dimanche 23 octobre 2011

"De la dictature à la démocratie"


VIDEO - Le livre "De la dictature à la démocratie", la bible des révolutions colorées (Europe de l'Est)
VIDEO - The Revolution Business


VIDEO - Ivan Marovic, Retired Revolutionary



If the Arab Spring is such a threat to Israel, why are so many pro-Israelis involved in promoting democracy in the Middle East?

VIDEO - 'Liberation machine’ is being turned against Syria

John Laughland’s prescience on the Arab Spring ‘revolutions’ and the ongoing co-option of the anti-war left

VIDEO - Arab Spring is about making Middle East safe for Israel

How easily Israel can discredit an Arab leader

« La montée de l’islamisme dans les pays arabes boostée par les Américains »

Les Frères musulmans et le plan de protection d’Israël
Ce n’est plus un secret, les événements qui secouent la région du Moyen-Orient ont pour but de protéger Israël des graves répercussions de la défaite du projet américain en Irak. Et tout ce que fait l’alliance occidentale, conduite par les États-Unis, dans la cadre dudit « Printemps arabe », s’inscrit dans ce cadre. (silviacattori.net)

Three Israel Partisans and a Token Arab: Whither the Arab Spring?

The Price of “Freedom” in Syria: Ending Resistance to Israel?
As in Libya, the price for Israel lobby-induced Western support for the “revolution” in Syria is accommodation with Tel Aviv. Commenting on the implicit admission of this quid pro quo by Syrian National Council president Burhan Ghalioun in an interview with the stridently pro-Israel Wall Street Journal, Ibrahim al-Amin, editor-in-chief of al-Akhbar, rightly wondered if this is “A Revolution against Resistance?”
VIDEO - LIBYA BHL The Founding Father Of New Libya Says It Can't Be Bad For Democracy, Israel & The Jews

2011 - Year of the Dupe



John McCain talks of Chinese Arab Spring

RT: ‘US backs Al-Qaeda to mutually destroy Syria’

VIDEO - Le chef d’Al-Qaida soutient la rébellion en Syrie

Joe Lieberman and Al-Qaeda, United on Syria (and other wars of ‘Muslim liberation’)

US ‘used NGOs to create chaos in Egypt’: minister

Regime Change in Libya and the National Endowment for Democracy: A Nexus of Terrorism and Human Rights

In “America’s Conquest of Africa: The Roles of France and Israel,” Mahdi Darius Nazemroaya and Julien Teil describe NED’s collaboration with some unsavoury characters to supposedly bring “democracy” to the Libyan people:
Since 2001, the U.S. has falsely presented itself as a champion against terrorism. The Trans-Saharan Counterterrorism Initiative (TSCTI), which opened the doors for AFRICOM in Africa, was justified as necessary by Washington to fight organizations like the Salafist Group for Preaching and Combat (GSPC) in Algeria and the Libyan Islamic Fighting Group (LIFG) in Libya. Yet, Washington is cooperating and using these very same groups in Libya, along with the National Front for the Salvation of Libya and the Muslim Brotherhood, as foot soldiers and proxies. Moreover, many of the key Libyan individuals that are members of the National Endowment for Democracy (NED) are members of these groups and have also been part of conferences and longstanding plans pushing for regime change in Libya.

Regime Change, Inc. Denies Its Own Existence

By Maidhc Ó Cathail
January 18, 2012
Almost three years ago, Richard Perle, also known as “Prince of Darkness,” brazenly attempted to deny his own existence as a leading pro-Israel architect of the Iraq war, when he stated, “There is no such thing as a neoconservative foreign policy.” Now, the “nonviolent” manifestation of that regime change agenda appears to be following suit.
On January 4, Bloomberg Markets magazine noted Peter Ackerman’s efforts to apply his longstanding “passion for grass-roots democracy” around the world to the American political scene in a surprisingly critical report entitled “Internet Picks Presidential Candidate If Ackerman Gets His Way.” In the article, Kambiz Foroohar explains:
Ackerman, 65, who made more than $300 million working alongside Michael Milken at Drexel Burnham Lambert Inc.’s Beverly Hills, California, offices in the 1980s, is Americans Elect’s chairman and top donor. He wants to circumvent U.S. politics-as-usual by letting voters choose a presidential candidate via the Internet who, with a running mate from a different political party, will appear on every state ballot for the 2012 election ….
Foroohar goes on to highlight what appears to be the multi-millionaire businessman’s primary enterprise:
Ackerman focused more on non-business pursuits than his companies, says former Emak CEO Jim Holbrooke.
“He is training dissidents to overthrow dictatorships, and I’m doing cheese-spread advertising for Kraft,’’ he says, referring to food company Kraft Foods Inc. (KFT)
Clearly displeased with the negative publicity, Ackerman’s external “democracy promotion” vehicle issued a number of “Corrections ” to the Bloomberg report in its “Setting the Record Straight” section:
This article creates the false impression that the International Center on Nonviolent Conflict (ICNC) may be “training dissidents to overthrow dictatorships,” in the words of a businessman it quotes who has had no contact with the Center. In fact, ICNC does not now “train dissidents” and has not supported workshops abroad for nonviolent activists since 2009.
The article also claims that ICNC’s founding chair, Peter Ackerman, “has funded workshops for dissidents from Central Asia, Iran, Iraq and North Korea,” and leaves the impression that ICNC may have supported “civil resistance training” for “members of Egypt’s April 6 movement” through the Center for Applied Nonviolent Action and Strategies (CANVAS) in Belgrade. None of this is accurate.
However, a February 16, 2011 New York Times report seems to contradict this disavowal. Writes Sheryl Gay Stolberg:
When Egypt’s April 6 Youth Movement was struggling to recover from a failed effort in 2005, its leaders tossed around “crazy ideas” about bringing down the government, said Ahmed Maher, a leading strategist. They stumbled on Mr. Sharp while examining the Serbian movement Otpor, which he had influenced.
When the nonpartisan International Center on Nonviolent Conflict, which trains democracy activists, slipped into Cairo several years ago to conduct a workshop, among the papers it distributed was Mr. Sharp’s “198 Methods of Nonviolent Action,” a list of tactics that range from hunger strikes to “protest disrobing” to “disclosing identities of secret agents.”
Dalia Ziada, an Egyptian blogger and activist who attended the workshop and later organized similar sessions on her own, said trainees were active in both the Tunisia and Egypt revolts. She said that some activists translated excerpts of Mr. Sharp’s work into Arabic, and that his message of “attacking weaknesses of dictators” stuck with them.
Peter Ackerman, a onetime student of Mr. Sharp who founded the nonviolence center and ran the Cairo workshop, cites his former mentor as proof that “ideas have power.”
Continuing its attempt to set the record straight, the ICNC explains what it does:
We furnish a wide range of educational materials and information to educators, journalists, international institutions, civil society groups, and people involved in campaigns or movements for rights and justice, who request that information. It does this work primarily through seminars at universities, presentations and briefings, graduate and undergraduate curricula, online learning platforms, and webinars, as well as direct and indirect dissemination of books, reports, articles, audio files, films, videos and a video game, “People Power: The Game of Civil Resistance.”
Presumably, disseminating “People Power: The Game of Civil Resistance” has absolutely nothing to do with “training dissidents to overthrow dictatorships.”
Yet in an April 2005 profile of Peter Ackerman in The New Republic, aptly entitled “Regime Change, Inc.,” a leader of Georgia’s “Rose Revolution” testifies to the efficacy of “Bringing Down a Dictator,” a documentary film (also available in Arabic) that “originated” with Ackerman:
“Most important was the film. All the demonstrators knew the tactics of the revolution in Belgrade by heart because they showed [the film]…. Everyone knew what to do.”
Moreover, as Professor William I. Robinson, author of Promoting Polyarchy: Globalization, U.S. Intervention, and Hegemony, has written:
That Ackerman is a part of the U.S. foreign policy elite and integral to the new modalities of intervention under the rubric of “democracy promotion,” etc., is beyond question. There is nothing controversial about that and anyone who believes otherwise is clearly seriously misinformed or just ignorant.
We eagerly await the International Center on Nonviolent Conflict’s “correction” of this piece. It wouldn’t be the first time that Ackerman’s “independent, non-profit educational foundation” took issue with something this writer has written about the ICNC’s “educational” work. Hopefully, they won’t again resort to smearing my work (based on a calculated misrepresentation of one tangentially related article) in a transparent attempt to deflect attention from a critique of their own.
Maidhc Ó Cathail is a political analyst and editor of The Passionate Attachment.


NED, ADL and the Middle East Uprisings

Carl Gershman, longtime president of the National Endowment for Democracy, worked in the research department of the Anti-Defamation League of B’nai B’rith during the second half of 1968. “Research,” as the 1993 San Francisco case revealed, can be a convenient euphemism for the ADL’s spying on Israel’s perceived enemies.
Speaking at the ADL’s 2004 Rome conference on “Anti-Semitism – A Threat to Democracy,” Gershman revealed a pro-Israeli motivation behind his promotion of “democratic reform” in the Middle East. “Whatever their differences,” said NED’s president, “the Baathists and Islamists share a visceral hatred of liberal values that finds its most potent expression in the vilification of Israel and the Jewish people.”
Pro-democracy activists in the Middle East who have been “quietly nurtured” by NED would be well advised to do a little more research themselves on who is supporting their uprisings, and why. And those who support them in the hope that they might pose a threat to Israeli hegemony should ask themselves why ardent Zionists like Carl Gershman have worked long and hard to promote “democracy” in the region.





AFP Was Right: U.S. Funding Arab Uprisings


La machine propagandiste américaine “Freedom House”

The Regime Change, Inc. sandstorm mistakenly dubbed the ‘Arab Spring’

Uncle NED Quote of the Day Dismissing claims that “democracy assistance NGOs” are engaged in regime change, NED’s Democracy Digest cites “independent analyst” Thomas Carothers, vice president for studies at the Carnegie Endowment for International Peace:

“The same activities have been carried out in Belarus for at least 12 years and haven’t produced very much,” he told AFP. “This idea that there is some kind of sinister technology that very quietly, the US or certain European actors go into countries and prepare them for revolution, is colorful and sounds like a good spy movie.”
Just because they haven’t succeeded in bringing down Lukashenko yet, the Egyptians must be fantasists!
Lest We Forget—Egypt’s Revolution-Creative Destruction For A ‘Greater Middle East’?

Look who’s threatening military aid to Egypt over ‘democracy promotion’

‘Islamic Awakening’ or Zionist Deception?

Israel Lobby Think-Tanker: ‘Most’ Syrian People ‘Rising Up Against the Regime’ — Why are these Israeli agents allowed to hide behind neutral-sounding names like the Washington Institute for Near East Policy?

Foreign Policy: Israel partisans (and a few token turncoat Arabs) consider Syria next steps

The Israel Lobby’s Role in Pushing for Regime Change in Syria

VIDEO - Israël annonce avoir des contacts avec l’opposition syrienne 

Israel Partisans Prefigure ‘Arab Spring’ at 2009 FPI Forum on ‘Democracy Promotion’

You’ve heard of Uncle NED, meet Uncle EED



Mondialisation.ca
13 décembre 2011





L’expression « printemps arabe » est un slogan concocté dans des bureaux lointains à Washington, Londres, Paris et Bruxelles par des individus et des groupes qui, en plus d’avoir une connaissance superficielle de la région, en savent très peu sur les Arabes. Ce qui se déroule au sein des populations arabes est un enchaînement normal d’événements. L’insurrection comme l’opportunisme en font partie. Là où il ya une révolution, il y a toujours une contre-révolution.
Les bouleversements dans le monde arabe ne constituent pas davantage un « éveil arabe ». Une telle formule implique que les Arabes étaient endormis alors qu’ils étaient entourés par la dictature et l’injustice. Le monde arabe, qui fait partie de l’ensemble plus vaste composé par les Arabes, le Turcs et les Iraniens, a en réalité connu de fréquentes révoltes réprimées par les dictateurs arabes en coordination avec des pays comme les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. C’est l’interférence de ces puissances qui a constamment agi comme contrepoids à la démocratie et elle continuera à le faire.
Diviser et régner : comment le premier printemps arabe a été manipulé
Les plans de reconfiguration du Moyen-Orient ont commencé plusieurs années avant la Première Guerre mondiale. C’est au cours de cette guerre cependant que les desseins coloniaux ont clairement commencé à se manifester avec la « grande révolte arabe » contre l’empire Ottoman.
En dépit du fait que la Grande-Bretagne, la France et l’Italie étaient des puissances coloniales qui avaient empêché les Arabes de profiter de toute forme de liberté dans des pays comme l’Algérie, Libye, l’Égypte et le Soudan, ces pouvoirs coloniaux ont réussi à se présenter comme les amis et les alliés de la libération arabe.
Durant la « grande révolte arabe », les Britanniques et les Français ont en fait utilisé les Arabes comme fantassins contre les Ottomans pour faire avancer leurs propres plans géopolitiques. Les accords secrets Sykes-Picot entre Londres et Paris représentent un cas typique. La France et la Grande-Bretagne sont simplement arrivés à utiliser et manipuler les Arabes en leur vendant l’idée de la libération arabe de la présumée répression des Ottomans.
En réalité, l’Empire ottoman était multiethnique et accordait une autonomie locale et culturelle à toutes ses populations. Il a toutefois été manipulé et orienté vers une entité turque. Même le génocide arménien qui allait s’ensuivre en Anatolie ottomane doit être analysé dans le même contexte que l’actuel ciblage des chrétiens en Irak, comme faisant partie d’un plan de division confessionnelle lancé par des acteurs externes afin de diviser l’Empire ottoman et ses citoyens, ainsi que l’Anatolie.
Après la chute de l’Empire ottoman, ce sont Londres et Paris qui ont refusé d’accorder la liberté aux Arabes, en semant la discorde au sein de leurs populations. Les leaders arabes locaux corrompus ont également été partenaires du projet et nombreux sont ceux qui n’étaient que trop heureux de devenir des clients de la Grande-Bretagne et de la France. Le « printemps arabe est manipulé dans le même sens aujourd’hui. Les États-Unis, la France et d’autres travaillent maintenant avec l’aide de leaders et de personnalités arabes corrompues afin de restructurer l’Afrique et le monde arabe.
Le plan Yinon : l’ordre à partir du chaos…
Le plan Yinon, qui constitue un prolongement du stratagème britannique au Moyen-Orient, est un plan stratégique israélien visant à assurer la supériorité d’Israël dans la région. Il souligne qu’Israël doit reconfigurer son environnement géopolitique par la balkanisation des États arabes, soit la division de ceux-ci en États plus petits et plus faibles.
Les stratèges israéliens voyaient l’Irak comme l’État arabe représentant leur plus grande menace stratégique. C’est pourquoi l’Irak a été caractérisé comme la pièce maîtresse de la balkanisation du Moyen-Orient et du monde arabe. En Irak, sur la base des concepts du plan Yinon, les stratèges israéliens ont réclamé la division de l’Irak en un État kurde et deux États arabes, l’un shiite, l’autre sunnite. La première étape de ce plan était une guerre entre l’Irak et l’Iran, abordée dans le plan Yinon.
En 2006 et en 2008, les publications de l’armée étasunienne Armed Forces Journal et The Atlantic ont respectivement publié des cartes ayant circulé abondamment et lesquelles suivaient de près les grandes lignes du plan Yinon. Outre la division de l’Irak, également recommandée par le plan Biden, le plan Yinon appelle à la division du Liban, de l’Égypte et de la Syrie. La partition de l’Iran, de la Turquie, de la Somalie et du Pakistan fait également partie de cette vision. Le plan Yinon réclame par ailleurs la dissolution de l’Afrique du Nord et prévoit qu’elle débutera en Égypte et débordera au Soudan, en Libye et dans le reste de la région.
Protection du domaine : redéfinition du monde arabe…
Bien que tordu, le plan Yinon est en marche et voit le jour dans « A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm » (Une nette rupture : Une nouvelle stratégie pour protéger le domaine), un document de politique israélienne écrit en 1996 par Richard Perle et le groupe d’étude sur « Une nouvelle stratégie israélienne vers l’an 2000 » pour Benjamin Netanyahou, le premier ministre d’Israël à l’époque. Perle était alors un ancien secrétaire adjoint au Pentagone pour Ronald Reagan et est devenu par la suite conseiller militaire pour George W. Bush et la Maison-Blanche. Le groupe d’étude comprenait par ailleurs James Colbert (Jewish Institute for National Security Affairs), Charles Fairbanks Jr. (Johns Hopkins University), Douglas Feith (Feith and Zell Associates), Robert Loewenberg (Institute for Advanced Strategic and Political Studies), Jonathan Torop (The Washington Institute for Near East Policy), David Wurmser (Institute for Advanced Strategic and Political Studies) et Meyrav Wurmser (Johns Hopkins University).
Les États-Unis réalisent à bien des égards les objectifs précisés dans le texte de politique israélienne de 1996 visant à protéger le « royaume ». Par ailleurs, le terme realm, « domaine » ou « royaume », sous-entend la mentalité stratégique des auteurs. Realm fait soit référence au territoire sur lequel règne un monarque ou aux territoires soumis à son règne mais gérés et contrôlés par des vassaux. Dans ce contexte, le terme realm, est utilisé pour signifier que le Moyen-Orient constitue le royaume de Tel-Aviv. Le fait que Perle, un homme ayant essentiellement fait carrière comme officiel du Pentagone, ait contribué à écrire le document sur Israël soulève la question de savoir si le souverain conceptualisé du royaume représente Israël, les États-Unis, ou les deux.
Protéger le royaume : L’avant-projet israélien pour déstabiliser Damas
Le document de 1996 demande de « repousser la Syrie », aux environs de l’an 2000 ou après, en poussant les Syriens hors du Liban et en déstabilisant la République arabe syrienne avec l’aide de la Jordanie et de la Turquie. Ces événements se sont respectivement produits en 2005 et en 2011. Le document indique : « Israël peut modeler son environnement stratégique en coopération avec la Turquie et la Jordanie, en affaiblissant, en endiguant et même en repoussant la Syrie. Afin de contrecarrer les ambitions régionales de la Syrie, les efforts pourraient viser à expulser Saddam Hussein du pouvoir, un objectif stratégique en soi important pour Israël [1].
Comme première étape de la création d’un « nouveau Moyen-Orient » dominé par Israël et encerclant la Syrie, le texte demande de chasser Saddam Hussein du pouvoir à Bagdad et fait même allusion à la balkanisation de l’Irak et à la formation d’une alliance stratégique régionale contre Damas qui comporterait un « Irak central » sunnite. Les auteurs écrivent : « Toutefois la Syrie entre dans ce conflit avec de potentielles faiblesses : Damas est trop préoccupé par la nouvelle donne régionale pour permettre toute distractions sur le front libanais. De plus Damas craint l’"axe naturel" avec Israël d’un côté, l’Irak central et la Turquie de l’autre, et la Jordanie, au centre, qui exercerait une pression sur la Syrie et la détacherait de la péninsule saoudienne. Pour la Syrie, ce pourrait être le prélude à la reconfiguration de la carte du Moyen-Orient, ce qui menacerait l’intégrité territoriale du pays [2] ».

Perle et le groupe d’étude « Nouvelle stratégie israélienne vers l’an 2000 » recommande également de mener les Syriens hors du Liban et de déstabiliser la Syrie en utilisant des personnalités de l’opposition libanaise. Le document dit : « [Israël doit détourner] l’attention de la Syrie en utilisant des éléments de l’opposition libanaise pour déstabiliser le contrôle exercé par la Syrie au Liban [3]. »C’est ce qui arriverait en 2005 après l’assassinat d’Hariri ayant contribué à déclencher la soi-disant « révolution des cèdres » et à créer l’Alliance du 14 mars, un groupe farouchement anti-Syrien contrôlé par le corrompu Saïd Hariri.
Le document demande par ailleurs à Tel-Aviv de « saisir l’opportunité afin de rappeler au monde la nature du régime syrien [4] ». Cela convient parfaitement à la stratégie israélienne consistant à diaboliser ses opposants par des campagnes de relations publiques. En 2009 des médias israéliens ont ouvertement admis que, par le biais de ses ambassades et missions diplomatiques, Tel-Aviv avait lancé une campagne médiatique mondiale et organisé des manifestations devant les ambassades iraniennes pour discréditer les élections présidentielles en Iran avant même qu’elles n’aient lieu [5].
L’étude fait aussi mention de ce qui ressemble à la situation actuelle en Syrie : « Il va de soi, et c’est le plus important, qu’Israël a intérêt à appuyer diplomatiquement, militairement et opérationnellement les actions de la Turquie et de la Jordanie contre la Syrie, comme en protégeant des alliances avec des tribus arabes à travers le territoire syrien et hostiles à l’élite dirigeante syrienne [6]. Les bouleversements de 2011 en Syrie, le mouvement des insurgés et la contrebande d’armes par les frontières jordanienne et turque sont devenus des problèmes majeurs pour Damas.
Dans ce contexte, il n’est pas surprenant qu’Israël, alors dirigé par Ariel Sharon, ait dit à Washington d’attaquer la Syrie, la Libye et l’Iran après l’invasion étasunienne de l’Irak [7]. Finalement, il importe de savoir que le document de 1996 préconise également une guerre préemptive pour modeler l’environnement géostratégique d’Israël et sculpter le « nouveau Moyen-Orient » [8]. Il s’agit d’une politique que les États-Unis adopteraient aussi en 2001.
L’éradication des communautés chrétiennes du Moyen-Orient
Ce n’est pas une coïncidence si les chrétiens égyptiens ont été attaqués au même moment que le référendum sud-soudanais et avant la crise en Libye. Ce n’est pas non plus une coïncidence si les chrétiens irakiens, une des communautés chrétiennes les plus anciennes, ont été poussées à l’exil, quittant leur patrie ancestrale. L’exode des chrétiens irakiens, sous le regard attentif des forces militaires étasuniennes et britanniques, concorde avec la division confessionnelle des quartiers de Bagdad. Les shiites et les sunnites ont été forcés, par la violence et les escadrons de la mort, à former des enclaves confessionnelles. Tout cela est lié au plan Yinon et à la reconfiguration de la région dans le cadre d’un objectif plus vaste.
En Iran, les Israéliens ont tenté en vain de faire partir la communauté juive. La population juive d’Iran est en fait la plus grande du Moyen-Orient et sans doute la plus ancienne communauté juive du monde à vivre paisiblement. Les juifs d’Iran se voient comme des Iraniens et sont liés à ce pays qu’ils considèrent comme leur patrie, au même titre que les musulmans et les chrétiens iraniens, et, à leurs yeux, le concept voulant qu’ils aient à se relocaliser en Israël parce qu’ils sont juifs est ridicule.
Au Liban, Israël s’est affairé à exacerber les tensions entre les diverses factions chrétiennes et musulmanes, incluant les druzes. Le Liban est un tremplin vers la Syrie et la division du Liban en plusieurs États est également vue comme un moyen de balkaniser la Syrie en plusieurs États arabes confessionnels de moindre envergure. Les objectifs du plan Yinon sont de diviser le Liban et la Syrie en plusieurs États sur la base des identités religieuses sunnite, shiite, druze et chrétiennes. Il est possible que l’exode des chrétiens de la Syrie fasse aussi partie des objectifs.
Le nouveau chef de l’Église maronite, la plus grande Église catholique orientale autonome, a exprimé ses craintes quant à l’expulsion des chrétiens arabes au Levant et au Moyen-Orient. Le patriarche d’Antioche, Mgr Bechara Boutros Rahi, ainsi que bon nombre de dirigeants chrétiens au Liban et en Syrie, craignent que les Frères musulmans prennent le contrôle de la Syrie. Comme en Irak, de mystérieux groupes attaquent actuellement les communautés chrétiennes en Syrie. Les dirigeants de l’Église orthodoxe, incluant le Patriarcat de Jérusalem, ont eux aussi exprimé publiquement leurs sérieuses préoccupations. Outre les arabes chrétiens, ces craintes sont partagées par les communautés assyrienne et arménienne, à majorité chrétienne.
Le cheik Rahi était récemment à Paris où il a rencontré Nicolas Sarkozy. On rapporte que le patriarche maronite et le président Sarkozy ont eu des désaccords concernant la Syrie, ce qui a incité Sarkozy à affirmer que le régime syrien allait s’effondrer. La position du patriarche maronite était que l’on devait laisser la Syrie tranquille et lui permettre de se réformer. Mgr Rahi a par ailleurs dit à Sarkozy qu’Israël devait être considéré comme une menace si la France souhaitait légitimement que le Hezbollah dépose les armes.
En raison de sa position en France, Mgr Rahi a immédiatement reçu des remerciements des dirigeants chrétiens et musulmans de la République arabe syrienne qui l’ont visité au Liban. Le Hezbollah et ses alliés politiques au Liban, dont font partie la plupart des parlementaires chrétiens, ont aussi célébré le patriarche maronite, qui a ensuite fait une tournée au sud du Liban.
En raison de sa position sur le Hezbollah et son refus d’appuyer le renversement du régime syrien, le cheik Rahi fait maintenant l’objet d’attaques politiques de la part de l’Alliance du 14 mars, menée par Hariri. Ce dernier est en train de planifier une conférence des personnalités chrétiennes pour s’opposer à la position de l’Église maronite et du patriarche Rahi. Depuis que celui-ci a donné son opinion, le Parti Tahrir, actif à la fois en Syrie et au Liban, a également commencé à en faire la cible de critiques. On rapporte par ailleurs que des officiels étasuniens de haut rang ont annulé leurs rencontres avec le patriarche maronite en signe de mécontentement envers ses positions sur le Hezbollah et la Syrie.
L’Alliance du 14 mars menée par Hariri au Liban, laquelle a toujours été une minorité populaire (même lorsqu’elle constituait une majorité parlementaire), travaille de concert avec les États-Unis, Israël, l’Arabie Saoudite, la Jordanie ainsi que le groupe ayant recours à la violence et au terrorisme en Syrie. Les Frères musulmans et d’autres soi-disant groupes salafistes de Syrie ont tenu et organisé des pourparlers secrets avec Hariri et les partis politiques chrétiens au sein de l’Alliance du 14 mars. C’est pourquoi Hariri et ses alliés se sont attaqués au cardinal Rahi. C’est aussi Hariri et l’Alliance du 14 mars qui ont amené Fatah al-Islam au Liban et ont aidé certains de ses membres à s’enfuir et aller se battre en Syrie.
Des snipers inconnus ciblent des civils syriens et l’armée syrienne dans le but de créer le chaos et une lutte interne. Les communautés chrétiennes en Syrie sont elles aussi ciblées par des groupes inconnus. Les attaquants sont fort probablement une coalition de forces étasuniennes, françaises, jordaniennes, israéliennes, turques, saoudiennes, et khaliji (arabe du Golfe) travaillant avec des Syriens à l’intérieur du pays.
Washington, Tel-Aviv et Bruxelles planifient un exode des chrétiens du Moyen-Orient. On rapporte que le président Sarkozy a informé le cheik Rahi à Paris que les communautés chrétiennes du Moyen-Orient et du Levant pourront s’établir dans l’Union européenne. Cela n’est pas offert gracieusement. Il s’agit d’une gifle par les puissances mêmes qui ont délibérément créé les conditions visant à éradiquer les anciennes communautés chrétiennes du Moyen-Orient. Il semble que le but soit que les communautés chrétiennes s’établissent à l’extérieur de la région ou de délimiter des enclaves. Il est possible que ces deux hypothèses constituent des objectifs.
Ce projet vise à délimiter les pays arabes en pays exclusivement musulmans et est conforme à la fois au plan Yinon et aux objectifs étasuniens relatifs au contrôle de l’Eurasie. Il pourrait en résulter une grande guerre. Les Arabes chrétiens ont maintenant bien des choses en commun avec les Arabes qui sont des Noirs d'Afrique.
Nouvelle division de l’Afrique : le plan Yinon est en pleine marche
En ce qui concerne l’Afrique, Tel-Aviv cherche à la protéger car elle la voit comme une partie plus vaste de sa périphérie. Cette plus vaste ou soi-disant « nouvelle périphérie » est devenue le fondement géostratégique de Tel-Aviv après la révolution iranienne de 1979. Celle-ci a déformé et engendré l’effondrement de « l’ancienne périphérie » contre les Arabes, qui comprenait l’Iran, et dont les pays étaient les plus proches alliés d’Israël durant la période Pahlavi. Dans ce contexte, la nouvelle périphérie d’Israël a été conceptualisée en incluant des pays comme l’Éthiopie, l’Ouganda et le Kenya contre les États arabes et la République islamique d’Iran. C’est pourquoi Israël a été si profondément impliqué dans la balkanisation du Soudan.
Toujours dans le contexte des divisions confessionnelles au Moyen-Orient, les Israéliens ont esquissé des plans de reconfiguration de l’Afrique. Le plan Yinon cherche à délimiter l’Afrique sur la base de trois aspects : 1) l’origine ethnolinguistique, 2) la couleur de peau et enfin 3) la religion. Afin de protéger le domaine, il se trouve que l’Institute for Advanced Strategic and Political Studies (IASPS), une boîte de réflexion israélienne dont Perle faisait partie, faisait également pression en faveur de la création du Commandement des États-Unis pour l'Afrique (AFRICOM), une division du Pentagone.
On tente actuellement d’anéantir le point de convergence d’une identité arabe et africaine. On cherche à tracer des lignes de division en Afrique entre une soi-disant Afrique noire et une Afrique du Nord prétendument « non noire ». Cela fait partie d’un projet visant à créer un schisme sur le continent entre ce qu’on l’on conçoit comme étant des « Arabes » et des « Noirs ».
Cet objectif explique pourquoi on a fait la promotion des ridicules identités du « Sud-Soudan africain » et du « Nord-Soudan arabe ». C’est également la raison pour laquelle les Libyens noirs ont été ciblés dans une campagne visant à « nettoyer » la Libye des gens « de couleur ». En Afrique du Nord, on détache l’identité arabe de son identité africaine. On tente simultanément d’éradiquer de vastes populations d’Arabes noirs afin qu’il existe une nette démarcation entre « l’Afrique noire » et une nouvelle Afrique du Nord « non noire », laquelle sera transformée en un champ de bataille entre ceux qui restent, les Berbères et les Arabes « non noirs ».
Toujours dans le contexte africain et dans le but de créer des points de rupture et des délimitations, des tensions sont fomentées entre les musulmans et les chrétiens dans des pays comme le Soudan et le Nigéria. En entretenant ces divisions sur la base de la couleur de la peau, de la religion, de l’ethnicité et du langage, on cherche à alimenter la dissociation et la désunion. Cela fait partie d’une stratégie africaine globale visant à séparer l’Afrique du Nord du reste du continent.


Préparation de l’échiquier du « choc des civilisations »
À ce stade-ci, on doit rassembler toutes les pièces et faire les liens entre les événements.
On prépare l’échiquier pour un « choc des civilisations » et l’on y place toutes les pièces du jeu. Le monde arabe est sur le point d’être encerclé et de nettes démarcations se tracent. Celles-ci remplacent les frontières invisibles entre les différents groupes ethnolinguistiques, religieux et basés sur la couleur de la peau.
Dans le cadre de ce plan, il ne peut plus y avoir de mélange entre les sociétés et les pays. C’est pourquoi les chrétiens du Moyen-Orient et de l’Afrique de Nord, comme les coptes, sont ciblés. Pour les mêmes raisons, les Arabes et Berbères noirs, au même titre que d’autres populations noires, font face à un génocide en Afrique du Nord.
Après l’Irak et l’Égypte, la Jamahiriya arabe libyenne et la République arabe syrienne représentent toutes deux des points importants pour la déstabilisation régionale respectivement en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Est. Ce qui se passe en Libye aura des répercussions en Afrique, tout comme les événements en Syrie auront des conséquences en Asie du Sud-Est et ailleurs. Dans le cadre du plan Yinon, l’Irak et l’Égypte ont servi d’amorces à la déstabilisation de la Libye et de la Syrie.
On est en train de créer un « Moyen-Orient musulman », une zone exclusivement musulmane (excluant Israël), laquelle sera troublée par les luttes entre shiites et sunnites. Un scénario semblable est mis en œuvre pour créer une « Afrique du Nord non noire » qui sera caractérisée par une confrontation entre les dits Arabes et dits Berbères. En vertu du modèle du « choc des civilisations », on prévoit simultanément un conflit entre le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord d’un côté, et l’« Occident » et « l’Afrique noire » de l’autre.
C’est pour cette raison qu’au début du conflit en Libye, Nicolas Sarkozy en France et David Cameron en Grande-Bretagne ont déclaré l’un après l’autre que le multiculturalisme était mort dans leurs sociétés ouest-européennes respectives [9]. Le véritable multiculturalisme menace la légitimité du programme de guerre de l’OTAN. Il représente par ailleurs un obstacle à l’implantation du « choc des civilisations », qui constitue la pierre angulaire de la politique étrangère des États-Unis.
À cet égard, Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la Sécurité nationale explique pourquoi le multiculturalisme est une menace pour Washington et ses alliés : « En devenant une société de plus en plus multiculturelle, il se peut que les États-Unis aient de la difficulté à créer un consensus sur les questions de politique étrangère [par exemple, relativement à une guerre contre le monde arabe, la Chine, l’Iran ou la Russie et l’ancienne Union soviétique], sauf si une grande partie de la population perçoit une menace extérieure directe de très grande envergure. Un tel consensus existait de manière générale tout au long de la Seconde Guerre mondiale et même durant la guerre froide [et il existe maintenant en raison de la "guerre mondiale au terrorisme"] [10]. » La phrase suivante de Brzezinski explique pourquoi les populations s’opposent aux guerres ou les appuient : « [Le consensus] était enraciné, toutefois, il ne l’était pas seulement dans des valeurs démocratiques profondément partagées et que le public voyait menacées, mais aussi dans des affinités culturelles et ethniques avec les victimes, principalement européennes, de totalitarismes hostiles [11] ».
Au risque d’être redondant, il faut mentionner une fois de plus que les chrétiens et les Noirs sont ciblés précisément dans le but de briser ces affinités culturelles entre, d’une part, la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, et le monde soi-disant « occidental », et, d’autre part l’Afrique subsaharienne.
Ethnocentrisme et idéologie : justifier les « guerres justes » d’aujourd’hui
Autrefois, les puissances coloniales de l’Europe de l’Ouest endoctrinaient leurs peuples. Leur objectif était d’acquérir un appui populaire pour les guerres de conquête. Pour ce faire, on prônait l’expansion et la promotion du christianisme et des valeurs chrétiennes avec le soutien des marchands armés et des armées coloniales.
Au même moment, on mettait de l’avant des idéologies racistes. Les peuples des pays colonisés étaient dépeints comme des « sous-humains », des inférieurs ou des personnes sans âmes. Finalement, on a utilisé l’argument de « l’épreuve de l’homme blanc », dont la mission consistait à civiliser les peuples du monde prétendument « non civilisés ». Ce cadre idéologique cohésif a été utilisé pour présenter le colonialisme comme une « cause juste ». Cette dernière a été employée à son tour pour conférer une légitimité aux « guerres justes », afin de conquérir et de « civiliser » des terres étrangères.
Aujourd’hui, les desseins impérialistes des États-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne n’ont pas changé. Ce qui a changé c’est le prétexte et la justification des guerres de conquête néocoloniales. Durant la période coloniale, les discours et les justifications en faveur de la guerre étaient acceptés par l’opinion publique dans les pays colonisateurs comme la France et la Grande-Bretagne. Aujourd’hui, les « guerres justes » et les « causes justes » sont menées sous les bannières des droits des femmes, des droits humains, de l’humanitarisme et de la démocratie.
Traduction Julie Lévesque pour Mondialisation.ca
Notes
[1] Richard Perle et al., A Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm (Washington, D.C. and Tel Aviv: Institute for Advanced Strategic and Political Studies), 1996.
[2] Ibid.
[3] Ibid.
[4] Ibid.
[5] Barak Ravid, "Israeli diplomats told to take offensive in PR war against Iran," Haaretz, June 1, 2009.
[6] Perle et al., Clean Break, op. cit.
[7] Aluf Benn, "Sharon says U.S. should also disarm Iran, Libya and Syria," Haaretz, September 30, 2009.
[8] Richard Perle et al., Clean Break, op. cit.
[9] Robert Marquand, "Why Europe is turning away from multiculturalism," Christian Science Monitor, March 4, 2011.
[10] Zbigniew Brzezinski, The Grand Chessboard: American Primacy and Its Geostrategic Imperatives (New York: Basic Books October 1997), p.211.
[11] Ibid.

http://www.wingtv.net/images/highpriests.jpg

THE JUDAS GOATS
THE ENEMY WITHIN


Michael Collins Piper

The “Israelization” of America
Judas Goat Number One: George W. Bush—
Shill for Zionist Theoretician Natan Sharansky:
Planning for Global War in the Name of “Democracy”

President George W. Bush may well rank—by virtue of his high office—as perhaps America’s most insidious and most dangerous Judas Goat. His role in guiding America into the war in Iraq—not to mention his lead part in covering up the truth about the forces behind the 9-11 attack on America—has cast him as a veritable Enemy Within-in-Chief, so to speak. Now he urges America to fight another war against Iran.
However, the truth is that Bush’s messianic call for a worldwide “democratic revolution” (enunciated in his second inaugural address and sounding much like the rhetoric of the global Trotskyite Bolshevik movement) was not really of his own making. His words were written by others far more intelligent than Young Bush.And the origins of Bush’s newfound philosophy are very telling indeed. Perhaps what is most frightening is that the rhetoric of the American president—prodded by his behind-the-scenes “advisors”—points toward more and more military action around the globe in the years to come.
Although a documentary, Bush’s Brain, suggested that Karl Rove, purportedly the president’s chief political tactician, is the mastermind who tells the president what to think, it is now clear—based on solid evidence—that Soviet-born Israeli cabinet minister Anatoly “Natan” Sharansky is the one who actually has bragging rights to that title. Despite the fact that he gained worldwide attention in the 1970s as a Soviet dissident, make no mistake in thinking that Sharansky was ever any kind of Western-style free-market conservative or anti-communist.
Instead, Sharansky was a traditional old-line communist who—like many others in the Soviet Union—simply ran afoul of the ruling regime.
But thanks to an adoring international media, Sharansky capitalized on his imprisonment by the Soviets—who accused him of being a CIA spy—and emerged as a much-touted “human rights activist.”
Later, after his release from prison, Sharansky emigrated to Israel and soon established himself as one of Israel’s most outspoken extremist leaders who damned even Israel’s heavy-handed Prime Minister Ariel Sharon—known as “the Israeli Caesar”—as being “too soft” on the Palestinian Christians and Muslims.
The role of Sharansky in guiding Bush’s thinking is no “conspiracy theory.” Instead, disclosures from the White House itself—published, although not prominently, in the mainstream media—demonstrated that not only did Sharansky personally consult with the president in drafting the now-controversial inaugural address, but also that at least two of Sharansky’s key American publicists were among those brought in to compose Bush’s revolutionary proclamation.
Bush himself told The Washington Times in an interview published on January 12, 2005—even prior to his inauguration: “If you want a glimpse of how I think about foreign policy, read Natan Sharansky’s book, The Case for Democracy. It’s a great book.”
Buried in the very last paragraph of a very lengthy article published on January 22, 2005 The New York Times reported that “The president was given [Sharansky’s] book and asked Mr. Sharansky to meet with him
in the Oval Office . . .Mr. Bush also gave the book to several aides, urging them to read it as well. Mr. Sharansky visited the White House last November.”The Times did not say who gave the book to the president in the first place, but to find out who actually pressed the book upon the president might be very telling indeed.
Affirming the Times’ disclosure, The Washington Post likewise revealed on January 22, 2005 (although, again, in the closing paragraphs of an extended analysis) that an administration official said that planning for Bush’s address began immediately after the November election and that Bush himself had invited Sharansky to the White House to consult with him and that, in the Post’s words,“Sharansky also helped shape the speech with his book.”
It was the Post which revealed that two well-known hard-line “neoconservative” supporters of Israel—William Kristol, publisher of billionaire Rupert Murdoch’s Weekly Standard magazine, and psychiatristturned-pundit Charles Krauthammer, a strident advocate for harsh U.S. military and economic warfare against the Arab and Muslim worlds—were also among those brought in to help draft the president’s address.
Kristol—in particular—and Krauthammer are generally acknowledged even in the mainstream media in America as being among those we’ve dubbed as “the high priests of war” who were instrumental in orchestrating the U.S.war against Iraq,was a measure high-up on Israel’s “want list” for the Bush administration.
It is no coincidence that the individual on the White House staff whom the Post said helped set up the planning conferences to direct Bush’s thinking was one Peter Wehner, director of the White House Office of Strategic Initiatives.Wehner—it happens—is a Kristol protégé, having been his deputy when Kristol was serving as chief of staff for former Reagan administration Education Secretary William Bennett himself a protégé of Kristol’s very influential father, famed “ex-Trotskyite” communist-turned-neo-conservative, Irving Kristol.
So, considering Kristol’s wide-ranging input, shaping Bush’s mindset, it is really no surprise that, as the Post put it,“Bush’s grand ambitions excited his neoconservative supporters who see his call to put the United States in the forefront of the battle to spread democracy as noble and necessary.”
Meanwhile, for his own part,William Kristol chimed in with an editorial in The Weekly Standard on January 24, 2005 declaring “it’s good news that the president is so enthusiastic about Sharansky’s work. It suggests that, despite all the criticism, and the difficulties, the president remains determined to continue to lead the nation along the basic foreign policy lines he laid down in his first term.”
The BBC News noted on January 22, 2005 that Sharansky “has in fact been moving in American conservative circles for some time.”
As far back as July 2002—just prior to the time Bush delivered a hotly-debated speech calling for “democratization” of the Arab world—neo-conservative Deputy Defense Secretary Paul Wolfowitz was in attendance at a conference addressed by Sharansky during which the Israeli leader put forth the same demand.
Shortly thereafter, when Bush gave his own speech, echoing Sharansky, the Israeli hard-liner “provided an important bit of last minute affirmation,” according to American neo-conservative Richard Perle, who—between stints in government, during which time he was suspected of espionage on behalf of Israel—peddled weapons for an Israeli arms manufacturer.
Although the news of Sharansky’s profound influence was not widely known among grassroots Americans, it was big news in Israel where The Jerusalem Post headlined a story declaring “White House takes a page out of Sharansky’s democracy playbook.” In fact, the Israeli newspaper actually went so far as to say that Bush is “doing [Sharansky’s book] promotion free of charge,” pointing out that the president hyped Sharansky’s book in an interview on CNN.
But it’s not only Bush who is relying on Sharansky. On January 20, 2005, Scotland’s independent-minded newspaper, The Scotsman, noted that “Mr. Sharansky’s influence on the way Washington now sees the world was clear this week when Condoleeza Rice quoted him during her Senate confirmation hearings,” confirming that the Israeli hard-liner is very much the brains behind Bush policy.
The fact that Sharansky happened to be in charge of “diaspora affairs” in the Israeli cabinet was significant indeed.The term “diaspora” refers to all Jews living outside the borders of Israel and the “mission statement” of Sharansky’s cabinet office says it places its “emphasis on Israel, Zionism, Jerusalem and the interdependence of Jews worldwide.
In essence, this translates into a single, general aim: securing the existence and the future of the Jewish people wherever they are.” In short, Sharansky is no less than a powerful spokesman for the worldwide Zionist movement.And now, beyond any question, his views are directing George Bush’s worldview.
Considering all of this, it is no wonder that on January 22, South Korea’s English-language media voice, Chosun Ilbo, went so far as to describe Sharansky’s philosophy as outlined in his book The Case for Democracy—now being touted by Bush—as “a blueprint for U.S. foreign policy.”
The propaganda line of Israeli hard-liner Natan Sharansky upon which the president’s inaugural address was based was virtually a complete turn-about from Bush’s rhetoric in the 2000 presidential campaign.
This contradiction is a point that—theoretically—should have given pause to many Republicans who voted for Bush the first time he ran for the presidency.
Enthusiastically proclaiming in a front-page analysis on January 21, 2005 that Bush’s address laid the “groundwork for [a] global freedom mission,” The Washington Times—a leading “neo-conservative” voice which advocates a hard-line globalist foreign policy in sync with Israel’s security demands—stated flat out that:
President Bush’s inaugural address sends the United States on a new, expansionist and far more aggressive global mission to free oppressed countries from dictators—a sharp departure from his 2000 campaign that warned against becoming the world’s policeman . . . an ambitious, perhaps unprecedented internationalist doctrine that could deploy U.S. military power far beyond America’s present commitments . . . .
For its own part, the Times’s daily “liberal” counterpart, The Washington Post, declared editorially on January 21, 2005 that Bush’s address was “more Wilsonian than conservative”—that is, recalling the messianic internationalism of former U.S. President Woodrow Wilson, hardly a hero of American nationalists or traditional conservatives.
Effectively endorsing Bush’s turnabout, the Post acknowledged.
that Bush’s pronouncement “promised an aggressive internationalism, one that if seriously pursued would transform relations with many nations around the world,”saying that if Bush is serious,U.S. policy “is on the verge of a historic change.”
James Steinberg, the former deputy national security advisor in the Clinton administration, found Bush’s emergence as the voice of globalism quite intriguing, inasmuch as it is a determined betrayal of what had been traditional Republican opposition to international meddling.
Steinberg told The New York Times on January 21, 2005 that it is “quite remarkable that one of the notions that’s been so resisted by Republicans is the idea of a deep interdependence in the world, and now [Bush has] essentially adopted the notion that tyranny anywhere threatens freedom anywhere.”
In the same vein, hard-line American-based Zionist Robert Kagan, one of the most aggressive neo-conservative media voices, echoed American Free Press (AFP) when he wrote in the Post on January 23, 2005 that Bush’s “goals are now the antithesis of conservatism.”
According to Kagan,“They are revolutionary.”
In its January 31, 2005 editorial,AFP called Bush a “revolutionary,” and this came very much to the dismay of many traditional conservatives who—inexplicably—still viewed the president as the voice of American patriotism.
These folks are evidently unaware that what is called “neo-conservatism” is anything but what Americans long viewed to be “conservative” in the traditional American nationalist sense of the word.
However, Zionist Robert Kagan understands this distinction and that’s precisely why he said that “Bush may lose the support of most oldfashioned conservatives” once they realize what his new internationalist policy is all about. In short, conservatives have been “had.”And that’s why AFP reminded its readers not to forget what Jesus said: “Beware wolves in sheep’s clothing” or, rather,“Beware the Judas Goats.”

In the meantime, however, Sharansky’s influence on American Republicanism—under George Bush and in the years ahead—remains substantial. In fact, there’s a new brand of Republicanism, at least according to Ken Mehlman, whom President George W. Bush personally hand picked, following the 2004 election, to serve as chairman of the Republican National Committee.
In a March 14, 2005 speech in Washington to the American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), the lobby for Israel, the GOP’s national chairman candidly and enthusiastically described himself as a “Sharansky Republican.”
What was so striking is that this appeared to be the first time in American history that the chairman of one of the national parties used the name and ideology of a political leader from a foreign nation—one known as an “extremist” at that—to describe his own ideology.
In the past, there were self-described “Taft Republicans,” who supported the presidential ambitions of the nationalistic and traditionally conservative Sen. Robert Taft of Ohio—popularly known as “Mr. Republican”—who was the undisputed leader of the America First bloc in Congress from 1936 until his untimely (and some say “suspicious”) death in 1953.
Later, there were the conservative “Goldwater Republicans”who—under the leadership of Sen. Barry Goldwater (Ariz.)—set the stage for the ascendancy of the “Reagan Republicans” who came to power in 1980 under the popular two-term president, Ronald Reagan.
At the same time, in opposition to the Taft and Goldwater Republicans, there were the more liberal and internationalist-minded Republicans who rallied behind New York Governor Thomas E. Dewey and Wall Street lawyer Wendell Willkie,dubbing themselves—naturally—“Dewey Republicans” and “Willkie Republicans.”
And later, of course,many of those same party leaders evolved into “Rockefeller Republicans” following New York Governor Nelson Rockefeller. And there were even a few folks, for a time, who called themselves “Eisenhower Republicans,” stressing their so-called “mainstream, moderate” point of view (however defined) in the spirit of America’s 35th president, Dwight D. Eisenhower.
Now, however, the new GOP national chairman is not calling himself a “Reagan Republican” or even a “Bush Republican” (after the reigning GOP president who is wildly popular among grass-roots members of his party), but, instead, is hailing a foreign leader—a known extremist—as the role model for what 21st century Republicanism is all about.
And this is a direct legacy of George W. Bush who so proudly installed Sharansky as one of the GOP’s ideological dictators, betraying the historic legacy of the GOP. Sharansky’s policy of promoting “global democracy”is hardly in the American tradition, but it’s now part and parcel of what the “modern” Republican Party is all about.



Ohh GAAWD…Marines change recruiting pitch to include ‘humanitarian’ missions





Sur ce blog:

L'American Jewish Committee derrière les mensonges humanitaires qui ont rendu possible la guerre en Libye

L'actuel président du National Endowment for Democracy, le marionnettiste du "printemps arabe", serait un ancien de l'ADL

Ron Paul explique le non-interventionnisme dans les affaires étrangères

Philip Zelikow (signataire du PNAC): La Libye est un modèle pour la redivision du Moyen-Orient