vendredi 16 avril 2010

Journalistes persécutés par cette "petite démocratie solitaire au Moyen-Orient"

Le Mossad Sur Les Traces D’Un Reporter Israélien Hyper Compromettant Pour L’Armée Sioniste
Planète Non Violence,13 avril 2010

par Jonathan Cook

Un journaliste israélien qui a dénoncé dans le quotidien Haaretz les crimes de l’armée israélienne est traité comme un «traitre en fuite»

Un journaliste israélien qui s’est réfugié dans la clandestinité après avoir écrit toute une série d’articles montrant comment des commandants de l’armée israélienne ont violé la loi est menacé d’une longue peine de prison pour espionnage s’il est attrapé alors que les services de sécurité israéliens ont prévenu qu’ils allaient « enlever leurs gants » pour le traquer.

Le Shin Bet, la police secrète israélienne, a dit qu’il considérait Uri Blau- un reporter au quotidien israélien libéral Haaretz qui s’est réfugié dans la clandestinité à Londres- comme un traitre en fuite» et qu’un mandat d’arrêt contre lui a été lancé.

Les options étudiées sont une demande d’extradition auprès des autorités britanniques ou si cela échoue une opération secrète du Mossad, l’agence d’espionnage israélienne, pour le kidnapper et le ramener en Israël – comme ce qui est arrivé à Mordechai Vanunu qui avait révélé qu’Israël construisait des bombes atomiques à la centrale nucléaire de Dimona, Desert du Negev, ndlt – selon le Maariv un journal de droite.

Hier on a su que l’informatrice de Mr Blau, Anat Kamm, 23 ans, une ancienne soldate qui a copié des centaines de documents secrets pendant son service militaire avait confessé peu de temps après son arrestation en Décembre avoir fait cela pour exposer des « crimes de guerre ».

Le Shin Bet affirme que Mr Blau détient des centaines de documents secrets, dont on dit que certains portent sur l’Opération Plomb Durci l’attaque israélienne contre Gaza en hiver 2008 au cours de laquelle l’armée est soupçonnée d’avoir violé les règles de la guerre.

D’autres documents, à la base de l’enquête publiée dans le Haaretz en 2008, concerne une rencontre entre le chef de l’armée, Gabi Ashkenazi, et le Shin Bet au cours de laquelle ils se sont mis d’accord pour ignorer la décision de la Cour de Justice et continuer d’exécuter des dirigeants palestiniens dans les territoires occupés.

Yuval Diskin, le chef du Shin Bet, qui a dit précédemment que l’enquête était »trop sensible » pour son organisation demande maintenant que Mr Blau révèle tout ce qu’il a en archive comme documents et qu’il passe un test au détecteur de mensonge lors de son retour pour identifier ses sources selon Haaretz.

Le journal et ses avocats lui ont recommandé de rester dans la clandestinité pour protéger ses informateurs.

Haaretz a aussi révélé que- action très inhabituelle avant l’attaque de Gaza- il avait accepté de retirer l’édition imprimée du journal après que l’armée lui eut demandé à la dernière minute que l’un des articles de Mr Blau ne soit pas publié. Son article avait déjà passé la censure militaire, qui vérifie que les articles ne mettent pas en danger la sécurité nationale.

Des avocats et des groupes de défense des droits de l’homme craignent que l’armée et le Shin Bet essaient de réduire au silence les journalistes d’investigation et visent à empêcher d’autres correspondants de suivre les traces de Mr Blau.

« Nous avons là un dangereux précédent, comme quoi des documents remis à un journal israélien … est considéré par le bureau du procureur comme l’équivalent d’un contact avec un agent étranger » a dit Eitan Lehman, l’avocat de Ms Kamm. « le seul fait de présenter de l’information au public israélien est considéré comme une intention de nuire à la sécurité nationale. »

La détermination du Shin Bet d’arrêter Mr Blau a été révélée après la levée d’une interdiction de publication sur le cas de Ms Kamm en fin de semaine dernière. Elle est assignée à domicile depuis Décembre. Elle a admis avoir copié des centaines de documents secrets pendant son service militaire dans le bureau du brigadier général Yair Naveh en charge des opérations en Cisjordanie entre 2005 et 2007.

L’année dernière, en accord avec le Shin Bet, Haaretz et Mr Blau ont remis plus de 50 documents et accepté la destruction de l’ordinateur de Mr Blau.

Les deux côtés s’accusent mutuellement de ne pas respecter l’accord conclu : le Shin Bet dit que Mr Blau a secrètement gardé d’autres documents copiés par Ms Kamm qui pourraient être utiles aux ennemis d’Israël ; tandis que Mr Blau dit que le Shin Bet a utilisé les documents rendus pour traquer Ms Kamm, sa source, après qu’ils aient garanti de ne pas le faire.

Haaretz a dit que Mr Blau craint qu’ils essaient d’identifier les autres informateurs s’il remet ses archives.

Mr Blau a appris dans quelle situation difficile il se trouvait alors qu’il était à l’étranger en vacances. Il a dit qu’un ami l’avait appelé pour le prévenir que le Shin Bet avait forcé la porte de son appartement et mis à sac ce dernier. Il a appris plus tard qu’ils surveillaient son téléphone, son email, et son ordinateur depuis des mois.

Le Shin Bet a révélé la semaine dernière que Mr Blau se cachait à Londres, une révélation qui a étonné de nombreux observateurs, ce malgré la menace qu’il deviendrait une cible facile pour des agences de renseignements d’autres pays.

Amir Mizroch, un analyste au journal de droite le Jérusalem Post a fait remarqué que c’était comme si les services de sécurité d’Israël « disaient aux agents secrets syriens, libanais, palestiniens, du Hezbollah ( le Hezbollah est libanais ndlt), et iraniens présents à Londres : « Yalla, soyez les bienvenus traquez et récupérez Uri Blau ». Il a ajouté que le véritable objectif était probablement de faire sortir Mr Blau de sa cachette pour qu’il se réfugie à l’ambassade d’Israël.

Ms Kamm est accusée d’espionnage avec l’intention de nuire à la sécurité nationale l’accusation la plus dure possible qui pourrait la voir condamnée à 25 ans de prison. Hier un autre de ses avocats, Avigdor Friedman, a lancé un appel à Mr Blau pour qu’il rentre en Israël rende les documents et aide à « minimiser l’affaire ».

« La vraie question c’est de savoir si cette approche lourde de conséquences vise seulement à récupérer les documents de Kamm ou bien de traquer Blau et ses autres sources » a dit Jeff Halper un analyste israélien. « Il se pourrait que Kamm soit une excuse nécessaire pour les services de sécurité pour identifier le cercles d’informateurs de Blau ».

Mr Blau a déjà publié plusieurs articles basés apparemment sur les documents de Ms Kamm, montrant que le commandement de l’armée approuvait des plans d’actions qui non seulement violaient le droit international mais violaient également des décisions de la Cour de Justice d’Israël.

Ses articles comprenaient des révélations portant sur le fait que des hauts commandants approuvaient des assassinats extra judiciaires dans les territoires occupés qui presque certainement tueraient des passants palestiniens ceci en violation d’un engagement pris auprès de la Haute Cour de Justice l’armée ayant donné des ordres pour exécuter des Palestiniens alors même qu’ils pouvaient être capturés en toute sécurité ; et que le ministère de la défense a composé un rapport secret montrant que la grande majorité des colonies en Cisjordanie étaient illégales même selon le droit israélien.

Bien que les premiers articles datent de 2008, l’armée a publié une déclaration tard cette semaine comme quoi les articles de Mr Blau étaient « scandaleux et trompeurs ». Aucun haut commandant n’a été poursuivi à cause des activités illégales de l’armée.

B’Tselem, une organisation des droits de l’homme israélienne, a dit que sa recherche montrait que « dans de nombreux cas les soldats s’étaient conduits dans les territoires comme s’ils étaient en mission pour tuer et non pas pour des missions d’arrestation ».

Elle a ajouté que les autorités s’étaient « précipitées pour enquêter sur la fuite et avaient choisi d’ignorer les sérieux soupçons d’actes à l’évidence malfaisants décrits dans ces documents ».

Un groupe de journalistes expérimentés a lancé une pétition cette semaine demandant à ce qu’on épargne un procès à Mr Blau : « jusqu’à maintenant les autorités n’ont pas poursuivi de journaliste pour avoir détenu des informations secrètes ce que la plupart d’entre nous avons eu sous une forme ou une autre. Cette politique du procureur reflète, de notre point de vue, un déséquilibre entre la liberté d’expression et le besoin de sécurité ».

Cependant la couverture médiatique de l’affaire en Israël a été largement hostile. Yuval Elbashan, un avocat, a écrit dans Haaretz hier que les collègues reporters de Mr Blau dans l’armée et des analystes avaient ces derniers jours abandonné leur collègue et prouvé leur «loyauté au système sécuritaire tels les serviteurs les plus bas de ce dernier ».

L’un d’entre eux, Yossi Yehoshua, un correspondant militaire qui travaille pour le quotidien le plus lu du pays, Yedioth Aharonot, dont on dit qu’il a été approché par Ms Kamm avant qu’elle ne s’adresse à Mr Blau, doit témoigné contre elle lors de son procès le mois prochain.

Les forums de discussions et les commentaires en ligne suggèrent qu’il y a peu de sympathie dans le public israélien ni pour Ms Kamm ni pour Mr Blau. Plusieurs sites en hébreu montrent des photos de Ms Kamm derrière les barreaux ou à proximité d’un nœud de potence.

Un reportage sur Israel Information News, un nouveau service pour les colons, prétend que Ms Kamm a été sous influence de professeurs « d’extrême gauche » de l’Université de Tel Aviv quand elle a remis les documents au reporter du Haaretz.

Jonathan Cook Nazareth 13/04.2010 – http://www.counterpunch.org/cook04132010.html

Jonathan Cook est un écrivain et journaliste basé à Nazareth.

Ses derniers livres :

“Israel and the Clash of Civilisations: Iraq, Iran and the Plan to Remake the Middle East” (Pluto Press)
“Disappearing Palestine: Israel’s Experiments in Human Despair” (Zed Books).

Son site internet : www.jkcook.net.

Une version de cet article a d’abord été publié dans The National (www.thenational.ae), publié à Abu Dhabi.

Myriam Abraham titre traduction




http://france-licratisee.hautetfort.com/index-4.html

QUE DE VERS DANS CE BEAU FRUIT …

L’article suivant émane de Sammy Ghozlan. Il nous démontre en passant qu’on ne se contente pas de dénoncer en France puisque ce personnage se vante d’avoir dénoncé des journalistes du quotidien israélien Haaretz, coupables à ses yeux d’avoir fait preuve d’équilibre et d’esprit critique dans leurs jugements. Esprit critique qui est immédiatement traduit en quasi trahison. J’ai en tout cas l’impression qu’on est plus libre de ses propos en Israël qu’en France. Comment cela se fait-il ?

Sammy Ghozlan, commissaire de police honoraire, est membre du comité directeur du CRIF, président de l’Union des Conseils des Communautés juives, ainsi que du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme. Ce n’est pas tout, il est également président du « Secours français pour les sinistrés d’Israël ».

33.jpg« Encore une trahison »

« Anat Kam, soldate au service d’un des plus importants bureaux de l’état- major de Tsahal, a subtilisé des documents « secrets-défense » et les a remis à un journaliste d’un grand quotidien israélien, pas n’importe lequel bien sur, de HAARETS , le plus anti–israélien sinon réputé le plus antireligieux d’Israël.
J’avais à plusieurs reprises dénoncé certains journalistes engagés de ce quotidien controversé, comme Gideon Levi, Akiva Eldar et d’autres, plus soucieux du bien-être et de la sécurité des anti-israéliens que de leurs propres compatriotes.

Anat KAM dit avoir agi par idéologie. Quelle idéologie, sinon celle qu’on lui a instillée dans sa famille, dans son école, dans son mouvement d’idées politiques?

Est-elle responsable, elle est la seule. Sans parler des carences sécuritaires que révèle cette affaire. Il y a là un manque grave de responsabilité. Pourtant, lorsqu’au mois de février, j’ai rencontré, avec un petit groupe d’amis, le ministre de la défense Mr Ehoud Barak, nous sommes passés par un filtre sécuritaire extraordinaire que l’on peut comprendre.

Mais le danger ne vient pas de l’extérieur mais bien de l’intérieur, le fruit est pourri, il est pourri parce que peut-être on n’exige pas de ceux qui ont accès a des secrets d’état, de défense et sécuritaires ce qu’en France on appelle l’HABILITATION AU SECRET DÉFENSE qui est octroyée à certains hauts fonctionnaires comme les commissaires de police, certains militaires, hauts fonctionnaires, etc …

Oui le ver est à l’intérieur, rappelez vous ces officiers, ces soldats qui ont dénoncé Tsahal lors de l’opération au Liban, puis à Gaza et ces femmes soldats qui ont écrit une pétition, pour elles aussi accuser leurs camarades de crimes de guerre.

Et ces députés et ces prétendus intellectuels ou universitaires ou artistes. Ces réalisateurs de films anti-israéliens qui présentent le soldat israélien comme un nazi, un assassin, et les terroristes palestiniens comme des victimes innocentes. Et tout cela, avec l’aide de subventions publiques du ministère de la culture israélien. C’est du masochisme. Mais là c’est dangereux.

C’est un peuple qu’ils mettent en danger: Le peuple d’Israël, le peuple juif et sa légitimité pour sa défense, sa protection, face à un ennemi implacable sans foi ni loi. Non ils ont une foi, islamisme et une loi l’islamisme et un but: le djihad.

La guerre sainte à outrance contre les Juifs. Anat KAM, elle, est le produit de la société bien pensante israélienne, qui renie le judaïsme au profit d’un humanisme , humanisme juif peut être, mais dénué des valeurs du judaïsme. Ils refusent aux juifs orthodoxes ce qu’ils tolèrent des islamistes, voire aux islamo-terroristes. Certes, quelques mouvements orthodoxes, par certains excès religieux mal admis, mal compris, créent une forme de répulsion autour d’eux.

Mais il faut reconnaître que les israéliens, civils ou soldats, instruits au judaïsme, comprennent mieux les raisons pour lesquelles ils sont sur la terre d’Israël, pourquoi il faut la défendre, pourquoi il faut que Jérusalem reste à jamais la capitale juive de l’Etat d’Israël, une et indivisible. Anat KAM a-t-elle reçu une éducation juive dans son école, son lycée en Israël? Je ne le pense pas.

Et une fois dans Tsahal, a-t-elle été éduquée au sionisme? A-t-elle été responsabilisée ? Et si elle faisait partie d’un mouvement politique, comme ceux qui manifestent impunément aux côtes de l’ennemi, comment a-t-elle pu être employée dans ce service de pointe de Tsahal? Elle n’est pas la seule. Combien y en a-t-il comme elle dans le pays?

Ces journalistes qui ont collaboré à la trahison sont la preuve que la pieuvre déploie ses tentacules dans les plus hautes sphères de l’Etat.

Et pourquoi 2 poids 2 mesures? Des soldats qui refusent d’obéir aux ordres de démantèlement d’implantations sont sanctionnés gravement et le ministre de la défense monte au créneau. Il rompt le contrat que Tsahal a signé avec une des yeshivot Hahesder. Mais en même temps, une soldate qui a volé des documents « Secret Défense » est libre, et peu inquiétée. Le ministre négocie avec elle.

Mais alors, qui la protège? Pourquoi la protège-t-on? Serait ce du au fait que nombreux pensent comme elle ou auraient agi comme elle, sinon la comprennent? Il y a d’ailleurs des mouvements de solidarité et de défense d’Anat KAM ; C’est surealiste. Même la Cour Suprême fait montre d’une indulgence surprenante qui me fait penser qu’Israël court un suprême danger avec cette Cour Suprême.

A la veille du 62 eme anniversaire de la recréation d’Israël, ne sommes-nous pas en droit de nous interroger sur les faiblesses de cette supra-démocratie, cette extra-démocratie avec ses scandales à répétition, scandales sexuels, corruption, trahison ,etc..? Israël saura, je espère, se ressaisir . Je lui souhaite un joyeux anniversaire et une réussite éternelle. »

Source : http://www.juif.org/defense-israel/126524,encore-une-trah...

16:15 Publié dans Actualité | Lien permanent



Israel Also Deliberately Killed Reuters Cameraman

Hamas: Documents Revealed by Ha'aretz Enough to Sue Israel's Leaders

Indictment says Kamm sought to harm state security

And had she been a settler? --Yaki Hafstein wonders if we’d see different reactions had spy suspect Kam been a rightist

Revealed: Israeli reporter accused of espionage for giving information to Haaretz

Journalist accused of leaking secret IDF documents

Uri Blau / Why I was right to publish secret Anat Kam material --There are powerful people in Israel who don't seem to understand what democracy is all about.-Haaretz journalist Uri Blau has defended his controversial decision to publish leaked classified military documents.

How the Shin Bet broke its deal with Haaretz --Security agency pledged not to question Haaretz reporter about sources or use leaked documents in lawsuit

Mossad Operation Threatened Against Reporter: Whistleblowing Israeli journalist treated as 'fugitive felon' By Jonathan Cook

Un journaliste d’Haaretz restitue des documents confidentiels à Tsahal

VIDEO - Israel Makes Journalist Disappear

American Free Press PODCAST SERIES: AN INTERVIEW WITH GILAD ATZMON (angl.)