jeudi 31 mars 2011

La Syrie: prochaine cible du plan sioniste de chaotisation-remodelage du Moyen-Orient?

Le président Assad accuse Israël d'être à l'origine du chaos qui menace d'engouffrer son pays.

http://3.bp.blogspot.com/_Uy2jpMqNnio/TK-cWrbjFII/AAAAAAAAA9A/a-gnIUnb0Os/s1600/nasrallah.assad.dwarf.jpg




Youtube-The Neocon Agenda (Dr Stephen Sniegoski): Irak, Iran, Syria, and the whole MidEast

VIDEO - Et maintenant la Syrie - Un troisième guerre mondiale qui ne porte pas encore son nom


Bachar Al Assad : oui aux réformes, oui à l’unité nationale non aux complots étrangers

Syria: Israel behind anti-government rallies

Neocons Target Assad Regime

Assad vows to defeat foreign ‘plot’

Assad blames ‘conspirators’ for Syria unrest

Assad decries 'conspiracy' In first address to nation since wave of anti-government protests broke out, Bashar Assad blames 'conspirators' trying to destroy country, says Israel 'has been inciting for weeks against Syria'

Assad: Syria protests aim to enforce an 'Israeli agenda'

Lieberman: West should deal with Iran and Syria like Libya

Lieberman Suggests No-Fly Zone an Option in Syria if Violence Escalates

Flashback: Syrie--Kristol veut déclencher la prochaine guerre mondiale

Venezuela Says U.S., Allies Repeating Libya Strategy in Syria

Syria regime fights back with pro-Assad rallies'The Israeli Mossad must fall,' read another banner...

Egyptian arrested in Syria for allegedly spying for Israel‎

Israel provoque la Syrie et le Liban

La Syrie, prochaine cible de l'OTAN ?

Hugo Chavez craint pour la Syrie

'Syrian unrest a Western plot' Tehran says recent wave unrest in Syria a 'mischievous act of Americans and Zionists'

Le complot israélo-saoudien pour renverser l'ordre syrien

Globalist War Machine Fixates on Syria

‘Syrian Protestors Proxy for US/Israel’

Syrian protesters set sights on riskier goal: Unseating Assad

Senate hawks push Obama on Syria

‘US, Israel trying to blackmail Syria’

EU member states to impose arms embargo on Syria in response to brutal crackdowns

U.S. imposes sanctions on Syrian figures after more bloodshed

Syria Intervention Inevitable - And The Greater World War

SYRIA: Who is Behind The Protest Movement? Fabricating a Pretext for a US-NATO "Humanitarian Intervention"

VIDEO: Humanitarian Intervention in Syria and Libya

Pro-Israel groups praised the Obama administration for stiffening Syria's isolation.

Uprisings in Syria Appear to Be The Work of Foreign Agitators

Prelude to more war–US warns Syria over protest killings

Iran warns of Israel’s divisive plots

Les États-Unis financent l’opposition syrienne depuis 2006

SYRIA: Who is Behind The Protest Movement? Fabricating a Pretext for a US-NATO “Humanitarian Intervention”

Obama Pressed by Neocons to Take Stronger Action Against Assad

Signs of Chaos in Syria’s Intense Crackdown

Pro-Israel support for Syrian protests exposed on RT’s Crosstalk

Syria: US sanctions serve Israeli interests

Medvedev: Russia Won’t Support Anti-Syria Resolution at UN

Uprisings in Syria Appear to Be The Work of Foreign Agitators

West Pushing for More Moves Against Syria

Ahmadinejad: U.S. plotting to sow divisions among Arab states and save Israel

Russia Warns NATO Not to Aid Syrian Protesters

L'Observatoire syrien des droits de l'homme à Londres mystérieuse source des médias pour leur propagande de guerre contre la Syrie

Les occidentaux cherchent à contraindre la Syrie à rompre avec l'Iran,le Hezbollah et le Hamas...

Iran accuses West, Israel's allies, of meddling in Syria Tehran: "America and the Zionist regime" are provoking terror, aiming to sabotage operations in Syria; UK claims "credible evidence" of Iranian involvement with Assad's forces.

Nasrallah: Those who wish to harm Assad are serving Israel, U.S. interests

Iran says U.S. exploits Syria uprising to save Israel

La chute du régime syrien serait positive pour Israël…



VIDEO - Roland Dumas : les Anglais préparaient la guerre pour ISRAËL en Syrie deux ans avant les manifestations en 2011
Voir aussi: Roland Dumas, ancien ministre français des affaires étrangères: "Israël contrôle le service de renseignement français"

Roland Dumas: "Israël contrôle la France, elle se trompe à l’égard d’Assad"

Israeli president says Syrian leader Assad must go

Israël fait son apparition dans le Printemps arabe "Assad doit partir", dit Peres

Canada joins Israeli call for resignation of Syrian leader Assad

Au congrès de Paris, les opposants syriens sont des Sionistes!

Syria Under Fire: Zionist Destabilization Hits Critical Mass

lsrael warns Assad: Attack us, we'll hit you personally' (le Hamas et le Hezbollah devraient dire la même chose aux leaders d'Israël: ''attaquez nous et on tue Netanyahou''. Et la seconde d'après ils devraient citer mot à mot ce qu'Israël a dit lorsqu'il a menacé d'éliminer Assad, cela afin de montrer au monde entier qu'ils sont hypocrites de s'offusquer des menaces contre les leaders d'Israêl alors qu'ils ne disent rien quand c'est Israël qui menace ses pays voisins.)

PNAC Neocons pushing for invasion of Syria.


What became very clear was that the Office of Special Plans (OSP, a.k.a "Team B") and its directors, [Douglas] Feith and [Paul] Wolfowitz, were specifically responsible for the fabricated evidence of the "Weapons of Mass Destruction" that justified the war on Iraq. The OSP and the other members of the networks that operated throughout key US agencies shared a rightwing pro-militarist ideology and were fanatically pro-lsrael. Feith and [Richard] Perle authored an infamous policy paper in 1996 for Likud Party extremist, Benjamin Netanyahu, entitled "A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm", which called for the destruction of Saddam Hussein and his replacement by a Hashemite monarch. The governments of Syria, Lebanon, Saudi Arabia and Iran would then have to be overthrown or destabilized, the paper asserted, in order for Israel to be secure in a kind of 'Greater US-Israel Co-Prosperity Sphere.' The finger clearly pointed to Zionist zealots who directed the OSP, like Abram Shulsky and Feith, as the source for the "phony intelligence" which led to the war that Wolfowitz and Rumsfeld were seeking. The manner in which the Zionist zealots organized and acted - as a clique of arrogant like-minded fanatics hostile to any contrary viewpoints from the professional intelligence, civilian, and military officials - indicated that their loyalties and links were elsewhere, most evidently with the Sharon regime in Israel. (...) Source: James Petras, The Power of Israel in the United States.



Vendredi, 29 Juillet 2011 10:23

Libye, Syrie : le calendrier des guerres programmées

Libye, Syrie : le calendrier des guerres programmées

IRIB- Pourquoi la France, cette malheureuse, est-elle embarquée, militairement, en Libye, et diplomatiquement, en Syrie, dans d’infernales galères, prétendument, au service des droits humains ?
Car est-ce bien là le fond de la question ? Un doute raisonnable est, en effet, permis, dans ce domaine. Chacun peut constater avec quelle fougue Paris enfourche, ces temps-ci, le blanc destrier des indignations vertueuses contre des hommes avec lesquels Paris avait affiché, hier, d’éclatantes réconciliations. D’abord avec Bachar al-Assad, le maudit, accusé d’avoir commandité le meurtre de Rafic Hariri, en 2005, cet ex Premier ministre libanais et grand ami de l’ex-Pésident Chirac. Les accusations ayant fait long feu, certains témoins ayant été convaincus de mensonges et d’affabulations, il a bien fallu se résoudre à désigner un autre coupable, politiquement, incorrect, en l’occurrence, le Hezbollah, le «Parti de Dieu»… accessoirement, acteur fondamental de la vie publique libanaise. Bachar le paria, revenu, temporairement, en grâce, assiste au défilé du 14 juillet 2008, en compagnie, il est vrai, d’une cinquantaine de chefs d’État invités pour une grand-messe euro-méditerranéenne. Le 28 mars précédent, Bachar el-Assad recevait, à Damas, le libyen Mouammar Kadhafi, qui, de son côté, avait décliné l’invitation du Président Sarkozy, lui ayant opposé une verte fin de non-recevoir au motif que l’«idée» même d’une Union pour la Méditerranée n’était, à ses yeux, qu’un «appât», et pour tout dire, «une sorte d’humiliation» : «Nous ne sommes, ni affamés, ni des chiens, pour qu’ils nous jettent des os» ! Ce mauvais état d’esprit n’était peut-être pas si sot que cela, comme l’avenir le prouvera ? Pourtant, à la mi-décembre 2007, le bouillant Colonel allait être reçu à Paris, mais, en invité d’honneur, cette fois, et en grande pompe… jusqu’à être autorisé à planter sa tente bédouine, sur la pelouse de l’Hôtel Marigny, afin que le Guide de la Jamahiriya libyenne puisse y recevoir ses invités, «conformément à la tradition du désert, qu’il respecte à la lettre». Ah mais ! Paris valait bien une messe et le premier client miraculeux décidé à acquérir une poignée de Rafales (invendables) valait bien d’avaler quelques couleuvres, voire, des anacondas ! Oubliés les infirmières bulgares et tant d’autres sujets mineurs de fâcheries (le malheureux vol d’UTA ?)...
Autre temps, autres mœurs, les deux hommes, hier, salués, pour leur retour d’enfants prodigues, dans le giron démocratique de la Communauté des croyants, dans les insignes vertus du libre Marché - à l’instar du libre renard dans le libre poulailler – sont, aujourd’hui ,les bêtes noires de la communauté internationale réduite aux acquêts : É-U + UE (France, Royaume-Uni, l’Italie, en proie à la vindicte de ses Marchands de Venise, ses Shylock intimes, ayant fait piteuse défection) + Israël, 28e État de l’UE et 51e état de l’Union américaine...
Une belle brochette parlant haut et fort au nom de la planète entière. À ceci prêt que si Russie et Chine se sont, volens nolens, laissées forcer la main, en votant la Résolution 1.973 relative à la protection des civils, dans la Libye, en guerre civile, chacun sait que réitérer la même manœuvre – et nul ne s’y risque – au détriment de la Syrie, se verrait, immédiatement, sanctionner, au Conseil de sécurité, par un veto catégorique des deux membres permanents précités (sur cinq : É-U, France, GB).
En Libye, l’échec de l’OTAN devient, chaque jour, de plus en plus patent, les arsenaux sont vides et il ne suffit plus (en dépit d’une guerre des communiqués triomphalistes), aux «oppositions» (les tribus et le lumpenprolétariat islamiste de la Cyrénaïque, en rébellion contre l’État central et la Tripolitaine), de recevoir, in situ, les exhortations enflammées du triste sire BH Lévy, lequel tisse l’étoffe de sa médiocre gloire parisianiste avec la vie des autres !
Mais faire couler des flots de sang, dans des guerres atroces, (Yougoslavie, Irak, Soudan…), n’a jamais vraiment perturbé nos petits marquis si joliment autoproclamés «nouveaux philosophes» ! En vérité, mieux vaudrait les nommer brandons de discorde, à l’instar du mauvais dieu Loki, des gens, dont la science infuse se réduit à manier le verbe, comme un fouet, pour faire se battre les montagnes… Revenons aux dissidents libyens armés et, désormais, encadrés, par les forces spéciales de l’OTAN (R-U et France rappelons-le, exclusivement), mais qui marquent, désespérément, le pas, et ce, malgré les roulements de tambours de la grande presse qui ne manque pas une occasion d’exalter leur bravoure et de stigmatiser les exactions réelles et supposées des forces loyalistes.
Ne parlons pas plus du décompte macabre des morts, dans les manifestations qui se succèdent, en Syrie, comme vagues sur la grève… Or, nous avons connu cette même presse plus fine bouche, lorsque l’aviation de Tsahal bombardait, en 2006, les infrastructures et la population libanaises, lorsque les Israéliens, en guise d’adieu, disséminèrent des centaines de milliers de micro mines, au moyen de bombes à fragmentation, sur le Sud Liban, ou encore, lorsqu’ils allumèrent, délibérément, (assortissant leur vilenie de sempiternelles excuses, a posteriori), un poste d’observation des Nations Unies, liquidant, d’un seul coup au but, cinq casques bleus… Une presse résolument modérée, lorsqu’il s’est agi de faire le (lourd) bilan de l’Opération "Plomb durci", en janvier 2009, treize cents morts civils passées par pertes et profits…
Bref, une presse partiale et amnésique, impuissante à chercher les vraies causes – pas forcément cachées, d’ailleurs – des malheurs frappant les Nations souveraines méritant («on» le dit) d’être classées parmi les États voyous, et, à ce titre, traitées comme tels. Parce qu’enfin, les crises ne tombent pas du ciel sans crier gare, elles s’annoncent de longues années à l’avance, elles naissent, grandissent, prennent corps, sous nos yeux, encore faut-il savoir et vouloir les voir : la crise financière de septembre 2008 était annoncée, à cor et à cris, deux ans auparavant… or, personne, surtout pas les politiques, n’avaient tenu compte des signaux d’alarme ! Et à ce propos, si l’on se donne la peine de remonter le temps, sur une courte décennie, on commencera à entendre d’une tout autre oreille les commentaires vengeurs, annonçant, dans nos lucarnes domestiques, la fin imminente des deux dictateurs, autrement dit d’hommes qui ne se sont pas totalement pliés, et assez vite, aux impérieux diktats de la Communauté internationale (… réduite aux acquêts).
En 2002, le 6 mai, John Bolton, le sous-Secrétaire d’État de G.W. Bush donnait une conférence à l’"Heritage Foundation 1", dans laquelle, Cuba, la Syrie et la Libye venaient rejoindre l’Iran, l’Irak et la Corée du Nord, sur la Liste noire de l’Axe du Mal. Il y dénonçait, notamment, la Syrie, pour sa possession «de réserves de gaz neurotoxique sarin 2… laquelle poursuivrait le développement de l’agent VX, plus dangereux encore et plus puissant».
Simultanément, le secrétaire à la Défense, M. Rumsfeld, rappelait que la Syrie figurait toujours sur la Liste noire des États soutenant le terrorisme international (nous sommes un an et demi, après le 11 sept.) et qui «s’est associée au [mouvement extrémiste] Hezbollah, en acheminant des terroristes, du matériel terroriste, des équipements et des explosifs, à travers la vallée de la Bekaa».
Un an et une guerre plus tard, le commentateur de Radio France Internationale, Elio Comarin, le 14 avril 2003, plus lucide que la moyenne, n’hésitait pas à en déduire que «ces prises de positions semblent indiquer que Washington a [déjà] choisi sa prochaine cible».
Le 10 mai 2002, le même Bolton, un homme prévoyant, envoyait une lettre au Secrétariat général des Nations Unies, pour annuler la décision du Président Clinton de participer à la création d’une Cour Pénale Internationale. L’Amérique n’entendait, en effet, en vue des guerres imminentes (un an après fer et feu s’abattront sur l’Irak), exposer, ne serait-ce que d’un poil, ses militaires à une justice qui ne doit s’appliquer qu’aux vaincus… et non à des soldats auxquels la bride serait, bientôt, lâchée, avec le beau résultat que l’on sait : six cent mille, un million de morts, en Irak, pour 9 ans d’occupation ?!
En fait, le principe d’une attaque simultanée de la Libye et de la Syrie avait été adopté, à Washington, quelques jours seulement après les attentats du 11 Septembre. Le général Wesley Clark, ancien commandant en chef de l’OTAN, avait, le 2 mars 2007, à l’occasion d’un entretien télévisé, en témoignait, sans aucune ambiguïté, et livrait le palmarès gagnant des sept États devant être détruits «dans les cinq ans», par les États-Unis d’Amérique : Irak, Syrie, Liban, Libye, la somalie, Soudan et, in fine, l’Iran. Alors, aujourd’hui, qu’en est-il ? L’Irak, c’est fait ; le Soudan est en bonne voie de décomposition ; la Libye, c’est en cours ; quant aux autres, ils sont, plus que jamais, dans le collimateur d’Israël et des É-U, et pour tout dire, en ce qui concerne la Syrie, le ton monte, graduellement… Le Liban et l’Iran ne perdent, eux, certainement rien pour attendre.
Maintenant, en ce qui concerne Paris, contrairement à ce que le lecteur pourrait imaginer, le tournant n’a pas été pris, en 2007, mais depuis belle lurette, mais ceci est une autre histoire…



Syria Under Fire: Zionist Destabilization Hits Critical Mass
August 15, 2011

Syria is in the final stages of a Zionist-engineered
destabilization operation; can the Arab nation of
Resistance survive?



With friends like these, the Syrian people don’t need enemies

http://www.watchingamerica.com/images/neocons1_pic.jpg








Sur ce blog:

Orgie de déstabilisations au Moyen-Orient juste à temps pour la fête de Pourim 2011

Révolutions arabes? ou balkanisation-remodelage du Moyen-Orient?

FLASHBACK 2007: Réseau Voltaire: Syrie: Le service de traduction de l’ONU participe à une intox US

Le mouvement juif sioniste Néo-conservateur


Rappel: 12 règles infaillibles pour publier des nouvelles en provenance du Proche Orient dans les grands médias