jeudi 30 juillet 2009

Humour juif à Gaza

Le gouvernement d'Israël déclare que "l'opération 'Plomb Durci' à Gaza était nécessaire et proportionnée"

Israel: Operation Cast Lead was 'necessary and proportionate'
Gov't report rebuffs charges of human rights violations in Gaza...

Israel admits white phosphorus use
Israël reconnaît avoir eu recours au phosphore blanc à Gaza

Allemagne: Israël intente des poursuites contre le distributeur "Amazon" et exige le bannissement des livres jugés antisémites

Amazon poursuivi en Allemagne pour vente de livres révisionnistes

Samedi 25 juillet 2009
L'association juive American Jewish Committee a déposé plainte contre le site allemand d'Amazon pour incitation à la haine raciale. L'organisation reproche au portail de commercialiser des livres révisionnistes et antisémites.


Samedi 25 juillet 2009
Par Dépêche (texte)

AFP - L'organisation juive américaine American Jewish Committee (AJC) a porté plainte contre la filiale allemande du groupe de commerce électronique américain Amazon pour incitation à la haine raciale, a-t-il annoncé vendredi.

L'AJC reproche à +Amazon.de+ de vendre sur son site des livres à caractère antisémite, révisionniste ou relativisant la période nazie.

"Il est inacceptable qu'+Amazon.de+ propose des livres que l'on ne trouve normalement que dans les magasins liés aux groupuscules d'extrême droite", a souligné Deidre Berger, directrice de l'antenne berlinoise de l'AJC.

"Amazon.de" propose notamment, dans sa version allemande, "Le Mythe d'Auschwitz" de Wilhelm Stäglich, ainsi que des ouvrages d'Erich Glagau, qui affirme que l'holocauste "est un conte", a constaté l'AFP. D'autres auteurs considérés comme révisionnistes sont également référencés.

Des ouvrages imprimés par "Deutsche Stimme", la maison d'édition du parti néo-nazi allemand NPD, sont aussi en vente sur le site de commerce en ligne.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole d'Amazon Allemagne a indiqué qu'"évidemment" le site ne vendait pas de livres interdits ou représentants un danger pour les enfants. Mais, a-t-elle ajouté, Amazon s'en tient au principe de la liberté d'expression et de ce fait n'est pas enclin à retirer certains ouvrages de son site.

"Nous pensons que la meilleure réponse à une littérature contestable n'est pas de la retirer mais d'en débattre davantage", a-t-elle souligné.

"Nous exigeons qu'+Amazon.de+ agisse à partir de maintenant et enlève de son catalogue tous les ouvrages délictueux", a précisé Deidre Berger.

En Allemagne, les saluts hitlériens, les croix gammées, ainsi que d'autres signes distinctifs nazis sont interdits depuis la Seconde Guerre mondiale.

La vente de certains ouvrages, notamment "Mein Kampf" d'Hitler, est également interdite même à des fins de documentation historique.



Monday, July 27, 2009

"Jewish" Committee Demands Censorship of Books and Jailing of Freethinkers

Editor's Note: The main engine of censorship in the western world and the most insidious force behind the criminal prosecution of freethinkers today, is not the Catholic Church or the right wing, it is Zionism and Judaism, ever seeking to protect its most cherished myths from scientific and historiographic scrutiny.

If this blog was authored in Germany, the American 'Jewish' Committee would attempt to have this writer jailed for producing it.

The tyranny is compounded by the extent to which Zionist journalists, editors and media executives in the United States ignore the kosher dictatorship over the mind of man. The Inquisition is alive and well in Germany and other "Jewish" Committee satraps, but you'd never know it if you relied exclusively on NPR and the establishment media for your news.

By the way, AP's description of two revisionist volumes as "far-right" is a lie in the case of at least one author. Books by Germar Rudolf, a former PhD. candidate in chemistry at the Max Planck Institute, are scientific studies without political content. But it is important to the Associated Press to stigmatize such research as "far right." (The term "far Zionist" is not one we have seen from AP).

Jewish group files complaint against German Amazon

Associated Press via Haaretz | July 24, 2009

The American Jewish Committee (AJC) in Berlin filed a complaint Friday (July 24) asking prosecutors to investigate Amazon.de to see if it has broken German laws against Holocaust denial by selling far-right books.

"We must not allow the laws against denying the Holocaust and hate against minorities in Germany to be eroded through the proliferation of online companies," said AJC-Berlin director Deidre Berger in a statement.

Christine Hoeger, a spokeswoman for Amazon.de, said in an e-mailed response to AP that the company would check the list of books outlined by the AJC once it receives it, to see if the books conflict with Amazon's eligibility requirements. She said, for example, Amazon does not sell books on a federal list of material considered harmful to minors, or books that courts have banned.

"Should Amazon - or any other dealer - decide which books German readers should be able to read?" she wrote in the e-mail.

"Amazon is a dealer, not a regulatory institution, and we are of the opinion that the content of media can and should not be evaluated by private businesses that have no expertise or competence in this area."

Amazon.de is the German arm of Seattle-based online retailer Amazon.com Inc.

The books cited by the AJC, such as The Auschwitz Myth by Wilhelm Staeglich and a volume by convicted Holocaust denier Germar Rudolf, were available for sale on Amazon.de Friday afternoon.

Denial of the Nazi Holocaust is a crime in Germany, punishable by a possible five years in prison.

AJC member Benjamin Schoeler, reached by telephone, said the goal of the complaint, however, is to get Amazon.de to evaluate the books they sell, and pull ones that promote Holocaust denial or anti-Semitism.

Though the books cited by the AJC are all available via second-party sellers through Amazon.de's Marketplace, Schoeler said buyers order and pay for the books through Amazon.de. "We see the firm as responsible for what they are selling," he said.

Hoeger said the company had refused to sell some books that did not fit its content criteria for their views on Nazism, but said they used the highest degree of caution and wanted to ensure that other titles that are worthy of discussion were available.

"We see it as one of our most important tasks as a bookseller to offer our customers access to the widest choice possible," she said. "Therefore our customers will also find titles in the future in which troublesome content regarding the Nazis is found - as they will find an extensive selection of titles in which the Nazis are sharply criticized and condemned."

Schoeler also conceded that even if banned on the German site, the books could be purchased elsewhere - like in the U.S. via Amazon.com - but said nothing could be done to stop that. It is legal to purchase such books in the U.S., but it is not here, he maintained.

The complaint was faxed Friday to prosecutors in Munich, where Amazon-Germany is based.

There was nobody available at the prosecutors' office to comment on the case, but such complaints usually take at least weeks to be evaluated before a decision is made whether to open an investigation.

(Emphasis supplied)


CENSORSHIP~Amazon Sued By Israel

(...) If people don't like the books, then they don't have to buy the books, but to ban books is the first step in creating an Israeli totalitarian worldwide censorship police state.Only Israel does this in order to stop any and all discussion in opposition to Israel's version of ALL worldwide events including 9-11. Forget about the "Holocaust" books, because I can easily see this transforming into a book about the Nakba being on that list for instance. Why? Because it does not match Israel's version of history. Just last week I wrote about a new law HERE which could be adopted in Europe that would make it illegal to imply that Israel could have been involved in 9-11, or any other theories involving Israel or Zionism. Moreover, this law would also make it illegal to criticize "Zionism" itself! And now we see today they are suing Amazon online for selling books that Israel does not like. This lawsuit, if successful, will impact European book sales including books in the UK. Look out America, you're next! More after this:

The German branch of the American Jewish Committee announced it was launching a lawsuit on Friday against the country's Amazon website, accusing the online book retailer of selling 50 books which revise or deny the Holocaust.

According to research conducted by the AJC, about 50 books, including Wilhelm Staglich's The Auschwitz Myth - Legend or Reality, are currently for sale on Amazon.de, the German branch of the site. Staglich's book, along with works cited by the AJC written by Germar Rudolf, Udo Walendy, Jurgen Graf and Carlo Mattogno, are also available for sale on the UK's branch of the retailer, Amazon.com.uk. source

=============

MUST READ~CRITICIZING ISRAEL TO BE ILLEGAL


(...)A Zionist “think tank” in England that has US ties is submitting a report to re-define the term “Anti-Semitism” and make those “new terms” illegal. Sit down, take a deep breath and get ready to be stunned. I came across this recent 38 page PDF publication which is being submitted to the British Government from the European Institute for the Study of Contemporary Antisemitism (EISCA) the Zionist think-tank which sets out to “monitor” Anti-Semitism in the “World.” This will be used against the Government, the Media, Universities and hundreds of Pro-Palestinian organisations, not to mention blogs and any protests the public decide to hold against the Zionist state Military actions in Palestine.

This group has influential power within the British Government, indeed, one Rt Hon Denis MacShane, MP, is the Chairman of the group.

They have just delivered a “new” report In which they are “re-defining” Anti-Semitism to include just about anything one may say to criticize Israel. Such as Anti-Zionism; Holocaust denial and Holocaust related abuse; conspiracy theories; dual loyalty and the blood libel. More importantly, they take this one step further and are now including “Zionism” in this definition.

The report calls for the adoption of this new definition into law, which would then make it a “crime” to discuss or use any of the phrases, terms, arguments, theories or cases covered this new “definition.” They want the UK to adopt the EUMC (now the European Agency for Fundamental Rights [FRA]) definition of “anti-Semitism” so as to outlaw the use of the word “Nazi” when referring to Israel, its government, and Zionists. But that is NOT all they are after, there are many more “demands” which are quite shocking indeed, such as any conspiracy theories about Israel and 9-11, Zionism, or the Israeli Lobby in American Politics control in Washington. Additionally they want your Children to be “re-educated when they attend University (... read the rest)



La censure du futur modélisée par Amazon

24 juillet 2009


La semaine dernière, quelques possesseurs de Kindle (le lecteur électronique d'Amazon) se sont levés un beau matin pour découvrir que la société s'était introduite dans leurs appareils pour y supprimer deux œuvres de George Orwell: «1984» et «La Ferme des animaux». Laissons à Amazon le bénéfice du doute: la société s'est excusée, en expliquant que les livres avaient été mis en vente par erreur, et qu'elle avait intégralement remboursé les clients concernés. Ces œuvres ne sont pas les seules à avoir finit dans ce «trou de mémoire» orwellien: en Juin, Amazon a également supprimé «La Révolte d'Atlas», «La Source vive», et «La Vertu d'égoïsme» de l'auteure américaine Ayn Rand; la société a déclaré qu'elle avait «récemment découvert» que ces titres «posaient problème». Certains clients se sont également plaints de la disparition de leurs livres «Harry Potter». Explication d'Amazon: les versions Kindle de ces œuvres étaient illégales.

Quelqu'un avait mis en vente des versions pirates à l'aide du service de publication d'œuvres personnelles; la société ne faisait donc que défendre la propriété intellectuelle des éditeurs. Soit. L'indicent Orwell, en revanche, est d'un autre ordre. Supprimer arbitrairement les livres d'un auteur dénonçant le totalitarisme: la situation était trop ironique pour échapper à la critique. Amazon a été obligé de promettre qu'il n'effacerait plus les livres de ses clients. Mais ne vous fiez pas trop à ces belles paroles.

Amazon tout puissant

Le plus grave, dans cette histoire, ce n'est pas qu'Amazon se soit mal conduit, mais plutôt qu'Amazon soit en mesure de se conduire de la sorte. Nous savons désormais que cette société peut détruire ce qu'elle veut, quand elle veut sur nos lecteurs électroniques. Elle dispose donc d'un pouvoir incroyable; un pouvoir dont il faut justifier l'utilisation. Le problème, c'est que pour le moment, les arguments avancés par la société sont tous hors-sujet. Posons donc la vraie question : dans un monde qui numérise de plus en plus ses produits culturels, ne risquons-nous pas, dans un futur proche, de perdre un droit jusqu'ici considéré comme élémentaire : la pleine possession de nos livres, de notre musique et de nos films?

De nos jours, la plupart des e-books, des vidéos, des jeux vidéo et des applications pour téléphones portables que nous achetons ne nous appartiennent pas vraiment. Ces produits culturels restent à présent numériquement liés à leur vendeur ou à leur créateur (Amazon, Apple, Microsoft et les autres). Steve Jobs l'a confirmé: tous les iPhones subissent des contrôles de routines menés par Apple, qui vérifie ainsi la «propreté» de nos applications; Apple se réserve le droit de supprimer n'importe quelle application, à n'importe quel moment et pour n'importe quelle raison.

Mais pourquoi s'arrêter en si «bon» chemin? Si Apple ou Amazon peut décider d'effacer nos achats, qu'est-ce qui empêcherait une cour de justice (ou, pour reprendre Orwell, un régime totalitaire) de leur ordonner de le faire? Je l'ai déjà écrit (et je suis loin d'être le premier à le penser): pour moi, le Kindle est le futur de l'édition. A présent, nous savons également à quoi ressemble le futur de la censure.

Des règles insupportables

Comparons l'achat d'un livre réel et l'achat d'un livre électronique pour Kindle au regard de la loi. Lorsque vous entrez dans la librairie du coin pour acheter «La Ferme des animaux» en édition poche, le magasin ne vous force pas à signer un contrat pour limiter vos droits. Si la librairie apprend par la suite qu'elle vous a vendu une version illégale de l'œuvre, elle ne peut pas vous forcer à rendre le livre: après tout, il vous appartient. En ligne, les règles changent du tout au tout.

Quand vous achetez un livre pour votre Kindle, vous acceptez implicitement les conditions d'utilisation du service Kindle d'Amazon. Le contrat donne à la société «le droit de modifier, de suspendre, ou d'interrompre le service à n'importe quel moment; Amazon ne sera passible d'aucune poursuite de votre part si il est choisi d'exercer ce droit». Selon Amazon, les livres que vous achetez ne vous appartiennent pas: les œuvres acquises font simplement partie d'un «service», et la société jouit d'un contrôle total sur ce service. Les conditions d'utilisation sont les mêmes pour les téléchargements de films et de séries sur Amazon; idem pour Apple et son iTunes.

La censure a toujours existé...

Dans son livre «L'Internet de demain: comment y échapper» («The Future of the Internet - And How to Stop It»), Jonathan Zittran, professeur de droit à Harvard, soutient que les appareils «reliés» au vendeur (comme le Kindle) donnent au gouvernement un pouvoir sans précédent: celui de s'introduire dans nos foyers et de trafiquer nos machines. En 2004, TiVo a fait un procès à Echostar, fournisseur de télévision par satellite (qui possède Dish Network): le fournisseur avait distribué à ses clients des enregistreurs vidéo numériques qui, selon TiVo, contrefaisaient les brevets de son logiciel. Un juge fédéral de district donna raison au plaignant. Résultat: la vente de ces appareils fut interdite. Mais le juge décida d'aller plus loin; il ordonna également à Dish Network de désactiver les 192.000 appareils déjà mis en service. (Une cour d'appel a depuis infirmé cette décision; la bataille juridique se poursuit encore aujourd'hui). En 2001, une société du nom de Playmedia a trainé AOL en justice: AOL avait inclut une version de leur lecteur MP3 dans son logiciel. Une cour fédérale donna raison à Playmedia, et ordonna à AOL de supprimer le logiciel de Playmedia via une «live update» (mise à jour automatique).

Numérisation des médias n'est pas synonyme d'interdiction de livres. Tous les pays du monde censurent certaines œuvres d'art, et ce pour un nombre incalculable de raisons. Aux Etats-Unis, la violation des droits d'auteurs est la justification la plus courante. Au début du mois de juillet, par exemple, un juge a ordonné l'interdiction d'un livre suédois, suite non-autorisée de «L'Attrape-Cœurs» de J.D. Salinger. La collection d'«art illégal» du magazine Stay Free! regorge de ce type d'exemples. Florilège: le film «Superstar: The Karen Carpenter Story», film de Tod Haynes (1987), qui fut projeté dans quelques festivals; toutes les bobines furent rappelées et détruites (Haynes n'avait pas obtenu l'autorisation pour l'une des chansons du film). Un CD plein de chansons interdites pour cause d'allégations de sampling non-autorisé. Et beaucoup de parodies de comics («Family Circus», Mickey Mouse...), bien évidemment toutes interdites.

...mais elle devient de plus en plus facile

La différence entre les suppressions sur Kindle et les interdictions d'autrefois est de taille: la censure classique, elle, n'était pas facile à faire respecter. Au mieux, les éditeurs pouvaient essayer de rappeler tous les exemplaires en circulation. En 2007, Cambridge University Press a été trainé en justice pour diffamation par le banquier saoudien Khalid Bin Mahfouz; un livre publié par l'éditeur prétendait qu'il avait financé des groupes terroristes. Les parties se sont mises d'accord sur un compromis: Cambridge a accepté de demander aux bibliothèques de retirer ces livres de leurs rayonnages. Mais les bibliothèques étaient libres de refuser.

Si la plainte de Bin Mahfouz avait concerné un livre électronique du Kindle, en revanche, la cour aurait pu décider (en plus de l'arrêt des ventes) d'ordonner la destruction de chaque exemplaire vendu. Comme le fait remarquer Zittrain, la justice pourrait à l'avenir considérer que ce genre de mesures permet tout simplement de s'assurer qu'une interdiction est respectée. Si un juge peut obliger Dish Network à déconnecter votre enregistreur vidéo numérique, il pourrait également obliger Amazon ou Apple à supprimer vos livres, vos films et vos chansons.

Cette pratique établit un précédent très inquiétant. En effet, les livres effacés par Amazon étaient déjà disponibles en librairies; ceux du futur, en revanche, ne seront plus que des fichiers stockés sur des serveurs. Dans un monde sans papier, la justice aurait le pouvoir d'exiger la destruction de tous les exemplaires d'une œuvre. Citons Zittrain à nouveau: «Imaginez un monde où tous les exemplaires de «Candide», de «L'Appel de la forêt» et d'«Ulysse» ont été détruits par la censure; même si un pouvoir plus conciliant décide de lever l'interdiction par la suite, il est tout simplement trop tard: ces œuvres ont disparues à tout jamais.» Cela peut paraître exagéré; après tout, il y aura toujours les réseaux «Peer-to-Peer» et autres dépôts en ligne pour retrouver une œuvre décrétée illégale. Mais il serait utopique de penser que BitTorrent peut à lui seul sauver l'art illégal. Les mouvements underground anonymes qui ont toujours soutenu les œuvres censurées ne pourront pas survivre éternellement dans le monde du Kindle et de l'iPhone.

N'achetez pas le Kindle

Personne ne devrait pouvoir supprimer vos livres, vos films et votre musique à distance. Mais comment s'y opposer? Voici une solution possible: n'achetez pas le Kindle tant qu'Amazon n'aura pas révisé ses conditions d'utilisation pour mettre un terme aux suppressions de ce type. Mieux encore: Amazon devrait renoncer à cette capacité technique une fois pour toute, ce qui rendrait tout suppression massive impossible (et ce même si le gouvernement l'exigeait). J'ai demandé à Sony et Interread, autres constructeurs de lecteurs de livres électroniques, si ce genre de pratique était possible sur leurs appareils. Je n'ai pas encore reçu de réponse, mais si l'on en croit leurs conditions d'utilisation, contrairement à Amazon, ces sociétés ne s'octroient pas le droit de faire ce qui leur chante en matière de service.

Attention: ces problèmes ne se limitent pas à quelques sociétés en particulier. Comme le dit Zittrain, ils surviennent parce que la justice ne sait pas comment traiter la technologie «reliée», ces appareils qui sont à vous sans être à vous; entre vos mains, mais aux ordres de lointaines sociétés. Amazon a beau jurer qu'il fera mieux la prochaine fois, il est difficile de le croire. La société assure qu'elle ne supprimera plus de livres, mais si quelqu'un l'accuse d'avoir publié une œuvre à caractère diffamant ou en violation d'un droit d'auteur, il n'est pas dit qu'elle respecte cet engagement. Ce cas de figure se présentera tôt ou tard, et la suppression de livres reprendra alors sans doute. Il faudra plus que des vœux pieux pour régler ce problème. Nous avons besoin de lois nouvelles.




Criminaliser la critique de l'entité sinistre


France, Europe: Bientôt, critiquer Israël pourrait vous conduire en prison…

Canada: Internet, un champ de bataille: la critique de l'entité sioniste bientôt criminalisée

La persécution des espions de l'AIPAC relèverait de l'antisémitisme

Pro-Israel lobby probe linked to anti-Semitism

AIPAC Spy Case Convict Alleges U.S. Anti-Semitism

'Anti-Semitism was behind our case' Former AIPAC defendant, FBI informant Larry Franklin: These guys believe there's a Jewish cabal.

Defense analyst in AIPAC spy case was FBI 'double agent' His plan was to use [Steven] Rosen and [Keith] Weissman to relay his concerns to the National Security Council (NSC) staff. Instead, the AIPAC officials, without telling Franklin, took his information, some of which was classified, to Mr. Gilon at the Israeli Embassy and to a Washington Post reporter.


Steve Rosen Accuses AIPAC of Espionage Steven J. Rosen’s defamation lawsuit against the American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) is now entering a critical phase. A series of cross-filings stakes out the critical court terrain. Rosen intends to show that obtaining and leveraging classified U.S. government information in the service of Israel is common practice at AIPAC. He claims it was unfair for AIPAC to fire and malign him in the press after he was indicted on espionage charges in 2005. AIPAC’s defense team is committed to getting the case thrown out on technicalities before it goes to trial early next year.

A judge is allowing Steve Rosen's defamation lawsuit against AIPAC to go ahead



Rosen et Weissman libres!

Une démocrate juive aurait collaboré avec des espions du Mossad

Flashback: le jugement imminent des espions de l'AIPAC soulève l'inquiétude

Declassified FBI File Alleges an Israeli Intelligence Agent Worked at AIPAC

samedi 25 juillet 2009

Ultra-orthodoxes: même les Israéliens n'en veulent pas

A stencil reading ‘not among us’ in Hebrew is painted on a wall in Kiryat Yoval, a Jerusalem neighbourhood where residents oppose the arrival of Haredim, members of an ultra-Orthodox Jewish community.

A stencil reading ‘not among us’ in Hebrew is painted on a wall in Kiryat Yoval, a Jerusalem neighbourhood where residents oppose the arrival of Haredim, members of an ultra-Orthodox Jewish community.

The Globe and Mail

Hard-line Israelis have secularism under siege



Voici la manière hassidique de gérer le traitement des déchets:

An ultra-Orthodox Jew burns garbage in Jerusalem's Mea Shearim neighbourhood on July 16, during a protest against the arrest of an Orthodox woman on suspicion of starving her three-year-old child.


Selon B'Nai Brith Canada, la commission québécoise des accommodements n'aurait pas dû être ouverte au public

Les hassidiques contre le gouvernement du Québec

Les boucs émissaires

vendredi 24 juillet 2009

Blanchiment d'argent, corruption, trafic d'organes... c'est pas bon pour l'image de la communauté!

Bien sûr ce ne sont pas tous les rabbins qui participent au trafic d'organes. Seulement les plus travaillant.


"Les âmes des Gentils sont d'un ordre complètement différent et inférieur. Elles sont totalement mauvaises, sans aucune qualité qui soit rachetable... Si chaque cellule d'un corps juif implique la divinité, est une partie de Dieu, alors chaque brin d'ADN est une partie de Dieu. Par conséquent, il y a quelque chose de particulier dans l'ADN juif. ...

Si un Juif a besoin d'un foie, pouvez-vous prendre le foie d'un non-Juif innocent passant par là pour le sauver? La Torah aurait probablement permis cela. La vie juive a une valeur infinie. Il y a quelque chose d'infiniment plus saint et unique dans une vie juive que dans une vie non-juive."
- Rabbin Chabad Lubavitch Yitzhak Ginsburgh dans le journal Jewish Week, la plus importante publication juive aux États-Unis.

“Gentile souls are of a completely different and inferior order. They are totally evil, with no redeeming qualities whatsoever.” …If every simple cell in a Jewish body entails divinity, is a part of God, then every strand of DNA is a part of God. Therefore, something is special about Jewish DNA. …

If a Jew needs a liver, can you take the liver of an innocent non-Jew passing by to save him? The Torah would probably permit that. Jewish life has an infinite value,” he explained. “There is something infinitely more holy and unique about Jewish life than non-Jewish life.

– Chabad Lubavitch Rabbi Yitzhak Ginsburgh in Jewish Week, the largest Jewish publication in the United States.



Français:




VIDEO - 5 Rabbins Arrêtées pour Trafic d'Organes


VIDEO - Israël menace la Suède pour ne pas avoir sanctionné la presse qui dénonce les atrocités du sionisme



Anglais:

VIDEO MSNBC


Press conference -CNN





VIDEO - Brooklyn Rabbi Trafficking in Human Organs Disgusting!









"US Rabbis' Arrest Was Motivated by Anti-Semitism!"

Lundi, 27 Juillet 2009
 Il n'existe pas de mafia juive, juste de l'antisémitisme

Selon Yitzhak Kakun, rédacteur en chef de l'hebdomadaire Yom Le'Yom, l'antisémitisme serait derrière les arrestations très médiatisées la semaine dernière de rabbins membres de la communauté juive de New York et du New Jersey.

Selon ce journaliste « nous avons le sentiment que le FBI a intentionnellement arrêté le maximum de rabbins simplement dans le but des les humilier (...) Sans tenir compte des détails de l'affaire, nous n'avons jamais vu le FBI et la police se comporter ainsi avec les représentants musulmans et chrétiens. Il paraît évidement que ces arrestations soient motivées par l'antisémitisme. »

Yitzhak Kakun a aussi souligné qu'il avait prévu de consacrer un éditorial à l'administration Obama qui stimulerait un sentiment d'antisémitisme contre la communauté juive américaine.

Du côté israélien, le député du parti Shas Nissim Ze'ev a déclaré que la police américaine a délibérément donné une fausse image des membres de la communauté juive, en les accusant d'être liés à un trafic de dons d'organes et de détournements de fonds. En référence aux termes utilisés par les médias pour qualifier les rabbins suspects, comme «Kosher nostra » et « Cosa Nostra », Nissim Ze'ev insiste sur l'antisémitisme d'une police et de médias qui « essaient de faire croire à une mafia juive. »

VOXNR



Donne-moi ton rein !
REVUE DE PRESSE - journalmetro.com: “Levy Izhak Rosenbaum n’est pas un rabbin comme les autres. Il gagne sa vie en vendant des organes humains. De préférence des reins, très demandés sur le marché et facilement exportables.
Le FBI l’avait à l’œil depuis 10 ans. Il s’est finalement fait épingler dans la gigantesque affaire de corruption dévoilée la semaine dernière à New York.
Les activités pas très catholiques du sombre religieux de 58 ans ont fait la manchette du Jerusalem Post. Et pour cause. Israël est l’un des pays développés où le don d’organes est le plus bas. Ce n’est pourtant pas contre la religion juive que de donner son corps à la science.
Rosenbaum, écroué avec quatre autres rabbins qui eux faisaient dans le blanchiment d’argent, avait constaté ceci : les donneurs de reins en Israël sont en grande majorité des immigrants asiatiques. Parmi eux se trouvent les Philippins. Leur pays est déjà l’un des plus grands souks d’organes humains. Un rein s’y vend pour moins de 1 000 dollars. Rosenbaum en offrait 10 fois plus. Il les revendait 160 000 dollars pièce aux États-Unis.
Plus de 80 000 Américains sont sur la liste d’attente pour décrocher un rein. Le trafiquant de Brooklyn ne l’avait cependant pas facile, car les donneurs de l’État hébreu ne sont pas légion dans un pays où il faut attendre en moyenne six ans pour une greffe. Résultat : les Israéliens sont parmi les plus grands acheteurs de reins de la planète et pour eux les satellites de l’ex-URSS sont une mine de reins.
Quinze mille reins seraient vendus par année dans le monde. La vente d’organes, condamnée par les organisations internationales et punie par les législations des pays développés (dont Israël depuis 2006), est une filière lucrative pour les organisations criminelles internationales et des individus comme Izhak Rosenbaum. Faut-il la légaliser?
Question difficile certes, mais la demande dépassant toujours l’offre, le problème reste entier à l’heure de toutes les prouesses médicales. Si vendre une partie de son corps devait devenir monnaie courante, qui le ferait? Les pauvres. «Je vais vous faire une offre que vous ne pouvez pas refuser», devait sûrement dire le rabbin Rosenbaum à ses riches clients du New Jersey, l’État où opérait le Parrain de Francis Ford Coppola”.
Source: http://www.journalmetro.com/paroles/article/268545–mine-de-reins

http://a51.idata.over-blog.com/300x397/3/00/94/05/IMG4/090901-sioniste.jpg

"Tout le monde voulait en être" Le courtier en reins et les rabbins qui blanchissaient l’argent sale

Les rabbins et le trafic d’organes

July 24th, 2009


Les Juifs pratiquent déjà le meurtre d’enfants chrétiens
et le recel de leur sang depuis le plus haut moyen âge

AFP - Une quarantaine d’élus locaux et cinq rabbins ont été arrêtés jeudi dans la banlieue de New York lors du démantèlement d’un réseau de corruption ayant des ramifications jusqu’en Israël et en Suisse.

Les maires des villes d’Hoboken, Secaucus et Ridgefield, dans l’Etat du New Jersey, figurent parmi les personnes arrêtées dans le cadre de ce coup de filet qui a commencé à l’aube. Les autorités soupçonnent les prévenus de corruption, extorsion de fonds, blanchiment d’argent et trafic d’organes.

Les télévisions ont montré les images des dirigeants locaux placés menottes au poignet à bord d’un autocar qui devait les diriger vers leur lieu de détention, aux côtés de rabbins en tenue traditionnelle. Plusieurs synagogues ont été perquisitionnées et un total de 44 personnes arrêtées.

“Ces personnalités politiques se sont vendues”, a résumé le procureur Ralph Marra lors d’une conférence de presse, tout en accusant les religieux juifs d’avoir “dissimulé leurs vastes activités criminelles derrière une façade de respectabilité”.

Le coup de filet semblait l’un des plus vastes jamais lancés dans l’Etat du New Jersey (nord-est) connu pour ses relations malsaines entre la politique et le crime organisé. L’Etat a servi de cadre à la série télévisée “Les Sopranos” consacrée à la mafia.

Les autorités ont indiqué avoir enquêté pendant dix ans sur ce réseau de corruption organisée. Les élus faisaient passer leurs pots-de-vin pour des contributions électorales, selon la justice.

Quant au rabbin Levy Izhak Rosenbaum, il est accusé de trafic d’organes pour avoir persuadé des “donneurs” de lui vendre pour 10.000 dollars des reins qu’il revendait seize fois plus cher.

Le gouverneur démocrate du New Jersey, Jon Corzine, a dénoncé “un degré de corruption scandaleux et intolérable”. “La corruption est inacceptable, partout en tout temps et par qui que ce soit”, a-t-il estimé dans une déclaration écrite.

M. Corzine risque d’avoir une réélection difficile en novembre face au républicain Chris Christie, un ancien procureur qui a à son actif plusieurs années de combat contre la corruption au New Jersey.

La police a démenti tout motif politique derrière les arrestations, qui touchent plus largement des responsables démocrates que républicains.

“Il ne s’agit pas de politique ni de religion. Il s’agit de criminels qui se servent de la politique et de la religion”, a commenté un responsable du FBI, Weysan Dun.

Les suspects risquent jusqu’à 20 ans de prison pour abus de pouvoir et blanchiment d’argent, 10 ans pour prévarication et cinq ans pour trafic d’organes.




Des rabbins dans le plus odieux et crapuleux réseau d'escrocs, arrêtés aux USA
Publié le 24 juillet 2009 par Boukhari Nacereddine
L’enquête a également révélé que Levy Izhak Rosenbaum de Brooklyn, est accusé de complot et avec un courtier pour la vente à un homme d’une greffe de rein. Selon la plainte de la victime, Rosenbaum a déclaré qu’il avait été courtier pour la vente de reins de 10 ans. "Son entreprise, à l’origine un organisme de bienfaisance, pratiquait carrément un juteux commerce pour inciter les personnes vulnérables à renoncer à une greffe de rein pour 10.000 $ qu’il revendait à 160,000$ . "Au New Jersey, le problème de la corruption est un grave problème, sinon le pire dans la nation", a déclaré Ed Kahrer, assistant et agent spécial du FBI en charge de la criminalité en col blanc.
Dans une enquête qui a duré 10 ans, le FBI a réussi à démanteler le plus odieux et crapuleux réseau d’escrocs de l’histoire des Etats-Unis. Selon une dépêche de l’agence Reuter, des dizaines de politiciens, de fonctionnaires et d’éminents rabbins ont été arrêtés jeudi lors d’une vaste intervention de la police fédérale (FBI) dans l’Etat du New Jersey et dans la ville New York. Outre la corruption politique, la vente d’organes humains et le blanchiment d’argent, des USA jusqu’à Israël et Suisse, en sont au menu des inculpations.
L’entreprise colonialiste qui est d’abord l’œuvre de l’impérialisme capitaliste, au-delà du fort mouvement de gauche auquel adhèrent les juifs où qu’ils peuvent vivre, Israël n’est pas encore désigné comme un paradis fiscal et encore moins la tirelire où tous les bandits y mettent leurs amas pour les jours où ils seront démasqués. Bernard Madoff, le plus grand détrousseur de tous les temps, a été présenté comme quelqu’un qui a escroqué les associations caritatives israéliennes. Or la réalité, il est tout autre, sinon bien le contraire et comme leur pourvoyeur. Israël lui était une base arrière en cas de pépin, mais l’appareil judiciaire américain l’a happé avant son évanouissement dans la nature et a été condamné à 150 ans de prison.
L’enquête baptisée "Opération Achat Rig" (plate-forme d’achat), traquait depuis une décennie un trafic d’influence et de pots-de-vin au sein d’un réseau d’agents de la fonction publique. Le bureau du procureur à Newark, au New Jersey, selon Reuter, a déterminé que l’investigation a évolué sur la découverte d’un réseau de blanchiment, de plusieurs millions de dollars, canalisé dans sur une pseudo-gestion d’organismes juifs de bienfaisance et détenus par des rabbins dans plusieurs Etats des Etats-Unis.
Parmi les accusés, le maire Peter Cammarano, qui a pris ses fonctions il y a trois semaines dans la ville industrielle visible de l’Hudson River de New York. Son nom était déjà inscrit parmi les 44 mandats d’arrestation, avant qu’il occupe dernièrement son poste de maire. Ces mandats visaient une pléiade d’accusés entre maires de proximité, dont Secaucus Ridgefield, un adjoint au maire, les membres du conseil municipal, des services du logement, de la planification, ainsi que d’autres fonctionnaires, comme des inspecteurs en bâtiment ou des politiques véreux.
"Au New Jersey, le problème de la corruption est l’une gangrène, sinon la pire, dans la nation", a déclaré Ed Kahrer, assistant du juge et agent spécial du FBI en charge de la criminalité en col blanc. Il a été mis sur le programme de la corruption dans le New Jersey, et il a travaillé sur l’enquête depuis son lancement en Juillet 1999. Il a spécifié que la corruption "… est désormais ancrée dans le New Jersey et dans la culture politique", qualifiant cette corruption "un cancer".
Au centre de cette enquête qui a duré une décennie, un informateur qui a été accusé de fraude bancaire en 2006. Il lui a été proposé une mission d’infiltration comme promoteur immobilier et propriétaire d’une entreprise de tuiles. Ces statuts lui ont servi de payer des fonctionnaires afin de gagner l’approbation de projets et de marchés publics dans le nord du New Jersey, selon les documents avec lesquels il a suivi son affaire. Nombreux fonctionnaires sont accusés de prendre des pots de vin pour les permis de construction et sur des projets prioritaires. La complicité est hiérarchisée pour approuver ces contrats par les directions.

La culture de la corruption

Comme dans les épisodes de la série télévisée "The Sopranos" et qui auraient pu être tirées de cet Etat, au New Jersey le crime organisé utilise les mêmes parades et scènes. Corrompus et corrupteurs se rencontrent dans des dîners, les terrains de stationnement, les terrains de golf et même les salles de bains. "Les politiciens sont très volontiers dans la vente du denier public", a déclaré le procureur par intérim des États-Unis Ralph Marra." Et les victimes sont comme d’habitude les citoyens moyens et les honnêtes gens. Ils n’ont aucune une chance d’échapper au crime dans cette culture de la corruption.
Le bureau d’enquête en matière de corruption du FBI, a mis au jour grâce à son informateur une séparation distinguant le réseau de blanchiment d’argent qui fonctionnait avec les rabbins qui l’ont fomenté entre Brooklyn, Deal, New Jersey, et jusqu’en Israël, selon les autorités judiciaires. Ils ont blanchi, entre Juin 2007 et Juillet 2009, quelques 3 millions de dollars selon cette infiltration qui sert de témoins.
"Ces poursuites donnent une image déplorable de la position des chefs religieux dans le blanchiment d’argent, qui en réalité sont à la tête d’équipes et agissent comme et en tant que véritables chefs du crime.", a déclaré Marra. "Ils ont utilisé des prétendus organismes de bienfaisance, des entités censées mettre en place de bonnes œuvres, mais ce sont des machines pour le blanchiment de millions de dollars de fonds illicites."

Les rabbins vendeurs d’organes humains

Les rabbins accusés de blanchiment d’argent sont Saul Kassin, grand rabbin d’une grande synagogue juive syrienne à Brooklyn, Eliahu Ben Haim, le rabbin principal de la synagogue de Deal, Edmund Nahum rabbin principal de la synagogue dans une autre mission juive, et Mordchai Fish, un rabbin dans une synagogue à Brooklyn.
L’enquête a également révélé que Levy Izhak Rosenbaum de Brooklyn, est accusé de complot et en courtier de la vente d’une greffe de rein d’un homme dans la précarité. Selon la plainte, Rosenbaum a déclaré qu’il avait été dans le courtage pour la vente de reins d’enfant de 10 ans. "Son entreprise faisait carrément un juteux commerce pour inciter les personnes vulnérables pour accorder une greffe de rein pour 10.000 $ et qu’il revendait à 160,000 $" a déclaré M. Marra.
Plusieurs des agents de la fonction publique ont été accusés de prendre des pots-de-vin pour un minimum de 10.000 $, selon les autorités. Cammarano, est à 31 ans le plus jeune maire de Hoboken. Il a été inculpé pour une prise de pots-de-vin de 25.000 $ dont 10.000 $ datent jeudi dernier, soit une semaine avant son arrestation et 2 après sa prise du poste de maire.
La plupart de ces accusés ont été arrêtés lors d’une descente, dans le New Jersey et New-York, où ont participé plus de 300 agents fédéraux, tôt le jeudi. L’ensemble des corrompus devraient comparaître devant la cour de Newark dans de la journée.
Les 12 premiers accusés de ce réseau ont été présentés au juge dont Cammarano qui est apparu enchaîné devant le magistrat Madeline Arleo Cox. Cammarano s’est secoué dans va-et-vient dans son fauteuil, comme par colère, mais n’a montré aucune émotion. Presque tous ont été libérés sous caution le jour même, avec des sommes allant de $ 100,000 à $ 500,000.
Telle la justice du pays de l’oncle Sam !
Des rabbins dans le plus odieux et crapuleux réseau d’escrocs, arrêtés aux USA.




Rabbin vendeur de reins en provenance d'israel ?

Plus corrompus que ça…
Le Jeudi 23 Juillet 2009
www.blogues.cyberpresse.ca/hetu/

Essayons de voir un peu plus clair dans l’histoire invraisemblable de corruption et de blanchiment d’argent qui a mené aujourd’hui à l’arrestation de 44 personnes dans le New Jersey, dont trois maires et deux parlementaires de cet État et au moins cinq rabbins de New York et du New Jersey (on trouve ici la liste complète des individus interpellés dans le coup de filet et ici un compte rendu de l’affaire publié sur le site du Wall Street Journal).
Tout commence par une enquête sur un réseau de blanchiment d’argent dont les tentacules s’étendent de New York à Israël en passant par le New Jersey et la Suisse. Ce réseau, selon le procureur fédéral du New Jersey, aurait blanchi des dizaines de millions de dollars par le biais d’oeuvres caritatives contrôlées par des rabbins de la communauté juive syrienne de Brooklyn et de Deal, dans le New Jersey.
L’argent provenait notamment de la vente de reins et de faux sacs à main Gucci et Prada
.
Un homme de Brooklyn, Levy Izhak Rosenbaum, est accusé d’avoir persuadé des donneurs israéliens de lui vendre pour 10 000$ des reins qu’il revendait 160 000$. Un «témoin coopératif» a commencé il y a deux ans à collaborer avec les enquêteurs pour mettre à jour les crimes dont sont accusés les membres du réseau. [Hummm ! Des reins "israéliens juifs" ou bien "israéliens palestiniens" ? Qui serait juif et assez pauvre pour vendre un rein pour 10.000 dollars ?]
Ce même témoin coopératif a par la suite aidé les autorités policières à piéger pas moins de 29 édiles, gens d’affaires et autres responsables du New Jersey qui ne demandaient pas mieux que de recevoir des pots-de-vin pour aider ses causes. Ce témoin se faisait passer pour un promoteur immobilier. Il aurait notamment promis 25 000$ au maire de Hoboken, Peter Cammarano, qui a été élu à ce poste à l’âge de 31 ans en juin dernier après avoir siégé plusieurs années au Conseil municipal de la ville natale de Frank Sinatra. Le nombre des responsables arrêtés pour corruption a étonné même ceux qui sont habitués aux histoires rocambolesques du New Jersey. Je cite la déclaration d’un responsable du FBI :
«Le problème de corruption du New Jersey est l’un des pires, sinon le pire de la nation. La corruption est un cancer qui détruit les valeurs fondamentales de l’État.»
Le procureur fédéral du New Jersey n’a pas identifié le témoin coopératif, mais tout indique qu’il s’agit de Solomon Dwek, fils d’un rabbin qui dirige la synagogue de Deal et occupe une place importante dans la communauté séfarade du New Jersey. Dwek, qui dirige lui-même une école religieuse, faisait face à des accusations de fraude bancaire après avoir tenté d’encaisser un faux chèque de 25 millions de dollars.

La liste des rabbi's
Following are the individuals charged in the money laundering investigation:
Saul Kassin, the chief rabbi of Sharee Zion in Brooklyn, who laundered more than $200,000 with the cooperating witness between June 2007 and December 2008 by accepting "dirty" bank checks from the cooperating witness and exchanging them for clean checks from Kassin's charitable organization, after taking a fee of 10 percent for each transaction.
Edmund Nahum, principal rabbi at Deal Synagogue in Deal, N.J., who laundered money both acting alone and with Kassin. Nahum laundered $185,000 between June 2007 and December 2008 by accepting dirty checks from the cooperating witness and exchanging them for clean checks from his own and Kassin's charitable organizations, after taking a fee of 10 percent for each transaction. Both Kassin and Nahum also laundered money to create fictitious tax deductions by accepting checks made payable to their charitable organizations, which created the appearance of charitable donations. They then deducted their 10 percent fee for laundering the checks through their charitable organization accounts and returned to the originators checks drawn on one of their accounts for 90 percent of the value of the original checks. These return checks would be payable to a name designated by the originators.
Eli Ben Haim, principal rabbi of Congregation Ohel Yaacob in Deal, N.J., laundered $1.5 million with the cooperating witness between June 2007 and February 2009 by accepting dirty checks from the cooperating witness and exchanging them for cash, after taking a fee of approximately 10 percent for each transaction. His source for the cash was an Israeli who, for a fee of 1.5 percent, supplied the cash through intermediary cash houses run by
defendants Weiss, Ehrental, and Cohen, who are described below. Ben Haim remarked that at one time he had laundered between $7 million and $8 million in one year, and earned $1 million laundering money in that year. Read the criminal complaint
Cash House Operators for Haim transactions:
Arye Weiss - operated cash house from his residence in Brooklyn for Haim money laundering transactions; charged with supplying $300,000 in cash.
Yeshayahu Ehrental operated cash house from his office in Brooklyn for Haim money laundering transactions; charged with supplying $300,000 in cash. Read the criminal complaint
Schmulik Cohen - operated cash house from his residence in Brooklyn for Haim money laundering transactions; charged with supplying $850,000 in cash. Read the criminal complaint
Mordchai Fish - Rabbi of Congregation Sheves Achim in Brooklyn. Working with his brother Lavel Schwartz, also a rabbi in Brooklyn, Fish laundered approximately $585,000 with the cooperating witness by accepting dirty checks and exchanging them for cash, after taking a fee of 15 percent for each transaction. His source for the cash for some of the transactions was Levi Deutsch, who supplied the cash through an intermediary cash house run by Spira; for other transactions his source for the cash is unidentified but the cash was provided by cash couriers Gertner and Goldhirsh and cash houses run by Pollack and Weber. On two occasions over the course of his dealings with the Cooperating witness, Fish gave the Cooperating witness new chips for his cell phone to thwart any law enforcement attempt to wiretap their telephone calls. Read the criminal complaint
Levi Deutsch - Israeli source/supplier of cash for a number of Fish money laundering transactions. For a fee of two or three percent, he supplied cash for the transactions
through intermediary Spira's cash house and is charged with supplying $200,000 in cash. Read the criminal complaint
Cash House Operators and Cash Couriers for Fish transactions:
Binyomin Spira - operated a cash house from a bakery in Brooklyn in which he received cash from Levi Deutsch and supplied cash for Fish money laundering transactions, charged with supplying $200,000 in cash.
Yolie Gertner - acted as a cash courier for Fish money laundering transactions, charged with moving $185,000 in cash.
David Goldhirsh- acted as a cash courier for Fish money laundering transactions, charged with moving $100,000 in cash.
Abe Pollack- operated cash house from his office in Brooklyn (which he shared with Naftoly Weber) for Fish money laundering transactions, charged with supplying $125,000 in cash.
Naftoly Weber - operated cash house from his office in Brooklyn (which he shared with Abe Pollack) for Fish money laundering transactions, charged with supplying.
Others:
Moshe Altman, 39, of Monsey, NY, charged with conspiracy to commit extortion under color of official right & money laundering. Read the criminal complaint
Itzak Friedlander, 41, of Union City, NJ, charged with money laundering conspiracy. Read the criminal complaint
Shimon Haber, 34, of Brooklyn, NY, charged with money laundering conspiracy. Read the criminal complaint
Levy-Izhak Rosenbaum, 58, of Brooklyn, NY, charged with conspiracy to transport human organs.

North Jersey: epicenter of 'Kosher Nostra' and Mossad activity


KOSHER NOSTRA AND DIRTY JERSEY
* RABBIS AND TOP POLS AMONG 44 BUSTED
* SCHEMES TO SELL KIDNEYS, LAUNDER $$
* INFORMANT 'BRIBER' CAUGHT BIGS ON TAPE

Court: Some money-laundering cash may be from Israel
A rabbi detained used Israeli source to supply money for 1.5% fee, 'Post' learns; 44 arrested for money laundering, corruption.



Solomon Dwek
How the FBI used a rabbi's son to crack massive U.S. corruption case
(...)A leader of a prominent Jewish organization told Haaretz this week that in the wake of the Bernie Madoff scandal, photos of rabbis in handcuffs splashed across the front pages of publications such as the New York Times serve only to harm the community, but that it was time to accept the fact that "a criminal is a criminal, whether he wears a kippa or not".


NYT finds 'disproportionate role' of Israelis in world organ trafficking
NYT identifies six patients who underwent kidney transplants in Costa Rica and three Israeli men it says are involved in trafficking.

Report: Israelis key players in 'cash for kidneys' black market

Israelis at forefront of international organ trafficking: Report

VIDEO The arrests were part of a 10-year investigation which has uncovered illegal activity ranging from money-laundering of at least $3m to kidney-trafficking.

U.S Attorney, Ralph Marra said "these complaints paint a disgraceful picture of religious leaders heading money laundering crews - acting as crime bosses".



VIDEO- N.J. corruption bust nets mayors and rabbis

NJ mayors, rabbis arrested.

New Jersey corruption sweep reveals 'pervasive' web of money laundering, bribes

Several rabbis were arrested as part of a public corruption and international money-laundering investigation in New Jersey

U.S. rabbis suspected of brokering sale of human kidneys

Brooklyn man accused of buying, selling kidneys

Israelis deep into organ trafficing

Is Israel harvesting organs of Palestinian youths?

Dec2007- Two Haifa men sentenced to jail for organ trafficking

Israel Kills, Steals Organs of Palestinian Children
Israeli occupation forces not only kill Palestinian children but they also mutilate their bodies, and extract vital organs to use them as “spare parts”, Palestinian President, Yasser Arafat said in a televised interview Sunday.

“Why should we Israelis be made to travel to third world clinics to get the kidneys we need to survive from the bodies of peasants, soldiers, or guest workers who may be in worse physical shape than ourselves?” a 71-year-old “kidney buyer” from Tel Aviv asked me rhetorically. “Organs should be seen as a human, not as a national resource.”

The Zionist state has tacitly admitted that doctors at the Israeli forensic institute at Abu Kabir had extracted the vital organs of three Palestinian teenage children killed by the Israeli Army nearly ten days ago.
Zionist Minister of Health Nessim Dahhan said in response to a question by Arab member of the Zionist Parliament 'Knesset', Ahmed Teibi, on Tuesday that he couldn't deny that organs of Palestinian youths and children killed by the Israeli forces were taken out for transplants or scientific research.

2005 - Israeli doctors experimented on children
A leading Israeli doctor and medical ethicist has called for the prosecution of doctors responsible for thousands of unauthorised and often illegal experiments on small children and geriatric and psychiatric patients in Israeli hospitals.
An investigation by the government watchdog, the state comptroller, has revealed that researchers in 10 public hospitals administered drugs, carried out unauthorised genetic testing or undertook painful surgery on patients unable to give informed consent or without obtaining health ministry approval.

An Israeli organ trafficking ring which was smashed in South Africa last year has shifted its operations to China, according to a report in the New York Times.

June 2009- ISRAEL: Still a destination for human trafficking

Israël: première plaque tournante pour la traite des Blanches

Israël et la traite d'esclaves

Rothschild et l'esclavage


Bucarest : trafic de chair humaine
24 juillet 2009

Trois personnes ont été placées en garde à vue lundi dans le cadre d’une enquête sur un trafic d’ovules visant une clinique créée en 1999 à Bucarest par des médecins israéliens, a rapporté l’agence roumaine Newsin.
“Une enquête du Département de lutte contre la criminalité organisée (DIICOT) est en cours et plusieurs dizaines de personnes ont jusqu’ici été interrogées”, a indiqué à l’AFP la porte-parole de cet organisme, Gabriela Neagu, se refusant, dans l’immédiat, à d’autres détails. Selon Newsin, les trois personnes en garde à vue sont deux médecins israéliens et une employée roumaine de la clinique Sabyc, spécialisée dans les fécondations in vitro (FIV) et la chirurgie esthétique. Selon le directeur de l’Agence roumaine pour les transplantations, Victor Zota, cette clinique a été autorisée à réaliser des FIV il y a à peine une semaine, alors que, selon son site internet, elle en aurait effectué pas moins de 1.200. En outre, la clinique versait aux donatrices des sommes allant de 800 à 1.000 lei (environ 190 à 238 euros), alors que la loi roumaine interdit formellement de rémunérer les dons d’organes ou de cellules. Parmi les personnes entendues figurent des médecins, des donatrices et des femmes souhaitant bénéficier d’une FIV. Selon le site de la clinique, la plupart des bénéficiaires provenaient d’Israël, d’Italie et de Grande-Bretagne. ---Les Echos.fr 20/07/2009





dry bones

"Survivant de l’holocauste" et trafiquant d’organes

Normalement, l’arrestation en Europe du chef d’un réseau de trafic d’organes humains aurait dû faire les gros titres des journaux.
Il n’en a pourtant rien été avec l’arrestation d’un certain Gedalya Tauber le 6 juin dernier à l’aéroport de Rome. On ne trouve que quelques références sur cette affaire sur internet comme cet article du journal Ouest-France, un des plus détaillés de ce que la presse francophone a à nous offrir:
Italie. Un Israélien arrêté à Rome pour trafic d’organes
Faits divers vendredi 07 juin 2013
Gedalya Tauber, un ex-officier israélien de 77 ans à la tête d’un trafic international d’organes humains a été arrêté jeudi à l’aéroport Leonard de Vinci de Rome, a annoncé vendredi la police italienne. L’homme était recherché depuis octobre 2010.
Recherché par toutes les polices du monde et fiché par Interpol, l’ancien militaire a été identifié à l’aéroport par deux agents, dont le responsable de la police de l’air et des frontières, Rosario Testaiuti.
« Nous avons arrêté Gedalya Tauber qui est visé par un mandat d’extradition à la suite d’une condamnation à la peine de prison à perpétuité en Israël », a déclaré Antonio Del Greco, un responsable de la police à l’aéroport.
Cerveau du trafic d’organes entre le Brésil et Israël
Israëlien résident au Brésil, Gedalya Tauber avait été arrêté en 2010 pour trafic d’organes, avec son partenaire Eliezer Ramon et six autres Brésiliens, à Recife, au nord-est du Brésil. Considéré comme le cerveau du trafic d’organes entre le Brésil et Israël, il organisait des opérations à l’hôpital de Sainte Augustine de Durban, en Afrique du Sud.
Son groupe enrôlait des Brésiliens provenant des quartiers pauvres de Recife et payait entre 3 000 et 10 000 dollars pour un rein, qui était ensuite transplanté à l’acheteur. Tauber s’occupait aussi bien de trouver les donneurs que les bénéficiaires, ces derniers tous Israëliens. Selon les médias il aurait organisé plus de 35 opérations illégales dans l’hôpital de Sainte Augustine.
Gedalya Tauber est donc un ressortissant  l’entité sioniste, ancien officier de l’armée de surcroît, deux bonnes raisons d’être discret car ne sommes-nous pas là devant ce qu’on appelle des circonstances atténuantes?
Et puis, nous apprend la presse sioniste, Gedalya Tauber a aussi été chef de la police de Tel Aviv et, surtout, c’est un survivant de l’holocauste
gedalia-tauber-in-custody
Gedalya Tauber, une souffrance incomprise






Histoire de Mickey Cohen (The Jewish Mobsters - Mickey Cohen)


Gilad Atzmon – Il est peut-être temps de parler de la montée des crimes juifs?

jeudi 23 juillet 2009

Bernanke ne sait pas où sont passés les 553 milliards$ de la FED





Les responsables de la crise démasqués par eurydile

Even Bernanke Admits this Could be Worse than the Great Depression

Bernanke - The Rothschild Puppet

Qu'est-ce que le judaïsme?





http://4.bp.blogspot.com/_qUFDMUpk9jE/ShtXy_6HY2I/AAAAAAAATcU/eFR3F3vZAPo/s400/Stand+with+Israel+4+blog-thumb-640x806.png



"Auschwitz" peut être pris comme un nom paradigmatique pour l' "inachèvement" tragique de la modernité. (...) Auschwitz ridiculise toutes les prétentions de la modernité à la raison et au progrès. Après Auschwitz, il ne peut y avoir que le silence... la fin des 'Grands Récits' de la modernité...
(Cette perception de la Shoah comme un désastre sans précédent, comme un avilissement sans retour de la vie a été profondément influencé par la Dialectique négative de Theodor Adorno, un penseur juif de l'école de Francfort.)

"Si Auschwitz a été possible, c'est que Dieu n'existe pas"
Shmuel Trigano

« Dieu est effectivement mort à Auschwitz, en tout cas le Dieu de l'Occident gréco-chrétien... »
P. Lacoue, Labarthes



Extraits choisis de
De la reine Esther à l'AIPAC


...Bien que la judéité diffère du judaïsme, on n’en reste pas moins fondé à s’interroger sur ce qui la constitue, au juste : s’agit-il d’une nouvelle forme de religion, d’une idéologie de la religion, ou simplement d’un simple ‘état d’esprit’ ?
Si nous admettons que la judéité est bien une religion, il conviendra de poser les question suivantes : "Quel genre de religion est-ce là ?" ; "Quelles en sont les implications ?" ; "A quoi ses adeptes croient-ils ?"
S’il s’agit effectivement d’une religion, on est fondé à se demander s’il est possible d’en divorcer, tout comme il est possible d’abandonner le judaïsme, le christianisme, ou l’Islam, avec au minimum la même facilité
Si la judéité est une idéologie, alors les bonnes questions à poser sont les suivantes : "Quelle en est la finalité ?" ; "Détermine-t-elle un discours donné ?" ; "Ce discours est-il monolithique ?" ; "Dessine-t-il un nouvel ordre du monde ?" ; "Vise-t-il la paix, ou la violence ? " ; "Est-il le vecteur d’un message universel à destination de l’humanité, ou bien n’est-il qu’une énième manifestation de quelque précepte tribal ?"
Si la judéité est un état d’esprit, alors la question à poser est celle de savoir si cet état d’esprit est rationnel, ou irrationnel ? S’il ressortit à l’exprimable, ou bien plutôt à l’ineffable ?
A ce point de mon exposé, permettez-moi de suggérer de prendre en considération l’éventualité (peu probable) que la judéité soit une sorte d’hybride étrange, rassemblant toutes ces qualités à la fois [une religion + une idéologie + un état d’esprit]. (...)
La Religion de l’Holocauste
"Le philosophe - juif strictement orthodoxe - Yeshayahu Leibowitz m’a dit, un jour : "La religion juive est morte, voici de cela deux siècles. Aujourd’hui, plus rien n’unifie les juifs du monde entier, mis à part l’Holocauste." (cité par Uri Avnery).
Le philosophe Yeshayahu Leibowitz, ce professeur à l’Université Hébraïque de Jérusalem né Allemand, fut sans doute le premier auteur à suggérer l’idée que l’Holocauste avait acquis le statut de nouvelle religion juive.
L’"Holocauste" est bien plus qu’un récit historique : il contient, de fait, bien plus que ses éléments religieux fondamentaux.
Il a ses propres prêtres (Simon Wiesenthal, Elie Weisel, Deborah Lipstadt, etc.), ses prophètes (Shimon Peres, Benjamin Nethanyahu et ceux qui mettent en garde contre le judéocide iranien à venir), ses commandements et ses dogmes ("plus jamais ça" ; "les six millions", etc).
Il a ses rituels (journées commémoratives, pèlerinages à Auschwitz, etc.), ses autels et ses temples (Yad Vashem, Musée de l’Holocauste, et même, depuis peu : l’Onu !).
Comme si cela ne suffisait encore pas, la religion holocaustique est, de plus, perpétuée par un réseau économique massif et des infrastructures financières aux ramifications planétaires (c’est l’Industrie de l’Holocauste décrite par Norman Finkelstein).
Plus significativement, la religion holocaustique est suffisamment cohérente pour définir les nouveaux "antéchrists" (les Négationnistes) et elle est assez puissante pour pouvoir les persécuter (lois condamnant le négationnisme de l’Holocauste).
Des spécialistes critiques contestant la notion de "religion holocaustique" suggèrent que si la nouvelle religion émergente conserve bien des caractéristiques d’une religion organisée, elle n’invente toutefois pas de Dieu externe à montrer, à adorer ou à aimer. Je suis entièrement d’accord.
J’y insiste : la religion holocaustique incarne l’essence de la vision libérale démocratique du monde. Elle n’a d’autre fonction que de proposer une nouvelle forme de dévotion religieuse : elle a fait de l’amour de soi une croyance dogmatique, dans laquelle l’adepte observant ne fait que s’adorer lui-même.
Dans la nouvelle religion, c’est "le juif" qu’adorent les juifs. Il n’est nullement question d’autre chose que de "moi-même, myself, bibi" ; de ce moi, sujet d’une interminable souffrance / rédemption.
Cependant, bien des intellectuels juifs, tant en Israël qu’en dehors d’Israël, admettent l’observation faite par Leibowitz.
Parmi eux, mentionnons Marc Ellis, un éminent théologien juif, qui propose une plongée extrêmement révélatrice dans la dialectique de la nouvelle religion : "La théologie holocaustique", explique-t-il, "comporte trois thèmes qui sont entre eux dans une relation de tension dialectique : souffrance/pouvoir ; innocence/rédemption ; particularité/normalisation."
Bien que la religion holocaustique n’ait pas remplacé le judaïsme, elle a conféré à la judéité une signification nouvelle : elle instaure un narratif juif contemporain, situant le sujet juif dans un projet juif. Elle alloue au juif un rôle central au sein de son propre univers autocentré.
La "victime" et l’"innocent" sont en marche vers la "rédemption" et la "prise du pouvoir". Dieu est manifestement hors-jeu. Dieu a été viré ; il a échoué dans sa mission historique : il n’était pas là, quand il aurait fallu sauver les juifs. Dans la nouvelle religion, le juif devient le "nouveau Dieu ‘des juifs’" : il n’y est jamais question d’autre chose que de juifs se sauvant (et se rédimant) eux-mêmes.
L’adepte juif de la religion holocaustique idéalise la condition de son existence. Après quoi, il pose le cadre d’une future lutte pour sa reconnaissance.
Pour l’adepte sioniste de la nouvelle religion, les implications semblent relativement durables. Il n’a d’autre mission que de "schleper" l’entièreté de la juiverie mondiale vers Sion, au détriment du peuple palestinien indigène.
Pour le juif socialiste, le projet est un petit peu plus compliqué. Pour lui, la rédemption signifie, en effet, l’instauration d’un nouvel ordre mondial - à savoir un havre socialiste, un monde régi par la politique dogmatique de la classe laborieuse, dans lequel les juifs ne sont rien d’autre qu’une minorité parmi beaucoup d’autres.
Pour ses adeptes humanistes, la religion holocaustique signifie que les juifs doivent se placer au premier rang du combat contre le racisme, l’oppression et le mal, de manière générale.
Bien que cela semble prometteur, cela s’avère problématique, pour une raison évidente : dans l’ordre mondial actuel, c’est précisément Israël et l’Amérique qui se trouvent figurer au rang des principales puissances maléfiques oppressives ; attendre des juifs qu’ils se tiennent au premier rang du combat humaniste, cela revient à les faire se battre contre leurs frères et contre l’unique superpuissance qui les protège.
Il est toutefois particulièrement évident que les trois Eglises de l’Holocauste assignent bien aux juifs un projet majeur, non dénué d’implications planétaires.
***
Ainsi, nous le constatons, l’Holocauste joue le rôle d’interface idéologique. Il fournit un logos à ses adeptes. Au niveau de la conscience, il suggère une vision purement analytique du passé et du présent.
Mais il ne s’en tient pas là : il définit, aussi, le combat futur. Il brosse une vision d’un avenir juif. Néanmoins, par voie de conséquence, il remplit l’inconscient du sujet juif de l’anxiété par excellence : celle de la destruction de l’"ego". (...)
La politique de peur, inhérente au néoconservatisme, consiste essentiellement à enfermer le sujet dans le chiasme entre l’évidence quasi clinique d’armes de destruction massive et la peur indicible suscitée par la "terreur annoncée".
C’est ce lien même entre conscient et inconscient qui évoque la notion de réel chez Lacan. Le "réel" est ce qui ne peut être symbolisé, autrement dit : ce qui ne peut être exprimé au moyen de mots. Le réel, c’est l’"inexprimable", l’inaccessible. Pour reprendre l’expression de Zizek, "le réel est impossible" ; "le réel, c’est le trauma". C’est néanmoins ce trauma qui configure l’ordre symbolique. C’est ce trauma qui donne sa forme à notre réalité.
La religion holocaustique cadre impeccablement avec le modèle lacanien : son noyau spirituel est profondément enraciné dans le domaine de l’inexprimable et sa doctrine nous enseigne de voir dans toute chose une menace.(...)
Très curieusement, la religion holocaustique va bien au-delà du discours juif à usage interne. De fait, la nouvelle religion opère à la manière d’une mission ; elle dresse des oratoires en des contrées lointaines. Comme nous le constatons, cette religion émergente est d’ores et déjà en train de devenir un nouvel ordre mondial. C’est l’Holocauste qui est utilisé, désormais, en guise de prétexte pour vitrifier l’Iran.
A n’en pas douter, la religion juive sert le discours politique juif, tant de droite que de gauche, mais elle interpelle, tout aussi bien, les Goyim, en particulier ceux qui se sont rendus responsables de massacres impitoyables « au nom de la liberté ».
Dans une certaine mesure, nous sommes tous assujettis à cette religion ; certains parmi nous sont des adorateurs, d’autres sont simplement sous sa puissance. Très significativement, ceux qui nient l’Holocauste sont eux-mêmes en butte aux persécutions des grands prêtres de cette religion.
La religion holocaustique représente le "Réel" occidental : nous n’avons pas le droit d’y toucher, ni même de l’examiner de manière critique (d’une manière très semblable aux Israélites, auxquels il est permis de critiquer leur Dieu, mais auxquels il est interdit de jamais lui poser la moindre question). (...)
Les spécialistes qui s’adonnent à l’étude de la religion holocaustique (sa théologie, son idéologie et son historicité) s’intéressent principalement à ses formulations structurales, à ses significations, à sa rhétorique et à son interprétation historique.
Certains en étudient la dialectique théologique (Marc Ellis), d’autres en reformulent les commandements (Adi Ofir), d’autres en étudient l’évolution historique (Lenni Brenner), d’autres enfin en explorent la structure financière (Finkelstein).
De manière très frappante, la plupart des spécialistes qui étudient la question de l’Holocauste ont eu à se pencher sur une liste d’événements survenus entre 1933 et 1945.
La plupart des universitaires qui s’en chargent sont eux-mêmes des orthodoxes pratiquants.
Même s’ils peuvent se montrer parfois critiques sur différents aspects pris par l’exploitation de l’Holocauste, ils acceptent unanimement la véridicité du Judéocide Nazi, ses interprétations consensuelles et ses implications.
La plupart des spécialistes - sinon, tous - ne remettent aucunement en question le narratif sioniste - à savoir le judéocide nazi - et pourtant, ils sont nombreux à être critiques quant à la manière dont des institutions (tant juives que sionistes) se servent de l’Holocauste (à leurs fins propres).
Même si certains d’entre eux remettent en question les chiffres (Shraga Elam) et si d’autres contestent la validité de la mémoire (Ellis, Finkelstein), aucun ne s’aventure jusqu’au révisionnisme - aucun spécialiste de la religion holocaustique n’ose engager un dialogue avec les ainsi dits "négationnistes" afin de débattre de leur vision des événements ou d’une quelconque recherche révisionniste du même type.
Bien plus intéressant encore est le fait qu’aucun des spécialistes de la religion holocaustique n’a jugé bon de dépenser la moindre énergie à étudier le rôle joué par l’Holocauste à l’intérieur du continuum juif, lequel remonte très loin dans le passé.
Dorénavant, j’affirmerai que la religion holocaustique était déjà bien établie, bien longtemps avant la Solution Finale (1942), bien avant la Nuit de Cristal [Kristalnacht (1938)], bien avant les Lois de Nuremberg (1936), bien avant que la première loi anti-juive n’ait encore été édictée par l’Allemagne nazie, bien avant que le Congrès juif américain ait déclaré une guerre financière contre l’Allemagne nazie (1933), et même bien avant la naissance d’Hitler (1889).
Archétypes juifs
Dans un précédent article, j’ai défini la notion de "Syndrome de Stress Pré-Traumatique" [SSPT] [Pre-Traumatic Stress Disorder (Pre-TSD)] [7].
Dans ce syndrome, le stress résulte d’un épisode fantasmatique mis en scène dans le futur - événement qui n’a jamais eu lieu. Contrairement au Syndrome de Stress Post-Traumatique [SSPoT], dans lequel le stress intervient en réaction à un événement qui a eu (ou peut avoir eu) lieu dans le passé, dans l’état de SSPT, le stress résulte d’un événement potentiel, imaginaire.
Dans le SSPT, une illusion préempte les conditions dans lesquelles la fantasmagorie d’une terreur à venir modèle la réalité présente.
Apparemment, la dialectique de la peur domine l’existence juive, également, en temps que disposition mentale, depuis bien plus longtemps que nous sommes enclins à le reconnaître. Bien que la peur soit politiquement exploitée par les dirigeants ethniques juifs depuis les tous premiers jours de l’émancipation ; la dialectique de la peur est bien plus ancienne que l’histoire juive contemporaine.
De fait, c’est l’héritage du Tanach (la Bible hébraïque) qui sert à place le juif dans un état pré-traumatique. C’est la Bible hébraïque qui installe un cadre binaire d’Innocence/Souffrance et de Persécution/Conquête du pouvoir. Soyons plus spécifique : la peur du judéocide est intimement mêlée à l’esprit juif, ainsi qu’à la culture et à la littérature juives.
A ce point de mon développement, j’affirme que la religion holocaustique a été instaurée afin de faire des juifs des émules des anciens Israélites.
L’anthropologue américain Glenn Bowman, spécialiste de l’étude des identités exiliques, propose une vision cruciale du sujet de la peur et de sa contribution à la question de la politique identitaire.
"L’antagonisme", explique Bowman, "c’est fondamental au processus de fétichisation sous-jacent à l’identité, parce que l’on a précisément tendance à parler de qui on est, ou de ce que l’on est, précisément quand notre être même semble menacé. Alors, je commence à me dénommer moi-même comme telle ou telle personne, ou tel ou tel représentant d’une communauté imaginée, dès lors que quelque chose semble menacer ou rendre illicite l’être remplacé par le nom que je prononce. Les termes d’identité entrent dans l’usage précisément au moment où, pour une raison quelconque, on en vient à ressentir le fait que ces termes d’identité désignent un être ou une entité pour laquelle il faut se battre, afin de la défendre." [8]
En bref ; Bowman souligne que c’est la peur qui cristallise la notion d’identité. Cependant, une fois que la peur a atteint le stade d’un stress collectif pré-traumatique, l’identité se reforme d’elle-même.
Quant au peuple juif, c’est la Bible qui sert à l’installer dans un état de SSPT ; c’est, en effet, la Bible elle-même qui est à l’origine de la peur d’un judéocide.
***
De plus en plus nombreux, des spécialistes de la Bible commencent à en contester l’historicité.
Niels Lechme, dans "Les Cananéens et leur terre" [The Canaanites and Their Land], affirme que la Bible a été "écrite, en très grande partie, après l’Exil (des juifs) à Babylone" et que ces écrits remettent en forme (et, dans une large mesure, inventent purement et simplement) l’histoire israélite de façon à ce qu’elle reflète et réitère les expériences de ceux des juifs qui revenaient de leur exil babylonien."
Autrement dit, la Bible, écrite par des gens rentrant "à la maison", incorpore dans un récit historique une partie de l’idéologie exilique pure et dure.
Cela ressemble fortement aux premiers idéologues sionistes, qui voyaient dans l’assimilation des juifs une menace de mort ; "les communautés qui s’étaient rassemblées sous la direction des prêtres de Yahvé (à l’époque de l’exil babylonien) voyaient dans l’assimilation et l’apostasie non seulement une mort sociale pour eux-mêmes, en tant que juifs, mais même une tentative de déicide.
Ils résolurent d’affirmer une fidélité absolue et exclusive envers Yahvé, dont ils étaient certains qu’il les ramènerait sur les terres dont ils avaient été chassés.
La pureté du sang, prescrite en tant que moyen permettant de maintenir les frontières de la communauté nationale, interdit dès lors tout mariage mixte avec les communautés voisines des juifs.
Les juifs instaurèrent également une série de rituels exclusivistes qui avaient la vertu de les séparer de leurs voisins ; ces rituels comportaient non seulement un succédané de l’adoration dans le Temple, mais aussi un calendrier distinct, qui leur permettait de vivre rituellement dans un cadre temporel différent de celui des communautés avec lesquelles ils se partageaient l’espace.
Tous ces appareils diacritiques servirent à signaler les différences et à les entretenir, mais ils n’empêchaient nullement les juifs de commercer avec ces peuples - activité indispensable à leur survie parmi les Babyloniens." (...)
Si la judéité est bien, en effet, centrée sur une idéologie de survie collective d’émigrés, alors, ses adeptes devraient prospérer dans l’Exil. Toutefois, ce qui maintient l’identité collective juive, c’est la peur. (...)


http://images9.cafepress.com/product/107659619v9_225x225_Front.jpg
Le Livre d’Esther
Le Livre d’Esther est un récit biblique qui sert de fondement à la fête de Pourim, laquelle est probablement la plus joyeuse des festivités juives.
Ce livre relate une tentative de judéocide, mais il raconte aussi une histoire dans laquelle des juifs réussissent à modifier le sort qui leur est imparti. Dans ce livre, les juifs réussissent non seulement à se sauver, mais même à se venger.
Le récit se situe dans la troisième année du règne du roi Ahasuerus, l’Empereur de Perse étant généralement identifié à Xerxès [Cyrus] Premier.
C’est une intrigue de palais, avec un complot, une tentative de massacrer les juifs et une courageuse et très belle reine juive (Esther), qui réussit à sauver le peuple juif in extremis.
Dans cette histoire, le roi Ahasuerus est l’époux de Vashti, qu’il répudie après qu’elle eut refusé son exigence qu’il puisse la ‘visiter’ durant une fête. Esther a été sélectionnée parmi les candidates pour devenir la nouvelle épouse d’Ahasuerus.
Tandis que l’histoire se déroule, Haman, le premier ministre d’Ahasuerus, complote afin d’obtenir du roi qu’il massacre tous les juifs, sans savoir qu’Esther est en réalité une juive.
Dans l’histoire, Esther, en compagnie de son cousin Mordechaï [Mardochée], sauve la mise à son peuple.
Au péril de sa propre vie, Esther avertit en effet Ahasuerus du complot anti-juif ourdi par Haman. Haman et son fils sont pendus à la potence de cinquante places qu’il avait originellement fait ériger à l’intention du cousin d’Esther, Mordechaï.
http://www.molnews.it/immagini/israel%20purim%202.jpg
http://s1.hubimg.com/u/878568_f496.jpg
http://ica.princeton.edu/images/mills/25-075.jpg
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/eb/Almog_IL1_Haman.jpg/450px-Almog_IL1_Haman.jpg
http://www.davidduke.com//images/jewish-children-beating-and-hanging-haman.jpg
http://wanderingjew.typepad.com/photos/uncategorized/purimszyk.jpg
Pendaison de Haman arborant la croix gammée (1950)
http://www.jewlicious.com/wp-content/uploads/Yo/hanging%20sadam_1.jpg
Saddam Hussein


Et, comme de fait, voilà notre Mordechaï qui prend la place d’Haman et devient le nouveau premier ministre... L’édit proclamé par Ahasuerus décrétant l’élimination des juifs ne peut être invalidé ; aussi Mordechaï édicte-t-il un autre décret, permettant aux juifs de s’armer et de tuer leurs ennemis -, ce dont ils s’acquittent avec joie et entrain.
La morale de cette histoire est très claire : si les juifs veulent survivre, ils ont intérêt à se trouver des infiltrés dans les arcanes du pouvoir.
Dès lors qu’on a Esther, Mordechaï et Pourim présents à l’esprit, l’Aipac et la notion de "pouvoir juif" semblent bien être l’incarnation d’une profonde idéologie culturelle et biblique.
Toutefois, c’est ici que se produit un renversement intéressant. Bien que cette histoire soit présentée comme un récit historique, la véridicité historique du Livre d’Esther est très largement remise en cause par la plupart des biblistes contemporains.
C’est dans une très large mesure l’absence de corroboration claire de l’un quelconque des détails de l’histoire relatée dans le Livre d’Esther par ce que l’on connaît de l’Histoire de la Perse à partir des sources classiques qui a conduit beaucoup de spécialistes à la conclusion que ce récit est en très grande partie (sinon totalement) fictionnel.
Autrement dit ; bien que la morale soit claire, le génocide prétendument envisagé est fictif.

http://4.bp.blogspot.com/_NeBAJB0buNg/SZnY027F4xI/AAAAAAAAAN8/A7xNHVf-rLw/s400/ausch.jpg
http://www.christusrex.org/www1/war/iraq1.gif


Apparemment, le Livre d’Esther installe ses adeptes dans un Syndrome de Stress Pré-Traumatique collectif ; d’une destruction imaginaire, il fait une idéologie de la survie.
Et, de fait, d’aucuns voient dans cette histoire une allégorie de juifs parfaitement assimilés, qui découvrent qu’ils sont en butte à l’antisémitisme, mais qui sont aussi en position de sauver leur peau, ainsi que celle de leurs coreligionnaires juifs.
Il peut être éclairant de conserver Bowman à l’esprit, en l’occurrence. Le Livre d’Esther a pour finalité de former l’identité exilique. Il sert à implanter le stress existentiel ; il introduit la religion de l’Holocauste ; il réunit les conditions qui feront de l’Holocauste une réalité.
De manière très intéressante, le Livre d’Esther (dans sa version hébraïque) est un des deux seuls livres de la Bible qui ne mentionnent jamais Dieu directement (l’autre étant le Cantique des Cantiques).
Dans le Livre d’Esther, ce sont les juifs qui croient en eux-mêmes, en leur propre pouvoir, en leur caractère unique, en leur sophistication, en leur propre aptitude à conspirer, à leur habileté à prendre le contrôle de royaumes entiers, à leur capacité à sauver leur peau par eux-mêmes.
Dans le Livre d’Esther, mis à part ces juifs qui croient en leur propre puissance, il n’est question que d’une seule chose : la prise du pouvoir.

De Pourim à Birkenau
Dans un article intitulé : "Une leçon (à tirer) de Pourim : Du lobbying, contre le génocide. Alors et maintenant" [10][A Purim Lesson : Lobbying Against Genocide, Then and Now], le Dr. Rafael Medoff partage avec ses lecteurs ce qu’il considère être la leçon transmise aux juifs en héritage par le Livre d’Esther.
Pour être plus précis, c’est l’art du lobbying qu’Esther et Mordechaï sont chargés de nous enseigner.
"La fête de Pourim", écrit Medoff, "célèbre l’effort couronné de succès de juifs éminents, dans la capitale de la Perse antique, afin d’empêcher un génocide contre le peuple juif."
Mais Medoff ne s’en tient pas là. Cet exercice de ce que d’aucuns appellent "le pouvoir juif" a été repris et mené à bien par des juifs émancipés contemporains : "Ce qui est peu connu, c’est qu’un effort de lobbying [cet terme anglo-saxon pourrait se traduire par "entrisme", ndt] comparable a eu lieu, à l’époque moderne - à Washington, District of Columbia. Et, ce, au plus fort de l’Holocauste".
Dans cet article, Medoff explore les similarités entre le lobbying déployé par Esther en Perse et le lobbying de ses frères contemporains à l’intérieur de l’administration de FDR [Franklin Delano Roosevelt], au plus fort de la Seconde guerre mondiale.
"L’Esther du Washington des années 1940 était Henry Morgenthau Junior", dit Medoff, "un riche juif assimilé d’ascendance allemande, qui (comme l’a plus tard raconté son propre fils) était particulièrement anxieux d’être bien considéré comme « Américain à 100 % ». Cachant sa judéité, Morghenthau s’éleva, progressivement, passant d’ami et conseiller de F.D. Roosevelt à Secrétaire d’Etat au Trésor public."
Manifestement, Medoff repéra tout aussi bien un moderne Mordechaï, "un jeune émissaire sioniste venu de Jérusalem, Peter Bergson (répondant au nom réel de Hillel Kook), lequel prit la tête d’une série de campagnes de protestation visant à pousser les Etats-Unis à sauver des juifs fuyant l’Allemagne hitlérienne. Les placards publiés de l’association de Bergson, publiés dans les journaux, ainsi que des manifestations publiques, suscitèrent la prise de conscience de l’Holocauste dans l’opinion publique - en particulier après qu’eut été organisée une marche de protestation de plus de quatre cents rabbins jusqu’au portail de la Maison Blanche, juste avant le Yom Kippour de 1943."
La lecture que Medoff fait du Livre d’Esther nous permet de former une idée très claire du code interne de la dynamique de survie du peuple juif, dans laquelle l’assimilée (Esther) et le juif observant (Mordechaï) assemblent leurs forces, en ayant à l’esprit des intérêts manifestement judéo-centrés.
Selon Medoff, les similarités sont particulièrement frappantes : "La pression de Mordechaï finit par convaincre Esther d’aller auprès du roi ; la pression qu’exercèrent sur Morgenthau ses assistants finirent par le convaincre d’aller trouver le président, armé d’un rapport explosif de dix-huit pages, qu’ils avaient délicatement intitulé : "Rapport au Secrétariat (de la présidence) concernant l’assentiment de l’actuel gouvernement (américain) au massacre des juifs".
Le Dr. Medoff est désormais prêt à tirer ses conclusions historiques : "Le lobbying d’Esther a été couronné de succès. Ahasuerus a annulé le décret de génocide (des juifs), et il a exécuté Haman et ses sbires. Le lobbying de Morgenthau a, lui aussi, réussi. Une résolution du Congrès (à l’initiative de Bergson), appelant à une action de secours a promptement passé l’épreuve de la Commission sénatoriale des Affaires étrangères - permettant à Morgenthau de dire à F. D. Roosevelt : "Vous avez intérêt à vous manier le train, sinon le Congrès des Etats-Unis le fera à votre place !". Dix mois avant le jour des élections, Roosevelt fit ce que voulait la résolution du Congrès : il publia un ordre exécutif créant le Bureau des Réfugiés de Guerre, une agence gouvernementale des Etats-Unis dont la finalité était de sauver des réfugiés ayant fui Hitler."
Il est absolument clair que Medoff voit dans le Livre d’Esther un guide général en vue d’un avenir juif florissant. Medoff conclut son article ainsi : "L’affirmation que rien n’eût été possible afin d’aider les juifs européens avait été démolie par des juifs s’étant débarrassés de leurs peurs et ayant pris la parole pour leur peuple - tant dans la Perse antique que dans la Washington contemporaine".
Autrement dit, les juifs sont capables de se démerder par eux-mêmes ; ils en sont capables, et ils doivent le faire. C’est là, de fait, la morale du Livre d’Esther, et aussi celle de la religion de l’Holocauste.
Mais la question de savoir ce que les juifs sont censés faire par eux-mêmes, demeure, de fait, sans réponse. Les Néocons sont partisans d’entraîner l’Amérique et l’ensemble de l’Occident dans une guerre sans fin contre l’Islam. Emmanuel Levinas, au contraire, pense que les juifs devraient se placer à l’avant-garde du combat contre l’oppression et l’injustice.
De fait, la conquête du pouvoir par les juifs n’est qu’une réponse, parmi bien d’autres réponses possibles. Pourtant, c’est là une réponse très radicale, pour ne pas dire dangereuse.
Cette réponse est particulièrement dangereuse, dès lors que le Comité juif américain [AJC - American Jewish Committee] se comporte en Mordechaï des temps modernes et s’engage publiquement dans un effort généralisé de lobbying en vue d’une guerre contre l’Iran.

http://phillips.blogs.com/photos/uncategorized/haman2_1.jpg
http://2.bp.blogspot.com/_AdIHMWrb79k/Scq0jUnAAaI/AAAAAAAABNE/1Dbk77QBB1A/s400/haman_back_4.jpg

(...)

Bien que j’admette la complexité de la notion de judéité, j’ai tendance à accepter également la contribution de Leibowitz à cette question : l’Holocauste est la nouvelle religion juive.
Toutefois, dans le développement de cet article, j’ai pris la liberté d’étendre la notion d’Holocauste.
Plutôt que de référer principalement à la Shoah, c’est-à-dire au judéocide nazi, j’affirme ici que l’Holocauste est, de fait, gravé dans le discours juif et dans la mentalité juive.
L’Holocauste, c’est l’essence du syndrome de stress pré-traumatique juif, et il est antérieur à la Shoah.
Etre juif, c’est voir dans l’"autre" une menace, et non un frère.
Etre juif, c’est être constamment sur ses gardes.
Etre juif, c’est faire sien le message véhiculé par le Livre d’Esther ; c’est aspirer aux conjonctions les plus susceptibles d’influer sur l’hégémonie du moment.
Bref ; être juif, c’est collaborer avec le pouvoir en place.
(...)
Quelques mots, pour conclure, au sujet du sionisme
Dès lors que nous avons appris à voir dans la judéité une culture exilique, une incarnation de l’"altérité absolue", nous pouvons comprendre la judéité en tant que continuum collectif profondément ancré dans un fantasme d’horreur. La judéité, c’est la matérialisation d’une politique de la peur, sous la forme d’un agenda pragmatique.
La religion holocaustique n’a nul autre fondement et, en réalité, elle est aussi vieille que les juifs. (...)


Sur le procès de Nuremberg et la fête de Pourim : aller direct @1:03:20

http://www.balderexlibris.com/index.php?post/2012/04/13/Toaff-Ariel-Blood-Passover


[mr-fish-destruction.bmp]

ISRAELI NUCLEAR THREATS AND BLACKMAIL: The Samson Option Still Threatens the World



The phrase the “Samson Option” is used to describe Israel’s strategy of massive nuclear retaliation against “enemy” nations should its existence as a Jewish state be jeopardized through military attack. Israeli leaders created the term in the mid-1960s, inspired by the Biblical figure Samson, who destroyed a Philistine temple, killing himself and thousands of Philistine enemies.

 Michael Collins Piper, The Confessions of an Anti-Semite
(...)







introduction
Je crois que vous avez répondu à ma première question pendant la conférence…
Ne t’inquiète pas pour ça, pose la quand meme, je pourrais changer d’avis ! (rires)
Quand on observe la campagne médiatique de l’intelligentsia juive contre Dieudonné en France, on ne comprend pas bien où ils vont de cette façon. Leur comportement n’est pas très raisonnable, même d’un point de vue tribal (i.e. : “restons cachés pour faire nos affaires”).
Tu as lu mon livre, donc tu comprendras que ce que toi tu peux considérer comme “raisonnable” n’a pas grand chose à voir avec le raisonnement juif. Là où les traumatismes entraînent généralement un stress appelé “stress post-traumatique”, dans le cas des juifs, il s’agit de stress pré-traumatique. Les juifs sont bien souvent tourmentés par un fantasme de danger imminent et c’est ce fantasme qui façonne leurs actions. Par exemple, ils inventent le fantasme d’une menace nucléaire iranienne, ce fantasme de terreur va façonner leurs actions, ce qui finalement apportera peut être un désastre sur eux et sur nous tous. Par exemple, puisque les iraniens sont –pour une bonne raison– en état d’alerte, ils pourraient mal interpréter un mouvement dans l’espace aérien israélien ce qui les inciterait à réagir !
Curieusement, et c’est la première fois que j’en parle en public, quand vous regardez “La liste de Schindler” et que vous voyez la foule de juifs à l’écran discuter des chambres à gaz (“attention, on a entendu qu’il y a des chambres à gaz”), en tant que spectateur, vous êtes vous aussi terrifié par le concept. Lorsque les juifs sont envoyés aux douches, nous anticipons complètement un massacre de masse et c’est bien sûr le pic dramatique du film. Mais c’est en fait le produit d’un stress pré-traumatique. C’est un fantasme ! Puisque comme nous nous apprêtons à le découvrir, il n’y a pas de gaz, il s’agit de douches tout à fait ordinaires, dont seule de l’eau s’écoule.
Vous voulez dire, dans le film ?
Oui, je parle bien du film. Mais c’est un cas classique et il est surprenant que Spielberg ait décidé d’éclairer cet aspect de la psyché juive dans le cinéma. Spielberg est un personnage très intéressant. Prenons son film “ET” par exemple : c’est tout simplement l’histoire d’un juif qui est sorti du ghetto, qui a eu des problèmes mais qui finalement s’est lié d’amitié avec des goyims. Cela dit, il veut tout de même rentrer chez lui, dans le ghetto ! Mais pour l’instant, il est avec tous ces goyims qui l’aiment, chose qui n’est sans doute jamais arrivé à Spielberg lui-même (rires).
Habituellement –pas en Israël évidemment mais en Europe cette intelligentsia essaie de nous manipuler, comme vous dites “par la tromperie” (“by way of deception”, la devise du Mossad), prétendant être constituée de citoyens comme les autres. Et pourtant dans le cas de Dieudonné, ils révèlent leur stratégie et leur pouvoir politique au grand jour. Où cela va-t-il les mener ?
J’ai un grand respect pour Dieudonné et je pense que c’est réciproque. En fait, cette histoire a été l’emblème de la politique identitaire juive. Ils ressassent en permanence “the personal is political” (“ce qui est personnel est politique”), alors Dieudonné a répondu “oh, très bien, dans ce cas puisque je suis noir, ma politique sera noire, je vais m’intéresser à des questions qui touchent les noirs comme la discrimination ou l’esclavage et je vais moins m’intéresser à votre truc, la Shoah, ça c’est votre truc à vous”. Mais apparemment, “ce qui est personnel est politique” si et seulement si vous n’amoindrissez ou n’éclipsez pas la souffrance juive. Parce que la souffrance juive est LE sujet principal et l’Holocauste en est la nouvelle religion, une religion épouvantable.
Dans le christianisme par exemple, il s’agit de propager la bonté ; l’Islam parle de la paix (“Salaam”), de se trouver soi-même. La religion de l’Holocauste par contre, prône la vengeance. Un philosophe israélien d’envergure – feu Yeshayahu Leibowitz- disait que les juifs croyaient en beaucoup de choses… Ils croient dans le judaïsme, ils croient en Bouddha ; vous avez des “juifs pour ceci”, des “juifs pour cela” et des “juifs pour les palestiniens”, mais tous sans exception croient à l’Holocauste. L’Holocauste est la nouvelle religion juive, c’est un problème qui leur appartient. Mais quand ils vous demandent à vous, peuple français, de faire de l’Holocauste votre nouvelle religion, cela interfère avec votre système de valeurs occidental.
israel-inttelligentsia
Avez vous lu quelques-uns des nombreux auteurs français qui ont proposé une lecture critique de la question juive, comme Proudhon, Toussenel, Drumont ou Sorel ?
J’ai lu Georges Sorel oui, il est très intéressant !
Saviez vous qu’il était judéophile au départ par opposition au cléricalisme chrétien avant de devenir clairement antisémite après les conséquences de l’Affaire Dreyfus ? Il est aujourd’hui uniquement étiqueté comme tel.
D’abord, ça n’est pas très difficile d’être étiqueté comme antisémite. Il suffit de dire la vérité ! Vous savez, les antisémites sont tout simplement des gens “brutalement honnêtes”, la plupart du temps d’origine juive ! (rires)(...)
Cette façon de voir les choses est très américaine : chaque communauté œuvrant pour ses propres droits. En France, on nous enseigne que la solution réside dans l’universalisme et que nous ne devrions pas penser en termes de communautés. Pourtant nous avons des communautés, dont certaines extrêmement puissante, comme le CRIF dont vous parliez durant la conférence. En dehors de cette communauté spécifique, nous devrions être universalistes et anti-communautaristes. Nous ne pouvons pas ici nous organiser en communauté comme aux USA. Même le patriotisme et le nationalisme sont considérés comme quelque chose de mauvais.
Bien sûr, et c’est exactement le problème. Si on vous autorise à célébrer votre racisme juif en France, chaque autre groupe devrait pouvoir en faire de même, et c’est en effet un défi pour la société française, mais jusqu’ici sous la dictature du CRIF, vous ne pouvez pas le relever.
Vous avez parlé du politiquement correct. Pensez vous que tout ce qui est interdit par ce politiquement correct, comme l’étude du fascisme ou de la deuxième guerre mondiale dans tous ses aspects pourrait mener à la solution ?
Je pense qu’éliminer le politiquement correct et démanteler le pouvoir des gens qui imposent cette dictature et cette frustration formelle est la solution. Quel en sera le résultat ? Je ne suis pas un prophète. Je crois en l’humanité. Je crois dans la beauté de l’humanité. Je crois que dans le monde dans lequel je suis né, avant la domination juive et le politiquement correct de gauche –ce qui est en fait est la même chose (la gauche est juive par procuration) – nous avions de la grande musique, de la grande poésie, une grande pensée, de grands défis. C’était un monde dans lequel nous pensions que le système politique était le miroir de notre condition humaine.
Mais maintenant nous sommes réduits à l’état de consommateurs et le système politique n’a pour rôle que de faciliter la consommation. Le politiquement correct est le véhicule qui facilite ce désastre. Donc peu importe si le résultat de tout cela nous amène à regarder de plus près l’histoire de la seconde guerre mondiale, cela me va à 100%. Et qui sait, peut être découvrirons nous que les juifs disent la vérité. Ce serait formidable ! Et alors je dirais : “vous savez quoi, je suis juif “ (rires).
Avez vous une opinion positive du révisionnisme ?
Non seulement j’en ai une opinion positive, mais surtout je soutiens que les seuls historiens sur cette planète sont des révisionnistes. L’Histoire, c’est la capacité à regarder le passé à mesure que nous nous éloignons et à réviser ce que nous pensons du passé tandis que nous avançons. C’est le vrai sens de l’Histoire en tant que discipline des sciences sociales.
Avez vous déjà lu certains des livres de Christopher Lasch ? C’est un penseur américain qui a écrit au sujet de la révolte des élites contre le peuple, comparant l’élite occidentale à des pharisiens rêvant d’une terre promise. En France, c’est suffisant pour être taxé d’antisémitisme !
Intéressant. Je ne l’ai pas lu. J’essaie de lire beaucoup mais malheureusement je ne peux pas tout lire. J’adore être en France, j’y rencontre beaucoup de gens qui sont très intelligents et stimulants.
Vous n’êtes évidemment pas un gauchiste, je pense que nous l’avons tous compris, mais vous n’êtes pas de droite non plus. Êtes vous anarchiste ?
Non, c’est plus simple : je crois que la dichotomie gauche/droite est obsolète. Je suis un penseur post-politique et je m’intéresse à l’émergence de la conscience éthique. Et je crois que l’Occident a connu un grand moment d’inspiration lorsqu’il était éclairé par Athènes. Aujourd’hui, il est envahi par Jérusalem et c’est pourquoi nous devons restaurer Athènes.
Vous parlez de la démocratie originelle d’Athènes, avec le tirage au sort ?
Non, je ne parle même pas de démocratie. Je parle de la naissance de la culture polythéiste, avec beaucoup de reflets variés de nous-mêmes qui nous rappelaient qui nous étions, et je parle d’éthique. Jérusalem fonctionne avec un dieu ; oui/non, bon/mauvais, juif/goy, tout est dans l’opposition. Et plus important, à Jérusalem vous n’avez pas de conscience éthique. Vous avez 10 commandements : ne tue pas, ne bois pas, ne fais pas, ni ça, ni ça, ni ça… Les peuples éthiques n’ont pas besoin de 10 commandements. Ça, c’est Athènes.
Est-ce que vous votez encore ?
Je ne participe pas à la mascarade démocratique.
Vous avez eu une conversation avec Jacob Cohen dans un café français qui a été enregistrée. Je l’ai vue et je l’ai trouvée très intéressante parce que Jacob Cohen, qui se considère comme un juif anti-sioniste, avait l’air mal à l’aise en face de vous, comme pris dans ses contradictions.
Beaucoup de gens ont vu cette vidéo. Jacob Cohen est un type gentil. Quand il me parle, il est renvoyé à son tribalisme, mais ça n’est pas une mauvaise chose. C’est un type bien qui possède une belle âme, cette discussion avec moi a été stimulante pour lui. Il a des contradictions, c’est vrai, mais la contradiction est une bonne chose et nous devons apprendre des nôtres pour les dépasser. J’ai aussi des contradictions vous savez. Je parle de moi comme d’un “juif fièrement antisémite” (proud self-hating jew), et parfois comme d’un ex-juif. Vous voyez… je dois me décider, mais je ne le fais pas, je rebondis de droite à gauche.
Dans la même vidéo, vous dites que vous êtes en quelque sorte “sorti de la judéité” avant de vous reprendre et d’expliquer que non finalement, et qu’au vu du temps que vous consacriez à cette question, votre famille et même vos enfants seraient “dedans”. Comment pensez vous que vos enfants se considéreront ?
C’est une grande question. Ça n’est pas facile de grandir avec un penseur et un musicien et j’espère qu’ils seront heureux et c’est leur choix plein et entier. Même si mon fils décidait de devenir rabbin, je le laisserais faire. Mais je ne pense pas que cela va se produire (rires).
Parfois la radicalité de certains poussent leurs enfants à être radicaux dans l’opposition, donc cela pourrait arriver, non ?
Je ne pense pas être si radical. Et d’ailleurs, pendant cette conférence, j’ai parlé pour la première fois du génie juif. On dit souvent qu’ils dominent le monde, mais si nous avons un problème, ce n’est pas parce qu’ils sont stupides, c’est bien plutôt parce qu’ils sont intelligents. Admettons cela et essayons d’analyser ce phénomène, et le meilleur moyen d’y parvenir est de commencer à étudier la psychologie évolutionniste, ce que la gauche et les juifs ne nous autorisent pas à faire. Heidegger, comme de nombreux autres auteurs disait que ce que les juifs détestaient tant chez Hitler, c’était le reflet de ce qu’ils portaient en eux-mêmes. Otto Weininger a saisi cela 20 ans avant lui. Quand on déteste quelque chose chez l’autre, c’est généralement quelque chose qu’on déteste d’abord en soi. Weininger suggérait que c’était la raison pour laquelle tant d’antisémites étaient juifs : parce qu’ils voyaient dans les juifs ce qu’ils ne supportaient pas en eux.
Une critique suggérait que Bernard-Henri Lévy serait le produit de la pensée juive qui aurait implosée dans les plus hautes sphères de la bourgeoisie française. Cela vous semble-t-il pertinent ?
Je pense que c’est juste. Ce qu’il serait intéressant de comprendre c’est ce qui attire la bourgeoisie française dans l’intelligentsia juive.
Cela semble pertinent, d’autant plus que c’est lié à cette vision que vous défendez d’un sécularisme juif né à la veille du capitalisme moderne à l’époque de la révolution industrielle. Est-ce que la pensée juive et la judéité sont un meilleur logiciel pour la machine capitaliste, un logiciel plus performant, plus efficace ?
C’est presque ça. Le capitalisme, du moins traditionnellement, est associé à la manufacture et à l’industrie. Comme nous le savons, les juifs ne s’intéressent pas à l’industrie. Les deux derniers siècles ont vu l’élite juive s’installer confortablement dans le domaine de l’argent, les centres financiers ainsi que dans les médias et la culture. D’une certaine manière, l’émergence de l’économie mondiale de services alliée à l’effondrement de la manufacture dans le monde occidental n’est pas surprenante. L’élite montante est une communauté mondiale déconnectée de la vie rurale comme de toute forme de production. Elle est animée par des principes d’économie de marché et par la cupidité, comme Milton Friedmann le disait, l’économie de marché est très bonne pour les juifs.
J’ai lu un économiste français, Francis Delaisi, qui a écrit un livre en 1942 au sujet de l’économie et de la politique nazie, livre qui était introuvable avant qu’Alain Soral ne le réédite. Je trouve très intéressante sa théorie selon laquelle Hitler a refusé catégoriquement de remettre son pays sous la domination des banques de Wall Street (qui selon lui étaient tenues par les juifs) et que c’est pour cette raison que lui et ses compatriotes ont été anéantis. Certains français pensent aujourd’hui que la religion de l’Holocauste est un moyen d’empêcher quiconque de s’approcher de ces études en ramenant tout de manière hystérique à ce sujet.
Tout à fait. La Shoah est un instrument politique fructueux. Au nom du passé juif, on élimine l’avenir de la France et même celui de l’Occident.
De nombreux véritables socialistes, des socialistes originels comme Leroux ou Considerant utilisaient le mot “juif” pour incarner une métaphore du capitalisme débridé. De nos jours, la gauche a tendance à prétendre que c’était le fruit d’une époque antisémite, mais pour elle, l’histoire entière le serait. Qu’en pensez-vous ?
Je pense que la peur de l’antisémitisme va mener les juifs à des problèmes majeurs à une échelle mondiale. Le niveau de ressentiment ne fait qu’augmenter et le manque de critiques conduit à un sentiment d’impunité pour l’élite juive. C’est très dangereux.
Abraham Leon a publié en 1943 un livre intitulé “La Conception matérialiste de la question juive” dans lequel il déclarait que les juifs tendent à se comporter comme une classe, courant derrière des statuts élevés dans la bourgeoisie. Le sionisme serait la dernière étape d’un capitalisme commençant déjà à pourrir. Êtes vous d’accord avec lui ?
Abraham Leon fait simplement une sympathique tentative intellectuelle juive comme il y en a d’autres pour expliquer l’anormalité culturelle et sociale juive, voilà le piège. Les juifs ne sont pas une classe, un peuple, une race, un culte, une ethnie, une nationalité ou les gens les plus intelligents sur cette planète, mais en même temps ils peuvent être n’importe quoi parmi cela ou tout cela à la fois. La judéité est une culture d’exil, hautement adaptable. Ce seul fait explique chaque aspect de la politique, de la culture et même du talent juifs.
Est-il juste de dire que le judaïsme d’Europe de l’Est était une tentative pour certains juifs d’échapper aux coutumes communautaires et de faire valoir de nouveaux droits dans leurs relations aux autres, une tentative de se réaliser uniquement par l’abstraction au lieu d’utiliser leur plein potentiel (physique, social, etc.) ? Il semble que le judaïsme en Europe de l’Est a longtemps été un moyen pour quelques personnes de dominer des communautés soustraites au fait social (i.e. ghettoïsées) mais aussi de dominer d’autres peuples par leurs élites selon Israel Shahak. Pourrions nous dire que leur conversion à cette religion particulière était un moyen parfait de satisfaire l’appétit de prédation de ces gens?
Il semblerait que vous mélangiez deux questions ici. Pour commencer, la conversion des Khazars au judaïsme n’a pas grand chose à voir avec la référence de Shahak aux juifs devenant plus tard l’instrument de l’oppression au service de l’élite d’Europe de l’Est.
Les Khazars se sont convertis au judaïsme en raison des conditions géopolitiques spécifiques au IXème siècle. Les juifs sont devenus une classe oppressive dans l’Est suite à leur libération qui leur a permis de se mettre au service des propriétaires terriens et de l’aristocratie locale. Shahak soutient que ce rôle et cette affinité unique avec le pouvoir sont inhérents à la culture juive, compatibles avec le Talmud. Cela ne fait aucun doute que Shahak a raison et l’histoire juive démontre cette affinité avec le pouvoir à différents endroits et à différentes époques.
Que pensez-vous du Hezbollah en tant que mouvement de résistance au sionisme ? En France, il est impossible d’utiliser leur nom si ce n’est pour le condamner.
C’est une belle chose. Une authentique force de libération. Il serait intéressant d’étudier leurs bases culturelles et de découvrir pourquoi le Hezbollah a réussi là où le Hamas et les Frères Musulmans ont échoué.
Selon vous, l’Europe devrait revenir à Athènes et oublier Jérusalem. Pourtant les deux nous ramènent à l’esclavage sous une forme (physique) ou une autre (dette). Ne serait-il pas temps pour nous de penser moins à la conscience éthique mais plutôt de rendre aux gens leur bon sens, leur sens commun (comme Orwell l’appelait, la décence ordinaire, c’est à dire une perception ordinaire et spontanée de ce qui est juste et de ce qui ne l’est pas) ?
N’est ce pas exactement cela, la vergogne ? Qui décide ce qui est bon pour les gens, le Guardian de Sion ? L’Observateur de Judée ou devrions-nous simplement l’appeler Big Brother ? Je crois qu’Athènes, par principe, permet aux gens de penser indépendamment et de façon éthique. Ça va bien au delà de la Torah et des commandements.
athenes-jerusalem
Nous cherchons la réponse à cette prochaine question depuis très longtemps. L’Histoire juive nous dit que les juifs ont été persécutés depuis la nuit des temps parce que personne ne les aimait. Mais après la chute de l’Empire Romain, le soi-disant Moyen-Âge était une ère profondément enracinée dans laquelle les gens étaient interconnectés à travers des communautés organiques, du respect, parfois peut être des guerres mais tout de même, des liens réels. A cette époque, il est bien connu que les juifs étaient considérés comme des gens vicieux, nos professeurs d’histoire nous enseignent que ceci a été inventé par l’Eglise. A travers toutes mes recherches, j’ai trouvé des procès, des controverses qui étaient remplies d’accusations spécifiques, pas seulement d’injures. Comment peut-on nous dire aujourd’hui sans l’ombre d’un doute que toutes ces accusations étaient fausses quand, étonnamment, les romains, les européens de l’Est, les Goths et d’autres ont rapporté les mêmes choses au sujet des juifs à travers l’Histoire ?
L’Histoire se présente comme une tentative de raconter le passé, mais en pratique c’est une chronique de dissimulations de notre honte. À travers cette chronique de la honte nous apprenons ce qui pouvait embarrasser les gens à différentes époques. Les juifs ont un grave dilemme à cet égard. D’un côté, ils adoreraient être traités en victimes suprêmes, mais alors, si tout le monde les déteste tout autant cela pourrait suggérer que quelque chose ne va pas. En tant que révisionniste je suis là pour suggérer qu’à travers le présent nous pouvons saisir le passé. A travers notre rencontre avec BHL, Israël, le CRIF, nous saisissons le passé. Si les juifs veulent changer leur passé ils feraient bien de faire disparaître leurs lobbies bellicistes.
Être si radical peut causer des problèmes. Avez-vous subi des menaces ?
Je ne suis pas si radical !
Vous l’êtes. J’ai regardé “American Radical” de Norman Finkelstein, j’ai beaucoup de respect pour lui, mais s’il y a un radical, c’est vous.
(...)