mardi 29 juin 2010

L'auteur et éditeur vétéran Willis Carto explique le contrôle sioniste des médiats (Bronfman, etc.)



Is the Major Media Controlled? – Willis Carto


Murder Discussed at High-Level Bronfman Meeting

In 2005 New York magazine noted Edgar Bronfman “belongs to one of the world’s most exclusive clubs, an impossibly elite gathering known as the ‘Mega Group.’ It consists of about a dozen inconceivably rich Jews who get together several times a year, often in either Bronfman’s or [CBS owner] Larry Tisch’s apartment. . . .”
In 1990, an unexpected source advised Andrew St. George—chief correspondent for The Spotlight (forerunner of AFP)—there had been a high-level meeting at Bronfman’s New York apartment attended by top financial patrons and leaders of the Zionist movement. (This was the “Mega Group” although its name was not then known.) Devoted to combating the purported “rise of anti-Semitism,” the meeting’s participants included financier Felix Rohatyn and Jacques Torczyner, president of the Zionist Organization of America.
Andrew’s source told him Torczyner said, in words to these effect: “It’s time that we put a stop to Willis Carto and his newspaper, The Spotlight.” Torczyner said specifically that Carto and his associates should be “hunted and shot like quail.”
Torczyner’s candor disturbed at least some of his fellow power brokers who responded, “We can’t use the tactics of our enemies.”
In fact, it was the aforementioned Rohatyn who told St. George about the meeting. A longtime newsman, St. George knew many people, Rohatyn among them.
St. George took the story to Carto and Mark Lane, The Spotlight’s anti-Zionist Jewish attorney, who wrote a letter to Torczyner warning him against making further threats. Still, a continuing campaign to destroy The Spotlight culminated with the populist weekly driven out of business in 2001. Thank goodness, AFP picked up The Spotlight’s fallen torch.
Carto had reason to be concerned: Bronfman fingerprints were all over the JFK assassination conspiracy. For the tip of that iceberg, see the Dec. 9&16, 2013 issue of AFP.

Michael Collins Piper
American Free Press
Jan. 6 and 13, 2014


In The New Babylon--Those Who Reign Supreme, Michael Collins Piper writes:
JACQUES TORCZYNER, born in Belgium, came to the United States in 1940 where he became active in the Zionist Organization of America, of which he served five consecutive terms as president.He has also been chairman of the American section of theWorld Jewish Congress. He was among the “Americans” who—in 1945—attended a special meeting called by Israel’s Founding Father, David Ben-Gurion, which organized support for Jewish terror groups in Palestine.
In 1990, Andrew St. George—chief diplomatic correspondent for the Washington, D.C.-based Spotlight newspaper—was quietly advised that there had been a high-level meeting in NewYork among some top financial patrons and organizational leaders of the global Zionist movement. The meeting was held at the NewYork apartment of Edgar Bronfman,head of the World Jewish Congress.
The meeting was devoted to planning for an energetic assault on the purported “rise of anti-Semitism in America.” In attendance with Bronfman were such Jewish money kings as Michael Milken and Ivan Boesky as well as Wall Street financier (and later US Ambassador to France) Felix Rohatyn, and Jacques Torczyner (then ZOA President), among others.
St. George’s source told him that during that meeting, the aforementioned Torczyner said, in words to this effect:“It’s time that we put a stop to Willis Carto and Liberty Lobby [the publisher of The Spotlight].We’ve been too patient in dealing with this man. He needs to be killed.”
Torczyner said specifically that Carto and his associates at Liberty Lobby were “not bourgeois”—that is, not simple folk without influence—and that they should be “hunted and shot like quail.”
Evidently Torczyner’s candor caused a stir with at least some of those Jewish power barons saying,“We can’t use the kind of tactics on our enemies that the Nazis used on us,” (or words to that effect).
It was Felix Rohatyn who told St. George about this meeting. Having been an international correspondent for Time-Life, St. George knew quite a host of colorful and influential people over the years, from Cuban dictator Fidel Castro to gangster Frank Costello to many others, including Rohatyn.
In any event, St. George took the story to Carto and Mark Lane, Liberty Lobby’s audacious and no-nonsense anti-Zionist Jewish attorney, who then wrote a letter to Torczyner essentially saying:“We know what you said and we take your threats seriously.You have been warned.”
Needless to say, Lane’s letter had its intended effect and as the record demonstrates, Liberty Lobby continued to wage war against Zionism until it was driven into bankruptcy and then out of business in 2001 after a long, drawn-out eight year campaign of legal harassment in courtrooms from California to Washington, DC and on to Switzerland, a series of circumstances which demonstrated, conclusively, that Zionist elements were behind the affair.
Fortunately, in the wake of the destruction of Liberty Lobby,Willis Carto and his associates—including this author, Michael Collins Piper—regrouped and established American Free Press, based in Washington, D.C. 
Suffice it to say that Jacques Torczyner represents the most vile, violent and hateful elements of the Rothschild Empire.



Carto d'après un reportage français sur "Les nouvelles guerres de l'info":


Conspiracy Against Freedom:A Documentation of One Campaign of the Anti-Defamation League Against Freedom of Speech and Thought in America, by Liberty Lobby

911 shills and disinfo

Le complot contre Willis Carto et les éditeurs d'histoire nationaliste et antisioniste

Tentative d'amalgame entre Von Brunn et Willis Carto

Bronfman contre Carto

"The growing numbers of revisionist supporters cannot be ignored. We must use every resource to stop revisionism now, before it's too late."
- Edgar Bronfman





2005-06-06
Why isn't Weber spending $2 million to promote revisionism?
2005-06-04
Willis Carto Published All of these books, magazines, etc . What


Hath Carto Wrought?

----- Original Message -----
From: "Michael Collins Piper"
Sent: Monday, June 06, 2005 6:50 PM
Subject: Why isn't Weber spending $2 million to promote revisionism?
(...)In the meantime, you might also find out why certain New York-based revisionists, who are some of the more productive revisionists, at least in terms of hyping revisionism vis a vis e-mail, are so caught up in the Mark Weber cult.

There is one New York-based revisionist who actually accomplishes something, yet, for some reason he seems to be caught up in the Weber mystique, which is largely fictitious, considering the fact that Weber himself did not even come on board at the IHR until one year before the actual take-over in 1993, meaning that Weber had little, if anything, to contribute to the IHR prior to 1993.

Then, given Weber's "contribution" -- after 1993 -- it all raises some questions as to why any serious revisionist would support him. The one New York revisionist that I am thinking of has contributed, in his own fashion, much more to revisionism than Weber, yet he still seems to be captivated by Weber.

What gives?

Since I am a known public critic of Willis Carto (with my very harsh criticisms of Willis having been widely published on the Internet) I am free to say publicly what many would not otherwise might say.

And yet, at the same time, I have been a defender of Willis Carto's role in the IHR affair and a very harsh critic, likewise, of Mark Weber's antics in the IHR affair, precisely because he deserves criticism.

Hell, I wish I was sitting on the $2 million bucks that Weber now controls, having assumed management of two estates --- originally earmarked for Liberty Lobby -- that have come under Weber's control (through the IHR).

If I had $2 million at my disposal I would spend part of it in a very simple way . . .

And if anyone who has any SERIOUS interest in revisionism-other than promoting Mark Weber (who is run by Andrew Allen, the CIA fink -- apparently related to the the Straus family if private detectives are correct -- I will be very interested in telling you how serous revisionists could effectively spend all the money that Mark Weber is sitting on.

Considering the fact that, for the last 20 years, I have been a primary writer of fundraising letters for The Barnes Review (which has 9,000 subscribers---9,000 more than Mark Weber has for the IHR---and for Liberty Lobby and then for American Free Press, it seems to me that---perhaps--- my input might mean something.

Listen folks: serious revisionists need to get control of the $2 million --- give or take a few hundred thousand -- that are in the hands of Mark Weber.

Serious revisionists need to rally key supporters of the IHR and demand that they put pressure on the IHR board of directors to redistribute the IHR wealth to REAL revisionists such as Fredrick Toben, Germar Rudolf, Mike Santomauro, Bradley Smith, and a host of other folks!

A lot of revisionists don't like Willis Carto, but the question is whether the revisionist movement is going to put its faith in Mark Weber, with all of the millions at his disposal, who is not contributing anything to revisionism, other than his constant war against Carto, rehashing age-old conflicts.

Any revisionist who is a promoter of Mark Weber should be immediately suspect. Dare I mention the names of those who continue to promote him?

===Michael Collins Piper


From: Michael Collins Piper
Date: 2005/06/04 Sat PM 10:04:31 GMT
Subject: Willis Carto Published All of these books, magazines, etc .

What Hath Carto Wrought?
Going through my files, I came across this list of all of the newspapers, magazines, books and pamphlets that Willis Carto has printed or reprinted over the years.

Quite a remarkable list.

I thought this might be of interest to Revisionists who have only heard negative things about Willis that have emanated from those who are obviously unable to achieve the same stellar publishing record themselves

-----MICHAEL COLLINS PIPER
The List follows:

The Spotlight Newspaper - Weekly issues from 1975 through summer 2001
The Barnes Review magazine - Monthly and then bi-monthly from 1994 to present

American Free Press newspaper - Weekly beginning in the fall of 2001
Sixty issues of RIGHT newsletter, October 1955 to September 1960.

Seven Volumes of The American Mercury, published MONTHLY by WAC from 1968 to 1980.

Forty six volumes of the Journal of Historical Review, quarterly, Spring of 1980 through Winter 1992-1993.

Five volumes (8.5 x 11 format) of the JHR - Published in 1993 by IHR. NOTE: The "new" management of the IHR seem to have failed miserably and have been unable to churn out more than a handful of issues of the IHR's journal. Contrast this to the amazing output of Willis Carto and, for that matter, of Germar Rudolf.

Liberty Lowdown, newsletter by Liberty Lobby, Feb 1 1963 - June 1971, one hundred issues - additional volumes were published.

Liberty Letter, Nov. 1960 to June 1969 - One hundred issues, additional volumes were published.

Washington Observer Newsletter, approximately 200 issues, possibly more. Published beginning in 1965 up through approximately September 1976.

Western Destiny, multiple issues.

The First National Directory of Rightist Groups, Publications, and Some Individuals in the United States and Some Foreign Countries.
The Job Can Be Done, by Aldrich Blake (1954) - on the civil rights decisions.

White America, by Earnest Sevier Cox

Teutonic Unity, by Earnest Sevier Cox

Lincoln's Negro Policy, by Earnest Sevier Cox

Sex vs. Civilization, by Elmer Pendell

The Federal Reserve Bank, by H. S. Kenan

Dr, Strangebob: The Story of Robert Strange McNamara

The Moscow Treaty IQ and Racial Differences, by Henry Garrett

This is a Republic-Not a Democracy

The Occult Technology of Power
The Myth of the Six Million, by David Hoggan

Debunking the Genocide Myth, by Paul Rassinier

The Holocaust Story and the Lies of Ulysses, by Paul Rassinier

The Philosophy of Friedrich Nietzsche, by H. L. Mencken

Facts Are Facts, by Benjamin Freedman

The Anti-Christ, by Friedrich Nietzsche
Martin Larson's Best

The Case of Tyler Kent, by John Howland Snow

The Hybrid Race Doctrine, by Dr. Bela Hubbard

The Inequality of the Races, by Count Arthur DeGobineau

Timothy McVeigh: Mastermind or Patsy?
Money Made Mysterious, essays on money that appeared in THE AMERICAN MERCURY

Our Nordic Race, by Richard Kelly Hoskins

Tax Rebellion USA, by Dr. Martin A. Larson

Tax Revolt USA, by Dr. Martin A. Larson

The Great Tax Fraud, by Dr. Martin A. Larson

The Essene Christian Faith, by Dr. Martin A. Larson

The Hoax of the 20th Century, by Dr. Arthur Butz, originally Noontide Press, 1977

The Controversy of Zion, by Douglas Reed

Liberty Lobby Membership Cookbook

Perpetual War for Perpetual Peace, by Harry Elmer Barnes

Who Started the First World War?, by Harry Elmer Barnes

Revisionism and Brainwashing, by Harry Elmer Barnes

Blasting the Historical Blackout, by Harry Elmer Barnes

The Barnes Trilogy

Barnes Against the Blackout

George C. Wallace: The Electable Conservative
The Third Rome: Holy Russia, Czarism & Orthodoxy, by M. Raphael Johnson

Our Money Martyred President: A Tribute to Lincoln, by Colonel Dall

Pearl Harbor After a Quarter of a Century, by Harry Elmer Barnes

FDR: My Exploited Father-in-Law, by Colonel Curtis B. Dall, published by IHR

Iron Curtain Over America, by John Beatty

Doenitz at Nuremberg: A Reappraisal, by H. Keith Thompson

Racial Realities in Europe, by Lothrop Stoddard

Advancement to Barbarism, The Development of Total Warfare, by A. J. P. Veale

The Veale File: War Crimes Discreetly Veiled

55 Men: The Story of the Constitution, by Fred Rodell, Noontide.

The Constitution of the United States: Its Sources and Applications, by Thomas J. Norton, Noontide.

The Secret Team, by L. Fletcher Prouty

Lindbergh on the Federal Reserve Failure at Nuremberg

No Time for Silence, by Dr. Arthur App

Report From Iron Mountain, by Leonard Lewin

Pearl Harbor: The Story of the Secret War, by George Morgenstern

The Empire of the City, by H. C. Knuth

Communism in Germany

Waters Flowing Eastward

The Dynamics of War & Revolution, by Lawrence Dennis

The Coming American Fascism, by Lawrence Dennis

A Trial on Trial: The Great Sedition Trial of 1944, by Lawrence Dennis

Onward Christian Soldiers, by Donald Day

Gruesome Harvest, by Ralph Franklin Keeling

The Burden of Empire, by Garet Garrett

The Malmedy Trial

Worldwide Growth and Impact of Holocaust Revisionism, by Keith Stimeley

Behind the Balfour Declaration, by Dr. Robert John

Man & Technics, by Oswald Spengler

Sketches from Roman History, by Senator Tom Watson

FDR: The Other Side of the Coin, by Hamilton Fish

The Holocaust: 120 Questions & Answers, by Charles Weber

JFK: The Mystery Unraveled

Is Anne Frank's Diary a Hoax?, by Dietlieb Felderer

The Great Holocaust Trial, by Michael A. Hoffman II

The Dartmoor Massacre, by Vivian Bird

The Brainwashing of the German Nation, by Udo Walendy

The Lehrplan, translated by Carl Hottelet

Final Judgment, by Michael Collins Piper (multiple editions)

Best Witness: The Mel Mermelstein Affair and the Triumph of Historical Revisionism, by Michael Collins Piper

The New Jerusalem, by Michael Collins Piper

The High Priests of War, by Michael Collins Piper

Ways That Are Dark, by Ralph Townsend

Why I Survived the H Bomb, by Akira Kohchi

The Philosophy of Alfred Rosenberg, by James Whisker

The Myths of the 20th Century, by Alfred Rosenberg, translated by Vivian Bird; the only English edition at that time.

Eugenics & Race, by Dr. Roger Pearson, 1966 by Noontide Press

War Is A Racket, by Smedley Darlington Butler

Anti-Zion, by William Grimstad
The Liberty Lobby Congressional Handbook

Defend America First, America First Committee speeches

America First: The Middle East Problem in the Light of America's Traditional Policy of Non-Intervention, both booklet and tabloid editions.

White Paper on the Constitutional Convention

White Paper on the ADL

White Paper on the Genocide Convention

The Sovereignty Resolution

Free Trade & The Constitution, by Gus Stelzer The Citizens Rule Book

Innocent at Dachau, by Joseph Hallow

The Garbage Man: The Strange World of (ADL Spy) Roy Edward Bullock

The Deposition of ADL Official Alan Schwartz

Survival and Leaderless Resistance

Is the Diary of Anne Frank Genuine?, by Robert Faurisson

Flashpoint, by Ingrid Weckert

This Age of Conflict, by Ivor Benson

The Source and Technology of Illegitimate Power

The Zionist Factor, by Ivor Benson

The French Revolution, by Nesta Webster

The Strength of Samson, by Michael H. Brown

The Secret of Life, by Georges Lakowsky

The Impeachment of Man, by Savitri Devi

The Life of An American Jew in Racist, Marxist Israel, by Jack Bernstein

The War & Warriors Series:
--The Red Knight of Germany, by Floyd Gibbons
--The Cruise of the Raider, by Roy Alexander
--With Rommel in the Desert, by Heinz Schmidt
--The Life & Death of the Luftwaffe, by Werner Bomback
--The Cross of Iron, by Heinrich
--Stuka Pilot, by Hans Rudel
--Panzer Leader, by General Guderian
From Moscow to Berlin, by General Zhukov
Commander Extraordinaire, (Otto Skorzeny), by Charles Foley

The Forced War, by David Hoggan

The Myth of the New History, by David Hoggan

Campaign in Russia, by Leon Degrelle

Epic: The Story of the Waffen SS, by Leon Degrelle

Hitler: Born at Versailles, by Leon Degrelle - volumes two and three were translated and supposed to be in production before the destruction of the Institute for Historical Review

A Primer on Money, by Wright Patman

The Last Days of the Romanovs, by Robert Wilton

Behind Jonestown, by Ed Dieckmann

The Confessions of Kurt Gerstein, by Henri Rocques

Germany Reborn, by Herman Goering

Senator Joe McCarthy: The Story of A Great Patriot, by Larry Lent

Profiles in Populism, by Willis A. Carto
Populism vs Plutocracy, by Willis A. Carto - expanded version of Profiles in Populism

Conspiracy Against Freedom A Populist Bibliography, by Robert Hilton Weems

Getting Elected: A Populist Guide

The Dissolution of Eastern European Jewry, by Walter Sanning

The Man Who Invented Genocide, by James J. Martin

Auschwitz: A Judge Looks at the Evidence, by Wilhelm Stäglich

The Auschwitz Myth, by Wilhelm Stäglich

A Revisionist Bibliography, by Keith Stimeley

Can You Survive?, by Robert DePugh

Katyn, by Louis Fitzgibbon
Imperium, by Francis Parker Yockey
Rudolf Hess: Prisoner of Peace

Survival and Leaderless Resistance, by Liberty Lobby

Looking Forward - map for conservative political affairs in the post-Goldwater period

The How - Liberty Lobby's record of its political aims

Ambush at Medina: The Murder of Gordon Kahl

A World Effectively Controlled by the United Nations

The Newstates Constitution, edited by Colonel Dall

Spotlight on the Bilderbergers

Inside the Bilderberg Group

The Disaster That is GATT ,by Trisha Katson

The Sovereignty Proposal, by Ken Bohnsack

How to Maximize Your Estate Planning Options

How to Probate Proof Your Estate

How to Use the Taxpayer Bill of Rights

The Medical Monopoly vs. Your Freedom of Choice

Will the New Technology Take Away Your Liberty?

The Secret Plan to Uproot the US Constitution

Drugs, Banks & Money Laundering

What a One World Government Will Mean for America

Origins of the Balfour Declaration, by James J. Malcolm

Coup D'Etat: The ADL Scheme to Seize Control of Latin America

The Six Million Reconsidered, by William Grimstad

The Road Back: A Survival Guide

100 Best of The SPOTLIGHT - two volumes 1986 and 1987

108 Astounding Stories by The SPOTLIGHT

Checkpoint: la tragédie palestinienne

Un documentaire à voir.














Voir aussi le documentaire "Occupation 101":


Voir aussi le documentaire "Paix, Propagande et la Terre Promise"



Arabs: Israel drying up regional water reserves

VIDEO - Israeli Police destroy villagers vegetable crop and cut off water supply

VIDEO - Israeli Border Police Destroy Vegetable Fields in Al Baqa'a Valley

VIDEO - A Final Solution being planned in Israel to kick out a million Palestinians

Le « plan de paix » de Lieberman : priver les Palestiniens de leur citoyenneté !

Palestinian workers say attacked with electric batons

Les colons juifs contrôlent plus de 42% de la Cisjordanie

VIDEO - 42% of Palestinian land is illegally occupied by Israeli settlers

Crédits d’impôt américains pour colonies israéliennes!

New York Times: le Trésor américain offre des crédits d’impôt aux groupes qui font des dons pour aider les Juifs à s’établir sur les territoires occupés

God's Jewish Warriors

http://www.zchor.org/picsisrael/soldierIDF.jpg

http://2.bp.blogspot.com/_d4zmqSfE-J8/S0qQBX5wvGI/AAAAAAAAEIM/Ja7K9uf8EiE/s400/Nahal+Haredi+-+prayer+and+tank.jpg






CNN: God's Jewish Warriors (Playlist)









Sur le blog de Richard Hétu (cyberpresse.ca) (Note: les couleurs et le gras sont de moi)

Le Lundi 28 juin 2010 | Mise en ligne à 9h24 | Commenter Commentaires (128)
Le «romantisme» du terrorisme sioniste

Le New York Times en viendra-t-il un jour à évoquer le «romantisme» du terrorisme palestinien ou islamiste? La question se pose après la publication d’une entrevue réalisée par la journaliste Deborah Solomon avec Tzipi Livni (photo), chef de l’opposition en Israël, dans le numéro courant du magazine du quotidien dont je cite un extrait :
Vos parents font partie des fondateurs du pays.
Ils ont été le premier couple à se marier en Israël, le tout premier. Les deux ont fait partie de l’Irgoun. Ils étaient des combattants de la liberté, et il s’étaient rencontrés en montant à bord d’un train britannique. Pendant le mandat britannique, ils ont volé un train afin d’obtenir de l’argent pour acheter des armes.
C’était une époque plus romantique. Votre mère est-elle encore vivante?
Non. Elle est morte il y a deux ans…
L’Irgoun, rappelons-le, a multiplié les attentats terroristes durant les années 1930 et 1940, tuant notamment 91 personnes (28 Britanniques, 17 Juifs et 41 Arabes), la plupart civiles, dans l’explosion de l’hôtel King David.
Même si Deborah Salomon emploie souvent un ton ironique ou sarcastique dans ses entrevues, on s’imagine mal qu’elle puisse trouver un jour romantiques les souvenirs de la fille d’un chef du Hamas ou laisser passer sans broncher la description de terroristes comme étant des «combattants de la liberté».
Lire les commentaires (128)









Yitzhak Ginsburg (Wikipedia):
In 1994, Ginsburgh received much publicity on account of an article "Baruch Hagever"[3] in which he praised Baruch Goldstein who had massacred 29 Arab worshippers at the Cave of the Patriarchs in Hebron.[4][5] Rabbi Ginsburgh wrote that it is possible to view Baruch Goldstein's act as following five Halachic principles, namely "sanctification of God's name", "saving life" (referring to testimonies that he had allegedly received regarding a planned Arab massacre of Jews[6]), "revenge", "eradication of the seed of Amalek" and "war".[7] Motti Inbari commented on this:
In his writings, Ginzburg gives prominence to Halachic and kabbalistic approaches that emphasize the distinction between Jew and non-Jew (Gentile), imposing a clear separation and hierarchy in this respect. He claims that while the Jews are the Chosen People and were created in God's image, the Gentiles do not have this status, and are effectively considered subhuman. Accordingly, for example, the commandment "Thou shall not murder does not apply to the killing of a Gentile, since "You shall not murder" relates to the murder of a human, while for him the Gentiles do not constitute humans. Similarly, Ginzburg stated that, on the theoretical level, if a Jew requires a liver transplant to survive, it would be permissible to seize a Gentile and take their liver forcefully. From this point only a small further step is required to actively encourage and support the killing of non-Jews, as Ginzburg did in the case of Goldstein.[8]


Rabbi Mani Friedman (Wikipedia):

Controversy

In a statement to Moment Magazine Friedman was quoted as saying:
"I don’t believe in western morality, i.e. don’t kill civilians or children, don’t destroy holy sites, don’t fight during holiday seasons, don’t bomb cemeteries, don’t shoot until they shoot first because it is immoral. The only way to fight a moral war is the Jewish way: Destroy their holy sites. Kill men, women and children (and cattle In response to the offense that Jews, Muslims, and others took to the statement Friedman responded:
"It is obvious, I thought, that any neighbor of the Jewish people should be treated, as the Torah commands us, with respect and compassion. Fundamental to the Jewish faith is the concept that every human being was created in the image of G-d, and our sages instruct us to support the non-Jewish poor along with the poor of our own brethren.
The sub-question I chose to address instead is: how should we act in time of war, when our neighbors attack us, using their women, children and religious holy places as shields. I attempted to briefly address some of the ethical issues related to forcing the military to withhold fire from certain people and places, at the unbearable cost of widespread bloodshed (on both sides!) -- when one’s own family and nation is mercilessly targeted from those very people and places."[6]



(Flashback 2009) Cisjordanie : un rabbin déclare que les Juifs peuvent tuer les enfants et bébés qui « menacent » Israël
Un rabbin de Cisjordanie a publié il y a deux semaines un livre dans lequel il autorise les Juifs à tuer les « Gentils » qui « menacent » Israël.
Rabbi Yitzhak Shapiro, qui dirige une yeshiva (centre d'étude talmudique), précise dans son ouvrage La Torah du roi, que même les bébés et les enfants peuvent être tués s'ils représentent une menace pour la nation...
« Il est permis de tuer les Justes parmi les Nations, même si ils ne sont pas responsables de la situation menaçante », écrit-il aussi, ajoutant : « Si nous tuons un païen qui a péché ou a violé l'un des sept commandements - parce que nous nous soucions des commandements - il n'y a rien de mal à l'assassiner ».
Plusieurs rabbins éminents, dont le rabbin Yithak Ginzburg et le rabbin Yaakov Yosef, ont recommandé le livre à leurs élèves et disciples.Il faut dire que lorsque l'on connait le Talmud, ces thèses ne sont guère étonnantes...
Source : Haaretz

v.o.a.

West Bank rabbi: Jews can kill Gentiles who threaten Israel
Book by Rabbi Yitzhak Shapiro of Yitzhar permits even the murder of babies and children who pose threat.

By Haaretz Service
| Nov. 9, 2009 | 9:36 AM
Just weeks after the arrest of alleged Jewish terrorist, Yaakov Teitel, a West Bank rabbi on Monday released a book giving Jews permission to kill Gentiles who threaten Israel.
Rabbi Yitzhak Shapiro, who heads the Od Yosef Chai Yeshiva in the Yitzhar settlement, wrote in his book "The King's Torah" that even babies and children can be killed if they pose a threat to the nation.
Shapiro based the majority of his teachings on passages quoted from the Bible, to which he adds his opinions and beliefs.
"It is permissable to kill the Righteous among Nations even if they are not responsible for the threatening situation," he wrote, adding: "If we kill a Gentile who has sinned or has violated one of the seven commandments - because we care about the commandments - there is nothing wrong with the murder."
Several prominent rabbis, including Rabbi Yithak Ginzburg and Rabbi Yaakov Yosef, have recommended the book to their students and followers.




LA CONTROVERSE DE SION
par Douglas L. Reed.
Chap. 3 Les Lévites et la Loi
(...)Quand on arrive à la fin du Deutéronome, les commandements moraux ont été invalidés de cette manière, dans le but d’installer, sous l’apparence d’une religion, l’idée politique grandiloquente d’un peuple envoyé spécialement dans le monde pour détruire et « posséder » les autres peuples et pour dominer la Terre. L’idée de destruction est essentielle au Deutéronome. Si elle est enlevée, nul Deutéronome, ou loi mosaïque, ne subsiste.

Ce concept de destruction en tant qu’article de foi est unique, et son apparition en pensée politique (par exemple, dans la philosophie communiste) pourrait à l’origine provenir de l’enseignement du Deutéronome, car il n’y a pas d’autre source vérifiable.

Le Deutéronome est avant tout un programme politique complet: l’histoire de la planète, créée par Jéhovah pour ce « peuple spécial », doit se terminer par le triomphe de ce peuple et la ruine de tous les autres. Les récompenses offertes aux fidèles sont exclusivement matérielles : massacres, esclaves, femmes, butins, terres, empires. La seule condition imposée pour ces récompenses est l’observance des « lois et jugements »« lois et jugements » qui commandent essentiellement la destruction des autres. La seule culpabilité définie réside dans la non-observance de ces lois. L’intolérance est spécifiée en tant qu’observance, la tolérance en tant que non-observance - par conséquent, culpabilité. Les châtiments prescrits sont de ce monde et matériels, non spirituels. La conduite morale, pour peu qu’elle soit exigée, est requise uniquement envers les coreligionnaires, et les « étrangers » en sont exclus.

Cette forme unique de nationalisme fut présentée pour la première fois aux Judaïtes dans le Deutéronome, en tant que « Loi » de Jéhovah et parole littérale, adressée par ce dernier à Moïse. La notion de domination mondiale par la destruction est introduite au début (chapitre 2) de ces « discours censés avoir été délivrés » par un Moïse agonisant:

«L’Éternel m’adressa la parole, et dit… À partir d’aujourd’hui, je répandrai la terreur et la crainte de toi parmi les peuples qui sont sous tous les cieux, qui entendront parler de toi, et trembleront, et seront dans l’angoisse à cause de toi ». En témoignage de cela, le destin de deux peuples est en même temps montré. Le roi de Sihon et le roi de Bashân « sorti[ren]t se battre contre nous, lui et tout son peuple », sur quoi ils furent « totalement détruits, les hommes et les femmes et les petits enfants », seul le bétail fut épargné et « le butin » emporté « en guise de proie pour nous » (l’insistance sur la destruction totale est un thème récurrent et significatif de ces anecdotes illustratives).

Ces premiers exemples du pouvoir de Jéhovah à détruire les païens sont suivis par le premier des nombreux avertissements stipulant qu’à moins que « les lois et jugements » ne soient observés, Jéhovah punira son peuple spécial en le dispersant parmi les païens. L’énumération de ces « lois et jugements » suit les Commandements, dont la validité morale est détruite en même temps par une promesse de massacre tribal:
«Sept nations plus grandes et plus puissantes que toi » doivent être livrées aux mains des Judaïtes, et : « Tu les détruiras entièrement ; tu ne feras aucune alliance avec elles, et tu ne leur montreras aucune pitié… tu détruiras leurs autels… car tu es un peuple saint pour l’Éternel ton Dieu ; l’Éternel ton Dieu t’a choisi pour que tu sois un peuple spécial à ses yeux, entre tous les peuples qui sont sur la surface de la terre… Tu seras béni entre tous les peuples… Et tu consumeras tous les peuples que l’Éternel ton Dieu te livrera ; tes yeux seront sans pitié envers eux… l’Éternel ton Dieu enverra les frelons contre eux, jusqu’à ce que ceux qui restent et qui se cachent de toi, soient détruits… Et l’Éternel ton Dieu expulsera ces nations devant toi petit à petit… Mais l’Éternel ton Dieu te les livrera, et les détruira par une destruction puissante jusqu’à ce qu’il soient détruits… Et il livrera leurs rois entre tes mains, et tu détruiras leur nom de dessous les cieux ; aucun homme ne sera capable de se tenir devant toi, jusqu’à ce que tu l’aies détruit»
Arrivés au XXe siècle de notre ère, les peuples de l’Occident, dans l’ensemble, avaient cessé d’attacher toute signification actuelle à ces incitations, mais les peuples directement concernés ne pensaient pas la même chose. Par exemple, la population arabe de Palestine fuit en masse sa terre d’origine après le massacre de Deir Yassin en 1948, parce que cet événement signifiait pour eux (tel que ses auteurs l’avaient voulu) que s’ils restaient, ils seraient « entièrement détruits ».

Ils savaient que les dirigeants sionistes, en train de palabrer avec les politiciens britanniques et américains du lointain Occident, avaient déclaré à plusieurs reprises que « la Bible est notre Mandat » (le Dr Chaim Weizmann), et ils savaient (si les populations occidentales ne le réalisaient pas) que l’allusion se référait à des passages tels que ceux ordonnant la « destruction totale » des populations arabes. Ils savaient que les dirigeants occidentaux avaient soutenu et continueraient à soutenir les envahisseurs et ainsi, ils n’avaient même pas l’espoir d’une simple survie, sinon dans la fuite. Ce massacre de 1948 ap. J.- C. se rapporte directement aux « loi et jugements » stipulés au chapitre 7 du livre de la Loi, que les Lévites terminèrent et lurent en 621 av. J.- C.

Les incitations et la séduction du Deutéronome continuent :
« … Va prendre possession des nations plus grandes et plus puissantes que toi… l’Éternel ton Dieu ira lui-même devant toi ; tel un feu dévorant il les détruira, et il les terrassera devant toi ; alors tu les chasseras, et les détruiras promptement, comme l’Éternel te l’a dit… Car si tu observes avec zèle tous ces commandements que je t’ordonne… alors l’Éternel chassera devant toi toutes ces nations, et tu posséderas des nations plus grandes et plus puissantes que toi-même… même les côtes de la mer occidentale seront tiennes. Aucun homme ne sera capable de se tenir devant toi : car l’Éternel ton Dieu répandra la crainte et la terreur de toi sur toute terre que tu fouleras… »
Ensuite, Moïse, dans ce compte rendu, énumère les « lois et jugements » qui doivent être « observés » si l’on veut que toutes ces récompenses soient obtenues, et une fois encore « la Loi » est de détruire:
«Voici les lois et jugements, que tu observeras et pratiqueras… Tu détruiras entièrement tous les lieux dans lesquels les nations que tu posséderas ont servi leurs dieux… Quand l’Éternel ton Dieu aura exterminé les nations devant toi, où tu iras pour les posséder, que tu prendras leur place, et t’installeras sur leur terre : prends garde à ne pas tomber dans le piège en les suivant… et ne t’enquiers pas de leurs dieux.»
Ce principe de « la Loi » exige du fidèle qu’il détruise les autres religions. Impartiale quand elle fut promulguée, elle acquit une application spécifique dans les siècles qui suivirent, du fait que la foi chrétienne se répandait, et la majorité des juifs à l’époque évoluait dans la même zone géographique : l’Occident. (Cela faisait de la chrétienté l’objectif premier de l’ordre de « destruction totale des lieux… », et le dynamitage des cathédrales russes, l’ouverture des« musées anti-Dieu », la canonisation de Judas et autres actions des premiers gouvernements bolchevistes, qui étaient constitués aux neuf dixième de juifs de l’Est, furent à l’évidence des actes d’« observance » sous cette « loi » du Deutéronome).(...)












Sur ce blog:

L'autodestruction des Sémites au Moyen-Orient: une fatalité?

Israel et le BN'ai Brith: le KKK des Rothschild?

Israël et le problème des colons (reportage de PBS)

"Le visage de la vengeance juive"


La fausse opposition entre judaïsme et sionisme

Revenge of the Neanderthals (The Barnes Review)

Netanyahou avise ses prochaines cibles de se tenir tranquilles - sinon...

Dieudo: "il faut que ça change"

Les médias sous contrôle

lundi 28 juin 2010

Sénateur Schumer: "Il faut étrangler économiquement" la Palestine car "ils ne croient pas en la Torah"

http://theuglytruth.files.wordpress.com/2010/06/pitbull1.jpg?w=468&h=372

Lors d'une récente intervention devant les fanatiques de l'Union orthodoxe juive américaine, le sénateur juif américain Chuck Schumer, très influent sioniste démocrate au Congrès, s'est montré très critique des Palestiniens et a notamment appelé Israel à poursuivre le blocus de Gaza et à étrangler les Palestiniens économiquement puisque selon le parasite sioniste, les Palestiniens ne croient pas en la Torah!

Ne comptez pas sur les dizaines de millions de sionistes américains pour exiger la démission de ce sioniste comme ils l'ont fait pour Helen Thomas!




Chuck Schumer On Gaza: 'Strangle' Them Economically, 'They Don't Believe In The Torah'


Strangle Palestine?

Senator Chuck Schumer (D-N.Y) told a group of Orthodox Jews in Washington, D.C. on June 9 that the West must “strangle” the Palestinians “economically” to force them to not only accept Israel’s dominance in the region, but also Jewish religious beliefs. Here is what this top U.S. legislator had to say:
The Palestinian people still don’t believe in the Jewish state, in a two-state solution. More do than before, but a majority still do not. Their fundamental view is the Europeans treated the Jews badly and gave them our [i.e., Palestinian] land—this is Palestinian thinking. . . . They don’t believe in the Torah, in David. . . . You have to force them to say Israel is here to stay. The boycott of Gaza to me has another purpose—obviously the first purpose is to prevent Hamas from getting weapons by which they will use to hurt Israel—but the second is actually to show the Palestinians that when there’s some moderation and cooperation, they can have an economic advancement. When there’s total war against Israel, which Hamas wages, they’re going to get nowhere. And to me, since the Palestinians in Gaza elected Hamas, while certainly there should be humanitarian aid and people not starving to death, to strangle them economically until they see that’s not the way to go, makes sense.



VIDEO - A Final Solution being planned in Israel to kick out a million Palestinians

Le « plan de paix » de Lieberman : priver les Palestiniens de leur citoyenneté !

Senator Charles Schumer, another Democrat weak link against Iran The New York politician likes to position himself as the leading pro-Israel Democrat in the Senate - but a few threats from the White House and he’s gone without a fight.
Ils le trouvent trop ami avec les Américains, pas assez fanatique pro-Israel.

dimanche 27 juin 2010

Alors que le Mossad échoue à assassiner Erdogan, le "superman" Meir Dagan s'apprête à quitter la direction du Mossad à cause de l'assassinat de Dubaï

http://theuglytruth.files.wordpress.com/2010/06/pitbull1.jpg?w=468&h=372


Tentative d'assassinat d'Erdogan par le Mossad
'Mossad hit men targeted Erdogan'


06_24_10_erdogan


A new report alleges that Mossad hitmen targeted the Turkish prime minister, but was foiled by Turkey's security services. Read the article by clicking here.



Report: Turkey closes airspace to Israel following Gaza flotilla raid: Turkey withdrew its ambassador and canceled joint military drills with Israel in response to the deadly raid May 31 that left nine dead.

'Airspace closed to Israel'
Erdogan says Turkey imposed ban on Israeli military flights following raid on Gaza flotilla


Erdogan avait condamné Israël pour l'attaque illégale et meurtrière du navire turc Mavi-Marmara en eaux internationales par les forces de Tsahal.


À la source des tensions entre Israel et la Turquie, on retrouve la question du génocide (holocauste) arménien, que la Turquie était prête à admettre, jusqu'à ce qu'Israël intervienne pour les en empêcher (is doivet à tout prix étouffer l'affaire puisque des juifs étaient nombreux parmi les "jeunes Turcs" responsables du génocide!) et surtout pour exiger que leur Holocauste reste à jamais le seul Holocauste historiquement admis et reconnu.


* * *





'Mossad chief to step down'
Channel 2 says Meir Dagan's request to extend term by another year denied. PMO: No comment

'Mossad Chief to leave post' Report claims Meir Dagan's request to keep his job was rejected.

~ ~ ~

Un agent du Mossad a été arrêté pour l'assassinat du chef militaire du Hamas à Dubaï. C'est ce qui s'appelle rater une opération secrète.

"Israël" choqué par l'annonce de l'arrestation de l'agent du Mossad



Uri Brodsky, un agent du Mossad soupçonné d'avoir participé à la mise en place du commando responsable de l'assassinat de Mahmoud al-Mabhouh, l'un des fondateurs de la branche armée du mouvement islamiste palestinien Hamas, vient d'être arrêté par les autorités polonaises

Poland arrests alleged Mossad agent

'Mossad agent arrested in Warsaw' Man allegedly helped Mabhouh killers obtain fake German passport.
Uri Brodsky arrested in Warsaw for allegedly obtaining forged German passport involved in Hamas strongman hit, AFP reports; Foreign ministry confirms Israeli citizen arrested in Poland.

How Mossad agent operated Der Spiegel reveals how Uri Brodsky allegedly helped obtain German passport for Mabhouh hit

Poland to extradite alleged Mossad agent - VIDEO

Poland to extradite alleged Mossad agent tied to Dubai killing

Despite Israeli pressure, Germany won't block extradition of spy linked to Dubai assassination

A Polish court has decided to extradite an alleged Israeli Mossad agent to Germany in the assassination of a Hamas leader in Dubai.

Alleged Mossad agent fights extradition to Germany

An alleged Israeli Mossad agent held in Poland has appealed his extradition to Germany


Poland Arrests Mossad Agents
By Richard Walker

Frightened that one of its Mossad hit men could be extradited from Poland to Germany, or sent to Dubai to be put on trial for planning the murder of a Hamas leader, Israel is demanding he be sent back to Israel immediately. So far, European authorities are standing firm in spite of pressure from Israel, the United States and powerful global Jewish groups.

Behind the scenes, Israeli diplomats have put pressure on Germany to drop its demand that Polish authorities hand over a Mossad agent using the name “Uri Brodsky.” It appears Brodsky, an Israeli citizen, helped acquire a German passport for a Michael Bodenheimer, who was a member of the 25-person assassination team that murdered Hamas leader Mahmoud al-Mabhouh in a Dubai hotel on Jan. 19, 2010.

According to German federal authorities, even though Brodsky was not on the killing team in Dubai, he was a central player in a Mossad squad that planned the assassination from Europe. The Germans have evidence he went with Bodenheimer to a passport office in Cologne a year before the killing and helped him fraudulently acquire a German passport.

Since January 2010, Interpol has worked tirelessly with intelligence agencies from Australia, Ireland, Britain, France and Germany to track down the Mossad assassins. For reasons not yet clear, Brodsky—and that may not be his real name—tried to enter Poland through Warsaw’s international airport several weeks ago, using an Israeli passport. Little did he know Interpol was already on his trail, having been supplied with photos of him and other personal details by the BND, Germany’s foreign intelligence agency.

His arrest has generated panic in Tel Aviv, and ever since there has been mounting pressure from the Israeli government on Washington to intervene with Poland and Germany to have Brodsky sent home.

In the meantime, the police chief in Dubai, who has led a thorough investigation of the assassination and who is sitting on compelling DNA and fingerprint evidence that could identify the killers, is considering seeking the Mossad agent’s extradition. He told reporters if the Germans could demonstrate Brodsky was a player in the logistical planning leading to the assassination he should be tried in Dubai.

According to high-level diplomatic sources in Europe, this extradition could just be the beginning of a spate of others as Interpol follows credible leads. British intelligence is reported to be pursuing tip-offs in its search for a Scot who was part of the killing team. Interpol is convinced many of the assassins were unable to make it back to Israel and some may even be hiding out in the United States.

There is also growing anger in European capitals at the FBI’s failure to respond to information supplied by Interpol and police in Dubai. In particular, Dubai police chief Lt. Gen. Dahi Khalfan Tamim has wondered why the FBI has not thoroughly investigated how the assassins were able to acquire and use prepaid MasterCards issued by a New York-based company, Payoneer Inc., with offices in Tel Aviv.

The company was founded in 2005 by Yuval Tal, a former Israeli special forces commando used by Fox News as an expert during Israel’s war with Hezbollah in Lebanon in 2006.

The way Payoneer works is that it is a middleman, issuing prepaid credit cards backed by its partner, Metabank, which has offices in Iowa. The latter says no suspicious flags were raised about cards later used by the Dubai assassins. Prepaid cards are not deemed currency under U.S. law and are therefore poorly regulated. For example, Payoneer is not required by law to list suspicious activity reports with the Treasury Department or to be a member of the Treasury’s Financial Crimes Enforcement
Network.

After the assassination, Interpol and the Dubai police expected the FBI to use its statutory powers to examine all Payoneer and Metabank transactions, but that does not appear to have happened.

Meanwhile, it would be hard for Washington to publicly oppose the extradition of Brodsky from one NATO nation to another or even to the United Arab Emirates, which has supported Washington’s Iran policy. Washington has supported the extradition of historians and scholars who have been prosecuted for thought crimes such as questioning the “Holocaust” of World War II. #




VIDEO - Daughter of EX CHIEF DEPUTY Mossad - Father, forgive me, I will not fight for your Israel

Germany rejects Israeli call to halt probe into Mossad role in Dubai killing

Assassinat d'un cadre du Hamas: l'Irlande va expulser un diplomate israélien

Le Mossad a contrefait les passeports des assassins de Dubaï

L'ambassadeur israélien en Grande-Bretagne expulsé pour ses liens avec les passeports forgés de citoyens britanniques

La pression monte sur Israël pour qu'elle s'explique sur le rôle du Mossad dans l'assassinat du chef militaire du Hamas à Dubaï

Netanyahou derrière les barreaux pour l'assassinat du chef militaire du Hamas par le Mossad?

samedi 26 juin 2010

La fausse opposition entre judaïsme et sionisme



Il faut savoir que Neturei Karta, le groupe de juifs qui proclament que le vrai judaïsme interdit et condamne le sionisme, regroupe au maximum quelques douzaines de personnes. On ne peut pas dire que le judaisme est opposé au sionisme s’il n’y a qu’une poignée d’excités qui prétendent parler au nom du "vrai judaisme".

Qui peut en effet prétendre parler au nom du « vrai judaïsme »? Qui peut prétendre détenir le monopole du "vrai judaisme"?

Les NK se disent « fidèles à la Torah », or ils sont talmudistes. Les juifs fidèles à la Torah s’appelaient autrefois les « Karaïtes » et ces derniers ont été exterminés par les juifs eux-mêmes. Les « nazis » n’ont même pas persécuté la poignée de Karaïtes qui restait à l’Est de la Pologne, ils les ont laissés tranquilles…

Les NK affirment que le problème avec Israel est que c’est un « État séculier ». Or c’est précisément cette sécularisation que condamne l’extrême-droite juive israélienne – extrêmement dangereuse parce que très puissante et influente, surtout parmi les colons – ainsi que de nombreux rabbins qui voudraient voir un régime intégriste juif prendre le contrôle du pays! Ce que favorise les sionistes les plus dangereux tels Bibi Netanyahou! En fait le néo-sionisme d’après 1930 s’est fondé sur l'ultra-droite juive de Jabotinsky, prônant l’exclusivisme racial, RELIGIEUX, et celui-ci a fini par convertir pratiquement toutes les communautés sionistes à travers le monde. Bref, Herzl (marxiste, athée, très « européen ») est complètement dépassé et ceux qui réfèrent encore à lui comme inspiration du sionisme contemporain sont dépassés par les événements. Les premiers fondateurs d’Israel étaient de la gauche « herzlienne », mais rapidement, c’est la droite « jabotinskiste » qui a instauré son monopole hégémonique sur le judaisme sioniste. Israël et le sionisme ne sont donc nullement en opposition au judaïsme.

Ce que plusieurs juifs talmudistes antisionistes condamnent, c'est le fait que l'État d'Israël soit un État séculier qui tolère les homosexuels et prône la laïcité et les idées occidentales. Cette idée que l’État d’Israël est « un état séculier qui trahit le judaïsme » est très répandue et attrape dans son piège la vaste majorité des antisionistes. Le fait est qu'on peut facilement observer le pouvoir immense des religieux intégristes en Israël. La mafia de Netanyahou est intimement liée à l’extrême-droite juive israélienne, messianique et assoiffée de vengeance perpétuelle (comme le Dieu de l’ancien testament et comme le préconise le Talmud!). Prenons un autre exemple: celui du manuel intitulé « King’s Torah », qui constitue un véritable manuel d’extermination des non-juifs en Terre sainte. Le Talmud et les commentaires disent que celui qui fait du mal à un non-juif peut être tué sans problème, mais qu’à l’inverse, si un juif tue un non-juif, il doit pouvoir retrouver sa liberté! Et c’est une religion qui enseigne ça! Pas un prétendu « État séculier » nommé Israël!

L'opposition juive au sionisme s’est faite entendre à la fin du 19e siècle et au début du 20e, mais dès les années 30-40, et surtout après la Seconde Guerre mondiale, la quasi totalité des communauté juives avaient déjà été converties à l’idée sioniste! On n’insistera jamais assez sur le fait que dès les années 30, pratiquement toutes les communautés juives avaient été converties à l’idée sioniste! Il faut savoir aussi que l’opposition juive au sionisme, aux tous débuts du sionisme (fin 19e siècle), venait des groupes orthodoxes juifs, des juifs observants, qui ne voulaient pas être parqués dans un État, car un État est une invention européenne qui n’a pas de fondement dans le judaïsme, et de toute manière ils sont sont très biens là où ils vivent. L’idée d’exclure les juifs des nations pour les parquer au même endroit est à l’origine une idée antisémite, au sens de *raciste anti-juif*. De nos jours, les groupes juifs religieux anti-sionistes constituent une minorité si faible qu’elle ne représente qu’une infime et tout à fait insignifiante fraction des communauté juive. La vaste majorité des juifs opposés au sionisme et des organisations de juifs antisionistes sont des juifs *non pratiquants*, des juifs "intégrés", séculiers, n’ayant rien de juif à part leur famille et leur origine ethnique! Ne l’avez-vous pas remarqué?

Asher Ginsberg ("Ahad Ha’am"), le père du sionisme religieux mondialiste (style Protocoles de Sion), était le principal concurrent de Herzl et de son sionisme national marxiste (politique-économique). Ginsberg rêvait de soumettre le monde entier à sa « race supérieure » (longtemps avant les "nazis"!) et voulait que la restauration d’Israel sur des terres agraires en Palestine serve seulement de centre (Sion) spirituel pour le judaïsme international, qui doit répandre ses rayons spirituels sur le monde entier et qui est appelé à régner sur les nations lors de l’avènement de « l’ère messianique » (une ère de paix succédant à de grandes guerres de la fin des temps). Il est important de comprendre que Theodor Herzl a été progressivement marginalisé dans le développement du sionisme juif israélien au 20e siècle! Rapidement, et dès les années 30, l'extrême-droite juive sioniste, liée à des groupes terroristes, est devenue les nouveaux héros des sionistes israéliens. Les « fondateurs » d’Israël et les premiers PM israéliens étaient plutôt de gauche, voire carrément marxistes et liés à l’idéal de Herzl. Notons au passage que Herzl voulait seulement un territoire quelconque, peu importe où, pour y parquer le peuple Juif; Madagascar aurait fait l’affaire selon lui (même idée que Hitler!). Il se foutait éperdument de la Palestine! C’est un peu comme l’idée de Staline, qui s’est concrétisé dans l’établissement du premier Oblast autonome juif – le premier état juif – à la frontière nord de la Chine.

Rapidement, au cours du 20e siècle, l’influence de l’extrême droite juive israélienne a commencé à marginaliser l’héritage « de gauche » de Herzl pour mettre de l’avant les juifs sionistes d'extrême-droite tels Ze’ev Jabotinsky (l’auteur du Mur de Fer, qui posait déjà le plan de bâtir un mur entre le peuple israélien et les nations avoisinantes. Mur qui n’a été érigé qu’en 2002, quelques mois après le 11 septembre, avec la montée en force des sionistes juifs d’extrême-droite…) Jabotinsky fut le fondateur du groupe terroriste Bétar et l’inspiration des terroristes de l’Irgoun, qui étaient menés par le futur PM Menachem Begin! Les idées du sionisme contemporain sont fondées sur le suprémacisme juif extrémiste, non pas sur le sionisme séculier de Herzl. Les sionistes juifs intégristes sont en opposition ouverte à l’idée d’un Israel séculier et ouvert, multiracial et multiculturel. L’auteur Vladimir Begun, dans son livre Invasion Without Arms, a comparé les idées de Ginsberg avec celles des fascistes des années 30-40 dans le mouvement sioniste (le fascisme étant ici compris, dans son article ‘Nietzscheanism and Judaism’, comme l’expression d’une volonté nietzschéenne de puissance, de domination et de suprématie spirituelle). Aujourd’hui, le sionisme d’Israël a très peu à voir avec l’idéal d’un sionisme séculier et économique de Herzl et doit beaucoup plus avec les sionistes suprémacistes juifs. On peut le constater dans l’exemple de Netanyahu, dont le père était secrétaire de Jabotinsky lui-même! (Le Monde Diplomatique)

On se trompe complètement quand on caractérise le sionisme selon ce qu’il était à la fin du 19e siècle. Herzl a vite été marginalisé par les sionistes car c’était un homme de gauche, nationaliste et socialiste, un laïc qui n’avait que faire du judaïsme comme tel et du retour "L’an prochain à Jérusalem". Il ne voulait pas forcément la Palestine, Madagascar ou l’Ouganda ou un autre endroit auraient fait l’affaire, car ce qu’il voulait c’était faire des juifs un peuple comme les autres, avec son État-nation comme les autres. Il ne voulait pas un État dominé par les religieux racistes comme c’est le cas aujourd’hui, il voulait un état laïc, séculier, comme tout autre État-nation européen laïc. Si le sionisme n’avait été que ça, ça serait déjà moins pire, même s’ils avaient maltraité les Palestiniens, car ils seraient juste un mouvement national---mais au contraire c’est devenu un mouvement international qui ne veut pas dominer seulement le Moyen-orient mais LE MONDE ENTIER, sur la base des promesses faites par Iahvé à Abraham selon la religion juive.

C’est le mouvement religieux d’extrême-droite qui s’est approprié le mouvement sioniste et qui l’a pris sous sa coupe. Désormais, le héro du sionisme n’est plus Herzl, c’est Jabotinski et ce Jabotinski, fondateur du Bétar était d’extrême-droite raciste religieuse. Ce sont des fous tels le rabbin Kahane qui inspirent le sionisme aujourd’hui et ce même si le mouvement de la JDL qu’il a fondé est interdit en Israël. Actuellement, c’est l’extrême-droite religieuse raciste qui domine en Israël et cela fait peur aux Israéliens de gauche, tenants d’un état laïc et séculier. Certes, de nombreux Israéliens de gauche sont racistes envers les Palestiniens pour des raisons non-religieuses, mais ce racisme découle du judaïsme, qui regarde tout non-juif comme étant du Bétail, un animal de ferme à quatre pattes—c’est en effet le sens exact du mot "Goyim". Pour les rabbins extrémistes, Dieu a donné forme humaine aux Goyim seulement pour servir les juifs, car en réalité seuls les juifs sont de véritables êtres humains. Dès lors, aucun Goy ne peut rester en terre Promise ! Et à la Fin des Temps, pour qu'advienne le règne du Messie, il faut que les juifs règnent en maîtres sur le monde entier, que les peuples Goyim deviennent leurs serviteurs afin que toutes les richesses du monde se retrouvent entre leurs mains! (Lire l'ouvrage faisant autorité "The Jewish Utopia", édité par Michael Higger qui l'a trouvé à la bibliothèque de l'Université du Texas dans la section des études juives.)

Voyez la chaîne youtube Blue Pilgrimage, vous verrez que le racisme israélien, souvent non-religieux, trouve sa source du côté des plus hautes autorités rabbiniques.

Netanyahu est pas un religieux mais il est très proche des courants religieux les plus extrémistes, ce qui va de soi puisque ces derniers influencent fortement l’État et sont grandement respectés.

Concernant l’idée très répandue qui ramène tout le problème sioniste à un conflit entre les « méchants Ashkénazes sionistes racistes » et les « bons Sépharades antisionistes martyrisés», il y a beaucoup de ménage à faire dans cette avenue. Premièrement, les antisionistes les plus efficaces sont des Ashkénazes! Gilad Atzmon, Shlomo Sand, Alfred Lilienthal, Mark Lane, Lenni Bernner, sont tous des Ashkénazes. Quant aux Sépharades, en Israël ils posent autant de problème – sinon plus – étant donné qu’ils votent fortement en bloc pour l’extrême-droite juive extrémiste, étant majoritairement des orthodoxes très religieux. Ils ne peuvent donc être considérés comme étant « moins sionistes que les Ashkénazes ». D’ailleurs, la seule vraie ouverture à un état israélien séculier et anti-raciste est du côté des Ashkénazes, qui sont typiquement plus occidentaux et américanisés que les Sépharades. Je crois donc que ces théories opposant les « gentils Sépharades » aux « méchants Ashkénazes » manque cruellement de nuance. Il est vrai que les Ashkénazes juifs extrémistes en Israël sont très racistes vis-à-vis des Sépharades qui ont l’air d’Arabes (teint foncé,etc.). Mais les Sépharades ultra religieux sont extrêmement racistes eux aussi, et c’est pas la faute d’Israël, c’est leur religion qui leur dit qu’ils sont la race supérieure (« élue ») et que, par exemple, les Noirs descendent des fils de Cham et sont proches des singes! Toutes proportions gardées, l’ouverture à un état israélien séculier et sans racisme se voit clairement du côté des Ashkénazes et non des Sépharades. Par ailleurs, la France compte une forte proportion de Sépharades et ils ne sont pas moins sionistes fanatiques! Bien sûr on peut trouver tout un tas de Sépharades antisionistes: Israël Shamir, Edgar Morin, etc. Mais on en trouve pas mal plus du côté des Ashkénazes qui constituent la majorité des juifs libéraux américains.


Meet the Worst Anti-Zionist of Them All (...) The new Likudniks have not only transformed the Likud party from a right wing, but basically liberal-democratic party into a one with totalitarian and racist leanings. They have also contributed much to the flourishing racism of their constituency ranging from the chants of “death to Arabs” by Beitar Jerusalem fans to Amir Benayoun’s latest song about the Arab student who is reveling in Israel’s delights only waiting to kill Jews at some point. But they have not yet purged Israel of old conceptions of Zionism as befits the genuinely totalitarian country they are envisaging, and parties like Labor, Yesh Atid and even Meretz, God forbid, still dare to call themselves Zionist. It’s time for the new Likudniks to leave a genuine mark on Israel, and I have the perfect plan for them. They should address a terrible scandal that taints Israel’s cities: all of them have one of their main streets named after a bearded Viennese self-hating Jew called Theodor Herzl. This man wrote a despicable book called Altneuland, containing absolutely horrid anti-Zionist propaganda. He promoted a country in which Jewish religion has no formal standing at all. Herzl believed that the Temple-Mount should be avoided, and any reconstruction of the temple should just be another synagogue. Worst of all: Herzl’s horrible work takes pride in the treacherous notion that the Nation-state of the Jews gives completely equal rights to all citizens, including Arabs, and is cosmopolitan in nature. (...)



Captain Eric May writes:
In his book ''The New Babylon - Those Who Reign Supreme : A Panoramic Overview of the Historical, Religous and Economic Origins of the New World Order. Inside the Rothschild Empire - The New Pharisees', Michael Collins Piper sheds important light on the origins of The Protocols of the Learned Elders of Zion. According to Piper, they were authored by a Russian-born Jew, Asher Ginsberg, who lived from 1856 to 1926 and was a very influential figure within the inner most circles of Zionism.
The extensive research of the late Pacquitta DeShishmaraff, an American-born woman married into the Russian aristocracy, confirms Ginsberg's central role in formulating what we know today as the Protocols and the rise of its influence as a philosophical work underlying the nature of the Zionist movement. Her seminal work, Waters Flowing Eastward (written under the pen name "L. Fry") remains the first-and last-word on the history of the Protocols.
We learn that, in 1889, Ginsberg formulated a small group known as the Sons of Moses and it was before this group that Ginsberg first introduced the Protocols. While he may have indeed borrowed from previously published geopolitical works-lending to the oft-stated claim that the Protocols were forgeries" that were lifted from other volumes-what we do know as the Protocols were Ginsberg's product, reflecting his global Jewish agenda. During the years that followed, Hebrew-language translations of the Protocols were circulated within the Zionist movement by Ginsberg and his followers, now banded together as the Sons of Zion (or "B'nai Zion").
And in 1897, when the Zionist Congress met in Switzerland, Zionism emerged as an official movement, the Protocols were effectively incorporated into the Zionist (that is, Jewish) agenda.
While the non-Jewish world perceived Zionism to be strictly devoted to the establishment of a Jewish state, Ginsberg's so-called "secret Zionism" was very much recognized, within elite Jewish circles, as the real agenda, an international agenda, in effect masked in a strictly nationalist agenda focused on a single Jewish state in Palestine.
So it was no mistake when Jewish writer Bernard Lazare, writing in his famous 1894 book, Anti-Semitism, candidly spoke of Jewish "economic conquest" but said that along with economic domination by the Jews came “spiritual domination" as well. He understood the distinctions.
As early as 1924, Polish nationalist Roman Dmowski recognized these distinctions, which still remain a mystery to many--particularly certain American "patriots"--who attempt to make a distinction between Zionism and Judaism and who tend to believe that certain sects of "anti-Zionist Jews" are somehow standing in opposition to the New World Order.
Although, as we noted earlier, there are anti-Zionist Jews who --for a variety of reasons--do oppose Zionism, there are those anti-Zionist Jews who are actually advocates of the establishment of The Jewish Utopia, that New World Order about which we hear so much.
(...) Waters Flowing Eastward makes the point that the Protocols are consistent in mentality with other earlier known Jewish writings, to include portions of the Talmud and Pentateuch. Chapter 2.1 “How the Protocols Came to Russia” cites the following:
In 1492, Chemor, chief Rabbi of Spain, wrote to the Grand Sanhedrin, which had its seat in Constantinople, for advice, when a Spanish law threatened expulsion.2 This was the reply:
" Beloved brethren in Moses, we have received your letter in which you tell us of the anxieties and misfortunes which you are enduring. We are pierced by as great pain to hear it as yourselves. The advice of the Grand Satraps and Rabbis is the following:
  1. As for what you say that the King of Spain obliges you to become Christians: do it, since you cannot do otherwise.
  2. As for what you say about the command to despoil you of your property: make your sons merchants that they may despoil, little by little, the Christians of theirs.
  3. As for what you say about making attempts on your lives: make your sons doctors and apothecaries, that they may take away Christians' lives.
  4. As for what you say of their destroying your synagogues: make your sons canons and clerics in order that they may destroy their churches.
  5. As for the many other vexations you complain of: arrange that your sons become advocates and lawyers, and see that they always mix in affairs of State, that by putting Christians under your yoke you may dominate the world and be avenged on them.
  6. Do not swerve from this order that we give you, because you will find by experience that, humiliated as you are, you will reach the actuality of power.
(Signed) PRINCE OF THE JEWS OF CONSTANTINOPLE."
Michael Collins Piper underscores this point more deeply in The New Babylon, in his chapter “The Talmudic Origins of the New World Order,” pages 60-61. The Talmud is the primary scripture of Jews:
Dr. Auguste Rohling, a professor at the University of Prague in the late 19th Century was a student of Hebrew and assembled a translation of the Talmud. This is what Rohling described as the basis of the Talmud:
  1. The soul of the Jew is part of God Himself; the souls of the other peoples come from the Devil and resemble those of brutes;
  2. Domination over other peoples is the right of Jews alone;
  3. Awaiting the coming of the Messiah, the Jews live in a continual state of war with other peoples;
  4. When the victory of the Jews is won, other peoples will accept the Jewish religion; however the Christians will not be given this privilege, but will be exterminated because they belong to the Devil.
  5. The Jew is the substance of God; a Gentile who strikes him deserves death;
  6. Non-Jews are created to serve Jews
  7. A Jew is forbidden to show mercy to his enemies;
  8. A Jew may be a hypocrite to a non-Jew;
  9. To despoil a non-Jew is permitted;
  10. If anyone returns to a Christian something he has lost, God will not pardon him;
  11. God has ordained that the Jew shall take usury from the non-Jew in order to injure him;
  12. The best of the non-Jews should be exterminated; the honest life of a Gentile should be the object of hate;
  13. If a Jew can deceive a Gentile by pretending to be a non-Jew, he is permitted to do so.
(...)
As another important point, when Jewish groups denounce the Protocols as a forgery or false reproduction, they can do so with sly prevarication.
Rather than meaning something false, the word “forgery” can also mean a replication of something authentic, as in a forged signature on a check that is intended to be an identical reproduction by an imposter of the signature of an actual person.(...)
If anything, it is possible that the Protocols available to the public today pulls its punches and does not go far enough in terms of reflecting the subversive, psychopathic, and perverse side of Jews Consider, for example, on page 100 of The New Babylon where Michael Collins Piper writes:
A perceptive Russian writer, Vladimir Begun, in 1977, in a his book, Invasion Without Arms, compared Ginsberg with the fascists of the 1930s and 1940s. Referring to an 1898 article by Ginsberg entitled "Nietzcheanism and Judaism," in which Ginsberg expressed what we might call Ginsberg's "Judeo-Zionist chauvinist" outlook, Begun said:
It is not difficult for the reader to reach the logical conclusion: insofar as there is a "super nation" then like [Nietzsche's Superman] it must march toward its goal over the corpses of others. It must show no consideration toward anyone or anything in order to achieve the domination of "the chosen" over "the heathen."
One can trace the links of a single chain, the Torah-the ideological basis of the Zionist "theoreticians" -aggression in the Middle East-and the corruption of minds in Israel (openly) and in other countries (secretly).



ASHER GINSBERG ALIAS AHAD HA'AM
LE VÉRITABLE PÈRE DES PROTOCOLES?
par Michael Collins Piper, avec Willis Carto 
Le véritable père fondateur de ce que nous appelons le Nouvel Ordre Mondial serait un sioniste juif né en Russie Asher Ginsberg - mieux connu sous le nom "Ahad Ha'am" (qui signifie "Un homme du peuple") - estimait que les juifs avaient besoin de se réunir pour créer des colonies agricoles en Palestine qui, comme le Dr Norman Cantor les décrivit, "servirait de fondement en Terre Sainte pour l'établissement d'un centre culturel de langue hébraïque pour le monde juif - un centre culturel d'élite pour les Juifs du monde entier."

Juif orthodoxe, instruit dans les études rabbiniques, Ginsberg dit que les Juifs étaient une «super nation», dont le «génie éthique doit garantir leur droit à la domination du monde." Il a dit, "la terre d'Israël doit englober tous les pays de la terre afin d'améliorer le monde à travers le Royaume de Dieu."

Un écrivain lucide de Russie, Vladimir Begun, dans son livre Invasion Without Arms (1977), comparait Ginsberg aux fascistes des années 1930 et 1940. Se référant à un article de 1898 écrit par Ginsberg intitulé "Nietzchéisme et judaïsme", dans lequel Ginsberg exprimait ce qu'on pourrait appeler son "chauvinisme judéo-sioniste", Begun écrit:

Il n'est pas difficile pour le lecteur d'arriver à la conclusion logique: dans la mesure où il y a une «super nation», alors comme [le Surhomme de Nietzsche] il lui faut marcher vers son objectif sur les cadavres des autres. Il ne doit pas avoir aucune considération envers quiconque ou quoi que ce soit afin de parvenir à la domination "des Élus" sur "les païens."

Nous pouvons retracer les maillons d'une seule et même chaîne, dans la Torah --- le fondement idéologique des "théoriciens" sionistes --- dans les agressions au Moyen-Orient et dans la corruption (ouverte) des esprits en Israël et (secrète) dans d'autres pays.
De l'avis de l'écrivain juif Moshe Menuhin, la philosophie sioniste de Ginsberg était "un sionisme spirituel --- une aspiration à l'accomplissement du judaïsme et non pas du sionisme politique" --- qui est, la réunification de la totalité du peuple juif en un seul État, isolé du reste de la planète, se déployant seulement au sein de son propre peuple.

Ginsberg s'opposa au sionisme tel que conceptualisé par le principal dirigeant sioniste Theodor Herzl, qui postulait que le sionisme était de nature économique et devait être orienté vers la création d'un état politique et géographique. De l'avis de Menuhin, Ginsberg considérait les Juifs comme "une sorte unique de nation, un corps homogène en dehors des autres nations" et que "un centre spirituel juif en Palestine" serait "une lumière pour la diaspora" (les Juifs dispersés autour de la Terre) et permettrait éventuellement au peuple juif de devenir "une lumière pour les nations."

Ce soi-disant "sionisme spirituel" de Ginsberg était donc synonyme du judaïsme classique, prophétique, qui ne diffère nullement de l'enseignement du Talmud qui a guidé le judaïsme à travers les siècles.

En bref, la théorie communément répandue avancé par beaucoup de gens aujourd'hui que "le sionisme n'est pas le judaïsme et le judaïsme n'est pas le sionisme» est incorrecte, tout simplement faux.

Les vastes recherches de Pacquitta DeShishmareff, une femme d'origine américaine mariée dans l'aristocratie russe, confirme le rôle central de Ginsberg dans la formulation de ce que nous appelons aujourd'hui Les protocoles des sages de Sion et la montée de l'influence de ceux-ci en tant qu'ouvrage philosophique sous-jacent à la nature du mouvement sioniste. Son travail de pionnier, Waters Flowing Eastwards (écrit sous le pseudonyme "L. Fry") reste le premier et le dernier mot sur l'histoire des Protocoles.

Nous apprenons que, en 1889, Ginsberg a formé un petit groupe connu sous le nom des Fils de Moïse et que c'était devant ce groupe que Ginsberg a introduit pour la première fois les Protocoles. Bien qu'il ait pu en effet emprunter à des œuvres géopolitiques déjà publiées --- ce qui donna lieu à l'argument maintes fois répété voulant que les protocoles sont un faux qui aurait été conçu à partir d'autres sources --- ce que nous appelons les Protocoles ont été produits par Ginsberg, reflétant son agenda mondial juif.

Pendant les années qui suivirent, des traductions en hébreu des protocoles ont été distribuées au sein du mouvement sioniste par Ginsberg et ses partisans, désormais regroupés sous l'appellation des Fils de Sion (ou "B'nai Zion").

Et en 1897, lorsque le Congrès sioniste se réunit en Suisse, le sionisme a émergé comme un mouvement officiel, les Protocoles ont été effectivement intégrés à l'agenda sioniste (c-à-d juif).

Alors que le monde non-juif a perçu le sionisme comme étant strictement consacré à la création d'un État juif, le "sionisme secret" de Ginzberg était reconnu, au sein de l'élite juive, comme le véritable agenda, un agenda international, camouflé sous un programme strictement nationaliste axé sur un seul état juif en Palestine.

Donc, l'écrivain juif Bernard Lazare ne se trompait pas dans son célèbre livre L'antisémitisme (1894), lorsqu'il parlait candidement de "conquête économique" juive, bien qu'il précisait qu'avec la domination économique des Juifs est venue la "domination spirituelle" aussi. Il avait compris la distinction.

Dès 1924, le nationaliste polonais Roman Dmowski reconnu ces distinctions, qui restent encore un mystère pour plusieurs --- en particulier pour certains "patriotes" américains --- qui tentent de faire une distinction entre le sionisme et le judaïsme et qui ont tendance à croire que certaines sectes "Juives antisionistes" se tiennent debout dans l'opposition au Nouvel Ordre Mondial.

Bien que, comme nous l'avons déjà mentionné, il y ait des juifs antisionistes qui -- pour diverses raisons --- s'opposent au sionisme, il y a aussi ces Juifs antisionistes qui sont en fait les défenseurs de la création de l'Utopie Juive, ce Nouvel Ordre Mondial dont on parle tant.




ASHER GINSBERG
Achad Ha'am (1856-1927), meaning
"one of the people" is the pen
name of Asher Ginsberg, a
Russian Zionist pinpointed as
the godfather of the infamous
"Protocols."
by Willis A. Carto

The extensive research of the late Pacquitta DeShishmareff, an American-born woman married into the Russian aristocracy, refutes the hackneyed old saw (heard and seen in one form or another almost daily in the mainstream media) that what we know today as the Protocols of the Learned Elders of Zion were some sort of "forgery." Nothing could be further from the truth.
DeShishmareffs seminal work, Waters Flowing Eastward (written under the pen name "L. Fry") remains the first -- and last -- word on the history of the Protocols. She firmly identified a Jew born in Russia, Asher Ginsberg (1856 to 1926), as the philosophical godfather of the infamous "Protocols."
Ginsberg -- best known as "Ahad Ha'am" (which means "One of the People") -- held the view that Jews needed to come together to make agricultural settlements in Palestine which would serve as what has been described as "a Hebrew-speaking cultural center for world Jewry -- an elite cultural center for world Jewry."
An Orthodox Jew, educated in rabbinical studies, Ginsberg said Jews were a "super nation" whose "ethnic genius must guarantee their right to world domination." He said, "the Land of Israel must encompass all the countries of the earth in order to improve the world through God's Kingdom."
In the view of Jewish writer Moshe Menuhin, Ginsberg's Zionist philosophy was "a spiritual Zionism -- an aspiration for the fulfillment of Judaism and not political Zionism" -- that is, the gathering of the entirety of the Jewish people in a single state, isolated from the rest of the planet, thriving only among their own people therein.
Ginsberg took issue with what he considered preeminent Zionist leader Theodore Herzl's concept that Zionism was economic in nature and should be directed toward the establishment of a political and geographic state. In the view of Menuhin, Ginsberg regarded the Jews as "a unique sort of nation, a homogeneous body apart from the other nations" and that "a Jewish spiritual center in Palestine" would become "a light to the Diaspora" (the scattered Jews around the Earth) and eventually enable the Jewish people to become "a light to the nations." This so-called "spiritual Zionism" of Ginsberg was thus synonymous with classical, prophetic Judaism, no different from the teachings of the Talmud that guided Judaism down through the centuries.
In short, the commonly-held theory advanced by many people today that "Zionism is not Judaism and Judaism is not Zionism" is wrong-simply wrong.
We learn that, in 1889, Ginsberg formulated a small group known as the Sons of Moses and it was before this group that Ginsberg first introduced the Protocols. While he may have indeed borrowed from previously published geopolitical works -- lending to the oft-stated claim that the Protocols were "forgeries" that were lifted from other volumes -- what we do know as the Protocols were Ginsberg's product, reflecting his global Jewish agenda.
During the years that followed, Hebrew-language translations of the Protocols were circulated within the Zionist movement by Ginsberg and his followers, now banded together as the Sons of Zion (or "B'nai Zion").
And in 1897, when the Zionist Congress met in Switzerland, Zionism emerged as an official movement, the Protocols were effectively incorporated into the Zionist (that is, Jewish) agenda.
While the non-Jewish world perceived Zionism to be strictly devoted to the establishment of a Jewish state, Ginsberg's so-called "secret Zionism" was very much recognized, within elite Jewish circles, as the real agenda, an international agenda, in effect masked in a strictly nationalist agenda focused on a single Jewish state in Palestine.
Although there are anti-Zionist Jews who -- for a variety of reasons -- do oppose Zionism, there are also those anti-Zionist Jews who are actually advocates of the establishment of the Jewish Utopia, which is, in fact, the New World Order about which we hear so much. (See article beginning on page 41 of this issue of TBR [Editor's Note: "Utopia...for Some"].)



Le Nouvel Ordre Mondial est-il « l’Utopie Juive »?

D’après le rabbin Higger, dans la tradition juive les juifs sont destinés à gouverner l’humanité. Les « non-vertueux », c’est-à-dire ceux qui résistent à la domination juive, doivent périr.
L’attaque récente d’Israël sur la Syrie peut être vue à la lumière de cette affirmation.
Les Juifs ordinaires sont face à un choix : désavouer cette idéologie démente ou encourir le blâme du reste de l’humanité.
En 1932, le rabbin Michael Higger, Ph.D. (1898-1952) publia un livre intitulé The Jewish Utopia (l’Utopie Juive) basé sur « la somme totale des prophéties, des enseignements et des plans des rabbins et dirigeants tribaux les plus éminents sur une période de 2500 ans… »
L’ouvrage évoquait « les vertueux » et « les non-vertueux ». Au final, d’après Higger, les « non-vertueux » doivent périr…
Et il est clair, au travers des écrit de Higger que les « vertueux » seront les Juifs et ceux qui les servent ; et les « méchants » seront ceux qui sont perçus par les Juifs comme se tenant au travers de leurs intérêts !
Les paroles d’Isaïe seront accomplies : « voici, mes serviteurs mangeront, et vous aurez faim; voici, mes serviteurs boiront, et vous aurez soif; voici mes serviteurs se réjouiront, et vous serez honteux. »
higger
Higger poursuit : « Tous les trésors et les ressources naturelles du monde seront entre les mains des vertueux. » Cela, dit-il, est en accord avec la prophétie d’Isaïe : « Et son trafic et son salaire sera sanctifié à l’Eternel ; il n’en sera rien réservé, ni serré; car son trafic sera pour ceux qui habitent en la présence de l’Eternel, pour en manger jusques à être rassasiés, et pour avoir des habits de longue durée. »
MCP 
(Cet article est extrait de cet ouvrage)
En bref, voilà l’extermination massive de ceux qui se tiennent au travers de l’Utopie Juive : Le Nouvel Ordre Mondial. Il poursuit :
« Tous ces nations impies devront comparaitre en jugement avant d’être châtiées et détruites. La sentence de leur destruction sera prononcée sur elles après qu’elles aient reçues un procès équitable lorsqu’il deviendra évident que leur existence compromettrait l’avènement de l’ère idéale.»
« Ainsi, lors de la venue du Messie, lorsque toutes les nations vertueuses rendront hommages aux dirigeants vertueux et leur accorderont des offrandes, les nations méchantes et corrompues, en réalisant l’approche de leur fin, viendront porter de tels présents au Messie. Leurs dons et leur prétendu reconnaissance de la nouvelle ère seront rejetés, car les nations impies, comme les individus impies doivent disparaitre de la terre avant qu’une société humaine idéale de nations vertueuses puisse être établie. »
Et lorsque certains considèrent le fait que le concept juif de Messie s’applique souvent au peuple juif lui-même, ce qu’Higger a prescrit entraine encore davantage de conséquences.

L’ARMAGEDDON

L’Armageddon, dans la tradition juive, est la bataille finale au cours de laquelle les Juifs établiront une fois pour tout leur empire sur toute la terre.
D’après Higger, « Israël et les autres nations vertueuses combattront les forces combinées des nations impies avec à leur tête Gog et Magog. Rassemblés pour une bataille contre les nations vertueuses en Palestine près de Jérusalem, les non vertueux endureront une défaite cuisante et Sion demeurera alors le centre du Royaume de Dieu. La défaite des non vertueux marquera l’annihilation du pouvoir des méchants qui s’oppose au Royaume de Dieu, un établissement de la nouvelle ère idéale. »
Il n’y aura pas de place pour les non vertueux, juifs ou non-juifs dans le Royaume de Dieu.  Ils auront tous disparus avant l’avènement de l’ère idéale sur cette terre. Les Israélites non-vertueux seront également punis au côté des autres nations impies. Tous les vertueux, en revanche, qu’ils soient Hébreux ou Gentils, partageront également le bonheur et l’abondance de l’ère idéale.
(Pendant ce temps, le DHS contrôlé par les Juifs Illuminati, stocke des armes et des munitions)
Contrastant avec ce que le chrétien américain moyen peut croire, ou percevoir dans le contexte de sa foi chrétienne, qui languit après un royaume universel de Dieu dans les cieux, le paradis auquel fait référence The Jewish Utopia décrivant la « nouvelle ère idéale » – le Nouvel Ordre Mondial – est « un paradis universel de l’humanité… établi en ce monde », sans aucune référence à l’au-delà.
Qui dirigera ce Nouvel Ordre Mondial ? D’après les affirmations d’Higger concernant la tradition juive : « Il sera un descendant de la maison de David. »

LE CHEF

La tradition Talmudique déclare qu’un « descendant de la Maison de David prendra la tête de « l’ère idéale » après que le monde entier ait souffert, pendant une période ininterrompue de 9 mois, sous la férule d’un gouvernement méchant et corrompu comme celui d’Edom. »
(Note : Il existe aujourd’hui une organisation internationale juive, Davidic Dynasty, œuvrant ouvertement à la recherche et à la réunion des descendants de la maison de David. Il ne s’agit pas d’une « théorie de la conspiration ». C’est un fait. Sachant ce qu’enseigne le Talmud au sujet de ceux qui doivent diriger le monde, nous pouvons peut-être comprendre la motivation de ce groupe.)
Le monde entier « réalisera graduellement que la piété est identique à la vertu » et que Dieu « adhère à Israël et qu’Israël est la nation vertueuse idéale. »
D’après ces enseignements rabbiniques qui sont à l’origine du rêve multiséculaire de l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial, les peuples de la terre proclameront aux dirigeants juifs : « Nous vous suivons, car nous avons compris que Dieu est avec vous. »
(Une condamnation trop dure pour un homme qui sert le NOM & dissimule le 11/09, Newton et d’autres attaques sous faux drapeau ?)
A tel point que le rabbin déclare : « Le peuple d’Israël accomplira la conquête spirituelle des peuples de la terre, afin qu’Israël soit élevé au-dessus de toutes les nations, en nom, et en gloire. »
Notons le concept de « conquérir » renvoyant à la bataille. Prenons note du concept d’Israël s’élevant au-dessus de tous les autres peuples, renvoyant à la suprématie et à la supériorité. La violence et le racisme à l’égard du non-juif : aussi simple que cela.

LA RELIGION GLOBALE = JUDAÏSME

Il y aura éventuellement une religion globale. Cela fait partie de la prophétie : « Les nations s’uniront d’abord afin d’évoquer le nom du Seigneur afin de le servir. »
En d’autres termes, il y aura un gouvernement mondial et une religion mondiale, et tout comme Higger et d’autres l’ont fait remarquer, cette religion internationale sera le Judaïsme. Telle sera la marque de la « conquête spirituelle » du monde…
En effet, cela sera le pouvoir Juif, siégeant à Jérusalem, avec à sa tête un descendant de la maison de David, référé comme étant le « Saint » qui répartira les possessions du monde.
Quels seront les bénéficiaires de ces possessions ? Au vertueux appartiendront toutes les richesses, trésors et gains industriels ainsi que toutes les ressources du monde. Les non-vertueux ne posséderont rien. »
Les nations impies « n’auront aucune part dans l’ère idéale. » Leur règne sera détruit et disparaitra avant l’inauguration du Nouvel Ordre Mondial. La « méchanceté » de ces nations consistera principalement à accumuler l’argent appartenant au « peuple » et d’oppresser et de voler « les pauvres ».
Bien qu’Higger ne le précise pas, les familiers de la traduction Talmudique reconnaitront que le « peuple » et les « pauvres » sont les Juifs : le Talmud enseigne que seuls les Juifs sont des êtres humains et que tous les autres sont des animaux, ainsi, bien sûr, seul les Juifs peuvent être un peuple. Les « pauvres » sont – bien sur – les Juifs qui se sont toujours dépeints eux-mêmes comme étant les victimes et les oppressés.





LA CONTROVERSE DE SION, Douglas L. Reed.

Chap. 3 Les Lévites et la Loi
(...)Quand on arrive à la fin du Deutéronome, les commandements moraux ont été invalidés de cette manière, dans le but d’installer, sous l’apparence d’une religion, l’idée politique grandiloquente d’un peuple envoyé spécialement dans le monde pour détruire et « posséder » les autres peuples et pour dominer la Terre. L’idée de destruction est essentielle au Deutéronome. Si elle est enlevée, nul Deutéronome, ou loi mosaïque, ne subsiste.

Ce concept de destruction en tant qu’article de foi est unique, et son apparition en pensée politique (par exemple, dans la philosophie communiste) pourrait à l’origine provenir de l’enseignement du Deutéronome, car il n’y a pas d’autre source vérifiable.

Le Deutéronome est avant tout un programme politique complet: l’histoire de la planète, créée par Jéhovah pour ce « peuple spécial », doit se terminer par le triomphe de ce peuple et la ruine de tous les autres. Les récompenses offertes aux fidèles sont exclusivement matérielles : massacres, esclaves, femmes, butins, terres, empires. La seule condition imposée pour ces récompenses est l’observance des « lois et jugements »« lois et jugements » qui commandent essentiellement la destruction des autres. La seule culpabilité définie réside dans la non-observance de ces lois. L’intolérance est spécifiée en tant qu’observance, la tolérance en tant que non-observance - par conséquent, culpabilité. Les châtiments prescrits sont de ce monde et matériels, non spirituels. La conduite morale, pour peu qu’elle soit exigée, est requise uniquement envers les coreligionnaires, et les « étrangers » en sont exclus.

Cette forme unique de nationalisme fut présentée pour la première fois aux Judaïtes dans le Deutéronome, en tant que « Loi » de Jéhovah et parole littérale, adressée par ce dernier à Moïse. La notion de domination mondiale par la destruction est introduite au début (chapitre 2) de ces « discours censés avoir été délivrés » par un Moïse agonisant:

«L’Éternel m’adressa la parole, et dit… À partir d’aujourd’hui, je répandrai la terreur et la crainte de toi parmi les peuples qui sont sous tous les cieux, qui entendront parler de toi, et trembleront, et seront dans l’angoisse à cause de toi ». En témoignage de cela, le destin de deux peuples est en même temps montré. Le roi de Sihon et le roi de Bashân « sorti[ren]t se battre contre nous, lui et tout son peuple », sur quoi ils furent « totalement détruits, les hommes et les femmes et les petits enfants », seul le bétail fut épargné et « le butin » emporté « en guise de proie pour nous » (l’insistance sur la destruction totale est un thème récurrent et significatif de ces anecdotes illustratives).

Ces premiers exemples du pouvoir de Jéhovah à détruire les païens sont suivis par le premier des nombreux avertissements stipulant qu’à moins que « les lois et jugements » ne soient observés, Jéhovah punira son peuple spécial en le dispersant parmi les païens. L’énumération de ces « lois et jugements » suit les Commandements, dont la validité morale est détruite en même temps par une promesse de massacre tribal:
«Sept nations plus grandes et plus puissantes que toi » doivent être livrées aux mains des Judaïtes, et : « Tu les détruiras entièrement ; tu ne feras aucune alliance avec elles, et tu ne leur montreras aucune pitié… tu détruiras leurs autels… car tu es un peuple saint pour l’Éternel ton Dieu ; l’Éternel ton Dieu t’a choisi pour que tu sois un peuple spécial à ses yeux, entre tous les peuples qui sont sur la surface de la terre… Tu seras béni entre tous les peuples… Et tu consumeras tous les peuples que l’Éternel ton Dieu te livrera ; tes yeux seront sans pitié envers eux… l’Éternel ton Dieu enverra les frelons contre eux, jusqu’à ce que ceux qui restent et qui se cachent de toi, soient détruits… Et l’Éternel ton Dieu expulsera ces nations devant toi petit à petit… Mais l’Éternel ton Dieu te les livrera, et les détruira par une destruction puissante jusqu’à ce qu’il soient détruits… Et il livrera leurs rois entre tes mains, et tu détruiras leur nom de dessous les cieux ; aucun homme ne sera capable de se tenir devant toi, jusqu’à ce que tu l’aies détruit»
Arrivés au XXe siècle de notre ère, les peuples de l’Occident, dans l’ensemble, avaient cessé d’attacher toute signification actuelle à ces incitations, mais les peuples directement concernés ne pensaient pas la même chose. Par exemple, la population arabe de Palestine fuit en masse sa terre d’origine après le massacre de Deir Yassin en 1948, parce que cet événement signifiait pour eux (tel que ses auteurs l’avaient voulu) que s’ils restaient, ils seraient « entièrement détruits ».

Ils savaient que les dirigeants sionistes, en train de palabrer avec les politiciens britanniques et américains du lointain Occident, avaient déclaré à plusieurs reprises que « la Bible est notre Mandat » (le Dr Chaim Weizmann), et ils savaient (si les populations occidentales ne le réalisaient pas) que l’allusion se référait à des passages tels que ceux ordonnant la « destruction totale » des populations arabes. Ils savaient que les dirigeants occidentaux avaient soutenu et continueraient à soutenir les envahisseurs et ainsi, ils n’avaient même pas l’espoir d’une simple survie, sinon dans la fuite. Ce massacre de 1948 ap. J.- C. se rapporte directement aux « loi et jugements » stipulés au chapitre 7 du livre de la Loi, que les Lévites terminèrent et lurent en 621 av. J.- C.

Les incitations et la séduction du Deutéronome continuent :
« … Va prendre possession des nations plus grandes et plus puissantes que toi… l’Éternel ton Dieu ira lui-même devant toi ; tel un feu dévorant il les détruira, et il les terrassera devant toi ; alors tu les chasseras, et les détruiras promptement, comme l’Éternel te l’a dit… Car si tu observes avec zèle tous ces commandements que je t’ordonne… alors l’Éternel chassera devant toi toutes ces nations, et tu posséderas des nations plus grandes et plus puissantes que toi-même… même les côtes de la mer occidentale seront tiennes. Aucun homme ne sera capable de se tenir devant toi : car l’Éternel ton Dieu répandra la crainte et la terreur de toi sur toute terre que tu fouleras… »
Ensuite, Moïse, dans ce compte rendu, énumère les « lois et jugements » qui doivent être « observés » si l’on veut que toutes ces récompenses soient obtenues, et une fois encore « la Loi » est de détruire:
«Voici les lois et jugements, que tu observeras et pratiqueras… Tu détruiras entièrement tous les lieux dans lesquels les nations que tu posséderas ont servi leurs dieux… Quand l’Éternel ton Dieu aura exterminé les nations devant toi, où tu iras pour les posséder, que tu prendras leur place, et t’installeras sur leur terre : prends garde à ne pas tomber dans le piège en les suivant… et ne t’enquiers pas de leurs dieux.»
Ce principe de « la Loi » exige du fidèle qu’il détruise les autres religions. Impartiale quand elle fut promulguée, elle acquit une application spécifique dans les siècles qui suivirent, du fait que la foi chrétienne se répandait, et la majorité des juifs à l’époque évoluait dans la même zone géographique : l’Occident. (Cela faisait de la chrétienté l’objectif premier de l’ordre de « destruction totale des lieux… », et le dynamitage des cathédrales russes, l’ouverture des« musées anti-Dieu », la canonisation de Judas et autres actions des premiers gouvernements bolchevistes, qui étaient constitués aux neuf dixième de juifs de l’Est, furent à l’évidence des actes d’« observance » sous cette « loi » du Deutéronome).(...)





“More on the Khazar Theory”: Koestler Admitted He Wrote His Book to Further Jewish Interests Koestler admet avoir pondu son livre sur les Khazars pour servir les intérêts juifs. En "démontrant" que les Khazars n'ont pas le droit de retourner en Israël parce qu'ils viennent en fait du Caucase et n'ont aucun lien avec la population indigène palestinienne et juive (sémite), il soutient indirectement le "droit" des juifs sémites de retourner en Israël! MDR! Quelle arnaque! Ça prenait un juif sioniste pour inventer ça. (Vous ignorez pas que Koestler était non seulement juif mais sioniste?)

Rethinking the Khazar Theory by Dr. David Duke

Le sionisme secret d'Asher Ginzberg

Israël, B'nai Brith: serait-ce le KKK des Rothschild?

L'ancien testament et le génocide à Gaza

Abattage casher de l'économie et holocaustes des nations

Chavez maudit l'État juif

De Gaulle et le projet millénaire "l'an prochain à Jérusalem"

Y a-t-il un terrorisme juif?

La plus pieuse armée au monde

Qu'est-ce que le judaïsme?

VIDEO - Une religion de haine