vendredi 16 novembre 2007

Référendum sur le nouveau traité européen: "Les peuples ne votent pas comme nous le voulons, alors ne leur posons pas la question" confie Sarkozy

L’AVEU DE SARKOZY : LE NON L’EMPORTERA LORS D’UN RÉFÉRENDUM SUR LE TRAITÉ «SIMPLIFIÉ»14 novembre 2007 (Nouvelle Solidarité) - Bruno Waterfield, le correspondant à Bruxelles du quotidien britannique The Telegraph révèle aujourd’hui que Nicolas Sarkozy, devant un groupe de parlementaires européens réunis à huis-clos, a admis que « des référendums sur le nouveau traité européen étaient ‘dangereux’ et perdants en France, en Angleterre et dans d’autres pays. Il y a un gouffre entre les peuples et les gouvernements »

Parlant du référendum du 29 mai 2005, Sarkozy a dit que « La France n’était qu’en avance sur les autres pays dans son vote pour le NON. ». « La même chose arriverait dans tous les Etats membres si un référendum y était organisé », a-t-il ajouté. « Un référendum aujourd’hui mettrait l’Europe en danger. Il n’y aura pas de traité si un référendum a lieu en France, et il en va de même pour un référendum au Royaume-Uni. »

Source:
EU polls would be lost, says Nicolas Sarkozy
Referendums on the new European Union Treaty were "dangerous" and would be lost in France, Britain and other countries, Nicolas Sarkozy has admitted.
By Bruno Waterfield in Brussels
London Telegraph, 15/11/2007

« Traité simplifié », haute trahison!, Réseau Voltaire, 5 nov 2007