mercredi 4 janvier 2017

Alex Jones & Infowars: leur combat contre la Palestine, aux côtés de la prétendue "seule démocratie au Moyen-Orient"


Il est devenu pratiquement impossible de boycotter Israël ou d'être simplement pro-Palestine sans boycotter en même temps la "dissidence", au premier rang de laquelle on trouve, du côté anglophone, Infowars et son chef charismatique Alex Jones. 

Explications.

Récemment, en réaction au vote anti-colonies illégales israéliennes à l'Onu, Infowars publiait un article anti-Palestine écrit par un sioniste chrétien accusant les USA de provoquer la colère divine en s'opposant à Israël ! 


Forget about “The Arabs run Hollywood”: Infowars has gone full-blown Evangelical zionist Le lien mène à l'article de dingue tel que publié sur le site Infowars: INFOWARS: "10 Times That God Has Hit America With A Major Disaster After The U.S. Attempted To Divide The Land Of Israel"

Traduction française de l'article:
10 fois où Dieu frappa l'Amérique d'un désastre majeur, après qu'elle ait tenté de diviser la terre d'Israël

Parce que Barack Obama a maudit Israël aux Nations Unies, l'Amérique est maintenant sous une malédiction.

Parce que Barack Obama a maudit Israël aux Nations Unies, l'Amérique est maintenant sous une malédiction.  La trahison étonnante de vendredi d'Israël au Conseil de sécurité de l'ONU fait les manchettes partout dans le monde, mais la vérité est que ce que Obama vient de faire est beaucoup plus sérieux que ce que la plupart des gens oseraient imaginer.

Au cours des dernières décennies, chaque fois que le gouvernement américain a franchi une étape importante vers la division de la terre d'Israël, il a entraîné une catastrophe majeure frappant les États-Unis.  Cela continue à se répéter encore et encore, et pourtant nos dirigeants semblent ne jamais apprendre.  Et malgré le fait que le président élu Donald Trump, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et des membres éminents des deux partis au Congrès ont fortement exhorté Obama à opposer son veto à la résolution 2334 du Conseil de sécurité, il a laissé passer de toute façon.

Parce que les États-Unis ont le droit de veto sur le Conseil de sécurité de l'ONU, rien ne peut passer sans notre soutien.  Et c'est la politique du gouvernement américain depuis des décennies d'opposer son veto à toutes les résolutions anti-Israël qui sont soumises au Conseil de sécurité.

Mais cette fois-ci, il semble que l'administration Obama a travaillé très fort dans les coulisses pour obtenir cette résolution poussée par le Conseil de sécurité avant la fin du mandat d'Obama.  C'est du moins ce qu'affirme le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ...

Citation :
"D'après les informations que nous avons, nous n'avons aucun doute que l'administration Obama l'a initiée, s'est tenue derrière elle, a coordonné le libellé et a exigé qu'il soit adopté", a déclaré Netanyahu dans un communiqué.   "C'est, bien entendu, en pleine contradiction avec la politique américaine traditionnelle qui a été engagée à ne pas essayer de dicter les termes d'un accord permanent, comme toute question liée à eux au Conseil de sécurité, et, bien sûr, l'engagement explicite du président Obama lui-même, en 2011, de s'abstenir de telles mesures. "

Je suis certain qu'il y aura un énorme débat sur la mesure dans laquelle les États-Unis ont participé à la création et à la rédaction de cette résolution, mais il y a une chose qui est extrêmement claire.

La décision ultime concernant l'adoption ou non de cette résolution était entre les mains d'un seul homme.  Barack Obama savait très bien qu'il avait ce pouvoir, et finalement il a finalement décidé de trahir Israël.

Et maintenant que notre gouvernement a maudit Israël à l'ONU, toute notre nation sera maudite.

Dans les Écritures il est répété que Dieu bénira ceux qui bénissent Israël et maudira ceux qui maudissent Israël.

Lorsque Barack Obama a bloqué une résolution similaire que la France voulait soumettre pour un vote en septembre 2015, cela a abouti à l'Amérique et nous avons été bénis au cours des 16 derniers mois.

Mais maintenant que Barack Obama a renversé le cap et a trahi Israël, nous serons certainement maudits.  Dans les jours qui viennent, nous verrons comment cela se déroule, et peut-être pourrions-nous obtenir quelques indications sur ce qui pourrait arriver en passant en revue l'histoire récente.

Il y a eu littéralement des dizaines de cas au cours des dernières décennies quand les États-Unis ont été touchés par une sorte de désastre immédiat quand il a fait un mouvement vers la division de la terre d'Israël.  Voici dix des exemples les plus marquants qui me reviennent ...

# 1 La dernière fois que le gouvernement américain a refusé de s'opposer à une résolution anti-Israël au Conseil de sécurité de l'ONU était en 1979. Le 22 mars 1979, l'administration Carter a choisi de ne pas opposer son veto à la résolution 446 de l'ONU. Le traité de paix entre l'Egypte et Israël a été signé à Washington.  À la suite de ce traité, Israël a abandonné une énorme quantité de territoire.  Deux jours plus tard, le 28 mars, la pire catastrophe nucléaire de l'histoire américaine a fait la une des journaux partout dans le monde.  Ce qui suit provient de Wikipedia ...

Citation :
L'accident de Three Mile Island a été une fusion nucléaire partielle qui s'est produite le 28 mars 1979 dans le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Three Mile Island (TMI-2) dans le comté de Dauphin, en Pennsylvanie , aux États-Unis.  Il s'agissait de l'accident le plus important dans l'histoire des centrales nucléaires commerciales américaines.  [2] L'incident a été noté cinq sur l' Échelle internationale d'événement nucléaire de sept points : Accident avec des conséquences plus larges.  [3] [4]

# 2 Le 30 octobre 1991, le président George HW Bush a ouvert la Conférence de Paix de Madrid qui a réuni les Israéliens et les Palestiniens pour négocier pour la toute première fois.  Dans son discours d' ouverture , Bush a déclaré à Israël que "le compromis territorial est essentiel pour la paix".  À la même époque, "The Perfect Storm" brassait dans l'Atlantique Nord.  Cette tempête légendaire a parcouru 1000 milles dans la mauvaise direction et a envoyé des vagues de 35 pieds claquant directement dans la maison du président Bush à Kennebunkport, dans le Maine.

# 3 Le 23 août 1992, la Conférence de Paix de Madrid s'est installée à Washington DC, et le lendemain, l'ouragan Andrew a frappé la Floride, causant 30 milliards de dollars de dégâts.  C'était la pire catastrophe naturelle à cette époque dans l'histoire des États-Unis.

# 4 Le 16 janvier 1994, le président Clinton a rencontré le président Assad de Syrie pour discuter de la possibilité qu'Israël abandonne les hauteurs du Golan.  En 24 heures, le tremblement de terre dévastateur de Northridge a frappé le sud de la Californie.  C'était la deuxième pire catastrophe naturelle à ce moment-là dans l'histoire des États-Unis.

# 5 Le 21 janvier 1998, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou est arrivé à la Maison Blanche mais a reçu une réception très froide.  En fait, le président Clinton et la secrétaire d'État Madeleine Albright ont effectivement refusé de déjeuner avec lui.  Ce même jour, le scandale de Monica Lewinsky a éclaté, envoyant la présidence de Clinton dans un tire-bouchon dont elle ne se remettrait jamais.

# 6 Le 28 septembre 1998, la secrétaire d'Etat Madeleine Albright travaillait à la mise au point d'un plan qui aurait obligé Israël à abandonner environ 13% de la Judée et de la Samarie.  En ce jour précis, l'ouragan George a claqué dans la côte du Golfe avec des rafales de vent de jusqu'à 175 milles à l'heure.

# 7 Le 3 mai 1999, le leader palestinien Yasser Arafat était censé tenir une conférence de presse pour déclarer la création d'un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale.  Ce jour précis, les tornades les plus puissantes jamais enregistrées aux États-Unis ont déchiré l'Oklahoma et le Kansas.  À un moment donné, l'une des tornades avait effectivement une vitesse de vent enregistrée de 316 miles à l'heure.

# 8 Le 30 avril 2003, l'Ambassadeur des États-Unis Daniel Kurtzer a présenté au Premier ministre israélien Ariel Sharon la «Feuille de route pour la paix» qui avait été élaborée par le soi-disant «Quatuor».  Au cours des sept prochains jours, les États-Unis ont été frappés par une étonnante série de 412 tornades.  C'était la plus grande série de tornade jamais enregistrée à cette époque.

# 9 En 2005, le président George W. Bush (le fils de George HW Bush) a convaincu Israël qu'il était nécessaire de retirer tous les colons juifs de Gaza et de les remettre entièrement aux Palestiniens.  Selon le New York Times, le dernier des colons a été évacué le 23 août 2005. Ce jour précis, une tempête qui s'appellera "Katrina" a commencé à se former sur les Bahamas.  La ville de la Nouvelle-Orléans n'a toujours pas complètement récupéré des dégâts causés par cette tempête, et elle a été considérée comme la catastrophe naturelle la plus coûteuse de toute l'histoire américaine jusqu'à cette époque.

# 10 Le 19 mai 2011, Barack Obama a déclaré à Israël qu'il devait y avoir un retour aux frontières d'avant 1967.  Trois jours plus tard, le 22 mai, une tornade EF-5 à vortex multiple d'un demi-mille de large a déchiré Joplin, dans le Missouri.  Selon Wikipedia , c'était "la tornade la plus coûteuse unique dans l'histoire américaine."

-------------------------------------------------------------------------

La résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui a été adoptée vendredi est la plus grande trahison d'Israël dans l'histoire moderne.  Comme je l'ai expliqué dans mon dernier article , je crois que le sursis de l'Amérique est maintenant terminé et tout l'enfer est sur le point de se lâcher dans ce pays.

Lorsque Barack Obama a bloqué le Conseil de sécurité de l'ONU de diviser la terre d'Israël en Septembre 2015, selon la Parole de Dieu, nous aurions été bénis en tant que nation à la suite, et nous avons été bénis.

Mais maintenant Barack Obama a maudit Israël en les poignardant dans le dos aux Nations Unies, et selon la Parole de Dieu nous devrions être maudits en tant que nation en conséquence.

Et aussi sûrement que j'écris cet article, nous serons maudits.[Fin]



VIDEO - InfoWars: America Is 'Cursed' By God For Condemning Israel
 
Abby Martin sur Twitter : "Infowars goes full Jerry Falwell, claims daring to criticize Israel has made God curse America w/ natural disasters


Donc, Alex Jones reprend intégralement les délires épouvantables de la droite chrétienne évangéliste sioniste, du genre du sénateur Jim Inhofe, selon qui le 11-septembre était l'expression de la colère divine punissant les USA pour avoir injustement irrité Israël. Il faudrait lui poser la question à savoir s'il croit également que le cancer de Jimmy Carter est une punition divine pour son "militantisme anti-Israël".

Aussi, à peine quelques jours après le vote onusien, Alex Jones s'est mis à attaquer l'ensemble du mouvement propalestinien et, exactement comme Trump, à défendre Netanyahou contre le méchant Obama et même contre les enquêtes pour corruption le concernant. Et tenez-vous bien: selon lui ce sont les mondialistes qui veulent la fin d'Israël, donc refuser de soutenir Israël c'est rallier du même coup la cause du mondialisme...Incroyable culot (oserions-nous dire Choutzpah)!


L'obsession des médias de réinformation qui mettent tout le blâme sur le dos du milliardaire activiste messianique George Soros, correspond très exactement - chose curieuse! - à la ligne dure de Netanyahou. Voilà qui devrait donner à réfléchir!


Israel says its criticism of Hungary’s anti-George Soros campaign is not a defense of the man

Hungarian government denies ending anti-Soros campaign early

Israel backs Hungary against financier Soros Israel says call by its Hungarian envoy to end billboard campaign against George Soros was not meant to ‘delegitimize’ criticism of the Hungarian-American billionaire.

In Netanyahu’s world, Soros’ politics justify throwing him to Hungary’s anti-Semitic dogs - Opinion - Israel News | Haaretz.com

Netanyahu accused of supporting antisemites over Soros campaign

Hongrie : l'ambassadeur d'Israël demande la fin de la campagne anti-Soros | The Times of Israël

Israël soutient la Hongrie contre George Soros

Hungary denies prematurely ending anti-Soros campaign JTA , 7:22 PM

On Netanyahu’s orders: Israel's Foreign Ministry retracts criticism of anti-Semitism in Hungary and strongly attacks Soros - Israel News - Haaretz.com

Israel urges Hungary: Nix anti-Soros campaign with anti-Semitic overtones

Israel clarifies stance on anti-Soros campaign Foreign Affairs

Israel Sides With anti-Semites

In Netanyahu’s world, George Soros’ politics justify throwing him to Hungary’s anti-Semitic dogs

Why Netanyahu hates George Soros so much - Israel News - Haaretz.com

Attacking Soros: Israel’s Unholy Covenant With Europe’s anti-Semitic Ultra-right

George Soros says Hungarian government campaign against him like Nazi propaganda

The 'Laughing Jew': The Nazi backstory of Hungary's anti-Soros poster campaign - Opinion - Israel News | Haaretz.com




Hysterical Alex Jones Weeps And Prays For Bibi: “Globalists Clearly Trying To Overthrow Israel” And Arrest Netanyahu. ‘All You That Hate Jews Get Ready for Islamic Rule in the U.S.’


VIDEO - Alex Jones: Anti-Semitic Globalists Are Gunning For Israel and Netanyahu!


VIDEO - Alex Jones: The Globalists Are Trying to Overthrow Israel


Can Alex Jones Be Serious on the Middle East?  (Rare article sensé sur un site insensé)


VIDEO - Alan Dershowitz And Alex Jones Taken to the WOODSHED


VIDEO - Alex Jones Favourably Interviews Ultra-Zionist Disinformation Agent David Horowitz... Ça fait longtemps que je l'avais remarqué, mais apparemment ça ne dérange personne, parce que personne dans la "réinfosphère" (complosphère) ne porte attention à ce qu'il dit, personne n'est au courant de son influence, et personne dans toute cette foutue "réinfosphère" ne semble capable de comprendre que ce sioniste pense exactement comme eux: "le mal c'est la gauche et le politiquement correct", "Trump vient nous sauver de cette tyrannie". C'est mot pour mot la ligne E-R, et c'est exactement celle d'Horowitz! Qu'il y ait encore des antisionistes pro-Soral et pro-Trump, c'est tout à fait incompréhensible, à moins que ce soit révélateur du fait que ces gens sont des nullités absolues.

VIDEO - Alex Jones Says He's "Proud" of Selling Out to Zionist Interests
















Ce n'est pas la première fois qu'Alex Jones défend la soi-disante "démocratie" israélienne face aux prétendus "antisémites islamolâtres". Reste que cet étrange positionnement de Jones choque de plus en plus de gens au sein du "mouvement pour la vérité", de plus en plus de gens qui commencent à peine à s'éveiller et à comprendre dans quelle immense manipulation ils sont tombés en écoutant et en suivant tous ces prétendus "dissidents anti-mondialistes" ("anti-globalist patriots" comme dirait Alex Jones).

RAPPEL:


VIDEO - Michael Collins Piper : Alex Jones Says Critics of Israel Are Scum


Arab-hater Paul Joseph Watson of Infowars (fake news) offers to pay journalists to go and “check out” Sweden
Suède: La LDJ canadienne fait de la pub pour Paul Joseph Watson: Courtesy of Paul Joseph Watson
Trump’s inspiration for 'last night in Sweden' filmed himself throwing stones at Palestinians
Meet the gonzo Jewish filmmaker behind Trump’s fake news on Sweden


Donald Trump Keeps Pushing Alex Jones’ Conspiracy Theories
VIDEO - Alex Jones: Former Employee (KURT NIMMO) DARES To Call Jones a 'Snake-Oil Salesman' AND WORSE—A Sellout for Trump

VIDEO - Alex Jones’ Infowars Granted Weekly White House Press Pass
Alex Jones: Infowars Has Been Granted a 'Weekly' White House Press Pass, 'Regular' Press Credentials Are 'Pending' "We're pending getting our regular passes which are very hard to get at the White House with Jerome Corsi." 
Jerome Corsi est un propagandiste sioniste infiltré dans le mouvement du 11 septembre. Il est devenu célèbre comme l'un des leaders du mouvement des "birthers" prétendant qu'Obama est un imposteur né ailleurs qu'aux USA.
‘Alt-Right’ InfoWars Gets W.H. Press Credentials – The Forward

Alex Jones and Daniel Estulin admit Trump is a Rothschild Creation in a war with the Rockefellers

Xenophobia in American Politics: The “Know Nothing Party” of the 1850s and the Trump-Pence Neo-Fascist Republican Agenda for 2017 Le phénomène Trump-Alex Jones n'est pas sans rappeler le mouvement "Know Nothing" américain fin 19e siècle début 20e (je suis évidemment pas le premier à faire ce lien). Doté d'un journal et d'un parti, leur ligne était la haine anti-immigrés. On se souvient de ce parti haineux xénophobe et radicalement anti-immigration comme d'un parti protestant, anti-catholique (anti-italien, anti-irlandais) et anti-juif. Mais c'était pas du tout antijuif en réalité, puisque le juif Lewis Charles Levin (1er juif au Congrès américain) dirigeait le journal du mouvement en plus d'être l'un des fondateurs et Leaders du mouvement... Mais pourquoi donc personne n'en parle? Encore le nom juif, ce nom maudit qui impose la chappe de plomb! Rien à voir avec la rectitude politique tant décriée par les trumpiens, les soraIiens, les Martineau et les Bock-Côté!
https://en.wikipedia.org/wiki/Lewis_Charles_Levin
https://en.wikipedia.org/wiki/Know_Nothing
Lire cet extrait de Michael Collins Piper (The New Babylon, ch. 7): When there was a great panic in 1837, Rothschild agent Belmont negotiated large loans from the Rothschilds on behalf of the U.S. debtor banks.“ In other words” according to Birmingham, “he was able, thanks to the hugeness of the Rothschild reservoir of capital, to start out in America operating his own Federal Reserve System.” (And this long before the official establishment of the Federal Reserve System in 1913!) (*)
_________
(*) During this period that there was extensive emigration by Roman Catholics into the United States—particularly from Ireland—and the truth is that well-settled Jewish interests saw this as a danger. In fact, one of the leading bigots in America leading the fight against immigration into the United States—particularly Irish Catholic immigration—was a prominent Jewish American, Lewis Charles Levin. Although history often tells us that the “Know Nothing” movement—the Native American Party—was “led by Protestants” and “aimed at Catholics and Jews,” the truth is that Levin—a Jew—was not only one of the party’s founders but also an editor of its national organ and one of the first Know Nothing members elected to Congress! In fact, Levin was the first Jew elected to the U.S. Congress. Yet, Jewish literature today never mentions Levin’s preeminent role in the anti-Catholic agitation of America’s early years. Born in 1808 in Charleston, South Carolina, which—as students of the Jewishcontrolled slave trade know—was the Jewish population center of the United States for many years, long before NewYork City emerged as such, Levin later moved north, as an attorney, to Philadelphia where he published and edited the Philadelphia Daily Sun. In 1844 he was elected to Congress from Pennsylvania on the American (“Know Nothing”ticket) and held that post for three terms until defeated for re-election in 1850. Levin died ten years later. The fact that Levin was one of the pioneering anti-Catholic agitators on American soil is interesting, to say the least, since history books have been careful to “edit” the record as far as Levin’s role in the Know Nothing movement is concerned. Levin’s career has been consigned to the Orwellian “Memory Hole.” Instead we always hear how both “the Protestants” and “the Catholics” have been so hostile to “the poor Jewish immigrants fleeing persecution.”
_________



Plus de détails sur Alex Jones et la désinformation "patriote anti-mondialiste":

Ce n'est pas la première fois que l'opération de désinfo d'Alex Jones diffuse la propagande des néocons

Un sénateur a déclaré en 2002 devant le Congrès états-unien que les attaques du 11 septembre étaient une punition divine visant les États-Unis pour avoir été trop durs et exigeants envers Israël. Il critiquait l'administration Bush qu'Israël trouvait trop proche des pétromonarchies arabes et qui posait à Israël des "conditions inacceptables"...

Des rabbins jugent que le cancer de l'antijuif Jimmy Carter est une punition divine pour ses péchés contre Israël et les juifs

"Je ne suis pas Charlie" (Max Blumenthal et James Kleinfeld, 2015) sur la montée de la réaction philosémite, sioniste (BDS interdit, toute critique bâillonnée) et anti-islam en France. Un autre documentaire complètement ignoré par l'incompétente "Dissidence française", cette distraction par excellence qui prétend "faire le boulot" pour vous... Aucun des médias "dissidents" ne vous informe que Black Lives Matter de même que les Parti Vert canadien et québécois appuient BDS !

La "dissidence" à la Maison-Blanche ? (Retour au bercail?) L'antisémitisme du faux fasciste Trump: un leurre au service d'Israël et des intérêts Rothschild qui l'ont sorti de sa banqueroute (comme pour Churchill)

Vote du Conseil de sécurité de l'Onu sur l'illégalité de la colonisation israélienne: Trump et Israël condamnent Obama comme étant un désastre pour Israël. Obama n'a pas apposé son veto, réitérant que la politique officielle du gouvernement américain est de condamner la colonisation illégale israélienne. Israël se trouve de plus en plus irrésistiblement exposé à des poursuites devant la cour internationale de justice de La Haye.