samedi 26 octobre 2013

Un autre grand comique juif, Sheldon Adelson, qui s'autoproclame "le juif le plus riche du monde", appelle à bombarder l'Iran avec du nucléaire, donnant ainsi raison à Jack Straw

Ce n'était qu'hyperbole, a-t-il expliqué. Certainement pas incitation au meurtre. Bien sûr que non!



What are we going to negotiate about? I would say ‘Listen, you see that desert out there, I want to show you something.’ …You pick up your cell phone and you call somewhere in Nebraska and you say, ‘OK let it go.’ And so there’s an atomic weapon, goes over ballistic missiles, the middle of the desert, that doesn’t hurt a soul. Maybe a couple of rattlesnakes, and scorpions, or whatever. Then you say, ‘See! The next one is in the middle of Tehran. So, we mean business. You want to be wiped out? Go ahead and take a tough position and continue with your nuclear development. You want to be peaceful? Just reverse it all, and we will guarantee you that you can have a nuclear power plant for electricity purposes, energy purposes.’

VIDEO: Adelson wants nuke threat against Iran Blogger Philip Weiss captured video of Sheldon Adelson’s call this week for the United States to detonate a nuclear bomb as a warning to Iran.

Adelson's Call For A Nuclear Strike On Iran Shows Need To Remove All Zionists From Positions Of Power

GOP Mega Donor Sheldon Adelson Wants To Nuke Iran

Republican Mega-Donor Sheldon Adelson’s Threat to Nuke Tehran

Sheldon Adelson's Nuke Iran Call Sparks Anger in Spain

Billionaire: U.S. should drop atomic bomb on Iran

Sheldon Pleads 'Hyperbole': Sheldon Adelson admitted calling for the U.S. to carry out a nuclear strike on Iran. But the casino mogul insisted it was harmless ‘hyperbole’ to advocate a tougher stance.
Rabbi Shmuley Boteach Backs Casino Mogul Despite 'Overstatement'

Sheldon Adelson wants U.S. to nuke Iran, likens two-state solution to Russian roulette

Adelson: Nuke Iran to get it to talk business

Sheldon Adelson Wants Nuclear Strike on Iran — Says Two-States 'Russian Roulette'
Adelson, the multi-billionaire casino magnate known for his support of Republican causes, his close relationship with Israeli prime minister Benjamin Netanyahu, and his Jewish philanthropy, spoke broadly on a range of topics.

Adelson's Call For A Nuclear Strike On Iran Shows Need To Remove All Zionists From Positions Of Power

Iran-West deal Netanyahu’s nightmare A member of Iran’s Majlis says Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu is having nightmares about a potential agreement between Iran and the West over the Islamic Republic’s nuclear energy program.

Israel’s Netanyahu warns Kerry against “partial deal” on Iran nuclear program

Republican Jewish Coalition to Senate: Approve new Iran sanctions bill

Who is the real threat: Iran or Israel?

AIPAC: ‘Absolutely no pause’ in Iran sanctions lobbying 

VIDEO - Rift developing between US, Netanyahu

Israeli minister in Ottawa for talks on Iran: Israel’s Minister of Strategic Affairs was in Ottawa earlier this week to enlist Canada’s support in persuading the world to keep up...

Rouhani: ‘Zionists resort to sabotage when Iran succeeds’

Le temps est venu de priver Israël de ses armes de destruction massive. Par Gilad Atzmon

Iranian FM: Israel seeks to undermine nuclear talks

Poll: Most Israelis support Netanyahu’s Iran stance

Russia: Lift Iran sanctions in exchange for int’l control of nuke program

Netanyahu : “Des ennemis qui ne veulent pas la paix et veulent nous effacer de la carte ne sont pas des candidats à la paix”


Israel Buys the US Congress: Sabotaging the US-Iran Peace Negotiations
Former Israeli diplomat to Tehran tells Post: Iranian Jews not pressured to speak up for regime

Netanyahu is not bluffing on intention to strike Iran' Former senior Israeli intelligence official tells The Jerusalem Post Israel believes Saudi Arabia will follow Iran's footsteps in acquiring nuclear weapons, which will lead to a nuclear arms race in the region.

Netanyahou au NYT : "Herzl et Churchill étaient plus isolés plus moi"

Winston Netanyahu

Iran the main obstacle to peace with Palestinians, PM says

U.S.-Based Iran “Experts” Promoting Israeli Policy

Mr. Netanyahu, Islam, Not Nazism, inspired Mufti of Jerusalem’s Jew-hatred

New York Times: Netanyahu on ‘Messianic Crusade’


NYT: Netanyahu seems 'eager for a fight' with Iran

Netanyahu ‘sabotaging diplomacy,’ NY Times warns Paper calls PM ‘eager for a fight,’ says he may block ‘best chance to establish new relationship’ with Iran following his ridicule at the UN of a 2005 NYT editorial on N. Korea

New York Times criticises Netanyahu's speech to the UN General Assembly


NYTimes Mentions Israeli Nukes

White House meets Jewish leaders to press for delay in new Iran sanctions

Jewish organizations deny 60-day delay on Iran sanctions push

AIPAC, AJC won’t suspend Iran sanctions lobbying; ADL willing

AIPAC: ‘Absolutely no pause’ in Iran sanctions lobbying

US Jewish groups divided over more Iran sanctions

Israel trying to undermine Iran-US talks

Iran calls for global nuclear disarmament (Un Moyen-Orient sans nucléaire et sans armes chimiques, c'est pas Israël qui veut ça, c'est la Syrie et l'Iran. Israël a accumulé un important arsenal chimique et nucléaire soi-disant pour assurer sa survie. En voyant Israel faire ça et les menacer en plus, les autres pays qui environnent Israel ont été forcés de se procurer un arsenal eux aussi, pour parer à la menace d'un Israël menaçant et doté d'armes chimiques et nucléaires.)

Obama paying ‘lip service’ on Iran strike option, says top MK
 
New book quotes Obama calling Netanyahu 'a pain in the ass'
US president made comment during 2012 US election campaign, Double Down by Mark Halperin and John Heilmann reveals.

Israel surprised by US course of action on Iran, officials say

Israel: "USA Crossed Red Line" Until now, in the Israeli political speech, only Iran could cross red lines. Now, also the USA.
Pour Israël, les USA ont franchi la ligne rouge! Allons-nous vers une guerre entre Israël et les USA, ou encore l'assassinat d'Obama?

MSNBC: Israel Sends Delegation To White House (More Likely Congress) To Derail Talks With Iran

Kerry: Putting More Pressure on Iran Won't Work (Ça c'est nouveau de la part du gouv US, c'est une nouvelle position vis-à-vis du nucléaire iranien. Ils disent maintenant: "plus de sanctions ça va nous mener en guerre et on ne veut pas la guerre"!)

New Iran sanctions will lead to war, White House warns

Netanyahu: A bad deal with Iran could lead to war

White House: Israel’s all-or-nothing proposal on Iran would lead to war

US has ‘folded’ on Iran, Israeli political sources charge
The US folded during negotiations in Geneva with Iran over its nuclear project, political sources in Israel charged on Saturday. They added that Israel was stunned when it learned over the weekend that a version of the deal being proposed was far worse than it believed.

Sheftel: "US Secretary of State is the enemy of the Jews"
 
There is no credible US military option, and 9 other pointers from Jerusalem As has been publicly unmistakable for the past 10 days, Israel and its key ally the United States are deeply at odds over the terms of an interim deal that may well be concluded shortly between the P5+1 countries and Iran.

Kerry is Persona non grata: After betraying Israel, can Kerry be trusted as 'loyal' mediator in peace talks with Palestinians?

The Lobby vs. Obama

AIPAC Says Either Obama Backs Down on Iran Or Its War

Israeli Minister Suggests Israel Will Attack Iran If U.S. Gets ‘A Bad Deal’

White House: Israel’s all-or-nothing proposal on Iran would lead to war

Israel ‘unpleasantly surprised’ by US quiet on Khamenei’s vicious speech

Obama and Kerry's betrayal of 'never again'
What President Obama means when he says he has Israel's back is that he will partner with Israel's enemies behind its back, giving succor to a regime that operates against both Israel and the U.S.

Cracks in the Alliance: Is There Finally Daylight Between Israel and the US?

White House reportedly uneasy with Jewish lobbying in Congress




Total, unmitigated defeat
Op-ed: Obama abandoned US allies' security concerns by believing appeasing Iran is only way to avoid war
Shoula Romano Horing
Published: 11.24.13, 20:06 / Israel Opinion
President Obama had to choose between dishonor and war, and he chose dishonor. Now we will have war. He has dishonored US allies in the Middle East, including Israel and the Persian Gulf states, by abandoning their security concerns regarding a nuclear Iran by believing that appeasing Iran is the only way to avoid war.
These words are those of Churchill after the Munich Agreement was signed, when Britain and France believed that handing Czechoslovakia to Hitler was the only way to save the world from another war.(...)


Israel: "Worse than a Nuclear Bomb"
Paraphrasing President Obama, Netanyahu said "Today the world has become a much more dangerous place because the most dangerous regime in the world has taken a significant step toward attaining the most dangerous weapon in the world."

Isolated Israel, angry with US, denounces Iran deal

US Official: Netanyahu ‘Desperate’ in Opposition to Iran Deal

Olmert: Netanyahu tried to interfere in U.S. elections

Olmert: PM has ‘declared war on the US government’

Netanyahu: I will not ‘shut up’ when Israel’s interests are at stake

Key Republican compares Obama push to delay Iran sanctions to appeasement of Nazis before WWII

ISRAELI HAWKS RESISTING DEALS To Benjamin Netanyahu and his Israeli stooges, any deal with Iran is “a bad deal.”

Israel said to be working with Saudi Arabia on Iran strike plan
The two countries have both united in worry that the West may come to terms with Iran, easing sanctions and allowing the Islamic Republic to continue its nuclear program. According to the Sunday Times, Riyadh has agreed to let Israel use its airspace in a military strike on Iran and cooperate over the use of rescue helicopters, tanker planes and drones.

Report: Mossad working with Saudis on contingency plans for potential attack on Iran

The Israel Lobby Is Killing Iran Negotiations

Administration dismissed Israeli intel on Iran’s nuke program as ‘misleading’

Obama rejecting calls from Netanyahu amid tension over Iran

Netanyahu says NPT is useless in Middle East BULLSHIT

Hollande: France takes Israel’s position on Iran seriously; we will not cave (On a encore une fois la preuve que Hollande est plus soumis à Israel qu'Obama!)

Iranians angry and bewildered after French (FABIUS) torpedo Geneva nuclear entente

Thierry Meyssan à propos de l’attitude de Laurent Fabius lors des négociations sur le nucléaire iranien

Meyer Habib a-t-il fait pression sur Laurent Fabius pour durcir les négociations avec l’Iran

The Endless Cycle of Hate: French Jewish Parliamentarian Threatens War over Iran

Why France Sank an Iran Nuke Deal

DAVIDDUKE.COM-The Truth about Iran, Atom Bombs and the Jewish Lobby

Rabbi Shore’s Clarion Project backs MeK



ULTRA JEW Cantor Seeks New House Resolution to Kill Iran Talks

Eric Cantor Girds His Iran War Loins

Cantor: US must not become complacent on Iran

Cantor cites pre-WWII isolation in pressing for greater U.S. engagement
Ce juif ultra juif orthodoxe, ultra sioniste et ultra dangereux pourrait déclencher la Troisième guerre mondiale.  Cantor dirige la majorité républicaine au Congrès. Dans toute l'histoire des USA, jamais un juif ne s'est acquis autant de pouvoir et n'a tenu un aussi haut poste dans l'appareil d'état des États-Unis.



Kerry tells senators to disregard Israeli reports on Iran

Obama asks senators to ignore Israel

Israel Lobby Smears Kerry as Anti-Israel, Pro-Hamas; Questions His Conduct of Iran Talks

Republicans blast Kerry’s 'anti-Israeli' Senate briefing against new Iran sanctions

Poll: Israelis Don't Trust U.S. in Iran Talks

VIDEO - Presstv: MARK GLENN: Israel seeks Iran’s total destruction

ADL Will Resume Lobbying For Iran Sanctions

Israel wages media campaign against prospective American-Iranian deal

AIPAC 'threatens many US senators' over Iran sanctions bill

Did AIPAC go too far in attacking Jewish lawmaker over Iran?
On se poserait pas la question s'ils n'attaquaient que de vulgaires Goyim...

AIPAC’s open revolt against White House: Report 

AIPAC GOES AFTER TOP DEM
A recent letter attacking Democratic National Committee Chairwoman Debbie Wasserman Schultz is causing an internal brouhaha at the American Israel Public Affairs Committee, The Cable has learned. (...) That AIPAC was driving hard for new Iran sanctions legislation surprised no one. But its use of a right-wing blog to target a well-connected Jewish Democrat with a long history of support for Israel raised eyebrows among some current and former AIPAC officials. It also raised concerns that AIPAC's open revolt against the White House's Iran diplomacy could fray its relations with liberal Democrats on the Hill.

The truth about Israel's secret nuclear arsenal

Will AIPAC-Obama sanctions clash dent pro-Israel lobby’s clout?On Iran sanctions, AIPAC faces an adversarial White House, reluctant Democrats and critical commentators.

New York Times columnist says that by staunchly supporting the "occupation" of the West Bank, Adelson is unintentionally leading to Israel's demise.

Thomas Friedman: Adelson helping Iran destroy Israel

Zionist billionaire eyes US presidential purchase




Israël achète le Congrès US
Le sabotage des négociations de paix américano-iraniennes

par James Petras
http://www.voltairenet.org/article180887.html

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est intervenu depuis Tel-Aviv pour condamner toute possibilité d’accord entre le groupe 5+1 et l’Iran. Pour saboter les négociations de Genève, son gouvernement a mobilisé ses puissants relais aux États-Unis, qui ont eux-mêmes mobilisé les parlementaires et les journalistes qu’ils ont corrompus. Le professeur James Petras décrit ici la manière dont Israël impose ses objectifs au Législatif et à l’Exécutif états-uniens depuis une cinquantaine d’années.
Réseau Voltaire | New York (États-Unis) | 9 novembre 2013

EnglishفارسىTürkçe
« Les groupes politiques pro-Israël tels que le AIPAC travaillent avec un financement illimité à détourner la politique américaine dans la région (du Proche-Orient). »
Jack Straw , membre (travailliste) du Parlement et ancien ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni.
« Les États- Unis devraient lancer une bombe atomique sur l’Iran pour inciter le pays à mettre fin à son programme nucléaire. »
Sheldon Adelson, le plus grand donateur du Parti républicain et un grand collecteur de fonds pour les comités d’action politique pro-israéliens, discours à l’Université Yeshiva à New York, le 22 Octobre 2013.
La question de la guerre ou de la paix avec l’Iran repose sur les politiques adoptées par la Maison-Blanche et le Congrès. Les ouvertures de paix de Rohani, le président iranien nouvellement élu, ont résonné favorablement dans le monde entier, sauf avec Israël et ses acolytes sionistes en Amérique du Nord et en Europe. La première séance de négociation s’est déroulée sans récrimination et a donné lieu à une évaluation optimiste des deux côtés. Précisément à cause de cette réponse initiale favorable, le gouvernement israélien a intensifié sa guerre de propagande contre l’Iran. Ses agents au Congrès, dans les médias et dans l’Exécutif sont mobilisés pour saper le processus de paix. Ce qui est en jeu, c’est la capacité d’Israël à mener des guerres par procuration à l’aide de l’armée des États-Unis et de ses alliés de l’Otan contre tout gouvernement contestant la suprématie militaire israélienne au Proche-Orient, l’annexion violente du territoire palestinien et sa capacité à attaquer n’importe quel adversaire en toute impunité. Pour comprendre ce qui est en jeu dans les négociations de paix en cours, il faut envisager les conséquences d’un échec : sous la pression d’Israël, Washington s’est déclaré prêt à activer ses armées —il s’agirait concrètement de frappes de missiles et d’une campagne de bombardement contre 76 millions d’Iraniens en vue de détruire leur gouvernement et leur l’économie—. Téhéran pourrait riposter contre une telle agression en ciblant les bases militaires US dans la région et les installations pétrolières du Golfe ce qui provoquerait une crise mondiale. C’est ce que veut Israël. Nous allons commencer par examiner le contexte de la suprématie militaire d’Israël au Proche-Orient. Nous allons ensuite procéder à l’analyse de l’incroyable pouvoir d’influence d’Israël sur le processus politique états-unien et comment il façonne le processus de négociation aujourd’hui, avec un accent particulier sur son pouvoir au Congrès.

Le contexte de la suprématie militaire israélienne au Proche-Orient

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Israël a bombardé, envahi et occupé plus d’États du Proche-Orient et d’Afrique que n’importe quelle autre puissance coloniale précédente, excepté les États-Unis. La liste de ses victimes comprend : la Palestine, la Syrie, le Liban, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Soudan et le Yémen. Si l’on inclut les États où Israël a lancé des attaques et des assassinats terroristes quasi-clandestins, la liste serait grandement élargie pour en inclure une douzaine en Europe et en Asie —y compris les États-Unis—.
La projection de la puissance militaire d’Israël et sa capacité à mener des guerres offensives à volonté sont accompagnées d’une impunité quasi-totale. En dépit de ses violations répétées du droit international, y compris ses crimes de guerre, Israël n’a jamais été condamné par un tribunal international ou soumis à des sanctions économiques parce que Washington utilise son veto au Conseil de sécurité de l’Onu et la pression de ses alliés de l’Otan et de l’UE.
La suprématie militaire d’Israël a moins à voir avec le rayonnement techno-industriel inhérent de ses fauteurs de guerre et plus à voir avec les transferts et le vol pur et simple de la technologie nucléaire, chimique et biologique et des armes des États-Unis [1]. Les sionistes d’outre mer, aux États-Unis et en France, ont joué un rôle stratégique dans le vol et l’expédition illégale de la technologie nucléaire et de composantes d’armes en Israël, selon une enquête menée par l’ancien directeur de la CIA, Richard Helms.
Israël maintient d’énormes stocks d’armes biologiques et refuse tout accès à des inspecteurs internationaux d’armement et n’est pas tenu de respecter les traités de non-prolifération des armes nucléaires et chimiques en raison de l’intervention diplomatique états-unienne. Sous la pression de la « Configuration du pouvoir sioniste » (CPS), Washington a bloqué toute action qui pourrait limiter la production par Israël d’armes de destruction massive. En fait, les États-Unis, en violation du droit international, continuent de fournir à Israël des armes stratégiques de destruction massive pour qu’il les utilise contre ses voisins.
L’aide militaire US et les transferts de technologie vers Israël ont dépassé 100 milliards de dollars au cours du dernier demi-siècle. L’intervention diplomatique et militaire US était cruciale pour sauver Israël de la défaite pendant la guerre de 1973. Le refus du président Lyndon Johnson de défendre le navire de renseignement désarmé, l’USS Liberty en 1967, après qu’il eut été bombardé et couvert de napalm par des avions de combat israéliens et des navires de guerre dans les eaux internationales, a constitué une grande victoire pour Israël grâce aux conseillers sionistes de Johnson. En raison de son impunité, même lorsqu’il tue des militaires états-uniens, Israël a les mains libres pour mener des guerres d’agression et dominer ses voisins, commettre des actes de terrorisme et assassiner ses adversaires à travers le monde sans crainte de représailles.
La supériorité militaire non-contestée d’Israël a converti plusieurs de ses voisins en collaborateurs quasi-clients : l’Égypte et la Jordanie ont servi d’alliés de facto avec les monarchies du Golfe, en aidant la répression par Israël des mouvements nationalistes et pro-palestiniens de la région.
Le facteur le plus déterminant dans l’essor et la consolidation du pouvoir d’Israël au Proche-Orient n’a pas été ses prouesses militaires, mais sa portée politique et l’influence qu’il exerce par l’intermédiaire de ses agents aux États-Unis. Les guerres de Washington contre l’Irak et la Libye, ainsi que son soutien actuel aux mercenaires contre la Syrie, ont détruit les trois principaux opposants nationalistes laïques à ses ambitions hégémoniques.
Alors qu’Israël accumule plus de puissance dans la région, élargissant sa colonisation du territoire palestinien, son regard se tourne vers l’est pour détruire le dernier obstacle de sa politique coloniale : l’Iran.
Depuis au moins deux décennies, Israël a demandé à ses agents à l’étranger de détruire le gouvernement iranien en déstabilisant sa société, en assassinant ses scientifiques, en bombardant ses établissements militaires et ses laboratoires et en étranglant son économie.
Après que la CPS ait réussi à pousser les États-Unis vers la guerre contre l’Irak en 2003 —déchiquetant littéralement sa société laïque et tuant plus d’un million d’Irakiens—, elle a tourné son dévolu sur la destruction du Liban (Hezbollah) et le gouvernement laïque de la Syrie afin d’isoler l’Iran et de préparer une attaque. Alors que des milliers de civils libanais ont été abattus en 2006, l’attaque du Liban par Israël a échoué, malgré le soutien du gouvernement états-unien et malgré une campagne de propagande sauvage. Rendu hystérique par son échec tout autant que pour « compenser » sa défaite face au Hezbollah et pour « remonter son moral », Israël a envahi la Bande de Gaza en 2008-09 —le plus grand camp de prison à ciel ouvert du monde— et l’a détruite une grande partie .
N’ayant pas la capacité militaire d’attaquer l’Iran pour son propre compte, Israël a orienté ses agents vers la manipulation de Washington pour commencer une guerre avec Téhéran. Les dirigeants militaristes à Tel-Aviv ont mobilisé leurs atouts politiques à travers les États-Unis pour travailler à détruire l’Iran —le dernier adversaire redoutable à la suprématie d’Israël au Proche-Orient—.
La stratégie israélo-CPS est conçue pour ouvrir la voie à une confrontation entre l’Iran et les États-Unis, en utilisant ses agents dans l’Exécutif ainsi que sa corruption et son contrôle du Congrès. Le contrôle de la CPS sur les médias de masse renforce sa campagne de propagande : tous les jours le New York Times et le Washington Post publient des articles et des éditoriaux afin de promouvoir l’agenda de guerre d’Israël. Le CPS utilise le département d’État pour forcer d’autres pays de l’Otan à eux aussi affronter l’Iran.

La guerre par procuration d’Israël contre l’Iran : la pression politique états-unienne, les sanctions économiques et les menaces militaires

Seule, la « guerre » d’Israël contre l’Iran ne constituerait pas grand chose de plus que son sabotage cybernétique, des assassinats périodiques de scientifiques par ses agents rémunérés au sein de groupes terroristes et des discours incessants de politiciens israéliens et de leur foule de bénis-oui-oui. En dehors d’Israël, cette campagne a eu peu d’impact sur l’opinion publique. La « guerre » d’Israël contre l’Iran dépend exclusivement de sa capacité à manipuler la politique US à l’aide de ses agents locaux, des groupes qui dominent le Congrès, et via les nominations de fonctionnaires occupant des postes clés dans les départements du Trésor, du Commerce et de la Justice, et comme « conseillers » aux affaires du Proche-Orient. Israël ne peut pas organiser une campagne de sanctions efficaces contre l’Iran, ni influencer quelques pouvoirs importants. Seuls les États-Unis le peuvent. La domination d’Israël au Proche-Orient provient entièrement de sa capacité à mobiliser ses mandataires aux États-Unis à qui est assignée la tâche d’assurer la soumission totale aux intérêts d’Israël des représentants élus —en particulier en ce qui concerne les adversaires régionaux d’Israël—.
Stratégiquement placé, les citoyens à « double nationalité américano-israélienne » ont utilisé leur citoyenneté US pour obtenir des postes de haute responsabilité au sein du gouvernement, directement impliqués dans les politiques touchant Israël. Comme Israéliens, leurs activités sont conformes aux préceptes de Tel-Aviv. Dans l’administration Bush (2001-2008) ces haut fonctionnaires, « Israéliens en premier », ont dominé le Pentagone (Paul Wolfowitz, Douglas Feith), la sécurité au Proche-Orient (Martin Indyk, Dennis Ross), le bureau du vice-président (« Scooter » Libby), les départements du Trésor (Stuart Levey) et de la Sécurité de la Patrie (Michael Chertoff). Dans l’administration Obama les « Israéliens en premier » comprennent Dennis Ross, Rahm Emanuel, David Cohen, le secrétaire au Trésor "Jake le serpent" Lew, le secrétaire au Commerce Penny Pritzker et Michael Froman en tant que Représentant au Commerce, parmi d’autres.
La puissance par procuration d’Israël au sein de l’Exécutif est comparable à sa domination du Congrès. Contrairement à certaines critiques, Israël n’est ni un « allié », ni un « client », des États-Unis. La preuve de la brute asymétrie de la relation abonde dans le dernier demi-siècle. En raison de ces agents puissants dans le Congrès et au sein du pouvoir exécutif, Israël a reçu plus de 100 milliards de dollars des États-Unis au cours des 30 dernières années, soit plus de 3 milliards de dollars par année. Le Pentagone a transféré de la technologie militaire sophistiquée et s’est engagé dans plusieurs guerres pour le compte d’Israël. Le Trésor états-unien a imposé des sanctions bloquant des investissements potentiellement très lucratifs au Proche-Orient (Iran, Irak et Syrie) privant le secteur agricole, manufacturier et les compagnies pétrolières de plus de 500 milliards de dollars de recettes. La Maison-Blanche a sacrifié la vie de plus de 4 400 soldats états-uniens dans la guerre en Irak —une guerre promue par les mandataires d’Israël à la demande des dirigeants d’Israël—. Le département d’État a rejeté les relations amicales et rentables avec plus de 1,5 milliard de musulmans en soutenant la colonie illégale de plus d’un demi million de colons juifs qui occupent militairement la terre palestinienne en Cisjordanie et à Jérusalem.
La question stratégique est de savoir comment et pourquoi cette relation unilatérale entre les USA et Israël persiste depuis si longtemps, même si cela va à l’encontre de tant d’intérêts stratégiques et de l’élite des États-Unis ? La question la plus pressante et immédiate est comment cette relation historiquement déséquilibrée affecte les sanctions américano-iraniennes contemporaines et les négociations nucléaires ?

L’Iran et les négociations de paix

Sans doute le président iranien nouvellement élu et son ministre des Affaires étrangères sont prêts à négocier la fin des hostilités avec les États-Unis en faisant des concessions majeures garantissant l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire. Ils ont déclaré qu’ils sont ouverts à réduire, voire à mettre fin à la production d’uranium hautement enrichi, à réduire le nombre de centrifugeuses et même à permettre des inspections intrusives spontanées, entre autres propositions prometteuses. Le gouvernement iranien propose une feuille de route avec des objectifs finaux dans le cadre des accords initiaux. La Haute-représentante aux Affaires étrangères de l’Union européenne, Catherine Ashton, a émis des commentaires favorables sur la première rencontre.
L’administration états-unienne a donné des signaux contradictoires après les invitations iraniennes et la séance d’ouverture. Certains commentaires individuels sont prudemment positifs, d’autres sont moins encourageants et rigides. Les sionistes de l’administration comme Jack Lew, le secrétaire au Trésor, insistent pour que les sanctions soient maintenues jusqu’à ce que l’Iran respecte toutes les demandes US (c’est à dire « israéliennes »). Le Congrès, acheté et commandé par la CPS, rejette les ouvertures prometteuses et flexibles iraniennes, en insistant sur les « options » militaires ou le démantèlement total du programme nucléaire légal et pacifique de l’Iran —positions de la CPS visant à saboter les négociations—. À cette fin, le Congrès a adopté de nouvelles sanctions économiques plus extrêmes afin d’étrangler l’économie pétrolière de l’Iran.

Comment les comités d’action politique d’Israël contrôlent le Congrès et préparent la guerre contre l’Iran

La Configuration du pouvoir sioniste utilise sa puissance de feu financière pour dicter la politique du Congrès au Proche-Orient et pour veiller à ce que la Chambre et le Sénat US ne s’éloignent pas d’un iota des intérêts d’Israël. L’instrument sioniste utilisé dans l’achat des élus aux États-Unis est le comité d’action politique (CAP ; « PAC » en anglais).
Grâce à une décision de la Cour suprême en 2010, les Super CAPs dépensent d’énormes sommes afin d’élire ou de détruire des candidats. Ils agissent pour le compte d’Israël. Tant que ces fonds ne vont pas directement au candidat, ces Super PACs n’ont pas à révéler les sommes qu’ils dépensent et comment elles sont dépensées. Les estimations prudentes de fonds directs et indirects liant la CPS et les parlementaires états-uniens s’élèvent à près de 100 millions de dollars au cours des 30 dernières années. La CPS achemine ces fonds au Législatif en général et en particulier aux membres de comités du Congrès impliqués dans la politique étrangère, en particulier les présidents des sous-comités qui traitent avec le Proche-Orient. Sans surprise, les plus grands bénéficiaires au Congrès d’argent CPS sont ceux qui ont activement promu des politiques de la ligne dure d’Israël. Ailleurs dans le monde, ces retombées à grande échelle sur des élections législatives seraient considérées comme de la corruption flagrante et deviendraient l’objet de poursuites judiciaires sanctionnées par l’emprisonnement des deux parties. Aux États-Unis, l’achat et la vente de la voix d’un homme politique est appelé « lobbying ». Elle est légale et ouverte. La branche législative du gouvernement états-unien en est venue à ressembler à une maison de prostitution de luxe ou une vente aux enchères de négriers blancs —mais avec la vie de milliers de personnes en jeu—.
Le CPS a acheté le soutien des élus au Congrès à grande échelle : sur 435 membres de la Chambre des Représentants, 219 ont reçu des paiements de la CPS en échange de leurs votes pour Israël. La corruption est encore plus répandue chez les 100 sénateurs, 94 d’entre eux ayant accepté de l’argent pour leur fidélité à Israël. La CPS déverse de l’argent aussi bien sur les républicains que sur les démocrates, assurant ainsi d’incroyables votes presque unanimes (« bipartisans ») en faveur de « l’État juif », y compris ses crimes de guerre, comme les bombardements de Gaza et du Liban, sans compter les plus de 3 milliards de dollars US des contribuables versés à Tel-Aviv. Au moins 50 sénateurs ont recueilli entre 100 000 et 1 million de dollar chacun en argent CPS au cours des dernières décennies. En échange, ils ont voté pour plus de 100 milliards de dollars de subventions à Israël ... en plus d’autres « services et paiements » . Les députés sont moins chers : 25 parlementairess ont reçu entre 238 000 et 500 000 dollars, tandis que le reste n’a reçu que des miettes. Quel que soit le montant, le résultat net est le même : les membres du Congrès reçoivent leur texte à partir de leurs mentors sionistes dans les CAP, les Super CAPs et l’AIPAC. Ils appuient toutes les guerres d’Israël au Proche-Orient et se font promoteurs de l’agression US en faveur d’Israël.
Les législateurs les plus virulents et les plus influents obtiennent les plus gros morceaux : le sénateur Mark Kirk (Bombes sur Téhéran !) est en tête de la liste des goinfres avec 925 000 dollars en retombées CPS, suivi par John McCain (Bombes sur Damas !) avec 771 000 dollars, tandis que les sénateurs Mitch McConnell, Carl Levin, Robert Menendez, Richard Durban et d’autres sionistophiles ne se gênent pas quand vient le moment de tendre leurs petits bols de quêteur lorsque les porteurs de sous pro–Israël des CAPs arrivent ! Floride Ileana Ros-Lehtinen arrive en tête de la liste de la « Maison » avec 238 000 dollars pour son record de positions 100 % pro-Israël ainsi que pour être plus belliciste que Netanyahou lui-même ! Eric Cantor a obtenu 209 000 dollars pour ses « guerres pour Israël » avec des vies états-uniennes tout en réduisant les retraites des personnes âgées. Steny Hoyer, chargé de la discipline de la minorité de la Chambre a obtenu 144 000 dollars pour avoir ramené vers Israël les quelques démocrates chancelants. Le chef de la majorité, John Boehner, a été payé 130 000 dollars pour faire la même chose chez les Républicains.
Le CPS a dépensé d’énormes sommes afin de punir et de détruire une douzaine de parlementaires dissidents qui avaient résisté aux guerres d’Israël et à son grotesque bilan de violations des droits de l’homme. Le CPS a versé des millions dans des campagnes individuelles, non seulement pour le financement de candidats de l’opposition qui ont promis allégeance à Israël, mais pour des campagnes de diffamation des critiques d’Israël. Ces campagnes ont été montées dans les parties les plus obscures des États-Unis, y compris dans la majorité des districts afro-américains où les intérêts sionistes locaux et leur influence sont par ailleurs tout à fait nuls.
Il n’y a pas de CAP, de super CAP, de chef de parti ou d’organisation civique comparable qui puissent contester le pouvoir de la cinquième colonne d’Israël. Selon les documents archivés par le chercheur courageux, Grant Smith de IRMEP, quand il s’agit d’Israël, le ministère de la Justice a catégoriquement refusé d’appliquer les lois fédérales exigeant la poursuite de citoyens états-uniens qui travaillent secrètement pour un État étranger —au moins depuis 1963—. D’autre part, la CPS, à travers ce que l’on appelle l’ « Anti-Defamation League » (équivalent de la Licra française), a fait pression avec succès auprès du ministère de la Justice, du FBI et de la NSA, pour enquêter et poursuivre des citoyens respectueux de la loi et patriotiques qui ont critiqué les vols de terre palestinienne et les corrupteurs sionistes du système politique US.
La corruption et la dégradation de la démocratie états-unienne est rendue possible par la « presse respectable » également compromise et corrompue. Steve Lendman, critique des médias, a souligné le lien direct entre Israël et les médias dans son enquête sur le New York Times. Les principaux journalistes (« justes et équilibrés ») produisant des rapports sur Israël ont de forts liens familiaux et politiques envers ce pays et leurs articles ne sont que de la propagande. Ethan Bronner, journaliste du Times, dont le fils a servi dans les Forces de Défense d’Israël, est un apologiste de longue date de l’État sioniste. Isabel Kershner, journaliste de Times, dont « l’écriture » semblent sortir tout droit du ministère israélien des Affaires étrangères, est mariée à Hirsh Goodman, conseiller du régime Netanyahou pour « les Questions de sécurité ». Le chef du bureau de Jérusalem du Times, Jodi Rudoren, vit confortablement dans la maison ancestrale d’une famille palestinienne dépossédée de cette ville antique.
L’inébranlable attitude pro-Israël du New York Times fournit une couverture politique et de la justification aux politiciens états-uniens corrompus quand ils battent les tambours de guerre pour Israël. Il n’est pas surprenant que le New York Times, comme le Washington Post, soit profondément engagé en dénigrant et en dénonçant les négociations américano-iraniennes actuelles. Ils offrent de vastes espaces pour la rhétorique unilatérale des politiciens israéliens et leurs becs états-uniens, tout en excluant studieusement les voix les plus rationnelles d’anciens diplomates expérimentés, de chefs militaires las de la guerre et de représentants du monde des affaires et des milieux universitaires.
Pour comprendre l’hostilité du Congrès aux négociations nucléaires avec l’Iran et ses efforts pour les faire échouer à travers l’imposition de nouvelles sanctions ridicules, il est important d’aller à la source du problème, à savoir les déclarations des hommes politiques israéliens clés, qui fixent la ligne de marche pour leurs mandataires US.
À la fin octobre 2013, Amos Yadlin, ancien chef du renseignement de la Défense israélien, a déclaré devoir choisir entre « la bombe ou le bombardement » —un message qui a immédiatement été repris par les 52 présidents des principales organisations juives états-uniennes [2]—. Le 22 octobre 2013, le ministre du Renseignement d’Israël, Youval Steinitz, a appelé à de nouvelles sanctions sévères contre l’Iran. Il a insisté pour que les États-Unis les utilisent comme levier afin d’exiger que l’Iran accepte d’abandonner entièrement son énergie nucléaire pacifique et son programme d’enrichissement. Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a affirmé qu’« Israël n’acceptera aucun accord qui permette à l’Iran d’enrichir de l’uranium ». C’est la position d’Israël de menacer l’Iran de guerre (via les États-Unis) s’il ne cesse pas immédiatement son programme nucléaire. Ceci définit la position de tous les grands CAPs, les Super CAPs pro-israélien et l’AIPAC. Ils dictent les discours au Congrès. En conséquence, celui-ci adopte des sanctions économiques encore plus extrêmes contre l’Iran afin de saboter les négociations en cours.
Ceux qui ont reçu les plus grands pots de vin sionistes sont les plus véhéments : le sénateur Mark Kirk (925 379 dollars), auteur d’un précédent projet de loi sur les sanctions, exige que l’Iran abandonne la totalité de son programme nucléaire et balistique. Il déclare que le Sénat « devrait aller de l’avant avec une nouvelle série de sanctions économiques visant la totalité des recettes et des réserves du gouvernement iranien » [3]. La Chambre des représentants a déjà adopté une loi limitant fortement la capacité de l’Iran à vendre son principal produit d’exportation, le pétrole. Encore une fois, l’axe israélo-CPS-Congrès cherche à imposer au peuple états-unien le plan de guerre d’Israël ! À la fin octobre 2013, le secrétaire d’État Kerry était interrogé pendant sept heures par le Premier ministre israélien Netanyahu. Le lâche Kerry a promis de promouvoir l’agenda d’Israël en démentelant le programme d’enrichissement nucléaire de l’Iran.
Pour contrer la campagne d’étranglement de l’économie pétrolière de l’Iran promue par les laquais d’Israël au Congrès, le gouvernement iranien a offert de généreux contrats aux États-Unis et aux compagnies pétrolières européennes [4]. Les dispositions protectionnistes existantes sont en cours de suppression. Selon les nouvelles conditions, les sociétés étrangères choisissent elles-mêmes les zones à exploiter ou prennent part aux projets iraniens. L’Iran espère attirer au moins 100 milliards de dollars d’investissements au cours des trois prochaines années. Ce pays stable dispose des plus grandes réserves de gaz du monde et de la quatrième plus grande réserve de pétrole. En raison des sanctions US (c’est-à-dire israéliennes) imposées actuellement, la production a chuté de 3,5 millions de barils par jour en 2011 à 2,58 millions de barils par jour en 2013. La question est de savoir si les multinationales états-uniennes et européennes ont le pouvoir de contester la mainmise de la CPS sur la politique de sanction américano-européenne. Jusqu’ici, le CPS a dominé cette politique critique et a marginalisé les multinationales en utilisant les menaces, le chantage et la coercition contre les décideurs états-uniens. Cela a effectivement exclu les entreprises US du marché lucratif iranien.

Conclusion

Les États-Unis et les 5 autres pays qui tentent de négocier avec l’Iran font face à d’énormes obstacles pour surmonter la puissance d’Israël sur le Congrès. Au cours des dernières décennies, les agents d’Israël ont acheté la loyauté de la grande majorité des membres du Congrès, les formant afin qu’ils reconnaissent et respectent les sifflets, les signaux et les scripts des fauteurs de guerre à Tel-Aviv.
Cette « Axe de la guerre » a infligé d’énormes dégâts au monde, a entraîné la mort de millions de victimes de guerres états-uniennes au Proche-Orient, en Asie du Sud et en Afrique du Nord. La corruption brute et la faillite largement reconnue du système législatif sont dues à sa servilité envers une puissance étrangère. Ce qui reste à Washington est un État vassal, dégradé, méprisé par ses propres citoyens. Si le Congrès contrôlé par la CPS réussit encore une fois à détruire les négociations entre les États-Unis et l’Iran via de nouvelles résolutions belliqueuses, nous, le peuple états-unien, devrons payer un prix énorme en vies et en argent.
Le temps est venu d’agir. Il est temps de se lever et d’exposer le rôle joué par les CAPs israéliens, les super CAPs et des 52 organisations juives US à corrompre le Congrès et à transformer nos représentants élus en larbins pour les guerres d’Israël. Il y a eu un silence assourdissant de nos critiques, y compris dans la presse alternative. La preuve est ouvertement disponible, les crimes sont indéniables. Le peuple états-unien a besoin de leaders politiques réels avec le courage d’extirper les corrompus et les corrupteurs et de forcer les parlementaires à représenter les intérêts du peuple états-unien.
Traduction
Roger Lagassé

[1] Grant Smith, Ten Explosive US Government Secrets of Israel, IRMEP.
[2] Daily Alert, le 24 octobre, 2013
[3] Financial Times, 18 octobre 2013 , p. 6
[4] Financial Times, 29 octobre 2013 , p 1



Michael Collins Piper, The Golem
Chapter Twenty-Three 
"New York Money People": 
Jewish-Born American General
Points the Finger at the Warmongers

New York money is not only playing a big part in 2008 presidential campaign politics, but it's also a driving force behind the ongoing push by pro-Israel fanatics at the highest levels of U.S. policy-making to force the United States into a senseless war against Iran. 
That's the only conclusion that can be reached based on a survey of multiple and wide-ranging news reports—circulating largely within publications in Israel and in the American Jewish community—that have not been brought to the attention of most Americans through the aegis of the so-called "mainstream media." 
It's almost as if the major media in America is simply determined to prevent average Americans from knowing that there are some people who believe that Israel and its well-heeled backers in the United States are the primary advocates for U.S. military action against Iran. 
Perhaps the most explosive comments in this regard came from Gen. Wesley Clark (ret.), who was a candidate for the Democratic presidential nomination in 2004 and who—until then, at least—was considered a likely candidate for the Democratic nod in 2008. In an interview with columnist Arianna Huffington, Clark said that he believed that the Bush administration is determined to wage war against Iran. When asked why he believed this, Clark said: 
You just have to read what's in the Israeli press. The Jewish community is divided but there is so much pressure being channeled from the New York money people to the office seekers. 
In short, Clark was saying that powerful New York-based financial interests (those whom he called "the New York money people") are putting pressure on political candidates and incumbent politicians to support a war against Iran. 
In fact, Clark was correct. Jewish community newspapers have indeed noted, time and again over the past several years, that many in the American Jewish community and in Israel are urging U.S. military action against Iran. And in Israel, of course, the bellicose talk of Israel itself attacking Iran is commonly and publicly discussed with free abandon. All of this is little known to the American public. 
Despite this, Clark came under fire and was accused of "anti- Semitism" or otherwise charged with lending credence to what are dismissed as "anti-Israel and anti- Jewish conspiracy theories," which—Clark's angry critics said—suggest that Israel and its supporters are prime movers behind the drive for war. 
Because Clark is the son of a Jewish father (although he didn't know that until several years ago, having been raised by a Christian mother and a Christian step-father who never told Clark of his Jewish heritage), some Jewish leaders were pulling their punches, recognizing that it sounded somewhat outlandish to call Clark "anti-Jewish." But the word is definitely out in the Jewish community: "Clark can't be trusted."
On Jan. 12,2007, the New York-based Jewish newspaper, Forward, carried a front-page story zinging Clark for his remarks, noting that,"The phrase New York money people' struck unpleasant chords with many pro- Israel activists. They interpreted it as referring to the Jewish community, which is known for its significant financial donations to political candidates." 
The fact that Jewish leaders and publications were attacking Clark for using the term "New York money people" was ironic, inasmuch as just the week before the furor over Clark's comments, the same Forward, in its own Jan. 5, 2007 issue, had a front-page story announcing that pro-Israel stalwart U.S. Sen. John McCain (R-Ariz.) had lined up significant financial support for his own 2008 presidential campaign from those whom—in its own headline—Forward called "New York money men." 
In that revealing article, describing McCain's "heavily Jewish finance committee," Forward announced that, in recent weeks, "McCain has been signaling that an attention to Jewish issues will remain on his agenda as his campaign moves forward." The Jewish newspaper did not mention whether McCain will direct any attention to Christian, Muslim, Buddhist or Hindu issues—or any other issues of concern to other religious groups. 
The article in Forward made it clear that support from these "New York money men" is critical in the forthcoming presidential campaign and that it could be pivotal, whether that money stays in McCain's camp or ultimately goes elsewhere. 
This information could prove a surprise to grass-roots Republicans all over America who think (apparently incorrectly) that they are the ones who actually pick their party's presidential nominee. 
In addition, in light of the fact that Jewish groups attacked Clark for suggesting that "New York money people" were pressuring political candidates to push for war against Iran, it is interesting to note that Forward pointed out that one of the key "New York money men" supporting McCain cited the issue of Iran as one of the reasons why he was boosting the Arizona senator.
Dr. Ben Chouake, who is president of the pro-Israel NORPAC, a political action committee, and a member of McCain's finance committee, was cited as having remarked that Iran is "an immense threat to the United States, and this is an immense threat to Israel," and that "the person that is the most capable, most experienced, most courageous to defend our country, would be John McCain." 
Clearly, the "New York money people" are playing a major part in the American political arena, throwing their weight behind who gets elected— and who doesn't—and whether or not America goes to war. 
That's something that Americans need to know about, but they had better not count on the mass media to tell them about it.




Former UK Foreign Minister Jack Straw Admits: Jewish Lobby Controls American Foreign Policy

Former UK cabinet minister and one of the main backers of the illegal invasion of Iraq, Jack Straw, has openly admitted that “unlimited funds” available to the Jewish lobby AIPAC are used to control American foreign policy in the Middle East.
Straw, who is of distant Jewish descent himself, made the remarks during a debate in the British last week during the Round Table Global Diplomatic Forum in the British House of Commons.
Tony-Blair-and-Jack-Straw
According to the Jewish Daily Forward newspaper, former Israeli Knesset Member Einat Wilf was in attendance at the debate and posted Straw’s comments on her Facebook page.
Straw said, according to Wilf, that the greatest obstacles to peace between Israel and the Palestinians and her Arab neighbors are the “unlimited” funds available to Jewish organizations and AIPAC in the U.S., as well as Germany’s “obsession” with defending Israel.
Straw served as both Home Secretary and Foreign Secretary under Prime Minister Tony Blair, and as Secretary of State of Justice under Prime Minister Gordon Brown.
Straw also said Germany’s “obsession” with defending Israel was another impediment to peace.
Straw’s about turn and open admission on the role of the Jewish Supremacist lobby has come as a surprise to many observers, as he was one of the major players behind the illegal invasion of Iraq which was carried out in response to demands from the Zionist lobby to attack that nation—even though it had no connection whatsoever to the terrorist attacks of 11 September 2001.
During an official inquiry into the conduct of the British government in dragging the UK into that war, Straw admitted that he deliberately withheld key legal advice from the public and parliament which warned that the invasion was illegal under international law.
Straw admitted he advised the Cabinet that invasion would be legal without a fresh United Nations mandate days after Lord Goldsmith, the then attorney general, had said privately that the opposite was true.



Pour le député britannique Jack Straw, « l’argent juif est un obstacle à la paix »

L'argent juif est le principal obstacle à la paix au Proche-Orient (Jack Straw)

Grande Bretagne ; Jack Straw, les juifs et l'argent

‘Unlimited’ funds to AIPAC block ME peace: Jack Straw

Former UK foreign secretary: AIPAC is the main barrier to peace
Jack Straw tells conference Germany is obsessed with defending Israel; outlines AIPAC's attempt to divert American policy.

Bernanke, Brin, Netanyahu among Jews on Forbes power list
Other Jews on the list include Facebook co-founder Mark Zuckerberg and New York Mayor Michael Bloomberg.

Foxman: Perceived U.S. weakness endangering Israel, American Jews
Ça montre que pour eux, il faut que les USA soient intimidants et fasse l'étalage de sa puissance en faisant des guerres et en inspirant la terreur dans le monde. Les USA sont leur "police mondiale", c'est leur Golem, leur assurance-vie! Si les USA ne font pu peur à personne, les juifs se croient vulnérables et sans défense!

Israel and the US: Drawing up lines of allegiance Jewish Americans are being asked whether they feel more loyal to the US or Israel – it's hard to imagine the issue being raise at a more sensitive time

Netanyahu halts distribution of 'loyalty' poll to U.S. Jews, Israeli expats

Israel asks U.S. Jews, Israelis: Where do your loyalties lie?

Pro-Israel organization sought to survey US Jews on dual loyalty

Lieberman: It’s time for Israel to look for allies other than the United States

Israël cherchera d'autres alliés que les États-Unis 

Another AIPAC man joins State Dep’t negotiating team

A Pro-Israel Hawk to Draft Kerry’s Peace Plan?

Chris Christie Apologizes to Sheldon Adelson for ‘Occupied Territories’ Remark, but wll it cost him the nomination?

Christie, Walker court Jewish Republican donors in Las Vegas = Adelson

Sheldon Adelson expands Israeli media empire, buys Makor Rishon and NRG



Sur ce blog:

Les médias juifs désignent Obama comme bouc émissaire du scandale d'écoute électronique par la NSA, pour faire pression sur lui et son administration afin que l'option militaire soit envisagée dès maintenant en Syrie et en Iran

Le jeu des devinettes: qui donc pourrait bien s'être mis en tête qu'il faut briser à tout prix l'unité des peuples nordiques, germano-perses, celtes et scandinaves, c'est-à-dire indo-européens, autrement dit Aryens?

Devoir de mémoire, devoir de faire tomber l'axe Iran-Syrie-Liban

Selon le propagandiste juif sioniste anti-Islam Daniel Pipes, Netanyahou devrait menacer de nucléariser l'Iran

"Je larguerais Israël demain matin!" dit au Congrès le professeur Michael Scheuer, ancien directeur de l'unité anti-Ben Laden à la CIA

L’ancien directeur de l’unité de traque de Ben Laden à la CIA, Michael Scheuer accuse Israël de détenir le Congrès et d’entraîner les USA vers le désastre d’une guerre contre l’Iran

L’ancien responsable de l’Unité de traque de Ben Laden à la CIA estime que l’Islam radical est une menace imaginaire

Contre-coups ("Blowback")

FALSE FLAG EN INDE: L’ANCIEN CHEF DE L’UNITÉ ANTI-BEN LADEN À LA CIA POINTE DU DOIGT ISRAEL ET L’ARABIE SAOUDITE

Israël peut bien disparaître, on s'en moque

Le président Obama sur la même ligne que Michael Scheuer à propos d'Israël

Ovadia Yossef, grand rabbin sépharade d'Israël, ira déverser sa haine en enfer

Devoir de mémoire, devoir de vitrifier l'Iran

Inversion accusatoire : l'empire israélite accuse l'Iran d'être "la plus grave menace pour la paix dans le monde"

Le mouvement juif Néo-conservateur : du trotskisme au bellicisme sioniste

Nouveau pape argentin et rapprochement Iran-Argentine sur la question des false flags israéliens

Les médiats juifs tels que le New York Times dissimulent les efforts des groupes juifs pour pousser l'Occident en guerre en Syrie pour lsraël

Détenteur d'un important arsenal nucléaire et chimique, Israël est responsable de la course à l'armement nucléaire et chimique au Proche-Orient... Qu'attendent nos chères démocraties pour condamner cet état terroriste partisan d'al-Qaïda et le compter parmi leurs ennemis?

NO MORE WARS FOR ISRAEL - PLUS JAMAIS DE GUERRES POUR ISRAËL! Prévisible false flag israélien et pressions sionistes pour envoyer l'Occident se battre pour les intétêts d'Israël

L'utilisation d'armes chimiques en Syrie pourrait être un false flag israélien, selon l'ancien chef de cabinet de Colin Powell sous l'administration Bush, le colonel à la retraite Lawrence Wilkerson

John McCain et les guerres pour Israël

Un lobbyiste pro-israélien appelle à provoquer un nouveau Pearl Harbor pour déclencher une guerre contre l'Iran

Morsi avait tenté un rapprochement avec la Russie et l'Iran, Israël soutient le coup et la répression militaire en Égypte

Brochette de sionistes juifs néocons, au bien cuit de Dick Cheney

États-Unis: Le National Council of Churches, les Églises luthériennes, méthodistes et unitariennes réclament une enquête sur l'aide financière et militaire à Israël

La Grande-Bretagne craignait qu'Israël n'utilise la bombe atomique

Après JFK et Obama, au tour de l'Onu de demander à Israël d'ouvrir ses installations nucléaires aux inspections

Israël admet que le producteur du JFK d'Oliver Stone, Arnon Milchan, était un agent du Mossad

Des sympathies et ambitions nationalistes de Joseph P. Kennedy

Le méchant Vlad Poutine en remplacement du méchant Ahmadinejad?

Médiats juifs anti-juifs? Sans ennemi extérieur à combattre, Israël est voué à l'éclatement

Les massmédias antisémites? Le Washington Post rapporte que le virus Flame serait, comme Stuxnet, une cyber-arme us-israélienne contre l'Iran

NYTimes: 16 agences US de renseignement confirment que l’Iran n’a pas la bombe -- Le général Dempsey refuse d’être complice d'une attaque israélienne

Politique nucléaire talmudique: une loi pour le peuple élu et une autre loi pour l'Iran

Le premier prix de caricature d' "Occupy" en Iran

Le sioniste juif intégriste Joe Lieberman parle au nom des États-Unis d'Amérique (rien de moins): "Les USA sont prêts à attaquer l'Iran"

Le gouvernement canadien sait comment plaire à son maître et se porte volonatire pour rayer l'Iran de la carte

Rand Paul se distancie des idées de son père, se rapproche des juifs et reçoit l'appui de l'establishment républicain et des médias

Michel Bachmann est comme Sarah Palin: sioniste anti-Islam

Les Néocons derrière Sarah Palin

Rand Paul plus néocon que les néocons

Ron Paul explique le non-interventionnisme dans les affaires étrangères

Le gourou néocon Norman Podhoretz: "En tant qu'Américain et Juif, je prie pour que Bush bombarde l'Iran"

“Ils menacent de sanctions et de représailles militaires tous ceux qui émettent des doutes sur la Shoah et le 11 septembre" -- Président Ahmadinejad

Pendant que les partis nationalistes européens se concentrent sur le "péril musulman" au point d'en oublier le problème de l'immigration, le Hamas dénonce l'escroquerie de l'Holocauste

L'Iran ne croit pas la fable convenue du 11 septembre ; les États-Unis en mal de casus belli l'accusent d'avoir monté le coup

Le directeur de 'Christians United for Israel' est l'un des 50 juifs les plus influents selon le magazine Forward

L'homme qui se prétend "le juif le plus riche du monde", Sheldon Adelson, donnera "tout ce qu'il faudra" pour empêcher une réélection d'Obama

Sheldon Adelson: "je suis le juif le plus riche au monde"

Larry SILVERSTEIN et David YERUSHALMI (gourou de l'anti-Islam aux USA), anciens patrons de l'épouse du candidat présidentiel Newt Gingrich

Les réseaux sionistes et leur campagne de propagande haineuse anti-Islam

En association avec B'nai Brith Canada, le Jewish Tribune se porte à la défense de Pamela Geller et de son combat contre l'Islam, blâme la police pour l'annulation de son cirque de haine commandité par la LDJ

Selon Frank J. Gaffney (PNAC), les Frères Musulmans ont infiltré et contrôlent l’administration Obama

Un sinistre canadien dénonce le complot onusien-médiatique contre Israël

Vingt ans avant le VP iranien, l'ancien agent du Mossad Victor Ostrovsky accusait le Mossad de se financer grâce au trafic de la drogue

Pourfendeur de l'Islam militant, ardent pro-Israël, Newt Gingrich ne baisse pas moins la tête devant les terroristes iraniens du MeK

Les massmédias anti-juifs? Netanyahou caricaturé le jour de la mémoire de l'Holocauste

Les masmédias anti-juifs? ils disent où va l'argent

Les massmédias anti-juifs? Un Tweet d'une correspondante de la BBC à Washington réfère au pouvoir et à l'argent du lobby juif

Les massmédias antisémites? Le Washington Post rapporte que le virus Flame serait, comme Stuxnet, une cyber-arme us-israélienne contre l'Iran

Maîtres du monde, maîtres de l'humour: Netanyahou accuse le New York Times et Haaretz de donner le ton de la campagne anti-Israël à travers le monde

Le complot islamo-gauchiste contre l'Occident. Par l'humoriste juif Daniel Pipes

Un autre grand comique, propriétaire et éditeur d'un journal juif américain, soutient qu'il ne prônait pas vraiment l'assassinat d'Obama

Une comique juive au parlement israélien: je ne voulais pas heurter la mémoire de la Shoah en dénonçant le cancer de l'immigration africaine en Israël

Le premier prix de caricature du mouvement Occupy en Iran

Même Reuters n'est pas à l'abri du congrès juif européen et de son président milliardaire

Déclassification de l’enquête sénatoriale sur le lobby sioniste aux USA (1963)

À quand une nuit de cristal pour démanteler ce réseau d'espionnage sioniste international?

La sécurité nucléaire au coeur du scandale d'espionnage à l'AIPAC

Lobbying sioniste et libération des "Israéliens dansants" du 11 septembre

Le récent scandale d'espionnage par des compagnies de sécurité israéliennes en Pennsylvanie n'est que la pointe de l'iceberg...

L'espionnage comme seconde nature

Autre espion pour Israël arrêté aux USA

La CIA voit le Mossad comme sa pire menace en matière de contre-espionnage

Les renseignements britanniques évitaient d'engager des membres de la communauté juive

Le procès d'Alan Gross, espion "américain" dans la communauté juive cubaine, pourrait envenimer les relations Cuba-US

James Petras lève le voile sur les agents sionistes responsables de la guerre en Irak et du scandale d'espionnage à l'AIPAC

Netanyahou interdit à ses ministres de parler d'Obama...

Moins d'argent juif de New York pour Obama, plus d'argent juif de Las Vegas pour Romney

Après JFK et Obama, au tour de l'Onu de demander à Israël d'ouvrir ses installations nucléaires aux inspections

Le réseau criminalisé Netanyahou-Adelson-Romney

Le messager BHL informe Netanyahou que les rebelles libyens vont reconnaître Israël ; Netanyahou remercie Sarkozy d'être intervenu en Libye

2016 - Obama's America: le tout dernier film du producteur mormon oscarisé pour La Liste de Schindler

Sous l'admin Obama, coup de filet de l'IRS contre l'évasion fiscale vers les banques israéliennes (mis à jour 20 mai 2013)

Les résultats de l'utilisation par Israël d'armes prohibées

Cancers et autres conséquences de l'utilisation par Israël d'armes prohibées par les lois internationales

Armes non-conventionnelles expérimentées par Israël à Gaza

Les soldats sionistes avaient reçu l'ordre de "nettoyer Gaza"

Le responsable des crimes de guerre à Gaza en 2009

L'Holocauste justifierait le trafic d'organes

L'option Samson: Israël menace le monde entier de déclencher un cataclysme nucléaire

S'ils vont en enfer ils nous emportent avec eux

Chroniques de la bête immonde: La mémoire du "Plus jamais ça": l'unique espoir pour la survie du peuple juif

Pourim 2011 et l'attaque atlanto-sioniste contre la Libye

THE JEWISH WAR OF SURVIVAL, By Arnold Leese



Les guerres sionistes nous guident vers la délivrance ultime

Qui est Amalek? Quelle géopolitique du Moyen-Orient peut-on tirer de la Loi juive ?

L'ENNEMI INTÉRIEUR - LES CHÈVRES DE JUDAS

Dieu merci, le parrain des néocons, Irving Kristol, nous a quitté

Rupert Murdoch dénonce la "guerre contre les Juifs"

"G.I. Joe" Lieberman veut rayer l'Iran de la carte

Le néocon directeur du PNAC, Bill Kristol veut que les Américains aillent encore une fois en guerre pour Israël

Kristol veut déclencher la prochaine guerre mondiale

2008: Le New York Times embauche le grand prêtre de guerre William Kristol

Le sionisme contre l'ONU

Les fauteurs de guerres

'A CLEAN BREAK': un document incontournable du gvt israélien pour comprendre le projet du Grand Israël et les agressions impérialistes au Moyen-Orient