vendredi 26 mars 2010

L'ambassadeur israélien en Grande-Bretagne expulsé pour ses liens avec les passeports forgés de citoyens britanniques





The UK is to expel an Israeli diplomat over 12 forged British passports used in the killing of Hamas leader Mahmoud al-Mabhouh in Dubai in January.

David Miliband said there were "compelling reasons" to believe Israel was responsible for the forgeries.

The foreign secretary said the misuse of British passports was "intolerable".

Israel's ambassador to London, Ron Prosor, said he was "disappointed", but Israel confirmed there would be no tit-for-tat diplomatic expulsion.

Mr Prosor said: "The relationship between Israel and the UK is of mutual importance, hence we are disappointed by the... decision."

The name of the diplomat has not been released.

Israel has previously said there is no proof it was behind the killing at a Dubai hotel.

'High-quality forgeries'

The foreign secretary said officers from Britain's Serious Organised Crime Agency (Soca) had investigated the matter of the passports.
It had concluded the passports used were copied from genuine British passports when handed over for inspection to individuals linked to Israel, either in Israel or in other countries, he said.

"Given that this was a very sophisticated operation, in which high-quality forgeries were made, the government judges it is highly likely that the forgeries were made by a state intelligence service," he said.

"We have concluded that there are compelling reasons to believe Israel was responsible for the misuse of the British passports."

The incident "represents a profound disregard for the sovereignty of the United Kingdom" he said.

He said the fact that Israel was a friend added "insult to injury".

The BBC's Middle East editor Jeremy Bowen said the expulsion sent a "very clear message" of British disapproval.

"It is a very big step for a government like the British to expel one of the diplomats belonging to one of its important allies," he said.
It is believed 12 fake British passports were used in the plot to murder Mr Mabhouh - the founder of Hamas's military wing - in his hotel room in Dubai on 19 January.

The names and details on the UK passports used by eight of the 12 suspects belonged to British-Israeli citizens living in Israel - all of whom have denied involvement in Mr Mabhouh's murder.

Their passports had been copied and new photographs inserted.
Mr Miliband said there was no evidence to suggest that any of the 12 passport holders were anything other than "wholly innocent victims of identity theft".

He said he was amending the official travel advice to Israel to make British nationals aware of the risks of their passports being misused.

He said he had met Israeli foreign minister Avigdor Lieberman in Brussels on Monday and had made clear the UK's "determination to see that this affair should never be repeated".

He handed him a letter "seeking a formal assurance... that in the future the State of Israel would never be party to the misuse of British passports in such a way".

It is not the first time British passports have been misused by Israel. In 1987 the country was caught forging UK passports for an intelligence operation, and Israel promised it would not do it again.

On that occasion, eight British passports reckoned to be for Mossad agents were found in a bag in a West German telephone booth.

A spokesman for the Palestinian Hamas group said it welcomed the decision to expel the diplomat, but wanted international efforts to track down the killers stepped up.

Dubai police have used CCTV footage to identify 27 alleged members of the team that tracked and killed Mr Mabhouh.

Passports from France, Ireland, Germany and Australia were also forged in the operation, and they too are investigating Israel's role.

Dubai officials said they were "99% certain" that agents from Mossad were behind the killing.

Following his death, Mr Mabhouh's family said doctors who had examined him determined he had died after receiving a massive electric shock to the head. They also found evidence that he had been strangled.

Blood samples sent to a French laboratory confirmed he was killed by electric shock, after which the body was sent to Syria.




2010-02-26


Alleged Australian passport Photo released by Dubai police

Mossad 'regularly' faked Australian passports


Ex-Mossad agent: Israel uses 'false flag' in most operations to avoid suspicion in Arab states.

SYDNEY - Israel's Mossad has regularly faked Australian passports for its spies, an ex-agent said on Thursday, as anger grew over the use of foreign travel documents for an alleged assassination.
Former Mossad case officer Victor Ostrovsky told ABC public radio that the spy agency had used Australian passports for previous operations before last month's assassination of a top Hamas commander in Dubai that has been blamed on Israel.
He said agents had little trouble passing themselves off as Australians as few people in the Middle East have much knowledge about the country.
"Consider the fact that Australians speak English and it's an easy cover to take, very few people know very much about Australia," he said.
"You can tell whatever stories you want. It doesn't take much of an accent to be an Australian or New Zealander, or an Englishman for that matter.
"And I know people had been under Australian cover not once (but) quite a few times. So why not use it (again)?"
Australia summoned the Israeli ambassador and warned that the countries' friendly ties were at risk after Dubai police named three Australian passport-holders in a list of new suspects in the murder of Mahmud al-Mabhuh.
Britain, Ireland, France and Germany expressed similar outrage after people holding documents from their countries were also linked to the January 20 killing in a luxury Dubai hotel.
Israel has previously dismissed claims from Ostrovsky, who is now an author and has detailed various accusations against the country in his books.
He said Mossad prefers to use "false flag" passports as Israeli papers frequently invoke suspicion in the Middle East.
"They need passports because you can't go around with an Israeli passport, not even a forged one, and get away or get involved with people from the Arab world," he said.
"So most of these (Mossad) operations are carried out on what's called false flag, which means you pretend to be of another country which is less belligerent to those countries that you're trying to recruit from."
Ostrovsky said Mossad had a "very, very expensive research department" dedicated to manufacturing the fake documents which simulates different types of paper and ink.
"If they create a passport at a top level for use of that nature... I don't think anybody will be able to find the difference," he said, adding there was no chance any of the people named as suspects were Mossad agents.
"Except for James Bond, who actually pronounces or announces his arrival at the scene by saying, 'I'm Bond, James Bond', most people who work in the intelligence field don't present themselves by their real name," he said.
The Australian newspaper said Ali Kazak, a former Palestinian representative to Australia, had warned in 2004 that a Mossad agent in Sydney had obtained 25 false Australian passports.
In March 2004, two suspected Mossad agents were arrested in New Zealand and later convicted for fraudulently trying to obtain passports from the country, prompting diplomatic sanctions.


Secrets du Mossad, par l'ex-agent du Mossad Victor Ostrovsky

Le directeur technique de Payoneer (lié à l'assassinat d'un chef du Hamas à Dubaï) camoufle le passé de son collègue dans un commando militaire israélien

Pressions grandissantes sur Israël pour qu'elle s'explique sur son rôle dans l'assassinat d'un chef du Hamas à Dubaï

Biden et Clinton avertissent Israël qu'il met les États-Unis et le monde entier en danger

Menaces sionistes visant le président et le vice-président américain

Not a Democracy? Israel 'Showed Its Real Face' in Dubai-Mossad Scandal

Mise à jour 2 mai 2010:
Un chef du Hamas abattu par l'armée israélienne

Un rapport de l'ONU accuse les organisations médicales, l'armée et les rabbins israéliens de s'adonner au trafic d'organes

UN slammed over anti-Israel document
Israeli physicians, medical centres, rabbis and the Israeli army may be involved, according to reports published in the Swedish press and criminal investigations in the U.S.

UN slammed for printing organ claims

VIDEO - Israeli Body Snatchers - Organ Harvesting

2 mai 2010:

Web site claims "Israeli physicians, rabbis and IDF may be involved.

2014: NYT finds 'disproportionate role' of Israelis in world organ trafficking
NYT identifies six patients who underwent kidney transplants in Costa Rica and three Israeli men it says are involved in trafficking.

2014: Ynetnews - Report: Israelis key players in 'cash for kidneys' black market





Publié le 7-04-2010

La police israélienne a arrêté mardi une demi-douzaine d’hommes soupçonnés d’être impliqués dans un vaste trafic d’organes, dans le nord du pays. Parmi les suspects arrêtés se trouvent notamment un général de brigade (de réserve), ainsi que deux avocats, a révélé mercredi le quotidien Haaretz.

Les services de la répression des fraudes de la région nord ont conduit une vaste enquête, après avoir reçu la plainte d’une femme de 50 ans originaire de la ville de Nazareth, qui avait répondu à une publicité en langue arabe offrant 100.000 dollars pour le don d’un rein.
La vendeuse potentielle subit de premiers examens destinés à évaluer la compatibilité de son don avec les besoins d’un receveur potentiel, puis elle fut envoyée, par avion, vers un pays d’Europe orientale où se fit le prélèvement. Mais la plaignante a déclaré qu’à son retour en Israël, l’argent promis ne lui fut pas versé. La police indique avoir reçu depuis lors des plaintes similaires, indiquent les reporters du Haaretz Eli Ashkenazi et Jack Khoury.
La police ajoute que l’enquête a permis de mettre au jour un vaste réseau, « extrêmement bien organisé », de trafiquants d’organes, et de leurs intermédiaires, hommes de loi compris.
« Le réseau opère partout dans le pays et pas seulement au nord ; il recrute ses clients par des annonces dans les journaux et sur internet ; les trafiquants d’organes se débrouillent pour accéder aux informations sur les patients inscrits sur les listes d’attente pour une transplantation, et leur offrent alors leurs services », précise un responsable policier.
En moyenne, une greffe de rein est facturée 120.000 dollars (90.000 euros) au bénéficiaire. Quant aux donneurs, des personnes étant dans une situation de précarité pour la plupart, ils ne reçoivent jamais plus de 10.000 dollars. Parfois moins, parfois rien du tout.
Les donneurs doivent signer un contrat avec les trafiquants, et signer des déclarations mensongères, attestant qu’ils ont un lien familial avec le receveur, ce qui est une exigence de la réglementation des pays (Europe de l’Est, Philippines, Equateur) dans lesquels la transplantation va avoir lieu.
Ils sont ensuite renvoyés en Israël sans avoir été munis du moindre dossier médical, ce qui les met en grand danger en cas de complications post-chirurgicales, fréquentes.
La police indique enfin être intervenue en flagrant délit, car elle a réussi à intercepter des donneurs potentiels jusqu’à l’intérieur de l’aéroport international Ben Gourion, où ils s’apprêtaient à prendre l’avion.
CAPJPO-EuroPalestine




VIDEO - Israël menace la Suède pour ne pas avoir sanctionné la presse qui dénonce les atrocités du sionisme









http://a31.idata.over-blog.com/600x1037/1/67/15/03/Humour/trafic-organes-vue.jpg



Israel rejette l'ONU comme étant "antisémite"

Israel police uncovers organ trafficking ring in north

Un officier sioniste accusé de diriger une bande de mafia qui marchande avec les organes humains

La police israélienne arrête six suspects de trafics d’organes

Trafic d’organes: Quand Shylock rencontre Fagin - The Shylock Meets The Fagins

Report: 6 detained for organ trafficking in Israel

L'Holocauste justifierait le trafic d'organes par Israël

Israël a volé des organes sur plus de 25 000 enfants ukrainiens

Article de Gilad Atzmon sur le trafic d'organes dans le folklore juif

Shylock veut sa livre de chair

Blanchiment d'argent, corruption, trafic d'organes... c'est pas bon pour l'image de la communauté!

L'informateur du FBI qui a dénoncé les rabbins "aurait dû être tué"

Article suédois sur le trafic d'organes par Israël: la Suède identifiée comme le pays le plus antisémite au monde

B'Nai B'rith Canada dénonce un article sur le trafic juif d'organes volés sur des enfants Ukrainiens


Shylock exige sa livre de chair



Huffingtonpost.com - 27 octobre 2011

Trenton, New Jersey

Un homme de New York a plaidé coupable jeudi pour ce qui selon les experts a été le premier cas de marché noir de trafic d'organes jamais prouvé aux États-Unis.

Levy Izhak Rosenbaum a admis en cour fédérale à Trenton qu'il avait négocié trois transplantations illégales de reins pour des clients basés au New Jersey en échange de paiements de 120,000$ ou plus. Il a également plaidé coupable à une accusation de complot pour négocier une vente illégale de reins.


http://fonzibrain.files.wordpress.com/2010/04/orgfreezeup1.jpg 
Ses avocats, Ronald Kleinberg et Richard Finkel, ont déclaré dans un communiqué que son client avait effectué un service pour sauver la vie à des personnes gravement malades qui n'avaient plus la patience d'attendre sur les listes d'attente officielles de transplantation.
"Les greffes ont réussi et les donateurs et les bénéficiaires peuvent désormais mener une vie pleine et saine», précise le communiqué. «En fait, en raison de la transplantation et pour la première fois depuis de nombreuses années, les bénéficiaires ne sont plus soumis aux dangers médicaux et de santé considérables liés à la dialyse et à l'insuffisance rénale."
Les avocats ont ajouté que Rosenbaum n'a jamais sollicité les clients, mais que ce sont les destinataires qui avaient cherché à le rencontrer, et que les donateurs qui donnaient leur rein étaient pleinement conscients de ce qu'ils faisaient. L'argent en jeu, ont-ils dit, était pour les frais liés aux procédures qui, selon eux ont été effectuées dans de prestigieux hôpitaux américains par des chirurgiens expérimentés et experts de greffe. Les avocats n'ont pas donné les noms des hôpitaux impliqués, qui ne figurent pas non plus dans les documents judiciaires.
Les procureurs ont fait valoir que Rosenbaum était pleinement conscient qu'il menait une commerce illicite et rentable - l'achat d'organes de personnes vulnérables en Israël [non juifs] pour 10 000 $, pour les vendre à des désespérés, de riches patients américains [juifs?].

http://traficdorganes.t.r.pic.centerblog.net/o/3585e94e.jpg "Un marché noir d'organes humains est non seulement une grave menace pour la santé publique, elle réserve un traitement de faveur pour ceux qui peuvent se le payer aux dépends de ceux qui ne le peuvent pas", a déclaré le procureur du New Jersey aux États-Unis, Paul Fishman. "Nous ne tolérerons pas un tel affront à la dignité humaine."
Chacun des quatre chefs d'accusation est passible d'une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans, et une amende pouvant aller jusqu'à 250 000 $. Rosenbaum a également accepté de renoncer à 420 000 $ en biens immobiliers ou personnels issus de la vente illégale de reins.
Le sexagénaire Rosenbaum est un membre de la communauté juive orthodoxe dans la section Borough Park de Brooklyn, où il avait déclaré à ses voisins qu'il était dans le secteur de la construction.
Il a été arrêté en Juillet 2009 dans une rafle fédérale qui a abouti sur la plus importante affaire de corruption que le New Jersey ait jamais connu. Bien qu'il fut l'une des plus de 40 personnes arrêtées, incluant des politiciens [juifs ?] et les rabbins [juifs!] dans le New Jersey et à Brooklyn, il n'était pas rabbin lui-même, mais quand même juif, et c'est cette image de juifs trafiquants internationaux d'organes qui a fait le tour de la terre.

 
Rosenbaum a été arrêté après avoir tenté de monter une vente de reins à un homme se présentant comme un homme d'affaires véreux, qui était en fait un informateur du gouvernement, Solomon Dwek, un spéculateur immobilier déshonoré confronté à une peine de prison pour une fraude de 50 millions de $. [Pour piéger le juif Rosenbaum, la police a donc choisi d'utiliser un informateur juif, en négociant certainement sa réduction de peine.]
Dwek, équipé d'un micro par les enquêteurs fédéraux, a amené à Rosenbaum un agent du FBI infiltré se faisant passer pour son secrétaire, qui prétendait être la recherche d'un rein pour un oncle malade en dialyse qui était sur une liste de transplantation dans un hôpital de Philadelphie.
"Je suis ce que vous appelez un entremetteur", a déclaré Rosenbaum lors de la conversation enregistrée secrètement. "J'apporte un gars (qui) je crois, sera compatible avec votre oncle."


Interrogé sur le nombre d'organes qu'il a négocié, il a répondu : "Pas mal", le dernier il y a deux semaines.
Pour quelqu'un qui n'a pas été un chirurgien, Rosenbaum semblait dans les conversations enregistrées avoir une connaissance approfondie des tenants et des aboutissants concernant le don de reins, y compris sur la façon de tromper les hôpitaux en leur faisant croire que le donateur agissait uniquement par compassion pour un ami ou un proche.
Il a été enregistré disant que l'argent devait être réparti généreusement, à des médecins israéliens, à ceux qui préparaient les visas et ceux qui s'occupaient des donneurs d'organes dans ce pays. «Une des raisons pour lesquelles c'est si cher, c'est parce que vous avez à shmear (payer les autres) tout le temps», a-t-il déclaré littéralement.
"Jusqu'ici, je n'ai jamais eu un échec", se vantait-il sur l'enregistrement. "Je fais cela depuis longtemps."
Lors d'une réunion de 2008 avec l'agent d'infiltration, Rosenbaum a affirmé qu'il avait un associé qui a travaillé pour une compagnie d'assurance à Brooklyn qui pourrait prendre des échantillons de sang du receveur, les stocker sur glace sèche et les envoyer en Israël, où ils devraient être testés pour voir s'ils correspondaient à des donateurs potentiels, ont annoncé les autorités. Les donateurs [non juifs] étaient alors amenés d'Israël et subissaient une chirurgie pour enlever le rein dans un hôpital américain, selon des documents judiciaires.

 
Bien que les hôpitaux où les opérations organisées de Rosenbaum n'aient pas été nommés, les critiques et les experts sur le trafic d'organes disent que de nombreux hôpitaux américains ne sont pas très regardants sur le traçage des sources des organes qu'ils transplantent parce ces opérations sont rentables.
Malgré les directives de divers groupes d'assistance médicale, les centres de transplantation des États-Unis sont le plus souvent libres d'écrire leurs propres règles pour le dépistage des donneurs afin de s'assurer qu'ils ne sont pas en train de vendre leurs organes. Les questions qu'ils posent sont très variables. Certains hôpitaux exigent de longues périodes d'attente pour éliminer les escrocs et les donateurs louches, d'autres pas.


 Sous la loi fédérale de 1984, il est illégal pour quiconque de sciemment acheter ou vendre des organes pour la transplantation. La pratique est illégale à peu près partout ailleurs dans le monde, aussi.

Mais la demande de reins dépasse largement l'offre, 4540 personnes sont mortes aux Etats-Unis l'année dernière en attendant un rein, selon le United Network for Organ Sharing. En conséquence, il y a un marché noir florissant pour les reins à travers le monde.

Art Caplan, le directeur du Centre for Bioethics de l'Université de Pennsylvanie et co-président d'un comité de travail des Nations Unies sur le trafic d'organes, a déclaré que le trafic de rein est le plus fréquent, car ils peuvent être récoltés à partir de donneurs vivants, à la différence d'autres organes. [En réalité, ceci s'explique du fait que Israel est la plaque tournante du trafic d'organe ET que la communauté juive souffre d'une insuffisance rénale congénitale due à une forte endogamie, voir NDLR ci-dessous]

Art Caplan a ajouté que Rosenbaum avait plaidé coupable à l'un des "crimes les plus odieux contre un autre être humain."

"Au niveau international, environ un quart de tous les reins [transplantés] semblent provenir de trafic», a déclaré M. Caplan. "Mais jusqu'à présent, ce crime n'était pas connu pour avoir touché les Etats-Unis."
http://3.bp.blogspot.com/_NeBAJB0buNg/S95pSR8Zt9I/AAAAAAAAAWo/5bB2y12EgIA/s1600/jews_image273.jpg ___

Torture supervisée: le gouvernement canadien remet plus de 2500 documents censurés

Transfert de détenus afghans : Le gouvernement remet des documents censurés

Détenus afghans: le gouvernement dépose 2500 pages de documents censurés
«C'est du mépris envers cette chambre, envers les élus et surtout envers les Canadiens»

Afghanistan: les États-Unis voudraient contourner la motion du Parlement canadien

Le Canada dit non aux États-Unis

Flou autour de la fin de la mission en Afghanistan‎

Plus de troupes en Afghanistan après 2011, assure Cannon

Détenus afghans: le Bloc veut une décision rapide sur les documents.

Ottawa nie avoir fermé les yeux‎

Allégations non fondées, dit Cannon‎


«Les Afghans torturent leurs femmes»
L'homme considéré comme le mentor politique de Stephen Harper, Tom Flanagan, ne s'émeut pas des allégations de torture des détenus transférés aux autorités afghanes par les soldats canadiens. Il croit que la torture est commune dans ce pays. «En Afghanistan, les maris torturent leurs femmes. C'est commun. On ne peut pas contrôler (la torture)», a dit Tom Flanagan en entrevue à La Presse.


Crimes de guerre et torture par le gouvernement canadien en Afghanistan

Les loyalistes de Bush s'attaquent à plus de 400 avocats qui ont poursuivi l'administration Bush pour crimes de guerre et torture à Guantanamo




Nouvelles révélations sur les crimes canadiens en Afghanistan


16 avril 2010

La Commission parlementaire canadienne sur la mission en Afghanistan a auditionné le Canadien Malgarai Ahmadshah, dit Pasha, le 14 avril 2010.

M. Ahmadshah, fut traducteur des forces armées canadienne à Kandahar de juin 2007 à juin 2008. Il a témoigné de ce que les militaires canadiens avaient maquillé, arrêtaient n’importe qui, et transféraient leurs prisonniers au NDS afghan pour qu’il les torture.

Malgarai Ahmadshah a admis ne pas avoir été témoin oculaire de ce qu’il rapportait, mais se fonder sur les séances d’interrogatoire au cours des quelles il officiait. Il a déclarer avoir dénoncer plusieurs fois cette situation à ses supérieurs et avoir été sanctionné en retour (sa véritable identité aurait été révélée aux insurgés de sorte qu’ils se vengent sur sa famille).

Selon M. Ahmadshah, le ministre canadien de la Défense ne pouvait ignorer ce qui se passait sur le terrain, tant ces tortures étaient systématiques et connues de tous. Le Canada ne transférait pas ces prisonniers à des tortionnaires sans savoir ce qui adviendrait, mais précisément pour que cela advienne.

Le transfert de prisonniers à des tiers en sachant qu’ils peuvent être torturés constitue un crime de guerre en vertu de la Convention de Genève.




Richard Colvin maintient son témoignage sur les tortures en Afghanistan


15 avril 2010

La Commission canadienne d’examen des plaintes contre la police militaire (CEPPM) a en définitive auditionné Richard Colvin, six heures durant, le 13 avril 2010. Le Parti conservateur a vainement multiplié les embuches pour empêcher le diplomate de sortir de la réserve exigée par son statut.

M. Colvin, qui fut 18 mois en poste à Kandahar en 2006-07, a confirmé le témoignage qu’il avait livré à la Commission parlementaire sur la mission en Afghanistan, le 5 octobre 2009. Selon lui, tous les prisonniers remis par les forces canadiennes aux autorités afghanes ont été torturées par ces dernières. Le transfert de prisonniers à des tiers en sachant qu’ils peuvent être torturés constitue un crime de guerre en vertu de la Convention de Genève.

Durant son service en Afghanistan, Richard Colvin avait adressé 17 rapports circonstanciés à sa hiérarchie à Ottawa, n’hésitant pas à distribuer jusqu’à 75 copies à des responsables divers aussi bien au ministère des Affaires étrangères qu’à celui de la Défense.

M. Colvin s’était précédemment illustré lors de sa mission à Ramallah après la mort du président Yasser Arafat en alertant sa hiérarchie sur les circonstances de l’empoisonnement et l’évolution interne du Fatah. Il est aujourd’hui Premier secrétaire de l’ambassade du Canada à Washington et officier de liaison pour le Renseignement.

La Commission a également eu connaissance des rapports d’un autre diplomate canadien Chris Alexander, quant à lui détaché auprès de l’ONU. Selon ce haut responsable, l’ancien gouverneur de Kandahar, Asadullah Khalil, aurait commandité l’assassinat de cinq employés des Nations Unies et disposerait d’une prison cachée sous sa résidence privée. Toujours selon M. Alexander, la plupart des attentats commis contre des étrangers ne seraient pas le fait des insurgés, mais des narco-trafiquants liés au gouvernement afghan, qui ont intérêt à prolonger l’insécurité.



Torture de détenus afghans: une enquête publique est le seul moyen de réagir aux preuves de plus en plus nombreuses de dissimulation

The Guergis and Afghan message: Loose lips still sink ships

Dure journée pour le gouvernement Harper

Suicides dans l'armée canadienne: plus meurtriers que les combats

Plus de soldats tués au pays qu'au combat

Mission en Afghanistan: 178 millions en médicaments

Torture: Peter MacKay réfute les propos d'un interprète

Détenus afghans torturés: Colvin en remet

Détenus afghans - Colvin persiste et signe dans le moindre détail

Afghanistan: tortures de mineurs détenus

Torture en Afghanistan: il ne revient pas à la police militaire d'enquêter, dit un officier L'Etat-major de la Défense s'est penché sur les allégations de mauvais traitements...

Détenus afghans torturés: Colvin en remet

Détenus afghans: le gouverneur de Kandahar montré du doigt

Les civils canadiens quitteront-ils Kandahar en même temps que les troupes?

Accès à l'information: le Canada de moins en moins transparent

Le Canada en Afghanistan: De nouvelles allégations explosives Arrestations sommaires, transferts d'innocents aux autorités afghanes, tentative de camouflage...

Afghanistan : un 142e soldat canadien tué

Accès à l'information - Un F pour le gouvernement Harper

VIDEO -06 - Afghanistan - De nouvelles victimes innocentes dans une nouvelle bavure
VIDEO -07 - Afghanistan - Le pantin Hamid Karzai prêt à couper les fils qui le relient aux USA
VIDEO -08 - Afghanistan - Obama et la CIA entre mensonges et manipulations
VIDEO -05 - Afghanistan - Retrait des troupes canadiennes
VIDEO -04 - Afghanistan - La Russie victime du trafic
VIDEO -08 - Afghanistan - Indémnisation des victimes collatérales - Les 2500 dollars de la honte

A U.S. marine walks through a poppy field during a patrol in Helmand province yesterday.
A U.S. marine walks through a poppy field during a patrol in Helmand province yesterday.
Photograph by: ASMAA WAGUIH, REUTERS, Canwest News Service
25000 hired guns in Afghanistan Prolific use of private security personnel is raising questions about lack of accountability and criminal activities


Afghanistan: après l'opium, le haschisch

Project Humanbeingsfirst.org
Wed, 07 Apr 2010 13:33 EDT
Zahir Ebrahim
machiavelli
Machiavelli

Once the hectoring hegemons have created a core-lie and got people to believe or accept it, namely, that 'war on terror' is real and "our war", then many truths within the core-lie can be fabricated, and also are created due to their own natural dynamics with proper black-ops channeling to mobilize insurgency and then officially fighting it as "counter-insurgency". A cook-book recipe for fabricating "revolutionary times", for indeed, "what is inconceivable in normal times is possible in revolutionary times"! A self-sustaining system dynamics comes into existence which is closely managed and continually harvested to sustain "imperial mobilization"

These dynamics are the puppetshows of harvest that Rafia Zakaria is commenting on in her DAWN article of April 07, 2010: "Reinventing the Taliban", while she is strategically silent on the core lie itself: (Comments) Read More...




La Judée déclare la guerre à Obama






par Gilad Atzmonhttp://1.bp.blogspot.com/_Cx5YSp-ghS8/SU_CqUW6z5I/AAAAAAAAA4g/6CZU2jRaDTo/s400/judea_declares_war_on_germany.jpg
La semaine dernière, nous avons vu des informations, dans la presse, au sujet de l’offensive de l’Aipac contre le Président Obama. Il a été rapporté que le lobby juif américain avait ôté ses gants de velours. Ouvertement, l’Aipac avait décidé d’augmenter sa pression sur les dirigeants américains et, en particulier sur le Président Obama.

« Les déclarations récentes de l’administration Obama au sujet des relations américano-israéliennes est un sujet de grave préoccupation », a indiqué l’Aipac dans sa déclaration. La réaction de l’Aipac faisait suite à un week-end de récriminations et de demandes américaines, à la suite des annonces provocatrices d’Israël selon lesquelles il avait donné son approbation préalable à la construction de 1 600 appartements supplémentaires destinés à des colons juifs dans un quartier palestinien de l’Est de la ville de Jérusalem occupée.

Contrairement au Président Obama, qui semble apporter la priorité à des questions telles que son projet de loi sur la sécurité sociale et à la relance de l’économie des Etats-Unis, l’Aipac affirme savoir quels sont les « véritables » intérêts de l’Amérique et la manière dont ces intérêts doivent être poursuivis. « L’administration devrait faire un effort conscient et se garder de toutes exigences formulées publiquement et de tout ultimatum unilatéral visant Israël, avec lequel les Etats-Unis partagent des intérêts essentiels, fondamentaux et stratégiques ». L’Aipac a suggéré par ailleurs que les dirigeants américains devraient se focaliser sur une éventuelle confrontation avec l’Iran. « L’escalade verbale des derniers jours ne peuvent que nous détourner du travail substantiel qui doit être fait en ce qui concerne l’urgente question de la recherche rapide, par l’Iran, d’armes nucléaires ».

Certes, l’on sait que les lobbies juifs n’y vont jamais avec le dos de la cuillère lorsqu’il est question de faire pression sur des Etats, des dirigeants mondiaux et même des superpuissances. Le comportement de l’Aipac, pas plus tôt que la semaine dernière, m’a rappelé la déclaration de guerre des juifs contre l’Allemagne nazie, en 1933.

Peu de gens savent qu’en mars 1933, c’est-à-dire bien avant qu’Hitler ne soit devenu le chef incontesté de l’Allemagne et n’ait entrepris de restreindre les droits des juifs allemands, le Congrès juif américain annonça l’organisation d’une manifestation de protestation massive dans les jardins de Madison Square, appelant à un boycott américain des produits allemands.

Il est évident que je pense qu’Obama n’a rien de commun avec Hitler ! Il n’y a vraiment pas grand-chose de commun entre les deux leaders, en termes de philosophie, d’attitude vis-à-vis de l’humanisme ou de vision de la paix mondiale [1]. Toutefois, il est difficile de fermer les yeux sur les similarités entre le comportement de l’Aipac, la semaine passée, et la conduite qui fut celle du Jewish American Congress en 1933.

Le 24 mars 1933, le Daily Express (de Londres) a publié un article annonçant que les juifs avaient d’ores et déjà lancé leur boycott contre l’Allemagne et qu’ils brandissaient la menace d’une « guerre sainte » à venir sous peu. Ce quotidien à grand tirage exhortait les juifs, partout dans le monde, à boycotter les produits allemands et à manifester activement contre les intérêts économiques de l’Allemagne.

The Express indiquait que l’Allemagne était « désormais confrontée à un boycott mondial de son commerce, de ses services financiers et de son industrie… à Londres, à New York, à Paris et à Varsovie, les hommes d’affaires juifs sont unis et prêts à mener ensemble la Croisade économique contre l’Allemagne ».

Les sources juives ont tendance à en faire des tonnes au sujet du fait que la décision prise par Hitler le 28 mars 1933 ordonnant un boycott contre les commerces et les produits juifs était une escalade en riposte directe à la déclaration de guerre des dirigeants juifs mondiaux contre l’Allemagne. De fait, la seule enclave juive qui reconnaît l’ordre historique exact des événements ayant conduit à la destruction des juifs d’Europe est la secte juive orthodoxe antisioniste connue sous le nom de juifs de la Torah. J’imagine qu’au cas où, de manière similaire, les choses se gâteraient entre l’Amérique et ses lobbies juifs, les idéologues tribaux juifs seraient les premiers à oublier (volontairement) que c’est bien l’establishment juif américain qui aura travaillé d’arrache-pied à nourrir cette inévitable animosité.

Si vous vous demandez pour quelle raison les politiciens juifs répètent exactement les mêmes erreurs encore et toujours, la réponse est très simple. Les juifs ne connaissent pas leur histoire juive, pour la bonne et simple raison que l’histoire juive n’existe pas !

C’est comme ça : l’histoire juive est faite de bric et de broc, de fables ficelées à la va-vite ensemble afin de donner une image fallacieuse de narratif victorieux. L’histoire juive est une collection de points aveugles, reliés entre eux par des mythes, des fantaisies et des mensonges, afin de présenter l’illusion d’un narratif cohérent du passé et une vague apparence de chronologie. L’universitaire israélien Shlomo Sand nous a appris que les sionistes, ainsi, dans une certaine mesure, que leurs rivaux, les Bundists, n’étaient pas particulièrement timides lorsqu’il s’agissait d’ « inventer » l’histoire de leur (soi-disant) nation juive.

C’est même encore plus grave : il n’est pas jusqu’à l’holocauste, qui aurait pu être un coin illuminateur majeur dans le rayonnement juif, a été transformé en un chapitre sclérosé qui ne fait que pérenniser la cécité. En tant que vision du passé, il a pour fonction de cacher et de déguiser, et non de révéler et d’informer. Dans un livre d’histoire juive, vous ne trouverez rien au sujet de la « déclaration de guerre de la Judée contre l’Allemagne nazie ». Dans les textes historiques juifs, le compteur de la chronologie n’est jamais déclenché avant que la souffrance juive ait commencé. L’histoire juive se transcende elle-même, par-delà la notion de causalité. Elle veut nous persuader du fait que la persécution contre les juifs naît de nulle part.

Les textes historiques juifs éludent les questions incontournables telles que les raisons pour lesquelles l’hostilité se développe une fois après l’autre et celles pour lesquelles les juifs se font des ennemis aussi nombreux avec une telle facilité ?

Manifestement, les dirigeants de l’Aipac sont en train de réitérer les graves erreurs de leurs prédécesseurs du Congrès juif américain. Ils n’apprennent rien de leur histoire, car il n’existe pas le moindre texte historique juif duquel on puisse retenir quelque chose. En lieu et place de texte historique, les juifs ont l’Holocauste, qui est un événement ayant mûri pour finir par donner une nouvelle religion (ce qui est une tout autre chose).

De toute évidence, la religion holocaustique est judéo-centrique jusqu’à la moelle. Elle définit la Raison d’être juive. Pour les juifs, elle signifie une impuissance innocente totale de la diaspora, et elle considère que le Goy est un assassin « irrationnel » en puissance. La nouvelle religion juive prêche la vengeance. Elle va jusqu’à instituer un nouveau Dieu juif. Au lieu de l’ancestral Yehova, le nouveau Dieu juif est « le juif » lui-même : cet être courageux et futé, celui qui a survécu au génocide ultime, au plus sinistre des génocides, celui qui a ressurgi des cendres et qui est allé vaillamment de l’avant, vers un nouveau commencement…

Jusqu’à un certain point, la religion holocaustique signale l’abandon du monothéisme par le judaïsme, puisqu’aussi bien chaque être juif est un petit Dieu ou une petite Déesse en puissance. Ainsi, Gilad Shalit est le Dieu ‘innocence’, Abe Foxman est le Dieu antisémitisme, Madoff est le Dieu de l’entourloupe financière, Greenspan est le Dieu de la « bonne économie ». Lord Goldsmith est le Dieu du ‘feu vert’, Lord Levy est le Dieu du recueil de fonds, Wolfowitz est le Dieu du nouvel expansionnisme américain et l’Aipac et l’Olympe américain où les êtres humains américains élus viennent demander la pitié et le pardon pour le fait d’être Goyim et d’oser, à de rares occasions, dire la vérité sur Israël.

La religion holocaustique est le stade ultime dans la dialectique juive ; c’est la fin de l’histoire juive, car c’est la forme la plus profonde et la plus sincère de l’ «auto-admiration ». Au lieu d’inventer un Dieu abstrait préférant les juifs pour en faire son peuple élu, dans la religion holocaustique, les juifs saucissonnent la moelle divine. Le juif, tout simplement, s’élit lui-même. C’est la raison pour laquelle l’identité politique juive ne saurait être assujettie à des occurrences humainement contingentes. Le nouveau Dieu juif, entendre par là « le juif », ne fait que réécrire les fables au service de la tribu, dès que le besoin s’en fait sentir. Cela peut expliquer pourquoi la religion holocaustique est protégée par les lois, alors que n’importe quel autre chapitre et n’importe quelle autre narration de l’histoire peuvent être débattus ouvertement par les historiens, les intellectuels et tout un chacun.

On l’aura deviné : avec une telle vision du monde intensément autocentrée, il n’y a plus beaucoup d’espace pour l’humanité, pour la grâce ou pour l’universalisme. Personne ne sait, en vérité, si les juifs pourront un jour guérir de leur nouvelle religion. Mais il est crucial que tout humaniste résiste de toutes ses forces à la religion holocaustique, qui ne peut que répandre le malheur, la mort et le carnage.

[1] Contrairement au Président Obama, qui a repoussé son voyage en Extrême-Orient uniquement afin de pouvoir rencontrer le Premier ministre israélien et qui a envoyé sa Secrétaire d’Etat calmer ses détracteurs juifs en leur promettant davantage de confrontation avec l’Iran, Hitler, lui, avait réagi avec fureur (sans jeu de mots !) contre la pression juive.
Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

Source et traduction : Marcel Charbonnier
http://www.gilad.co.uk/writings/judea-declares-war-on-obama-by-gilad-atzmon.html

Lien de l'article: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Gilad_Atzmon.250310.htm



3/26/2010

Judea declares War on Obama by Gilad Atzmon — With Dr. Duke’s Commentary!

Author
Judea declares War on Obama

Pre-commentary by David Duke In another brilliant article by Gilad Atzmon, he exposes the underlying currents of Jewish extremism. The fact that he would expose the Jewish world declaration of war against Germany, even before any German actions against Jews, is something that hardly any Gentile public figure would dare do. Just that one headline explains so much as to why we had the horrible war that killed over 60 million Europeans and left our civilization in the hands of the Jewish supremacists.
As for Obama, there is definitely a lot of Jewish anger right now against Obama for simply having the Vice-President and the Secretary of State voice disapproval of the massive Israeli betrayal of American interests by authorizing a huge Jewish land grab in East Jerusalem. Of course, Jews have destroyed other Presidents as well for even the slightest criticism of Israel. The speeches at AIPAC by Democratic leaders show clearly though, that Obama and Clinton are fully prostrate at the feet of the Jewish extremists. For if they were really free and independent, they would announce to Israel that since Israel is harming America’s interests and policies, that if Israel does not cease all new land grabs of Palestinian land, America will cut off the billions of taxpayer’s dollars that Israel gets. But, don’t hold your breath! That won’t happen just as Obama wouldn’t even say a word as Israel massacred hundreds of Palestinians in Gaza. True tyrants don’t tolerate one iota of criticism. The truth is that Obama has been their boy for a long time. Jewish extremists Axelrod and Emanuel are at his left ear and right ear. Now that Obama has made this gaff, you can be sure he will work overtime to support Israel in a thousand ways behind the scenes in order to placate the wrath of the Zionists. This article is such a good exposition of true Jewish extremism, read it a learn a lot from this incredibly honest and courageous Jew–Gilad Atzmon. --dd
Last week we read about AIPAC’s assault against President Obama. It was reported that the Jewish Lobby in America took its gloves off. In the open, AIPAC decided to mount pressure on the American leadership and President Obama in particular.
“The Obama administration’s recent statements regarding the U.S. relationship with Israel is a matter of serious concern,” AIPAC said in its statement. AIPAC’s reaction came after a weekend of U.S. recriminations and demands, following Israel’s provocative announcement that it had given preliminary approval for the construction of 1,600 more apartments for Jewish settlers in a Palestinian neighborhood of eastern occupied Jerusalem. Unlike President Obama, who seems to be prioritizing issues like the health care reform bill and United States economic recovery, AIPAC claims to know what America’s ‘real’ interests are and how to achieve them. “The administration should make a conscious effort to move away from public demands and unilateral deadlines directed at Israel, with whom the United States shares basic, fundamental, and strategic interests”. AIPAC also suggested that the American leadership should concentrate on a confrontation with Iran. “The escalated rhetoric of recent days only serves as a distraction from the substantive work that needs to be done with regard to the urgent issue of Iran’s rapid pursuit of nuclear weapons”.
Jewish lobbies certainly do not hold back when it comes to pressuring states, world leaders and even super powers. AIPAC’s behavior last week reminded me of the Jewish declaration of war against Nazi Germany in 1933.
Not many people are aware that in March 1933, long before Hitler became the undisputed leader of Germany and began restricting the rights of German Jews, the American Jewish Congress announced a massive protest at Madison Square Gardens and called for an American boycott of German goods.
I obviously do not think that Obama has anything in common with Hitler. There is not much the two leaders share in terms of their philosophy, their attitude to humanism or their view of world peace.(1) However, it is hard to turn a blind eye to the similarity between AIPAC’s behaviour last week and the Jewish American Congress’ conduct in 1933.
On March 24, 1933, The Daily Express (London) published an article announcing that the Jews had already launched their boycott against Germany and threatened a forthcoming “holy war”. The Express urged Jews everywhere to boycott German goods and demonstrate actively against German economic interests.
The Express said that Germany was “now confronted with an international boycott of its trade, its finances, and its industry….in London, New York, Paris and Warsaw, Jewish businessmen are united to go on an economic crusade.”
Jewish texts tend to glaze over the fact that Hitler’s March 28 1933, ordering a boycott against Jewish stores and goods, was an escalation in direct response to the declaration of war on Germany by the worldwide Jewish leadership. In fact the only Jewish enclave that is willing to admit the historical order of events that led to the destruction of European Jewry, is the anti Zionist Jewish Orthodox sect known as the Torah Jews. I assume that, similarly, once things turn sour between America and its Jewish lobbies, Jewish tribal ideologists will be the first to forget that it was the Jewish American establishment that worked so hard to nourish the inevitable animosity.
If you wonder why Jewish politicians repeat exactly the same mistakes time after time, the answer is easy. Jews do not know their Jewish history for there is no Jewish history.
As it happens, Jewish history is a set of fables tied clumsily together to portray a false image of a victorious narrative. Jewish history is a set of blind spots bundled together by myth, fantasies and lies, in order to present the illusion of a coherent past narrative and a vague semblance of chronology. Israeli professor Shlomo Sand taught us that the Zionists, and to a certain extent their Bundist rivals, were far from being shy of “inventing” the history of their Jewish nationhood. But it goes further, even the holocaust, which could be a major illuminating corner in Jewish reflection, was transformed into a rigid chapter that perpetuated blindness. As a vision of the past, it is there to hide and to disguise, rather than to reveal and inform. In a Jewish history book, you won’t read about ‘Judea’s declaration of war against Nazi Germany’. In Jewish history texts chronology always launches when Jewish suffering begins. Jewish history transcends itself beyond the notion of causality. It persuades us that persecution of Jews occurs out of nowhere. The Jewish historical text avoids the necessary questions as to why hostility evolves time after time, why do Jews buy so many enemies and so easily?
AIPAC leaders are clearly repeating the grave mistakes of their forebearers: the American Jewish Congress. They do not learn from their history, for there is not a single Jewish history text to learn from. Instead of a history text, Jews have the Holocaust, an event that matured into a religion.
The holocaust religion is obviously Judeo-centric to the bone. It defines the Jewish Raison d’être. For the Jews it signifies a total fatigue of the Diaspora, it regards the Goy as a potential ‘irrational’ murderer. The new Jewish religion preaches revenge. It even establishes a new Jewish God. Instead of old Yehova, the new Jewish God is ‘the Jew’ himself: the brave and witty being, the one who survived the ultimate and most sinister genocide, the one who came out of the ashes and stepped forward into a new beginning.
To a certain extent the Holocaust religion signals the Jewish departure from monotheism, for every Jew is a potential little God or Goddess. Gilad Shalit is the God ‘innocence’, Abe Foxman is the God anti Semitism, Maddof is the God of swindling, Greenspan is the God of ‘good economy’, Lord Goldsmith is the God of the ‘green light’, Lord Levy is the God of fundraising, Wolfowitz is the God of new American expansionism and AIPAC is the American Olympus where American elected human beings come to ask for mercy and forgiveness for being Goyim and for daring to occasionally tell the truth about Israel.
The holocaust religion is the conclusive stage in the Jewish dialectic; it is the end of Jewish history for it is the deepest and most sincere form of ‘self love’. Rather than inventing an abstract God who prefers the Jews to be the chosen people, in the holocaust religion the Jews cut out the divine middle substance. The Jew just chooses oneself. This is why Jewish identity politics transcends itself beyond the notion of history. God is the master of ceremony. And the new Jewish God cannot be subject to humanly contingent occurrences. The new Jewish God, i.e. ‘the Jew’, just re-writes fables that serve the tribe at any given time. This may explain why the Holocaust religion is protected by laws, while every other historical chapter and narrative is debated openly by historians, intellectuals and ordinary people
As one may guess, with such a self-centered intensive world-view, not much room is left for humanity, grace or universalism. It is far from being clear whether Jews can collectively recover from their new religion. However, it is crucial that every humanist stands up against the holocaust religion that can only spread misery, death and carnage.
(1) Unlike President Obama who postponed his Far East trip just to meet Israeli PM and sent his Secretary of State to appease his Jewish opponents promising more confrontation with Iran, Hitler actually reacted furiously to Jewish pressure.




Obama face à Israël

La rencontre entre Obama et Netanyahou est un « désastre »
Info Palestine, 26 mars 2010
par Serge Dumont
L’incompréhension entre Washington et Tel-Aviv suscite un profond malaise dans la classe politique israélienne.

« Une catastrophe », « un désastre », un « camouflet ». Les éditorialistes de la presse israélienne ne mâchent pas leurs mots pour qualifier la rencontre de mercredi soir entre Benyamin Netanyahou et Barack Obama. Car le président américain a exigé que le premier ministre de l’Etat hébreu s’engage par écrit à interrompre définitivement les constructions dans les colonies de Cisjordanie ainsi que dans les « nouveaux quartiers » de Jérusalem-Est (la partie arabe de la ville). En outre, il a souhaité qu’Israël entame rapidement des négociations de paix avec l’Autorité palestinienne (AP) et que celles-ci ne durent pas plus de deux ans. Mais il a essuyé un refus, qui manifestement approfondit la crise entre les deux pays. Read the rest of this entry »

La Judée déclare la guerre à l'Allemagne

American Free Press PODCAST SERIES: AN INTERVIEW WITH GILAD ATZMON (angl.)Foxman: US shift in Israel policy "deeply distressing"

Hating Obama as a new form of religion

Round 2: Lauder vs. Obama
Jewish leader, Bibi's close associate Ron Lauder again publicly criticizes US president



jeudi 25 mars 2010

L'armée américaine sait que le 11 septembre était une opération d'Israël

Dr Alan Sabrosky : Les militaires US savent qu'Israël est responsable du 11 septembre

En entrevue, le Dr Alan Sabrosky, ancien directeur des études du US Army War College, a identifié le vrai responsable et bénéficiaire du 11 septembre : Israël.


Écouter l'entrevue complète ici. Lire la retranscription française de l'entrevue du début à la fin ici.

Cette vidéo sous-titrée en français en contient l'essentiel :

[Voir ici la V.O.A. de cette vidéo, sur la chaîne Youtube de exposedeceivers]

RETRANSCRIPTION DE L'ENTRETIEN:
Phil Tourney (survivant du USS Liberty) : [...] Mark, je ne pense pas que tu aies lu au début de l’émission les références du docteur. Je souhaiterais que tu le fasses, parce que ça signifie beaucoup, et cela signifie beaucoup pour moi de les entendre.

Mark Glenn : Absolument, et je vais le faire dès maintenant car je suis sur le point d’entamer la lecture de cet excellent article.


Alan Sabrosky (Ph.D, Université du Michigan) est un Américain qui a oeuvré pendant dix ans dans le corps des Marines et est un ancien diplômé de l’US Army War College.


Maintenant, non seulement cela - Dr. Sabrosky me corrigera si je me trompe ici - non seulement vous êtes diplômé de l’US Army War College, mais vous y étiez le directeur des études pendant un certain temps - est-ce exact ?


AS : C’est exact. Pendant cinq ans et demi.


MG : Cinq ans et demi comme directeur d’études à l’US Army War College. Vous savez, de tous les titres que j’aimerais avoir à la suite de mon nom, Dr Sabrosky, celui de directeur des études au US Army War College serait certainement l’un d’entre eux.


AS : Merci beaucoup, j’apprécie.[...]


MG: [...] Quand on regarde les deux guerres dans lesquelles les États-Unis se retrouvent, et sur le seuil d’au moins deux autres, et tout cela au profit d’un certain pays étranger assis sur la rive orientale de la mer Méditerranée - ils ont eu un franc succès à mettre tout cela en place et je pense que l’une des principales composantes de cela est le fait que très peu de gens comprennent réellement la nature du problème - et je pense que votre article révèle essentiellement le problème, qui est que lorsque vous avez des gens qui essaient de dire qu’ils sont fidèles aux États-Unis et, en même temps, fidèles à un gouvernement étranger, c’est un mensonge.


AS : Ça l’est, et c’est plus que cela, Mark. Ce que nous devons proclamer bien haut, c’est que non seulement ils ont attaqué le USS Liberty, ils ont fait le 11 septembre. Ils l’ont fait.


J’ai eu de longues conversations au cours des deux dernières semaines avec des contacts à l’Army War College, au Quartier Général du corps de la Marine, et j’ai dit très clairement dans les deux cas qu’il est à 100% certain que le 11 septembre était une opération du Mossad [services secrets israéliens]. Point final.


Vous savez, Phil, je ne dénigre pas ce qui est arrivé au USS Liberty, pas le moins du monde - vous comprenez cela - mais pour la plupart des Américains ce qui est arrivé au USS Liberty, ou au Vietnam, c’est de l’histoire ancienne. Maintenant, c’est de l’histoire ancienne. Vous savez, ils peuvent être préoccupés à ce sujet, mais ils ne vont pas se mettre en colère à propos de cela.


Le 11 septembre a directement causé plus de 60 000 Américains morts et blessés, Dieu sait combien de centaines de milliers de personnes dans d’autres pays nous avons tués ou blessés ou rendus sans-abri, et c’est une plaie actuelle. Ce n’est pas votre blessure du USS Liberty, ce n’est pas ma blessure du Vietnam. Nous en avons tous les deux, chacun de nous s’en préoccupe. Mais c’est une plaie ouverte. Et ce que les Américains ont besoin de comprendre, c’est que c’est eux qui l’ont fait. Ils l’ont fait. Et s’ils comprennent cela, Israël va disparaître. Israël va tout simplement disparaître de cette Terre.


J’ai envoyé un film à l’un de mes collègues et cela montrait essentiellement des Américains endeuillés alors que leurs morts sont rapatriés. Et j’ai montré l’un d’eux : c’était une femme, complètement déchirée par le deuil en train de pleurer son soldat mort. Et j’ai dit, vous le savez, si jamais les Américains savent qu’Israël a fait cela, ils vont les rayer de la surface de la Terre, et ils n’auront rien à foutre - pardonnez mon langage - de ce que cela va coûter. Ils ne s’en feront pas. Ils vont le faire. Et ils le devraient. Et ils le devraient.


PT : Alan, votre article, et votre cœur, et votre témoignage et ce en quoi vous croyez, est déchirant pour moi. C’est comme nos pères fondateurs, et leurs ombres, qui parlent et qui disent : "Nous devons résoudre ce problème, nous devons le faire à notre manière, et nous devons le faire maintenant, ou nous allons sombrer."


AS : Exactement. Absolument, Phil. Je suis entièrement d’accord.


TP : Votre article doit être expédié à la Bibliothèque du Congrès immédiatement.


AS : Eh bien, je peux vous dire qu’il est lu par certaines personnes au Quartier Général du corps des Marines et à l’Army War College. Je leur ai envoyé la semaine dernière et j’ai eu de longues discussions avec les gens là-haut, et il y a certaines personnes très, très mécontentes.


MG : Que disent-ils, si vous pouvez parler de cela, Dr Sabrosky ? Vous savez, je suis curieux…


AS : L’étonnement. La première chose, Mark, c’est l’étonnement. Ils ne savaient pas. Ils ne savaient vraiment pas. Et ce ne sont pas des gens stupides. Ils ne savaient vraiment pas.


Et la réaction suivante est la rage. Une véritable rage. Et les sionistes jouent ceci comme un pari "tout ou rien", parce que s’ils perdent celui-ci, si le peuple américain réalise ce qui s’est passé, ils sont finis.[...]


Vous savez, j’ai un grand-parent qui est juif.[...]


Ce n’est pas seulement une question d’être exposés aux yeux de tous. Si jamais les Américains comprennent vraiment cela, ils sont de l’histoire ancienne. Ce sera une guerre sanglante et brutale - et ils disparaîtront. Je veux dire, ça ne sera même pas un match serré. Et ça ils le savent. Ce qu’ils comprennent, je crois, aussi, c’est que leur influence est sur les nominations politiques. Leur effet de levier n’est pas au niveau des services en uniforme [militaire].

Si vous consultez l’Army Times, le Navy Times, ou n’importe lequel des journaux de n’importe quel service, vous avez une vision très différente de celle que l’on a lorsqu’on regarde le Congrès et la Maison Blanche. Et l’armée n’a pas été achetée. L’armée est fidèle mais elle n’a pas été achetée. Et si jamais elle comprend cela - qu’elle le comprend vraiment, vraiment profondément - et c’est ce que j’ai constaté lorsque j’ai remis certaines de ces informations à l’Army War College et au Quartier Général du Corps des Marines - et j’ai mentionné à l’un de mes contacts au Quartier Général du Corps des Marines, j’ai dit : "Tu sais, ils ont fait le 11 septembre ...," et il a répondu : "Vous n’y pensez pas? " J’ai dit : "Absolument".

Et si jamais ils comprennent cela, ces gens là sont de l’histoire ancienne.


MG : Eh bien, maintenant laissez-moi vous demander quelque chose, docteur, et évidemment je comprends que nous avons besoin de protéger les noms des innocents ici...


AS : Il n’y a pas innocents ! [Rires]


PT : Je suis d’accord.


MG : Je voudrais en savoir un peu plus à ce sujet. Je veux dire, ces conversations que vous avez avec vos collègues qui sont encore en service en uniforme... Quelle est leur réaction lorsque vous leur dites de telles choses ?


AS : La première est l’incrédulité, et ce que je leur montre immédiatement après, c’est une entrevue avec un expert en démolition danois nommé Danny Jowenko, et ça montre le troisième bâtiment du World Trade Center en train de tomber - le WTC 7. Et ils regardent ça, et je leur ai dit : « Maintenant, vous comprenez que si l’un des bâtiments a été câblé pour être démoli, ils ont tous été câblés pour être démolis." Et c’est tout. C’est le point de bascule.


Je veux dire, entrer dans les arguments au sujet de qui était aux commandes de quel avion, et où ils étaient, et s’il y avait de la nano-thermite - ces choses sont vraies, mais elles sont accidentelles. La chose qui est nécessaire est de dire aux gens : trois bâtiments sont tombés ; le troisième n’a pas été touché par un avion, il a été câblé pour une démolition contrôlée, par conséquent, tous ont été câblés pour une démolition contrôlée. Et à partir de cet instant, la réaction est la rage. L’incrédulité d’abord et puis ensuite la rage.


MG : Eh bien, je dois vous dire, que je trouve cela très encourageant, car sur la base des conversations superficielles que j’ai eu avec certains militaires - et je fais très attention à ce que je dis parce qu’on ne sait jamais dans quoi on s'engage lorsqu’on entame une discussion de ce type avec l’un d’entre eux – en me fiant à ces conversations rapides que j’ai eues avec certains d’entre eux, ils n’ont aucune idée et ne veulent pas en entendre parler. Ils sont fidèles au drapeau qui est sur l’écusson de leur manche gauche, et l’idée que le gouvernement puisse être impliqué d’une manière ou d’une autre dans toutes sortes de hauts crimes et de trahisons contre les États-Unis et le peuple américain est impensable pour eux, ainsi je suis heureux d’entendre qu’il reste encore quelque matière grise et quelque patriotisme - au moins dans les milieux auxquels vous avez accès, Dr Sabrosky.


AS : Eh bien, ce n’est pas qu’ils ne veulent pas l’entendre, c’est qu’ils ne le savent pas. Ce que j’ai fait quand je l’ai présenté à ces gens et que je leur ai dit, "Examinez seulement ce point-là - il suffit de regarder cette image. Je ne vais pas vous donner d’arguments - il suffit de regarder." Et ils regardent le film et, sans exception, ils reviennent en disant : "Ils l’ont fait, n’est-ce pas." Je leur ai dit, "Ouais - ils l’ont fait." [...]

Source (ang.): TheInfoUnderground



-----------------

2e partie: le film


Les preuves qu'Israël est derrière les attentats du 11 septembre

mercredi 21 avril 2010

(Source : The Truth will set you Free, trad. Jsf)


Les interviews du Dr. Alan Sabrosky, ces dernières semaines, m’ont aidé et inspiré à réaliser une vidéo de deux heures sur les attentats du 11 septembre. Les nouveaux arrivants auront ainsi accès aux dernières informations, et les spécialistes y trouveront des éléments intéressants.


La vidéo ["Proof Israel Did 911"] se compose de 13 parties sur YouTube, et la playlist est disponible ici. Mais vous trouverez aussi le fichier de deux heures (269MB) disponible au téléchargement sur Megaupload.


Première partie:

[Voir les parties 2 et suivantes ici en playlist-automatique]


[Note: Cet extrait audio en anglais, traduit en français au bas de la page, contient l’essentiel du propos du Dr Sabrosky]


Les preuves impliquant Israël dans cette vidéo sont accompagnées par le Dr. Alan Sabrosky en audio, lors d’interviews par Kevin Barrett, Mark Glenn / Phil Tourney, Daryl Bradford Smith / Ognir, et de discussions dans l’émission de Mike Piper. Le Dr. Sabrosky, PhD, un ancien directeur d’études du Strategic Studies Institute au U.S. Army War College, a récemment affirmé, "... il est à 100 % certain que le 11 septembre était une opération du Mossad. Point final."


L’audio contient aussi Ben Freedman exposant la trahison sioniste et le bellicisme depuis la seconde Guerre Mondiale, et l’expert en démolition Danny Jowenko à propos de la démolition contrôlée du WTC7. Ces deux heures de vidéo ne peuvent inclure qu’une petite partie des montagnes de preuves réfutant la théorie du complot officielle absurde selon laquelle "les musulmans sont derrière le 11 septembre", et également une petite partie des faits prouvant la culpabilité d’Israël dans le complot.


La partie 13 contient quelques exemples supplémentaires des absurdités de la théorie du complot officielle du 11 septembre, ajoutées après la réalisation du fichier de deux heures.


Pour plus d’informations, et pour retrouver les articles de presse et sites internet sur lesquels la vidéo se base, allez à :

http://www.takeourworldback.com/itwasntmuslims_fr.htm

http://www.takeourworldback.com/fr/911realitydeniers_fr.htm


Dr. Sabrosky fut l’invité d’une émission de Kevin Barrett le 30 mars 2010, disponible à :

http://noliesradio.org/archives/14342


L’émission The Ugly Truth de Mark Glenn et Phil Tourney, du 15 mars 2010, avec la présence du Dr. Sabrosky, discutant d’un de ses articles, "La Face Obscure du Nationalisme Juif", est disponible ici:

http://theuglytruth.podbean.com/2010/03/14/the-ugly-truth-podcast-march-15-2010/

@ 20min24sec: “What we need to stand up and say is that not only did they attack the USS Liberty, they did 911, they did it”.
@ 20 min34sec
: “I have had long conversations over the past two weeks with contacts at the Army War College, at the Headquarters Marine Corps and I made it absolute clear in both cases that …”
@ 20min48sec
: “it is 100% certain that 911 was a Mossad operation, period”.


L’audio du TFC / TiU du 29 mars 2010, avec la présence du Dr. Sabrosky invité de Daryl Bradford Smith et Ognir est disponible à :

http://theinfounderground.com/forum/viewtopic.php ?f=35&t=10515

http://iamthewitness.com/audio/Dr.Alan.Sobrosky/TiU.TFC.SMITH.OGNIR.Dr.Alan.Sabrosky.29-03-2010.mp3


Les archives de l’émission de Mike Piper (l’extrait est celui du 19 mars 2010), et d’autres invités de RBN, sont disponibles gratuitement pendant 24h à : http://republicbroadcasting.org/ ?p=960




12 mars 2010
par le Dr Alan Sabrosky

Le visage sombre du nationalisme juif

« Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a dit un jour à une réunion du Likoud qu’ « Israël n’est pas comme les autres pays. » Curieusement pour lui, cette fois là il disait la vérité, et ça n’est nulle part plus évident que dans l’exemple du nationalisme juif, qu’on lui attribue ou pas l’étiquette de « sioniste ».

Le nationalisme dans la plupart des pays et des cultures peut avoir des aspects positifs et négatifs, unifiant un peuple et, quelquefois, le poussant contre son voisin. L’extrémisme peut émerger, et l’a souvent fait, au moins en partie dans presque tous les mouvement nationalistes/d’indépendance dont je me souviens (par exemple, le mouvement nationaliste français avait La Terreur, le Kenya avait les Mau-Mau, etc.)

Mais alors que l’extrémisme des autres mouvements nationalistes est une aberration, l’extrémisme dans le nationalisme juif est la norme, montant les juifs sionistes (laïques ou observateurs) contre les Goyim (le reste du monde), qui sont potentiellement ou bien des prédateurs ou bien des proies certaines, sinon les deux successivement. Cela ne signifie pas, d’aucune façon, que tous les Juifs ou tous les Israéliens ressentent et agissent ainsi. Mais cela signifie qu’Israël est aujourd’hui ce qu’il ne peut éviter d’être, et ce qu’il serait sous n’importe quel gouvernement élu (un point que je vais développer dans un autre article).

Les différences entre le nationalisme juif (le sionisme) et celui d’autres pays et cultures, sont selon moi quadruples :

1. Le sionisme est un véritable balai de sorcière de xénophobie, de racisme, d’ultra-nationalisme, de militarisme, ce qui le place en dehors d’un simple « contexte nationaliste » – par exemple, quand j’étais en Irlande (dans les deux portions), je n’ai vu aucune indication selon quoi les PIRAs ou quelqu’un d’autre faisaient pression pour qu’une Irlande unie planifie d’envoyer les protestants dans des camps ou à l’extérieur du pays, bien qu’il puisse très bien y en avoir une poignée qui pense ainsi – et qui dépasserait de loin les misères infligées par les nazis ;

2. Le sionisme sape la loyauté civique de ses adhérents dans les autres pays, ce que les autres mouvements nationalistes (et même des mouvements ultra-nationalistes comme le nazisme) n’ont pas fait – par exemple, une grande majorité des Juifs américains, y compris ceux qui n’ont pas ouvertement la double citoyenneté, épousent une forme de la bigamie politique appelée « double loyauté » (à Israël et aux États-Unis) qui est tout aussi malhonnête que la bigamie matrimoniale, les tentatives de faire impasse sur la préséance qu’ils accordent à Israël par rapport aux États-Unis (beaucoup de Rahm Emanuel là-bas qui ont servi dans l’armée israélienne mais PAS dans les forces armées américaines), et n’a absolument aucun parallèle dans le sens d’une identité nationale ou culturelle adoptée par n’importe quel autre groupe ethnique ou racial définissable aux États-Unis – même le Bund nazi aux États-Unis a disparu une fois que l’Allemagne et les États-Unis sont entrés en guerre, avec la quasi-totalité de ses membres se portant volontaires dans les forces armées américaines ;

3. L’« ennemi » des mouvements nationalistes normaux est la puissance occupante et peut-être ses alliés, et une fois l’indépendance assurée, des relations normales avec la puissance occupante sont vraiment la norme, mais pour le sionisme presque tout le monde extérieur est un ennemi réel ou potentiel, ne différant qu’en terme de proximité et de position dans sa très longue liste d’ennemis (qui est maintenant la liste des cibles des États-Unis) ; et

4. Presque tous les mouvements nationalistes (y compris les irrédentistes et les variantes sécessionnistes) ont l’intention de créer un État indépendant à partir d’une population en place ou pour réunir un peuple séparé (comme les Allemands des Sudètes dans les années 1930) – il est très rare qu’il comprenne le déplacement massif d’une autre population indigène, qui est beaucoup plus commune dans les mouvements colonialistes réussis tels qu’aux États-Unis – et peut-être une raison expliquant que la plupart des Américains ne se sentent pas concernés par ce que les Israéliens font subir aux Palestiniens, même s’ils le savaient, puisque ce n’est pas tellement différent de ce que les Européens d’Amérique du Nord ont fait aux Amérindiens ici sur une plus longue période de temps et avec une technologie peu développée.

Les implications pour les perspectives de paix au Moyen-Orient, et pour d’autres pays sous l’emprise (ou pas) de leurs lobbies juifs domestiques, donnent le frisson. Le fait que le livre du Deutéronome prenne vie dans un État doté d’un arsenal nucléaire serait suffisant pour donner à réfléchir à quiconque n’est pas soumis par l’argent ou la corruption – qui de nos jours englobe le gouvernement des États-Unis, compte tenu de l’inclination d’Israël à lancer de la boue dans le visage de l’administration Obama et compte tenu de l’inclination visible Obama à accepter cela avec le sourire, l’« Oncle Tom » de Bibi Netanyahou vient à Washington.

Feu le général Moshe Dayan, qui – sionistes ou pas – fait partie de mon propre Panthéon honorifique des héros militaires, aurait apparemment fait remarquer que la sécurité d’Israël dépend du fait qu’elle soit perçu par autrui comme un chien enragé. Il avait sans doute raison. Mais il a négligé de noter que la réponse préférée de tout le monde est de tuer ce chien enragé avant qu’il puisse décider de se déchaîner et de mordre. Il s’agit d’une option à considérer. »




The Dark Face of Jewish Nationalism
9/11 - The US Military Knows Israel Did It

By Dr Alan Sabrosky

March 19, 2010 “Redress” - -Israeli Prime Minister Binyamin Netanyahu once remarked to a Likud gathering that “Israel is not like other countries”. Oddly enough for him, that time he was telling the truth, and nowhere is that more evident than with Jewish nationalism, whether or not one pins the “Zionist” label on it.

Continue reading →




Excellent Radio show:
[AUDIO] Alan Sabrosky — Was 9/11 a Mossad operation?_on The Kevin Barrett Show
Broadcasted March 30 2010



L'AUTRE MONDE, édition du 25 mars (mp3), avec François Marginean (blog: Les nouvelles internationales) SA CHAîNE YOUTUBE: ICI
VIDEO - Le Mossad à l'origine des attentatss du 911 selon Alan Sabrosky



Voir aussi: 2009: Mossad Link Found to One of Key 9-11 Hijackers