mercredi 31 décembre 2008

Des grands inventeurs de notre temps



Neutron Bomb creator speaks


Sam Cohen talks about his invention, the neutron bomb. Teaser for an upcoming documentary by Peter Kuran (Trinity and Beyond - the atomic bomb movie).

Les diamants du génocide

Hollywood stars shun pro-Israeli diamond store

Hollywood stars have called for their pictures to be removed from the website of a diamond company that is associated with settlement expansion in Israel and human rights violations in Africa.

The diamond stores owned by Jewish-American billionaire Lev Leviev had to remove pictures of several actresses after they complained of being linked to a company that funds settlements in the Palestinian occupied territories, a statement issued by the pro-Palestinian human rights group Adalah- New York said.

The actresses include Salma Hayek, Sharon Stone, Whitney Houston, Halle Berry, Drew Barrymore, Brooke Shields, Andie Macdowell, and Lucy Liu.


À Lire :
Death by Diamonds

Internet: une zone de guerre?

Les militaires s'occuperont de ce nouveau front.


ISRAËL NET-FLOP - La brigade du Net d'Israël débarque à la fin de la guerre ! Son but : occuper le terrain en inondant de commentaires les sites anti-sionistes.


IsraelValley
Publié le 21 janvier 2009 à 08:54

TOUJOURS EN RETARD D’UNE GUERRE MAIS, MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS ! Le Ministère israélien de l’Intégration et de l’Immigration a annoncé il y a trois jours, la création d’une “armée de blogueurs”.

La mission de cette nouvelle brigade du Net : occuper le terrain en inondant de commentaires les sites anti-sionistes qui pullulent sur la Toile.
Mis en place en coopération avec le Ministère des Affaires Etrangères, le programme s’adresse avant tout aux Israéliens parlant couramment anglais, français, espagnol ou allemand.



Israel recruits 'army of bloggers' to combat anti-Zionist Web sites

Israel Recruits Army Of Bloggers To Troll Anti-War Websites

ISRAEL TO MOVE ITS ‘TROOPS’ TO THE BLOGESPHERE



Israeli Military Declares Online Media ‘Another War Zone

As the media struggles to get up-to-date information, television news coverage is narrow, and often relies on interviews with Israeli government officials explaining why the killings are righteous and legitimate expressions of democracy and freedom, more and more people are turning to online news sites (like WRH) for their war coverage.

The Israeli military has therefore announced that online media and the blogosphere are another warzone for the military to manage.



http://balder.org/judea/billeder-holocaust-haaest/Cartoon-Control-Internet-Speech-How-Do-You-Want-This-Wrapped.jpg

Information War: Strike a decisive blow

This is the so-called Megaphone program, they send instructions to their "information warriors" to attack sites like this one. These guys are quite low level, but their numbers flood a site making it seem like they have the dominant opinion and flooding out the signal with noise. Luckily for us, our enemy is stupid as this program makes no distinction of friend or foe. Use this to locate sites that are under attack and retaliate.




MEGAPHONE, UN OUTIL DE PROPAGANDE POUR LES PETITS SOLDATS D'ISRAEL

(Wikipedia) Megaphone

Israel backed by army of cyber-soldiers - Times Online

Israel's newest PR weapon: The Internet Megaphone

Israel launches 'internet war'

L'appel de la terre promise

Sen. Rockefeller: Internet Should Have Never Existed



Mise à jour:

La réplique Arabo-musulmane:

Scoop: le site sioniste Ynet hacké!

ISRAËL - CYBERGUERRE : "TEAM EVIL", un groupe de pirates marocains réussit a pénétrer un serveur et détournent les sites Ynet et Discount Bank.

israelvalley - Publié le 2 janvier 2009

Des Israéliens, lecteurs du très célèbre site Ynet qui appartient au journal Yedioth, sont en colère ce vendredi. Ils en veulent au site DOMAINTHENET pour “n’avoir pas pu se protéger contre des pirates du net marocains”.

Les Israéliens, qui sont en général très fiers de leurs start-up spécialistes de l’anti-piratage se sont fait avoir comme des débutants par un groupe de cyberguerre marocains. Pour mémoire, le groupe «Team Evil » qui a réalisé l’opération de ce jour avait déjà attaqué différents serveurs de l’Etat hébreu.—

Un message de « defacement » avait été affiché sur la page d’accueil des sites israéliens attaqués. Ce groupe arabe “Team Evil” avait écrit à l’époque : “Tant que vous tuerez des Palestiniens nous tuerons vos serveurs » (Hacked By Team-Evil Arab hackers u KIll palestin people we Kill Israel servers).

CE VENDREDI SELON YNET EN ANGLAIS : “Israeli domain registration server hacked. Gaza offensive prompts Islamic group Team Evil to ‘hijack’ Israeli domain names by hacking into registration server, rerouting users of Ynetnews, Bank Discount to hostile webpage. Original sites were not hacked. An Islamic group based on Morocco hacked into DomainTheNet’s registration system server on Friday, effectively highjacking various prominent domain names, the likes of ynetnews.com and Bank Discount, and rerouting users to a page featuring anti-Israel messages”





U.S. cybersecurity head quits, citing growing role of spy agencies

Cyber Warfare Attack Tools For Mass Destruction


Cyber-tactics gain growing importance in Israel's warfare





mardi 30 décembre 2008

Cynthia McKinney SLAMS Israeli Navy



Pro-Palestinian activists say Israel Navy fired on protest boat off Gaza shore






Israeli Gunboats Came out of the Darkness and Rammed us Three Times
SS Dignity on a mercy mission delivering doctors and desperately needed medical supplies to Gaza nearly sinks.
www.freegaza.org
(Lebanon, Tuesday 30 December) - Today the Free Gaza ship “Dignity” carefully made its way to safe harbor in Tyre, Lebanon’s southern-most port city, after receiving serious structural damage when Israeli warships rammed its bow and the port side. Waiting to greet the passengers and crew were thousands of Lebanese who came out to show their solidarity with this attempt to deliver volunteer doctors and desperately needed medical supplies to war-ravaged Gaza. The Lebanese government has pledged to provide a forensic analysis of what happened in the dark morning, when Israel rammed the civilian ship in international waters, and put the people on board in danger of losing their lives.
The Dignity, on a mission of mercy to besieged Gaza, was attacked by the Israeli Navy at approximately 6am (UST) in international waters, roughly 90 miles off the coast of Gaza. Several Israeli warships surrounded the small, human rights boat, firing live ammunition around it, then intentionally ramming it three times. According to ship’s captain Denis Healy, the Israeli attack came, “”without any warning, or any provocation.”
Caoimhe Butterly, an organizer with the Free Gaza Movement, stated that, “The gunboats gave us no warning. They came up out of the darkness firing flares and flashing huge flood lights into our faces. We were so shocked that at first we didn’t react. We knew we were well within international waters and supposedly safe from attack. They rammed us three times, hitting the side of the boat hard. We began taking on water and, for a few minutes, we all feared for our lives. After they rammed us, they started screaming at us as we were frantically getting the life boats ready and putting on our life jackets. They kept yelling that if we didn’t turn back they would shoot us.” (more…)


McKinney relief boat hit by Israeli ship

Cynthia McKinney is on her way to Gaza!

Tapis de bombes sur Gaza





As of this date, Israel has killed 434 Palestinians, and wounded almost 2300 more, while 4 Israelis have been killed. Incredibly, President George Bush stated he will only support a ceasefire if weapons stop being smuggled into Gaza. This is the result of the Zionist occupation of the US Government. Will this change when President-elect Obama takes office January 2O? We doubt it, given his administration choices, especially that of Rahm Emanuel, son of an Irgun terrorist, (erased from Wikipedia, but copied to another website before it disappeared, attached.) Bush still does nothing, and Obama still says nothing.


From Cynthia McKinney: We Lived to Tell the Story; Lebanon Rescued Us

January 1, 2009

And one final note, President-elect Obama roared like a mighty lion onto the political scene, but now he is as silent as a lamb in the face of the death and destruction that is happening in Gaza. As we approach the birthday celebration of Dr. Martin Luther King, Jr. let us remember what Dr. King said:

“In the end, we will remember not the words of our enemies, but the silence of our friends.”

Yesterday, we met with the President of Lebanon, the Chief of the Military, and the Interior Minister who all thanked us for responding and risking our lives on a mission of mercy; we profusely thanked them for rescuing us.
What would we have done, stranded out at sea, prohibited from reaching our destination, low on fuel, with a badly damaged boat if Lebanon had not accepted us? Lebanon sent their ships to find us. Lebanon rescued us. Lebanon welcomed us. And we are truly thankful.
It’s official now. We’ve been told that the sturdy, wood construction of our boat, Dignity, is the reason we are still alive. Fiberglass would probably not have withstood the impact of the Israeli attack and under different circumstances, we might not be here to tell the story. Even at that, the report that came to us yesterday after the Captain and First Mate went back to Sour (Tyre) to inspect the boat was that it was sinking, the damage is extensive, and the boat will take, in their estimation, at least one month to repair. Tomorrow, we will bring the Dignity from Sour to Beirut. And now, we must decide what to do and from where we will do it and how we are to get back to wherever that might be.
My personal, and I know the group’s, thanks must go to Al Jazeera, that allowed three of their reporters to be onboard with us on our voyage. As a result, Al Jazeera carried the story of the Dignity live, from castoff in Cyprus when our spirits were high, right up through the manacing maneuvers of the huge, super fast Israeli ships before they rammed us, the Israeli calls on the ship phone after the ramming calling us terrorists and subversives and telling us to return to Cyprus (even though the Israelis later claimed that they didn’t know who we were, they knew enough about us to tell us where we had come from), and the fact that we didn’t have enough fuel to follow their instructions, right up to their threat to fire at us if we didn’t turn around, ending with our beaten-up boat limping into Sour harbor in Lebanon. Al Jazeera carried our story as “breaking news” and performed a real service to its audience and to us. Al Jazeera called the Israelis to inquire about the incident right as it was happening and I am sure the Israelis were prepared to leave none to tell the story. Al Jazeera told the story and documented it as it was happening.
One of those Al Jazeera reporters with us was Sami El-Haj, who was detained in Guantanamo by the United States for six incredibly long years. What an honor to even exchange glances with such a humble man who had endured so much pain at the hands of the U.S. government. I apologized to him that my tax dollars were being used in such a despicable way. And Sami’s crime according to the U.S.? Born in Sudan, and reporting for Al Jazeera in Afghanistan, Sami was the wrong color, the wrong nationality, the wrong religion, reporting for the wrong news outfit, telling us the truth about a wrong war. And for that he survived incarceration for six long years. Sami El-Haj, Guantanamo prisoner number 345.
Another incredibly committed journalist who was with us was CNN’s Karl Penhaul. Karl reported the truth even when his own station was repeating Israeli disinformation. The fact that we were traveling with these alert journalists added to the flat-footedness and obvious crudeness of the Israeli response. Sadly, Israel has changed its story too many times to count, and that’s because they are not telling the truth.
We lived to tell the story. Karl’s incredible reporting, just a portion of our story, can be seen on CNN at:
http://www.cnn.com/2008/WORLD/meast/12/30/gaza.aid.boat/index.html
where there’s also video and a photo of our damaged boat. A little more of the story and film of the extensive damage can be seen at:
http://www.cnn.com/2008/WORLD/meast/12/30/gaza.aid.boat/index.html#cnnSTCVideo
This video and the photos of Karl’s report is particularly interesting given that Israel claims that our boat was only scratched and that, in actuality, our captain, while trying to outmaneuver them, damaged their warship.
I’m told that CNN only played my full statement once–and that’s the time that it aired live. Of course, they cut the reference to the U.S.S. Liberty. What are they afraid of?
Last night I was on PressTV.com, along with others who were on the Dignity, and we debated a representative from WINEP, the Washington Institute for Near East Policy. I reminded the audience that the Palestinians don’t have nuclear weapons, depleted uranium munitions, white phosphorous, or F-16s, but the Israelis do. The facts, however, tend to get garbled after being processed by the “Grand Wurlitzer” organ of state-sponsored disinformation utilizing the world’s press.
With the truth clearly on our side, Israel has been reduced to releasing the ridiculous bombast below, given to me by a reporter who came to our hotel in Beirut for a visit. With their multiple, conflicting stories, it is clear that the Israelis did not expect us to live to tell the truth.
On the drive from Sour through Saida to Beirut, we were welcomed like heroes because our ordeal had been seen by everyone on Al Jazeera. The mayor of Sour came to welcome us. The mayor of Saida insisted that we stop there, on our way to Beirut, for a special ceremony. But there was something else that was visible along our drive, and that is the devastation that Lebanon, itself, has received as a result of the Israeli war machine. The scars of the war are still evident everywhere. I will write more on that tomorrow.
And one final note, President-elect Obama roared like a mighty lion onto the political scene, but now he is as silent as a lamb in the face of the death and destruction that is happening in Gaza. As we approach the birthday celebration of Dr. Martin Luther King, Jr. let us remember what Dr. King said:
“In the end, we will remember not the words of our enemies, but the silence of our friends.”
And after five days of aerial bombardment by Israel, the carnage in Gaza continues.
Here is the palaver that the Israelis put out for public consumption. It is pitiful that a powerful and mighty country like Israel would be reduced to publishing something so petty and weak as the following press release dated December 30, 2008:
seal
Consulate General of Israel to the Southeast
Press Release
Office of Media Affairs
FOR IMMEDIATE RELEASE
12.30.2008
Israel continues to take its humanitarian relief efforts in Gaza seriously. Border crossings into Gaza remain open, and every effort is being made to deliver aid to the Palestinian people. Nearly 100 trucks carrying relief supplies entered Gaza on the 28th & 29th of December and additional shipments are arriving. Israel is working closely with UNSCO, UNRWA, the Red Cross, and WHO to ensure the entry of the required aid, especially food and medical equipment.
Unfortunately, former Congresswoman Cynthia McKinney has taken it upon herself to commit an act of provocation, leading a small boat of supposed assistants into the conflict zone. She endangered herself, her assistants, and the vessel’s crew. The Israeli navy hailed Ms. McKinney but the former Congresswoman failed to respond, thereby leading to the incident. We regret that during this time of crisis, while Israel is battling with the terrorist organization of Hamas and defending its citizens, that we are forced to deal with Ms. McKinney’s irresponsible behavior.
Consulate General of Israel
to the Southeast
1100 Spring St NW, Ste 440
Atlanta, GA 30309-2823
Michael Printy Arthur
Director of Media Affairs
404.487.6511
media@atlanta.mfa.gov.il
For additional information, please visit our website.

Entrevue censurée de Dieudo










http://web.archive.org/web/20090609014344/http://lesogres.tv/article.php3?id_article=55

  Francs-Tireurs Télé Québec - Martineau interview Dieudonne 29-11-06 - Emission Censurée cause "un peu cru" sur Bruel
vendredi 1er décembre 2006

En un seul fichier de 30mn... 

Dieudonné : "Pour être antisémite, il faudrait que je me dise que ces gens là sont différents de moi, alors que non, je ne pense pas".

RADIO au Québec : Richard Martineau rencontre Dieudonné : “Êtes-vous une merde antisémite ?”

L’émission Francs-Tireurs a présenté le 29 novembre 2006 sur les ondes de Télé-Québec une interview de Dieudonné par Richard Martineau...
partie 1 :

partie 2 :

Dieudo en radio au Québec (Diffusé le 29 novembre)
- Bruel milliardaire joueur de poker, menteur et soldat de Tsahal qui se cache
- Ben Laden et son charisme pour les plus pauvres du monde face à celui de Bush
- Etes-vous une merde antisémite ?
L’émission Francs-Tireurs : http://telequebec.tv/emissions/fran...
Le site de l’émission : http://www.telequebec.tv/lesfrancst...

La réaction de Martineau à la censure...

LES FRANCS-TIREURS
Richard Martineau fustige les producteurs
Brigitte McCann
Le Journal de Montréal
05-12-2006 | 09h46
Dans un geste qualifié de lâche censure par Richard Martineau, Zone 3 a décidé de ne pas rediffuser l’entrevue de Dieudonné aux Francs-Tireurs dimanche soir dernier. Et ce, même si aucune démarche judiciaire n’a été entreprise contre l’émission.
La décision de Zone 3, producteur des Francs-Tireurs, a franchement déçu son coanimateur Richard Martineau. « S’autocensurer de peur que les gens réagissent, ce n’est pas correct. Je trouve ça pleutre ! » s’est exclamé le chroniqueur du Journal de Montréal, hier. Dans une entrevue diffusée mercredi dernier à Télé-Québec, l’humoriste controversé Dieudonné déclare que le chanteur Patrick Bruel est « un militaire israélien en action » qui considère « normal » qu’on « tue des enfants palestiniens » lorsqu’on « bombarde le Sud-Liban ».
Poker et mensonges
L’humoriste français réagissait aux critiques de Patrick Bruel lors de son passage au Tout le monde en parle québécois, il y a quelques semaines.
Le chanteur avait alors dit ne pas comprendre pourquoi les Québécois aiment tant Dieudonné, dont les propos seraient passibles d’emprisonnement en France.
« (Patrick Bruel) est un joueur de poker, un menteur qui joue et qui ment au public depuis toujours », a continué Dieudonné, en entrevue avec Richard Martineau.
Ces propos ont « estomaqué » l’agente québécoise de Patrick Bruel, Diane Pinet. « Quand j’ai vu l’entrevue, j’étais bouche bée : ça m’a coupé le souffle ! Ce n’est tellement pas lui (Patrick Bruel) ! »
Mme Pinet assure toutefois que Patrick Bruel n’est pas au courant.
« Un petit souci »
Lors de la rediffusion des Francs-Tireurs ce dimanche, l’entrevue avait été remplacée par la reprise d’un entretien avec Stéphane Dion. Et ce sera le cas aussi ce soir.
Le vice-président de Zone 3, Vincent Leduc, confirme n’avoir reçu aucune réaction de Patrick Bruel ou de son entourage. Aucune menace de recours judiciaire. Alors, pourquoi ne pas avoir rediffusé l’entrevue de Dieudonné ?
« On s’est découvert un petit souci, répond Vincent Leduc. Il y a quelque chose qui était mal présenté. Mal mis en contexte. Je trouvais que ça tombait cru un peu. »
Richard Martineau, lui, est tombé en bas de sa chaise en apprenant que l’initiative de Zone 3 ne découlait d’aucune menace de poursuite. « On n’a pas à penser pour les auditeurs de Télé-Québec. Ils peuvent se faire une idée par eux-mêmes. »
Sa conclusion : « Heureusement que YouTube existe ! »
Pour visionner l’entrevue de Dieudonné aux Francs-Tireurs, tapez les mots « Dieudonné et Francs-Tireurs » dans le site youtube.com.
>>

RAPPEL :
On trouvait des engagements politiques de Bruel en 2002 aux côtés du CRIF : "Le CRIF se félicite du succès de la journée nationale de mobilisation du 7 avril [2002], qui a réuni environ 200 000 personnes à Paris et dans les autres grandes villes de France. [...] En tête du cortège du Crif marchaient des élus et des personnalités (François Bayrou, Corinne Lepage, Alain Madelin, Pierre Shapira, Nicole Fontaine, Patrick Bruel, Alain Finkielkraut, Alexandre Arcady, Arthur, Enrico Macias, Michel Boujenah, etc.)" www.desinfos.com (site sioniste) | infos0409
La participation de Patrick Bruel à un grand gala de soutien au profit de l’armée israélienne Tsahal, en 2003 ou 2004, organisé par des mouvements sionistes français, n’avait pratiquement pas été reprise par la grande presse... Le public de Bruel n’est donc pas informé de son engagement politique concret pour une armée visée par des accusations de crime de guerre. Engagement qui vient tout juste de prendre la forme du rôle, montré comme seulement virtuel, d’un soldat israélien dans le film O Jérusalem. CQFD.


http://www.cyberpresse.ca/arts/200902/27/01-831984-dieudonne-condamne-a-payer-75-000-a-patrick-bruel.phpPour avoir tenu des propos injurieux contre Patrick Bruel en le traitant de «menteur» et de «militaire israélien» lors d'une émission des Francs-tireurs, à Télé-Québec, l'humoriste Dieudonné est condamné à payer 75 000 $ au chanteur-acteur.

Au sujet de Bruel, Dieudonné avait déclaré: Il soutient activement l'armée israélienne. C'est quasiment un militaire israélien. Donc quand on bombarde le Sud-Liban et qu'on tue des enfants palestiniens, lui, pour lui, c'est normal.»

Dieudonné avait poursuivi sur sa lancée en soutenant que Bruel «est un produit même de ce système politique ultrasioniste, c'est un supermilitant... il a le complexe de supériorité de certains Israéliens». Il avait ajouté que Bruel est un «menteur qui ment à son public depuis toujours». Il faut dire que, peu de temps auparavant, à l'émission Tout le monde en parle, à Radio Canada, Bruel s'était étonné de la tribune qu'on donnait à Dieudonné. De toute évidence, les deux ne s'aiment pas beaucoup.


Nikos Aliagas, Patrick Bruel, Pierre Sled, Nicolas Sarkozy et André Manoukian (Bertrand Guay/Reuters).

lundi 29 décembre 2008

De l'antijudaïsme classique

D'après Wikipedia, "l’antijudaïsme insiste sur le rejet religieux du judaïsme, alors que l'antisémitisme renvoie plutôt à une conception raciale."


Exemples:


Pour les Pères de l'Église comme Saint Augustin (Tractatus Adversus Judeos), le Verus Israel (véritable Israel), l'Israel spirituel, l'Israel de Dieu, est le christianisme; alors que le judaïsme n'est autre que l'Israël charnel, l'Israël selon la chair. Et la chair est faible...



Saint Jean Chrysostome
"La beauté de la virginité, les Juifs la dédaignent, et ce n'est pas étonnant puisqu'ils ont traité avec ignominie le Christ Lui-même, né d'une vierge."


Saint Thomas d'Aquin (Summa Théologica, Q. 47, Art. 6, Pt.III)

Le péché des princes des Juifs, qui ont crucifié le Christ, a été le plus grave dans son genre, et d'après la malice de leur volonté; celui des autres Juifs a été moindre à cause de leur ignorance, quoiqu'il ait été le plus grave dans son genre, mais celui des gentils a été plus excusable, parce qu'ils n'ont connu ni la loi ni les prophètes.

Il faut répondre que comme nous l'avons dit (article précédent), les princes des Juifs ont connu le Christ, et s'il y a eu de l'ignorance en eux, elle était affectée, et elle ne pouvait les excuser. C'est pourquoi leur péché a été le plus grave soit d'après le genre de péché (1), soit d'après la malice de la volonté. Les autres Juifs ont fait le plus grave des péchés quant au genre; cependant il a été moins considérable sous un rapport à cause de leur ignorance. C'est pourquoi à l'occasion de ces paroles (Luc xxiii) "Ils ne ne savent ce qu ils font" Bède dit (cap. xciv in Luc) qu il prie pour ceux qui n'ont pas su ce qu'ils faisaient, ayant le zèle de Dieu, mais ne l'ayant pas selon la science. Pour le péché des gentils, par les mains desquels il a été crucifié, il fut beaucoup plus excusable parce qu'ils n'avaient pas la science de la loi.

(Somme Théologique Q -21- Le gouvernement des juifs
)


Votre excellence demandait donc pour commencer s’il vous était permis, à un quelconque moment, de lever des impôts sur les Juifs. Voici quelle réponse on peut donner à cette question, ainsi formulée dans l’absolu : quoique les juifs soient voués à la servitude perpétuelle par leur propre faute et que les seigneurs puissent prendre leurs biens fonciers comme leur appartenant (ainsi que l’affirme le Droit1), nous devons toutefois nous « conduire honorablement même envers ceux du dehors » (1 Th 4, 12)(...)
1 Décretales, V, tit. 6, c. 13.

D’après ce que j’ai pu voir dans la suite de vos demandes, il me semble que votre hésitation provient essentiellement de ce que les Juifs qui sont sur vos terres paraissent n’avoir rien d’autre que ce qu’ils ont acquis par le vice d’usure. C’est pourquoi vous avez raison de demander s’il est permis d’exiger quelque chose d’eux, étant donné que des biens ainsi acquis de façon illicite doivent être restitués. Sur ce point, voici quelle réponse paraît devoir être formulée : puisque les Juifs ne peuvent conserver les biens qu’ils ont extorqués aux autres par voie usuraire, il s’ensuit que, si vous les avez reçus d’eux, vous ne pouvez pas non plus les conserver, sauf peut-être si ces biens vous ont été extorqués, à vous ou à vos prédécesseurs.(...)

Il me semble également qu’un Juif ou n’importe quel usurier devrait être frappé d’une amende plus lourde que qui que ce soit d’autre pour un crime équivalent, d’autant plus lourde que l’argent qui lui est retiré lui appartient moins. On peut également ajouter d’autres peines aux amendes en argent, de peur que l’on ne pense que la simple restitution de ce qui est dû aux autres suffise pour la peine.
(...) mieux vaudrait contraindre les juifs à travailler pour gagner leur propre subsistance (comme le font les princes italiens) plutôt que de les laisser s’enrichir par le prêt à intérêt en menant une vie oisive.

Enfin, vous voulez savoir s’il est bon que les juifs de votre province soient obligés de porter un signe qui les distingue des chrétiens. La réponse est facile : le Concile1 statue que les juifs de l’un et l’autre sexe doivent se distinguer par le vêtement qu’ils portent dans toute province chrétienne et en tout temps. C’est aussi ce que leur demande la Loi, qui leur enjoint de porter des franges aux coins de leurs vêtements, grâce auxquelles ils se distingueront des autres (Nb 15, 38 et Dt 22, 12).
1 Latran IV, chap. 68.

Épîtres aux Thessaloniciens I (2,14-16)
Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Jésus Christ dans la Judée, parce que vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes maux qu'elles ont soufferts de la part des Juifs.

Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes,

nous empêchant de parler aux païens pour qu'ils soient sauvés, en sorte qu'ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre.

Evangile de Jean (8,37-59)

Je sais que vous êtes fils d'Abraham; mais vous cherchez à Me faire mourir, parce que Ma parole n'a pas prise sur vous.
Moi, Je dis ce que j'ai vu chez Mon Pére; et vous, vous faites ce que vous avez vu chez votre père.
Les Juifs lui répondirent: Notre père, c'est Abraham. Jésus leur dit: Si vous êtes fils d'Abraham, faites les oeuvres d'Abraham.
Mais maintenant vous cherchez à Me faire mourir, Moi qui vous ai dit la vérité, que J'ai entendue de Dieu; cela, Abraham ne l'a pas fait.
Vous faites les oeuvres de votre père. Ils lui dirent: Nous ne sommes pas des enfants de fornication; nous avons un seul père, Dieu.
Jésus leur dit donc: Si Dieu était votre père, vous M'aimeriez, car c'est de Dieu que Je suis sorti et que Je suis venu; Je ne suis pas venu de Moi-même, mais c'est Lui qui M'a envoyé.
Pourquoi ne connaissez-vous pas Mon langage? Parce que vous ne pouvez entendre Ma parole.
Vous avez le diable pour père, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et il n'est pas demeuré dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et père du mensonge.
Mais Moi, quand Je dis la vérité, vous ne Me croyez pas.
Qui de vous Me convaincra de péché? Si Je vous dis la vérité, pourquoi ne Me croyez-vous pas?
Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu. C'est pour cela que vous n'écoutez point, parce que vous n'êtes pas de Dieu.
Les Juifs Lui répondirent donc, et Lui dirent: N'avons-nous pas raison de dire que Vous êtes un Samaritain et un possédé du démon?
Jésus répondit: Je ne suis pas possédé du démon, mais J'honore Mon Père; et vous, vous Me déshonorez.
Pour Moi, Je ne cherche pas Ma propre gloire; il est Quelqu'un qui la cherche, et qui juge.
En vérité, en vérité, Je vous Le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.
Les Juifs Lui dirent: Maintenant nous connaissons que Vous êtes possédé du démon. Abraham est mort, et les prophètes aussi; et Vous dites: Si quelqu'un garde Ma parole, il ne goûtera jamais la mort.
Etes-vous plus grand que notre père Abraham, qui est mort, et que les prophètes, qui sont morts aussi? Qui prétendez-vous être?
Jésus répondit: Si Je Me glorifie Moi-même, Ma gloire n'est rien; c'est Mon Père qui Me glorifie, Lui dont vous dites qu'Il est votre Dieu.
Et vous ne Le connaissez pas; mais Moi, Je Le connais; et si Je disais que Je ne Le connais pas, Je serais semblable à vous, un menteur. Mais Je Le connais, et Je garde Sa parole.
Abraham, votre père, a tressailli de joie, désirant voir Mon jour; il l'a vu, et il s'est réjoui.
Les Juifs lui dirent: Vous n'avez pas encore cinquante ans, et Vous avez vu Abraham?
Jésus leur dit: En vérité, en vérité, Je vous le dis, avant qu'Abraham fût, Je suis.
Ils prirent donc des pierres, pour les jeter sur Lui; mais Jésus Se cacha, et sortit du temple.

Evangile de Matthieu chap. 23



23Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l'aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité : c'est là ce qu'il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses.
24Conducteurs aveugles ! qui coulez le moucheron, et qui avalez le chameau.
25Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu'au dedans ils sont pleins de rapine et d'intempérance.
26Pharisien aveugle ! nettoie premièrement l'intérieur de la coupe et du plat, afin que l'extérieur aussi devienne net.
27Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d'ossements de morts et de toute espèce d'impuretés.
28Vous de même, au dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais, au dedans, vous êtes pleins d'hypocrisie et d'iniquité.
29Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes et ornez les sépulcres des justes,
30et que vous dites : Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour répandre le sang des prophètes.
31Vous témoignez ainsi contre vous-mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont tué les prophètes.
32Comblez donc la mesure de vos pères.
33Serpents, race de vipères ! comment échapperez-vous au châtiment de la géhenne ?
34C'est pourquoi, voici, je vous envoie des prophètes, des sages et des scribes. Vous tuerez et crucifierez les uns, vous battrez de verges les autres dans vos synagogues, et vous les persécuterez de ville en ville,

Evangile de Matthieu chap. 27
Ils avaient alors un prisonnier fameux, nommé Barabbas.

Comme ils étaient assemblés, Pilate leur dit: Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas, ou Jésus, qu'on appelle Christ?

Car il savait que c'était par envie qu'ils avaient livré Jésus.

Pendant qu'il était assis sur le tribunal, sa femme lui fit dire: Qu'il n'y ait rien entre toi et ce juste; car aujourd'hui j'ai beaucoup souffert en songe à cause de lui.

Les principaux sacrificateurs et les anciens persuadèrent à la foule de demander Barabbas, et de faire périr Jésus.

Le gouverneur prenant la parole, leur dit: Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche? Ils répondirent: Barabbas.

Pilate leur dit: Que ferai-je donc de Jésus, qu'on appelle Christ? Tous répondirent: Qu'il soit crucifié!

Le gouverneur dit: Mais quel mal a-t-il fait? Et ils crièrent encore plus fort: Qu'il soit crucifié!

Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l'eau, se lava les mains en présence de la foule, et dit: Je suis innocent du sang de ce juste. Cela vous regarde.

Et les Juifs répondirent: Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants!
http://oneyearbibleimages.com/judas_kiss.jpg
Le baiser de Judas

http://titus.books.online.fr/Media/Judaskissdetail.jpg
Le baiser de Judas, H. Holbein, 16e siècle

Jésus chasse les marchands du Temple


"Que son sang retombe sur nous et nos descendants!"


ANTIJUDAÏSME (WIKIPEDIA):

L’antijudaïsme dans l’Antiquité

Le peuple hébreu s'est installé à l’intersection de l’Asie et de l’Afrique, sur la route de toutes les invasions. Les contacts avec Alexandre le Grand ont été féconds. Alexandre a épargné les Juifs, mais les choses se sont gâtées avec ses successeurs. La première persécution connue de la région est celle d'Antiochos Épiphane ou Antiochos IV, descendant de l’un des généraux d’Alexandre. Les juifs se révoltent sous la direction des frères Macchabées, à l'origine de la dynastie des Hasmonéens.
Par la suite, les Romains sont venus soumettre Israël. Bien qu'ils aient été en principe tolérants sur le plan religieux, ils étaient heurtés par le refus des Judéens d'accepter dans leur Temple toute statue de leur « divin empereur ». Une grande révolte se déclara en 66, et la Judée fut écrasée par les armées de Titus. Le Temple, qui avait été construit sur les bases du Temple de Salomon, fut détruit (70).
L’antijudaïsme antique se manifesta encore avec Hadrien, écrasant la révolte de Bar Kochba, et changeant le nom d’Israël en celui de Palestina (ou Philistinie).

Antijudaïsme chrétien dans l'histoire


Dans l’Église primitive

(...)Les premiers disciples de Jésus, surtout ceux de tendance hellénisante, se distanciaient du judaïsme auquel pourtant ils se sentaient attachés, et firent l'objet d'agressions.
Après la première guerre judéo-romaine et la destruction du Temple (70 EC), un pharisien, Yohanan ben Zakkaï, qui fonda l'académie de Jamnia, et constitua le canon de la Bible hébraïque. Le synode de Jamnia (90-100), accentua la rupture entre le judaïsme et le christianisme.
La réforme et la structuration de la religion juive fut alors le fait des seuls pharisiens s'opposèrent alors aux courants déviationnistes du judaïsme dont témoignent notamment des 'imprécations' à l'encontre des nazaréens[2]. Dans la Didachè (doctrine des douze apôtres), rédigée dans les années 70 environ, on ne trouve aucune mention offensante pour les juifs. Selon les manuscrits de Qumrân, les premiers chrétiens furent critiques et résistants à l’exploitation et à l’oppression des Romains[3]. Ce qui gênait les premiers chrétiens, c'est qu'une partie des juifs n'acceptaient pas la « bonne nouvelle », la Nouvelle Alliance.
Les premiers signes de distanciation d'avec la foi juive n'apparurent qu'après de la seconde révolte juive (132-135), qui provoqua la destruction définitive de Jérusalem et provoqua une nouvelle diaspora, dispersée sur le pourtour méditerranéen.

Le supersessionisme

Marcion, gnostique chrétien très influent et déclaré hérétique postérieurement, rejetait l'ensemble de l'influence judaïque sur la foi chrétienne. Dans le corpus de textes écrits qu'il fut l'un des premiers à établir, il excluait donc l'Ancien Testament[4]. Selon Justin (Apol. I 26) et Tertullien (C.M. 5/19), nous savons que l'influence de cette gnose dualiste fut considérable dans le bassin méditerranéen[réf. nécessaire].
La tradition chrétienne veut qu'un synode se soit réuni à Rome sous l'égide de Pie Ier pour condamner la doctrine de Marcion (144) mais la réalité du christianisme de l'époque dément toute pertinence doctrinale. Le marcionisme déclina dans l'ouest de l'empire romain au IIIe siècle, puis dans l'est, mais il eut une descendance manichéenne[réf. nécessaire].
D'une façon beaucoup moins radicale que le supersessionisme de Marcion, quelques écrits peuvent témoigner de l'énergie qu’ils consacrèrent à relativiser les préceptes de l'Ancien Testament, en concentrant leur critique sur cinq pratiques judaïsantes de la loi mosaïque : les sacrifices, le shabbat, la circoncision, le jeûne et les prescriptions alimentaires [5]. On retrouve des mentions de ce type dans plusieurs textes : l'épître de Barnabé[6], le « Dialogue avec Tryphon » [7] de Justin Martyr, l’« épître à Diognète » [8], et l’« aduersus Iudaeos » de Tertullien [9].
Il faut mettre ces ouvrages dans le contexte historique de prolifération de la gnose. Par exemple, Justin a été le premier à avoir exposé dans son ensemble la doctrine chrétienne et le rapport de la foi à la raison, mais beaucoup de ses ouvrages sont perdus. Le dialogue avec Tryphon met en scène un chrétien et un rabbin, et Philippe Bobichon remarque que beaucoup de commentateurs ont essayé de comprendre le sens de l'œuvre à partir du prologue uniquement, alors qu'une analyse plus globale montre que la question du Salut traverse tout le dialogue.[10]

Concile de Nicée, haut Moyen Âge

Il faudra nombre de décennies pour que se constitue et se formalise la tradition apostolique, puis, au-delà, le canon des textes apostoliques.
On trouve pour la première fois, dans un ouvrages de l'apologiste Justin de Naplouse [11], une expression telle que « Verus Israël » qui est souvent considérée comme une source d'antagonisme entre judaïsme et christianisme.[12]
Ainsi, au cours de la constitution de la doctrine chrétienne aux IIIe et IVe siècles, le christianisme s'institutionnalisant se présente comme « l'Israël nouveau », le « véritable Israël ». Dans cette perspective dogmatique, les Juifs - « l'ancien Israël » - auraient dû reconnaître la nouvelle Alliance. L'évident hiatus finit de consommer la rupture , le judaïsme et ses tenants, considérant Jésus comme un simple mortel, devient un opposant au christianisme.
Considérée au concile de Nicée (325) comme l'un des principaux soutiens de Constantin Ier pour réorganiser l’État, l'Église aurait dû dédouaner son alliance avec certains des bourreaux du Christ en évoquant cette théorie du « peuple déicide » fondement de l’antijudaïsme doctrinal.[13]
Le fait est que, selon certaines études [14], l'expression peuple déicide revient plusieurs fois dans le corpus patristique (17 fois) ; mais on trouve d'autres expressions comme ceux « qui ont tué Dieu », ou « le Seigneur », ou « le Christ » chez un certain nombre d'auteurs chrétiens. Les Pères de l'Église cités par certains historiens [15] pour avoir véhiculé au IVe siècle (ou quelquefois avant) des idées hostiles contre les juifs sont essentiellement Eusèbe de Césarée, Grégoire de Nazianze, Grégoire de Nysse, Jean Chrysostome, Astérios d'Amasée, et Méliton de Sardes. Jean Chrysostome écrivit huit discours contre les juifs [16].
Après le concile de Nicée et l'adoption du christianisme comme religion officielle de l'empire romain par Constantin Ier, la mention de « juif perfide » fut introduite dans le code de Théodose au Ve siècle (438). Puis, cette idée fut introduite dans la liturgie du Vendredi saint, sous la forme de la mention « Oremus et pro perfidis judaeis ». À la fin du VIIIe siècle, l'agenouillement et la prière silencieuse furent supprimés.
Icône de détail Article détaillé : Oremus et pro perfidis judaeis.
C'est ainsi que l'antijudaïsme trouva un terrain propice, surtout en orient dans la deuxième moitié du Ier millénaire, puis en occident au cours du IIe millénaire.
Pendant tout le haut Moyen Âge, l'étude du Talmud resta tolérée dans l'Occident chrétien, avec vigilance, et ceci jusqu'au XIIIe siècle.
Les sources concernant la période antérieure aux invasions arabes du VIIIe siècle sont rares. Nous savons que les premières communautés juives s’installèrent en Gaule dès la fin de l’Antiquité. Comme lors des conciles d'Elvira (305), de Vannes (465), des trois conciles d'Orléans (533, 538, 541), avec le concile de Clermont (535), l'Église interdit aux Juifs de prendre des repas en commun avec des clercs. Le concile d'Orléans de 538 interdit aux Juifs de se mêler aux chrétiens du jeudi saint au deuxième samedi qui suit Pâques. Tout mariage avec un Juif ou une Juive a été prohibé en 533, 535, et 538. Au concile tenu dans la Narbonne wisigothique en 589, on interdit aux Juifs de conduire leurs morts en chantant des psaumes.[17]
Césaire d'Arles consacra aux juifs deux sermons, tandis qu'Isidore de Séville composa un traité De la foi catholique contre les juifs peu après 620.
Certains évêques s'engagèrent dans une politique de conversion. Toutefois, le pape Grégoire le Grand mit en garde deux évêques en 591 contre les baptêmes forcés.[18]
Certains souverains prirent des mesures contre les juifs : le Wisigoth Chindaswinthe (641-649) menaça de peine de mort quiconque aurait pratiqué des rites juifs. Chilpéric, en 582, ordonna de baptiser de nombreux Juifs. Dagobert aurait décidé d'exiler ceux qui refusaient le baptême.[19]
Les Pères de l’Église catholique romaine, notamment Saint Augustin, ont présenté les juifs comme une preuve vivante de l’existence du Christ, ceux qui, par leur dispersion, par leur abaissement et par leur servitude, témoignent de la vérité de la religion de Jésus Christ (la doctrine du « peuple témoin » de saint Augustin).
Après les invasions arabes du VIIIe siècle, et avec la naissance de l'empire carolingien, les juifs furent tolérés. Le droit traditionnel juif continua, comme sous l'Empire romain, à régler les rapports intérieurs de la communauté israélite. Chez les chrétiens, on s'appuyait surtout sur le droit romain quand il s’agissait de protéger les juifs ou de « penser » leur présence au sein d’une société massivement chrétienne. Il existait une seule discrimination juridique sur le nombre de témoins à fournir dans un procès. Les interdictions légales étaient d'origine religieuse et tendaient à diminuer le prosélytisme juif. Il n'y avait pas de limite aux activités des Juifs. Ils bénéficiaient de la liberté de culte.
Seuls certains clercs, tel le célèbre Agobard de Lyon, insistèrent sur la responsabilité des juifs dans la mort du Christ (« peuple déicide », peuple méprisé), en mettant en garde les chrétiens contre une religion susceptible de tenter (dans le sens religieux du terme) certains d’entre eux.
Les théologiens occidentaux (Pierre Chrysologue, Bède le Vénérable, Paul Diacre…) prenaient des positions souvent modérées à leur égard.
Il n'en reste pas moins vrai que, les chrétiens se considérant désormais comme le « vrai Israël », les textes médiévaux reprennent de manière explicite le thème du peuple juif comme peuple-queue, citant souvent le Deutéronome[20]. Bède le Vénérable, Jérôme, qui reprend presque littéralement Origène, Maxime de Turin, Isidore de Séville, Pierre de Blois, Guillaume Durand, Raban Maur, Pierre le Vénérable, et d'autres encore, finissent par rendre classique cette interprétation.[21]
Certains personnages comme Raoul Glaber contribuèrent à la diffusion d'idées antijudaïques après l'an mille. De même, les légendes chrétiennes les plus populaires - Évangile de Nicodème, Légende Dorée, ... - font jouer des rôles antipathiques aux Juifs témoins de la Passion du Christ.

Entre la première croisade et la Renaissance

Dans le contexte de l'essor urbain qui marqua l'Europe à partir de la fin du XIe siècle, l’antijudaïsme purement religieux prit une forme sociale. Pendant la période médiévale, la grande majorité des juifs vivait dans des villes. Les villes cathédrales de la chrétienté présentaient des conditions d'urbanisation à long terme de qualité, et constituaient l'asile des implantations et communautés juives les plus importantes.[22]
La Première Croisade poussa vers la Terre Sainte des foules considérables de croyants qui voulaient libérer Jérusalem des « infidèles » et ouvrir la route vers la Terre Sainte fermée par les Turcs. L'enseignement de l'Église interdisait que l'on s'attaquât aux juifs. Mais le manque de préparatifs et des motifs financiers ont entraîné des persécutions des Juifs. L'amalgame entre « infidèles » et juifs ou musulmans dans l'esprit de certains croisés s'est accompagné de l'intention de faire payer aux Juifs la mort du Christ. Des incidents graves ont été signalés en décembre 1095 lors du départ de la croisade de Pierre l'Ermite à Rouen et en Champagne. Les communautés juives furent plus éprouvées par Folkmar et Emich de Leiningen lors des croisades dites « allemandes ». Des massacres de juifs eurent lieu à Spire, à Worms, à Mayence (Magenza). Les évêques de Spire et de Worms offrirent un abri aux juifs. Les croisés s'attaquèrent aux juiveries de Cologne, de Metz, de Trèves, et de la basse vallée du Rhin. Ces explosions de violence non maîtrisée n'entraient pas dans les plans du pape Urbain II.[23]
Selon Dominique Iogna-Prat[24], l'idée que les juifs, au Moyen Âge, furent vraiment considérés comme n'appartenant pas à l'espèce humaine « résume fidèlement la substance des propos de Pierre le Vénérable, représentant d'un antijudaïsme radical. » Pour l'auteur de l'Adversus Iudœorum inueteratam duritiem, le juif fut comme le « repoussoir qui permet à celui qui l'exclut de cerner son identité. »[25]
Lors de la deuxième croisade, un cistercien du nom de Rodolphe (ou Raoul), qui prêchait la croisade, invitait ses auditeurs à venger le Christ sur ses ennemis, ce qui engendra des meurtres collectifs dans les Pays-Bas, mais surtout dans la vallée du Rhin, à Cologne, Mayence et Worms, en août et septembre 1146, et sans doute à Wurtzbourg en février 1147. L'archevêque de Cologne protégea les juifs dans son château. L'archevêque de Mayence prévint saint Bernard de Clairvaux, qui arriva en Rhénanie pour faire cesser les prédications antijuives[26].
Les communautés juives de Rhénanie constituaient au XIe siècle le principal centre de peuplement juif en Europe (voir Les juifs de culture allemande). La communauté juive de Mayence fut décimée à 90 % lors de la première croisade et encore lors de la deuxième croisade. On se souvient de la déclaration de Jean-Paul II à Mayence[27]. Cette ville était en effet un centre religieux à la fois pour la chrétienté (la cathédrale romane Saint-Martin de Mayence était destinée à être une seconde Rome) et pour le Judaïsme : Mayence était un centre d'étude talmudique, la communauté juive de Mayence était considérée comme la « fille de Sion » et la synagogue était considérée comme un symbole du Temple de Jérusalem. Dans une chronique sur le massacre de la première croisade, un auteur juif de Mayence déclare : « Hélas le support puissant est rompu, ce magnifique bâton, la sainte communauté de Mayence, aussi précieuse que l’or ».[28] Ces événements affectèrent à la fin de sa vie le talmudiste Rachi, qui était à Troyes sous la protection des comtes de Champagne.
Cela n'a pas empêché que, sur le plan intellectuel, au XIIe siècle, des juifs participent aux travaux de traduction de l'œuvre d'Aristote, avec des Arabo-musulmans. Pierre Abélard posa les fondements de la scolastique avec des philosophes arabo-musulmans et juifs. Alors qu'au siècle suivant l'antijudaïsme évolua en se durcissant, on découvre dans l'œuvre de saint Thomas d'Aquin une réconciliation des pensées musulmanes, juives, et chrétiennes à travers la philosophie d'Aristote ; saint Thomas a développé une théologie de l'adoption filiale des juifs de l'Ancienne Alliance.[29]
Par la suite, le monde nouveau né des croisades vit l’essor du grand commerce international et l'arrivée des chrétiens dans les métiers du commerce. Les juifs devinrent alors des rivaux dans la vie économique des XIIe et XIIIe siècles, et furent progressivement mis à l’écart de la société chrétienne.
Le IVe concile du Latran (1215) prit des mesures de discrimination contre les juifs, comme l'obligation de porter un costume spécial et la rouelle. Les juifs furent alors considérés par le clergé comme responsables collectivement de la mort du Christ. Le prêt à usure devint la cause d'une grande part du sentiment antijudaïque durant le Moyen Âge [30]. En Italie, puis plus tard en Allemagne et en Pologne, Jean de Capistran (13861456) excitait les pauvres contre l'usure des juifs [31]. Cependant, en 1247, le pape Innocent IV condamnait l'antisémitisme et les accusations de meurtre rituel portées en Allemagne par des exaltés contre les Juifs :
« Nous avons entendu parler de la situation déplorable des Juifs contre lesquels quelques princes spirituels et temporels et d'autres seigneurs puissants en vos pays et évêchés imaginent toutes sortes de prétextes, afin de les attaquer, de les piller et de les dépouiller de leurs biens d'une manière injuste. Quoique l'Ecriture Sainte leur dise:"Tu ne tueras pas" et leur interdise de toucher pendant la Pâque à quelque chose de mort, on leur impute le crime de communier, ce jour-là, avec le coeur d'un enfant tué, et on fait comme si la loi le leur prescrivait, alors que cet acte serait clairement contraire à la Loi ... Se prévalant de cette intervention ainsi que de beaucoup d'autres, on les assaille et on les dépouille de tous leurs biens, sans accusation, sans aveu et sans preuve, contrairement à la justice, on les jette dans les geôles, on les opprime, et on condamne beaucoup d'entre eux à une mort honteuse, de sorte que sous ces princes et seigneurs, ils se trouvent dans une situation pire que leurs ancêtres sous les Pharaons d'Egypte, et qu'ils sont contraints à quitter les villes et les lieux où leurs pères habitaient déjà depuis des temps immémoriaux.
Craignant ainsi leur destruction ... ils se sont adressés au Saint-Siège... Et Nous ordonnons de rétablir l'état antérieur et de ne plus les importuner à l'avenir d'une façon ou d'une autre. » [32]
La politique du Saint-Siège était assez variable vis-à-vis des juifs. Quand la situation des Juifs devenait intenable, l’Église les prenait sous sa protection pour préserver ou augmenter ses intérêts ; quand ils vivaient dans l’opulence ou simplement en paix, elle édictait à leur encontre des mesures restrictives ou même infamantes dans le jeu de la concurrence d’une puissance à la fois temporelle et spirituelle. Les disputations judéo-chrétiennes avaient souvent pour conséquence d'engendrer des accusations contre les Juifs.
Les représentations artistiques témoignent d'une détérioration très nette de l'image de la synagogue et des juifs du XIIe au XVe siècle. À partir du XIIIe siècle, en Allemagne, un motif animalier apparaît pour représenter des Juifs en contact intime avec une truie (Judensau).
Des quartiers juifs apparurent au XIIIe siècle en Espagne et au Portugal. En France, on parlait de juiveries ; il y en avait quatre à Paris. Il y eut plusieurs autodafés du Talmud en 1242 (à Paris), 1286 (Honorius IV), 1319 à 1321 (à Paris), 1415 (à Avignon), et 1553 (dans toute l'Italie) [33] (c'est alors qu'apparaît le mot ghetto).
C'est en Angleterre, à Norwich (1144), qu'eut lieu la première accusation de crime rituel contre les Juifs, qui fut suivie par d'autres. Les Juifs furent également victimes d'accusations de profanation d'hosties.
En France, l'antijudaïsme se manifesta à partir des années 1170-1180. Une accusation de crime rituel fut lancée contre les juifs à Blois en 1171. En 1247, le pape dut intervenir contre ce type d'accusation. En 1182, Philippe Auguste procéda à l'expulsion des juifs du domaine royal, alors limité. Les relations entre juifs et chrétiens se dégradèrent rapidement, aboutissant à la transformation de la synagogue de Paris en église en 1183 [34]. Philippe Auguste sut rappeler les juifs pour les besoins du Trésor royal, en raison de leurs compétences dans les questions financières. En effet, les juifs autorisaient le prêt à intérêt aux non-juifs, alors que celui-ci était interdit aux chrétiens.
Nous savons que saint Louis considérait que les juifs étaient responsables collectivement de la mort du Christ, mais il ne prit pas de mesure physique contre eux. Toutefois, les disputations entre des théologiens chrétiens, Eudes de Châteauroux, proviseur de la Sorbonne, et l'abbé Nicolas Donin (ancien rabbin) et quelques docteurs de la loi israélite se tinrent en 1240 sous la présidence de Blanche de Castille et à la demande même de juifs convertis au christianisme. Ceux-ci, avec l'ardeur des néo-convertis, se plaignaient des invectives contre Jésus-Christ et contre la Vierge que contient le Talmud. Les discussions établirent que le reproche était fondé et aboutirent à une ordonnance royale ordonnant de brûler le Talmud en 1242 à Paris et à la traque des manuscrits hébraïques[35].
Le décret d'expulsion de 1254 ne fut pas appliqué. En 1306 Philippe le Bel expulsa à nouveau les Juifs [36]. La question de savoir si Charles IV a appliqué ou non l'ordre de Philippe V de bannir les juifs est discutée.
Dans l'Empire, les juifs pouvaient bénéficier, à partir de 1234/1236, de la protection de l'empereur, à condition de payer un impôt (« impôt sur les juifs »), remplacé ultérieurement par des taxes versées à des protecteurs locaux.
La peste noire (1346-1350) provoqua une vague d'émeutes antijudaïques, d'abord en Provence, puis dans plusieurs parties de l'Europe. On accusa alors régulièrement les juifs d'être responsables de l'épidémie.
Après la peste noire, l'antijudaïsme atteint son paroxysme dans l'Europe dominée par des souverains chrétiens.
Un quartier juif fut construit à Avignon. Les juifs comtadins payaient néanmoins cher la protection du pape. Le premier ghetto apparut en Italie à Venise au XVIe siècle. Le pape Pie V avait recommandé que les États limitrophes de ses États pontificaux construisent des ghettos.
En 1394, ce fut la dernière expulsion de France par Charles VI. En Alsace, la situation des juifs se détériora à la fin du XIVe siècle. En 1389, un édit de bannissement interdit aux juifs leur réadmission dans la ville de Strasbourg. Il resta en vigueur jusqu'à la Révolution française.
Dans l'Espagne reconquise sur les musulmans, après les premières persécutions, qui commencèrent en 1391, l'Inquisition se mit en place en 1451 [37] et adopta des mesures très sévères vis-à-vis des Juifs convertis, les conversos ou Marranes, qui continuaient à pratiquer leur religion [38]. Le décret de l'Alhambra (1492) entraîna l'expulsion de ce pays.
Les juifs espagnols se réfugièrent au Portugal [39], d'où ils furent à nouveau expulsés par un édit de décembre 1496[40].
Dans ces deux pays, les nouveaux convertis d'origine juive furent exclus des carrières militaires et ecclésiastiques à partir du milieu du XVe siècle par une série de décrets devant attester la pureté de sang (limpieza de sangre).

Renaissance et XVIIe siècle

En Espagne, dès avant l'expulsion de 1492, fleurit une abondante littérature polémique contre les juifs et contre les juifs convertis : dans le Livre de l'Alborayque, les conversos sont assimilés à l'Alborayque, étrange bête hybride dotée d'une queue, et que monterait Mahomet. Ainsi commença à se répandre l'idée que les juifs ont une queue. Cette croyance se propagea à l'époque moderne en Allemagne et d'autres pays d'Europe. [41]
Martin Luther a d'abord eu une attitude conciliante avec les juifs, estimant que la persécution des Juifs n'était pas conforme aux aspirations chrétiennes. Mais lorsqu'il se rendit compte qu'ils s'opposaient à son enseignement, il écrivit alors : Des juifs et leurs mensonges. Selon Paul Johnson, cette œuvre « peut être considérée comme le premier ouvrage d'antisémitisme moderne, et comme un grand pas sur la route de l'Holocauste. »[42]
Le catéchisme promulgué à la suite du concile de Trente (1566) répondit à Luther sur les causes de la mort de Jésus-Christ (voir Contenu du catéchisme du Concile de Trente). Mais il ne put évidemment empêcher que l'antisémitisme s'étende dans les sociétés chrétiennes réformées puisque rédigé à Rome, il ne se répandit dans les régions catholiques.
Calvin polémiqua durement aussi contre les juifs.
Au XVe siècle, la Kabbale juive avait inspiré un équivalent chrétien avec la Kabbale chrétienne, créée par Pic de la Mirandole. Cependant, au XVIIe siècle, celle-ci fut violemment critiquée pour son « ésotérisme » par l'Église, en particulier par le père Marin Mersenne (qui était en correspondance avec Descartes), dans son ouvrage Questions sur la Genèse (1623). Il est à noter que ce fut le père Marin Mersenne qui recueillit en 1640 les objections des meilleurs esprits de l'époque sur les méditations sur la philosophie première de Descartes, et que les sept jours de la Création dans la Genèse avaient fait l'objet d'études par Thomas d'Aquin dans la première partie de sa Somme théologique (Dieu, la Création).

Lumières et Révolution française

Les papes continuèrent à promulguer des lois antijuives : Clément XII et Benoît XIV imposèrent le port de la rouelle. Clément XIV est plus libéral mais l'édit de 1775 de Pie VI rétablit la surveillance du ghetto de Rome par l'Inquisition, ainsi que le port de l'insigne.
À la veille de la Révolution française, les communautés juives en France étaient localisées à Bordeaux (Sépharades) et en Alsace (Ashkenazes). Les juifs étaient également Avignon. Les communautés juives étaient souvent assez mal acceptées.
Les philosophes des Lumières étaient en général peu favorables aux Juifs, avec quelques exceptions comme Diderot, qui voyait dans le peuple juif un moyen d'ouverture au monde. Voltaire était farouchement antijudaïque et même antisémite d'autant que conscient des racines judaïques de l'Eglise, il voyait dans l'attaque du judaïsme et des juifs un moyen de saper les fondements de l'Eglise : il écrivait dans l’article « Tolérance » du Dictionnaire philosophique : « C’est à regret que je parle des Juifs: cette nation est, à bien des égards, la plus détestable qui ait jamais souillé la terre. [43]. » On relève encore toujours dans le même ouvrage : « Pourquoi les Juifs n’auraient-ils pas été anthropophages ? C’eut été la seule chose qui eut manqué au peuple de Dieu pour être le plus abominable de la terre. »
« … une horde de voleurs et d'usuriers… »
« Ils sont le dernier de tous les peuples parmi les musulmans et les chrétiens, et ils se croient le premier. Cet orgueil dans leur abaissement est justifié par une raison sans réplique ; c’est qu’ils sont réellement les pères des chrétiens et des musulmans. Les religions chrétienne et musulmane reconnaissent la juive pour leur mère ; et, par une contradiction singulière, elles ont à la fois pour cette mère du respect et de l’horreur. »
« Il résulte de ce tableau raccourci que les Hébreux ont presque toujours été ou errants, ou brigands, ou esclaves, ou séditieux : ils sont encore vagabonds aujourd’hui sur la terre, et en horreur aux hommes, assurant que le ciel et la terre, et tous les hommes, ont été créés pour eux seuls. [44]»
Le courant général de libéralisation en France au XVIIIe siècle profita aux Juifs. L'abbé Grégoire écrivit en 1787 un essai sur les juifs. Le 27 septembre 1791, grâce à Adrien Duport et à l'abbé Grégoire, l'Assemblée nationale vota le décret d'émancipation des juifs, qui obtinrent la condition de citoyen à part entière, avant même les prêtres.

Période contemporaine

Malgré le décret de 1791, les juifs n'étaient pas encore intégrés. Napoléon aurait eu de forts préjugés contre les juifs, mais son sens de la cause publique et son opportunisme le poussèrent à les intégrer dans la société française. Malgré l'opposition des députés de l'est, il décida en mai 1806 de convoquer une assemblée de notables, qui seraient choisis « parmi les rabbins, les propriétaires et autres Juifs, les plus distingués par leur probité et leurs lumières. » Les notables siégèrent durant dix mois (26 juillet 1806 - 6 avril 1807), et furent sommés de répondre à un certain nombre de questions qui avaient pour objectif d'établir si les lois juives étaient compatibles avec le droit commun. Les notables répondirent que le judaïsme prescrivait de tenir « comme loi suprême la loi du prince en matière civile et politique », et qu'eux-mêmes s'étaient toujours « fait un devoir de se soumettre aux lois de l'État ».[45]
Deux décrets de Napoléon de 1808 réorganisèrent le culte. Il fallut encore lutter contre des mesures discriminatoires : Adolphe Crémieux fit supprimer le « serment more judaïco » que les juifs devaient prêter en justice selon une procédure infamante (1827-1846).[46]
Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le contexte de scientisme transforma l'antijudaïsme en antisémitisme, en lui associant des thèses racistes.
Les idéologies renvoyèrent au domaine de la pure imagination la connaissance religieuse et théologique. Elles posèrent les germes de l'oubli du Premier Testament.
En France, Auguste Comte, dans son calendrier positiviste, prit « un parti pleinement irrévocable » sur Jésus, selon lequel il maintenait son « exclusion totale » de son système de pensée [47]. Puis, il se considéra comme un nouveau saint Paul, qu'il voyait comme le « véritable créateur » du « dogme catholique »[48], « profondément familier avec les penseurs de la Grèce »[49].
Les intellectuels juifs (Marx, Freud, Einstein…) ne formaient qu'une petite partie de ce mouvement général de remise en question, allant de la transformation des évidences aveuglantes à des interrogations angoissantes.
L'antisémitisme se propageait en Europe de l'Est, avec des pogroms en Russie au début du XXe siècle. Il se manifesta en France avec l'affaire Dreyfus (1894-1906), dont les causes profondes furent étudiées notamment par Bernard Lazare [50] et dont Émile Zola se fit l'écho dans la presse. Le dénouement de cette affaire n'a pas empêché que se développent des publications antisémites, tant en France qu'en Allemagne.
Charles Maurras, dont l'idéologie reposait sur une primauté de l'esthétique gréco-latine et s'inspirait du positivisme comtien, considérait que l'une des tares du christianisme résidait dans son ascendance juive. Il réussit à séduire un certain nombre de catholiques sur ce critère, malgré les condamnations de l'Action française par Pie X (1914) puis Pie XI (1926) [51], adoptant les attitudes les plus agressives vis-à-vis des Juifs (« C'est en tant que juif qu'il faut voir, concevoir, entendre, combattre et abattre le Blum »).
Du côté allemand, Alfred Rosenberg diffusa l'antisémitisme par le biais des Protocoles des Sages de Sion. Il publia en 1930 Le Mythe du vingtième siècle qui donnait des bases théoriques à l'idéologie nazie (« Il s'agit de créer une Église allemande, ancrée dans les forces issues du sang, de la race et du sol, fondée sur un Nouveau Testament expurgé de superstitions, et libérée de l’Ancien Testament »). Six évêques de la province de Cologne réagirent par une déclaration le 5 mars 1931, assimilant les erreurs du national-socialisme à celles de l'Action française (voir Les catholiques allemands face à la montée du nazisme). Après la prise de pouvoir par Hitler, le vote de la loi des pleins pouvoirs (23 mars 1933), et le concordat du 20 juillet 1933, ni cette déclaration, ni la lettre pastorale des évêques allemands de juin 1934, ni l'encyclique Mit brennender Sorge (1937), ne suffirent à endiguer l'emprise du pouvoir nazi entre 1933 et 1938.
Jacques Prévotat note en conclusion de son livre l'absence d'un document doctrinal clair de l'Église :
« Pour l'Église, le bénéfice aurait été grand d'une encyclique, expliquant aux fidèles du monde entier qu'un catholicisme qui rompt avec l'Ancien Testament, qui veut purifier l'Évangile de ses racines juives, tourne à l'hérésie, que cette hérésie a un nom, celle de Marcion, condamné au IIe siècle. Une encyclique qui aurait repris l'ensemble du problème aurait, de surcroît donné aux théologiens et aux fidèles les moyens d'affronter, avec une réflexion plus élaborée, le drame du judaïsme pendant la guerre. »[52]
L'encyclique Humani Generis Unitas n'a pu être promulguée en raison de la mort du pape Pie XI (1939).(...)

Querelle d'héritage
Après la destruction du second Temple (70), une première scission se produit : les pharisiens sont d'abord considérés par les chrétiens comme des gens attachés aux traditions, sans voir qu'ils transmettaient aussi la loi orale de Moïse.
Ultérieurement, alors que les communautés juives installées en Galilée et en Mésopotamie mettent par écrit la loi orale de Moïse (Talmud de Jérusalem au IVe siècle et Talmud de Babylone au VIe siècle), les chrétiens tolèrent généralement les Juifs, mais ils commencent à s'en méfier, considérant que ce peuple a trahi le Christ à travers le personnage de Judas Iscariote.
On a vu qu'à la suite de Justin martyr, les chrétiens se présentent comme le « véritable Israël » (« verus Israel »). Monseigneur Francis Deniau pense que l'origine de l'expression se trouverait dans des interprétations des épîtres de Paul : dans l’épître aux Galates 6, 15-16, après avoir affirmé : « la circoncision n’est rien, ni l’incirconcision ; il s’agit d’être une créature nouvelle » Paul ajoute : « à tous ceux qui suivront cette règle, paix et miséricorde, ainsi qu’à l’Israël de Dieu ». On a souvent opposé cette expression à 1 Corinthiens 10, 18 qui parle de l’Israël selon la chair, en l’interprétant comme le peuple juif, alors que les chrétiens seraient l’Israël de Dieu, le véritable Israël.[54]
Les chrétiens considèrent alors logiquement le peuple juif comme un peuple-queue, suivant l'interprétation du Deutéronome (Dt 28, 44). Pierre Savy a montré que la croyance selon laquelle les Juifs ont une queue serait une métaphore, conséquence de cette interprétation des textes de la Bible. D'où une tendance à l'animalisation des juifs, voire à leur diabolisation, et à laisser penser que les juifs n'appartiennent pas à l'espèce humaine.[55]
Les Juifs commencent épisodiquement à servir de boucs émissaires, soit pour cause de mémoire non assumée par les chrétiens, de rivalité du type de celle qu'on trouve entre frères ennemis se disputant la place principale auprès de Dieu le Père, soit pour cause de désaccords métaphysiques infranchissables concernant la divinité du Christ et l'universalité de la religion.
Les Juifs, en tant que minorité religieuse au sein de la chrétienté, étaient davantage considérés comme des talmudistes s'opposant au christianisme et à la Nouvelle Alliance par des textes tardifs, que comme les grands ancêtres des chrétiens à qui ils auraient transmis leur religion.
Pour les chrétiens, qui cherchaient à appliquer le message du Christ, à partir du moment où avait été annoncée la « Nouvelle Alliance » avec Dieu, supposée remplacer la première, les Juifs, étaient soit des rivaux, les premiers à avoir été distingués par Dieu le Père, soit une frange résistante de l'ancien peuple élu, frange ayant trahi son rôle dévolu : ils revendiquaient l'héritage de l'Ancienne Alliance, cette promesse faite à Abraham, cette promesse de Dieu à son peuple recueillant la Loi (avec toutes les nations au pied du Sinaï ; la parole de Dieu s'entendait en toutes les langues), ainsi que le Talmud, dont l'application s'opposait au christianisme.
Approche psychanalytique
Certains ont une approche psychanalytique et accusent le christianisme d'avoir eu longtemps vis-à-vis de son passé, une attitude d'oubli forcé, de désir d'effacement, de rejet et de volonté de faire disparaître le frère aîné juif, supposé davantage aimé du Père. Vieille histoire de Caïn et Abel, qui, indéfiniment semble se rejouer. Pour d'autres, l'Église a tenté historiquement de protéger et de circonscrire cette minorité religieuse, dans l'attente de sa conversion comme un signe de la fin des temps, sans que cette protection historique n'entraîne jusqu'au XXe siècle la moindre concession ou confusion théologique entre christianisme et talmudisme.
Prétendant alors dépasser le judaïsme, il fallait au christianisme également le rejeter, le résorber, le transformer, l'absorber. Alors, alternativement ce « dépassement » se faisait en forçant à la conversion et en persécutant les Juifs, qui étaient accusés de n'avoir pas su reconnaître le Messie en Jésus. Les Juifs auraient eu pour faute de n'avoir pas su reconnaître la divinité de Jésus, et ils devaient par conséquent expier cette faute, souffrir pour leur faute.
Les Juifs furent régulièrement accusés de n'être pas chrétiens, d'être donc demeurés dans le péché et, de plus, de ne pas appartenir à la même communauté, de se distinguer, de persister à vouloir conserver leur Loi qu'ils disaient tenir de Dieu lui-même depuis Moïse, et, sporadiquement, ils furent accusés ainsi d'être responsables des maux divers et des catastrophes telles que la peste noire au Moyen Âge. Logique du bouc émissaire : persécuté, il permet aux autres de se rassurer, de se refaire, aussi, une identité, une vie, une grandeur, sur son dos. Logique du bouc émissaire qui permet toutes les accusations, pour servir toutes les causes, en toutes occasions, et dévier le trop-plein de violence sur l'autre, victime expiatoire.
On s'est reporté sur les Juifs qui précisément, avec l'histoire d'Abraham transmise aux trois monothéismes, ont apporté à l'Humanité le message de l'interdit (divin) de porter la main sur l'autre, de faire couler le sang humain, de pratiquer des sacrifices humains. Isaac devait être remplacé par le bouc. Fin des sacrifices humains. Interdit de tuer. Tels furent les messages les plus anciens, du plus ancien des patriarches, Abraham, pasteur nomade, qui vraisemblablement venu de Mésopotamie, de la ville d'Ur, se rendait en Égypte.

Interprétation de la Bible

La Shoah a poussé certains exégètes chrétiens à s'interroger sur les causes de l'antijudaïsme jusque dans les textes. Afin de comprendre dans quelle mesure les textes de la Bible peuvent être interprétés d'une façon hostile aux juifs, il est nécessaire de connaître le contexte historique lors de la prédication de Jésus. Le Temple de Jérusalem était alors le centre de la vie sociale. Le Temple était à la fois un lieu de culte, mais aussi le centre d'une gestion financière qui favorisait les intérêts des castes sacerdotales. Les pharisiens jouaient un rôle important, dans les rites de purification, et dans les offrandes.[56]

Dans le Deutéronome

Le chapitre 28 présente une liste de bénédictions promises aux juifs qui observeront la Loi mosaïque, mais aussi une liste de malédictions pour les juifs qui n'obéiraient pas à la Loi. Par exemple :
« L'étranger qui est chez toi s'élévera à tes dépens de plus en plus haut, et toi tu descendras de plus en plus bas. C'est lui qui t'annexera, et tu ne pourras pas l'annexer : c'est lui qui sera à la tête, et toi à la queue. » (Dt 28, 43-44)
On a vu que les théologiens du Moyen Âge se sont appuyés sur ce passage pour considérer le peuple juif comme un peuple-queue.

Dans les Évangiles

Les Evangiles qui présentent le juif Jésus, "gloire d'Israël son peuple aux yeux des nations" et dont certains auteurs sont juifs, ne peuvent par essence même, constituer des écrits antisémites ni ne peuvent renfermer de théories antijudaïques puisqu'au contraire une grande partie des Evangiles est consacrée à établir le lien entre Jésus et la Loi et les Prophètes, l'Ancien et le Nouveau Testament[57]. Les extraits cités ci-dessous ont en fait servis à justifier un antijudaïsme déjà formé (pour éviter de se remettre en cause soi-même ?) et recherché.
Dans sa prédication, Jésus s'est assez souvent opposé aux pharisiens et aux scribes, ce qui l'a conduit progressivement à un conflit avec la hiérarchie religieuse essentiellement concentrée à Jérusalem[58]. Les textes canoniques où l'on trouve certains propos hostiles aux Juifs ou certaines catégories d'entre eux sont surtout l'évangile selon Matthieu et l'évangile selon Jean. Il s'agit des deux évangélistes, juifs eux-mêmes, qui ont vécu les événements (Marc et Luc n'ont pas connu le Christ). Nous donnons ici les deux les plus significatifs :
Au chapitre 23, Jésus prononce plusieurs fois l'expression « malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites ». On peut se reporter à l'analyse qu'en fait Ulrich Luz, qui pense que « la tâche de reprendre de façon critique l'antijudaïsme théologique vise le centre de la foi chrétienne ».[59]. Ce passage ne vise cependant que la mauvaise foi de responsables religieux.
Au chapitre 27, les juifs sont réunis à Jérusalem lors du procès de Jésus.
« Voyant alors qu'il (Pilate) n'aboutissait à rien, mais qu'il s'ensuivait plutôt du tumulte, Pilate prit de l'eau et se lava les mains en présence de la foule, en disant : « Je ne suis pas responsable de ce sang ; à vous de voir ! » Et tout le peuple répondit : « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants ! » » [60] . Ce passage souvent cité comme fondateur de l'antijudaïsme et effectivement utilisé par les auteurs antijudaïques comme fondant la responsabilité collectives des juifs dans l'exécution de Jésus, n'est cependant pas recevable dans la logique chrétienne d'une part parce que la théologie enseigne que le Christ est mort pour l'humanité toute entière et qu'il est mort à cause du péché de celle-ci, d'autre part parce qu'un tel cri ne pourrait concerner que les personnes présentes lors du procès et qui ont crié en ayant plein conscience de rejetter le Christ.
Il s'agit souvent des interventions de l'évangéliste qui dit « les Juifs ... » au lieu de "les gens" en réponse à de longs discours de Jésus, ou de la manière dont est relaté le procès de Jésus.
Par exemple :
« Et il leur disait : « Vous, c'est d'en bas que vous êtes, moi, c'est dans haut que je suis
Vous, c'est de ce monde que vous êtes ; moi, je ne suis pas de ce monde. » »[61]
« Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. »[62]
On peut se reporter à l'analyse de Martinus de Boer.[63]. Mais dans la logique de la théologie catholique, tous ces reproches s'adressent non aux juifs en tant que peuple mais en tant que représentants de l'Humanité lorsqu'elle refuse la vérité que le Christ est dit apporter. C'est toute l'humanité qui est accusée par ce passage; dans le cas contraire, l'Evangile considérerait que l'enseignement du Christ s'adresserait seulement aux Juifs.
En revanche, dans le passage de la Samaritaine, qui se déroule au bord du Puits de Jacob, lieu hautement symbolique de la tradition juive (chapitre 4), Jésus déclare : « Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs ».[64]
Ce passage est à rapprocher du cantique du vieillard Siméon dans lequel l'Evangile présente le fait de voir naître en son sein le Messie, le sauveur du Monde comme "la gloire d'Israël". De la même façon, si le Christ, juif lui-même, fait des reproches aux juifs c'est à chaque fois pour leur reprocher, eux qui ont eu les prophètes pour les préparer, de ne pas reconnaître le Messie quand il vient.


Après le concile de Jérusalem, Paul rencontre des difficultés avec les Juifs, à Thessalonique, Bérée, Athènes, et est traduit en justice à Corinthe (chapitres 17-18).
De retour à Jérusalem, Paul comparaît devant le Sanhédrin, où une scission se produit entre Sadducéens (qui ne croyaient pas en la Résurrection) et les pharisiens (qui y croyaient). Une quarantaine de Juifs va trouver les grands prêtres (Ac 23, 12-15).
À Rome, les Juifs sont partagés sur le message de Paul, qui cite Isaïe (Ac 28, 23-28).
Selon Daniel Marguerat, les Actes des Apôtres peuvent être interprétés de deux manières différentes[65] (voir aussi Les Juifs et l'association au terme « déicide »).


Saint Paul est quelquefois critiqué pour une violente polémique contre les Juifs dans la première épître aux Corinthiens.[66]
« Ceux-ci ont mis à mort le Seigneur Jésus et les prophètes, et ils nous ont persécutés. Ils déplaisent à Dieu et sont ennemis de tous les hommes. »
Paul reproche en effet aux Juifs qu'il estime avoir été préparés par les enseignements des prophètes, de ne pas reconnaître le Messie une fois qu'il est venu et de demander davantage que la logique des enseignements du Christ et leur cohérence avec ceux de l'Ancien Testament. Mais il en a autant pour les Païens : « Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse: nous, nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs. » (1 Co 1, 22-24).
Sa réflexion théologique s'approfondit dans l'épître aux Romains, lorsqu'il déclare :[67]
« J'affirme ceci dans le Christ, car c'est la vérité, je ne mens pas, et ma conscience m'en rend témoignage dans l'Esprit Saint. J'ai dans le cœur une grande tristesse, une douleur incessante. Pour les Juifs, mes frères de race, je souhaiterais même être maudit, séparé du Christ : Ils sont en effet les fils d'Israël, ayant pour eux l'adoption, la gloire, les alliances, la Loi, le culte, les promesses de Dieu ; ils ont les patriarches, et c'est de leur race que le Christ est né, lui qui est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement. » [68]
« La circoncision n'est rien, ni l'incirconcision ; il s'agit d'être une créature nouvelle » puis il ajoute : « à tous ceux qui suivront cette règle, paix et miséricorde, ainsi qu'à l'Israël de Dieu. » Cette réfléxion ne signifie pas un mépris des traditions juives mais est venue à un moment où, des non juifs devenant chrétiens, la question de les circoncire se posait : puisque le Christianisme s'appuie sur le Judaïsme, doit-on passer d'abord par les traditions juives avant le baptème ?
Saint Paul répond que non, on peut devenir chrétien tout de suite, sans un préalable judaïque.
Depuis 60 ans, devant la confrontation aux persécutions nazies et à la shoah, les chrétiens ont repris conscience de ce rappel de Paul : « les dons et l'appel de Dieu sont irrévocables » (Romains 11, 28-29). Les chrétiens ont redécouvert concrètement la présence d'Israël, et redécouvert que la fidélité d'Israël à sa Torah avait, aujourd'hui et non seulement dans le passé, un sens spirituel, une signification dans le dessein de Dieu pour le monde.[70]

Références employées :
  • Bible de Jérusalem,
  • Traduction œcuménique de la Bible,
  • Question posée au Centre d'études théologique à distance,
  • Bibliographie ci-dessous.

Autres interprétations

La théologie de la substitution qui a longtemps prévalu s'est concentrée sur certains passages du Nouveau Testament, pour présenter l'Église comme le « véritable Israël ».
En fait, comme le montre Albert de la Rochebrochard, d'autres théologiens à la suite de saint Ambroise et de saint Augustin, ont proposé d'autres interprétations des évangiles, portant par exemple sur la parabole de l'enfant prodigue[71], que certains préfèrent appeler la parabole du Père et de ses deux fils, ou du Père prodigue, du fils perdu, du fils retrouvé [72].
Saint Augustin compare Israël au fils aîné de la parabole sorti dans les champs, alors que le fils cadet, l'Église ou les pêcheurs, revient après une période de débauche. Le père représente Dieu qui prie son fils aîné de rentrer, figurant Israël sauvé.[73]
Pierre Chrysologue, évêque de Ravenne (Ve siècle) commence cinq sermons sur cette parabole de la façon suivante :
« Aujourd'hui le Seigneur appelle le père et ses deux fils pour nous les présenter afin de découvrir au travers d'une belle image figurative la grande révélation de sa bonté, la cruelle jalousie du peuple juif et le retour du peuple chrétien dans une attitude de suppliant ».[74]
Le pape Grégoire le Grand emploie une allégorie à partir du livre de Job[75], tandis que Bède le Vénérable utilise aussi la parabole de l'enfant prodigue dans une homélie[76], reprise par Paul Diacre au VIIIe siècle lors de la Renaissance carolingienne.
« Vous êtes nos frères de prédilection, et en un certain sens nos frères aînés »
Jean-Paul II à la synagogue de Rome, le 13 avril 1986.(...)



History of Antisemitism

Ancient times

Examples of antipathy to Jews and Judaism during ancient times are easy to find.[original research?] There are examples of Greek rulers desecrating the Temple and banning Jewish religious practices, such as circumcision, Sabbath observance, study of Jewish religious books, etc. Examples may also be found in anti-Jewish riots in Alexandria in the 3rd century BCE. Philo of Alexandria described an attack on Jews in Alexandria in 38 CE in which thousands of Jews died. Statements exhibiting prejudice towards Jews and their religion can be found in the works of many pagan Greek and Roman writers.[2]

Early animosity towards Jews

The earliest occurrence of antisemitism has been the subject of debate among scholars. Different writers use different definitions of antisemitism. The terms "religious antisemitism" and "anti-Judaism" are sometimes used to refer to animosity towards Judaism as a religion rather than to Jews defined as an ethnic or racial group.
Professor Peter Schafer of the Freie University of Berlin has argued that antisemitism was first spread by "the Greek retelling of ancient Egyptian prejudices". In view of the anti-Jewish writings of the Egyptian priest Manetho, Schafer suggests that antisemitism may have emerged "in Egypt alone".[3] The hostility commonly faced by Jews in the Diaspora has been extensively described by John M. G. Barclay of the University of Durham.[4] The ancient Jewish philosopher Philo of Alexandria described an attack on Jews in Alexandria in 38 CE in Flaccus, in which thousands of Jews died. In the analysis of Pieter W. Van Der Horst, the cause of the violence in Alexandria was that Jews had been portrayed as misanthropes.[5] Gideon Bohak has argued that early animosity against Jews was not anti-Judaism unless it arose from attitudes held against Jews alone. Using this stricter definition, Bohak says that many Greeks had animosity toward any group they regarded as barbarians.[6]
Father Edward H. Flannery, in The Anguish of the Jews: Twenty-Three Centuries of Antisemitism, traces what he calls the first clear examples of anti-Jewish sentiment, which he calls "antisemitism," back to Alexandria in the third century BCE. Manetho, an Egyptian priest and historian, wrote that the Jews were expelled Egyptian lepers who had been taught by Moses "not to adore the gods." The same themes appeared in the works of Chaeremon, Lysimachus, Poseidonius, Apollonius Molon, and in Apion and Tacitus, according to Flannery. Agatharchides of Cnidus wrote about the "ridiculous practices" of the Jews and of the "absurdity of their Law," making a mocking reference to how Ptolemy Lagus was able to invade Jerusalem in 320 BCE because its inhabitants were observing the Sabbath.[7]

Roman Empire

Relationships between the Jewish people and the occupying Roman Empire were at first antagonistic and resulted in several rebellions. According to Suetonius, the emperor Tiberius expelled from Rome, Jews who had gone to live there. The 18th century English historian Edward Gibbon identified a more tolerant period beginning in about 160 CE.
According to James Carroll, "Jews accounted for 10% of the total population of the Roman Empire. By that ratio, if other factors such as pogroms and conversions had not intervened, there would be 200 million Jews in the world today, instead of something like 13 million."[8][9]
When the Jewish kingdom became absorbed into the Roman Empire, relationships between the Jewish people and the Roman rulers were always fraught with difficulty. There was an antagonistic attitude on the part of both emperors and the Roman public that went beyond religious antisemitism. Eventually warfare broke out between Jews of Judea and the Roman occupiers.
In 19 CE Tiberius expelled from Rome Jews who had gone to live in the city. Suetonius says that Tiberius "suppressed all foreign religions... . He distributed the Jewish youths, under the pretence of military service, among the provinces noted for an unhealthy climate; and dismissed from the city all the rest of that nation as well as those who were proselytes to that religion [335], under pain of slavery for life, unless they complied."[10] Josephus, in his Jewish Antiquities[11], concurs that Tiberius "ordered all the Jews to be banished out of Rome," taking "four thousand men out of them, and sent them to the island Sardinia; but punished a greater number of them, who were unwilling to become soldiers, on account of keeping the laws of their forefathers. Thus were these Jews banished out of the city ..." Cassius Dio writes of Tiberius, "As the Jews flocked to Rome in great numbers and were converting many of the natives to their ways, he banished most of them."[12] Some light may be shed on the animosity of Tiberius toward the Jews by Philo of Alexandria. Without giving details, Philo records Tiberius' lieutenant Sejanus as a major enemy of the Jews.[13] Since this passage was written after Tiberius' death and Philo readily engaged in direct posthumous criticism of Caligula, it is possible that Sejanus was the prime mover in these persecutions.
The historian Edward Gibbon divides the attitude of Romans to Jews into two periods. The first, from the reign of Nero (37-68 CE) to that of Antoninus Pius (86-161), he calls The rebellious spirit of the Jews
[...] the Jews discovered a fierce impatience of the dominion of Rome, which repeatedly broke out in the most furious massacres and insurrections[14]
This was followed by a period of The toleration of the Jewish religion when:
[...] gentle treatment insensibly assuaged the stern temper of the Jews. Awakened from their dream of prophecy and conquest, they assumed the behaviour of peaceable and industrious subjects.[15]
During the Bar Kokhba's revolt in the second century CE Roman soldiers murdered many Jews. Some authors have argued that Roman policy prefigured European antisemitism[16]. They cite for example the fact that Rome refused permission for the rebuilding of the Temple at Jerusalem after its destruction in 70 CE in the course of the suppression of a rebellion; the tax imposed on Jews at the same time ostensibly to finance the rebuilding of the temple of Jupiter Capitolinus, or the renaming of Judaea as Syria Palestina. Others have argued that Rome suppressed revolts in all conquered territories, that Tiberius’ explusion was of "all foreign religions", and that Rome did not single out Jews. Not only were Jews not wiped out: Jews of the Diaspora were given special privileges unknown to others: alone among subjects of the empire (and unlike Christians for much of the period) they were given the right to maintain their customs and religion, instead of being expected to accommodate themselves to those of the cities they resided in. Even in 70 CE some cities petitioned the Emperor to rescind Jewish privileges and were refused; though Hadrian outlawed circumcision along with castration as a mutilation normally visited on people unable to consent, following protests Jews were later exempted from this law[17].

The New Testament and early Christianity

Although the majority of the New Testament was written by Jews who became followers of Jesus, there are a number of passages in the New Testament that some see as antisemitic, or have been used for antisemitic purposes, most notably:
  • Jesus speaking to a group of Pharisees: "I know that you are descendants of Abraham; yet you seek to kill me, because my word finds no place in you. I speak of what I have seen with my Father, and you do what you have heard from your father. They answered him, "Abraham is our father." Jesus said to them, "If you were Abraham's children, you would do what Abraham did. ... You are of your father the devil, and your will is to do your father's desires. He was a murderer from the beginning, and has nothing to do with the truth, because there is no truth in him. When he lies, he speaks according to his own nature, for he is a liar and the father of lies. But, because I tell the truth, you do not believe me. Which of you convicts me of sin? If I tell the truth, why do you not believe me? He who is of God hears the words of God; the reason why you do not hear them is you are not of God." (John 8:37-39, 44-47, RSV)[citation needed]
  • Stephen speaking before a synagogue council just before his execution: "You stiff-necked people, uncircumcised in heart and ears, you always resist the Holy Spirit. As your fathers did, so do you. Which of the prophets did not your fathers persecute? And they killed those who announced beforehand the coming of the Righteous One, whom you have now betrayed and murdered, you who received the law as delivered by angels and did not keep it." (Acts 7:51-53, RSV)[citation needed]
  • "Behold, I will make those of the synagogue of Satan who say that they are Jews and are not, but lie — behold, I will make them come and bow down before your feet, and learn that I have loved you." (Revelation 3:9, RSV).[citation needed]
Some biblical scholars point out that Jesus and Stephen are presented as Jews speaking to other Jews, and that their use of broad accusations against Israel is borrowed from Moses and the later Jewish prophets (e.g. Deuteronomy 9:13-14; 31:27-29; 32:5, 20-21; 2 Kings 17:13-14; Isaiah 1:4; Hosea 1:9; 10:9). Jesus once calls his own disciple Peter 'Satan' (Mark 8:33). Other scholars hold that verses like these reflect the Jewish-Christian tensions that were emerging in the late first or early second century, and do not originate with Jesus. Today, nearly all Christian denominations de-emphasize verses such as these, and reject their use and misuse by antisemites.[citation needed]
Drawing from the Jewish prophet Jeremiah (31:31-34), the New Testament teaches that with the death of Jesus a New Covenant was established which rendered obsolete, and in many respects superseded, the first covenant established by Moses (Hebrews 8:7-13; Luke 22:20). Observance of the earlier covenant traditionally characterizes Judaism. This New Testament teaching, and later variations to it, are part of what is called supersessionism. However, the early Jewish followers of Jesus continued to practice circumcision and observe dietary laws, which is why the failure to observe these laws by the first Gentile Christians became a matter of controversy and dispute some years after Jesus' death (Acts 11:3; 15:1ff; 16:3).[citation needed]
The New Testament holds that Jesus' (Jewish) disciple Judas Iscariot (Mark 14:43-46), the Roman governor Pontius Pilate along with Roman forces (John 19:11; Acts 4:27) and Jewish leaders and people of Jerusalem were (to varying degrees) responsible for the death of Jesus (Acts 13:27); Diaspora Jews are not blamed for events which were clearly outside their control.[citation needed]
After Jesus' death, the New Testament portrays the Jewish religious authorities in Jerusalem as hostile to Jesus' followers, and as occasionally using force against them. Stephen is executed by stoning (Acts 7:58). Before his conversion, Saul puts followers of Jesus in prison (Acts 8:3; Galatians 1:13-14; 1 Timothy 1:13). After his conversion, Saul is whipped at various times by Jewish authorities (2 Corinthians 11:24), and is accused by Jewish authorities before Roman courts (e.g., Acts 25:6-7). However, opposition by Gentiles is also cited repeatedly (2 Corinthians 11:26; Acts 16:19ff; 19:23ff). More generally, there are widespread references in the New Testament to suffering experienced by Jesus' followers at the hands of others (Romans 8:35; 1 Corinthians 4:11ff; Galatians 3:4; 2 Thessalonians 1:5; Hebrews 10:32; 1 Peter 4:16; Revelation 20:4).[citation needed]
The first accusation of deicide against the Jewish people as a whole: that they were collectively responsible for the death of Jesus came in a sermon in 167 CE attributed to Melito of Sardis entitled Peri Pascha, On the Passover. This text blames the Jews for allowing King Herod and Caiaphas to execute Jesus, despite their calling as God's people. It says "you did not know, O Israel, that this one was the firstborn of God". The author does not attribute particular blame to Pontius Pilate, but only mentions that Pilate washed his hands of guilt.[18] The sermon is written in Greek, so does not use the Latin word for deicide, deicida. At a time when Christians were widely persecuted, Melito's speech was an appeal to Rome to spare Christians.[citation needed] The sermon demonstrates substantial misunderstanding (perhaps deliberate) of the central tenet of Christianity: that everyone, Jew or Gentile, is complicit in Jesus' sacrificial death (which, according to Christianity, he had the supernatural powers to avoid or prevent) and therefore no one person or race is more or less responsible.
According to a Latin dictionary, the Latin word deicidas was used by the fourth century, by Peter Chrystologus in his sermon number 172.[19]

Under the Christian Roman Empire

When Christianity became the state religion of Rome in the 4th century, Jews became objects of religious intolerance and political oppression. Christian literature began to display extreme hostility to Jews, and this occasionally resulted in attacks on Jews and the burning of synagogues.
Emperor Constantine I instituted several laws concerning Jews: they were forbidden to own Christian slaves or to circumcise their slaves. Conversion of Christians to Judaism was outlawed. Congregations for religious services were restricted, but Jews were allowed to enter Jerusalem on Tisha B'Av, the anniversary of the destruction of the Temple.
Discrimination became worse in the 5th century. Jews were barred from the civil service and the army. The Jewish Patriarchate was abolished and the scope of Jewish courts restricted. New synagogues were confiscated and old synagogues could be repaired only if they were in danger of collapse. Synagogues fell into ruin or were converted to churches.
Synagogues in the following places were destroyed: Tortona in 350, Rome in 388 and 500, Raqqa in 388, Minorca in 418, Daphne (near Antioch) in 489 and 507, Genoa in 500, Ravenna in 495, Tours in 585 and Orleans in 590.
Other synagogues were confiscated: Urfa in 411, several in Palestine between 419 and 422, Constantinople in 442 and 569, Antioch in 423, Vannes in 465, Diyarbakir in 500 Terracina in 590, Cagliari in 590 and Palermo in 590.[20]

Accusations of deicide

Main article: Jewish deicide
Deicide is the killing of a god. In the context of Christianity, deicide refers to the responsibility for the death of Jesus. The accusation of Jews in deicide has been the most powerful warrant for antisemitism by Christians.[21]

Middle Ages

Further information: Jews in the Middle Ages

Persecution of Jews in the Middle Ages

From the 9th century CE the Islamic world imposed dhimmi laws on both Christian and Jewish minorities. The 11th century saw pogroms against Jews in Al-Andalus; in Cordoba in 1011 and in Granada in 1066.[22][23][24] Decrees ordering the destruction of synagogues were enacted in the Middle Ages in Egypt, Syria, Iraq and Yemen. Jews were also forced to convert to Islam or face death in some parts of Yemen, Morocco and Baghdad at certain times.[25]
The Almohads, who had taken control of the Almoravids' Maghribi and Andalusian territories by 1147,[26] far surpassed the Almoravides in fundamentalist outlook, and they treated the dhimmis harshly. Faced with the choice of either death or conversion, many Jews and Christians emigrated.[27][28][29] Some, such as the family of Maimonides, fled east to more tolerant Muslim lands,[27] while others went northward to settle in the growing Christian kingdoms.[30][31]
During the Middle Ages in Europe there was full-scale persecution in many places, with blood libels, expulsions, forced conversions and massacres. A main justification of prejudice against Jews in Europe was religious. Jews were frequently massacred and exiled from various European countries. The persecution hit its first peak during the Crusades. In the First Crusade (1096) flourishing communities on the Rhine and the Danube were utterly destroyed; see German Crusade, 1096. In the Second Crusade (1147) the Jews in France were subject to frequent massacres. The Jews were also subjected to attacks by the Shepherds' Crusades of 1251 and 1320. The Crusades were followed by expulsions, including in, 1290, the banishing of all English Jews; in 1396, 100,000 Jews were expelled from France; and, in 1421 thousands were expelled from Austria. Many of the expelled Jews fled to Poland.[32]
As the Black Death epidemics devastated Europe in the mid-14th century, annihilating more than half of the population, Jews were used as scapegoats. Rumors spread that they caused the disease by deliberately poisoning wells. Hundreds of Jewish communities were destroyed by violence. Although Pope Clement VI tried to protect them by the July 6, 1348, papal bull and an additional bull in 1348, several months later, 900 Jews were burnt alive in Strasbourg, where the plague had not yet affected the city.[33]

Continuing accusations of deicide

Though not part of Roman Catholic dogma, many Christians, including members of the clergy, held Jews to be collectively responsible for killing Jesus.[34] According to this interpretation, both the Jews present at Jesus’ death and the Jewish people collectively and for all time had committed the sin of deicide, or God-killing. [35]
There was continuity in the hostile attitude to Judaism from the ancient Roman Empire into the medieval period. From the 9th century CE, the medieval Islamic world imposed dhimmi status on both Christian and Jewish minorities, though Jews were allowed to freely practice their religion to a greater extent in the Muslim world than in Christian Europe.[36] In the later Middle Ages in Christian Europe, there was full-scale persecution in many places, with blood libels, expulsions, forced conversions and massacres. A main justification of prejudice against Jews in Europe was religious.

Restriction to marginal occupations

Among socio-economic factors were restrictions by the authorities. Local rulers and church officials closed many professions to Jews, pushing them into marginal occupations considered socially inferior, such as tax and rent collecting and moneylending, tolerated then as a "necessary evil". Catholic doctrine of the time held that lending money for interest was a sin, and forbidden to Christians. Not being subject to this restriction, Jews dominated this business. The Torah and later sections of the Hebrew Bible criticise Usury but interpretations of the Biblical prohibition vary. Since few other occupations were open to them, Jews were motivated to take up money lending. This was said to show Jews were insolent, greedy, usurers, and subsequently lead to many negative stereotypes and propaganda. Natural tensions between creditors (typically Jews) and debtors (typically Christians) were added to social, political, religious, and economic strains. Peasants who were forced to pay their taxes to Jews could personify them as the people taking their earnings while remaining loyal to the lords on whose behalf Jews worked.

Disabilities and restrictions



The yellow badge Jews were forced to wear can be seen in this marginal illustration from an English manuscript.
Jews were subject to a wide range of legal restrictions throughout the Middle Ages, some of which lasted until the end of the 19th century. Jews were excluded from many trades, the occupations varying with place and time, and determined by the influence of various non-Jewish competing interests. Often Jews were barred from all occupations but money-lending and peddling, with even these at times forbidden. The number of Jews permitted to reside in different places was limited; they were concentrated in ghettos, and were not allowed to own land; they were subject to discriminatory taxes on entering cities or districts other than their own, were forced to swear special Jewish Oaths, and suffered a variety of other measures, including restrictions on dress.

Clothing

The Fourth Lateran Council in 1215 decreed that Jews and Moslems must wear distinguishing clothing.[37] The most common distinguishing clothing was the Jewish hat, which was already worn by many Jews as a self-identifying mark, but was now often made compulsory.[38] The Jewish badge was introduced in some places; it could be a coloured piece of cloth in the shape of a circle, strip, or the tablets of the law (in England), and was sewn onto the clothes.[39] Elsewhere special colours of robe were specified. Implementation was in the hands of local rulers but by the following century laws had been enacted covering most of Europe. In many localities, members of Medieval society wore badges to distinguish their social status. Some badges (such as those worn by guild members) were prestigious, while others were worn by ostracised outcasts such as lepers, reformed heretics and prostitutes. As with all sumptuary laws, the degree to which these laws were followed and enforced varied greatly, and is hard to generalise. Sometimes Jews sought to evade the badges by paying what amounted to bribes in the form of temporary "exemptions" to kings, which were revoked and re-paid whenever the king needed to raise funds.[citation needed] By the end of the Middle Ages the hat seems to have become rare, but the badge lasted longer, and remained in some places until the eighteenth century.

The Crusades

See also: German Crusade, 1096, History of the Jews and the Crusades, Siege of Jerusalem (1099), and Letter of the Karaite elders of Ascalon
The Crusades were a series of military campaigns sanctioned by the papacy that took place from the end of the 11th century until the 13th century. They began as endeavors to recapture Jerusalem from the Muslims but developed into territorial wars.
The mobs accompanying the first three Crusades, and particularly the People's Crusade accompanying the first Crusade, attacked Jewish communities in Germany, France, and England, and killed many Jews. Entire communities, like those of Treves, Speyer, Worms, Mayence, and Cologne, were murdered by armed mobs. About 12,000 Jews are said to have perished in the Rhineland cities alone between May and July, 1096. Before the Crusades, Jews had practically a monopoly on the trade in Eastern products, but the closer connection between Europe and the East brought about by the Crusades raised up a class of Christian merchant traders, and from this time onward restrictions on the sale of goods by Jews became frequent.[citation needed] The religious zeal formented by the Crusades at times burned as fiercely against Jews as against Muslims, though attempts were made by bishops during the first Crusade and by the papacy during the second Crusade to stop Jews from being attacked. Both economically and socially the Crusades were disastrous for European Jews. They prepared the way for the anti-Jewish legislation of Pope Innocent III, and formed the turning point in the medieval history of the Jews.
Saint Louis University Professor Thomas Madden, author of A Concise History of the Crusades, claims the Jewish defenders of Jerusalem retreated to their synagogue to "prepare for death" once the Crusaders had breached the outer walls of the city during the siege of 1099.[40] The chronicle of Ibn al-Qalanisi mentions the building was set fire while the Jews were still inside.[41] The Crusaders were supposedly reported as hoisting up their shields and singing “Christ We Adore Thee!” while they circled the fiery complex."[42] However, a contemporary Jewish letter written shortly after the siege does not mention the burning synagogue. But playing on the religious schism between the two sects of Judaism,[43] Arabist S.D. Goitein speculates the reason the incident is missing from the letter is because it was written by Karaite Jews and the synagogue belonged to the Rabbinite Jews.[44]
Following the siege, Jews captured from the Dome of the Rock, along with native Christians, were made to clean the city of the slain.[45] Tancred took some Jews as prisoners of war and deported them to Apuleia in southern Italy. Several of these Jews did not make it to their final destination as “Many of them were […] thrown into the sea or beheaded on the way.”[45] Numerous Jews and their holy books (including the Aleppo Codex) were held ransom by Raymond of Toulouse.[46] The Karaite Jewish community of Ashkelon (Ascalon) reached out to their coreligionists in Alexandria to first pay for the holy books and then rescued pockets of Jews over several months.[45] All that could be ransomed were liberated by the summer of 1100. The few who could not be rescued were either converted to Christianity or murdered.[47]
In the County of Toulouse (now part of southern France) Jews were well-received until the Albigensian Crusade. Toleration and favour shown to Jews was one of the main complaints of the Roman Church against the Counts of Toulouse. Following the Crusaders' successful wars against Raymond VI and Raymond VII, the counts were required to discriminate against Jews like other Christian rulers. In 1209, stripped to the waist and barefoot, Raymond VI was obliged to swear that he would no longer allow Jews to hold public office. In 1229 his son Raymond VII, underwent a similar ceremony. Explicit provisions on the subject were included in the Treaty of Meaux (1229). By the next generation a new, zealously Catholic, ruler was arresting and imprisoning Jews for no crime, raiding their houses, seizing their cash, and removing their religious books. They were then released only if they paid a new "tax". A historian has argued that organised and official persecution of the Jews became a normal feature of life in southern France only after the Albigensian Crusade because it was only then that the Church became powerful enough to insist that measures of discrimination be applied.[48]

The demonizing of Jews

From around the 12th century through the 19th there were Christians who believed that some (or all) Jews possessed magical powers; some believed that they had gained these magical powers from making a deal with the devil. See also Judensau, Judeophobia.

Blood libels

On many occasions, Jews were accused of a blood libel, the supposed drinking of the blood of Christian children in mockery of the Christian Eucharist. (Early Christians had been accused of a similar practice based on pagan misunderstanding of the Eucharist ritual.)[citation needed] According to the authors of these blood libels, the 'procedure' for the alleged sacrifice was something like this: a child who had not yet reached puberty was kidnapped and taken to a hidden place. The child would be tortured by Jews, and a crowd would gather at the place of execution (in some accounts the synagogue itself) and engage in a mock tribunal to try the child. The child would be presented to the tribunal naked and tied and eventually be condemned to death. In the end, the child would be crowned with thorns and tied or nailed to a wooden cross. The cross would be raised, and the blood dripping from the child's wounds would be caught in bowls or glasses and then drunk. Finally, the child would be killed with a thrust through the heart from a spear, sword, or dagger. Its dead body would be removed from the cross and concealed or disposed of, but in some instances rituals of black magic would be performed on it. This method, with some variations, can be found in all the alleged Christian descriptions of ritual murder by Jews.
The story of William of Norwich (d. 1144) is often cited as the first known accusation of ritual murder against Jews. The Jews of Norwich, England were accused of murder after a Christian boy, William, was found dead. It was claimed that the Jews had tortured and crucified their victim. The legend of William of Norwich became a cult, and the child acquired the status of a holy martyr. Recent analysis has cast doubt on whether this was the first of the series of blood libel accusations but not on the contrived and antisemitic nature of the tale.[49]
During the Middle Ages blood libels were directed against Jews in many parts of Europe. The believers of these accusations reasoned that the Jews, having crucified Jesus, continued to thirst for pure and innocent blood and satisfied their thirst at the expense of innocent Christian children. Following this logic, such charges were typically made in Spring around the time of Passover, which approximately coincides with the time of Jesus' death. [50]
The story of Little Saint Hugh of Lincoln (d. 1255) said that after the boy was dead, his body was removed from the cross and laid on a table. His belly was cut open and his entrails removed for some occult purpose, such as a divination ritual. The story of Simon of Trent (d. 1475) emphasized how the boy was held over a large bowl so all his blood could be collected.

Host desecration



A 15th century German woodcut showing an alleged host desecration. In the first panel the hosts are stolen, in the second the hosts bleed when pierced by a Jew, in the third the Jews are arrested, and in the fourth they are burned alive.
Jews were sometimes falsely accused of desecrating consecrated hosts in a reenactment of the Crucifixion; this crime was known as host desecration and carried the death penalty.

Expulsions from France and England

Further information: History of the Jews in France
Further information: History of the Jews in England
The practice of expelling Jews accompanied by confiscation of their property, followed by temporary readmissions for ransom, was utilized to enrich the French crown during 12th-14th centuries. The most notable such expulsions were: from Paris by Philip Augustus in 1182, from the entirety of France by Louis IX in 1254, by Charles IV in 1306, by Charles V in 1322, by Charles VI in 1394.
To finance his war against Wales in 1276, Edward I of England taxed Jewish moneylenders. When the moneylenders could no longer pay the tax, they were accused of disloyalty. Already restricted to a limited number of occupations, Edward also abolished their "privilege" to lend money, restricted their movements and activities and forced Jews to wear a yellow patch. The heads of Jewish households were then arrested with over 300 being taken to the Tower of London and executed. Others were killed in their homes. All Jews were banished from the country in 1290[51], when thousands were killed or drowned while fleeing. All money and property of the dispossessed Jews was confiscated. No known Jews were to be found in England until 1655, when Oliver Cromwell reversed the policy.

The Black Death

Main article: Black Death
As the Black Death epidemics devastated Europe in the mid-14th century, annihilating more than a half of the population, Jews were taken as scapegoats. Rumors spread that Jews caused the disease by deliberately poisoning wells. Hundreds of Jewish communities were destroyed by violence, in particular in the Iberian peninsula and in the Germanic Empire. In Provence, 40 Jews were burnt in Toulon as soon as April 1348.[33] "Never mind that Jews were not immune from the ravages of the plague ; they were tortured until they "confessed" to crimes that they could not possibly have committed. In one such case, a man named Agimet was ... coerced to say that Rabbi Peyret of Chambery (near Geneva) had ordered him to poison the wells in Venice, Toulouse, and elsewhere. In the aftermath of Agimet’s "confession," the Jews of Strasbourg were burned alive on February 14, 1349.[52]
Although the Pope Clement VI tried to protect them by the July 6, 1348 papal bull and another 1348 bull, several months later, 900 Jews were burnt in Strasbourg, where the plague hadn't yet affected the city.[33] Clement VI condemned the violence and said those who blamed the plague on the Jews (among whom were the flagellants) had been "seduced by that liar, the Devil."

Early modern period


Expulsions

In 1492, Ferdinand II of Aragon and Isabella of Castile issued an edict of expulsion of Jews from Spain, giving Jews four months to either convert to Christianity or leave the country. Many Jews fled the country, some going to the Ottoman Empire, some to the Land of Israel, and other Mediterranean lands. Those who remained and converted to Christianity became subject to the Spanish Inquisition, which was a judge of the sincerity of the conversion.
Portugal followed suit in December 1496. However, those expelled could only leave the country in ships specified by the King. When those who chose to leave the country arrived at the port in Lisbon, they were met by clerics and soldiers who used force, coercion and promises to baptize them and prevent them from leaving the country. This episode technically ended the presence of Jews in Portugal. Afterwards, all converted Jews and their descendants would be referred to as New Christians or marranos. They were given a grace period of thirty years during which no inquiry into their faith would be allowed. This period was later extended until 1534. However, a popular riot in 1504 resulted in the death of up to five thousand Jews, and the execution of the leaders of the riot by King Manuel. Those labeled as New Christians would be under the surveillance of the Portuguese Inquisition (established in 1536) until 1821. Most would eventually leave the country during these three centuries, fleeing to the Netherlands or the Ottoman Empire, among other places (see History of the Jews in Portugal).

Anti-Judaism and the Reformation



Luther's 1543 pamphlet On the Jews and Their Lies
Martin Luther, an Augustinian monk and an ecclesiastical reformer whose teachings inspired the Reformation, wrote antagonistically about Jews in his book On the Jews and their Lies, which describes the Jews in extremely harsh terms, excoriates them, and provides detailed recommendations for a pogrom against them and their permanent oppression and/or expulsion. According to Paul Johnson, it "may be termed the first work of modern antisemitism, and a giant step forward on the road to the Holocaust."[53] In his final sermon shortly before his death, however, Luther preached "We want to treat them with Christian love and to pray for them, so that they might become converted and would receive the Lord."[54] Still, Luther's harsh comments about the Jews are seen by many as a continuation of medieval Christian antisemitism. In the twentieth century, Luther's statements regarding the Jews were used by the Nazis in their antisemitic propaganda.
See also: Martin Luther and the Jews and Martin Luther and Antisemitism

Canonization of Simon of Trent

Simon of Trent was a boy from the city of Trento, Italy who was found dead at the age of two, having been kidnapped, mutilated, and drained of blood. His disappearance was blamed on the leaders of the city's Jewish community, based on confessions extracted under torture. This case fueled the rampant antisemitism of the time. Simon was regarded as a saint, and was canonized by Pope Sixtus V in 1588.

Seventeenth century

In the mid 1600s, Peter Stuyvesant, the last Dutch Director-General of the colony of New Amsterdam, sought to bolster the position of the Dutch Reformed Church by trying to reduce religious competition from denominations such as Jews, Lutherans, Catholics and Quakers. He stated that Jews were "deceitful", "very repugnant", and "hateful enemies and blasphemers of the name of Christ". He warned in a subsequent letter that in "giving them liberty we cannot (then) refuse the Lutherans and Papists". However, religious plurality was already a legal-cultural tradition in New Amsterdam and in the Netherlands. His superiors at the Dutch West India Company in Amsterdam overruled him in all matters of intolerance.
During the mid-to-late 17th century the Polish-Lithuanian Commonwealth was devastated by several conflicts, in which the Commonwealth lost over a third of its population (over 3 million people), and Jewish losses were counted in hundreds of thousands. First, the Chmielnicki Uprising when Bohdan Khmelnytsky's Cossacks massacred tens of thousands of Jews in the eastern and southern areas he controlled (today's Ukraine). The precise number of dead may never be known, but the decrease of the Jewish population during that period is estimated at 100,000 to 200,000, which also includes emigration, deaths from diseases and jasyr (captivity in the Ottoman Empire).[55][56]

Eighteenth century

In 1744, Frederick II of Prussia limited the number of Jews allowed to live in Breslau to only ten so-called "protected" Jewish families and encouraged a similar practice in other Prussian cities. In 1750 he issued the Revidiertes General Privilegium und Reglement vor die Judenschaft: the "protected" Jews had an alternative to "either abstain from marriage or leave Berlin" (quoting Simon Dubnow). In the same year, Archduchess of Austria Maria Theresa ordered Jews out of Bohemia but soon reversed her position, on the condition that Jews pay for their readmission every ten years. This extortion was known as malke-geld (queen's money). In 1752 she introduced the law limiting each Jewish family to one son. In 1782, Joseph II abolished most of these persecution practices in his Toleranzpatent, on the condition that Yiddish and Hebrew were eliminated from public records and that judicial autonomy was annulled. Moses Mendelssohn
wrote that "Such a tolerance... is even more dangerous play in tolerance than open persecution."
In 1772, the empress of Russia Catherine II forced the Jews of the Pale of Settlement to stay in their shtetls and forbade them from returning to the towns that they occupied before the partition of Poland.[57]

Nineteenth century

Historian Martin Gilbert writes that it was in the 19th century that the position of Jews worsened in Muslim countries.
There was a massacre of Jews in Baghdad in 1828.[58] In 1839, in the eastern Persian city of Meshed, a mob burst into the Jewish Quarter, burned the synagogue, and destroyed the Torah scrolls. It was only by forcible conversion that a massacre was averted.[59] There was another massacre in Barfurush in 1867.[58]
In the middle of the 19th century, J. J. Benjamin wrote about the life of Persian Jews:
"…they are obliged to live in a separate part of town…; for they are considered as unclean creatures… Under the pretext of their being unclean, they are treated with the greatest severity and should they enter a street, inhabited by Mussulmans, they are pelted by the boys and mobs with stones and dirt… For the same reason, they are prohibited to go out when it rains; for it is said the rain would wash dirt off them, which would sully the feet of the Mussulmans… If a Jew is recognized as such in the streets, he is subjected to the greatest insults. The passers-by spit in his face, and sometimes beat him… unmercifully… If a Jew enters a shop for anything, he is forbidden to inspect the goods… Should his hand incautiously touch the goods, he must take them at any price the seller chooses to ask for them... Sometimes the Persians intrude into the dwellings of the Jews and take possession of whatever please them. Should the owner make the least opposition in defense of his property, he incurs the danger of atoning for it with his life... If... a Jew shows himself in the street during the three days of the Katel (Muharram)…, he is sure to be murdered."[60]
In 1840, the Jews of Damascus were falsely accused of having murdered a Christian monk and his Muslim servant and of having used their blood to bake Passover bread. A Jewish barber was tortured until he "confessed"; two other Jews who were arrested died under torture, while a third converted to Islam to save his life. Throughout the 1860s, the Jews of Libya were subjected to what Gilbert calls punitive taxation. In 1864, around 500 Jews were killed in Marrakech and Fez in Morocco. In 1869, 18 Jews were killed in Tunis, and an Arab mob looted Jewish homes and stores, and burned synagogues, on Jerba Island. In 1875, 20 Jews were killed by a mob in Demnat, Morocco; elsewhere in Morocco, Jews were attacked and killed in the streets in broad daylight. In 1891, the leading Muslims in Jerusalem asked the Ottoman authorities in Constantinople to prohibit the entry of Jews arriving from Russia. In 1897, synagogues were ransacked and Jews were murdered in Tripolitania.[59]
Benny Morris writes that one symbol of Jewish degradation was the phenomenon of stone-throwing at Jews by Muslim children. Morris quotes a 19th century traveler: "I have seen a little fellow of six years old, with a troop of fat toddlers of only three and four, teaching [them] to throw stones at a Jew, and one little urchin would, with the greatest coolness, waddle up to the man and literally spit upon his Jewish gaberdine. To all this the Jew is obliged to submit; it would be more than his life was worth to offer to strike a Mahommedan."[58]
In 1850, the German composer Richard Wagner published Das Judenthum in der Musik ("Jewishness in Music") under a pseudonym in the Neue Zeitschrift für Musik. The essay began as an attack on Jewish composers, particularly Wagner's contemporaries (and rivals) Felix Mendelssohn and Giacomo Meyerbeer, but expanded to accuse Jews of being a harmful and alien element in German culture.


Antisemitic political cartoon in the US presidential election campaign, 1896
During the American Civil War, Major General Ulysses S. Grant issued an order (quickly rescinded by President Abraham Lincoln) expelling Jews from areas under his control:
The Jews, as a class violating every regulation of trade established by the Treasury Department and also department orders, are hereby expelled …within twenty-four hours from the receipt of this order.
Grant later issued an order "that no Jews are to be permitted to travel on the road southward." His aide, Colonel John V. DuBois, ordered "all cotton speculators, Jews, and all vagabonds with no honest means of support", to leave the district. "The Israelites especially should be kept out…they are such an intolerable nuisance." Nevertheless, when he ran for President in the election of 1868, Grant was able to carry the Jewish vote and appointed several Jews.
Some Jewish traders were forced to relocate forty miles. In Paducah, Kentucky, military officials gave the town's thirty Jewish families — all long-term residents, none of them speculators and at least two of them Union Army veterans — 24 hours to leave. A group of Paducah's Jewish merchants successfully appealed in person to Lincoln two days after the Emancipation Proclamation went into effect.

Twentieth century

In 1913, the Beilis Trial in Russia showed that it was still quite possible to revive the blood libel accusation.
In the first half of the twentieth century, in the USA, Jews were discriminated against in employment, access to residential and resort areas, membership in clubs and organizations, and in tightened quotas on Jewish enrollment and teaching positions in colleges and universities. The Leo Frank lynching by a mob of prominent citizens in Marietta, Georgia in 1915 turned the spotlight on antisemitism in the United States and led to the founding of the Anti-Defamation League. The case was also used to build support for the renewal of the Ku Klux Klan which had been inactive since 1870.

Russia and Eastern Europe

Antisemitism was commonly used as an instrument for personal conflicts in Soviet Russia,[original research?] starting from conflict between Stalin and Trotsky ("Jews are trotskists, trotskists are Jews") and continuing through numerous conspiracy theories spread by official propaganda.[citation needed] Departament IV of NKVD was called "Jewsekcia" for its activity in "cleansing" party structures from Jews.[citation needed] Antisemitism in the USSR reached its peak after 1948 during the campaign against "rootless cosmopolitan", when several hundred Yiddish-writing poets, writers, painters and sculptors were killed.
After the war, the Kielce pogrom and "March 1968 events" in communist Poland represented a further incidents of antisemitism in Europe. The common theme behind the anti-Jewish violence in the postwar Poland were blood libel rumours [61] [62] .

Interbellum period

Antisemitism in the United States reached its peak during the interwar period. The pioneer automobile manufacturer Henry Ford propagated antisemitic ideas in his newspaper The Dearborn Independent. The radio speeches of Father Coughlin in the late 1930s attacked Franklin D. Roosevelt's New Deal and the notion of a Jewish financial conspiracy.
In the 1940s, the aviator Charles Lindbergh and many prominent Americans led The America First Committee in opposing any involvement in the war against Fascism. During his July 1936 visit he wrote letters saying that there was “more intelligent leadership in Germany than is generally recognized.”
"While I still have my reservations, I have come away with great admiration for the German people. .. Hitler must have far more vision and character than I thought….With all the things we criticize he is undoubtedly a great man…. He is a fanatic in many ways and anyone can see there is fanaticism in Germany today…. On the other hand, Hitler has accomplished results (good and bad), which could hardly have been accomplished without some fanaticism."
America First avoided any appearance of antisemitism and voted to drop Henry Ford as a member for as much. Ford continued his good friendship with the prominent America First member Lindbergh. Lindbergh visited Ford in the summer of 1941. “One month later; Lindbergh gave a speech in Des Moines, Iowa in which he expressed the decidedly Ford-like view that, ‘The three most important groups which have been pressing this country towards war are the British, the Jews, and the Roosevelt Administration.’” In an expurgated portion of his published diaries Lindbergh wrote: “We must limit to a reasonable amount the Jewish influence….Whenever the Jewish percentage of the total population becomes too high, a reaction seems to invariably occur. It is too bad because a few Jews of the right type are, I believe, an asset to any country.”
The German American Bund held parades in New York City in the late 1930s which featured Nazi uniforms and flags featuring swastikas along side American flags. The zenith of the Bund's history occurred in 1939 at Madison Square Garden. Some 20,000 people heard Bund leader Fritz Kuhn criticize President Franklin Delano Roosevelt by repeatedly referring to him as “Frank D. Rosenfeld”, calling his New Deal the "Jew Deal", and espousing his belief in the existence of a Bolshevik-Jewish conspiracy in America. The New York district attorney prosecuted Kuhn. The US House Committee on Un-American Activities (HUAC) was very active in denying the Bund's ability to operate. With the start of the US involvement in World War II most of the Bund's members were placed in internment camps, and some were deported at the end of the war.
Sometimes, during race riots, as in Detroit in 1943, Jewish businesses were targeted for looting and burning.




Chronologie des expulsions des Juifs


576 Avit, évêque de Clermont Ferrand, impose aux 500 Juifs de sa ville de se convertir ou d’être expulsés.

600 Expulsion des Juifs d’antioche. Des émeutes antijuives éclatent en Syrie et en Anatolie.

629 Le roi Dagobert demande aux Juifs de se convertir au christianisme et expulse ceux qui refusent la conversion. Les Juifs expulsés par Dagobert se réfugient surtout vers l’est, dans la vallée du Rhin, et dans le sud, en provence. Ces mesures prennent effet dans une atmosphère de renforcement des pouvoirs de l’église : Quelques années auparavant, un concile avait adopté une résolution, non appliquée, interdisant la nomination de Juifs à des fonctions civiles ou militaires.

Avant 883 Expulsion des Juifs de Sens.

1009 Expulsion des Juifs de Limoges. Les Juifs sont également accusés d’avoir participé à la destruction du Saint- Sépulcre, détruit par les Musulmans.

1182 Philippe II – Auguste – chasse les Juifs du domaine royal. Le domaine royal s’étendra beaucoup sous le règne de Philippe II. Cependant, à l'époque où le décret d’expulsion est prononcé, le domaine royal comprend la région entre Paris et Orléans, avec une partie de la champagne.

1229 Jérusalem est reprise par les croisés. Les Juifs sont à nouveau interdits de séjour.

1230 ordonnance de Saint Louis définissant les juifs comme serfs subordonnés au roi et au seigneur.

1239 Un Juif apostat, Nicolas Donin, cherche à nuire aux Juifs et au Judaïsme. Il fait parvenir au Pape Grégoire IX une liste de 35 articles contre le Talmud.

Le pape Grégoire IX demande dans une lettre aux rois et aux évêques de France, d’Angleterre et d’Espagne, de confisquer tous les exemplaires du Talmud qu’ils trouveront. Il leur ordonne une enquête sur son contenu. Louis IX donnera suite à la demande du pape, ce qui aboutira à la disputation l’année suivante.

1240 Disputation du Talmud à Paris, opposant un Juif apostat, Nicolas Donin, à quatre rabbins, dont le célèbre Yehiel de Paris. Les juges sont des évêques. Donin raille le Talmud et le présente comme un livre outrageant pour le christianisme. Yehiel essaie de se défendre mais ne parvient pas à défendre son point de vue. Le Talmud est condamné à être brûlé.

1242 Louis IX fait brûler 24 charrettes d’exemplaires du Talmud à Paris, en place de Grève.

1261 Thomas D’Aquin publie : Du Régime des Juifs. Le duc de Brabant avait projeté d’expulser les Juifs à moins qu’ils ne renoncent à l’usure. Sa veuve, qui exerce la régence, demande conseil à Thomas d’Aquin. Il l’autorise à prélever un impôt spécial sur les Juifs en compensation des sommes extorquées par l’usure.

1263 Disputation du Talmud à Bercelone entre un Juif apostat, Pablo Christiani, et une autorité du judaïsme, Nahmanide. La disputation s’ouvre en présence du roi Jacques 1er le conquérant. Les sources chrétiennes laissent le témoignage flou d’un Nahmanide confondu et penaud qui est contraint de s’enfuir de Barcelone. Nahmanide, en revanche, expose les questions chrétiennes ainsi que les réponses et les réfutations qu’il y a apporté. Il y expose l’impossibilité d’un roi messie qui soit à la foi humain et divin. Il y explique aussi le fait que le règne du Messie doit amener la paix et met cette affirmation en perspective de la dure réalité des persécutions sous l’Europe chrétienne. Le roi Jacques 1er voyant que la controverse tourne au désavantage des Chrétiens y aurait mis fin. Nahmanide sera condamné à l’exil pour avoir osé affirmer qu’il l’avait emporté dans la disputation. Pablo Christiani obtiendra, quant à lui, le droit du pape de confisquer des exemplaires du Talmud et de contraindre les Juifs à le laisser rentrer dans les Synagogues et à écouter ses diatribes.

1264 Le duc Boleslave V de Pologne octroie à Kalisc une charte aux Juifs installés sur ses terres. Cette charte défend expressément les droits des Juifs et n’ignore pas les possibilités d’antisémitisme du côté Chrétien : Un Chrétien ne peut pas témoigner contre un Juif si son témoignage n’est pas accompagné de celui d’un Juif (article 1) ; Les Juifs ont la liberté totale de circulation et ne doivent pas faire l’objet d’imposition spéciale (article 12) ; Il est interdit d’accuser les Juifs de boire du sang humain (article 31), les Chrétiens qui ne secourent pas leurs voisins Juifs sont imposables d’une amende (article 35).

1284 Des émeutes contre les Juifs éclatent à Bagdad.

1286 Le pape Honorius IV ordonne de brûler le Talmud.



18/07/1290 Expulsion des Juifs d’Angleterre par le roi Edouard 1er. Il autorise les Juifs à emporter l’argent qu’ils possèdent. Leurs maisons et leurs créances sont confisquées par le trésor royal. Le roi Edouard leur fournit des bateaux pour quitter l’île. Sur de nombreux bateaux, l’équipage les dévalise et les jette par-dessus bord.

21/06/1306 Philippe IV de France (le Bel) expulse les Juifs de France, confisque leurs biens et s’approprie leurs créances. 100 000 Juifs environ sont expulsés et prennent en majorité le chemin de l’Espagne. Beaucoup s’installent dans des régions attenantes à la France, au cas où il leur serait permis de rentrer en France.

1321 Une rumeur accuse les lépreux d’empoisonner les puits pour le compte des Juifs et des Musulmans d’Espagne. Des centaines de Juifs sont torturés et tués, les autres sont extorqués et seront bientôt chassés de France.

1322 Nouvelle expulsion des Juifs de France.

1380 Les Juifs sont expulsés de la ville livre d’Ulm

1384 Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Magdebourg.

1388 Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Strasbourg.

17/09/1394 Charles VI expulse définitivement les Juifs de France. Cette expulsion vient sur fond de mécontentement populaire dû à la guerre de cent ans : les finances sont mauvaises, le peuple est pauvre et les Juifs, prêteurs d’argent, ont le plus mauvais rôle. Leur expulsion est réclamée. Le retour d’un Juif baptisé, Denis Machault, au judaïsme, scelle définitivement le sort des Juifs et mène à cette expulsion.

1410 Les Juifs sont expulsés de la ville libre d’Augsbourg.

1420 Les Juifs sont expulsés de l’archevéché de Mayence

1432 Les Juifs sont expulsés de Saxe.

1434 Les Juifs sont expulsés de la ville libre de Spire.

1483 Les Juifs sont expulsés d’Andalousie.

1491 La Bretagne est réunie à la couronne de France. L’Edit d’Expulsion des Juifs de 1394 y est alors appliqué.

31/03/1492 Isabelle la Catholique et Ferdinand d’Aragon signent le Décret de l'Alhambra qui laisse jusqu’au 31 juillet aux Juifs pour se convertir ou quitter le territoire espagnol. Le décret sera abolit en 1967.

01/04/1492 Échec des efforts d'abrogation du décret d’expulsion.

02/08/1492 Derniers départs des expulsés d’Espagne.

20/03/1492 Torquemada présente à Ferdinand et Isabelle son projet d’expulsion des Juifs d’Espagne.

29/04/1492 Le Décret de l'Alhambra est rendu public. Les Juifs d’Espagne ont le choix entre la conversion et l’exil : Jusqu’à début août, environ 185 000 Juifs choisiront la route de l’Exil, dont près de la moitié iront dans l’empire ottoman, 20 000 mourront en chemin, 50 000 se convertiront.

1493 Expulsion des Juifs de Sicile et de Sardaigne. Les deux pays appartenant à la couronne d’Aragon, l’expulsion des Juifs de ces îles découle directement du décret d’expulsion des Juifs espagnols.

1492 Expulsion des juifs d’Espagne

1493 Expulsion des Juifs d’Arles.

1493 Expulsion des Juifs de Sicile et de Sardaigne. Les deux pays appartenant à la couronne d’Aragon, l’expulsion des Juifs de ces îles découle directement du décret d’expulsion des Juifs espagnols.

1494 Expulsion des Juifs de Florence.

1495 Expulsion des juifs de Lituanie par le grand duc de Lituanie : entre
10 000 et 30 000 juifs expulsés.

1496 Décret d’expulsion pour les 20 000 juifs du Portugal.

1496 Expulsion des juifs de Tarascon.

1498 Sur ordre du roi Manuel, les autorités portugaises enlèvent les enfants Juifs destinés à l’expulsion et les convertissent de force. Manuel espère ainsi retenir leurs parents. Une partie restera et se convertira mais la plupart prendra le chemin de l’exil. Manuel retiendra les Juifs destinés à l’exil, les parquera sans eau et sans nourriture, et envoie des Juifs convertis les sermonner. Ce procédé n’ayant pas porté ses fruits, les Juifs sont convertis de force et seul un nombre infime s’enfuira du pays.

1501 Louis XII expulse les juifs de Provence qui ne veulent pas se
convertir. La Provence a été rattachée à la couronne de France en 1499.
L’Edit d’expulsion de Charles VI (1394) y entre alors en vigueur.

1510 Expulsion des juifs du royaume de Naples.

1519 Expulsion des juifs de Ratisbonne.

1541 Charles Quint ordonne l’expulsion des Juifs vivant dans les possessions espagnoles en Italie méridionale.

1551 Expulsion des juifs Württemberg.

1555 Expulsion des juifs de Bavière.

1573 Expulsion des juifs de Brandebourg.

1590 Expulsion des juifs de Brunswick

1615 Louis XIII renouvelle l’édit d’expulsion des Juifs de France, sans lui donner de suite pratique. Il n’y a en France que les Juifs comtadins et des conversos réfugiés après l’Edit d’expulsion du Portugal dans la région de Bordeaux et de Biarritz.

01/06/1239


1242: Louis IX fait brûler 24 charrettes d’exemplaires du Talmud à Paris, en place de Grève.

De l'autodafé de Saint Louis à la censure papale

Au XIIIe siècle, Paris est un centre renommé d'études talmudiques. Les docteurs de la loi y ont une réputation de fins connaisseurs du Livre. Ils vont malgré tout être victimes de persécutions de la part des catholiques. Ainsi, en 1242, avec l'aval du roi de France Louis IX (Saint Louis), la place de Grève est le théâtre d'un gigantesque autodafé: 24 charrettes pleines de manuscrits talmudiques sont acheminées jusqu'au bûcher, au milieu des cris et des vivats.
Cette destruction massive a pour origine la méfiance des autorités de l'Eglise et du royaume à l'encontre du judaïsme. Des juifs convertis au catholicisme les ont en effet mis en garde contre l'importance du Talmud dans cette religion. Ils défient donc dans des "disputations" publiques (sortes de joutes oratoires) les rabbins sur le contenu du livre. L'une des premières a lieu en 1240. Elle oppose, à Paris, le rabbin Yehiel, responsable d'un centre d'études talmudiques, à l'un de ses ex-disciples, Nicolas Donin. Ce dernier prétend que le Talmud est antichrétien et incite les juifs au meurtre des non-juifs. Le rabbin a beau réfuter ces allégations, les manuscrits sont livrés aux flammes.
Plus d'un siècle et demi plus tard (1415), le pape Martin V interdit aux juifs de lire le Talmud. En 1553, des milliers d'exemplaires sont brûlés en Italie. En 1565, Pie IV ordonne que le Talmud soit privé de son nom. L'Eglise impose des éditions expurgées de toute référence au christianisme et à Jésus. La première est fabriquée à Bâle (Suisse) entre 1578 et 1581. Les juifs ont désormais entre les mains un Talmud censuré, tronqué. Un livre qui n'est plus leur livre, jusqu'au XVIIIe siècle.

Talmud was promoted/published in Papal/Catholic Italy



Crimes rituels









Une haine sans borne contre les Évangiles et les chrétiens


Jésus les dénonçait



Video - Le Talmud



Video - What Famous Men Have to Say About Jews


 Liste d'antisémites célèbres




 Michael Collins Piper, The Confessions of an Anti-Semite
(...)