jeudi 3 septembre 2009

Pat Buchanan: "Hitler voulait-il la guerre?"

Patrick Joseph "Pat" Buchanan (né le 2 novembre 1938) est un journaliste et un homme politique américain, commentateur politique sur la chaine MSNBC, cofondateur du magazine The American Conservative et cofondateur de la fondation paléo-conservatrice The American Cause. Conseiller politique des présidents Richard Nixon, Gerald Ford et Ronald Reagan, il fut deux fois candidat à l'investiture républicaine de la présidence des États-Unis et a reçu en 2000 la nomination du Reform Party of the United States of America pour l'élection présidentielle des États-Unis d'Amérique 2000 (...) Il a été l'un des rédacteurs des discours du président Richard Nixon. En 2003, il s'est opposé à la guerre en Irak, et reste défavorable à la politique étrangère de George W. Bush. Buchanan est un des représentants de la droite américaine. Catholique traditionaliste, il a incarné le courant paléo-conservateur du Parti républicain tout en conservant d'importantes relations avec le Constitution Party.





MSNBC took down the Pat Buchanan column defending Hitler's actions hours after a Jewish group urged its removal.



Version française de BobGratton:

Hitler voulait il la guerre ? par Pat Buchanan

Par Pat Buchanan - le 1er septembre 2009
Traduction : BobGratton

Le 1er septembre 1939, il y a 70 ans, l'armée allemande franchissait la frontière polonaise. Le 3 septembre, la Grande Bretagne déclarait la guerre à l'Allemagne.

Six ans plus tard, 50 millions de chrétiens et juifs avaient péri. la Grande-Bretagne était détruite et en faillite, et l'Allemagne était réduite à un tas de ruines. L'Europe a servi de champ de bataille à la guerre la plus meurtrière que l'homme ait jamais connue, des civils ont enduré des souffrances encore plus terribles que celles des soldats.

En Mai 1945, les hordes de l'Armée rouge occupaient toutes les grandes capitales d'Europe centrale : Vienne, Prague, Budapest, Berlin. Une centaine de millions de chrétiens ont été sous le joug de la tyrannie la plus barbare de l'histoire : le régime bolchévique du plus grand terroriste de tous les temps, Joseph Staline.

Quelle cause peut justifier de tels sacrifices?

La guerre de l'Allemagne et de la Pologne avait ses racines dans une querelle à propos d'une ville de la taille d'Ocean City dans le Maryland, en été. Dantzig, à 95 pour cent allemande, avait été séparée de l'Allemagne lors du traité de Versailles, en violation du principe d'autodétermination des peuples de Woodrow Wilson.
Même les dirigeants britanniques pensaient que Dantzig devait retourner à l'Allemagne.

Pourquoi Varsovie n'a-t-elle pas voulu négocier avec Berlin, qui suggérait en compensation un territoire en Slovaquie ? Varsovie n'a pas négocié parce que les Polonais avaient une garantie de guerre de la Grande-Bretagne pour attaquer l'Allemagne, l'Angleterre et son empire viendraient au secours de la Pologne.

Mais pourquoi la Grande Bretagne aurait-elle donné une garantie de soutien pour une guerre non sollicitée à une junte de colonels polonais, leur donnant ainsi le pouvoir d'entraîner la Grande Bretagne dans une guerre avec la plus puissante nation d'europe ?

Danzig valait-elle une guerre ? Contrairement aux 7 millions de personnes de Hong Kong que les anglais ont abandonnées à Pékin contre leur volonté, les habitants de Danzig, eux, réclamaient à être rattachés à l'Allemagne.

La réponse qu'on entend habituellement est la suivante : la garantie de guerre ne concernait pas du tout Dantzig, ni même la Pologne. Il s'agissait d'un impératif moral et stratégique " pour arrêter Hitler " après qu'il eût montré, en déchirant les accords de munich et la tchécoslovaquie par la même occasion en mars 1939, que son objectif était la conquète du monde. Et on ne pouvait pas laisser cette "bète nazi" conquérir le monde.

Si c'est vrai, bravo. Les américains, après tout, étaient prêts à utiliser la bombe atomique pour empêcher l'armée rouge de traverser la manche. Mais où est la preuve que Adolf Hitler visait la conquète du monde, sachant que les victimes de mars 1939 furent infiniment moins nombreuses que celles du général Pinochet ou même de Fidel Castro ?

Après les accords de Munich, en 1938, la Tchécoslovaquie s'est en fait réellement effondrée et s'est morcellée. Et que sont devenus ces fragments, ces morceaux de Tchécoslovaquie ?

Les Allemands des Sudètes ont été rattachés à l'Allemagne, comme ils le souhaitaient. La Pologne avait annexé la minuscule région de Teschen, qui était très contestée, et ou vivaient des milliers de Polonais. Les terres ancestrales de la Hongrie, au sud de la Slovaquie lui ont été retournées. Les slovaques avaient leur complète indépendance guarantie par l'Allemagne.
Quant aux tchèques, ils allèrent à Berlin pour obtenir le même marché que les slovaques, mais Hitler insistât pour qu'ils acceptent un protectorat.

Maintenant, on peut mépriser ce qui fut fait, mais comment cette partition de la Tchécoslovaquie pourrait-elle être liée à une éventuelle volonté de conquète du monde de la part d'Hitler ?

Encore une fois, la réponse qu'on entend habituellement est la suivante : si l'Angleterre n'avait pas donné sa garantie de guerre et fait la guerre, alors, après la tchécoslovaquie serait venu le tour de la Pologne, puis de la Russie, puis de la France, puis de l'angleterre, puis des Etats Unis... Et nous parlerions tous allemand aujourd'hui.

Mais si Hitler était sur le point de conquérir le monde, la Grande-Bretagne, l'Afrique, le Moyen-Orient, les États-Unis, le Canada, l'Amérique du Sud, l'Inde, l'Asie, l'Australie - pourquoi a-t-il passé trois ans à construire l'extrémement coûteuse ligne Siegfried pour protéger l'Allemagne de la France ? Et pourquoi a-t-il commencé la guerre sans flotte militaire, sans transport de troupe et avec seulement 29 sous marins pour la haute mer ?
Comment faites vous pour conquérir le monde avec une marine de guerre qui ne peut pas sortir de la mer baltique ?

Si Hitler voulait conquérir le monde, pourquoi n'at-il pas construit des bombardiers stratégiques, au lieu des bimoteurs Dornier et Heinkel qui ne pouvaient même pas atteindre la Grande-Bretagne en partant de l'Allemagne ?
Pourquoi a-t-il laissé l'armée britannique aller à Dunkerque ?

Pourquoi a-t-il proposé la paix à l'Angleterre, par deux fois, après que la Pologne fut tombée, après que la France fut tombée ?

Pourquoi, lors de la chute de Paris, Hitler n'a-t-il pas exigé la flotte française, de même que les alliés avaient exigé et obtenu la flotte du Kaiser ? Pourquoi n'a-t-il pas demandé les bases françaises syriennes pour attaquer Suez ?
Pourquoi a-t-il supplié Benito Mussolini de ne pas attaquer la Grèce ?

Simplement parce que Hitler voulait mettre fin à la guerre en 1940, presque deux ans avant que les trains commencent à rouler vers les camps.

Hitler n'a jamais voulu la guerre avec la Pologne, mais une alliance avec la Pologne, comme celle qu'il avait faite avec l'Espagne de Francisco Franco, avec Mussolini en Italie, avec la Hongrie de Miklós Horthy et la Slovaquie du père Jozef Tiso.

En effet, pourquoi aurait il voulu la guerre, en 1939, il était entouré d'alliés, des voisins amicaux ou neutres, comme la France. Et il s'était fait une raison pour l'Alsace, parce que la reconquète de l'Alsace aurait signifié la guerre avec la France, et aussi la guerre avec la Grande-Bretagne, dont il admirait l'empire, et de qui il a toujours cherché à se faire une alliée.

À partir de Mars 1939, Hitler n'avait même pas de frontière avec la Russie. Comment aurait il pu envahir la Russie ?

Winston Churchill avait raison quand il l'appelait « la guerre inutile » - la guerre qui pouvait porter un coup mortel à notre civilisation.

Source : buchanan.org
Traduction : BobGratton



Did Hitler Want War?

by Patrick J. Buchanan

Precommentary by David Duke The actual record is clear. When the war with Poland broke out in September 1939 Hitler did not think that it would evoke a wider war. When the news came that England and France declared war on Germany Hitler reportedly turned to his generals and said, “What do we do now?” As Buchanan says, there is not a shred of evidence that Germany planned war with France or England much less “world conquest.” That is all part of the nonstop Jewish extremist media propaganda that still goes on to this day. What he sought was the freedom of Germans who had been severed from their own people by the evil Versailles Treaty. On one hand Wilson and the allies endorsed “self-determination,” but on the other they kept more than a million Germans who voted over 90 percent for reunification with their country from simply being reunited with their own homeland of a thousand years. For twenty years after the First World War Germany sought the return of German land and these German people to their own nation. If there was any right and wrong in this initial conflict, it was the war-hawk allies who insisted that a million Germans be held in bondage by a foreign state. It became a “world war” only after England and France declared war, and both these nations refused to go to peace table even though Germany offered complete withdrawal from Poland and simply the reunification of the German people and homeland taken by Versailles. A peace treaty would have avoided the subsequent death of over 50 million and the terrible suffering of hundreds of millions more. Buchanan asks the question, “Did Hitler want war,” but he does not in this article show who really wanted it. The answer is, of course, the Jewish extremists who had so much influence in the media, finance and governments of Britain, France and America. These were the antecedents of the same gaggle of Jewish extremists who have led us to support the genocide, ethnic cleansing, torture and murder of the Zionist state of Israel. The same power that led us to a catastrophic war in Iraq, a war catastrophic for the Iraqi people and the tens of thousands of American’s killed or wounded in this war for Israel. And now Obama (and his top Jewish extremist bosses such as Rahm Emmanuel) is now expanding the war in Afghanistan. — David Duke


On Sept. 1, 1939, 70 years ago, the German Army crossed the Polish frontier. On Sept. 3, Britain declared war.

Six years later, 50 million Christians and Jews had perished. Britain was broken and bankrupt, Germany a smoldering ruin. Europe had served as the site of the most murderous combat known to man, and civilians had suffered worse horrors than the soldiers.

By May 1945, Red Army hordes occupied all the great capitals of Central Europe: Vienna, Prague, Budapest, Berlin. A hundred million Christians were under the heel of the most barbarous tyranny in history: the Bolshevik regime of the greatest terrorist of them all, Joseph Stalin.

What cause could justify such sacrifices?

The German-Polish war had come out of a quarrel over a town the size of Ocean City, Md., in summer. Danzig, 95 percent German, had been severed from Germany at Versailles in violation of Woodrow Wilson’s principle of self-determination. Even British leaders thought Danzig should be returned.

Why did Warsaw not negotiate with Berlin, which was hinting at an offer of compensatory territory in Slovakia? Because the Poles had a war guarantee from Britain that, should Germany attack, Britain and her empire would come to Poland’s rescue.

But why would Britain hand an unsolicited war guarantee to a junta of Polish colonels, giving them the power to drag Britain into a second war with the most powerful nation in Europe?

Was Danzig worth a war? Unlike the 7 million Hong Kongese whom the British surrendered to Beijing, who didn’t want to go, the Danzigers were clamoring to return to Germany.

Comes the response: The war guarantee was not about Danzig, or even about Poland. It was about the moral and strategic imperative “to stop Hitler” after he showed, by tearing up the Munich pact and Czechoslovakia with it, that he was out to conquer the world. And this Nazi beast could not be allowed to do that.

If true, a fair point. Americans, after all, were prepared to use atom bombs to keep the Red Army from the Channel. But where is the evidence that Adolf Hitler, whose victims as of March 1939 were a fraction of Gen. Pinochet’s, or Fidel Castro’s, was out to conquer the world?

After Munich in 1938, Czechoslovakia did indeed crumble and come apart. Yet consider what became of its parts.

The Sudeten Germans were returned to German rule, as they wished. Poland had annexed the tiny disputed region of Teschen, where thousands of Poles lived. Hungary’s ancestral lands in the south of Slovakia had been returned to her. The Slovaks had their full independence guaranteed by Germany. As for the Czechs, they came to Berlin for the same deal as the Slovaks, but Hitler insisted they accept a protectorate.

Now one may despise what was done, but how did this partition of Czechoslovakia manifest a Hitlerian drive for world conquest?

Comes the reply: If Britain had not given the war guarantee and gone to war, after Czechoslovakia would have come Poland’s turn, then Russia’s, then France’s, then Britain’s, then the United States.

We would all be speaking German now.

But if Hitler was out to conquer the world — Britain, Africa, the Middle East, the United States, Canada, South America, India, Asia, Australia — why did he spend three years building that hugely expensive Siegfried Line to protect Germany from France? Why did he start the war with no surface fleet, no troop transports and only 29 oceangoing submarines? How do you conquer the world with a navy that can’t get out of the Baltic Sea?

If Hitler wanted the world, why did he not build strategic bombers, instead of two-engine Dorniers and Heinkels that could not even reach Britain from Germany?

Why did he let the British army go at Dunkirk?

Why did he offer the British peace, twice, after Poland fell, and again after France fell?

Why, when Paris fell, did Hitler not demand the French fleet, as the Allies demanded and got the Kaiser’s fleet? Why did he not demand bases in French-controlled Syria to attack Suez? Why did he beg Benito Mussolini not to attack Greece?

Because Hitler wanted to end the war in 1940, almost two years before the trains began to roll to the camps.

Hitler had never wanted war with Poland, but an alliance with Poland such as he had with Francisco Franco’s Spain, Mussolini’s Italy, Miklos Horthy’s Hungary and Father Jozef Tiso’s Slovakia.

Indeed, why would he want war when, by 1939, he was surrounded by allied, friendly or neutral neighbors, save France. And he had written off Alsace, because reconquering Alsace meant war with France, and that meant war with Britain, whose empire he admired and whom he had always sought as an ally.

As of March 1939, Hitler did not even have a border with Russia. How then could he invade Russia?

Winston Churchill was right when he called it “The Unnecessary War” — the war that may yet prove the mortal blow to our civilization.


Une contre-vérité tenace

The Hitler Channel