron Paul, Suzette Bates, Cindy Sheehan, Chris Petherick, Gerhard Frey, Rosie O’Donnell, Sofia Smallstorm, John Kaminski, Alex Floum, Ry Dawson, Charlie Sheen, Arthur Silber, Justin Raimondo, le président Mahmoud Ahmadinejad, etc., de travailler pour les sionistes, c'est-à-dire, d'être des agents, et nous avertit de se méfier d'eux.

* A fait la promotion d'un canular avec Christopher Bollyn en juillet 2006, dans lequel Sam Danner, un conteur d'histoires avoué qui voulait sa petite part de "gloire", a déclaré avoir vu un objet ressemblant à un Global Hawk au Pentagone le matin du 11.09, après qu'Hufschmid l'ait poussé à dire ce qu'il voulait lui faire dire.

* Prétend que les gens qui sont en désaccord avec sa théorie sur le trucage des alunissages Apollo sont des "menteurs", et suggère que cela indique peut-être qu'ils font partie du "réseau criminel".

* A l'habitude de mentir, par exemple, a proclamé que l'American Free Press a "censuré" le travail de Bollyn avant d'êtré forcé d'admettre qu'il n'a même pas d'abonnement en cours lui permettant de lire AFP; a affirmé que John Stadtmiller et son Republic Broadcasting Network font partie du «réseau criminel» avant de nier l'avoir dit par la suite; et répète que Bollyn et sa famille ont été «enlevés» par «les Juifs» alors qu'il n'avait pas un iota de preuve.

* A fait la promotion de fausses théories du complot telles que "Paul McCartney a été tué et remplacé par un imposteur", ce qui ternit la réputation de ceux qui fournissent des informations sur les complots réels.

* A créé et distribué, autour de juillet 2007, un CD-ROM contenant des images pornographiques.

* À partir de 2010, a écrit au sujet de ses expériences et ses «recherches» sur les "pets liquides", devenant ainsi un lourd handicap et une grave source d'embarras pour le mouvement de vérité antisioniste du 11.09.



Christopher Bollyn:


* Est le fils d'une femme qui a travaillé comme gouvernante de la famille Farish et prit soin du jeune William S. Farish III, un membre de la Pilgrims Society et ami de la famille Bush et de la famille royale britannique avec une foule de contacts exotiques dans le monde du renseignement.

* A été enfant de chœur dans l'église épiscopale, s'est rendu au Moyen-Orient en 1975, a vécu entre autre dans un kibboutz en Israël au moment de la restructuration de 1976 de l'Eglise épiscopale de Jérusalem.

* A épousé un officier de renseignement militaire israélien dans un arrangement qui lui allait lui donner la citoyenneté américaine en 1983, à l'époque où elle voulait vivre à Santa Monica à moins de trois miles de la Rand Corporation,, et ce la même année que le lobbyiste pro-Israël Steven J. Rosen a obtenu une autorisation de sécurité industrielle de niveau "secret" pour des contrats de la CIA à la Rand Corporation, et donc probablement à un moment où d'autres agents d'Israël ont eu accès à des documents classifiés ou ont tenté d'y accéder.

* A rencontré le milliardaire sioniste magnat des médias Rupert Murdoch et sa famille autour de 1988, skié avec eux pendant une demi-heure, du temps qu'il était avec sa seconde épouse (1967-1999), Anna (Maria) Torv (Murdoch Mann), qui est la mère de James Murdoch et dont le père de Jacob vient de l'Estonie.

* Se remaria en 1995 à la suite du mariage de convenance de 1983 - 1985 ; sa seconde épouse est Helje Kaskel , née et élevée en Estonie.

* A filé l'auteur du journal The Spotlight anti-sioniste et nationaliste Michael Collins Piper, en 1994 et 1997, en tandem avec Helje Kaskel, la première fois près de deux mois avant que le premier mari de Kaskel - la star du rock Urmas Alender - ne soit tué dans une catastrophe de bateau-traversier.

* A travaillé pour IBM Global Network Services qui a formé des pirates informatiques et employé des gens pour obtenir l'accès (physique) aux bâtiments en usant de tromperie, tout comme l'empire médiatique de Murdoch a employé des hackeurs de messagerie vocale et soudoyé la police pour obtenir des renseignements.

* A été introduit au journal The Spotlight en 2000 par Jerry Myers, qui se décrit comme Khazar (la tribu caucasoïde-néandertale dont les Ashkénazes soi-disant «juifs» sont les descendants).

* Était à New York le jour fatidique du 11.09, après à peine un an de travail dans sa nouvelle carrière de "journaliste".

* A collaboré pendant des années - 2002 à 2007 - avec Eric Hufschmid, dont la demi-soeur Kathryn, une responsable des relations publiques et Directrice de la Stratégie And Communications à la fondation de Clinton "Clinton Climate Initiative", qui est aussi l'épouse (depuis 2000) de James Murdoch, le fils de Rupert Murdoch et son héritier présumé qui a rejoint News Corporation en 1996 pour s'occuper de ses activités internet.

* Est de toute évidence "protégé au plus haut niveau" et était "régulièrement visité par une ou plusieurs voitures portant des plaques d'immatriculation ne pouvant être retracées".

* A composé le 9-1-1 en août 2006 pour faire venir la police à son domicile sous prétexte d'une voiture «suspecte», puis est devenu belliqueux et s'est enfui chez lui en laissant entendre qu'il allait saisir une arme, le motif étant de se faire arrêter et, éventuellement, de se faire électrocuter au pistolet Taser pour qu'il puisse se présenter lui-même comme une «cible» de l'élite pervertie, qui, en réalité, en fait la promotion et le protège.

* Ment fréquemment, par exemple, lorsqu'il a prétendu s'être fait dire de "boire dans la toilette" après s'être fait arrêter et mettre en cellule, ou encore que "Liberty Lobby" (éditeur de The Spotlight, précurseur de l'American Free Press) "est en fait détenu et contrôlé par un sioniste Juif nommé Mark Lane", ou que Michael Piper l'"attaque" "depuis décembre 2001".

* Fait des allégations et mène une campagne de peur et de dénigrement basée sur ce qui s'est avéré être des mensonges délibérés contre les antisionistes (voir lien ci-dessus à propos de Mark Lane, qui est décrit comme un "antisioniste" dans un livre de 1983 co-écrit par le juif sioniste Steven J. Rosen. )

* A la réputation de rédiger des histoires sur le 11.09
qui s'avèrent souvent être des navets.

* A une tendance à visiter la Suisse qui fait plus penser à un travail de mule (courrier) pour des clients de banques suisses qu'à un travail de chercheur, notamment lorsqu'il voyage de Bruxelles vers l'ouest-centre de la France, pour ensuite écrire à propos de "chemtrails au-dessus de la Suisse"

* A été financé par une façade de la Scientologie qui l'a payé pour avoir "édité" son livre


La probabilité d'une connexion entre Eric Hufschmid et Rupert Murdoch est inférieure à celle de gagner le jackpot à une loterie relativement difficile, comme le "Mega Millions" aux États-Unis. La probabilité d'une connexion entre Christopher Bollyn et Rupert Murdoch est inférieure à la probabilité d'être frappé par la foudre (sur une période de 20 ans). Ces associations sont antérieures à 2002, ce qui correspond à la période durant laquelle Hufschmid et Bollyn affirment avoir commencé leurs cinq années de collaboration. Ils sont tous deux menteurs avérés, qui opérent comme atouts des sionistes. Et le fait qu'ils se comportent exactement, comme on pouvait s'y attendre de la part de provocateurs sionistes du Web, en utilisant la tactique COINTELPRO de désinformation et de propagande soigneusement choisie, confirme que leur relation avec la famille Murdoch n'est pas un hasard. Quand ça avance comme une chèvre de Judas et bêle comme une chèvre de Judas, c'est généralement une chèvre de Judas. Lorsque deux personnes soupçonnées d'être des chèvres de Judas non seulement agissent comme des chèvres de Judas, mais ont en plus une association autrement très improbable avec des chèvres de Judas, alors ce sont des chèvres de Judas.
Un examen des gens impliqués dans le camouflage du 11 septembre corrobore une autre preuve reliant le crime à ses auteurs. Des éléments de preuve comme le fait qu'un État particulier a déjà une réputation de mener du terrorisme sous faux pavillon à des fins politiques avant le 11 septembre. Et le fait qu'un État particulier a des agents qui ont été capturés et arrêtés après avoir stationné leur camion et mis en place des caméras vidéo filmant les tours jumelles avant même les attentats du 11 septembre et célébré en se claquant dans les mains levées en l'air (high five), poussant des cris de joie et de dérision avant le second impact, et se sont révélés être connectés aux attentats du 11 septembre comme le montrent par exemple les cartes de la ville trouvées dans leur camionnette, indiquant des lieux précis en surbrillance. Et le fait qu'un État particulier soit la source des messages-textos, qui ont été transmis via une firme de messagerie instantanée pour avertir d'une attaque imminente sur le World Trade Center, deux heures avant que les faits se produisent. Et le fait qu'un État particulier ait des premiers ministres qui sont amis avec le promoteur immobilier milliardaire qui, en partenariat avec l'ami milliardaire d'un autre premier ministre de cet État, a pris le contrôle du bail du World Trade Center six semaines avant que le WTC soit détruit dans les attaques terroristes, et assuré les bâtiments contre les attaques terroristes pour des milliards de dollars, avec une clause stipulant que dans le cas d'une attaque terroriste, les partenaires pourraient non seulement recueillir la valeur assurée de la propriété, mais seraient également libérés de toutes leurs obligations en vertu du bail de 99 ans. Et qu'un État particulier ait un agent ayant accès à la technologie informatique capable de détourner des avions par télécommande, qui est également devenu contrôleur des comptes du Pentagone quelques mois après qu'il ait été révélé publiquement qu'il n'y avait pas de reçu pour 2,3 billions (milliers de milliards) de dollars de «corrections» comptable et quelques mois avant que son secteur (comptable) du bâtiment soit frappé par une attaque terroriste, et qui était parmi les signataires d'un rapport de 2000 qui décrit les avantages d'un «nouveau Pearl Harbor». Et le fait qu'un État particulier ait un premier ministre qui a déclaré immédiatement après le 11 septembre que cela était "très bon" pour son pays et qui a répété cet aveu en avril 2008, qui avait connaissance préalable des attentats du 7/7 à Londres alors qu'il était à Londres le matin de l'attaque, qui a écrit en 1995 au sujet de l'«islam militant» faisant tomber le World Trade Center, vingt ans après qu'il ait obtenu un diplôme de maîtrise en sciences (M.Sc.) en architecture du MIT - où il a utilisé le nom Nitay, ayant aussi acquis un diplôme de maîtrise en gestion d'entreprise avec comme sujet de thèse l'impact des ordinateurs dans l'industrie des journaux et comment ils pourraient renforcer le pouvoir politique des journaux, après av0ir déjà servi dans l'unité de commando d'élite de la Sayeret Matkal pendant cinq ans et atteint le grade de capitaine après avoir combattu dans la guerre de Yom Kippour. Et le fait qu'un État particulier ait un ancien chef de leur agence de renseignement qui a immédiatement su que les attentats de Londres étaient «simultanés», quand pendant deux jours, les autorités britanniques étaient sous l'illusion que les bombes avaient explosé sur une période de 26 minutes de 08: 51 à 09:17. Et le fait qu'un État particulier ait un agent fidèle qui est passé à la télévision quelques heures après les attentats du 11 septembre pour dire à tous que cela «... porte certainement les empreintes digitales de quelqu'un comme ben Laden", et que le World Trade Center s'est effondré en raison de "la vitesse de l'avion" et de la "chaleur intense qui a sans doute aussi affaibli la structure", et le même jour aurait présumément informé le personnel de la Maison Blanche à commencer à prendre Cipro, un antibiotique efficace contre l'anthrax, une semaine avant que les terroristes aient lancé une opération de lettres à l'anthrax ciblant des sénateurs démocrates des Etats-Unis et des bureaux de médias quotidiens. Plus une question de cui bono. La liste s'allonge encore et encore.
Alors nous avons les imposteurs de Murdoch - Hufschmid et Bollyn - qui font de leur mieux pour saboter le mouvement de vérité du 11 septembre, Rupert Murdoch étant non seulement un ami de longue date du Premier ministre israélien (2e mandat) Benjamin Netanyahou, mais qui a aussi été propulsé au pouvoir avec le soutien financier des Rothschild d'Europe, des Bronfman du Canada et des Oppenheimer d'Afrique du Sud. Le milliardaire israélien Eitan Wertheimer - maintenant le plus riche d'Israël, qui lisait le fameux Popular Mechanics dès le tendre âge de 4 ans, et dont le père a aidé à fabriquer des armes pour les terroristes juifs avant 1948 - rencontre un flic corrompu qui voyage en Israël deux semaines avant le 11 septembre puis, après que le flic ait annoncé que le passeport d'un pirate a été «trouvé», lui offre un "prêt" de 250 000$. Et Steven C. Witkoff, un promoteur immobilier juif de New York qui a été nommé «Homme de l'Année de l'Immobilier" par le Fonds d'Israël pour la recherche contre le cancer, paie plus de 236 000$ pour le loyer du flic. Don Radlauer, du Centre Interdisciplinaire de Herzliya, en Israël, publie un rapport détaillant les trajectoires de vol des quatre présumés avions détournés et suggérant que le détournement et le pilotage des avions serait une tâche "facile" pour les pirates présumés, alors que des pilotes savent bien qu'il en est tout autrement. Et Eddie Guigui Shalev, un ressortissant israélien qui a servi dans Tsahal dans le régiment de parachutistes, affirme que Hani Hanjour était un «bon» pilote, contrairement à ce que toutes les preuves disponibles indiquent.
Les grands médias ont joué un rôle crucial dans le camouflage, suivant à la lettre la folle théorie du complot des "dix-neuf Arabes armés d'exactos (cutters)", et en gardant sous silence les preuves telles que la nano-thermite non explosée. Pareil comme dans le cas de qui a acheté les médias depuis leur acquisition du New York Times en 1896, ce n'était pas les Arabes, ce n'était pas les jésuites, ni les nazis, ni les francs-maçons. Un indice supplémentaire se trouve dans le numéro de mars 1893 du Times, qui écrit: «En raison de la position de leader des Juifs dans les marchés monétaires de l'Europe ...»
Ainsi, la preuve de qui a commis le crime est corroboré par une autre preuve sur l'identité des entités impliquées dans le camouflage et le sabotage des efforts pour amener les coupables devant la justice.


ERIC HUFSCHMID
Eric Hufschmid, le supposé chercheur de vérité antisioniste et ancien chercheur du 11 septembre dans les médias alternatifs du Web, est le beau-frère de James Murdoch, qui a débuté à News Corporation en 1996 lorsqu'il a pris en charge ses activités Internet. James est le fils et héritier présumé du milliardaire sioniste magnat des médias Rupert Murdoch, qui a été propulsé au pouvoir avec le soutien financier des Rothschild d'Europe, des Bronfman du Canada et des Oppenheimer d'Afrique du Sud comme une 'opposition' conservatrice à la presse libérale. Rupert Murdoch est un ami de longue date du Premier ministre israélien (deuxième mandat) Benjamin Netanyahu. La demi-soeur d'Eric Hufschmid, Kathryn Murdoch née Hufschmid a épousé James Murdoch en juin 2000, après plusieurs années de fréquentation et après avoir annoncé leurs fiançailles dans la première semaine de juin 1999. Kathryn est un cadre de relations publiques (c'est à dire un manipulateur médiatique, "spin doctor") qui travaille pour des intérêts sionistes tels que la fondation des Clinton "Clinton Climate Initiative", qui tente de colporter le soi-disant "réchauffement global", rebaptisé "changement climatique".

Dans la séquence d'événements ayant mené au 11 septembre, alors que le fil de Rupert, James, dirigeait les opérations Internet de News Corporation, les Rothschild et Rupert Murdoch auraient vraisemblablement considéré la façon de gérer et de contrer la croissance inévitable du mouvement de vérité du 11 septembre - en particulier sur le Web - qui suivrait la mise en scène sioniste de démolition contrôlée de trois grattes-ciels à charpente d'acier de Manhattan comme casus belli pour pousser les «alliés» d'Israël à sacrifier beaucoup de sang, de sueur et de larmes au profit d'Israël, des Rothschild et du crime organisé sioniste mondial.
Ainsi, le fait que Rupert, James et Kathryn Murdoch ont un parent qui est censé être un "chercheur de vérité antisioniste" et ancien "chercheur du 9/11" dans les médias web alternatifs est plutôt comme le cas de feu Carl Kenneth Pearlman, l'urologue juif bien connu qui était sur le conseil d'administration de l'ADL, qui avait un petit-fils nommé Adam Gadahn, qui est censé être un "terroriste d'Al Qaïda". C'est le même "Al Qaïda" que les autres "terroristes d'Al Qaïda" mentionnés ici. Toutefois, Pearlman est décédé à l'âge de 90 ans en octobre 1998, tandis que Rupert, James et Kathryn Murdoch étaient encore très vivants en 2010, des années après qu'Eric Hufschmid ait rapidement émergé comme une figure de proue du mouvement naissant pour la vérité du 11 septembre avec l'aide d'un livre et d'une vidéo. Ce clip audio de dix minutes du Piper Report du 8 septembre 2010 relate comment des individus qui avaient été associés à Eric Hufschmid croyaient que son livre est le travail d'un comité, avec Hufschmid comme façade / homme de paille pour l'opération. Archives de l'émission d'une heure sont disponibles sur Republic Broadcasting Network (RBN). Des gens qui avaient connu Hufschmid, avant le 11 septembre ou peu après, a estimé qu'il n'avait pas les compétences sur des questions techniques telles que la conception graphique pour produire tout seul son livre et son vidéo.

Lorsque Hufschmid a admis ses liens avec la famille Murdoch en août 2004, il a supposé qu'il était "un pion dans le jeu de guerre psychologique de quelqu'un" dans lequel ils "voulaient terroriser Rupert et/ou James Murdoch". Et il a suggéré que Rupert Murdoch pourrait avoir été "l'un des membres les plus normaux» du groupe qui fait le 11 septembre, et par conséquent "les membres les plus névrotiques" tenteraient de "lui faire du mal". En d'autres termes, il essayait de dépeindre les Murdoch, dont James son propre beau-frère, comme des «victimes», plutôt que des séducteurs sionistes et menteurs qui travaillaient pour couvrir la vérité sur la mise en scène du 11 septembre par la mafia sioniste.

Il y a certainement très peu de gens dont le membre de la famille immédiate - leur demi-sœur par exemple - fait partie de la famille immédiate de Rupert Murdoch, comme la femme de James, fils de Rupert. Le baby-boom qui suivit la Seconde Guerre mondiale a atteint un sommet d'environ 1950 à 1960, et donc il est juste de supposer qu'un faux jeton suspecté de Murdoch né au cours de cette période aurait normalement un nombre de frères et soeurs supérieur à la moyenne. En 1960, le taux de fécondité total aux États-Unis était de 3,53 enfant par femme blanche - "si elle a connu au cours de sa vie le taux de fécondité spécifique à cet âge et à cette période». Soyons généreux et assumons que la mère l'a fait, ignorons les taux de mortalité, et ajoutons une indemnité pour les remariages et demi-frères/demi-soeurs associés. Une estimation de cinq enfants par famille, c'est-à-dire ayant chacun d'eux quatre frères et sœurs, serait une surestimation de la moyenne, même pour les baby-boomers. Néanmoins, nous allons utiliser cette estimation, afin de sous-estimer l'improbabilité de la connexion Hufschmid-Murdoch. Si l'on inclut deux des épouses de Rupert Murdoch (étant donné qu'il s'est remarié en 1999), et si l'on compte les épouses de James et Lachlan Murdoch, cela fait quatre personnes avec un seul (très proche) degré de séparation. Si chacun des quatre a quatre frères et sœurs, les "deux" (proches) degrés de séparation du groupe donnent simplement 16, sur une population mondiale (en 2000) d'environ 6,07 milliards. (Les quatre épouses ne pouvaient pas être comptées, car les avoir comme faux "anti-sionistes" serait trop évident.) Ainsi, alors que le 11 septembre était imminent, la probabilité qu'une personne au hasard se trouve parmi ce groupe de 16 est de 1 sur 379 375 000. C'est moins que la probabilité de gagner le jackpot à une loterie relativement difficile comme le Mega Millions aux Etats-Unis.

L'étude de Leskovec-Horvitz enquêtant sur «le rapport souvent cité selon lequel les gens sont séparés par six degrés de séparations» portait sur un échantillonnage massif de conversations de messagerie instantanée Microsoft Messenger remontant à 2007. De l'ensemble des données de 30 milliards de conversations entre 240 millions de personnes, il a été constaté que la longueur du chemin en moyenne parmi les utilisateurs de Messenger était de 6,6. Un degré de séparation est généralement considéré comme comprenant ceux que l'individu "connaît", comme des membres de la famille, collègues de travail, ex-colocataires, quelqu'un avec qui ils ont parlé face à face, et bien sûr les beaux-frères. N'importe quel type de connaissance est inclut, même si c'est juste une "voix au téléphone". Et il serait très exagéré de prétendre que la séparation entre Eric Hufschmid l' "anti-sioniste" et sa demi-soeur Kathryn Murdoch, la cadre sioniste chargée des relations publiques pour la Clinton Climate Initiative, a été un peu plus d'un degré, même si Eric affirme qu'ils ne sont plus en contact. Et, bien qu'il prétende être un des meilleurs chercheur, son histoire est qu'il lui a fallu quatre ans pour réaliser que sa sœur avait épousé James Murdoch. En tout cas, alors que le nombre de degrés de séparation est porté de un ou deux jusqu'à six ou sept, l'ensemble des personnes augmente exponentiellement et de façon spectaculaire, de l'ordre de toute la population humaine. La différence est immense, et ayant une séparation de seulement un ou deux est extrêmement significatif. Même si le nombre de personnes qui sont considérées comme des proches de confiance et des contacts étroits de Murdoch s'élève considérablement jusqu'à 1000 et si nous incluons seulement la population d'Amérique du Nord, Europe et Océanie (1,075 milliards de 2000), les chances sont encore plus d'un million contre un qu'une personne au hasard soit un membre du sous-ensemble de 1000.

Hufschmid prétend que sa connexion à la famille Murdoch est simplement une «coïncidence», et il n'y a vraiment pas de connexion du tout. En plus du fait qu'une telle coïncidence est tellement improbable, sa prétention est démentie par le fait que ses efforts pour accuser les authentiques activistes d'être des agents sont tout droits sortis du livre de jeu COINTELPRO, et il est un handicap pour les mouvements de vérité anti-sioniste du 11 septembre de la même manière que ce que Murdoch et les Rothschild exigeraient de leurs agents.

Dès 2005, Eric Hufschmid a tenté de salir Ernst Zundel et alléguant que la plupart des chercheurs de vérité ou bien faisaient partie de l'opération de camouflage du 11 septembre ou bien étaient des criminels rivaux. Au fil des années, Hufschmid a étendu sa liste d'"agents sionistes" pour inclure presque tout le monde dans tous les mouvements qui ont été critiques envers le terrorisme sioniste, leurs crimes, tromperies, ou guerres pour Israël (voir la liste complète ci-dessus). Quand les critiques ont souligné combien ces allégations le faisait ressembler à un dingue paranoïaque, il a donné une drôle de réponse, en alléguant que ces critiques étaient des «juifs».


HufschmidOnZionistAgents
Traduction:
"Quand j'ai averti les gens que presque tout le monde dans les groupes du 9.11, les groupes révisionnistes de l'Holocauste, les groupes pacifistes, et ainsi de suite étaient en fait des agents sionistes, les juifs ont répondu que j'étais paranoïaque et envieux.
Même quand j'ai averti Christopher Bollyn qu'il ne devrait pas faire confiance au professeur Steven Jones du groupe Scholars for 9.11 Truth, et qu'il ne peut faire confiance à un tas d'autres gens à qui il faisait confiance, il répondait que je m'emportais. Regardez Christopher Bollyn aujourd'hui. Si vous n'êtes pas d'accord avec moi qu'il a été kidnappé, ne faites pas que rejeter ce que je dis comme un non-sens. À la place, contactez-le par courriel et voyez si vous pouvez trouver une preuve qu'il est libre et indépendant."



La "récompense" d'Ernst Zundel pour avoir dit la vérité sur les mensonges et les tromperies sionistes inclut le retrait de sa liberté pendant plus de sept ans de février 2003 à mars 2010, une explosion de bombe artisanale à l'arrière de sa maison en septembre 1984, un incendie criminel qui a presque détruit sa maison, et une bombe artisanale qui lui a été envoyée deux semaines plus tard, en mai 1995. La bombe artisanale contenait des éclats de métal et de clous, et quand elle a été explosée par la police, elle a laissé un cratère de dix-huit pouces de profondeur. La police a déclaré qu'elle aurait tué quiconque aurait ouvert le paquet, et n'importe qui dans un rayon de trois cents pieds pourrait avoir été tué ou blessé. De toute évidence, toute personne qui prétend que Zundel travaille pour les sionistes est ou bien un ignorant, ou bien un chercheur incapable, ou bien un servile laquais et un menteur.
Hufschmid dit qu'il ne veut pas de «citoyens stupides qui soutiennent les réseaux criminels».




HufschmidOnStupidCitizens

"Crénom de nom... Je n'avais aucune idée... Je ne suis qu'un idiot"
Ne croyez pas que vous pouvez soutenir des gens suspects et vous en tirer en disant que vous êtes stupides ou naïfs. La stupidité excuse les actions pour la plupart des gens, mais pas pour moi.
Je ne veux pas de dentiste stupide qui travaille sur mes dents, je ne veux pas de charpentier stupide travaillant sur ma maison, et je en veux pas de citoyens stupides soutenant des réseaux criminels.
Ou bien vous soutenez un réseau criminel à cause de votre stupidité ou parce que vous êtes membre du réseau, vous êtes un problème sérieux, et vous avec besoin d'être remis à votre place."



Le reste d'entre nous ne voulons pas d'agents sionistes posant comme des "chercheurs de vérité" et soutenant le réseau criminel sioniste tout en faisant semblant de s'y opposer. Hufschmid a fait un bout de chemin sur ce thème selon quoi lui et un ou deux autres seraient les seuls véritables enquêteurs, et tout le reste seraient des «agents sionistes».



HufschmidEveryoneElseIsSuspicious

Ils n'accomplissent jamais rien

Regardez les articles écrits par Christopher Bollyn au cours des dernières années, ici:
www.iamthewitness.com/Bollyn.html

Regardez ce que Eric Hufschmid a fait depuis les dernières années
www.erichufschmid.net
www.hugequestions.com

Allez voir les fichiers audio de Daryl Bradford Smith depuis 2005:
www.iamthewitness.com/ByPerson.html

Maintenant comparez cela à ce qui vient d'Alex Jones, Ted Gunderson, Anthony hilder, Mark Lanem Mark Weber, Curt Maynard, Webster Tarpley, les groupes anti-guerre, les groupes de vétérans, l'Institute for Historical Review, Don Harkins du Idaho Observer, et tous les autres enquêteurs et chercheurs de vérité.

Les trois ensemble (Bollyn, Hufschmid et Smith), nous sommes les nouveaux arrivants. Malgré cela, à l'intérieur de quelques années, nous avons produit plus de matériel important que tous ces autres gens mis ensemble. Et tous ces autres enquêteurs essaient de nous ignorer.

Il n'y a pas plusieurs façons d'expliquer ceci. Ou bien les autres sont incroyablement stupides, ou bien ce sont des agents sionistes.

Si vous regardez attentivement n'importe lequel de ces gens improductifs, vous verrez qu'ils ne sont pas stupides. Au contraire, vous verrez qu'ils ont d'étranges connexions les uns avec les autres.

C'est trop difficile pour nous de comprendre quelles sont ces connexions, mais vous pouvez voir qu'il y a quelque chose de suspect. Par exemple, regardez les connexions étranges de Anthony Hilder et d'autres gens suspects.

Cela rappelle la blague de l'homme qui a appelé sa femme sur son téléphone portable alors qu'elle roulait sur l'autoroute. Il dit: «Salut chérie, c'est moi. Je voulais juste te dire de faire attention. Ils ont dit aux nouvelles qu'il y a une voiture roulant dans le mauvais sens sur l'autoroute." La femme répond: «Ce n'est pas seulement une voiture, c'est des centaines d'entre elles!"
Eric Hufschmid a été présenté à l'émission de John Stadtmiller National Intel Report du 14 juillet 2006 (disponible à partir du site RBN de Stadtmiller). Dans la première heure, Stadtmiller lit les accusations d'Hufschmid tirées d'une page du site Web d'Hufschmid. La page comprend un schéma élaboré par Hufschmid dans lequel Stadtmiller est au centre d'un "réseau criminel". Hufschmid accuse Stadtmiller et les autres inclus dans son schéma d'être des "menteurs".




HufschmidStadtmillerLiars
HufschmidStadtmillerCriminalNetwork

À qui peut-on faire confiance dans ce mouvement?

Il y a plusieurs articles sur mon site web qui encouragent les gens à être méfiants vis-à-vis des chercheurs du 11 septembre. Dylan, Korey, et Jason ne les approuvent pas. Un document en particulier indique qu'il y a des liens intéressants entre certains enquêteurs du 11 septembre qui pourraient être le signe que Dylan, Korey et Jason sont manipulés par le réseau criminel, ou qu'ils font partie du réseau criminel.
[pic: What-are-Handlers.html]
Ce diagramme montre quelques-uns des menteurs qui sont en lien direct ou indirect avec Dylan Avery:
[Schéma]


A 21h30, alors que John Stadtmiller arrive au point où Hufschmid a écrit: ".? Le réseau radio de RBN est très sympathique avec Schwarz, et le réseau RBN fait la promotion d'un grand nombre de menteurs. Coïncidence?", Stadtmiller déclare que si Hufschmid "était là devant moi ici et maintenant" il aurait "deux yeux au beurre noir", et que Hufschmid devrait être heureux que Stadtmiller ne puisse "l'atteindre à travers la ligne téléphonique" pour lui déchirer les poumons hors de sa poitrine. Peu après, Stadtmiller arrive au point où Hufschmid a écrit: "Stadtmiller a-t-il été été dupé par Schwarz? Ou travaillent-ils ensemble pour nous tromper?", et dit à Hufschmid que «si tu étais debout ici je frapperais ta putain de tête ». Ce clip de deux minutes montre les résultats des efforts de Hufschmid pour semer le trouble au sein du mouvement patriote. Lorsque Hufschmid est invité à présenter sa cause sur les ondes (écoutez ce clip de onze minutes), il est évident qu'Hufschmid a très peu de preuves pour étayer ses accusations. Le seul point valide de Hufschmid est que certaines personnes mettent l'accent sur la mauvaise cible, par exemple «Le Vatican». Toutefois, il essaie de jeter le soupçon sur toute personne qui fait simplement quelques erreurs ou qui est en désaccord avec lui sur certaines questions telles que le présumé vol 77, ou qui s'associe à toute personne n'ayant pas reçu le sceau d'approbation Hufschmid. Après onze minutes, Stadtmiller a eu assez et met Hufschmid en attente.
À l'émission The Piper Report du 25 août 2006, Eric Hufschmid appelle (34:20 minutes). Il n'a pas de défense à opposer à Mike Piper qui réfute les allégations selon lesquelles American Free Press aurait "censuré" des articles de Bollyn, sauf pour admettre que son abonnement à l'AFP avait expiré et pour dire (35:18 minutes) qu'il a fait une "erreur", une "erreur de jugement" ou une «confusion». Mais il ne rétracte pas ses prétentions sur "l'infiltration sioniste" à AFP. Hufschmid ne s'en tire pas bien du tout dans cette confrontation. Un clip de trois minutes est disponible ici. Ou téléchargez l'émission complète pour entendre Hufschmid tenter de défendre ses autres folles accusations, telles que AFP est «contrôlé» par les sionistes parce qu'un de ses auteurs a déjà écrit un compte-rendu favorable à un livre sur la radiesthésie, et Mark Glenn est un «suprématiste blanc» parce qu'Hufschmid pense qu'il "se comporte" comme l'un d'eux. Hufschmid a ensuite rejeté le blâme de sa propre "'erreur" sur AFP, en prétendant qu'AFP a "retardé, censuré, et édité des articles de Bollyn", que cela avait "provoqué la confusion en premier lieu", et que c'était la faute d'AFP parce qu'ils l'avaient "tellement" "ennuyé" qu'il a laissé expirer son abonnement.
Selon Popular Mechanics (PM), le livre Painful Questions de Hufschmid a été promu dans le New York Times à l'automne de 2004, et cela a incité l'article de "déboulonnage" de PM. Hufschmid confirme que l'annonce pleine page dans le Times a été placée par Jimmy Walter, dont la campagne coûtant plus de 3 millions de dollars - ou 5,5 millions de dollars en décembre 2005 - comprenait des publicités télévisées et des annonces dans d'autres journaux et magazines. Le rédacteur en chef de PM Jim Meigs a lancé l'enquête préliminaire du magazine, examinant des déclarations telles que celles présentées dans le livre d'Hufschmid.




Popular Mechanics Hufschmid




PM s'est d'abord intéressé aux théories du complot du 11 septembre à l'automne 2004, lorsqu'une série de publicités sont apparues dans le New York Times pour promouvoir le livre Painful Questions, par Eric Hufschmid. Les publicités incluaient un certain nombre d'allégations concernant les preuves physiques des attaques. Si elles s'avéraient vraies, ces allégations auraient pu soulever le doute sur le récit généralement accepté du 11 septembre. Le rédacteur en chef de PM James B. Meigs a demandé au directeur du personnel du magazine de commencer une enquête préliminaire sur ces affirmations et d'autres allégations faites par des théoriciens du complot afin de décider si le sujet serait approprié pour le magazine Popular Mechanics.

Sous la supervision du rédacteur exécutif David Dunbar, l'équipe a examiné un large éventail de théories du 11 septembre, et est arrivé à une liste d'allégations les plus répandues impliquant des preuves tangibles. Elles incluaient des allégations présentées dans le livre d'Hufschmid, ainsi que des affirmations concernant le Pentagone et le crash du vol 93. Dans une réunion quelques jours plus tard, nous avons décidé qu'une enquête approfondie de ces allégations serait à la fois un service pour le public et une histoire intéressante dans la tradition de Popular Mechanics. La décision a été prise par l'équipe éditoriale seule, nous n'avons reçu aucun mandat extérieur ou encouragement à poursuivre ce travail.




Eric Hufschmid et Jimmy Walter sont apparus à l'émission de Penn & Teller BULLSHIT!, au cours de l'épisode "Théories de la conspiration" du 9 mai 2005. Hufschmid et Walter ont émis des arguments faibles contre l'histoire officielle du 11 septembre, et ont été impitoyablement mis en pièces.

En 2006, Jimmy Walter, anciennement de Santa Barbara, CA (non loin de Eric Hufschmid), est entré en mode auto-destruction. Le site de Walter Reopen911.org s'est mis à promouvoir des foutaises telles que l'avion qui a percuté le WTC2 était "truqué" avec la "technologie d'écran bleu". Le grotesque "aucun avion au WTC" est une inanité concoctée exprès pour discréditer le mouvement pour la vérité en le faisant passer pour une bande de cinglés et de fous délirants. Il ne serait pas surprenant de voir un agent de désinformation présenter à Popular Mechanics l'hommes de paille Painful Questions afin de leur fournir un prétexte pour propager un article sur le mouvement de vérité du 11 septembre. Walter est allé en "exil" en Autriche après avoir prétendument reçu des "menaces" liées à sa campagne du 11 septembre. Une «grosse roche» aurait été lancée dans sa fenêtre de voiture, mais c'était au début 2003 après avoir médiatisé le fait que Colin Powell a menti à l'ONU sur les "armes" irakiennes. En août 2007, Jimmy Walter a annoncé qu'il avait "abandonné" le mouvement de vérité du 11 septembre. Cependant, il y a peu de preuves qu'il est autre chose qu'un sincère militant anti-guerre / pour la vérité qui a accueilli la désinformation sur son site web par naïveté et par les mauvais conseils après s'être fait de mauvaises fréquentations, ou après avoir été menacé.

La situation avec Walter qui est parti en exil a peut-être inspiré Eric Hufschmid à faire ses allégations absurde à l'effet que Bollyn et sa famille ont été "portés disparus" et avait été "kidnappé" ou «tué» par «les Juifs». Hufschmid a écrit:


  • Il semble que Christopher Bollyn a reçu une offre qu'il ne pouvait pas refuser [...] Bollyn a abandonné ou il est leur prisonnier. L'évidence suggère qu'il a renoncé et a convenu de leurs demandes, notamment en cessant de me contacter moi ainsi que tout le monde. Il a probablement également convenu de permettre que tous ses articles soient modifiés.

Hufschmid sous-entend fréquemment que Walter et Bollyn sont dans une situation similaire, par exemple, quand il dit:


  • Jimmy Walter a fait confiance à beaucoup de gens, et il a été abusé par eux. Christopher Bollyn a fait confiance à beaucoup de gens, aussi, et regardez ce qui lui est arrivé
  • De mes expériences au cours des neuf dernières années avec les Juifs qui ont essayé de me manipuler, Christopher Bollyn, Jimmy Walter, et d'autres personnes que je connaissais personnellement, voici ce que je pense que vous devriez sérieusement considérer [...] Les Juifs nous observent secrètement.

Après qu'il soit devenu de plus en plus évident en 2006 et 2007 que Hufschmid et Bollyn étaient des agents sionistes, ils ont recouru au mode contrôle des dégâts, qui comprenait mettre une certaine distance entre l'un et l'autre. Hufschmid a trouvé une solution qui lui épargnait d'avoir à accuser Bollyn d'être un «sioniste», même si Hufschmid a été attaqué par plusieurs honnêtes et précieux militants qui ne sont manifestement pas des trompeurs sionistes. Il a allégué que Bollyn et sa famille avaient été «kidnappés» ou même «tués», et a proposé une folle théorie du complot selon quoi tout nouveau matériel prétendant être de Bollyn était soit l'oeuvre de "Juifs criminels" qui modifiaient le site web de Bollyn, ou de Bollyn lui-même qui était obligé d'écrire ce que lui dictent les Juifs. Si le reste d'entre nous était aussi paranoïaque ou dérangé que Hufschmid est censé l'être, et si ce n'était de la connexion du véritable Eric Hufschmid à la famille Murdoch, nous pourrions aussi bien suggérer que Hufschmid a été enlevé en 2005 et remplacé par un imposteur sioniste, avec des "Juifs criminels qui modifient son site web".

Bollyn, à son tour, a prétendu qu'il avait rompu avec Hufschmid parce qu'Hufschmid "propageait de fausses nouvelles et des allégations sans fondement". Toutefois, l'«explication» de Bollyn ne tient pas debout, puisque, en date du 21 août 2007, quand Bollyn a choisi de rompre avec Hufschmid, ce dernier propageait déjà de fausses nouvelles et des allégations sans fondement depuis près de deux ans. Hufschmid a tenté de salir Ernst Zundel et Germar Rudolf en octobre 2005, et attaquait
Russell Pickering, Lisa Giuliani, Victor Thorn (Scott Makufka), Laura Knight-Jadczyk, Chris Petherick, Mark Glenn, John Stadtmiller, Karl Schwarz, Jim Marrs, David Ray Griffin, Anne Cronin, Mike Piper, Mark Farrell, Mark Glenn, John Kaminski, Kurt Nimmo, David Duke, John Tiffany, Mike Blair, Jim Tucker, Paul Craig Roberts, Mark Anderson, Mark Lane, Willis Carto, etc, en date du mois d'août 2006. Le premier septembre 2006, Hufschmid a annoncé qu'il était "encore plus convaincu que jamais" que Mark Glenn, Mark Farrell, David Duke et d'autres sont des «sionistes». En mars 2007, Hufschmid dénigrait le Dr Steven Jones et Kevin Ryan, ce qui suggère qu'ils pourraient "travailler avec les sionistes", et avertissait les gens d'être «prudent» vis-à-vis d'eux.




HufschmidAttacksStevenJonesKevinRyan



Qu'est-ce que le professeur Jones croit?

Est-il aussi possible qu'il travaille avec les sionistes par peur ou par chantage?

Le professeur Jones était impliqué dans la question de la fusion à froid il y a de cela plusieurs années. Son comportement étrange à l'égard du 11 septembre nous fait nous demander ce qui se passe vraiment avec la fusion à froid.

Nous ne savons pas ce qui se passe avec le professeur Jones, mais il est conseillé de faire attention à lui et à tout le monde dans ces organisations du 11 septembre.

Kevin Ryan

Par exemple, Kevin Ryan, l'inspecteur du Underwriter Laboratories, qui est supposément un sonneur d'alarme, maintient une association étroite avec le professeur Jones et les sionistes.

Pourquoi est-ce que les groupes de vérité du 11 septembre promeuvent cet homme alors qu'il dit presque rien à propos du 11 septembre ou du sionisme?

La réponse devrait être évidente! Les sionistes promeuvent cet homme parce qu'il ne dit presque rien.

Il y a un certain point où nous devons arrêter d'assumer qu'il est naïf et commencer à se demander s'il ne travaille pas avec les sionistes.


Les déclarations d'Hufschmid sur la "famille Bollyn enlevée ou tuée", et ses allégations contre tant de bons patriotes et militants, sont bien sûr complètement absurdes. Hufschmid n'a aucun problème pour ce qui est de répandre du non-sens, par exemple, il promeut une théorie du complot disant que "Paul McCartney a été tué et remplacé par un imposteur".

Les problèmes avec Jimmy Walter sont devenus évidents en 2006, et cela se trouve être arrivé l'année au cours de laquelle Hufschmid et Bollyn se sont confirmés eux-mêmes comme étant des agents sionistes. Et cette année, l' "ex"-MI5 David Shayler a déclaré que le WTC avait été frappé par des "missiles entourée d'hologrammes faits pour ressembler à des avions". Juste au cas où il restait le moindre doute, en 2007 Shayler sa déclaré être le «Messie» et a affirmé qu'il pourrait affecter la météo et influencer les résultats de football.

Attention: les enfants, les gens qui ont une disposition sensible, ceux qui mangent un repas, ou ceux qui pourraient être gênés que quelqu'un voit leur matériel de lecture, devrait ignorer les paragraphes qui suivent, et abaisser la barre de défilement jusqu'à la partie sur la rencontre de Christopher Bollyn avec le la famille Murdoch. Ou cliquez simplement ici pour y arriver.

Rupert Murdoch a construit son empire en exploitant le sexe et le potinage. The News d'Adélaïde était dominée par le sexe et scandale, avec la même formule appliquée ultérieurement à News of the World et The Sun de Londres, puis aux journaux américains depuis les années 1970. La demi-soeur d'Eric Hufschmid, Kathryn a travaillé comme responsable des relations publiques pour promouvoir des journaux tels que Gear magazine de
Bob Guccione Jr., un «magazine de gars» . Guccione Jr., originaire de Sicile, a publié le magazine Penthouse. Dans une corrélation intéressante entre l'agent sioniste Rupert Murdoch et son agent provocateur du web, Eric Hufschmid a utilisé une tactique de style Murdoch pour se promouvoir. Le 13 novembre 2000 - quelques mois après que James Murdoch ait épousé Kathryn, et encore bien à l'avance du 11 septembre - Hufschmid a posté un message Usenet présentant un sens de l'humour plutôt juif: "Si vous n'êtes pas gênés par les photos pornographiques, ceci va vous amener à vous demander dans quels autres domaines les électeurs de Palm Beach ont des problèmes." Dans un message Usenet Hufschmid (pour en voir plus, voir ici ou ici), il reliait à une page de blog qui a ensuite été archivée aux archives internet Wayback Machine, et on peut voir des images de fesses et une allusion à la sodomie. La page a également une nouvelle inscription datée de 2001 sur des "lampes à pets". Étant donné que l'URL de la page et l'adresse de courriel au bas de cette page contiennent les initiales d'Hufschmid ebh, et que le style d'écriture est cohérent avec celui d'Hufschmid, il est assez clair que Hufschmid n'a pas seulement relié à la page, mais l'a en réalité créée lui-même.

Autour de juillet 2007, Eric Hufschmid a créé et distribué un CD-ROM comportant des images pornographiques. Ce fut apparemment pour illustrer son affirmation que les politiciens et des personnalités des médias faisaient pour la plupart partie d'un "axe des pervers" qui suivait la ligne officielle sur le 9/11 parce qu'ils étaient des pédophiles, ou des homosexuels, transsexuels, ou avaient fait un voyage sexuel en Thaïlande, etc. Un esprit rationnel pourrait bien avoir utilisé le rasoir d'Occam et supposé que c'était parce qu'ils étaient tout simplement plus intéressés par leur carrière qu'à mener des recherches indépendantes et annoncer leurs conclusions que le gouvernement et les médias ont menti. Hufschmid a promu son matériel en envoyant à des gens ce CD-ROM qui comprend de l' "extrême porno hard core". Cela a été révélé par l'un des associés de Hufschmid, dans une page qui, malheureusement pour les trompeurs, a été archivé. À la page Wayback Machine archivée, les images montrent que le CD-ROM d'Hufschmid contient des dossiers de son «travail», y compris des images sur 9/11, des audios-vidéos de Hufschmid, de vieux rapports d'Hufschmid, et du matériel sur le soi-disant "canular Apollo" , Colombine, le "réchauffement climatique", la "Psychologie moutonnière", etc. Dans le dossier "pages internet", on peut voir un sous-répertoire "Axe des pervers", et dans celui-ci un autre sous-répertoire "MaxHardcore". Dans une autre tournure bizarre, Eric Hufschmid était censé démystifier le "réchauffement global" en 2007, au même moment que sa sœur était employée par la fondation des Clinton Clinton Climate Initiative pour le promouvoir.

Selon Christopher Bollyn, Eric Hufschmid passe "beaucoup de temps à regarder des photos très étranges sur Internet". Tel qu'indiqué ci-dessous, Bollyn n'a pas toujours dire la vérité, mais il avait raison dans ce message sur la manière dont Hufschmid "répandait de la désinformation" sur la famille Bollyn avec son "histoire ridicule" sur les Bollyn qui auraient été «kidnappés».

En 2010, Hufschmid écrivait au sujet de ses "recherches" sur les "pets liquide".





HufschmidLiquidFarts


Mise à jour: 26 septembre 2010
Après avoir posté cet article, j'ai reçu un courriel d'un homme qui m'a dit qu'il se demandait aussi ce qui se passait avec ces "pets liquides", et il a dit qu'il avait examiné de près le liquide à plusieurs reprises. Il a dit que le liquide n'est pas toujours pareil. Parfois il est comme de l'eau, parfois c'est épais, et la quantité varie considérablement. Il n'a pas été en mesure de trouver une explication pour cela, cependant. Il a aussi écrit: "je l'ai senti plusieurs fois et oui bien il n'y a pas d'odeur, ou bien l'odeur est métallique."

Aujourd'hui, le 26 septembre 2010, je viens d'avoir un autre de ces pets liquides, et cette fois j'ai très vite senti le liquide, et je le décrirais comme une faible odeur "de type chimique". Peut-être que c'est juste du lubrifiant ou un produit chimique digestif. Alors je suppose que la raison pourquoi ça sentait bon la dernière fois que je l'ai senti c'est parce que ça avait eu la chance de reposer sur ma peau et de capter l'odeur sexuelle qui est sur la surface de mon corps.




L'agent est propulsé vers la célébrité dans le mouvement pour la vérité, puis dans la phase "Big" travaille à détruire la cohésion au sein du mouvement en accusant des militants authentiques d'être des agents, puis comme un petit gnome ou un lutin dégénéré se comporte comme une handicap évident et source d'embarras pour le mouvement.



CHRISTOPHER BOLLYN

Autour de 1988, Christopher Bollyn a rencontré Rupert Murdoch et sa famille, alors que Bollyn travaillait comme moniteur de ski et sommelier dans le Colorado. La famille Murdoch voulait un moniteur pour skier avec eux à partir du restaurant par un bel après-midi. Alors Bollyn s'est porté volontaire, et a été capable de parler affaires avec Rupert Murdoch, comme il a skié avec eux pendant une demi-heure.






BollynMurdochCoincidenceIntro
BollynMurdochCoincidence
Source: Bollyn.com


J'ai rencontré Rupert Murdoch et sa famille à la fin des années 1980 quand je travaillais comme moniteur de ski et sommelier de vin à Pine Creek Cookhouse à Ashcroft, à Aspen, Colorado. J'ai vécu dans la vieille ville fantôme de Ashcroft durant deux hivers glorieux.
J'ai aimé travailler à Pine Creek Cookhouse parce que j'aime le grand air et le ski de fond, que j'ai appris en Norvège. Un après-midi, la famille Murdoch a voulu un moniteur de ski pour les guider à partir du restaurant. Je me suis porté volontaire sans hésiter. Personne au restaurant n'était intéressé ou semblait savoir qui est Rupert Murdoch. Ça a pris environ 30 minutes en ski aux Murdoch pour dévaler la pente et j'ai pu parler à Murdoch à propos de ses acquisitions médiatiques aux États-Unis, tels que le Sun Times de Chicago. Ses fils étaient dans leurs tendre adolescence, et se souviennent certainement d'avoir skié avec moi à Pine Creek Cookhouse.


Supposons que la famille Murdoch travaillait une journée de 16 heures, tous les jours de l'année, plus précisément à rencontrer des gens dans des réunions, accordant une demi-heure par personne. En un jour, ils rencontrent 32 personnes. En un an, ils rencontrent 32 x 365,25 = 11 688 personnes. En plus de 20 ans, ils rencontrent 233 760 personnes.

La population mondiale a franchi le cap des 5 milliards en 1987, lorsque l'ONU l'a célébré le 11 juillet. Donc, si nous prenons 5 milliards (une estimation légèrement basse) comme population pour un moment donné vers le milieu des 20 années, quand Bollyn rencontré Murdoch autour de 1988, le 233 760 représente une de 21 389 de la population mondiale.

Les chances d'être frappé par la foudre sont d'environ 1 sur 600 000 par an, ce qui donne 1 sur 30 000 sur 20 ans. (Environ 80% survivent.) Donc sur une période de plus de 20 ans, une personne aurait presque autant de chances d'être frappée par la foudre que de rencontrer les Murdoch pour une demi-heure, tout comme le "journaliste indépendant" Christopher Bollyn. Bien sûr, les Murdoch ne consacrent pas vraiment 16 heures par jour à rencontrer 32 personnes sur une base individuelle, une demi-heure par personne. Ces rencontres occupent une simple fraction de leur temps. Par conséquent, il ya beaucoup plus de chances d'être frappé par la foudre que d'avoir une rencontre du genre de celle de Bollyn avec la famille Murdoch.

Si ces 32 personnes hypothétiques que les Murdoch rencontrent quotidiennement sont limitées à celles en Amérique du Nord, Europe et Océanie, alors qu'en 1990 la population était d'environ 1,032 milliards. Ainsi, après avoir divisé par 233 760, les chances de l'un d'eux de rencontrer les Murdoch sur plus de 20 ans se situent encore autour de 1 sur 4414. Mais plus ce groupe est limité pour inclure des personnes telles que Bollyn - et Hufschmid, plus il est probable que la personne ait justement les qualifications exigées par les Murdoch qui étaient à la recherche de leurs pseudos "diseurs de vérité" (chèvres de Judas), comme par exemple le fait d'avoir une mère qui était gouvernante dans une famille qui est l'ami de la famille Bush et de la royauté britannique, ou d'être le beau-frère de James Murdoch.

Christopher Bollyn a écrit quand même assez à propos de Rupert Murdoch, même quand il n'écrit pas sur Eric Hufschmid et sa connexion Murdoch. Et les articles de Bollyn sur Rupert Murdoch sont parmi ses œuvres les plus informatives. Si Bollyn avait informé Hufschmid au sujet de sa rencontre avec Murdoch, et était inquiet que Hufschmid révèle ce fait en guise de représailles pour le fait que Bollyn a écrit concernant la connexion Hufschmid-Murdoch, cela pourrait expliquer la décision de Bollyn de mettre au point sa propre connexion avec les Murdoch.


Le milieu de la partie - La tactique post hoc ergo propter hoc de Bollyn

Comme avec Eric Hufschmid, c'est en 2006 qu'il devint évident que Christopher Bollyn faisait partie d'une opération destinée à contrer le mouvement de vérité du 11 septembre. En mai de cette année, la famille Bollyn a résidé à la maison de Hufschmid - pendant environ trois semaines. À la fin de juin et juillet, à moins de quelques semaines de cette période durant laquelle Hufschmid a travaillé avec Bollyn de manière particulièrement étroite, Hufschmid et Bollyn ont mis en place et propagé un canular dans lequel un conteur d'histoires invétéré Sam Danner a affirmé avoir vu un objet ressemblant à un Global Hawk percuter le Pentagone. Hufschmid a manipulé ou "coaché" ​​Danner pour lui faire dire ce qu'il voulait qu'il dise, puis a propagé l'histoire et l'a passée à Bollyn. Écouter par exemple les émissions The Piper Report du 10 et 11 juillet 2006 sur RBN. Le fils de Sam, Matthew, a révélé que son père avait inventé l'histoire et n'avait même pas été près du Pentagone le 11 septembre. Sam a fini par admettre que son histoire était seulement à "65% vrai" et comprenait "un certaine mensonge", et a plaidé avec Matthew de lui laisser son heure de "gloire".



Danner Loose Change forum
Je suis Sam Danner, le père de Matthew Danner.

Ce que mon fils Matthew vous a dit est très vrai. J'étais à la maison lorsque le WTC a été frappé. Oui, j'ai sorti mon fils du lit pour voir ça à la télé. Je vous ai menti à vous le public sur la vérité du 11 septembre.
Je n'ai pas et je répète, n'ai pas vu quoi que ce soit frapper le Pentagone. J'ai menti sur tout ce qui concerne le présumé crash. Toutefois, ma rencontre avec des officiers du Pentagone est exacte.
Je suis désolé d'avoir menti à American Free Press et je m'excuse auprès de Eric Hufschmid et Christopher Bollyn. Je fais ems excuses auprès de tous ceux qui siègent sur le conseil.

DannerEmailAndWingTV
Courriel de Sam Danner à son fils, Matthew Danner - 4 août 2006, 9:44 AM
Comme tu sais j'ai envoyé à Pickerig et Piper et Chris un courriel disant que j'ai menti sur toute la ligne.
Fais ce que tu dois faire, mon fils, je le mérite. J'ai envoyé à tout le monde un courriel pour dire que j'ai menti, et je vais contacter Piper pour être sûr qu'il sache que c'est moi le méchant.
================
Entrevue de Wingtv avec Sam Danner (2e partie) 10 août 2006, 8:45 PM

Sam Danner: J'ai juste une imagination folle. Mais j'ai inventé l'histoire complètement. Parce que j'ai dit avoir vu la chose passer, la chose inconnue, et parce qu'il y a ces gens - d'autres chercheurs de vérité du 9/11 - qui voudraient que j'aie vu un Global Hawk.
Lisa Giuliani: Laisse-moi t'arrêter ici. Sam, tu voulais voir un Global Hawk?
Sam Danner: Vous voulez vraiment me l'entendre dire?
Lisa Giuliani: Ouais, ouais.
Sam Danner: Eric... umm umm.


DannerWingTV
Lisa Giuliani: Hufschmid?
Sam Danner: Oui, ça commence avec un H, Hufschmid
Lisa Giuliani: Il voulait que t'aies vu un Global Hawk?
Sam Danner: Okay, j'étais pas sûr. J'ai pensé que c'était un missile Cruise qui l'avait percuté. C'était mon opinion personnelle. Mais je savais pas à propos de cette affaire de Global Hawk. Eric m'a envoyé l'image de la chose et ce moteur de jet m'a rappelé un missile Cruise. Je suis dons allé avec ça et je suis tombé dedans... que j'ai senti comme une pression psychologique. Il n'a pas dit "Sam, c'est cela, tu sais, tu dois dire que t'as vu ça". Mais j'ai senti que c'est ça que j'étais supposé dire avoir vu. Ça coulait de source avec le reste de l'histoire. Je ne peut blâmer cet homme. Vous savez, je prends le blâme pour tout ça. Mais vous savez, je crois que j'ai été aidé, ou poussé à bout un peu. Mais je ne le blâme pas.
Lisa Giuliani: T'a-t-il envoyé des images d'autres types d'avions ou juste celui-là?
Sam Danner: non madame, il m'a seulement envoyé des images de cet avion précis.


Danner Admit Lying
Source: JREF forum
Message téléphonique de Sam Danner à Matthew (extraits) juillet et août 2006

Sam Danner: Vous savez que j'aime foutre le bordel dans l'esprit des gens et des choses comme ça. Mais je sais que ce n'était pas un 757 qui a frappé cette chose là, alors je ne sais pas. Ça ne justifie pas de leur raconter une histoire qui inclut cette autre chose - ce Global Hawk. Alors oui, j'admets mes fautes et échecs. Oui c'était de la pure merde.

Sam Danner: C'est quelque chose qui est 65% vrai. Oui ça contient une part de mensonge. N'est-ce pas? Je vais vivre avec ça moi-même. Mais pour la petite heure de gloire que je peux en retirer, tu pourrais au moins me laisser ça.


Sam Danner: Eric Hufschmid, le producteur, a dit que l'histoire est trop brûlante pour la laisser filer parce que tous ces trucs entourant le Pentagone sont plus importants, uh, que l'autre chose, ce qui a été inventé sur le Global Hawk et toute cette merde...




Après que l'histoire ait été discréditée par des chercheurs honnêtes comme Russell Pickering, qui avait même envoyé à Bollyn un courriel avec ces informations, et Matthew avait posté un message à l'effet que son père était à la maison le matin du 11 septembre, Hufschmid et Bollyn ont tenté de garder le canular en vie en propageant l'allégation que la voiture de Danner avait été poussée en bordure de la route et qu'il avait été obligé de prétendre qu'il avait menti. Mais il n'y avait pas de preuve, tels que des dommages à la voiture de Danner. Plutôt que d'admettre que Danner avait inventé l'histoire du «Global Hawk», Hufschmid a continué de tergiverser en suggérant que Matthew avait menti au sujet des racontars de Sam, que Matthew a peut-être été victime de chantage, que les enregistrements audio sur la boîte vocale de Matthew dans lequels Sam admet avoir menti sont probablement des fabrications, ou que Sam a peut-être menti quand il a affirmé avoir menti.





Photobucket
Si le réseau criminel a trompé Mathew en l'amenant à faire des choses stupides ou illégales, peut-être qu'ils lui font du chantage afin qu'il se retourne contre son père. Cela ferait d'eux deux des victimes de ce réseau criminel.

Exploiter les peurs de quelqu'un

S'ils découvrent que Matthew a peur que le gouvernement tue son père pour le faire taire, ils pourraient tirer avantage de cette peur. Par exemple, alors que Sam revient à la maison en voiture, ils pourraient se rapprocher de la voiture de Sam avec une voiture portant des plaques gouvernementales et gentiment frapper sa voiture sur le coin arrière de sa voiture pour le pousser sur la bordure de la route. Alors ils pourraient dire à Matthew:

"C'est juste un avertissement. La prochaine fois nous allons le tuer. Tu ferais mieux de convaincre ton père d'arrêter de parler."

Saviez-vous que Sam dit qu'il a été poussé hors de la route par un gros VUS noir avec des plaques gouvernementales et une grille en métal sur sa devanture pour pousser les voitures? Il était conduit par deux jeunes hommes avec des lunettes. C'est arrivé le 18 juillet 2066.

Le réseau criminel a peut-être fourni à Matthew des messages vocaux pour prouver que son père est un menteur.

Nous devrions protéger les témoins

Si Matthew Danner est une victime et si nous ne faisons rien pour l'aider nous laissons le réseau criminel détruire une autre famille.






Hufschmid tentait de diviser le mouvement avec des affirmations absurdes telles que "American Free Press est contrôlé par les sionistes", "L'AFP censure des articles de Bollyn", et "John Stadtmiller de Republic Broadcasting Network (RBN) fait partie d'un réseau criminel sioniste". Bollyn, en tant qu'invité de The Piper Report du 24 août 2006, (disponible à partir de notre mémoire cache locale; certains de ces fichiers sont manquants sur RBN) s'est fait demander plusieurs fois s'il dénonce les mensonges d'Eric Hufschmid, et à chaque fois Bollyn a refusé de répondre. Il a refusé de défendre son employeur, American Free Press, contre les allégations infondées d'Hufschmid. Mais il a dit que Hufschmid était un "excellent chercheur du 11 septembre", et référait les gens vers le site de Hufschmid. En octobre 2006, Bollyn a été congédié d'AFP, dont le conseil administratif ne pouvait plus faire confiance à Bollyn pour qu'il soumette des histoires vraies après qu'il se soit aligné sur Eric Hufschmid et commencé à attaquer la crédibilité d'AFP. Il n'y avait aucune justification économique à AFP de payer Christopher Bollyn et d'avoir à payer de nouveau pour une vérification indépendante de ses dires , alors que ça semblait plus logique d'employer des journalistes en qui ils pouvaient avoir confiance en premier lieu.

Au cours des deux premières semaines d'août 2006, Sam Danner a admis à plusieurs reprises que son histoire était un mensonge, par exemple dans une entrevue pour Wingtv datant du 10 août. Dans la foulée de l'échec du canular de Hufschmid et Bollyn, Bollyn a appelé le 9-1-1 pour signaler un véhicule "suspect" dans la soirée du mardi 15 août 2006. Lorsque les policiers sont arrivés, il est devenu belliqueux, a déclaré qu'il allait chercher des "renforts", et s'est dirigé vers l'intérieur de sa maison, comme s'il allait prendre une arme. Sans surprise, il a été projeté par terre, s'est fait infliger une décharge de Taser et arrêté. En quelques heures, le récit de
Christopher Bollyn de la séquence des événements - une conspiration visant à le faire taire à cause de son travail; une conspiration impliquant l'ADL, la Homeland Security, les "agences de soupe à l'alphabet" (c'est-à-dire dont les noms sont des acronymes), l'ensemble des forces policières d'Hoffman Estates "formées par l'ADL", les procureurs juifs, etc - sentait faux.

La voiture «suspecte» est exactement le genre d'idée qui émane de l'esprit d'Eric "Murdoch" Hufschmid. Selon Hufschmid, presque tout est "suspect". (Écoutez-le ici) Hufschmid a probablement persuadé Bollyn de monter cette mise en scène de cascadeur, lui disant que d'être considéré comme une «victime» et une «cible» des sionistes serait rehausserait grandement sa popularité auprès des chercheurs de vérité, après l'effondrement du canular du Global Hawk de Hufschmid-Bollyn-Danner. Hufschmid serait bien conscient que cela ferait passer Bollyn pour un dingue paranoïaque et qu'il serait la risée des croyants de l'histoire officielle du 11 septembre, qui en sont même à inventer un nouveau verbe: "bollyner" (" to 'bollyn' "). Et Hufschmid savait qu'en plus de ternir la réputation du mouvement pour la vérité, la mise en scène aiderait également à créer des divisions au sein même du mouvement de vérité qui bouillonnait de plus en plus depuis la dernière année.

Un des problèmes les plus accablants avec le récit de Bollyn, est que c'est Bollyn lui-même, de son propre aveu, qui a composé le 9-1-1 et appelé la police. Ils ne se sont pas invité eux-mêmes à son domicile.

BollynCalled911

Le même soir, le même véhicule avec trois hommes est lentement passé devant la maison des Bollyn où jouaient les enfants des voisins.
"Hello, FBI" ai-je appelé de mon entrée et j'ai envoyé la main.
L'homme sur le siège passager avant m'a envoyé la main. J'ai immédiatement alerté ma femme et mes enfants au sujet du véhicule suspect. Ma femme a suggéré de leur demander ce qu'ils voulaient.
Je venais juste de finir plusieurs téléphones avec l'ambassade israélienne, la Commission de la sécurité et des échanges, et le bureau du procureur américain du district Est de New York. un appel était avec un Israélien âgé qui est relié à l'armée de l'air américaine et qui est président de Bedek, la compagnie mère des Industries Aériennes Israéliennes.
J'ai été troublé par la présence d'une voiture noire alors que je m'en allais au magasin. Inquiet pour ma famille, j'ai appel le 9-1-1 du magasin pour signaler une voiture suspecte avec des hommes armés flânant dans mon voisinage. On m'a dit qu'un officier de police me rencontrerait à la maison dans 20 minutes.
Quelques minutes plus tard, j'ai été surpris de voir la voiture suspecte s'arrêter en face de ma maison, et trois hommes armés en veste anti-balles se tenant debout dans mon entrée.
Avec ma femme et ma fille de 8 ans à côté de moi, j'ai demandé à ces hommes où et pourquoi ils se promenaient autour de ma maison. "Pourquoi donc conduisez-vous dans les parages dans une voiture non-identifiée et venez-vous menacer ma maison." J'ai demandé "qui êtes-vous?"
Les agents non-informés ne voulaient pas s'identifier et devenaient agressifs.
Je suis allé appeler mon frère dans la maison lorsque les trois hommes m'ont plaqué sur le sol par derrière et électrifié au Taser alors qu'ils s'asseyaient sur moi. Après avoir déployé tant de force pour me soumettre, un officier a enfoncé son genou sur ma tête alors que les autres me passaient les menottes.

Lorsque vous appelez la police à votre domicile, c'est la raison pour laquelle ils apparaissent quelque vingt minutes plus tard, non pas parce qu'il y a une grande conspiration pour vous attraper. Et si vous devenez belliqueux, criez que vous allez chercher des renforts, et courez dans votre maison comme si vous alliez chercher une arme, c'est à cause de ça que la police risque de vous attaquer, de vous électrifier au Taser éventuellement, et de vous arrêter, non pas à cause d'une conspiration sioniste . C'est tout simplement le bon sens. Dans la version originale postée par Bollyn sur Rumor Mill News, il a admis qu'il "a couru vers sa porte".

BollynRanToFrontDoor

Je venais de finir tous mes appels et de regarder la première partie de l'émission de Lou Dobbs sur CNN et j'étais en route pour aller au magasin, lorsque, en sortant du magasin, je vis cette voiture noire menaçante pleine d'une sorte d'agents bien visibles. J'ai immédiatement averti ma femme et conduit la bicyclette jusqu'au magasin.
Il y a quelque chose qui ne va pas, me dis-je et je me suis arrêté au marchand de vin et j'ai demandé d'utiliser le téléphone. J'ai appelé le 9-1-1 et leur ai dit qu'une voiture étrange avec des hommes armés circulait dans mon voisinage sans raison apparente. On m'a dit qu'une voiture de police viendrait chez moi dans 20 minutes.
J'étais rentré à la maison depuis quelques minutes
Lorsque la même voiture suspecte s'est arrêtée devant chez moi et trois hommes portant des vestes anti-balles se tenaient dans l'entrée. Je venais juste d'appeler le bureau de police et de raccrocher le téléphone. J'étais plus qu'un peu surpris de voir ces trois hommes en vestes anti-balles dans mon entrée.
Ma femme et ma fille de 8 ans étaient déjà là et j'ai demandé à ces hommes qui ils étaient et pourquoi ils harcelaient ma rue. Pourquoi conduisez-vous autour de ma maison avec des voitures non-identifiées, ai-je demandé. Qui êtes-vous, au fait? Ils ne voulaient pas du tout s'identifier et étaient très agressifs, pour dire le moins.
Je suis rentré chez moi en courant pour appeler mon frère lorsque les trois m'ont agrippé et électrifié avec un fusil paralysant. Les trois hommes se sont ensuite assis sur moi et ont poussé mon visage par terre, m'ont passé les menottes et m'ont embarqué dans leur voiture.
Souvenez-vous j'avais appelé le 911 à cause d'une voiture suspecte dans mon voisinage, un voisinage que je connaissais depuis 1957, lorsque mes parents ont contribué à fonder cette ville.


Aussi dans la version originale, il admet qu'il a roulé en vélo à la boutique de vins en laissant sa femme et ses enfants à la maison. Il conduisait un vélo, laissant sa femme et ses enfants derrière lui, alors qu'il croyait que ces trois "gros-bras en veste anti-balles" au volant d'une voiture "suspectes" étaient menaçants? N'a-t-il jamais entendu parler d'ennemis du Mossad qui ont été tués dans de douteux "accidents"? Pourquoi était-il si important d'aller au magasin de vin au point qu'il ne pouvait reporter cela à plus tard après que cette menace ait été neutralisée?

Bollyn a dit: «J'ai été jeté dans une cellule sans eau. J'ai demandé un verre d'eau et on m'a dit «Buvez dans la toilette». Les cellules du poste de police de Hoffman Estates ont une toilette-lavabo intégrée avec une fontaine d'eau, comme on peut le voir sur la photo pertinente ici intitulée "cellule adulte". En d'autres termes, ils n'ont pas servi de verre d'eau
à Bollyn lorsqu'il était dans la cellule, et quand il demanda de l'eau on lui a dit de boire à la fontaine au-dessus des toilettes. Et puisque la police ne savait même pas qui il était jusqu'à ce qu'ils regardent sur Internet après l'incident, il n'y avait aucune raison pour que Bollyn reçoive un quelconque traitement spécial - à moins qu'il ait été particulièrement belliqueux.



HoffmanEstatesCell

Ceux qui ont fait une analyse dépassionnée de l'affaire ont été très rapides à voir à travers l'histoire pleine de trous que Christopher Bollyn tentait de vendre sur l'existence d'un grand "complot" lié à ses écrits ...



BollynRodeBike
BollynCutAndRanToFrontDoor

Chris Bollyn: Il y a quelque chose qui ne va pas, me dis-je, et je me suis arrêté au marchand de vin et j'ai demandé d'utiliser le téléphone. J'ai appelé le 9-1-1 et leur ai dit qu'une voiture étrange avec des hommes armés circule dans mon voisinage sans raison apparente. On m'a dit qu'une voiture de police viendrait chez moi dans 20 minutes.

FORUM CASSIOPAEA: Mais attendez une seconde. C'est un homme qui vient de nous dire qu'il passe sa vie en fuite, restant temporairement dans des "refuges pour sa sécurité" (avec deux "jeunes enfants" rien de moins) et qu'il est au téléphone avec "l'ambassade d'Israël, le S.E.C., le bureau du procureur américain du District Est de NY, et à un vieil Israélien vivant à NY que je soupçonne d'avoir joué un rôle majeur dans le 911" toute la journée, a référé aux policiers comme étant "entraînés par l'ADL" et il appelle le 9-1-1? Plus que ça, avec cette "voiture suspecte" remplie de "gros bras" avec des "veste anti-balles" rôdant autour de sa maison. il s'en va au magasin EN BICYCLETTE? Plus que ça, il laisse sa femme et ses "deux jeunes enfants" seuls à la maison... ???

Bien, aussi improbable que ce soit, il revient à la maison.


CB: J'étais rentré à la maison depuis quelques minutes lorsque la même voiture suspecte s'est arrêtée devant chez moi et trois hommes portant des vestes anti-balles se tenaient dans l'entrée. Je venais juste d'appeler le bureau de police et de raccrocher le téléphone. J'étais plus qu'un peu surpris de voir ces trois hommes en vestes anti-balles dans mon entrée.

FC: Là est-ce qu'il a appelé la police une seconde fois ou bien s'est-il mêlé dans son histoire? A-t-il appelé la police du magasin de vin ou bien à la maison, ou les deux? Et s'il les a appelés ensuite une fois revenu à la maison, après qu'il ait déjà arrangé leur venue chez lui, pourquoi?
Ce qui advient ensuite est très révélateur. Notez qu'il dit qu'il semonce les gros bras et qu'ils sont "très agressifs" . Est-ce que cela signifie, peut-être, qu'il était agressif et rude et qu'ils répondent du tac au tac? Tellement de petits détails ignorés ici. Mais quand même, au milieu de toute sa CONFRONTATION avec les policiers allégués, voici ce que le génie Bollyn fait:

CB: J'ai couru jusqu'à la porte de ma maison...
FC: Maintenant juste une minute, Nellie!


C'est un homme qui vit en fuite, dans des refuges pour sa sécurité (avec deux jeunes enfants, n'oubliez pas), pense qu'il a découvert le pot-aux-roses du 9.11 et il a une confrontation avec des gros bras en veste anti-balles dans son entrée, et il coupe sec en s'enfuyant??!!

Bien, il dit que c'était pour "appeler mon frère".

Oh là là, se cacher derrière sa femme et ses enfants n'est pas suffisant... il doit amener son frère dans le décor? Et souvenez-vous que c'est lui qui a appelé la police à propos de la police en premier lieu. Et il est surpris de ce qui arrive ENSUITE???

CB: ...Les trois hommes se sont ensuite assis sur moi et ont poussé mon visage par terre, m'ont passé les menottes et m'ont embarqué dans leur voiture.





... tout comme le jury l'a compris, qui a pris moins de deux heures à convenir que Bollyn était coupable des chefs d'accusation d'agression aggravée et délit de résistance à l'arrestation. Dans cette version, Bollyn dit clairement qu'il a été "électrifié" avec le Taser avant d'être menotté. Dans d'autres récits, il prétend que le pistolet Taser a été utilisé sur lui après avoir été menotté. Comme le lieutenant Russo explique ci-dessous, Bollyn luttait à un point tel qu'ils ont dû utiliser le Taser afin de pouvoir lui passer les menottes. Alors qu'ils utilisaient le Taser sur lui, ils ont sans doute réussi à menotter sa main gauche mais pas son sa droite, car il l'avait placé en dessous de lui dans une tentative de déjouer leurs plans. Ainsi, ce n'était pas une situation dans laquelle le Taser a été utilisé pour agresser un individu déjà menotté, et Bollyn a révisé son histoire et "joué du violon".

Tiré de la "ligne du temps" de Bollyn, ce qui suit est sans doute vrai:

Barber demande: "Où est son bras droit?"

«Il est au-dessous de moi», répond Bollyn, qui dit à Helje d'aller chercher son frère Jay (dans la maison) et Dale, le voisin.

Bollyn a tenté de "prouver" une conspiration contre lui en fournissant un compte rendu trompeur de la ligne du temps. Il affirme que l'horodatage du Taser 20:00:36 indique environ quatre minutes de différence avec l'heure réelle. Cependant, considérons les données:


  • 20:00:36 temps Taser
  • Appel au service des incendies 20:01:03 (entrée) 20:01:06 (envoyé) 20:02:12 (en chemin) 20:03:57 (sur scène)
  • Unité tactique en civil (sur scène) 20:03:56

Il y a de toute évidence quelque chose qui cloche ici. L'unité tactique de trois hommes a dû arriver sur les lieux avant que Bollyn soit électrifié au Taser. Le scénario de Bollyn relate bizarrement que l'unité tactique a appelé des unités paramédicales d'incendie trois minutes avant qu'ils arrivent à son domicile dans le cadre d'un complot visant à l'attaquer. Y a-t-il jamais eu un seul exemple dans l'histoire humaine où les flics corrompus ont prévu d'attaquer quelqu'un et gentiment appelé d'avance les ambulanciers pour qu'ils viennent à l'aide de leur victime - ce qui revient à fournir volontairement des preuves qui les auto-incrimine et pourraient être utilisées pour prouver l'innocence de leur victime dans une cour de justice? Si les flics avaient l'intention de battre quelqu'un et de le piéger avec de fausses accusations de résister à leur arrestation, ils le frapperaient d'abord et appelleraient ensuite les ambulanciers - non pas qu'il y ait une quelconque preuve comme quoi Bollyn a été ciblé et piégé dans le cas présent.


BollynArrestTimeline
Au lieu que ce soit l'heure du Taser qui était incorrecte, le rasoir d'Occam et le bon sens nous dictent que l'heure de la scène a été enregistrée après l'arrivée de l'unité tactique. Cette interprétation a des avantages tels que:


  • La séquence de l'appel à l'équipe paramédicale des incendies suit naturellement l'incident du Taser, à T + 27 secondes, 30 secondes, 96 secondes et 201 secondes
  • Il n'y aucune coïncidence inexplicable par laquelle une horloge de Taser se trouve être inexacte de quelques minutes pour que ça corresponde exactement à l'appel au service d'incendie
  • Le rapport de "lutte en cours" à 20:01:03 n'est pas truqué
  • Il n'y a aucune contradiction dans laquelle des flics corrompus conspirent à faire du mal à un journaliste tout en organisant à l'avance la présence d'ambulanciers sur les lieux de l'attaque
  • Il n'y a aucune contradiction dans laquelle des flics corrompus auraient conspiré secrètement pour attaquer un journaliste pour ensuite aider à fournir des preuves contre eux-mêmes qui seraient utiles pour la défendre de leur cible en cour contre des accusations de résistance à l'arrestation
  • Il n'y a aucune contradiction dans laquelle une maléfique unité tactique "formée par l'ADL" serait impatiente d'arriver sur les lieux avant l'officier en uniforme Fitzgerald afin qu'ils puissent attaquer leur cible, et pourtant, même s'ils sont déjà dans le quartier, ils prennent mystérieusement vingt minutes à arriver chez leur cible qui a utilement composé le 9-1-1 à 19h43 et leur a fourni le prétexte dont ils ont besoin pour passer lui rendre visite
  • Il n'est pas nécessaire de postuler que la police ou l'ADL ou le Mossad ait eu des «pouvoirs psychiques» ou une certaine capacité à manipuler le comportement de Bollyn, par exemple par "contrôle mental", afin de l'inciter à composer le 9-1-1 et leur fournir le prétexte nécessaire que la police passe lui rendre visite
  • Il n'est pas nécessaire d'expliquer la coïncidence de l'arrestation de Bollyn survenant à peine cinq jours après que Sam Danner ait admis à l'émission de Wingtv que son histoire de «Global Hawk» - propagée par Bollyn et Hufschmid - était un mensonge
  • Il est plus raisonnable que l'événement a été enregistré trop tard plutôt que quelques minutes avant qu'il ne se soit réellement passé
  • Il n'y a pas de grande conspiration impliquant l'ADL, l'ensemble du Service de police de Hoffman Estates, le Department of Homeland Security, les procureurs juif, American Free Press, etc - il n'y en a pas pour nuire gravement à Christopher Bollyn, mais plutôt pour lui donner un avantage de propagande lui permettant de se présenter comme un «martyr» à ses disciples
  • Il n'y a aucune contradiction de policiers "formés par l'ADL" qui auraient réussi à dissimuler la preuve de leur «formation par l'ADL» à tout le monde sauf Christopher Bollyn
  • Il n'y a aucune contradiction de sionistes orchestrant une attaque contre un homme qui accomplit un excellent travail comme atout pour les sionistes, par son colportage de désinformation au sujet d'un «Global Hawk» au Pentagone, voir beaucoup plus de détails ci-dessous
  • L'estimation originale de Bollyn de "environ 6h20" plus "30-35 minutes" pour l'heure d'arrivée de la police est inexacte d'environ quatre minutes, non pas neuf minutes (c'est après avoir tenu compte de son erreur en écrivant 06h20 alors qu'il s'agissait clairement de 07h20, tel qu'indiqué ci-dessous)

Dans l'article de Bollyn Establishing the facts of the Police Assault on Christopher Bollyn (sic), il affirme qu'il a vu le "véhicule suspect" à "environ 18h20", et ajoute "environ 30-35 minutes après j'ai vu ce véhicule suspect passent devant ma maison, ces mêmes hommes sont venus sur ma propriété ".

BollynPoliceAssaultSoCalledFacts



Établir les faits sur l'assaut policier contre Christopher Bollyn

La transmission des enregistrements de la police révèle des activités suspectes

par Christopher Bollyn
26 février 2007

Le 1er août 2006, après avoir remarqué des activités suspectes près de chez moi impliquant trois hommes vêtus de gilets anti-balles, j'ai appelé le 9-1-1, le numéro indiqué pour rejoindre la police de Hoffman Estates, Illinois.

J'ai décidé d'appeler la police après avoir vu ce véhicule deux soirs de suite rôder autour de la maison.

Le 15 août, je suis sorti par la porte avant de ma maison à environ 6h20 pm et j'ai vu un véhicule suspect, dont les occupants portant des vestes anti-balles, passer devant chez moi très lentement. Ces trois hommes flânaient dans mon quartier et semblaient très étranges.

Environ 30-35 minutes après que j'aie vu ce véhicule suspect passer devant chez moi, ces trois hommes sont ensuite entrés sur ma propriété. Pas un, mais les trois hommes se sont avancés dans l'entrée avec une attitude de confrontation.




Remarque:
Bollyn a fait une erreur avec l'heure dans son article ci-dessus. Il est évident qu'il signifiait 7:20 pm et non pas 6:20 pm comme l'a confirmé dans l'article subséquent du 17 mars 2007, ci-dessous. Ajustant l'heure d'une d'heure, et en tenant compte de son estimé d' "environ 30-35 minutes", qui situerait l'heure de la scène à 7:50-7:55. C'est plus cohérent avec le temps enregistré sur le Taser 20:00:36 et l'unité tactique qui a dû arriver avant 20h00, plutôt qu'à 20:03:56. Evidemment, quand Bollyn a écrit sa chronologie en février, il a oublié de réviser cette partie de son histoire de manière à ce qu'elle coïncide avec son interprétation fantaisite des données.

BollynTimeline
Ligne du temps des événements entourant l'attaque contre Bollyn
17 mars 2007

Ligne du temps entourant l'attaque et la décharge de Taser à l'endroit de Christopher Bollyn, journaliste.

Lieu: La résidence des Bollyn, un coin de banlieue de Hoffman Estates, Illinois.
Date: 15 août 2006
Heure: soirée, à partir de 7:20 PM
Durée de l'opération: environ 4 minutes
Délai entre l'arrivée de l'unité tactique de la police et l'attaquie contre Bollyn: 50 secondes

Agences impliquées: Système de transfert des appels du 9-1-1 du Nord-Ouest (NWCDS), Service de police de Hoffman Estates (HEPD), Service des incendies (HEFD)

Temps suivi dela description des événements

19:20: (estimation) Christopher Bollyn voit une voiture suspecte avec à son bord 3 hommes portant des vestes anti-balles, en train de circuler dans la rue la deuxième journée de suite. Inquiet, il en parle à sa femme Helje et prend la bicyclette pour se rendre au magasin.

19:43:34 : appel reçu au 9-1-1 - du magasin, Bollyn appelle la police (9-1-1) concernant un véhicule suspect avec trois hommes armés qui circule autour de sa maison. Le service du 9-1-1- accepte d'envoyer une patrouille chez Bollyn dans 20 minutes. (enregistrement de la police)




Dans la version
de mars de la chronologie de Bollyn, le temps incorrect de 6:20pm a été révisé pour 7h20 (19h20). Le "environ 30-35 minutes" a été commodément oublié, évitant ainsi la nécessité d'un incriminant cinq minutes d'ajustement.

Bollyn écrit: «La mémoire de Helje était bonne. La réponse du chef Herdegen était un mensonge". Non. La mémoire du Chef Herdegen était correcte. Les questions de Helje étaient fourbes.

Pendant l'incident, même la jeune fille de Bollyn avait reconnu son agressivité quand elle l'a prévenu: "Papa, ils vont t'arrêter!" Et Bollyn demande: «Pourquoi le TASER a-t-il été utilisé alors que j'étais déjà soumis et retenu?" Parce que, étant donné qu'il n'était pas encore menotté (les deux poignets) à ce moment, il aurait été soumis et retenu pour aussi longtemps que les policiers ait eu à maintenir leur emprise sur lui. Et ils n'allaient pas rester là toute la nuit.

Les allégations de Bollyn selon lesquelles la police "n'était pas du tout disposée à s'identifier" s'est effondré lorsque son épouse Helje a témoigné en cour que l'un des officiers avait montré son badge brillant.


BollynReinforcements

Bollyn, qui a écrit pour plusieurs sites Web et a affirmé que des agents israéliens étaient impliqués dans les attentats du World Trade Center le 11 septembre 2001, a appelé la police le 15 août pour rapporter une voiture suspecte dans son quartier. La voiture était une escouade banalisée avec trois officiers de l'unité tactique, et les autorités ont dit que les officiers se sont arrêtés dans l'entrée de Bollyn dans le bloc du 200 de Kingman Lane pour s'identifier.

Les agents ont témoigné que Bollyn est devenu belliqueux, qu'ils l'ont agrippé et ont utilisé un pistolet paralysant pour le maîtriser après qu'il leur a dit qu'il allait entrer dans sa maison pour chercher des «renforts».

Bollyn, qui fut déjà candidat à la mairie de Hoffman Estates, disait que les officiers ne se sont jamais identifiés.

Pendant la plaidoirie, l'avocat de la défense Paul Moreschi a dit qu'il était difficile de savoir avec certitude ce qui s'est passé, mais a dit aux jurés que «l'aspect militaire» des officiers a perturbé Bollyn.

«Affirmer que ces officiers - armés de fusils, gilets pare-balles, pistolet Taser, cannette de poivre de cayenne et matraques - qu'ils avaient en quelque sorte peur de ce gars dans une chemise hawaïenne, debout à côté de sa femme et sa fille, est ridicule," Moreschi dit.

Mais les procureurs ont fait valoir que les trois hommes ont montré leurs badges et portaient un survêtement qui les identifiaient clairement comme des agents de police de Hoffman Estates.

"Cette défense est ridicule", a déclaré James Pontrelli, adjoint du procureur. "Même l'épouse du défendeur a témoigné que l'un des officiers a montré un petit badge brillant. "

Pontrelli a déclaré après le verdict que les allégations de Bollyn quant à l'existence d'un complot lié à ses écrits "était une histoire trop difficile à vendre au jury."


BollynConvicted
Source: Daily Herald

Un ancien candidat à la mairie coupable d'agression

Par Ashok Selvam
aselvam@dailyherald.com
Posted Wednesday, 06 Juin, 2007


Les jurés ont entendu deux histoires radicalement différentes au cours du procès de quatre jours à savoir si Christopher Lee Bollyn a agressé des agents de police de Hoffman Estates l'année dernière.

Les jurés ont dit qu'ils avaient vu des trous dans le récit de brutalité policière de Bollyn. Mardi, ils ont trouvé l'ex-candidat à la mairie de Hoffman Estates coupable de rébellion et de voies de fait graves.

Il encourt jusqu'à un an de prison et doit comparaître devant le juge Hyman Riebman pour recevoir sa sentence le 25 juin.

"Je ne peux pas en parler maintenant", a déclaré un Bollyn découragé quelques minutes après le verdict.

La police a arrêté Bollyn le 15 août après que le directeur Michael Barber a utilisé un Taser pour le paralyser. Trois officiers ont poussé Bollyn dans l'herbe en face de sa maison de Kingman Lane après que les procureurs aient dit Bollyn qu'il leur avait crié qu'il allait à l'intérieur pour "aller chercher la milice pour les avoir."

Bollyn a dit que la police lui a cassé le coude. Les procureurs ont nié l'ampleur de sa blessure et dit qu'il a menacé la police - qui voulait mettre fin à l'incident avant qu'il n'escalade - et qu'il a ignoré leurs ordres.

"Il ne parlait pas dans un ton calme et civil", a déclaré le procureur Cossette Stacy.

L'incident bizarre a commencé quand une voiture de police banalisée passait près de la maison de Bollyn. Il a appelé le 9-1-1 et dit que la voiture était suspecte. La voiture est revenue, et trois policiers sont sortis pour expliquer à Bollyn qu'ils ne lui voulaient aucun mal. Au lieu de cela, un match de catch a suivi.

La police a déclaré plus tard qu'ils étaient en patrouille en raison de possibles activités de drogue à proximité.




Bollyn
a fui les Etats-Unis pour l'Europe - avant la date à laquelle il devait se présenter au tribunal pour recevoir sa sentence.

Le dossier de carrière des trois policiers impliqués démontre que leur rôle était lié à des patrouilles de police régulières telles que celles qui s'occupent de la circulation, arrêtent les conducteurs sous l'influence de l'alcool, les utilisateurs et les vendeurs de drogue, etc, ce qui n'est pas compatible avec l'affirmation selon laquelle ils étaient une escouade fédérale sinistre contrôlée par les sionistes. Ils n'étaient pas du FBI, ils n'étaient pas de l'ADL, ils n'étaient pas du Mossad, et ils n'étaient pas liés à Israël. L'officier Tim Stoy avait reçu une récompense pour plus de 25 arrestations pour conduite sous influence (CSI), et les agents Michael Barber et Darin Felgenhauer avaient reçu un prix "Mention Honorable" relatifs aux CSI. Ils étaient des officiers tactiques patrouillant le quartier. Bollyn a créé une tempête dans un verre d'eau, affirmant qu'il croyait qu'ils étaient des agents fédéraux en train de le traquer.

Une des raisons invoquées pour l'augmentation des patrouilles de police - soupçons d'activités de drogue - a été confirmée plus tard, discréditant encore l'histoire de Bollyn.


BollynSurveillanceClaimDebunked
Source: CBS Chicago



BollynSurveillanceClaimDebunked2
Eric Hufschmid, qui prétend que ceux qui sont en désaccord avec lui sont des "Crypto Juifs" ou des "agents de désinformation", a tenté de réfuter cela, avec une déclaration trompeuse à l'effet que le présumé utilisateur de drogue qui s'était échappés de l'hôpital avait été capturé quelques heures avant l'arrestation de Bollyn . La police tenait le suspect en garde à vue après l'avoir arrêté dans une pharmacie le lundi soir, il a été emmené à l'hôpital le mardi matin (15 août) après s'être plaint de malaise, il a fui l'hôpital, la police a lancé un avis de recherche autour de 14 heures dans l'après-midi, l'appel au 9-1-1 de Bollyn a été fait du magasin de vin à 19:43:34 ce soir-là, et le suspect de drogue était "toujours en fuite le mercredi matin", soit le jour suivant. Le suspect n'était pas considéré comme une menace, et si la police ne peut pas l'attraper dans un temps donné, ils ne vont pas continuer infiniment leurs recherches à grande échelle. C'est juste une raison pour maintenir des patrouilles régulières. Hufschmid affirme également que le suspect a été vu dix miles de la maison de Bollyn, mais c'était près de dix heures avant que Bollyn ait vu ce qu'il disait être une voiture «suspecte». Hufschmid sous-entend que sa propre vérification des faits est supérieure, mais il cite Bollyn comme source pour son affirmation sur les «dix miles». La distance réelle est inférieure à cinq miles de trajet indirect par la route. Et le suspect a pris un raccourci en courant à travers le parcours de golf. Le suspect courait dans une direction sud-est vers la maison de Bollyn, et serait à l'évidence capable de marcher cinq ou même dix miles en près de dix heures.

BollynLocalDrugSuspect
En tout cas, c'est le travail de la police de maintenir une présence et de prévenir la criminalité locale, et une voiture de police patrouillant dans la rue n'est guère une preuve de conspiration. Si Bollyn avait été attaqué par un groupe de Juifs, il aurait probablement été le premier à se demander pourquoi il n'y avait pas de police quand il en avait besoin.

Évidemment, il y avait aussi une femme qui utilisait de l'héroïne, juste en bas de la rue de la maison de Bollyn.


BollynHeroinUserDownTheStreet

La police a témoigné que les agents d'infiltration ne faisaient que des "patrouilles de routine" plusieurs nuits de suite, et qu'il y avait une femme qui utilisait de l'héroïne dans cette rue.

Le procureur (malgré que le directeur adjoint du 9-1-1 ait déclaré que les enregistrements de police et d'incendie ont été pris en temps réel et son exacts) a déclaré en terminant que les enregistrements ne sont pas exacts, car le personnel du 9-1-1 n'a pas nécessairement écrit ce qui a été dit, quand cela a été dit.



Bien sûr, les enregistrements ne sont pas toujours entièrement exacts, cependant les chefs de police et les administrateurs aimeraient probablement exagérer la précision des heures enregistrés. Cependant, bien qu'il soit raisonnable de penser qu'ils auront parfois quelques minutes de retard dans l'enregistrement des événements, il serait étonnant que le personnel du 9-1-1 enregistre tous les événements à chaque minutes avant qu'ils arrivent - sans être détenteurs de pouvoirs psychiques de précognition.

Le communiqué de la police aux médias est compatible avec les faits connus. Et, contrairement à Bollyn, la police était cohérente avec sa version des événements.

BollynPoliceReport
Écoutez ce fichier audio [5:40] pour entendre le lieutenant Richard Russo interviewé par Lisa Guliani de Wingtv. Russo dit il n'y avait pas d'agents du FBI impliqués, et ils ne maintenaient aucune surveillance sur Christopher Bollyn. Leurs officiers tactiques, une unité de répression des gangs, une unité semi-marquée, faisait des patrouilles de routine dans le quartier. Ils sont passés devant la maison de Bollyn, mais ce n'est qu'après l'incident qu'ils ont su qui il était. Ils ont reçu un appel 9-1-1 de Christopher Bollyn affirmant qu'il y avait un véhicule «suspect» dans son quartier (ou des personnes) se comportant comme des agents de police ou du FBI. Connaissant (ou en supposant) que "une erreur ait été commise", Russo a dit que les officiers se sont identifiés et ont expliqué qu'ils n'étaient pas du FBI et qu'ils menaient en fait une patrouille de routine. Ils lui ont montré leurs badges qu'ils portaient autour de leur cou. Bollyn est devenu très belliqueux, furieux, menaçant les policiers de par son langage corporel ainsi que par ses paroles. Il a indiqué en autant de mots qu'il allait rentrer à la maison en courant, amenant ainsi les officiers à penser qu'il pourrait tenter de prendre une arme. Craignant pour leur sécurité, les policiers l'ont abordé pour éviter qu'il rentre à la maison, parce qu'ils ne savaient pas ce qu'il y avait dans cette maison. Une lutte s'ensuivit alors qu'ils tentaient de le maîtriser, et un Taser a dû être utilisés pour lui passer les menottes. L'unité de répression des gangs comprend trois ou quatre officiers, semi-identifiés, circulant dans le quartier à la recherche d'un gang ou d'une activité de drogue. Russo est d'accord avec la suggestion de Guliani selon laquelle cela n'aurait pas été une situation tendue si Bollyn n'avait pas créé une situation tendue. Cette version des événements s'accorde avec les faits; pas les affirmations de Bollyn.

La randonnée à vélo de vingt minutes de Bollyn pour revenir de
la «boutique de vin» à la maison lui aurait fourni un certain temps pour que l'alcool prenne effet, ce qui pourrait servir de "courage hollandais" et comme anesthésique au cas où ils utiliseraient le pistolet Taser lors de sa scène de cascade. D'un autre côté, si Hufschmid et lui ont estimé qu'un Bollyn en état d'ébriété pourrait faire tout rater et risquerait de rendre l'altercation encore plus artificielle, Bollyn pourrait tout recracher dans la rue sans que sa famille le voit, et l'alcool dans son haleine aiderait à vendre à la police le concept de "Bollyn le belliqueux, fou furieux théoricien de la conspiration".

Même le propre frère de Christopher Bollyn, Jay, ne croyait pas son allégation de conspiration contre lui liée à ses écrits. Ni non plus son conseiller juridique, ses élus locaux, le personnel de l'American Free Press, la police, ou toute personne ayant plus d'une once de bon sens et qui n'a pas été aveuglés par l'idéologie et ont pris le temps d'examiner les faits.

BollynBrotherKnewWasLiar
Je dois dire que, c'est pas juste le processus qui m'a fait tomber, on m'a laissé tomber et j'ai été trahi par mes élus de mon village et de mon État, mon ancien employé et les gens d'American Free Press, mon conseiller légal, et même mon frère, qui a choisi de soutenir la police locale corrompue plutôt que son propre frère.


En novembre 2010, la journaliste russe Oleg Kashin avait les deux jambes brisées, sa mâchoire fracturée en deux endroits, son crâne endommagé, ses mains brisées, ses doigts cassés et un doigt coupé, après avoir été prise en embuscade dans un passage souterrain à Moscou. C'était pour avoir "tenté de dévoiler la vérité". En 2008, l'éditeur de journaux russe Mikhaïl Beketov a été violemment battu et laissé pour mort dans la neige, après une tentative ratée pour le tuer en 2007 lorsque sa voiture a explosé. Il a survécu avec des lésions cérébrales, est incapable de parler, et a dû avoir une jambe et trois doigts amputés. Pour ajouter l'insulte à l'injure, il a ensuite été reconnu coupable de "diffamation". La journaliste d'investigation russe Anna Politkovskaïa a été abattue en 2006. Et les opposants de la mafia sioniste dont le crime a été de dire la vérité, comme Ernst Zundel (emprisonné depuis des années après avoir subi des tentatives de meurtre par incendie criminel et par bombe artisanale), Robert Faurisson (hospitalisée pendant plusieurs semaines, la mâchoire cassée, dents cassées, etc, et ce à plusieurs reprises), François Duprat (assassiné dans un attentat à la voiture piégée), Frank Walus (presque tué dans une attaque à l'acide) et Jürgen Rieger (explosion de sa voiture, attaqué et battu) ne s'en sont pas tirés avec simplement une visite de la police pour ensuite être immobilisés avec un Taser. Et, contrairement à Christopher Bollyn, ils n'ont pas instigué la confrontation en premier lieu, dégénérant en lutte physique, pour ensuite envoyer des pourriels sur tout l'internet avec des photos d'eux-mêmes avec leurs bras en écharpe pour tirer un maximum de cette histoire et en faire de la pub, pour le peu que ça vaut. Si le crime organisé juif avait vraiment voulu faire taire Bollyn, ils auraient lancé une attaque contre lui, et ils ne l'auraient pas traité avec des gants blancs. Il n'aurait pas été capable de marcher plusieurs miles du poste de police jusque chez lui. Mais la mafia juive n'aurait pas voulu attaquer un agent de désinformation qui propage des canulars comme "Danner a vu un Global Hawk", en plus ds autres histoires fausses telles que détaillé ci-dessous.

Frank Walus, par exemple, a dû payer 60 000 $ pour se défendre contre les fausses accusations d'être un «ancien officier de la Gestapo» et un "meurtrier de masse". Les accusations provenaient du fameux menteur Simon Wiesenthal, qui a été dévoilé comme l'auteur de faux documents montrant de la fausse fumée rajoutée sur une photo d'Auschwitz. Walus (né 29 juillet 1922) aurait été entre 17 et 21 ans un "agent de la Gestapo" lorsqu'il aurait prétendument commis des atrocités durant la période 1939-1943, et alors qu'il mesurait seulement cinq pieds quatre comparativement à la grandeur de six pieds rapportée par des témoins. En tant que Polonais, Walus n'aurait pas été autorisé à rejoindre la Gestapo. Neuf des témoins de Wiesenthal ont affirmé être nés et avoir vécu en Pologne, or ils mentaient. Après que Walus ait été blanchi de toute accusation, Wiesenthal a eu le cran de poursuivre Walus d'avoir atteint à sa réputation! Bollyn, en revanche, a été ingrat vis-à-vis d'American Free Press qui avait recueilli des milliers de dollars pour sa défense juridique, et a accusé à tort AFP d'avoir «volé» l'argent. Il s'est avéré qu'AFP avait fait tous les efforts pour contacter les bailleurs de fonds, pour leur demander s'ils voulaient que l'argent leur soit retourné ou qu'ils soient affectés aux fonds généraux de l'AFP, et AFP a renvoyé ou gardé l'argent comme convenu. AFP a envoyé environ 5000 $ à Bollyn, et a rendu presque tous les 15 000 $ restants, à l'exception d'une contribution écossaises dont ils n'ont pas l'adresse, selon Mike Piper. (Reportez-vous à ses émissions du 9 janvier 2007, à partir de 34:45.) Piper dit qu'il insistait que tout l'argent aurait dû être envoyé à Bollyn, mais que le reste du personnel d'AFP était tellement outré par le "comportement bizarre" de Bollyn, sous l'influence
d'Hufschmid, qu'ils ont pris la décision de renvoyer l'argent à ses expéditeurs. Et en tout cas, un juge juif a laissé Bollyn fuir le pays après avoir été condamné. Son «fonds de défense juridique» a été utilisé à des fins commerciales, pour la production de livres pour enfants.
BollynLegalDefenseFund


10 octobre 2006
[Notes du site de RBN:] L'émission de fin de soirée, ligne ouverte et forum de ce soir le 10 octobre diffusé sur les ondes de Republic Broadcasting Network à rbnlive.com, Michael Collins Piper a relaté la triste décision d'American Free Press de couper ses liens avec son correspondant de longue date Christopher Bollyn. Piper a précisé que la raison pourquoi Bollyn a été exclu est que Bollyn a continué à prêter sa crédibilité personnelle à des attaques contre American Free Press répandues par Eric Hufschmid et Daryl Bradford Smith qui dit que American Free Press -- de même que plusieurs groupes et individus antisionistes -- sous en fait sous le contrôle des sionistes ou d'infiltrateurs sionistes. Pourquoi Bollyn a continué ainsi à soutenir Hufschmid et Smith demeurait une question troublante pour le personnel d'American Free Press qui n'avait rien fait à part défendre Bollyn pendant les dernières 6 années, l'envoyant de par le monde pour des reportages spéciaux et publiant quelque mille articles de Bollyn, la plupart (peut-être les meilleurs d'entre eux) attaquait de front des sujets tels que le sionisme et des manigances du réseau israélien, difficile à croire que ce serait l'oeuvre d'une publication travaillant secrètement pour les sionistes et d'Israël. De plus, Piper a signalé que American Free Press a déjà donné à Bollyn 4500$ qui avaient été envoyés à American Free Press pour le fond de défense juridique de Bollyn qui avait été instigué après que Bollyn ait été attaqué devant chez lui par la police locale. De plus, AFP est sur le point d'envoyer 4000$ de plus qui ont été amassés pour lui. De plus -- jusqu'à ses plus récentes attaques contre AFP facilités par Bollyn en postant ces attaques sur internet -- AFP a tenté d'arranger un additionnel 5500$ offert à Bollyn par la "Foundation to Defend the First Amendment". (Ces fonds n'ont pas été donnés expressément pour Bollyn, mais lui auraient été rendus disponibles néanmoins.) Piper indique que c'était un absolu non-sens que lui-même (Piper) se soit secrètement arrangé avec la Homeland Security et l'ADL pour commanditer un piège pour que Victor Thorn attaque Bolyn alors que Thorn et Bollyn sont apparus à l'émission le 24 août (émission accessible dans les archives du site rbnlive.com sous "The Piper Report"). En fait à l'émission, Piper a dédié plus de 20-25 minutes à un appel de Mark Bilk de Californie qui aurait fait une analyse de stress du porte-parole du département de police et dit que Bollyn disait la vérité alors que le policier ne disait pas la vérité. Piper a aussi été très critique envers Victor Thorn et Lisa Giuliani d'avoir critiqué le rapport initial de Bollyn concernant les attaques de la police conter Bollyn. C'est évident pour quiconque qui écoute cette émission du 24 août. Ce qui est aussi évident est que Bollyn n'a même pas répudié - à la demande de Thorn - les attaques portées par Hufschmid contre American Free Press. Pourquoi Bollyn continue de s'allier à cet individu qui attaquait American Free Press au lieu de se porter à la défense de son employeur est une question qui n'a pas manqué de surprendre et confondre les auditeurs qui (...)




Remarque: certaines émissions de 2006 de Piper sont archivés dans le cache de Take Our World Back.
Voir au haut de cette page à ce lien pour une liste de fichiers qui sont accessibles.

Bollyn a affirmé que la police avait «cassé» son coude et il avait une «fracture cachée» qui a été probablement causée lorsque Michael Barber s'agenouilla sur son coude. Ce type de fracture ne se présente pas dans les rayons X, et le rapport médical a déclaré que Bollyn avait une «effusion au coude droit, fracture cachée possible». Même en cas d'effusion du coude, la probabilité la plus raisonnable est qu'il n'a pas de fracture cachée du tout. L'incidence de la fracture cachée, étant donné une effusion traumatique, est d'environ 30% (Morewood, 1987).

L'appel de Christopher Bollyn au bureau de police était une partie essentielle de la chaîne causale des événements, sans lequel ils n'auraient eu aucun prétexte pour venir à son domicile. Les "conspirateurs" contre Bollyn n'aurait pas été capables de l'amener à composer le 9-1-1 à moins qu'ils aient des pouvoirs «psychiques», ou que Bollyn soit victime de contrôle mental par lavage de cerveau. Cependant, même dans le cas peu probable que Bollyn ait été soumis à certaines des techniques MKULTRA, telles que:


  • Des substances qui favorisent la pensée illogique et l'impulsivité au point où le destinataire serait discrédité en public
  • Des matériaux qui favoriseraient l'effet enivrant de l'alcool
  • Des matériaux qui feraient de lui un sujet apte à être hypnotisé ou qui accroîtraient l'utilité de l'hypnose
  • Des substances qui modifient la structure de personnalité de telle manière que la tendance du destinataire de devenir dépendant d'une autre personne est renforcée

... Alors le scénario de Bollyn ayant été manipulé par Eric Hufschmid pour lui faire appeler le 9-1-1 l'amenant ainsi à se discréditer lui-même en se comportant illogiquement est tout aussi incompatible avec la fable du "journaliste honnête attaqué par des policiers formés par l'ADL pour avoir été trop proche de la vérité", considérant que l'alternative beaucoup plus envisageable est que Bollyn était pleinement conscient de l'arnaque, qui lui a probablement été suggérée par Eric Hufschmid. Il fut
dévoilé par la suite que Bollyn avait "reçu de l'argent de l'étranger" et avait apparemment été "régulièrement visité par une ou des personnes dont les plaques d'immatriculation ne peuvent être retracées".

Et l'idée que la police était déjà en route vers le domicile de Bollyn pour l'attaquer, et que c'était juste une coïncidence que Bollyn les ait appelés quelques minutes avant leur arrivée, c'est une autre coïncidence qu'il pousse vraiment trop loin. Le plan des sionistes était de semer la division au sein du mouvement pour la vérité entre d'un côté ceux qui peuvent voir à travers la tromperie et de l'autre côté les "vrais croyants" qui restent tellement aveuglés par l'idéologie qu'ils ne peuvent pas voir à travers les tromperies de quelqu'un qui était censé être de leur côté. Ceux qui ont planifié la scène de cascade étaient bien conscients que la présentation de Bollyn de lui-même comme un "anti-sioniste" et un «chercheur de vérité» lui gagnerait la sympathies et le bénéfice du doute de tous ceux dans le mouvement pour la vérité qui ne pouvaient pas, ou ne voudraient pas, poser un regard impartial sur les faits. Lancez quelques idées telles que «la police corrompue» et "l'ADL" dans le mélange, et il vous serait plus facile de vendre aux "vrais croyants"
les moins exigeants dans le mouvement pour la vérité, qui jugent tout les cas sur des bases idéologiques plutôt que sur le mérite.

Certains dans le mouvement pour la vérité, comme ceux du Forum Cassiopée, auront disséqué le cas et seront arrivés à la conclusion correcte en quelques heures ou quelques jours. D'autres prendront des semaines ou des mois avant d'arriver au bout de cette affaire. Et certains - les «vrais croyants» - maintiendront leurs illusions indéfiniment quant à leur "Christopher Bollyn, journaliste indépendant et honnête", parce qu'ils n'auront ni le temps, ni le désir, ni la durée d'attention ni les capacités pour mener une enquête objective. De même, l'incident visait à accroître la division entre ces vrais croyants et ceux en dehors du mouvement, qui ont perçu Christopher Bollyn et par extension les "twoofers" ou "troofers" ("truthers"= zélateurs de la vérité du 11 septembre) comme des anti-sémites et des paranoïaques devenus la risée générale. Maintes et maintes fois, il a pu être constaté que les écrits et les opérations de Bollyn ont été conçus pour attirer les «théoriciens du complot» en leur donnant ce qu'ils voulaient lire tout en discréditant en même temps le mouvement pour la vérité aux yeux de ceux qui connaissaient pas grand chose à ce sujet.

Plus précisément, les sionistes étaient conscients que certains au sein du mouvement pour la vérité iraient jusqu'à commettre l'erreur logique de post hoc ergo propter hoc (après cela donc à cause de cela) qui confond corrélation et causalité.

1. Bollyn, un journaliste antisioniste et chercheur, creuse et dévoile l'implication sioniste dans le 11 septembre
2. Bollyn a eu des ennuis avec la loi
3. Bollyn a eu des ennuis à cause de son militantisme antisioniste

Cela a été pas mal la même tactique qu'ils ont utilisé le 11 septembre, sachant que ceux qui seront incapables ou refuseront de faire des recherches sur la question pourront imaginer:

1. Des avions ont frappé les tours
2. Les tours se sont effondrées
3. Les tours se sont effondrées en raison des impacts d'avion et des incendies qui ont suivi

Cependant, bien que l'erreur de logique soit la même dans les deux cas, et génère une fausse conclusion, les deux prémisses (1) et (2) sont correctes dans le cas du 11 septembre. Dans le cas de l'arrestation de Bollyn, le mythe de la prémisse (1) est requise pour la conclusion légendaire (3).


Efforts de Bollyn pour saboter le mouvement de vérité du 11 septembre avec de la désinformation

Une partie du travail de Bollyn consistait à saboter les efforts de dévoilement de la vérité sur les démolitions contrôlées au moyen de thermite du WTC 1, 2 et 7. Alors que Eric Hufschmid accuserait des scientifiques honnêtes et des chercheurs comme le Dr Steven Jones, Kevin Ryan et Jim Hoffman de "travailler pour les juifs", se révélant ainsi rapidement comme un atout des sionistes et opérateur COINTELPRO, d'autres agents de désinformation proposeraient des hypothèses diamétralement opposées aux preuves réelles ou aux lois de la physique, comme les allégations à l'effet que le WTC a été démoli à l'aide d'inexistants "
tuned mass dampers à l'uranium", ou des bombes nucléaires ou le rayon Star Wars. Les sophismes de Bollyn étaient plus subtils. Il ferait tous les bons bruits et apparaîtrait comme étant à l'avant garde en écrivant sur l'acier en fusion, la thermite, les explosifs, le sionisme, les politiciens israéliens, etc, pour construire la légende de "Bollyn grand chercheur et dénonciateur du sionisme". Mais dans le même temps, il avait nui à l'hypothèse de la démolition contrôlée en introduisant des «erreurs» dans ses rapports. C'est un peu comme des questions à choix multiples qui présentent la réponse correcte, une qui est superficiellement plausible mais néanmoins fausse, et une autre qui est d'une absurdité totale. La stratégie de Bollyn a été de prendre l'option du milieu. Et parce que la plupart des agents de désinformation blâment généralement Bush pour le 11 septembre, ou encore «les jésuites», ou "les francs-maçons", ou "les extraterrestres", etc., les planificateurs savaient que certains dans le mouvement pour la vérité accorderaient à Bollyn et Hufschmid le bénéfice du doute parce qu'ils ont dit que le 11 septembre était un travail israéliens ou sioniste. Certains de ces adeptes, trop aveuglés par l'idéologie pour voir à travers les sophismes, se porteraient farouchement à la défense de leurs héros - et iraient même jusqu'à accuser ceux qui les démasquent d'être des «faux jetons», des «Juifs», des menteurs», etc.

En 2002 Bollyn a écrit un article qui a mentionné des allégations sur l'acier fondu, mais celui-ci était conçu pour discréditer ces rapports en citant délibérément mal Mark Loizeaux concernant l'endroit où l'acier fondu a été trouvé.

Bollyn2002DisinfoPiece


AFP a interrogé Loizeaux concernant les allégations sur l'acier fondu découvert sur le site. «Oui», dit-il, des «points chauds d'acier fondu dans les sous-sols." Ces zones incroyablement chaudes ont té trouvées "au fond des cages d'ascenseur des tours principales, sept niveaux en bas [dans le sous-sol]", a déclaré Loizeaux. L'acier fondu a été trouvé "trois, quatre et cinq semaines plus tard, quand les décombres étaient enlevés", a déclaré Loizeaux. Il a déclaré que l'acier fondu a également été trouvé à l'édifice 7 du WTC, qui s'est effondré mystérieusement dans l'après-midi.

L'acier de construction a un point de fusion très élevé d'environ 2800 ° Fahrenheit (1535 ° Celsius). Questionné sur ce qui pouvait avoir causé ces chaleurs extrêmes, Tully a dit: "Pensez au kérosène."

Loizeaux déclaré à AFP que les feux d'acier ont été alimentés par la fonte de "papier, tapis et autres combustibles tassés dans les cages d'ascenseur par les étages de la tour alors qu'ils s'aplatissaient dans le sous-sol."

Le kérosène à base de jets de carburant, le papier ou d'autre combustible se trouvant normalement dans les tours, ne peut cependant pas générer la chaleur nécessaire pour faire fondre l'acier, en particulier dans un environnement pauvre en oxygène, comme un sous-sol profond.

Eric Hufschmid, auteur d'un livre sur l'effondrement du WTC, Time for Painful Questions, a dit à AFP que la raison de l'absence d'oxygène, du papier et d'autres combustibles tassés au fond de la cage d'ascenseur serait probablement «un tas de braise fumante».

Les experts ne sont pas d'accord que le kérosène ou le papier puisse générer une telle chaleur. Cela est impossible, disent-ils, parce que la température maximale qui peut être atteinte par les hydrocarbures comme le kérosène, le brûlant à l'air libre est de 1520 ° F (825 ° C). Parce que les incendies du WTC étaient riches en carburant (comme en témoigne l'épaisse fumée noire), ils font valoir qu'ils n'ont pas atteint cette limite supérieure de 825 ° C.


BollynMoltenSteelDisinfo

Voici ce qu'il m'a écrit aujourd'hui à 10:38 PST


MrBryan,



Je n'ai pas vu personnellement l'acier en fusion au site du WTC. Cela m'a été rapporté par le contracteur avec qui nous avons travaillé. L'acier en fusion a été aperçu d'abord durant les excavations de débris autour de la tour sud lorsque de grandes excavatrices hydrauliques creusaient des tranchées de 2 à 4 mètres de profondeur dans la pile de débris compactés/brûlants. Il y a autant des preuves vidéos que des images photographiques de l'acier en fusion étant "extirpé" en dehors par des excavatrices. Je ne suis pas sûr où vous pouvez en obtenir une copie


Désolé de ne pas avoir pu offrir une confirmation personnelle.


(...)




De manière amusante,
Bollyn a correctement souligné que le papier et autres combustibles de bureau brûlant à ciel ouvert ne pouvait pas générer les températures nécessaires pour faire fondre l'acier, mais a ensuite cité en sa faveur Eric Hufschmid comme étant un «expert». C'est le beau-frère de
James Murdoch, le même Eric Blane Hufschmid qui allait plus tard faire connaître ses «recherches» sur les "pets liquides". Le mouvement du mensonge définirait Bollyn citant Hufschmid comme un exemple de "fantasmes mutuels de désastres". Le chiffre cité par Bollyn de 1520 ° F (825 ° C) comme température «maximale» était arbitraire, et Eric Hufschmid n'est guère le choix idéal comme autorité en matière de loi naturelle et physique. A moins que, nous parlions de lois du mouvement - mais pas le type de «déplacements» ou «mouvements» qu'Isaac Newton avait en tête ...

Un autre morceau de désinformation que Bollyn a incorporé dans son article de 2002 consiste en des allégations concernant des pics sismiques «énormes», «inhabituels», «inexpliqués» au début de l'effondrement.

BollynSeismicSpikesDisinfo


Toutefois, les enregistrement sismiques des Palisades montrent que--comme l'effondrement commençait--un énorme "pic" sismique a marqué le momentla plus grande énergie a touché le sol. Les plus fortes secousses ont toutes été enregistrées au début de l'effondrement, bien avant que les débris ne heurtent la terre.

Ces "pics" inexpliqués dans les données sismiques accréditent la théorie selon laquelle des explosions massives à la base des tours auraient causé l'effondrement.

Un «pic aigu de courte durée», voilà comment le sismologue Thorne Lay, de l'Université de Californie à Santa Cruz a décrit à AFP l'effet d'une explosion nucléaire souterraine sur un sismographe.

Les deux pics inexpliqués ont une amplitude plus de 20 fois supérieure des autres ondes sismiques associées aux effondrements et ont été observés dans l'enregistrement sismique Est-Ouest lorsque les bâtiments ont commencé à tomber.

Les experts ne peuvent expliquer pourquoi les ondes sismiques ont culminé avant que les tours n'aient réellement touché le sol.

Interrogé sur ces pics, le sismologue Arthur Lerner-Lam, directeur du Centre de l'Université de Columbia sur les dangers et les risques de la recherche a confié à AFP, "Ceci est un sujet de recherche actuelle et de discussion. C'est toujours sous enquête."



Après avoir mal cité Mark Loizeaux, Bollyn est allé jusqu'à dénaturer le travail des experts tels que Arthur Lerner-Lam, qui a dit à Bollyn que les données étaient «toujours sous enquête». Après tout, c'était moins d'un an après le 11 septembre. Bollyn a laissé entendre que les données sismiques resterait "inexplicables" sous l'hypothèse d'un effondrement causé par un incendie, et qu'il s'agissait donc de la «preuve» des démolitions contrôlées. Bollyn a déformé les données avec son mensonge que "les ondes sismiques ont culminé avant" que les décombres n'aient "touché le sol". Il a donné l'impression que sur le sismographe couvrant une période de 30 minutes, la période de 50 secondes de perturbations d'amplitude relativement faible après l'effondrement correspondait aux 10 secondes ou plus de temps de chute, et le la période allant jusqu'à 10 secondes de vagues d'une amplitude vingt fois supérieure alors que les décombres de la section supérieure touchaient le sol était un sinistre pic de 2 secondes au début de l'effondrement. Naturellement, lorsque la courbe est comprimée horizontalement parce que l'axe x (temps) couvre quelques minutes plutôt que quelques secondes, les oscillations d'amplitude plus élevées apparaissent comme un seul pic important. La table était mise pour rendre la tâche facile à la revue Popular Mechanics pour qu'elle démystifie cet homme de paille.

L'interprétation erronée de Bollyn en ce qui concerne les données sismiques et ses mauvaises citations de Mark Loizeaux lui ont permis de propager la théorie erronée "de l'effondrement initié par des bombes dans le sous-sol", remettant un autre homme de paille entre les mains des anti-vérité soi-disant démystificateurs. Compte tenu des avantages potentiels, et des bénéfices réalisés en date de 2010, le 11 septembre n'était pas une opération à faible budget qui aurait pu opter pour une démolition contrôlée classique. Israël, en s'arrangeant pour que ses ennemis soient vaincus pour eux, sans frais pour eux autant en sang qu'en argent, a bénéficié des guerres illégales, immorales en Afghanistan et en Irak au rythme, à tout le moins, de centaines de milliers de musulmans morts, des milliers de soldats morts et des dizaines de milliers de blessés, avec une facture à régler pour les seuls Etats-Unis de plus d'un billion (millier de millards) de dollars, au bout du compte. Les auteurs avaient la technologie électronique pour détourner électroniquement et piloter les avions dans les zones qui avaient été équipés de nano-thermite (sous couverture de "mise à niveau" de l'ignifugation). Il y a une corrélation remarquable entre les étages des impacts dans chaque tour qui ont supposément cédé en raison des "feux", et les étages dont l'ignifugation du plancher avait été "mise à niveau", en particulier dans le cas de la tour nord (WTC 1). Dans l'arnaque des billions (milliers de milliards) de dollars du 11 septembre, les trompeuses démolitions de grattes-ciels ont été disposées de sorte que les effondrements commenceraient à partir de la zone d'impact, déjà enduites d'un accélérateur de nano-ingénierie, afin de propager l'illusion des effondrements causés par l'impact et les incendies. Il est possible que des explosifs ont été utilisés dans les sous-sols, dans ce cas, ils auraient été déclenchés soit quelques secondes après l'impact des avions, ou quelques minutes avant l'effondrement, afin qu'ils puissent être «expliqués» comme étant le résultat du déversement du kérosène dans les cages d'ascenseur ou comme une conséquence des incendies. Mais la preuve démontre que la destruction a commencé à la zone d'impact, et non dans les sous-sols.

Chaque fois que quelqu'un relayait par erreur les déclarations de Bollyn concernant des " explosions sous-sol qui auraient détaché les colonnes de support central du substrat rocheux, et auraient fait tomber les tours"; concernant l'acier fondu "dans les sous-sols les plus inférieurs (-7 niveau)"; et concernant des preuves sismiques qui étaient "assez claires" et montraient que des "décharges massives (et inexpliquées) d'énergie" auraient causé "des tremblements de terre de magnitude 2,1 et 2,3 avant que tout autre débris n'ait même touché le sol" et qu'un " 'pic' de vague sismique qui se serait produit à environ 4-5 secondes après le début de l'effondrement de 8 secondes de la tour nord, aurait été plusieurs fois plus grand que les vagues qui ont marqué le moment de l'impact lorsque les «décombres» ont finalement touché le sol", les faux jetons pourraient en profiter pour faire valoir en grandes pompes que les démolitions contrôlées commencent "toujours" à partir du sol, et puisque ce n'était pas le cas pour les tours, cela «prouve» que l'histoire officielle de l'impact et l'incendie provoquée par l'effondrement est correcte. Après que Bollyn eut saboté les preuves de l'acier fondu, les faux jetons iraient ensuite proclamer que la thermite n'est «jamais» utilisés dans les démolitions contrôlées, éludant ainsi le fait qu'il est utilisé dans les démolitions trompeuses qui sont censés ressembler à des effondrements dus à l'impact et à des feux. Les faux jetons prétendent également que la thermite n'est pas un explosif, ou que la nano-thermite n'est pas incendiaire, ignorant le fait que les deux auraient pu être utilisés, et la taille des particules et le matériau de la nano-thermite peut être habilement adaptées pour donner l'équilibre nécessaire entre un effet de souffle incendiaire et un effet de percussion explosive dans une tentative de limiter les rapports de bruits d'explosions ainsi que toute preuve d'explosions.

BollynBasementExplosions
Source: Bo11yn.com

La preuve est désormais convaincante - les tours jumelles ont été explosées sur leurs pieds. Les accidents d'avion et les incendies n'étaient que des distractions secondaires par rapport à l'événement principal. Les tours ont été littéralement "explosées" hors de leurs semelles au début, et durant la première phase de leurs effondrements respectifs. Le fait que les tours ont été vues en train de "sauter" immédiatement avant l'effondrement est documenté sur pellicule par une caméra d'un hélicoptère témoin de cet événement.

Des explosions massives profondes dans les caves des tours du WTC ont clairement fait lever - puis retomber - les structures massives de leurs bases se trouvant 70 mètres sous la surface. Les explosions aux sous-sols qui ont détaché les colonnes de support central de la roche mère, et fait tomber les tours, produisant des bassins d'acier en fusion extrêmement chaud (1535 + degrés Celsius), qui a persisté pendant des jours dans les caves les plus basses (-7 niveau), ainsi que des traces sismiques claires- qui n'ont pas encore été expliquées.

Toutefois, la preuve sismique est très claire: Il y avait des décharges massives (et inexpliquées) d'énergie provoquant des tremblements de terre d'une magnitude de 2,1 et 2,3 avant que le moindre débris n'ait même touché le sol. Par ailleurs, les sismologues sont d'accord que les décombres ne feraient que causer un minimum les perturbations sismiques, ce que l'enregistrement sismique démontre clairement (par exemple les rapports d'
Arthur Lerner-Lam de l'Université Columbia)


En fait l'impact des "débris" (nous ne pouvons plus parler de gros morceaux) a causé des signatures d'ondes de choc sismique relativement mineures par rapport à ce qui a secoué la terre (tremblements de terre de 2,1 et 2,3) à la base des tours depuis le début de l'effondrement jusqu'à environ 5 secondes durant les 8 et 10 secondes de l'effondrement.

Les "pics" d'ondes sismiques massifs, qui se sont produits à environ 4-5 secondes au cours de l'effondrement de 8 secondes de la tour nord a été beaucoup plus importants que les vagues qui ont marqué le moment de l'impact lorsque les "débris" ont enfin touché le sol.


Le matériel de Bollyn a été écrit afin de représenter un grand attrait pour ceux qui savent que le WTC a été abattu par des démolitions contrôlées, mais qui sont relativement nouveaux dans le mouvement de vérité du 11 septembre, ou qui n'ont pas suivi le débat pour voir les arguments anti-démolition contrôlée . Les écrits de Bollyn diraient à ces patriotes ce qu'ils veulent lire, et ils le percevraient comme un héros. Ainsi, une sous-section du mouvement pour la vérité emploierait des fausses preuves et des faux arguments -- et citeraient le mauvais "journaliste -- pour plaider leur cause, et les faux jetons pourraient facilement faire tomber ces arguments. Les gens qui manipulent Bollyn étaient bien conscients que plusieurs de ceux qui ont gobé la légende de Bollyn le grand "chercheur" et "journaliste" n'iront pas examiner les détails techniques ou l'exactitude de ses allégations, et que quelques-uns des plus illusionnés, les membres paranoïaques du fan club pourraient même être persuadés que les critiques de Bollyn sont des «faux jetons Juif, des juifs, ou des "agents de la juiverie mondiale".

En septembre et octobre 2006, après la cascade de l'arrestation de Bollyn et l'implosion du canular du «Global Hawk», il devenait plus évident qu'il avait été installé pour servir d'homme de paille ayant pour tâche de discréditer les preuves de démolition contrôlée et la vérité sur le 11 septembre.

BollynStrawMan

#75. à : Poseidon, TOUS (#66)

(1) Faits vérifiables empiriques: Selon Peter Tully de Tully Construction Flushing, NY, et Mark Loizeaux de Controlled Demolition, Inc., de Phoenix, MD., étaient tous deux impliqués dans le retrait des débris, de l'acier en fusion a été trouvé aux niveaux des sous-sols dans les ruines des édifices des WTC 1, 2 et 7.
En fait, aucun d'eux n'a dit que de l'acier en fusion a été trouvé aux niveaux des sous-sols. Les allégations sur les niveaux des sous-sols sont une fabrication malhonnête, d'un journaliste anti-Bush nommé Bollyn. Loizeaux a dit qu'il y a eu des allégations d'acier en fusion, mais surtout autour de la tour sud et l'image qui est postée de cet acier a été prise près du sommet de la pile de débris. Pas au niveau du sous-sol.



BollynStrawMan2

#91. à : Poseidon, TOUS (#80)

Je n'ai pas besoin de savoir où il a été trouvé.

Bien sûr que si. Ne pensez vous pas que cela importe dans la mesure où vous voulez prouver votre *théorie* sur les raisons de l'effondrement? Si vous dites qu'il y avait des bombes de thermite dans la cave, par opposition aux étages supérieurs des tours, vous finiriez sans doute avec de l'acier à des niveaux différents dans les décombres.

Vous devez également le savoir pour pouvoir déterminer s'il faut faire confiance aux sources vous disant que la thermite a été utilisée en premier lieu. Si ces *experts* vous disent qu'il y avait des «bassins» de cette matière dans le sous-sol, et vous ne pouvez trouver nulle part la moindre image d'un bassin, et encore moins dans le sous-sol, ni un témoin qui a décrit l'acier comme étant en "bassins", que pourriez-vous conclure à propos de votre *expert*? Peut-être qu'il est un menteur ... qu'il fait des choses ... qu'il exagère? Alors bien sûr vous avez besoin de savoir où l'acier en fusion a été censément trouvé.

BollynStrawMan3


Votre problème est qu'aucune source autre que Christopher Bollyn ne fait cette allégation concernant ce que Tully ou Loizeaux a dit. Et Bollyn a manifestement MENTI dans l'article où il a d'abord fait cette déclaration: http://www.rense.com/general60/seis.htm. Il a MENTI quand il a affirmé que l'enregistrement sismique montrait des «pics» avant le début de l'effondrement. Ça n'est pas le cas. AUCUN sismologue n'a utilisé le mot «pic» pour décrire la forme d'onde au WTC. En fait, AUCUN sismologue n'a indiqué qu'il y avait quelque chose de suspect quant à ​​la forme de l'onde, en particulier juste avant que débute l'effondrement. C'est tout simplement une invention de Bollyn. Vous pouvez aller lire tous les sismologues ont dit et écrit à l'Observatoire terrestre Lamont-Doherty de Columbia, et vous ne trouverez aucune mention de ce que Bollyn prétend. AUCUNE. C'est un MENTEUR.

Comme preuve supplémentaire de cela, je vous offre ce video Windows Media Player de 5mb d'un discours qui a été présenté par Christopher Bollyn à une rencontre sur la conspiration du 11 septembre le 23 oct 2004: http://www.EricHufschmid.net/ForBollynsSpeech23Oct2004.wmv. Dans ce document, Bollyn prétend qu'il n'y a aucun trou dans la façade du Pentagone assez grande pour le vol 77. C'est un autre mensonge pur et simple comme je l'ai prouvé maintes et maintes fois ici à LP en publiant des photos du trou et les dégâts sur le côté. Il ment à propos de la quantité de débris sur la pelouse. Il ment sur le moteur. En fait, il montre qu'il ne sait même pas quelle partie du moteur a été trouvée. Il pense que la partie trouvée montre le diamètre extérieur du moteur. S'il avait fait la moindre recherche honnête, il saurait que ce n'était pas le cas et que la partie est totalement compatible avec un moteur 757. Il spécule en outre qu'un missile à tête à l'uranium appauvri a joué un rôle dans les dégâts au Pentagone et que de l'uranium appauvri a été impliqué dans les crash du WTC aussi. L'homme est un ES**OC et un MENTEUR. Et vous êtes un IMBÉCILE si vous croyez quoi que ce soit qu'il prétend.

Bollyn a pris une citation de John W. Brown de Rolls-Royce hors contexte pour tirer une conclusion erronée sur le disque du moteur trouvé à l'extérieur du Pentagone.
BollynPentagonRotor



Après que cette photo ait été publiée par American Free Press, des lecteurs nous ont écrit pour suggérer que la turbine était une unité de puissance auxiliaire (APU), monté dans la queue d'un 757.

Chris Bollyn a contacté Honeywell à Phoenix, en Arizona, le fabricant des APU d'un Boeing 757. Un expert,s'exprimant sous le couvert de l'anonymat lui a dit que: "Ça ne peut être d'aucune façon une roue d'APU." Bollyn a alors contacté Pratt & Whitney et Rolls-Royce, les deux sociétés qui fabriquent des moteurs de 757. Pratt & Whitney ont référé Bollyn à Rolls-Royce et John W Brown porte-parole de Rolls-Royce a expliqué à Bollyn que:
"Ce n'est pas une partie de moteur de Rolls Royce avec laquelle je suis familier, et ça n'est certainement pas le 3007H AE qui est fait ici à Indy."
Pourquoi? Parce que Bollyn avait contacté l'usine de l'Indiana qui fabrique des pièces de moteur pour les petits avions. Ne travaillant donc pas dans une usine produisant des moteurs de 757, on ne peut s'attendre à ce que Brown soit familier avec la pièce.



Bollyn a remis aux "déboulonneurs" un autre petit bijou quand il a posté une photo montrant une colonne qui selon lui, était une «preuve substantielle» de "thermite".



BollynPostedDiagCutColumn


Il y a des preuves substantielles indiquant que de la thermite a été utilisée pour couper les colonnes de support central, ce qui a provoqué la chute des tours.

Les preuves peuvent être vues sur les photos des colonnes dans les décombres du World Trade Center.

Sur cette photo, par exemple, la colonne directement au-dessus du casque du pompier montre qu'elle a été coupé avec de la thermite. Il y a une quantité importante de fer fondu durci qui peut être vu autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la boîte de colonne. C'est précisément ce à quoi l'on pourrait s'attendre à trouver sur une colonne qui aurait été coupée avec de la thermite.

Les experts qui ont vu cette photo disent que cette colonne n'a pas été coupée avec une torche.




Christopher Bollyn a posté son petit article dans Rumor Mill News du 21 avril 2006. C'était sur Rense deux jours plus tard, après quoi il a été rapidement dupliqué et reposté par les partisans de l'hypothèse de la démolition contrôlée. Les "experts" anonymes de Bollyn qui lui ont dit que la colonne "n'était pas coupée à l'aide d'une torche" étaient probablement Eric Hufschmid et Jerry Myers. L'acier avait effectivement été coupé pendant le nettoyage. Une fois encore, l'allégation était facilement démystifiée, aidant les trompeurs et les négationnistes du réel à dépeindre Bollyn comme un «bouffon» - et par extension le mouvement pour la vérité comme une bande de bouffons.

BollynBuffoonColumnCut
Source: JREF forum


Terral, je me fous de ce que Christopher Bollyn dit, l'homme est un bouffon. J'ai utilisé des chalumeaux coupeurs et c'était la seule chose qui puisse se trouver dans cette zone et avoir fait ces coupures.

La thermite brûle vers le bas, et ça fait des TRÈS TRÈS gros dégâts.

C'est aussi le cas que nombre de pompiers sont restés à Ground Zero pendant des mois durant le nettoyage pour y chercher leurs camarades morts dans les décombres.

Cette photo que vous montrez Terral, montre des pompiers sur les lieux après que le nettoyage ait commencé, et le démantèlement de la structure restante avait commencé.

Il n'existe aucune preuve que la thermite est même capable de faire une coupe comme ça. Le projet Truthburn a échoué à démontrer cela lors du festival Burning Man l'année dernière. Des coupes comme celles-là ne peuvent pas avoir été faites avec de la thermite, elles peuvent cependant avoir été faites avec de l'oxy acétylène, et c'est comme ça que ces coupes ont été faites.





La période d'avril 2006 aura été celle où Bollyn et Hufschmid ont étroitement travaillé ensemble, quelques mois avant qu'ils propagent la fausse nouvelle du "Global Hawk" de Danner, et avant que Bollyn ait manigancé la cascade de son arrestation pour compléter les efforts d'Hufschmid pour diviser et discréditer le mouvement de vérité du 11 septembre. Hufschmid allait entrer bientôt dans sa phase de fin de partie, et Bollyn était sur le point d'entrer officiellement son milieu de partie. Ainsi, ceux qui auront reposté les photos des colonnes de Bollyn en avril 2006 peuvent être pardonnés d'avoir reposté de la désinformation alors que la réputation de Bollyn comme journaliste de renommée était encore relativement élevée chez les antisionistes.

Les "déboulonneurs" ont tenu à montrer comment les coupes en angles avaient été faites lors du nettoyage, de sorte que les colonnes tomberaient dans la direction voulue.

BollynColumnCutCleanup
BollynColumnCutCleanUp2
Comparez avec le plan rapproché de Bollyn, qu'il a posté le 23 avril 2006.
Photobucket


Parce que cette preuve est si importante, je publie une photo en gros plan du résidu de thermite, c'est-à-dire de fer en fusion durci, qui a été laissé clairement visible sur une colonne séparée du noyau du World Trade Center.

C'est une preuve claire du crime d'assassinat de masse de nos concitoyens.

Américains patriotiques, réveillez-vous!

La version "officielle" du 11 septembre est un tissu de mensonges. Le gouvernement a été pris en charge par une puissance étrangère, les "voleurs de Gadianton" ont pris le contrôle complet de notre nation.

BollynThermiteColumnClose2
Par ailleurs, la source de la preuve photographique des coupes à angle ayant été faites pendant le nettoyage est justement la même source où Bollyn avait pêché sa «preuve substantielle» de "thermite", en premier lieu: Voici la galerie de photographies de New York . Bollyn a pris la photo de sa colonne "coupée avec de la thermite" sur cette page, photo # 5100, et à cette page, photo # 5102, se trouve l'image montrant comment ces coupes ont été faites pendant le nettoyage. Il est peu probable que ce qu'on appelle un "chercheur" qui a glané parmi cette collection de preuves de thermite ne parviendrait pas à voir les preuves qui prouvent le contraire. Ainsi, dans ce cas, il y a une cause probable d'une intention de tromper, par opposition à une erreur. En tout cas, les "erreurs" de Bollyn sont si nombreuses que cela défie les lois de probabilité pour un chercheur honnête d'être à ce point porté à commettre des erreurs.

Heureusement, malgré les efforts de Christopher Bollyn et d'autres pour saboter la vérité du 11 septembre, les preuves pour divers types de thermite continuent de s'accumuler. Une vidéo d'expériences réalisée avec un mélange de thermate a démontré qu'il pouvait être utilisé pour couper rapidement des colonnes d'acier verticales (voir autour de 9:50) et produire des effets ayant l'apparence d'un «fromage suisse» (10:40), tel qu'observé dans l'acier provenant du World Trade Center.


[VIDEO 911 Experiments : The Great Thermate Debate]


Les partisans de l'histoire officielle ont également sauté de joie après que Bollyn ait déformé les informations qu'il a données sur la relation entre le secrétaire d'alors du département de la Homeland Security (Sécurité intérieure) Michael Chertoff et Benjamin Chertoff, qui était l'un des neuf journalistes excluant les éditeurs, éditeurs photo, etc, ayant participé à l'élaboration d'article de la revue Popular Mechanics portant sur la "démystification" des théories du complot du 11 septembre. Bollyn a affirmé que la mère de Benjamin Chertoff Judy lui a dit qu'ils étaient "cousins". Benjamin Chertoff a donné une version différente. Il a dit qu'il n'avait jamais rencontré ni communiqué avec Michael Chertoff, et ça serait la même chose pour les autres membres de sa famille à sa connaissance. Ils pourraient être des parents éloignés, plusieurs fois distants. Bollyn avait appelé sa mère et demandé s'ils étaient liés, sa mère a répondu qu' "ils pourraient être des cousins ​​éloignés". Après tout, en dehors des généalogistes, combien de personnes savent combien de cousins éloignés du 3e degré ils ont vraiment, et à plus forte raison combien sont en contact régulier avec eux?

La vidéo suivante inclut un appel téléphonique envoyé à Benjamin Chertoff. Lorsque Chertoff dit qu'il ne sait pas si lui et Michael Chertoff sont liés - comme toute personne honnête serait susceptible de répondre s'ils avaient le même patronyme que certaines personnes célèbres qui pourrait être leur cousin éloigné - Bollyn décrit cela comme "une façon de mentir". Et bien qu'il n'y ait aucune preuve que M. Chertoff ait menti, Alex Jones accepte l'affirmation de Bollyn.


Source: Google Vidéos

Michael Chertoff n'a pas été assermenté à titre de secrétaire de la Homeland Security avant le 15 février 2005, c'est-à-dire plus d'un mois après que l'article de Popular Mechanics, daté du 3 février 2005, soit passé sous presse. Et Chertoff n'a pas été désigné par Bush pour le poste avant le 11 janvier 2005, ce qui laisserait
tout au plus quelques jours pour le candidat à la DHS de faire pression sur son «cousin» Benjamin, pour que Benjamin convainque les autres journalistes d'adopter la position du "cousin" Benjamin sur le 11 septembre, puis d'écrire l'article, faire l'édition de photos, etc. Autour du moment où l'article de Popular Mechanics a été écrit, Michael Chertoff était juge fédéral à la Cour d'Appel des Etats-Unis pour le troisième Circuit à Philadelphie, en Pennsylvanie. C'est une hypothèse très raisonnable que Chertoff, un Juif sioniste qui a mis la main à l'écriture du Patriot Act, aurait été désireux de contribuer à couvrir le rôle d'Israël dans le 11 septembre. Mais lorsque la seule preuve d'un lien entre Benjamin et Michael Chertoff est la parole d'un «théoricien du complot» avec une réputation de fêlé paranoïaque et d' "ordure nazie" dont les autres informations ne sont pas exactement fiables, c'est tout simplement prêcher à des convertis. Il intensifie simplement les divisions entre les partisans de la vérité du 11 septembre et les adorateurs de célébrités, buveurs de bière, lourdeaux négateurs du réel qui imaginent que dix-neuf joueurs, coureurs de jupons, buveurs, sniffeurs de cocaïne, et Musulmans "pieux" nourrissaient une telle haine envers la culture occidentale qu'ils choisiraient volontiers de se suicider en tuant des milliers d'autres pour que les sionistes aient un prétexte pour envahir et piller les nations musulmanes. Et près de la moitié d'entre eux se sont plus tard révélés bien vivants - après que la liste originale des "pirates" ait déjà été révisée lorsqu'il a été constaté que certains "suspects" étaient ou bien encore en vie ou bien morts au cours de la mauvaise année. Et ils ont réussi à provoquer l'effondrement total sans précédent de trois grattes-ciels à charpente d'acier, après avoir frappé deux d'entre eux avec des avions, laissant des preuves de thermite active, etc., etc.

Bollyn a joué sur l'ambiguïté associée au mot «cousin», suggérant que Benjamin et Michael Chertoff étaient cousins. Mais cela exigerait que Chertoff Benjamin, par exemple si une fois éloigné d'un degré, était un descendant des grands-parents de Michael Chertoff. Si oui, il devrait y avoir une preuve, mais aucune preuve n'a fait surface. Il y a beaucoup de Chertoff. Le grand-père paternel de Benjamin Chertoff était Moishe Chertoff et sa grand-mère paternelle était Rosie Spar. Le grand-père paternel de Michael Chertoff était Paul Chertoff et sa grand-mère paternelle était Esther Barish. Alors Benjamin et Michael partagent le nom Chertoff, mais sont les descendants de différentes branches de la famille Chertoff, conformément à la position de Benjamin Chertoff.

L'article de Popular Mechanics était censé démystifier les allégations du mouvement de vérité du 11 septembre en attaquant les plus faibles des arguments opposés à la théorie officielle du complot. Plutôt que de s'occuper d'examiner les faits, Bollyn a servi de fausse "opposition" à l'article avec des allégations facilement réfutées concernant le messager.

Eric Hufschmid a déclaré: «Il [Bollyn] faisait beaucoup de choses qui gênent les sionistes, comme appeler les parents de Michael Chertoff au téléphone et leur demander si Benjamin Chertoff était un parent." Cependant, loin d'être "gênant" pour les sionistes, Bollyn a joué un rôle d'atout sioniste valable.

Quant à savoir qui a vraiment influencé Popular Mechanics et suggéré un article de "démystification" du mouvement de vérité du 11 septembre vérité, il y a un meilleur suspect qu'un futur secrétaire de la Homeland Security qui serait un cousin éloigné de Benjamin Chertoff. Un milliardaire israélien, qui lisait la revue Popular Mechanics à l'âge de 4 ans, et qui a rencontré Bernard Kerik durant la visite de Kerik en Israël les 26-29 août 2001, et qui a fourni Kerik un "prêt" de 250 000 $ via l'intermédiaire Shimon Cohen, un marchand de marbre et de pierre de Brooklyn, après que Kerik ait prétendu qu'un passeport d'un pirate de l'air avait été «découvert» après avoir survécu à la boule de feu du carburant. Eitan Wertheimer aurait exercé une certaine influence auprès des éditeurs.

Il est également prouvé que le livre d'Eric Hufschmid Painful Questions a servi d'homme de paille et d'inspiration pour l'article de Popular Mechanics.

Bollyn ne limite pas ses mauvaises représentations aux conversations téléphoniques. Même quand les mots originaux de la personne sont imprimés en noir et blanc, Bollyn ira débusquer quelques phrases et les sortir de leur contexte, de sorte que la version des événements selon Bollyn et la version de la personne disent presque l'exact opposé.

Dans l'éditorial de janvier 2002 $elling Out the Investigation ("Vendre l'enquête") dans le Fire Engineering Magazine, Bill Manning décrit l'enquête officielle menée par l'ASCE et soutenue par la FEMA (avant que le NIST ne prenne la relève) comme une "farce à moitié cuite". Manning écrit:


Dans la situation actuelle et si elles continuent de telle façon, l'enquête sur l'incendie du World Trade Center et l'effondrement en restera à de l'hypothétique généré sur papier et par ordinateur.

Toutefois, des membres respectés de la communauté des ingénieurs de protection des incendies commencent à agiter des drapeaux rouges, et une théorie qui a trouvé un forte résonance a émergé: Les dommages structuraux des avions et l'allumage explosif du kérosène n'ont pas suffi en eux-mêmes à faire tomber les tours. Au contraire, la théorie propose que les feux ultérieures de matériel attaquant les treillis légers et les colonnes porteuses douteusement ignifugés ont directement causé les effondrements en un temps dangereusement court et alarmant. Bien sûr, à la lumière de l'absence de preuves réelles jusqu'ici produites, ceci pourrait rester rien de plus qu'une théorie inexplorée.

La fréquence des rapports publiés et non publiés soulevant des questions sur l'ignifugation de l'acier et d'autres éléments de protection contre les incendies dans les bâtiments, ainsi que leur conception et leur construction, est en hausse. Les constructeurs et les propriétaires de l'immeuble du World Trade Center, l'Autorité portuaire de New York---New Jersey, une agence gouvernementale qui opère dans un vide de responsabilité au-delà de la portée des règles locales du bâtiment et des incendies, a nié les accusations que la protection incendie des bâtiments ou des éléments de construction étaient inférieurs, mais a refusé d'obtempérer aux demandes de documents permettant d'étayer ses assertions.

Certains citoyens sont descendus dans les rues pour protester contre la trahison de l'enquête. Sally Regenhard, pour sa part, veut savoir pourquoi et comment le bâtiment est tombé car il a emporté son malheureux fils Christian, un pompier probatoire de la FDNY. Et nous aussi.

De toute évidence, il y a des questions brûlantes qui ont besoin de réponses. Basé sur l'ampleur de l'incident à lui seul, une enquête médico-légale complète, bien pourvue en ressources est impérative. Plus important encore, d'un point de vue moral, pour la sécurité des générations présentes et futures qui vivent et travaillent dans de hauts bâtiments et pour celle des pompiers -- toujours les premier et les dernier à y entrer et à en sortir -- les leçons sur la conception et le comportement des bâtiments dans cet événement extraordinaire doivent être apprises et appliquées dans le monde réel.

Les impacts et le carburant d'avion seuls n'ont de toute évidence pas été suffisants, car le kérosène aurait brûlé en quelques minutes et les tours sont restées debout pendant 56 minutes (WTC2) et 102 minutes (WTC1). Manning se plaint à juste titre que la destruction de preuves et l'absence d'une véritable enquête (moins de quatre mois après l'événement) signifie que les théories spécifiques telles que l'insuffisance des treillis ou l'affaissement des colonnes resterait une simple théorie en l'absence de preuve corroborante. Une "
enquête médico-légale complète, bien pourvue en ressources" était nécessaire afin que «les leçons sur la conception et le comportement des bâtiments dans cet événement extraordinaire" puissent être "apprises et appliquées dans le monde réel" pour "la sécurité des générations présentes et les générations futures qui vivent et travaillent dans des hauts bâtiments et pour celle des pompiers ».

Et au pied de son éditorial, M. Manning a inséré un lien dans lequel il exhorte les pompiers à lire l'article de
Fire Engineering Magazine "WTC 'Investigation'?: A Call to Action", qui établit que:"«Oui, c'était des pilotes terroristes qui ont englouti deux avions de ligne dans les tours jumelles. C'était l'incendie subséquent, toutefois, qui a fait tomber les tours. [...] Attention au treillis! Frank Brannigan nous a exhorté pendant des années sur ce sujet. Il a été rapporté que les étages du World Trade Centre étaient soutenus par des armatures en acier léger, de parfois plus de 50 pieds de long. Que dire de plus? L' "ignifugation" moderne pulvérisée sur l'acier n'a pas bien servi au World Trade Center. N'avons-nous pas toujours été méfiants au sujet de ces matériaux?"

Presque n'importe qui avec un âge de lecture de cinq ans ou plus - des «démystificateurs» anti-vérité; à ceux qui savent que le 11 septembre n'était pas l'oeuvre de musulmans - comprennent que Bill Manning n'est pas un partisan de l'hypothèse des démolitions contrôlées. D'un point de vue de la sécurité incendie, il était (à juste titre) très sceptique de la décision de se débarrasser d'une telle quantité d'acier aussi vite, et il a soupçonné (à tort) que l'ignifugation ou la construction du WTC a été en quelque sorte "inférieure au niveau requis». Manning relaie clairement la position officielle (sioniste) que les incendies de matériel ont fait tomber les tours.

Bollyn a écrit:


Aucune preuve n'a été produite pour appuyer la théorie que le kérosène brûlant et les feux secondaires "attaquant les treillis légers et les colonnes porteuses douteusement ignifugés ont directement causé les effondrements", écrit Manning, en ajoutant que l'effondrement s'est produit "dans un temps dangereusement court et de façon alarmante. "

Parce qu'aucune «preuve matérielle» n'a été produite, la théorie selon laquelle les tours jumelles se sont effondrées suite à un incendie "pourrait rester seulement une théorie inexplorées", a déclaré Manning

Bollyn a amalgamé les théories spécifiques de l'affaissement des treillis et des colonnes, associé à l'ignifugation douteuse, avec la théorie générale de l'effondrement induit par l'impact et les feux. Il a transformé Manning, de quelqu'un qui croit la position dominante en un sceptique de la position dominante, qui doute que les impacts et les incendies aient fait tomber les bâtiments.

Ainsi, la preuve écrite existe démontrant que Bollyn prend les mots d'autres personnes hors de leur contexte et tord le matériel en fonction de son propre programme de sabotage. Une des distorsions de la position de Manning par Bollyn est entièrement compatible avec le fait qu'il échoue à transmettre honnêtement ce que ses sources lui ont dit au téléphone, qu'il s'agisse de Judy, la mère de Benjamin Chertoff lui racontant comment Michael Chertoff pourrait être un "lointain" cousin, ou Arthur Lerner-Lam sur le fait que les données sismiques étaient encore à l'étude en août 2002, ou Mark Loizeaux sur l'acier fondu retrouvé dix pieds sous le tas de débris.

La désinformation de Bollyn, telles que l'acier en fusion et Benjamin Chertoff, sont malheureusement mélangées avec des bonnes informations, tels que les rapports authentiques d'acier fondu. C'est très bien pour la famille Murdoch et les auteurs du 11 septembre, mais dommageable pour le mouvement de vérité.
En octobre 2006, quand il a été congédié de l'American Free Press pour déloyauté, non-fiabilité et pour mensonge après qu'il ait référé les gens vers le site d'Eric Hufschmid qui répand l'allégation absurde comme quoi AFP serait sous contrôle sioniste, Christopher Bollyn avait déjà accompli une grande partie de son travail de provocateur Internet. Ses six années passées auprès de Liberty Lobby, et son successeur AFP, et ses articles qui étaient principalement du remplissage et des allégations non fondées, avec une dose de désinformation conçue pour nuire au mouvement de vérité, mais appuyant sur tous les bons boutons tels que l'acier en fusion, la thermite, la démolition contrôlée, les sionistes, Israël, etc, ont contribué à lui monter des légions de fans dans le mouvement pour la vérité. Bollyn avait aidé à dépeindre le mouvement pour la vérité comme une bande de néo-nazis et de paranoïaques lunatiques qui se sont fiés à la parole d'un menteur avéré au lieu de celle de sources réputées et bien référencées, et avait réussi à se faire une réputation, parmi ceux qui ignorent la vérité du 11 septembre, de «lunatique total et maître à interpréter le fait que quiconque est en désaccord avec lui, peu importe la raison, comme une preuve de la véracité de ses théories du complot". Dans sa nouvelle phase comme "journaliste sans frontières" basé sur le Web, Bollyn a continué de faire des ravages en propageant de la désinformation visant à nuire à l'hypothèse des démolitions contrôlées.
Les preuves de l'utilisation de thermite comprennent une séquence vidéo d'un flux de matériau jaune-orange s'écoulant de la tour Sud dans les minutes précédant l'effondrement, signe d'une fonte riche en fer et en totale contradiction avec le scénario des "incendies de bureau". Les faux jetons ont tenté de réfuter cela avec l'affirmation absurde que ce matériau était de l'aluminium en fusion, même si l'aluminium en fusion aurait un aspect argenté. Le NIST savait que l'allégation d'aluminium pur en fusion était impossible, et a proposé qu'il aurait pu y avoir des débris brûlants mélangés à l'aluminium fondu pour donner la couleur jaune-orange. Le NIST et d'autres ont mené des expériences pour tenter de recréer l'effet, mais ils en ont été incapables. C'est là que Christopher Bollyn est venu à la rescousse des faux jetons.
Avant que Bollyn ait été amené à travailler pour The Spotlight en 2000 dans des circonstances plutôt étranges par un Khazar auto-proclamé, ce qui est justement le bon moment pour planter un faux «journaliste» dont le travail consistera à contrer la vérité du 11 septembre sur le Web, il travaillait alors pour IBM Global Network Services, qui se trouvait dans un gratte-ciel à bureaux de 11 étages de Schaumburg. Le bâtiment situé au 231, route Martingale N. avait une chambre de batteries, décrites comme étant "impressionnante comme l'enfer" par un entrepreneur qui travaillait là-bas. Les expériences de Bollyn à l'édifice IBM Global Network Services a dû lui servir d'inspiration pour son article de désinformation qui comprenait deux thèmes qui constituent une partie importante de la vérité du 11 septembre, mais les a trafiquées afin de nuire au mouvement pour la vérité. Une technique similaire a été employée par un Juif maçonnique dont la tromperie était basée sur un fausse connexion liant les faux "étudiants en art" du Mossad israélien, qui n'étaient pas au WTC, avec de réels artistes qui étaient bien là. Bollyn a exploité la thermite et le contrôle d'avions à distance pour rendre ses articles attrayants pour ses fans, mais a suggéré faussement que les avions du WTC ont été engloutis dans les salles informatiques par des "dispositifs de guidage" qui avaient été plantés là, et postule une théorie du complot ridicule sur des batteries qui aurait eu de la thermite cachée en elles.
BollynHomingDevices
[...]
BollynThermiteBatteries

CIBLE: SALLES INFORMATIQUES

Les deux avions qui ont frappé les tours jumelles du World Trade Center le 11 septembre se sont encastrés directement dans les salles informatiques sécurisées des deux bâtiments. Est-ce simplement une coïncidence ou les salles informatiques étaient-elles équipées pour jouer un rôle dans le crime?

Y avait-il des dispositifs de guidage, par exemple, dans ces salles qui ont guidé les avions vers leurs cibles? Y avait-il des explosifs pré-placés ou de la Thermite à ces étages pour détruire les preuves et faciliter leur effondrements?

Regardons les preuves.


[...]

"L'étage entier était rempli de batteries," a-t-il dit, "d'énormes choses ressemblaient à des batteries." C'étaient des choses "toutes noires" et "solides, très lourdes" choses qui avaient été apportées durant la nuit. Elles avaient été mis en place durant l'été avant le 11 septembre, a-t-il dit.

Mais c'était vraiment des batteries?

«C'est bizarre», a-t-il dit. "Elles n'ont jamais été activées."

Alors, qu'y avait-il réellement au 81ème étage du WTC 2? Qu'étaient-ce donc que ces lourdes "choses ressemblant à des batteries"? Étaient-ce des batteries, ou étaient-ce la Thermite?




La thèse des "piles de thermite" est absurde. Pour démolir les bâtiments, la thermite aurait besoin d'être en contact thermique avec l'acier. Ou, si la nano-thermite avec l'équilibre nécessaire entre l'effet incendiaire et l'effet de souffle percutant, aurait à être à la portée de l'acier visé soutenant la structure. Les "batteries" de thermite de Bollyn étaient censés être des Alimentations Sans Interruption (ASI) pour le matériel informatique, mais si ces "batteries" étaient fausses, cela serait devenu rapidement évident pour ceux dont le travail consiste à les maintenir. A moins qu'ils aient tous été dans le complot, comme l'ensemble des forces de police de Hoffman Estates, American Free Press, Republic Broadcasting Network, et à peu près tous ceux qui étaient en désaccord avec Christopher Bollyn.

La désinformation des "batteries remplies de thermite dans la salle informatique" a été conçue pour saboter hypothèses de la démolition contrôlée, en encourageant les «déboulonneurs» à prétendre que le flux de couleur jaune-orange de WTC2 était du plomb. Peu importe que la couleur ait été totalement incompatible avec la propagande de l'effondrement induit par l'incendie, certaines personnes vont tomber dans le panneau. Alors Bollyn cite mal Mark Loizeaux, et jette un doute
«accidentellement» sur la validité des multiples rapports d'acier en fusion. Puis, après avoir «accidentellement» répandu la théorie incorrecte des "bombes au sous-sol qui ont soufflé les Tours de leurs semelles" et «accidentellement» mal interprété les données sismiques, il contribue à dévaloriser les autres preuves solides de thermite en faisant «accidentellement» la promotion du plomb fondu comme une autre alternative à l'aluminium et au fer, et dépeignant les "troofers" comme des bigots ignorants qui n'ont aucune connaissance des structures, des démolitions, des explosifs, de la physique, etc.

Bollyn a propagé l'idée que les images vidéo montraient que le vol 175 avait une "nacelle de missiles" ("missile pod") et a tiré un missile juste avant de s'écraser dans la tour sud. Ces affirmations hommes de paille ont été concoctées par des agents de désinformation afin qu'ils puissent être démystifiées et renversés, par exemple par Popular Mechanics.

BollynMissilesPods
Source: Bollyn.com


LA NACELLE DE MISSILES

La première anomalie est visible lorsque l'avion a basculé sur sa gauche avant de frapper la tour sud. Monté sur le dessous de l'avion, entre les ailes, un objet cylindrique peut être vu. Cet objet, vu sur au moins quatre vidéos différentes, est décrite comme une nacelle de missiles. Une expertise des images vidéos a conclu que l'objet vu sur le dessous de l'avion est un objet en trois dimensions. J'ai parlé avec un ancien pilote avec United Airlines qui a piloté le Boeing 767-200, était le vol UA 175 le jour du 11 septembre. Il dit que l'objet cylindrique n'est pas une partie normale de l'avion. La version officielle, a-t-il ajouté, est un «conte de fées» et du "pur Hollywood."

LE FLASH

Un visionnement au ralenti révèle que, immédiatement avant de plonger dans la tour, la nacelle sur le fond de l'avion libère un objet blanc pénétrant dans le bâtiment avec un flash blanc juste avant que le nez de l'avion ne perce la façade. Le flash se reflète sur le fuselage de l'avion, indiquant qu'il s'agit d'un événement distinct. Un flash similaire est observé dans la vidéo de l'avion frappant la tour nord. Dans ce cas, le flash se produit avant que l'avion ne réponde à sa propre ombre indiquant que le flash s'est produit avant que l'avion ne frappe la tour.

Les flash sont vus comme la preuve que les avions étaient des drones militaires qui portaient des missiles incendiaires hautement explosifs pour causer d'énormes explosions. Les explosions massives avaient pour but de détruire les preuves de l'avion et de créer le spectacle et le prétexte logique pour la démolition des tours qui allait suivre.




Certains des mensonges les plus effrontés de Bollyn incluent "Mark Lane travaille pour la CIA", "Liberty Lobby" (éditeur de The Spotlight et précurseur de American Free Press) "est réellement détenu et contrôlé par un Juif sioniste nommé Mark Lane", et Michael Piper s'est mis à "attaquer" Bollyn "dès décembre 2001". Ainsi, en plus de son «travail» de sabotage de la vérité du 11 septembre en gâchant les preuves de démolitions contrôlées en propageant des théories du complot servant d'hommes de paille pouvant facilement être réfutées, il aidait l'opération COINTELPRO d'Eric Hufschmid destinée à semer la méfiance et la division en salissant la réputation de véritables activistes en les accusant d'être des agents.
BollynAFPFlypaperOperation
Source: Bollyn.com


Christopher J. Petherick, un sataniste auto-avoué, était le rédacteur en chef d'American Free Press et de l'ancien Spotlight, des publications de Liberty Lobby de Washington DC. Cela ne fait aucun sens qu'un sataniste soit rédacteur en chef d'un journal qui est prétendument écrit pour des chrétiens américains patriotiques, à moins qu'on comprenne que le Liberty Lobby est réellement détenu et contrôlée par un Juif sioniste nommé Mark Lane. Le journal est une opposition contrôlée qui agit comme attrape-mouches pour créer une liste de patriotes actifs - pour l'organisation des renseignements juive pour laquelle Lane travaille.

Petherick m'a congédié après qu'une équipe de trois hommes lourdement armés de la police secrète m'aient cassé le bras et infligé des décharges de Taser sous les yeux de ma famille, mais seulement après avoir recueilli plusieurs milliers de dollars des lecteurs pour le "fonds de défense juridique de Bollyn", qui ont été conservés par le soi-disant journal à propriété partagée entre employés. J'ai découvert plus tard que le journal et l'organisation derrière elle, Liberty Lobby, sont en fait détenus par l'avocat juif de gauche, Mark Lane, et qu'ils le sont depuis le début des années 1990 lorsqu'il a acheté les actifs de Liberty Lobby avec quelque 5 millions de dollars qui avaient été payés par Willis Carto A. en frais juridiques.

Les allégations à l'effet que Mark Lane serait un "sioniste" et agent de la "CIA", comme avec le canular du "Global Hawk" de Sam Danner, ont été propagées conjointement par les partenaires en tromperie Eric Hufschmid et Christopher Bollyn. Le court article de Mark Lane - A Zionist Lawyer in control of patriot groups, en date du 4 janvier 2007, indique Bollyn comme auteur, et pourtant ceux qui sont familiers avec l'écriture des deux Bollyn et Hufschmid verront que l'article a de toute évidence été écrit par Hufschmid. Un des éléments de «preuves» de Hufschmid et Bollyn pour ces allégation est que Mark Lane a été une fois dans un avion avec Jane Fonda en 1970. Pendant la guerre du Vietnam, Lane a conseillé Jane Fonda sur son point de vue anti-guerre. Plus tard, à la fin des années 1970 / début 1980, il a essayé de convaincre Jane Fonda de se joindre à lui publiquement dans sa critique d'Israël, mais elle n'a pas voulu. Fonda n'est ni juive, ni sioniste. Hufschmid et Bollyn citent également le fait que Mark Lane était dans le renseignement militaire pendant la Seconde Guerre mondiale. Lane est le 24 février 1927, et la Seconde Guerre mondiale a pris fin en 1945, alors que Lane n'avait que 18 ans, l'âge minimum pour un officier du renseignement. En 1949, il était dans sa deuxième année à l'école de droit. Ainsi, dans le scénario de Bollyn, la carrière de ce "sioniste" dans le renseignement aurait été précoce, d'abord assez brève, mais couvrant finalement 65 ans.

Mark Lane avait déjà une réputation de Juif anti-sioniste dès 1982. Il a été décrit comme tel dans la publication de l'AIPAC The Campaign to Discredit Israel, par Amy Kaufman Goott et Steven J. Rosen, publié le premier janvier 1983.

MarkLaneAntiZionistJew3
Une publicité pour cette conférence qui est apparue dans le Third World News était signée par Elmer Berger, un ancien ambassadeur au Qatar et le président de l'American Educational Trust Andrew Killgore, et un autre juif anti-sioniste Mark Lane. (37) Tous excepté Killgore ont prononcé une allocution à la conférence; le(...)


Pour vérifier cela, allez dans Google Books à http://books.google.com et faites cette recherche "Steven Rosen J" + "The Campaign to Discredit Israel". Select the book (sélectionnez le livre)
The Campaign To Discredit Israel, puis recherchez "Mark Lane" en utilisant la fonction de recherche "From Inside the book" (de l'intérieur du livre).

Ecoutez ce clip de trois minutes de l'émission The Piper Report du 29 octobre 2010 pour entendre parler Ralph Forbes au sujet de si oui ou non Mark Lane est un «sioniste» qui «contrôle» American Free Press. Ralph Forbes, qui se décrit comme un "activiste pro-blanc", était lieutenant dans le Parti nazi américain et directeur de campagne de David Duke au cours de sa candidature de 1988 à la présidence sur le ticket Populiste. Piper dit que l'activiste noir Dick Gregory a soulevé des questions sur le 11 septembre, et qu'il allait faire une grève de la faim jusqu'à ce que la vérité sorte (Gregory a annoncé cela le 10 septembre 2010). Et Gregory était étroitement associé à Martin Luther King, et s'est retrouvé par là à devenir un ami très proche de Mark Lane, un avocat de longue date de Liberty Lobby. Gregory et Lane ont écrit un livre sur l'assassinat du Dr King, et Lane a été le colistier de Gregory dans certains états quand il s'est présenté à la présidence sur le ticket du Freedom and Peace Party en 1968. Piper dit qu'il ne pense pas que Dick Gregory, un critique virulent de la CIA, ou le regretté Jim Garrison, un autre critique important de la CIA, aurait été amis avec Mark Lane s'il avaient pensé que Lane était un "agent de la CIA". Ralph Forbes affirme que Mark Lane n'est «absolument pas en contrôle» d'American Free Press (contrairement aux allégations de Bollyn), et que Lane est "très anti-sioniste".

L'article de Bollyn intitulé Pourquoi sommes-nous incapables de résister? - Mettant en vedette ses allégations extraordinaires contre American Free Press - a été publié à la fin de septembre 2009. À l'émission de RJ Hender du mardi 6 octobre 2009, diffusée par Republic Broadcasting Network, Bollyn a repris ces affirmations sans fondement, telles que le «sioniste Juif» Mark Lane travaille pour une «organisation du renseignement juif» et «propriétaire» d'AFP, AFP est une "opposition contrôlée", une «opération attrape-mouches», «un loup déguisé en brebis, vêtu comme un agneau», un «traître au mouvement patriote américain", et a gardé des "dizaines de milliers de dollars" du fonds de défense juridique de Bollyn, .Voir ici pour une transcription partielle de Bollyn à l'émission de Hender, et une analyse plus poussée. Les allégations ont été examinées en détail par Michael Collins Piper sur sa propre émission des 6-7-8 octobre.

L'émission du 6 octobre a traité de plusieurs preuves indiquant que Mark Lane a toujours été anti-sioniste, et non sioniste, et qu'il s'associe avec des anti-sionistes, et non des sionistes. Par exemple, Lane a été rédacteur en chef adjoint du bulletin Zionist Watch, plus tard intitulé Nouvelle Vue Américaine. Son co-rédacteur dans ce travail était l'ancien fonctionnaire de la CIA Victor Marchetti. L'entrée de Wikipedia sur Marchetti le décrit comme un "éminent paleoconservateur critique de la communauté du renseignement étatsunienne et le lobby pro-israélien aux Etats-Unis".

En tant qu'avocat, Lane a représenté l'OLP et Yasser Arafat, et aussi les antisionistes Neturei Karta (en anglais Jews Against Zionism, en français Juifs Unis contre le sionisme) pour leur groupe de Jérusalem, par exemple, forçant Menachem Begin à libérer le fils du rabbin Hirsch après qu'il ait été capturé par l'armée israélienne. Neturei Karta est classée par l'Anti Defamation League (ADL) comme «extrémistes»; ses membres refusent de reconnaître l'Etat d'Israël et refusent de servir dans son armée. Certains d'entre eux refusent de payer des taxes à l'État d'Israël.

Mark Lane, qui a même été décrit comme un "négationniste de l'Holocauste" par la propagandiste sioniste et androgyne bizarre Deborah Lipstadt, a également été associée à feu Schieber Haviv, ancien maire de Ber Sheeba, Israël. Schieber est devenu un célèbre anti-sioniste, converti au christianisme, et se retrouve dans la liste des
Victimes of Zion sur une page du Zundelsite aux côtés de Dr. Fredrick Töben, Paul Rassinier, Dr. Robert Faurisson, Professor Arthur Butz, François Duprat, Fred Leuchter, David Irving, Walter Lüftl, John Demjanjuk, Germar Rudolf, Jürgen Rieger, David Cole, Jürgen Graf, Ingrid Rimland, etc. Mis à part le fou confirmé Eric Hufschmid, personne ne songerait à considérer ces gens comme faisant partie d'un "réseau criminel sioniste". C'est Haviv Schieber qui a introduit Mark Lane à Willis Carto, fondateur du Liberty Lobby qui a été décrit comme «sans doute la figure la plus influente américaine à l'extrême droite dans l'ère post-Deuxième Guerre mondiale».

Dans l'étrange réalité tordue que Bollyn tente de colporter, Piper, Forbes, Duke, Lane, King, Gregory, Garrison, Marchetti, Hirsch, Schieber, Carto, etc, sont tous des «agents sionistes/CIA» ou des gens trompés par des agents, ces agents faisant en plus partie d'un complot qui remonte à la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, 65 ans plus tard, après la venue du Grand Bollyn qui n'était même pas né quand Lane était dans les renseignements militaires, les conspirateurs auraient pu utiliser Lane pour qu'il dirige American Free Press comme une opposition contrôlée et une "opération attrape-mouches" pour fournir au gouvernement et aux Juifs les noms et adresses des patriotes. Ils pourraient avoir des gens tels que Carto et Piper se faisant passer pour les opposants au contrôle juif de l'Amérique, alors qu'ils travailleraient secrètement comme agents de la CIA ou de la juiverie internationale. Et la description que fait Mark Lane de Menachem Begin comme étant un «ancien terroriste» ou encore d'Israël comme un "Etat terroriste" dont "l'occupation" de la Palestine est «illégale», tout cela aurait fait partie de ses 65 ans de tromperie. Dans cet univers parallèle, Steven Rosen et Amy Kaufman Goott auraient également été dans le complot, feignaient d'être dupés par Lane faisant semblant d'être un antisioniste, qu'ils l'ont même décrit comme un «anti-sioniste Juif»
dans leur livre en 1983.

Ceux qui ont embarqué dans le culte Hufschmidesque de Bollyn, lorsque confrontés à des phénomènes tels que Mark Lane ayant représenté le fils du Rabbi Moshe Hirsch dans une tentative réussie pour obtenir sa libération des autorités israéliennes, pourrait en tous les cas faire valoir que le rabbin Hirsch, qui est décédé le 2 mai 2010, faisait tout simplement semblant d'être antisioniste depuis des décennies. Son leadership du groupe antisioniste Neturei Karta, diraient-ils, faisait partie de la tromperie, l'attaque à l'acide qu'il a subie à la mi-1990 et dans laquelle il a perdu un oeil a été truquée, son œil de verre était un faux outrancier, et le New York Times a trempé dans le complot en le décrivant comme un "adversaire d'Israël". Ou peut-être ne feraient-ils qu'ignorer, tout simplement, les faits désagréables au sujet de leur héro, préférant "vivre le rêve".

Le promoteur de l' "Holocauste" Mel Mermelstein a intenté un procès pour 11 millions de dollars contre quatre accusés: la Legion for the Survival of Freedom (une société sans but lucratif à travers laquelle IHR a fonctionné); Liberty Lobby, une institution de lobbying nationaliste et populiste basée à Washington, DC; Willis Carto, fondateur à la fois de l'IHR et de Liberty Lobby, et une firme légale du sud californien qui avait défendu Liberty Lobby et avait déposé une plainte contre Mermelstein. Mark Lane était l'avocat de Liberty Lobby. Lors du procès, Mermelstein a prétendu avoir donné autant de conférences que "les doigts de mes mains". Toutefois, Ted O'Keefe, éditeur du Journal of Historical Review de l'IHR, avait trouvé une déposition de 1985, dans laquelle Mermelstein avait déclaré avoir donné une moyenne de vingt conférences par an sur Auschwitz depuis 1967. Dans la salle d'audience, Lane a utilisé un crayon et papier pour calculer 18 x 20 = 360, et a demandé à Mermelstein s'il ne venait pas tout juste de dire au tribunal qu'il avait donné à peine autant de conférences qu'il y a de doigts sur ses mains. De manière amusante, un Mermelstein vexé s'est alors exclamé: "Je voulais dire les doigts de mes mains et mes pieds!" Lane avait réussi à ce que la cause soit rejetée.

Lane a également gagné la cause de Liberty Lobby (de Willis Carto) contre l'ancien agent de la CIA et cambrioleur du Watergate E. Howard Hunt. En 1981, Hunt a gagné 650 000 $ dans un procès en diffamation contre Liberty Lobby relativement à un article de 1978 publié dans The Spotlight qui reliait Hunt à l'assassinat de JFK. Dans un second procès en 1985, Lane a défendu avec succès Liberty Lobby, renversant le jugement initial de libelle diffamatoire.

À l'émission de RJ Hender du 6 octobre 2009, Bollyn dit à propos de Mark Lane, American Free Press et Liberty Lobby:


Et j'ai appris, vous savez, au cours de la période de six ans, que American Free Press est en réalité la propriété de Mark Lane. Il est l'avocat juif qui détient les actifs. Il a repris les actifs d'American Free Press en 1993, quand le Liberty Lobby a fait faillite. Et il travaillait, après la guerre, il était dans l'OSS, il était dans les renseignements de l'armée en Allemagne, qui est devenue la CIA. Et, euh, voilà comment tout cela est arrivé, vous voyez. [...] J'ai travaillé à ce journal pendant six ans et demi. Je connais personnellement les gens dont je parle. Je connais Michael Piper. Je connais Mark Lane. Je connais Willis Carto. Je connais Chris Petherick. Je connais ces gens. J'ai travaillé avec eux intimement pendant six ans et demi ans. J'ai, vous le savez, on m'a dit dès le début, quand j'ai rejoint American Free Press par le biais du gars qui m'a amené à travailler pour la compagnie, nous marchions sur Independence Avenue, il a pointé du doigt une maison qui autrefois ... où, où Mark Lane avait un bureau ou vivait, juste à côté de notre bureau, il dit que Liberty Lobby a donné à Mark Lane cinq millions de dollars en frais juridiques parce que, vous le savez, c'est justement de ça qu'il en ressort - il est propriétaire du journal, il a repris le journal, il contrôle le journal ...

La source de Bollyn pour ces allégations - "le gars qui [l']a amené dans la compagnie" - est le Khazar auto-proclamé Jerry Myers, reconnu pour raconter des histoires invraisemblables. Bollyn est censé être assez brillant pour comprendre qu'Israël et la mafia juive ou Mishpucka étaient derrière le 11 septembre, et pourtant dans le même temps, il est censé être assez stupide pour tomber dans les tromperies de Myers. (Voir la section Les manigances de Bollyn pour en savoir plus sur la manière dont Bollyn a été intégré à l'équipe de The Spotlight en 2000 par Myers, alors que le 11 septembre était imminent.) Mike Piper souligne à ses émissions du 6 et 7 octobre que Lane, en tant qu'avocat de la compagnie, a été payé autour de $ 90.000 par an pour environ dix à quinze ans, plus quelques bonus. Il n'a jamais reçu le moindre "5 $ millions". Il n'y avait jamais aucun frais de retour légal pour Mark Lane. Lorsque Liberty Lobby s'est mis en faillite, Lane a continué à recevoir son salaire régulier. Après que Liberty Lobby a dû fermer, Lane a conseillé aux employés de Liberty Lobby de fonder une nouvelle compagnie, mais a dit qu'il ne pouvait servir d'avocat pour American Free Press, car il serait en conflit d'intérêts. AFP serait une société entièrement nouvelle, et lui, Lane, allait continuer à représenter Willis Carto et Liberty Lobby. Mark Lane a écrit plusieurs commentaires de l'AFP, mais il était seulement dans le bureau d'AFP à cinq ou six reprises - encore moins que Christopher Bollyn.

Liberty Lobby n'a pas fait faillite en 1993, et il n'y a aucune preuve de la "récupération des actifs" par Lane que ce soit en 1993, en 2001 ou à tout autre moment. En 2001, les opérations de Liberty Lobby ont pris fin à Washington, DC. Le 2 août 2002, tous les droits et actifs de Liberty Lobby ont été affectés à la Legion for the Survival of Freedom, Inc (LSF). Ainsi la théorie du complot de Bollyn exige que Mark Lane ait repris les actifs de Liberty Lobby, ce qu'il n'a en fait jamais fait, que Lane était de mèche en quelque sorte avec les nouveaux contrôleurs de la LSF et de l'IHR, qu'ils avaient convenu avec Lane qu'ils lui repaieraient "ses" actifs inexistants, et ils ont gardé leur part du contrat et remis les actifs que Lane n'a jamais eu. C'est presque aussi vraisemblable que la Lune soit faite de fromage.

La LSF a été fondée par un groupe de patriotes du Texas en 1952. Elle était sur le bord de la faillite en 1966, quand Willis Carto a racheté le contrôle de la société et de son magazine American Mercury. Lorsque Carto a fondé l'IHR en 1979, il a été fondé comme une filiale de la LSF. En 1993, l'IHR avait environ 12 000 abonnés, deux grands entrepôts plein de livres, et un historique de publication
presque ininterrompu du Journal for Historical Review. Il y avait un couple de personnes âgées siégeant au conseil d'administration de la LSF qui n'étaient pas en bonne santé, et avaient déjà quelques problèmes financiers. Les rebelles de l'IHR ont commencé en leur disant que Willis Carto "opérait illégalement", qu'ils pourraient faire face à des problèmes fiscaux, et pourrait même finir en prison - à moins qu'ils démissionnent du conseil et permettent aux «bonnes personnes» de prendre le relais. C'était un ramassis de mensonges, mais malheureusement cela a fonctionné pour les rebelles.

Les quelques années après que Carto se soit fait évincer, l'IHR est tombé à quelque 500 abonnés et seulement une dizaine de magazines ont été publiés. Le nouveau porte-parole de l'IHR devint Mark Weber, dont la sœur a vécu dans un kibboutz en Israël. Quant à une "opération attrape-mouches", il y a une forte possibilité que l'IHR post-Carto soit une façade du Mossad et un «trust» du style KBG opérant dans le but de recueillir des noms et de surveiller les activités des membres du mouvement révisionniste. Si oui, il y aurait ironiquement un élément de vérité aux allégations de Bollyn, en ce que les anciens actifs de Willis Carto sont dirigés comme moyen de fournir au gouvernement et aux organisations sionistes des informations sur les patriotes. Mais les gens faussement accusés par Bollyn - tels que Willis Carto, Mike Piper, et Mark Lane - n'ont jamais participé à tout cela.

L'allégation de Bollyn selon laquelle Lane ait repris les actifs de Liberty Lobby en 1993 et qu'il "possède" et «contrôle» maintenant American Free Press comme une "opération attrape-mouches", en plus d'être fausse, implique nécessairement que Willis Carto et Mike Piper d'AFP ont été volontairement au service d'agents sionistes et de laquais du gouvernement pendant au mois dix-sept ans. Carto et Piper ont un long passé de lutte contre le sionisme et l'internationalisme sur une période de plusieurs décennies. Bien que Carto soit considéré
comme "controversé", parfois même "effrayant", sa mise en place et sa gestion d'organisations pro-liberté, pro-nationalistes et pro-vérité -- telles que la LSF, Liberty Lobby, l'IHR, etc -- a combattu les mensonges des médias et des gouvernements ne laisse aucun doute quant à sa sincérité et son dévouement à la cause qu'il défend. Il est connu que lors d'un dîner organisé par la famille Bronfman, les participants discutaient si oui ou non ils doivent "se débarrasser de" Carto. Un rapport de 1994 du Centre Simon Wiesenthal décrit Carto comme «l'antisémite professionnels les plus influents aux États-Unis». Selon l'ADL, Carto est "l'un des propagandistes antisémites américains les plus influents de ces 50 dernières années". Piper a écrit de nombreux livres percutants tels que Final Judgment sur le rôle du Mossad dans l'assassinat de JFK; il a écrit pour The Spotlight et collabore aujourd'hui à l'American Free Press; il tient un forum radiophonique The Piper Report et participe à des conférences internationales. Il a acquis la réputation (chez les ignorants qui gobent la propagande) d'avoir des «vues haineuses» et «des liens professionnels de longue date avec des gens abominables» et des "néo-nazis".

En 1984, l'IHR et le bureau de Noontide Press (de Willis Carto) ont été incendiés et réduits à néant par des agents de la LDJ travaillant en liaison avec des agents du Mossad basés en Israël. Les dommages ont été estimés à $400 000. Les attaques terroristes sionistes contre l'IHR et les révisionnistes arrivaient fréquemment. Incapables de gagner le débat parce que la vérité n'est pas de leur côté, les Sionistes ont réalisé qu'il leur est nécessaire d'employer la force.

Compte tenu de leurs antécédents, si Carto et Piper avaient un jour constaté qu'ils travaillaient pour une organisation sioniste, ils auraient sûrement quitté le bateau pour fonder leur propre maison de publication. Le théoricien de la conspiration délirant et supporteur de Bollyn pourrait dire que Carto et Piper étaient déjà "des agents sionistes" travaillant avec la LDJ et le Mossad en 1984, et que la bombe incendiaire faisait partie du complot visant à les présenter comme de vrais «anti-sionistes», afin qu'ils puissent être démasqués comme étant des "imposteurs" par Hufschmid et Bollyn vingt-cinq ans plus tard. L'observateur avisé rejettera les adeptes de Bollyn comme étant des imbéciles, des menteurs ou des agents. Contrairement à Carto, Piper et Lane, Bollyn n'a jamais écrit ou publié aucun livre. Mais il a édité un livre, une seule fois, pour une personne soupçonnée d'être Scientologue.

À l'émission de Hender, Bollyn a prétendu connaître Michael Piper, Mark Lane, Willis Carto, et Chris Petherick, et qu'il a «travaillé étroitement avec eux pendant six ans et demi". Non, il ne les connaît pas et n'a pas travaillé avec eux pendant 6 ans et demi. Piper indique que Bollyn a probablement fait une dizaine d'apparitions à peine à Washington à l'intérieur de plusieurs années. (Mark Lane est passé au bureau à cinq ou six occasions.) Bollyn ne s'est pas impliqué dans les opérations quotidiennes d'AFP, tels que le publipostage pour promouvoir AFP et RBN. Et fait, AFP voulait que Bollyn s'installe plus près de Washington pour qu'il puisse mener des enquêtes aux États-Unis, mais il était souvent parti en voyage ailleurs dans le monde - particulièrement en Europe - pour différents projets. Bollyn demandait des remboursement pour beaucoup de déplacements mystérieux, ostensiblement liées à son travail "journalistique". Toutefois, la plupart du temps, ces projets n'étaient pas assignés par AFP. Éventuellement, AFP a décidé qu'il fallait couper dans les dépenses, après qu'ils aient trouvé qu'il prenait ses articles sur le Web et récupérait ses frais de dépenses pour financer d'autres activités.

Si Mark Lane venait faire un tour au bureau une fois par an et que Bollyn le faisait environ deux fois par an, en présumant qu'il y a environ 250 jours de travail par an, les chances que Lane puisse renconter Bollyn au bureau d'AFP est de l'ordre d'environ 1/125 par an. Il y aurait environ 124 fois plus de "jours sans Bollyn" que de "jours avec Bollyn". Ainsi, considérant la moyenne de Lane d'un jour par an au bureau, la probabilité que Bollyn soit là le même jour que Lane est de une sur 125. Même sur une période de six ans, il serait plus probable qu'ils ne se soient jamais rencontrés, et même s'ils s'étaient rencontrés. les allégations de Bollyn selon quoi il a travaillé "intimement" avec Lane ne pourrait pas être plus éloignées de la vérité.

Et les écrits de Bollyn produits peu après qu'il ait été congédié en octobre 2006 sont en totale contradiction avec la version qu'il a racontée à Hender comme quoi il a «travaillé intimement avec eux». Il a écrit:
Bollyn: Je suis désolé, mais contrairement à ce que dit l'AFP, je suis un étranger et je ne peux me porter garant de l'intégrité et de la crédibilité de chaque personne travaillant pour l'AFP. Comme je l'ai dit plus haut, il y a des personnages très suspects et douteux dans les plus hauts niveaux d'American Free Press, dont Michael Piper, Scott Makufka et Lisa Guliani.

Comment pourrais-je faire une déclaration et généraliser en disant qu'AFP n'est pas compromis quand je ne sais tout simplement pas qui sont vraiment ces gens ou envers qui sont-ils loyaux?

Bollyn a déclaré qu'il s'était fait couper son salaire parce qu'il "s'était trop approché de la vérité". En fait, d'autres à AFP ont vu leur salaire réduit eux aussi. Le salaire de Piper a été réduit - à deux reprises. En fait, à un moment donné, Piper a pensé qu'il serait incapable de se permettre de continuer à vivre à Washington. Les coupures étaient dues à la dure réalité du marché économique, et non pas à quelque sinistre "complot Sioniste" visant à évincer Bollyn. Sur plus de six ans entre 2000 et 2006, Bollyn a réclamé environ 60 000$ de dépenses à AFP / Liberty Lobby, en plus d'être payé 266 000$ - un total de 300 000$ tel que révélé par Mike Piper à son émission du 6 avril 2007 [4:26] .

Comme exemple d'avoir "été trop près de la vérité", Bollyn cite ses conclusions selon lesquelles l'Afghanistan a été envahi parce que le Mossad voulait contrôler un oléoduc. Cependant, la théorie de l'oléoduc a été proposée dès octobre 2001 par des gens comme John Pilger, et a ensuite été amplement développée, par exemple par Nafeez Mosaddeq Ahmed. En postulant une telle connexion au "Mossad" sans fournir de preuve à l'appui des allégations, Bollyn a servi de parfait homme de paille "théoricien de la conspiration antisémite", livrant ainsi des arguments supplémentaires aux adversaires de la vérité. Curieusement, d'autres -- par exemple en Australie occidentale -- présentent le même modus operandi.

L'affirmation selon laquelle Michael Piper a commencé à "attaquer" Bollyn "dès décembre 2001" et tente de l'empêcher de s'exprimer, est facilement démontré comme un vulgaire mensonge si l'on jette un coup d'oeil à l'historique. Dans les archives de 2006 de The Piper Report, on peut voir que durant la majeure partie de cette année, Piper et Bollyn étaient en bons termes. Piper a reçu Bollyn comme invité à son émission à plusieurs reprises, et a même permis à Bollyn de le remplacer à au moins treize reprises en juin lorsque Piper a fait un voyage en Malaisie. Les invités de Bollyn incluent Eric Hufschmid, Helje Kaskel, et le "Dr" Ann Blake Tracy (deux fois).

BollynPiper2006RBN3
BollynPiper2006RBN4
BollynPiper2006RBN1


Le "Ph.D." douteux de Tracy lui a été accordé à partir d'un moulin à diplômes d'«expériences de vie», plus spécifiquement pour son livre Prozac: panacée ou boîte de Pandore? qui est criblé de fautes orthographiques, de ponctuation, et de nombreuses phrases incomplètes. Ann Blake Tracy et son organisation Coalition for Drug Awareness (Coalition internationale pour la sensibilisation aux drogues) sont soupçonnées d'être une façade pour une "organisation de développement personnel", une «Église» qui a été subvertie par des avocats juifs et, à son tour, est devenu une façade pour le Mossad israélien. Après que Bollyn ait été congédié d'AFP en octobre 2006, il a accepté la charge d'éditer le livre de Tracy sur le Prozac, ce qui éveille le soupçon comme quoi Bollyn aurait été financée par la Scientologie, et donc le Mossad. Bollyn prétend qu'il n'a jamais été payé pour son travail d'édition sur le livre de Tracy. Toutefois, Bollyn est plutôt économe avec la vérité, et il cite en réalité des "travaux d'édition" comme une de ses sources de revenus sur lesquelles ils devait s'appuyer après avoir été congédié d'AFP. Donc, s'il n'a jamais été payé pour l'édition de Tracy Prozac livre, quels autres "travaux d'édition" a-t-il fait?

Lawrence E. Heller est l'un des avocats de l'Église de Scientologie, qui a été décrite avec justesse comme «une école pour les psychopathes». Heller fut l’avocat du « survivant de l’Holocauste » Mel Mermelstein lorsque ce dernier a intenté une poursuite infructueuse pour 11 millions $ contre quatre entités incluant Liberty Lobby, Willis Carto et Mark Lane - celui que Bollyn accuse d'être un « sioniste » et « opérateur de la CIA » - qui est l’avocat de Liberty Lobby, tel que mentionné ci-dessus. Le pseudo-révisionniste et scientologue Tom Marcellus et l'avocat Andrew Evered Allen ont pris le contrôle de l'IHR en octobre 1993, après avoir arraché son contrôle à Willis Carto à la faveur d'un coup d'Etat interne. Allen, un millionnaire californien soupçonné d'être un agent de l'ADL travaillant sous infiltration, a été impliqué dans des magouilles de la CIA et du Mossad en Afghanistan et en Birmanie. Après le coup de l'IHR, l'ADL a été en mesure de le présenter comme une scission entre "des bigots en guerre les uns contre les autres".

Christopher Bollyn prétend que Daryl Bradford Smith, qui oeuvre à démasquer le sionisme criminel, aurait commis une "série d'infractions pour possession de stupéfiants", et serait un «agent» (probablement des Juifs ou de la CIA, et un autre à ajouter à la longue liste de ceux dont Bollyn prétend qu'ils font partie d'une conspiration mondiale contre lui).

BollynReDBSNarcotics
Source: Bollyn.com


Daryl Setters B. a une chaîne de violations pour possession de stupéfiants impliquant la possession de seringues et d'aiguilles dans le Rhode Island, y compris une condamnation pour crime. Après plus d'une décennie, les frais de justice de Setters (alias Smith) ont été payés par une partie inconnue le 7 janvier 2005 - exactement le mois où il s'engagea dans le débat sur le 11 septembre comme animateur de radio. Qui a payé les frais de justice et les amendes de Smith? Pour qui travaille-t-il vraiment?
En réalité, Smith a été arrêté en 1990 avec un groupe d'amis, et accusé d'être en possession d'une aiguille et de la seringue. Les chefs de possession de drogue contre Smith ont été abandonnées, quand il a été déterminé que la personne «coupable» était un autre membre du groupe. Les allégations contre Smith sont un mensonge délibéré de la part de Bollyn, dans une tentative de détourner les soupçons vers Smith, un peu à la manière dont le partenaire et collaborateur de longue date de Bollyn, Eric Hufschmid a fait équipe avec Daryl Bradford Smith, afin de renforcer la réputation de Hufschmid au détriment de Smith. Ces deux derniers ont commencé à travailler ensemble alors que tout indiquait que Hufschmid était un chercheur sincère, avant qu'il commence, en octobre 2005, à essayer de salir Ernst Zundel et à alléguer que la plupart des chercheurs de vérité font ou bien partie du camouflage de la vérité du 11 septembre ou bien d'une bande de criminels rivaux. En 2006, il était devenu clair pour les observateurs extérieurs que Hufschmid est un faux "antisioniste" travaillant à détruire la cohésion au sein du mouvement pour la vérité en accusant des activistes authentiques d'être des agents. La liste de faux-jetons sionistes présumés d''Hufschmid comprenait un mélange d'agents et d'honnêtes gens. Toutefois, Daryl Bradford Smith croyait fortement en des valeurs telles que la loyauté envers les partenaires et les autres activistes, et a continué à croire que son webmestre et confrère "antisioniste" Eric Hufschmid était authentique jusqu'en 2007, quand Hufschmid a fini par poignarder Smith dans le dos un trop grand nombre de fois. Par conséquent, au courant de la période 2006 - 2007, il y avait des arguments pour et contre le site Web de Smith The French Connection, qui a été fortement influencée par le perfide Hufschmid, et présentait le matériel de Bollyn. Donc les deux parties dans ce débat avaient en partie raison et en partie tort.

Aucune personne sensée ne pourrait sérieusement croire ces inepties sur le «sioniste» Mark Lane qui travaillerait pour la «CIA» / "une organisation de renseignement juive" et "contrôlerait" et "détiendrait" American Free Press, ou que Michael Piper a "attaqué" Bollyn et essayé de l'empêcher de parler depuis décembre 2001. Étant donné que Christopher Bollyn est un menteur avéré, le reste de ses déclarations sont rendues hautement suspectes, et cela est confirmé par sa désinformation et ses tentatives de sabotage de la vérité du 11 septembre telles que décrites ci-dessus. Voici quelques autres exemples de désinformation de Bollyn:

Les enquêteurs en chef de la catastrophe de la navette Columbia analysent une photographie saisissante - captée par un astronome amateur à partir d'un flanc d'une colline de San Francisco - qui semble montrer une strie électrique violacée frapper l'appareil alors qu'il traversait le ciel de la Californie.



Bollyn a copié-collé (avec attribution) l'article en entier de Sabin Russell du San Francisco Chronicle. Une heure plus tard, il a posté un article spéculatif demandant si des «armes spatiales soviétiques» avaient atteint la navette spatiale Columbia.

Did Soviet Space Weapons Bring Down Columbia? *PIC*
Posted By: ChristopherBollyn
Date: Wednesday, 5-Feb-2003 05:18:07
In Response To: Was Columbia Hit by Death Ray? (ChristopherBollyn)

The Russians have the technology to take Columbia down with space-based laser. Did something like this happen?
By Christopher Bollyn
American Free Press
http://americanfreepress.net
Beginning in the 1960s, the Soviet Union conducted a substantial research program to develop a defense against ballistic missiles. The Soviets built, and Russia continues to maintain, the world's only operational anti-ballistic missile system. Additional programs focused on the development of other ground- and space-based weapons using laser, particle beam, and kinetic energy technology.
Soviet research into ground- and space-based laser weapons systems began in the 1960s. The Soviets actually built several ground-based lasers in the 1980s, which reportedly could destroy or interfere with satellites and aircraft. The space-based laser system envisioned in this 1987 work was designed to destroy or incapacitate satellites and intercontinental ballistic missiles, but it was never built.
(from http://www.nasm.si.edu)
Columbia passed over Southern California on its ill-fated return voyage last weekend. For AF Space and Missile Center in Los Angeles see: http://www.sbl.losangeles.af.mil
It would have passed directly over the USAF Space and Missiles Systems Center (SMC) with its Space-Based Laser Project Office.
It would have also passed over Vandenberg AFB, home of Air Force Space Command. The two facilities are well positioned to have observed exactly what happened to Columbia when it first experienced serious difficulties on re-entry.
In short, the center of the US space weapon's program is southern California, precisely where Columbia was apparently hit by some form of direct energy beam weapon, according to the San Francisco Chronicle story.
These facilities should be engaged in an open investigation as to what occurred when a purple ray was seen directed at the returning shuttle.

Comme on peut le voir, Bollyn commence par une affirmation que "les Russes" avaient déjà la capacité de détruire Columbia avec des "lasers spatiaux". Il a ensuite copié-collé quelques paragraphes d'une autre source qui était censée soutenir ses affirmations. Le problème est que la source de Bollyn spécifie que «les armes spatiales" n'ont jamais été construites ou déployées. Les ABM sont basés sur des silos et les lasers sont également basés au sol. (Il peut être vu que c'est aussi la source de l'image 39kb JPEG que Bollyn a posté au pied de son article.) Ainsi, Bollyn dénature sa source comme il ne peut pas supporter de laisser les faits faire obstruction à une bonne théorie du complot. Bollyn sous-entend ensuite, sans aucune preuve à part une strie pourpre sur une photo et à part son allégation selon laquelle Columbia est passé "au-dessus de la Californie du Sud" et «directement au-dessus de l'espace du Space and Missile Center (SMC) de l'USAF», qu' «une certaine forme d'arme à faisceau d'énergie dirigée» a été développée par le «programme étatsunien d'arme's spatiales" (sic), était responsable de la catastrophe.

Pour une chose, Columbia franchi la côte de la Californie par la Russian River à l'ouest de Sacramento (voir cette ligne du temps à 08:53:26), ce qui est au Nord, et non au Sud de la Californie. (Bollyn a vécu en Californie alors il ne devrait pas confondre le Nord et le Sud.) Le
Space and Missile Center de l'USAF est situé sur la base des forces aériennes de Los Angeles située à El Segundo, en Californie, à environ un à trois miles (en ligne droite ) au sud-est du Los Angeles International Airport. Sacramento est près de 400 miles au nord-ouest du Los Angeles AFB à El Segundo. La trajectoire de Columbia l'amena au-dessus de l'espace aérien du Nevada et de l'Utah, avant l'Arizona, le Nouveau-Mexique et le Texas, de sorte que même Saint-Georges dans le coin sud-ouest de l'Utah est à environ 400 miles au nord-est de El Segundo. Deux témoins oculaires à St. George, qui filmaient Columbia ont vu des morceaux «tomber», comme l'objet les survolait. L'altitude de Columbia pour cette section de sa descente se situe entre 42 et 44 miles, donc l'hypothétiques "arme à faisceau d'énergie dirigée" de Bollyn exigerait un angle d'élévation d'environ six degrés, et le faisceau aurait une altitude de 600 à 1700 pieds comme il traversait l'espace aérien du Los Angeles International Airport.

Vandenberg AFB est également en Californie du Sud, dans le comté de Santa Barbara (comme pour la maison de Eric Hufschmid).

L'histoire rapportée par le Chronicle n'a jamais indiqué une quelconque "arme à faisceau d'énergie dirigée", et a suggéré un tremblement de l'appareil photo sur quelques secondes pour expliquer la strie violette. Alors ceci est un autre exemple de Bollyn en train de déformer sa source. Et Bollyn a commencé avec l'idée que «les Russes» ont fait cela, puis il a pointé du doigt l'armée américaine comme étant le méchant quand il a décidé que ce serait plus facile à vendre, mais il a oublié de réviser son titre en conséquence. C'est un bon hameçon pour les théoriciens du complot - "le gouvernement est derrière la catastrophe de Columbia", mais cela n'aide pas exactement à maintenir la réputation d'un journal sérieux comme American Free Press d'être associé à ce genre de spéculation effrénée.

L'article de Christopher Bollyn sur Columbia est un bon exemple de la façon dont il travaillait à gagner en popularité dans la frange marginale des théoriciens de la conspiration en leur donnant ce qu'ils voulaient entendre, tout en discréditant simultanément ses employeurs et les chercheurs légitimes. Et il renforcerait l'opération d'Eric Hufschmid visant à semer la discorde et la méfiance au sein du mouvement pour la vérité, étant donné que les activités de Bollyn diviseraient le mouvement. D'un côté, il y aurait ceux qui pensent «Columbia était un travail de l'intérieur du gouvernement» ou «les chemtrails sont une conspiration pour empoisonner les gens délibérément». Puis il y aurait ceux qui exigent des preuves pour leurs croyances, tout en reconnaissant également que le 11 septembre était une opération sous faux pavillon, que l'attaque israélienne contre le USS Liberty n'était nullement un «accident», que le soi-disant «Holocauste» est un canular qui avait déjà été tenté sans succès en 1919 après qu'un de ses principaux promoteurs, le rabbin Stephen Samuel Wise, avait parlé en juin 1900 de «six millions vivant, saignant, souffrant des arguments en faveur du sionisme", etc.

En tout cas, l'image elle-même réfute en fait toute allégation selon laquelle une arme au sol aurait été responsable de la catastrophe de Columbia, puisque la strie approche d'en haut la traînée de plasma. La NASA est d'accord avec l'idée que la traînée dans la photo a été causée par le tremblement de la caméra. D'autres suspectent un éclair de foudre à haute altitude. Et la frange lunatique dit que les extraterrestres l'ont fait.


Columbia Purple Streak

Bollyn a propagé la supercherie que le vol 93 avait "atterri à Cleveland", malgré toutes les preuves qu'il a été abattu près de Shanksville.

Bollyn a propagé l'affirmation que les résultats du caucus de l'Iowa de l'année 2004 ont été comptabilisés par une « firme de défense israélienne». Cette affirmation a été facilement discréditée, et des antisionistes ont été discrédités pour s'être s'associé à une théorie du complot de pacotille. La «connexion israélienne» a été, tout au plus, extrêmement fragile, et les «preuves» étaient loin de celles requises pour conclure que les Israéliens aient «contrôlé» le dénombrement en Iowa.

Bollyn prétend que la photo de la déflagration du kérosène du vol 175 constitue une "preuve de thermate". Les scientifiques, quelles que soit leurs positions quant aux démolitions contrôlées, ne seraient pas d'accord avec lui.

Bollyn dit:


Vous vous souvenez peut-être d'avoir entendu parler d'un missile fonçant vers les tours du WTC, dirigée vers la tour 7 du WTC, précisément au moment où le deuxième avion a frappé la tour sud. Le WTC 6 a un énorme cratère inexpliqué en son centre et la tour WTC 7 a brûlé et s'est effondré en fin d'après-midi du 11 septembre, sans raison apparente. Les poutres en acier du WTC 7 semblent s'être «évaporées» ou vaporisées.



De la bonne information (poutres d'acier en partie évaporées) est délibérément mélangée avec des spéculations sur un "missile". Il essaie de se couvrir en admettant que cela pourrait être un canular.


Alors que l'attention des spectateurs était axée sur l'accident et la boule de feu subséquente, quelques-uns ont remarqué le missile fonçant vers les WTC 6 et 7 au bord de l'écran.



C'est maintenant "le missile", par opposition à un canular possible.


Une vidéo amateur du deuxième avion percutant la tour sud, tel que montré à l'émission "Fokus 22" sur la chaîne de télé danoise TV2 le 19 septembre, montre un point semblable à un faisceau laser se déplacer à travers la façade ouest de la tour juste avant que l'avion s'écrase en elle. Le point, que certains experts croient être une preuve d'utilisation d'un système de guidage laser, se déplace de gauche à droite avant que l'avion frappe la tour légèrement plus bas et à droite du point.



Un autre canular du genre de ceux qui croient à la "nacelle de missile" ("pod people").


Le vidéo de Dave von Kleist "911: In Plane Site" présente des preuves vidéos à partir de quatre caméras différentes qui ont enregistré l'avion frappant la tour Sud, le 11 septembre 2001.

Tous les quatre vidéos, lorsque ralentis et examinés image par image, montrent clairement que l'avion du soi-disant vol 175 de la US Air Lines portait ce qui semble être une grappe de missiles sur sa face inférieure entre les ailes.

Immédiatement avant que l'avion s'engloutisse dans le bâtiment la nacelle de missiles semble tirer un missile qui crée un flash. Ce flash précède l'impact du nez de l'avion avec la surface de la tour Sud.

La vidéo montre qu'un flash similaire s'est produit lorsque le présumé vol American Airlines 11 a frappé la tour nord à environ 08:46 am.



Bollyn affirme également dans ses articles du début 2007 sur les "batteries de thermite" que les avions du WTC ont tiré des missiles. Il se révèle semblable aux "croyants de la nacelle à missiles" qui font la promotion des théories du complot basées sur des preuves vidéo qui sont en fait des hommes de paille facilement réfutés.


En vacances dans le sud de l'Estonie, j'ai remarqué des épandages quotidiens de "chemtrails" sur ce territoire qui ne fait pas partie de l'OTAN.



Comme le "réchauffement global", les "chemtrails" sont constamment discrédités, par exemple ici, ici et ici. Les sionistes aimeraient assimiler les sceptiques du 11 septembre à ceux qui croient aux chemtrails.


LE PRIX DU PÉTROLE

La mention de Cheney comme quoi l'Irak possède 10 pour cent des réserves mondiales de pétrole ont révélé la véritable motivation des intérêts financiers derrière la politique de Bush de «changement de régime» en Irak. L'implication des discours de Cheney est que la guerre doit être menée afin que les États-Unis et la Grande-Bretagne puissent prendre le contrôle des réserves de pétrole de l'Irak.


Le canular de la "guerre pour le pétrole" a également été colporté par des gens comme Mike Ruppert. La guerre en Irak n'était pas pour le pétrole, mais pour Israël.
Quant à savoir pourquoi Christopher Bollyn a réussi à attirer des disciples qui propagent impatiemment ses articles sur la blogosphère, son écriture est destinée à un public cible et conçu pour leur dire ce qu'ils veulent entendre. Les cibles de Bollyn ont une mentalité de conspiration, mais ils choisissent ce qu'ils doivent croire en fonction de leurs préjugés politiques ou idéologiques, plutôt que sur les preuves. Si une théorie de la conspiration satisfait leurs préjugés personnels, bien que la preuve démontre que la théorie est erronée, ils vont quand même tenir à la théorie. Et lorsque les preuves dictent que la réalité n'est pas conforme à leurs idées préconçues quant à ce qu'ils voudraient qu'elle soit ou ce à quoi ils s'attendent, ils refusent d'accepter la réalité.
Par exemple, les allégations de Bollyn comprennent "la catastrophe de la navette Columbia était un travail de l'intérieur", "Benjamin Chertoff est le cousin de Michael Chertoff", "une photo de l'impact d'avion sur la tour 2 du WTC prouve l'utilisation de thermite", "Mark Lane est un sioniste qui possède et contrôle American Free Press","Bill Manning doute que des incendies aient mis par terre le WTC","un missile a frappé les tours 6 et 7 du WTC","une firme de la défense israélienne a truqué les résultats du caucus de l'Iowa", "des pointes sismiques prouvent des démolitions explosives", etc. Les articles de Bollyn sont faits pour séduire son groupe cible. Et puisque les imposteurs tels que Bollyn n'ont besoin que de quelques petites et faibles «preuves» au lieu de vérifier l'exactitude de leurs rapports, ce qui présente - pour les sionistes - l'avantage qu'une quantité suffisante de désinformation se retrouve dans le mélange, servant d'hommes de paille en aidant les "déboulonneurs" anti-vérité à discréditer le mouvement pour la vérité au grand complet. Inversement, une publication régulière, honnête telle qu'American Free Press est soumise aux contraintes de la réalité, et doit la dire telle qu'elle est. L'artiste de désinformation et la publication honnête ciblent chacun un lectorat particulier, et le chevauchement des deux n'est que partiel. Les imposteurs et les perturbateurs bénéficient également du fait que le mouvement est composé de certains qui croient que la préoccupation principale d'un mouvement de la vérité devrait être la vérité, et d'autres qui pensent que le mouvement concerne seulement ce qui est antisioniste ou anti-judaïque ou anti-gouvernement ou anti-police. Ainsi, l'agent provocateur fixe chaque faction contre l'autre, résultant en un mouvement divisé.


Les manigances de Bollyn
Autour de 1981, Christopher Bollyn vivait en Californie. Il a eu deux condamnations pour vol en Californie, et une accusation d'agression. En 1983, Bollyn a épousé une espionne israélienne qui a travaillé dans le renseignement militaire israélien à Herzliya, en Israël. Il a été confirmé par Jay, le frère de Christopher, que Bosmat voulait épouser un Américain pour pouvoir vivre aux Etats-Unis, à Los Angeles (et obtenir la citoyenneté américaine). Une recherche du nom de jeune fille montre que Merimsky était associée à une adresse de Santa Monica, à moins de trois milles de Rand Corporation, et à moins d'un mille d'une synagogue Chabad Lubavitch. Le mariage a duré deux ans et Bollyn l'a décrit dans une interview avec David Duke comme un «mariage de convenance». Pour entendre un extrait audio de trois minutes dans lequel Christopher Bollyn parle de sa première femme Bosmat, cliquez ici. Et dans ce clip d'une minute et demie tiré de l'émission de RJ Hender du 6 avril 2010, Bollyn a dit qu'elle était «secrétaire». Oui, et les hommes ont été décrits comme des "diplomates" ou des "attachés militaires". Ils l'ont d'abord rencontrée quand elle avait seulement 16 ou 17 ans (à la fin des années 1970, quand Bollyn a travaillé comme sauveteur dans un kibboutz). Bollyn dit que même qu'avant qu'elle soit entré dans l'armée, le Mossad est venu au kibboutz où il vivait dans la vallée du Jourdain pour faire des vérifications d'antécédents sur elle pour en savoir plus sur Bollyn, son petit ami américain. Dans ce clip d'une minute et demie, Bollyn dit que quand Bosmat est venue en Amérique et a commencé à s'associer avec d'autres Israéliens, il a vu que leurs pratiques d'affaires étaient «à la limite du légal», les opérations frauduleuses qui étaient parfois légales, parfois même illégales. Donc il se serait dit "Je ne peux pas être impliqué avec des gens comme ça", et ceci fut sa raison pour le divorce.
Tel qu'indiqué sur son acte d'accusation sous des chefs d'espionnage en aout 2005 avec Larry Franklin et Keith Weissman, co-auteur de The Campaign To Discredit Israel, Steven J. Rosen était un "chercheur en sciences sociales" à la Rand Corporation à Santa Monica, où il avait obtenu le droit d'accès sécuritaire aux contrats de la CIA, avant d'être embauché par l'AIPAC autour de juillet 1982. Ainsi, Israël avait un agent - ou des agents - au Rand, au moins jusqu'à la mi-1982. De 1982 à 1983, il est donc possible que d'autres agents d'Israël aient déjà eu accès à des documents classifiés entre ces murs ou tentaient d'y accéder. L'adresse de la Rand Corporation est 1776, rue Main, à Santa Monica en Californie.
Ainsi, en 1983, quand Israël avait probablement des agents à la Rand Corporation ou cherchait à remplacer Rosen, Bollyn a aidé un espion israélien à obtenir sa citoyenneté américaine et à s'installer à peine quelques miles près de la Rand Corporation.
Dans une tournure intéressante des événements, alors que la première édition de The Campaign To Discredit Israel venait d'être publié (1er janvier 1983), décrivant Mark Lane comme un "antisioniste Juif", Bollyn vivait et voyageait à travers le continent américain avec un officier du renseignement militaire israélien de Herzliya qu'il allait ensuite épouser plus tard cette année. Plus de 25 ans plus tard, Bollyn allait prétendre que Mark Lane est un «sioniste Juif».
La première femme israélienne de Bollyn est maintenant associée avec une société juive d'affacturage financier détenue par Eyal Levy, qui se spécialise dans le "financement et la restructuration de transactions non conventionnelles dans le monde entier et a travaillé pendant plus de 25 ans pour des contrats du gouvernement et des organismes, y compris des contrats de financement des gouvernements, des contrats d'analyses de crédit et de ventes pour les forces armées américaines, la NASA, le FBI et la CIA." La compagnie de Levy, Platinum Funding Group, est financée par JPMorgan Chase et NM Rothschild & Sons. Platinum Funding Group a été créé en 1992, et a son siège social à la Tour de Bush, Manhattan, depuis 2002. Lorsque Bosmat Merimsky, son partenaire de Jacob "Cobi" Babchuk et Eyal Levy est allé sur un récent voyage en Asie, Levy a fait une impression assez bien d'un loup hurlant montrant ses dents. Et Merimsky et Babchuk sont récemment allés en vacances à Césarée, la seule ville en Israël à être gérée par une entreprise, la Edmond Benjamin de Rothschild Caesarea Development Corporation, qui a fait don de plus de 100 millions de shekels au cours des dernières années à des organisations comme le Centre interdisciplinaire d'Herzliya. Deux des résidents de Césarée les plus notables sont Eitan Wertheimer et Benjamin Netanyahou.

Christopher Bollyn a épousé sa seconde femme, Helje Kaskel, une ancienne actrice et modèle de nu, en 1995. Dans les années 1990, Bollyn et Kaskel travaillaient de toute évidence comme une équipe d'agents du renseignement, filant l'auteur nationaliste et antisioniste Michael Collins Piper. Cela remonte au moins à juillet 1994, soit peu de temps après la première publication de Piper Final Judgment au début de 1994. La preuve documentée a fait surface en 2009 alors que Anne Cronin, qui avait travaillé à Liberty Lobby depuis 1964 avant le lancement de The Spotlight, est tombée sur des informations intéressantes en feuilletant les vieux livres d'or. En date su 11 juillet 11 1994, il y avait juste deux visiteurs au bureau de Liberty Lobby, à Washington DC qui avaient inscrit leur nom dans le livre correspondant à cette date, avec les noms précédents et suivants tombant en date du 13 juin et du 18 juillet respectivement. Le premier nom du 11 juillet 1994 était Christopher Bollyn, 220 Kingman Lane, Hoffman Estates, Illinois 60194. Et directement en-dessous, sur la ligne suivante se trouvait Helje Kaskel, Estonie. Toutefois, lorsque Bollyn est venu travailler pour The Spotlight et par la suite pour American Free Press, il n'a jamais mentionné une seule fois qu'il avait déjà mis les pieds à l'intérieur du bâtiment.
Bollyn a révélé en 2004 que son travail à IBM Global Network Services était dans le département de l' "accès à distance".


Un réseau non sécurisé est tout réseau qui peut être atteint de l'extérieur.
Quand nos machines à voter dans le comté de Cook peuvent être contactées par quiconque connaît l'adresse de protocole Internet (IP) pour n'importe quelle machine du réseau, c'est un réseau non sécurisé. (J'avais l'habitude de travailler dans le département d'accès à distance d'IBM Global Network Services. A l'époque, c'était le meilleur et le plus sûr fournisseur d'internet de l'Amérique.)


Charles C. Palmer, Directeur de l'Institut d'IBM pour la sécurité avancée et un membre du comité consultatif sur l'intégrité et la confidentialité des données pour la Homeland Security, a travaillé avec IBM Global Services pour démarrer leur soi-disant "pratique de piratage éthique". Un candidat au Pirate Certifié Éthique (CEH) n'a qu'à signer un accord préalable à sa formation, s'engageant à ne pas utiliser ses compétences pour des attaques illégales ou malveillantes.
IBM Global Services a également employé des "hackers éthiques" dans une autre capacité, afin de prouver aux clients d'IBM qu'ils avaient besoin de resserrer leur sécurité afin de prévenir que des personnages sans scrupules ne puissent copier ou voler des documents et entrer dans la salle des serveurs informatiques. Plutôt que d'accéder à distance à des ordinateurs, les pirates auraient un accès physique aux bâtiments de bureaux en posant comme un membre du personnel ou en tant que visiteur légitime, par exemple un technicien. Le faux «confrère de travail» ou «technicien» emploierait des accessoires comme un casque, une combinaison ou un presse-papiers, mais une capacité à suivre le script était une qualification importante. Un "hacker éthique" du nom de Paul, qui a effectué ce travail pour la branche britannique de IBM Global Services avant le 11 septembre, a décrit comment il avait développé un talent pour le jeu de rôle, et a souvent travaillé avec un partenaire pour que la ruse ait l'air authentique.
Donc, nous avons Christopher Bollyn et un partenaire qui visite le bureau de Liberty Lobby en 1994; le père de Bollyn Elbert, qui se trouve être un acteur accompli durant ses temps libres qui était président de la guilde de théatre de Hoffman Estates et avait fréquemment joué dans leurs productions; la rencontre de Bollyn avec les Murdoch vers 1988; Bollyn qui travaille pour IBM Global Network Services au département de l' "accès à distance" et son intérêt pour la fraude électorale et la possibilité de piratage des machines à voter, les "pirates éthiques" de IBM Global Services qui auraient accès à distance à des ordinateurs ou blufferaient leur chemin dans le bureau local (dans les années 1990); le fait que les sionistes comme Murdoch auraient aimé voler des données telles que des listes de diffusion à partir d'une organisation populiste, pro-nationaliste, anti-sioniste telle que Liberty Lobby avec une vision du monde prétendument antisémite, le fait que Bollyn n'avait aucune raison de ne pas mentionner sa visite de 1994 dans les bureaux de Liberty Lobby, après qu'il en soit venu à travailler pour eux en 2000 si la visite de 1994 avait été entièrement innocente, le scandale d'écoute électronique de l'empire médiatique Murdoch qui remonterait présumément à 2001 au moins étant donné que le FBI prend au sérieux les allégations selon lesquelles les téléphones des victimes du 11 septembre auraient été piratés, et les publications de Murdoch donnant des pot-de-vin à la police afin d'obtenir des informations pour leurs scoops. Bollyn et Kaskel n'auraient pas pris la peine de signer avec de faux noms en 1994, car ils n'auraient pas pu savoir alors que Bollyn viendrait travailler pour Liberty Lobby six ans plus tard. La tendance se maintient...


En avril 1997, Mike Piper est filé par le couple Bollyn-Kaskel à Cancun, au Mexique. Piper se trouvait dans un magasin de tabac, accroupi en train de regarder un étui à cigares, lorsqu'il entendit une voix grinçante américaine dire: «Hé, des cigares!». Elle sonnait comme "Hey, siii-garz". Piper se retourne et aperçoit un couple percutant -- un beau grand mec avec sa femme merveilleusement belle, ressemblant à des touristes américains. Ils ne parlaient pas à Piper, mais se tenaient à proximité de lui. Puis, en mai 2000, lorsque Piper a rencontré les Bollyn à Chicago et que Christopher a mentionné qu'il fumait des cigares, Piper s'est soudainement souvenu du "Hey, siiii-garz" qu'il avait entendu trois ans auparavant, et réalisa que ce couple était les mêmes deux personnes qu'il a vu précédemment au Mexique.

Environ six mois avant le premier contact officiel de Piper avec Bollyn (par courriel) au début de 2000, il avait été contacté par un monsieur suédois qui avait exprimé un intérêt à faire un documentaire sur Final Judgment. Il a raconté à Piper une histoire sur l'une de ses expériences au Moyen-Orient en compagnie d'un autre individu. Quand Piper a visité les Bollyn à leur domicile de Chicago en mai 2000, Christopher Bollyn a raconté la même histoire racontée par le monsieur suédois. C'était à propos du même incident à la frontière israélienne, et pourtant ni Bollyn ni le monsieur suédois n'ont dit qu'ils se connaissaient. La reconnaissance que les Bollyn étaient le couple du "Hé, siii-gaarrz", l'expérience partagée par deux messieurs qui ont omis de mentionner qu'ils se connaissaient, et un incident bizarre dans lequel Helje a montré à Piper de ses photos de nu alors que son mari Christopher le regardait, a conduit Piper à se demander s'il n'avait pas été pris dans une opération de renseignement impliquant le couple Bollyn. Ce fut neuf ans avant la découverte de preuves documentées de la visite des Bollyn à Liberty Lobby en 1994.

Par une intéressante «coïncidence», Bollyn et Kaskel étaient à New York le jour du 11 septembre, un an après que le Khazar auto-proclamé Jerry Myers ait permis à Bollyn de trouver du travail comme «journaliste».

Depuis avril 2005, Hufschmid maintenait une page intitulée Bollyn's Secret Agents ("Les agents secrets de Bollyn") sur son site. La page comporte une photo d'Helje Kaskel empoignant un fusil et posant comme un agent secret de style 007.
HeljeSecretAgent
Autour de novembre 2006, Christopher Bollyn a fait circuler un e-mail sous son pseudonyme de "Sam Brand" avec cette photo en pièce jointe, dans lequel il demandait à son critique Scott Makufka (alias Victor Thorn) s'il était «homosexuel», suivi de la déclaration "Je ne suis pas gay. Ma femme est dans la photo." Et Bollyn est censé être un chercheur du 11 septembre, pas un garçon de huit ans! L'utilisation du nom "Brand Sam" par Bollyn découle du fait que son grand-père maternel était Samuel Brand.

Christopher Bollyn et Eric Hufschmid ont collaboré de 2002 à 2007 au moins; Christopher et Helje filaient Mike Piper dans les années 1990; et Hufschmid a choisi Les agents secrets de Bollyn comme titre pour sa page portant la photo de Helje, il est clair que le duo d'imposteurs - et très probablement le trio de traîtres dont Helje Kaskel - se révèlent avoir fantasmé à se voir comme un trio d' "agents secrets".

Le couple Bollyn-Kaskel opérait déjà aux Etats-Unis avant que le premier mari de Helje Kaskel, Urmas Alender, chanteur du groupe rock progressif estonien Ruja, ne meure dans la catastrophe du traversier MS Estonia lorsque le navire a coulé dans la mer Baltique en se rendant de Tallinn vers Stockholm, tuant 852 personnes. La star du rock Alender est morte le 28 septembre 1994, plus de deux mois après que sa femme Helje ait visité
le bureau Liberty Lobby à Washington DC, en compagnie de son futur mari Christopher Bollyn de Hoffman Estates, le 11 juillet.

Selon le rapport officiel, les serrures de la porte d'étrave "ont cédé sous la pression des vagues". Le gouvernement suédois a engagé des plongeurs de Rockwater, une filiale de Halliburton, qui était dirigée dans les années 1990 par Dick Cheney. Une enquête officieuse a récupéré des morceaux de métal de près de la porte d'étrave, et les avait examinés dans des laboratoires aux Etats-Unis et en Allemagne. Les tests ont montré des preuves d'une explosion, avec "des transformations du métal semblables à celles causées par la détonation à haute-vitesse". Cela pourrait expliquer la forte détonation qui a été entendue dans la nuit de la catastrophe. Par ailleurs, de l'équipement militaire russe volé est reconnu comme ayant été transporté clandestinement sur l'Estonia les 14 et le 20 septembre 1994, et est soupçonné d'avoir été à bord lors de la nuit fatidique du naufrage le 28 septembre. Dans certains récits, le MI6 transportait clandestinement du matériel pour le compte de la CIA, d'autres citent le KSI - renseignement militaire suédois - comme étant à les commanditaires de la contrebande. Une théorie affirme que la mafia russe-estonienne (ou les juifs) aurait placé une mine patelle sur la coque, avertissant la société de transport qu'ils devraient payer de l'argent de protection. Une autre théorie est que le gouvernement russe a découvert le vol et la contrebande de leurs équipements et que leurs agents avaient placés une mine afin d'endommager le navire et le forcer à rentrer au port, stoppant la livraison et envoyant un avertissement aux agences de renseignement occidentales. Dans chaque cas, le dommage a été plus important que prévu, et le navire a coulé.

Bollyn a été pris comme employé au journal The Spotlight dans des circonstances étranges au cours de l'année précédent le 11 septembre. En janvier 200, Christopher Bollyn s'implique dans un conflit avec sa bibliothèque locale lorsque celle-ci refuse de mettre sur ses tablettes le livre "Final Judgement" de Michael Collins Piper. Il affirmait avoir entendu parler du livre de Piper sur l'Internet, et la controverse lui fournit un prétexte pour quitter son emploi au réseau IBM Global Services, pour rencontrer Piper et s'implique dans le journal The Spotlight, un journal critique vis-à-vis d'Israël et du sionisme. Bollyn et sa première épouse Helje ont rencontré Michael Piper "officiellement" quelques mois plus tard, en mai 2000.
Jerry Myers, qui se décrit comme Khazar, avait travaillé à Liberty Lobby il y a longtemps, dans les années 1960. Il avait la réputation d'être un fauteur de troubles, un conteur de balivernes, et était considéré un peu étrange mais sincère et largement inoffensif. Myers a été congédié de Liberty Lobby, mais personne ne pouvait se rappeler de ce pourquoi il avait été congédié. Il est réapparu à la fin des années 1990, en disant qu'il aimerait être bénévole. Alors Carto a accepté. À l'été 2000, Myers est allé à une conférence dans l'Indiana sur les fraudes électorales, et c'est là que Bollyn l'aurait apparemment rencontré. Myers est retourné à Washington et a commencé à dire à tout le monde que "Bollyn! Bollyn vient travailler pour Liberty Lobby!" Myers a dit que Willis Carto l'avait envoyé à la conférence pour "embaucher Bollyn". Mais Piper savait que Carto n'at jamais fait cela.

Incidemment, durant la conférence, Myers s'est présenté à Jim Condit comme un Khazar. Condit a pensé: «Qu'est-ce que Liberty Lobby fait avec un Khazar comme employé?" On pourrait dire la même chose de Bollyn, avec la distinction importante qu'il a non seulement gobé sans discernement tout ce que Myers lui a dit, mais il a agi de plus comme un pantin entre les mains de Myers -- au point même de renoncer à son emploi chez IBM Global Network Services (réseau global de service IBM), alors que les sionistes avaient justement besoin de quelques "journalistes" contrôlés pour leurs imminents attentats terroristes sous faux pavillon.

Bollyn est arrivé à Washington pour une entrevue, et Piper avait l'impression que Bollyn était un peu déconcerté par la situation et ne savait pas trop ce qui se passait. Carto a demandé Piper, "C'est quoi cette histoire avec ce gars Bollyn?" Piper a expliqué que "Jerry est fou de lui", et Bollyn est l'homme qui s'est engagé dans la controverse de la bibliothèque de Schaumburg. Carto demandé: "Est-ce qu'il souhaite avoir un emploi ici?" Alors Carto eu une entrevue avec Bollyn et l'a engagé.

Par conséquent, les événements de 2000 expliquent l'intérêt de Bollyn pour Mike Piper et Liberty Lobby remontant à 1994, soit trois ans après que des responsables de sécurité israéliens aient inspecté le garage de
Zim American Israeli Shipping au World Trade Center, et a conclu que le garage du WTC était vulnérable à une voiture piégée. 1994 était également une année après que le garage du WTC ait été atteint par un attentat à la voiture piégée qui a tué six personnes et en blessant plus d'un millier dans les incendies qui suivirent après que le plan consistant à substituer de la poudre inoffensive à la place de l'explosif ait été annulé par un superviseur du FBI, et un an avant que Benjamin Netanyahou écrive sur "l'islam militant" faisant tomber le World Trade Center. Netanyahou prétend qu'il s'agit d'une prédiction faite par son père Benzion au début des années 1990, et que son père a aussi prédit l'«Holocauste» en 1937.

Avant que la preuve ait émergé que Christopher Bollyn et Helje Kaskel avaient rendu visite à Liberty Lobby à Washington, DC, en 1994, plus de deux mois avant la mort de l'époux d'alors de Helje, Urmas Alender, Mike Piper a laissé entendre le 30 septembre 2008 pourquoi il croit que Christopher Bollyn "fait partie d'une opération de renseignement de longue date". Cliquez ici pour écouter le clip 2:09 minutes.

J'espère que certains d'entre vous auront eu la chance d'écouter l'émission que j'ai faite avec Daryl Bradford Smith sur iamthewitness.com. L'émission bien sûr a été enregistrée samedi et était disponible sur le site la dernière fois que j'ai regardé. Incidemment, vous savez, au départ, ça n'était pas dans l'émission elle-même, mais quand Daryl et moi avons eu la chance de discuter hors d'ondes, j'ai dit à Daryl certaines choses dont je n'avais jamais parlé à l'antenne. Eh bien, je dois dire que j'en ai parlé en ondes mais sans donner de noms. J'en ai en fait parlé sur cette émission à un moment donné sans mentionner aucun nom.

Mais inutile de dire que je dit à Daryl que je référais en fait à Christopher Bollyn, le célèbre Christopher Bollyn. Et Daryl et moi comparions quelques notes sur Bollyn, et nous sommes parvenus à des conclusions très semblables sur Bollyn et ses antécédents pour ainsi dire. Quoi qu'il en soit, un moment donné je vais raconter l'histoire en détail sur les ondes. Deux ou trois histoires plutôt révélatrice indiquant que Christopher Bollyn m'avait ciblé personnellement il y a très, très longtemps avant qu'il ne surgisse sur l'écran radar d'American Free Press. Que toute son approche visant à se rapprocher de moi en promouvant mon livre Final Judgment et en militant publiquement pour celui-ci faisait partie d'une opération de renseignement de longue date puisque, étant donné que tous ces événements qui sont arrivés, et en regardant certaines connexions de Bollyn et certains de ses activités, je peux comprendre maintenant, vous savez, c'est drôle quand vous êtes en plein milieu de quelque chose vous ne le comprenez pas tout à fait ou ne reconnaissez pas tous les détails à l'oeuvre, mais quand vous pouvez prendre du recul et de regarder la grande image vous comprenez. Eh bien, j'en ai assez dit sur le caractère répréhensible de Bollyn.

Bollyn avait ciblé Piper, afin que Bollyn puisse établir sa réputation d' "antisioniste / journaliste du 11 septembre", et plus tard poignarder dans le dos Piper. Ainsi, Bollyn établirait son propre culte de chercheurs de vérité du Web, en introduisant en même temps de la désinformation / homme de paille destinée à endommager la réputation du mouvement pour la vérité telle que perçue par les étrangers. Ceci est similaire à la tactique de Hufschmid de s'accrocher à Daryl Bradford Smith pour un certain temps afin de renforcer la réputation de Hufschmid au détriment de Smith. La différence dans le cas de Hufschmid est qu'il a été mis en place comme l'un des premiers leaders du mouvement de vérité du 11 septembre en étant muni d'un livre et d'un vidéo qui ont été produits par un comité. L'association avec Smith a permis à Hufschmid de prolonger sa durée de vie de deux ou trois années supplémentaires. Une tâche commune à Bollyn et Hufschmid aura été de diviser le mouvement, de manière à provoquer des affrontements entre ceux qui auront pu voir à travers leurs mensonges et ceux qui auront avalé l'hameçon, la ligne et le plomb.

En novembre 2000, quelques mois après avoir commencé à écrire pour The Spotlight, Bollyn a prétendu avoir reçu une menace de mort d'un monsieur russe, Alex Kantarovich de la Vikont Corporation située en Illinois, suite à l'article de Bollyn sur les nouvelles machines de vote électronique et la fraude électorale. Et le 13 octobre 2006, six jours après avoir été congédié d'American Free Press, Bollyn a prétendu avoir reçu une menace de mort de la part d'un «homme d'American Free Press et ami de longue date de Willis A. Carto". Il prétend qu'on lui aurait dit qu'il serait tué s'il révélait ce qu'il sait à propos d'American Free Press. Il n'existe aucune preuve que Bollyn ait reçu la moindre menace de mort de quelqu'un, et il est toujours vivant et bien portant à ce jour.

Une autre personne qui prétend avoir été "menacée" est le milliardaire Jimmy Walter, un promoteur de la désinfo "les avions du WTC ont été truqués". En mai-juin 2005, Walter, Hufschmid et Bollyn était sur en tournée de conférences en Europe pour promouvoir la vérité sur le 11 septembre, grâce au financement de Walter. La réunion de Londres a mis en vedette un autre imposteur, David «fils de Dieu" Shayler.

Bollyn prétend avoir rencontré Helje à Oslo. Dans une petite coïncidence intéressante, Helje Kaskel est né et a été éduqué en Estonie, et la femme de Rupert Murdoch à l'époque (de 1967 à 1999), Anna Torv, maintenant Anna Maria Torv Murdoch Mann, est aussi d'origine estonienne. Anna Murdoch Mann est née en fait en Ecosse dans un village près de Glasgow. Sa mère Sylvia Braida est écossaise, mais son père marins marchand ingénieur Jacob Torv vient d'Estonie. Également de la famille estonienne Torv, on retrouve l'actrice australienne Anna Torv (né en 1978), dont le père Hans Torv est d'origine estonienne. L'actrice est née à Stirling, en Écosse, et Anna Murdoch Mann est sa tante paternelle. James et Lachlan Murdoch sont les enfants d'Anna Murdoch Mann, ce qui fait d'eux des 1/4 estoniens via Jacob, leur père. La population féminine estonienne en 1960, en supposant que le partenaire de longue date le plus probable de Christopher Bollyn serait un peu plus jeune que lui, cela donne 682 000. La population mondiale était d'un peu plus de 3 milliards de dollars. (Le lien précédent pourrait avoir besoin d'être rafraîchi pour que le tableau s'affiche.) Ainsi, en supposant 1,5 milliard pour la population féminine mondiale en 1960, les femmes estoniennes représentaient environ 1 sur 2200 du total. Bien sûr, les Murdoch auraient beaucoup de contacts à part des Estoniens. Mais étant donné que Bollyn a rencontré les Murdoch en 1988 et a rencontré Helje Kaskel autour de 1994 (ou éventuellement plus tôt), il y a une forte possibilité qu'un membre de la famille Murdoch a présenté Helje Kaskel à Christopher Bollyn.
La famille de Christopher Bollyn a des liens de parenté avec Sir Thomas Boleyn, le père d'Anne Boleyn, qui était la reine d'Angleterre comme la seconde épouse du roi Henry VIII. Anne Boleyn était aussi la mère de la reine Elizabeth I qui a gouverné l'Angleterre ainsi qu'une portion variable de l'Irlande pendant plus de 44 ans. L'arbre généalogique de la famille Tudor du côté d'Henry VIII se termine avec Elizabeth I, mais la reine Elizabeth II descend de la sœur d'Henry VIII Margaret Tudor.

La mère de Christoper Bollyn, Charlotte, née le 6 février 1919, a été gouvernante pour la famille Farish et a prit soin du jeune William Timbres Farish III, né le 17 mars 1939, Houston, TX, qui était ambassadeur américain au Royaume-Uni en date du 11 septembre 2001. La fortune de la famille Farish provient de Humble Oil, qui a été progressivement absorbée par la Standard Oil et éventuellement rebaptisée Exxon. John D. Rockefeller a été fondateur et président de la Standard Oil. Humble Oil a été co-fondé par le grand-père de Farish III, William Stamps Farish II, le petit-neveu de Jefferson Davis.

William S. Farish III est:
* Un proche ami de George H.W. Bush (depuis plus de 50 ans); il a offert aux Bush leur épagneul spinger Millie, tient une partie de chasse à la caille pour Bush chaque année dans son ranch, et a géré au début des années 80 les actifs du vice-président d'alors en bénéficiant d'une confiance aveugle.
* doté d' "une foule de contacts exotiques chevauchant le monde du renseignement et le monde des finances - en particulier en Grande-Bretagne".
* Un bon ami de la reine Elizabeth II, qui a été un invité au moins quatre fois au ranch Farish dans le Kentucky et dont plusieurs de ses chevaux sont entraînés par Farish.
* Un membre de la Pilgrim Society, comme le sont tous les membres supérieurs de la famille royale britannique; d'autres Pilgrims passés et présents incluent Henry Kissinger, Winston Churchill, Otto Kahn de Kuhn Loeb & Co, Henry S. Morgan de Morgan Stanley, J . Pierpoint Morgan de JR Morgan, David Rockefeller, John D. Rockefeller, Edmond de Rothschild, Jacob Schiff, Paul Volcker, etc


Les rangs des Pilgrims sont remplis de membres de l'Église épiscopale, dans laquelle Chris Bollyn été un enfant de choeur et a remporté le prix God and Country. IBM et la famille Watson sont fortement représentés dans la société Pilgrim. Bollyn travaillé pour le réseau global de services d'IBM (IBM Global Network Services) jusqu'en 2000 lorsque, suite à l'intervention d'un Khazar bizarre tel que décrit ci-dessus, il commença à travailler pour The spotlight. Il a aussi admis avoir habité avec une Comtesse suédoise. Parmi les membres de la Pilgrim liés à l'Illinois, on compte George Wildman Ball, David Waddell Barr, William Averell Harriman (connecté à George Herbert Walker et son gendre, Prescott Bush), Lillian Craig Harris (un instructeur d'anglais et de journalisme au Wheaton [Illinois] College, 1966-68, qui s'est également rendu à Beyrouth, au Caire, etc.), Robert Louis Payton, James Robert Peterson, Sturgis Lee Riddle, Robert Armstrong Robinson, etc.

La soeur de Christopher Bollyn Karin a épousé un Juif, Michael Epstein, et élève sa fille Ivy Charlotte dans la foi juive. Les grands-parents maternels d'Ivy Charlotte étaient feu Charlotte et Elbert Bollyn, les parents de Karin et Christopher Bollyn. Une preuve supplémentaire de l'association entre les familles Bollyn et Epstein est démontrée par le fait que "Epstein, Karin Bollyn", "Bollyn, Christopher Lee" et d'autres sont nommés comme bénéficiaires sur une concession de pétrole et de gaz. Michael et Karin Epstein et Karin sont étroitement associés à la synagogue Temple Solel de Paradise Valley, Arizona, dont la mission comprend "promouvoir l'amour d'Israël". En mai 2001, Karin Epstein a été installé comme l'un des fiduciaires de la synagogue.

Alors, un peu comme Eric Hufschmid qui était supposé être un adversaire des tromperies du Nouvel Ordre Mondial (NOM) telles que le "réchauffement global" au même moment que sa soeur Kathryn fait de son mieux pour promouvoir cela pour la Clinton Climate Initiative, nous avons aussi le spectacle de Christopher Bollyn l'«opposant» d'Israël et le frère de Karin dont le travail comprend «la promotion de l'amour d'Israël».

En juin 2010 le bulletin d'information de Temple de Solel annonçait l'anniversaire de mariage de Michael et Karin Epstein en indiquant que celui-ci célébrait 27 ans de vie commune, sous la rubrique "anniversaires de juin". Le bulletin de juin 2009 montrait 26 ans sous la rubrique "anniversaires de mai". Ils se sont donc mariés en 1983, soit la même année que Christopher Bollyn a épousé un officier des renseignements militaires israéliens, Bosmat Merimsky, à Porto Rico.

Le goût de la famille Bollyn pour le judaïsme et Israël proviendrait au moins partiellement du Beth Tikvah Temple, qui a été mis en place en 1957 et est rapidement devenu une force puissante à Hoffman Estates, sous la direction de Rabbi Hillel Gamoran. Le site Internet de Beth Tikvah énonce:

Depuis plus de 50 ans, Beth Tikvah a accueilli des individus et des familles dans notre communauté juive réformée à Hoffman Estates, Illinois, situé au cœur de la banlieue nord-ouest de Chicago.

La Congrégation Beth Tikvah est dédiée aux idéaux juifs de Avoda (Culte), à la Torah du Talmud (Apprentissage d'Une Vie), et Tikkun Olam (Action Sociale), le tout dans l'optique de construire un monde meilleur.

Les activités locales de la mère de Bollyn Charlotte incluaient la prise en charge de la "Blue Wrens" / Groupe Bluebird durant les événements du Camp Fire Girls, et elle a été active dans le groupe des femmes de l'église épiscopale Holy Innocents. Le rabbin Gamoran a été l'hôte de certains des événements du Camp Fire Girls au Beth Tikvah Temple, a donné les bénédicités aux scouts, et a dirigé un «programme de musique inter-religieuse", qui a rapproché Beth Tikvah et d'autres congrégations, comme l'église épiscopale Holy Innocents.

Le 14 novembre 1959, Charlotte Bollyn a été photographiée au bazar du groupe des femmes de Holy Innocents. En janvier 1964, Charlotte a amené deux invités au festin de Camp Fire Girls qui s'est tenu au Temple Beth Tikvah le 15e jour du même mois. Le Daily Herald de Chicago daté du 19 mars 1964 a rapporté l'événement le dimanche 15 mars.

Un "programme de musique inter-religieuse" a été parrainé par le comité aux relations humaines de Hoffman - Schaumburg. Les remerciements ont été prononcés par le rabbin Hillel Gamoran du Temple Beth Tikvah, président des projets du comité. Le but de la rencontre a été expliqué plus en détails par le révérend Raymond Dalton de l'église épiscopale Holy Innocents ...

Le 19 février 1966, le rabbin Gamoran a prononcé la bénédicité lors du dîner-potluck Blue and Gold du Cub Scout Pack 193, qui comprenait 37 louveteaux et leurs familles à Fairview School, Hoffman Estates. Des années plus tard, à l'âge de 15 ans, Christopher Bollyn était un Eagle Scout ("éclaireur").

Christopher Bollyn, anciennement d'Hoffman Estates près de Schaumburg, travaillait auparavant pour IBM Global Network Services, où il a été amené à écrire pour The Spotlight.
Le 14 février 2003, un incendie a débuté dans une unité de chauffage ou CVC d'un gratte-ciel au 231 North Martingale Road, Schaumburg, dans l'Illinois, la ville mère de IBM Global Network Services. Plusieurs travailleurs de la tour à 11 étages servant de centre de données, ont reçu des appels de leurs collègues à 8:45. Même s'il n'y a eu aucun blessé, un rapport établit qu'à 9:00 "un nuage noir de fumée tourbillonnait dans le ciel" et l'employé d'IBM Ruby Williams a vu des flammes s'échapper du toit. Un entrepreneur qui travaillait là a décrit la scène comme "une boule de fumée de tous les diables". C'était la journée juste avant les manifestations mondiales d'une ampleur sans précédent contre l'invasion imminente de l'Irak, qui battit un record de 3 millions manifestants à Rome.

L'événement International Air-Conditioning, Heating, Refrigerating Exposition (AHR Expo) de 2003 a eu lieu à la Place McCormick de Chicago, du 27 au 29 janvier 2003. Les ingénieurs participant à cet événement proviennent de dizaines de pays à travers le monde. En 2003, plus de 58 000 professionnels de CVC-R provenant de 117 pays ont participé, y compris des exposants de plus de 33 pays. En 2006 par exemple, l'Expo AHR s'est également réunie au même endroit, et l'un des participants était Gilad Lev-Shamur, un ingénieur d'installations de Haïfa, en Israël. Le système d'automatisation du bâtiment (BAS) situé au 231 Route N. Martingale était assurée par Johnson Controls, qui a accueilli en 2006, George W. Bush, à son quartier général où il a prononcé un important discours sur l'énergie.

Si Israël ou l'administration Bush avait prévu de mettre en scène une attaque terroriste qui serait faussement attribuée à des musulmans dans un gratte-ciel à bureaux, il leur aurait été utile d'avoir un de leur agent comme grand "journaliste" pour l'enquête officieuse qui pourrait dire, «Je connais ce bâtiment - J'y ai déjà travaillé!" Un "journaliste"qui se trouvait commodément à New York le jour du 11 septembre, un "journaliste" dont la mère travaillait comme gouvernante d'un enfant qui plus tard allait se lier d'amitié avec la famille Bush et la reine Elizabeth II et se faire "une foule des contacts exotiques où se chevauchent les mondes du renseignement et la finance", un "journaliste" qui a rencontré la famille de Rupert Murdoch pour une demi-heure en 1988, un" journaliste "qui a collaboré avec le beau-frère James Murdoch dès l'année qui suivit le 11 septembre, un "journaliste" qui a épousé un officier du renseignement israélien afin qu'elle puisse avoir accès aux États-Unis, un "journaliste" qui a filé Mike Piper pendant six ans avant d'être planté par un ami Khazar au cours de l'année précédant le 11 septembre au journal patriote où Piper travaille, un "journaliste" qui s'est avéré plus tard avoir "reçu de l'argent de l'étranger" et "dépensé plus d'argent" qu'il était "capable de gagner", etc. Étant donné que la fréquence des incendies dans tout bâtiment à bureaux particulier tourne autour d'environ une fois tous les douze ans à une fois tous les six cents ans, il est intéressant de noter qu'un incendie se soit produit ce jour-là dans un bâtiment lié à ce «journaliste» précisément.

Comme possible bouc émissaire pour le coup monté, Bret Darren Lee, un musulman né aux États-Unis dont le nom musulman est Omar ben-Livan, a été arrêté à St. Louis, Missouri, le 9 février 2003, par un dimanche matin aux aurores. Il a été interrogé sur ses "activités anti-guerre", et s'il avait l'intention d'attaquer le gouvernement américain. Il fut réveillé par des coups bruyants cognant à sa porte un dimanche autour de 5 heures, et plusieurs policiers ont fait irruption, l'arme pointée vers lui. Il a été menotté et emmené dans une voiture de police. La police a passé 45 minutes à chercher son appartement a confisqué des documents qui ont ensuite été retournés. Vers midi, dimanche, les agents du FBI sont retournés à l'appartement de Lee et interrogé sa femme pendant 30 minutes, lui demandant si Lee était un «terroriste», ce qu'il pensait des talibans, etc. Des agents du FBI et un "enquêteur" de la police ont posé des questions similaires à Lee pendant une demi-heure, et l'ont également questionné au sujet de son ami Tim Kaminski, qui est aussi musulman d'origine américaine. Lee a été libéré le dimanche soir sous caution de 4500 $ après avoir été arrêté sur un mandat de fugitif, soi-disant pour une violation de probation, mais qui était évidemment un prétexte pour l'arrestation et l'interrogatoire. Lee, qui se fait appeler Omar Lee pour la simplicité écrit maintenant un blog sous ce nom, s'est converti à l'islam vers 1992. Saint-Louis est à environ 300 miles de Chicago. En 2007, par exemple, Omar Lee a visité l'Illinois pour assister à la convention annuelle de la Muslim American Society - Islamic Circle of North America (MAS-ICNA) au Hyatt Regency O'Hare de Rosemont.

Lorsque Bollyn a été interrogé sur l'incendie, il a dit "je ne savais pas à propos de cet incendie, d'accord?" Ecoutez ce clip de 28 secondes pour l'entendre en contexte. Pour plus de détails sur ce possible attentat sous fausse bannière raté, voir ici.

Le 23 janvier 2007, Christopher Bollyn a été interviewé par Deborah Feyerick à la Bibliothèque de district du canton de Schaumburg pour l'émission de CNN Paula Zahn Now. L'émission correspondante a été diffusée une semaine plus tard, quand son rôle consistant à faire passer les chercheurs du 11 septembre conscients du sionisme pour des "antisémites" a été confirmé. Après que Bollyn a nié être un antisémite, cela a ouvert la voie à CNN pour faire intervenir Deborah Lauter de l'ADL disant: "C'est une technique très courante chez les antisémites. Ils tordent les choses. Je ne suis pas un anti-sémite. Je crois seulement XYZ." Et Mark Potok du Southern Poverty Law Center a dit, "Je pense que les théories du complot en général ont vraiment tendance à fonctionner un peu comme un jeu de téléphone. Elles sont dites et redites et ont tendance à aller de plus en plus loin dans le récit." Bollyn acceptant d'être interviewé a fourni à CNN le matériel qu'il leur fallait pour mener à bien leur tromperie, tout en échouant d'obtenir une quelconque contrepartie pour le mouvement pour la vérité telle que la révélation généralisée des preuves du rôle central d'Israël dans le 11 septembre.

Écoutez ce clip de deux minutes et demie extrait de l'entrevue inédite, dans laquelle Bollyn est interrogé sur qui était derrière le 11 septembre. Il répond: "J'aimerais bien savoir qui l'a fait". Au cours des deux prochaines minutes, bien qu'il ait eu toutes les chances et les encouragements incluant des questions telles "Qui avait le plus à gagner?" et "Qui a eu les ressources nécessaires pour réaliser cela?", il refuse obstinément de parler d'Israël, mais il parle d'un "nouveau Pearl Harbor" et d' "agences de renseignement parrainées par l'État" et d' «acteurs étatiques». Il mentionne «notre gouvernement», et Bush et Cheney, mais ne parvient pas à mentioner Larry Silverstein, Frank Lowy, Benjamin Netanyahu, le rabbin Dov Zakheim, les «Israéliens dansants» ou quelque autre acteur juif dans cette affaire que plus tard dans l'entrevue, après avoir été interrogé spécifiquement à propos de ses écrits sur l'implication sioniste et israélienne.

Dans le talk-show The Piper Report du 8 mars 2007, disponible ici, il a des choses intéressantes à dire sur une enquête menée par un patriote qui est un détective privé, qui a été engagé par AFP pour examiner de plus près leur ancien employé. Dans cet extrait de 5 minutes, Piper dit que l'enquête a révélé que Bollyn avait "reçu de l'argent de l'étranger" et "a apparemment été régulièrement visités par un ou des individu(s) dont les plaques d'immatriculation ne peuvent être retracées". Dans sa note préliminaire, l'enquêteur a déclaré qu'il était "risqué d'enquêter sur Christopher Bollyn" puisque "j'ai découvert la possibilité distincte de l'implication de personnes liées aux renseignements d'un ordre supérieur". Il a constaté que "la cible (Bollyn) dépense plus d'argent que ce qu'elle est capable de gagner". Dans ce clip plus long, Piper révèle également que l'AFP a été informé par une source très fiable que Bollyn ne "payait pas ses taxes" et ne déposait aucune déclaration de revenus fédérale. Ainsi, bien que Bollyn ait prétendu être une cible de l'élite au pouvoir, il est en fait protégé au plus haut niveau. Piper suggère que le travail de Bollyn, plutôt que d'enquêter sur le 11 septembre, était de produire des rapports à ses manipulateurs sur le mouvement de vérité du 11 septembre, en posant comme un «journaliste» afin de pouvoir infiltrer les milieux de recherche de vérité.

Bollyn a tendance à visiter la Suisse, conduisant à des soupçons selon quoi une partie de son travail serait de servir de courrier pour des clients de banques suisses. Cela pourrait expliquer la source de son "argent de l'étranger" - avant de fuir les Etats-Unis après sa condamnation pour délit. Par exemple, Bollyn a quitté la conférence Axis for Peace du 17-18 novembre 2005, à Bruxelles (les participants qui comprenait David "fils de Dieu" Shayler, Thierry Meyssan et Phil Berg) pour rendre visite à Daryl Bradford Smith au centre de la France le jour de Thanksgiving, le 24 novembre 2005. La maison de Smith est considérée comme étant à l'Ouest plutôt qu'à l'Est de la France centrale, bien que l'emplacement n'ait pas été médiatisé. Toutefois, Bollyn a voyagé via Genève, fournissant une faible «explication» selon quoi il avait un laissez-passer de 30 $ pour voyager sur les trains allemands. Son histoire ne tient pas la route, car il avait encore à conduire vers l'ouest à travers les montagnes. La route la plus directe aurait été de conduire en direction sud-ouest vers Paris (seulement 315 km ou 196 miles de Bruxelles), puis continuer au sud-sud-ouest vers sa destination, un voyage d'environ 698 km (434 miles) au total. Bruxelles et Genève sont séparées par 793 km par la route la plus courte via le Luxembourg et la France - ou plus via l'Allemagne, puis Bollyn eu à voyager vers l'ouest plus de 500 km.


Bollyn était en Suisse le dimanche 19 janvier 2003, juste avant qu'il poste un article "Chemtrails over Switzerland" ("Des tracés chimiques dans le ciel de Suisse"), se décrivant comme un "journaliste américain basé en Europe".
Bollyn dit que ses ancêtres sont venus en Amérique en provenance de Suisse, et qu'il s'agit par conséquent d'une partie importante de son histoire familiale. Effectivement, la famille Brand étaient suisse, et les documents d'archives montrent que la plupart d'entre eux ont été baptisés. Et Jean Bartholoman Patt Sr. est né en Suisse en 1842. Eric Hufschmid, le compère imposteur et saboteur de Bollyn, tous deux protégés de Murdoch, est également d'origine suisse de par son père, Edward. La première banque mondiale Rothschild, la Banque des règlements internationaux (BRI), a été établie à Bâle dans la célèbre Suisse «neutre» en 1930. Bâle a été le théâtre de six des sept premiers Congrès sionistes du tournant du siècle. Tout comme William S. Farish III et les membres de la famille Watson (IBM), l'agent des Rothschild Charles G. Dawes, le fondateur de la BRI, était un membre de la Pilgrims Society.

Ecoutez ce clip de douze minutes de l'émission The Piper Report du 19 avril 2010, sur comment un sosie de Christopher Bollyn s'est retrouvé à une conférence d'American Free Press en 2006, autour du moment où Bollyn a commencé à rompre avec AFP. Piper était présent à la conférence, mais Bollyn n'y a pas assisté. Un monsieur à la conférence de Washington est venu voir Piper et lui a dit qu'il avait parlé à Bollyn. Piper dit que dans les cas où les agences de renseignement utilisent des sosies, les deux d'entre eux savent généralement qu'ils sont des agents de renseignement, mais ne sont pas au courant de leurs sosies. Plus tard, le sosie a approché Piper et a commencé à parler avec lui. Il avait une ressemblance remarquable avec le vrai Bollyn, et ceux qui ne connaissaient pas personnellement Christopher Bollyn auraient pensé que c'était vraiment la même personne. Il avait le même teint de la peau, les mêmes cheveux / coiffure, les mêmes tics et la même voix. Lorsque Piper a fait remarquer au sosie qu'il ressemblait à Bollyn, le sosie a ri et a indiqué qu'il ne savait pas vraiment qui était Bollyn.

La protection de Bollyn "au plus haut niveau" est une donnée entièrement compatible avec les contacts "au plus haut niveau" de Bollyn. Les preuves de liens possibles avec des gens au plus haut niveau est corroborée par des preuves de liens réels avec des personnes au plus haut niveau. Et cela est doublement corroborées par des actions de Bollyn comme agent provocateur, agent de désinformation et homme de paille. Compte tenu de toutes les preuves contre lui, sa constante sollicitation pour qu'on lui envoie des "dons" est également susceptible d'être une opération attrape-mouches destinée à compiler les noms et adresses pour les services de renseignements et le gouvernement.

Tout chercheur de vérité est à même de comprendre l'absurdité de la théorie voulant qu'Oussama ben Laden ait travaillé pour la CIA jusqu'au 11 septembre avant de soudainement se retourner contre eux; ou que la famille Ben Laden ait été partenaire d'affaire de la famille Bush alors qu'Oussama le prétendu «mouton noir» de la famille se serait retourné contre eux, ou qu'Adam Pearlman se serait supposément rebellé contre sa famille juive et son grand-père paternel de l'ADL pour devenir un antisioniste pro-terroriste membre de la prétendue organisation d' "Al-Qaïda". Nous devons alors nous demander si l'idée selon laquelle Christopher Bollyn, la personnalité de l'establishment avec des connexions en haut lieu, se serait rebellé et serait devenu un dénonciateur dévoilant les crimes des ploutocrates, n'est pas plus crédible que celle d'Adam Pearlman comme un "ex'"-juif devenu membre d' "Al Qaïda", ou Oussama Ben Laden "ex"-agent de la CIA mais «mouton noir» de la famille Ben Laden. Ou l'idée selon laquelle Eric Hufschmid, le proche parent et protégé présumé de Rupert Murdoch, se serait rebellé et aurait dévoilé les crimes de Murdoch et ses copains sionistes. Ou le scénario du partisan de la théorie "pas d'avions" Morgan Reynolds comme un sonneur d'alarme et "ex"-membre de l'administration Bush. Ou la possibilité que John Lear en tant qu' "ex" agent de la CIA essaie vraiment d'aider le mouvement pour la vérité en proclamant qu'il n'y a eu "aucun avion au WTC", des "extraterrestres sur mars", et que la Lune serait doté d'un "réacteur à fission" nucléaire , de"64%" de la gravité terrestre et d'une "atmosphère" dans les cratères qui est assez dense pour y respirer, etc
.

CONCLUSION

Premièrement, il y a la connexion Hufschmid - Murdoch qui n'était pas vraiment censée être une connexion mais une simple "coïncidence". Puis nous avons la connexion Bollyn - Murdoch, une autre connexion qui est censée ne pas en être une. Des preuves corroborantes que ces deux "coïncidences" sont des connexions plutôt que des coïncidences sont fournies par une troisième "coïncidence", ou ensemble de "coïncidences". Les deux personnes impliquées dans ces connexions Murdoch qui sont censées être des non-connexions "en arrivent" à collaborer ensemble pendant au moins 5 ans, peu après le 11 septembre de
2002 à 2007, les deux ont été à l'oeuvre comme effectifs réels de Murdoch en se révélant être de sérieux handicaps pour le mouvement de vérité du 11 septembre, et les deux utilisent une tactique connue de COINTELPRO des années 1960 consistant à accuser les authentiques activistes d'être des «agents».

Alternativement, deux individus soupçonnées d'être des agents d'infiltration sionistes collaborant pendant des années après le 11 septembre, utilisent tous les deux une tactique connue de COINTELPRO des années 1960, en accusant les authentiques activistes d'être des «agents», et les deux sont un handicap et un embarras pour le mouvement de vérité du 11 septembre. Le premier, comme le beau-frère de James Murdoch, a des liens très étroits avec la famille de Rupert Murdoch. La probabilité qu'un tel lien ne soit que pure coïncidence est comparable à la chance de gagner à la loterie. Ainsi, nous examinons le deuxième suspect pour voir s'il y a une connexion Murdoch, et bien sûr, il y a effectivement une connexion à la famille Murdoch. Par ailleurs, la probabilité que cette connexion ne soit qu'une simple «coïncidence» est plus petite que la probabilité d'être frappé par la foudre.

Ironiquement, Hufschmid recommande (.mp3) que nous cherchions des "coïncidences bizarres". Ceux qui ont examiné les faits et continuent tout de même à croire à l'intégrité de Hufschmid ou de Bollyn ont besoin d'avoir une foi inébranlable et irrationnelle en la théorie de la coïncidence, et en la bonne foi de menteurs, saboteurs et provocateurs avérés.

Les fans de la série télévisée Columbo se souviendront de l'épisode 1978 Make Me A Perfect Murder, dans lequel Columbo re-cache l'arme que la meurtrière a caché dans le plafond d'un ascenseur, la poussant ainsi à le récupérer.

ColumboGunElevator ColumboGunElevatorRetrieve
Source: YouTube

Il y a beaucoup de preuves indiquant qui est derrière le 11 septembre.
Et cette preuve est corroborée par d'autres preuves de qui est impliqué dans le camouflage et le sabotage des efforts visant à amener les coupables devant la justice, ce qui en soi est corroborée en regardant qui a prétendu que Hani Hanjour était un «bon» pilote, et qui a suggéré que de détourner et piloter des avions serait une tâche "facile" pour les pirates présumés. Regardez qui est derrière Rupert Murdoch, et vous trouverez qui a commis le 11 septembre. C'est pas les musulmans, c'est pas les jésuites, c'est pas les nazis, c'est pas les Skull and Bones, c'est pas les barons du pétrole, et c'est pas (uniquement) l'administration Bush, bien que des éléments de ce dernier aient été impliqués. Le 11 septembre est l'oeuvre de la Mishpucka.


Index



Bollyn, désinfo "Bill Manning doute que les feux aient mis par terre le WTC" désinformation
Bollyn, désinfo des "chemtrails"
Bollyn, désinfo des "cousins" Chertoff, "Benjamin Chertoff est le cousin de Michael Chertoff"
Bollyn, entretien à l'émission de CNN Paula Zahn Now
Bollyn, désinfo de la "coupe de colonne par la thermite"
Bollyn, désinfo "Daryl Bradford Smith a une série d'infraction pour possession de stupéfiants"
Bollyn, menaces de mort
Bollyn, liens avec Farish - Bush - famille royale britannique
Bollyn, l'incendie à IBM Global Network Services - possible atentat raté sous faux pavillon?
Bollyn, sa première épouse a travaillé dans le renseignement militaire israélien
Bollyn, désinfo du "le vol 175 avait une grappe à missiles"
Bollyn, désinfo des "déflagrations kérosène du vol 175 est une preuve photographique de la thermite"
Bollyn, désinfo "le vol 93 a atterri à Cleveland"
Bollyn, désinfo "les vols 11 et 175 ont tiré des missiles"
Bollyn, désinfo "une firme de la défense israélienne a trafiqué les résultats du caucus de l'Iowa"
Bollyn, sœur juive et beau-frère juif
Bollyn, sosie à la conférence d'AFP
Bollyn, désinfo "Mark Lane est un sioniste qui travaille pour la CIA"
Bollyn, désinfo "Mark Lane possède et contrôle l'AFP comme une opération attrape-mouches"
Bollyn, désinfo du "missile a frappé WTC6 ou WTC7"
Bollyn, désinfo de l' "acier fondu trouve au niveau du sous-sol" désinformation
Bollyn, connexion Murdoch
Bollyn, désinfo du moteur de disque du Pentagone
Bollyn, désinfo "Piper attaque Bollyn depuis décembre 2001"
Bollyn, intoduit à The Spotlight en 2000 par un Khazar
Bollyn, protégé au plus haut niveau
Bollyn, "accès à distance" ou compétences de piratage
Bollyn, agents secrets
Bollyn, désinfo des "pics sismiques"
Bollyn, désinfo de "l'arme spatiale à faisceau d'énergie dirigée a détruit la navette Columbia"
Bollyn, connexion suisse
Bollyn, désinfo des "batteries de thermite dans les salles informatiques"
Bollyn, filé Piper en 1994 et 1997 avec Helje sa seconde épouse
Bollyn, désinfo "la guerre était pour le pétrole"
Bollyn, travaillant avec Helje seconde épouse, avant que le premier mari Helje soit tué
Danner, Sam, canular du "Global Hawk" (promu par Bollyn et Hufschmid)
Glick, Brian, les méthodes COINTELPRO
Hufschmid, désinfo "AFP a censuré Bollyn"
Hufschmid, désinfo Bollyn est "tué", "kidnappé" ou "MIA"
Hufschmid, le livre et la vidéo sont de toute évidence le travail d'un comité
Hufschmid, le livre invite l'article de "démystification" de Popular Mechanics
Hufschmid, désinfo "Ernst Zundel et 99% des chercheurs de vérité sont des agents sionistes"
Hufschmid, connexion Murdoch
Hufschmid, désinfo "Paul McCartney a été tué et remplacé"
Hufschmid, Penn And Teller Bullshit!
Hufschmid, porno sur CD-ROM
Hufschmid, le sexe et potinage
Hufschmid, "nous (mon groupe) sommes les seuls vrais chercheurs"
Lane, Mark, succès en justice contre les intérêts sionistes
Murdoch, Rupert / James / Kathryn
Shayler, David, désinfo des "missiles entourés d'hologrammes faits pour ressembler à des avions"
Walter, Jimmy, désinfo "aucun avion"

Bollyn, cascade d'arrestation
Bollyn, désinfo du "vidéo amateur montrant un point du faisceau laser de guidage sur la tour 2 du WTC"
Bollyn, désinfo "AFP a imposé une réduction de salaire et des dépenses de Bollyn parce qu'il était trop proche de la vérité"


Révisé le 17 juillet 2011 (ajout: info sur Bollyn "accès à distance" ou de compétences de piratage)







The Piper Report Feb 8, 2011

The Secret Family Link Between a Legendary Tribe and the Rise of the International Money Power:
In this first-ever special broadcast, dedicated exclusively to a single topic—and a controversial one, to be sure—Michael Collins Piper explores a wide variety of material (coming from multiple un-related sources) which points toward uncovering what may well be one of the biggest political (and religious) secrets of the all-too-often distorted history of Western Civilization.
Piper focuses on some surprising details regarding the little-noted (but quite apparent) ethnic and philosophical origins of one well-known and much-publicized family (the subject of endless popular literature and Hollywood hoopla) and demonstrates that this family has never before been fully recognized or acknowledged for its peculiar and particular role in this aspect of the "hidden history" of the West—and of the British Empire in particular. And no, we're NOT talking about the Rothschilds.
Although informed people worldwide are well-versed in the history of the criminal intrigues of the international money power of the Rothschild Dynasty which came to dominate a global octopus based out of its center of operations in the so-called City of London—beginning in the closing years of the 18th Century—Piper demonstrates in this broadcast that the rise of the Rothschilds and the inter-related families and financial groups with which they collaborate was made possible, first and foremost, by the religious battles of the so-called "reformation" in Britain.
Piper identifies the one family that played such a central part in this upheaval that changed the course of English civilization—and that of the West—forever. And as it turns out, this family's origins appear to go back to the ancient kingdom of Khazaria—the stuff of legend and much debate.
And it is no coincidence that the impact of their corruption and debauchery reverberates even today, for the Federal Reserve gangster monopoly of America's money system can be traced back to this family's machinations in Britain during the 15th Century—long before the rise of even the Rothschilds!
All of this is indeed history—hidden history—at its best (or its worst).
Before going public with his own assembly of the diverse (and eye-opening) information that he uncovered, Piper outlined his research with a number of individuals whom Piper freely admits are far more well-versed in a number of historical, cultural and religious realms than he has ever been, and all of them—to a man—concluded that Piper was indeed "on to something."
Piper has pointed out that although he initially began on this realm of research almost as a whim—and he describes his process of research in this broadcast—he recognizes that many people will dismiss his thesis out of hand, perhaps "explaining" that Piper "has an axe to grind."
But Piper says, in preliminary response: "Don't dismiss what I've put forth until you've listened to the entirety of the broadcast—and listened to it carefully."
Piper urges those who ARE able to find holes in his research to point them out publicly on this website, using facts—not opinions. "If you have some particular expertise in one or more of the areas that I've discussed, by all means then," he says, "please show me where I'm wrong."
Listen Now:


icon for podbean Standard Podcasts: Hide Player | Play in Popup | Download | Embeddable Player |



The Piper Report Feb 10, 2011

MCP continues with his discussion of the possible Khazar origins of the Boleyn family as well as a round up of the day's important news.



The Piper Report Special Broadcast March 17th, 2011
satan1.jpg

A Note from Michael Collins Piper about this SPECIAL "blast from the past" . . . Thanks for all of the excellent input surrounding the 2 hour visit with Victor Thorn on the last podcast.

In light of the interest on the part of many new listeners (and many new listeners there are) regarding the shocking fact that I periodically report negative data about Christopher Bollyn and his consort, Helje Brand Kaskel, I thought our listeners might be intrigued in hearing the radio broadcast that touched off Bollyn's campaign to destroy and defame me and American Free Press, the newspaper that helped bring him international acclaim (which we now know was far from deserved). In fact, the aforementioned Victor Thorn—along with Bollyn—was a guest on this broadcast.

Concerned that there was an unfortunate rift between one of AFP's writers (Bollyn) and one of AFP's best supporters (Thorn), I invited both of them on the program to discuss Thorn's (now obviously quite correct) questions about the circumstances surrounding a police arrest of Bollyn in his front yard in Schaumburg, Illinois. I assumed this would be an opportunity to set things straight and reach a friendly public accord and give Bollyn the opportunity to answer Thorn's criticisms.

I think that any HONEST person listening to this broadcast can see that this was no "ADL setup" as Bollyn told many people publicly and privately, alleging that I--along with an assortment of others, including Victor Thorn--had collaborated with the ADL and Homeland Security and God Knows Who Else to arrange for Bollyn to get arrested and then later "smear" him by inviting him on my program.

As far as the police attack on Bollyn (however unwarranted) please remember that it was Bollyn himself who CALLED the police in the first place. The police just didn't show up and start tasering him!

Also, for your information, in the opening minutes of the show, Bollyn desperately tries to defame AFP (for whom he was still working!) by saying that he saw evidence of two possible "plants" or "infiltrators." One of them was Jack Ross, a stout Jewish gentleman (referred to as such by Bollyn) who was, in fact, a peripheral figure who had written several articles for AFP and who only ever visited the AFP office on perhaps two occasions, maybe three at most! And Ross is an outspoken ANTI-ZIONIST Jew.

Bollyn also refers to another person (who was at The SPOTLIGHT--the paper that preceded AFP). She was NEVER at AFP itself, having left long before. Bollyn claims that she is Jewish. No, she was NOT Jewish and the reason why she spoke a bit of Hebrew was because she had once been in love with a Jewish man and had tried to "learn his culture," but she had been rejected by him. (Contrast that with Bollyn who speaks Hebrew because he married a Jewish woman in Israel who worked for Israeli intelligence!)

Listeners will note that, at the end of the program, I speak glowingly of some material that I felt vindicated Bollyn. If I were out to "get" him as he claims, that's hardly something that I would do.

At that point little did I know that Bollyn--as a direct result of this program---would suddenly claim I was an ADL operative. This came after I had personally spent YEARS promoting Bollyn, calling him "the best journalist in America--bar none," glorifying him with a picture and praise in my book THE HIGH PRIESTS OF WAR and, before that, in my book FINAL JUDGMENT.

And this came AFTER I had personally asked Bollyn to fill my time slot for a month on another network when I was traveling overseas as the guest of, among others, former Malaysian Prime Minister Dr. Mahathir Mohamed, one of the world's foremost critics of Zionism! (If I were trying to undermine Bollyn and deny him what he perceives to be his due fame and fortune, it seems unlikely---doesn't it--that I would ask him to enjoy the opportunity to be heard?!?)

Bollyn's tone and attitude speaks for itself.

And note that Bollyn spends time trying to defame Victor Thorn (who has always been the first to acknowledge that his real name is Scott Makufka and that Victor Thorn is his pen name) and also slamming Victor because Victor was a cab driver---as though cab drivers are somehow the lowest of the low and incapable of research and writing (and if you've read Victor's multiple writings and books, you know that he has produced quite a bit of solid work over the years).

Bollyn now claims that I had been attacking him for years, citing the fact that he received nasty, vulgar emails using my email address just shortly before he was scheduled to come to speak (along with me and David Duke and numerous others) at a conference organized by the famed Jurgen Graf in conjunction with THE BARNES REVIEW. In fact, Bollyn knew full well--as Graf and others can confirm--that all of the key speakers (including me) were receiving such emails, ostensibly from the other participants! I myself received one that was attributed to Jurgen Graf. Yet, Bollyn still continues to tell this lie over and over again, even though he knows he has been refuted!

All of this LACK of credibility on the part of Bollyn, including his childish, self-centered behavior, is demonstrated clearly on this recording of the old radio broadcast that first revealed Bollyn's insanity and inanity.

And I would add, for the record, that subsequent to this, Daryl Bradford Smith and I patched things up, recognizing that we had BOTH been taken to the cleaners by Bollyn and Eric Hufschmid. And don't forget, too, that even now Bollyn is attacking Hufschmid, whom he consulted with via telephone on a daily basis for years!

Oh, there's so much more to the story . . . But I thought you might enjoy a reprise of this bizarre broadcast and get an introduction to the Weird World of Kinky Balloon and his brazen exhibitionist of a wife, Helje Brand Kaskel.



The Piper Report March 12, 2012 RBN

Ron Paul supporters do not necessarily support the Tea Party movement; nor any other particular parties and organizations. Mike also explores nefarious bank scam connections held by Christopher Bollyn.
Reports from a delegate meeting in Nevada show Ron Paul leading the count for representatives in the electoral college.
Download Here








Sur les traîtres faussement nationalistes, comme Rupert Murdoch, et les manigances de l'ADL pour détruire les nationalistes:
http://www.davidduke.com/images/judas_goats_cover.jpg

Judas Goats -- The Enemy Within: The Shocking Story of the Infiltration and Subversion of the American Nationalist Movement, by M.C. Piper


En tout cas, Bollyn peut difficilement attaquer Piper en lui faisant porter le chapeau d'un complot contre lui aux côtés d'AFP et l'ADL, car dès l'époque de son livre High Priests of War paru en 2004, Piper soutenait Bollyn au point de le présenter comme l'un des pionniers et principal chercheur crédible dans l'affaire du 11 septembre et notamment dans la connexion israélienne dans le 11 septembre. Voyez l'une des pages de photographies commentées à la fin du livre:



Des attaques contre Willis Carto et les nationalistes révisionnistes américains

Andrew E. Allen, ally of Mark Weber in the evisceration of the IHR, loses his auntie


The IHR Files, Pt I - Pt II - Pt III - Pt IV - Pt V
February 21st, 2011 · No Comments
By Popular Demand: The inside story of Mark Weber and the CIA-Mossad role in the coup d'etat at the Institute for Historical Review (IHR) and the subsequent destruction of Liberty Lobby and The Spotlight. Presented here are links to the following five consecutive programs by Michael Collins Piper over the Republic Broadcasting Network (RBN) on February 2-6, 2009 outlining the entire history of these events. Please give this link widespread distribution.










VIDEO - Rumeurs, Intox,  les nouvelles guerres de l'info 2e partie, entrevue avec Eric Hufschmid. Voir la photo de lui au premier cycle de conférences de Jimmy Walters, aux côtés du désinformateur Chris Bollyn et du menteur du 11 septembre Thierry Meyssan, qui est convaincu, comme Alex Jones, qu'Israël n'a pas pu faire le 11 septembre. Le fait que Jimmy Walter a personnellement déboursé des millions de dollars pour dénoncer le complot du 11 septembre, et le fait que William Rodriguez soit un héro du 11 septembre au WTC, n'a pas empêché Bollyn et Hufschmid  de les accuser d'être des "agents sionistes"!




by Michael Collins Piper 

CHAPTER TWENTY-EIGHT:

9-11 and the New Internet Paradigm:
The Necessity for High-Level Manipulation and
Control of the Dissemination of Information

Canadian Zionist conservative Jonathan Kay has been among the foremost critics of the growing number of people in the United States and around the globe who have questioned the official version of what really happened on September 11.
First referenced in Chapter 17, Kay’s recent book—Among the Truthers: A Journey Through America’s Growing Conspiracist Underground—outlines Kay’s concerns about a variety of conspiracy theories, but makes clear his foremost worry is the blossoming of 9-11 conspiracies in particular and that an inordinate number of 9-11 “truthers” point the finger at Israel for that crime.
However, of course, the truth is that most 9-11 dissidents are still largely determined to direct the blame for 9-11 at George W. Bush or the CIA or “the military-industrial complex” or the Illuminati or some combination thereof. Many who do suspect Israeli complicity would just simply not even mention it.
And then, naturally—and this must be said—there are also considerable numbers of agents provocateurs who have infiltrated the 9-11 truth movement (just as they infiltrated the JFK assassination and Oklahoma City truth seekers) who are consciously (and often quite successfully) muddying the waters of research through their insertion of distractions and distortions that redirect focus away from the real conspirators responsible for those terrorist tragedies.
And this is something that is critical to remember: at the time of the JFK assassination there was no Internet. And at the time of the Oklahoma City bombing, the Internet was in its infancy.
The growing public awareness that something was wrong with the official explanation of the JFK assassination was largely stimulated through books, magazine articles, and lectures at small gatherings around the country by pioneer researchers such as Mark Lane and Penn Jones and others whose efforts were supplemented considerably by New Orleans District Attorney Jim Garrison’s journey into the realm.
Literally, word-of-mouth became—during the mid-1960s and beyond—one of the primarily means of broadening discussion about the Warren Commission cover-up.
And needless to say, during this time—and we now know this for a fact—the CIA was in the front-line (although largely operating behind the scenes)—along with the FBI—in doing a great deal of mischief designed to confuse research into the JFK assassination.
And, I think, it’s also fair to say that the Mossad’s own fine hand—through its assets in the mainstream media, in particular—also played a major part in providing vital support to the intrigues of the CIA and the FBI in this regard.
Essentially the same scenario came in the wake of the Oklahoma City bombing. This time, with the rise of desktop publishing and desktop video production, those who were dissenting against the official version of events had, in some respects, even greater outreach than the JFK researchers who were giving headaches to those responsible for the official cover-up.
And the advent of the Internet—though, as we said, still in its earliest days of development—added another dimension that gave considerable outreach to the critics of the government’s lies surrounding the Oklahoma tragedy.
But by the time of the 9-11 disaster, the Internet was already holding sway, and it proved to be a valuable asset in so many ways for those who were seeking to research the story behind the story of 9-11 and to communicate their findings to the American people and to the world.
As a direct consequence, the powers-that-be—whomever you choose to identify as such—realized that the Internet could prove to be a very real danger to their continuing domination of the mass print and broadcast media in the United States and around the globe.
As such, the powers-that-be realized they simply had to find ways to be able to circumvent the growing truth movement—a veritable tsunami that was piling up and preparing to swamp the conspirators and the lies about 9-11 purveyed upon the American people.
In addition to this, another (very negative) aspect of the Internet must be considered.
While the Internet has indeed been a major venue for truth—about 9-11 and so many other matters—the Internet has also set the stage for a growing amount of disinformation (both deliberate and unintentional that has had the effect of negating the very good research on 9-11 and other issues that has been achieved by sincere truth-seekers.
Ironically, in this regard, the aforementioned Zionist propagandist, Jonathan Kay, has summarized the matter well:
Elaborate conspiracy theories now can be cobbled together literally overnight through the efforts of hundreds of scattered dilettante conspiracists.
Another result is that conspiracists all around the world now tend to focus on the same few dozen talking points that figure prominently on the top websites.
While Kay doesn’t say it (and he is essentially celebrating this point) the truth is that what Kay calls, in this regard, the “intellectual balkanization,” that has resulted means that if some bad information—that is, disinformation (deliberate or otherwise)—has been inserted into the debate, that disinformation manages to become an article of faith.
And the result is that serious, fact-focused researchers—those who pay strict attention to detail and try to correct the mistakes—often end up being accused of being the disinformation specialists when, in fact, they are the real truth seekers trying to discredit the disinformation!
Kay assesses the situation in all-too-accurate terms:
The Internet has produced a radical democratization of the conspiracist marketplace of ideas.
No longer does one have to spend years researching and writing a book to attract attention: One can simply set up a blog, or chime in on someone else’s, with some refinement of the existing collective lore.
In fact, today’s conspiracists don’t even have to read books—they can pick up all their talking points from Truther websites, or, better yet, from Truther propaganda videos.
And the problem is, as we’ve said, that these websites and videos that Kay refers to sarcastically as the work of those whom he dismisses as “Truther” sources are not always—in fact, often are not—very reliable sources at all, either as a consequence of slip-shod research or simply the result of just bad writing that conveys false ideas as fact.
What has happened is that—just as Kay has said—many people have been propelled into what Kay calls “paranoid echo chambers,” in which people repeat back to one another—via email, via websites, in books and articles based on that material—an array of misinformation and disinformation that adds nothing to serious conspiracy inquiry and certainly does it a disservice (which is something that Kay and others of similar mindset certainly like to see happening).
Again, Kay is all-too-unfortunately on the mark when he writes:
The conspiracist’s network of enablers grows—often to such a point that it crowds out the conspiracy theorist’s nonbelieving friends. The process resembles the formation of an electronic cocoon that envelops a conspiracist with codependents. Surrounded by an enabling group of the like-minded, he gradually embraces the delusion that his movement has gained critical mass . . . .
The consequence is that Kay is absolutely correct when he refers to the “dumbing down effect” that is arising as a result of the growing world of Internet conspiracy dabbling and he is very much again on target—all too much so—when he suggests that modern-day conspiracy theorizing is something that many people “fit in between video gaming and Facebook.”
In other words, what Kay calls “conspiracism” is emerging, in many respects, as simply a hobby, a new form of entertainment!
Many people—and these are good people—just don’t realize that the world of conspiracy research is not some game, but a deadly serious realm that intersects with the very real world of high-level conspiracies shaping the course of our future.
So the bottom line truth is that while the Internet has been a valuable tool for genuine truth-seekers, the Internet—by its very nature—has also become (particularly in the wake of 9-11) as a considerable and important resource in the dangerous high-tech arsenal of those who seek to manipulate and misinform the public, most especially those who rely on the Internet as a source of information about the very conspiracies that the real conspirators are engaged in.
The 9-11 experience, so to speak, thus proved to be a very real lesson for those responsible for 9-11 and its cover-up, for they were able to observe (and quite carefully) the manner in which information relating to 9-11 emerged and then circulated via email and other means of Internet communication, including YouTube and other new formats known as “social media.”
And, for the record, it has long been an article of faith—and a reasonable one—that in actual preparation for the orchestration of 9-11, the conspirators had already set in place more than a handful of individuals, websites and other means charged with the evil task of “infiltrating” and manipulating and distorting legitimate efforts to uncover the real truth about 9-11.
In fact, after 9-11, there emerged more than a few people who might be called “instant internet celebrities” who became known as “9-11 truthers” but who were—from the beginning—bought-and-paid-for assets of the high-level forces responsible for 9-11 in the first place.
An entire book could be written about some of these characters, but that’s another matter for another time. But suffice it to say, they made their influence felt (in one way or another) and had a considerable impact in shaping not only the 9-11 truth movement itself, but also by offering up opinions about other matters (various and sundry) that also had the effect of delegitimizing very real research (some of it based on years of study) that countered the intrigues of the global elite.
Many of these operatives spent much of their time putting out what could only be described as downright “crazy” theories about 9-11 that redirected attention away from sober, responsible research.
In other instances, they specialized in cranking out often-reckless theories that were quite easily refutable, therefore giving credence to the oft-heard claim from the mainstream media that any and all other dissident 9-11 research was just as silly and unreliable.
And in a number of instances, there were several 9-11 “truthers” who, while pointing the finger of blame at Israel, were (at the same time) engaging in other activity that led many observers to believe that these individuals were “black propaganda” operatives trying to bring discredit to those who believed Israel was indeed responsible for 9-11.
Two such individuals, Christopher Bollyn and Eric Hufschmid—whom many believe were “ringers” inserted into the 9-11 truth movement from the beginning—ingratiated themselves with American Free Press (having pretended to be enthusiastic about my book Final Judgment) and, over a period of time, engaged in a concerted effort to influence AFP’s coverage of 9-11—and not in a positive way.
Ultimately AFP discovered that while Bollyn and Hufschmid supplied a lot of “good” information, that data was mixed in with a variety of “bad” data, the consequence of which was that many of the stories the two generated (working hand-in-hand on a daily basis behind the scenes for well over a year) proved to be of rather dubious value.
At one juncture, Bollyn and Hufschmid tried to convince the editors of AFP that outspoken 9-11 survivor, William Rodriguez—who had been honored by 9-11 truth seekers all over the United States and around the world for his integrity—was some sort of “Zionist agent.”
And despite the fact that independently wealthy American philanthropist Jimmy Walter had bankrolled speaking engagements by both Bollyn and Hufschmid, the dynamic duo also spread the word that Walter—who spent millions of dollars of his own money seeking to alert the public to 9-11 truth—was also a stooge for Israeli interests.
For my own part, I spent an entire week in Malaysia in the company of both Rodriguez and Walter and I never saw any sign that they were working to advance Zionist interests in any way, shape or form.
However, considering the record of Bollyn and Hufschmid, I think it’s safe to say that the same thing cannot be said about them.
Considering all of this, more than a handful of 9-11 dissidents (including many who believed Israel was behind 9-11) ultimately came to conclude Bollyn was actually a disinformation agent using a perverse back-handed way of discrediting AFP and those who believed the Mossad was responsible for 9-11.
Bollyn’s critics correctly pointed out that Bollyn had a pattern of misquoting sources, misinterpreting scientific information, and making assertions about certain matters without any foundational authority.
The consequence was that Bollyn’s disinformation gave ammunition to critics of AFP’s contention that the Mossad was behind 9-11 and as such was enthusiastically bandied about by Zionist propagandists seeking to undermine AFP’s thesis even though the questionable material by Bollyn focused on scientific data that had nothing whatsoever to do with the specific matter of Mossad involvement in 9-11.
In the end, after their deception was unmasked, Bollyn and Hufschmid launched a smear campaign against AFP alleging that we were, too, were really “Zionist agents” trying to cover up Mossad involvement in 9-11, an allegation preposterous on its face to anyone familiar with AFP’s work. Bollyn even claimed that Mark Lane—the anti-Zionist Jewish critic of Israel who pinpointed the CIA’s role in the JFK assassination conspiracy—was a Zionist and a secret asset of the CIA!
Unfortunately—and not unpredictably—a few naive folks actually believed these liars, especially people new to the 9-11 truth movement who didn’t have access to the big picture. However, when all was said and done, the romance between Bollyn and Hufschmid came to a bitter end and the two began accusing one another of being Zionist agents!
And the strange outside possibility was that both of them could actually have been right. After all, not all Zionist agents necessarily know the identities of the others. That’s how complex the world of intelligence intrigue happens to be.
Hufschmid’s own website devolved into a mish-mash of weird commentary (often referencing sexual matters, especially human interaction with animals) and once even included a nude photograph of Hufschmid, taken from the rear, ostensibly for the purpose of explaining some “health” matter Hufschmid felt would interest his readers.
That Bollyn, an American, had spent time on an Israeli kibbutz and later married an Israeli woman—who worked for Shin Bet, Israel’s domestic intelligence agency—was a point many found telling. That his own sister was also married to a Jew and had taken up residence in Israel was also considered somewhat suspicious.
It’s always been my suspicion (based on a variety of data too complicated to delve into here) that Bollyn was a long-standing international free-lance intelligence operative who, for at least a substantial part of his career, was working for the Church of England, which—although many people don’t realize it—has always been an arm of British intelligence, active in global intrigue. In fact, Bollyn and his family have multiple “British” connections which also point toward that conclusion.
And, needless to say, the British Empire—which has long been under the control of the Rothschild Dynasty—has always played a peculiar role in advancing Jewish and Zionist interests, even going back to the days when the woman whom Bollyn claims as an ancestor, Anne Boleyn, was a central player in a grand design that disrupted the traditional role of the Roman Catholic Church in Britain and set the stage for the rise of Jewish financial power in Britain in years to come. (And that is a story in and of itself—worthy of a book that has yet to be written.)
But for those who are interested, an English patriot and critic of the New World order with an abiding interest in 9-11 truth—and who does believe Israel was a key player in that tragedy—has put together a remarkably detailed website (complete with a fascinating variety of links and other valuable information) which delves into the bizarre story of Bollyn and his erstwhile friend Hufschmid. See http://www.takeourworldback.com for more.
In any event, all of this having been said, it’s quite clear that the circumstances surrounding 9-11 gave Israel—along with other power players on the world stage—a new understanding of how the Internet worked and how its resources could be utilized (for better or for worse) in manipulating global opinion.
And as a consequence, people in high places began working to lay forth a plan to ensure that, in the future, the Internet could be used for their own benefit and to undercut those—such as the 9-11 dissidents and other truth-seekers who questioned “official” stories about such matters as the JFK assassination and the Oklahoma bombing and other matters—who stood in opposition to the New World Order agenda.
As we shall see, this carefully-crafted endeavor had even further consequences when the plan was skillfully put into actual working order in the wake of the Sandy Hook shooting in Newtown, Connecticut and the Boston Marathon bombing that followed not long afterward.
The Internet, as a consequence, was no longer simply a venue for truth seekers to “get the word out” about high-level cover-ups. Instead, it became a vehicle used by the high-level conspirators to not only confuse the work of the truth seekers but also to combat them by discrediting them through some of the most manipulative means possible.
It’s a story that has never been told before, but it is a story that must be told, if real truth seekers are going to be able to deal with the big challenges that lie ahead, particularly when confronted with propaganda and disinformation designed to frustrate their efforts to combat the very real forces of Evil that lie behind the New World Order.
Let us then move forward and examine this extraordinary conspiracy in a way that it has never before been dissected. It’s a shocker . . .



AUDIO - Entrevue avec Eustace Mullins à l'émission de Michael Colins Piper, 8 janvier 2007. Mullins et Piper dénoncent les menteurs C.Bollyn, E.Hufschmid et D.B.Smith. Mullins affirme que Smith s'est servi de lui et de sa notoriété pour attaquer des chercheurs sincères.




Sur ce blog:

L'auteur et éditeur vétéran Willis Carto révèle les rouages de la machine médiatique (Bronfman/Time-Warner, etc.)

911 shills and disinfo

Eric Hufschmid: chèvre de Judas

Eric Hufschmid - Zionist Disinfo Agent Provocateur

Christopher Bollyn: agent saboteur

Bollyn raconte des bobards à l'émission de RJ Hender

Le complot contre Willis Carto et les éditeurs d'histoire nationaliste et antisioniste

Tentative d'amalgame entre Von Brunn et Willis Carto

Bronfman contre Carto



"The growing numbers of revisionist supporters cannot be ignored. We must use every resource to stop revisionism now, before it's too late."

- Edgar Bronfman