mercredi 27 novembre 2013

Pendant que les internationalistes du Congrès juif mondial attaquent les partis d'extrême-droite européens, Israël n'a aucune crainte de s'allier à eux pour combattre ensemble un prétendu péril musulman... La Palestine n'étant qu'une "cause islamiste à peine voilée"!


Les liaisons dangereuses de l'ultra-droite israélienne avec l'extrême-droite européenne:
  • Israël doit rendre les idées d'extrême-droite respectables et populaires afin de légitimer et "décomplexer" son propre combat raciste contre les immigrants ("infiltrateurs") d'une part et contre les Palestiniens ("méchants musulmans") d'autre part.
  • Quant aux Palestiniens chrétiens, Israël préfère qu'on ne sache pas qu'ils existent... 
  • Les groupes juifs combattent les groupes racistes et/ou antijuifs (dits "antisémites") en sachant très bien que ces derniers sont sans cesse renforcés dans leur conviction par les persécutions dont ils sont victimes (comme lorsqu'on rase un poil celui-ci repousse toujours plus fort). Cela permet aux juifs de convaincre le monde entier qu'ils doivent impérativement se protéger et afin de maintenir à jamais leur existence et leur identité juive (séparée) face à un monde extérieur menaçant. Et cela fait en sorte que de plus en plus de non-juifs deviennent carrément envieux des juifs qui se réservent égoïstement le privilège d'être raciste; ainsi on a de plus en plus de non-juifs qui réclament le droit d'être raciste décomplexés eux aussi! Or cette défense du racisme, cette revendication du "droit au racisme", amène les non-juifs à légitimer le racisme des juifs et d'Israël. En apportant ainsi une caution morale au séparatisme juif et au projet sioniste devant la communauté internationale, les non-juifs deviennent de bons goyim (et ce malgré leur possible "antisémitisme").
 
PARIS (EJP)---French extreme right leader Marine Le Pen supports a joint campaign for next year’s European Parliament elections with Geert Wilders, leader of the anti-Islamic and anti-immigration Party for Freedom (PVV) in Holland. (Photo EJP)

"Le Pen et Wilders concluent une alliance." 
« Le Pen et Wilders concluent une alliance. » (Photo: Nouvelles de France)


Le Pen et Wilders scellent une alliance contre l’Union européenne
Et Geert Wilders, qualifiant l’UE d'« Etat nazi », de renchérir : «aujourd’hui marque le début de la libération de ce monstre nommé 'Bruxelles'». (...)
Geert Wilders souhaite l’interdiction du Coran qu’il a déjà comparé à « Mein Kampf » d’Adolf Hitler. Après leur rencontre à Paris en avril, Marine Le Pen avait dit être « peut-être moins radicale » que Geert Wilders sur l’islam.  Quant à l’antisémitisme dont est régulièrement accusé Jean-Marie Le Pen, père de Marine, fondateur du FN et eurodéputé, Geert Wilders, profondément pro-Israël, a botté en touche. « C’est Marine la chef! », a dit le chef de file du Parti pour la Liberté (PVV).(...)
Mais Mme Le Pen et M. Wilders ont exclu de s’associer, par exemple, avec les Hongrois du Jobbik et d’autres députés nationalistes slovaques, roumains et bulgares, tous accusés de dérives racistes.

Alliance européenne : un nouvel échec pour Marine Le Pen

Marine Le Pen, qui a rejeté les anciennes alliances du Front national avec différents partis européens nationalistes (le BNP, Forza, le Jobbik, le NPD, etc.), se montre incapable de former une alliance et pourrait finalement tout perdre lors des prochaines élections, réduisant les éventuels députés européens du Front à siéger comme non-inscrits, mais encore à se priver des financements publics accordés aux partis politiques européens.

http://blanrue.blogspot.com
vendredi 15 novembre 2013
L'alliance entre le sioniste Wilders et Marine Le Pen
LIEN
"Jusqu’à cette année, Wilders ne voulait pas entendre parler du FN. Transfuge du Parti libéral, connu pour ses positions très favorables à Israël, la personnalité de Jean-Marie Le Pen ne l’encourageait pas dans cette voie. Pour Marine Le Pen, les choses n’étaient donc pas gagnées d’avance, tant s’en fallait. Après avoir donné des gages à son partenaire batave, elle peut aujourd’hui se féliciter du succès de sa stratégie de dédiabolisation, élargie à l’échelle européenne. Il faut dire que le Front national revient de loin (...) Au sein de leur futur groupe, la cohabitation entre Wilders et Le Pen père risque d’être explosive ! Si le premier a toujours refusé de dialoguer avec le second, c’est qu’il goûtait peu ses jeux de mots douteux sur la Seconde guerre mondiale et les Juifs, mais aussi ses amitiés arabes et islamistes (Irak de Saddam Hussein, République islamique d’Iran…) peu compatibles avec son tropisme atlantiste et pro-israélien. Or Geert Wilders n’ignore certainement pas que le président d’honneur du FN conduira la bataille dans le Sud-Est de la France. À moins que Jean-Marie Le Pen ne soit intéressé que par l’odeur de la poudre et qu’il ait déjà secrètement assuré à sa fille qu’il n’irait pas siéger à Strasbourg… Et si c’était cela que Marine Le Pen avait confié à Geert Wilders avant qu’ils ne convolent en justes noces électorales ?"----//----


VIDEO - EDL Waving the Israeli Flag: 1st Feb 2014

Geert Wilders : « Mon parti, le PVV est très pro-Israël »

VIDEO - Geert Wilders: Most Dangerous Man in Europe? (BBC 2, 2011)


Zionists planning to annihilate Islam

islam

Ces identitaires qui en veulent à ceux qui tendent la main aux musulmans n'aimeront sûrement pas David Duke!
VIDEO - David Duke: Speech at Damascus
VIDEO - A Warning to the Muslim World

Toutes nos excuses à l'extrême-droite identitaire sioniste pro-Islam, nous savons qu'elle ne nous pardonnera jamais d'avoir osé soutenir ouvertement le parti hongrois antijuif Jobbik (flashback: liste de juifs de Jobbik) qui "tend la main aux musulmans": 
"... aujourd'hui la civilisation de l'Islam reste le dernier bastion de la culture traditionnelle de l'humanité. Son succès ou son échec est pertinent pour moi ... du point de vue de l'humanité. Si l'Islam échoue, la lumière s'éteint pour de bon et il ne reste plus rien pour contrer l'obscurité de la mondialisation".
As concerns Jobbik’s position on Islam, the words of Gábor Vona – quoted from the official weekly of Jobbik, Barikád (edition published on 9 December, 2010) – should provide guidance: “... today the Islam civilisation remains the last bastion of the traditional culture of humanity. It’s success or failure is relevant for me ... from the perspective of humanity.  If the Islam fails, the light goes out for good and nothing remains to counter the darkness of globalisation”. Also, as the latest Hungarian interpretation of the Holy Koran was published in January 2011, Jobbik was the only political party to take part officially in the ceremony organized by the Hanif Foundation.
Consequently, it should be clear to any objective observer that Jobbik has no common ground with the extreme right-wing parties of Western-Europe, which have a declared anti-Islamic – and as evidenced by the Breivik-case, a strong pro-Zionist – leaning.             
http://jobbik.com/statement_jobbik_against_accusations_re_breivik-case


Ces identitaires qui contribuent stupidement au Choc des civilisations ne comprennent apparemment pas que ce Choc des civilisations qu'ils alimentent est justement ce qui pourrait précipiter la destruction de la "race blanche"! Et ce sera l'homme blanc européen chrétien qui sera tenu responsable, sûrement pas les juifs qui nous aurons menés à la catastrophe!

Jobbik à Marine Le Pen: le sionisme est notre ennemi pas l'Islam
 

Canadian Journalists discuss Zionism, calls on public to be vigilant
Joshua Blakeney and Brandon Martinez two astute and forthright young Canadian journalists have a candid discussion about Israel, Canada, Prime Minister Stephen Harper, Zionist power and infiltration, corrupting and meddling in the affairs of European countries and the political environment for their own interests and more. They offer some particularly promising insights into Hungary’s Jobbik party.
 Le parti nationaliste hongrois Jobbik a compris que les non-juifs de toutes origines ethnoculturelles sont enclins à appuyer leur projet:

(Michael Collins Piper, Ye Shall Know the Truth: 101 Books American Nationalists Need to Read and Understand Before They 'Burn' Them, 2013)


The Truth About Hungary’s Pro-Palestinian Party Jobbik: An Interview With Márton Gyöngyösi (English)




Jobbik to Wilders and Le Pen: liberalism and Zionism are the enemies, not Islam

Jobbik à Marine Le Pen: le sionisme est notre ennemi pas l'Islam

MARINE LE PEN JOUE LA CARTE "JUIFS CONTRE MUSULMANS" DANS UNE REVUE ISLAMOPHOBE ET ULTRA-SIONISTE. 

Le Pen choisira le pro-israélien Chauprade pour diriger le Quai d’Orsay

Ulcan-Goldnadel-Thooris : la connexion israélienne

Israel Harbors French JDL Extremist Who Stalks French, Palestinian Activists

Part Jewish Frenchman among National Front’s first-ever senators
French Far Right Senator Has Jewish Roots




American Free Press
French Populist Party Grows in Power
• National Front finds being “anti-Muslim” better for business than being “anti-Semitic”
 By Pete Papaherakles
 http://americanfreepress.net/wp-content/uploads/2013/10/44_French_Populists-300x231.jpg
(...)Next month, she will travel to Holland to form a joint campaign with Geert Wilders, whose anti-Islamic Partij voor Vrijheid (PVV) is currently part of that country’s ruling coalition and also tops national opinion polls for May’s European elections. (...)
While forming alliances with more mainstream nationalist European parties like Holland’s PVV and Belgium’s Vlaams Belang, Ms. Le Pen stays clear of far-right nationalist parties. She has insisted on not having the NF labeled as a far-right party and has distanced herself from nationalist parties like Greece’s Golden Dawn (GD) and Hungary’s Jobbik parties, which she condemns as “Nazi” and “anti-Semitic.” Unlike the British National Party’s Nick Griffin, who publicly supported the Golden Dawn during their recent persecution, Ms. Le Pen has gone as far as to say that it was “unfair to be lumped together with the likes of Norwegian mass-killer Anders Breivik and Greece’s Golden Dawn.”
Critics have claimed that Ms. Le Pen might be overly allied with Zionists due to the fact that her boyfriend and FN vice president, Louis Aliot, as well as Geert Wilders, are both of Jewish backgrounds. Wilders is a known Zionist sympathizer, who travels to Israel several times a year. (...)




Extrême-droite : le Jobbik hongrois qualifie le FN de «parti sioniste» 
Le Monde.fr avec AFP | 26.06.2014
Après le refus du Front national français et le FPÖ autrichien de s'allier avec l'extrême droite hongroise au Parlement européen, le dirigeant du Jobbik hongrois ne cache pas sa colère. Dans un entretien au quotidien Magyar Hirlap, Gabor Vona affirme ainsi :
« Le Jobbik ne forme pas d'alliance avec les partis sionistes, comme le Front national français et le Parti de la liberté [FPÖ] autrichien, pour de simples raisons financières. » 

Le FN et ses alliés traditionnels du Parti pour la liberté (PVV) néerlandais, du FPÖ, de la Ligue du Nord italienne et du Vlaams Belang flamand (Belgique) ont échoué, lundi, à composer un groupe au Parlement européen. Un tel groupe leur aurait permis, entre autres, d'accéder à des subventions. Le FN avait exclu de s'allier avec les néonazis grecs d'Aube dorée, l'élu allemand du NPD ou les Hongrois du Jobbik, un parti ultranationaliste au discours volontiers raciste, antisémite et anti-Roms.

M. Vona, dont le parti a obtenu 3 des 21 sièges hongrois aux élections européennes en mai, accuse dans la même interview le PVV d'avoir « humilié la religion ». Un autre responsable du Jobbik, Marton Gyongyosi, avait qualifié cette année le FN et le PVV de partis « libéraux » et « islamophobes », dont l'hostilité à l'immigration avait, selon lui, « le soutien sioniste d'Israël ».





Pour le président du CRIF, la laïcité est menacée « par certains qui veulent nous imposer la charia »
Faites l'exercice suivant: penser à tous ces médiats alternatifs (Vigile.net, etc.) qui trempent présentement jusqu'aux oreilles dans cette grosse campagne de PEUR vis-à-vis le "péril islamique et la charia". Combien d'idiots utiles travaillent ainsi bénévolement pour le CRIF en propageant pour eux la peur de la "charia"? 

Marine Le Pen : “Le vrai danger pour les Juifs, c’est la montée du fondamentalisme islamique dans notre pays”

Marine Le Pen: «Les antisémites sont dans les quartiers» C'est seulement en partie vrai.

France’s National Front gaining among Jews with tough stance on Arab anti-Semitism

More French Jews drifting to National Front party

En Israël, François Fillon évoque « le problème de la religion musulmane »

Une organisation ultra-sioniste tente de faire disparaître le discours islamophobe d'un élu UMP

Claude Goasguen : "Cette Shoah terrible qu'on n'ose plus enseigner dans les lycées tant on a peur de la réaction des jeunes musulmans qui ont été drogués dans les mosquées!"

Fourest: « Les familles musulmanes demandent à ce qu’on n’enseigne pas la Shoah »

Caroline Fourest ou l’obsession anti-islam

« Révolution Laïque » : Découvrez les 10 propositions islamophobes de la « Droite Forte » (UMP)

Juif.org: Monsieur Hollande : cessez de blasphémer en faisant croire que l'islam est compatible avec la démocratie

Alain Jakubowicz, président de la LICRA : "L'islamophobie est un droit !". Et la judéophilie, un devoir ?
Juif.org - "C'est l'Islam qui menace la Paix dans le Monde, pas le Sionisme" Des musulmans aux Etats-Unis défilent pour défendre la Charia. La haine musulmane meurtrière envers les juifs s’étend, en fait, à tous les non-musulmans: chrétiens, hindous, bouddhistes, sikhs, bahais, sans parler des athées et esprits libres.

Palestinian mosque set on fire in suspected hate crime

Jewish settler supporters allegedly set fire to part of West Bank mosque

Jerusalem Councilman Aryeh King to Muslims: “Leave Israel”

Debunked: the Zionist and Islamophobic libel of a “rape epidemic” by Muslims in Norway

Censorship at Brandeis?  Why does anti-Islam activist Ayaan Hirsi Ali claim that Brandeis ‘silenced’ her when it didn’t? And why do so many of her defenders come from the American Jewish right?

Michele Bachmann to Obama: Islam is the problem and you need to ‘declare war on it’


Une guerre de croisade contre l’Islam et les Musulmans. L’humanite en péril.!

Brigitte Gabriel Claims Hundreds Of Millions Of Muslims Aspire To Be Suicide Bombers

We Are All Pamela Geller Pamela Geller is back with another incendiary anti-Muslim ad campaign. Jay Michaelson thinks we should use this to recognize all that is fearful, irrational and hateful in us.

Incitation à la haine anti-islam Des publicités dénonçant la « haine islamique des juifs » sur les bus de Washington
Pamela Geller’s group using Husseini-Hitler meeting in D.C. ad campaign

Washington DC: Geller is back with another anti-Islam Metro ad

Democrat Eliot Engel appears at pro-Israel rally featuring anti-Muslim activist Pamela Geller

Qui fait la guerre aux Musulmans de France? Cette application illégale et anticonstitutionnelle d'une batterie des mesures d'exception visant expressément une frange de la population est vécue comme un casus-belli qui s'inscrit dans un processus belliqueux visant les Musulmans de France. Autant se demander qui fait la guerre aux français Musulmans? Au nom de quoi ? Et pour quelle finalité ?

Jewish fraternity “fearmongering” against campus Palestine activists

Un curieux « appel des musulmans de France » contre l’EIL mais pas contre la nouvelle expédition militaire occidendale

PANAMZA-#NotInMyName : une campagne pilotée par l’establishment militaro-atlantiste

RUE89-Les musulmans priés de condamner des terroristes : quelle folie ! On est en absurdie : voilà qu’on demande aux musulmans de se désolidariser de la barbarie de l’Etat islamique autoproclamé !

Mort d’Hervé Gourdel : Le Figaro retire un sondage jugé « scandaleux »

Exécution d’Hervé Gourdel : Et si on fichait la paix aux musulmans ?

Christian Estrosi compare la situation en Israël à celle de la France
La guerre, elle est en France. Le djihad, il est en France. La guerre est autant en France, qu’elle l’est en Irak ou qu’elle l’est en Israël."

 
Ivan Rioufol (Europe-Israël):
« Or si beaucoup de musulmans français sont parfaitement intégrés, d’autres se refusent à perdre leur «visibilité». Ils répondent aux encouragements d’intellectuels comme Tariq Ramadan et à tous ceux qui, idiots utiles d’un islamo-fascisme en marche, favorisent la consolidation du multiculturalisme, cheval de Troie de l’islam intolérant. L’accusation en islamophobie, instrumentalisée par les intégristes qui interdisent ainsi toute critique, est le premier obstacle à contourner. La France, libérée il y a soixante-dix ans du nazisme, ne peut accepter une nouvelle occupation totalitaire. Pourtant, l’État bonhomme et la capitulation des faux gentils sont les alliés de l’islamisme colonisateur. La subversion des esprits ne se fait pas seulement en prison. L’édification des mosquées est aussi le moyen politique de sacraliser des territoires. La France ne doit pas avoir honte de défendre son identité. La démocratie israélienne, confrontée depuis longtemps au même défi de l’islam radical, devient un exemple à suivre. »


L’antisémitisme a dorénavant un nom : « Palestine » 
"Quelles sont donc les motivations de cette gauche fétide pour qu’elle manifeste sa hargne, automatiquement et à tous propos, contre l’Etat du peuple juif ? La première des raisons est, que ce pays aux mœurs occidentales est, à coup sûr, par excellence celui où la religion a droit de cité. Un pays, et donc un peuple attaché depuis plusieurs millénaires à son culte malgré les diverses oppressions subies de par le monde. Véritable défi pour les gauchistes prônant l’abolition de toutes les croyances ! Le second argument est que l’Etat du peuple juif représente aussi la défense et la mise en valeur de la culture juive. Action qui contre, de fait, le multiculturalisme, ce mélange de cultures si cher à ces gauchistes ! L’Etat hébreu c’est également un état nation avec ses emblèmes, son drapeau, son hymne et sa mémoire du passé évoquant et exigeant la défense des frontières honnies par les gauchistes !"

Europe’s Jews grapple with ‘new anti-Semitism’ — Biggest threat to Jews today is seen as coming not from a resurgent far-right, but from a tiny, angry minority among Europe’s millions-strong Muslim community.


 

http://www.vigile.net/Islam-et-fascisme#forum96565
Islam et fascisme

Pierre Cloutier
Tribune libre de Vigile
jeudi 5 décembre 2013
(...) l’islam n’est pas une simple religion, mais une VÉRITABLE IDÉOLOGIE totale, totalisante, totalitaire qui relève du fascisme et du nazisme, dont le dictateur est Allah comme Hitler l’était et le seul livre, le Coran comme l’était Mein Kampf.
Toutes les 2 idéologies :
- encouragent la violence meurtrière qui fait l’apologie de la mort et de la destruction ;
- ont des pulsions hégémoniques ;
- divisent les êtres humains en classes supérieures (les aryens et les musulmans) et inférieures (les Juifs, les Chrétiens, les athées, les païens, les tziganes, les slaves etc..) ;
- sont hostiles à la modernité ;
- glorifient le passé ;
- souffrent de la paranoïa anti-sémite ;
- ont le culte du Chef (Allah et Hitler) ;
- ont un seul livre (le Coran et Mein Kampf)
- exercent la répression sexuelle, notamment la déviance sexuelle ;
- méprisent la féminité ;
- ont des pulsions de mort et d’auto-destruction ;
- favorisent les rassemblements de masse (les cérémonies nazies et les prières musulmanes en groupe) ;
- méprisent l’art et la littérature, jugés comme subversifs ;
- aiment les professions de foi publiques ;
- prônent l’élimination des opposants ;
- utilisent des symboles de combat (le foulard islamique et la croix gammée).
Comparer l’islam au catholicisme, pour se donner bonne conscience, relève de l’ignorance. Je ne suis pas croyant, mais je sais fort bien qu’il n’y a pas eu dans le coeur de Jésus de Nazareth, l"homme, la haine, la violence, la cruauté et l’intolérance qu’on retrouve dans les écrits de Mahomet et ceux de Hitler. Pour employer une formule simple : si Mahomet vivait aujourd’hui il serait traduit devant le tribunal pénal international tandis que Jésus aurait le prix Nobel de la paix. Quant à Hitler, on sait comment il a fini.
Dire qu’il y a de bonnes et de mauvaises choses dans l’islam, c’est de dire qu’il y avait de bonnes choses et de mauvaises choses dans le nazisme, pour nous faire accepter les dernières.
Ne voir dans l’islam qu’une "religion comme une autre" "avec ses bons et ses mauvais côté" est une erreur magistrale et monumentale qui relève de l’inconscience du même type que celle qui a frappé la société allemande dans les années trente en fermant les yeux sur la montée du nazisme.
L’islam est une idéologie fasciste qui se cache sous un voile religieux et le foulard islamique est son DRAPEAU et son SYMBOLE, comme la croix gammée l’était pour les Nazis.
Certains qui ne connaissent rien de l’islam plaident pour la tolérance de ce nazisme à visage religieux alors que son objectif majeur est de conquérir la planète et d’instaurer des gouvernements théocratiques et la charia partout, de tuer la démocratie, la laïcité et d’abolir la liberté de religion et de conscience.
(...)



blanrue.blogspot.com :

Le "Times of Israel" ouvre un bon dossier - "Les Juifs français virent-ils au bleu Marine ?"


LIEN 
Une direction modérée couplée à un discours musclé sur « l’islamisation » aident la faction d’extrême-droite à gagner en popularité 
De la fenêtre de son appartement parisien, Michel Ciardi peut entrevoir la salle d’attente d’un organisme d’allocations, où une foule majoritairement arabe et africaine attend ses chèques du gouvernement. 
Mais tout a changé en 2000, après une augmentation massive de la violence antisémite, en grande partie initiée par des immigrants arabes et africains, dans le sillage de la deuxième Intifada palestinienne.
Ces actes de violence ont suffit pour le faire virer de camp politique et choisir le Front national, parti d’extrême-droite longtemps vu par les Juifs français comme antisémite et comme étant une menace pour les valeurs républicaines. 
« Je n’avais jamais envisagé de voter Front national », a confié Ciardi au JTA. « Mais j’ai compris que nous devons nous protéger, nous, notre communauté, notre société et notre pays, de ceux qui cherchent à nous soumettre. » 
Le judaïsme français a longtemps considéré le Front national comme un ennemi, tel un vestige abominable de l’Etat pronazi de Vichy. Mais sous la direction de Marine Le Pen, la fille photogénique du fondateur du parti Jean-Marie Le Pen – politicien provocateur condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine et négationnisme – le parti essaie de se débarrasser de son image résolument diabolique. 
La plus jeune Le Pen a agressivement courtisé les électeurs juifs, mettant l’accent sur son opposition à « l’islamisation de la France » et prônant que les Juifs ont beaucoup plus à craindre de l’antisémitisme arabe que de la rhétorique raciste de certains militants d’extrême-droite. 
Sa stratégie semble – hélas – fonctionner. 
Une récente enquête sur 095 Juifs a montré que le Front national a plus que doublé sa part du vote juif aux élections présidentielles de 2012, gagnant 13, % du soutien juif – une constatation qui a tiré la sonnette d’alarme parmi les leaders des principaux groupes juifs de France. 
« Les riches patrons communautaires et les étudiants des grandes universités ne comprennent pas ce qui se passe parce qu’ils ne vivent pas avec les musulmans dans les quartiers travailleurs », explique Ciardi. 
« Il y a des Juifs qui ne se rendent pas compte que les politiques d’immigration et de rectitude politique des derniers gouvernements ont créé une réalité où ils ne peuvent porter leur kippah à l’extérieur. » 
Marine Le Pen a pris la direction du Front national en 2011, remplaçant son père. Il dirigeait le parti avec son adjoint, Bruno Gollnisch, également reconnu coupable de négationnisme, décision pourtant rejetée par une cour supérieure. 
Ensemble, ils paraissaient heureux de faire du Front national la bête noire de l’establishment politique. 
Depuis qu’elle a pris la tête de la faction, Le Pen fille s’attelle à rehausser sa respectabilité, à un niveau jamais atteint sous la houlette de son père, dont le racisme souvent émoussé a coûté au Front national des voix et maintenu son statut de mouvement isolé. 
Après avoir assuré la direction du parti, Marine Le Pen a démis Gollnisch de ses fonctions au Parlement européen, le faisant déclarer : elle « souhaite que nous retrouvions, son père et moi, une certaine virginité » – une expression considérée par les experts comme un euphémisme pour dire « impuissance ». 
Marine Le Pen a maintes fois condamné l’antisémitisme et même puni un responsable du parti pour ses déclarations antisémites. En 2011, elle a envoyé son compagnon et vice-président du Front national Louis Alliot en mission pour construire des ponts en Israël. 
« Le fait que Marine Le Pen fasse prendre au parti une direction plus modérée est un facteur important pour de nombreux juifs », déclare Gilles Goldnadel, éminent avocat et ancien membre du conseil d’administration du CRIF, organisation des communautés juives de France.
« Aujourd’hui, en France, l’islamo-gauchisme constitue un danger plus grand que celui de l’extrême droite. Il n’est pas surprenant que certains Juifs, comme certains non-Juifs », votent pour l’extrême droite en réaction à cette menace, poursuit-il. 
Sous Marine Le Pen, les responsables du parti courtisent pour la première fois les votes des Juifs de l’Hexagone, en adressant des lettres à leurs communautés. Une telle lettre a été envoyée ce mois-ci par Julien Leonardelli, secrétaire régional du parti de la région de Toulouse, au centre communautaire juif local attaqué quelques mois plus tôt par des bombes incendiaires. 
Leonardelli fait part de sa « grave préoccupation face à l’augmentation des agressions antisémites en France », qui, selon lui sont le résultat des politiques d’immigration irresponsables du PS et de l’UMP, parti de l’ancien président Nicolas Sarkozy. 
« En tant que représentant du Front national et porte-parole de Marine Le Pen, je vous exprime ma profonde indignation devant ces actes et garantit à tous nos compatriotes juifs notre plein soutien dans la lutte contre toutes les formes d’antisémitisme, » écrit Leonardelli. 
Au sein du parti, ces efforts ont déclenché une réaction de la vieille garde, y compris du père Le Pen et de Gollnisch, qui a écrit un blog de ​​ 700 mots au début du mois, en réaction au sondage IFOP, dans lequel il déplore que le parti dévie de l’idéologie instaurée par ses fondateurs. 
Après que Le Pen a retiré le blog de son père du site du parti, dans lequel il écrit qu’un chanteur juif doit être « mis dans un four » (SIC !!!), ce dernier a accusé sa fille de se recroqueviller avant « les hordes sanguinaires constamment en quête d’antisémitisme ». 
« Elle est critiquée en interne au sein du Front national pour ses choix car il y a encore un élément antisémite négationniste au sein du parti », précise Ciardi. 
Avec les Juifs qui représentent moins d’ 1% de la population française, le soutien de certains d’entre eux reste négligeable en termes électoraux. 
Mais le sondage IFOP a défrayé la chronique, car il est considéré comme un indicateur inquiétant qu’un parti autrefois boudé par le grand public gagne du terrain. 
« Le fameux plafond de verre qui empêchait le Front national de devenir un parti majoritaire est en train de sérieusement se fissurer », a déclaré au Figaro Valérie Igounet, une historienne spécialisée dans l’extrême droite française, une amie personnelle de Paul-Éric Blanrue. 
Parmi les dirigeants juifs, le parti reste inadmissible. 
Le président du CRIF Roger Cukierman a récemment déclaré à la station de radio juive RCJ que les prétentions de non-antisémitisme de Le Pen sont prononcées « du bout des lèvres » car le parti recèle encore des négationnistes et des antisémites dans ses rangs. 
Pourtant, il félicite Le Pen de « prendre soin de ne pas offenser notre communauté et de faire un pas dans la bonne direction ».

Sionisme identitaire : la grosse farce.


Ça fait un bout de temps que le clown triste Finkielkraut et une poignée d’israélolâtres se sont mis en quatre pour défendre un principe : celui de l'identité nationale. Avec quelle véhémence il faut les entendre glapir. La patrie über alles ! Racines, terroir, verts pâturages, clochers carillonnants… Leurs cœurs vibrent à l’unisson pour des images de carte postale que Déroulède aurait bénies des deux mains. Sous leur plume, on assiste à la résurrection des Cuirassiers de Reichshoffen. "Sambre et Meuse" ! "Et, malgré vous, nous resterons français" ! Les voilà prêts à se damner pour un défilé de Jeanne d’Arc. Ne sont-ils pas "à l’avant-garde de la République", comme le déclare le toréador coquet ? Que dis-je, de la République ? De la France éternelle ! C’est beau, et comment dire ? C’est trop beau. On ne leur connaissait pas,  à ces gens-là, cet attrait irrépressible, cet amour inextinguible, cette passion folle pour France-la-doulce. Cette soif de Clovis et de Charlemagne. Cette nostalgie du curé de campagne. Fût un temps pas si lointain où, les yeux injectés de sang, ils sortaient de leurs gonds dès que l’expression "identité nationale" survenait dans la discussion. Le plus banal des gaullistes était tenu pour un adepte de Mussolini. J’ai très bien connu cette époque idiote. On les voyait alors éructer, sangloter, se couvrir la tête de cendres, agonir le nazi qui avait osé proférer une saleté démentielle qui rallumait les crématoires d’antan. Que n’ai-je entendu sur l’identité nationale. Ils auraient donc changé... Après tout, la rédemption ça existe. Changé, mais pourquoi ? Oui, pourquoi ? Parce qu'ils sont subitement tombés raides dingues du pays de Racine et Corneille, de la "mère des arts, des armes et des lois" ? Parce que leurs yeux s'illuminent lors des Grandes Eaux de Versailles ? Parce qu'ils tombent à genoux quand ils visitent la cathédrale de Chartres ? Parce qu'il leur est impossible de passer une journée sans s'évanouir d’extase en lisant une page de Saint-Simon ? Ce serait un peu vite oublier que Finkielkraut a fondé avec BHL l’Institut d’études lévinassiennes, basé à Jérusalem ; que Gilles-William Goldnadel est président de l’Association France-Israël ; que Meyer Habib a été un gros bras des milices sionistes ; j’en passe. Si tous les cerveaux fonctionnaient convenablement, je veux dire sans tabou ni auto-hypnose, bref à 37 de température, on comprendrait vite que ce n’est pas tout à fait le thème de la pièce de théâtre qui est en train de se jouer devant nous. Car ces nouveaux convertis n’ont qu’un objectif en tête, pas très difficile à comprendre pour qui les observe depuis longtemps : celui de rendre honorable l'idéologie maladivement tribale d'Israël, d’en faire la propagande sous tous les climats et de profiter de l’occasion pour jeter un pont entre les sionistes et une certaine droite, prête à tout pour sortir la tête de l’eau. On assiste à une telle proximité dans chaque livraison de Causeur, le magazine de l'hystérique Lévy (pas BHL, l'autre) ou dans Valeurs actuelles (président du conseil de surveillance : Olivier Dassault), pour ne citer que ces deux organes de la Francisraël. Dans le viseur, la cible principale : l'islam. Avec son cortège désigné : l'antisémitisme, le révisionnisme, le renouveau du nazisme, etc. Je sais bien qu'ils ne profèrent pas que des bêtises. Ils ont parfois de belles envolées. Le lyrisme, ça les connaît. Parfois ils dansent en rythme. Causeur a réalisé en début d’année un joli dossier sur Dieudonné et Ernst Jünger. On appelle ça de la récupération. Le piège à loups est tendu. Et c'est dans ce piège gros comme Meyer Habib (peu mis en avant car aussi mou du bide que du bulbe) que tombent ceux qui veulent bien s’y laisser prendre, parce qu’ils y trouvent un intérêt quelconque, souvent d'ordre personnel et carriériste. Le dernier en date, Ivan Rioufol, résidant au Figaro, l'avoue sans hésiter : "La France ne doit pas avoir honte de défendre son identité. La démocratie israélienne, confrontée depuis longtemps au même défi de l’islam radical, devient un exemple à suivre."

 Enfin un peu de clarté !

Et Zemmour, là-dedans ? Ah, celui-là. J'ai pris sa défense naguère, quand la meute des bien-pensants se déchaînait contre lui et je ne retire pas un iota à ce que j’ai écrit. Que voulez-vous ? J’ai mes bonnes oeuvres. Il aime tellement paraître antipathique qu’il ne réussit pas à l’être autant qu’il le voudrait. Il est assez évident qu’il se démarque des autres ne serait-ce que parce qu’il a le cul assis entre deux chaises. Chez Jean-Marie Le Pen, au début des années 2000, il était très en cour, chose rarissime dans sa confrérie ; personne ne connaissait Louis Aliot à l’époque. Il avait une longueur d’avance, Éric. Un petit malin. N’empêche. Si Zemmour était parfaitement honnête avec lui-même et voulait, en tant que patriote impartial, s'en prendre aux vrais responsables de la montée de l'antisémitisme en Occident et dans le monde, il devrait systématiquement pointer du doigt les États-Unis et pas le Coran, qui existait, que je sache, bien avant les attentats de Toulouse et de Bruxelles. Au XVIIIe siècle, le Vénitien Casanova estimait "le mahométisme plus raisonnable que le christianisme" (Le Philosophe et le théologien) ; on ne peut soupçonner le libertin d’avoir été un fanatique religieux. Sous le Second Empire, du haut de Notre-Dame l’émir Abd el-Kader s’écriait, admiratif : "Paris est une ville de géants !". Et pourtant ce grand seigneur avait perdu la guerre. Je ne crois pas non plus que l’un des meilleurs spécialistes de la spiritualité traditionnelle, René Guénon, devenu 'Abd al-Wâhid Yahyâ, ait enseigné un jour qu’il faille faire sauter les synagogues muni d'une GoPro à la ceinture. Non, Zemmour, ce sont les Yankees qui ont armé les islamistes dans les années 1980 en Afghanistan, eux qui leur ont fait jouer une influence néfaste en Europe dans les années 1990, et puis eux encore qui ont rompu l'équilibre au Proche-Orient en menant une suite infernale de guerres néo-coloniales sans scrupules. Ils ne sont pas musulmans, ils sont athées, juifs ou chrétiens dans la version la plus nulle de toute : l’évangélique. S’il voulait pousser la logique jusqu’au bout, Zemmour commencerait enfin par souligner l'influence néfaste du plus gros vecteur d'antisémitisme au monde : Israël lui-même, pays le plus cordialement détesté par toute la planète du fait de l’état de guerre permanent qu’il inflige à la région (et au reste du monde par extension), de sa paranoïa furieuse, de son racisme pénible, de sa chutzpah ostentatoire et de la propagande roublarde qu'il fait ingurgiter tous les jours, 24h sur 24, à tous les peuples de la terre - l’une des plus grosses pompes à fric de l’histoire. Avant de désigner le banlieusard de base, c'est par là que Zemmour devrait creuser et non dans l’interprétation oiseuse de sourates dont il ne maîtrise pas le sens.  Le "banlieusard de base" salafisé tombe dans les pièges tendus par le système ; comme les autres, et parfois un peu plus que les autres. Il a sa part de responsabilité, qui s'appelle prioritairement la connerie. Mais ce n'est pas lui qui a dressé les plans. Il n’est pas l’ordonnateur des conflits. C’est un maillon de la chaîne, un pion, un type qui n'est pas intégré dans une société devenue inintégrable et qu’on envoie au feu sans vergogne pour que son geste jette l’opprobre sur une communauté qu’il croit défendre et une cause qu’il entend servir. Bien documenté, Zemmour devrait être suffisamment informé pour le savoir. Alors, doucement les basses, haut les coeurs et désignons les vrais coupables de ces fléaux sans tomber dans les rets que dressent les agents d’Israël pour des intérêts qui ne sont pas les nôtres. La France ne s’en portera que mieux, et on pourra visiter ensemble le Grand Trianon en chantant :

Au diable guerres,
Rancunes et partis !
Comme nos pères
Chantons en vrais amis,
Au choc des verres
Les roses et les lys !

Évidemment, je rêve.


Paul-Éric Blanrue


Extrême droite: Quand un oligarque juif « cashérise » Marine Le Pen  Fort de l’autorité que lui confère la vice-Présidence d’un organisme dénué d’existence réelle, l’oligarque ukrainien Vadim Rabinovich a décidé que, tout compte fait, la Présidente du Front National était « bonne pour les Juifs »


http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQz4LN8F6vNG2BpaFVO_Xk5MZIX1IIokiCO9iDz7ePSs3Y-2VM

Le professeur judéocritique Kevin MacDonald a de "drôles" d'idées: il appelle les nationalistes européens à sceller une alliance avec les militants anti-Islam qui favorisent le segment le plus extrémiste des colons juifs sionistes (ex: Geert Wilders), une alliance en vertu de laquelle nous obtiendrions l'expulsion des immigrés musulmans d'Europe en échange de notre appui à l'expulsion des autochtones Palestiniens hors de leurs terres. Alors tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Je n'invente rien. Lisez par vous-mêmes:

Le révisionniste anti-judaïque Michael Hoffman rapportait le mois dernier:
Dans une entrevue accordée le 21 dec 2010 à l'émission de radio-internet (Race and Reason) de l'universitaire croate Dr Tom Sunic, le professeur nationaliste blanc Kevin MacDonald du California State College à Long Beach, a appelé à une "alliance" avec les israéliens d' "extrême droite" pour l'expulsion des Palestiniens de la Palestine, en échange de l'expulsion des musulmans d'Europe. Ce qui suit sont des retranscriptions d'extraits de l'émission:

Prof. Kevin M. MacDonald:

"... Des gens comme (le Hollandais) Geert Wilders sont le prototype de ce type de politicien ... Ouais, ils sont très pro-sioniste et ils ne sont pas seulement pro-sioniste, ils sont en faveur du segment de la droite la plus radicale de l'échiquier politique israélien, donc on parle du mouvement des colons, ce genre de radicaux ethno-nationalistes, et, bien sûr, ce qu'ils ont en commun c'est d'être très critiques envers l'Islam. En fait, de mon point de vue je ne leur souhaite que du bien. S'ils réussissent à bâtir des partis politiques qui sont opposés à l'immigration musulmane et sont opposés à ce que la culture musulmane devienne un courant central en Europe, je crois que c'est tout pour le mieux.

... les déclarations de Wilders sur l'Islam sont exacts et visent droit dans le mille... Je pense qu'il fait un très bon travail ...

"... Ce qu'ils veulent, en Israël est cette société d'apartheid, cette société raciste ... Il y a une tension croissante. L'Israélien est délégitimé partout dans le monde ... Il y a cet élément d'extrême droite en Israël qui veut faire des alliances avec des gens qui ont des idées similaires en Europe ou ailleurs. Euh, ils peuvent trouver ce terrain d'entente. C'est un bon développement en fin de compte ...

"... Si nous pouvions obtenir l'expulsion des musulmans hors d'Europe en échange du fait qu'Israël puisse survivre en expulsant les Palestiniens vers la Jordanie, je scellerais ce pacte en un clin d'oeil..."

Dr Sunic: "Excellent Eh bien, Kevin, j'ai toujours plaisir à parler de vous ...."
[fin de citation]
(TRADUCTION APPROX.--LIRE L'ORIGINAL EN ANGLAIS SUR LE BLOG REVISIONIST REVIEW)

L'idée avancée par Kevin MacDonald, comme quoi il serait envisageable de laisser les juifs déporter les Palestiniens en échange de la déportation des arabes et musulmans hors d'Europe repose sur au moins deux absurdités. La première absurdité dans le projet de MacDonald consiste à croire que les arabes et les musulmans ne viennent pas chez nous pace qu'ils le veulent mais parce qu'ils seraient "forcés par les juifs". C'est un non-sens! Les Arabes et les musulmans ne viennent pas en Europe parce que "les juifs les y ont forcés", ils immigrent en Europe tout simplement parce que c'est ce qu'ils souhaitent! Seconde absurdité: l'idée de MacDonald sous-entend que les juifs auraient effectivement le pouvoir de renvoyer les Arabes et les musulmans hors d'Europe? Ce que MacDonald ne dit c'est comment les Juifs seraient-ils capables de repousser les Arabes et les musulmans hors d'Europe. C'est une absurdité complète, encore une fois! Les juifs n'ont pas le pouvoir de renvoyer chez eux les Arabes et les musulmans! Cette seconde absurdité est liée à la première, puisque cela implique que les immigrants arabes et musulmans viendraient en Europe et quitteraient celle-ci sous la direction des juifs, suivant la volonté des juifs. Or la réalité est que les juifs n'ont aucun contrôle sur le fait que les arabes et les musulmans décident de quitter leur pays. Ce ne sont pas les juifs qui ont "envoyé" les arabes et les musulmans dans nos nations occidentales. Ce sont les Arabes et les musulmans qui ont décidé eux-mêmes de quitter leur pays et de venir s'établir en Occident. En faisant miroiter cette solution impossible, MacDonald a convaincu quantité d'Identitaires que ce serait une bonne idée de s'allier avec les colons juifs extrémistes contre les arabes et les musulmans. Or la puissance qui nous domine et qui est responsable de notre malheur est la domination juive, et nous avons besoin d'être aidés par tous les peuples si nous voulons vaincre un jour cette domination juive extrémiste. 








Belgique: Europe-Israël est une alliance contre-nature et LA trahison par excellence

VIDEO - EDL AND WHITE NATIONALISTS AS ZIONIST TOOLS

EDL – White Nationalists as Zionist Tools : Michael Collins Piper

Posted on December 13, 2013
I agree with him totally!
Michael Collins Piper: The ‘white nationalist’ movement is being used by Jewish interests to promote Zionism. http://michaelcollinspiper.podbean.com/

… stories began to emerge in the Jewish press of an EDL “Jew division”. Based on anonymous sources, I dismissed it as a fantasist talking out the top of his yamulke. But I was wrong. Mark Gardner, CST communications director, confirms that Jews are running with the EDL: “The Jewish branch is a tiny part of a far larger movement, dominated by white males who would previously have made up National Front marches and English football hooligan gangs.” Indeed, these useful idiots now have a spokeswoman, Brazilian-born Jewish activist Roberta Moore. She told the Jewish Chronicle that that the Jewish division has around 100 members, “most of whom are Jewish”.
— Roberta Moore, linking the Kach with the EDL. For their part, the EDL clearly scrape the bottom of the barrel for members. It is hardly a thinking man’s organisation. Typically comprised of thugs and louts it is scarcely a group that any sane individual would be proud to be a member of; and yet hundreds of Zionists have signed up to be a part of the new EDL “Jewish Division”. This includes individuals such as Roberta Moore, who makes a habit of inciting hatred against Muslims while running around with an Israeli flag tied around her neck like a cape. She’s also an avid supporter of Israel’s Kach Party.
— Roberta Moore said in an interview with Haaretz recently, “They think the league is exploiting us, while it is really we who initiated the Jewish division. If anything, we are exploiting them.”
— The financial backer of the EDL is a Zionist Jew called Alan Lake….It is ‘dirty Desmond’ [Morris] the porn baron who owns the Daily Star. He’s a Zionist Jew and the Daily Star has an agenda beyond newspaper sales by promoting the EDL. The EDL is a neocon Zionist front group….The Zionists are attempting to promote a ‘clash of civilisations’ between Muslims and ‘Christians’ to sway public opinion against Islam and the Iranian regime.
— Zionist Take Over of White Nationalism Spins Into Overdrive. Look folks let’s not beat around the bush here. The White Nationalist movement around the world is under siege from Zionist agents. Every place you turn of late we see yet another group or person all of a sudden do a total back flip and come out openly supporting Israel….why do they persist in involving themselves in Australian White Nationalism? Why do the same types in other White Countries hijack our movement to further the cause of Zionism or the Jewish Guilt industry?…The answer is simple. They need us. As they needed us to provoke sympathy for the poor Jew in the past by infiltrating our groups and making us all look like monsters. They now need us to attack the new threat they have created, Islam. They want our message boards to be full of Anti Islamic rhetoric. They need us so they can with the help of other Western Governments attack more Sovereign Nations like Afghanistan or Iraq. They need us to stop pointing out the hypocrisy of Israel and the threat from Zionist Imperialism. They need us to clash with Muslim groups in the streets so the public doesn’t feel so bad when one of our soldiers is killed fighting some backward goat herder with a AK47 in Afghanistan….How many times of late have you heard things like “oh just ignore what Israel does it’s not our concern”. Only to later find out that person who said that is a Pro Israeli. What about “yeah let Israel nuke those bastards”. Only to find out that the person who said it is a Kosher Nazi? But hey they know how to abuse “Niggers” or “Gooks”.(...)


À en croire certains, c'est vers ça que l'Europe s'en va... Or ce concept d'Eurabia vient d'une sioniste juive d'extrême-droite anti-islam et anti-arabe: Bat Ye'or! Son ouvrage Eurabia est encensé par Niall Ferguson, le biographe officiel des Rothschild, et par Daniel Pipes, le néocon juif sioniste anti-Islam expert en "anti-terrorisme".

Bat Ye’or: Theorist of the ‘counterjihad’ movement
"In a nutshell, one of the most successful new narratives of the far right is not to reconfigure neo-Nazism, but to reject it. Instead, many activists now argue that western civilisation is facing an existential threat from an invading Muslim hoard, one that is on the cusp of taking over the continent and imposing its ostensibly barbaric and backward way of life on Judaeo-Christian civilisation. This is being allowed to happen by a corrupt, left wing elite who promote multiculturalism.(...)
... it is important to stress that Bat Ye’or’s far right agenda is not neo-Nazism, far from it. Her ideas are not compatible with a reworking of Hitler’s creed. Indeed, for Ye’or, the Nazis were in collusion with Muslims, and some of her passages even suggest that Muslims were partially culpable for the Holocaust. So here the Nazis are the bad guys. This theme is unsurprising given the fact that Ye’or is herself Jewish. This does not stop the ideology she presents manifesting many of the qualities of a far right perspective, especially the demonisation of hate figures and revelling in conspiracy theory ideas. Its just one that does not like Nazism and antisemitism."

Bat Ye’or, Oriana Fallaci et 'Eurabia'

VIDEO - La Toile brune, un livre d'Øyvind Strømmen, Actes Sud 




Cet homme est un vrai manifestant du nom de Shakeel Bhat. Un mème viral parodique appelé "Islamic Rage Boy" reprend son visage grimaçant à toutes les sauces pour véhiculer des messages de haine contre l'Islam. Il est vite devenu l'un des mèmes les plus répandus et utilisés dans la propagande anti-Islam et anti-Arabe.  Les médiats pleurent et crient pour la moindre petite manifestation d'antisémitisme, mais curieusement on ne les entend pas du tout s'émouvoir sur la quantité impressionnante de mèmes viraux reprenant l' "Islamic Rage Boy". Pourquoi? Tout simplement parce que les médiats eux-mêmes reprennent sa photo ou d'autre photos du même genre véhiculant le même stéréotype digne de la plus grossière propagande. (Sources et détails des photos)

The Roots of Muslim Rage est le titre d'un article (paru en septembre 1990) de l'expert anti-Islam Bernard Lewis, le juif qui inventa le concept de "Clash of Civilisations" repris plus tard et popularisé par Samuel Huntington. (Ce dernier sonna l'alarme sur la menace que représente la croissance démographique hispanique-catholique pour les projets de guerre impérialistes des néoconservateurs, les valeurs catholiques et hispaniques entrant en conflit avec les valeurs américaines, selon Huntington.)



http://storage.canoe.ca/v1/blogs-prod-photos/a/d/8/6/b/ad86b7b4b9386fc44a9f8f60e5316d4b.jpg?stmp=1347976723

Propagande anti-Islam: propagande sioniste!
"Peuple fantoche pour une cause islamique à peine voilée, voilà ce qu'a toujours été la cause palestinienne."

"Peuple fantoche pour une cause islamique à peine voilée, voilà ce qu'a toujours été la cause palestinienne": cette phrase très révélatrice de la psyché sioniste provient d'un article d'Europe-israel relayé par le même facebook ultrasioniste (JDL? Betar?) qui diffuse les articles de Caroline Lezmy sur la "consanguinité des musulmans" (inversion accusatoire?). Cette citation sioniste éclaire la vaste campagne de diabolisation de l'Islam si l'on comprend que d'un côté on a réduit le nationalisme palestinien à une cause islamique (éclipsant les arabes chrétiens et laïcs), pendant que de l'autre côté on diabolisait l'Islam. Depuis le 11 septembre, ils n'ont même plus besoin de diaboliser directement les Palestiniens puisqu'ils ont désormais la guerre contre le terrorisme d'une part et la propagande anti-Islam d'autre part!  On n'a plus à diaboliser trop explicitement le "méchant Palestinien": on dit plutôt "terroriste" ou "musulman antisémite". En même temps qu'on pousse une poignée d'entre eux à commettre des actes stupides tels que des attentats - attentats qui sont pas grand chose en réalité si l'on compare à ce que nos guerres impérialistes font subir quotidiennement leurs peuples (comme disait le tueur "terroriste" de Londres).


Israël est doublement gagnant dans cette alliance avec les partis d'extrême-droite européens: il obtient leur appui non seulement contre la Palestine ("cause islamique déguisée"), mais également contre les immigrants ("infiltrateurs"). C'est sur la base de ce "même combat", à la fois contre l'immigration et contre la prétendue "islamisation", qu'Israël a réussi à séduire l'extrême-droite européenne. Ainsi de plus en plus de sympathisants et de militants d'extrême-droite européens envient ouvertement Israël et prennent pour modèle l'extrême-droite sioniste israélienne la plus "décomplexée".


video
This must-see short documentary by David Sheen and Max Blumenthal is about the appalling..














 http://cdn1.electronicintifada.net/sites/electronicintifada.net/files/styles/large/public/131104-goliath-blumenthal.jpg?itok=wKAxtbjs
A controversial, racist book sparked a national uproar in Israel.October 1, 2013  |The following is an excerpt from Goliath: Life and Loathing in Greater Israel by Max Blumenthal (Nation Books, 2013).

Violent Israeli Racism—But No Media Uproar

"Africans in Israel Greater Threat than Iran": No Media Outcry

Another Israeli Attack on Africans Given the Soft Glove Treatment by Zionist Media

Violent Jewish Supremacist Racism Covered Up by Ziomedia

Jewish Supremacist Hypocrisy over Asylum Applications in Israel

Top Israeli Rabbi Confirms Israel’s Racially-Based Immigration Policy

“Israel is Not America”—Zionist Supremacists Defend African Expulsions 

Israel shipping African refugees to Uganda: Report La prétendue "seule démocratie au Moyen-Orient"... fait dans la déportation de réfugiés politiques africains!

Why Does the Media Refer to Illegal Immigrants as “Infiltrators” in Israel, but “Asylum Seekers” in Europe?

Israel commits Ethnic Cleansing and violates Geneva Convention: Says Jewish UN Official!

Leading Zionist Admits: “Jewish Identity” Program is to Prevent Jews Mixing with Non-Jews!

“Being Liberal will Destroy Israel”—Israeli Interior Minister
Pour être acceptée par les nations malgré ses politiques de plus en plus d'extrême-droite, Israël doit promouvoir à travers le monde la critique du modèle multiculturel (associé partout à la gauche et à la pensée libérale, égalitaire, progressiste c-à-d anti-conservatrice.) Si partout on critique ce modèle multiculturel comme étant la source du mal, alors Israël passe pour un bon!

Israel is trying to piss you off. And it's working. Netanyahu doesn't want you here. He doesn't want your kind backing Israel, wherever you are. He wants La Familia and Kahana to stay, and you to go.


Apartheid : En Israël, un système de détention pour les immigrés africains illégaux


Hardline Israelis hold mass prayer against peace talks

Proche-Orient : le combat souterrain des sionistes religieux contre le plan Kerry
Ce groupe de pression s'inquiète d'un accord qui entraînerait le départ d'une partie des colons de Cisjordanie.

“African Asylum Seekers Don’t Have Equal Rights in Israel”

First African migrants brought to controversial Negev detention center

Why is Israel silent on Uganda's anti-gay law? While other Western nations have announced a halt in aid to the African country, fears of upsetting its strategic alliance are keeping Israel mum.
Par les temps qui courent, Israel paraît TRÈS mal dans ses relations avec l'Ouganda, parce que les médias n'arrivent tout simplement pas à présenter sous un beau jour toutes ces déportations de réfugiés Ougandais par Israël. Alors que fait Israel? Israel attaque publiquement la réputation de Ougandais! En s'indignant sur des niaiseries telles que "les lois anti-gay"... Jusqu'où vont-ils descendre? La propagande des médias juifs sur les "lois anti-gay" est tellement pas subtile, pas subtile parce qu'ils s'en servent beaucoup trop souvent contre leurs ennemis: contre la Russie de Poutine, contre l'Iran et d'autres pays musulmans, et ici contre l'Ouganda!

Israël déporte ses immigrés africains en Ouganda


VIDEO - African Refugee March To Canadian Embassy


(France, 2014)


VIDEO - Black People Talk About Jews


Leading Jewish Paper Admits: American Jews “Turn Blind Eye” to Jewish Racism
The Jewish Daily Forward, one of American’s leading “leftist Zionist” publications, has openly admitted that American Jews “turn a blind eye” to Jewish racism while continually accusing everybody else of being racist.
Israelseverdayracism-forward1
In what is a rare example of Jewish Supremacist honesty, the Jewish Daily Forward said in an article titled “Israel’s Everyday Racism — and How American Jews Turn a Blind Eye to It,” that “Jews were outraged when Jesse Jackson referred to New York as ‘Hymietown.’  Where’s the anger over Israeli public figures’ rampant racism?”
The Jewish Daily Forward continued:
“The Anti-Defamation League and the rest of the American Jewish establishment owe Jesse Jackson a big apology. They put the man through the wringer, they made him apologize in every possible forum for his “Hymie” and “Hymietown” remarks back in 1984. Yet look at the kinds of things Israeli leaders — senior government ministers, chief rabbis — get away with without ever having to apologize, without ever being punished in the slightest.”
The paper goes on to list a number of incidents, including Israeli government officials saying that Arabs need to be murdered to the Ashkenazi chief rabbi of Israel, David Lau, saying that Jews should not watch Basketball on television. “What difference does it make,” Lau said, “if the kushim who get paid in Tel Aviv beat the kushim who get paid in Greece?”
Kushim, especially when used in a dismissive context like Lau did, is a well-understood derogatory term for blacks, equivalent to the N-word.
The paper goes on to list a number of other examples of racism in Israel which have been ignored by American Jewry (and the Jewish Supremacist controlled media in America):
- Likud lawmaker Miri Regev is doing fine after having called Sudanese refugees “a cancer on our body” to a crowd of hopped-up south Tel Avivians in May of last year, shortly before the crowd went on a window-smashing mini-pogrom against the Africans in the neighborhood.
- Legendary basketball coach Pini Gershon’s career and public stature didn’t suffer at all after he explained his racial theory about blacks to a class of amused army officers in 2000. “The mocha-colored guys are smarter, but the dark colored ones are just guys off the street,” Gershon said. “They’re dumb like slaves, they do whatever you tell them.”
- Nor was there any blowback whatsoever after Bibi Netanyahu bragged in 2007 that the cuts he’d made to child subsidies had brought a “positive” result, which he identified as “the demographic effect on the non-Jewish public, where there was a dramatic drop in the birth rate.” Imagine the scandal if an American political leader boasted publicly that his cuts to child subsidies had reduced the “non-Christian” birth rate. Imagine the ADL’s reaction. But in Israel, in 2007, from the mouth of a once-and-future prime minister — nothing.


Israel's Everyday Racism — and How American Jews Turn a Blind Eye to It
Refocus Anti-Semitism Outrage on Our Own Dirty Laundry


getty images
Jews were outraged when Jesse Jackson referred to New York as ‘Hymietown.’ Where’s the anger over Israeli public figures’ rampant racism? By Larry Derfner
Published August 12, 2013.

The Anti-Defamation League and the rest of the American Jewish establishment owe Jesse Jackson a big apology. They put the man through the wringer, they made him apologize in every possible forum for his “Hymie” and “Hymietown” remarks back in 1984. Yet look at the kinds of things Israeli leaders — senior government ministers, chief rabbis — get away with without ever having to apologize, without ever being punished in the slightest.

Just last week, Naftali Bennett, the fresh new face of right-wing Orthodox Judaism, said in a cabinet meeting how he didn’t like these releases of Palestinian prisoners. “If you catch terrorists, you simply have to kill them,” he was quoted in Yedioth Ahronoth as saying. The head of the National Security Council, Yaakov Amidror, told Bennett, “Listen, that’s not legal.” Bennett replied: “I have killed lots of Arabs in my life – and there is no problem with that.”

The media, the left and the Arabs made a big deal out of it, nobody else. Bennett defended what he said, and so did countless talkbackers and Facebookers.

Two days later the newly-elected Ashkenazi chief rabbi of Israel, David Lau, was seen on a video telling an audience of yeshiva boys that they shouldn’t watch European basketball games in public.

“What difference does it make,” Lau said, “if the kushim who get paid in Tel Aviv beat the kushim who get paid in Greece?” Kushim, especially when used in a dismissive context like Lau did, is a well-understood derogatory term for blacks.

Again, the media, the left, some Ethiopian Jews and presumably some African refugees were outraged. But Lau defended his words, blaming the media, saying “they made a big deal out of a joke.”

Who else defended his remarks about “kushim”? Bennett: “The media are pouncing on him for a joking, insignificant remark.”

So really — what was so bad about “Hymies” and “Hymietown”? Or the thousand other anti-Semitic or even just possibly anti-Semitic remarks that the ADL and other American Jewish organizations have “pounced on” since then? Israeli public figures say the same kind of garbage, the difference is that they never, ever pay a price for it, in fact they usually manage to play the victim and get away with it, and at worst will be obliged to offer some backhanded apology.

Likud lawmaker Miri Regev is doing fine after having called Sudanese refugees “a cancer on our body” to a crowd of hopped-up south Tel Avivians in May of last year, shortly before the crowd went on a window-smashing mini-pogrom against the Africans in the neighborhood.

Legendary basketball coach Pini Gershon’s career and public stature didn’t suffer at all after he explained his racial theory about blacks to a class of amused army officers in 2000.

“The mocha-colored guys are smarter, but the dark colored ones are just guys off the street,” Gershon said. “They’re dumb like slaves, they do whatever you tell them.”

Nor was there any blowback whatsoever after Bibi Netanyahu bragged in 2007 that the cuts he’d made to child subsidies had brought a “positive” result, which he identified as “the demographic effect on the non-Jewish public, where there was a dramatic drop in the birth rate.”

Imagine the scandal if an American political leader boasted publicly that his cuts to child subsidies had reduced the “non-Christian” birth rate. Imagine the ADL’s reaction. But in Israel, in 2007, from the mouth of a once-and-future prime minister — nothing.

These are just a few of the more appalling examples of the kind of racist remarks that Israeli politicians, rabbis and celebrities feel free to make. I haven’t even mentioned Avigdor Lieberman and Rabbi Ovadia Yosef. As a rule the words are directed at Arabs, now and then against blacks: either Ethiopian Jews, African refugees or athletes.

I’ve lived roughly half my 61 years in the United States, the other half in Israel. There is absolutely no comparison between American tolerance for public displays of racism and Israeli tolerance for it.

I’ve stood in the middle of Israeli crowds chanting “Death to the Arabs.” I’ve sat in a Tel Aviv soccer stadium watching and listening to an entire section of fans erupt in monkey sounds – “Hoo, hoo, hoo!! Hoo, hoo, hoo!! – after a black player on the visiting team scored a goal.

A few liberals and a few do-gooders and a few journalists wring their hands. But the racists in the street, the synagogues, the Knesset and the government go on doing their thing.

Does this mean all Israelis, or even most of them, are racists? No. Does it mean Israeli society, by commission and omission, encourages racism? Oh, yes. To a degree that would be unthinkable in the United States.

And the leaders of the U.S. Jewish establishment, Israel’s most valued, devoted, determined friends, keep pouncing on every untoward or conceivably untoward remark about Jews or the Jewish state. Yes, the ADL will send out a press release about its “concern” over the “inappropriate” remarks made by some relatively minor Israeli figure.

But it never hits hard at the major figures. It said nothing last week about Bennett or Lau. The ADL goes after anti-Semitism with a fist, it goes after Israeli racism with a sigh.

As a matter of fact, the ADL and the entire American Jewish establishment should suspend their campaigns against anti-Semitism indefinitely and take a look at what’s going on in Israel.

When the Jewish state is this riddled with racism, its advocates abroad should be a little less outraged over the offenses of gentiles. They should be a little more humble — and a lot less hypocritical.

Yeshiva University pulls provocative photography project
Student organizers charge censorship. YU cites 'student sensitivities’ as reason for reneging on support for project highlighting human vulnerabilities.

By | Jan. 29, 2014 | 1:51 AM
Ben Faulding

Ben Faulding Photo by Steve Rosenfield

NEW YORK − A man with “shvartze” − Yiddish for “black” and a derogatory term for African Americans − written across his forehead is one of the many startling images in the “What I Be” photography project, portraits of people with their greatest vulnerability written on their face or arm. It is a project of California-based photographer Steve Rosenfield, who in the rest of his professional life photographs rock bands and bar mitzvahs, and is currently in New York shooting images of young Jews.
More than a half dozen leading universities have brought Rosenfeld’s project to their campuses, and this week he expected to be at Yeshiva University − until the troubled modern Orthodox institution backed out.
Mati Esther Engel, a Stern College for Women student and avid photographer, was visiting a friend at Princeton last spring when she happened upon “What I Be” project photos there. Finding them unexpectedly moving, she thought students at Stern and Yeshiva University’s college for men would enjoy participating. The photographer was interested and Yeshiva University agreed to consider the project, but after four months of intense negotiations, after Rosenfield and student organizers agreed to numerous constraints YU required, and just two weeks before he was to arrive in New York to start taking pictures, YU backed out.
When Engel first approached YU administrators about “What I Be,” they said they were interested but there wasn’t enough organizing time to hold the shoot at Hanukkah time, Engel said. So she and another Stern student, Dasha Sominski, agreed to wait until January and YU agreed to move ahead. Then YU said they needed student signatures to prove widespread interest. Engel and Sominski collected more than 100 in one day. YU administrators said they were unable to supply the $5,000 that universities generally pay Rosenfield to cover his time and expenses. He agreed to accept $1,500. YU told the students they needed to raise the money themselves from various YU clubs. They obtained commitments of $100 from 11 different clubs that have budgets of just $300-500 for the whole year.
After Engel and Sominski had spent some 50 hours meeting with YU officials to work out the project’s details, and agreed to bar students from referring to issues around sexuality in their portraits in order to comport with YU’s culture, the university backed out.
Haaretz made several requests to speak with YU administrators on the issue. University staff declined, responding only with an emailed statement by YU’s dean of students, Chaim Nissel: “As a university based on Torah ideals, Yeshiva University supports and encourages the artistic exploration of diverse ideas by its students and offers robust programming in dramatics and the arts − all while keeping in line with our values. After close review and much discussion of this event with the student organizers, and taking the sensitivities of all of our students into consideration, we determined that a YU venue would not be able to showcase the project in its entirety.”
YU has in recent months been confronted with a $380 million lawsuit brought by 34 former students who say they were sexually abused by faculty at a university-affiliated high school.
“YU administrators told us ’we don’t know how to censor it,’” Engel told Haaretz. “I am sensitive to Yeshiva’s ideology. But many deans and the head of the counseling center sat around and said ‘there’s no way to judge objectively what the parameters should be, so we’re not doing it.’ YU cares so much about protecting its public image, but while doing so undermines it.”
Engel and Sominski moved ahead anyway. They expanded the project to include both YU students and Jews in Crown Heights, Brooklyn. Rosenfield agreed to waive his fee entirely and is crashing in students’ apartments rather than at a hotel. Engel, Sominski and a few other people are covering the cost of his airfare. Each of the 78 participants is paying $10 to defray the cost of printing the photos. The resulting portraits are going up on Facebook as they are taken, and will be displayed at a Crown Heights art gallery from February 22.
“What I Be” photographs depict clothed men and women, from their shoulders up, with what the subjects feel is their deepest pain, their greatest vulnerability. But first Rosenfield spends 30 minutes or more interviewing them to help identify what that might be.
In her portrait Sominski has “I was NOT sleeping” on her forehead. Accompanying it will be her personal statement: “I am not my molestation.” Sominski, 20, had not shared with anyone except sisters and an ex-girlfriend that she was repeatedly molested as a young girl in St. Petersburg, Russia. “In that 30-minute interview Steve uncovered something that I hadn’t even talked about in two years of therapy,” she told Haaretz.
Ben Faulding, 30, a member of Crown Heights’ Chabad community, has a black father and a white Jewish mother. In his portrait, “shvartze” is written on his forehead. He became religious as an adult after growing up on Long Island, where he attended public schools and his biracial identity wasn’t much of an issue. It became more of one when he moved to Crown Heights, he told Haaretz.
“You hear on a daily basis ‘shvartze this’ and ‘shvartze that,’” he said. “It’s just part of conversation among many Jews there.” And though rarely addressed to him, “it’s unpleasant,” said Faulding, who works at a day treatment center for developmentally disabled adults.(...)


Now that Israel's regime is Kahanist the end draws near
The fate of the country lies in the hands of two people: Yair Lapid and Tzipi Livni. If they fail, it's the end of days.
By Sefi Rachlevsky | Feb. 11, 2014 | 6:06 AM

Poster honoring Rabbi Meir Kahane. Photo by David Sheen
This is how the end looks. The Israeli regime has become Kahanist. The culture minister praises Sapir Sabah with a big “like.”
Sabah, the high school student who decided that her teacher, Adam Verete, is a traitor, and that traitors deserve a death sentence. Sabah, who is an open Kahanist, who celebrates with the most extreme Kahanists from the height of physical belligerence, of the kind that led to the assassination of Prime Minister Yitzhak Rabin in 1995.
This after the leading members of the regime, like Ministers Avigdor Lieberman, Naftali Bennett and Limor Livnat, stood enthusiastically behind a Kahanist singer who sang a song of praise to God for the death sentence thanks to which Rabin was assassinated and the late Prime Minister Ariel Sharon collapsed.
And so, shamelessly, a revolution was carried out. They praise a singer who praised Rabin’s death sentence, and praise the enthusiastic disciple of Kahanist Michael Ben Ari. Meanwhile, not only is the municipal rabbi who forbade selling and renting apartments to Arabs not dismissed, but he is about to be promoted to rabbi of the capital city.
In her eulogy to entertainer Sefi Rivlin, Sports and Culture Minister Limor Livnat said, “For anyone who loves the country, it’s not easy to be in the artists guild.” The culture minister. According to her, most artists hate the country. Most artists are “traitors.”
When the government lights the fire of incitement, it spreads rapidly among the public. That’s why this week the spark of hatred for the left reached its highest point since Rabin’s assassination.
Political leaders’ enthusiastic embrace of Kahanism has a tremendous influence. It’s similar to the influence of the legitimization for violence that was granted by Benjamin Netanyahu when he orchestrated the demonstrations against Rabin that led up to the assassination ("In blood and fire we will expel Rabin").
Those who paid attention this week, whether on the Internet or in real life, could have seen what many are suppressing: the results of the incitement against “the Arabs,” and, even more so, against “the traitorous left.” A video on the popular news and entertainment website Walla showing settlers with cudgels beating a pro-human rights Israeli led to hundreds of immediate responses by real people, who were angry that it was only a beating. Leftists should be killed, not just beaten, these commenters insisted. And they should be dealt with before even the Arabs.
Finance Minister Yair Lapid and Justice Minister Tzipi Livni — who are holding the Kahanist regime in their hands, given that without their parties the governing coalition would not have a majority — refuse to understand that the spirit of the country is the main thing.
While Lapid’s Yesh Atid and Livni’s Hatnuah parties are in cahoots with a peace process that won’t actually be implemented, with a prime minister who makes incessant declarations, the spirit of the country is being poisoned every day here. Israel is changing overnight.
There’s a reason that Israel has been overcome with a craze for Spanish passports over the past two days: Citizens want to flee from fascist regimes. Incitement can create hatred of the other and fan murderous intentions toward so-called traitors, but it cannot generate love. Not love for a place, for its people, for its culture or for its trampled language.
This is a serious and immediate warning. The fire of racism is changing Israel forever. After the betrayal of the citizens’ outcry against a cannibalistic and ideological governmental capitalism that doesn’t enable people to live, public frustration is being diverted to two places, as happened in Europe during the rise of fascism: dreams of escape, and hatred of others and of “traitors.”
Israel’s fate is in the hands of two people: Lapid and Livni. As of now, they have the power to join Labor Party leader Isaac Herzog and cause the downfall of the Kahane regime. If the two continue to close their eyes and cooperate with Kahanism, everything will be consumed by the fire.
Eighty years ago, the six seals of the racist apocalypse were opened, and the resulting enmity was poured over the heads of millions. Now the seventh seal has been opened. The one on the inside. These are the last moments in which the process can be brought to a halt. The last moments for realizing that preventing a Kahanist state is the only mission. Everything is secondary to it. Every second in which the public is poisoned by the regime is changing our lives forever.



vendredi 13 décembre 2013
Ivan Rioufol écrit ceci dans Le Figaro d'aujourd'hui (Mandela, ou l'illusion du "vivre ensemble") - extrait:
"Israël, contre-exemple - Israël, qui n'avait pas de représentants à Johannesburg, est le contre-exemple de ce cosmopolitisme louangé par les perroquets: des intellectuels juifs firent d'ailleurs partie du choeur, avant de s'affoler de l'antisémitisme dissimulé au sein de la "diversité" adulée. Si cette petite démocratie (8 millions d'habitants, dont près de 20% de musulmans) est devenue une telle puissance, c'est d'abord grâce à sa cohésion nationale et à la défense opiniâtre de son identité."




Voici un article qui démontre que les nationalistes blancs et ces néo-droitards qui ont fait du multiculturalisme et de l'immigration leurs bêtes noires tiennent le même discours que les juifs tiennent déjà depuis un certain temps... Les juifs ont identifié cette "menace" à leur survie et c'est la raison pourquoi ils encouragent nos attaques contre le multiculturalisme, l'immigration et l'Islam. (Les Israéliens sont les premiers à souligner le prétendu échec du multiculturalisme en Europe pour justifier leur propre racisme.) Et nous on combat leurs ennemis, comme toujours, comme lorsque nos jeunes sont envoyés à la boucherie dans des guerres qui n'ont aucun lien avec nos intérêts nationaux!

JSS NEWS - Le caractère juif de l'Etat d'Israël serait-il en perdition?
http://jssnews.com/2013/12/12/le-caractere-juif-de-letat-disrael-serait-il-en-perdition-par-victor-perez/
L’Etat d’Israël vit sous les menaces d’éradication depuis son renouveau en 1948. Au vu de la situation régionale, voire internationale, nul ne doute que ce pays en a encore pour quelques bonnes décennies avant de pouvoir goûter à une paix authentique. De part ses moyens intellectuels et militaires, aucune incertitude sur sa pérennité physique n’est fondée. Ce qui ne peut être, en revanche, certifié quant à sa pérennité culturelle, spirituelle, philosophique !

Israël n’a eu de raison d’être que par la nécessité pressante de devenir le refuge du peuple juif en perpétuel danger dans les siècles passés! Le restera-t-il encore de longues années ? Sera-t-il encore un état juif ? Un immense point d’interrogation se pose !

Le monde se voit actuellement comme un village multiculturel, lequel a comme unique bible celles des droits de l’homme. Une ‘’religion’’ partagée par bon nombre de partis israéliens, du centre jusqu’à la gauche extrême.

Ainsi, face au mariage juif plurimillénaire, d’aucuns opposent le mariage civil ainsi que le mariage homosexuel. Jusqu’alors rejeté, la pression devient telle qu’il sera bientôt impossible de s’y opposer. Et indubitablement, si l’union unisexe est ratifiée, la gestation pour autrui s’impose. C’est ce que la Ministre de la santé Yaël German a dernièrement proposé.

D’autres ‘’droits de l’hommistes’’ désirent réformer la conversion au Judaïsme. Certains désirent que le transport public fonctionne également les jours de repos, fériés ou non, au nom, bien sûr, du droit de circuler pour ceux qui ne sont pas possesseurs de véhicules à moteurs. D’aucuns encore exigent, au nom de leurs droits de citoyens, la vente libre du Hametz pendant la fête de Pessah (pâques juive).

Autre sujet de discorde nationale, la liste n’étant pas exhaustive, celui concernant le droit des clandestins de s’installer en Israël. Certaines ‘’bonnes âmes’’, leur bible en main, se hâtent de saisir la Cour suprême afin d’obtenir l’annulation de la nouvelle loi récemment votée et devant favoriser leur départ du pays.

Devant autant de ‘’générosités’’ et de ‘’droits’’ à distribuer, il est de plus en plus difficile d’oser défendre les droits de la société. Ceux qui organisent le bien être de l’ensemble de la société, sa défense mais surtout le vivre ensemble autour du projet sioniste d’un état basé sur la culture, les traditions, l’histoire et la religion juives.

C’est donc le caractère juif de l’Etat d’Israël qui serait remis en cause dans le cas où le prosélytisme des droits de l’hommisme viendrait à s’y imposer. Comme il l’a fait en terre occidentale, un occident perdant jour après jour son identité.

Une ressemblance qui interpellera, alors, tout israélien quant à son besoin de défendre, au péril de sa vie et celles des siens, un pays devenu multiculturel. Une similitude qui poussera les futurs candidats à l’alya à se questionner quant à l’intérêt d’immigrer dans un état devenu identique à celui qu’ils abandonnent ! Une parenté qui verra naître, au final, l’interrogation quant à l’objectif premier de cet état : accordera t-il alors sa protection à tout juif en danger ?

Rien n’est moins sûr!  Source: Le caractère juif de l'Etat d'Israël serait-il en perdition? Par Victor Perez | JSS News


In Ukraine protests, young Jews are marching with ultranationalists

Le nuisible ministre canadien des affaires étrangères John Baird s'est rendu en Ukraine pour participer à une manifestation (hautement publicisée dans les médiats juifs) dirigée entre autre par des "ultra-nationalistes" néo-nazis visant à faire tomber le gouvernement Ukrainien... L'un des principaux organisateurs de la manifestation est le parti Svoboda d’Oleg Tiagnibok, un leader néo-nazi "ultra-nationaliste"...
Oleg Tiagnibok, Arseniy Iatsenioukle, John Baird et Vitali Klitschko
Ukraine : quand les nazis mènent le bal Les médias dédiabolisent cette nouvelle extrême-droite pro-sioniste qui veut faire tomber le gouvernement ukrainien!

John Baird n'a pas de problème avec ces nazis, mais il a grandement peur des prétendus nazis iraniens et palestiniens! Petit problème de cohérence, ou est-ce que cela ne cacherait pas autre chose? C'est que l'extrême-droite européenne est en train de devenir résolument pro-sioniste, c'est pourquoi Baird ne se sent pas en danger auprès d'eux. Baird joue le jeu géopolitique des grandes puissances contre le gouvernement ukrainien actuel; il ne défend pas les intérêts nationaux ukrainiens, car les seuls nationalistes qu'il tolère sont les nationalistes sionistes et pro-sionistes.

Israeli ex-officer leads Ukraine protests: Reports

“Manufacturing Consent”: Bernard-Henri Lévy, the “New Philosopher” Selling Military Adventures of the Global Elite--Harangues of Ignorant Buffoon

BHL et sa nouvelle guerre en Ukraine ("l'Ukraine de la Shoah par balles").

BHL EST A KIEV ! LES SIONISTES AVEC LES NEONAZIS DU MAIDAN CONTRE LA RUSSIE...

CES NEONAZIS QUE BHL NE VOIT PAS : QUI SONT LES 'BENDERISTES" UKRAINIENS ?

Ukraine: Bernard-Henri Levy parmi les opposants au Maïdan
BHL: “Je n’ai pas vu de néo-nazis, je n’ai pas entendu d’antisémites, j’ai entendu au contraire un mouvement incroyablement mûr, incroyablement déterminé et très profondément libéral. " Commentaire: Il ne comprend donc pas Євреї з! (Yevreyi z!)

Jewish groups ‘deeply concerned’ over UkraineAn indeterminate number of Jews have taken part in fighting on the barricades since the protests started in late November.
Dans ces manifs, les "néonazis" ukrainiens pro-UE sont du même bord que les juifs israéliens! Ça devrait faire sonner des petites cloches! On est loin de ces nazis historiques qui ont fait la vie dure aux Rothschild!

VIDEO - ISRAELI SHIT DISTURBERS IN KIEV  An unnamed Israeli is the leader of many militants.

American and Israeli Zionists Behind Civil Unrest In The Ukraine

Après la Yougoslavie, l'Ukraine?

Le 15 décembre 2013, le sénateur John McCain —qui supervisa la révolution orange de 2004— s’adresse aux manifestants sur la place Maidan. On reconnaît à sa droite le leader nazi Oleh Tyahnybok.

Les masques tombent. Les hommes du CRIF qui prétendent combattre la bête immonde à Paris sont aux côtés des néonazis du Maidan ...

Extrême droite: Quand un oligarque juif « cashérise » Marine Le Pen  Fort de l’autorité que lui confère la vice-Présidence d’un organisme dénué d’existence réelle, l’oligarque ukrainien Vadim Rabinovich a décidé que, tout compte fait, la Présidente du Front National était « bonne pour les Juifs »

In Ukraine, fascists, oligarchs and western expansion are at the heart of the crisis
Le problème c'est que les fascistes qui ont existé pour vrai historiquement ils étaient pas alliés aux juifs comme le sont ces prétendus néofascistes ultra-racistes qui manifestent dans les rues d'Ukraine et qui tapent sur des immigrés à la peau foncée, faisant ainsi le job sale des sionistes, qui se sentent menacés par la diversité et l'immigration (les gens de la diversité et de l'immigration sont rarement pro-sionistes!).



Lu sur Stormfront:
Débat sur la solidarité inter-nationalismes et le racisme blanc obsessionnel (WN) (qui ne mène nulle part!).
(Donc c'est "les blancs contre tous les autres"? Faut sauver les blancs de quelle menace au juste? Faut-il les sauver de tout le monde ou quoi?)

Hanoho écrit:

[à monsieur le modérateur, je vous propose un texte remanié de celui que vous avez enlevé. En regardant dans l'onglet "s'inscrire en français", il y a deux aspect qui peuvent justifier le retrait de ce que j'avais écrit: il y avait des grossièretés et je parlais un peu de religion. Je tente donc d'écrire quelque chose de plus factuel de moins partisan et de plus châtié. Si les raisons du retrait de l'article n'était pas celle-là, pourriez vous me dire desquelles ils s'agit de manière à ce que je ne fasse plus l'erreur dorénavant. Merci]

Tout peuple luttant pour son indépendance devrait recevoir notre soutien. Que se soit les kurdes, les tibétains ou les palestiniens. Dans ce dernier cas, le fait que l'oppresseur soit israël nous y encourage d'autant plus. Le mouvement historique pour l'indépendance et la liberté du peuple palestinien est l'OLP. Un mouvement que l'on peut qualifier de nationaliste et dont les revendications peuvent être trouvées ici: Site web de l'OLP. Leurs motivations sont donc en premier lieu la défense de leur territoire et l'avenir de leur peuple. Dans ce cas, il n'y a rien d'étonnant que des cadres de l'OLP aient soutenus (et soutiennent probablement toujours) le mouvement National Socialiste, et en premier lieu celui du IIIème Reich comme le dit le secrétaire général du comité central du Fatah, Farouk Kaddoumi.

Rien d'étonnant à ce que des peuples lucides et épris de liberté soutiennent Hitler. De l'autre coté, leur concurrents direct sont les islamistes, notamment la branche des frères musulmans: le hamas. Que veut le hamas ? Petit extrait d'une émission pour enfant "The pioners of Tomorrow: "Les musulmans sont la base de la civilisation [...] pour la gouvernance mondiale par la loi islamique."
Alors qui, entre les deux partis israêl va t-il favoriser ? Voici la réponse. Dans son livre "Le grand aveuglement, Israël et l'ascension irrésistible de l'Islam" le juif Charles Enderlin écrit:
Quote:
En 1994, alors qu'il était à nouveau chef du gouvernement, Shimon Peres a autorisé Shlomo Gazit à me lire les procès-verbaux dont il disposait. [...] Aucun de ces textes n'a été publié en Israël. Pourtant ils apportent la preuve que dès 1986, les responsables israëliens, les dirigeants du parti travailliste et du Likoud, les chefs de l'armée et des divers services de renseignements savaient qu'un accord était possible avec l'organisation de Yasser Arafat.
A l'époque, une solution pacifique était encore possible, les colonies juives pas si développées... Mais, israêl traiter d'égal à égal avec des nationalistes ? Impossile. Le hamas fut créé en 1987... Toujours du même ouvrage:
Quote:
La Moujama a bénéficié de budgets illimités fournis par des sources saoudiennes, des émirats du Golfe et de fonds jordaniens contrôlés par les frères musulmans. A l'initiative de cheikh Yassine, plus d'une centaine de mosquées ont été construites, constituant l'infrastructure organisationnelle de la Moujamma. [difficile de ne pas faire le parallèle avec la France] A côté de ces mosquées ont été crées des centres sociaux ou culturels; des clubs de jeunes, des salles de sport, des jardins d'enfants, des cliniques dentaires, des bibliothèques. Au cours de cette décennie, nous avons été témoin du renforcement de la religion, du retour à la foi musulmane d'une partie importante de la population. Le nombre de fidèles dans les mosquées a considérablement augmenté. De plus en plus de jeunes se laissaient pousser la barbe. [là encore cela sonne étrangement familier à ce que l'on voit chez nous...]
Un article de l'express du 15 janvier 2009 va dans le même sens:

Quote:
Dès 1978, l'armée israélienne, qui administre de facto les territoires occupés, octroie des locaux au Bloc, dûment enregistré. Mieux, Tsahal l'autorise à bâtir des mosquées, ferme les yeux sur l'afflux d'argent jordanien ou saoudien appelé à financer cliniques, écoles ou jardins d'enfants, voire alloue, de l'aveu même d'un ancien gouverneur militaire, "un peu d'aide en cash" aux rivaux des gauchistes de l'OLP. Il arrive même au Shin Bet, le contre-espionnage, de feindre d'ignorer la cache d'armes aménagée dans les sous-sols de tel campus.
On connaît la stratégie... explicitement déclarée par le rabbin Rav Ron Chaya.Tout le monde connaît cette vidéo. Alors, il me semble important de ne pas tomber dans le piège du faux nationalisme du hamas. leur vraie idéologie, la voilà:
A la veille des élections qui ont porté le hamas au pouvoir, l'entité israêlienne s'interrogeait ouvertement sur l'opportunité d'une coupure d'électricité dans les territoires occupés... Les effets ne se sont pas fait attendre, le hamas fut élu.

Soutenir les vraies forces nationalistes et combattre les idéologies messianiques, est notre lot. D'autant que les musulmans et les juifs ont presque toujours œuvré main dans la main contre l'occident. On pourrait citer l'invasion de l'Espagne des musulmans aidés par les juifs ou encore celle des Turcs en Europe de l'Est... Il serait bon de se poser la question suivante: Supposons que Jérusalem se trouva en Bretagne, quelle chance aurions nous eu que des mouvements pro-breton pour la libération de la Bretagne naissent en terre d'islam comme il y a aujourd'hui des mouvement pro-palestinien partout en occident ? Aucune. Rien d'étonnant donc qu'israêl joue l'alliance avec l'arabie saoudite... c'est une juste continuité que l'on peut d'ailleurs observer depuis l'Afghanistan jusqu'à la Lybie en passant par la Syrie, et la Tunisie. Les islamistes y sont en force, une fois le nettoyage OTAN opéré sous les vivats de BHL.

Enfin pour terminer, un vrai nationaliste respecte d'autant plus un nationaliste étranger que celui-ci défend avant tout son propre peuple... Solidarité oui, mais d'abord envers les nôtres.
(...)

Quitte a aggraver mon cas, je voudrais juste rajouter une remarque. Si vous avez bien lu ce que j'ai écris, je ne voulais pas tant parler du sionisme que faire part de mes réflexions sur une politique que subissent les blancs eux-même. L'idée d'éliminer les nationalistes dans le silence et de créer de toute pièce une opposition médiatique à l'islam en le finançant par derrière est ce que nous vivons nous même. En l’occurrence, mes idées ne sont pas très claires, mais si quelqu'un trouve à dire quelque chose sur les lignes qui suivent je suis preneur.
(...)
Alors comme le dit Faurisson, "nous sommes traités en palestiniens dans notre propre pays", pour moi ça veut bien dire que l'on détruit la vraie opposition nationaliste en silence (la dissolution de l’œuvre française ou des jeunesses nationaliste ont-elle fait les gros titres ?) tandis que l'on couvre l'occident de mosquées (la création du CFCM par Sarkozy a permi à l'UOIF de se faire connaître... les nouvelles mosquées ne sont pas gérées par des congrégations soufies...) et d'un autre coté, schizophrénie juive s'il en est, on pointe du doigt l'islam radical ! C'est comme ça qu'il fallait lire mon post, parce que ce qui est arrivé en Palestine sonne étrangement familier à ce que je vois autour de moi...
(...)
Fut un temps j'étais plutôt sympathisant de l'EDL par exemple ou de Wilders... jusqu'à ce que je découvre ça:









Sur ce blog:

Ovadia Yossef, grand rabbin sépharade d'Israël, ira déverser sa haine en enfer

Une comique juive au parlement israélien: je ne voulais pas heurter la mémoire de la Shoah en dénonçant le cancer de l'immigration africaine en Israël

Le complot islamo-gauchiste contre l'Occident. Par l'humoriste juif Daniel Pipes

Le racisme permis est israélien

Les Arabes seraient chassés méthodiquement de Jérusalem

Les plus importants pourvoyeurs de haine anti-Islam aux USA appartiennent à quelle communauté, d'après vous?


Netanyahou: "Nous vaincrons l'Islam militant"

Selon Frank Gaffney (PNAC), l'administration Obama est infiltrée par les Frères musulmans

La tragédie d'Oslo éclaire les liens entre les nationalistes européens et les sionistes

Les réseaux sionistes et leur campagne de propagande haineuse contre l'Islam

NY Times: Sans ennemi extérieur à combattre, Israël est voué à l'éclatement

En association avec B'nai Brith Canada, le Jewish Tribune se porte à la défense de Pamela Geller et de son combat contre l'Islam, blâme la police pour l'annulation de son cirque de haine commandité par la LDJ dans une synagogue de Toronto, Canada

Le Tea Party israélien à peine plus anti-Islam que celui de l'Oncle Sam

N'ayez crainte, la Charia ne sera jamais imposée chez nous tant que nous resterons soumis aux 7 Lois de Noé

Les arabes musulmans ont le dos large par les temps qui courent


Contre-coups ("Blowback") 

Un Geert Wilders québécois: Eric Duhaime

Prof Kevin MacDonald et Geert Wilders dans le même lit: Himmler n'aurait pas toléré


Waffen SS: le triomphe de la diversité

Harcèlement policier, inculpations préventives et torture contre de faux ennemis Musulmans... Nationalistes: VOUS êtes les prochains!

Le Vatican dénonce: Israël encourage la haine envers le christianisme -- Si les Juifs veulent le respect, qu'ils commencent par respecter autrui!

L'Occident "chrétien" complice de l'éradication des Chrétiens du Moyen-orient

Le directeur de 'Christians United for Israel' est l'un des 50 juifs les plus influents selon le magazine Forward


Jérusalem occupée par l'anti-Christ