mardi 7 décembre 2010

N'ayez crainte, la Charia ne sera jamais imposée chez nous tant que nous resterons soumis aux 7 Lois de Noé
















Connaissez-vous le noachisme?

L'observance des 7 lois de Noé nous a été imposée pour notre bien car elles sont censées garantir notre salut en tant que non-juifs.

Intolérante, la Charia imposerait le bannissement de la pratique usuraire! Heureusement, que nos sages maîtres nous en préservent et veillent sur nous pour assurer que nous ne sombrions dans la barbarie moyen-âgeuse.

VIDEO - Who controls the CFR in Majority (Council on Foreign Relations)
VIDEO - Who Controls Goldman Sachs by Majority 2010
VIDEO - Who Controls the Federal Reserve by Majority



http://www.bendib.com/newones/2010/october/small/10-12-Intolerance.jpg



Meet the White Supremacist Leading the GOP’s Anti-Sharia Crusade

March 2, 2011
undefined
States across the country are considering far-right bills to ban Islamic law. For that, we have hate-group leader David Yerushalmi to thank.
— By Tim Murphy, motherjones.com
Last week, legislators in Tennessee introduced a radical bill that would make “material support” for Islamic law punishable by 15 years in prison. The proposal marks a dramatic new step in the conservative campaign against Muslim-Americans. If passed, critics say even seemingly benign activities like re-painting the exterior of a mosque or bringing food to a potluck could be classified as a felony.
The Tennessee bill, SB 1028, didn’t come out of nowhere. Though it’s the first of its kind, the bill is part of a wave of related measures that would ban state courts from enforcing Sharia law. (A court might refer to Sharia law in child custody or prisoner rights cases.) Since early 2010, such legislation has been considered in at least 15 states. And while fears of an impending caliphate are myriad on the far-right, the surge of legislation across the country is largely due to the work of one man: David Yerushalmi, an Arizona-based white supremacist who has previously called for a “war against Islam” and tried to criminalize adherence to the Muslim faith.

Yerushalmi, a lawyer, is the founder of the Society of Americans for National Existence (SANE), which has been called a “hate group” by the Council on American-Islamic Relations (CAIR). His draft legislation served as the foundation for the Tennessee bill, and at least half a dozen other anti-Islam measures—including two bills that were signed into law last year in Louisiana and Tennessee.
With the exception of SB 1028, much of Yerushalmi’s legislation sounds pretty innocuous: State courts are prohibited from considering any foreign law that doesn’t fully honor the rights enshrined in the US and state constitutions. Because a Taliban-style interpretation of Islamic law is unheard of in the United States, the law’s impact is non-existent at best. But critics of some of the proposed bills have argued they could have far-reaching and unintended consequences, like undoing anti-kidnapping statutes, and hindering the ability of local companies to enter into contracts overseas.
But Tennessee’s SB 1028 goes much further, defining traditional Islamic law as counter to constitutional principles, and authorizing the state’s attorney general to freeze the assets of organizations that have been determined to be promoting or supporting Sharia. On Monday, CAIR and the ACLU called for lawmakers to defeat the bill.
“Essentially the bill is trying to separate the ‘good Muslims’ from the ‘bad Muslims,’” said CAIR staff attorney Gadeir Abbas in an interview with Mother Jones. “Out of all the bills that have been introduced, this is by far the most extreme.”
Reports about the rise of the anti-Sharia movement have typically focused on Oklahoma’s voter-approved constitutional amendment, which explicitly prohibited state courts from considering Islamic law (a federal judge issued a permanent injunction against the amendment in December). But the movement began much earlier, with a sample bill Yerushalmi drafted at the behest of the American Public Policy Alliance, a right-wing organization established with the goal of protecting American citizens from “the infiltration and incursion of foreign laws and foreign legal doctrines, especially Islamic Shariah Law.”
In a 40-minute PowerPoint that’s available on the organization’s site, Yerushalmi explained the ins and outs of the sample legislation. His bills differ from the failed Oklahoma amendment in one key way: They don’t mention Sharia. Instead, they focus more broadly on “foreign laws and foreign legal doctrines.” As Yerushalmi explained in an interview with the nativist New English Review in December, the language is “facially neutral,” thereby achieving the same result while “avoiding the sticky problems of our First Amendment jurisprudence.”
Since crafting the sample legislation, Yerushalmi’s services have been been in high demand as an expert witness. In mid-February, he flew to South Dakota to testify in support of a bill modeled on his “American Law for American Courts” plan. (He also offered to provide pro-bono legal support for the state if the law produced any legal challenges.)
Ultimately, the bill died in committee, after the state’s attorney general testified that the bill could lead to lawsuits. “I am a little chagrined by the fact that none of the opponents of the bill have actually read it with any care,” Yerushalmi told the committee. “Something else is at work here.”
But it’s not just Muslims who draw Yerushalmi’s scorn. In a 2006 essay for SANE entitled On Race: A Tentative Discussion (pdf), Yerushalmi argued that whites are genetically superior to blacks. “Some races perform better in sports, some better in mathematical problem solving, some better in language, some better in Western societies and some better in tribal ones,” he wrote.
Yerushalmi has suggested that Caucasians are inherently more receptive to republican forms of government than blacks—an argument that’s consistent with SANE’s mission statement, which emphasizes that “America was the handiwork of faithful Christians, mostly men, and almost entirely white.” And in an article published at the website Intellectual Conservative, Yerushalmi, who is Jewish, suggests that liberal Jews “destroy their host nations like a fatal parasite.” Unsurprisingly, then, Yerushalmi offered the lone Jewish defense of Mel Gibson, after the actor’s anti-Semitic tirade in 2006. Gibson, he wrote, was simply noting the “undeniable Jewish liberal influence on western affairs in the direction of a World State.”
Despite his racist views, Yerushalmi has been warmly received by mainstream conservatives; his work has appeared in the National Review and Andrew Breitbart’s Big Peace. He’s been lauded in the pages of the Washington Times. And in 2008, he published a paper on the perils of Sharia-compliant finance that compelled Sen. Minority Whip John Kyl (R-Ariz.) to write a letter to Securities and Exchange Commission chairman Chris Cox.
More recently, Yerushalmi co-authored a report on the threats posed by Islamic law—among other things, he worries Sharia-compliant finance could spark another financial collapse—that earned plaudits from leading Republicans like Michigan Rep. Pete Hoekstra. The report was released by Frank Gaffney’s Center for Security Policy, for which Yerushalmi is general counsel.
In 2007, he pushed legislation to make “adherence to Shari’a” a felony, punishable by up to 20 years in prison. That same proposal called for the deportation of all Muslim non-citizens, and a ban on Muslim immigration. The United States, he urged, must declare “a WAR AGAINST ISLAM and all Muslim faithful.”
Neither Yerushalmi nor the American Public Policy Alliance responded to a request for comment for this article.
If his racially infused writings and rhetoric are any indication, it’s Yerushalmi, not his Muslim bogeymen, who seems most determined to remake the American political system. Per its mission statement, SANE is “dedicated to the rejection of democracy and party rule,” and Yerushalmi has likewise criticized the universal suffrage movement. As he once put it, “there’s a reason the founding fathers did not give women or black slaves the right to vote.”
Tim Murphy is an editorial fellow at Mother Jones.


Creeping Sharia ‘Team B’ Report Presented To Congress

gaffney1.jpgThe Washington Times today has a couple of items noting a new “Team B” report on the threat entitled Sharia: The Threat To America, released today by the Center for Security Policy, a think tank led by Washington Times columnist Frank Gaffney.
Bill Gertz reports that “A panel of national security experts who worked under Republican and Democratic presidents is urging the Obama administration to abandon its stance that Islam is not linked to terrorism, arguing that radical Muslims are using Islamic law to subvert the United States.”
Frank Gaffney, director of the Center for Security Policy, said the Obama administration’s policy is based on an incorrect assumption. The Team B report seeks to expose flaws in anti-terror programs, including the policy of not referring to al Qaeda and similar groups as “Islamist” to avoid offending Muslims, he said.
What if it turns out that some of the people the Obama administration has been embracing are actually promoting the same totalitarian ideology and seditious agenda as al Qaeda, only they’re doing it from White House Iftar dinners?” said Mr. Gaffney, referring to the daily meal eaten by Muslims to break their fast during Ramadan.
The Times also gave space to three of the report’s authors, former CIA director James Woolsey, National Review’s Andrew McCarthy and former DIA director Harry Soyster, to promote their report.
Earlier today, I attended an event at the U.S. Capitol where the report was presented to two legislators, Rep. Trent Franks (R-AZ) and Rep. Pete Hoekstra (R-MI). Rep. Michelle Bachmann (R-MN) could not attend because of a scheduling conflict, but sent a letter of congratulations to the report’s authors. Reminding the twenty or so attendees that he “took an oath to uphold the Constitution,” Franks said, “It’s clear that the creeping threat of sharia poses a threat to the Constitution.”
Hoekstra criticized the Obama administration for its “refusal to understand the threat” posed by sharia, and insisted that “the American people need an alternative point of view. I hope this report will cause a serious debate” about sharia.
Introducing the report, retired Lt. Gen. Soyster (filling in for retired Lt. Gen. William Boykin, who was “called down to Tampa to do a briefing”) admitted “I’m here out of ignorance. Three years ago I realized how little I knew about Islam.” Soyster said he “went to some classes,” and “the more I learned, the worse it got.”
“The time for corrective action is short,” said Gaffney, who has previously claimed that President Obama “might still be a Muslim.” Scoffing at the administration’s policy of engagement with the Muslim world, Gaffney said that “those who have communicated submission” to America’s enemies “will be held accountable by the American people.”
Questioned about the report’s assertions about Islamic law, the Center for Security Policy’s general counsel David Yerushalmi — someone so extreme even Daniel Pipes has distanced himself — insisted that all that was needed to understand sharia was “to look at the doctrine” and “look at the text.”
Noting some of the report’s broad and controversial claims about Islamic law, such as that all Muslims are duty-bound to wage jihad against unbelievers, I asked Gaffney how many actual Muslims or Islamic scholars he and his group had consulted with in writing the report. He could not name any, though he noted that he had consulted with various Muslims “over the years.”
So there you have it. A report on the threat posed by Islamic law to the United States, one of whose leaders admits to having started studying Islam only three years ago, whose authors admit consulting with no actual Muslims, produced by a think tank that has previously claimed that key members of the Obama administration are part of the Iran Lobby.
Finally, the decision to call this a “Team B” effort is interesting. It’s clear that the report’s authors consider the original Team B effort, in which conservative analysts were brought in to second guess the intelligence community’s assessments of the Soviets’ goals and capabilities, to have been a huge success. But as Fred Kaplan wrote in 2004, “In retrospect, the Team B report (which has since been declassified) turns out to have been wrong on nearly every point.” Or, as my colleague Larry Korb wrote, Team B was right about only one thing:
The CIA estimate was indeed flawed. In 1989, the agency published an internal review of the threat assessments from 1974 to 1986. The report concluded that the Soviet threat had been “substantially overestimated” every year. In 1978, the Senate Select Committee on Intelligence found that the selection of Team B members yielded a flawed composition of political views and biases. Consequently, the Team B analysis was deemed a gross exaggeration and completely inaccurate.
The CIA had “substantially overestimated” the Soviet threat. Team B, on the other hand, had produced a work of science fiction. Or, to be more specific, a work of political advocacy, with the authors deriving conclusions of Soviet capabilities from their own apocalyptic beliefs about the Soviet ideology, and then using those deeply flawed conclusions to justify more defense spending and more foreign policy adventurism. Which is precisely what they’re attempting to do now with regard to the threat of Islamic extremism.
Don’t get me wrong, I think it’s a good idea to have some competitive analysis going on. But it’s probably best if the analysts haven’t pre-cooked all their conclusions, as this group obviously did. It’s also helpful if the analysts don’t include a bunch of birthers, Christian holy warriors, and conspiracy theorists, as this group does.





Podcast--The Heretics’ Hour: Günter Deckert on Sylvia Stolz’s release
April 18, 2011
Deckert, Stolz, Renouf chat at restaurant
Günter Deckert, Sylvia Stolz, Lady Michele Renouf chat at restaurant. Enlarge.
Günter organized the welcoming party for Sylvia; what Sylvia can and can’t do. The trend of parties on the right to join with Jews for money and media attention. Topics:
  • Sylvia’s prison life;
  • Film of Stolz party coming from Lady Michele Renouf;
  • Sylvia has been permanently disbarred from practicing law;
  • Summer speaking tour is promised;
  • Latest German election results – Greens succeed;
  • First Jew-friendly right-wing parties were Flemish;
  • Problem of Muslims is numbers – problem of Jews is influence.
13 MB / 32 kbps mono / 0 hour 56 min.




VIDEO -« Marine Le Pen est financée par l'Etat d'Israël pour faire de l'anti-islamisme »
Après le départ du co-fondateur du parti Roger Holeindre, c'est Farid Smahi, l'ancien conseiller d'Ile-de-France frontiste, qui a claqué la porte avec fracas. Evincé du nouveau bureau politique, Smahi, de confession musulmane, dénonce le "racialisme" de la "pro-sioniste" Marine Le Pen, qu'il accuse d'être payée par l'Etat d'Israël.





club-acacia.over-blog.com

Eric Adelofz
Dans un entretien à L'Est républicain, Marine Le Pen continue à ouvrir grandes les portes à l'UMP. De nombreux personnages sont déjà venus de l'UMP, du RPR ou de mouvements passerelles : Christian Bouchet, venu du CAR (Comité d'action républicaine) de Bruno Mégret lorsque ce dernier était membre du RPR ou Jean-Richard Sulzer vient directement de l'UMP pour n’en citer que deux. Ce dernier, importants cadres du FN, a souvent rappelé sa volonté d'une union entre l'UMP et le Front national.
Marine Le Pen et plusieurs de ses partisans étaient tombés à bras raccourcis sur Bruno Gollnisch quand ce dernier avait réaffirmé qu'il ne voyait pas d'inconvénient à la venue éventuelle d'anciens membres de l'UMP au Front national, estimant la disparition du parti sarközyste inéluctable. Ses propos déformés et travestis cela était devenu pour certains un appel à l'union entre le FN et l'UMP.
Marine Le Pen, dans un entretien à L'Est Républicain, ne s’embarrasse pas de détails : c'est un tiers de l'UMP qui devrait rejoindre le Front national, autrement dit, achever le mouvement national qui serait dissous et dominé par une structure plus forte, plus médiatique, plus implantée et beaucoup mieux financée que le Front national. Et, surtout, dont l’un des principaux objectifs et la destruction ou la neutralisation d’un grand mouvement anti-système.
Marine Le Pen a appelé la Droite populaire, l'un des collectifs de conservateurs-libéraux et de sionistes (un tiers des membres font partie du groupe d’amitié France-Israël ; certains membres semblent a contrario de véritables patriotes) les plus malfaisants, à rejoindre le Front national. La quarantaine de députés de ce groupe « devraient rejoindre » le Front national :
« La Droite populaire porte des idées en contradiction totale avec celles du président de la République. S'ils étaient sincères, ses membres devraient rejoindre le seul parti [le FN] qui défende ces idées. »


La démarche est réciproque : assurés du résultat de la victoire des républicains sionistes à la tête du FN la semaine prochaine, Jean-François Copé a finalement accepté que l'idée d'alliances avec le Front national soit débattue au sein de l'UMP..
Dans un tout autre domaine, concluant plusieurs années de recherches incessantes auprès de la communauté juive et pour se doter d’une apparence de stature internationale Marine Le Pen a obtenu à nouveau un entretien au quotidien israélien Haaretz. Le symbole est très fort puisque la candidate n'a pas pu, n'a pas su ou n'a pas voulu être interrogée par aucun autre grand quotidien d'aucun autre pays dans le monde.
Il faut considérer tout d’abord comment l’AFP à destination des médiats (qui le reprennent quasiment tous tel quel) et du lectorat français titre sa dépêche par rapport au choix du titre par Haaretz. Quand l’agence de presse officielle du régime titre « Marine Le Pen critique la politique d'Israël », Haaretz titre « The daughter as de-demonizer ».
L’ensemble de l’intervention de Marine Le Pen est conforme aux positions qu’elle défend déjà : république, laïcité, islamophobie, refus de prendre la défense de son père quand il est attaqué vilement par Israël (Haaretz y revient à plusieurs reprises), assimilationnisme, acceptation du fait de la colonisation et de l’invasion, féminisme, défense des pédérastes, etc.
Marine Le Pen dénonce cependant (faiblement) quelques travers de la politique israélienne. Rien contre l’apartheid en Israël, ni la politique criminelle dans les territoires occupés, ni sur le financement d’un État avec l’argent volé à l’Europe et aux Américains et qui ne survit que par la guerre et le chantage depuis 60 ans, qui détient illégalement des centaines de têtes nucléaires, qui accueille sur ses terres de multiples criminels condamnés en France qui ne sont pas extradés, mais quelques mots sur la situation des Arabes dans l’entité sioniste :
« Ces Arabes sont des Israéliens, n'est-ce pas ? Alors dans ce cas, il faut se comporter avec eux comme n'importe quel autre citoyen. C'est à l'État de décider qui obtient la citoyenneté, mais à partir du moment où quelqu'un devient citoyen du pays, il doit bénéficier des mêmes droits que les autres »
déclare-t-elle, à propos de rabbins refusant de louer des biens immobiliers à des non-Juifs, ou encore, sur la colonisation :
« Il s'agit d'une erreur politique [sic] du gouvernement israélien. Nous avons le droit de critiquer la politique de l'Etat d'Israël, comme celle de tout Etat souverain, sans être taxé d'antisémitisme. »
Elle se rattrape aussitôt, en prétendant :
« Après tout, le Front national a toujours été sioniste et a toujours défendu le droit à l'existence d'Israël ».
Il s’agit évidemment d’un mensonge historique, la seule présence de François Duprat dans les instances dirigeants du Front ou la courageuse défense de l’Irak libre face à Israël par Jean-Marie Le Pen suffisent à le prouver.
Beaucoup plus intéressant, Haaretz revient sur les espoirs fondés par une large partie de la communauté juive en France sur Marine Le Pen, communauté qui, pendant 40 ans, a été le cœur du combat contre le Front national et sans laquelle le FN serait probablement aujourd'hui au pouvoir.
« Si le philosophe [sic] juif Alain Finkielkraut a dit dans le passé que, bien qu'il n’ait "pas une once de sympathie pour l'extrême droite en France", ce qui le préoccupe désormais, c’est "l'extrême gauche", où se recrutent désormais les nouveaux antisémites. Le philosophe, auteur du livre sur l'antisémitisme Au nom de l'Autre, fait également observer que"l'antisémitisme de l'extrême droite est terminé. Le Pen [Jean-Marie] est antisémite, mais sa fille ne l’est certainement pas." »
Deux anciens dirigeants du CRIJF, associations anti-françaises qui joue un rôle prépondérant dans les rouages de l’exécutif gouvernemental, se positionnent sur la même ligne. Ils n’hésitent pas à puiser dans l’ancien testament pour adouber la fille – « qui ne porte par la marque de Caïn » – dans un propos abominable et indigne qui montre à quel point les maîtres de la France sont sûrs d'eux-mêmes et dominateurs, et dénoncer le père, les israélites accusant Jean-Marie Le Pen de tortures durant la guerre d’Algérie, dénonçant l’Algérie française ou la collaboration avec Vichy.
Théo Klein va le plus loin, lui qui affirme la nécessité de « faire le chemin vers elle, et examiner la possibilité de mener un dialogue avec elle ».
Si les liens sont nombreux entre Marine Le Pen et sa tribu, Haaretz rappelle d’autres liens moins souvent évoqués :
« En fait, [Marine] Le Pen a déjà réussi à tisser des liens avec les kahanistes en France, les membres de la Ligue de Défense Juive, qui considèrent les dirigeants de la communauté [juive] comme des "traîtres qui méritent la mort." »
Pour mémoire, la Ligue de défense juive est une organisation terroriste, responsable, elle et ses épigones, de nombreuses attaques contre les patriotes français. Cette organisation raciste est interdite dans de nombreux pays au monde, à commencer par Israël et les États-Unis.





TERRE ET PEUPLE

Instrumentalisation sioniste du refus de l’islamisme



Les « Assises internationales contre l’islamisation de l’Europe », organisées le 18 décembre par le Bloc Identitaire et Riposte laïque, illustrent le processus de collaboration engagé depuis plusieurs mois entre les milieux sionistes et certains milieux d’extrême droite (qui rejettent comme la peste ce qualificatif, considéré comme le stigmate d’une maladie honteuse… fort gênant quand on veut se recaser dans le politiquement correct, pour faire une carrière politicienne…).
Cette manifestation a bénéficié d’une protection policière de grande ampleur, qui démontre la « compréhension » des autorités officielles… Elle a confirmé le pacte conclu entre le Bloc Identitaire et la Ligue de Défense Juive, puisque des membres des deux organisations constituaient, côte à côte, le Service d’Ordre de la manifestation, comme l’a relevé le site de gauche REFLExes, toujours bien informé : « Les liens entre le BI et la LDJ sont de moins en moins masqués (…) ce qui concrétise une longue suite de contacts entre BI et ultra pro-israéliens, en particulier sous l’égide de Richard Roudier ». Est révélateur aussi le copinage confirmé entre le Bloc Identitaire et Riposte Laïque, dont l’animateur Pierre Cassen, qui se dit ex-trotskiste (mais trotskiste un jour, trotskiste toujours…), a présenté, selon le site du B’Nai B’Rith Europe (« The only official website »), une conférence le 27 avril 2010 (« La colère d’un Français face à l’islamisation de la France ») devant les loges Ben Gourion, Hatikva et Deborah Sam-Hoffenberg, à la mairie du XVI arrondissement de Paris. Cassen était aussi, au même endroit, le 12 octobre 2010, au salon du Livre du B’Nai B’Rith, en compagnie de deux autres animateurs de Riposte Laïque, Maurice Vidal et Christine Tasin.
Le site de Riposte Laïque prend la défense permanente et systématique d’Israël. Surfant sur l’inquiétude légitime de nombreux Européens devant la montée en puissance d’un fanatisme islamiste qui couvre d’un voile (!) religieux l’invasion de l’Europe, les sionistes ont entrepris d’exploiter à leur service la volonté de résistance qui se développe dans la plupart des pays d’Europe.
Les sionistes ne pensent qu’à l’intérêt d’Israël. C’est naturel. Comme il est naturel que les Européens que nous sommes ne pensent qu’à l’intérêt de l’Europe. Le problème c’est que l’intérêt d’Israël et l’intérêt de l’Europe ne sont pas les mêmes. Car Israël est prêt à tout sacrifier pour sa survie, y compris ces idiots utiles que sont, pour les sionistes, les résistants européens. Lesquels ont pour ennemis aussi bien les collabos de l’islam que les collabos d’Israël.

Pierre VIAL



Le Front national-sioniste ? -- Le Front national-sioniste ? Suite (et pas fin)

Le national-sionisme ou l'extrême droite de Sion

National-sionisme : l'exemple de la mouvance nationale-identitaire française




Marine Le Pen dans Israël Magazine
Qu'elle fasse 5 ou 25% en 2012 ... cela ne changera rien de toute façon, puisque que comme en 2002, avec son père, au second tour, nous assisterons à l'union des démocrates pour barrer la route au FN.

http://2.bp.blogspot.com/-jgM5oeBHQho/TbHvyYdBPBI/AAAAAAAACHU/r-LTbZ__-Bg/s1600/Scan.jpg
"Les juifs n'ont rien à craindre du FN, bien au contraire!" dit-elle dans un communiqué officiel à la télé, suite à l'annulation de son entrevue sur les ondes de Radio J.


Ha'aretz, Jan 7, 2011:
The Daughter as "De-Demonizer"
"Prasquier’s fears are even more profound: “The circle of her voters is liable to be joined by Jews who are disappointed by Sarkozy, who bear a grudge against him for intervening in the peace process and for the pressures he is applying to Prime Minister Benjamin Netanyahu,” he says. Actually, Le Pen has already managed to forge ties with the Kahanists in France, members of the Jewish Defense League, who consider the leaders of the community “traitors who deserve to die.”"


Vendredi 10 décembre 2010 5 10 /12 /Déc /2010 10:10
- Par Pieter Kerstens
Quel est le but de la visite en Israël d’une délégation de 35 membres de partis nationalistes européens ? Touristique ? Culturel ? Sportif ? Gastronomique ? Archéologique ? Historique ? Ou en signe de solidarité avec “un peuple sûr de soi et dominateur” , avec quelques arrière-pensées électoralistes et clientélistes ?
C’est l’European freedom alliance (Alliance européenne pour la liberté) qui a été invité par l’organisation juive The Israelis, mouvement dirigé par l’ex-député Eliezer Cohen, qui s’implique avant tout dans la défense des intérêts israéliens. Cette organisation tenait un congrès du 4 au 8 décembre sous le titre « The Lawfulness of legitime defense applied by a State against fundamental Islamic Terror Attacks » (« La licéité de la légitime défense appliquée par un État contre les attaques terroristes des fondamentalistes islamiques ») dans le collège académique de la ville d’Ashkelon en Israël.

VIDEO - Europäische Delegation in Israel am 6.12.10
Strache, Dewinter : les esclaves d'Israël visitent les territoires occupés
mais refusent de rencontrer leurs homologues Palestiniens.
Cette « Alliance Européenne pour la Liberté » est une courroie de transmission mise en place lors d’une réunion à Vienne en novembre et qui réunissait le Parti autrichien de la liberté (FPÖ – Freiheitliche Partei Österreichs), la Ligue du nord italienne (Lega Nord per l'indipendenza della Padania), le Parti populaire danois (DF – Dansk Folkeparti), les Démocrates suédois (SD – Sverigedemokraterna, SD) et le mouvement belge Intérêt flamand (VB – Vlaams Belang). Lors de ce congrès à Ashkelon, participait aussi Patrick Brinkmann président du Mouvement des citoyens de Rhénanie du Nord-Westphalie (Pro NRW – Bürgerbewegung pro Nordrhein-Westfalen), grand ami de Geert Wilders du Parti pour la liberté (PVV – Partij voor de Vrijheid) hollandais et fervent admirateur des gnomes de New York. Il est parfaitement exact que Patrick Brinkmann possède d’énormes moyens financiers qui, aux yeux de certains dirigeants des partis nationalistes, pourraient les aider dans les scrutins futurs…

VIDEO - Islamkritiker Konferenz in Israel Politically Incorrect
Strache et Dewinter, élèves attentifs des spoliateurs de l'Europe
Il se joue actuellement un jeu d’alliances parmi les différents groupes politiques d’extrême droite en Europe et l’on observe 2 tendances : d’une part autour du FPÖ et du VB avec les 2 amis Heinz-Christian Strache et Filip Dewinter qui ont ralliés la Lega Nord, le Parti national slovaque (SNS – Slovenská národná strana) le SD suédois, le Pro NRW allemand et le Parti populaire danois ; et on peut classer de l’autre côté, en ordre dispersé, le Front national (FN) français, le PVV de Geert Wilders hollandais, le Jobbik hongrois, l’Ataka bulgare, le mouvement grec Alerte populaire orthodoxe (LAOS – Λαϊκός Ορθόδοξος Συναγερμός, Laïkos Orthodoxos Synagermos), le Parti national britannique (BNP – British national party) et la Plateforme pour la Catalogne (PxC – Plataforma per Catalunya).
http://img638.imageshack.us/img638/1494/geertwilders.jpg
L'allignement de pseudos-nationalistes n'est pas nouveau : il y a bien longtemps
qu'aux Pays-Bas le courant de résistance a été détourné par des sionistes totalement soumis
aux principes de la démocratie libérale et au Système.
Ici Geert Wilders verse une larme au mur des Lamentations, toute kippah sortie.
C’est avec 16 ans de retard que certains leaders « nationalistes » tentent actuellement de réaliser la formule choc de Jean-Marie Le Pen : « Nationalistes de tous les pays, Unissez vous ! » Et ce, afin de faire bloc au Parlement Européen contre les groupes socialistes, de la droite libérale ou des écologistes... donc, essentiellement avec les visées électoralistes. On peut être surpris par les multiples déclarations publiques dans les médias israéliens ces derniers jours :
« Israël vit et existe sur la ligne de front du conflit entre les civilisations. Le conflit israélo-arabe incarne le combat entre la civilisation occidentale et l’Islam radical. Le combat entre ceux qui chérissent la Liberté et ceux qui veulent soumettre le monde à la théocratie musulmane...
Israël se trouve à l’avant-poste de notre civilisation occidentale. Israël est une île de démocratie et de liberté. Israël mène le combat que l’Europe n’ose pas entreprendre, ce combat contre le fondamentalisme radical islamiste qui utilise la violence comme moyen légitime afin de réprimer notre et votre liberté et de l’enchaîner. »
Dixit Filip Dewinter à Ashkelon le 5 décembre 2010.
Après de telles déclarations et de multiples discours de fraternité et de soutien à la cause israélienne, les 35 délégués de l’alliance européenne pour la liberté ont visité les localités d’Ariel, Sderot, la bande de Gaza et la Knesset sous la direction du président de l’Assemblée Reuven Rivlin entre autres.
Avant de quitter l’état Hébreu, les divers participants n’ont pas manqué de se recueillir au Mémorial de Yad Vashem, où bien longtemps avant eux le dauphin de Girgio Almirante, l’actuel président de la Chambre italienne Gianfranco Fifni s’est incliné en mémoire des victimes de la "Shoah"…
Inspirés sans doute par cet exemple précurseur de conversion aux dogmes du mondialisme les Strache, Dewinter, Brinkman and C° espèrent dès lors, après ce pèlerinage politique, pouvoir bénéficier d’une aura de respectabilité, d’une nouvelle "virginité", d’une attention particulière ou d’une complaisance de la part des médias nationaux ou internationaux et de la caste des politicards aux manettes des pays de l’Union "européenne", de manière à enregistrer une plus-value dans les urnes lors des prochains scrutins.
Cette stratégie laisse perplexe et l’on peut craindre des effets pervers quant à leur visite en Terre Sainte.
L’immigration-invasion a commencé il y a 40 ans et a entraîné avec elle une islamisation gangrénant les esprits et les quartiers de nos cités.
Depuis 40 ans et très certainement depuis le meeting d’Ordre nouveau (ON) en 1974 au Palais des Sports de Paris – auquel Jean-Marie Le Pen était opposé – sur le thème « Halte à l’immigration sauvage », je n’ai jamais vu le soutien d’une quelconque organisation juive aux côtés des mouvements nationalistes, pour combattre ce fléau, ni en France, ni en Belgique ou ailleurs en Europe. Parce que sans cette immigration-invasion, l’islamisation de nos quartiers n’existerait pas… Et à qui profite-t-elle aussi ?
Quand, ou et qui dans la communauté juive aurait dans le passé organisé une manifestation, distribué des tracts, tenu une réunion publique ou participé à une émission de télé pour s’opposer à l’immigration et à l’invasion musulmane, que ce soit en France où à l’étranger, avant 2002 ?
Non, à l’inverse des déclarations faites par les délégués de l’AEL, « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ! », l’état sioniste n’est pas notre allié, parce que le combat que mène Tsahal pour la défense exclusive des intérêts israéliens au Moyen-Orient, n’est pas le combat que nous devons mener contre la mafia des partis libéraux, socialistes, démocrates-chrétiens et écologistes qui eux ont facilité, organisé et imposé la présence chez nous de millions d’individus qui refusent nos lois et nos traditions, qui refusent non seulement de s’assimiler mais aussi de s’intégrer, contrairement à ce que les gourous du multiculturel et du pluriethnique nous ont seriné depuis des décennies.
Les lois qui permettent l’immigration-invasion, le séjour des demandeurs d’asile ou encore le vote des étrangers n’ont-elles pas été acceptées par des élus juifs, siégeant dans les partis MR-PS-CdH-Ecolo ? Ces charlatans du métissage généralisé, ces adeptes de la secte "droitsdel’hommiste", ces saltimbanques de l’égalitarisme sont les collaborateurs de l’envahisseur sarrasin et ce sont les mêmes, aidés par les libres-penseurs et les dirigeants du B’naï B’rith qui ont vidé les églises pour remplir les mosquées !
Pour sa part, le lobby "qui n’existe pas" a tout fait pour que les valeurs qui ont fait la grandeur de l’Europe à travers le monde et durant des siècles soient affaiblies, de manière à ce que nos pays soient dans l’obligation de se traîner à la remorque des USA et de soutenir, contraints et forcés, les intérêts "occidentaux" dans les zones géopolitiques qui ne nous concernent pas !
La Reconquista dans les quartiers de Madrid, de Birmingham, de Marseille, de Cologne, de Bruxelles ou de Copenhague ne passe pas par Tel-Aviv ou Sderot !
Ouvrez les yeux ! Europe libère-toi !27 mars 2011
Par Philippe Delbauvre
A propos de la confusion du camp nationaliste

Au sujet de l’article publié par Rivarol (1), intitulé « Le camp nationaliste en pleine confusion » et mis en ligne ici même le 25 mars 2011.

Après lecture et relecture de l’article rivarolien, je continue à penser que le problème est mal posé et que par voie de conséquence l’article (« Ni keffieh, ni kippa ») que j’avais écrit naguère, parmi d’autres, sur le sujet, reste d’actualité.

Il va de soi que la position « Ni keffieh, ni kippa » est sans conteste la plus confortable qui soit puisque, tant d’un point de vue géopolitique qu’en terme de politique intérieure, elle renvoie dos à dos deux plaies dont les nationalistes et assimilés (je songe ici aux evoliens par exemple) ont eu et ont à souffrir en raison de l’attachement qu’ils portent à leur patrie.

Il ne s’agit pas de mettre en cause l’argumentaire, au demeurant sérieux, de cet article qui a le mérite de remettre certaines vérités en lumière via Pierre Vial ou d’autres mais plutôt de prendre acte de la complexité du problème qui, souvent, n’est pas posé comme il devrait l’être.

C’est ainsi que tant en terme de judaïsme que d’islam, l’article incriminé fait preuve de simplisme en postulant par le fait que dans un cas comme de l’autre les plaies sont, chacune, homogène et équivalentes.

Or, c’est faux.

En matière d’islam, des pays comme l’Iran, la Syrie, ou l’Egypte, tous les trois majoritairement musulmans ont néanmoins des politiques tant intérieures que diplomatiques différentes : opposition au nouvel ordre mondial dans le cas des deux premiers et judéophilie depuis les accords de camp David entre Egypte et Israël.

Ce qui s’avère être vrai à l’échelle mondiale l’est tout autant au sein même de la maison France où tant les juifs que les musulmans présentent, dans un cas comme dans l’autre, de fortes différences en leur sein.

C’est ainsi que les déclarations ainsi que les prises de position tant d’un BHL que d’un Finkielkraut ne représentent pas la communauté juive dans leur totalité. C’est ainsi qu’ils sont nombreux les juifs à contester la pseudo-représentativité de nos deux « penseurs ».

Il en est de même au sujet de la communauté musulmane qui s’étend - au même titre que pour le christianisme ou le judaïsme d’ailleurs - de l’agnosticisme voire de l’athéisme jusqu’à ce que l’on appelle l’intégrisme.

Que les uns comme les autres n’aient pas vocation à vivre en France - à quelques exceptions près comme c’est le cas pour les harkis - tant en raison de Vercingétorix que de Clovis dont nous ne faisons que transmettre les messages, c’est une évidence qui s’impose à nous ; ce n’est pas une raison pour sombrer dans la caricature qui postule, au motif réel qu’il s’agit de deux plaies, que celles ci sont équivalentes.

C’est ainsi que les musulmans n’ont, sur le sol national, que très peu d’élus et que les politiques, bien conscients quoiqu’ils en disent, savent très bien qu’un profil peut à lui seul déclencher la répulsion : d’où le peu d’entrain de ces politiques à présenter des candidats issus de la diversité... Chacun comprendra.

Au sujet des juifs, la situation est toute autre puisqu’on ne manque pas de ministres ainsi que de parlementaires qui agissent dans l’intérêt de la tribu et d’Israël : sans d’ailleurs toujours le cacher (sic). Qui peut au demeurant constater la vigueur et l’omniprésence du lobby ?

On ne peut pas non plus mettre à égalité des institutions musulmanes qui, globalement, ne s’en prennent pas aux nationalistes et des organisations juives diverses qui tant sur le terrain que verbalement ont toujours pris les nationalistes conséquents et cohérents pour cible.

L’endoctrinement des jeunes Français, ce dès l’école primaire, où une conception très subjective de l’histoire leur est inculquée, se fait bien au profit du Lobby et non au bénéfice de l’islam.

D’où mon refus du renvoi dos à dos.

Ce qui doit être fait, c’est justement ne pas se laisser enfermer dans une logique, certes confortable, mais erronée. En conséquence, nous devons en matière de diplomatie être opposés tant aux pays musulmans qu’à Israël, mais en pratiquant certaines exceptions en prenant pour axe l’opposition au nouvel ordre mondial.

Concernant Marine le Pen, et ce n’est pas un hasard, ce n’est nullement vers l’islam ou les pays musulmans qu’elle se tourne mais bien vers le Lobby ainsi qu’Israël ; la lecture de l’agence Nations presse info est à cet égard enrichissante ; elle se comporte, à ce titre comme tous les politiques du Système et elle admet la clef de voûte conçue à la fin de la dernière guerre mondiale, période dont je persiste à croire qu’elle symbolise - alors qu’il n’y avait pratiquement pas d’arabo-musulmans en France - la mise sous tutelle de la France. Clairement exprimé, rien n’indique dans son attitude comme dans ses propos qu’elle s’oppose au nouvel ordre mondial : c’est exactement le contraire.

C’est en effet ce dernier qui est la cause essentielle des maux qui touchent aussi bien la France que l’Europe et par voie de conséquence contre lequel nous nous devons de réagir.

Tant la forte immigration que le melting pot sont caractéristiques du nouvel ordre mondial; en conséquence, il faut remonter à la source du mal et l’extirper à la racine, c’est à dire radicalement : se focaliser sur les symptômes ne sert à rien et nous ne sommes pas ici, au motif que la formulation « ni keffieh, ni kippa » est confortable, pour nous offrir des vapeurs...



La lucidité géopolitique nous pousse à soutenir, partout où elle se trouve, l’opposition au nouvel ordre mondial, et ce y compris parmi les quelques pays musulmans qui freinent sur le terrain l’expansionnisme (sic) du nouvel ordre mondial, véhiculé au Proche Orient par Israël et en France par le Lobby.

La lucidité historique nous pousse à refuser l’admiration ou la fascination pour l’islam qui pousse certains des Français à se laisser pousser la barbe au motif que cette religion serait une alternative au monde contemporain : aussi bien le paganisme d’un Vercingétorix que le catholicisme d’un Clovis sont suffisamment riches pour aller chercher ailleurs ce que nous avons ici et que nous avons d’ailleurs le devoir de transmettre à nos descendants.


(Philippe Delbauvre fut responsable de la doxa et de l’animation virtuelle à Voxnr, structure qu’il quitta en raison de l’orientation mariniste prise par ce mouvement.)



Eric Adelofz
La compagne de Louis Aliot, Marine Le Pen, est annoncée en visite en Palestine occupée dans les prochains jours. La source provient de la communauté même, puisque c'est le journaliste Yves Derai qui l'annonce sur le site Atlantico ("Marine le Pen bientôt en Israël ?").
Le voyage sur les terres de son compagnon pourrait s'effectuer au début du mois d'avril ("avant la Pâque juive") précise Yves Derai. Celle qui favorise les combattants de la mémoire juive contre l'Europe en promouvant l'endoctrinement des enfants français à Auschwitz et autres lieux de propagandes sionistes aurait fait part de son intention de se rendre à Yad Vashem, haut lieu de la religion holocaustique. La cathédrale de Reims, le Mont Saint-Michel ou le site de la Bataille de Poitiers attendront encore longtemps la visite de la présidente du néo-Front national qui affiche clairement ses priorités et ses alliances : les Juifs contre l'Europe.


http://img841.imageshack.us/img841/8152/arinelepenisrael.jpg

Si l'appareil sioniste du Front national dément ce voyage, un fait est avéré : la prestation de Marine Le Pen sur la radio israélienne 90FM. Par un heureux hasard, le visuel présente Marine Le Pen face à quelques sheckels, monnaie ayant remplacé dans cette partie du monde les pièces d'argent en vigueur au temps de Judas.

Le voyage serait organisé par un autre étranger, Miche Thooris, obscur syndicaliste policier mais invité très régulier des médiats, qui s'était fait connaître en défendant le groupuscule terroriste juif LDJ (Ligue de défense juive), dans les colonnes du site du Bloc identitaire Novopress, également devenu les promoteurs de l'identité juive contre l'Europe blanche. Il ferait l'intermédiaire entre le parti sioniste français et un cabinet "proche de Danny Ayalon, l’actuel vice-ministre des Affaires étrangères et dirigeant du parti Israël Beitenou." dont le dirigeant est Avigdor Liebermann, un belliciste l'un des plus virulents extrémistes sionistes, partisan de la guerre totale contre la Palestine comme contre l'Iran et de l'attaque de cibles civiles sous prétexte de "menaces".


Autre exemple:


Geert Wilders, parlementaire néerlandais et réalisateur de Fitna, le film anti-Islam et anti-Coran le plus connu.
Video - Wilders célébrant dans une synagogue américaine)

Wikipedia:
(...)Sur l'État d'Israël
Geert Wilders affirme entretenir une relation personnelle forte avec l'État juif[10]. Il s'est rendu en Israël une quarantaine de fois au cours des 25 dernières années. Selon ses propres déclarations, il y aurait rencontré plusieurs fois Ariel Sharon et Ehud Olmert. Il revendique des liens étroits avec le Mossad[10].
Wilders voulait dans un premier temps émigrer vers Israël. Il y a d'ailleurs travaillé dans des boulangeries industrielles et dans un moshav[10]. Devenu député européen, il soutient Israël et fustige les pays qui lui sont hostiles. Il continue de s'y rendre après son élection, accompagné d'autres élus de son parti[11].
Geert Wilders a été soutenu pendant le processus judiciaire contre lui par des néoconservateurs américains comme Daniel Pipes et David Horowitz[12]. La Coalition juive républicaine (Republican Jewish Coalition, RJC) a financé un de ses discours dans une synagogue à Boston (États-Unis)[12].


Geert Wilders: le gentil cochon cachère



White Nationalist Professor Calls for "Deal" with Israeli Far Right

By Michael Hoffman
Copyright © 2011

In a radio interview with Croatian academic Dr. Tom Sunic, broadcast on Dr. Sunic’s online "Race and Reason" program on Dec. 21, 2010, White nationalist Professor Kevin MacDonald of California State College at Long Beach, called for a "deal" with the Israeli "Far Right" for the expulsion of Palestinians from Palestine, in return for the expulsion of Muslims from Europe.

Prof. MacDonald is the editor of the racialist periodical, Occidental Observer: White Identity, Interests and Culture.

The following are quotes from a transcript of the broadcast:

Prof. Kevin MacDonald:
"...People like (Holland's) Geert Wilders is the prototype of this type of politician...Yeah, they're very pro-Zionist and they're not only pro-Zionist, they're in favor of the most radically Right-wing segments of the Israeli political spectrum, so you're talking about the settler movement, this sort of radical ethno-nationalist, and, of course, what they have in common is that they are very critical of Islam. Actually, from my point of view I wish these people well. If they are successful in developing political parties that are opposed to Muslim immigration and are opposed to Muslim culture becoming mainstream in Europe, I think that's all to the good.

...Wilders' statements on Islam are accurate and on the money...I think he's doing a really good job...

"...What they want in Israel is this apartheid society, this racialist society...There's increasing tension. Israeli is being delegitimized everywhere in the world...There is this element on the Far Right in Israel that want to make alliances with similar-minded people in Europe or wherever. Uh, they can find this common ground. It's a good development over all...

"...If we could get the Muslims out of Europe as a deal where Israel survives and throws out the Palestinians to Jordan, I would take that deal in a heartbeat..."

Dr. Sunic: "Excellent. Well, Kevin, I always enjoy talking to you..." [End quote]



11 septembre, "Journée internationale pour brûler le Coran"
Mettre les points sur les "i" concernant l'Islam-bashing: c'est pas les musulmans qui menacent l'Amérique et nos libertés!
http://theuglytruth.podbean.com/2010/08/07/the-ugly-truth-podcast-special-edition Today’s program features an exclusive interview with Dr Terry Jones, pastor of the infamous Dove World Outreach Center in Gainsville, Florida that is planning to have a ‘Burn a Koran Day’ this upcoming September 11th. Listen as we are joined by special guest Nashid Abdul Khaaliq, of http://ascertainthetruth.com, an African American convert to Islam along with regular co-host of the Ugly Truth Mark Dankof of http://markdankof.com. A MUST HEAR PROGRAM.



American Free Press
French Populist Party Grows in Power • National Front finds being “anti-Muslim” better for business than being “anti-Semitic”
 By Pete Papaherakles
"Next month, she will travel to Holland to form a joint campaign with Geert Wilders, whose anti-Islamic Partij voor Vrijheid (PVV) is currently part of that country’s ruling coalition and also tops national opinion polls for May’s European elections. (...)
While forming alliances with more mainstream nationalist European parties like Holland’s PVV and Belgium’s Vlaams Belang, Ms. Le Pen stays clear of far-right nationalist parties. She has insisted on not having the NF labeled as a far-right party and has distanced herself from nationalist parties like Greece’s Golden Dawn and Hungary’s Jobbik parties, which she condemns as “Nazi” and “anti-Semitic.” Unlike the British National Party’s Nick Griffin, who publicly supported the Golden Dawn during their recent persecution, Ms. Le Pen has gone as far as to say that it was “unfair to be lumped together with the likes of Norwegian mass-killer Anders Breivik and Greece’s Golden Dawn.”
Critics have claimed that Ms. Le Pen might be overly allied with Zionists due to the fact that her boyfriend and FN vice president, Louis Aliot, as well as Geert Wilders, are both of Jewish backgrounds. Wilders is a known Zionist sympathizer, who travels to Israel several times a year. "
Pentagon Blames Islamic Terrorists for the 2008 Zionist-Managed Crash of the US Economy

Lieberman is the new Kahane

VIDEO - American Jews Arm Themselves

VIDEO - JDL Spokeswoman tells jews to arm themselves and go to israel

The sharia myth sweeps America

L’extrême-droite européenne reçue avec les honneurs par Israël

Contre l’islam, l’extrême droite européenne avec Israël

Geert Wilders: le gentil cochon cachère

Comment l'Europe concourt à l'occupation de la Palestine

VIDEO - ZIonist interests behind Islamophobia campaign
Derrière la Propagande Anti-Islam...

La LDJ assurera discrètement la sécurité des “Assises contre l’islamisation”

Europe’s Extreme Righteous Far-right European politicians find love—and common cause—in Israel

Europe far right courts Israel in anti-Islam drive

Rabbinic control of England’s right wing “patriot” movement

Judas Goats -- The Enemy Within: The Shocking Story of the Infiltration and Subversion of the American Nationalist Movement




Sur ce blog:

La terrible réalité derrière le "Tea Party" et les plans en vue d'un troisième parti aux États-Unis

Un rabbin sioniste conservateur, Daniel Lapin, au rally de Glenn Beck (Tea Party)

Au tour des colons fanatiques israéliens de brûler le Coran

La sainte croisade contre les musulmans

Brûlez le Talmud et vous irez en prison, brûlez le Coran et vous irez à la télévision

Des faux nationalistes: islamophobes et sionistes


Selon le Grand rabbin orthodoxe sépharade Ovadia Yosef, "les Gentils n’existent que pour servir les Juifs"






"Je suis persuadé que les Japonais, les Chinois et les peuples régis par l'Islam seront toujours plus proches de nous que la France, par exemple, en dépit de la parenté du sang qui coule dans nos veines. Le malheur veut que la France ait dégénéré au cours des siècles et que ses élites aient été subverties par l'esprit juif. Cela a pris de telles proportions que cela est irréparable. La France est condamnée à faire une politique juive." (Testament politique d'Hitler, Adolf Hitler, notes de Martin Bormann, préface de Trevor-Roper, éd. Fayard, 1959, 2 avril 1945, p. 180)
I am sure that the Japanese, the Chinese and the peoples of Islam will always be closer to us than, for example, France, in spite of the fact that we are related by blood. It is a tragedy that France has consistently degenerated in the course of centuries and that her upper classes have been perverted by the Jews. France is now condemned to the pursuit of a Jewish policy. (The Political Testament of Adolf Hitler, April 2, 1945)

"Only in the Roman Empire and in Spain under Arab domination has culture been a potent factor. Under the latter, the standard of civilisation attained was wholly admirable; to Spain flocked the greatest scientists, thinkers, astronomers and mathematicians of the world, and side by side there flourished a spirit of sweet human tolerance and a sense of the purest chivalry. Then, with the advent of Christianity, came the barbarians. The chivalry of the Castilians has been inherited from the Arabs. Had Charles Martel not been victorious at Poitiers — already, you see, the world had fallen into the hands of the Jews, so gutless a thing was Christianity! — then we should in all probabihty have been converted to Mohammedanism, that cult which glorifies heroism and which opens the seventh Heaven to the bold warrior alone. Then the Germanic races would have conquered the world. Christianity alone prevented them from doing so." (HITLER'S TABLE TALK, August 27, 1941)

La civilisation a été l’un des éléments constitutifs de la puissance de l’Empire romain. Ce fut aussi le cas en Espagne, sous la domination des Arabes. La civilisation atteignit là un degré qu’elle a rarement atteint. Vraiment une époque d’humanisme intégral, où régna le plus pur esprit chevaleresque. L’intrusion du christianisme a amené le triomphe de la barbarie. L’esprit chevaleresque des Castillans est en réalité un héritage des Arabes. Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, la face du monde eût changé. Puisque le monde était déjà voué à l'influence judaïque (et son produit, le christianisme, est une chose si fade!) il eût beauicoup mieux valu que le mahométisme triomphât. Cette religion récompense l'héroïsme, elle promet aux guerriers les joies du septième ciel... Animés par un tel esprit, les Germains eussent conquis le monde. C'est le christianisme qui les en a empêchés.  (Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, Adolf Hitler, éd. Flammarion, 1954, 28 août 1942, p. 297)

"L’image que Hitler se faisait de l’Église officielle apparaissait clairement dans ces propos que lui aurait tenus une délégation de notabilités arabes et dont il faisait sans cesse état. Quand, au VIIIe siècle, auraient déclaré ces visiteurs, les musulmans avaient voulu envahir l’Europe centrale en passant par la France, ils avaient été battus à la bataille de Poitiers. Si les Arabes avaient gagné cette bataille, le monde entier serait aujourd’hui musulman. Il sauraient en effet imposé aux peuples germaniques une religion dont le dogme, propager la foi par l’épée et soumettre tous les peuples à cette foi, était comme fait pour les Germains. Par suite de leur infériorité raciale, les conquérants n’auraient pu se maintenir contre les indigènes plus vigoureux et habitués à la rudesse de cette nature où ils avaient grandi, si bien que, pour finir, ce ne sont pas les Arabes mais les Germains, convertis à la foi musulmane, qui auraient été à la tête de cet empire mondial islamique. Hitler avait l’habitude de conclure ce récit par la considération suivante : « Nous avons la malchance de ne pas posséder la bonne religion. Pourquoi n’avons-nous pas la religion des Japonais, pour qui se sacrifier à sa patrie est le bien suprême ? La religion musulmane aussi serait bien plus appropriée que ce christianisme, avec sa tolérance amollissante." (Au coeur du Troisième Reich, Albert Speer)

Hitler had been much impressed by a scrap of history he had learned from a delegation of distinguished Arabs. When the Mohammedans attempted to penetrate beyond France into Central Europe during the eighth century, his visitors had told him, they had been driven back at the Battle of Tours. Had the Arabs won this battle, the world would be Mohammedan today. For theirs was a religion that believed in spreading the faith by the sword and subjugating all nations to that faith. The Germanic peoples would have become heirs to that religion. Such a creed was pedectly suited to the Germanic temperament. Hitler said that the conquering Arabs, because of their racial inferiority, would in the long run have been unable to contend with the harsher climate and conditions of the country. They could not have kept down the more vigorous natives, so that ultimately not Arabs but Islamized Germans could have stood at the head of this Mohammedan Empire. Hitler usually concluded this historical speculation by remarking: "You see, it's been our misfortune to have the wrong religion. Why didn't we have the religion of the Japanese, who regard sacrifice for the Fatherland as the highest good? The Mohammedan religion too would have been much more compatible to us than Christianity. Why did it have to be Christianity with its meekness and flabbiness?" (Inside the Third Reich, Albert Speer)




http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQz4LN8F6vNG2BpaFVO_Xk5MZIX1IIokiCO9iDz7ePSs3Y-2VM

Le professeur judéocritique Kevin MacDonald a de "drôles" d'idées: il appelle les nationalistes européens à sceller une alliance avec les militants anti-Islam qui favorisent le segment le plus extrémiste des colons juifs sionistes (ex: Geert Wilders), une alliance en vertu de laquelle nous obtiendrions l'expulsion des immigrés musulmans d'Europe en échange de notre appui à l'expulsion des autochtones Palestiniens hors de leurs terres. Alors tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Je n'invente rien. Lisez par vous-mêmes:

Le révisionniste anti-judaïque Michael Hoffman rapportait le mois dernier:
Dans une entrevue accordée le 21 dec 2010 à l'émission de radio-internet (Race and Reason) de l'universitaire croate Dr Tom Sunic, le professeur nationaliste blanc Kevin MacDonald du California State College à Long Beach, a appelé à une "alliance" avec les israéliens d' "extrême droite" pour l'expulsion des Palestiniens de la Palestine, en échange de l'expulsion des musulmans d'Europe. Ce qui suit sont des retranscriptions d'extraits de l'émission:

Prof. Kevin M. MacDonald:

"... Des gens comme (le Hollandais) Geert Wilders sont le prototype de ce type de politicien ... Ouais, ils sont très pro-sioniste et ils ne sont pas seulement pro-sioniste, ils sont en faveur du segment de la droite la plus radicale de l'échiquier politique israélien, donc on parle du mouvement des colons, ce genre de radicaux ethno-nationalistes, et, bien sûr, ce qu'ils ont en commun c'est d'être très critiques envers l'Islam. En fait, de mon point de vue je ne leur souhaite que du bien. S'ils réussissent à bâtir des partis politiques qui sont opposés à l'immigration musulmane et sont opposés à ce que la culture musulmane devienne un courant central en Europe, je crois que c'est tout pour le mieux.

... les déclarations de Wilders sur l'Islam sont exacts et visent droit dans le mille... Je pense qu'il fait un très bon travail ...

"... Ce qu'ils veulent, en Israël est cette société d'apartheid, cette société raciste ... Il y a une tension croissante. L'Israélien est délégitimé partout dans le monde ... Il y a cet élément d'extrême droite en Israël qui veut faire des alliances avec des gens qui ont des idées similaires en Europe ou ailleurs. Euh, ils peuvent trouver ce terrain d'entente. C'est un bon développement en fin de compte ...

"... Si nous pouvions obtenir l'expulsion des musulmans hors d'Europe en échange du fait qu'Israël puisse survivre en expulsant les Palestiniens vers la Jordanie, je scellerais ce pacte en un clin d'oeil..."

Dr Sunic: "Excellent Eh bien, Kevin, j'ai toujours plaisir à parler de vous ...."
[fin de citation]
(TRADUCTION APPROX.--LIRE L'ORIGINAL EN ANGLAIS SUR LE BLOG REVISIONIST REVIEW)

L'idée avancée par Kevin MacDonald, comme quoi il serait envisageable de laisser les juifs déporter les Palestiniens en échange de la déportation des arabes et musulmans hors d'Europe repose sur au moins deux absurdités. La première absurdité dans le projet de MacDonald consiste à croire que les arabes et les musulmans ne viennent pas chez nous pace qu'ils le veulent mais parce qu'ils seraient "forcés par les juifs". C'est un non-sens! Les Arabes et les musulmans ne viennent pas en Europe parce que "les juifs les y ont forcés", ils immigrent en Europe tout simplement parce que c'est ce qu'ils souhaitent! Seconde absurdité: l'idée de MacDonald sous-entend que les juifs auraient effectivement le pouvoir de renvoyer les Arabes et les musulmans hors d'Europe? Ce que MacDonald ne dit c'est comment les Juifs seraient-ils capables de repousser les Arabes et les musulmans hors d'Europe. C'est une absurdité complète, encore une fois! Les juifs n'ont pas le pouvoir de renvoyer chez eux les Arabes et les musulmans! Cette seconde absurdité est liée à la première, puisque cela implique que les immigrants arabes et musulmans viendraient en Europe et quitteraient celle-ci sous la direction des juifs, suivant la volonté des juifs. Or la réalité est que les juifs n'ont aucun contrôle sur le fait que les arabes et les musulmans décident de quitter leur pays. Ce ne sont pas les juifs qui ont "envoyé" les arabes et les musulmans dans nos nations occidentales. Ce sont les Arabes et les musulmans qui ont décidé eux-mêmes de quitter leur pays et de venir s'établir en Occident. En faisant miroiter cette solution impossible, MacDonald a convaincu quantité d'Identitaires que ce serait une bonne idée de s'allier avec les colons juifs extrémistes contre les arabes et les musulmans. Or la puissance qui nous domine et qui est responsable de notre malheur est la domination juive, et nous avons besoin d'être aidés par tous les peuples si nous voulons vaincre un jour cette domination juive extrémiste.