mardi 28 août 2007

Le problème avec Israel...


Les sionistes et les néocons veulent envahir 7 pays en 5 ans. La guerre en Irak serait conçue par et pour Israel. De même que la prochaine guerre contre l'Iran, si l'on se fie au discours de Netanyahu ou Olmert ou des chrétiens sionistes (tels que le CUFI -voir vidéo). Les évangéliques armageddonistes, fervent de la "guerre des civilisations", sont proches du Likud de Netanyahu, l'inventeur de la "guerre au terrorisme" (dans son ouvrage de 1985 Terrorism: How The West Can Win)

Le cercle vicieux sioniste:

1) Tout le monde veut notre mort jusqu'à preuve du contraire.

2) Nous devons nous défendre en attaquant tout le monde

3) S'ils résistent et se défendent ce sera la preuve qu'ils veulent notre mort et que nous avions raison.

Conclusion:

4) Il faut sans cesse attaquer.

Cette logique inexpugnable a été efficace contre le désir de mourir tant que les attaques contre l'autre remportaient des succès militaires et politiques. Mais à partir du moment où la victoire systématique n'est plus garantie, la violence contre soi peut avoir un caractère extrêmement destructeur. Une spirale suicidaire peut s'enclencher. Sharon bombardant les Palestiniens chaque fois que ceux-ci manifestent un trop grand désir de faire la paix, semble être le début de cette spirale. Il impose aux Palestiniens de s'attaquer à la chair juive de la société israélienne, même si ceux-ci recourent à la violence à leur corps défendant.




Préparation de l'Apocalypse en Israël 
par Thierry Meyssan (20 octobre 2003)
Réseau Voltaire
[Chaque semaine, dans sa "Chronique de l'Empire", Thierry Meyssan analyse la dérive du régime de George W. Bush et le bouleversement des relations internationales. Disponible sur le site du Réseau Voltaire : http://www.reseauvoltaire.net.]
C'est contre Ariel Sharon et Washington que des dirigeants de l'OLP et des leaders de la gauche israélienne ont réussi à conclure un projet de paix, l'Accord de Genève. Soutenus par des travaillistes britanniques et des démocrates états-uniens, ils viennent de prouver que la paix est possible immédiatement pour ceux qui la veulent.
Mais telle n'est pas la volonté qui se dégage à Washington et à Tel Aviv où l'on observe avec certitude le pire se préparer. Après Jénine, Rafah. Chars et bulldozers de Tsahal continuent, dans un silence de mort, leur œuvre de destruction du camp de réfugiés palestiniens. On découvre la présence de mercenaires, qui réalisent habituellement le « sale boulot » pour les États-Unis, dans un convoi de véhicules du département d'État attaqué à Gaza. Le « Sommet de Jérusalem » vient de réunir extêmes droites israéliennes et états-uniennes autour de ce qui apparaît bien comme un « Axe de la guerre des civilisations ». Enfin, une réunion ultra-secrète du groupe commun militaire États-Unis/Israël étudie en ce moment les possibilités de raids aériens sur l'Iran que l'armée de l'air israélienne sous-traiterait pour Washington. En échange de quoi ?
Crimes de guerre dans un silence de mortVendredi 10 octobre des chars et des bulldozers de Tsahal ont envahit le camp de réfugiés de Rafah, à la frontière égyptienne. Selon le porte-parole de l'armée israélienne, cette opération visait à détruire une quarantaine de tunnels utilisés par les factions palestiniennes pour s'approvisionner en armes. De l'avis des observateurs de l'ONU, l'existence de ces tunnels, à cet endroit, est peu probable, car ils devraient être particulièrement longs pour relier le camp à l'Égypte. Quoi qu'il en soit, Tsahal a commencé son œuvre de destruction. Au moins 114 maisons ont été détruites et plus de 1200 personnes se sont soudain retrouvées sans abris. Toujours selon les observateurs de l'ONU, Rafah n'est plus qu'un champ de ruines, évoquant un paysage après un tremblement de terre.
Alors que la communauté internationale s'était mobilisée lors du massacre de Jénine, le monde est resté silencieux devant ces destructions.
Contre Sharon et Washington, Israéliens et Palestiniens de gauche concluent l'« Accord de Genève » pour gagner la paix
Pendant qu'Ariel Sharon poursuivait ses crimes de guerre, des dirigeants de l'OLP et des leaders de la gauche israélienne se rencontraient en secret en Jordanie. Voici près de trois ans, qu'ils réfléchissent ensemble à un possible traité de paix. Il existe toujours une solution lorsque l'on est de bonne volonté. Ces discussions, soutenues en sous-main par des travaillistes britanniques et des démocrates états-uniens, ont abouti à la conclusion de ce que l'on appelle désormais l'Accord de Genève.
Chaque partie a imaginé des concessions. Les plus spectaculaires sont la reconnaissance du caractère palestinien de Jérusalem Est, à l'exception du mur des lamentations qui serait internationalisé ; et le renoncement partiel du droit au retour des Palestiniens en Israël, dans la mesure où il est désormais impossible de revenir en arrière sans créer encore plus de drames, et l'indemnisation des personnes déplacées.
Cet Accord de Genève n'engage ni le gouvernement israélien, ni l'Autorité palestinienne, mais si des hommes comme Yossi Beilin et Amram Mitzna revenaient au pouvoir à Tel Aviv, et si Arafat parvenait à faire entendre raison à son extrême droite, la paix serait immédiate.
L'Accord de Genève nous apprend plusieurs choses :
D'une part, il nous montre qu'Ariel Sharon a été élu sur la base d'un mensonge. Il a fait croire à ses concitoyens que la paix était impossible et qu'ils devaient donc se résoudre à l'épreuve de force.
D'autre part, l'exemple de Sharon nous conduit à croire que le sionisme, c'est obligatoirement la guerre. Mais Yossi Beilin vient de montrer que l'idéal de certains des fondateurs d'Israël n'est pas complètement mort et que, pour quelques Israéliens encore, le sionisme est compatible avec la paix.
Enfin, force est d'admettre que Beilin, Mitzna et quelques autres sont isolés. Ainsi Shimon Perès et Ehud Barak, qui auraient normalement dû applaudir l'Accord de Genève, l'ont condamné. Non pas qu'ils en critiquent le contenu, mais parce qu'ils ont lié leur sort aux États-Unis et ne peuvent accepter un projet de traité rédigé sans Washington. En d'autres termes, ces dirigeants travaillistes préfèrent servir les États-Unis que leur propre peuple, et c'est bien là une des clefs de ce conflit qui s'éternise.
Fondation d'un « Axe de la guerre des civilisations » entre les extêmes droites israéliennes et états-uniennes
Si les travaillistes israéliens se déchirent, les partisans de la guerre s'unissent. Un grand colloque, le « Sommet de Jérusalem », vient de se tenir du 12 au 14 octobre à l'hôtel King David de Jérusalem. Aucun média n'en a rendu compte. Pour la première fois, trois groupes puissants, se sont réunis pour conjuguer leurs efforts et coordonner leurs actions.
Pour commencer, il y avait là ceux que l'on appelle à Washington les « guerriers froids », c'est-à-dire des responsables de la CIA, de l'état-major interarmes et du Conseil national de sécurité, qui se sont illustrés pendant la Guerre froide. Ils considèrent aujourd'hui, qu'après le communisme, leur ennemi, c'est islamisme. Certains d'entre eux sont impliqués dans la préparation des attentats du 11 septembre, tous les ont instrumentalisés pour lancer la « guerre au terrorisme ».
Puis, il y avait les adeptes d'une confrérie évangéliste, connue sous le nom discret de « la Famille ». Constituée au début de la Guerre froide, en 1947, cette confrérie s'est trouvé un porte-parole avec le pasteur Billy Graham. Son siège est installé juste à côté du Pentagone, dans une vaste propriété, Les Cèdres. La Famille croit que le retour du Christ est imminent, mais qu'il doit être précédé d'une bataille apocalyptique, l'Armagedon, qui se déroulera en Israël. Elle croit aussi que l'islam est une manifestation démoniaque qui doit périr au cours de cette bataille. Chaque année, la Famille sort de l'ombre à l'occasion d'un petit-déjeuner de prière, qui se tient le plus souvent au Congrès. Tous les présidents des États-Unis y ont participé, sans exception aucune, depuis 1947. Plus d'une cinquantaine de parlementaires US s'en déclarent sympathisants. La Famille, qui est une confrérie élitiste, a créé des associations de masses qu'elle dirige en sous-main. C'est d'abord la Christian Coalition, qui intervient dans toutes les législations sur les mœurs aux États-Unis, puis les Chrétiens sionistes. Ceux-ci pensent que l'Israël de la Bible est le même que l'État d'Israël actuel et affirment que c'est un devoir religieux pour les chrétiens de soutenir le gouvernement israélien. La Famille a aussi créé une représentation permanente à Jérusalem sous la dénomination d'Ambassade internationale chrétienne de Jérusalem.
Enfin, il y avait le parti israélien d'Union nationale, qui regroupe surtout des immigrés d'origine russe et milite pour l'annexion des territoires occupés et l'expansion d'Israël vers l'Égypte et la Jordanie jusqu'à la création du Grand Israël. Ce parti d'extrême droite est dirigé par Avigdor Lieberman (ancien directeur de cabinet de Netanyahu) et le rabbin Benny Elon (actuel ministre du tourisme). C'est ce parti qui a financé le colloque grâce au mécénat de son sponsor, Michael Cherney, généralement considéré comme le « parrain des parrains de la mafia russe ». M. Cherney, qui est actuellement interdit de séjour en Russie et en Bulgarie, est réfugié depuis trois ans en Israël. Parti de rien, il est devenu le patron de grandes sociétés de fabrication d'aluminum et de télécommunication, et le principal fournisseur d'armement de Tsahal.
Ainsi donc, les faucons de Washington (comme Richard Perle), les intégristes chrétiens US (Gary Bauer), et l'extrême droite israélienne (Netanyahu, Belon, etc.) étaient réunis pendant trois jours dans un grand hôtel aux frais de la mafia russe.
Des mercenaires US réalisent-ils actuellement le « sale boulot » contre les Palestiens ?
À peine ce colloque fini, un convoi de voitures du département d'État a été attaqué à Gaza faisant trois morts. Surprise : les victimes ne sont pas des diplomates états-uniens, ni même des agents de la CIA, mais des mercenaires de Dyncorp.
Cette société, qui possède une des plus importantes armées privées du monde, sous-traite les sales boulots du département d'État. Son activité a été mise en lumière, en février 2001, lorsqu'elle a livré une bataille contre les FARC en Colombie, dans le cadre de la guerre états-unienne aux drogues. Le Congrès avait interdit au gouvernement Bush de faire usage d'armes lourdes, mais les commandos de Dyncorp sont arrivés avec des hélicoptères de combat bourrés d'armes sophistiquées.
Alors, que faisaient des mercenaires de Dyncorp, dans des voitures du département d'État, en territoire palestinien occupé ? Nul ne le sait exactement. Cependant, en arrière-plan, les différentes factions palestiniennes se battent entre elles pour prendre le contrôle des services de sécurité de l'Autorité palestinienne. En définitive, d'ailleurs, Yasser Arafat a réussi provisoirement à en reprendre la direction alors que certains de ses ministres semblaient prêts à accepter une supervision des États-Unis.
Réunion ultra-secrète du groupe commun politico-militaire États-Unis/Israël
Enfin, aujourd'hui débute la réunion ultra-secrète du groupe commun politico-militaire États-Unis/Israël. Il s'agit d'une sorte d'état-major commun aux deux États, créé en 1983 par Reagan et Shamir, qui se réunit deux fois l'an.
On y étudiera les possibilités de raids aériens sur l'Iran que l'armée de l'air israélienne sous-traiterait pour Washington. Si le projet se concrétise, le général Sharon exigera une rémunération à proportion du service rendu. Ayant abandonné l'idée d'assassiner ou de déporter Arafat, il pourrait exiger des compensations territoriales.
La guerre des civilisations, ce n'est pas seulement l'idéologie funeste développée au Sommet de Jérusalem, c'est aussi une stratégie militaire qui tue tous les jours en Palestine et demain dans tout le Proche-Orient.



À lire:
- Qui contrôle Hollywood et la télé aujourd'hui?
- La vérité au sujet du pouvoir monétaire
- Top white house posts go to Jews, Jerusalem Post. Jewish Virtual Library: Jews is the Bush administration

- Le mythe des attentats-suicide palestiniens, The suicide-bombing cycle, Israeli agents accused of creating fake al-Qaeda cell, Mossad Exposed in Phony `Palestinian Al-Qaeda' Caper; Hamas history tied to Israel (UPI); Israeli Roots of Hamas are being exposed (EIR); Money trail to Hamas begins with Israeli banks (Reuters); Two Israeli Banks Accused of Sending Millions of Dollars to Hamas Entities (The Forward); Two of Israel's major banks are facing charges in federal court that they provided money to Hamas, JTA, 13 Dec 2007
- propagande sioniste contre l'Iran
- Le nucléaire Israélien (video) ; L'option Samson: machine infernale de bombardement nucléaire mondial
- Historique des "false flag" israéliens: King David Hotel, USS LIBERTY (2 oct 2007), 11 septembre 2001, Londres 7/7/5.
- Ligue anti-diffamation de la B'nai B'rith: new criterias for antisemitism, déclare et dénie publiquement que le film de Mel Gibson "Passion of Christ" est antisémite! B'nai B'rith shuts down peace activists in Canada, squash freedom of speech
- A majority of Israeli Jews are in favour of the Apartheid; Retour sur l'époque où Israël était l'allié déclaré de l'Apartheid, Lenni Brenner (auteur de 51 documents: Zionist Collaboration With the Nazis)
- Victor Ostrovsky, ex-agent du mossad et auteur de plusieurs livres sur le sujet, parle des Sayanim, les aidants juifs internationaux du mossad. Des sionistes ont déjà lancé un appel aux juifs à la radio canadienne pour qu'ils assassinent Ostrovsky! Un article biographique, ici.

Vidéos:
- FOX NEWS: 9/11: The Israeli Connection, Israeli Spying in U.S. Exposé Cracks Coverup of Sept.11, EIR
- Israel Exposed
- Psychopathy and Pathocracy in the USA and Israel - Groupes terroristes juifs racistes en Israël
et en France
- Débat à l'émission de M-F Bazzo: Politique canadienne au Moyen-Orient: un fiasco.
- Peace, Propaganda and the Promised Land: Media and the Israel-Palestine Conflict. Palestine : Une fragmentation programmée.