mercredi 19 février 2014

Le chaos en Ukraine coordonné sur le terrain par des agents israéliens ; le gouvernement ukrainien accusé d'avoir commis des "atrocités semblables aux nazis" ; des groupuscules "néo-nazis" militent aux côtés de juifs et d'Israéliens... On est loin de ces nazis historiques qui faisaient la vie dure aux Rothschild! Les médiats alternatifs présentent les putchistes pro-OTAN comme des dignes représentants d'un nazisme "pantin de la finance cosmopolite", alors que l'OTAN a enfanté de Bilderberg pour combattre le nationalisme et les régimes autoritaires comme le nazisme ou le stalinisme. Ces militants et putchistes ukrainiens pro-UE et pro-OTAN sont des idiots utiles au service de la juiverie et des puissances impériales libérales-démocratiques qui cherchent à empêcher un rapprochement entre l'Ukraine et la Russie.

On nous présente les putchistes néo-nazis au service de l'Otan comme s'ils suivaient une longue tradition de "nazis pantins de la finance mondialiste". C'est une vue erronée de la réalité historique. Faut-il rappeler que la réunion de Bilderberg, ce mécanisme d'influence et de gestion globale pour la dynastie Rothschild, a été créée après la Deuxième guerre mondiale (1954) en conjonction avec l'OTAN (fondé en 1949 pour contrer le "régime stalinien"), afin de prévenir l'émergence de mouvements et de régimes nationalistes comme on en a vu apparaître avant la Seconde Guerre mondiale (ex: les fascistes, les "nazis" et autres groupes nationalistes plus ou moins semblables ou liés). L'OTAN devait donc forcément partager les objectifs anti-"nazis" de Bilderberg autrement il n'aurait pas collaboré. Les forces internationales de l'empire Rothschild ne peuvent tolérer ces mouvements nationalistes qui remettent en question le pouvoir des banques juives internationales.


http://www.haaretz.com/polopoly_fs/1.577115.1393620589!/image/1510392849.jpeg_gen/derivatives/landscape_640/1510392849.jpeg
L’officier israélien “Delta”. Il encadre une milice de 40 personnes dont 5 vétérans de l’armée israélienne
BREIZATAO – ETREBROADEL (02/03/2014) C’était une rumeur jusqu’à lors non confirmée : au moins un officier de l’armée israélienne encadrait des agitateurs sur la place de Maïdan à Kiev. Le journal israélien Haaretz le confirme.
Cet officier appelle sa quarantaine d’activistes les “casques bleus du Maïdan”, pourtant “Delta” – le nom de code de cet officier israélien – porte une tenue kaki lors de tous ses déplacements aux côtés de la milice qu’il encadre. Il indique même à Haaretz “porter une kippa” sous son fameux casque. Sous le sceau de l’anonymat, ce juif né en Ukraine ayant servi dans le bataillon de reconnaissance Shu’alei Shimshon de la brigade d’infanterie Givati, confirme avoir mis en oeuvre ses compétences militaires au service des putschistes de Kiev.
“Delta” confirme en outre la présence d’autres vétérans de l’armée israélienne dans sa milice juive. Ils sont cinq vétérans israéliens qui encadrent 35 activistes pro-occidentaux. Le rabbin Moshe Azman a par ailleurs confirmé à la presse israélienne l’identité de “Delta” ainsi que l’authenticité de ses activités à Kiev, notamment l’organisation de combat de rue contre les forces de sécurité ukrainiennes.
Le chef des “casques bleus du Maïdan” reconnait également travailler en étroite concertation avec Svoboda, un parti nationaliste ukrainien “antisémite”. “Ils savent que je suis juif, israélien et soldat de Tsahal, mais ils m’appellent leur “frère” reconnait “Delta”. Ce que l’on dit à propos d’eux (Svoboda, NDLR) est  exagéré. Je ne les aime pas pour leur manque de constance, pas pour un problème “d’antisémitisme” dit-il.
Delta affirme que le Kremlin “use des accusations d’antisémitisme” contre les nationalistes ukrainiens “dans le seul but de délégitimer la révolution”.
“Ce sont des idioties. Je n’ai jamais d’expressions d’antisémitisme lors des manifestations”. “Delta” expose enfin comment l’ambassade d’Israël prend à sa charge les soins offerts à des émeutiers blessés lors des affrontements avec la police, en étroite coopération avec le rabbin Azman.
Source : Haaretz


Des soldats israéliens étaient camouflés place Maidan
3 mars 2014
[Photo : « Delta », le chef de l’unité israélienne camouflée place Maidan]
Selon le site israélien alyaexpress-news.com, un groupe de 35 combattants armés et cagoulés de la place Maidan est dirigé par 4 anciens officiers de l’Armée israélienne qui portent la kippa sous leurs casques.
Le site affirme que ces anciens officiers, qui habiteraient aujourd’hui en Ukraine, ont dès le début des événements rejoint le mouvement aux côtés du parti de la Liberté (Svoboda), bien que celui-ci ait la réputation d’être violemment anti-sémite.
Cette force d’intervention aurait également assuré, avec l’aide de l’ambassade d’Israël, le rapatriement en Israël de 17 blessés graves, qui y seraient soignés.
La présence d’unités israélienne avait été signalée dans des événements similaires en Géorgie, aussi bien lors de la « révolution des roses » (2003) que lors de la guerre contre l’Ossétie du Sud (2008).

Qui sont ces anciens soldats israéliens parmi les combattants de rue dans la ville de Kiev ?, AlyaExpress-News.com, 2 mars 2014.

Ukraine's Street-Fighting Rabbi Natan Khazin led a Jewish squadron of fighters in the revolution that rocked Kiev’s central square. Meet the yarmulke-wearing IDF veteran and ordained rabbi.

Israeli ex-officer leads Ukraine protests: Reports

Israeli militia commander fights to protect Kiev Delta, a Ukrainian-born former IDF soldier, heads a force of 40 men and women, most of whom are not Jewish, against gov’t forces

Mossad Mercenaries Believed Responsible for Ukraine Massacre

Israël derrière les événements en Ukraine

Israel's Role In Ukraine

In Kiev, an Israeli army vet led a street-fighting unit An Israeli army veteran led a unit of street fighters during the Ukrainian revolution and is now working to send wounded comrades to Israel for treatment.

Dernière heure: Jewish man who trained Ukrainian protestors for months killed fighting in Kiev

Ukraine: Israeli Special Forces Unit under Neo-Nazi Command Involved in Maidan Riots

L'Ukraine à Israël: « serrons nous les coudes ! »
Juste un petit message envoyé par Twitter, mais un message qui en dit long: « L’ambassadeur d’Ukraine en Israël: les pays qui font face et qui combattent le mal et le terrorisme (Israël et l’Ukraine) doivent se soutenir l’un l’autre. »

In Ukraine protests, young Jews are marching with ultranationalists
Pensez-vous que les juifs auraient marché dans la rue aux côtés des nazis entre 1933 et 1945? Non! Ce ne sont pas des néo-nazis ordinaires, c'est l'extrême-droite enjuivée pro-sioniste! Cette nouvelle alliance entre juifs organisés et pseudo-nationalistes témoigne du fait que la juiverie a réussi sa campagne de propagande mensongère anti-Islam. (Vous aurez peut-être remarqué que ces nouveaux "nationalistes" parlent beaucoup moins de l'immigration que de l'Islam.) Mais en Ukraine, cette alliance témoigne surtout du fait que la juiverie a poussé ces organisations pseudo-nationalistes à ne plus attaquer les dominateurs juifs de nos sociétés, mais à focaliser leur vindicte contre le gouvernement ukrainien... un gouvernement qui en fait baver à la juiverie et à l'UE, un peu comme le gouvernement de Hongrie! (JOBBIK: New Ukrainian government is ‘chauvinistic and illegitimate’)

Despite calls for neutrality in Ukraine protests, young Jews are on the front lines
Despite calls by Jewish leaders to remain neutral, young Jews have been on the front lines of protests against Ukrainian President Viktor Yanukovich. Angered by Yanukovich’s decision to spurn an EU trade deal and move Ukraine further into Russia’s orbit, Ukrainians have taken to the streets...

Jewish groups ‘deeply concerned’ over Ukraine
An indeterminate number of Jews have taken part in fighting on the barricades since the protests started in late November.
Dans ces manifestations (frôlant la guerre civile), les "néonazis" ukrainiens pro-UE combattent dans le même camp que des juifs israéliens! Ça devrait activer votre sonnette d'alarme, c'est-à-dire votre esprit critique! On est loin de ces nazis historiques qui ont fait la vie dure aux Rothschild!

Après avoir semé le chaos, ils fuient l' "antisémitisme"...

Rabbi Claims Ukraine's Jews Might Be Victimized Even Though Jews Helped Orchestrate Ukrainian Uprising

Crucial in Kiev Jews make up just 0.2% of Ukraine’s population. So why are both sides using the specter of anti-Semitism as a key weapon in their propaganda arsenals?

Jewish groups celebrate regime-change in Ukraine

Ukraine’s Unfinished Revolution Sparks Hope for Jews — Not Fear

Ukraine Jews hunkering down amid turmoil
“The overall situation in relation to the Jewish community in Ukraine is tolerant and peaceful,” said Vadim Rabinovich, president of the All-Ukrainian Jewish Congress, in a statement issued Monday. “There have been no mass outbursts or exacerbation of anti-Semitism in Ukraine.”

The new dilemma for Jews in Ukraine Anti-Semitism, though a real threat, is being used by the Kremlin as a political football

Frank Dimant, CEO, B’nai Brith Canada, urged Alexander to consider fast-tracking immigration applications from Jews in Ukraine should their situation worsen, and Alexander said the government would be agreeable to working with community partners should the need arise.

Shocking Allies Three Jews have been identified among the victims of the uprising that brought the new Ukraine government to power. Why are far-right wingers saluting them as martyrs?
Les juifs morts durant la dernière révolution ukrainienne sont considérés comme des martyrs par les putchistes néo-nazis!

Ukraine’s far-Right pays tribute to Jewish man slain in protests

Ukraine Jewish leaders to Putin: No anti-Semitism, please leave

Op-Ed: The real threat to Ukraine’s Jewish community
Russia’s attempts to undermine the Ukrainian government and falsely label it anti-Semitic are alarming, writes Mark Levin, executive director of NCSJ.
Les juifs sont pris pour suivre la ligne américaines là dessus. Si on était au Vénézuela ça serait différent. Mais en Ukraine le mot d'ordre est : appuie le nouveau gouvernement et ferme-la!

The Jews of Russia and Ukraine at war with each other

Ukrainian Jews slam Putin in full-page ad in New York Times

War Propaganda: Another New York Times ‘Sort of’ Retraction on Ukraine

Among Ukraine’s Jews, the Bigger Worry Is Putin, Not Pogroms

FYI: Putin=Gog, Crimea=Magog According to one rabbi, the Vilna Gaon himself said that when Russia takes Crimea, the Messiah will come.

Messiah's Harbinger A famous rabbi once taught that when Russia invades Crimea, it means the Messiah is on his way. So now some Jews are thanking Putin for hastening the redemption.

In Crimea, a Karaite community carries on, and welcomes Russia Crimean Karaites consider the Torah their holy text, yet they do not identify as Jews.
Les Karaites--les seuls véritables fidèles de la TORAH--ont été presque exterminés par les juifs talmudistes rabbiniques.

Crimea's Karaites: Mildly Jewish, fully Russian The ethnic categorization of this tiny community has been disputed for centuries. The same cannot be said about its national allegiance.

Bullshit Alert: "Ukraine synagogue reportedly firebombed"

Researcher: No real increase in anti-Semitic incidents in Ukraine

Ukraine rabbi: U.S. Jews helped us beat Russia’s anti-Semitism propaganda

U.S. journalist held by east Ukraine militants Pro-Russian separatists in eastern Ukraine said on Tuesday they were holding an American journalist in the city of Slaviansk and...

Pro-Russian separatists confirm American-Israeli journalist hostage

Separatists free American-Israeli journalist Simon Ostrovsky

Replaying the 'Jew Card' The news of the anti-Semitic flyers in Eastern Ukraine has been greeted with outrage clouded by uncertainty. David E. Fishman says the real story is that Russia is playing the ‘Jew card.’

'No link between Ukraine crisis, anti-Semitism'

Tensions en Ukraine: les Juifs s'apprêtent à quitter Odessa

L’immigration des juifs ukrainiens en Israël a plus que doublé

Ukrainian Jewish leader says Russia is the threat

Ukrainian media falsely reports Russian Duma Deputy suggests Jews leave and go to “Israel.”

Sharansky predicts further growth in Ukrainian aliyah

Israël a refusé à un navire de guerre russe l'entrée dans un de ses ports, une démarche destinée à ne pas compliquer ses relations avec les Etats-Unis sur fond de crise en Ukraine

New 'Monica Moment' What does the Ukraine crisis have in common with Monica Lewinsky? They both may distract an American president from pushing his Israeli counterpart too hard for peace.

U.S. says disappointed at no apology from Israeli defense chief In a lecture at Tel Aviv University, Yaalon said Israel could not rely on its main ally to take the lead in confronting Iran over its nuclear program. He also pointed at the Ukraine crisis as an example of Washington "showing weakness.

Israeli Defense Minister: U.S. Is Projecting ‘Weakness’ La faute d'Obama qui est pas assez "faucon" à leur goût!

NEOCON BOLTON on Ukraine: Obama is weak, feckless; American influence is slipping away and we will pay the price for this
On voit que Obama ne suit pas précisément le plan des néocons fanatiques d'Israel, ça fait longtemps qu'il se les a mis à dos...

McCain at AIPAC conference–Crimea Crisis Caused by ‘Obama Fecklessness’

Ukrainian crisis overshadows Iran, Palestinian talks as Netanyahu heads to DC Comme disait l'article précédent, les événements en Ukraine tombent tellement trop bien pour Israël qui avait besoin d'une diversion, parce qu'ils avaient grand peur d'être forcé de négocier la paix avec l'Autorité palestinienne. Mais avec cette crise ukrainienne, l'attention est détournée sur d'autres problèmes "plus urgents"...

i24 | Ukraine: un oligarque juif candidat à la présidence
The Times of Israel FR | Un magnat juif candidat à la présidentielle ukrainienne Vadim Rabinovich, coprésident du Parlement juif européen, a annoncé sa candidature pour les élections du mois de mai
Jewish mogul running for Ukraine presidency
http://www.haaretz.com/polopoly_fs/1.582100.1395832946!/image/1805874863.jpeg_gen/derivatives/landscape_640/1805874863.jpeg
Vadim Rabinovich 61, is the owner and co-founder of Jewish News One and co-chair of the European Jewish Parliament.

Ihor Kolomoyskyi - Wikipedia, the free encyclopedia
Kolomoyskyi was born in a jewish family of engineers...

Kiev gives oligarchs top jobs in new government Posted by editor in Uncategorized on March 3, 2014Rate Thised note–from the Wikipedia page on Ihor Valeriyovych Kolomoyskyi—’A Ukrainian-Israeli business oligarch of Jewish descent. Kolomoysky has a dual Ukrainian-Israeli citizenship although dual citizenship is not recognized by Ukraine and controls his business empire from Switzerland. Kolomoyskyi is the leading partner of the Privat Group and a de facto chairman of the FC Dnipro Dnipropetrovsk.’

Ukrainian Jewish oligarch made district governor Ukrainian Jewish business mogul Igor Kolomoisky was appointed governor of the Dnipropetrovsk District, in Ukraine’s industrial heart. President Oleksandr Turchynov announced the nomination Sunday, as part of reshuffle that saw 16 district heads replaced, the news site Gazeta.ua reported.
Des nazis qui nomment un oligarque juif? On n'a plus les nazis qu'on avait! Les médias alternatifs présentent l'union des oligarques avec l'extrême-droite ukrainienne comme quelque chose de normal, parce que selon eux les nazis étaient des pantins du grand capital international! Quelle pseudo-analyse, quelle  désinformation!

VIDEO - Igor Kolomoïski, le financier de Pravy Sektor (SECTEUR DROIT = extrême-droite ukrainienne proche du pouvoir en ce moment)

Ukraine : Ihor Kolomoïsky propose 1 million de dollars pour assassiner Oleg Tsarev

LOL! “Neo-Nazi” coup in Ukraine installs Jewish Prime Minister, Israeli Governor

Jewish deputy PM to serve as Ukraine’s acting PM

VIDEO - We are the 1%! Kiev gives oligarchs top jobs

Kiev : L’oligarque juif Mikhail Khodorkovsky annonce une révolution en Russie

Khodorkovski : l'oligarque juif qui voulait piller la Russie

Brève histoire de l'oligarchie en Russie

Ukraine issues warrant for ousted leader Viktor Yanukovych for ‘mass murder’
Ça n'a pas pris de temps pour qu'il devienne "le nouvel Hitler"!
Ianoukovitch comparé à Hitler ... Les médias propagent la version des rebelles qui l'accusent de "meurtres de masse" et de "répression criminelle"

Ukraine : Ianoukovitch a-t-il planifié une répression massive?  Viktor Ianoukovitch, actuellement introuvable, fait l'objet d'un mandat d'arrêt lancé par les nouvelles autorités pour "meurtres de masse".

Extrême droite: Quand un oligarque juif « cashérise » Marine Le Pen  Fort de l’autorité que lui confère la vice-Présidence d’un organisme dénué d’existence réelle, l’oligarque ukrainien Vadim Rabinovich a décidé que, tout compte fait, la Présidente du Front National était « bonne pour les Juifs »

Le régime ukrainien cède aux pressions exercées par Washington, l’UE et l’opposition d’extrême droite
Notez l'utilisation du mot très connoté de "régime"... comme dans "régime nazi"! (Les mots ont leur charge émotionnelle et leurs sous-entendus!)

VIDEO - Mark Glenn: Israel willing to see US, Russia at war with each other

“Manufacturing Consent”: Bernard-Henri Lévy, the “New Philosopher” Selling Military Adventures of the Global Elite--Harangues of Ignorant Buffoon







BHL et sa nouvelle guerre en Ukraine ("l'Ukraine de la Shoah par balles").

« Quelle différence entre l’attentat de la Malaysia Airlines et celui de Lockerbie ? » (Tribune de BHL dans Le Point du 24 juillet 2014)



Ukraine: Bernard-Henri Levy parmi les opposants au Maïdan
BHL: “Je n’ai pas vu de néo-nazis, je n’ai pas entendu d’antisémites, j’ai entendu au contraire un mouvement incroyablement mûr, incroyablement déterminé et très profondément libéral. "
Il ne comprend donc pas Євреї з! (Yevreyi z!)

BHL EST A KIEV ! LES SIONISTES AVEC LES NEONAZIS DU MAIDAN CONTRE LA RUSSIE...

CES NEONAZIS QUE BHL NE VOIT PAS : QUI SONT LES 'BENDERISTES" UKRAINIENS ?

BHL, L'ORDURE SIONISTE QUI SOUTIENT LES FASCISTES DU ‘PUTSCH DU 21 FEVRIER’ A KIEV, MENACE POUTINE ET INSULTE LA MÉMOIRE HISTORIQUE

BHL: « Le parti nazi en Ukraine est moins fasciste que le Front National » (vidéo)

VIDEO - BHL inaugure la chaîne info d’un milliardaire israélo-ukrainien et parle au nom de François Hollande
BHL mène la course dans la grande compétition de Houtzpah juive...

Caroline, Bernard-Henri et les embarrassants néo-nazis ukrainiens

There are No Neo-Nazis in Ukraine. And the Obama Administration does not support Fascists "We are putting our hopes in a new generation of politicians". By Michel Chossudovsky

FRANCE2 Découvre la sale guerre de la junte de Kiev au Donbass

Oh... Finally, NYT Discovers Neo-Nazis In Ukraine 

Après la Yougoslavie, l'Ukraine?
 
Le 15 décembre 2013, le sénateur John McCain —qui supervisa la révolution orange de 2004— s’adresse aux manifestants sur la place Maidan. On reconnaît à sa droite le leader "nazi" Oleh Tyahnybok.

C'est avoir une courte vue de les qualifier de néo-nazis sans aller plus loin. C'est essentialiste, c'est juste pour enfoncer le clou de la propagande infowars: "nazi = méchant". (McCain affected by PTSD, needs psychiatric care: Madsen)

VIDEO - McCain calls on US and allies to send more weapons to Ukraine

L'Empire US, vers l'internationale totalitaire en chantant





VIDEO - Rappel: Comment la CIA prépare les révolutions colorées: entretien avec John McCain
(Écouter le doc complet: Comment la CIA prépare les révolutions colorées Ces guerres humanitaires sont simplement du bon vieux wilsonisme interventionniste-impérialiste qui s'en va-t-en guerre soi-disant "pour la paix, la liberté des peuples (liberté de l'anglo-suprématie) et la démocratie (de marché)".

Les masques tombent. Les hommes du CRIF qui prétendent combattre la bête immonde à Paris sont aux côtés des néonazis du Maidan ...

Ukraine and the Rebirth of Fascism in Europe
Sauf que ces prétendus néo-fascistes philosémites pro-UE n'ont rien à voir avec les fascistes d'antan!

Ukraine/slogans néonazis: Moscou dénonce le silence international

In Ukraine, fascists, oligarchs and western expansion are at the heart of the crisis
Le problème est que les fascistes qui ont existé historiquement n'étaient pas vraiment alliés aux juifs comme le sont ces prétendus néofascistes ultra-racistes qui manifestent dans les rues d'Ukraine et qui tapent sur des immigrés à la peau foncée (faisant ainsi le job sale des sionistes, qui se sentent menacés par la diversité et l'immigration ; les gens de la diversité et de l'immigration étant rarement pro-sionistes!).
Ukraine : quand les nazis mènent le bal Les médiats juifs dédiabolisent cette nouvelle extrême-droite pro-sioniste qui veut faire tomber le gouvernement ukrainien!

Baird receives Wiesenthal Center’s Award of Valour

Baird praised by Jewish groups and Israel


Le nuisible ministre canadien des affaires étrangères John Baird s'est rendu en Ukraine pour participer à une manifestation (hautement publicisée dans les médiats juifs) dirigée entre autre par des "ultra-nationalistes" pro-UE (sic) et des "néo-nazis" philosémites (sic) visant à faire tomber le gouvernement Ukrainien... L'un des principaux organisateurs de la manifestation est le parti Svoboda d’Oleg Tiagnibok, un leader "néo-nazi"...
De gauche à droite: Oleg Tiagnibok, Arseniy Iatsenioukle, John Baird et Vitali Klitschko
John Baird n'a pas de problème avec ces nazis, mais il a grandement peur des prétendus nazis iraniens et palestiniens! Petit problème de cohérence, ou est-ce que cela ne cacherait pas autre chose? C'est que l'extrême-droite européenne est en train de devenir résolument pro-sioniste, c'est pourquoi Baird ne se sent pas en danger auprès d'eux. Baird joue le jeu géopolitique des grandes puissances contre le gouvernement ukrainien actuel; il ne défend pas les intérêts nationaux ukrainiens, car les seuls nationalistes qu'il tolère sont les nationalistes sionistes et pro-sionistes.

Washington Collaborates with Ukrainian Neo-Nazis

CIA, FBI agents ‘advising Ukraine government’: report

Le FBI et la CIA conseillent le gouvernement de Kiev (Bild)

PRAVIY SEKTOR ORGANISE LE MASSACRE D'ODESSA AVEC LA JUNTE DE KIEV. LES PREUVES !
Les nervis de Kiev brûlent vifs des pro-russes à Odessa, l'armée ukrainienne attaque les populations de l'est : que peut faire Poutine ?


Atrocités commises par la Garde nationale ukrainienne VOSTFR
Shades of 911: US-backed anti-Russian attacks by 'Right Sector' in Ukraine sees 'jumpers' from burning building

"Il naîtra de faux fascismes" (extrait de Maurice Bardèche)

Ukraine : Une alliance orange-brune?

Ukraine’s “Brown Shirt Revolution”: Part of a US -NATO -EU Plan to Break up Russia?

Ukraine’s “Democratic Coup d’Etat”: Killing Civilians as a Pretext for Regime Change

American and Israeli Zionists Behind Civil Unrest In The Ukraine

Top diplomat Christopher R. Hill says that Russia’s response to the Ukraine crisis means that Moscow has betrayed the “new world order” it has been a part of for the last 25 years.

D’après un haut diplomate américain “La Russie a trahi le Nouvel Ordre Mondial”

La Russie a-t-elle mis fin au "Nouvel Ordre mondial" ?


Senator John McCain En Route To Ukraine To Hasten “Regime Change”

Neocons, Keep Your Sticky Fingers Off Ukraine By Ron Paul
The usual interventionists in the US have long meddled in the internal affairs of Ukraine. In 2004 it was US government money that helped finance the Orange Revolution, as US-funded NGOs favoring one political group over the other were able to change the regime. These same people have not given up on Ukraine. They keep pushing their own agenda for Ukraine behind the scenes, even as they ridicule anyone who claims US involvement.

Neocons and the Ukraine Coup American neocons helped destabilize Ukraine and engineer the overthrow of its elected government, a “regime change” on Russia’s western border. But the coup – and the neo-Nazi militias at the forefront – also reveal divisions within the Obama administration, reports Robert Parry.

What Neocons Want from Ukraine Crisis

Putin is making the West's Cold Warriors look like fools

Neocons’ Ukraine-Syria-Iran Gambit
Le pari "Ukraine-Syrie-Iran" de Tel Aviv pour déclencher une guerre mondiale, par le journaliste d'investigation ayant mis à jour les liens secrets entre le clergé iranien et le likoud israelien, Robert Parry, dans l'affaire iran-contra.

Neocons Now Discussing Regime Change in Russia

Ce que les néoconservateurs attendent de la crise ukrainienne

Why Neocons Seek to Destabilize Russia


Lest We Forget–Neoconservatives hype a new Cold War
Lobbyists wine and dine eager Washington journalists in a campaign to undo Obama’s “reset” on Russia

VIDEO - Abby Martin Takes Down the Cold War-Obsessed Neocons Behind the Curtain

On Ukraine, Israel and neoconservatives not on the same page
Israel’s reluctance to side too closely with the United States in its bid to isolate Russia is typical of an Israeli realpolitik that has led to past conflicts with the American neoconservatives, who prize humanitarian interventionism.But Israel’s stance is not sufficiently consequential to set off a fight between friends, neoconservative scholars said.
C'est qu'Israël ne veut pas qu'on se rende compte que les néocons sont ses mercenaires dont le but est de promouvoir les USA comme police mondiale "humanitaire" au service du mondialisme juif.

Stephen Sniegoski: Are Israel-first neocons behind the Ukraine crisis? (audio)

The Kevin Barrett Show 2014.03.01 Special Ukraine crisis report from Israel Shamir in Russia! Breaking news special!"

Le régime ukrainien cède aux pressions exercées par Washington, l’UE et l’opposition d’extrême droite

Ukraine riots according to Obama: 'Peaceful protesters' oppressed by government

"La position étasunienne consistant à blâmer les autorités ukrainiennes pour les violences est une catastrophe!"

US, European Union Threaten Sanctions Against Ukraine Ils sont déjà en train d'accuser l'Ukraine anti-UE d'avoir commis des "atrocités" en réprimant les manifs violentes! Toujours le même scénario: comme en Lybie, ou en Syrie... Bientôt le gouvernement anti-UE d'Ukraine pourrait être accusé d'être "aussi pire que les nazis"... alors que les seuls "néo-nazis" sont du bord des militants anti-gouvernement, qui se battent aux côtés des juifs et des pro-UE!

Rise of the Anti-Government Flash Mobs: First Ukraine, Now Venezuela

Anonymous Ukraine releases Klitschko e-mails showing treason

Anonymous operations expose Ukrainian Bandera nazis

Pierre Omidyar co-funded Ukraine revolution groups with US government, documents show

Le gouvernement français applaudit le coup d’état en Ukraine

Ukraine : L’opération américaine de changement de régime révélée par la divulgation d’un appel téléphonique

Ron Paul: State Dept. Plotting Coup d'état Against Ukraine

Let Ukrainians Solve Their Own Problems - United States, West need to stop meddling in affairs of Ukraine and let people decide own fate, BY RON PAUL Ron Paul explique le non-interventionnisme...

Les heurts en Ukraine signalent une escalade de l’intervention américano-européenne

Coups for export: US has history of supporting anti-govt upheavals

Comment l’Occident fabrique les mouvements d’opposition: Égypte, Ukraine, Turquie-Syrie, Cuba et Thaïlande

US, EU paying Ukrainian rioters, protesters

Russia accuses US diplomats of ‘puppeteering’ Ukraine

Putin still betting on Ukrainian President Yanukovich If Putin's ally loses in Ukraine, the Russian opposition will receive a massive boost and once again take to the streets challenging his rule.

La presse allemande confirme que des mercenaires états-uniens se battent en Ukraine

Washington Behind the Massacre in Eastern Ukraine. Putin Takes the Blame

Les médias allemands cherchent à dépeindre Poutine comme un nouveau «Hitler»

In Ukraine, Adolph Hitler is Praised as a Liberator Et ils ont raison. Il s'agit alors pour les US-Israel de récupérer ce sentiment pro-Hitler pour servir leur propre agenda impérialiste us-israélien.

Yves Calvi et des "experts" comparent Poutine à Hitler

Putin ‘like Hitler’? How did Prince Charles get it so wrong?

Springtime for Russophobia: Putin the “New Hitler” and Anti-Russian Propaganda


Bernard-Henri Lévy désigne le nouvel Hitler"Le poutinisme est un fascisme", par Bernard-Henri Lévy

U.S. Military Chief Compares Putin’s Ukraine Move to Stalin’s Invasion of Poland

The West brings doublethink to brain damaging pitch on their blind path to war

Les anciens du renseignement US à Merkel : “Nous ne voyons aucune preuve crédible d’une invasion russe” (+ Câble confidentiel de 2008 “Niet, c’est Niet”)

Expert likens possible Putin action on Ukraine to Hitler's 1938 move on Czechoslovakia

Hillary Clinton says Putin's actions are like 'what Hitler did back in the '30s'

Hillary Clinton: I’m Not Comparing Putin To Hitler, I’m Just Saying He’s Acting Like Hitler MDR! Ça a toujours à voir avec Hitler. Tout le temps...

Hillary Clinton: Playing a Dog-Eared “Hitler” Card
The frontrunner to become the next president of the United States is playing an old and dangerous political game — comparing a foreign leader to Adolf Hitler.
Moi je trouve pas ça du tout choquant de le comparer à Hitler. Piper comparerait Poutine à Titus, celui qui a mis à sac Jérusalem et qui a détruit le Temple. Quand on connaît bien Hitler, on prend ça comme un compliment de lui être comparé. Et c'est pas pour des supposées "atrocités" qu'elle le compare à Hitler, c'est pour avoir déployé des troupes pro-russes en Crimée. Je crois que la comparaison est pas trop exagérée. J'en comprends que l'espoir de changement et la défiance nationaliste face à l'empire mondialiste sont du côté de Poutine, comme ils ont déjà été du côté d'Hitler.  Je soupçonne que l'antisémite privée Clinton est au courant du fait que sa comparaison a plusieurs niveaux, mais on peut pas savoir quelles étaient ses intentions. C'est clair qu'elle sait que l'Agenda est qu'il faut attaquer Poutine par tous les moyens possibles. Elle doit savoir que la comparaison avec Hitler, le fameux point Godwin, manque tellement de subtilité qu'elle mène au ridicule et à la perte de toute crédibilité. Une diabolisation anti-Poutine mal instrumentalisée pourrait se retourner contre son émetteur (l'arroseur arrosé) ce qui saboterait les plans anti-Poutine... Pour les juifs, Hitler c'est l'Holocauste, donc la reductio ad hitlerom doit rester la pire attaque imaginable, dans une classe à part, réservée aux cas vraiment extrêmes de "criminels contre l'humanité".  C'est pourquoi ils digèrent difficilement ces usages non-autorisés et "irresponsables" de l'arme ultime de la reductio ad hitlerom.

Russia’s Putin outlaws denial of Nazi crimes

putin2

Critics say new law aims to silence journalists, historians who dispute glorification of USSR actions during World War Two.

ed note–doubtless that the usual suspects will use this as ‘irrefutable proof’ that Putin is ‘working for the Jews’.
Please keep something in mind however–
Hitler and Germany were deemed ‘anti-Semitic’ and were destroyed by the Jews…
Saddam Hussein and Iraq were deemed ‘anti-Semitic’ and were destroyed by the Jews…
Gaddafi and Libya were deemed ‘anti-Semitic’ and were destroyed by the Jews…
Assad and Syria have been deemed ‘anti-Semitic’ and are in the process of being destroyed by the Jews…
In short, Putin & co are playing chess here, not checkers, and in jumping first on the ‘Nazi’ angle to what is taking place in Ukraine and now this, outlawing ‘Holocaust’ denial, what Putin and co have effectively done is to remove the first established step that the Jews use whenever they have targeted someone/something for destruction–painting them as ‘anti-Semites’.
And finally, we can be rest assured that Israel and her people throughout the world were not the LEAST bit pleased with this news, which means in and of itself this was a positive development.
Read the rest of this entry »

Russia evokes Nazi horrors to bash Ukraine

putin
Kremlin launches propaganda offensive, drawing on WWII comparisons, to garner support against Kiev
ed note–as we said here from the beginning, to the shrill, irrational screeching on the part of WWII/Hitler/Holocaust revisionists who insisted with 100% certainty that ‘Putin was a Jew’ because of his use of anti-Nazi rhetoric in framing the Ukrainian debate, there is a very sophisticated game of geo-political chess being played here and given that he is in it to win, not just to play, means that Putin and the people on his team are going to do what is necessary in order to win. Note as well in this piece validation of what has been said here as well–the Russian people, all 300 MILLION OF THEM–are not going to jump into the WWII/Hitler/Holocaust revisionist camp overnight. WWII is STILL referred to in Russia as ‘the Great, Patriotic War’ and for any politician in Russia trying to organize his people in opposition to the NWO, going the route of trying to undo almost a century of entrenched thinking overnight would be not only an absolute failure, but an absolute disaster.
The bottom line is that organized Jewish interests no doubt had it in their plans to paint Putin as a Nazi and an anti-Semite, but having beat them to the punch by utilizing that language for himself and his cause, he effectively took the bullets out of the gun they were planning to use in his assassination and are now forced to go back to the drawing board and to come up with something else. 



VLAD THE BAD STEALS A MARCH ON THE WEST America has a bad habit of personalizing foreign affairs and demonizing uncooperative leaders. Remember when Egypt’s Gamal Abdel Nasser was denounced as “Hitler on the Nile?” “Khadaffi, Mad Dog of the Mideast?” Most Americans have little knowledge of geography, history or world affairs so the easiest way to market overseas adventures to them is by creating foreign bogeymen like Khadaffi and Saddam.  Vladimir Putin is the latest. He is being hysterically demonized by the US and British media. Vlad the Bad.



VIDEO - Entretien avec Israël Shamir sur l'Ukraine, la Russie et Israël

MUST READ: VLADIMIR PUTIN ANSWERED JOURNALISTS’ QUESTIONS ON THE SITUATION IN UKRAINE

Discours de Vladimir Poutine sur l’intégration de la Crimée à la Fédération de Russie
How Cold War-hungry Neocons stage managed RT anchor Liz Wahl's resignation

Congress Approves Aid of $1 Billion for Ukraine

U.S. offers Ukraine a new $50 million aid package

War Propaganda: Another New York Times ‘Sort of’ Retraction on Ukraine

Ukraine moves special forces to Odessa, helicopter downed in east

Le FBI et la CIA conseillent le gouvernement de Kiev (Bild)

Sa démission en direct était presque parfaite
(...) Le 5 mars dernier, une vingtaine de minutes avant la démission en direct de Liz Wahl, le compte Twitter du think tank Foreign Policy Initiative (FPI), annonce qu’il va « se passer quelque chose de grand sur RT dans 20-25 minutes » (...) Visiblement, le Foreign Policy Initative était au courant du projet de la journaliste. Cette structure est un think tank basé à Washington, dont font partie de célèbres néoconservateurs, tels le politologue Robert Kagan.

Voir le document
(Fichier PDF)
Elle est liée au Project for the New American Century, qui a milité en 2003 pour l’intervention militaire en Irak. Le 21 mars, le think tank a rendu publique une lettre ouverte à Barack Obama, appelant à « sécuriser l’Ukraine, isoler la Russie et renforcer l’Otan ». Dans cette tribune, le FPI propose notamment d’étendre l’aide à l’Ukraine et à son armée.


VIDEO - The Truth About RT Host Liz Wahl's Resignation Par Prison Planet... à prendre avec un grain de sel. Leur fixation sur les nazis est impossible à contrôler, faut tout le temps qu'ils trouvent des nazis cachés partout, sous le moindre caillou, même si c'est nullement significatif... S'ils n'aimaient pas Poutine l'autoritaire, ils auraient pas de difficulté à trouver des points de comparaison avec le nazisme! Car le fait est qu'il existe de tels points, sauf que PrisonPlanet fait comme l'ADL: ils utilisent la comparaison aux nazis seulement pour diaboliser l'ennemi.

VIDEO - The Truth About Russia’s “Anti-Gay” Law Fidèle à lui-même, Prison Planet nous présente les putchistes néo-nazis au service de l'Otan comme s'ils suivaient une longue tradition de "nazis pantins de la finance mondialiste". C'est une vue erronée de la réalité historique.

VIDEO - John Kerry attacks RT during Ukraine address

VIDEO - State Dept's Psaki sharply refuses RT reporter's question on Ukraine

Propagande antirusse : le New York Times pris en flagrant délit de mensonge

New York Times Attempts to Whitewash its Role in Publishing Faked Ukraine Photos

NY Times Publishes Fabricated Evidence to Sell WW3

New York Times propaganda photos on Ukraine exposed A day after the New York Times published a front-page report purporting to show the involvement of Russian Special Forces in protests in east Ukraine, its report, titled “Photos Link Masked Men in East Ukraine to Russia,” has been exposed as a blatant fabrication.
 
New York Times Admits It Pushed Fabricated Evidence about Iraq, Syria and Ukraine


The New York Times Criticized for Submitting to Israeli Censors

Ukraine rebels say detained OSCE team are ‘NATO spies’






VIDEO - Obama et Fabius accusent Poutine d'ingérence et de violation des lois internationales

Bilderberger Henry Kissinger Wants World Army to Fight Terrorists

U.K. warns Russia: Don’t intervene in Ukraine crisis

US prepares ‘tough response’ for Russia over Ukraine

George Soros On "Sustaining Ukraine's Breakthrough"

George Soros et la crise ukrainienne

VIDEO - Éric Zemmour sur l’Ukraine, George Soros et BHL j'aime pas promouvoir Eric Zemmour, mais bon... Tout le monde peut avoir raison de temps en temps.

VIDEO -  George Soros revendique avoir joué un rôle dans la crise ukrainienne

US Propaganda “Accidentally” Exposes Nazi Crimes in Ukraine
The Interpreter Magazine is a “special project” of the Institute of Modern Russia. By “Modern Russia,” its creators mean, Russia as imagined by Wall Street and London. The “institute” is run by disgraced Russian billionaire oligarch, convicted criminal, and long-time Western proxy Mikhail Khodorkovsky, his son, andWashington lobbyists. It includes contributors such as Catherine A. Fitzpatrick who literally worked for the US State Department’s propaganda arm, Radio Free Europe/Radio Liberty and convicted financial criminal George Soros’ faux-rights advocate Human Rights Watch (HRW) and Soros’ Open Society Institute itself.
Russian military action in Ukraine would be ‘grave mistake’: U.S.

John McCain Wants To Push The United States Into A Full Scale War With Russia

John McCain to Vladimir Putin: Don’t meddle in Ukraine

Israel firster, McCain with Wolf Blitzer (Jew): We need sanctions for Russia 3/3/2014

Sen. McCain: Ukraine needs help now

Senator John McCain: “We Are All Ukrainians”

McCain at AIPAC conference–Crimea Crisis Caused by ‘Obama Fecklessness’

John McCain: 'I'm Ashamed Of My Country, I'm Ashamed Of My President, I'm Ashamed Of Myself'

McCain: “I’m ashamed of my country” over Ukraine

Ukraine: Country's new rulers ‘gun-toting mutineers’ and we will not work with them, says Russia

In call with Obama, Putin says 'extremists' in Kyiv 'intimidating people with impunity'

Nationalists ‘no longer useful, embarrassing’ to Ukraine putsch regime Les natios ukrainiens n'ont pas d'expérience: ils ignorent que lorsque les puissances auront fini de les utiliser, elles vont les jeter comme de vieilles guenilles sales!

‘I’m not leaving’: Yanukovich accuses opposition of coup d’Etat, calls on EU to fulfill obligations

Will Ukraine Become a Proxy War Between U.S. and Russia?

Russia reportedly sending mediators to Ukraine as truce falls apart
Encore un cas patent de guerre orchestrée par l'Occident pendant que la Russie, défenseur de la paix, tente d'empêcher une guerre mondiale...

Le président ukrainien Victor Ianoukovitch accueilli en Russie

Ukraine’s Yanukovych says he’s still president, takes refuge in Russia

US, Europe Step Up Threats Against Russia Over Ukraine

Obama issues blunt warning to Russia over intervention ‘costs’

Obama: US, Europe united in making Russia pay for Ukraine actions

Stephen Harper warns Russia faces ouster from G8

Canada’s Harper visits Kiev to Laud Coup, Threaten Russia

Canada's yappy dog barks at Putin  Stephen Harper had a showdown with Vladimir Putin on Saturday, telling the Russian leader to "get out of Ukraine" in a dustup at the Group of 20 summit in Australia.

Canada backs imperialist aggression in Gaza and Ukraine

MH 17 crash: Canada to expedite new sanctions against Russia

Glorification du nazisme: l'Onu condamne, sauf l'Ukraine, les USA et le Canada Qu'est-ce qui manque dans cette phrase? La Russie! Non pas que la Russie fasse comme les USA, le Canada et l'Ukraine, mais plutôt : c'est justement la Russie qui est à l'avant-scène de ces pays qui demandent aux occidentaux de condamner et réprimer le nazisme et sa glorification. Car on sait qu'en Ukraine tout particulièrement la propagande néo-nazie sert à l'empire canado-états-unien dans leur campagne de propagande anti-Russie.

Irwin Cotler says he considers his being banned from Russia “a badge of honour.”
Il est toujours là quand c'est le temps de taper sur l'Iran, la Russie, la Syrie, etc.


Harper on Russia: America's useful idiot?

Canada Joins NATO Build-Up Against Russia

Canada providing military aid to Ukrainian regime as it wages war

Russia’s new culture policy a weapon against West

Bullshit Alert: "Ukraine synagogue reportedly firebombed"

Assad supports Putin’s efforts for ‘stability’ in Ukraine

Western attempts to isolate Russia are doomed – Russian MP

Ingérence occidentale en Ukraine: Vers un conflit de grande envergure ?…

RT - 'Phosphorus' reports: Ukraine military 'dropped incendiary bombs' on Slavyansk 

Evidence of Kiev Using Phosphorus Bombs against Civilians in East Ukraine

US Invents Reports of Russia Attacking Ukraine Bases No Reports Out of Ukraine on Any Such Incidents

VIDEO - BBC Russia accidentally aired a truthful report about HM17 - The Video Report Deleted by the BBC - ENG SUBS 

Russia Strikes Back: Bans products from EU, US, Australia, Norway, Canada

Otan/Ukraine/Russie : La ploutocratie de l’Occident va à la chasse à l’ours

It Begins: Canada To Send Military Equipment To Ukraine


Why Does Ukraine Seem So Much Like Syria?



L’Ukraine, bientôt une deuxième Syrie?

Blood In The Streets: West Is Repeating Syrian Model In Ukraine
 

Le scénario libyen pour l’Ukraine




VIDEO - Bourdin Direct: Jean-Marie Le Pen - 19/03
Grabar : « Alors sur le plan de la démocratie là, parce que c’est un mot qui revient tout le temps dans votre bouche, du point de vue russe, évidemment, c’est pas tout à fait la même chose. La période Eltsine, malheureusement, a dévalorisé ce terme de démocratie, il y avait même un vilain jeu de mots où on faisait rimer démocratie avec diermocratsia, le mot diermo ça veut dire de la merde. La période Elstine a été une période d’effondrement du niveau de vie… »
Jacques Attali : « Je crois que la raison pour laquelle la démocratie est mal vue en Russie, c’est que la période démocratique commence en fait avec la perestroïka, avec Gorbatchev, a provoqué la fin de l’Union soviétique, c’est-à-dire le fait que justement existe l’Ukraine et que la Russie soit coupée en morceaux. Et un des grands regrets de Poutine, c’est que la brève période démocratique a conduit à la fin d’un empire. C’est pour ça qu’il faudra du temps avant que la Russie revienne… »

En 1994, Alexandre Soljenitsyne posait déjà le problème de la Crimée et plus largement de l’Ukraine


Un aperçu de l'authentique nationalisme ukrainien: Ukrainian Archive



TUT Broadcast March 5, 2014
March 5, 2014
putin
It is Purim season, 2014 and Putin is this year's Haman. Israel and Netanyahu are in full court press to see Putin--who is standing in the way of the New World Order--destroyed, even if it means war with the United States.
We are joined by the one and only Michael Collins Piper to discuss this.
paypal2.jpg?w=200&h=50




PUTIN STYMIES GLOBALISTS
• Russia leaves one-worlders out in the cold by challenging “international system”

By Mark Anderson
In the wake of the late-April meeting of the Trilateral Commission—and with the 2014 Bilderberg meeting dead ahead in Denmark—globalists are fuming over Russia’s moves in the Crimea and its nationalist economic and energy initiatives.
Russia’s strong nationalist stance and its push for a “multi-polar” world system—rather than one dominated by the United States—suggest that Russian President Vladimir Putin is seeking a more decentralized world order. That may be embodied in Putin’s moves to negotiate trade and energy deals directly with Asian-Pacific nations, including Japan and South Korea, leaving the internationalists out in the cold. It is also reflected in Putin’s overtures to China.
Although it’s too early to forecast outcomes, a Russia that asserts itself independently on the world stage, with minimal linkages to Western power structures, means a world that could avoid having a singular source of ultimate authority.
This is why Secretary of State John Kerry told the Atlantic Council at a gathering in late April that Putin must be opposed simply because he is challenging “the international system.”
Western global expansionists lament that Putin refused to join the World Trade Organization. And various Western think tank policy papers show that Putin may be intent on forming a formal confederation, comprised of Russia and former Soviet states that are now in the loosely knit Commonwealth of Independent States. A confederation is a less centralized arrangement, comparable to Switzerland.
The EU is a federation, with a singular authority located in Brussels.
In contrast, Western corporate and banking interests support world government, an ultimate “unipolar” world with one super-concentrated central authority—a difficult goal that requires patient gradualismforged by the Trilateral Commission, the Bilderberg group and related secretive and semi-secretive Zionist-controlled outfits.
This is what is behind the Trilateralists’ support for a “Europe 2020” rubric consisting of a “fiscal union” among the 28 European Union member nations.
That means member states would have to completely surrender their autonomy to collect taxes and use the receipts for national public expenditures.
Under a fiscal union such matters would be centralized, giving the EU direct control over taxation and spending power in direct contrast to state sovereignty where countries define their own fiscal policies.
The above fiscal item appears to harmonize with remarks this AFP writer chronicled at an April 2013 Brookings Institution meeting at which a Federal Reserve-style central bank for Europe was an announced goal.
——
This article is from AMERICAN FREE PRESS newspaper, issue #20 for 2014. A 16-week trial subscription is $17.76. One year—52 issues—is $59 or $5 per month deducted from your credit card automatically. Online editions just $15 per year. Write AFP at 645 Pennsylvania Avenue SE, #100, Washington, D.C. 20003 or call AFP toll free at 1-888-699-6397 and charge your subscription to amajor credit card. Purchase AFP’s digital edition—sent to you every week in PDF format—on AFP’s website at www.americanfreepress. net. We encourage you to photocopy this article and hand it out to others.




AMERICAN FREE PRESS
 International Bankers Big Winners of Ukraine Aid
STRAIGHT TALK
Rep. Ron Paul
In lateMarch Congress overwhelmingly passed a bill approving a billion dollars in aid to Ukraine and more sanctions on Russia. If you think this is the last time U.S. citizens will have their money sent to Ukraine, you should think again. This is only the beginning.
This $1 billion for Ukraine is a rip-off for the America taxpayer, but it is also a bad deal for Ukrainians. Not a single needy Ukrainian will see a penny of this money, as it will be used to bail out international banks, which hold Ukrainian government debt.
According to the terms of a plan devised by the International Monetary Fund (IMF), life is about to get much more difficult for average Ukrainians.
The government will freeze some wage increases, significantly raise taxes and increase energy prices by a considerable margin.
But the bankers will get paid, and the IMF will get control over the Ukrainian economy.
The bill also authorizes more U.S. taxpayer money for government-funded “democracy promotion” non-governmental organizations (NGOs) and more money to broadcast U.S. government propaganda into Ukraine via Radio Free Europe and Voice of America. It also includes some saber rattling, directing the secretary of state to “provide enhanced security cooperation with Central and Eastern European NATO member states.”
The U.S. has been “promoting democracy” in Ukraine for more than 10 years now, but it doesn’t seem to have done much good. Recently, a democratically elected government was overthrown by violent protestors. That is the opposite of democracy, where governments are changed by free and fair elections.What is shocking is that the U.S. government and its NGOs were on the side of the protestors.
If we really cared about democracy we would not have taken either side, as it is none of our business.
Washington does not want to talk about its own actions that led to the coup, instead focusing on attacking the Russian reaction to U.S.-instigated unrest next door to them. So the new bill passed by Congress will expand sanctions against Russia for its role in backing a referendum in Crimea, where most of the population voted to join Russia. The United States, which has participated in the forced change of borders in Serbia and elsewhere, suddenly declares that international borders cannot be challenged in Ukraine.
Those of us who are less than gung-ho about sanctions, manipulating elections and sending our troops overseas are criticized as somehow being unpatriotic. It happened before when so many of us were opposed to the Iraq war, the U.S. attack on Libya and elsewhere. And it is happening again to those of us not eager to get in another cold—or hot—war with Russia over a small peninsula that means absolutely nothing to the U.S. or its security.
I would argue that real patriotism is defending this country and making sure that our freedoms are not undermined here. Unfortunately, while so many are focused on freedom in the Crimea and Ukraine, the U.S. Congress is set to pass an NSA “reform” bill that will force private companies to retain our personal data and make it even easier for the NSA to spy on the rest of us.We need to refocus our priorities toward promoting liberty in America.
——
Ron Paul, a former U.S. representative from Texas and medical doctor, continues to write his column “Texas Straight Talk” for the Foundation for Rational Economics and Education, located at www.the-free-foundation.org.



AMERICAN FREE PRESS
Money for Ukraine - Sanctions for Russia

Congress funds back-door banker bailout
The House recently fell all over itself with a 399-19 vote to ensure that the European Union-installed “democracy” based in Kiev, Ukraine is not devoured by the Russian bear. That happened March 27, when the Senate passed its own legislation by voice vote to provide direct aid to Ukraine, back a $1 billion International Monetary Fund (IMF) loan guarantee for Kiev and impose sanctions on select Russians and Ukrainians over Crimea joining Russia.
This legislation passed two days after Senate Democrats ended a lengthy standoff by agreeing to cancel legislative reforms to the IMF “which were urged by the White House but opposed by many Republicans,” according to Reuters on March 27. “Lawmakers said they wanted to send a unified message to Russian President Vladimir Putin—and the rest of the world—as Ukraine and neighboring states worry about more aggression from Russia.”
Besides the loan guarantee, the Senate bill provides $150 million in aid to Ukraine and neighboring countries.
Even before the congressional vote on aid and sanctions, President Barack Obama had announced sanctions against Russian President Vladimir Putin’s inner circle.
In lateMarch, Obama embarked on a week-long European tour to fortify opposition to Russia, even though the Russian ethnic majority on the Crimean Peninsula had a public vote to leave Ukraine and join Russia. Putin maintains that he had to send in troops to quell excessive, sometimes contrived uprisings, which Putin believed endangered that majority.
During a press conference, Senate Foreign Relations Committee Chairman RobertMenendez (DN. J.) was quoted as dramatically saying, “I believe we are in a dangerous moment in history with global consequences and the world is watching.”
Note that the option of minding our own business—which is what the majority of Americans want—and pulling out of the IMF is never considered, even though it would save taxpayers billions of dollars and free the U.S. from having to worry about pleasing international bankers. The Congressional Research Service reports that, while the U.S. does not fund the IMF every year, Congress does give the IMF money when the IMF needs to be bailed out, such as in 1999 when Congress gave the IMF $14.5 billion and the billions more to bail out international bankers following the world economic downturn in 2007.
On March 27, the IMF announced a $27 billion bailout agreement for Ukraine to prop up the country’s failing banking sector. Those suspicious uprisings resulted in the ouster of Ukraine’s pro-Moscow president, thereby prompting Russia to annex Crimea. However, evidence ismounting that the EU backed an illegitimate regime, by way of a George Soros-supported coup, but cast the affair as a real uprising that toppled a tyrant.


AMERICAN FREE PRESS (April 2014)
Obama Should Listen to Harry Elmer Barnes

by Paul Craig Roberts
Does President Barack Obama realize that he is leading the U.S. and its puppet states to war with Russia and China, or is Obama being manipulated into this disaster by his neoconservative speechwriters and government officials? World War I was the result of the ambitions and mistakes of a small number of people. Only one head of state was actually involved—the president of France.
In 1926, historian Harry Elmer Barnes* wrote that WWI was the product of four or five people.
Three stand out: President of France Raymond Poincaré, Russian Foreign Minister Sergei Sazonov and Russian Ambassador to France Alexander Izvolski. Poincaré wanted Alsace-Lorraine from Germany, and the Russians wanted Istanbul and the Bosphorus Strait, which connects the Black Sea to the Mediterranean. They realized that their ambitions required a general European war and worked to produce the desired war.
Barnes’s reward for confronting the corrupt court historians with the truth was to be accused of being paid by Germany to write his history. Eighty-six years later historian Christopher Clark in his book The Sleepwalkers** comes to essentially the same conclusion as Barnes.
In the history I was taught the war was blamed on Germany for challenging British naval supremacy
by building too many battleships. The court historians who gave us this tale helped to set up World War II.
We are again on the road to world war. One hundred years ago the creation of a world war by a few had to be done under the cover of deception. Germany had to be caught off guard. The British had to be manipulated and, of course, people in all the countries involved had to be propagandized and brainwashed.
Today the drive to war is blatantly obvious. The lies are obvious, and the entire West is participating, both media and governments.
Obama, or his handlers and programmers, are relying on the total historical ignorance of Western peoples. The ignorance and gullibility of Western peoples allows the American neoconservatives to fashion “news” that controls their minds.
Washington is the government that invaded and destroyed Afghanistan and Iraq on the basis of lies.
Washington is the government that financed and organized the overthrow of the Libyan and Honduran governments and that is currently attempting to do the same thing to Syria and Venezuela. Washington is the government that attacks with drones and bombs populations in the sovereign countries of Pakistan and Yemen. Washington is the government that has troops all over Africa. Washington is the government that has surrounded Russia, China and Iran with military bases. It is this warmongering collection of Washington war criminals that now asserts that it is standing up for international ideals against Russia.
The position of the government in Washington and its puppet states (Eastern and Western Europe, Great Britain, Canada, Australia, New Zealand, Georgia, Japan) and other allies purchased with bagfuls of money is that Washington’s violation of international law by torturing people, by invading sovereign countries on totally false pretenses, by routinely overthrowing democratically elected governments that do not toe the Washington line, is nothing but the “indispensable and exceptional country” bringing “freedom and democracy to the world.” But Russia’s acceptance of the self-determination of Crimean people to return to their home country is “a violation of international law.”
Just what international law has Washington, D.C. and its puppets not violated?
Who can possibly believe that Obama, whose government is responsible for the deaths of people every day in Afghanistan, Iraq, Pakistan, Yemen, Libya and Syria, cares a whit about democracy in Ukraine?
—— *For a sample copy of the magazine dedicated to the memory and work of Harry Elmer Barnes, please send a request to TBR, P.O. Box 15877, Washington, D.C. 20003. Also available: Who Started WWI by Dr. Barnes. Softcover, 64-page booklet. $11 ppd. in U.S. Order fromabove address or call TBR toll free at 1-877-773-9077 to charge. Add $17 outside U.S. You can also pick the booklet up at www.BarnesReview.com.
**The Sleepwalkers: How Europe Went to War in 1914 (softcover, 697 pages, #683, $20 minus 10% for TBR subscribers plus $5 S&H inside the U.S.) is available from TBR BOOK CLUB at the above address.
Call 1-877-773-9077 toll free. NOTE: Expect delivery in 2-4 weeks.
——
Paul Craig Roberts is a former assistant undersecretary of the U.S. Treasury and former associate editor of the Wall Street Journal. He is the author of many books including The Tyranny of Good Intentions, Alienation and the Soviet Economy, How the Economy Was Lost and others

Special Subscription offer from Willis A. Carto, TBR publisher:

We are so pleased to see that columnist Paul Craig Roberts is aware of the work of historian Harry Elmer Barnes, the man I named my history journal after back in 1994. If you will subscribe to THE BARNES REVIEW magazine for one year at $46 (U.S. offer) fromthis ad, I will authorize the staff to send you a free copy of Dr. Barnes’s booklet Who Started World War I: An Unbiased Analysis of the Mitigating Factors of World War I. We’ll start your subscription out with the first two issues of this year, January/February (“In Defense of Adolf Hitler”) and March/April (The Gunpowder Plot: 17th-Century False Flag?”). You’ll get four more issues this year—the May/June through November/December issues, as they come off the presses. Order by calling 1-877-773-9077 toll free. Mention you saw the ad in the April 14, 2014 issue [#15] of AFP and I’ll also send you a free copy of my booklet on World War II! Note: Each TBR issue is 64 pages of factual, politically incorrect information.


Warmongers Are Shootin’ for Putin
THE WAY I SEE IT
By Michael Collins Piper for American Free Press
Lest anyone doubt the New World Order elite are moving further toward outright efforts to destroy Russian leader Vladimir Putin—perhaps even force a war with Russia—The Washington Post made things abundantly clear on July 22 that the push is on to pressure President Barack Obama into taking a more combative stance against Putin.
A longtime voice forwhatmany call “the foreign policy establishment,” the Post once again adopted a notably hysterical tone toward Putin (quite in contrast to the paper’s otherwise staid tradition) and in a lead editorial, bluntly titled “Russia’s barbarism,” declared “the West needs a strategy to contain the world’s newest rogue state.”
Slamming Putin for denying responsibility for the loss over Ukraine of a Malaysian airliner—the circumstances of which remain in dispute, Western media claims notwithstanding—the Post issued a virtual call for war.
“What’s needed,” roared the Post, “is a broad strategy for putting a stop toMr. Putin’s aggression and, where possible, rolling it back. . . . It’s time to treat Mr. Putin’s Russia as what it has become—a dangerous outlaw regime that needs to be contained.”
The Post’s designation of Russia as “the world’s newest rogue state” was more than a rhetorical flourish. Instead—and be assured of this—it was a serious, explosive provocation.
While there’s no formal legal definition of a “rogue state”—though one dictionary defines it as “a nation or state regarded as breaking international law and posing a threat to the security of other nations”—the phrase is a now-much-used political term of art that, in statecraft, is the practical equivalent of calling a person a Holocaust denier or an anti-Semite.
“Rogue states rollback”—targeting Iraq and Iran—was first enunciated on May 22, 1993 by Martin Indyk (a former Israeli government propagandist and later U.S. ambassador to Israel) in a speech reported only by AFP’s predecessor—The Spotlight —to a pro-Israel group in Washington.
However, within a year, the concept of rogue states rollback was publicly unveiled in an article, “Confronting Backlash States,” in the March/April 1994 issue of Foreign Affairs, published by the Council on Foreign Relations (CFR), the New York branch of the London-based Royal Institute of International Affairs, foreign policy arm of the Rothschild banking empire, premier patrons of Israel and the world Zionist network.
Since then, the smear “rogue state” has most often been slapped on nations perceived hostile to Israel, to Jewish interests or to schemes of the international banking establishment (much of which is in the grip of the Rothschild dynasty and elements in its sphere of influence).
In that respect, it’s perhaps no coincidence the Post complained on March 24 that “Putin has long argued that Russia’s wealthy . . . should keep their money inside Russia and away from a global economy controlled by Western interests.” That was a view reflective of Putin’s now-legendary war against the handful of Jewish “oligarchs,” many of whomheld Israeli citizenship and squeezed Russia for its riches after the collapse of the Soviet Union.
Describing Putin as being “animated by nationalist impulses and historic grievances,” the Post had a grievance of its own with Putin who—after assuming power—jailed one of Russia’s oligarchs who was a business partner of the Post’s then-publishers, the Graham family, heirs of Wall Street war profiteer Eugene Meyer—first president of the World Bank, an early member of the board of the Federal Reserve System and grandson of the grand rabbi of France.
On July 25, the Post amped up its assault on Putin. The latest shrieking attack nowdrewBarack Obama into theweb, crying “President Obama hobnobs with donors as Russia escalates its war of aggression,” bemoaning the fact Obama had taken a fundraising trip to California amidst the crisis over the Malaysian airliner.
Most revealing was that the Post noted “frustration” with what it called “Mr. Obama’s weakness” in dealing with Putin was extending to the “top ranks of the Democratic Party,” citing three Putin bashers—Sens. Dianne Feinstein (Calif.), Carl Levin (Mich.) and Robert Menendez (N.J.)—who are among the Senate’s most pivotal Democratic parrots for the Zionist lobby and allies of the top Republican critics of Putin—John McCain (Ariz.) and Lindsey Graham (S.C.)—the Senate’s most energetic GOP advocates for Israel.
The nature of this “bipartisan” opposition to Putin—from pro-Zionist operatives—underscores thatmuch of the anti-Putin clamor comes precisely because he is considered a danger to Israel and to monied Jewish interests in the West.
On July 28—in case anyone missed the point—the Post’s editorial page editor Fred Hiatt—a CFR member—chimed in with a signed commentary again trashing Obama for, among other things, not being tough enough on Putin.
Describing Obama’s attempts at “a cautious, modest retreat” from U.S. meddling in global affairs—which the CFRman saidwas “an experiment gone wrong” that “expose[s] the dangers of U.S. disengagement”—Hiatt asserted that while Obama “argued that America should concentrate on ‘nation-building here at home,’ ”what resulted “is a far more dangerous world.”
Hiatt sounded like New York’s Jewish Press—a Putin-bashing journal—which on June 6 called Obama “the neo-isolationist president” whose foreign policy will “diminish America’s pivotal, stabilizing role around the world.”
As far back as Feb. 25, 2013, Post commentator Jennifer Rubin—associated with American Jewish Committee circles—declared that “for all intents and purposes, [Israeli Prime Minister] Benjamin Netanyahu is now the West’s protector.”
The Post echoes Jewish internationalist, advocate for Israel and fanatical Putin critic William Kristol who gloated in the neoconservative Weekly Standard onMarch 24 that “awar-weary public can be awakened and rallied . . . . All that’s needed is the rallying. And the turnaround can be fast.”
So the Post is doing the rallying. And as a media powerhouse, which shapes the mindset of official Washington, what the Post says is influential, no matter how much grassroots America might reject what the Post has to say.--
Michael Collins Piper is a world-renowned author, journalist, lecturer and radio show host. He has spoken in Russia, Malaysia, Iran, Abu Dhabi, Japan, Canada and, of course, the United States.


 30 juillet 2014
 

En novembre 1917, peu après l'entrée en guerre des Américains, Rudolf Steiner mit solennellement en garde (1) :
« Il ne faut pas que le monde soit géographiquement américanisé, car les efforts de l'Amérique visent à tout mécaniser, à tout faire entrer dans le domaine du pur naturalisme, à effacer peu à peu de la surface de la Terre la culture de l'Europe. » (R. Steiner, Derrière le voile des événements – Le mystère du Double, G.A. 178, Paris, 1999, pp. 88-89).
Phase 1, le GMT.
Or, que se trame-t-il en ce moment, à peine un siècle après cette mise en garde solennelle ? Les gnomes de l'Union Européenne s'affairent précisément en coulisse – et le plus loin possible des oreilles des peuples, cela va sans dire – à mettre fébrilement en place le GMT, le futur "Grand Marché Transatlantique" destiné, en dehors de tout accord populaire conscient bien sûr, à aligner la totalite des normes européennes, tant environnementales, que sociales, financières et commerciales, à la mesure des exigences anglo-américaines. Une vassalisation camouflée de l'Europe, ni plus, ni moins. 

C'est cela qui se magouille depuis juillet 2013 : une entente de libre-échange intégral ouvrant toute grande l'Europe aux multinationales US en imposant la supériorité de leur droit sur celui des états de l'UE. Une entreprise opaque menée depuis 20 ans derrière un écran de fumée pour supplanter le droit européen au profit direct du droit US. Travail à petits pas discrets auquel même le Parlement européen ne dispose que d'un accès restreint conformément aux ententes entre les négociateurs occultes américains et leurs homologues européens (on oserait mettre des guillemets) :
« Tous les documents concernant le développement du GMT, y compris les textes des négociations, les propositions faites des deux côtés, le matériel explicatif joint, les courriels et les autres informations échangés demeureront confidentiels. » (Accord du 5 juillet 2013). Taisez-vous, profanes, vous n'avez pas le droit au chapitre…

Phase 2, le coup d'état de Kiev.
C'est en pleine trève olympique que l'« Occident » passe à l'attaque. La paix n'étant pas propice à ce grand chambardement, il y fallait une préparation psychologique des foules, une ambiance et quelques bons prétextes bien sanglants : du sur mesure donc pour les tueurs professionnels des Pravyi Sektor et autres Svoboda, faux nazis naïfs retournés par la CIA, mais vrais mercenaires à la botte de qui les arme et les paie. Le gouvernement légal refusant de faire donner l'armée contre son propre peuple, le putsch prend ainsi le pouvoir en pleine scéance du parlement avec le plein soutien de Washington et de ses obéissants vassaux.

En dépit des slogans de l'Euromaïdan appelant à lutter contre un régime oligarchique, c'est pourtant bien un « roi du chocolat » milliardaire qui devient aussitôt président de l'Ukraine : un oligarque sans scrupules aux ordres de Washington qui s'affaire aujourd'hui à écraser, avec le plein appui de l'UE, tout ce qui, à l'Est du pays, se refuse à se soumettre à l'impérialisme du B.A.O. (2) dans lequel Washington veut à tout prix faire basculer les provinces russophones hostiles à l'inféodation otanienne. Sans la riposte-éclair de la Russie en Crimée, c'était toute la population russe de cette presqu'île stratégique et Sébastopol qui tombait en quelques heures dans les mains de l'OTAN. Une réaction russe avalisée par un référendum écrasant qui déclencha l'ire des dirigeants occidentaux d'habitude si respectueux de la volonté populaire tant qu'elle est à leur avantage...

Déjà des congressistes US proposent de considérer dès à présent l'Ukraine comme « allié militaire majeur des Etats-Unis » face à la Russie. En Europe même, l'hystérie anti-russe bat son plein, tous médias confondus ou peu s'en faut, et n'a de cesse d'appeler au boycott pour complaire aux diktats états-uniens, sans même comprendre qu'ils se sanctionnent eux-mêmes au plus grand détriment de leurs propres entreprises, et que c'est justement là le but de l'administration US : ruiner l'Europe pour mieux l'asservir et pousser l'OTAN jusqu'aux frontières mêmes de la Russie. Ce qui avait déjà précipité l'Europe dans la guerre en 1914 se répète seulement en 2014, mais, comme on le sait, c'est pour la bonne cause et surtout celle de l'Empire ploutocratique anglo-saxon.

La Guerre en marche.
Viêtnam, Iraq, Libye, Syrie, Serbie, Ukraine... C'est à l'encerclement méthodique et total de la Russie et de la Chine (3) que s'affairent aujourd'hui les stratèges insatiables du Pentagone et leurs obéissants vassaux de l'Union dite européenne : tous à la botte de l’État US finissant et d'autant plus agressif. Cette Europe en voie de totale américanisation, espionnée sans vergogne et, semble-t-il, fière de l'être…

Lorsqu'on sait que l'OTAN n'avait d'autre objectif à l'origine que de faire pièce au Pacte de Varsovie communiste et qu'il n'avait, par conséquent, plus aucune raison d'être à la chute du Mur de Berlin que Moscou n'avait autorisé qu'à l'expresse condition – hélas non paraphée – que l'OTAN ne s'étendrait pas sur les pays de l'Est, on ne peut que constater la duplicité et la puissance de corruption de cette organistaion à vocation purement impérialiste de contrôle hégémonique planétaire.

Rudolf Steiner avait plusieurs fois souligné dans un contexte anthroposophique que, du fait de son sol, la nature même de l'Amérique du nord reposait essentiellement sur la seule volonté de puissance ahrimanique aveugle et de domination tous azimuts. Quant à l'Europe, c'est de Lisbonne à Vladivostok qu'elle devait se faire, Russie incluse évidemment, en trait d'union géographique et culturel entre l'extrême Occident américain et l'extrême Orient chinois, en force d'équilibre donc, et non avachie, vendue aux loges noires de Londres et de Washington.

Entre temps le sang coule, et coule à flot. Il coule non seulement en Europe du fait de l'interventionnisme obsessionnel US, mais aussi aux Proche et Moyen-Orients dans le massacre abominable des populations chrétiennes au profit d'un Islam hystérique et monstrueux gavé d'armes et soutenu en sous-main par ces états croupions que sont les monarchies dégénérées du Golfe (4). De toute évidence, les think tanks anglo-américains veulent la guerre et font tout pour pousser la Russie au casus belli : ils sont aujourd'hui tellement dans le pétrin qu'il en va maintenant de la pérennité de leur business. Comme en 1914. Et comme en 1939...
« L'égoïsme universel émane de la race anglo-américaine. Partant de là, l'égoïsme couvrira toute la Terre. Toutes les inventions qui recouvrent la Terre d'un réseau d'égoïsme viennent d'Angleterre et d'Amérique. A partir de là-bas donc, toute la Terre sera recouverte d'une toile d'égoïsme, de mal. Mais une petite colonie se formera à l'est comme la semence d'une vie nouvelle pour l'avenir. La culture anglo-américaine consume la culture de l'Europe [...] mais la race elle-même va à sa ruine. Elle porte en elle la disposition à être la race du Mal. » (Steiner, Eléments d'ésotérisme, Paris, 2000, p. 275)
A l'heure où nous écrivons, les populations civiles russophones d'Ukraine orientale sont écrasées sous les bombardements massifs de l'armée kievienne encadrée désormais par plusieurs centaines de conseillers de l'ex-armée mercenaire US Blackwater (Academi). Il est toujours mieux de faire faire le sale boulot par d'autres et sous fausse bannière. Cela ne vous rappelerait-il pas les massacres de civils allemands de Bromberg par les Polonais en 1939 ?

Mais l'Ours russe ne bouge toujours pas...
WH.

1. « La guerre qui vient », titre repris d'un ouvrage célèbre de Francis Delaisi (1911) dont Rudolf Steiner fit autrefois l'éloge à plusieurs reprises.
2. « Bloc Américaniste Occidentaliste ». La Rada putschiste de Kiev ira même jusqu'à abroger le statut du russe comme langue régionale dès la prise de pouvoir, obligeant ainsi les enfants à cesser de parler russe dans les écoles.
3. La Chine aussi fait elle-même l'objet de cet encerclement militaire par les États-Unis et leurs bases (Japon, Taïwan, Indonésie, Thaïlande, Corée du Sud, Guam et Philippines). Les vieilles obsessions US de Mackinder à Brzezinski sont toujours d'actualité. C'est à cela que tente de faire pièce l'Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS) dont fait partie la Russie.
4. Quant à l'Israël sioniste, éradicateur criminel des populations palestiniennes soutenu à bout de bras depuis près de 70 ans par l'AIPAC et les USA, son karma est d'ores et déjà scellé ; cette « erreur de l'histoire du monde », pour reprendre les paroles de Steiner, n'est plus qu'un résidu anachronique de l'évolution de l'humanité appelé à cesser d'être et se dissoudre.
Publié par


http://spfc441.blogspot.com
22 mai 2015
La guerre en marche




Kiev, Maïdan, 2014

Que se passe-t-il en ce moment dans un monde qui semble n'avoir plus d'autre sens que de renier toute vérité, que de fouler aux pieds toute justice et sentiment moral ? C'en est à ce point qu'en quelques mois, sans que les peuples aient rien compris, le spectre de la guerre planétaire a resurgi, dressant du jour au lendemain, comme sur une volonté occulte, d'anciens peuples frères, et les jetant les uns contre les autres dans ce qui n'est plus rien d'autre qu'une hystérie collective de mensonge et de haine. D'un bout à l'autre de la Terre, de l'Occident à l'Extrême-Orient, des forces opposées se sont mises en mouvement, des alliances militaires, impensables quelques mois auparavant, viennent de se conclure dans l'ébranlement de grandes manœuvres à l'échelle continentale.

Tout aura commencé suite au putsch ukrainien du 21 février 2014, lors du coup d'état de la junte "pro-européenne" soudoyée et financée depuis 1991 en sous main par les agents de la CIA et – du propre aveu de la représentante officielle au Bureau US des Affaires européennes à Washington – à hauteur de la bagatelle de 5 milliards de dollars. (Les Etats-Unis, on le sait, n'ont jamais lésiné sur les moyens de déstabiliser leurs adversaires par l'émeute et la révolution sous fausse bannière, les exemples abondent, et je dirai même qu'ils encombrent). Dans les jours qui suivirent, les choses traînassant un peu trop au goût des meneurs de jeu occidentaux, des snipers et criminels de haute volée abattent indifféremment civils et policiers depuis les toits pour créer enfin dans le sang et la panique l'indispensable chaos propice à tous les coups fourrés bien préparés. A Odessa, des sbires masqués assaillent et font brûler vifs plus de quarante opposants pro-russes dans la Maison des syndicats... Les choses se déroulent ensuite le plus démocratiquement du monde et avec l'aval bienveillant des représentants de l'UE : le président ukrainien élu viré, un oligarque sur mesure au gré des Américains est vite installé à sa place – "Roi du chocolat" qui plus est – flanqué d'un ancien boxeur et d'un avocat aux dents longues. Le Parlement rapidement mis à la botte au mieux des vœux des commanditaires occidentaux, tout aurait dû finir dans la liesse et les hourras avec une rapide extension de l'Otan jusqu'aux frontières de la Russie… 



La suite, on le sait, ne se déroula pourtant pas conformément à ce brillant stratagème : Un mois plus tard, le 18 mars 2014, la Crimée rompait toute relation avec Kiev et retournait à la Russie sans qu'une goutte de sang ait été versée, les oblasts russophones de Donetsk et de Lougansk se soulevèrent à leur tour, et c'est, au bout du compte, toute la province orientale du Donbass qui fit sécession en bloc au nez et à la barbe des Etats-Unis et de leurs vassaux de l'Otan. L'Ukraine encaisse depuis déroute sur déroute en Novorussie, sombre dans la banqueroute et se retrouve réduite à mendier l'aide de ses bailleurs de fonds du FMI et de l'UE. La glorieuse « révolution » de l'Euromaïdan tant vantée par les medias occidentaux n'aura finalement conduit (comme toutes les révolutions impulsées depuis Washington) qu'à la misère et au chaos, but avoué, comme on devrait le savoir, des stratèges hallucinés du Pentagone, et au grand dam des pays de l'UE, Gros-Jean comme devant, dont le seul bénéfice n'aura jamais été dans cette affaire que de perdre, du jour au lendemain, toutes leurs ouvertures au marché russe pour complaire aux Américains (1). Mais qu'importe, si les marchands de canons US s'en mettent plein les poches.

Le vrai ne se trouve jamais en bloc d'un seul côté ! Trop d'intoxication, de fausses nouvelles et de mensonges s'insinuent dans l'Histoire et la polluent de multiples manières. Les peuples, pour la plupart n'y voient que du feu, gobent avidement ce qui les conforte. Les simples faits le révèlent très vite pour peu qu'on les aborde avec un tant soit peu d'objectivité. Il n'est besoin que de méditer, par exemple, la simple déformation du sens de mots comme fasciste, nazi etc. sous la pression de ceux qui les manipulent (2). Ahrimane travaille toujours à diviser l'unité des hommes et à les leurrer de son miroir aux alouettes.

Svoboda:
Pour ne s'en tenir qu'à la situation actuelle en Europe, les uns ne jurent plus que par l'Occident et son aura déjà crépusculaire de liberté mercantile ; les autres par ce qui se lève à l'est et les unit dans une aspiration née sur les décombres de l'ancienne URSS. Et les deux se font face, plus que jamais. Mais lorsque l'Occident se drape dans les oripeaux de la vieille idéologie éculée de sa sacro-sainte "Démocratie", il ne s'en allie pas moins sans vergogne – aux monarchies les plus barbares et décadentes aux Proche et Moyen Orient – et en Ukraine au Parti Social-Nationaliste relooké Svoboda (3), essai manifestement mal cloné de l'ancien Parti National-Socialiste allemand des années 30 et dont il s'efforcera même assez naïvement de copier les vieux emblèmes (4). Mais quel rapport entre les soldats du défunt IIIème Reich et les excités de Pravyi Sektor ? La vertueuse UE ne s'en formalisera pourtant pas pour autant, pas plus que de cette étrange alliance de la carpe et du lapin : les affaires d'abord, mais le profil bas. Peu importe la vérité des mots pourvu qu'ils s'incrustent dans les esprits.

 

La Russie, elle, n'ira peut-être pas jusqu'à cette hypocrisie, mais ne s'en trouvera pas moins conduite à faire de sa guerre contre l'Allemagne le symbole unificateur de sa "Grande guerre patriotique" à la gloire de l'Armée Rouge en stigmatisant le IIIème Reich comme le Grand Satan agresseur de l'innocente Sainte Russie en juin 1941 – celle-ci, on le sait, partie prenante essentielle du très léonin "Tribunal International de Nuremberg" sur la justice duquel les historiens révisionnistes savent aujourd'hui à quoi s'en tenir. Malédiction de l'Histoire donc, mais Poutine pouvait-il faire autrement avec près de 20 % d'électorat communiste ? Conséquemment ce seront bien derrière les drapeaux de l'URSS soviétique que défileront les armées russes et chinoises le 9 mai 2015. Rire du Diable encore, car s'il est une chose certaine c'est que ce n'était pas contre le peuple russe que s'était dressée l'Allemagne à l'aube du 22 juin 1941 – l'Armée Vlassov suffirait à le montrer – mais bien contre Staline, l'état bolchévique et l'Armée Rouge à ses frontières, quinze jours à peine avant qu'elle ne déferle sur l'Europe ainsi qu'on le sait depuis 1989 et l'ouverture des archives russes. Comme nous le soulignions déjà en 2011, ce sont donc bien incontestablement, qu'on le veuille ou non, les armées du Reich qui sauvèrent l'Europe de la submersion communiste en 1941, et ce au prix de la ruine totale des villes allemandes et du massacre de plusieurs millions de leurs habitants. Car, en définitive, ce n'est pourtant pas l'Allemagne qui atomisa les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagazaki, perpétuant ainsi le plus grand crime contre l'humanité que le monde ait connu, mais bien les grands libérateurs de la très noble "Croisade des démocraties". Comme à Dresde :

Ce n'est évidemment ni le lieu, ni le moment d'ouvrir ici une polémique surannée. Les temps changent et le monde a changé. J'ignore encore si ce sera, cette fois-ci, la nouvelle Russie post-soviétique qui nous sauvera de cette américanisation destructrice contre laquelle Rudolf Steiner nous mettait en garde il y a déjà près d'un siècle de cela, mais tous les éléments géopolitiques sont d'ores et déjà en place. Que ce soit l'émergence des BRICS (5), l'Organisation de coopération de Shanghai, et l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) de l'ancien espace soviétique, toutes font désormais face à l'extension de l'OTAN vers les terres eurasiennes, et cumulent aujourd'hui une entente multiformelle réunissant plus de la moitié de la population de la Terre face au leadership étatsunien finissant, et d'autant plus agressif.
Rudolf Steiner annonçait déjà, le 22 novembre 1918 : « La guerre économique survient à l'intérieur de l'humanité. C'est une guerre qui s'enflamme entre deux moitiés de l'humanité de la terre, et elle sera terrible. La guerre économique dans l'humanité repose sur le développement du système nerveux en l'être humain. Lors de notre cinquième période post-atlantéenne et à l'époque de l'âme de conscience, le monde anglophone est particulièrement organisé pour le développement de la partie neuro-sensorielle de l'être humain, car lors de cette période le système neuro-sensoriel développe des pensées utilitaires, matérielles qui tendent à faire de la planète entière un grand centre commercial. L'inquiétude vient de l'action, dans la sphère neuro-sensorielle, du monde du sang, l'autre pôle de la vie humaine. Il enverra ses vagues dans les remous du combat purement économique qui vient du pôle neuro-sensoriel, et ces vagues proviendront en première ligne de l'union des avant-postes slaves, tchèques, slovaques, polonais, slovènes etc., jusqu'à ce qu'une autre vague, celle du sang spiritualisé de l'Europe de l'Est, de la Russie slave, vienne s'y ajouter. » (R. Steiner, Faits historiques, base du jugement social, E.A.R. 2013, pp. 203-204)

Cette guerre se développe aujourd'hui, plus que jamais sous nos yeux, à travers l'enjeu fallacieux du "Grand marché transatlantique" (6) américano-centré ourdi depuis des années dans les officines anglo-saxonnes, d'une part, et l'actuelle guerre en cours aux frontières de la Russie, dans les marches orientales ukrainiennes du Donbass, d'autre part. Dans toute cette effervescence l'Amérique s'évertue fébrilement à fomenter partout autour de la Russie et de la Chine ses sournoises "révolutions colorées", soi-disant populaires, jusque dans les Balkans, comme en Macédoine, ou dans les pays baltes hypnotisés par les sirènes occidentales. Rien de nouveau donc pour tout observateur un tant soit peu éveillé : l'Otan pousse partout à la guerre, dans les mâchoires d'acier de son inquiétant emblème. Une chose est désormais sûre, c'est que le monde se tient aujourd'hui sur un baril de poudre dont la mèche est d'ores et déjà allumée...
WH.

(1) Plus énorme encore dans l'abaissement : la France se voit contrainte, pour complaire à son tout puissant maître américain, de vendre au rabais ou d'envoyer à la ferraille ses deux porte-hélicoptères flambant neufs, faute d'être autorisée à les livrer à son légitime commanditaire russe…
(2) Au sens propre, en effet, fascisme désigne le système politique italien mis au point par Benito Mussolini. Quant au national-socialisme hitlérien, son fondateur lui-même souligna, à maintes reprises, qu'il ne pouvait, en aucun cas, être extensible à d'autres pays que l'Allemagne.
(3) Qui deviendra ultérieurement Svoboda.
(4) Dont l'héraldique Wolfsangel inversé de l'ancienne 2ème SS-Panzerdivision allemande.
(5) Acronyme de l'association économique unissant le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine, et l'Afrique du sud, soit plus de 40 % de la population mondiale.
(6) Le Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP). 
Publié par




Sur ce blog:

Le gouffre à la place du coeur: le juif fauteur de guerres Bernard-Henri Lévy

Le messager BHL informe Netanyahou que les rebelles libyens vont reconnaître Israël ; Netanyahou remercie Sarkozy d'être intervenu en Libye

BHL louange "l'armée la plus démocratique au monde"

Le Talmud selon BHL

Le mouvement juif Néo-conservateur : du trotskisme au bellicisme sioniste

Pendant que les internationalistes du Congrès juif mondial attaquent les partis d'extrême-droite européens, Israël n'a aucune crainte de s'allier à eux pour combattre ensemble un prétendu péril musulman... La Palestine n'étant qu'une "cause islamiste à peine voilée"!

Un Geert Wilders québécois: Eric Duhaime

Prof Kevin MacDonald et Geert Wilders dans le même lit: Himmler n'aurait pas toléré

Un autre grand comique juif, Sheldon Adelson, qui s'autoproclame "le juif le plus riche du monde", appelle à bombarder l'Iran avec du nucléaire, donnant ainsi raison à Jack Straw

Les médiats juifs tels que le New York Times dissimulent les efforts des groupes juifs pour pousser l'Occident en guerre en Syrie pour lsraël; l'AIPAC confirme timidement son rôle de fauteur de guerres la veille de Roch Hachana, dit le "Jour du Jugement"; les groupes juifs craignent d'être associés à de tels efforts et soutiennent que c'est un devoir moral pour eux de prendre la parole, vu qu'ils s'y connaissent tellement en gazage; leur agent John Kerry (Cohn) dit qu'Assad est comme Hitler et Hussein; une victoire de "l'axe Téhéran-Damas-Hezbollah" gênerait fortement lsraël qui cherche à d'établir un précédent en Syrie afin de faciliter une guerre contre l'Iran.

NO MORE WARS FOR ISRAEL - PLUS JAMAIS DE GUERRES POUR ISRAËL! Prévisible false flag israélien et pressions sionistes pour envoyer l'Occident se battre pour les intérêts d'Israël

Devoir de mémoire, devoir de faire tomber l'axe Iran-Syrie-Liban

Un milliardaire à la tête de l'empire médiatique de Rupert Murdoch (NewsCorp) met en garde contre la "nuit de cristal" qui vient par la gauche: le mouvement Occupy, parce qu'il s'en prend au 1% des plus riches du monde, lui rappelle "les persécutions nazies envers les juifs"

"Tout le monde est antijuif -- à part les sionistes." Plus israélien que les Israéliens, Harper resserre les liens de famille (pour ne pas dire incestueux) entre les États colonialistes et tentaculaires du Canada et d'Israël. Même les médiats juifs israéliens (comme le Jerusalem Post) sont restés bouche-bée de voir Harper s'abaisser à ce point, ne trouvant pas l'ombre d'une critique à formuler à l'endroit des politiques israéliennes

Le Canada, nouvel ambassadeur d'Israël et de la lutte contre l'antisémitisme à travers le monde

Harper et le prix rabbinique "humanitaire" du World Statesman of the Year, son nouveau prétexte pour justifier son boycott de l'ONU

Le gouvernement canadien sait comment plaire à son maître

Poster un lien (même anonyme) vers un site "haineux": bientôt un crime selon le nouveau projet de loi du PM canadien Stephen Harper

Un appel de son maître Netanyahou et Harper obéit

Le Canada sous influence... ou plutôt sous la botte du sioniste Harper

Le racisme permis est israélien

Le sionisme contre l'ONU

L'anti-Durban II

Une ministre canadienne prise en flagrant délit de mensonge au service du lobby sioniste

Le PM canadien défendra Israël coûte que coûte

Harper récompensé successivement par B'nai Brith Canada, le Congrès juif canadien et la conférence des présidents d'organisations juives majeures

Un sinistre canadien dénonce le complot onusien-médiatique contre Israël

Tout pour défendre les intérêts d'Israël: le Canada ouvre la voie à une intervention militaire en Syrie

Le printemps arabe: "une incroyable opportunité pour Israël", selon l'ancien directeur du Mossad Meir Dagan et le Maj. Gen. et criminel de guerre Yoav Galant

John McCain et les guerres pour Israël

John McCain et les leçons de la Libye: "Bombardez la Syrie!"

La soif de sang frénétique de John McCain: après la mort de Kadhafi, les "dictateurs" comme Assad, Poutine, les Chinois doivent avoir peur...

Un esclave des Bronfman-Rothschild, John McCain, menace Poutine: : "Cher Vlad, le #printemps arabe s'en vient dans un quartier près de chez vous"

Le "méchant" Vlad Poutine en remplacement du "méchant" Mahmoud Ahmadinejad?

La surclasse internationale contre les nationalistes

Les néocons ont un problème avec la Russie

Chavez aurait vite démasqué ce nouveau Pape casher infiltré dans le monde hispanique

Chavez n'est plus: les nationalistes et les socialistes du monde entier savent à qui profite la mort de ce grand homme

Morsi avait tenté un rapprochement avec la Russie et l'Iran, Israël soutient le coup et la répression militaire en Égypte

"De la dictature à la démocratie" (vidéos)

Un officiel égyptien accuse Israël d'avoir fomenté le chaos en Égypte

LE CAIRE DÉCAPITE UN RÉSEAU D'ONG LIÉES AUX SÉVICES SECRETS OCCIDENTAUX SIONISTES

L'actuel président du National Endowment for Democracy --- le marionnettiste du "printemps arabe" -- est un ancien de l'ADL

L'American Jewish Committee derrière les mensonges humanitaires qui ont rendu possible la guerre en Libye

Ron Paul explique le non-interventionnisme dans les affaires étrangères

Rand Paul se distancie des idées de son père, se rapproche des juifs et reçoit l'appui de l'establishment républicain et des médias

Qu'ont-ils en commun?

Bush, Rockefeller, Rothschild et Hitler

De l'incohérence d'attribuer à Adolf Hitler et à l'Holocauste la paternité de l'État juif en Palestine: la "mémoire de l'Holocauste" n'a pris d'assaut la psyché américaine que dans les années 1960-70, dans la foulée du procès Eichmann et des guerres israéliennes. Les Sionistes les plus influents de l'époque ont eu grand peur que l'extermination des juifs d'Europe sonne le glas du sionisme. Quel intérêt peut-il y avoir à systématiquement assimiler le sionisme aux nazis? Faire croire que c'est toujours la faute aux nazis? Et à qui cela profite-t-il?

Un humoriste contre le "nouvel ordre mondial" des Terminators nazis qui ont fait taire et tué les pôvres juifs

Adolf le Grand diffamé par des "nationalistes" -- Y a-t-il un autre homme dans l'histoire, à part peut-être Jésus, qui ait été à ce point calomnié?

Le devoir de mémoire: source de motivation pour Alex Jones dans son combat, fondement du nouvel ordre mondial pour le B'nai Brith

REPÉRÉ: Un saboteur à la tête du "mouvement" pour la vérité

Mise au point sur la désinfo qui circule sur Hitler, les nazis, le nouvel ordre mondial, Bilderberg, etc.

Du mythe des "nazis pro-Israël" et de ceux qui voient des complots partout...

Les nazis ont fait la vie dure aux Rothschild, confisqué leurs avoirs

Le mythe des origines juives d'Hitler

Wikileaks révèle que Bilderberg perçoit le nationalisme comme étant « dangereux »… mais Infowars continue de prétendre que Bilderberg a été fondé par les nazis!

Gertrude Stein, juive: "le Nobel de la paix à Hitler!"

Le chef amérindien David Ahenakew félicitait Hitler

Le jeu des comparaisons: des ressemblances entre la période actuelle et celle précédant l'arrivée d'Hitler au pouvoir

Du mythe des nazis « pantins de la ploutocratie internationale »

Gordon Duff décline l'invitation de Carolyn Yeager sous prétexte qu'elle ignore que la "connexion Bush-nazis"

Duff a tort sur l’Holocauste et les prétendus liens Bush-Hitler

Une contre-vérité tenace: "Prescott Bush, un nazi!"

Jabotinski avait planifié l'assassinat d'Hitler et de hauts dirigeants du IIIe Reich

Pourim: notre ennemi traditionnel a gagné la Seconde Guerre mondiale

La Judée déclare la guerre à l'Allemagne

The Jewish War of Survival

L'Histoire contemporaine: une "fable convenue"

Le plus beau dans nos chères démocraties, c'est qu'on n'a pas à s'inquiéter pour sa liberté d'opinion et d'expression.... N'EST-CE PAS?

Zundel et son avocate Stoltz emprisonnés pour avoir "porté atteinte à la mémoire des morts" en questionnant la version officielle du 11 septembre (13 chefs d'accusation concernaient ses théories sur le 11 septembre)

Netanyahou caricaturé le jour de la mémoire de l'Holocauste

Une comique juive au parlement israélien: je ne voulais pas heurter la mémoire de la Shoah en dénonçant le "cancer" de l'immigration africaine en Israël