jeudi 18 octobre 2007

Sarkozy, un agent du Mossad israélien?

Le fameux courriel:
Les services français vous demandent de voter pour qui bon vous semble mais pas pour un candidat à la solde d'un Etat étranger.

L’INFILTRATION DU MOSSAD ISRAELIEN DANS L’UMP
NICOLAS SARKOZY : LE QUATRIEME HOMME

En 1978 le Gouvernement Herut /Likoud de Menahem Beguin veut briser l’isolement relatif de l’Etat hébreu. La France est un partenaire important pour Israël. Israël ne veut plus être ébranlé par un revirement diplomatique français, identique à celui qui a suivi la décision du Général de Gaulle en 1967, de ne plus lui livrer d’armes. Rafael Eytan est alors chef d’Etat major des Forces de Défense Israéliennes. Il demande au Mossad de préparer une opération qui consiste à infiltrer le parti gaulliste pour tenter de rendre ce parti politique français favorable à Israël. Le chef de la centrale de renseignement Israélienne Yitzhak Hoffi va accepter l’idée d’une telle opération. De jeunes militants et sympathisants de la droite parlementaire française à fort potentiel d’influence sont ciblés. Trois citoyens français prédisposés à collaborer sont recrutés et formées par les services Israéliens, pour mener en France une mission politique. En 1980 le premier groupe d’agents du Mossad commence son travail. Il est composé de Patrick Balkany, Patrick Devedjian, et Pierre Lellouche. Charles Pasqua met en place à cette époque, une nouvelle génération de responsables gaullistes, sous l’étiquette du RPR. Les agents Israéliens vont se faire une place en politique par le bais de l’installation des Pasqua boys. En 1983, quelques mois avant les élections municipales, Patrick Balkany qui est en réalité responsable du réseau, recrute Nicolas Sarkozy. C’est Balkany qui est chargé par la centrale israélienne de traiter le jeune et prometteur Sarkozy, le quatrième homme au service du Mossad. Le dispositif Israélien dans le parti gaulliste est renforcé au début des années quatre vingt dix par Manuel Aeschlimann. Manuel Aeschlimann est chargé de soutenir la montée en puissance de Sarkozy. Il est aussi chargé d’établir des contacts avec des responsables Iraniens en France. Manuel Aeschlimann est en train de devenir un homme clef pour le renseignement israélien, depuis que l’Iran adopte une attitude ferme sur la question de son programme nucléaire militaire. Dans la tradition du Mossad, les agents se surveillent et s’évaluent entre eux. Nous pensons que Manuel Aeschlimann est chargé par Tel-Aviv d’évaluer le dispositif existant en France depuis 1980. Nous pensons que l’Etat d’Israël est un partenaire de la France dans de nombreux domaines. Nous estimons néanmoins que le contrôle total d’une formation politique Française de gouvernement, par un service de renseignement étranger, peut nuire aux intérêts nationaux et européens.


INFILTRATION OF ISRAELI MOSSAD IN THE UMP
NICOLAS SARKOZY: THE FOURTH MAN

In 1978, the Government Herut / Likud of Menachem Begin wants to break the relative isolation of the Jewish state. France is an important partner for Israel. Israel does not want to be shaken by a French diplomatic shift again, the same as the one that followed the decision by General de Gaulle in 1967, not to give her arms. Rafael Eytan was then Chief of Staff of the Israel Defense Forces. He asks the Mossad to prepare an operation to infiltrate the Gaullist party to try to make the French political party support Israel. The head of the Central Intelligence Israeli Yitzhak Hoffi will accept the idea of ​​such an operation. Young activists and supporters of the French parliamentary right with a high potential of influence are targetted. Three French citizens predisposed to collaborate are recruited and trained by the Israelis services to conduct a political mission to France. In 1980 the first group of Mossad agents begins its work. It is composed of Patrick Balkany, Patrick Devedjian and Pierre Lellouche. Charles Pasqua puts in place, at that time, a new generation of Gaullists, under the label of 'RPR'. The Israeli agents will find their place in politics through the installation of the Pasqua boys. In 1983, several months before the municipal elections, Patrick Balkany, who is actually responsible for the network, recruits Nicolas Sarkozy. It is Balkany who is mandated by the Israeli Central to treat the young and promising Sarkozy, the fourth man in the service of the Mossad. The Israeli apparatus in the Gaullist Party is reinforced in the early nineties by Manuel Aeschlimann. Manuel Aeschlimann is responsible for supporting the rise of Sarkozy. He is also responsible for establishing contacts with Iranian officials in France. Manuel Aeschlimann is becoming a key man for Israeli intelligence, since Iran is adopting a firm stance on the issue of its nuclear weapons program. In the tradition of Mossad, agents are monitoring and assessing each other. We believe that Manuel Aeschlimann is charged by Tel Aviv to evaluate the apparatus existing in France since 1980. We believe that the State of Israel is a partner of France in many areas. We nevertheless believe that total control of a French government political formation, by a foreign intelligence service, may jeopardize the national and European interests.


Flashback: VIDEO -- Sarkozy Receives Award From The American Jewish Committee

Flashback: Sarkozy Ex-Mossad Secret Agent


Les étranges accusations d'un cybercorbeau
JEAN-MARC LECLERC (commentaires de FQ - SOTT)
12 octobre 2007
Le Figaro
La PJ enquête sur un courriel envoyé durant la présidentielle à cent hauts responsables de la police. Il affirmait que Sarkozy, comme Balkany, Lellouche, Devedjian et Aeschlimann, étaient liés au Mossad.

UNE OFFICINE a-t-elle voulu déstabiliser Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle ? Une enquête confiée à la Direction centrale de la police judiciaire doit l'établir. Fin mars 2007, dans la dernière droite de l'élection, tous les directeurs départementaux de la sécurité publique, soit une centaine de hauts fonctionnaires, ont été destinataires d'un étrange courriel. Le futur président y était taxé, ni plus ni moins, d'avoir été recruté dans les années 1980 par le Mossad, le service secret israélien.

Le texte envoyé se présente sous la forme d'une « note de synthèse » de deux pages. Son titre : « L'infiltration du Mossad israélien dans l'UMP. Nicolas Sarkozy : le quatrième homme. » Au-dessus, un pseudo-logo de la « DGSE ». « Tout cela respire la manip à plein nez, avec des relents d'extrême droite », prévient un cadre dirigeant au ministère de l'Intérieur.

Note :

Les mêmes relents d'extrême droite que le groupe Occident, dont un des éminents membres ne fut autre que Devedjian ?


Selon l'auteur du message, en 1978, le gouvernement de Menachem Begin aurait commandité l'infiltration du parti gaulliste pour en faire une sorte de partenaire d'Israël. L'opération aurait été montée par Rafael Eytan, maître-espion israélien. « Trois citoyens français prédisposés à collaborer » auraient donc été ciblés : Patrick Balkany, Patrick Devedjian et Pierre Lellouche. Balkany est présenté comme le chef du « réseau ».

Notee à propos de Pierre Lellouche :

Avocat d'affaires, c'est au lendemain de son service militaire qu'il rejoint en 1974 le "Groupe d’études et de recherches sur les problèmes internationaux" dirigé par Raymond Aron à la Maison des Sciences de l’Homme. Il milite alors en faveur du développement d’Israël et effectue divers stages en kibboutz. (Wikipédia)

Quelques extraits glanés sur le Net, à propos du parcours de Lellouche :

Grande Bush : Pierre Lellouche, 54 ans, député UMP et candidat à la candidature pour la mairie de Paris, cette grande gueule sans complexe épouse les idées des néoconservateurs américains.

Il revient du Kazakhstan.
Turbulent pays où il s'est rendu en compagnie de Ted Turner, propriétaire de CNN et président d'une ONG spécialisée dans la lutte contre le terrorisme nucléaire. Dix heures d'avion pour aller superviser l'appauvrissement d'un stock d'uranium enrichi, et le soustraire ainsi à des mains terroristes. «Chacun de nous est sur terre pour accomplir une mission», dit-il.
La sienne consiste à parcourir la planète pour porter la bonne parole de Washington, la seule, selon lui, capable d'instaurer la démocratie de marché partout sur la planète. Président de la très atlantiste assemblée parlementaire de l'Otan, Pierre Lellouche parle fièrement de ses nombreux «copains» aux Etats-Unis, dont Paul Wolfowitz et Richard Perle, deux penseurs néoconservateurs qui ont théorisé la guerre préventive en Irak.
Obsédé comme eux par la radicalisation islamiste («le fascisme vert», en langage maison), Pierre Lellouche parle aussi volontiers d'une autre «copine», Condoleezza Rice, secrétaire d'Etat et proche collaboratrice de George W. Bush. «Mais, s'il vous plaît, pas de caricature : je ne suis pas un agent de la CIA !»

Jamais en retard d'une provoc («Je suis beaucoup trop pauvre pour être de gauche»), cette grande gueule sans censure aucune assume son opposition à Villepin et aux énarques de tout poil, «ces nouveaux nobles» qui conduiraient la France dans le mur. Au premier rang desquels se trouve Jacques Chirac, dont il fut le conseiller diplomatique avant de se faire virer de l'entourage présidentiel en 1995. «J'ai été la première victime d'une épuration que je n'ose qualifier d'ethnique.» Si sa carrière n'a jamais vraiment décollé, dit-il, ce serait en raison de l'antisémitisme des élites françaises. Inspirateur de la loi de 2003 réprimant les actes antisémites («Soixante ans après la Shoah, ça m'a secoué de devoir écrire une loi pour protéger les Juifs en France»), il pleurniche après les postes qui lui auraient échappé à cause de sa religion : à l'Elysée, à l'Assemblée (où il briguait la présidence de la Commission de la défense) et surtout au Quai d'Orsay, maison qu'il juge tenue par un «corps diplomatique proarabe» donc peu susceptible de coopter un Juif pro-Bush qui n'hésite pas à dénoncer la «victimisation systématique des Palestiniens». Et à qualifier d'«intifada urbaine» la récente crise des banlieues. Dans son dernier ouvrage, il livre aussi aux lecteurs «un secret, sur lequel pèse une omerta obstinée» : «80 % de la population pénale en France est constituée d'immigrés ou de Français issus de l'immigration !»

[…]

Il donne rendez-vous rue des Martyrs, là où il est élu, à deux pas de la synagogue que son père fréquentait dans les années 70. Pour parler de l'islam (beaucoup), de Paris (un peu, car il y brigue la mairie), mais aussi de son brusque retournement idéologique. Comme beaucoup de ses amis neocons, Pierre Lellouche a en effet commencé à gauche. Des kibboutz socialistes en Israël aux communautés guévaristes d'Amérique latine, il dit avoir «fait la révolution, comme tout le monde», quand il était encore «athée et marxiste». Vingt-cinq ans plus tard, l'ancien gauchiste devenu «anticommuniste primaire» défend l'impérialisme américain, dit qu'il a «un téléphone direct avec Dieu» et... cherche une date pour organiser la bar-mitsva du fiston !

Déclaration de Pierre Lellouche dans le Monde, 14/03/03 :

« L'antisionisme a fait des progrès à gauche. Le cap est ensuite vite franchi [vers l'antisémitisme]. On ne peut pas dire que la question ne se pose pas complètement », a déclaré, mercredi, le député (UMP) de la Drôme, Hervé Mariton.

Plus de détails ici

À lire également, un article du Réseau Voltaire sur le rôle de Lellouche dans l'introducution du concept de "guerre au terrorisme" dans la pré-campagne présidentielle.


En 1983, Patrick Balkany aurait recruté le « jeune et prometteur » Sarkozy, le « quatrième homme du Mossad ».

Note :

À propos de M. Balkany, vous trouverez ici une interview accordée à un journaliste israélien, et assez révélatrice de ses "préférences".

Quelques extraits :

— Voilà plus de cinq ans qu'un maire de France n'avait pas participé à la conférence internationale des maires à Jérusalem. Qu'est ce qui a motivé votre présence ici cette année ?

— J'ai eu la chance d'être invité et le fait d'être le seul maire français parmi des élus de tous les continents me paraissait plus enrichissant sur le plan des échanges. C'est, sans conteste, plus instructif que de se trouver parmi un groupe d'élus français, comme cela nous arrive souvent.
D'autre part, me trouver à Jérusalem est très important à titre personnel puisque je suis juif, bien que non pratiquant. De plus, en tant que fils de déporté, je tenais à me rendre à Yad Vashem.

[...]

— Ne pensez-vous pas qu'il faille aider les Palestiniens sur le plan économique afin qu'ils puissent s'autogérer et que devrait faire les nations du monde en ce sens ?

— Sincèrement, je suis toujours très étonné. Des aides aux Palestiniens il y en a eu et beaucoup, tant de la part de l'Union européenne et de la part de l'ensemble des pays arabes. Ce qui est important ce n'est pas le montant des aides, c'est ce que l'on fait avec. Tout est une question de volonté. Soit les aides servent à s'armer, soit elles servent à s'installer économiquement dans la paix. J'ai malheureusement le sentiment que tout l'argent qui a été distribué jusqu'à ce jour, le peuple palestinien n'en a pas vu la couleur.

[…]

— Ne pensez-vous pas qu'il serait plus judicieux d'implanter des entreprises ou de réaliser des infrastructures plutôt que de donner des fonds dont on ne maîtrise pas l'utilisation ?

Vous avez raison. Il serait bien plus profitable pour le peuple palestiniens que nous construisions des routes, des écoles, des hôpitaux, des logements... Les possibilités en matière de programmes d'investissement sont très vastes et ne peuvent être que bénéfiques pour la population. Les Palestiniens ont la réputation d'être des gens intelligents et travailleurs et s'ils ont une aide adéquate, tout devrait aller dans le bon sens. Le monde arabe a une grosse responsabilité sur la situation actuelle. Les Palestiniens qui vivent dans les camps de réfugiés n'ont certainement pas été traités avec la dignité que l'on doit à tous les hommes de la terre. Lorsque l'on est dans le besoin, on devrait pouvoir compter sur ses amis, surtout quand ceux-ci sont riches et même très riches. A fortiori lorsque ce sont vos frères.
Prenez le cas du monde Juif, la diaspora a toujours soutenu Israël et ce dans tous les domaines. Je ne comprend donc pas comment le monde musulman peut laisser ses frères palestiniens dans le dénuement le plus complet.

[…]

Alors que les relations bilatérales entre la France et Israël sont au zénith, les relations entre les deux peuples se dégradent de jour en jour. Comment expliquer ce phénomène ?

Avant tout chose, il y a un problème de désinformation. Les agences de presse diffusent depuis des années l'information, reprise par tous les médias, visant à expliquer que les 'méchants Israéliens tapent sur les gentils Palestiniens'. Et lorsqu'un Palestinien se fait sauter dans un bus bondé d'enfants, le message diffusé est soit que c'était un fou soit une résultante de l'occupation israélienne. On en vient donc à parler d'auto-défense et non de terrorisme. Je crois qu'il faudrait être un peu plus objectif et raisonnable. Les Israéliens combattent le terrorisme et en général leur attaques sont dirigées contre des groupes armés et non contre la population civile [exactement comme les Américains en Irak, qui ne visent jamais aucun civil, n'est-ce pas]. Cela n'a rien à voir avec les attaques aveugles et lâches des terroristes Palestiniens. Cette vision de l'information est pour moi inadmissible [entièrement d'accord, à la différence qu'on ne parle pas de la même].

Ceci dit les choses sont en train de changer, en partie grâce à la pression des Juifs français. Certes, ils représentent une force économique importante et cela peut influer sur les décisions à haut niveau mais surtout, ils s'impliquent de plus en plus dans la vie du pays. Il est heureux de constater que nombre de Juifs français se présentent aux élections des conseils municipaux, des mairies et plus encore. Cela prouve leur attachement à la France et leur volonté de s'intégrer totalement dans le paysage politique ou économique du pays et c'est une très bonne chose. Je l'ai fait moi-même il y a quelques années et j'engage mes corrélégionaires à faire de même. C'est ainsi qu'ils pourront faire entendre leur voix et influencer la politique de l'Etat.

[…]

Quel est votre message pour les Israéliens et les autres peuples de la région ?

Un message d'espoir. Je peux vous dire que tous les Français, les Juifs de France et même [!!] les Musulmans de France attendent que la paix s'installe définitivement dans la région. Le jour où les Palestiniens vivront dans un pays prospère avec une économie florissante, il n'y aura plus de problèmes. Il faut les aider mais il faudra qu'ils s'aident eux-même aussi. [ça devient de plus en plus écoeurant à lire] Il faut construire sa paix, il faut construire son bonheur. La paix est un travail de tous les jours et je suis que l'on y arrivera parce qu'il y a une véritable volonté.

Voir également une petite "anecdote" intéressante à propos de M. Balkany.


Une cinquième recrue serait venue compléter le dispositif dans les années 1990 : Manuel Aeschlimann, député-maire d'Asnières (Hauts-de-Seine). Le cybercorbeau affirme que ce proche de Sarkozy est « chargé d'établir des contacts avec des responsables iraniens en France ». Une assertion d'autant plus perfide que sa ville d'Asnières accueille effectivement une forte communauté iranienne.

Aucune empreinte

Embarrassé, l'état-major policier d'alors a dû rapporter en haut lieu le contenu de ce courriel farfelu et la qualité de ses destinataires. Aussitôt, une enquête a été diligentée, confiée à la PJ. Les policiers ont découvert que le message est parti d'un cybercafé du Val-d'Oise.

Mais le corbeau a bien choisi le lieu de ses persiflages : dans ce commerce où l'anonymat est la règle, puisque la loi n'impose pas de présenter ses papiers pour accéder aux ordinateurs, il n'y avait pas de vidéosurveillance. Aucune empreinte, aucune trace d'ADN n'a pu être exploitée. L'expertise des machines n'a rien donné. Pas plus que l'analyse sémantique du texte.

Et l'enquête se poursuit à la demande du parquet. Au risque de donner à cette affaire une importance qu'elle ne méritait pas.

Note :

Manip, perfide, farfelu, persiflage, "qu'elle ne méritait pas", on peut voir toute l'impartialité dont font preuve nos journalistes lorsqu'il s'agit de Sarkozy. On ne se contente pas de rapporter les faits et d'attendre les conclusions de l'enquête, on y va de son petit commentaire indigné ! Ce qui devrait être un article neutre, objectif, se gardant de tout parti-pris, devient une discussion de café du commerce, et la propagande en faveur de notre "bien-aimé" président continue.

On peut aussi se demander pourquoi le Figaro mentionne cette affaire au risque de lui prêter "une importance qu'elle ne mérite pas". Une nouvelle façon de victimiser Sarkozy ?

Pour en savoir plus (article trouvé en cherchant d'autres informations sur cette affaire)


Faut-il être un « corbeau » pour affirmer l'allégeance de Sarkozy à Israël ?

Sarkozy an ex-mossad agent?

Furl the flag: Gamal Nkrumah reflects on Sarkozy's bad week

Ce genre d'accusation faisant intervenir le Mossad est souvent considéré comme fasciste ou crypto-fasciste, par Bernard-Henri Lévy par exemple.

Sarkozy est très pro-Israël: "Olmert with Sarkozy: France, Israel's closest ally in Europe?" Cela s'explique par le fait que son père était juif (il était même nazi!) Hongrois et que sa mère était d'origine juive, de Salonique.

Who is Nicolas Sarkozy? By Raanan Eliaz, Jewish World Review, May 7 2007

Cet article rapporte le fait que Sarkozy est un proche ami de Benjamin Netanyahu (accusé de crimes de guerre), le leader du parti d'extrême droite israélienne, le Likoud. Le Likoud est l'extension politique du groupe terroriste sioniste Irgun de Menachem Begin (les attentats de l'Irgun sont répertoriés sur le site web officiel). Pour connaître la doctrine de terrorisme de Netanyahu, cliquez ici.

YouTube: pourquoi Kouchner: la démocratie c'est défendre les intérêts d'Israel?

Sarkozy spokesman: France and Israel enjoy 'honeymoon', 22 nov 2007