vendredi 26 mars 2010

L'ambassadeur israélien en Grande-Bretagne expulsé pour ses liens avec les passeports forgés de citoyens britanniques





The UK is to expel an Israeli diplomat over 12 forged British passports used in the killing of Hamas leader Mahmoud al-Mabhouh in Dubai in January.

David Miliband said there were "compelling reasons" to believe Israel was responsible for the forgeries.

The foreign secretary said the misuse of British passports was "intolerable".

Israel's ambassador to London, Ron Prosor, said he was "disappointed", but Israel confirmed there would be no tit-for-tat diplomatic expulsion.

Mr Prosor said: "The relationship between Israel and the UK is of mutual importance, hence we are disappointed by the... decision."

The name of the diplomat has not been released.

Israel has previously said there is no proof it was behind the killing at a Dubai hotel.

'High-quality forgeries'

The foreign secretary said officers from Britain's Serious Organised Crime Agency (Soca) had investigated the matter of the passports.
It had concluded the passports used were copied from genuine British passports when handed over for inspection to individuals linked to Israel, either in Israel or in other countries, he said.

"Given that this was a very sophisticated operation, in which high-quality forgeries were made, the government judges it is highly likely that the forgeries were made by a state intelligence service," he said.

"We have concluded that there are compelling reasons to believe Israel was responsible for the misuse of the British passports."

The incident "represents a profound disregard for the sovereignty of the United Kingdom" he said.

He said the fact that Israel was a friend added "insult to injury".

The BBC's Middle East editor Jeremy Bowen said the expulsion sent a "very clear message" of British disapproval.

"It is a very big step for a government like the British to expel one of the diplomats belonging to one of its important allies," he said.
It is believed 12 fake British passports were used in the plot to murder Mr Mabhouh - the founder of Hamas's military wing - in his hotel room in Dubai on 19 January.

The names and details on the UK passports used by eight of the 12 suspects belonged to British-Israeli citizens living in Israel - all of whom have denied involvement in Mr Mabhouh's murder.

Their passports had been copied and new photographs inserted.
Mr Miliband said there was no evidence to suggest that any of the 12 passport holders were anything other than "wholly innocent victims of identity theft".

He said he was amending the official travel advice to Israel to make British nationals aware of the risks of their passports being misused.

He said he had met Israeli foreign minister Avigdor Lieberman in Brussels on Monday and had made clear the UK's "determination to see that this affair should never be repeated".

He handed him a letter "seeking a formal assurance... that in the future the State of Israel would never be party to the misuse of British passports in such a way".

It is not the first time British passports have been misused by Israel. In 1987 the country was caught forging UK passports for an intelligence operation, and Israel promised it would not do it again.

On that occasion, eight British passports reckoned to be for Mossad agents were found in a bag in a West German telephone booth.

A spokesman for the Palestinian Hamas group said it welcomed the decision to expel the diplomat, but wanted international efforts to track down the killers stepped up.

Dubai police have used CCTV footage to identify 27 alleged members of the team that tracked and killed Mr Mabhouh.

Passports from France, Ireland, Germany and Australia were also forged in the operation, and they too are investigating Israel's role.

Dubai officials said they were "99% certain" that agents from Mossad were behind the killing.

Following his death, Mr Mabhouh's family said doctors who had examined him determined he had died after receiving a massive electric shock to the head. They also found evidence that he had been strangled.

Blood samples sent to a French laboratory confirmed he was killed by electric shock, after which the body was sent to Syria.




2010-02-26


Alleged Australian passport Photo released by Dubai police

Mossad 'regularly' faked Australian passports


Ex-Mossad agent: Israel uses 'false flag' in most operations to avoid suspicion in Arab states.

SYDNEY - Israel's Mossad has regularly faked Australian passports for its spies, an ex-agent said on Thursday, as anger grew over the use of foreign travel documents for an alleged assassination.
Former Mossad case officer Victor Ostrovsky told ABC public radio that the spy agency had used Australian passports for previous operations before last month's assassination of a top Hamas commander in Dubai that has been blamed on Israel.
He said agents had little trouble passing themselves off as Australians as few people in the Middle East have much knowledge about the country.
"Consider the fact that Australians speak English and it's an easy cover to take, very few people know very much about Australia," he said.
"You can tell whatever stories you want. It doesn't take much of an accent to be an Australian or New Zealander, or an Englishman for that matter.
"And I know people had been under Australian cover not once (but) quite a few times. So why not use it (again)?"
Australia summoned the Israeli ambassador and warned that the countries' friendly ties were at risk after Dubai police named three Australian passport-holders in a list of new suspects in the murder of Mahmud al-Mabhuh.
Britain, Ireland, France and Germany expressed similar outrage after people holding documents from their countries were also linked to the January 20 killing in a luxury Dubai hotel.
Israel has previously dismissed claims from Ostrovsky, who is now an author and has detailed various accusations against the country in his books.
He said Mossad prefers to use "false flag" passports as Israeli papers frequently invoke suspicion in the Middle East.
"They need passports because you can't go around with an Israeli passport, not even a forged one, and get away or get involved with people from the Arab world," he said.
"So most of these (Mossad) operations are carried out on what's called false flag, which means you pretend to be of another country which is less belligerent to those countries that you're trying to recruit from."
Ostrovsky said Mossad had a "very, very expensive research department" dedicated to manufacturing the fake documents which simulates different types of paper and ink.
"If they create a passport at a top level for use of that nature... I don't think anybody will be able to find the difference," he said, adding there was no chance any of the people named as suspects were Mossad agents.
"Except for James Bond, who actually pronounces or announces his arrival at the scene by saying, 'I'm Bond, James Bond', most people who work in the intelligence field don't present themselves by their real name," he said.
The Australian newspaper said Ali Kazak, a former Palestinian representative to Australia, had warned in 2004 that a Mossad agent in Sydney had obtained 25 false Australian passports.
In March 2004, two suspected Mossad agents were arrested in New Zealand and later convicted for fraudulently trying to obtain passports from the country, prompting diplomatic sanctions.


Secrets du Mossad, par l'ex-agent du Mossad Victor Ostrovsky

Le directeur technique de Payoneer (lié à l'assassinat d'un chef du Hamas à Dubaï) camoufle le passé de son collègue dans un commando militaire israélien

Pressions grandissantes sur Israël pour qu'elle s'explique sur son rôle dans l'assassinat d'un chef du Hamas à Dubaï

Biden et Clinton avertissent Israël qu'il met les États-Unis et le monde entier en danger

Menaces sionistes visant le président et le vice-président américain

Not a Democracy? Israel 'Showed Its Real Face' in Dubai-Mossad Scandal

Mise à jour 2 mai 2010:
Un chef du Hamas abattu par l'armée israélienne

Un rapport de l'ONU accuse les organisations médicales, l'armée et les rabbins israéliens de s'adonner au trafic d'organes

UN slammed over anti-Israel document
Israeli physicians, medical centres, rabbis and the Israeli army may be involved, according to reports published in the Swedish press and criminal investigations in the U.S.

UN slammed for printing organ claims

VIDEO - Israeli Body Snatchers - Organ Harvesting

2 mai 2010:

Web site claims "Israeli physicians, rabbis and IDF may be involved.


Publié le 7-04-2010


La police israélienne a arrêté mardi une demi-douzaine d’hommes soupçonnés d’être impliqués dans un vaste trafic d’organes, dans le nord du pays. Parmi les suspects arrêtés se trouvent notamment un général de brigade (de réserve), ainsi que deux avocats, a révélé mercredi le quotidien Haaretz.

Les services de la répression des fraudes de la région nord ont conduit une vaste enquête, après avoir reçu la plainte d’une femme de 50 ans originaire de la ville de Nazareth, qui avait répondu à une publicité en langue arabe offrant 100.000 dollars pour le don d’un rein.

La vendeuse potentielle subit de premiers examens destinés à évaluer la compatibilité de son don avec les besoins d’un receveur potentiel, puis elle fut envoyée, par avion, vers un pays d’Europe orientale où se fit le prélèvement. Mais la plaignante a déclaré qu’à son retour en Israël, l’argent promis ne lui fut pas versé. La police indique avoir reçu depuis lors des plaintes similaires, indiquent les reporters du Haaretz Eli Ashkenazi et Jack Khoury.

La police ajoute que l’enquête a permis de mettre au jour un vaste réseau, « extrêmement bien organisé », de trafiquants d’organes, et de leurs intermédiaires, hommes de loi compris.

« Le réseau opère partout dans le pays et pas seulement au nord ; il recrute ses clients par des annonces dans les journaux et sur internet ; les trafiquants d’organes se débrouillent pour accéder aux informations sur les patients inscrits sur les listes d’attente pour une transplantation, et leur offrent alors leurs services », précise un responsable policier.

En moyenne, une greffe de rein est facturée 120.000 dollars (90.000 euros) au bénéficiaire. Quant aux donneurs, des personnes étant dans une situation de précarité pour la plupart, ils ne reçoivent jamais plus de 10.000 dollars. Parfois moins, parfois rien du tout.

Les donneurs doivent signer un contrat avec les trafiquants, et signer des déclarations mensongères, attestant qu’ils ont un lien familial avec le receveur, ce qui est une exigence de la réglementation des pays (Europe de l’Est, Philippines, Equateur) dans lesquels la transplantation va avoir lieu.

Ils sont ensuite renvoyés en Israël sans avoir été munis du moindre dossier médical, ce qui les met en grand danger en cas de complications post-chirurgicales, fréquentes.

La police indique enfin être intervenue en flagrant délit, car elle a réussi à intercepter des donneurs potentiels jusqu’à l’intérieur de l’aéroport international Ben Gourion, où ils s’apprêtaient à prendre l’avion.

Source Haaretz : http://www.haaretz.com/hasen/spages/1161405.html

CAPJPO-EuroPalestine


http://www.le-projet-juif.info/wp-content/uploads/2010/04/jews_image273.jpg

http://a31.idata.over-blog.com/600x1037/1/67/15/03/Humour/trafic-organes-vue.jpg



Israel rejette l'ONU comme étant "antisémite"

Israel police uncovers organ trafficking ring in north

Un officier sioniste accusé de diriger une bande de mafia qui marchande avec les organes humains

La police israélienne arrête six suspects de trafics d’organes

Trafic d’organes: Quand Shylock rencontre Fagin - The Shylock Meets The Fagins

Report: 6 detained for organ trafficking in Israel

L'Holocauste justifierait le trafic d'organes par Israël

Israël a volé des organes sur plus de 25 000 enfants ukrainiens

Article de Gilad Atzmon sur le trafic d'organes dans le folklore juif

Shylock veut sa livre de chair

Blanchiment d'argent, corruption, trafic d'organes... c'est pas bon pour l'image de la communauté!

L'informateur du FBI qui a dénoncé les rabbins "aurait dû être tué"

Article suédois sur le trafic d'organes par Israël: la Suède identifiée comme le pays le plus antisémite au monde

B'Nai B'rith Canada dénonce un article sur le trafic juif d'organes volés sur des enfants Ukrainiens


Shylock exige sa livre de chair

Torture supervisée: le gouvernement canadien remet plus de 2500 documents censurés

Transfert de détenus afghans : Le gouvernement remet des documents censurés

Détenus afghans: le gouvernement dépose 2500 pages de documents censurés
«C'est du mépris envers cette chambre, envers les élus et surtout envers les Canadiens»

Afghanistan: les États-Unis voudraient contourner la motion du Parlement canadien

Le Canada dit non aux États-Unis

Flou autour de la fin de la mission en Afghanistan‎

Plus de troupes en Afghanistan après 2011, assure Cannon

Détenus afghans: le Bloc veut une décision rapide sur les documents.

Ottawa nie avoir fermé les yeux‎

Allégations non fondées, dit Cannon‎


«Les Afghans torturent leurs femmes»
L'homme considéré comme le mentor politique de Stephen Harper, Tom Flanagan, ne s'émeut pas des allégations de torture des détenus transférés aux autorités afghanes par les soldats canadiens. Il croit que la torture est commune dans ce pays. «En Afghanistan, les maris torturent leurs femmes. C'est commun. On ne peut pas contrôler (la torture)», a dit Tom Flanagan en entrevue à La Presse.


Crimes de guerre et torture par le gouvernement canadien en Afghanistan

Les loyalistes de Bush s'attaquent à plus de 400 avocats qui ont poursuivi l'administration Bush pour crimes de guerre et torture à Guantanamo




Nouvelles révélations sur les crimes canadiens en Afghanistan


16 avril 2010

La Commission parlementaire canadienne sur la mission en Afghanistan a auditionné le Canadien Malgarai Ahmadshah, dit Pasha, le 14 avril 2010.

M. Ahmadshah, fut traducteur des forces armées canadienne à Kandahar de juin 2007 à juin 2008. Il a témoigné de ce que les militaires canadiens avaient maquillé, arrêtaient n’importe qui, et transféraient leurs prisonniers au NDS afghan pour qu’il les torture.

Malgarai Ahmadshah a admis ne pas avoir été témoin oculaire de ce qu’il rapportait, mais se fonder sur les séances d’interrogatoire au cours des quelles il officiait. Il a déclarer avoir dénoncer plusieurs fois cette situation à ses supérieurs et avoir été sanctionné en retour (sa véritable identité aurait été révélée aux insurgés de sorte qu’ils se vengent sur sa famille).

Selon M. Ahmadshah, le ministre canadien de la Défense ne pouvait ignorer ce qui se passait sur le terrain, tant ces tortures étaient systématiques et connues de tous. Le Canada ne transférait pas ces prisonniers à des tortionnaires sans savoir ce qui adviendrait, mais précisément pour que cela advienne.

Le transfert de prisonniers à des tiers en sachant qu’ils peuvent être torturés constitue un crime de guerre en vertu de la Convention de Genève.




Richard Colvin maintient son témoignage sur les tortures en Afghanistan


15 avril 2010

La Commission canadienne d’examen des plaintes contre la police militaire (CEPPM) a en définitive auditionné Richard Colvin, six heures durant, le 13 avril 2010. Le Parti conservateur a vainement multiplié les embuches pour empêcher le diplomate de sortir de la réserve exigée par son statut.

M. Colvin, qui fut 18 mois en poste à Kandahar en 2006-07, a confirmé le témoignage qu’il avait livré à la Commission parlementaire sur la mission en Afghanistan, le 5 octobre 2009. Selon lui, tous les prisonniers remis par les forces canadiennes aux autorités afghanes ont été torturées par ces dernières. Le transfert de prisonniers à des tiers en sachant qu’ils peuvent être torturés constitue un crime de guerre en vertu de la Convention de Genève.

Durant son service en Afghanistan, Richard Colvin avait adressé 17 rapports circonstanciés à sa hiérarchie à Ottawa, n’hésitant pas à distribuer jusqu’à 75 copies à des responsables divers aussi bien au ministère des Affaires étrangères qu’à celui de la Défense.

M. Colvin s’était précédemment illustré lors de sa mission à Ramallah après la mort du président Yasser Arafat en alertant sa hiérarchie sur les circonstances de l’empoisonnement et l’évolution interne du Fatah. Il est aujourd’hui Premier secrétaire de l’ambassade du Canada à Washington et officier de liaison pour le Renseignement.

La Commission a également eu connaissance des rapports d’un autre diplomate canadien Chris Alexander, quant à lui détaché auprès de l’ONU. Selon ce haut responsable, l’ancien gouverneur de Kandahar, Asadullah Khalil, aurait commandité l’assassinat de cinq employés des Nations Unies et disposerait d’une prison cachée sous sa résidence privée. Toujours selon M. Alexander, la plupart des attentats commis contre des étrangers ne seraient pas le fait des insurgés, mais des narco-trafiquants liés au gouvernement afghan, qui ont intérêt à prolonger l’insécurité.



Torture de détenus afghans: une enquête publique est le seul moyen de réagir aux preuves de plus en plus nombreuses de dissimulation

The Guergis and Afghan message: Loose lips still sink ships

Dure journée pour le gouvernement Harper

Suicides dans l'armée canadienne: plus meurtriers que les combats

Plus de soldats tués au pays qu'au combat

Mission en Afghanistan: 178 millions en médicaments

Torture: Peter MacKay réfute les propos d'un interprète

Détenus afghans torturés: Colvin en remet

Détenus afghans - Colvin persiste et signe dans le moindre détail

Afghanistan: tortures de mineurs détenus

Torture en Afghanistan: il ne revient pas à la police militaire d'enquêter, dit un officier L'Etat-major de la Défense s'est penché sur les allégations de mauvais traitements...

Détenus afghans torturés: Colvin en remet

Détenus afghans: le gouverneur de Kandahar montré du doigt

Les civils canadiens quitteront-ils Kandahar en même temps que les troupes?

Accès à l'information: le Canada de moins en moins transparent

Le Canada en Afghanistan: De nouvelles allégations explosives Arrestations sommaires, transferts d'innocents aux autorités afghanes, tentative de camouflage...

Afghanistan : un 142e soldat canadien tué

Accès à l'information - Un F pour le gouvernement Harper

VIDEO -06 - Afghanistan - De nouvelles victimes innocentes dans une nouvelle bavure
VIDEO -07 - Afghanistan - Le pantin Hamid Karzai prêt à couper les fils qui le relient aux USA
VIDEO -08 - Afghanistan - Obama et la CIA entre mensonges et manipulations
VIDEO -05 - Afghanistan - Retrait des troupes canadiennes
VIDEO -04 - Afghanistan - La Russie victime du trafic
VIDEO -08 - Afghanistan - Indémnisation des victimes collatérales - Les 2500 dollars de la honte

A U.S. marine walks through a poppy field during a patrol in Helmand province yesterday.
A U.S. marine walks through a poppy field during a patrol in Helmand province yesterday.
Photograph by: ASMAA WAGUIH, REUTERS, Canwest News Service
25000 hired guns in Afghanistan Prolific use of private security personnel is raising questions about lack of accountability and criminal activities


Afghanistan: après l'opium, le haschisch

Project Humanbeingsfirst.org
Wed, 07 Apr 2010 13:33 EDT
Zahir Ebrahim
machiavelli
Machiavelli

Once the hectoring hegemons have created a core-lie and got people to believe or accept it, namely, that 'war on terror' is real and "our war", then many truths within the core-lie can be fabricated, and also are created due to their own natural dynamics with proper black-ops channeling to mobilize insurgency and then officially fighting it as "counter-insurgency". A cook-book recipe for fabricating "revolutionary times", for indeed, "what is inconceivable in normal times is possible in revolutionary times"! A self-sustaining system dynamics comes into existence which is closely managed and continually harvested to sustain "imperial mobilization"

These dynamics are the puppetshows of harvest that Rafia Zakaria is commenting on in her DAWN article of April 07, 2010: "Reinventing the Taliban", while she is strategically silent on the core lie itself: (Comments) Read More...




La Judée déclare la guerre à Obama






par Gilad Atzmonhttp://1.bp.blogspot.com/_Cx5YSp-ghS8/SU_CqUW6z5I/AAAAAAAAA4g/6CZU2jRaDTo/s400/judea_declares_war_on_germany.jpg
La semaine dernière, nous avons vu des informations, dans la presse, au sujet de l’offensive de l’Aipac contre le Président Obama. Il a été rapporté que le lobby juif américain avait ôté ses gants de velours. Ouvertement, l’Aipac avait décidé d’augmenter sa pression sur les dirigeants américains et, en particulier sur le Président Obama.

« Les déclarations récentes de l’administration Obama au sujet des relations américano-israéliennes est un sujet de grave préoccupation », a indiqué l’Aipac dans sa déclaration. La réaction de l’Aipac faisait suite à un week-end de récriminations et de demandes américaines, à la suite des annonces provocatrices d’Israël selon lesquelles il avait donné son approbation préalable à la construction de 1 600 appartements supplémentaires destinés à des colons juifs dans un quartier palestinien de l’Est de la ville de Jérusalem occupée.

Contrairement au Président Obama, qui semble apporter la priorité à des questions telles que son projet de loi sur la sécurité sociale et à la relance de l’économie des Etats-Unis, l’Aipac affirme savoir quels sont les « véritables » intérêts de l’Amérique et la manière dont ces intérêts doivent être poursuivis. « L’administration devrait faire un effort conscient et se garder de toutes exigences formulées publiquement et de tout ultimatum unilatéral visant Israël, avec lequel les Etats-Unis partagent des intérêts essentiels, fondamentaux et stratégiques ». L’Aipac a suggéré par ailleurs que les dirigeants américains devraient se focaliser sur une éventuelle confrontation avec l’Iran. « L’escalade verbale des derniers jours ne peuvent que nous détourner du travail substantiel qui doit être fait en ce qui concerne l’urgente question de la recherche rapide, par l’Iran, d’armes nucléaires ».

Certes, l’on sait que les lobbies juifs n’y vont jamais avec le dos de la cuillère lorsqu’il est question de faire pression sur des Etats, des dirigeants mondiaux et même des superpuissances. Le comportement de l’Aipac, pas plus tôt que la semaine dernière, m’a rappelé la déclaration de guerre des juifs contre l’Allemagne nazie, en 1933.

Peu de gens savent qu’en mars 1933, c’est-à-dire bien avant qu’Hitler ne soit devenu le chef incontesté de l’Allemagne et n’ait entrepris de restreindre les droits des juifs allemands, le Congrès juif américain annonça l’organisation d’une manifestation de protestation massive dans les jardins de Madison Square, appelant à un boycott américain des produits allemands.

Il est évident que je pense qu’Obama n’a rien de commun avec Hitler ! Il n’y a vraiment pas grand-chose de commun entre les deux leaders, en termes de philosophie, d’attitude vis-à-vis de l’humanisme ou de vision de la paix mondiale [1]. Toutefois, il est difficile de fermer les yeux sur les similarités entre le comportement de l’Aipac, la semaine passée, et la conduite qui fut celle du Jewish American Congress en 1933.

Le 24 mars 1933, le Daily Express (de Londres) a publié un article annonçant que les juifs avaient d’ores et déjà lancé leur boycott contre l’Allemagne et qu’ils brandissaient la menace d’une « guerre sainte » à venir sous peu. Ce quotidien à grand tirage exhortait les juifs, partout dans le monde, à boycotter les produits allemands et à manifester activement contre les intérêts économiques de l’Allemagne.

The Express indiquait que l’Allemagne était « désormais confrontée à un boycott mondial de son commerce, de ses services financiers et de son industrie… à Londres, à New York, à Paris et à Varsovie, les hommes d’affaires juifs sont unis et prêts à mener ensemble la Croisade économique contre l’Allemagne ».

Les sources juives ont tendance à en faire des tonnes au sujet du fait que la décision prise par Hitler le 28 mars 1933 ordonnant un boycott contre les commerces et les produits juifs était une escalade en riposte directe à la déclaration de guerre des dirigeants juifs mondiaux contre l’Allemagne. De fait, la seule enclave juive qui reconnaît l’ordre historique exact des événements ayant conduit à la destruction des juifs d’Europe est la secte juive orthodoxe antisioniste connue sous le nom de juifs de la Torah. J’imagine qu’au cas où, de manière similaire, les choses se gâteraient entre l’Amérique et ses lobbies juifs, les idéologues tribaux juifs seraient les premiers à oublier (volontairement) que c’est bien l’establishment juif américain qui aura travaillé d’arrache-pied à nourrir cette inévitable animosité.

Si vous vous demandez pour quelle raison les politiciens juifs répètent exactement les mêmes erreurs encore et toujours, la réponse est très simple. Les juifs ne connaissent pas leur histoire juive, pour la bonne et simple raison que l’histoire juive n’existe pas !

C’est comme ça : l’histoire juive est faite de bric et de broc, de fables ficelées à la va-vite ensemble afin de donner une image fallacieuse de narratif victorieux. L’histoire juive est une collection de points aveugles, reliés entre eux par des mythes, des fantaisies et des mensonges, afin de présenter l’illusion d’un narratif cohérent du passé et une vague apparence de chronologie. L’universitaire israélien Shlomo Sand nous a appris que les sionistes, ainsi, dans une certaine mesure, que leurs rivaux, les Bundists, n’étaient pas particulièrement timides lorsqu’il s’agissait d’ « inventer » l’histoire de leur (soi-disant) nation juive.

C’est même encore plus grave : il n’est pas jusqu’à l’holocauste, qui aurait pu être un coin illuminateur majeur dans le rayonnement juif, a été transformé en un chapitre sclérosé qui ne fait que pérenniser la cécité. En tant que vision du passé, il a pour fonction de cacher et de déguiser, et non de révéler et d’informer. Dans un livre d’histoire juive, vous ne trouverez rien au sujet de la « déclaration de guerre de la Judée contre l’Allemagne nazie ». Dans les textes historiques juifs, le compteur de la chronologie n’est jamais déclenché avant que la souffrance juive ait commencé. L’histoire juive se transcende elle-même, par-delà la notion de causalité. Elle veut nous persuader du fait que la persécution contre les juifs naît de nulle part.

Les textes historiques juifs éludent les questions incontournables telles que les raisons pour lesquelles l’hostilité se développe une fois après l’autre et celles pour lesquelles les juifs se font des ennemis aussi nombreux avec une telle facilité ?

Manifestement, les dirigeants de l’Aipac sont en train de réitérer les graves erreurs de leurs prédécesseurs du Congrès juif américain. Ils n’apprennent rien de leur histoire, car il n’existe pas le moindre texte historique juif duquel on puisse retenir quelque chose. En lieu et place de texte historique, les juifs ont l’Holocauste, qui est un événement ayant mûri pour finir par donner une nouvelle religion (ce qui est une tout autre chose).

De toute évidence, la religion holocaustique est judéo-centrique jusqu’à la moelle. Elle définit la Raison d’être juive. Pour les juifs, elle signifie une impuissance innocente totale de la diaspora, et elle considère que le Goy est un assassin « irrationnel » en puissance. La nouvelle religion juive prêche la vengeance. Elle va jusqu’à instituer un nouveau Dieu juif. Au lieu de l’ancestral Yehova, le nouveau Dieu juif est « le juif » lui-même : cet être courageux et futé, celui qui a survécu au génocide ultime, au plus sinistre des génocides, celui qui a ressurgi des cendres et qui est allé vaillamment de l’avant, vers un nouveau commencement…

Jusqu’à un certain point, la religion holocaustique signale l’abandon du monothéisme par le judaïsme, puisqu’aussi bien chaque être juif est un petit Dieu ou une petite Déesse en puissance. Ainsi, Gilad Shalit est le Dieu ‘innocence’, Abe Foxman est le Dieu antisémitisme, Madoff est le Dieu de l’entourloupe financière, Greenspan est le Dieu de la « bonne économie ». Lord Goldsmith est le Dieu du ‘feu vert’, Lord Levy est le Dieu du recueil de fonds, Wolfowitz est le Dieu du nouvel expansionnisme américain et l’Aipac et l’Olympe américain où les êtres humains américains élus viennent demander la pitié et le pardon pour le fait d’être Goyim et d’oser, à de rares occasions, dire la vérité sur Israël.

La religion holocaustique est le stade ultime dans la dialectique juive ; c’est la fin de l’histoire juive, car c’est la forme la plus profonde et la plus sincère de l’ «auto-admiration ». Au lieu d’inventer un Dieu abstrait préférant les juifs pour en faire son peuple élu, dans la religion holocaustique, les juifs saucissonnent la moelle divine. Le juif, tout simplement, s’élit lui-même. C’est la raison pour laquelle l’identité politique juive ne saurait être assujettie à des occurrences humainement contingentes. Le nouveau Dieu juif, entendre par là « le juif », ne fait que réécrire les fables au service de la tribu, dès que le besoin s’en fait sentir. Cela peut expliquer pourquoi la religion holocaustique est protégée par les lois, alors que n’importe quel autre chapitre et n’importe quelle autre narration de l’histoire peuvent être débattus ouvertement par les historiens, les intellectuels et tout un chacun.

On l’aura deviné : avec une telle vision du monde intensément autocentrée, il n’y a plus beaucoup d’espace pour l’humanité, pour la grâce ou pour l’universalisme. Personne ne sait, en vérité, si les juifs pourront un jour guérir de leur nouvelle religion. Mais il est crucial que tout humaniste résiste de toutes ses forces à la religion holocaustique, qui ne peut que répandre le malheur, la mort et le carnage.

[1] Contrairement au Président Obama, qui a repoussé son voyage en Extrême-Orient uniquement afin de pouvoir rencontrer le Premier ministre israélien et qui a envoyé sa Secrétaire d’Etat calmer ses détracteurs juifs en leur promettant davantage de confrontation avec l’Iran, Hitler, lui, avait réagi avec fureur (sans jeu de mots !) contre la pression juive.
Traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

Source et traduction : Marcel Charbonnier
http://www.gilad.co.uk/writings/judea-declares-war-on-obama-by-gilad-atzmon.html

Lien de l'article: http://www.palestine-solidarite.org/analyses.Gilad_Atzmon.250310.htm



3/26/2010

Judea declares War on Obama by Gilad Atzmon — With Dr. Duke’s Commentary!

Author
Judea declares War on Obama

Pre-commentary by David Duke In another brilliant article by Gilad Atzmon, he exposes the underlying currents of Jewish extremism. The fact that he would expose the Jewish world declaration of war against Germany, even before any German actions against Jews, is something that hardly any Gentile public figure would dare do. Just that one headline explains so much as to why we had the horrible war that killed over 60 million Europeans and left our civilization in the hands of the Jewish supremacists.
As for Obama, there is definitely a lot of Jewish anger right now against Obama for simply having the Vice-President and the Secretary of State voice disapproval of the massive Israeli betrayal of American interests by authorizing a huge Jewish land grab in East Jerusalem. Of course, Jews have destroyed other Presidents as well for even the slightest criticism of Israel. The speeches at AIPAC by Democratic leaders show clearly though, that Obama and Clinton are fully prostrate at the feet of the Jewish extremists. For if they were really free and independent, they would announce to Israel that since Israel is harming America’s interests and policies, that if Israel does not cease all new land grabs of Palestinian land, America will cut off the billions of taxpayer’s dollars that Israel gets. But, don’t hold your breath! That won’t happen just as Obama wouldn’t even say a word as Israel massacred hundreds of Palestinians in Gaza. True tyrants don’t tolerate one iota of criticism. The truth is that Obama has been their boy for a long time. Jewish extremists Axelrod and Emanuel are at his left ear and right ear. Now that Obama has made this gaff, you can be sure he will work overtime to support Israel in a thousand ways behind the scenes in order to placate the wrath of the Zionists. This article is such a good exposition of true Jewish extremism, read it a learn a lot from this incredibly honest and courageous Jew–Gilad Atzmon. --dd
Last week we read about AIPAC’s assault against President Obama. It was reported that the Jewish Lobby in America took its gloves off. In the open, AIPAC decided to mount pressure on the American leadership and President Obama in particular.
“The Obama administration’s recent statements regarding the U.S. relationship with Israel is a matter of serious concern,” AIPAC said in its statement. AIPAC’s reaction came after a weekend of U.S. recriminations and demands, following Israel’s provocative announcement that it had given preliminary approval for the construction of 1,600 more apartments for Jewish settlers in a Palestinian neighborhood of eastern occupied Jerusalem. Unlike President Obama, who seems to be prioritizing issues like the health care reform bill and United States economic recovery, AIPAC claims to know what America’s ‘real’ interests are and how to achieve them. “The administration should make a conscious effort to move away from public demands and unilateral deadlines directed at Israel, with whom the United States shares basic, fundamental, and strategic interests”. AIPAC also suggested that the American leadership should concentrate on a confrontation with Iran. “The escalated rhetoric of recent days only serves as a distraction from the substantive work that needs to be done with regard to the urgent issue of Iran’s rapid pursuit of nuclear weapons”.
Jewish lobbies certainly do not hold back when it comes to pressuring states, world leaders and even super powers. AIPAC’s behavior last week reminded me of the Jewish declaration of war against Nazi Germany in 1933.
Not many people are aware that in March 1933, long before Hitler became the undisputed leader of Germany and began restricting the rights of German Jews, the American Jewish Congress announced a massive protest at Madison Square Gardens and called for an American boycott of German goods.
I obviously do not think that Obama has anything in common with Hitler. There is not much the two leaders share in terms of their philosophy, their attitude to humanism or their view of world peace.(1) However, it is hard to turn a blind eye to the similarity between AIPAC’s behaviour last week and the Jewish American Congress’ conduct in 1933.
On March 24, 1933, The Daily Express (London) published an article announcing that the Jews had already launched their boycott against Germany and threatened a forthcoming “holy war”. The Express urged Jews everywhere to boycott German goods and demonstrate actively against German economic interests.
The Express said that Germany was “now confronted with an international boycott of its trade, its finances, and its industry….in London, New York, Paris and Warsaw, Jewish businessmen are united to go on an economic crusade.”
Jewish texts tend to glaze over the fact that Hitler’s March 28 1933, ordering a boycott against Jewish stores and goods, was an escalation in direct response to the declaration of war on Germany by the worldwide Jewish leadership. In fact the only Jewish enclave that is willing to admit the historical order of events that led to the destruction of European Jewry, is the anti Zionist Jewish Orthodox sect known as the Torah Jews. I assume that, similarly, once things turn sour between America and its Jewish lobbies, Jewish tribal ideologists will be the first to forget that it was the Jewish American establishment that worked so hard to nourish the inevitable animosity.
If you wonder why Jewish politicians repeat exactly the same mistakes time after time, the answer is easy. Jews do not know their Jewish history for there is no Jewish history.
As it happens, Jewish history is a set of fables tied clumsily together to portray a false image of a victorious narrative. Jewish history is a set of blind spots bundled together by myth, fantasies and lies, in order to present the illusion of a coherent past narrative and a vague semblance of chronology. Israeli professor Shlomo Sand taught us that the Zionists, and to a certain extent their Bundist rivals, were far from being shy of “inventing” the history of their Jewish nationhood. But it goes further, even the holocaust, which could be a major illuminating corner in Jewish reflection, was transformed into a rigid chapter that perpetuated blindness. As a vision of the past, it is there to hide and to disguise, rather than to reveal and inform. In a Jewish history book, you won’t read about ‘Judea’s declaration of war against Nazi Germany’. In Jewish history texts chronology always launches when Jewish suffering begins. Jewish history transcends itself beyond the notion of causality. It persuades us that persecution of Jews occurs out of nowhere. The Jewish historical text avoids the necessary questions as to why hostility evolves time after time, why do Jews buy so many enemies and so easily?
AIPAC leaders are clearly repeating the grave mistakes of their forebearers: the American Jewish Congress. They do not learn from their history, for there is not a single Jewish history text to learn from. Instead of a history text, Jews have the Holocaust, an event that matured into a religion.
The holocaust religion is obviously Judeo-centric to the bone. It defines the Jewish Raison d’être. For the Jews it signifies a total fatigue of the Diaspora, it regards the Goy as a potential ‘irrational’ murderer. The new Jewish religion preaches revenge. It even establishes a new Jewish God. Instead of old Yehova, the new Jewish God is ‘the Jew’ himself: the brave and witty being, the one who survived the ultimate and most sinister genocide, the one who came out of the ashes and stepped forward into a new beginning.
To a certain extent the Holocaust religion signals the Jewish departure from monotheism, for every Jew is a potential little God or Goddess. Gilad Shalit is the God ‘innocence’, Abe Foxman is the God anti Semitism, Maddof is the God of swindling, Greenspan is the God of ‘good economy’, Lord Goldsmith is the God of the ‘green light’, Lord Levy is the God of fundraising, Wolfowitz is the God of new American expansionism and AIPAC is the American Olympus where American elected human beings come to ask for mercy and forgiveness for being Goyim and for daring to occasionally tell the truth about Israel.
The holocaust religion is the conclusive stage in the Jewish dialectic; it is the end of Jewish history for it is the deepest and most sincere form of ‘self love’. Rather than inventing an abstract God who prefers the Jews to be the chosen people, in the holocaust religion the Jews cut out the divine middle substance. The Jew just chooses oneself. This is why Jewish identity politics transcends itself beyond the notion of history. God is the master of ceremony. And the new Jewish God cannot be subject to humanly contingent occurrences. The new Jewish God, i.e. ‘the Jew’, just re-writes fables that serve the tribe at any given time. This may explain why the Holocaust religion is protected by laws, while every other historical chapter and narrative is debated openly by historians, intellectuals and ordinary people
As one may guess, with such a self-centered intensive world-view, not much room is left for humanity, grace or universalism. It is far from being clear whether Jews can collectively recover from their new religion. However, it is crucial that every humanist stands up against the holocaust religion that can only spread misery, death and carnage.
(1) Unlike President Obama who postponed his Far East trip just to meet Israeli PM and sent his Secretary of State to appease his Jewish opponents promising more confrontation with Iran, Hitler actually reacted furiously to Jewish pressure.




Obama face à Israël

La rencontre entre Obama et Netanyahou est un « désastre »
Info Palestine, 26 mars 2010
par Serge Dumont
L’incompréhension entre Washington et Tel-Aviv suscite un profond malaise dans la classe politique israélienne.

« Une catastrophe », « un désastre », un « camouflet ». Les éditorialistes de la presse israélienne ne mâchent pas leurs mots pour qualifier la rencontre de mercredi soir entre Benyamin Netanyahou et Barack Obama. Car le président américain a exigé que le premier ministre de l’Etat hébreu s’engage par écrit à interrompre définitivement les constructions dans les colonies de Cisjordanie ainsi que dans les « nouveaux quartiers » de Jérusalem-Est (la partie arabe de la ville). En outre, il a souhaité qu’Israël entame rapidement des négociations de paix avec l’Autorité palestinienne (AP) et que celles-ci ne durent pas plus de deux ans. Mais il a essuyé un refus, qui manifestement approfondit la crise entre les deux pays. Read the rest of this entry »

La Judée déclare la guerre à l'Allemagne

American Free Press PODCAST SERIES: AN INTERVIEW WITH GILAD ATZMON (angl.)Foxman: US shift in Israel policy "deeply distressing"

Hating Obama as a new form of religion

Round 2: Lauder vs. Obama
Jewish leader, Bibi's close associate Ron Lauder again publicly criticizes US president



jeudi 25 mars 2010

L'armée américaine sait que le 11 septembre était une opération d'Israël

Dr Alan Sabrosky : Les militaires US savent qu'Israël est responsable du 11 septembre

En entrevue, le Dr Alan Sabrosky, ancien directeur des études du US Army War College, a identifié le vrai responsable et bénéficiaire du 11 septembre : Israël.


Écouter l'entrevue complète ici. Lire la retranscription française de l'entrevue du début à la fin ici.

Cette vidéo sous-titrée en français en contient l'essentiel :

[Voir ici la V.O.A. de cette vidéo, sur la chaîne Youtube de exposedeceivers]

RETRANSCRIPTION DE L'ENTRETIEN:
Phil Tourney (survivant du USS Liberty) : [...] Mark, je ne pense pas que tu aies lu au début de l’émission les références du docteur. Je souhaiterais que tu le fasses, parce que ça signifie beaucoup, et cela signifie beaucoup pour moi de les entendre.

Mark Glenn : Absolument, et je vais le faire dès maintenant car je suis sur le point d’entamer la lecture de cet excellent article.


Alan Sabrosky (Ph.D, Université du Michigan) est un Américain qui a oeuvré pendant dix ans dans le corps des Marines et est un ancien diplômé de l’US Army War College.


Maintenant, non seulement cela - Dr. Sabrosky me corrigera si je me trompe ici - non seulement vous êtes diplômé de l’US Army War College, mais vous y étiez le directeur des études pendant un certain temps - est-ce exact ?


AS : C’est exact. Pendant cinq ans et demi.


MG : Cinq ans et demi comme directeur d’études à l’US Army War College. Vous savez, de tous les titres que j’aimerais avoir à la suite de mon nom, Dr Sabrosky, celui de directeur des études au US Army War College serait certainement l’un d’entre eux.


AS : Merci beaucoup, j’apprécie.[...]


MG: [...] Quand on regarde les deux guerres dans lesquelles les États-Unis se retrouvent, et sur le seuil d’au moins deux autres, et tout cela au profit d’un certain pays étranger assis sur la rive orientale de la mer Méditerranée - ils ont eu un franc succès à mettre tout cela en place et je pense que l’une des principales composantes de cela est le fait que très peu de gens comprennent réellement la nature du problème - et je pense que votre article révèle essentiellement le problème, qui est que lorsque vous avez des gens qui essaient de dire qu’ils sont fidèles aux États-Unis et, en même temps, fidèles à un gouvernement étranger, c’est un mensonge.


AS : Ça l’est, et c’est plus que cela, Mark. Ce que nous devons proclamer bien haut, c’est que non seulement ils ont attaqué le USS Liberty, ils ont fait le 11 septembre. Ils l’ont fait.


J’ai eu de longues conversations au cours des deux dernières semaines avec des contacts à l’Army War College, au Quartier Général du corps de la Marine, et j’ai dit très clairement dans les deux cas qu’il est à 100% certain que le 11 septembre était une opération du Mossad [services secrets israéliens]. Point final.


Vous savez, Phil, je ne dénigre pas ce qui est arrivé au USS Liberty, pas le moins du monde - vous comprenez cela - mais pour la plupart des Américains ce qui est arrivé au USS Liberty, ou au Vietnam, c’est de l’histoire ancienne. Maintenant, c’est de l’histoire ancienne. Vous savez, ils peuvent être préoccupés à ce sujet, mais ils ne vont pas se mettre en colère à propos de cela.


Le 11 septembre a directement causé plus de 60 000 Américains morts et blessés, Dieu sait combien de centaines de milliers de personnes dans d’autres pays nous avons tués ou blessés ou rendus sans-abri, et c’est une plaie actuelle. Ce n’est pas votre blessure du USS Liberty, ce n’est pas ma blessure du Vietnam. Nous en avons tous les deux, chacun de nous s’en préoccupe. Mais c’est une plaie ouverte. Et ce que les Américains ont besoin de comprendre, c’est que c’est eux qui l’ont fait. Ils l’ont fait. Et s’ils comprennent cela, Israël va disparaître. Israël va tout simplement disparaître de cette Terre.


J’ai envoyé un film à l’un de mes collègues et cela montrait essentiellement des Américains endeuillés alors que leurs morts sont rapatriés. Et j’ai montré l’un d’eux : c’était une femme, complètement déchirée par le deuil en train de pleurer son soldat mort. Et j’ai dit, vous le savez, si jamais les Américains savent qu’Israël a fait cela, ils vont les rayer de la surface de la Terre, et ils n’auront rien à foutre - pardonnez mon langage - de ce que cela va coûter. Ils ne s’en feront pas. Ils vont le faire. Et ils le devraient. Et ils le devraient.


PT : Alan, votre article, et votre cœur, et votre témoignage et ce en quoi vous croyez, est déchirant pour moi. C’est comme nos pères fondateurs, et leurs ombres, qui parlent et qui disent : "Nous devons résoudre ce problème, nous devons le faire à notre manière, et nous devons le faire maintenant, ou nous allons sombrer."


AS : Exactement. Absolument, Phil. Je suis entièrement d’accord.


TP : Votre article doit être expédié à la Bibliothèque du Congrès immédiatement.


AS : Eh bien, je peux vous dire qu’il est lu par certaines personnes au Quartier Général du corps des Marines et à l’Army War College. Je leur ai envoyé la semaine dernière et j’ai eu de longues discussions avec les gens là-haut, et il y a certaines personnes très, très mécontentes.


MG : Que disent-ils, si vous pouvez parler de cela, Dr Sabrosky ? Vous savez, je suis curieux…


AS : L’étonnement. La première chose, Mark, c’est l’étonnement. Ils ne savaient pas. Ils ne savaient vraiment pas. Et ce ne sont pas des gens stupides. Ils ne savaient vraiment pas.


Et la réaction suivante est la rage. Une véritable rage. Et les sionistes jouent ceci comme un pari "tout ou rien", parce que s’ils perdent celui-ci, si le peuple américain réalise ce qui s’est passé, ils sont finis.[...]


Vous savez, j’ai un grand-parent qui est juif.[...]


Ce n’est pas seulement une question d’être exposés aux yeux de tous. Si jamais les Américains comprennent vraiment cela, ils sont de l’histoire ancienne. Ce sera une guerre sanglante et brutale - et ils disparaîtront. Je veux dire, ça ne sera même pas un match serré. Et ça ils le savent. Ce qu’ils comprennent, je crois, aussi, c’est que leur influence est sur les nominations politiques. Leur effet de levier n’est pas au niveau des services en uniforme [militaire].

Si vous consultez l’Army Times, le Navy Times, ou n’importe lequel des journaux de n’importe quel service, vous avez une vision très différente de celle que l’on a lorsqu’on regarde le Congrès et la Maison Blanche. Et l’armée n’a pas été achetée. L’armée est fidèle mais elle n’a pas été achetée. Et si jamais elle comprend cela - qu’elle le comprend vraiment, vraiment profondément - et c’est ce que j’ai constaté lorsque j’ai remis certaines de ces informations à l’Army War College et au Quartier Général du Corps des Marines - et j’ai mentionné à l’un de mes contacts au Quartier Général du Corps des Marines, j’ai dit : "Tu sais, ils ont fait le 11 septembre ...," et il a répondu : "Vous n’y pensez pas? " J’ai dit : "Absolument".

Et si jamais ils comprennent cela, ces gens là sont de l’histoire ancienne.


MG : Eh bien, maintenant laissez-moi vous demander quelque chose, docteur, et évidemment je comprends que nous avons besoin de protéger les noms des innocents ici...


AS : Il n’y a pas innocents ! [Rires]


PT : Je suis d’accord.


MG : Je voudrais en savoir un peu plus à ce sujet. Je veux dire, ces conversations que vous avez avec vos collègues qui sont encore en service en uniforme... Quelle est leur réaction lorsque vous leur dites de telles choses ?


AS : La première est l’incrédulité, et ce que je leur montre immédiatement après, c’est une entrevue avec un expert en démolition danois nommé Danny Jowenko, et ça montre le troisième bâtiment du World Trade Center en train de tomber - le WTC 7. Et ils regardent ça, et je leur ai dit : « Maintenant, vous comprenez que si l’un des bâtiments a été câblé pour être démoli, ils ont tous été câblés pour être démolis." Et c’est tout. C’est le point de bascule.


Je veux dire, entrer dans les arguments au sujet de qui était aux commandes de quel avion, et où ils étaient, et s’il y avait de la nano-thermite - ces choses sont vraies, mais elles sont accidentelles. La chose qui est nécessaire est de dire aux gens : trois bâtiments sont tombés ; le troisième n’a pas été touché par un avion, il a été câblé pour une démolition contrôlée, par conséquent, tous ont été câblés pour une démolition contrôlée. Et à partir de cet instant, la réaction est la rage. L’incrédulité d’abord et puis ensuite la rage.


MG : Eh bien, je dois vous dire, que je trouve cela très encourageant, car sur la base des conversations superficielles que j’ai eu avec certains militaires - et je fais très attention à ce que je dis parce qu’on ne sait jamais dans quoi on s'engage lorsqu’on entame une discussion de ce type avec l’un d’entre eux – en me fiant à ces conversations rapides que j’ai eues avec certains d’entre eux, ils n’ont aucune idée et ne veulent pas en entendre parler. Ils sont fidèles au drapeau qui est sur l’écusson de leur manche gauche, et l’idée que le gouvernement puisse être impliqué d’une manière ou d’une autre dans toutes sortes de hauts crimes et de trahisons contre les États-Unis et le peuple américain est impensable pour eux, ainsi je suis heureux d’entendre qu’il reste encore quelque matière grise et quelque patriotisme - au moins dans les milieux auxquels vous avez accès, Dr Sabrosky.


AS : Eh bien, ce n’est pas qu’ils ne veulent pas l’entendre, c’est qu’ils ne le savent pas. Ce que j’ai fait quand je l’ai présenté à ces gens et que je leur ai dit, "Examinez seulement ce point-là - il suffit de regarder cette image. Je ne vais pas vous donner d’arguments - il suffit de regarder." Et ils regardent le film et, sans exception, ils reviennent en disant : "Ils l’ont fait, n’est-ce pas." Je leur ai dit, "Ouais - ils l’ont fait." [...]

Source (ang.): TheInfoUnderground



-----------------

2e partie: le film


Les preuves qu'Israël est derrière les attentats du 11 septembre

mercredi 21 avril 2010

(Source : The Truth will set you Free, trad. Jsf)


Les interviews du Dr. Alan Sabrosky, ces dernières semaines, m’ont aidé et inspiré à réaliser une vidéo de deux heures sur les attentats du 11 septembre. Les nouveaux arrivants auront ainsi accès aux dernières informations, et les spécialistes y trouveront des éléments intéressants.


La vidéo ["Proof Israel Did 911"] se compose de 13 parties sur YouTube, et la playlist est disponible ici. Mais vous trouverez aussi le fichier de deux heures (269MB) disponible au téléchargement sur Megaupload.


Première partie:

[Voir les parties 2 et suivantes ici en playlist-automatique]


[Note: Cet extrait audio en anglais, traduit en français au bas de la page, contient l’essentiel du propos du Dr Sabrosky]


Les preuves impliquant Israël dans cette vidéo sont accompagnées par le Dr. Alan Sabrosky en audio, lors d’interviews par Kevin Barrett, Mark Glenn / Phil Tourney, Daryl Bradford Smith / Ognir, et de discussions dans l’émission de Mike Piper. Le Dr. Sabrosky, PhD, un ancien directeur d’études du Strategic Studies Institute au U.S. Army War College, a récemment affirmé, "... il est à 100 % certain que le 11 septembre était une opération du Mossad. Point final."


L’audio contient aussi Ben Freedman exposant la trahison sioniste et le bellicisme depuis la seconde Guerre Mondiale, et l’expert en démolition Danny Jowenko à propos de la démolition contrôlée du WTC7. Ces deux heures de vidéo ne peuvent inclure qu’une petite partie des montagnes de preuves réfutant la théorie du complot officielle absurde selon laquelle "les musulmans sont derrière le 11 septembre", et également une petite partie des faits prouvant la culpabilité d’Israël dans le complot.


La partie 13 contient quelques exemples supplémentaires des absurdités de la théorie du complot officielle du 11 septembre, ajoutées après la réalisation du fichier de deux heures.


Pour plus d’informations, et pour retrouver les articles de presse et sites internet sur lesquels la vidéo se base, allez à :

http://www.takeourworldback.com/itwasntmuslims_fr.htm

http://www.takeourworldback.com/fr/911realitydeniers_fr.htm


Dr. Sabrosky fut l’invité d’une émission de Kevin Barrett le 30 mars 2010, disponible à :

http://noliesradio.org/archives/14342


L’émission The Ugly Truth de Mark Glenn et Phil Tourney, du 15 mars 2010, avec la présence du Dr. Sabrosky, discutant d’un de ses articles, "La Face Obscure du Nationalisme Juif", est disponible ici:

http://theuglytruth.podbean.com/2010/03/14/the-ugly-truth-podcast-march-15-2010/

@ 20min24sec: “What we need to stand up and say is that not only did they attack the USS Liberty, they did 911, they did it”.
@ 20 min34sec
: “I have had long conversations over the past two weeks with contacts at the Army War College, at the Headquarters Marine Corps and I made it absolute clear in both cases that …”
@ 20min48sec
: “it is 100% certain that 911 was a Mossad operation, period”.


L’audio du TFC / TiU du 29 mars 2010, avec la présence du Dr. Sabrosky invité de Daryl Bradford Smith et Ognir est disponible à :

http://theinfounderground.com/forum/viewtopic.php ?f=35&t=10515

http://iamthewitness.com/audio/Dr.Alan.Sobrosky/TiU.TFC.SMITH.OGNIR.Dr.Alan.Sabrosky.29-03-2010.mp3


Les archives de l’émission de Mike Piper (l’extrait est celui du 19 mars 2010), et d’autres invités de RBN, sont disponibles gratuitement pendant 24h à : http://republicbroadcasting.org/ ?p=960




12 mars 2010
par le Dr Alan Sabrosky

Le visage sombre du nationalisme juif

« Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a dit un jour à une réunion du Likoud qu’ « Israël n’est pas comme les autres pays. » Curieusement pour lui, cette fois là il disait la vérité, et ça n’est nulle part plus évident que dans l’exemple du nationalisme juif, qu’on lui attribue ou pas l’étiquette de « sioniste ».

Le nationalisme dans la plupart des pays et des cultures peut avoir des aspects positifs et négatifs, unifiant un peuple et, quelquefois, le poussant contre son voisin. L’extrémisme peut émerger, et l’a souvent fait, au moins en partie dans presque tous les mouvement nationalistes/d’indépendance dont je me souviens (par exemple, le mouvement nationaliste français avait La Terreur, le Kenya avait les Mau-Mau, etc.)

Mais alors que l’extrémisme des autres mouvements nationalistes est une aberration, l’extrémisme dans le nationalisme juif est la norme, montant les juifs sionistes (laïques ou observateurs) contre les Goyim (le reste du monde), qui sont potentiellement ou bien des prédateurs ou bien des proies certaines, sinon les deux successivement. Cela ne signifie pas, d’aucune façon, que tous les Juifs ou tous les Israéliens ressentent et agissent ainsi. Mais cela signifie qu’Israël est aujourd’hui ce qu’il ne peut éviter d’être, et ce qu’il serait sous n’importe quel gouvernement élu (un point que je vais développer dans un autre article).

Les différences entre le nationalisme juif (le sionisme) et celui d’autres pays et cultures, sont selon moi quadruples :

1. Le sionisme est un véritable balai de sorcière de xénophobie, de racisme, d’ultra-nationalisme, de militarisme, ce qui le place en dehors d’un simple « contexte nationaliste » – par exemple, quand j’étais en Irlande (dans les deux portions), je n’ai vu aucune indication selon quoi les PIRAs ou quelqu’un d’autre faisaient pression pour qu’une Irlande unie planifie d’envoyer les protestants dans des camps ou à l’extérieur du pays, bien qu’il puisse très bien y en avoir une poignée qui pense ainsi – et qui dépasserait de loin les misères infligées par les nazis ;

2. Le sionisme sape la loyauté civique de ses adhérents dans les autres pays, ce que les autres mouvements nationalistes (et même des mouvements ultra-nationalistes comme le nazisme) n’ont pas fait – par exemple, une grande majorité des Juifs américains, y compris ceux qui n’ont pas ouvertement la double citoyenneté, épousent une forme de la bigamie politique appelée « double loyauté » (à Israël et aux États-Unis) qui est tout aussi malhonnête que la bigamie matrimoniale, les tentatives de faire impasse sur la préséance qu’ils accordent à Israël par rapport aux États-Unis (beaucoup de Rahm Emanuel là-bas qui ont servi dans l’armée israélienne mais PAS dans les forces armées américaines), et n’a absolument aucun parallèle dans le sens d’une identité nationale ou culturelle adoptée par n’importe quel autre groupe ethnique ou racial définissable aux États-Unis – même le Bund nazi aux États-Unis a disparu une fois que l’Allemagne et les États-Unis sont entrés en guerre, avec la quasi-totalité de ses membres se portant volontaires dans les forces armées américaines ;

3. L’« ennemi » des mouvements nationalistes normaux est la puissance occupante et peut-être ses alliés, et une fois l’indépendance assurée, des relations normales avec la puissance occupante sont vraiment la norme, mais pour le sionisme presque tout le monde extérieur est un ennemi réel ou potentiel, ne différant qu’en terme de proximité et de position dans sa très longue liste d’ennemis (qui est maintenant la liste des cibles des États-Unis) ; et

4. Presque tous les mouvements nationalistes (y compris les irrédentistes et les variantes sécessionnistes) ont l’intention de créer un État indépendant à partir d’une population en place ou pour réunir un peuple séparé (comme les Allemands des Sudètes dans les années 1930) – il est très rare qu’il comprenne le déplacement massif d’une autre population indigène, qui est beaucoup plus commune dans les mouvements colonialistes réussis tels qu’aux États-Unis – et peut-être une raison expliquant que la plupart des Américains ne se sentent pas concernés par ce que les Israéliens font subir aux Palestiniens, même s’ils le savaient, puisque ce n’est pas tellement différent de ce que les Européens d’Amérique du Nord ont fait aux Amérindiens ici sur une plus longue période de temps et avec une technologie peu développée.

Les implications pour les perspectives de paix au Moyen-Orient, et pour d’autres pays sous l’emprise (ou pas) de leurs lobbies juifs domestiques, donnent le frisson. Le fait que le livre du Deutéronome prenne vie dans un État doté d’un arsenal nucléaire serait suffisant pour donner à réfléchir à quiconque n’est pas soumis par l’argent ou la corruption – qui de nos jours englobe le gouvernement des États-Unis, compte tenu de l’inclination d’Israël à lancer de la boue dans le visage de l’administration Obama et compte tenu de l’inclination visible Obama à accepter cela avec le sourire, l’« Oncle Tom » de Bibi Netanyahou vient à Washington.

Feu le général Moshe Dayan, qui – sionistes ou pas – fait partie de mon propre Panthéon honorifique des héros militaires, aurait apparemment fait remarquer que la sécurité d’Israël dépend du fait qu’elle soit perçu par autrui comme un chien enragé. Il avait sans doute raison. Mais il a négligé de noter que la réponse préférée de tout le monde est de tuer ce chien enragé avant qu’il puisse décider de se déchaîner et de mordre. Il s’agit d’une option à considérer. »




The Dark Face of Jewish Nationalism
9/11 - The US Military Knows Israel Did It

By Dr Alan Sabrosky

March 19, 2010 “Redress” - -Israeli Prime Minister Binyamin Netanyahu once remarked to a Likud gathering that “Israel is not like other countries”. Oddly enough for him, that time he was telling the truth, and nowhere is that more evident than with Jewish nationalism, whether or not one pins the “Zionist” label on it.

Continue reading →




Excellent Radio show:
[AUDIO] Alan Sabrosky — Was 9/11 a Mossad operation?_on The Kevin Barrett Show
Broadcasted March 30 2010



L'AUTRE MONDE, édition du 25 mars (mp3), avec François Marginean (blog: Les nouvelles internationales) SA CHAîNE YOUTUBE: ICI
VIDEO - Le Mossad à l'origine des attentatss du 911 selon Alan Sabrosky



Voir aussi: 2009: Mossad Link Found to One of Key 9-11 Hijackers

mardi 23 mars 2010

Les sociétés secrètes et leur influence au 20e siècle : extraits

conspiration.cc écrit:

13 février 2010 Grande nouvelle en primeur de Louise Courteau ! Le livre Jaune #1 de Jan Van Helsing à paraître bientôt ! Louise m'a écrit pour m'annoncer la sortie du nouveau livre de Jan Van Helsing "DON'T TOUCH THIS BOOK" "NE TOUCHEZ PAS À CE LIVRE". Traduit de l'allemand, elle décida de reprendre la série du début, d'autant plus que les 2 premiers livres jaunes sont des livres de Jan. même si son nom n'a jamais été sur les livres de Félix. Vous êtes les premiers à l'apprendre. Depuis le temps que les gens demandent où sont les quatre premiers. Voilà! Les livres Jaune #1-2-3-4 n'ont jamais existé avant aujourd'hui. En fait la série des livres Jaune commença au #5. Selon la rumeur un libraire qui appela Félix aurait répondu à son client: "Comme ils ne savaient pas quel nom donner au livre, ils lui ont tout simplement donné le nom de la couleur. Le type de jaune de la couverture est un jaune numéro 5. C'est comme les code de couleur pour la peinture. Alors le livre jaune numero 5 est leur premier livre. Il leur a alors demandé pourquoi le livre jaune numéro 6 si c'est le même jaune.. Ils ont dit bien c'est le tome 2 du livre jaune numero 5." Rigolo. L'original a été écrit par Jan Van Helsing [Jan Udo Holey], "Les Sociétés Secrètes et leur pouvoir au 20ème siècle". Ce dernier fut retiré des tablettes à cause de poursuites dû aux droits de publication des photos des OVNIS et plans des VRILs allemands. Félix repris le livre retira les photos controversées et le retitra le livre Jaune #5. Encore une fois le sort du livre Jaune #5 était secoué: la B'nai Brith poursuivait l'auteur et l'éditeur d'y avoir inclus ou laissé quelques articles des Protocoles des Sages de Sions. Grâce à eux, le livre Jaune #5 fut retiré du marché. Quant au livre Jaune #6, je crois qu'il est aussi du même auteur quoique Félix écrivait "collectif d'auteurs" dans sa série. (...)



http://amadeus-verlag.de/product_images/jan-van-helsing-004.jpg
Jan van Helsing
Jan Udo Holey

http://data5.blog.de/media/983/3414983_8b8ec6254f_m.jpeghttp://da.img.v4.skyrock.net/da0/etassassin/pics/2230367975_small_1.jpg

[...]Ce n'est pas un hasard si le flou règne sur les TEMPLIERS et sur les dessous historiques et occultes de leur histoire ; car ce manque de clarté a été occasionné intentionnellement, notamment dans ces 150 dernières années. Le secret autour des templiers n'aurait pas eu de raison d'être si on n'avait pas voulu qu'il existe. Et cela de la part de cercles et de forces qui avaient et qui ont, bien entendu, tout intérêt à laisser la vérité sous le boisseau. L'esprit de l'ordre des Templiers fut détourné de même que celui de des enseignements de Jésus lorsqu'on attribua au christianisme le prétendu "Ancien Testament" dont il combattait les lois. Dans les deux cas, l'essentiel a été faussé. Ces derniers temps et ces dernières années ont vu émerger, comme on le sait, différents "néo-pseudo-ordres des Templiers". (...)
Parmi eux se trouvent sûrement des hommes de bonne volonté mais aussi des charlatans et des serviteurs précisément de cet esprit que les anciens templiers combattaient. Faire un amalgame du nom et de l'esprit des templiers avec des composantes franc-maçonniques est vraiment grotesque. Et pourtant ce fut le cas (cf. le grade de templier dans le rite d'York franc-maçonnique). Deux hommes profondément croyants ont fondé l'ordre des Templiers : Hugues de Payens et Geoffroy de Saint-Omer, un Franc et un Normand. Un petit cercle d'amis se forma autour d'eux, animé par une grande foi propre au Moyen Age et que l'homme actuel peut à peine imaginer. Ce petit cercle décida, à Noël de l'an 1117, à Jérusalem, de former un petit groupe pour protéger les pèlerins. Leur seul souhait était d'être au service du Seigneur Jésus-Christ et de leur foi. Ce groupe comptant désormais neuf chevaliers se retrouvait pratiquement seul, sans protection ni grands moyens financiers. Le groupe se présenta, au printemps 1117, au roi Baudouin 1er de Jérusalem et au patriarche. On les loua pour leurs intentions. Peu après, les chevaliers, dont le logis s'était trouvé, jusque là, à la "maison allemande", hôpital dirigé par des Allemands, obtinrent la permission de s'installer sur l'emplacement de l'ancien Temple. De ce fait, on les appela les TEMPLIERS. Néanmoins, eux-mêmes se considéraient toujours comme les "FRERES DU VRAI TEMPLE DU CHRIST", ce qui voulait dire le "TEMPLE INTERIEUR DE L'AME". L'histoire des tempIiers serait sans aucun doute, passée tout à fait inaperçue s'il n'y avait eu, dans les ruines du Temple, une découverte remarquable, dont les chevaliers ne surent trop que faire au début : Il s'agissait de lambeaux de fragments d'écrits hébraïques dont le contenu devint très vite d'une importance décisive pour les chevaliers et pour toute l'histoire de l'ordre. Ces fragments furent remis à l'érudit Etienne Harding qui en fit la traduction. Ce fut le point de départ de tout ce qui devait suivre. En effet, les lambeaux d'écrits se trouvèrent être les fragments de rapports "d'eschaimins" juifs (espions) qui, mandatés par le clergé, relatèrent les agissements du "maudit Mamzer (fils de putain) Jésus" et "ses blasphèmes contre le Dieu d'Israël". Ce qu'on pouvait y lire était en complète contradiction avec l'enseignement prêché par l'Eglise. Jésus-Christ avait traité le Dieu hébraïque "YAHWEH" du nom de Satan et reproché aux Juifs d'avoir fait du diable leur Dieu unique. De nettes traces se trouvent, entre autres, encore aujourd'hui dans l'Evangile de saint Jean du Nouveau Testament où Jésus dit aux Juifs : "Vous avez pour Père le diable" (Jean 8,44). Quelle énorme falsification du véritable enseignement du Christ ! Il faut essayer d'intégrer la forte croyance de ces chevaliers pour imaginer le choc qu'ils subirent. Le Dieu que l'Eglise désignait comme "Père du Christ" était, selon les dires mêmes de Jésus, le diable qu'il était venu combattre sur Terre. Des études de la Bible mirent rapidement en évidence pour ces chevaliers à l'esprit simple et au raisonnement sain que l'enseignement de Jésus et le prétendu "Ancien Testament" étaient à des pôles opposés et n'avaient rien à voir l'un avec l'autre. De plus. les Juifs n'appelaient jamais Dieu du nom de Père mais du nom de "YAHVE" et "EL SCHADDAI". Mais El Schaddai était lu Scheitan, c-à-d, "l'ange déchu" ! (Schaddeim = la déchéance ; "EL" = grand ange. EL a souvent été traduit, par erreur, avec le nom de Dieu. Mais "Dieu" s'appelle dans la vieille langue orientale "IL").



Lorsque, en l'an 1128, la fondation formelle de l'ordre eut lieu, et que Bernard de Clairvaux fut considéré, jusqu'à un certain degré, comme son protecteur, le petit groupe de templiers détenait déjà un secret : c'était la volonté de connaître la vérité sur le Christ. Jusqu'alors régnait l'incertitude - bientôt règnerait la certitude. Il faut voir dans cette volonté celle d'un groupe de chevaliers d'une piété naïve qui voulaient seulement servir leur Seigneur Jésus-Christ et retrouver son véritable enseignement. Aucune agressivité ne les habitait, ils n'imputaient le mal à personne. Ce fut Bernard qui leur fit comprendre que leurs ambitions ne seraient pas payées d'amour en retour et qu'il serait sage de ne pas exprimer ouvertement ce qu'ils pensaient. Les années suivantes n'apportèrent pas de plus amples renseignements sur l'enseignement originel du Christ. L'ordre des Templiers se tourna désormais vers des missions militaires. Le secret ne vécut bientôt plus que dans le souvenir de quelques frères provençaux. Les impératifs pratiques en Orient laissaient peu de place et de temps pour s'occuper du secret. (...) Il n'est donc pas étonnant que les templiers aient refusé, plus tard, de prendre part à la "croisade" contre les cathares. Il s'agissait d'un fragment de l'Evangile originel de saint Jean, écrit l'an 94 apr.J.-C. par l'hérétique Marcion. Une lettre y était jointe donnant un court aperçu de la vie de Marcion. Précisons ici que Marcion fut l'instigateur d'un important mouvement purement christique dans les années 90 à 130 apr.J.-C., qui ne s'effondra qu'après sa mort. Marcion qui avait juste eu le temps de rencontrer I'Apôtre Jean enseignait que Jésus-Christ avait été, en fait, l'incarnation de Dieu, qu'un "Dieu le Père" au nom de "Yahvé" n'existait pas et que ce Dieu hébraïque était justement Satan en personne. Il enseignait, de plus, que Jésus avait annoncé aux hommes qu'ils étaient des Dieux. Cela dépendait seulement de la bonne volonté de chacun et ne nécessitait aucun temple ni aucune organisation ecclésiale. A partir de ce moment-là, un "ordre dans l'ordre" se développa, véritable communauté de conspirateurs marcionistes. C'étaient surtout des Provençaux et des Allemands qui formèrent ce groupe particulier au sein de l'ordre des Templiers. La majorité des templiers ne percevaient certainement pas, à cette époque, ce que signifiait le changement de la croix simple et symétrique de l'ordre en une "croix de chevalier". A l'origine, les "croix de chevalier" qui sont typiques de nos jours et qui allaient être utilisées par d'autres ordres sous des formes semblables n'existaient pas encore telles quelles. Les templiers portaient, à l'origine, une croix rouge toute simple sur leurs manteaux blancs. Ce n'est que sous l'influence souterraine des adeptes de Marcion que la "croix marcioniste" - la croix aux épines - devint le symbole des templiers. AU début du christianisme, la croix aux épines avait été l'insigne des adeptes de Marcion : c'était la "croix hétarique". On dit que Jean l'Evangéliste aurait confectionné pour la mère de Jésus une croix aux épines. Marcion choisit alors la croix rouge aux épines comme signe de la chrétienté pure. La croix de chevaliers des templiers devint ainsi le symbole du marcionisnie pour l'initié. Plus tard apparut la croix double aux épines, propre aux templiers occultistes. A la même période naquit l'appel au combat des templiers qui proclamait : "Vive Dieu Saint-Amour !". Avec cet appel, on s'adressait exclusivement au Christ et on rejetait le Dieu-vengeur de l'Ancien Testament. La grande majorité des hommes - autant en dehors qu'au sein de l'ordre - n'était pas initiée a ce qui en constituait les dessous. Le temps n'était pas mûr, on attendait que surgissent d'autres documents de l'époque du début du christianisme qui seraient autant de preuves irréfutables. De tels documents allaient, en fait, apparaître de façon détournée, mais il serait trop long de s'y pencher maintenant. On se contentera de constater que deux templiers découvrirent une très vieille cachette des adeptes de Marcion dans ce qui restait des ruines du vieux Carthage. Ils ne tombèrent pas "dessus" par hasard mais en suivant les traces de Marcion qui y avait longtemps séjourné. Ils y trouvèrent non seulement des fragments d'écrits évangéliques originaux de Jean et Matthieu, mais aussi un vieil écrit carthaginois comprenant un Credo et un texte sur la création du monde, accompagné d'une traduction grecque qu'on doit probablement a Marcion. (...) Quels étaient vraiment la foi, l'état d'esprit et la vision du monde de ces templiers ? Le pays du couchant, au Moyen Age, reposait sur trois pierres angulaires sur la religion judéo-chrétienne, sur une économie monétaire et commerciale basée sur l'autorisation de percevoir des intérêts, qui existait depuis l'Ancien Testament, et sur le principe du pouvoir absolutiste. Il vint à l'idée des templiers d'éliminer ces trois pierres angulaires, dès qu'ils auraient assez de pouvoir pour le faire. Il s'agissait donc d'éliminer l'Eglise judéo-chrétienne et d'ériger à sa place une communauté de foi digne de celle des premiers chrétiens, en excluant tout ce qui se rattachait à l'Ancien Testament. Il en résulterait un renversement du système économique et monétaire qui inclurait la défense de prélever des intérêts sur un prêt, la destitution des monarchies absolues et l'édification d'un ordre aristocrato-républicain. Tout cela nous fait comprendre pourquoi les forces régnantes allaient procéder à l'anéantissement des templiers.

(...)
LES PROTOCOLES DES SAGES DE SION
1. Le contrôle de l'argent (...) "Le contrôle des nations sera assuré par la création de gigantesques pôles privés qui seront les dépositaires d'immenses richesses dont dépendront même les Goyïm (les non-juifs). (...) (...) C'est ainsi que le jour qui suivra l'effondrement politique verra leur anéantissement en en même temps que celui du crédit accordé aux Etats. (...) (...) Des crises économiques porteront atteinte aux Etats ennemis en leur soustrayant l'argent mis en circulation. En accumulant de grands capitaux privés qui sont ainsi soustraits à l'Etat, ce ce dernier va être obligé de s'adresser à nous pour emprunter ces mêmes capitaux. Ces emprunts consentis avec des intérêts seront une charge pour les Etats qui en deviendront les esclaves, sans volonté propre. Ils s'adresseront à nos banquiers pour leur demander l'aumône au lieu d'exiger des impôts du peuple. Des emprunts étrangers sont comme des sangsues, il n'y a aucune possibilité de les éloigner du corps d'Etat, car elles ne peuvent que se détacher d'elles-mêmes ou être rejetées par l'Etat. Cependant, les Etats Goyim ne les rejetteront pas, ils s'en attireront sans cesse d'autres, ce qui les conduira à une faillite inexorable. Les dettes de l'Etat rendront les hommes d'Etat corruptibles, ce qui les mettra encore plus à notre merci". (...) (19) Remarque sur la situation actuelle : Les dettes de l'Etat, des Länder et des communes en Allemagne se montaient en 1992 globalement à 1.300 milliards de Marks allemands.
2. Le contrôle de la presse (...) "Nous procéderons de la façon suivante avec la presse : Son rôle est d'exciter et d'enflammer les passions chez le peuple (...) et le public est tellement loin de pouvoir imaginer qui est le premier bénéficiaire de la presse (...) Parmi tous les journaux, il y en aura aussi qui nous attaqueront mais nous sommes les fondateurs de ces journaux, leurs attaques porteront exclusivement sur des points que nous leur aurons précisés auparavant. (...) (...) Aucune nouvelle ne sera publiée sans avoir reçu notre accord. C'est déjà le cas maintenant, car toutes les nouvelles du monde sont regroupées dans seulement quelques agences. Ces agences étant sous notre contrôle, elles ne publient que ce que nous avons approuvé. (...) (...) Nos journaux seront de toutes les tendances, aristocratique, socialiste, républicaine, voire même anarchiste, tant qu'existera la Constitution. (...) (...) Ces idiots qui croiront que le texte d'un journal reflète leur propre opinion n'auront fait, en réalité, que répéter notre opinion ou celle que nous souhaitons voir exprimée. (...)" (20) Remarque sur la situation actuelle : Presque toutes les agences d'information du monde sont déjà contrôlés par la "commission trilatérale" et le "CFR", tous deux étroitement reliés (j'explique plus loin ce que sont ces organisations).
3. L'extension du pouvoir (...) "Nous serons pour le public l'ami de tous. (...) Nous les soutiendrons tous, les anarchistes, les communistes, les fascistes et particulièrement les ouvriers. Nous gagnerons leur confiance et ils deviendront ainsi, pour nous, un instrument très approprié. (...)" (21)
4. Le contrôle de La foi (...) Nous ôterons aux hommes leur vraie foi. Nous modifierons ou supprimeront les principes des lois spirituelles. (...) L'absence de ces lois affaiblira la foi des hommes puisque les religions ne seront plus capables de donner quelconque explication. (...) (...) Nous comblerons ces lois spirituelles en introduisant une pensée matérialiste et des supputations mathématiques. (...)" (22)
5. Le moyen d'amener la confusion dans les esprits (...) "pour avoir la mainmise sur l'opinion publique, il nous faut les amener à un certain niveau de confusion. (...) (...) La presse nous sera un bon outil pour offrir aux hommes tant d'opinions différentes qu'ils en perdront toute vue globule et s'égareront dans le labyrinthe des informations. (...) (...) ainsi, ils en viendront à la conclusion que le mieux est de ne pas avoir d'opinion (politique). (...)" (23)
6. L'aspiration au luxe (...) Pour accélérer la ruine de l'industrie des Goyïm (non-Juifs), nous susciterons chez eux une soif de luxe. Le commun des mortels n'en aura, cependant, pas la jouissance, car nous ferons en sorte que les prix soient toujours en hausse. Ainsi, les travailleurs devront autant travailler qu'auparavant Pour satisfaire leurs désirs. (...) (...) Ils seront piégés dans le système avant d'avoir pu l'identifier." (24)
7. La politique utilisée comme instrument (...) En distillant un souffle de libéralisme dans les organismes d'Etat, nous modifierons tout leur aspect politique. (...) (...) Une Constitution n'est rien d'autre qu'une grande école de discordes, de Malentendus, de querelles, en un mot une école de tout ce qui sert à fausser les rouages de l'Etat. (...) (...) A "l'époque des républiques" nous remplacerons les dirigeants par une caricature de gouvernement avec un président élu par nos marionnettes, nos esclaves que sont le peuple. (...) (...) Les élections seront, pour nous, un moyen d'accéder au trône du monde tout en faisant croire au modeste citoyen qu'il contribue à façonner l'Etat par sa participation à des réunions et par son adhésion à des associations. (...) (...) Dans le même temps, nous réduirons à néant l'impact de la famille et de son pouvoir éducatif. Nous empêcherons aussi l'émergence de personnalités indépendantes. (...) (...) Il suffit de laisser un peuple se gouverner lui-même un certain temps (la démocratie) pour qu'il se transforme en une populace où règne le chaos. (...) La puissance de la populace est une force aveugle, absurde, irraisonnée, ballottée sans cesse de droite ou de gauche, Mais un aveugle ne peut pas en conduire un autre sans tomber dans le précipice. Seul celui qui, dès sa naissance, est éduqué pour devenir un souverain indépendant a la compréhension de la Politique. (...) (...) Notre succès, en traitant avec les hommes dont nous avons besoin, sera facilité par notre façon de toucher toujours le côté le plus sensible de la nature humaine, c'est à dire la cupidité, la passion et la soif insatiable de biens humains et matériels. (...)" (25)
8. Le contrôle de la nourriture (...) Notre puissance réside aussi dans la pénurie permanente de nourriture. Le droit du capital, en affamant les travailleurs, permet sur eux une mainmise plus sûre que ne pouvait le faire la noblesse avec son roi. (...) (...) Nous agirons sur les masses par le manque, l'envie et la haine qui en résultent. (...) (...) mais tout propriétaire rural peut être un danger pour nous puisqu'il peut vivre en autarcie. C'est la raison pour laquelle il nous faut à tout prix le priver de ses terres. Le moyen le plus sûr pour y arriver est d'augmenter les charges foncières, (...) d'accabler de dettes tes propriétés rurales (...)" (26) 9. Le rôle de la guerre (...) "Nous mettrons en rivalité toutes les forces pour amener ceux qui ont soif de pouvoir à abuser de leur pouvoir. Il nous faut fomenter des dissensions, des inimitiés, dans toute l'Europe et par l'intermédiaire de l'Europe dans d'autres parties de la Terre. (...) ( ... ) Il faut que nous soyons capables d'anéantir toute opposition en provoquant des guerres avec les pays voisins. Au cas ou ces voisins oseraient nous tenir tête, il nous faut leur répondre par une guerre mondiale. (...)" (27)
10. Le contrôle au moyen de l'éducation (...) On n'incitera pas les Goyïm à tirer une application pratique de leur observation impartiale de l'histoire mais on les invitera à des réflexions théoriques, sans faire de relations critiques avec les événements qui vont suivre. (...) (...) Dans ce jeu, sachez que la chose principale est de les avoir convaincus d'accepter les nécessités de la science. (...) (...) Tenant compte de ce fait, nous n'aurons de cesse de créer une confiance aveugle en ces théories (scientifiques) et les journaux nous y aideront bien. Les intellectuels parmi les Goyïm se vanteront de leurs connaissances. (...) (...) Le peuple perdra, de plus en plus, l'habitude de penser par lui-même et de se forger sa propre opinion, il en viendra à prononcer les mots que nous désirons entendre prononcer. (28) [...]
11. Le contrôle des loges franc-maçonniques (...) "Nous créerons dans tous les pays de la Terre des loges franc-maçonniques, nous les multiplierons et y attirerons des personnalités qui sortent des rangs. (...) (...) Nous mettrons toutes ces loges sous la domination de notre administration centrale que nous serons seuls à connaître et que les autres ignoreront complètement. (...) Qui ou qu'est ce qui peut vaincre une puissance invisible ? Voilà où se trouve notre pouvoir. La franc-maçonnerie non juive nous sert de couverture à leur insu. Mais le plan d'action de notre puissance reste reste pour tout le peuple et même pour le reste de la confrérie un secret. (...)" (30)
12. La mort (...) "La mort est la fin inévitable pour tous, par conséquent, il est préférable d'y conduire ceux qui nous ferons obstacle". (31) Après avoir élaboré ce projet pour dominer le monde (le "Nouvel Ordre mondial" = "Novus Ordo Seclorum"), la banque ROTHSCHILD aurait chargé le Juif bavarois [formé chez les Jésuites] ADAM WEISHAUPT de fonder "l'ORDRE SECRET DES ILLUMINES DE BAVIÈRE". (32)

Remarque de l'auteur : Il y a beaucoup d'écrits positifs ou négatifs sur les "Protocoles des Sages de Sion". Il est interdit de les reproduire ou de les vendre en Allemagne où règne apparemment la liberté de presse et d'opinion. Cela vient aussi vraisemblablement du fait qu'Hitler s'est servi des Protocoles pour justifier son "aversion pour les Juifs", que nous étudierons de plus près un peu plus tard. Quant à moi, auteur de ce livre, il m'est indifférent que ce soient les Rothschild et les sionistes qui utilisent les Protocoles de nos jours. Par contre, il s'agit de savoir comment le principe est appliqué. Nous avons un plan sous les yeux qui montre ce qu'il faut faire pour réduire notre monde à l'esclavage. Il faut juste savoir que ce plan est MIS EN APPLICATION MAINTENANT. A la fin de mon livre, j'exposerai avec force détails qu'il n'est pas important de savoir qui se sert de ces Protocoles. Il est, par contre, essentiel d'en connaître le principe moteur et de savoir que ceux qui sont UTILISÉS se laissent faire !

Une autre façon d'atteindre ce but est de partager la Terre en créant à l'Est une société d'esclaves et à l'Ouest une race de seigneurs. Ainsi que le décrit Rudolf Steiner dans son livre "Die soziale Grundforderung unserer Zeit" (L'exigence sociale fondamentale de notre temps), cela se passe ainsi puisqu'on n'arrive pas à établir une synthèse entre la foi à l'Est et la science à l'Ouest. La conséquence en est la suivante: Les scientifiques athées n'ont aucune envie de se pencher sur les religions de l'Est de même que les croyants de l'Est refusent la science de l'Ouest.[...]


LA FAMILLE ROTHSCHILD

Beaucoup d'énigmes entourent le centre secret du négoce bancaire international : la maison ROTHSCHILD.

En 1750, MAYER AMSCHEL BAUER acheta la banque de son père à Francfort et troqua son nom pour celui de ROTHSCHILD. Mayer se maria. Il eut cinq garçons et cinq filles.

Les prénoms de ses fils étaient Amschel, Salomon, Nathan, Kalmann (Karl) et Jacobs (James). Son ascension s'accéléra lorsqu'il obtint les faveurs du PRINCE GUILLAUME IX de HESSE-HANAU. Il prit part, en sa présence, à des rencontres de francs-maçons en Allemagne.

Ce prince Guillaume, ami de la DYNASTIE DE HANOVRE, avait des revenus financiers considérables en louant ses mercenaires de Hesse au roi anglais (de Hanovre). Ce furent les mêmes troupes qui combattirent, plus tard, contre l'armée de George Washington dans la "Valley Forge". Rothschild devint le banquier personnel de Guillaume. Lorsque le prince Guillaume dut s'enfuir au Danemark à cause des troubles politiques, il déposa à la banque Rothschild le salaire des mercenaires, soit 600.000 livres.

NATHAN ROTHSCHILD (le fils aîné de Mayer Amschel) emporta avec lui cet argent à Londres grâce auquel il put ouvrir aussi une banque. L'or qui servit de garantie était issu de la "East India Company". Nathan obtint une plus-value de 400% en prêtant de l'argent au DUKE OF WELLINGTON qui finançait ainsi ses opérations militaires et en vendant aussi, plus tard, de façon illégale l'or qui devait servir de garantie. Ces transactions furent à l'origine de la fortune gigantesque de la famille Rothschild .

C'est alors que débuta le commerce bancaire international : chaque fils ouvrit une banque dans un pays différent, Amschel à Berlin, Salomon à Vienne, Jacobs à Paris et Kalmann à Naples. Salomon Rothschild était membre des francs-maçons.

MAYER AMSCHEL ROTHSCHILD écrivit son testament dans lequel il indiquait comment la fortune de la famille devait être gérée à l'avenir. La fortune serait administrée par les hommes et ce serait l'aîné qui aurait le pouvoir décisif et trancherait en cas de désaccord. Toutes les tenues de compte devaient rester absolument secrètes, particulièrement pour le gouvernement.

EN 1773, MAYER AMSCHEL ROTHSHILD aurait rencontré en secret dans la maison des Rothschild, à Francfort, douze bailleurs de fonds aisés et influents (en fait les Sages de Sion) pour mettre à l'étude un projet qui contrôlerait toute la fortune mondiale. Aux dires de Herbert G.Dorsey, ces bailleurs de fonds auraient souligné, entre autres, le fait que la fondation de la "BANQUE D'ANGLETERRE" avait permis d'exercer une influence considérable sur la fortune anglaise. Ils déclarèrent aussi qu'il serait nécessaire que cette banque exerce un contrôle absolu afin qu'ils puissent créer les bases qui permettraient de contrôler la fortune mondiale. Ils en retinrent les grandes lignes par écrit.
 [...]

La plupart des gens qui emploient à tout va le mot antisémitisme n'ont jamais tenu de livre d'Histoire dans leurs mains et n'ont pas vraiment étudié l'origine et la provenance du judaïsme et de son passé. Nous ne nous trompons pas en affirmant que moins de deux pour cent de ces personnes ont lu le Talmud et ont eu connaissance de la teneur de la foi de ces Talmudistes. II est apparemment important de parler de ce sujet brûlant pour mettre certaines choses au clair. Si vous voulez comprendre pourquoi les Russes, les Anglais et plus tard les Allemands ont voulu chasser les juifs de leurs pays, vous devez en connaître la raison. Quelqu'un dans les livres d'Histoire nous a-t-il expliqué pourquoi on a persécuté les juifs ? Pourquoi les a-t-on chassés de tous les pays et pas un autre peuple ? Pourquoi n'y- a-t-il pratiquement que des juifs qui ont participé à la révolution bolchevique ? Ils l'ont planifiée, financée et faite ! Pourquoi les médias sont-ils entre des mains juives, les banques aussi ? Pourquoi en 1995 aucun juif ne peut entrer en Malaisie ?
On ne peut nier l'implication des juifs Khazars (explication suit) dans le thème conspiration mondiale. Cela n'est pas du fascisme, encore moins de l'antisémitisme, preuve à l'appui.
Depuis 40 ans le terme antisémitisme nous fait froid dans le dos dès qu'on prononce le mot juif.
On a fait croire à l'opinion publique occidentale, contrôlée par les médias, dominés par les juifs khazars, que le terme d'antisémitisme s'appliquait presque exclusivement aux juifs. En réalité un juif d'aujourd'hui est aussi sémite qu'un Américain est Grec.
Dans ce livre nous ne parlons jamais d'un quelconque sémite, ni d'un arabe, d'un araméen, d'un akkadien ou d'un hébreu. Nous parlons des Rothschild, de Jacob Schiff, des Wartburgs, des Windsors, de Karl Marx, de Staline, de Lénine, etc. Aucun n'est sémite. Tous sont de purs Ashkénazes, des KHAZARS !
Troublé ? Nous allons essayer d'y voir plus clair.
Commençons par mettre de l'ordre dans les termes que nous utilisons tous les jours. Qui sont les Sémites ?
D'après le très conservateur et très explicite Oxford Universal Dictionary, le mot sémite a été employé pour la première fois en 1875, et décrit une personne qui appartient à la race englobant presque tous les peuples des descendants de Sem, le fils de Noah, d'après la Genèse, chapitre 10, de l'Ancien Testament, et dont la langue maternelle est une langue sémite - d'où les Akkadiens, les Phéniciens, les Hébreux, les Araméens, les Arabes, les Assyriens...
Dans le dictionnaire de Langer de l'Histoire du monde, il est dit que le terme de sémite ne s'applique pas à une race, mais à un groupe de peuples, dont la langue maternelle est sémite.
Le profane pourrait donc penser : Eh bien, les Hébreux sont donc des Sémites. C'est vrai. Les Hébreux sont des Sémites, mais on peut se demander quel est le lien entre les juifs et les Hébreux, les juifs d'aujourd'hui n'ont presque rien en commun avec les Hébreux. Regardons l'Histoire.
Qui sont les Hébreux ?
Les Hébreux ne viennent pas, comme on le dit souvent, de Chaldée. Ils vinrent en Chaldée comme étrangers, et ont été traités de la sorte, et chassés. (...)À cette époque vivait un sorcier dans la tribu des Genites au pays de Sina (Sinaï). Il était connu pour faire des miracles à travers des sacrifices humains qu'il destinait à un dieu sauvage. Ali le fit venir à lui. Le sorcier introduisit le rite de la circoncision et le dieu, Jaho/Yahvé/El Schaddaï, chez les Hébreux. C'est ce Yahvé (notre extraterrestre) qui apparut à Abraham, un descendant direct d'Ali, avec ces mots Ani ha El Schaddaï = Je suis El Schaddaï. Il exigea de nombreux sacrifices humains, beaucoup de guerres et fit un pacte avec les Hébreux (pacte de sang hébreu). (...)
Tous les crimes des Hébreux se trouvent dans les livres de Moïse à Esther. Celui-ci devrait s'appeler le livre de Mordekhaï (Mardochée), d'après le plus grand malfaiteur de l'Écriture sainte, dont personne ne sait pourquoi elle s'appelle sainte alors qu'elle devrait s'appeler l'histoire criminelle des Hébreux. On peut y dénombrer plus de soixante-dix massacres et génocides, sans compter les crimes, les pillages, les viols, l'inceste et autres atrocités. Le pire est qu'aucun de ces crimes n'est jamais puni. Au contraire, c'est Yahvé qui ordonne ces méfaits, et ils correspondent bien aux principes du Talmud. Le peuple juif s'identifie malgré tout, à part quelques exceptions, sans honte, à cette loi et à son histoire sanguinaire. Mais il faut ajouter qu'aujourd'hui 95 % des juifs ne sont pas des descendants d'Hébreux ou de Sémites, mais sont un mélange de Huns et de Turcs. Ils ne viennent pas du Jourdain, mais de la Volga, pas de Canaan, mais du Caucase, et n'ont pas de liens génétiques avec Abraham, Isaac et Jacob, mais avec les Huns, les Ouïgours et les Magyars. Comment est-ce possible ?
Voilà, le peuple juif se compose de deux parties, les Sepharades et les Ashkenazes. Les Sepharades sont d'origine hébraïque et ont vécu depuis l'Antiquité en Espagne (en hébreu, Séfarade), d'où ils ont été chassés au 15ème siècle.Dans l'édition de 1960 de l'Encyclopedia Judaica on trouve ces faits : En 1960 il y a 500. 000 juifs d'origine hébraïque dans le monde. Les Ashkenazim ou juifs Khazars sont au nombre de 11 millions.

Qui sont les Khazars ?

Je vais vous résumer leur histoire en quelques mots :
Les Khazars sont un peuple d'origine turque, dont la vie et l'histoire sont très proches du développement de l'histoire juive en Russie. Venant de Turquie, ils étaient des nomades des steppes, gui vivaient de rapines et de pillages. Au milieu du 6ème siècle ils s'établirent au sud de la Russie, bien avant la monarchie des Varègues. Le royaume khazar était à son apogée et menait constamment la guerre. Il n'y eut pas de moments pendant lesquels ils ne faisaient pas la guerre. Ils dominaient de grands territoires de la mer Noire à la mer Caspienne, et du Caucase à la Volga.
Au 8ème siècle le Chagan, le roi des Khazars, se convertit au judaïsme, ainsi que sa cour et une grande partie du peuple. La raison principale de leur acte était due à leur position géographique précaire entre l'empire romain d'Orient et les partisans victorieux de Mahomet. Les deux exigeaient des Khazars qu'ils se convertissent, les uns au Christianisme, les autres à l'Islam. Les Khazars choisirent le judaïsme, refusant les deux autres. Au cours des deux siècles qui suivirent, la plupart des Khazars se convertirent, et à la fin du 9ème siècle tous les Khazars étaient de religion juive.
Ce fut Obadiah, un successeur de Bulan sur le trône, qui renforça le royaume et affermit la religion juive. II invita des savants à s'établir dans son royaume, fonda des synagogues et des écoles. Le peuple fut introduit à la Bible et au Talmud Les Khazars utilisaient l'écriture hébraïque. Mais leur langue restait la même.
Obadiah laissa le trône à son fils Ezekiah, celui-ci le laissa à son fils Manasseh, puis vinrent Hannukah, Isaac, Moïse, Nisi, Aaron II, joseph, tous descendants directs d'Obadiah. Les Varègues de Russie, peuple d'origine scandinave, s'étaient établis à Kiev, jusqu'à la dernière bataille contre les Khazars. Les Russes gagnèrent cette ultime bataille et 4 ans plus tard ils envahirent le royaume des Khazars, à l'est de l'Azov.
Beaucoup de membres de la famille royale se réfugièrent en Espagne, d'autres en Hongrie, mais la majorité resta dans leur pays. (Jewish Encyclopedia, Volume IV, article on Chazars, page 1-5).
Le meilleur historien en matière de juifs auto-proclamés d'Europe de l'Est est le professeur H. Graetz, auteur du livre History of the jews. En page 44 il explique que les Khazars exerçaient une sorte de religion fanatique, un mélange de sensualité et d'inceste. Après Obadiah il y eut un grand nombre de rois khazars, et d'après leur droit, il devait être juif. Pendant un grand laps de temps les souverains d'autres nations n'eurent pas connaissance de la conversion du royaume khazar, et quand ils l'apprirent, ils crurent que le royaume abritait les descendants des 10 tribus. Ces informations ne sont pas secrètes, elles proviennent d'un dictionnaire, The jewish Encyclopedia. Et cela prouve, mis à part 5 à 6 % de la population juive d'aujourd'hui, qu'il n'y a pas de liens directs avec les Hébreux. Donc ce ne sont pas des Sémites !
Les juifs d'origine khazare les plus connus aujourd'hui sont les Rothschild. Leur nom vient de l'enseigne (Schild en allemand) rouge (Rot), le blason des Khazars, qui se trouvait sur le magasin de Mayer Amschel Bauer, dans la rue des Juifs à Francfort.
Maintenant il est possible de répondre à une question importante : Pourquoi est ce que ce sont les juifs qui ont planifié la révolution bolchevique, gui l'ont faite et financée ? Que voulaient les juifs en Russie ?
Pour les raisons énoncées ci-avant, il est compréhensible que les Khazars, chassés par la monarchie russe, aient voulu reconquérir leur Russie.
Pour plus d'informations, dressons la liste des noms juifs/ khazars des leaders de la révolution bolchevique

Chernoff / Von Gutmann ; Trotzki / Bronstein ; Martoff / Zederbaum ; Kamhoff / Katz ; Meshkoff / Goldenberg ; Zagorsky / Krochmal ; Suchanov / Gimmer ; Dan / Gurvitch; Parvus / Helphand ; Kradek / Sabelson ; Zinovjeff / Apfelbaum ; Stekloff / Nachamkes ; Latin / Lurye ; Ryazanoff / Goldenbach ; Bogdanoff / Josse ; Goryeff / Goldmann ; Zwewdin / Wanstein ; Lieber / Goldmann ; Ganezky / Fuerstenberg ; Roshal / Solomon. (Die Absteiger, Des Griffin, page 100)

De plus, les présidents de l'Union Soviétique, Lénine, (...) sont des juifs khazars.
Il est primordial de comprendre cela, car c'est bien la preuve que la notion d'antisémitisme n'a rien à voir avec ces juifs-là, elle est donc complètement déplacée. Tout le monde arabe par contre, est d'origine sémite. Le bon terme serait judéophobe. Ce sont donc ceux qui disent que les juifs d'aujourd'hui n'ont pas de rapport avec les Hébreux qui ont raison. Et ils n'ont dix fois pas le droit à un État d'Israël en Palestine ! En clair, les habitants actuels d'Israël n'ont pas de raisons et pas de droit de vivre dans un état israélien, car ils ne sont pas d'origine hébraïque ou israélite. Les juifs modernes pourraient revendiquer, tout au plus, une partie de la Russie.
Un expert de plus en la matière est Alfred Lilienthal, qui dans son livre The Zionist Connection montre à l'aide de documents, que la naissance de l'État d'Israël en 1948 a été l'aboutissement d'intrigues politiques massives entre des juifs khazars et leurs infâmes compagnons, en Angleterre et aux USA.
Ce n'est un secret pour personne que le droit de l'État sioniste à une terre s'appuie sur une loi internationale (une résolution de l'ONU de 1947 sur la répartition de la Palestine, et non pas sur l'origine hypothétique du peuple juif ou sur le pacte mythique d'Abraham avec le Dieu Yahvé ! Cette résolution a été obtenue de force par les Khazars.
Toutes les décisions viennent de New York. La plupart de nous savent qu'il y a plus de juifs à New York qu'à Jérusalem, que New York appartient à des juifs khazars (pas seulement les banques ou la Réserve Fédérale, mais aussi des immeubles, des terrains, des hypermarchés, etc.)
Le Rabbin Stephen Wise nous confirme dans son autobiographie que cette déclaration de Lilienthal est un fait historique. Jusqu'à aujourd'hui les Arabes ont été bafoués et trompés autant qu'il se peut. (Challenging Years, page 186).
Vu sous cet angle, les juifs modernes, les Khazars, sont les plus grands antisémites, car ils torturent les peuples arabes, qui sont les véritables Sémites, en menant des guerres, à travers les banques juives internationales et les magnats du pétrole. Comprenez-vous tout, clairement ? Comprenez-vous que tout ce que vous entendez dans les médias ou que vous regardez, est le contraire de la vérité ?
Aussi la politique sioniste est-elle le fruit du travail des Khazars et non des Hébreux. Celui qui combat les sionistes n'est pas antisémite. Il est au plus antisioniste.(...)

La plupart des gens en Europe répondrait à la question sur la signification du judaïsme, sans sourciller, que le judaïsme est la religion des juifs, donc leur système de valeurs, leur foi. Ils diraient que c'est la religion de l'Ancien Testament et qu'ils s'appuient sur les enseignements de Moïse. La plupart répondraient dans ce sens, ce qui sonne bien. Malheureusement ce n'est pas la vérité !

C'est la religion des banques!

"Donnez moi le contrôle de la monnaie d'une nation, et je me moque de qui fait les lois!" Amschel Mayer Rothschild (1743-1812)

Les Khazars les plus puissants et les plus célèbres sont les Rothschild, des Talmudistes zélés. Voici un petit aperçu de leur histoire :
Moïse Amschel Bauer, un joaillier et cambiste nomade, d'origine khazare, s'établit dans la ville où son fils Mayer Amschel Bauer vit le jour en 1743, à Francfort, en Allemagne. Il accroche une enseigne rouge au-dessus de son magasin, de la rue des juifs, le signe des Khazars. C'est Mayer Amschel qui changea son nom plus tard et prit le nom d'enseigne rouge. Après la mort de Moïse Bauer, Amschel Bauer commence un apprentissage dans la banque Oppenheimer à Hanovre et devient rapidement un junior partner. La pierre angulaire de la richesse de Rothschild est le fait qu'il connaît le général Von Estorff qui, à cette époque, s'occupait de la messagerie de la banque. (De nos jours les liens sont encore très étroits entre la maison Rothschild et la banque Oppenheimer). C'est par lui qu'il devient conseiller proche du prince Guillaume de Hanau.
(...) À l'aide d'une somme de 3 millions $, qu'il soutire au prince Guillaume, il décide de développer ses affaires sur une plus grande échelle Il devient le premier banquier international ! Mayer Amschel lègue cet argent à son fils Nathan, qui gère les affaires de la famille à Londres et qui s'enrichit en prêtant de l'argent au duc de Wellington, quadruplant sa richesse. Fort de cette richesse, les Rothschild ouvrent des succursales à Berlin,Vienne, Paris et Naples, où ils mettent leurs fils aux commandes. Londres a été et reste toujours le siège principal des Rothschild.
Dans le testament de Mayer Amschel il est précisé que toutes les positions clé doivent être occupées par des membres de la famille, et que ceux-ci, pour conserver le patrimoine et la richesse, doivent se marier entre cousins et cousines du premier et deuxième degré. La règle a été assouplie plus tard, quand d'autres banques juives sont apparues, et que les Rothschild ont mariéleurs enfants à ces familles d'élite, pour agrandir la fortune. On sait que les Rothschild étaient des Talmudistes fanatiques, que le contenu du Talmud faisait partie des lectures quotidiennes. Des magiciens de la finance et des fins calculateurs, poussés par un instinct diabolique jusqu'au succès de leurs agissements secrets, c'est ainsi que le biographe Frederic Morton décrit Mayer Amschel et ses cinq fils. Ils n'avaient aucune pitié envers les Goyim (les étrangers) dans tout ce qui touchait leurs affaires. Après leur succès à Waterloo, ils se mirent à la conquête des États-Unis. Ils perdirent le premier round, quand le président Jackson décida de fermer la Bank of the United States, qu'ils avaient fondée, en mettant son veto. Mais ils ne lâchèrent pas prise. Ils excitèrent la haine des deux côtés pendant la guerre civile américaine de 1861-1865, financèrent les deux côtés àtravers leur banques de Paris et de Londres.
En 1914 leurs deux agents principaux, Kuhn Loeb and Co et J. P. Morgan & Co, étaient bien établis aux USA. Jacob Schiff prit le commandement et appuya, à l'aide de ses relations avec les représentants allemands des Rothschild, la banque M. M Wartburg de Hambourg et d'Amsterdam, l'édification de l'empire de Rockefeller, la Standard 011, les chemins de fer d'Edward Harriman, et les aciéries de Carnegie.
En 1907 ils provoquèrent en Amérique la plus importante crise monétaire de cette époque, à travers les banques Kuhn Loeb and Co, J. P. Morgan & Co, et M. M. Wartburg, dont la conséquence fut la création de la banque centrale privée des Rothschild, la Federal Reserve Bank, avec leur agent et collaborateur de Kuhn Loeb and Co, Paul Wartburg à sa tête. (Paul Wartburg était aussi le président de I. G. Farben).
Jacob Schiff était pour les Rothschild le financier et le coordinateur de la révolution bolchevique et le financier personnel des Khazars (Trotzki et ses rebelles), afin de permettre (comme il y a 1000 ans) que les Khazars reviennent au pouvoir en Russie. (...) On peut affirmer, sans exagérer, que la Russie, l'Armée rouge, appartient aux détenteurs de l'emblème des Khazars, à ceux qui portent son nom, les Rothschild.
Ce n'est que la pointe de l'iceberg des Rothschild. On comprend mieux pourquoi les 85 millions de morts du régime communiste entre 1917 et 1953 ne les ont pas touchés, alors qu'ils ont financé cette révolution. Frédéric Morton nous dit : Aujourd'hui la famille veut donner l'image d'une existence discrète et invisible. Ce qui fait que la plupart des gens croient qu'à part la légende, il ne reste pas grand chose. Les Rothschild sont satisfaits, et se laissent porter par cette légende. (The Rothschild, page 19).(...)

LA BATAILLE DE WATERLOO
Ce fut le meilleur coup réussi par la famille ROTHSCHILD qui avait élaboré, déjà à cette époque, un parfait système d'espionnage et de courrier dans toute l'Europe. Le 20 juin 1815, un de leurs agents arrivant directement du champ de bataille informa NATHAN ROTHSCHILD de la défaite des français. Nathan se dépêcha en toute hâte à la Bourse de Londres, il fit croire en vendant toutes ses actions "English Consul" que l'Angleterre avait perdu la guerre. La rumeur s'ébruita si vite que la plupart des actionnaires, pris de panique en pensant tout perdre, vendirent à leur tour leurs actions "English Consul". Au bout de quelques heures, la valeur des actions était tombée à 5 cents, c'est alors que Nathan les racheta pour une bouchée de pain. Peu de temps après, la nouvelle officielle sur l'issue de la guerre se répandit à Londres. En l'espace de quelques secondes, le cours des "English Consul" dépassa à valeur première et ne cessa de monter. Napoléon avait eu son Waterloo et Nathan avait obtenu le contrôle de l'économie anglaise. En une nuit, la fortune déjà gigantesque des Rothschild s'était multipliée par vingt. Les français avaient des difficultés à se remettre de leur défaite. En 1817, ils conclurent un accord pour obtenir un crédit d'un montant considérable de la Banque française OUVRARD et des BARING BROTHERS de Londres mais ils ne s'adressèrent pas aux Rothschild. L'année suivante, la France eut de nouveau besoin d'un crédit, ils écartèrent encore une fois les Rothschild.
Cela ne plut pas du tout à ces derniers, et ils essayèrent par tous les moyens possibles de convaincre le gouvernement de leur laisser l'affaire, mais ce fut en vain. Le 5 novendre 1818 survint un événement inattendu. Le cours des obligations du gouvernement français qui avait cessé de monter pendant un an commença soudain à chuter sans arrêt. L'atmosphère était tendue à la cour du roi Louis XVIII. Les seuls à ne pas en être affligés, et même à en rire, furent les frères Rothschild, KALMANN et JACOB. Ceux-ci avaient acheté, en octobre 1818, une énorme quantité d'obligations du gouvernement français gràce à l'aide de leurs agents et à leurs réserves illimitées, obligations émises par leurs rivaux Ouvrard et Baring Brothers. Le cours des obligations était donc monté. Mais le 5 novembre 1818, ils se mirent à innonder d'innombrables obligations le marché libre des principales places commerciales d'Europe, ce qui provoqua une "panique" sur le marché.
La situation changea d'un seul coup, les Rothschild devinrent le "numéro un" en France. Ils bénéficièrent de toute l'attention de la cour française, au-delà même du domaine de la finance.
A Paris, la maison Rothschild s'était emparée du contrôle de la France après la défaite des Français, et à Londres, Nathan Rothschild en contrôlant la "Banque d'Angleterre", exerçait une influence directe sur le Parlement britannique. (36)(...)

Le sceau américain, la pyramide à l'oeil qui voit tout, les armoiries de l'Etat au verso du sceau, le phénix ainsi que la bannière d'origine avec les 13 étoiles, et en 13 rayures sont d'anciens et importants symboles franc-maçonniques. Certes ils ont été créés sur l'ordre des ROTHSCHILD et introduits par ADAM WEISHAUPT, mais leur symbolisme remonte a l'époque de l'Ancienne Egypte. C'est PHILIPPE ROTHSCHILD qui a fait l'ébauche de la pyramide des Illuminés, représentée sur les billets d'un dollar, comme le révèle sa petite amie Ayn Rand dans son livre "Atlas Shrugged". (36A) (...) Les présidents américains BENJAMIN FRANKLIN et THOMAS JEFFERSON étaient farouchement opposés à l'idée d'une banque centrale privée qui contrôlerait la monnaie américaine. Après la mort de B. Franklin en 1790, les agents de Rothschild promurent ALEXANDER HAMILTON au poste de ministre des Finances. Celui-ci créa la "FIRST NATIONAL BANK OF THE UNITED STATES", la première banque centrale américaine. Elle était structurée comme la "Banque d'Angleterre" et contrôlée par les Rothschild. En 1811 prit fin le contrat de la banque avec les Etats-Unis. L'économie américaine était déjà tellement déstabilisée que le contrat de cinq ans ne fut pas renouvelé. Par la suite, les Rothschild usèrent de leur influence auprès du Parlement britannique si bien que l'Angleterre exigea qu'on lui rende ses colonies en Amérique. Cela entraîna la guerre de 1812-1814. Cette guerre endetta si fortement les Etats-Unis qu'il ne leur restait rien d'autre à faire que de quémander de nouveau des crédits auprès des banquiers (c'est-à-dire auprès de la banque centrale). En 1836, sous le président Andrew Jackson, elle fut de nouveau remerciée mais reprit sa concession en 1863 et devint en 1913 la "Federal Reserve Bank", aujourd'hui la banque centrale américaine (ci-après de plus amples renseignements). (40) A la mort de Mayer Amschel en l8l2, le droit de décider de la fortune familiale revint à Nathan Rothschild. Nanti de cette position, il créa la "NATHAN MAYER ROTHSCHILD & SONS BANK" à Londres, avec des succursales à Vienne, Paris et Berlin. Les opérations de cette banque portaient sur des marchés d'actions et des prêts, elle assurait des gouvernements, elle administrait et dirigeait d'autres banques, des compagnies de chemin de fer, des aciéries, des industries d'armes et d'autres. Aux Etats-Unis, N. M. ROTHSCHILD & SONS étaient représentés par KHUN LOEB and CO, J. P. MORGAN & CO., et AUGUST BELMONT & CO. Nathan conserva cette position dans le clan familial jusqu'en 1836, où il fut empoisonné lors d'une réunion de famille. Le motif de la rencontre était la célébration du mariage de son fils LIONEL ROTHSCHILD. Certains prétendent que Nathan fut supprimé parce qu'il touchait à la fortune familiale. Son fils LIONEL eut du succès en tant que nouveau chef de la "N.M. Rothschild and Sons", il fut finalement élu au Parlement britannique. Jacob (James) Rothschild de la succursale parisienne fut, en succédant à Nathan, le gérant de la fortune familiale de 1836 à 1868. Les Rothschild alliés aux "Illuminés de Bavière" représentent la force financière soutenant le sionisme et, plus tard, le communisme. Ils ont ourdi et financé beaucoup de révolutions et de guerres. Les Rothschild ont finance, par exemple, les deux camps de la guerre civile américaine de 1861 à 1865. De Décembre 1860 à mai 1861, onze Etats dont le système économique reposait sur l'esclavage (les Etats du Sud) démissionnèrent de l'Union et constituèrent les "Etats confédérés". Cela provoqua la guerre de Sécession, en avril 1861, contre les autres Etats de l'Union situés au Nord des Etats-Unis. Ce sont presque exclusivement des AGENTS DE ROTHSCHILD qui ont créé et fomenté la guerre civile. L'un de ces provocateurs fut GEORGES BICKLEY qui avait fondé les "CHEVALIERS DU CERCLE D'OR". Par l'intermédiaie de Bickley et ses chevaliers, la maison Rothschild insista sur les inconvénients que représentait l'Union pour les Etats confédérés. Dans les autres Etats de l'Union, par contre, les Rothschild, en se servant de "J.P. Morgan" et d'"August Belmont", mirent l'acent sur les avantages de l'Union. La banque de Rothschild de Londres finança le Nord, celle de Paris le Sud. Quelle affaire colossale pour les Rothschild ! On ne peut être que le vainqueur quand on finance les deux camps et qu'on leur fournit les armes. Quels étaient les vaincus ? Les américains, ceux des Etats du Nord et ceux des Etats du Sud (Compliments à Machiavel). Cependant, le président LINCOLN qui avait percé le jeu des Rothschild refusa, en 1862 et 1863, de leur payer les intérêts qui s'élevaient à des sommes colossales. Il chargea, peu après, peu après, le Congrès de faire imprimer les dollars "Green Back" pour payer les troupes de l'Union. Bien entendu, cela ne s'accordait pas au plan des Rothschild : la conséquence fut qu'un de leurs agents, JOHN WILKES BOOTH, tua sur leur ordre Lincoln le 14 avril 1865. Celui-là fut, plus tard, libéré de prison par les "Chevaliers du cercle d'or" et passa le restant de sa vie très agréablement en Angleterre avec une somme rondelette offerte par les Rothschild. Après la mort de Lincoln, les dollars "Green Back" furent à nouveau retirés de la circulation et rachetés à un prix ridiculeusement bas par les banquiers centraux Morgan, Belmont et Rothschild. (41)

KARL MARX
Une branche des ILLUMINÉS DE BAVIÈRE qui, à cette époque-là, était connue sous le nom de "LIGUE DES JUSTES" ("League of the Just") et qui était issue d'un des groupes secrets révolutionnaires français à gros succès, la "COMPAGNIE DES QUATRES SAISONS", reçut deux nouveaux membres, le juif MOSES MODECHAI MARX LEVI (alias KARL MARX) et son ami FREDERICH ENGELS, fils d'un industriel. Tous deux écrivirent, plus tard, pour la "ligue des justes" le Manifeste du parti communiste. Une partie du Manifeste était de leur cru, la plus grande partie reflétait, cependant, l'idéologie de la "Ligue des justes" et celle d'autres sociétés secrètes françaises qui s'opposaient à la France avec des idées révolutionnaires. Gary Allen écrit à ce sujet :
"En fait, le "Manifeste du parti communiste" était déjà en circulation depuis beaucoup d'années, bien avant que le nom de Karl Marx fut connu au point de pouvoir être utilisé pour ce manuel révolutionnaire. Tout ce que Marx a réellement fait, ce fut de moderniser et codifier les projets et principes révolutionnaires qui avaient été écrits 70 ans plus tôt par Adam Weishaupt, le fondateur des "Illuminés de Bavière".
("Die Insider", p. 32)
Plus rien ne s'opposait, désormais, au "combat contre le capitalisme". Marx réussit à modifier par son esprit brillant l'image de la Ligue des justes, tant et si bien qu'elle changea d'appellation et devint, en 1847, la "Ligue des communistes". Il appataît ici très nettement comment les Illuminés de Bavière créèrent en Angleterre et en Amérique des syeèmes "capitalistes" aussi bien qu'"anticapitalistes", voire même communistes, ce qui leur permit d'utiliser le conflit qui en résulta à la façon de Machiavel : ils réussirent à maintenir l'humanité dans une discorde constante et dans une parfaite confusion. (42) (...)

LE TRAFIC D'OPIUM DE LA FAMILLE ROYALE ANGLAISE AU 18EME SIÈCLE
Avant d'entamer ce sujet sur l'Angleterre, clarifions, d'abord, quelques concepts. La "REINE" est le chef de la famille royale anglaise et de l'Empire colonial britannique, avec Londres comme capitale, régi par un Premier ministre et un cabinet d'étroits collaborateurs. A Londres se trouve, cependant, comme à Rome avec le Vatican, un Etat séparé, indépendant, la "CITY". La "CITY", qualifiée comme le "mile carré" le plus riche du monde, occupe au coeur de Londres 2,7 kilomètres carrés. Elle passe pour avoir 4.600 habitants et 500.000 emplois. Le gouvernement de la "CITY" c'est la "COURONNE", composée de 13 hommes régis par le roi de la "CITY", le "LORD MAYOR". C'est là que se trouvent les plus riches et les plus puissantes institutions économiques d'Angleterre, comme la Banque d'Angleterre contrôlée par Rothschild, la Lloyd's of London, la Bourse de Londres, les bureaux de konzerns commerciaux à la renommée internationale ainsi que la "Fleet Street", le coeur du monde de la presse et de l'édition. La "City" ne fait pas partie de l'Angleterre. Elle n'est ni sous le contrôle de la monarchie ni sous celui du Parlement britannique. La "City" est le véritable gouvernement de l'Angleterre puisque la reine comme le Premier ministre relèvent du "Lord Mayor" et lui obéissent : le Premier ministre et le cabinet font croire qu'ils dirigent le jeu alors qu'ils ne sont, en réalité, que les pures marionettes de la "City". Quand la REINE rend visite au LORD MAYOR, celui-ci vient l'accueillir au "Temple Bar", porte symbolique de la ville. Elle s'incline et demande la permission d'entrer dans son Etat privé souverain. Il lui accorde l'entrée en lui présentant l'épée de l'Etat. Lors de telles visites d'Etat, LORD MAYOR est d'autant plus rayonnant dans sa robe d'apparat que la tenue "de service" de la suite royale est modeste. Lorsqu'il accompagne ensuite la reine à travers la ville, celle-ci marche à deux pas derrière lui. C'est à William Paterson qui était un "agent de la City" que nous devons la fondation de la "Banque d'Angleterre", comme nous l'avons déjà vu. D'après les explications de Des Griffin, la CITY est contrôlée par l'empire Rothschild. (...) En agrandissant ses colonies anglaises, la compagnie britannique EAST INDIA MERCHANT COMPANY (BEIMC) accumula une fortune géante grâce au trafic d'opium. La BEIMC fonda l' "Inland Mission" dont la tâche principale était de rendre dépendants de l'opium des travailleurs chinois pauvrement payés et de créer ainsi un marché pour écouler leur marchandise. La famille royale britannique se félicita tant et si bien de ces immenses profits qu'elle se mit à coopérer avec la BEIMC. La maison royale se mit à imposer les producteurs d'opium en Inde. Des quantités colossales d'opium furent embarquées en partance des Indes sur les "China Tea Clippers" et 13% environ du revenu économique de l'inde, qui était sous la domination de la Couronne, étaient obtenus par la vente du pur opium Bengali en Chine, là aussi sous contrôle de la Couronne. Certes, la maison royale ne voulait pas que ce "coin d'ombre" apparaisse au grand jour. C'est pourquoi ils y impliquèrent les services secrets britanniques, le "BRITISH MILITARY INTELLIGENCE DEPARTEMENT (MI6) et le "SECRET INTELLIGENCE SERVICE" (SIS). L'existence du MI6 remonte à la reine Elisabeth 1 lorsque Sir Francis Walsingham devint trésorier du département "Dirty Tricks" du MI6. Après des siècles d'expériences, le MI6 compte parmi les meilleurs services secrets du monde. La BEIMC dirigea, pendant un siècle la course au marché de l'opim jusqu'en 1829, date où le gouvernement chinois défendit de fumer l'opium. De 1791 à 1894, le nombre de plantations d'opium concédées passa de 87 à 663 sous la surveillance de La Couronne britannique. Cela conduisit finalement aux guerres d'opium en Chine. (...) LORS INCHAPE fonda la "Société de navigation à vapeur P&O", il fut, en fait, le fondateur de la "Banque de Hong Kong et de Shanghai" qui fut une couverture pour le trafic d'opium. D'autres banques britanniques mêlées au trafic de drogues étaient : The British Bank of the Middle East, Midland Bank, National Westminster Bank, Barclays Bank, The Royal Bank of Canada et Baring Brothers Bank. Toutes ces banques sont reliées (...) aux banques Rothschild". Lors de la contruction du chemin de fer Harriman qui devait relier la Californie à l'Est des Etats-Unis, on embarqua pour ces travaux des milliers de travailleurs chinois à bon marché. Beaucoup parmi eux étaient des opiomanes, c'est ainsi que s'étendit le marché de la drogue aux Etats-Unis. HARRIMAN fonda son empire du chemin de fer grâce aux prêts de la "N.M. Rothschild & Sons Bank" à Londres. Il y a de bonnes raisons d'en conclure que ces opiomanes chinois ont été embauchés dans le but d'étendre précisément aux Etats-Unis le marché des stupéfiants. (50) (...)

LA RÉVOLUTION BOLCHÉVIQUE ET SES DESSOUS
Beaucoup de Juifs qui ne possédaient pas de terres se virent contraints de voyager dans tous les pays à cause des nombreuses lois antisémites en Europe. Quel que fût le pays où ils séjournaient. ils se heurtèrent, la plupart du temps, à un rejet unanime. A la fin du 19ème siècle, le seul obstacle réel qui empêchait les Illuminati de contrôler le monde fut la Russie tsariste.
En 1881, Theodor Herzl fonda le "MOUVEMENT SIONISTE" à Odessa, en Russie, dans le but de créer une patrie pour les Juifs en Palestine.
En 1916, Jacob Schiff, président de la "Khun Loeb and Co. Bank", fut choisi lors d'un rassemblement du "B'NAI B'RITH" à New York comme président du "Mouvement sioniste (révolutionnaire) en Russie". (51)
Le 13 janvier 1917, le juif LEON TROTSKI (alias Bronstein) arriva aux Etats-Unis et reçut un passeport américain. On le vit occasionnellement pénétrer dans la résidence très luxueuse de JACOB SCHIFF.
Schiff et Trotski échangèrent alors sur les troubles sionistes en Russie ainsi que sur les leçons qu'on avait tirées de l'échec du renversement du tsar. Jacob Schiff finança l'entraînement des "rebelles trotskistes", composés principalement de Juifs des quarriers ce de New-Jersey. Leur entraînement eut lieu dans la propriété de la "STANDARD OIL COMPANY" de ROCKEFELLER au New Jersey. Lorsqu'ils se furent assez entraîné pour mener des guérillas, les rebelles trotskistes quittèrent les Etats-Unis munis d'une somme de 20 millions de dollars en or que Jacob Schiff leur avait remis. (...)
Trotski et Lénine étaient tous deux de mèche, par l'intermédiaire de Bruce Lockheart(...)
Il est étonnant de constater que les membres les plus éminents de l' "EASTERN LIBERAL ESTABLISHMENT" (l'establishment de la côte est) ont toujours été membres d'une de ces sociétés (Selon Gary Allen, l'establishment de la côte est est la périphrase de la mafia financière, politique, académique et médiatique contrôlée par les Rockefeller). A ce propos, une banque digne d'être mentionnée est la "W. A. HARRIMAN COMPANY". Son fondateur William Averall Harriman fut inité à l'ordre "SKULL and BONES" en 1913. Dans les années vingt, W. A. Harriman fut celui qui soutint le plus les Russes avec de l'argent et des aides diplomatiques. Son soutien financier venait de la "RUSKOMBANK", la première banque commerciale soviétique. MAX MAY, vice-président de la "Guaranty Trust" et membre de "Skull & Bones", devint le premier vice-président de la "Ruskombank". La "Guaranty Trust" était sous le contrôle de la banque "J. P. MORGAN and Co" (banque associée avec la banque N~ M. Rothschild) et quelques-uns des associés de J. R Morgan étaient membres de "SKULL and BONES". (...)

La "N. M. Rothschild and Sons Bank" avait ses succursales à Londres, Paris, Vienne et Berlin, Les Rothschild contrôlaient, pendant cette période de l'histoire, la City de Londres et, de ce fait, aussi les colonies de la Couronne britannique et le gouvernement anglais ainsi que le gouvernement français (...) et, par conséquent, toutes les loges secrètes d'Europe et des Etats-Unis infiltrés par les Illuminati. Avec l'aide de leurs représentants, la "Khun Loeb Bank" dont le directeur était Jacob Schiff, la "August Belmont and Co. Bank" et la "J. P. Morgan and Co. Bank" aux Etats-Unis ainsi que la "M. M. Warburg Gesellschaft" à Hambourg et Amsterdam, les Rothschild avaient érigé, entre autres, le "Standard Oil-Imperium" de Rockefeller, les chemins de fer Harriman et les aciéries Carnegie, et ils contrôlaient, ainsi, la majeure partie du l'économie américaine. Les banques citées ci-dessus comptaient parmi les plus puissantes du monde et étaient toutes sous le contrôle des Rothschild. Ainsi que nous allons le constater, nous n'en sommes qu'aux modestes débuts de l'empire Rothschild. (54)

FINIE LA LIBERTE EN AMERIQUE
Vers la fin du 19èmz siècle, les banques dépendant des Rothschild entamèrent une grande campagne pour mettre sous leur contrôle la riche économie des Etats-Unis. Les Rothschild d'Europe financèrent la banque citée ci-dessus de J. P. Morgan & Co., la banque de Khun Loeb & Co., la Standard Oil Co. de John D. Rockefeller, les chemins de fer Edward Harriman et les aciéries Andrew Carnegie. Ce lien signifiait sûrement plus que d'avoir seulement un pied dans l'économie américaine. Vers 1900, les Rothschild envoyèrent un autre agent aux Etats-Unis, PAUL WARBURG, pour collaborer avec la "Khun Loeb & Co. Bank". Retenez bien le nom de cet "agent des Rothschild" qui tissera un réseau entre de nombreuses organisations ! JACOB SCHIFF et PAUL WARBURG entamèrent une campagne pour ériger la "FEDERAL RESERVE BANK" et en faire une banque centrale privée solidement implantée en Amérique. Jacob Schiff fit, en 1907, à la chambre de commerce de New York, le discours suivant :
"Si nous n'avons aucune banque centrale qui surveille suffisament les fonds de crédit, ce pays connaîtra la plus sévère et la plus profonde crise monétaire de son histoire".
(Des Griffin :"Die Absteiger")

Aussitôt dit, aussitôt fait, ils plongèrent alors les Etats-Unis dans une crise monétaire : la panique qui en résulta sur le marché du capital ruina la vie de dizaines de milliers d'hommes dans tout le pays. La panique à la bourse de New York rapporta aux Rothschild, outre plusieurs milliards de dollars, le succès souhaité : C'était astucieusement pensé, on se servit de la panique comme argument pour créer enfin une banque centrale afin d'éviter des incidents de ce genre. Paul Warburg déclara au Comité de la banque et du fonds monétaire :
"La première chose qui me vint à l'esprit suite à cette panique a été la nécessité d'avoir une banque centrale nationale (Clearing-Bank)
."
(Gary Allen "Die Insider")

La version définitive de l'accord introduisant le "FEDERAL RESERVE SYSTEM" (la banque centrale privée d'Amérique) a vu le jour dans une propriété de J. P. Morgan sur Jekyll Island en Georgie. Les personnes présentes étaient les suivantes selon les recherches de Herbert G. Dorsey : A. Piatt Andrew, le sénateur Nelson Aldrich, Frank Vanderlip (président de la banque "Khun Loeb & Co."), Henry Davidson (associé de la J. P. Morgan Bank"), Charles Norton (président de la "First National Bank" de Morgan), Paul Warburg et Benjamin Strong (président du "Bankers Trust Co." de Morgan). La création de la "Federal Reserve" en 1913 permit alors aux banquiers internationaux de consolider leur puissance financière aux Etats-Unis. PAUL WARBURG devint le premier président de la "New York Federal Reserve Bank". Le décret du "Federal Reserve" était suivi de l'introduction du 16ème article complémentaire de la Constitution américaine qui donnait, désormais, la possibilité au Congrès d'imposer le revenu personnel des citoyens américains. Cela découlait du fait que le gouvernement américain n'avait plus le droit d'imprimer son propre argent pour financer ses opérations. Ce fut la première fois dans l'histoire depuis la création des Etats-Unis que le peuple devait payer des impôts sur le revenu. Les actionnaires les plus importants de la "FEDERAL RESERVE" (de la Fed) étaient :
1. les banques Rothschild de Londres et de Paris
2. la "Lazard Brothers Bank" de Paris
3. la "Israel Moses Seif Bank" d'ltalie
4. la "Warburg Bank" d'Amsterdam et de Hambourg
5. la "Lehmann Bank" de New York
6. la "Khun Loeb Bank" de New York
7. la "Chase Manhattan Bank" de Rockefeller de New York
8. la "Goldman Sachs Bank" de New York

Le membre du Congrès CHARLES LINDBERGH disait déjà a ce moment-là en parlant de la nouvelle Federal Reserve Bank que sa puissance financière faisait d'elle le "gouvernement invisible".(...)

LE SYNDIC DE SAISIE ROTHSCHILD
A toutes les époques de l'histoire, il y a eu des rois et des dictateurs qui avaient la réputation de dépenser plus d'argent qu'ils ne pouvaient en soustraire à leur peuple en lui faisant payer des impôts. Les nations et les gouvernements empruntaient alors l'argent nécessaire aux banques Mais comment les banques récupéraient-elles cet argent si le gouvernement ne pouvait ou ne voulait pas payer ? La seule solution était la guerre ! La manière dont les banques financèrent les gouvernements fait penser à une institution de crédit qui prête de l'argent à un client pour qu'il puisse s'acheter une voiture. Si le client ne peut plus payer ses traites, la voiture est saisie. Le même système ce appliqué pour le financement des gouvernements. Il ne faut pas prêter de l'argent à un seul pays. Il faut agir de même avec le pays adverse. Le prêteur doit s'assurer que les deux pays sont d'égale puisance pour qu'en cas de conflit, le financement soit le facteur déterminant. Si un pays ne paie pas, le prêteur menacera ce pays de guerre par l'intermédiaire d'un autre pays. Si le premier pays refuse toujours de payer, le prêteur mettra la mainmise sur lui en se servant de l'autre pays qui qui fera du premier pays son butin de guerre (voir Machiavel). La maison Rothschild travaille depuis environ 160 années d'après ce concept (voir § 9 des Protocoles). Nathan et ses frères commencèrent à jouer ce jeu au siècle dernier en Europe, apès leur succès remporté lors des gueues napoléoniennes. A cette époque-là se développa en Europe l' "équilibre des forces". Pour renforcer sa position de "dominateur invisible" en Europe la maison Rothschild dut édifier deux puissances de force presque égale pour assurer l' "équilibre des forces". Les Rothschild devaient s'assurer que tous les rois du camp A pouvaient être menacés par tous les rois du camp B. Ils finançaient bien sûr les deux camps. Mais il fallait alors une troisième puissance qui pourrait servir de police d'assurance au cas où l'un des pays quitterait les rangs. Ce pays était l'Angleterre de Nathan qui avait, désormais, la suprématie en Europe. C'était facile de prévoir la fin d'une guerre : il suffisait d'observer vers quel côté penchait l'Angleterre car elle se trouvait, en fin de compte, toujours aux côtés du gagnant. L'Angleterre, ou disons plus justement la Couronne, fournissait un "syndic de saisie royal" si efficace que la maison Rothschild finit par contrôler, en ce début de siècle, la moitié des biens de ce monde. (55A)

CECIL RHODES ET SES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE (THE ROUND TABLE) 
Gary Allen écrit à ce sujet dans son livre "Die Insider" : "L'organisation "THE ROUND TABLE" est issue du rêve de toute une vie de CECIL RHODES, magna de diamants et d'or qui aspirait à un "Nouvel Ordre mondial". Sa biographe Sarah Millin disait plus concrètement qu'il avait "le simple souhait de régir le monde". Le professeur Quigley ajoute :
"Vers le milieu des années 1890, Rhodes avait un revenu personnel qui atteignait au moins un million de livres sterling par an et qu'il dépensait si généreusement que son compte était le plus souvent à découvert". (...)
Que Rhodes air pris parti à une conspiration visant à la réalisation d'un gouvernement mondial, une suite de testaments en témoignent.
Frank Aydelotte écrit dans son livre "American Rhodes Sholarship" :
"(...)Dans son premier testament, Rhodes explique son but en détail : l'extension de la domination britannique au monde entier (avec l'anglais comme langue mondiale, note de l'auteur) (...), la création d'une si grande puissance que toute guerre deviendrait impossible et le soutien des intérêts humanitaires. Le "credo" (partie du testament, note de l'auteur) relate ces idées. Le modèle de sa société secrète était la Société de Jésus (les Jésuites), bien qu'il mentionnât aussi les francs-maçons." (...)

Gary Allen poursuit :
"Notons que l'auteur de ce genre de sociétés secrètes était Adam Weishaupt, ce philosophe douteux qui avait fondé, le 1 mai 1776, l'ordre des Illuminés de Bavière visant à une conspiration pour contrôler le monde. Les Illuminés de Bavière de Weishaupt défendent, incontestablement, les thèses du régime de la terreur. Pendant longtemps, les techniques des Illuminés (de Bavière) servirent de modèle aux communistes. Weishaupt prit également exemple sur l'organisation de la Compagnie de Jésus et transcrivit son code en termes franc-maçonniques. "

Aydelotte continue :
"En 1888, Rhodes écrivit son troisième testament (...), il léguait tout à LORD ROTHSCHILD (son financier dans ses entreprises d'exploitation minière). Une lettre y était jointe, contenant "la substance de tout ce qui a été discuté entre nous". On pense qu'il s'agissait de son premier testament et de son "credo" puisqu'un post-scriptum de Rhodes dit : "Quant aux questions auxquelles il est fait allusion, prenez la constitution des Jésuites si vous pouvez l'obtenir". "Pour des motifs apparement stratégiques, lord Rothschild fut, plus tard, écarté du devant de la scène. Le professeur Quigley révèle que lord Rothschild "fut accepté dans le cercle secret de Rhodes à la place de son beau-père, le lord Rothschild, et qu'il fut désigné dans le prochain (et dernier) testament de Rhodes comme agent fiduciaire". La société secrète fut érigée selon le modèle de conspiration qui part de petits cercles pour aller vers les plus grands. Professeur Quigley nous informe que le noyau central fut fondé en mars 1891 avec les deniers de Rhodes. L'opération fut menée "pour Rothschild" par lord Alfred Milner. (...) THE ROUND TABLE travaillait dans les coulisses du gouvernement britannique. Elle exercait son influence sur la politique extérieure et sur la conduite de l'Angleterre durant la première guerre mondiale".(...)

COMMENT METTRE EN SCENE UNE GUERRE MONDIALE ?
L'alliance des Etats allemands sous Bismarck troubla l' "équilibre des forces" qui existait depuis plus de deux siècles en Europe. Jusqu'en 1871, l'Angleterre avait régné sur le continent européen, cette suprématie avait été maintes fois remise en cause par l'Espagne et la France mais l'Angleterre en était toujours sortie victorieuse. Les Allemands qui devenaient plus puissants par l'acquisition de colonies et aussi par l'extension de leur force militaire, représentaient une lourde menace économique et militaire pour les Illuminati et aussi pour l'Angleterre et sa suprématie en Europe. Pour y remédier, les banquiers internationaux qui étaient exclus à cette époque, du développement économique de l'Allemagne recherchèrent par tous les moyens possibles à freiner son essor et à la contrôler. Entre 1894 et 1907, on signa traité sur traité pour que la Russie, la France, l'Angleterre et d'autres nations se liguent en cas de guerre contre l'Allemagne. (57) Une organisation de front surgit du groupe de la "ROUND TABLE", le "Royal Institute for International Affairs" (RIIA), l'Institut royal pour les affaires internationales. (57A) Le RIIA, connue aussi sous le nom de "Chatham-House", avait parmi ses membres fondateurs, entre autres, Albert lord Grey, l'écrivain H. G. Wells, lord Tynbee, l'éminence grise du MI6, lord Alfred Milner, le dirigeant de la "Round Table" et H. J. Mackinder, l'inventeur de géopolitique. Le RIIA fut mandaté (...) pour étudier en détail la mise en scène de cette guerre. En furent personnellement chargés lord Northcliff, lord Rothmere et Arnold Toynbee, du MI6. Ce travail fut mené à la "WELLINGTON HOUSE" où se déroulaient des scéances de brainstorming : on y développait les techniques qui devait modifier l'opinion du peuple et l'amener à faire la guerre. Des "spécialistes" américains tels qu'Edward Bernays et Walter Lippman étaient de la partie. Lord Rothmere se servait du journal qu'il éditait pour tester leurs techniques du "social conditioning" sur le peuple. Au bout d'une période de test de six mois, ils constatèrent que 87% du public s'était fait une opinion à partir du journal, sans manifester de réflexion ou de critique personnelles. C'était ce qu'ils voulaient. Peu après ils soumirent la classe ouvrière anglaise à des techniques de propagande raffinées. Leur dessein était de convaincre ces ouvriers d'envoyer par milliers leurs fils à la mort. (57B) Du côté américain, le président Theodore Roosevelt (26ème président) disait dans son programme électoral de 1912:
"Derrière le gouvernement visible siège un gouvernement invisible qui ne doit pas fidélité au peuple et ne se reconnaît aucune responsabilité. Anéantir ce gouvernement invisible, détruire le lien impie qui relie les affaires corrompues avec la politique, elle-même corrompue, tel est le devoir de l'homme d'Etat".
(Dieter Rüggeberg : "Gehimpolitik", p.75) (58) (...)

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE VUE PAR LES ILLUMINATI
Vu de l'extérieur, le monde se trouvait en paix au début du 20ème siècle. Mais ce n'était qu'en apparence, car depuis longtemps, on préparait, en coulisse, un bain de sang que le monde n'allait pas oublier de sitôt. Les Illuminati avaient compris que pour mener à bien leur plan visant à un "Nouvel Ordre mondial", ravages et cruautés s'avérèrent nécessaires et n'épargneraient aucune nation. La plupart des historiens sont d'accord sur le fait que la cause de la guerre n'avait été qu'un simple différent entre l'Autriche et la Serbie. L'assassinat de l'archiduc Franz Ferdinand qui devait succéder au trône d'Autriche et de sa femme Sophie, exécuté par des Serbes de la société secrète occulte la "MAIN NOIRE" à Sarajevo déclencha la première Guerre mondiale. (...) Nous connaissons dans l'ensemble le déroulemont des baniilles.je ne vais donc examiner que ce qui se passa du côlé russe. La Russie, bien qu'elle posséda la plus grande armée du monde, avait un équipement de misère pour faire face à un grand conflit. Avant que n'éclate la guerre de 1914, la COURONNE BRITANNIOUE avait assuré la Russie de son aide totale et de son soutien militaire en cas de guerre. Au début de la guerre, cette assistance se trouva réduite à 10% des aides données avant-guerre. Il est évident que les détenteurs des monopoles d'argent (...) voulaient plonger la Russie dans une situation très dangereuse. Dans le même temps, alors que des millions de Russes étaient déjà tombés dans les batailles, les agents des ROTHSCHILD avaient accompli un bon travail en accentuant la situation déjà désastreuse des Russes. La philosophie des Illuminati de repaît de misère et d'insécurité et leurs efforts se virent gratifiés : la scène était libre pour une révolution qui devait survenir à la suite de la défaite subie par les Allemands. La Révolution éclata en février 1917, le tsar fut renversé et le prince Georgi Luwow se chargea des affaires de l'Etat dans un gouvernement provisoire qui ne réussit, cependant, pas a empêcher le pays de sombrer dans la décadence. (59) Je voudrai présentément reprendre le chapire "la révolution bolchevique et ses dessous" au moment ou TROTSKI et ses rebelles viennent de quitter New York sur le S. S. Kristianiafjord avec 20 millions de dollars en or. Le vapeur affrété par JACOB SCHIFF fut arrêté le 3 avril 1917 par les autorités canadiennes à Halifax, en Nouvelle-Ecosse. (...) Mais Jacob Schiff usa de son influence et de celle de ses amis les Illuminatis dans le gouvernement américain et en Angleterre si bien que le voyage put reprendre peu après. Arrivé en Europe, Trotski alla directement en Suisse pour y rencontrer Lénine, Staline, Kagonowitch et Litwinow afin de mettre au point les détails de leur stratégie. Il est interressant de remarquer ici que les représentants éminents et les agents de toutes les nations participant à la guerre pouvaient se rencontrer ouvertement en pays neutre, la Suisse. La Suisse existe, dans sa forme actuelle, depuis 1815, année du congrès de Vienne ou on l'avait assurée d'une neutralité permanente. Un hasard ? Ou alors un lieu si sûr et si petit au centre de l'Europe ne se prête-t-il pas parfaitement aux plans de ceux qui vivent de la guerre ? Les conspirateurs se virent alors obligés de résoudre le problème suivant : comment se rendre de Suisse en Russie avec les rebelles et leur armement ? La solution fut donnée par l'agent des ROTHSCHILD, dirigeant de la police secrète allemande : MAX WARBURG. Il les entassa tous dans un wagon de chemin de fer scellé et prit en charge leur traversée jusqu'à la frontière russe. Lorsque le train s'arrêta pour la première fois en Allemagne, deux officiers allemands y montèrent pour l'escorter. ils en avaient reçu l'ordre du général ERICH LUDENDORFE. Max Warburg était le frère de Paul Warburg, premier président de la "Federal Reserve Bank". En juillet 1917, le complot soutenu par les banquiers internationaux subit un début de revers de fortune, LENINE dut s'enfuir avec quelques autres en Finlande. Par contre, en novembre 1917, leurs efforts furent définitivement couronnés de succès. Si nous prenons en considération le soutien financier qui s'ajoutait à la formation reçue à New York, il n'y a plus de quoi s'en étonner. Lors de la sanglante guerre civile qui succéda à la révolution bolchevique, Lénine était le chef incontesté des activités politiques et Trotski fut chargé de la partie militaire de l'organisation qui était, en fait, l' "Armée rouge". Ce nom d' "Armée rouge" n'était pas un nom donné à tort ou trouvé par hasard. L' "Armée rouge" bolchévique sous la direction de Trotski était l'instrument mortel des banquiers internationaux, eux-mêmes sous la domination des Rothschild (traduction littérale de ce mot : enseigne rouge). Que cette armée porte l'emblême ou l'enseigne rouge, cela ne pouvait être qu'adéquat. Entre-temps, et c'est devenu un fait historique, la plupart des rebelles sous la conduite de Lenine étaient des Juifs. Le Times écrit aussi le 29 mars 1919 qu' "une des caractéristiques les plus intéressantes du mouvement bolchevique est le haut pourcentage d'hommes non russes dans l'équipe dirigeante. Sur environ trente commissaires ou dirigeants qui forment l'appareil central bolchevique, 75% pour le moins sont des Juifs". D'après les écrits du général A. Nechvolodov, les services secrets français ont constaté que Jacob Schiff avait donné directement douze autres millions de dollars aux révolutionnaires russes. Ce général cite comme autres financiers de la révolution bolchevique : Felix Warburg, Otto Khan, Mortimer Schiff, Jerome H. Hanauer, Max Breitung aux Etats-Unis et Max Warburg, Olaf Aschburg et Jivlovsky en Europe. L'embassadeur de l'Empire russe aux Etats-Unis, Bakhmetiev explique qu'après la victoire bolchevique, 600 milions de roubles en or furent transférés de Russie à la "Khun Loeb Bank" à New York entre 1918 et 1922. Le livre "Der piombierte Zug" ("Le train plombé") de Michael Pearson prouve que les Allemands avaient mis à disposition (d'après les données du ministère des Affaires étirangères), jusqu'au 5 février 1918, 40.580.997 Marks allemands pour la propagande en Russie et pour des "buts particuliers". Dans le même document, il est dit que le Trésor allemand avait libéré environ 15 millions de marks pour la Russie le jour suivant la prise de pouvoir de Lénine. Le massacre sanglant subi par des millions de Russes et l'esclavage de millions d'autres hommes n'a que peu intéressé les banquiers internationaux qui n'avaient qu'un seul but en tête : la domination du monde. (60) (...)

LE PETROLE RUSSE
La "Standard Oil" (de Rockefeller[=Rothschild]) acheta aux Russes, après la révolution bolchévique, 50% des immenses champs pétrolifères caucasiens, bien qu'ils fussent officiellement nationalisés. En 1927, la Standard Oil construisit la première raffinerie en Russie, passa ensuite un accord avec les russes pour écouler leur pétrole sur les marchés européens et fit passer 75 millions de dollars aux bolchéviques. (62)

LA DECLARATION BALFOUR
L'instauration du régime de marionnettes sous LLOYD GEORGE à Londres provoqua un revirement dans la politique officielle envers le sionisme. Cela rapporta gros lorsque le nouveau ministre des Affaires étrangères, ARTHUR BALFOUR, écrivit la lettre suivante, le 2 novembre 1917, à LIONEL ROTHSCHILD :
Cher Baron Rothschild,

J'ai le plaisir de vous transmettre au nom du gouvernement de Sa Majesté sa marque de sympathie pour les aspirations juives sionistes présentées à l'assentiment du cabinet qui les a approuvées.

Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un Foyr national pour le peuple juif et emploiera tous ses effets pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant entendu que rien ne sera fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, ainsi qu'aux droits et au statut politique dont les juifs pourraient jouir dans tout autre pays.

Je vous serais reconnaissant de porter cette déclaration à la connaissance de l'Organisation sioniste.

Avec mes sincères salutations

Arthur James Balfour
Il est interressant de savoir qu'au moment ou la lettre fut écrite, la Palestine était encore territoire turc. Voila une nation qui promet un pays qui est la propriété d'une deuxième nation à une troisième nation. Quelques années plus tard, les turcs furent vaincus et l'Angleterre obtint le contrôle sur l'Egypte et la Palestine, la France sur le Liban et la Syrie. Rothschild prit une part active dans cette transaction : il se servit de son influence aux Etats-Unis pour impliquer ceux-ci, aux côtés des Alliés, dans la Première guerre mondiale, et cela à une époque ou les Alliés ne se trouvaient pas dans une position de force par rapport à l'Allemagne et la Turquie. (63) (...)

LES AMERICAINS AUSSI "VEULENT" PARTICIPER A LA GUERRE
Le siège central des sionistes à Berlin fut transféré à New York sous la direction du juge Louis D. Brandeis (juif).
Le COLONEL EDWARD M. HOUSE. et BERNARD BARUCH furent d'autres agents importants de la BANQUE ROTHSCHILD.
Prêtez une attention particulière à ces noms. ils joueront encore souvent un rôle important.
BARUCH fut l'instrument de la campagne des présidentielles de WOODROW WILSON qui fut couronnée de succès. Quant au COLONEL HOUSE, il fut le plus proche conseiller du président Wilson, il organisa le cabinet d'après les intérêt des Rothschild et dirigea pratiquement tout le Département d'Etat. Ce n'était un secret pour personne : le président Wilson était sous la coupe du colonel HOUSE et devint la marionnette idéale entre les mains des Rothschild. Il en donna la preuve concrète en n'opposant aucun veto à la création de la "Federal Reserve" et en demandant l'accord du Congrès pour partir en guerre contre l'Allemagne. (64)(...)

Le Congrès donna aussi son accord à cause de la "forte pression" du peuple. Celui-ci avait été, en fait, manipulé avec les mêmes techniques de propagande, avec le même "social conditioning" propre au WELLINGTON HOUSE du RIIA qui avaient été appliqués au peuple anglais auparavant. (...) Le COLONEL HOUSE participa aussi à cette propagande. En 1916, il usa de sa forte influence - en accord avec les actionnaires de la "Federal Reserve" - pour convaincre le peuple américain, gràce à la propagande et à l'aide du président Wilson (marionnette des Rothschild), qu'il avait le devoir sacré de su servir de la démocratie pour apporter "la sécurité" au monde. Peu après, les Américains entraient en guerre. Les Illuminati firent accepter le président Wilson par le peuple américain en lui collant l'étiquette du représentant du la liberté." La Première Guerre mondiale fut pour les banquiers illuminés une très bonne affaire, Bernard Baruch qui devint président de la "commission de l'industrie de guerre" vit sa fortune initiale passer de 1 million à 200 millions de dollars. L'action suivante de Woodrow Wilson, sur l'ordre du colonel House, fut de faire comprendre au Congrès la nécessité de former la "SOCIETE DES NATIONS" (League of Nations) qui devait devenir, plus tard, l'ONU. (65) C'était un pas décisif de plus des Illuminai sur la voie qui devait les conduire la domination du monde. Des Griffin décrit la Première Guerre mondiale telle que la voient les Illuminati comme suit :
1. La politique étrangère américaine de neutralité dont George Washington s'était fait le champion dans son message d'adieux et qui fut reprise dans la doctrine de Monroe, cette politique là était lettre morte. Un précédent avait été, ainsi, créé grâce à une imposture énorme qui permettait aux banquiers internationaux de se servir de l'Amérique comme outil militaire.
2. La Russie tsariste, souci permanent depuis beaucoup d'années pour les manitous financiers, avait été balayée avec succès de la scène mondiale. (...)
3. La Première Guerre Mondiale avait causé aux Etats impliqués une dette d'un montant astronomique. Ces dettes avaient été contractées auprès des banquiers imernationaux qui, nous l'avons vu, avaient tout organisé et tout mis en scène dès le début. Des "lieux où se joue la guerre" se sont toujours révélés des plus lucratifs pour leurs managers et pour ceux qui les financent."
("Die Absteiger", p.147)

Il était évident que les accords de Versailles se déroulaient aussi selon les plans des Rothschild. Du côté américain se trouvaient Woodrow Wilson, la marionnette des ROTHSCHILD, avec ses conseillers et les agents de ROTHSCHILD : le colonel House et BERNARD BARUCH. Du côté anglais, plus exactement du côté de la "Couronne", il y avait Lloyd George, (...) avec son conseiller SIR PHILIP SASSOON, descendant direct d'Amschel Rothschild et membre du Conseil d'Etat secret anglais, le "Privy Council". La délégation française était représentée par le Premier ministre Clemenceau et GEORGE MANDEL. Mandel, né JEROBEAM ROTHSCHILD, qui fut souvent désigné comme le "Disraeli" [juif] français, complétait bien le tableau, complétait bien le tableau. (...)
Lloyd George affirme à ce sujet : "Nous avons un document écrit qui nous garantit une guerre dans vingt ans. S'ils imposent des conditions à un peuple (l'Allemagne) qui est dans l'impossibilité de les remplir, ils l'obligent alors soit à rompre le traité, soit à faire la guerre". Et nous connaissons, depuis, ceux qui avaient manigancé les accords de Versailles et les buts qu'ils poursuivaient. Quelques ignorants peuvent, peut-être, continuer à nier l'authenticité des "Protocoles des Sages de Sion" mais même avec la meilleure volonté, on ne peut pas dire que c'est par hasard que les agents de ROTHSCHILD se trouvaient présents lors du traité de Versailles.

LE CONSEIL-ROCKEFELLER [FRANCHISE AMÉRICAINE DU RIIA-ROTHSCHILD] POUR LES AFFAIRES ETRANGERES (CFR)

Les Illuminati provoquèrent la Première Guerre mondiale pour constituer leur gouvernement mondial qui en découlerait inexorablement. S'il leur avait été possible de le créer après la Première Guerre mondiale, ils auraient pu s'épargner les suivantes. Après l'armistice du 11 novembre 1918, WOODROW WILSON et son conseiller, le COLONEL HOUSE, vinrent en Europe avec l'espoir de pouvoir y former un gouvernement mondial en le présentant sous forme de la Société des Nations. Les 14 points de Wilson n'eurent, cependant, pas l'effet escompté, car la faute fut répartie également entre tous, et le plan échoua. C'est pourquoi House rencontra les membres de l'organisation secrète britannique "THE ROUND TABLE" en 1919. Il était devenu évident que pour atteindre leur but, les Illuminati devaient étendre leur réseau. Une fois le RIIA créé en Angleterre, on prit la décision de créer aussi aux Etats-Unis une organisation de front. Pendant la conférence de la Paix à Paris en 1919, le colonel House, hôte alors du groupe de la "ROUND TABLE", rassembla les esprits les plus éclairés du "Brain Trust" de Wilson pour former un groupe qui aurait à s'occuper des affaires internationales. (67) Ce groupe quitta alors Paris pour revenir à New York et devint en 1921 le "COUNCIL ON FOREIGN RELATIONS" (CFR). Le CFR est constitué d'Américains et comme pour le RIIA, son noyau central est le groupe de la "ROUND TABLE". Le CFR et la "COMMISSION TRILATERALE" sont, aujourd'hui, tout en restant dans l'ombre, les organisations les plus influentes aux Etats-Unis. De même, le CFR et le groupe de la "Round Table" tirent les ficelles de la "J. P. Morgan & Co. Bank". Il n'est donc pas étonnant que J. P. Morgan lui-même ait joué un rôle important à la fondation. Le "cercle le plus intime" du CFR est l'ordre "SKULL & BONES". (68

LES PREPARATIFS POUR LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE
Le 6 février 1929, MONTAGU NORMAN, président de la "BANQUE D'ANGLETERRE", vint à Washington pour "tenir conseil" avec le ministre des Finances américain ANDREW MELLON. A la suite de quoi la "Federal Reserve" augmenta son taux d'intérêt. Le 9 mars 1929, Paul Warburg communiqua dans la revue des finances "Financial Chronicles" :
"S'il est permis de spéculer sans se mettre des limites, (...) alors l'effondrement total est sûr et certain".
Ceux qui comprirent se retirèrent de la Bourse sur la pointe des pieds et investiront dans l'or et l'argent. Des Griffin écrit à ce sujet :
"Le temps était venu, c'était l'automne 1929, où les banquiers internationaux devaient appuyer sur le bouton qui allait déclencher la Deuxième Guerre mondiale. Après avoir trahi même leurs agents et leurs amis en provoquant artificiellement un boom d'actions, ils détruisirentla base du système et précipitèrent les Etats-Unis dans une profonde crise. Les années suivantes virent le développement économique se ralentir dans le monde entier jusqu'à ce que, pratiquement, plus rien ne marchât".
("Die Absteiger", P.177)
Les Illuminati se servirent très adroitement du désespoir général causé par la crise pour racheter à bas rrix des terrains et des sociétés. Ce fut aussi pour eux une bonne occasion d'accroître leur influence sur le gouvernerneni américain. Le CFR se mit, comme prévu, à attirer dans ses rangs des éminences du gouvernement, des patrons du l'économie, des managers de la presse et des militaires hauts placés. (69) (...)

ADOLF HITLER ET LA SOCIÉTÉ THULÉ
(...)"Les maîtres de la pierre-noire", issus en 1221 de la société des Templiers marcionistes et dirigés par Hubertus Koch, s'étaient donnés pour but de combattre le mal dans ce monde et de participer à la construction du royaume de lumière du Christ. Cette force sombre qu'il fallait combattre s'était manifestée dans le prétendu "Ancien Testament" de la Bible comme "Dieu" à travers Moïse et d'autres médiums. Yahvé s'adresse ainsi à Abraham avec les mots hébreux : "Ani ha El Schaddai", tritduit par "Je suis El Schaddai" - 'le grand ange déchu (Schaddai El) - le Satan" (voir la traduction originale de la Bible, Genèse : 17.1). Sebottendorf avait trouvé réponse à sa question : Le Schaddai, le Dieu de l'Ancien Testament, était le corrupteur, l'adversaire de Dieu. Ses adeptes participaient donc à la destruction de la Terre, de la nature, des hommes. C'étaient les Hébreux, le peuple juif. Jésus explique sans détours dans l'Evangile de Jean 8 : 30-45 quand il dit aux Juifs :
"Ils (les Juifs) répondirent et lui dirent : Abraham est notre père.
Jésus leur dit : Si vous étiez enfants d'Abraham, vous feriez les oeuvres d'Abraham ; mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j'ai ouïe de Dieu : Abraham n'a pas fait cela. Vous, vous faites les oeuvres de votre PERE.
Ils lui dirent donc : Nous ne sommes pas nés de la fornication, nous avons un père, Dieu.
Jésus leur dit : Si Dieu était votre père, vous m'aimeriez, car moi je procède de Dieu et je viens de lui ; car je ne suis pas venu de moi-même, mais c'est lui qui m'a envoyé. Pourquoi n'entendez-vous pas mon language ? Parce que vous ne pouvez pas ouïr ma parole. Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier depuis le commencement, et il n'a pas persévéré dans la vérité, car il n'y a pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et le père du mensonge. Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas".

Beaucoup demandent toujours naïvement : pourquoi Hitler S'attaqua-t-il précisément aux Juifs ? J'espère que les lignes ci-dessus vous ont éclairés. D'après la SOCIETE THULE, d'ou sont issus, plus tard, le DAP, le NSDAP, les SS, etc. le peuple juif missionné par le Dieu "YAHVE" de l'Ancien Testament pour "créer l'enfer sur Terre" était la cause des guerres et des discordes sur Terre. Les gens de Thulé savaient pertinemment ce qu'il en était des systèmes bancaires juifs, c.-à-d. de Rothschild et compagnie ainsi que des Protocoles des Sages de Sion. Ils se sentaient mandatés, en accord avec la révélation de Sajaha, pour combattre ce peuple et particulièrement le système des loges juives et de leurs banques afin de créer le royaume de lumière sur Terre. (...)
La Société Thulé croyait, selon la révélation d'Isaïe, à la venue d'un Messie, le "troisième Sargon", qui devrait apporter la gloire et une nouvelle culture aryenne à l'Allemagne. Les membres les plus importants nommés par Dictrich Bronder dans son livre "Bevor Hitler kain" (Avant la venue d'Hitler) et par E. R. Carmin dans "Guru Hitler" (Le gourou Hitler) sont les suivants :
1. Baron Rudolf von Sebottendorf, grand maître de l'ordre
2. Guido von List, maître de l'ordre
3. Jörg Lanz von Liebenfels, maître de l'ordre
4. Adolf Hitler, Führer, chancelier du Reich et chef suprême des SS
5. Rodolf Hess, adjoint au Führer
6. Hermann Göring, maréchal du Reich et grand chef des SS
7. Henrich Himmler, chef des SS du Reich et ministre du Reich
8. Alfred Rosenberg, ministre du Reich et dirigeant des nationaux-socialistes
9. le Dr Hans Frank, dirigeant des nationaux-socialistes et gouverneur général de Pologne
10. Julius Streicher, grand chef des SA et dirigeant de la région de Franconie
11. le Dr Karl Hausholer, général de brigade en retraite
12. le Dr Gottfried Feder, secrétaire d'Etat en retraite
13. Dietrich Eckart, rédacteur en chef du "Völkisher Beobachter"
14. Bernhard Stempfle, confesseur d'Hitler et son ami intime
15. Theo Morell, médecin personnel d'Hitler
16. Franz Gürtner, chef de la police de Münich
17. Rudolf Steiner, fondateur de la doctrine anthroposophique [Faux. Steiner n'a jamais été membre]
18. W. 0. Schumann, Dr et professeur à la faculté des sciences de Münich
19. Trebisch-Lincoln, occultiste et voyageur de l'Himalaya
20. Comtesse Westrap et d'autres

La Société Thulé se divisa, plus tard, en deux branches, la branche ésotérique (le mot grec esoteros signifie l'intérieur) dont Rudolf Steiner faisait partie, et la branche exotérique (exoteros en grec signifie l'extérieur) dont Hitler prit, plus tard, la direction. (...)
Quelques-unes des doctrines capitales qui ont marqué fortement la société Thulé furent la religion germano-aryenne "Wihinai" élaborée par le philosophe Guido von List, la glaciologie du monde de Hans Hörbiger et le christianisme originel des adeptes de Marcion qui s'oppose à l'Ancien Testament. Le cercle le plus intime s'était, en tout cas, ligué contre les Juifs du monde entier et contre la franc-maçonnerie et ses loges. Beaucoup d'auteurs prétendent, cependant, que la Société Thulé aurait eu, en plus, une autre idéologie. Je ne veux pas vous la cacher même s'il ne s'agit pas forcément d'une réalité inébranlable. Que le lecteur juge ! L'histoire de Thulé en bref : "ULTIMA THULE" aurait été la capitale du premier continent colonisé par les Aryens. Celui-ci s'appelait "Hyperborée" et aurait été plus vieux que la Lémurie et l'Atlantide (continents engloutis, habités jadis par de grandes civilisations). En Scandinavie il y a une légende autour de l' "Ultima Thule", ce pays merveilleux dans le Grand Nord ou le soleil ne se coucherait jamais et ou vivraient les ancêtres de la race aryenne. Le continent "Hyperborée" aurait été situé dans la mer du Nord et aurait été englouti lors d'une époque glaciaire. On suppose que ses habitants vinrent jadis du système solaire d'Aldébaran qui est l'astre principal dans la constellation du Taureau : ils mesuraient environ quatre mètres, avaient la peau blanche et étaient blonds aux yeux bleus. Ils ne connaissaient pas les guerres et ils étaient végétariens (Hitler aussi, d'ailleurs).(...) Lorsque le continent HYPERBOREE commeça à s'enfoncer, les habitants se seraient mis à creuser des tunnels gigantesques dans la croûte terrestre avec de grosses machines et ils se seraient établis sous la région de l'Himalaya. Ce royaume souterrain a le nom d' "AGARTHA" ou "AGARTHI", et sa capitale s'appelle "SHAMBALLAH". Les Perses appelèrent ce royaume souterrain "Ariana" ou "Arianne", le pays d'origine des Aryens. Précisons ici que Karl Haushofer affirma que Thulé était en fait, l'Atlantide et il disait, contrairement à tous les autres chercheurs du Tibet et de I'Inde, que les survivants de Thulé-Arlantide s'étaient partagés en deux groupes, un bon et un méchant. Les bons qui, d'après leur oracle, prirent le nom d'Agarthi s'installèrent dans la région de l'Himalaya, les méchants qui s'appelaient, d'après Haushofer les Shamballah et qui voulaient réduire les hommes à l'esclavage se dirigèrent vers l'Ouest. Haushofer affirmait qu'un combat durait depuis des d'années entre ceux d'Agarthi et ceux de Shamballah, combat que reprit à son compte la Société de Thulé avec le troisième Reich représentant ceux d'Agarthi contre ceux de Shamballah, les francs-maçons et les sionistes. C'était probablement aussi la mission de Haushofer. (...) Le signe distinctif de Thulé aurait été la svastika aux branches tournées vers la gauche. Selon les dires de lamas tibétains et du dalaï-lama en personne, les gens d'Agarthi existent encore aujourd'hui. Le royaume souterrain, qui est bien ancré dans presque tous les enseignements orientaux, se serait répandu au long des millénaires sous toute là surface de la Terre avec des centres immenses sous le Sahara, sous la montagne du Matto Grosso et sous la montagne Santa Catarina au Brésil, sous le Yucatan au Mexique, sous le mont Shasta en Californie, en Angleterre, en Egypte et en Tchécoslovaquie... (76) Hitler aurait eu particutièrement à coeur de trouver les entrées du royaume souterrain d'Agartha et d'entrer en contact avec les descendants des "hommes-Dieu" aryens d'Aldébaran-Hyperborée. Dans les légendes et les traditions de ce royaume souterrain, on rapporte, entre autres, qu'il y aura sur notre globe une méchante guerre mondiale (la troisième) qui prendra fin à cause de tremblements de terre et d'autres catastrophes naturelles y compris le renversement des pôles qui entraîneront la mort des deux tiers de l'humanité. Après cette "dernière" guerre, les différentes races de l'intérieur de la Terre se réuniont de nouveau avec les survivants de la surface du globe et introduiront l' "AGE D'OR" millénaire (l'ère du Verseau). Hitler voulait créer un "Agartha" ou l' "Ariana" à la surface de la Terre avec la race des maîtres aryens, et ce lieu devait être l'Allemagne. Durant le Troisième Reich, il y eut deux grandes expéditions des SS dans les Himalayas pour trouver des entrées du royaume souterrain. D'autres expéditions eurent lieu dans les Andes, dans les montagnes du Matto Grosso et de Santa Catarina au Brésil, en Tchécoslovaquie et en Angleterre. (...) Pour montrer que l'histoire des Hyperboréens aryens n'est pas sans fondement, voici deux exemples : Lorsqu'en 1532 les conquérants espagnols sous la direction de Pizarro arrivèrent en Amérique du Sud, les indigènes les appelèrent les Vicarochas (maîtres blancs). Dans leur légende, il est question d'une race de maîtres géants a la peau blanche qui, des siècles plus tôt, descendaient du ciel avec des "disques volants". Ces derniers avaient régné longtemps sur une partie de leurs villes et avaient ensuite disparu, après avoir promis de revenir. Les indigènes crurent voir le retour des Vicarochas dans les Espagnols à la peau claire et leur remirent donc, au début, leur or. Il se passa la même chose au Tibet et dans d'autres régions des Himalayas lorsque les premiers voyageurs blancs arrivèrent. Les Tibétains les regardaient médusés en leur demandant pourquoi ils venaient d'en bas (du pied des montagnes) puisqu'ils arrivaient d'habitude d'en haut. Vous, amis lecteurs, n'en avez-vous jamais entendu parler ? Non ? C'est bien regrettable, car l'idéologie des dirigeants allemands du Reich était, en fait, basée sur le thème d'El Shaddaï qui eut pour conséquence la persécution des Juifs, sur la révélation d'Isaïe, sur le savoir des templiers et peut-être aussi sur ce que je viens de relater. Ces thèmes étaient sous-jacents dans toutes les actions entreprises (...) Ce n'est, cependant pas en Allemagne que vous trouverez des livres sur ce sujet puirsque toute la littérature s'y rapportant a été radicalement éliminée par les Alliés. Remarque de l'auteur : Eu égard aux activités d'extrême droite en RFA, il était certainement opportun d'interdire certains écrits qui en appelaient ouvertement et parfois aussi d'une façon assez primitive à un racisme violent. Mais si on veut restituer fidèlement les événements politiques et religieux du passé et du présent, il ne faut pas omettre cette information. Mais nous n'en avons pas fini avec ces mystères. (...) Hitler fut engagé par le DAP, le parti de Thulé, comme orateur électoral et apprit, plus tard, à bien lire et écrire gràce à DIETRICH ECKART, anti-bolchevique et frère de la Société Thulé. Eckart fit de lui la personnalité que nous connûmes plus tard. Il l'introduisit dans les cercles munichois et berlinois, et Hitler adopta presque en totalité les conceptions de la Société Thulé. En 1924, lorsque Hitler se trouva en prison à Landsberg à la suite du putsch munichois manqué, Haushofer passa plusieurs heures par jour avec lui à lui transmettre ses théories et ses projets. Il lui passa, entre autres, le livre de lord Bulwer-Lytton "THE COMING RACE" (La race à venir). La description de Bulwer-Lytton d'une race aryenne hautement développée qui vit sous terre est presque identique à celle que nous venons de parler. Dans son livre les vaiseaux en forme de soucoupe jouent un rôle essentiel. Il y eut, de plus, la publication du livre de Ferdinand Ossendowski "Bêtes, hommes et dieux" qui dévoila les légendes d'Agartha et de Shamballah. Hitler était, de fair complètement absorbé par sa recherche du royaume souterrain et par la doctrine de la race aryenne propre aux membres de la Société Thulé. HAUSHOFER et HESS prirent en charge l'instruction politique d'Hitler. A Landsberg, Hitler écrivit "MEIN KAMPF" en faisant un amalgame des théories de Haushofer, des pensées de Rosenberg et de la propagande politique. Rudolf Hess s'occupait de la formulation exacte et et tapait le texte à la machine. (78) L'influence de KARL HAUSHOFER désigné comme le "grand magicien du troisième Reich" montre quel rôle jouèrent le mysticisme et l'occultisme dans le Reich. On prêtait à Haushofer le "don de prophétie", c'est la précision de ses prédictions qui lui fit bénéficier d'une ascension fulgurante dans les milieux influents occules de l'époque d'avant-guerre en Allemagne. Jack Fisherman écrit à ce sujet dans "The Seven Men of Spandau" que RUDOLF HESS, entre autres, était complètement obnubilé par les idées et les théories de Haushofer. Son voyage étrange en Angleterre le prouve. Haushofer avait en effet, fait un rêve ou "il apercevait Rudolf Hess traversant les couloirs de chateaux anglais et apportait la paix aux deux plus grandes nations nordiques". Et comme Hess était persuadé de la justesse des prophéties de Haushofer, il suivit ce rêve à la lettre. Nous allons nous rendre compte à quel point les dirigeants du troisième Reich prirent à leur compte, l' "équipement" magique de la Société Thulé. Le salut de Thulé "Heil und Sieg" (Salut et victoire) fut repris par Hitler qui le transforma en "Sieg Heil." Ce salut, en liaison avec le bras levé, est un rituel magique utilisé pour la formation de voltes. Franz Bardon a décrit en détail les voltes magiques et leurs utilisations. (78)

(...)
LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE
Bien que des centaines de livres aient été écrits sur la tragédie de la Deuxième Guerre mondiale, très peu de personnes connaissent l'arrière-plan réel de cette guerre qui fut la plus onéreuse de tous les temps. L'histoire telle qu'elle est narrée dans les livres d'histoire officielle, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Angleterre et au Japon n'a qu'une lointaine ressemblance avec ce qui s'est réellement passé, avec les causes et les buts poursuivis. Ce que l'on raconte est exact mais l'autre moitié de la vérité a été omise.

"Par l'image qu'ils ont donnée de la Deuxième Guerre mondiale, les mass media, eux-mêmes contrôlés, ont fait un bon travail. Ils ont jeté de la poudre aux yeux à tous ceux à qui soi-disant ils obéissent et à qui ils censés disperser information et instruction. Ils sont co-responsables de la "confusion lamentable" où a été plongée l'opinion publique à propos de la Deuxième Guerre Mondiale".
(Des Griffin : "Die Absteiger", p.205)
(...) Après la drôle de guerre, Chamberlain, catalogué de lâche, fut remplacé par l'ex-sioniste et franc-maçon CHURCHILL. Ce dernier fut un meilleur partenaire, il ordonna aussitôt une attaque aérienne sur l'Allemagne. Les Allemands ne s'étaient pas attendu à une attaque anglaie et n'étaient donc pas préparés. Plusieurs données laisaient prévoir que l'Allemagne voulait éviter d'entrer en guerre contre l'Angleterre. Dans un discours en 1933, Hitler démontra qu'il était possible que le communisme se propage et englobe l'Angleterre et affirma que, si cela arrivait, il aiderait les Britanniques à se défendre s'ils faisaient appel a lui. En outre, les troupes allemandes laissèrent, le 10 mai 1940, 335.000 des soldats anglais évacuer la plage de Dünkirchen. (87) De plus, Hess, par son voyage en Angleterre, avait essayé de réunir les deux plus puissantes nations nordiques. Mais Winston Churchill connaissait bien BERNARD BARUCH qui avait aussi aidé Woodrow Wilson et Roosevelt à accéder à la présidence. Ce fut également BARUCH qui persuada Churchill de soutenir la fondation de l'Etat d'Israël. Le 23 mai 1939, Churchill donna ensuite l'ordre au ministre des colonies lors Lloyd de retirer les troupes anglaises de la Palestine et d'armer et d'aider les Juifs à s'organiser pour leur propre défense. (88) (J'en parlerai plus loin).

QUE SE PASSAIT-IL EN AMERIQUE PENDANT CE TEMPS-LA ?
La majorité des Américains ne voulait plus être mêlée à quelque guerre que ce soit mais les Illuminati étaient d'un avis opposé. Le président américain FRANKLIN DELANO ROOSEVELT (le 32ème président) était grand maître des francs-maçons, membre du CFR, il avait des liens avec la famille Delano (...) Un de ses plus proches collaborateurs était aussi BERNARD BARUCH et il avait des rapports très étroits avec le COLONEL HOUSE depuis au moins huit ans. Les Illuminati, comme nous pouvons le remarquer, avaient placé leur homme. Il le leur revalut en faisant voter une loi contraire à la Constitution : tous ceux qui possédaient de l'or furent, en effet, obligés de le remettre à la banque avant la fin avril 1933 (sous peine d'une amende de 10.000$ ou de 10 ans de prison ou même des deux à la fois). L'or fut payé 20.67$ l'once, Quand la plus grosse partie de l'or fut confisquée, le prix de l'or remonta jusqu'à 35$ l'once. Les "initiés" avaient déposé leur or dans des banques étrangères et le vendirent, évidemment, plus tard, au prix fort. (89) Le président Roosvelt avait incité les Japonais à entrer en guerre en leur posant un ultimatum de guerre le 26 novembre 1941 dans lequel il exigeait le retrait de toutes les troupes japonaises d'Indochine et de la Mandchourie. C'est un fait historique mais c'est un secret bien gardé. L'ultimatum de Roosevelt n'a été intentionnellement communiqué au Congrès américain qu'après l'attaque de Pearl Harbour. Tous étaient d'un avis unanime : les Japonais n'avaient pas d'autre possibilité que de déclarer la guerre, alors qu'ils avaient presque tout fait pour l'éviter. PRINCE KENOYE, ambassadeur du Japon aux Etats-Unis, avait maintes fois demandé à se rendre à Washington ou Honolulu pour y rencontrer Roosevelt et trouver avec lui une autre solution. Il fut même prêt, plus tard, à acquiescer aux exigences des Etats-Unis pour éviter la guerre mais Roosevelt refusa chaque fois de le rencontrer puisque la guerre avec le Japon était déjà projetée depuis longtemps - ainsi qu'avec l'Allemagne. C'est au même moment que Roosevelt déclarait au peuple américain : "Je m'adresse à toutes les mères et à tous les pères et je vous fais à tous une promesse formelle. Je l'ai déjà dit auparavant et le redirai sans cesse : Vos "boys" ne seront pas envoyés à la guerre à l'étranger". Tromper le peuple de la sorte est à vous couper le souffle. (90) L'armée américaine, informée de différentes sources, savait que les Japonais attaqueraient, d'abord. Pearl Harbour. (...)

L'ALLEMAGNE VEUT CAPITULER
C'est gràce au gendre du président Roosevelt, le COLONEL CURTIS B. DALL, que l'histoire du commandant GEORGE EARLE a été dévoilée. Earle fut l'ex-gouverneur de Pennsylvannie, ambassadeur américain en Autriche (de 1935 à 1939) et en Bulgarie (de 1940 à 1942). Par la suite, il fut l'attaché naval personnel de Roosevelt à Istanbul. C'est à cette époque-là, au printemps 1943, que le chef du service secret allemand, l'AMIRAL WILHELM CANARIS, lui rendit visite. Canaris lui dit que "la capitulation sans condition telle qu'elle était exigée par l'Amérique et l'Angleterre était inacceptable pour les gériénux allemands. Si, cependant, le président américain laissait comprendre qu'une démission honorable de l'armée allemande serait possiblé, il étaient prêts à accepter tout autre accord. L'armée allemande recevrait alors l'ordre d'être envoyée au front de l'Est afin d'y combatte l' "Armée rouge" qui s'approchait". Peu après, Earle eut un entretien encore plus long avec l'ambassadeur allemand FRITZ VON PAPEN qui lui adressa la même requête. Eade, qui se demanda, tout d'abord, s'il avai bien entendu, réalisa alors que c'étaît une demande sérieuse de la part de ces ambassadeurs, et il écrivit aussitôt une missive à Roosevelt. Rien ne se passa. Il en envoya une deuxième. Toujours rien. Lorsque Canaris revint quelques jours plus tard pour prendre connaissance de la réponse de Roosevelt, Earle ne put la lui donner. Earle envoya, peu après, un message de la plus grande urgence à Washington. Toujours aucune réponse. Tous deux ne pouvaient savoir qu'une capitulation de l'Allemagne n'était pas souhaitée. Roosevelt, dans une lettre personnelle du 24 mars 1945, défendit au commandant Earle de rendre public cet incident. (95) (...)

LA FONDATION DE L'ETAT D'ISRAEL
La guerre ouvrit la voie pour la fondation de l'Etat d'Israël, comme cela avait été programmé depuis 1871. Les plaies se cicatrisaient lentement en Europe, et l'attention du monde se tourna vers le Proche-Orient où les sionistes étaient en train d'établir l'Etat d'Israël en Palestine. Le meurtre de lord Moyne par deux sionistes suscita une vive réaction en Angleterre. Lors du congrès sioniste en 1946 à Genève, il fut décidé de recourir au terrorisme pour édifier l'Etat sioniste. C'est ainsi que naquirent nombre d'organisations terroristes en Palestine dont le but était de créer de force l'Etat d'Israël. Les deux plus importantes furent l' "IRGUN ZVAI LEUMI" deMenahem Begin et le "GROUPE STERN" de Yitzhak Shamir. Quand les Arabes firent couler de plus en plus de sang en s'attaquant aux Anglais en Palestine, on fit appel à l'ONU qui décida, le 29 novembre 1947, le partage de la Palestine en deux Etats indépendants : l'un arabe, l'autre juif. Ce principe du partage d'un Etat pour gouverner nous est bien connu du temps de Rome : "Divide et empera", "diviser pour mieux régner". Il est le garant de discordes qui n'en finissent plus. Et ce fut le cas. La séparation suscita des troubles encore plus sanglants obligeant l'ONU à se retirer. Les sionistes en profitèrent pour se partager arbitrairement la Palestine. Le "groupe Stern" et l' "Irgun Zvai Leumi" (sous la direction de Begin) assaillirent le village Deir Yasin et égorgèrent tous les gens en signe d'avertissement pour le cas où les Arabes continueraient à résister. Ceux-ci s'enfuirent dans les pays voisins, sauf quelques-uns qui se rassemblèrent sous la direction de Yasser Arafat et de l'OLP. La déclaration d'indépendance d'Israël le 14 mai 1948 causa de nombreux désordres. Depuis lors, le Proche-Orient est un foyer fomentant haines et meurtres. Mais cela correspondait parfaitement aux buts recherchés par les Illuminati (...). (101)

LE CFR SE CONSOLIDE
Ce fut la période où le CFR commença à avoir une réelle influence aux Etats-Unis. De vieilles institutions souveraines furent remplacées par des nouvelles au niveau international, telles que l'ONU issue du CFR. D'autres en naquirent plus tard, telles que l' 'INSTITUTE OF THE PACIFIC RIM" (IPR) et la "FOREIGN POLICY ASSOCIATION" (FPA). Sur l'ordre de l'IPR, la Chine fut remise par George Marshall aux communistes. Le contrôle exercé par les Illuminati sur l'Union soviétique fut nettement amplifiée par la guerre. Des projets, tels que celui de "Lend Lease", et les décisions prises à Yalta par Staline, Roosevelt et Churchill consolidèrent à leur tour, le système soviétique. La "guerre froide", bien mise en scène, qui s'en suivit entre l'empire soviétique et les nations occidentales renforça la position dés Illuminati dans le reste du monde. Les guerres de Corée et du Viêt-nam ont été manigancées pour éviter une confrontation directe entre Américains et Russes. En même temps, cela permit de justifier l'existence de "services de sécurité nationale" tel que la CIA (Central Intelligence Agency), la NSA (National Security Agency) et le NSC. Les opérations cachées de la CIA commencèrent au début des années cinquante. Les dirigeants des gouvernements des autres pays qui n'étaient pas encore sous le contrôle des Illuminati devaient être renversés et remplacés par ceux que les Illuminati choisissaient. Quelques sénateurs américains s'en doutèrent et s'étonnèrent, comme le sénateur McCARTHY de ce qu'il y ait autant de communistes dans les postes élevés du gouvernement des Etats-Unis. McCarthy fonda la "House Hearing on Unamerican Activities" (audition dans la "Hiuse" sur des activités non américaines) et put découvrir quelques activités communistes mais les médias lui jetèrent le discrédit. Voila une méthode qui assure le succès et qui a fait ses preuves : celle qui met à l'écart les trouble-fête. Plus tard, McCarty se mit à enquêter sur la CIA. (...)

LOUIS M. BLOOMFIELD, chef de PERMINDEX est aussi membre des "Chevaliers de Jérusalem". (...) [Permindex est impliqué dans l'assassinat de Kennedy, en plus d'être lié au Mossad]

(...)
LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL (FMI)
De nouvelles instances mondiales telles que le "FMI", la BANQUE MONDIALE et la BANQUE DE COLONISATION INTERNATIONALE (Bank of International Setllement, BIS), furent créées pour étendre la suprématie de l'économie à la planète entière. Les contributions à payer tous les ans par chaque nation sont de l'ordre de milliards. Si une nation a des problèmes pour régler sa contribution, ce sont les ouvriers et les plus défavorisés qui s'en ressentent. Actuellement, le "FMI" cherche, sur l'ordre des banquiers internationaux, des moyens pour contrôler toute l'économie mondiale. (...) HAROLD LEVER fit une proposition connue sous le nom de "plan Ditchley". Selon le PLAN DITCHLEY, la politique financière et monétaire des Etats-Unîs passerait, au mépris de la loi, sous le Contrôle du FMI. Ce plan permettrait au FMI de réunir dans la Banque mondiale toutes les banques centrales des différentes nations. En 1981 les banques les plus éminentes de Wall Strect et le gouvernement des Etats-Unis décidèrent d'un commun accord d'imposer à chaque pays redevable des conditions de remboursement accablantes qui furent mises en place par les "KISSINGER ASSOIATES INC." (le conseil de direction est composé de Robert 0. Anderson, magnat du pétrole et président de l'institut Aspen, de l'ex-secrétaire d'Etat aux affaires étrangères de Thatcher, lord Carrington et de lord Roll of Ipsden, directeur de la "Bank of England" et de la Banque S. G. Warburg). Le FMI, la "Federal Reserve Bank" et la "Bank of England" doivent assurer le rôle de "police mondiale" pour recouvrer les dettes. L'Amérique a eu l'idée de placer le FMI connu pour son intransigeance au centre de toutes les négociations de dettes. Les conditions du FMI furent élaborées par le représentant du FMI Irving Friedman (Cela lui valut une position élevée dans la Citibank). Remarque sur la situation actuelle : REXRODT, ministre actuellement de l'économie en Allemagne, fut aussi, pendant quelque temps, chef de la Citibank dans ce pays. Les capitaux du Fonds Monétaire International représentèrent pour les pays une sorte d'appât. Une fois les difficultés d'un pays cernées, les experts du FMI lui montraient ce fallait absolument changer. Ils déclaraient ensuite au pays endetté que s'il voulait obtenir ne serait-ce qu'un crédit minime auprès d'une banque étrangère, il devait réduire ses importations au stric minimum. Il devait aussi faire baisser de façon draconienne les dépenses de l'Etat et surtout arrêter toutes les subventions pour la nourriture de base et autres allocations pour les personnes défavoriées. La condition sine qua non était toujours de dévaluer la monnaie. Ceci soi-disant pour que les exportations soient meilleur marché et deviennent compétitives sur le marché mondial. Mais, en véité, le prix des importations s'élevait et les dettes s'accroissaient. C'était le premier pas. Le deuxième consistait à obtenir du pays qu'il consente à un vaste programme de conversion des dettes. C'est alors que les banques créditrices s'assuraient de la future mainmise sur le pays endetté. Ils comptaient, de surcroit, des paiements d'intérêts et d'amortissements. Le FMI devint la police économique internationale des grandes banques privées. L'un après l'autre, les pays devaient négocier les conditions de remboursement avec le FMI et les les banques du groupe Ditchley. D'après les informations de la Banque mondiale, des paiements d'intérêts s'élevant à 326 milliards de $ et venant de 109 pays débiteurs allèrent dans des banques créditrices pivées de 1980 à 1986. Dans la même péiode, 332 milliards de $ furent remboursés. C'est ainsi que des dettes de 658 milliards de $ furent payées alors que le montant originel des dettes n'était que de 430 milliards. Malgré cela, les 109 pays devaient encore 882 milliards de $ aux banques créditrices. Cette action conjointe d'intérêts beaucoup trop élevés et de cours de charge oscillants plonge les pays dans un entrelacs de dettes magnifiquement inextricable qui profite aux banques. (112)

LE CONTROLE DE L'INFORMATION
Déjà à l'époque de la Révolution française, les Illuminés de Bavière commencèrent à répandre leur propagande dans des cercles de lecture pour gagner les lecteurs à leurs desseins. Plus tard, au 19ème siècle, quand les Rothschild eurent repris la Banque d'Angleterre à leur compte, ils se servirent du journal juif "REUTERS" avec la même intention sous-jacente. De même, des éditions de journaux allemands, comme "WOLFF", et français, comme "HAVAS", eurent pour but de créer un monopole international des informations. Le CFR (Council On Foreign Relations) et le RIIA (Royal Institute for International Affairs) furent tous les deux créés par le "Round Table" pour élargir l'influence de celui-ci. Le RIIA avait déjà été imaginé par Cecil Rhodes (homme d'Etat britannique sud-africain et diamantaire millionnaire) qui voulait étendre la domination britannique au monde entier, mais surtout aux Etats-Unis. Le "social conditioning" du RIIA déjà mentionné est un moyen de contrôle les masses. Cet institut forma le commandant JOHN RAWLINGS REES, technicien militaire, qui inaugura, plus tard, le TAVISTOCK INSTITUTE FOR HUMAN RELATIONS au Sussex, en Angleterre. Le "Tavistock Institute" est le noyau dur de la conduite de guerre psychologique de l'Angleterre. Comme je l'ai déjà mentionné, les méthodes de Tavistock ont été employées en Angleterre et aussi aux Etats-Unis pour manipuler les masses, en se servant non seulement de la presse, mais aussi de la radio et du cinéma. On peut, à présent, qualifier ces méthodes utilisées pendant des décennies de lavages de cerveau. Le CFR est en partie responsable de la création de l'ONU qui lui sert d'outil pour accéder au "Nouvel Ordre mondial", c'est-à-dire au "Gouvernement mondial unique". Selon les données du journal "THE SPOTLIGHT" et d'autres sources que j'ai mentionnées au cours de ce livre, le CFR détient actuellement le contrôle total du gouvernement des Etats-Unis, en collaboration avec la "Commission trilatérale". De même, les postes de dirigeants des services d'information sont tous occupés par des membres du CFR. Il s'agit, entre autres, de Reuters, Associated Press, United Press, Wall Street Journal, Boston Globe, New York Times, Los Angeles Times, Washington Post, ABC, NBC, CBS et RCA. La plupart des journaux internationaux utilisent les mêmes sources. Les homologues allemands du CFR sont les Bilderberger est la "DGAP" (Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik). Par leur intermédiaire s'y rajoutent, par ex., le "Frankfurter Allgemeine", le "Bild-Zeitung" et "Die Zeit" (il y en a sûrement d'autres). Les membres du CFR, lui-même rattaché au RIIA(...), détiennent aussi les postes clefs dans les plus grands trusts d'énergie, les appareils militaires et le gouvernement des Etats-Unis. A travers l'influence de la "Round Table", (...) des "Bilderberger", du "RIIA" et du "Club de Rome", la situation est valable aussi pour l'Europe. (...) [le] CFR inclut de ce fait, d'autres médias : 'Time-Life, National Review, Minneapolis Star, Atlantic Monthly, Fortune, etc. (...)Le plus important pour eux était de ne pas éduquer les hommes à penser, à se servir de leur dicernement et à agir d'une manière autonome. En 1946, la ROCKEFELLER-FOUNDATION avait investi 139.000 dollars pour donner une version officielle de la Deuxième Guerre mondiale qui, en fait, dissimulait que le régime nazi avait été entièrement édifié par les banquiers des Etats-Unis. Un des pincipaux donateurs était la "Standard Oil Corp." de Rockefeller. (112 A) A l'origine, "Ford Foundation" lut fondée grâce aux fonds de l'industrie automobile de Henry Pord. Mais finalement, des membres de "Skull & Bones" s'infiltrèrent aussi dans cette fondation et utilisèrent ses biens pour détourner le système scolaire et abrutir le public. Le système scolaire actuel des nations occidentales est également contrôlé par les Illuminati et leurs branches. (...)Les techniques de conduite de guerre, psychologique qui avaient débuté dans le WELLINGTON HOUSE furent perfectionnées dans le "TAVISTOCK INSTITUTE FOR HUMAN STUDIES". Ces techniques sont décrites par Edward Bernay:
Grâce à la croissance démographique, l'action des Illuminati a plus d'ampleur sur la conscience des peuples. A l'aide des services d'information, de la presse, des journaux, du téléphone, de la radio qui sont tous contrôlés par les Illuminati, des idées et des opinions peuvent être répandues rapidement à travers tout le pays. La manipulation consciente et intelligente du comportement et de l'opinion des masses est un des éléments les plus importants de la société démocratique. Ceux qui se servent de ces mécanismes sont la véritable puissance dirigeante de ce monde.
L'importance du rôle des médias ne fait pas de doute aujourd'hui. (113) (...)

LA SITUATION ACTUELLE
Les Illuminati tiennent le monde dans leur filet par l'intermédiaire des banquiers internationaux qui sont en liaison avec les sociétés d'élite déjà mentionnées et par les empires qu'ils ont construits. Ils sont sur le point de renforcer encore plus leur mainmise sur cette planète. Leur contrôle principal s'exerce grâce aux dettes nationales des pays. En outre, il existe une force de police internationale qui maintient "dans les rangs" les Etats indépendants, tels que la Libye et l'Iran : ce sont les troupes de l'ONU. La Libye qui manifeste son indépendance par rapport au contrôle international représente un défi pour le Nouvel Ordre Mondial. Mu'ammar al Kadhafi est présenté dans les médias comme un terroriste, ce qui permet de justifier les agressions contre son pays. Voilà encore ce qui s'appelle un bel exemple de lavage de cerveau. GEORGE BUSH fut un des meilleurs partenaires que les Illuminati aient jamais eu, et il devra le rester jusqu'à son dernier souffle, car il est fortement impliqué dans le trafic illégal de la drogue (§8 des Protocoles). (123) George Bush est un ex-chef de la CIA, un ex-chef du CFR, membre de l'ordre "Skull & Bones", membre de la "Commision trilatérale" (...). Son concurrent aux dernières élections présidentielles, Bill Clinton, le président actuel, est membre du CFR, des "Bilderberger" et membre à vie de l' "ordre De Molay" franc-maçonnique. Il est membre aussi de la "Commission trilatérale" depuis le début des années quatre-vingt. Les plus proches collaborateurs de Clinton qui ont les meilleures chances d'accéder à des postes avancés dans le gouvernement font aussi partie de la "Commission trilatérale", parmi eux son principal conseiller en économie Felix Rohatyn de la banque new-yorkaise "Lazard Brothers", Paul Volcker, ex-chef de la banque d'émission sous Carter, Robert Hormats de la banque new-yorkaise "Goldman Sachs", sa conseillère pour les questions commerciales Paula Stern ainsi que son conseiller en politique extérieure Warren Christopher. L'équipe la plus restreinte de Clinton compte, en outre, des personnes en vue du "Council on Foreign Relations" (CFR) et du "Brookings Institute" dont les plus importantes sont les banquiers Peter Petersen, Robert Rubin et Roger Altinan. (124) Ce qui signifie donc que les deux candidats aux élections étaient des partenaires à 100% des Illuminati et que les citoyens des Etats-Unis n'avaient le choix qu'entre eux deux. (...) Le gouvernement des Etats-Unis reconnaît désormais la constituition des Nations unies comme étant la "loi mondiale". Nous sommes très proches de la création d'un "gouvernement supra-mondial" que toutes les nations de la Terre vont reconnaître (voir § 9 des Protocoles). (...) le FMI devient de plus en plus la force dominante dans les économies locales des Etats du Commonwealth. (...) Les BILDERBERGER sont une des plus puissantes organisations internationales qui visent à un "Gouvernement mondial unique". Leurs activités sont tenues si secrètes que maints députés du Bundestag prétendent toujours que cette organisation n'existe pas. Cela est-il dû à une ignorance qui va jusqu'à rentêtement ou à une volonté de disimuler son existence ? En mai 1973, 84 membres des Bilderberger se réunirent à Saltsjöbaden, en Suède, (dans une propriété de la famille des banquiers Wallenberg) avec le but de consolider l'hégémonie défaillante des financiers anglo-américains afin que ceux-ci reprennent le contrôle mondial des opérations financières. C'est pour cette raison que les Bilderberger eurent recours, de nouveau, à cette arme providentielle qu'est le pétrole et qui a déjà si souvent fait ses preuves. Ils décidèrent d'augmenter de 400% le prix du pétrole afin de soutenir la monnaie américaine à l'aide des pétrodollars, ce qui s'est effectivement produit (d'après le journal Spotlight).(...)

La "ANTI-DEFAMATION LEAGUE" (ADL) du B'NAI B'RITH est une agence d'espionnage non-officielle à l'étranger qui travaille pour Israël et qui a porté ces dernières années beaucoup d'accusations contre des enquêteurs, spécialement contre le journal "SpotIight". Elle collabore avec le "RITE ECOSSAIS DES FRANCS-MACONS", (...) et s'oppose à l'économiste LYNDON LAROUCHE qui fut plusieurs fois candidat aux élections présidentielles. LaRouche se trouve incarcéré depuis le 29 janvier 1989 dans l'Etat du Minnesota en tant que prisonnier politique après avoir été condamné à 15 ans d'emprisonnement suite à un scandale judiciaire mis en place par l'establishment américain. LaRouche était devenu aux yeux des Illuminati un opposant très gênant, car il avait découvert les enchevêtrements entre l'establisment, le Ku Klux Klan [FBI-Cointelpro], l'ADL, le B'nai B'rith, le Rite écossais, le CFR, la Commission trilatérale, etc. et eut le tort d'en parler publiquement. (...) Gary Allen écrit à ce sujet :
"Une raison fondamentale pour laquelle on a rayé de l'histoire le rôle joué par les banquiers internationaux dans la politique s'explique par le fait que les Rothschild étaient juifs. Les antisémites se sont livrés aux mains des conspirateurs en faisant croire que la conspiration n'émanait que de juifs. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Les institutions bancaires traditionnelles anglo-saxonnes de J. P. Morgan et Rockefekker ont eu, elles aussi, un rôle primordial dans la conspiration. Néanmoins, on ne peut nir le rôle important que les Rothschild et leurs satellites y ont joué. Il est cependant tout aussi injuste et absurde de faire porter la faute à tous les juifs de ce dont les Rothschild sont coupables. C'est comme si nous rendions responsables tous les baptistes des actes criminels des Rockefeller. Les juifs parmi les conspirateurs utilisent une organisation qui s'appelle "Ligue anti-diffamatoire" (Andi-Defamation League, ADL) ; cette organisation leur sert d'instrument pour convaincre tout un chacun que le seul fait de parler négativement des Rothschild et de leurs alliés est une attaque contre les juifs. C'est de cette façon qu'ils ont pu étouffer presque toutes les informations authentiques sur les banquiers internationaux et en faire un sujet tabou dans nos universités. Tout individu ou tout livre qui cherche à en savoir plus est aussitôt attaqué par des centaines de comités de l'ADL qui se trouvent dans tout le pays. L'ADL ne se laisse jamais détourner ni par la vérité ni par la logique de sa tactique parfaite de diffamation. (...) En vérité, personne n'est plus en droit d'en vouloir aux Rothschild si ce n'est les juifs eux-mêmes. (...)"
("Die Insider", p.51)
(...) On peut dire, en principe, que plus on monte dans la "pyramide", (dans la hiérarchie) où les vrais secrets sont gardés, plus l'état d'esprit s'inverse si on le compare à celui des premiers degrés. Jacob Schiff fut, par exemple, un membre élevé de la "B'nai B'rith" et fut aussi celui qui manigançait dans l'ombre la révolution bolchevique. (...)


APERÇU DES PRINCIPALES ORGANISATIONS CONNUES DES ILLUMINATI
JOHN TODD (...) décrit ainsi la pyramide :
"Le sceau fut créé sur l'ordre de la famille Rothschild à Londres (d'après le livre d'
Ayn Rand "Atlas shrugged", il s'agissait de Philippe Rothschild, note de l'auteur). C'est une organisation luciférienne avec, à sa tête, les Rothschild. On y trouve des francs-maçons, des communistes et des membres d'autres associations. Cette organisation est très répandue. On y traite de politique et de finances et on y projerte l'instauration d'un gouvernement mondial unifié. Cette organisation fera tout ce qui est en son pouvoir pour instituer ce gouvernement mondial même si cela exige une troisième guerre mondiale. Cette organisation s'appelle les "Illuminati", mot qui signifie les "porteurs de lumière".
(Helmut Finkenstädt : "Eine Generation im Banne Satans" - Une génération ensorcelée par Satan)(...)

Todd ainsi que Coralf ("Maitreya, der kommende Weltlehrer" - Maitreya, le futur maître du monde) décrivent les différents degrés comme suit :

L' "oeil qui voit tout"
"C'est l'oeil de Lucifer. C'est l'esprit qui guide, l'instance dirigeante intérieure."

RT
"C'est la famille Rothschild, le tribunal Rothschild. Les Illuminati les considèrent comme dieux incarnés et leur parole fait office de loi." (On dit qu'ils seraient en contact direct avec Lucifer. Qui sait ?) (...)

LES ORGANISATIONS LES PLUS INFLUENTES AGISSANT DANS L'OMBRE
Le Council on Foreign Relations (CFR)
Fondé par la "Round Table" en 1921, on lui donne aussi le nom d' "establisment", de "gouvernement invisible" ou de "ministère Rockefeller des Affaires étrangères". Cette organisation à moitié secrète, dont les membres sont exclusivement des citoyens des Etats-Unis, compte parmi les plus influentes de ce pays. Le CFR exerce, de nos jours, un contrôle étroit sur les nations occidentales, que ce soit de façon directe, parce qu'il est en relation avec des organisations du même genre, ou que ce soit I'intermédiaire d'institutions, telles que la "Banque mondiale" à laquelle qu'il préside. Depuis sa création, tous les présidents des Etats-Unis, sauf Ronald Reagan, y étaient déjà membres avant leur élection. En revanche, le vice-président de Reagan, George Bush, était membre du CFR. Il en fut même le directeur en 1977. Le CFR est contrôlé par le syndicat Rockefeller et sert à concrétiser son but : la création d'un "Gouvernement mondial unique". (129) (...)

LA ROUND TABLE
La "Round Table" vit le jour le 5 février 1981 gràce à Cecil Rhodes en Angleterre. Ses membres fondateurs furent, entre autres, Stead, lord Esher, lors Alfred Milner, lord Rothschild, lord Arthur Balfour. La structure de ce groupe était - comme celle des SS de Hitler - calquée sur la Société de Jésus, l'ordre des Jésuites. Son but principal était d'élargir la domination britannique et l'utilisation de la langue anglaise au monde entier. (...) Rhodes visait à un gouvernement mondial (...) Ce groupe est relié aux sionistes par la famille Rothschild ainsi qu'aux familles américaines Schiff, Warburg, Guggenheim et Carnegie. Lord Milner en prit, plus tard, la direction. En sont issus le "Royal Institute of International Affairs" (RIIA) et le CFR. (...) L' "Instifute for Advanced Study" (IAS) pour lequel travaillèrent Robert Oppenheimer et Albert Einstein est issu de la "Round Table". Ceux-ci construisirent, plus tard, pour le IAS la première bombe atomique. (130) L'organisation annexe allemande du RIIA et du CFR est la DGAP, la "Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik" (Société allemande de politique extérieure). Elle fut fondée le 29 mars 1955 et se proclame indépendante, au-dessus des partis. Ses membres débattent des problèmes politiques et économiques internationaux, et de ceux de l'Europe en particulier. (...)

LES BILDERBERGER
Cette Organisation secrète fut créée en mai 1954 à l'hôtel de Bilderberg à Oosterbeek, en Hollande, par le prince Bernard des Pays-Bas. Elle est composée de 120 magnats de la haute finance d'Europe de l'Ouest, des Etats-Unis et du Canada. Ses buts principaux, formulés par le prince Bernard, sont l'institution d'un gouvernement mondial d'ici l'an 2000 et d'une armée globale sous le couvert de l'ONU. On l'appelle aussi le "gouvernement invisible". Un comité consultatif composé d'une commission de direction (avec 24 Européens et 15 Américains) décide des personnes à inviter à leurs rencontres. Johannes Rothkranz écrit que seuls sont invités ceux qui ont fait preuve d'une indéfectible loyauté dans les intrigues menées par les Rockefeller et les Rothschild. toutes les personnes présentes ne sont pas des "initiés", elles peuvent être aussi seulement des représentants d'un groupement d'intérêts ou d'autres personnes. (131) Quelques-uns des représants INTERNATIONAUX les plus importants sont ou ont été :
Agnelli, Giovanni - patron de Fiat
Brzezinski, Zbigniew - président de la Commission trilatérale et agent Rockefeller le plus important
Bush, George - ex-chef de la CIA, ex-chef du CFR, ex-président des Etats-Unis, membre du Comité des 300
Carrington, lord (GB) - membe du Comité des 300, des Kissinger Associates, ex-président de l'OTAN
Dulles, Allen - ex-chef de la CIA
Clinton, Bill - président des Etats-Unis, membre du CFR et de la Commission trilatérale
Ford, Henry II Gonzales Felipe - secrétaire général du parti socialiste espagnol et, plus tard, Premier ministre
Jankowitsch, Peter (A)
Kennedy, David
Kissinger, Henry - aussi membre de la loge P2 italienne
Luns, Joseph - ex-secrétaire général de l'OTAN
Lord Roll of Ipsden - ex-président du S. 0. Warburg Group Plc.
Mc Namara, Robert - Banque mondiale
Martens, Wilfried (B)
Palme, Olof - était aussi membre du Comité des 300
Reuther, Walter R
Rockefeller, David
Rockefeller, John D.
Rockefeller, Nelson
Rothschild, baron Edmund de
Tindemanns, Jan - ex-premier ministre de la Belgique
Warburg, Eric D.
Warburg, Siegmund
Wörner, Manfred OTAN
(...)

LA COMMISSION TRILATERALE
Cette organisation secrète fut créée en juin 1972 par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski, notamment parce que les organisations bien établies, telles que les Nations unies, n'allaient pas assez vite pour mettre en place le "Gouvemement mondial unique". Les "Big Boys" voulaient que "ça bouge". Cette organisation élitaire a pour but de réunir dans un seul pool les puissances de pointe des géants de l'industie et de l'économie, c'est-à-dire des nations trilatérales - Etats-Unis, Japon et Europe de l'Ouest - et elle vise à créer, une fois pour toutes, le "Nouvel Ordre mondial". Cette organisation permet à l'élite venant de diverses branches de la franc-maçonnerie de se rencontrer à une échelle mondiale pour collaborer à un travail secret ; elle doit aussi élargir l'influence politique des "Bilderberger". La plupart des membres européens avaient des contacts avec les Rockefeller pendant des années. Cette organisation se compose d'environ 200 membres qui, contrairement aux Bilderberger, sont permanents. La "Commission trilatérale" contrôle avec les membres du CFR toute l'économie des Etats-Unis, la politique, l'appareil militaire, le pétrole, l'énergie et le lobby des médias. Ses membres sont, entre autres, des patrons de konzerns, des banquiers, des agents immobiliers, des économistes, des politologues, des avocats, des éditeurs, des dirigeants syndicalistes, des présidents de fondations et des éditorialistes. (132) LES MEMBRES LES PLUS IMPORTANTS SONT:

Brzezinski, Zbigniew - conseiller à la sûreté auprès du président des Etats-Unis
Bush, George - ex-président des Etats-Unis, ex-chef de la CIA, ex-chef du CFR
Clinton, Bill - membre des Bilderberger, du CFR, président des Etats-Unis
Kissinger, Henry - ex-ministre des Affaires étrangères des Etats-Unis
Mc.Namara, Robert - Banque mondiale
Rockefeller, David - Chase Manhattan Bank, EXXON Rockefeller,
John D. Rothschild, Edmund de - Royal Dutch, Shell
(...)
Je voudrais rappeler, et c'est mentionné dans tous les livres d'histoire, que cinq agents ROTHSCHILD étaient présents lors des accords de Versailles et que ceux-ci firent foncion de CONSEILLERS des chefs d'Etat anglais, français et américains. Et puisque nous savons qu'une autre guerre devait déluctablement résulter de ces accords, il est facile de deviner ce que les conseillers ROTHSCHILD ont pu souffler aux oreilles des chefs d'Etat. Pensez-y encore sérieusement ! Rappelons-nous une parole de Roosevelt : "Rien de ce qui touche à la politique ne relève du hasard ! Soyons sûrs que tout ce qui se passe en politique a été bel et bien programmé !" J'en arrive donc à la conclusion que tout ce qui s'est passé jusqu'à ce jour en politique ou dans les finances s'est déroulé exactement comme le souhaitaient les Illuminati. Seuls ceux qui sont au courant sont à même de faire le rapprochement. Et si vous relisez le chapitre su le contrôle de l'information et si vous repensez aux noms donnés dans les listes, vous comprendrez pourquoi il y en a très peu qui sont "vraiment au courant".
(...) Rüggeberg écrit à ce sujet :
"RUDOLF STEINER a déjà souligné en 1920 que les noms des membres les plus élevés de sociétés secrètes occultes n'apparaissent jamais sur les listes nominatives... C'est la moindre des choses que dans les ordres faisant de la magie noire tous les documents importants soint codifiés dans une écriture secrète qui ne peut pas étre déchiffrée par des non-initiés qui ne possèdent pas la clé correspondante. C'est en ce sens que les historiens matérialistes ont à apprendre, à moins qu'ils ne renoncent à trouver toute la vérité."
("Geheimpolitik" - La politique secrète, p. 195.)
Les Illuminati ne voient d'abord qu'eux-mêmes, ils veulent être tout-puissants et tout posséder, ils veulent s'emparer du monde entier. Leur ego s'est démesurément développé. Vous pouvez donc être sûrs qu'à ce jeu des tout-puissants ils y jouent entre eux comme avec les peuples. Chacun veut être le meilleur, le plus riche et le plus puissant. Je doute que ces êtres-là aient un sommeil paisible, qu'ils connaissent le bonheur et la plénitude. (...) Ceux qui s'imaginent avoir la puissance absolue ne sont, en fait, eux-mêmes que les marionnettes d'autres êtres.(...)




LIVRE JAUNE 7

Todd persiste à prétendre que certains Rothschild sont en relation directe avec le diable et qu'ils conversent avec lui. Il a lui-même été convié dans les domaines des Rothschild et l'aurait vu de ses propres yeux.
Le « B'nai B'rith » mérite toute notre attention. Cette organisation a vu le jour à New York en 1843. Le rabbin Meir Kahane affirme que les Warburg et les Schiff sont à l'origine de cet ordre. D'autres prétendent que le « B'nai B'rith » est l'organisation secrète des Rothschild.
Les rituels, les symboles. la division en grades, l'idéologie et la structure sont très semblables à ceux de la maçonnerie. Les lieux où l'on se rencontre sont les loges. Selon Joaquin Bochaca et son livre Los Protocolos de los Sabios de Sion 1898-1990, Apocrifos ? Autenticos ? Profeticos ? (Bogota 1990), les loges des différents « Orients sont subordonnées aux B'nai B'rith ». L'ordre intervient directement dans les affaires politiques, surtout aux États-Unis. Il compte plus de deux millions de membres, dont seuls quelques centaines appartiennent au cercle intérieur. L'organisation est divisée en 10 zones réparties sur le monde entier.
(...)



http://www.scribd.com/doc/25980308/Livre-Jaune-6

LIVRE JAUNE 6

p. 61-64

(...) Hubbard avait également étudié Aleister Crowley, dont nous retrouvons les principes dans ces livres. Mais ceux-ci ne sont pas identiques à ceux de Hubbard, qui avait développé ultérieurement ses propres techniques.
Il commença à aider des centaines de personnes à remonter dans leur passé, dans leurs vies antérieures, de plus en plus loin. Après plusieurs années d'expérimentations, il tombait chez ses clients sur le même résultat. Ce qui va suivre est tout simplement stupéfiant. Accrochez-vous bien!
L'histoire est à peu près la suivante: dans la constellation de Pégase, on trouve le système solaire Marcab, habité par les Marcabiens. Un système solaire avec sept planètes habitées, dont les habitants savaient que leur soleil était en voie d'extinction. C'est pour cette raison qu'ils se mirent à la recherche d'une nouvelle planète habitable. Une de leurs délégations vint visiter notre système solaire et colonisa entre autres la planète Mars. Ils arrivèrent jusqu'à la Terre et virent que cette planète était habitée. Ils entrèrent en contact avec un peuple de la Terre qui correspondait à leurs conceptions et se firent passer pour des dieux, en faisant des miracles grâce à leur technologie avancée. Les hommes furent réduits en esclavage et ils instituèrent des sacrifices sanguinaires. Les Marcabiens, voyant que les hommes étaient obéissants, conclurent un pacte avec eux. Ils leur proposèrent de devenir le peuple dominant de la Terre, si les hommes étaient prêts à les aider dans la réalisation de leur propres objectifs. Quelques Marcabiens devinrent les chefs des humains (les Marcabiens ressemblaient aux hommes). Leur plan était d'unifier les habitants de la Terre sous leur domination, puis de décimer la population, pour ne garder qu'un groupe d'esclaves à leur service.
Maintenant, devinez qui était ce peuple qui avait fait un pacte avec les Marcabiens ? Je vous le donne en mille ce sont les Hébreux! L. Ron Hubbard avait découvert qui était Yahvé El Shadaï. Evidemment il avait mis les pieds dans le plat. Tout, mais pas ça ! Entre-temps nous savons qu'il n'a pas été le seul à découvrir le secret des Hébreux. Hubbard avait découvert ce que les tablettes sumériennes et les auttes récits mythologiques décrivaient, les Marcabiens étaient les êtres qui ressemblent à des dieux ou les dieux (Anunnakis), qui étaient descendus du ciel dans leurs vaisseaux spatiaux. Les hommes de cette époque, qui ne connaissaient pas les machines, ont décrit les vaisseaux à l'aide d'éléments qu'ils connaissaient, un nuage volant, une roue volante, qui descendait du ciel, crachant du feu et des flammes, et qu'ils appelèrent l'œil qui voit tout.
Sitchin pense que les Anunnakis', qui avaient conclu un pacte avec les Hébreux, étaient originaires de notre système solaire. Les Marcabiens sont peut-être passés par d'autres planètes avant de se poser sur Mars, pour ensuite arriver sur Terre. Y a-t-il plusieurs types extranéens, d'origines différentes? Qui sait?
Mais Hubbard et Sitchin en ont tiré la même conclusion : Yahvé El Shadaï, le dieu de l'Ancien Testament, est bien d'origine extraterrestre, en tous les cas il avait une enveloppe charnelle et il voyageait dans un vaisseau spatial. C'est lui qui a conclu le pacte avec les Hébreux. Ce pacte porte le nom secret de Pacte de sang hébreu. On peut en trouver les traces dans le Talmud et dans l'Ancien Testament.
Dans l'Eglise de Scientologie, on enseigne cette histoire à partir du degré OT 3 de la hiérarchie, mais plus en détails. Hubbard a essayé de débarrasser l'homme, par ses techniques d'auditing, des blocages que les Marcabiens et les illuminati lui ont programmé, et de lui redonner sa liberté. Il y en a certainement beaucoup parmi vous qui pensent que tout cela est tiré par les cheveux. Si c'était le cas, cela ferait sourire, rien d'autre. Mais si c'est vrai, ceux qui collaborent avec les Illuminati et les Marcabiens tenteraient de le cacher et de s'y opposer. C'est ce qu'ils ont fait. Les Illuminati ont vite compris ce que la Scientologie enseignait, ils ont commencé à la noyauter avec l'aide de la CIA. Les différents courants de l'Eglise ont été montés les uns contre les autres, Hubbard a été écarté peu à peu de sa position. En 1981, un canadien, Bronfman, grand producteur de whiskey canadien, a racheté l'Eglise. On comprend mieux les bouleversements qui ont ébranlé l'Eglise cette année-là.
On comprend mieux les bouleversements qui ont ébranlé l'Église cette année là. La nièce de Crowley ainsi que beaucoup d'autres membres ont quitté l'Eglise. Cela concerne aussi les gens qui auditaient, indépendamment de l'Eglise. Ils s'intéressaient plus particulièrement au thème des Marcabiens. Jusqu'à cette date, on peut considérer l'Eglise de Scientologie comme une association constructive. Depuis, elle s'est transformée en syndicat du crime, et nous savons grâce à qui. Cela vous surprend-il?

[Note : L. Ron Hubbard était abonné au journal d'investigation The Spotlight, qui est amplement cité comme référence tout au long du Livre jaune No.5.]

p.170
Il est clair que Yahvé n'était pas un être suprême ou même Satan, mais plutôt une équipe d'extranens équipés d'appareils de haute technologie, qui voulaient faire croie qu'ils étaient des dieux, en se servant de leurs objets volants.
(...)
"il semble donc qu'une force extraterrestre ait communiqué avec les Hébreux, les ait guidé comme des instruments obéissants, pour conquérir entre autre des nouveaux territoires"





“More on the Khazar Theory”: Koestler Admitted He Wrote His Book to Further Jewish Interests Koestler admet avoir pondu son livre sur les Khazars pour servir les intérêts juifs. En "démontrant" que les Khazars n'ont pas le droit de retourner en Israël parce qu'ils viennent en fait du Caucase et n'ont aucun lien avec la population indigène palestinienne et juive (sémite), il soutient indirectement le "droit" des juifs sémites de retourner en Israël! MDR! Quelle arnaque! Ça prenait un juif sioniste pour inventer ça. (Vous ignorez pas que Koestler était non seulement juif mais sioniste?)

Rethinking the Khazar Theory by Dr. David Duke







Il y a 770 ans, jour pour jour, après 10 mois de siège, tombait la forteresse de Montségur, et mouraient le même jour sur le bûcher 220 chrétiens cathares, hommes et femmes, après refus de renier leur foi (1).

Un énorme entassement de paille, de fagots, de résine et de poix avait été enclos d'une palissade au pied de la citadelle en guise d'holocauste au Moloch romain. Tous étaient là, en ce petit matin de printemps : Pierre Amiel, évêque de Narbonne et son compère Durant, celui d'Albi, en fidèles représentants de l'Eglise de Rome, et le pieux inquisiteur Ferrier suivi de ses assesseurs zélés. Devant eux les condamnés, pieds nus, mains liées.

Après qu'une hypocrite admonestation leur eut été adressée au nom de « l'inépuisable miséricorde de l'Eglise envers les repentants » (il n'y en eut, de fait, aucun), tous furent hissés et précipités dans l'enclos de mort. Quelques brandons suffirent à bouter la flamme en ce qui devint instantanément une monstrueuse fournaise ardente où ces deux centaines d'hommes et de femmes se transformèrent aussitôt en torches vivantes en face de la grande estrade des évêques et des inquisiteurs. Il est dit qu'un puissant Veni Creator s'éleva de suite, à toute fin de couvrir les cris de souffrance des suppliciés, et puis le ronflement du brasier emporta leurs voix. C'était le matin du mercredi 16 mars 1244 (2).

L'interdiction de l'esprit

Le dernier espoir de restaurer la Connaissance et la foi chrétienne dans sa pureté originelle venait d'être anéanti. Le flambeau devait maintenant s'occulter pour de longs siècles dans la clandestinité, la dernière opportunité de contrecarrer la future explosion du matérialisme en germe dans la double influence délétère du judaïsme ahrimanique, et du luciférisme latent dans l'islam venait de disparaître dans les flammes. Désormais l'ultime possibilité de compenser les influences antagonistes de Lucifer et d'Ahrimane dans l'évolution des peuples se trouvait reléguée sous la braise dans certaines confraternités initiatiques occultes objets de toutes les malédictions des pouvoirs ecclésiastiques en place, tant à l'ouest qu'à l'est.

Ce n'est pas le lieu ici de rappeler avec quelle férocité et quelles complicités l'Eglise en était arrivée à ce degré de trahison de l'esprit même du christianisme sur tout l'ensemble des pays relevant de sa juridiction – car il s'agissait bien là de l'installation, par la terreur, d'une chape de plomb spirituelle appelée à museler pour de longs siècles toute liberté religieuse et toute tentative d'accéder librement à la connaissance des mondes spirituels en dehors des voies balisées par l'Eglise en vue de sa domination sans partage sur les âmes. C'est à cette mise au pas de toute forme d'initiation chrétienne indépendante de Rome qu'avait été institué cet outils répressif effroyable que fut l'Inquisition : verrouiller par tous les moyens les voies d'accès aux mondes spirituels, et partant à la compréhension de ce que fut réellement le Mystère du Christ. En d'autres termes, pour parler clairement, une contre-Eglise ou, comme la désignaient les Cathares, une "Eglise de Satan" enfermant les hommes dans la seule connaissance des choses de la Terre, à l'exclusion totale de toute relation spirituelle directe avec ce qu'il est convenu d'appeler le Macrocosme et les sphères planétaires des différentes Hiérarchies divines enveloppant le mystère et la mission du Christ incarné : en définitive toute possibilité d'accès direct à la Sagesse divine par la voie de l'Initiation. Il paraîtrait qu'il faudrait éviter de dire ces choses, mais il faut pourtant bien ici appeler un chat : un chat – noir.

L'affaire avait été mûrement préparée : c'est au 8ème concile œcuménique de Constantinople en 869 qu'avait été mis en place – nous l'avons déjà signalé – ce qui ne peut s'appeler autrement que l'élimination de l'esprit dans l'homme, réduisant celui-ci d'un trait de plume à une dualité corps-âme, alors que toute la sagesse des initiés chrétiens (et païens) reposait jusqu'alors sur une trinité corps-âme-esprit à l'image de la Trinité divine du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Supprimer la connaissance de la nature spirituelle de l'homme interdisait, en effet, de facto, tout enseignement de la réincarnation et revenait à interdire toute possibilité d'accéder à la connaissance de la réalité spirituelle suprasensible de la Nature et de ses entités. Seuls les bons Pères se réservaient désormais le droit de dire le vrai et le faux. A eux seuls la connaissance et la vision, aux profanes l'obéissance aveugle et la vénération, au besoin par la force, et l'on sait qu'ils ne s'en privèrent pas. Mais une menace se profilait : le danger de laisser le christianisme, et partant la chrétienté (ou ce qu'elle était devenue) sans poids moral devant ce qui montait du sud et de l'est avec les ferments délétères de l'Islam.
« Dans les siècles précédents, un courant venant de l'Est et du Sud avait déferlé sur l'Europe, apportant un intellectualisme extrême, un entendement cérébral effréné : l'arabisme. On pouvait déceler dans l'arabisme, qui anticipait des phénomènes à venir, dans quelle direction l'évolution intellectuelle du citadin et la culture profane allaient entraîner l'humanité. Une perspective s'ouvrait sur une ère de glaciation de l'âme. » (3)
La nature spirituelle de l'homme une fois éliminée par décret – ex cathedra pourrait-on dire – il ne restait plus, en effet, que l'âme et la vie intérieure. De là, la soudaine instauration de ce culte marial destiné à compenser – ou plutôt à détourner – la connaissance de l'Esprit vers celle de l'Âme à travers le culte de la Vierge. Cette Vierge Sophia que la sagesse, tant païenne que chrétienne, rattachait jusqu'alors à la connaissance de l'Esprit cosmique, se restreignait dès lors, du fait de l'interdiction ecclésiastique, à n'être plus que l'humaine Vierge Marie, dans le temps même où le Christ tendait à devenir de plus en plus le bon Jésus des Jésuites, en quelque sorte un prophète parmi d'autres à l'image de celui du Coran... Que restait-il maintenant de l'enseignement grandiose du Christ solaire, de Son Incarnation et du mystère de la Rédemption du genre humain ? Des mots vides pour l'essentiel, et l'on sait ce qu'il en advint : les schismes, les guerres de religion, le développement accéléré du matérialisme et la glaciation de l'âme. Consécutivement pour finir : l'effondrement de la foi chrétienne, l'ahrimanisme inhumain du bolchévisme, le désastreux Israël sioniste et l'assaut tous azimuts de l'obscurantisme islamique, le premier pape jésuite enfin sur le trône vatican... Manque plus maintenant que l'Antéchrist et cette incarnation prochaine d'Ahrimane évoquée par Steiner :

L'irruption des esprits des ténèbres

« Ahrimane (4) apparaîtra sous forme humaine dans la civilisation de l'Ouest – il est vrai qu'à ce moment, elle ne pourra plus guère être appelée une civilisation. Ce que Lucifer fit autrefois en Chine et ce que l'entité du Christ fit plus tard au Proche-Orient, Ahrimane le fera, à sa manière dans l'Ouest. Il ne sert à rien de s'illusionner sur ces choses. Ahrimane apparaîtra sous une forme humaine. Tout dépendra alors de la préparation qu'il aura fait subir aux hommes. Subjuguera-t-il toute l'humanité civilisée, ou bien les hommes seront-ils en état de lui résister ? De nos jours, les hommes se détournent de ces vérités, ils les fuient, et l'on ne peut guère les leur révéler tout à fait sans fard, car on serait raillé, ridiculisé, honni !... Cette propension à détourner les yeux des vérités les plus importantes sera pour Ahrimane la meilleure des armes, un excellent atout qui risque d'assurer la réussite de son incarnation […] L'incarnation d'Ahrimane ne pourra être évitée. Elle se fera, car il faut que les hommes se trouvent finalement en face de cette entité adverse, et que, si je peux m'exprimer ainsi, ils la regardent dans les yeux. Cette entité incarnée montrera aux hommes à quelle acuité inouïe d'intelligence ils peuvent parvenir lorsqu'ils s'aident de toutes les forces terrestres. Au milieu des maux et des bouleversements qui affligeront les hommes dans un proche avenir, on découvrira toutes sortes de forces et de substances grâce auxquelles l'humanité se procurera sa nourriture. Mais on reconnaîtra que toutes ces découvertes matérielles sont dues aux organes de l'entendement et non pas à l'Esprit. » (R. Steiner, Lucifer & Ahrimane, Genève, 1977, p. 17 et 47)
Les choses sont donc en place et se précisent. Une fois l'esprit banni, les ténèbres s'emparent du vide des âmes. C'est "à l'Ouest" que se réalisera l'incarnation satanique, en pendant symétrique à celle de Lucifer jadis en Chine (5), et Rudolf Steiner a mainte fois souligné le rôle du pôle ahrimanique de la Terre en rapport avec l'Amérique du Nord, le pôle magnétique et les Montagnes Rocheuses :
« C’est la région où, sous l’effet des conditions extérieures, se développe avant tout une parenté avec la nature méphistophélique ahrimanienne. Et beaucoup, dans l’évolution de la terre qui poursuit sa marche en avant, est dû à cette parenté. L’homme n’est pas en droit, aujourd’hui, de passer par l’évolution de la terre en aveugle ; il doit percer à jour ces liens entre les choses. L’Europe ne pourra établir des rapports justes avec l’Amérique que si ces circonstances peuvent être percées à jour, que si l’on sait quelles limitations d’ordre géographique viennent de là-bas. Sinon, si l’Europe continue à rester aveugle à ce propos, il en ira de cette pauvre Europe comme il en alla de la Grèce par rapport à Rome. Il ne faut pas qu'il en soit ainsi ! Il ne faut pas que le monde soit géographiquement américanisé – car les efforts de l'Amérique visent à tout mécaniser, à tout faire entrer dans le domaine du pur naturalisme, à effacer peu à peu de la surface de la Terre la culture de l'Europe. » (R. Steiner, Derrière le voile des événements, G.A. 178, Paris, 1999, pp. 88-89)
Une activité ahrimanique intense s'étend, en effet, depuis ce continent sur toute la Terre, émanant du sol et suscitant chez les Américains cette irrépressible volonté de puissance dont on retrouve immédiatement le caractère dans l'impérialisme effréné des Etats-Unis depuis leur fondation. Il faudrait être bien irréfléchi pour ne pas le constater. Il serait vain et naïf d'attendre autre chose des USA et de leurs vassaux qu'une obstination frénétique dans leurs objectifs de domination mondiale quels qu'en soient les moyens, criminels ou non : Ahrimane y étant à demeure, si l'on peut dire. Tous les développements géopolitiques des deux derniers siècles, y compris les deux dernières guerres mondiales et ce qui se passe aujourd'hui en Ukraine ou au Moyen-Orient, voire au Vénézuela, ont leur origine en cette emprise ahrimanienne du bloc BAO (6) et de l'OTAN. C'est à l'arrière-plan qu'agissent les puissances adverses, mais très directement dans l'esprit de ceux qu'on nomme à tort les "décideurs" – qui ne font jamais qu'appliquer aveuglément la volonté masquée de ce qui les inspire et dont ils ne savent rien.

Ce ne sont là que quelques aperçus de ce qui découlait très directement de l'écrasement du Christianisme ésotérique médiéval par les forces noires à l'aube des temps modernes. Peu après (vers 1250) survenait cette mystérieuse et brève occultation de toute vision spirituelle dont parle à plusieurs reprises Steiner, et la plongée dans la pensée desséchée des réformes et contre-réforme des Guerres de religions, toutes dans l'horreur et le sang, comme une contre-image satanique du Christianisme réel.

Partout désormais, ne trouvant plus qu'un vide spirituel abyssal en Europe, surgissent et se répandent ces hommes sans âme que nous évoquions dans le précédent article : vrais syndicats du crime et pseudo militaires otaniens à l'Ouest (Blackwater) ; faux guerriers, mais vrais égorgeurs islamistes aux Proche et Moyen-Orient, mais aussi partout où les ferments décadents de l'Islam wahhabo-takfir ont pris racine, hypocritement armés et soutenus, sous fausse bannière, par cet Occident fourbe et retors auquel se sont vendus depuis si longtemps la plupart de nos politiciens. Ce n'est pas dans l'abstraction des nuages qu'agissent, en effet, les puissances ahrimaniennes et Sorath, mais bien directement dans les cerveaux si malencontreusement vidés de toute vie spirituelle réelle. Car c'est bien la suppression de l'Esprit en l'homme par l'Eglise en 869 qui devait ouvrir dès le XIIIè siècle un boulevard aux légions sataniques, pour aboutir plus tard, à partir de 1840, à cette invasion planétaire des esprits des ténèbres dont parle Steiner dans ce cycle magistral de 1917, à l'heure même où l'Europe se massacrait follement dans la boue des tranchées (7). Et ce n'était qu'un début.


On pourrait s'étonner que de telles conséquences puissent avoir leur origine dans cet anéantissement total, par le fer et par le feu, du Catharisme au XIIIè siècle, autrement dit de ce Christianisme johannique originel directement issu de l'Initiation. Mais c'est pourtant bien là le karma le plus direct de toute non-violence spirituelle face à la force brute. Et ce sera bel et bien au Karma de régler ce conflit.
(WH.)




1. Le nombre oscille selon les sources entre 205 et 225. Sur ce nombre, 64 sont nommément identifiés, dont la jeune Esclarmonde de Pereille.
2. Date officielle à nuancer. En tenant compte des différences de comput entre calendrier julien (en usage au XIIIè s.) et le calendrier grégorien, la date solaire véritable serait, en réalité plus proche du 23 mars et de l'équinoxe que du 16 (soleil à 2°50' dans le Bélier en 1244). Nous avons seulement retenu la date pour des raisons de conformité historique.
3. Emil Bock, Le triple mystère de Marie, Edit. Iona, Franchesse, 2002, p. 40.
4. Satan.
5. Vers la fin du 4ème millénaire avant JC selon Steiner, soit peu avant la fondation de la 1ère dynastie égyptienne. Cf. R.S., Lucifer & Ahrimane (GA n°193).
6. Bloc Américano-Occidentaliste dont l'OTAN est le bras armé. En face l'OTSC russe et l'Organisation de Shanghaï.
7. R. Steiner, La Chute des esprits des ténèbres, (GA 177), Paris.



Publié par



12 decembre 2013


« 18. ὧδε ἡ σοφία ἐστίν·
ὁ ἔχων νοῦν ψηφισάτω τὸν ἀριθμὸν τοῦ θηρίου,
ἀριθμὸς γὰρ ἀνθρώπου ἐστίν·
καὶ ὁ ἀριθμὸς αὐτοῦ ἑξακόσιοι ἑξήκοντα ἕξ. »

« C’est ici la sagesse.
Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la Bête.
Car c’est un nombre d’homme,
et son nombre est 666. » (Apo. 13, 18)
S'introduire dans l'Apocalypse (1) ne signifie rien d'autre que s'introduire dans un des textes les plus hautement ésotériques de l'humanité, document que nul ne saurait pénétrer sans connaissance éclairée du langage des mystères, en l'occurrence celui des Initiés de l'époque pré-chrétienne qui fut aussi celui de l'auteur de ce texte hors du commun que l'Évangile désigne comme le "disciple que Jésus aimait" (2).  C'est lui que le Christ ressuscita du sommeil initiatique en la personne de Lazare et qui devait être ensuite connu sous le nomen mysticum d'Ioannes, saint Jean (Jn.11). C'est lui encore qui, retiré sur l'île de Patmos, rédigea ce condensé de l'Initiation chrétienne intégrant la vision clairvoyante de tout l'avenir en gestation jusqu'à l'accomplissement de la Terre. Nous ne saurions revenir ici sur le principe de l'Initiation abordé dès le tout premier article. Rappelons seulement qu'elle consiste en une élévation progressive de la conscience ; en premier lieu par la perception d'un monde d'images, puis de sons précédant la confrontation directe avec les entités elles-mêmes au fur et à mesure de l'ascension depuis le plan physique jusqu'aux mondes astral et spirituels : ce que l'auteur de l'Apocalypse décrira comme les 7 Lettres, les 7 Sceaux, les 7 Trompettes et les 7 Coupes. C'est la pénétration progressive de l'humanité tout entière en ces différents plans au fil de l'évolution de la Terre que saint Jean développe apocalyptiquement dans ces 22 chapitres, entre autres la montée des puissances noires ennemies du règne humain :

1. Irruption de l'islam*

« Son regard prophétique voyait l'enseignement apparu vers 666 à l'Est et renouant avec un monde des mystères qui ignore tout du Fils : l'enseignement mahométan. L'enseignement mahométan ne connaît pas la structure duale du monde entre le règne du Père et le règne du Fils, il ne connaît qu'un règne, celui du Père. Il ne connaît que le strict enseignement du seul dieu Allah, et rien à côté de lui – et Mahomet est son prophète. De ce point de vue le mahométisme est la plus forte antithèse du christianisme, car sa volonté est d'anéantir à jamais toute liberté dans le futur. » (Rudolf Steiner, Apocalypse & action pastorale, 11 septembre 1924, E.A.R. 2012, p. 125 sqq.)

« Ce que dit en somme l'auteur de l'Apocalypse c'est qu'il y a une menace qui plane sur l'humanité... Cette menace c'est que l'humanité sombre dans la folie. Quelque chose se lève, après un délais égal à celui écoulé depuis le mystère du Golgotha (3) : c'est la mencace de ramener l'être humain au degré de l'animal. 666 est le chiffre de la Bête. L'auteur de l'Apocalypse voyait très bien intérieurement la menace planant sur l'humanité : le christianisme sombrera en deux directions, dans un christianisme d'apparence (pseudo-christianisme), ou plus exactement il sera enveloppé de brouillard. La menace d'enténébrer le christianisme apparaît en 666 qui représente dans le monde spirituel l'année significative où tout ce qui est arabisme et mahométan fait son apparition. Il désigne cette année 666 avec la plus nette précision. Ceux qui savent lire l'Apocalypse comprennent cela. L'auteur de l'Apocalypse voyait à l'avance l'action qu'exercerait l'apparition qu'il signale par des paroles fortes en qualifiant le nombre 666 de nombre de la Bête. Il voit de manière apocalyptique tout ce qui s'en suivra : le déploiement de l'arabisme vers l'Europe, l'enseignement chrétien enténébré par un enseignement qui ne peut conduire l'humanité qu'à méconnaître sa nature humaine, l'enseignement spécifique du seul "Père" faisant le lit du matérialisme qui en vient à expliquer l'être humain selon les nouvelles conceptions à partir de l'évolution des animaux. N'était-il pas au cœur du darwinisme, avec la montée du nombre de la Bête, 666, que l'être humain ne puisse se saisir autrement que comme un animal en quelque sorte supérieur ?

« C'est ainsi que pour l'auteur de l'Apocalypse le démon solaire est tout particulièrement à l'œuvre vers l'an 666. Il le décrit d'ailleurs de manière telle que tout initié le reconnaisse. Car chaque entité spirituelle que l'on nomme Intelligence planétaire, intelligence du Soleil, démons planétaires et démon du Soleil avait son signe, et le signe du démon solaire est celui-ci :
L'auteur de l'Apocalypse décrit le signe du démon solaire comme la Bête à deux cornes. A l'époque latine on avait une façon de lire les chiffres qui fut quelque peu rendue publique, mais on lisait encore dans les chiffres. L'auteur de l'Apocalypse se sert d'une façon particulière encore courante de lire les chiffres. Il écrit le nombre 666 en lettres hébraïques :
Il écrit la valeur chiffrée de ces lettres de droite à gauche. Les consonnes dont on accompagne la prononciation par une voyelle correspondante représentent le signe du démon solaire et se prononcent : Soradt. C'était alors le nom du démon solaire, l'auteur de l'Apocalypse l'utilise, et nous le reconnaissons bien. L'auteur de l'Apocalypse voit tout ce qui de cette manière, comme l'arabisme, s'oppose au christianisme, comme un déversement spirituel de tout ce qui est représenté par Soradt, le démon solaire. Ce nombre 666 se présente une première fois en l'année 666, mais il se présente une deuxième fois, 666 ans plus tard, en 1332.

2. Anéantissement de l'Ordre du Temple


La première fois c'était l'impact de l'arabisme dans le christianisme pour imprimer le sceau du matérialisme dans la culture occidentale. La deuxième fois, au 14ème siècle, nous avons une deuxième expérience de l'émergence de la Bête des flots de la marche du monde. Celui qui observe le monde avec le regard de l'auteur de l'Apocalypse voit les époques de 666 ans apparaître comme des flux et reflux de la marée. La Bête s'élève chaque fois comme une menace devant la recherche de la véritable humanité pour faire valoir l'animalité contre l'humanité ; Soradt bouge. Au 14ème siècle nous assistons de nouveau à un mouvement de Soradt, l'Adversaire. C'était l'époque où l'Ordre des Templiers en Europe (mais par une inspiration plutôt orientale) voulait instituer une vision solaire du christianisme, une vision qui cherchait à réhabiliter le Christ en tant qu'entité solaire, en tant qu'entité cosmique. Il connaissait l'aspect spirituel des planètes et des astres, il connaissait la collaboration universelle des Intelligences cosmiques éloignées infiniment les unes des autres et il connaissait les oppositions puissantes dues aux redoutables démons rebelles à l'intérieur de notre système solaire, les démons de Soradt. En somme ces forces démoniaques solaires agissant dans le matérialisme de l'humanité.

Il est aujourd'hui bien difficile d'un certain point de vue spirituel de dire ce qui serait advenu de la civilisation européenne si l'Ordre des Templiers avait pu réaliser ses intentions. Tous ses trésors lui furent enlevés. Même alors que l'Ordre avait disparu, en 1312, Soradt, l'Adversaire, hantait le cœur et l'âme de ceux qui ne connurent nulle paix avant que Jacques de Molay n'eût été exécuté en 1314 : Il n'eut de cesse de persécuter tout ceux qui dirigeaient leur regard vers le Christ cosmique. Il s'allia à l'esprit de l'ancienne Rome alors à l'œuvre dans l'Église catholique. L'apparition de ce Soradt était alors bien plus visible car elle enveloppait d'un grand mystère l'effondrement de l'Ordre des Templiers. Lorsque le regard plonge au cœur de l'âme des Templiers exécutés alors qu'ils subissent les tortures, on acquiert une image des méthodes de Soradt pour susciter des visions aux suppliciés. Cette suggestion était telle que les suppliciés se condamnaient eux-mêmes par leurs propres paroles, livrant les arguments les plus faciles à toute l'accusation. L'humanité était devant un théâtre affreux où durant leurs supplices les condamnés ne purent plus parler de l'Ordre de leur propre fait, mais du fait des divers démons de Soradt qui parlaient à leur place et vilipendaient l'Ordre par les affirmations les plus honteuses (4). » (R.S., Ibid. p. 137 sqq)
« Ce monstre, ce Tentateur que nous avons ainsi décrit, il faut nous le représenter comme d'une tout autre nature que l'être humain. Il a son origine dans d'autres périodes d'évolution, il en a gardé certaines tendances et sera très satisfait de rencontrer des hommes qui seront restés étrangers au bien sur la Terre. Ce monstre n'a rien pu tirer de la Terre. Il a vu venir l'évolution terrestre mais constate que, n'ayant pas évolué avec elle, il ne peut en tirer aucun profit. Il n'aurait pu en profiter que s'il avait réussi à exercer sur elle sa domination à un certain moment, notamment lorsque le Christ est descendu sur la Terre. Si le principe christique avait été étouffé dans son germe, si le Christ avait pu être vaincu par son adversaire, toute la Terre aurait pu succomber au principe de Soradt. Tel n'a pas été le cas. Aussi cet être doit-il se contenter des déchets d'humanité qui n'auront pas suivi le Christ, des hommes qui seront restés pris dans la matière ; ceux-là formeront plus tard ses légions. » (R.S., L'Apocalypse, 12ème conf. 30 juin 1908)
« Ce qui vivait dans les conceptions des anciennes sagesses des mystères et dans les visions prophétiques de la sagesse des mystères à venir entraîne comme conséquence que les êtres humains accueillent d'une certaine manière le christianisme intérieur, le christianisme spiritualisé, et qu'ils regardent vers le Christ comme l'Esprit Solaire. Ces êtres humains précipitant en quelque sorte leur évolution, réapparaîtront sur terre à la fin de ce 20ème siècle. Tout ce que nous pouvons faire à notre époque en nous saisissant de la spiritualité de l'enseignement, est d'une grande importance, car nous le faisons en cette période pour l'humanité "sub specie æternitatis". C'est une préparation de ce qui se passera en grand, par des actes spirituels amples et intenses, à la fin de ce siècle, après que bien des choses se seront passées pour contrevenir à la spiritualisation de la civilisation moderne. Sous le signe de la deuxième apparition du nombre 666 s'étaient présentés en Europe les bouleversements qui conduisirent aux croisades et qui se terminèrent par l'anéantissement des chevaliers du Temple. Soradt continue sans relâche son œuvre contre tout ce qui, par le Génie solaire, veut lutter pour un véritable christianisme.

3. Les hommes sans âme

Nous avons maintenant devant nous la troisième apparition du nombre 666, 1998. A la fin de ce siècle, Soradt élèvera de nouveau sa tête loin au-dessus de la marée de l'évolution pour contrer la vision du Christ solaire dont les humains du début de la première moitié du 20ème siècle auront déjà vu l'apparition éthérique. Il ne se passera donc que 2/3 de siècle avant que Soradt n'élève à nouveau puissamment sa tête.

A l'issue du premier 666, Soradt était encore ensorcelé dans la marche des événements de l'évolution. On ne le voyait pas sous une figure extérieure, il vivait dans les actes de l'arabisme, et seul l'initié pouvait le voir. Lors de la deuxième apparition du nombre 666, Soradt se montra dans la pensée et le sentiment des Templiers suppliciés. Et avant la fin de ce siècle il se montrera en ce qu'un grand nombre d'hommes seront possédés par l'entité de Soradt. Il apparaîtra des hommes dont on ne pourra plus croire que ce sont des êtres humains. Ils auront également une apparence particulière, une sorte de figure animale. On reconnaîtra les hommes de Soradt à leur aspect extérieur, non seulement ils se moqueront de manière affreuse de tout ce qui montrera un aspect spirituel, mais ils le combattront et le fouleront dans la boue. On en fera, par exemple, l'expérience par ce qui se trouve actuellement concentré en germe et sur un espace restreint dans le bolchévisme. Cela se répandra dans toute l'évolution terrestre humaine. C'est pourquoi il est important que tous les efforts qui tendent vers la spiritualité se concrétisent véritablement en actes. Car ce qui viendra combattre la spiritualité sera là, et cela n'agira pas de manière libre, mais sera déterminé à la fin du siècle par un nouveau déchaînement de Soradt : l'aspiration à extirper la spiritualité entrera dans l'intention d'un très grand nombre d'humains. L'auteur de l'Apocalypse voit prophétiquement leur face de bête ainsi que leur force bestiale dans leurs actions contre le spirituel. Or ce ne sont là que les premiers germes.

Nous voyons ainsi que l'auteur de l'Apocalypse a prévu tout cela. Il a prévu le véritable développement du christianisme en tant qu'événement solaire, mais également l'effroyable invasion des démons solaires. Tout cela se présentait devant son âme. A l'apparition de Michaël dans l'évolution spirituelle de l'humanité au début du siècle fera suite à la fin de ce même siècle celle des démons solaires. Dans l'actuelle ère de Michaël nous avons de manière précise sur le terrain de la théologie et de la religion et grâce à l'enseignement de l'auteur de l'Apocalypse, toutes les raisons de penser et de ressentir de manière apocalyptique et de pas rester collés aux simples faits extérieurs : il s'agit de nous élever aux impulsions spirituelles qui se dissimulent derrière ! On prépare bel et bien la voie à l'intrusion des démons du grand démon Soradt. Il n'est besoin que de s'entretenir avec des personnes qui savent un peu comment a éclaté la guerre. Nous n'aurons jamais tort d'affirmer qu'un maximum de 40 personnes furent fautives de la guerre mondiale, et que toutes ou presque avaient la conscience obscurcie au moment de prendre les décisions. Or l'obscurcissement de la conscience est l'état idéal pour laisser le champ libre aux puissances démoniaques d'Ahrimane, et Soradt est la plus grande d'entre elles. C'est ainsi qu'il tente d'entrer dans la conscience des humains pour y provoquer malheur et confusion. La guerre n'est pas le pire, le pire est à venir avec la constitution russe par exemple : l'œuvre des esprits de Soradt qui entrent dans les âmes humaines. » (Rudolf Steiner, Apocalypse & action pastorale, 11 septembre 1924, E.A.R. 2012, p. 141 sqq.)

Steiner n'aura pourtant connu que le début du bolchévisme, sans connaître toute l'horreur de ses ignominies, ses massacres ou son extermination par la faim des populations ukrainiennes au cours des années 1932-33 (5), pas plus que les grands génocides communistes du temps des Khmers rouges en Extrême-Orient qui firent passer en quelques années près de 20 % de la seule population cambodgienne de vie à trépas. Mais tournez seulement les yeux vers ce berceau du christianisme qu'est l'actuelle Syrie et ce qui s'y passe en ce moment du fait de ces suppôts de l'Occident que sont aujourd'hui les hordes de tueurs wahhabo-takfiris qui n'ont de cesse d'assassiner, violer, détruire et brûler les églises comme ils le firent et le font encore au Kosovo. Voyez-les – car ils se plaisent à filmer leurs crimes – égorger femmes, enfants, civils, et s'étouffer de haine jusqu'à dévorer le cœur de ce qui s'oppose à leur folie ! Voyez nos dirigeants occidentaux flatter, armer, soutenir sans honte cette pègre dans la totale indifférence d'un public hébété. Ce ne sont pourtant là que les signes avant-coureurs des plaies annoncées dans l'Apocalypse et l'œuvre occulte de ce qu'elle identifie comme la Bête dont le nombre est 6.6.6. Il importe de le dire. Les temps l'exigent. (WH.)

* Les sous-titres ont été rajoutés.

(1) Littéralement désoccultation. 
(2) Autrement dit en langage des mystères l'Initié personnel du Christ, et de facto le premier des Initiés chrétiens.
(3) L’ère gréco-latine débutant en 747 av. JC et s’achevant en 1413, le milieu de l’ère zodiacale de 2160 ans se trouvait osciller sur l’année 333.
(4) Rudolf Steiner a mentionné les incarnations précédentes de Clément V et de Philippe le Bel.
(5) L'holodomor d'Ukraine et les grandes famines soviétiques organisées que les estimations des historiens évaluent de 2,6 à 5 millions de victimes. Avant goût des holocaustes démocratiques d'Hiroshima et Nagazaki.
Publié le par