lundi 22 juin 2009

Les « maîtres chanteurs » sillonnent les Sites et les Forums

Internet est aujourd’hui un espace de liberté unique pour tout auteur qui désire porter à la connaissance du monde des faits que les médias traditionnels censurent ou ignorent. Soucieux de sauvegarder son image, et fort de ses appuis extérieurs, Israël qui est passé maître dans la manipulation de l’information, a un œil sur tout ce qui se dit à son sujet. Tout site Internet qui le met en cause, est passé au peigne fin par des « vigiles » de la pensée qui n’entendent pas perdre leur contrôle de l’opinion.

Qui sont ces « vigiles » de la pensée ?

Qu’ils agissent à visage découvert ou masqué, ce sont le plus souvent des gens liés à l’enseignement ou au journalisme ; des gens qui font passer leurs attaches avec Israël avant toute considération humaine ; ils peuvent êtres aussi bien proches de certains cercles de la droite dure que de la gauche ; êtres passés du trotskisme au sionisme ; de la défense des Palestiniens à la dénonciation d’« antisémites » imaginaires. Des gens qui ont tendance à voir en tout « goy » qui dénonce la politique d’apartheid d’Israël, un anti-juif potentiel. Et même s’ils affirment être en faveur des droits des Palestiniens - est-ce bien vrai ? - ils soutiennent des options politiques qui ne remettent pas en cause les conquêtes coloniales d’Israël.

Comment procèdent-ils ?

Ils procèdent à l’intérieur des médias alternatifs de la même façon qu’Alain Finkielkraut, entre autres, procède à d’autres niveaux. Exemple : ses calomnies contre le journaliste franco-israélien Charles Enderlin, qui a attribué à Israël l’assassinat de l’enfant Mohammed Al Doura. Ils ne sont qu’une grosse poignée, mais ils sont d’une relative efficacité. Ils vont de site en site jeter le discrédit sur toute personne dont l’engagement « heurte » leur « susceptibilité » ; ils vont de meeting en meeting pour empêcher de s’exprimer les voix indépendantes qui disent des vérités embarrassantes pour Israël, et par conséquent dérangent la « ligne officielle ». Une des calomnies les plus fréquentes, est de dire que tel auteur est à l’extrême-droite, néo-nazi, donc nécessairement « antisémite ». Ce qui ne manquera pas de faire le vide autour de lui.

Les messages que ces individus s’emploient à diffuser sur les Forums Internet, sont un peu à l’image des SMS truqués du présentateur de France 3, Fogiel [1]. Si les lecteurs avertis savent identifier l’origine et le mobile de leurs messages, la majorité des lecteurs ne peuvent pas imaginer que ce sont le fait de désinformateurs professionnels, et qu’il n’y a rien de spontané dans leurs interventions.

Intimidations, insultes, amalgames, ils ne reculent devant rien.

Que veulent-ils ?

Ils ont un grand égo. Et n’apprécient pas que l’on puisse dénoncer, en d’autres termes que les leurs, les abus du pouvoir sioniste. Du reste, ils ne s’attaquent pas à ceux qui ne remettent pas en cause les acquis sur lesquels Israël s’est illégalement construit, et ils soutiennent des initiatives de paix au rabais pour les Palestiniens : 12 % du territoire historique de la Palestine pour les Palestiniens, 88% pour Israël.

Les quelques extraits de messages ci-dessous, montrent comment des individus au service de l’idéologie raciste sur laquelle s’est fondée l’Etat d’Israël, fabriquent des « négationnistes » et des « antisémites ».

Premier exemple tiré du site canadien cmaq. Après la diffusion le 19 mai 2005 d’un entretien de Dieudonné, un dénommé Spzl, [2] bien connu pour aller de site en site répandre des calomnies sur toute personne qui, comme l’humoriste, ose s’affronter à l’idéologie sioniste, ouvre les feux sur le Forum : « Cattori soutient Dieudo qui tape sur les « sionistes » et le CRIF... ».

Un Dieudonné coupable, selon Spzl, de s’en « prendre au lobby juif ... preuve bien vivante que même un brave type...peut sombrer dans le racisme ». Quant à la comparaison de Silvia Cattori entre Dieudonné et Coluche, il la trouve « insultante pour ce dernier ».

Le 27 mai le site cmaq diffuse un nouvel entretien de Dieudonné. Spzl s’en prend cette fois, non pas seulement à Dieudonné et à Silvia Cattori, mais également au site Internet les Ogres [3] qui, affirme-t-il : « diffuse des textes antisémites, et tente de se faire connaître chez les alters, avec la complicité de Cattori, entre autres. »

Vous l’avez compris. Il s’agit ici, pour Spzl, de soulever un sentiment de répulsion auprès des lecteurs qui seraient tentés de sympathiser avec Dieudonné en lisant l’entretien réalisé par Silvia Cattori. La stratégie de Spzl est, bien évidemment, de faire contrepoids à l’effet positif que ne manquerait pas de produire la lecture de cet entretien, pour amener les lecteurs à penser que Dieudonné n’est qu’un « sombre raciste ».

Dans un autre message du 28 mai, qu’Alceste titre : « Attention vermine raciste », il s’attaque encore à la journaliste qu’il va ici jusqu’à accabler de l’accusation suprême : « A 24 heures d’intervalle, deux interview de Sylvia Cattori, l’amie (de) négationnistes notoires ...journaliste négationniste (...) Quelle décadence ! Dommage, ce site (les Ogres) avait de grandes ambitions. Il aurait pu porter une parole claire, progressiste, antisioniste, antiraciste...Il est tombé dans l’aigreur antisémite, le délire occultiste, l’illuminisme kémite, la paranoïa »

Le 29 mai, Spzl attaque à nouveau Silvia Cattori qui, dit-il : « a interviewé complaisamment l’auteur du Mur de Sharon. [4] Or cet ouvrage contient des idées antisémites...La défense du négationnisme se fait aussi, sous prétexte de liberté de parole. En France, jusqu’à il y a peu, c’était l’extrême droite qui défendait la "liberté de parole" des négationnistes. Et bien désormais, cela se fait aussi à gauche. » On devine très vite de quelle « liberté d’expression » il est question ici. »

Le 31 mai Alceste s’en prend encore à Silvia Cattori qui, dit-il « tente de profiter de l’inexpérience de jeunes militants radicaux pour tisser sa toile et tenter, en les interviewant, de se faire accréditer auprès de l’Extrême-Gauche, elle est repérée. Intoxication, désinformations, manipulations. ». [5]

Alceste l’assimile à des personnes (dont nous vous épargnons les noms) accusées « d’antisémitisme », de « négationnisme » qui sont depuis longtemps dans le collimateur des « maitres chanteurs ». (Nous avons eu la curiosité d’aller vérifier qui sont ces gens abusivement vilipendés).

Deuxième exemple tiré du site cmaq.
Le 18 juin 2005, après la diffusion d’un entretien d’Edgar Morin réalisé par Silvia Cattori, Alceste - au lieu de se féliciter du brio avec lequel le sociologue progressiste répond aux accusations « d’antisémitisme » - a continué de s’en prendre à la journaliste : « La publication de cette interview permet à Sylvia Cattori (...) de persister dans sa stratégie d’auto-légitimation au sein de la mouvance altermondialiste ...Mais de manière subliminale, Sylvia Cattori nous ressert le bon vieux thème antisémite du complot judéo-bolcheviks...cela lui permet de ne pas répondre à la question que je lui ai posée sur ce site. Reconnaît-elle, oui ou non, la réalité du génocide nazi et particulièrement l’existence des camps d’extermination utilisant notamment les chambres à gaz...ou comme Darquier...pense-t-elle qu’à Auschwitz « on n’a gazé que des poux » et que la Shoa est une mystification destinée à extorquer des réparations à l’Allemagne ? » Et, pour ajouter encore plus au trouble, il interroge les lecteurs « sur l’origine des revenus de Sylvia Cattori ».

Etre qualifié de « négationniste », un délit punissable par la loi, n’est pas banal. Silvia Cattori a alors protesté par écrit auprès d’Alceste. Celui-ci, non seulement n’a pas retiré ses calomnies, mais il a encore enjoint Silvia Cattori de faire : « un démenti public... qu’il ne (lui) est jamais venu à l’esprit de mettre en doute l’existence de l’entreprise nazie de destruction des juifs d’Europe et l’utilisation de chambres à gaz à Auschwitz ne devrait vous poser aucun problème. Si cela vous en posait...je vous laisse le soin d’en tirer les conclusions... ».

Le 28 juin un internaute appelé Rosenfeld, après avoir vainement cherché à instaurer un dialogue avec Spzl, commentait : « Spzl est incapable d’argumenter sans insulter et menacer... ses propos sont contradictoires. D’un côté il dénonce l’unilatéralisme de certains pro-palestiniens mais pour promouvoir un autre unilatéralisme en faveur d’Israël...Quel est le but de Spzl ? De dire à l’instar de Jacques Kupfer du Likoud France ainsi que la Ligue de Défense juive fasciste et raciste, que les Palestiniens « sont des hordes de barbares... ? »

Alceste, Astérix, Spzl, Jean Brezeniak (quatre pseudonymes qui peuvent tout aussi bien n’appartenir qu’à deux personnes) devraient répondre à cette question : « Qui est raciste (antisémite) ? Celui qui défend l’Etat juif d’Israël, un Etat qui pratique l’épuration ethnique et l’apartheid, ou celui qui défend les Palestiniens qui résistent ? »

Il n’est pas anodin de découvrir qu’Alceste [6] qui se répand en calomnies en compagnie de Spzl - Astérix, (qui se réfèrent toujours au mensuel judaïque L’Arche qui combat violemment Dieudonné) est le même individu qui trois mois plus tôt, travaillait avec l’association les « Ogres », comme il l’écrivait lui-même le 28 mai sur le site Cmaq : « En tant que Coordinateur des Ogres à qui l’espace de rédaction des Ogres est désormais interdit, je suis particulièrement bien placé pour confirmer les informations données ci-dessus... L’entourage de Dieudonné est totalement acquis aux Kemites, Afro-centristes racistes... L’entourage de Dieudonné a manifestement basculé... Si Dieudonné, à ce jour, n’a pas basculé, il porte une très lourde responsabilité dans le virage antisémite des Ogres, association dont il est membre fondateur... et les déclarations limites de Dieudonné intoxiqué par la littérature négationniste colportée par son entourage(...) rendent la tache des antifascistes et des défenseurs de la liberté d’expression particulièrement difficile. Le contrôle de l’importante population musulmane d’origine arabe et turque présente sur sol français est devenu un enjeu majeur de la vie politique française. Les attaques de l’Extrême-droite juive contre Dieudonné, qui bénéficie d’une incontestable notoriété auprès des jeunes de banlieue, sont à replacer dans ce contexte franco-français ». En fait, ce dénommé Alceste qui parle du « contrôle de l’importante population musulmane » et de l’instrumentalisation de la « notoriété » de Dieudonné », n’est-il pas lui-même un militant qui fonctionne selon l’instrumentalisation des causes où il s’insère ?

C’est ici que les calomnies d’Alceste prennent tout leur sens. Alceste n’avait-il pas spéculé sur l’intimidation pour faire comprendre à Dieudonné et à son entourage ce qui leur restait à faire désormais, s’ils voulaient s’éviter d’autres procès pour « antisémitisme » ?

Il y a une constante que l’on retrouve chez tous ceux qui signent ces textes diffamants : la lâcheté ! La lâcheté de se cacher derrière un anonymat facile pour attaquer des personnes identifiées qui signent leurs textes. Cet anonymat est généralement utilisé par des officines de désinformations et de manipulations étatiques qui appliquent les méthodes à la Goebbels. C’est le cas du service de propagande politique et militaire du « A’man ». (Service de renseignement militaire israélien) concernant les palestiniens et ceux qui les soutiennent.

Une campagne, consisterai à avertir les modérateurs des forums et des sites : « Nous ne portons plus aucun crédit aux textes, affirmations et calomnies signés de pseudonyme. Mieux, nous porterons plainte contre vous pour diffusions et complicité de diffusions de fausses nouvelles et diffamations de personnes, quelque soit l’auteur des propos diffusés. »

Silvia Cattori
3 octobre 2005

Cet article est en Copyleft. Tout site ou forum qui entend le diffuser et le mettre en ligne, doit d’abord en demander l’autorisation à son auteur : silviacattori@yahoo.it Et après autorisation, mentionner la source et la date de diffusion originale.

[1] Lors de l’émission de Fogiel du 5 décembre 2003, des SMS truqués et racistes destinés à manipuler les faits ont été diffusés. Dieudonné a porté plainte contre Fogiel ; ce dernier risque d’être condamné par le tribunal de Montpellier, le 29 septembre 2005.

[2] Spzl pourrait être la même personne qui signe ses messages du nom d’Astérix. Astérix est la même personne qui intervient sur les sites sous le nom de Jean Brezeniak et qui, tout comme Spzl cite toujours le magazine L’Arche.

[3] L’Association des partisans Dieudonné créé en 2004, intitulée les « OGRES » (Ouvertures Géographiques Ethniques Sociale) (Ouvertures- Utopistes Concrets). Dans l’esprit de Dieudonné le but de l’association les Ogres, est de permettre d’abattre les frontières politiques et religieuses et de faire dialoguer les gens par delà leurs différences.

[4] Le mur de Sharon. 2004, Ed. la Renaissance, Paris. Alain Ménargues, vice-directeur de RFI a été brutalement licencié pour avoir dit lors de la présentation de son livre, qu’Israël « est un Etat raciste ». Nous ne pouvons que recommander la lecture se son livre.

[5] Silvia Cattori a pris la peine de faire ce qu’Alceste, enseignant de lycée n’a pas fait : donner la parole à ceux qui ne l’on pas comme cette lycéenne. Voir : oulala.net ou le militant de l’Appel des indigènes de la république.

[6] Alceste, qui de juillet 2004 à février 2005 alimentait en textes le site Internet les « Ogres » se présentait alors sous le nom de Nicolas Boileau. En fait Nicolas Boileau et Alceste étaient jusqu’à il y a quelques mois, les pseudonymes de Jean C.



Le Golem finit toujours par se retourner contre son créateur

Les services secrets et l'armée engagent des pirates informatiques

Cyber-tactics gain growing importance in Israel's warfare

Beware Of The ADL's Cyberbullying Law

That commenter on your blog may actually be working for the Israeli government

Internet surfers paid to spread Israeli propaganda

Israël déploie une équipe de cybernautes pour diffuser de la désinformation positive

Des internautes payés pour diffuser la propagande israélienne

US Cybersoldiers Suit Up
Omitted from Obama’s speech was any mention of the ongoing employment of ‘hacker soldiers’ by the US military that are engaged in a cyberoffensive against other foreign state and non-state targets. Further missing from mainstream coverage is that this offensive is overwhelmingly privatized and is controlled by the largest of private defense contractors that have typically been in the business of selling to the US government jetfighters and complex missile and satellite systems.